L`utilisation du mucuna avec bicarbonate

publicité
Le projet ASARA est
coordonné par l’USCP
Le projet ASARA est financé par
l’Union Européenne
Graines de mucuna traitées par du bicarbonate de sodium pour
l'alimentation des animaux à cycle court (Région Androy)
PROGRAMME EUROPÉENDE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE
DANS LES RÉGIONS SUD ET SUD-EST DE MADAGASCARASARA / ASARA
septembre 2016
Auteurs :
Dr RAKOTOMANANA Olga Rachel
Mr RAZAFINARIVO Tsirinirina Donnah
Mr RAZAFINDRALAMBO Jean Erick
Mr RAZAFINDRALAMBO Roger Joseph
L’Union Européenne et Madagascar : une coopération qui compte.
Ce projet est mis en œuvre par
Dans les pays en développement comme Madagascar, la consommation de viande s’est accrue
de plus de 5% durant ces dernières décennies et devrait augmenter de 1.4% /an, à travers le
monde jusqu’en 2030 (FAO 2014). En termes énergétiques, la consommation de viande
augmente plus de trois fois celle observée dans les pays développés, entre 1971 et 1995
(Delgado et al. 1999). La raison principale en est la forte croissance démographique,
l'urbanisation et l'élévation du niveau de vie. La production et la consommation de volaille ont
cru de plus de 5% par an, et représentent une fraction croissante de la production moyenne
mondiale, au taux de 15% à 30% durant les trente dernières années. En 2050, seront
consommées 2,3 fois plus de viandes de volaille et environ 1,4 à 1,8 fois plus d’autres
produits animaux qu’en 2010 (FAO, 2006a; FAO, 2011). Parallèlement à l'élevage de volaille,
l'élevage de porcin commence à s'imprégner dans les pratiques des paysans éleveurs Malagasy
du fait de sa courte durée de production. En effet, 519.223 têtes porcines sont recensées en
2000 (Annuaire statistiques agricoles 2000) et 585.048 en 2002 soit 11% de plus. Ceci
demandera 27 millions de tonnes d’aliments supplémentaires et 24 millions d’hectares de
terres céréalières additionnelles à moins que la proportion de sous-produits et de ressources
alimentaires non conventionnelles augmente substantiellement. C'est dans cette optique que le
DRZV, le GRET, et l'AVSF dans le cadre du projet HOBA ASARA ont mis au point des
formulations alimentaires à base de Mucuna pour améliorer les performances zootechniques
de l'élevage dans la région d'Ambovombe (Sud de Madagascar). Actuellement, l’élevage
moderne est incontournable pour satisfaire les besoins en protéine animale de la population.
Ainsi, le transfert technologie avancée a été adapté à l'échelle d'une agriculture familiale
analogue à ceux d'Ambovombe pour atteindre les objectifs. Les interventions ont été
principalement sur les techniques appropriées, la taille de l’exploitation, la performance des
races, les infrastructures aux normes, l’application des mesures sanitaires et l’adoption d’un
management rationnel.
Les activités réalisées par le DRZV sur la partie alimentation sont illustrées comme suit :
SCHEMA D’ACTIVITE
ENQUETE sur 12 communes du district d’Ambovombe
CONNAISSANCES Matières premières existantes et utilisées
PRELEVEMENT
ANALYSES BROMATOLOGIQUES
TABLE D'ALIMENTATION
ELABORATION RATION
ALIMENTAIRE
MUCUNA
TRAITEMENTS (5)
- Poulet race locale
- Poulet de chair
- Poules pondeuses
- Dindons
- Pintades
- Porcs
- Trempage (T)
- Ebullition (E)
-Trempage – ébullition (TE)
- Trempage-ébullition-trempage (TET)
- Bicarbonate de sodium 0,2% (TBic)
ANALYSES
BROMATOLOGIQUE
ET FACTEURS
ANTINUTRITIONNELS
L DOPA
ELABORATION
- Aliments incorporé de Mucuna
traité par Trempage Ebullition
Trempage avec deux taux
d’incorporation
selon
les
animaux destinés
ELABORATION
- Aliments incorporé de Mucuna
traité par bicarbonate de
sodium 0,2% avec deux taux
d’incorporation
selon
les
animaux destinés
TEST SUR
ANIMAUX
(Poulets de race
locale, de chair et
pondeuse
TEST SUR
ANIMAUX
(Poulets de race
locale, de chair,
pondeuse et
Porcs)
TABLE D'ALIMENTATION
Tableau 1: Table d'alimentation
MS MM Ca
P
CI
PB
CB
Arbre et arbuste
Angamay (n=5)
Angea (n=3)
Angalora
Ankatanoletse
Aorilozo
Basy
Beamena (n=3)
Bedoko (n=3)
Drematra (n=4)
Engetse
Fandaly
Filofilo
Hazofaonsa
15,8
9,7 2,66 0,31
0,2 10,5 18,5
22,1
7,4 1,03 0,03
1,0
8,8 23,1
40,0 8,5 0,94 0,50
16,2 21,3 2,99 0,98
0,2 18,1 24,0
0,4 15,8 26,9
42,0 15,8 0,64 0,55
