303sq5séance3 - Mon année de lettres

publicité
24/03
SEANCE 3
Grammaire
Les propositions subordonnées
I-
A retenir (voir fiche synthèse) :
LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES
On distingue :
-
la phrase simple qui contient un seul verbe conjugué donc une seule proposition. Il s’agit
d’une proposition indépendante.
la phrase complexe qui contient plusieurs verbes conjugués donc plusieurs propositions (1
proposition principale et 1 proposition subordonnée).
Tu vas rater ta saison cycliste. (phrase simple)
Elle n’a jamais bien su ce qu’elle voulait. (phrase complexe)
Il existe deux types de propositions subordonnées :
I. La subordonnée avec un connecteur (= avec mot de liaison)
a) La subordonnée relative
Elle est introduite par un pronom relatif (qui/ que/quoi/ dont/ où/ lequel/ duquel/ auquel). Le pronom
relatif a un antécédent (= le nom qu’il complète) dans la proposition principale.
Fonction grammaticale : elle complète un nom (= son antécédent).
J’écoute ce disque qui me plaît.
b) La subordonnée conjonctive (ou complétive)
Elle est introduite par la conjonction de subordination « que ». Cette conjonction n’a pas de sens
dans la phrase.
Le verbe de la proposition principale exprime une déclaration (dire, affirmer…), une perception
(voir, entendre…), une pensée (juger, penser…), un sentiment (souhaiter…).
Fonction grammaticale : COD, COI, sujet.
Je crois que vous vous trompez.
Je souhaite que vous réussissiez.
c) La subordonnée circonstancielle
Elle est complément circonstanciel de la proposition principale dont elle dépend.
Elle répond à la question « quand », « pourquoi », « à quelle condition »…
Elle est introduite par une conjonction de subordination (quand/ comme/ si/ lorsque/ puisque…) ou
par une locution conjonctive (alors que/ avant que/ depuis que/ dès que/ parce que/ bien que/ au
moment où/ au cas où…).
Fonction grammaticale : complément circonstanciel.
J’écoute ce disque puisqu’il me plaît.
Je lis ce livre parce qu’il m’intéresse.
d) La subordonnée interrogative indirecte
Elle est introduite par un pronom ou un adverbe interrogatif (qui, pourquoi, comment, quand…) et
est le plus souvent précédée par un verbe de demande (demander, interroger, questionner…). Elle
permet de formuler une question tout en gardant un type de phrase déclarative.
Fonction grammaticale : COD.
Je me demandais pourquoi il était là.
II. La subordonnée sans connecteur (= sans mot de liaison)
a) La subordonnée participiale
Le verbe de la subordonnée est conjugué au mode participe (présent ou passé).
Fonction grammaticale : complément circonstanciel.
J’écoute ce disque, les paroles étant passionnantes.
J’ai aimé ce livre, l’histoire ayant été bien écrite.
b) La subordonnée infinitive
Le verbe de la subordonnée est à l’infinitif.
Il a un sujet qui lui est propre et qui n’est donc pas celui de la proposition principale.
Fonction grammaticale : COD.
J’écoute le chanteur répéter son texte.
II-
Exercices :
Ex 1 :
1) que les Prussiens ont envahie : PSR
2) qu’ils prendront la diligence : proposition subordonnée conjonctive
3) que la faim tenaille : PSR / que Boule de Suif partagera son repas : proposition
conjonctive
4) qui occupe l’auberge : PSR / que les voyageurs repartent : proposition conjonctive
Ex 2 :
1)
2)
3)
4)
5)
que la présence de jolies femmes serait agréable : prop sub conjonctive / COD
s’il pourrait organiser une fête : interrogative indirecte / COD
que l’un des officiers a insulté la France : conjonctive / COD
comment l’officier a été tué : interrogative indirecte / COD
les Prussiens saccager le château : proposition infinitive / COD
6) qui est une prostituée : PSR / complément de l’antécédent « Boule de Suif »
Ex 3 :
Quand l’un d’eux parlait en patchou : prop sub circonstancielle / CC de temps
Ce qu’il disait : conjonctive / COD
Les colporteurs livrer leurs marchandises et vendre leurs services à grands cris : prop
sub infinitive / COD
Qui servaient la boisson : PSR / complément de l’antécédent « les garçons »
Si elles pouvaient y trouver quelque chose à vendre : interrogative indirecte / COD
Téléchargement
Explore flashcards