Duopole de Cournot

publicité
Oligopole
Chapitre 6
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Faculté des sciences économiques et de gestion
Marchés en concurrence
imparfaite
• Structure de marché entre la concurrence
parfaite et le monopole pur.
• Les entreprises ne font pas face à une
concurrence féroce, ce qui ne les obligent
pas à considérer les prix comme donnés.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Marchés en concurrence
imparfaite
• Concurrence monopolistique
– Nombreuses entreprises vendant des produits
similaires mais pas parfaitement identiques.
– Entreprises qui ne sont pas en interactions
directes.
• Oligopole
– Quelques vendeurs, chacun offrant un produit
identique.
– Entreprises en interactions directes.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Structures de marché
Nombre d’entreprises
Une entreprise
Beaucoup d’entreprises
Quelques
entreprises
Monopole
• Tap water
• Cable TV
Oligopole
• Balles de
tennis
• Huile
Produits
différentiés
Concurrence
Monopolistique
Type de produits
Produits
identiques
Concurrence
Parfaite
• Romans
• Farine
• Films
• Lait
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Causes des oligopoles
• Barrières réglementaires restreignant l!accès
à certaines technologies (Brevets).
• Economies d!échelle définissant une taille
minimale efficiente pour des niveaux de
production élevés qui nécessitent un part de
marché significative.
• Différenciation des produits implique l!offre
d!une gamme étendue et augmente le coût
d!entrée.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’oligopole!: exemples
•
•
•
•
•
•
Industrie automobile
Industrie métallurgique
Industrie de l!aluminium
Industrie pétrochimique
Industrie des équipements électriques
Etc.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Caractéristiques d’un
oligopole
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Comportements stratégiques
• Une entreprise peut adopter deux types de
comportements.
• Comportement non coopératif : l!entreprise
poursuit son propre intérêt.
• Comportement coopératif : l!entreprise trouve
un moyen de coordonner ses décisions avec
celles d!autres entreprises afin d!augmenter
l!emprise sur le marché et les prix.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Comportements stratégiques
• Les entreprises peuvent choisir de déterminer
leur production indépendamment.
• Le profit serait plus important si les
entreprises arrivaient à se coordonner pour
fixer un prix et une quantité de monopole.
• La collusion permet aux entreprises de
s!entendre pour fixer les prix et les quantités.
• Le cartel permet aux entreprises de fusionner
et d!agir comme une seule entité.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Comportement stratégiques
• La collusion explicite, les fusions sont
interdites ou fortement encadrées par les
pouvoirs publics.
• Même dans des environnements favorables,
les situations de coopération sont assez
difficiles à établir et à stabiliser.
• Les stratégies non coopératives,
individualistes, sont souvent choisies par les
entreprises.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’équilibre oligopolistique
• Si les entreprises décident indépendamment, elles
doivent anticiper ce que les autres entreprises
peuvent faire.
• Les actions et réactions sont dynamiques et elles
évoluent avec le temps.
• Il faut un concept d!équilibre adapté à la présence
d!interdépendances dans les stratégies des
entreprises.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’équilibre oligopolistique
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le Duopole
• Un duopole est un oligopole composé de
deux membres.
• C!est la forme la plus rudimentaire de
l!oligopole.
• Le duopole, par sa simplicité, permet une
analyse formelle poussée et une meilleure
compréhension des décisions des entreprises
en présence d!interactions stratégiques.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le duopole de Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• Deux entreprises
• Le bien étant homogène, les entreprises font
face à la même demande inverse :
P(Q) avec Q = Q1 + Q2
• Chaque entreprise dispose de sa propre
structure de coût :
C(Q1) et C(Q2)
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• Chaque entreprise décide indépendamment et
simultanément du niveau de sa production.
• L!entreprise ne connaît pas le niveau de production
choisit par sa rivale.
• L!entreprise doit déterminer son choix de production
optimal en fonction des différents niveaux de
production de l!autre.