3,0
24,4 10,8 0,50 0,82
0,2 25,2 17,7
24,0 20,0 0,24 0,64
1,2 16,7 16,7
25,8 11,7 2,71 0,71
0,6
4,3 21,7
3,9 21,5
18,1 14,7 2,37 0,46 12,0 15,5 23,5
33,3
9,6 1,80 0,66
1,0 15,8 26,7
31,8
6,3 1,07 0,09
1,0
8,9 40,0
46,1 17,4 5,06 0,23
0,2 17,2 13,2
16,9 11,1 1,01 0,27
0,6 19,1 35,0
Hazombalala
45,0
6,2 0,46 0,13
5,6 19,0 36,4
Hazomposa
Jabihy
Lamoty (n=9)
Manateza
Moita
Monjola (n=3)
Nanto (n=3)
Nonoka
Sakoa
40,9
6,6 0,66 0,47
0,4 12,2 14,6
48,1
4,7 1,10 0,24
0,5 18,6 18,3
41,4
8,2 0,96 0,38
0,3
44.3
6,0 0,78 0,33
0,6 12,9 19,7
35,4
4,3 0,22 0,10
7,3 11,9 26,8
45,3
5,6 2,16 0,31
0,2
50,0
7,0 0,88 0,23
1,4 21,6 22,0
36,0 11,7 3,59 0,63
1,4 24,8 18,3
34,9 14,3 2,14 0,45
0,4
Sanira (n=6)
Sarikatra
Sasavy (n=2)
Solomotse
Somangy
Sandrife
Borodoke
Bajiry
Tsingily
29,4
7,1 2,34 0,49
1,0 10,6 37,7
36,2 9,3 2,18 0,72
40,1 22,4 5,20 0,10
0,4 12,5 26,5
0,6 16,8 18,9
52,5
6,6 0,91 0,41
0,2
43,2
5,2 0,51 0,58
1,2 15,5 31,3
8,1 25,0
7,6 34,7
8,9
9,5
7,4 43,2
61,1 13,4 1,02 0,16
1,4
7,8 21,7
65,5 11,4 0,24 0,37
0,4 11,4 26,2
90,3
2,0 0,46 0,49
0,6 15,4
35,2
9,9 3,53 0,60
1,4
Tsingivy (n=4)
39,4
9,8 1,14 0,43
0,4 22,6
Tsingny
36,6
9,7 1,07 0,59
0,2 18,5 22,0
Vaha
42,3
8,0 0,68 0,59
0,4
Varogasy (n=2)
Voandelaka
22,3 14,5 1,93 0,87
0,4 12,5 11,5
16,0 10,8 2,85 0,41
0,4 26,6 18,8
4,7
8,3 22,3
9,6
9,7 42,3
Fandriosy
45,3
7,0 0,94 0,29
0,2 17,2 27,7
Kompitse
36,4
6,1 2,11 0,30
0,2
Kompitra
38,0
8,2 0,93 0,38
0,4 13,8 18,6
Andriambolamena
Famberona
28,8 10,8 2,39 0,13
0,8 21,6 17,7
46,4
7,8 1,15 0,44
0,6 16,9 23,1
40,6
9,2 0,52 0,27
0,6 22,5 26,9
32,0
8,8 0,62 0,19
0,4
8,0 23,3
42,4
7,4 1,54 0,32
1,2
4,1 15,1
37,5 12,2 0,20 0,29
1,2
4,3 17,7
23,8
7,7 2,10 0,27
0,4 17,1 38,5
10,5
7,8 2,72 0,14
0,2 13,7
Flamboyant
Hily
Sarina
Herotra
Tamberona
Raketa inerme
Cactus flambé
61,4 17,9 2,56 0,51
2,4
14,1
7,3
0,4
2,6 16,4
Légumineuse
Stylosanthes
Leucena gousse
Kilimbazaha (n=3)
Kily (n=5)
Ambatry
Leucaena plante entière (n=2)
Leucena feuille
Mucuna feuille (n=2)
40,4
6,2 1,16 0,32
0,4
9,1 44,6
53,6
5,6 0,32 0,17
0,2
5,0 50,1
35,5
7,2 1,40 0,70
0,6 14,3 18,6
38,3
6,5 1,93 0,61
0,2 16,1 29,0
38,2
7,6 1,04 0,32
0,4 18,4 25,7
41,0
8,7 1,59 0,38
0,6 17,0 19,8
47,6 10,9 2,71 0,21
0,2 27,8 19,3
24,3
9,2 1,46 0,55
1,4 21,5 31,9
4, 3 0,13 0,05
7,1 26,0 32,3
Graminées
Bozaka(paturage naturel)
27,3
Ahibe (Lamitiha ambario)
Ahidaly
Ahidambo
Ahidraty (n=3)
Sorgho
Cynchruss
Tandaly
Taritarika (n=2)
Tsikimenamena (n=3)
33,3 17,3 0,19 0,04
0,8
38,3
6,8 0,21 0,45
1,1 15,1 28,1
27,5
7,8 0,55 0,43
0,8 12,2 36,3
30,0
8,5 0,41 0,35
1,8
80,2
6,5 0,98 0,02
0,9 18,4 30,6
23,1
1,9 0,04 0,02
1,8
2,3
32,4 13,4 0,74 0,50
0,4
3,5 17,8
20,5 10,9 1,83 0,78
0,2
7,1 18,8
32,2
0,2
3,8 20,5
Tsimavo (n=3)
Brachiaria humidicola
Brachiaria brizantha
Katsaka mailaka
35,5 10,2 2,16 0,37
1,0 12,5 26,3
44,2
4,6 0,20 0,07
1,4
57,1
9,3 0,81 0,12
2,2 10,4 30,2
87,2
1,6 0,21 0,80
0,2
9,0
Pennisetum
Siratro
Fandrotrarana (n=2)
23,5
4,5 0,39 0,11
4,9
6,9 38,3
9,4 1,40 0,51
28,8 13,6 1,89 0,01
31,6 3,8 0,05 0,05
8,9 33,7
9,3 22,3
7,0
5,3 29,8
3,4
2,6 16,4 21,0
2,4 17,5 38,7
Graine de légumineuse
Voanemba
Antaky
Voanjobory
Tsaramaso
Kabaro
Konoky
87,7
92,5
3 ,2 0,16 0, 3
2,4 0,41 0,76
0,1 29,4 4,2
1,0 22,9 10,2
93,1
4,4 0,04 0,60
0,3 16,2 11,9
91,5
4,1 0,11 0,58
0,1 24,0
4,8
91,5
4,7 0,57 0,50
0,1 23,1
4,8
96,5
5,2 0,29 0,89
0,4 17,6
5,2
Sous produits animaux
Dechets de Langouste (n=2)
93,4 47,2 5,44 1,03
1,0 28,0
Sous produits végétal
Son de mais
Paille de Riz
79,3
6,6 0,03 1,44
0,8
94,1 15,5 0,40 0,05 11,9
9,4
3,2
4,1 33,5
En général, la majorité des animaux dans le Sud de Madagascar sont des ruminants et petits
ruminants. De notre résultat d'analyse des matières existantes à Ambovombe, la plupart des
échantillons sont des arbustes et des légumineuses qui sont riches en Protéines et en
Cellulose. Ce sont des aliments très utiles pour les ruminants. Ces plantes s'adaptent aussi à la
saison sèche dominante dans cette région donc elles sont presque en permanence pour assurer
l'alimentation des bétails mais comme nous savons bien qu'en saison sèche leur valeur
nutritionnelle se dégrade et notre suggestion pour que les animaux donnent plus de
performance en pratiquant la complémentation alimentaire.
TRAITEMENTS DES GRAINES DE MUCUNA
Analyses au laboratoire :
Plusieurs analyses sur différent traitement de Mucuna ont été effectuées au niveau du
laboratoire de chimie nutrition du Département de Recherches Zootechniques et Vétérinaires
(DRZV). Le but de ces analyses est de déterminer le traitement le plus efficient en matière de
valeur nutritionnelle et toxicologique (principalement pour la L-dopamine). Ainsi, les
traitements adoptés sont les suivants :









M.B : Mucuna n’ayant pas subi des traitements
T 1 : Trempage pendant 24 h
T 2 : Trempage pendant 48 h
T 3 : Trempage pendant 72 h
TE : Trempage 48h + Ebullition 30 mn
E 1 : Ebullition pendant 30 mn
E 2 : Ebullition pendant 60 mn
TET : Trempage 48h + Dépelliculage + Ebullition 30 mn + Trempage 48h
TBic : Ebullition 30 mn + Trempage 24h dans 0,2% de bicarbonate
Issus de ces différents traitements, les résultats des analyses bromatologiques sont présentés
dans le tableau 2.
Tableau 2 : Valeur nutritive et teneur en facteur nutritionnel "L-dopa" des graines de Mucuna
sous différents traitements
M.B
T1
T2
T3
E1
E2
TE
TET
TBic
MS
93,8
94,9
95,2
95,9
94,5
94,4
98,4
99,5
93,9
MG
4,2
4,4
4,2
4,5
5,0
4,2
4,8
5,0
5,21
PB
26,3
24,2
23,5
22,6
25,7
23,8
21,4
21,7
24,2
MM
3,5
4,15
3,8
4,0
4,2
3,9
4,1
2,7
4,1
Ca
0,4
0,5
0,5
0,4
0,2
0,3
0,2
0,2
0,3
P
0,7
0,8
0,7
0,7
0,8
0,7
0,8
0,7
0,7
CI
0,1
0,1
0,1
0,0
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
L-dopa
6,6
5,95
5,23
2,91
3,15
2,02
2,2
0,79
2,96
La L-dopa, ou 3,4- dihydroxyphenylalanine est un acide aminé non protéique, substance
intermédiaire dans la synthèse des catécholamines, qui possède deux isomères optiques, les Ldopa et D-dopa. Seule, la forme stéréo-isomérique lévogyre est métabolisable par
l’organisme. La L-dopa est, soit synthétisée au niveau de l’organisme (endogène), soit peut
être d’origine exogène, comme le cas de la L-Dopa contenue dans les graines de mucuna
(DAHOUDA M, et al, 2009).
Cependant, malgré un taux intéressant en protéines de Mucuna, sa valeur biologique est
réduite par la présence de la L-Dopa. Les produits d’oxydation de la L-dopase conjuguent
avec les résidus sulfhydriles des protéines pour former le complexe 5-S-cysteinyldopa
conduisant à la polymérisation des protéines. Le complexe 5-S-cysteinyldopa peut constituer
un des facteurs limitant la digestibilité des protéines et de l’amidon de la mucuna (DOSSA,
1999).
La L-dopa est aussi une substance toxique, qui provoque des nausées et des maux de tête
(PARDO et al, 1995). Chez les oiseaux, elle conduit à un ralentissement de la croissance et
une baisse de la consommation alimentaire (DEL CARMEN J et al, 1999)
Les différents traitements diminuent la teneur en L-Dopa de Mucuna. Cependant, ces
traitements affectent considérablement la valeur nutritive et alimentaire de Mucuna. Ainsi, le
but de cette expérimentation est de déterminer le traitement qui diminue le plus la teneur en
L-Dopa mais qui modifie peu la valeur nutritive initiale de Mucuna. Sans traitement, la
matière sèche des échantillons analysés a été de 93,8%. Cette faible teneur en eau (environ
6%) traduit un bon séchage des graines permettant une bonne conservation. Cette faible
teneur en eau a été remarquée dans les graines dépelliculées (traitements TET) cela
s’expliquer par la présence d’une certaine quantité d’eau dans le tégument. Tous les
traitements appliqués aux échantillons ont affecté aussi bien la teneur en L-Dopa que la valeur
nutritionnelle de Mucuna.