• Le programme de maximisation du profit considèrera
la quantité de l!autre entreprise comme un
paramètre: la quantité de l!autre entreprise ne
dépend pas de son propre choix.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• L!entreprise détermine ses actions en
fonction de son objectif de maximisation du
profit.
• L!entreprise doit aussi réagir et ajuster son
comportement en fonction des décisions de
l!autre entreprise.
• Elle doit construire un ensemble de meilleure
réactions face aux décisions de l!entreprise
concurrente.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• Soit la demande de marché suivante :
P = 100 - Q
• Le montant maximum de demande disponible est
déterminé lorsque P = 0 :
Qmax = 100
• Si l!entreprise concurrente fixe son volume de
production à Q2 = 50, la demande résiduelle est :
P = 100 - (Q1 + Q2)
P = 100 - Q1 - 50
P = 50 - Q1, avec
Q1max = 50, si P = 0
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• A chaque volume de production choisit par sa
rivale, l!entreprise fait face à une demande
résiduelle particulière.
• En considérant cette demande résiduelle,
l!entreprise peut alors déterminer son volume
de production optimal en maximisant son
profit.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Construction de la fonction
de réaction
P1
Si l’entreprise 1 pense que l’entreprise
2 ne va rien produire, sa courbe de
demande est D1(0).
Q1O(0) = 50
Si l’entreprise 1 pense que l’entreprise 2
va produire 50 unités, sa courbe de demande
se déplace de 50 unités vers la gauche.
Q1O(50) = 25
Si l’entreprise 1 pense que l’entreprise 2
va produire 75 unités, sa courbe de demande
se déplace de 75 unités vers la gauche.
Q1O(75) = 12,5
D1(75)
Rm1(75)
Cm1
D1(0)
D1(50)
Rm1(0)
Rm1(50)
Q1O= 12,5 Q1O= 25 Q1O= 50
Q1
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• De cet exemple nous en déduisons que :
Q1O(0) = 50
Q1O(50) = 25
Q1O(75) = 12,5
• Ces quantités optimales Q1O produites par
l!entreprise 1 sont les meilleures réponses aux
quantité choisies par l!entreprise 2.
• La représentation graphique de ces couples de
productions pour chaque entreprise dans l!espace
(Q1,Q2) permet de construire les fonctions de
réactions.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot:
Courbes de réaction
Q1
La courbe de réaction de l’entreprise 1 montre
combien elle produira en fonction de ce qu’elle
pense que l’entreprise 2 produira.
100
75
Courbe de réaction de l’entreprise 2 Q2o(Q1)
La courbe de réaction de l’entreprise 2 montre
combien elle produira en fonction de ce qu’elle
pense que l’entreprise 1 produira.
50 x
x
25
Courbe de réaction de l’entreprise 1 Q1o(Q2)
x
12,5
25
50
75
x
100
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• La quantité produite solution au programme
de maximisation dépend de la quantité de
l!entreprise rivale.
• La fonction de réaction donne la quantité
optimale de l!entreprise i comme une fonction
de la quantité choisie par j:
Qio(Qj)
• C!est la quantité qui est la meilleure réponse
à la quantité choisie par l!entreprise rivale :
Celle qui maximise le profit "i étant donné Qj
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• La construction des courbes de réaction
peuvent être expliquées au moyen des
courbes d!isoprofit
• Courbe d!isoprofit : l!ensemble des
combinaisons (Q1, Q2) qui donnent le même
niveau de profit #k tel que:
# (Q1, Q2) = k.
• Un déplacement de la courbe d!isoprofit
correspond à une augmentation ou une
diminution du niveau de profit de l!entreprise.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot:
Courbes d’isoprofit
Q1
La prise en compte de niveaux de profit
croissants décale les courbes
d’isoprofit vers le bas
!c > !b > !a
100
Q2o(Q1)
Q1 = 50
•
!2a
!2b
!2c
25
50
75
Q1o(Q2)
100
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot:
Courbes d’isoprofit
Q1
100
Q2o(Q1)
Q1 = 75
•
"2 (75 ; 12,5)
Q1 = 50
•
"2 (50 ; 25)
25
Q1o(Q2)
12,5 25
50
75
100
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• L!équilibre de de Counot-Nash est obtenu
lorsque:
Q1C = Q1o(Q2C)
Q2C = Q2o(Q1C)
• L!équilibre de Cournot-Nash EC = (Q1C, Q1C)
est le point d!intersection des courbes de
meilleures réponse.
• En l!équilibre EC, Q1C est la meilleure réponse
à Q2C et Q2C est la meilleure réponse à Q1C.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Courbe de réaction et
l’équilibre de Cournot
Q1
À l’équilibre de Cournot-Nash,
chaque entreprise anticipe
correctement le niveau de
production de son concurrent
et maximise ainsi son profit.
Q2O(Q1)
EC
Q1
C
Q1O(Q2)
Q2C
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole de Cournot
• L!équilibre de Cournot-Nash peut-être vu
comme le résultat d!un processus séquentiel
de révision des choix de production par
chaque entreprise.
–
–
–
–
–
L!entreprise 1 est seule et produit Q1A
L!entreprise 2 entre et produit Q2A = Q2O(Q1A)
L!entreprise 1 réagit en produisant Q1B = Q1O(Q2A)
L!entreprise 2 réagit de même, Q2B = Q2O(Q1B)
Etc …
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Courbe de réaction et
l’équilibre de Cournot
Q1
Q2O(Q1)
Les ajustements successifs convergent.
L’équilibre de Cournot-Nash est stable
Q1A
Q1B
Q1C
EC
Q1O(Q2)
Q2A Q2B Q2C
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un modèle linéaire de
Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un modèle linéaire de
Cournot
• La courbe de réaction de l!entreprise 1
• Recette:
RT = P.Q1 = (30 - Q) . Q1
= 30 Q1 - (Q1 + Q2) . Q1
= 30 Q1 - Q12 - Q1.Q2
• Recette marginale:
Rm1 = 30 - 2Q1 - Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un modèle linéaire de
Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un modèle linéaire de
Cournot
• L$!équilibre de Cournot-Nash est solution du système
de 2 équations à 2 inconnues :
Q1 = 15 - 1/2 Q2
Q2 = 15 - 1/2 Q1
• En remplaçant l!équation 2 dans 1:
Q1 = 15 - 1/2 . (15 - 1/2 Q1)
Q1 - 1/4 Q1 = 15 - 15/2
3/4 Q1 = 15/2
Q1C = 10
• En remplaçant dans l!équation 2: Q2C = 10
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un modèle linéaire de
Cournot
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un modèle linéaire de
Cournot
Q1
Demande : P = 30 – Q et Cm1 = Cm2 = 0
L’équilibre de Courot-Nash est à
l’intersection des courbes de réaction
EC = (Q1C, Q2C) = (10,10)
30
Q2O(Q1)
15
EC
10
Q1O(Q2)
10
15
30
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole et coopération
• Si les deux entreprises ont un comportement
coopératif, elles vont se coordonner pour fixer
le volume total de production Q comme un
monopole.
• Le profit joint s!écrit :
" (Q) = P.Q - 0 = (30 - Q).Q = 30Q - Q2
• La condition au premier ordre de la
maximisation du profit donne :
" Q! = 0
! 30 - 2Q = 0
! QJ = 15
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole et coopération
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole et coopération
• La production jointe (monopole) est plus
faible que dans l!équilibre de Cournot:
QJ = 15 < QC = 20
• Le prix (monopole) est plus élevé:
PJ = 15 > PC = 10
• Le profit (monopole) est plus élevé:
"J = 225 > "C = 200
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Duopole et coopération
Pour l’entreprise, la coopération conduit à des
profits plus élevés qu’à l’équilibre de Cournot et
qu’à l’équilibre de concurrence pure.