Le trempage à froid provoque la germination des graines de Mucuna et augmente
ainsi la teneur en matière sèche (MS) ainsi que les éléments nutritifs de la graine. Du
fait de l'hydrosolubilité de la molécule de dopamine, le trempage cause un transfert
d'une quantité considérable de la L-Dopa de la graine vers la solution. Ce trempage
facilite aussi le dépelliculage de la graine.
Pour l'utilisation de Mucuna dans l'alimentation aviaire (surtout pour les races
exotiques), le dépelliculage est indispensable pour (i) faciliter la libération de la
Dopamine dans les cotylédons, mais aussi (ii) diminue la teneur en cellulose brute qui
est limitée à 4% pour l'alimentation des poussins. Ainsi, le dépelliculage augment la
digestibilité des graines de Mucuna.
Le traitement par ébullition, c'est-à-dire par la chaleur humide est le plus efficace pour
diminuer la teneur en L-Dopa dans la graine, du fait que la dopamine est une molécule
thermolabile et hydrosoluble.
Le séchage est un traitement indispensable dans les processus de fabrication en
alimentation animale. Cette pratique diminue la possibilité d'altération de la graine de
Mucuna face aux proliférations de microorganismes du milieu, le séchage facilite
également le broyage.
Avant le mélange des différents composants de la formule alimentaire, il est impératif
de faire le broyage de ces derniers. La granulométrie est un paramètre à considérer
surtout pour l'alimentation aviaire.
Pour un même traitement, plus la durée augmente, plus la perte en L-Dopa est importante.
Cependant, les dépenses énergétiques et temporelles engendrées par la durée des traitements
peuvent causer un rejet de l'utilisation de Mucuna en alimentation animale par les paysans.
Ainsi, un traitement supplémentaire par une ébullition des graines de Mucuna durant 30
minutes suivit du trempage dans la même solution qui contient une dose de 0,2% de
bicarbonate. Cette pratique inspirée de la méthode de Vadivel et Pugalenthi en 2009 diminue
de moitié la teneur initiale en L-Dopa de la graine de Mucuna, car elle passe de 6,61 à 2,96%
mais affecte peu la valeur nutritive.
Fabrication de la provende à base de Mucuna :
En théorie, la fabrication des aliments est simple, les mêmes opérations se retrouvent quelle
que soit l’échelle de fabrication à laquelle on se situe :





L’approvisionnement en matières premières et le stockage
Préparation du Mucuna
Le broyage des matières premières
Le mélange en respectant une formule donnée
Le conditionnement
Toutefois, les matériels utilisés pour la fabrication de la provende sont différents de ceux
utilisés par une industrie (provenderie). Cependant, les matières premières sont exactement
les même sauf pour le Mucuna. Ainsi, divers composants de la ration ont été achetés à
Antananarivo (CMV, Lysine, Méthionine,...), ces derniers sont généralement absents en
milieu rural, or, il est pratiquement impossible d’obtenir un aliment satisfaisant les besoins
des races performantes sans utiliser ces additifs alimentaires.
Photo 1 : Séchage des graines de Mucuna après traitement
Pour minimiser les risques d'altération des aliments, l’approvisionnement a été fait par
quantité relativement faible. Avant l'achat de chaque matière première, la qualité de ces
dernières est appréciée visuellement pour éviter un risque de détérioration trop précoce.
Chaque composant est par la suite broyé à l'aide d'un broyeur à marteaux puis mélangé à la
pelle sur une aire propre suivant les formulations prédéfinies. Pour précaution, le mélange des
provendes est effectué tous les 10 jours afin d'éviter la prolifération en cas d'infestation micro
organique sur un ou plusieurs composants.
Après chaque préparation, les aliments composés ainsi que les différents constituants sont
stockés dans des lieux sûrs, car la conservation de certaines matières premières est difficile :
une teneur en eau élevée favorise la prolifération de moisissures qui, outre la diminution de la
valeur alimentaire des matières premières, peuvent produire des toxines très dangereuses pour
l’animal et même le consommateur (aflatoxine, zéaralénone, etc.). Une forte teneur en
matières grasses peut également poser des problèmes de rancissement (son de riz, tourteaux
artisanaux…), qui limitent la valeur alimentaire et l’appétence des produits. Les matières
grasses favorisent également la prolifération des moisissures.
Tableau 3 : Besoin des animaux : démarrage croissance et finition des animaux.
Énergie
(kcal)
Dindon
Pintade
Poulet de chair
Pondeuse
Poulet Gasy
Porc
Protéine
(%)
Calcium
(%)
Phosphore Lys
(%)
(%)
Met
(%)
3200
21,5
1,06
0,81
1,2
0,4
3200
17,0
1,03
0,78
1,0
0,3
3000
14,0
3,40*
0,65
0,6
0,4
2900
22,4
1,00
0,64
1,2
0,4
3200
24,8
1,10
0,67
1,3
0,5
3000
14,5
4,00*
0,70
0,8
0,3
3100
23,0
1,10
0,50
1,4
0,9
3250
22,0
1,00
0,45
1,3
0,8
3300
21,0
0,55
0,70
1,3
0,7
3000
20,0
1,10
0,50
1,1
0,5
3000
16,0
1,05
0,50
0,9
0,5
3000
19,0
4,5*
0,50
0,9
0,6
3250
18,0
1,00
0,50
1,2
0,7
3200
15,5
1,00
0,45
0,9
0,4
3000
14,0
3,4*
0,90
0,6
0,3
3100
18,0
1,10
0,75
1,7
0,6
3000
16,5
0,90
0,30
0,9
0,6
2000
14,0
0,90
0,30
0,8
0,2
* principalement pour les femelles productrices
Formulation alimentaire correspondant à ces différents besoins : Les deux premières formules
(Dindon et Pintades) n'ont pas été testées sur terrain (formulation théorique). Ici le composant
Mucuna utilisé a été traité par le bicarbonate 0,2% (TBic).