Q1
30
Q2O(Q1)
Équilibre de concurrence pure (P = Cm ; profit = 0)
15
EC
10
Équilibre de coopératif EJ
7,5
Courbe de
coopération
Q1O(Q2)
7,5 10
15
30
Q2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Collusion!: le dilemme du
prisonnier
• L!équilibre de Nash est un équilibre non coopératif$:
chaque entreprise prend la décision qui lui permet de
réaliser le plus de profit possible, étant donné les
actions de ses concurrents.
• Comme la collusion est illégale, il faut que les
entreprises se coordonnent sans pouvoir formaliser
un accord de coopération légalement.
• Les entreprises doivent entrer en collusion tacite.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs collusion!: le
dilemme du prisonnier
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs collusion!: le
dilemme du prisonnier
• Ce dilemme entre comportement concurrentiel ou
collusif dans un oligopole correspond à un exemple
classique de la théorie de jeux, le dilemme du
prisonnier$:
– Deux prisonniers sont accusés d!avoir collaboré pour
commettre un délit.
– Ils ont été placés dans des cellules séparées et ne peuvent
donc pas communiquer.
– On essaie de les faire avouer.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Matrice des gains du jeu du
dilemme du prisonnier
Prisonnier B
Avouer
Avouer
Prisonnier A
Ne pas
avouer
-5, -5
Ne pas avouer
-1 , -10
Est-ce que vous avoueriez ?
-10, -1
-2, -2
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs collusion!: le
dilemme du prisonnier
• La collusion augmente les profits.
• Mais étant donné que l!adversaire adopte une
stratégie collusive, il se crée une incitation à
«$dévier ».
• L!intérêt individuel rend la situation de
coopération instable.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs collusion!: le
dilemme du prisonnier
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs Collusion :
Le duopole
• Dans le contexte du Duopole de Cournot,
supposons que l!entreprise 2 cherche à jouer
collusif en produisant Q2J = 7,5.
• Le profit de l!entreprise 1 et 2 seraient
supérieurs à celui en l!équilibre de Cournot
Nash si l!entreprise 1 choisissait aussi de
produire Q1J = 7,5:
"1(7,5 ; 7,5) = 112,5
"2(7,5 ; 7,5) = 112,5
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs Collusion :
Le duopole
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Matrice des gains du duopole
Entreprise 1
Entreprise 2
Cournot
Q2C = 10
Collusif
Q2J = 7,5
Cournot
Q1C = 10
100 ; 100
125 ; 93,8
Collusif
Q1J = 7,5
93,8 ; 125
112,5 ; 112,5
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs collusion!: le
dilemme du prisonnier
• Sur certains marchés oligopolistiques, les entreprises
peuvent observer les comportements de leurs
concurrents et ajuster leurs décisions au fil du temps,
pour établir un environnement prévisible où une
collusion tacite s!établira.
• Sur d!autres marchés oligopolistiques, les entreprises
sont très agressives, ne font pas confiance en leurs
concurrents, et la collusion n!est pas possible.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Concurrence vs collusion!: le
dilemme du prisonnier
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’avantage du leader!:
le modèle de Stackelberg
• Le modèle de Stackelberg est un modèle d!oligopole
dans lequel une entreprise 1 choisit en premier
(leader) son niveau de production, avant que
l!entreprise 2 décide de son niveau de production, en
connaissant celui de 1.
• Hypothèses$:
–
–
–
–
L!entreprise 1 décide d!abord de Q1.
Puis l!entreprise 2 décide de Q2 en connaissant Q1.
Cm = 0.
Demande de marché$: P = 30 – Q avec Q$=$Q1$+$Q2.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’avantage du leader!:
le modèle de Stackelberg
• L!entreprise 1 doit considérer la réaction de
l!entreprise 2.