Tableau 4: Formulation alimentaire Dindon
Dindon
Maïs
Tableau 5 : Formulation alimentaire Pintade
Démarrage Croissance Finition
36,5
40,0
40,0
Pintade
Démarrage Croissance Finition
18,8
35,6
40,0
Maïs
Son fin de riz
10,0
10,6
14,8
Son fin de riz
29,0
10,0
25,0
TT Arac. Art.
30,0
30,0
25,0
TT Arac. Art.
25,0
30,0
11,7
Poisson diego
4,9
1,0
1,0
Poisson diego
4,7
5,0
1,0
Poisson art.
Mucuna
bicarbonaté
1,4
1,0
1,0
2,5
1,0
15,0
15,0
15,0
Poisson art.
Mucuna
bicarbonaté
4,0
15,0
15,0
15,0
OS Calcine
1,0
1,0
1,0
OS Calcine
0,5
0,5
2,3
CMV
0,0
0,0
0,3
Coquillage
2,2
0,5
3,0
Coquillage
0,8
0,9
1,2
SEL
0,4
0,4
0,4
SEL
0,4
0,4
0,6
Méthio.
0,2
0,2
0,3
Méthio.
0,2
0,3
0,3
Lysine
0,19
0,3
0,3
Lysine
0,3
0,3
0,3
Des tests sur animaux ont été effectués au niveau de la station de recherche de Kianjasoa
(Moyen Ouest de Madagascar) pour évaluer les formulations alimentaires suivantes ;
Tableau 6 : Formulation alimentaire Poulet de chair
POULET
DE CHAIR Démarrage Croissance Finition
38,0
40,0
43,5
Maïs
Son fin de riz
22,6
14,0
10,0
TT Arac. Art.
28,0
25,0
30,0
Poisson diego
5,0
3,7
3,4
Poisson Art.
3,6
4,4
0,8
10,0
10,0
Tableau 7: Formulation alimentaire Poule pondeuse
PONDEUSE
Maïs
Son fin de riz
30,0
36,0
20,0
TT Arac. Art.
29,0
20,3
21,6
4,0
OS Calcine
0,4
0,3
0,5
Poisson Art.
Mucuna
Traitement 2
OS Calcine
CMV
0,2
0,0
0,2
Coquillage
0,7
2,0
Mucuna
-
Démarrage Croissance Ponte 1 & 2
32,7
39,0
34,9
1,7
-
10,0
2,0
2,5
1,1
CMV
0,2
0,2
0,3
0,4
Coquillage
1,0
1,0
10,0
0,5
0,5
0,3
SEL
0,5
0,5
0,5
SEL
Methio
0,5
0,1
0,3
Methio
0,2
0,2
0,01
Lysine
0,6
0,1
0,5
Lysine
0,4
0,3
0,01
Tableau 8 : Formulation alimentaire Poulet Gasy
POULET
GASY
Maïs
0-9
10-16
Sem
Sem
63,7
54,7
Tableau 9 : Formulation alimentaire Porcelet
16 - 20
Sem
59
20
Sem
55,9
Son fin de riz
TT Arac. Art.
2,7
6,0
3,0
4,0
10,9
2
4
4,5
Poisson Diego
5,5
2
2
2,2
2
Poisson Art.
Mucuna
0
30
30
30
OS Calcine
1,4
1,5
0,5
0,7
CMV
0,2
0,3
0,3
0,3
Coquillage
1,1
0,9
0,5
1,9
SEL
0,3
0,4
0,5
0,5
Methio
0,2
0,1
0
Lysine
0,4
0,1
0
0,2
PORC
Maïs
Démarrage Croissance Finition
60,0
25,0
60,7
Son fin de riz
14,9
35,0
9,0
TT Arac.Ind
14,8
10,0
5,0
TT Coprah
2,0
0,0
Poisson Diego
4,9
4,4
Poisson Art.
1,0
2,0
20,0
20,0
OS Calcine
1,5
2,01
1,4
CMV
0,3
0,3
-
Coquillage
1,5
1,9
1,5
SEL
0,3
0,5
0,3
Mucuna
Methio
0,35
-
Lysine
0,3
0,1
La formulation alimentaire consiste à satisfaire les besoins nutritifs de l’animal par
l’ajustement des apports alimentaires suffisants, équilibrés, adaptés aux facultés digestives de
l'animal et le plus économique possible. Les formulations ont été réalisées à partir d'une
programmation informatique sous Excel couplée de l'option "solver".
TEST SUR ANIMAUX
TEST DE L'ALIMENTATION DES POULETS DE CHAIR par une ration à base de
graine de Mucuna traité par le bicarbonate 0,2%. Les 10 premiers jours ont été consacrés à
la phase d'adaptation aux conditions climatiques et à la nouvelle ration alimentaire des
animaux. Pour ce faire, une poussinière adaptée aux conditions du milieu a été confectionnée
pour abriter les poussins durant cette phase. Une ration de démarrage sans Mucuna a été
élaborée pour mieux gérer les stress durant cette phase, mais aussi pour éviter de quelconques
troubles physiologiques et digestifs causés par la L-Dopa. Un protocole de biosécurité basé
sur les bonnes pratiques en matière d'élevage (OIE, FAO, 2011) a été installé durant toutes les
expérimentations. Ce protocole se résume trois composantes fondamentales : Ségrégation,
Nettoyage, et Désinfection. Ainsi, pour commencer ce protocole, les animaux d'expériences
ont été achetés (Ségrégation) au niveau des revendeurs agrée.
Quarante poussins chair vaccinés et déparasités
"Mafonja" ont été utilisés pour le test sur
animaux. Ces poussins sont subdivisés en 4
lots, chaque lot recevant respectivement un
aliment composé à 0% 10% et 20% de
Mucuna traités par le bicarbonate inspiré de la
méthode de Vadivel et Pugalenthi. Un
quatrième lot de poussin recevant le Mucuna
traité suivant la procédure "TET" (voir tableau
des résultats d'analyses bromatologiques) a été
installé pour pouvoir comparer les valeurs.
À leur arrivée à Kianjasoa, les poussins ont
reçu un antistress pour calmer les effets
exténuants de l'éclosion et du transport. La
production des animaux durant 45 jours (durée
de l'expérimentation) est évaluée par un pesage
hebdomadaire. Les refus alimentaires sont aussi
pesés pour calculer l'indice de consommation.
Un vétérinaire est en charge des suivis
sanitaires de l'expérimentation. Avant les
expérimentations, les locaux (poulailler, salle
stockage,....) ont été désinfectés.
Résultat sur le poulet de chair : Les résultats de
comparaison des poids finals des quatre lots de
poulet de chair (en gramme) sont consignés
dans la figure suivante.
Poids moyenne après 45 jours
1800
10%
10% Dep
1600
1400
1200
1000
800
600
400
Témoin
20%
Figure 1 : Comparaison des poids moyens des poulets de chair durant l'expérience
En général une incorporation de Mucuna diminue la production moyenne des poulets de chair
: 1300g, 1100g et 850g pour les 3 lots respectifs : 0%, 10% et 20%. Malgré le taux
intéressant en protéine et d'acide aminé dans Mucuna, sa valeur biologique est réduite par la
présence de L-dopamine (3,4-dihydroxyphenylalanine qui est un acide aminé non protéique).
Cela est dû à la formation de complexe 5-S-cysteinyldopa qui limite la digestibilité des
protéines et de l’amidon de mucuna (DOSSA, 1999).
Les différents traitements de Mucuna diminuent considérablement la teneur en L-Dopamine.
Cependant, ces traitements ne sont pas suffisants pour valoriser au maximum la graine de
Mucuna car son incorporation engendre généralement une baisse de la consommation
alimentaire (DEL CARMEN J et al, 1999). La comparaison des poids moyens des lots 10%
traité au bicarbonate et 10% dépelliculés montre que la pellicule du Mucuna présente un effet
négatif sur la production des animaux.
Des perspectives peuvent être envisagées comme :
1. la granulation de l'alimentation à base de Mucuna. Cette pratique va éliminer
considérablement la tendance des aviaires à sélectionner les composants les plus
appétible dans l'alimentation. Ainsi, à chaque prise alimentaire, l'animale avale une
composition au complet de la formulation de base.
2. L'ajout de produit engendrant une augmentation de l'appétibilité de la provende
comme la L-tryptophane : L'effet du tryptophane sur la régulation de l'appétit se
réalise notamment via la production centrale de sérotonine qui est impliquée dans la
régulation de la sensation de satiété et de l'appétit. Le tryptophane étant le précurseur
de ce neurotransmetteur (la sérotonine), une diminution de la concentration de
tryptophane dans le cerveau conduit à une diminution de la production de sérotonine.
Puisque les acides aminés larges neutres (AALN : phénylalanine, tyrosine, isoleucine,
valine, leucine et tryptophane) partagent le même transporteur pour traverser la
barrière hémato-encéphalique, la production de sérotonine dans le cerveau dépend non
seulement du niveau de tryptophane ingéré, mais également du niveau des autres
AALN. Ainsi, réduire la teneur en protéines brutes des aliments et assurer un rapport
minimum de Trp:Lys permet d'optimiser la régulation de l'ingestion alimentaire.
Le tryptophane peut également avoir un effet sur la régulation de l'appétit et l'ingestion
à travers un contrôle périphérique. La mélatonine qui est produite à partir du
tryptophane dans le tube digestif pourrait servir de signal pour la synchronisation des
processus d'ingestion et de digestion.
Enfin, l'effet du tryptophane sur la régulation de l'appétit peut s'expliquer par son effet
sur l'expression du gène codant pour la ghréline et par son effet direct sur la synthèse
de ghréline. La ghréline est une hormone stimulant l'appétit qui est produite et sécrétée
par l'estomac et le duodénum. C'est également un sécrétagogue de l'hormone de
croissance impliquée dans de nombreuses fonctions comme la synthèse protéique, la
croissance osseuse, la croissance musculaire, ... La teneur en tryptophane dans
l'aliment augmentant l'expression du gène codant pour la ghréline, elle augmente la
prise alimentaire et le gain de poids.