• L!entreprise 2 prend la quantité produite par
l!entreprise 1, Q1, comme donnée et
détermine son niveau de production grâce à
sa courbe de réaction de Cournot$:
Q2 = 15 – % Q1
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’avantage du leader!:
le modèle de Stackelberg
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’avantage du leader!:
le modèle de Stackelberg
• En utilisant la courbe de réaction de
l!entreprise 2 pour Q2, la recette totale de
l!entreprise leader s!exprime uniquement
dans ses propres quantités :
RT1 = 30 Q1 - Q12 - Q1(15 - %Q1)
RT1 = 30 Q1 - Q12 - 15 Q - %Q12
RT1 = 15 Q1 - %Q12
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’avantage du leader!:
le modèle de Stackelberg
•
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
L’avantage du leader!:
le modèle de Stackelberg
• Le fait d!annoncer sa production en premier
donne un avantage (fait accompli) au leader
(l!entreprise 1).
• Le niveau de production du leader
(l!entreprise 1) et le niveau de profit sont deux
fois plus élevés que ceux du suivant
(l!entreprise 2).
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
• La concurrence dans un grand nombre de
branches oligopolistiques se fait par les prix
plutôt que par les quantités.
• Le modèle de Bertrand est un modèle
d!oligopole dans lequel les entreprises
produisent un bien homogène et traitent le
prix de leur concurrent comme donné, avant
de décider simultanément des prix (au lieu
des quantités).
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix!:
le modèle de Bertrand
• Hypothèses$:
– Bien homogène.
– Demande de marché$: P = 30 – Q avec Q = Q1 + Q2.
– Cm1 = Cm2 = 3$euros.
• Par comparaison, l!équilibre de Cournot donne$:
– Q1 = Q2 = 9.
– P = 12$euros.
– Profit de chaque entreprise = 81$euros.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix!:
le modèle de Bertrand
• Supposons que les deux entreprises se
fassent concurrence en choisissant
simultanément le prix au lieu de la quantité.
• Puisque le bien est homogène, les
consommateurs n!achèteront le bien qu!à
l!entreprise qui le vendra le moins cher.
– Si les deux entreprises vendent au même prix,
chacune aura la moitié du marché.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix!:
le modèle de Bertrand
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix!:
le modèle de Bertrand
• Pourquoi ne pas fixer un prix différent ?
– Si le prix de l!entreprise 1 est augmenté, elle ne
vend plus rien.
– Si le prix de l!entreprise 1 est baissé, elle perd de
l!argent sur chaque unité vendue.
• Le modèle de Bertrand démontre l!importance
du choix de la variable stratégique pour les
résultats de l!équilibre en oligopole$:
– prix contre niveau de production.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix!:
critiques du modèle de
Bertrand
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
• Les parts de marché sont déterminées non
pas uniquement par les prix, mais aussi par
les différences de style, de performance ou
encore de durabilité entre les produits des
différentes entreprises.
• Dans ce cas, la concurrence par les prix est
plus naturelle que la concurrence par les
quantités.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
• Exemple$:
– Duopole avec coûts fixes de 20$euros, mais avec des coûts
variables nuls.
– Les deux entreprises font face à la même courbe de
demande$:
• demande pour l!entreprise 1$: Q1 = 12 – 2P1 + P2 ;
• demande pour l!entreprise 2 : Q2 = 12 – 2P1 + P2.
– La quantité vendue par chaque entreprise diminue
lorsqu!elle augmente son propre prix, mais augmente
lorsque c!est son concurrent qui augmente le prix.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
• Les profits de l!entreprise 1 sont donnés par$:
Entreprise 1: !1 = PQ
1 1 " 20euros
= P1 (12 " 2 P1 + P2 ) " 20
= 12 P1 -2P12 + P1 P2 " 20
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
• Si P2 est donné$:
Le prix optimal de l' entreprise 1 provient de
"# 1 "P1 = 12 $ 4P1 + P2 = 0
La courbe de réaction de l' entreprise 1 est :
P1 = 3 + 1 4P2
La courbe de réaction de l' entreprise 2 est :
P2 = 3 + 1 4 P1
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
!