Position réglementaire
Le L-Tryptophane, techniquement pur (L-Tryptophane 98 % Feed Grade) relève du
Règlement (CE) 1831/2003 du 22/09/2003 relatif aux additifs destinés à l'alimentation
des animaux (JO EU n° L 268 du 18/10/2003), catégorie : "additifs nutritionnels",
groupe d'additifs : "acides aminés, leurs sels et produits analogues" et peut être utilisé
pour toutes les espèces animales
EVOLUTION DU POIDS DES POULETS DE RACE LOCALE (AKOHO GASY)
Pour les poulets de race locale (Akoho gasy),
60 poussins de 45 jours en moyenne sont
subdivisés en 3 lots de 20 têtes. Chaque lot
reçoit respectivement 0%, 15% et 20% de
Mucuna. Les traitements sanitaires effectués
sont les vaccinations et le déparasitage. Les
performances zootechniques sont mesurées
toutes les semaines, les gains de masse
quotidienne (GMQ) et les indices de
consommation (IC).
L'évolution du poids des poulets de race locale "Akoho gasy" durant 3 mois, sur les 3 lots
recevant des rations différentes à base de Mucuna nous indique qu'il y a une différence
significative entre chaque lot.
Poids en
grammes
1300
1200
1100
1000
900
800
700
600
500
400
300
0
Lot 1
Lot 2
1
2
3
4
Lot 3
5
6
7
8
9
10 11
Temps d'expérience en semaine
Figure 2 : Evolution du poids corporels des poulets Gasy nourris de graines de Mucuna
Bicarbonatées
Lot 1 : Poulet nourri d’aliment sans Mucuna
Lot 2 : Poulets nourris de graine de Mucuna 15%
Lot 3 : Poulets nourris de graine de Mucuna 30%
Le poids moyen initial est de 374,200 ± 63,911 pour le témoin tandis que 394,000 ± 62,604 à
395,200 ± 64,896 pour les lots d’animaux destinés à l’expérience. L’expérience a duré 11
semaines. Aucun perte de poids n’est enregistrés jusqu’à la fin de l’expérience pour les 3 lots.
Le lot traité par le mucuna 30% est enregistré comme lot qui à plus de poids à la 11e semaine.
Une évolution de poids de chaque lot est enregistrée à chaque pesée. Le poids évolue et ne
cesse d’augmenter jusqu’à la fin de l’expérience. Au 1er jour de l’expérience, les poulets de
lot 2 ou (T2) ont un poids plus élevé (395,200 ± 64,896). Après deux semaines, les poulets
qui reçoivent un concentré sans mucuna est plus élevé. Entre les 2 à 4 semaines, aucune
différence n'a été enregistré entre les 3 lots. Dès la 4ème semaine, les poulets nourris avec un
concentré contenant de mucuna subissent une évolution de poids tardif par rapport au lot
témoin jusqu’à la 7e semaine. À la fin, les poulets nourris par un concentré contenant de 30%
de mucuna est le plus élevé (1295,889 ± 177,131) suivit de ceux alimentés avec 0% de la
farine de mucuna(1286,400 ± 201,309).
Au début de l'expérience, la moyenne des poids des 3 lots sont uniformes. Durant le premier
aucune différence n'a été enregistré. Plusieurs paramètres sont à l’origine de ces différences,
entre autre la transition alimentaire vers l’incorporation de graine de Mucuna dans la ration.
Le manque d’appétence de la ration contenant de Mucuna induit un retard de croissance dans
les lots 2 et 3. La quantité d’aliment refusé par ces 2 lots sont grande, donc les apports
nutritionnels sont amoindris et explique le retard d’évolution de poids. Cependant, à la fin de
l'expérimentation, nous avons constaté que le poids moyen des lots 0% et 15% était
identiques. La pente des courbes de tendance entre ces différents lots nous indique que la
croissance des poulets de race locale du lot à 15% de Mucuna est plus rapide par rapport aux
deux autres lots. Ainsi, à une certaine concentration, la graine de Mucuna a donc un effet
significatif sur la croissance du poulet de race locale.
Poids en
grammes
1000
901.9
912.2
812.7
900
800
700
600
Lot 1
Lot 2
Lot 3
Figure 3 : Gain de poids obtenu durant l’expérience (11 semaines)
Lot 1 : Poulet nourri d’aliment sans Mucuna
Lot 2 : Poulets nourris de graine de Mucuna 15%
Lot 3 : Poulets nourris de graine de Mucuna 30%
Durant toute l’expérience, un gain de poids a été enregistré dans tous les lots recevant les
rations contenant ou non de la farine de graines de Mucuna traitées par le bicarbonate de
sodium. L’évolution est variée en fonction de temps.
Les poids augmentent significativement (p<0.05) dans tout les lots. Les gains moyens les plus
importants pendant de l’expérience ont été observés dans le lot des poulets recevant une ration
contenant 30% mais la différence entre les 3 lots n’est pas significative.
Le sexe joue aussi un grand rôle dans cette différence. Le sexe des individus n’est connu qu'à
la fin de l'expérimentation du à l'uniformité des plumages des poussins. Cela justifie la lenteur
de la vitesse de croissance du lot 2 qui contient plus de femelle que de mâle.
Les gains de poids moyens les plus importants ont été observés dans le lot des poules recevant
une ration contenant 30% mais la différence entre les 3 lots n’est pas significative.
 Pour conclure, la farine de graines de Mucuna traitée par le bicarbonate de sodium
0,2% peut être incorporée dans l’alimentation des poulets de race locale.
L’incorporation jusqu'à 30% de Mucuna est bien supporté par les poulets de race
locale.
 Cette étude est loin d’être exhaustive, elle est limitée sur des expériences en cage or
l’élevage de poulet de race locale est en divagation, ainsi comment pourrons nous faire
l’application en milieu réel.