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
P1
Courbe de réaction de l’entreprise 2
Équilibre de collusion
Équilibre de collusion au
prix de 6 euros et profits
de 16 euros.
6#
4#
Courbe de réaction de l’entreprise 1
Équilibre de Nash
4#
6#
P2
Équilibre de Nash au prix
de 4 euros et profits de
12 euros.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La concurrence par les prix
avec produits différenciés
• Si l!entreprise 1 fixe son prix en premier et
que l!entreprise 2 choisisse le sien après
avoir observé la décision de l!entreprise 1$:
– L!entreprise 1 serait ici désavantagée
(contrairement au modèle de Stackelberg).
– L!entreprise 2 choisit en second et peut baisser un
peu ses prix pour capter une plus grande part du
marché.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un problème de tarification!:
l’exemple Procter & Gamble
• Procter & Gamble (P&G), Kao Soap, Ltd. et Unilever,
Ltd. ont décidé d!entrer sur le marché japonais des
insecticides.
• Les trois entreprises choisissaient leur prix
simultanément.
• Chaque entreprise utilisait la même technologie et
avait les mêmes coûts$:
– CF = 480$000$&/mois ; CV = 1$&/unité.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un problème de tarification!:
l’exemple Procter & Gamble
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un problème de tarification!:
l’exemple Procter & Gamble
Prix (égal) des concurrents (en !)
Prix de
P&G
(en !)
1,10
1,20
1,30
1,40
1,50
1,60
1,70
1,80
1,10
–226
–215
–204
–194
–183
–174
–165
–155
1,20
–106
–89
–73
–58
–43
–28
–15
–2
1,30
–56
–37
–19
2
15
31
47
62
1,40
–44
–25
–6
12
29
46
62
78
1,50
–52
–32
–15
3
20
36
52
68
1,60
–70
–51
–34
–18
–1
14
30
44
1,70
–93
–76
–59
–44
–28
–13
1
15
1,80
–118
–102
–87
–72
–57
–44
–30
–17
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Un problème de tarification!:
l’exemple Procter & Gamble
• Si les trois entreprises pouvaient entrer en
collusion, elles réaliseraient des profits plus
élevés.
– Si P$= 1,50$&, alors, leur profit = 20$000$&.
• Mais cette situation de collusion serait difficile
à maintenir en pratique (tentation de tricher
pour gagner plus).
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La rigidité des prix
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La rigidité des prix
• La rigidité des prix est le fondement du modèle de
l!oligopole avec courbe de demande coudée.
– Chaque entreprise fait face à une courbe de demande
coudée au niveau du prix en vigueur P*.
– Si P$>$P*, la demande est très élastique et les autres
entreprises ne suivront pas.
– Si P$<$P*, la demande est très inélastique et les autres
entreprises suivront.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La rigidité des prix
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La courbe de demande
coudée
$/Q
Si le producteur augmente le prix,
ses concurrents ne suivront pas et
la demande sera élastique.
Si le producteur baisse le prix,
ses concurrents suivront et
la demande sera inélastique.
D
Quantité
Rm
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Rm
La courbe de demande
coudée
$/Q
Si le coût marginal augmente,
l’entreprise produira toujours
la même quantité au même prix.
Cm’
P*
Cm
D
Q*
Quantité
Rm
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Rm
Le signal par les prix et le
leadership en prix
• Le signal par les prix est une forme de
collusion tacite où une entreprise annonce
qu!elle a augmenté ses prix en espérant que
ses concurrents feront de même.
• Le leadership en prix est un comportement
pour lequel une entreprise annonce
régulièrement des augmentations de prix que
ses concurrents suivent ensuite.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le modèle de l’entreprise en
position dominante
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le modèle de l’entreprise en
position dominante
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le modèle de l’entreprise en
position dominante
Prix
OF
D
L’entreprise en position dominante est
la différence entre la demande de marché et
l’offre de la frange concurrentielle.