 Sur l’effet à moyen terme sur la reproduction, une aperçue sur le
comportement des poules et des coqs issus de ce traitement montre une
non maturité sexuelle or l’état corporel de ces animaux correspond bien à
la phase de maturité. Donc une étude approfondie sur ce point s’avère
nécessaire.
 De ce fait, l’incorporation à 30% nous a donné une meilleur performance
sur la croissance des poulets de race locale or comme nous avons énoncé
auparavant l’inconvénient sur la reproduction nous amène à une idée de
recherche sur l’identification des poulets de race locale pour la viande et
pour la reproduction.
EVOLUTION DU TAUX DE PONTE DES POULES PONDEUSES
Les mêmes répartitions sont effectuées pour
départager les lots de poule pondeuse, et les
proportions de Mucuna sont les mêmes que
ceux utilisés dans les poulets de chair. Pour
cette partie, 30 poulettes prêtes à pondre (4,5
mois) de race Hulyn sp sont choisies pour
effectuer l'expérimentation. Divers traitements
sont effectués sur ces poulettes avant le
démarrage officiel des tests, comme le
déparasitage, les vaccinations (Pestavia et
Avichol), le débectage,.... Les paramètres à
mesurer sont les suivants : le taux de ponte par
lot, le calibre des œufs,...
Habitats (poulaillers) :
Les poulaillers ont été aménagés par l’adaptation de
bâtiments déjà existants à Kianjasoa pour répondre aux
normes communautaires minimales dans les domaines de
la protection de l’environnement, de la santé publique, du
bien-être animal. Des ouvertures apposées de grillage pour
créer un environnement avec suffisamment ventilation
dans les bâtiments d'hébergement des animaux. Des
perchoirs sont placés à différents niveaux à au moins 40
cm au-dessus du sol du poulailler de manière à ce que les
animaux puissent circuler en dessous. Une mangeoire et
un abreuvoir, accessible des deux côtés sont installés pour
chaque sous lot de 5 volailles. L’ensemble du poulailler
est recouvert d'une couche de copeau de bois servant de
litière pour les animaux, et les pondoirs sont chargés
defoin.
. Les poulaillers ont été désinfectés par le crésyl 15 jours avant le commencement des
expérimentations
Taux de ponte des poules nourries de
graine de Mucuna traitée par le
bicarbonate
Pourcentage
50.00
44.97
46.14
40.11
45.00
40.00
35.00
Lot 1
Lot 2
Lot 3
Figure 4 : Diagramme du taux de ponte
Durant l'expérimentation, les poules pondeuses étaient divisées en 3 lots qui sont
respectivement 0%, 10%, et 20% de Mucuna traités par le Bicarbonate 0,2%. Il n'y a pas de
différence significative entre le taux de ponte en pourcentage du lot recevant 0% et 10% de
Mucuna. Cependant, le taux de ponte du lot à 20% de Mucuna n'a jamais atteint les 100%
durant l'expérimentation. Cela indique que la teneur élevée en Mucuna dans la ration affecte
sur la ponte.
Grammes
Moyenne des poids des œufs de poules
alimentées de graine de Mucuna traitée de
bicarbonate
57.76
58.00
57.00
55.64
56.00
55.80
55.00
54.00
Lot 1
Lot 2
Lot 3
Figure 5 : Poids moyen des œufs des poules nourries par les aliments incorporés de différents
taux de graines de Mucuna
Par contre, le calibre moyen des œufs issus des poules témoins est supérieur aux 2 lots
nourris de graines de Mucuna qui ne sont pas très significativement différent.
Ainsi, une complémentation raisonnée (10%) en Mucuna dans la ration des poules pondeuses
à un effet positif sur le taux de ponte mais diminue le calibre.
EVOLUTION DU POIDS DES PORCELETS
24 porcelets en phase de croissance sont
répartis en 3 lots de 8 porcelets divisé en 2
sous lots. 3 types d’aliment se différent de
leur taux d’incorporation de graines de
Mucuna (0, 20 et 40%). Ils sont attribués à
chaque lot de porcelets et chacun a été réalisé
en deux répétitions. L’eau est administrée ad
libitum.
La moyenne hebdomadaire du poids de
chaque lot réalisé au même jour à la même
heure est enregistrée. La consommation
alimentaire et l’indice de consommation sont
calculés.
L’expérience porte sur la comparaison des
performances zootechniques des différents
lots d’animaux.
40.0
35.0
30.0
25.0
20.0
15.0
10.0
0
1
2
3
Lot à 0%
4
5
6
Lot à 20%
7
8
9
10
11
12
Lot à 40%
Figure 6 : Evolution de poids des porcelets durant 13 semaines d'expérimentation
Au départ, l’évolution de poids des porcelets témoins est rapide et supérieure jusqu’au 9ème
semaine d’expérimentation. Au delà, la croissance des porcelets nourris d’aliments incorporés
de graines de Mucuna bicarbonaté devient plus rapide surtout pour le taux de 40%. Ce fait est
bien démontré au niveau de gain de poids des animaux.
Gain de poids des porcelets durant
l'expérimentation
26.8
27.0
25.1
26.0
25.0
22.9
24.0
23.0
22.0
21.0
20.0
Lot à 0%
Lot à 20%
Lot à 40%
Figure 7 : Le gain de poids des porcelets est proportionnel à l’augmentation de l’incorporation
de graine de Mucuna bicarbonaté.
CONCLUSION
En conclusion, les graines de Mucuna bicarbonatées sont utilisables pour remplacer les
matières premières usuelles) l'alimentation animale (poulet de chair, poule pondeuse, poulet
de race locale et porcelet). Cette pratique diminue considérablement les dépenses des
éleveurs.
Téléchargement
Explore flashcards