P1
CmD
P*
DD
P2
QF QD
QT
RmD
À ce prix, la frange vend QF,
pour que QT = QD + QF
Quantité
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
6. Les cartels
• Les producteurs réunis en cartel entrent en
coopération explicite pour la fixation des prix et des
niveaux de production.
• Il n!est pas nécessaire que tous les producteurs
d!une branche entrent dans le cartel$: les autres
producteurs bénéficient des choix du cartel.
• Si la demande est suffisamment inélastique, il suffit
qu!un nombre suffisant de producteurs adhère au
cartel pour que les prix puissent être fixés bien audessus des prix de concurrence pure.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Les cartels
• Exemples de cartels qui
ont réussi$:
– OPEP$…
– International Bauxite
Association$;
– Mercurio Europeo.
• Exemples de cartels qui
n!ont pas réussi$:
–
–
–
–
–
cuivre$;
étain$;
café$;
thé$;
cacao.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Les conditions du succès
d’un cartel
• Un cartel stable$: ses membres doivent se mettre
d!accord sur le prix et les niveaux de production et
adhérer à cet accord.
– Cependant, les membres du cartel ont des coûts différents,
ou des évaluations différentes de la demande, ou des
objectifs différents.
– Chaque membre du cartel est tenté de «$dévier$» en
baissant légèrement ses prix de façon à capter une plus
grande part du marché que celle qui lui a été attribuée.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Les conditions du succès
d’un cartel
• Un certain pouvoir de monopole.
– Même si un cartel réussit à résoudre ses
problèmes d!organisation, il ne pourra pas
beaucoup augmenter ses prix s!il fait face à une
demande fortement élastique.
– Si les gains potentiels à coopérer sont élevés, les
membres du cartel auront plus d!incitations à
régler leurs problèmes organisationnels.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
La tarification du cartel
• Les membres d!un cartel doivent prendre en compte
l!offre concurrentielle des producteurs non membres
du cartel, quand ils prennent des décisions sur les
prix.
• La tarification du cartel peut donc être analysée avec
le modèle de l!entreprise en position dominante$:
– OPEP$: cartel (leader = Arabie saoudite) du pétrole qui a
réussi.
– CIPEC$: cartel du cuivre (Chili, Pérou, Zambie, R.$D. Congo)
qui n!a pas réussi.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le cartel du pétrole OPEP
Prix
DT
OC
DT est la demande mondiale pour
le pétrole. OC est l’offre concurrentielle.
La demande pour l’OPEP est
la différence entre les deux.
La quantité optimale pour
l’OPEP vient de Rm = Cm.
À cette quantité, le prix
fixé par l’OPEP est P*.
P*
DOPEP
CmOPEP
RmOPEP
QOPEP
Quantité
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le carte du pétrole OPEP
DT
Prix
OC
•Prix sans cartel = prix concurrentiel
PC lorsque DOPEP = CmOPEP
•Prix avec cartel = P* très supérieur à PC
P*
DOPEP
CmOPEP
Pc
RmOPEP
QC
QOPEP
QT
Quantité
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le cartel du pétrole OPEP
• Le cas de l!OPEP$:
– coût marginal Cm très bas (en tout cas en Arabie
saoudite)$;
– demande mondiale très inélastique$;
– offre concurrentielle non OPEP inélastique$;
– demande DOPEP relativement inélastique.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Le carte du cuivre CIPEC
Prix
•DT et OC sont
relativement élastiques.
DT
•DCIPEC est élastique.
OC
CmCIPEC
•CIPEC a peu de
pouvoir de monopole.
•P* est proche de PC.
DCIPEC
P*
PC
RmCIPEC
QCIPEC
QC
QT
Quantité
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Les conditions du succès
d’un cartel
• Pour réussir$:
– La demande totale ne doit pas être trop élastique
au prix.
– Le cartel doit contrôler quasiment la totalité de
l!offre mondiale ou, si ce n!est pas le cas, il faut
que l!offre des producteurs non membres du cartel
ne soit pas élastique au prix.
Frédéric RYCHEN - Principes d’économie II - 2009
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire