Doc Mise base 19

publicité
ANIMAUX
1001 façons
de lutter contre les
insectes
A
vec l’été, nous voyons revenir des armées de four-
mis, guêpes, abeilles, moustiques, taons, etc., prêtes
à nous gâcher la vie et la sieste. Comment se défendre
www.photos.com
contre ces gêneurs? Les trucs des pros.
18
ALLEZ
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
Anne Freitag, conservatrice du Musée de zoologie
à Lausanne, et Daniel Cherix, conservateur au même musée
et professeur extraordinaire à l’UNIL
© N. Chuard
▲
A
vec l’arrivée de l’été, les minuscules
hôtes de nos jardins, balcons, cuisines et même chambres à coucher, se
multiplient. Un pot de confiture oublié
sur la table du petit-déjeuner attire une
ribambelle de fourmis, voire une colonie
de guêpes...
Pour cohabiter en bonne intelligence
avec les moustiques, araignées ou
abeilles, faire fuir les cafards, capricornes
rongeurs de charpentes et autres teignes
ALLEZ
SAVOIR
alimentaires et repérer la tique potentiellement dangereuse ou le méchant frelon, un minimum de connaissances
s’impose.
Tour d’horizon des us et coutumes des
habitants du royaume de l’infiniment
petit avec Anne Freitag, conservatrice du
Musée de zoologie à Lausanne, et Daniel
Cherix, conservateur au même musée et
professeur extraordinaire à l’UNIL.
! / N°32 JUIN 2005
→
19
1001 façons de lutter contre les insectes
ANIMAUX
Celles qui piquent ou
qui mordent
Araignées
Danger
«Toutes les araignées sont
munies de deux crochets au
niveau de la tête qui leur permettent de mordre», rappelle
Anne Freitag. Mais celles
qui vivent dans nos contrées ne
sont pas dangereuses. Les plus
petites ne sont pas forcément les plus
inoffensives, puisque «certaines morsures peuvent provoquer des allergies».
Les reconnaître
La grosse araignée qui fait peur
lorsqu’on la croise par ici - généralement
dans une cave – est la tégénère. «Elle est
très grande, mais pas du tout dangereuse», rassure la spécialiste. Cette grosse
bête a un caractère paisible : «On peut
la prendre dans la main sans problème
et il faut vraiment l’ennuyer beaucoup
pour qu’elle morde.»
S’en prémunir
«Sortir simplement l’araignée à l’extérieur. Il serait dommage de l’écraser alors
qu’elle ne présente aucun danger», explique Anne Freitag. Une fois dehors, la
bestiole à pattes recommencera à tisser
sa toile et attraper les petits insectes passant par là.
Les moustiques
Danger
Théoriquement, les moustiques qui vivent sous nos latitudes ne transmettent
pas de maladies telles
que la malaria, inoculée
aux humains par leurs congénères africains. Mais depuis
deux ans, la présence du
moustique Tigre a été signalée au Tessin. Même si cette espèce est
responsable de la transmission de la
dengue, pour l’heure, aucun problème n’a
été constaté en Suisse.
20
Les moustiques d’ici provoquent seulement des démangeaisons pour cause de
piqûres. Savoir que seule la femelle moustique pique pour se nourrir de sang ne
consolera pas. Surtout si on apprend que
«ce repas, très riche en protéines, permet
de fabriquer les œufs», donc les futurs
insectes piquants, rappelle Anne Freitag.
Les reconnaître
Leur longue trompe – qui leur sert à
pomper le sang de leur victime – est facilement repérable.
S’en prémunir
Pour éloigner les adultes qui piquent,
rien ne vaut la moustiquaire ou les crèmes
qui contiennent un répulsif. Ne pas
oublier de renouveler l’application après
une baignade.
On peut également éviter de placer des
nids à développement de larves autour de
sa maison : «Les larves se développent
dans l’eau, mais de très petits volumes suffisent, comme un verre d’eau laissé plusieurs jours sur une table de jardin.»
Les taons
Danger
Tout comme les moustiques,
les taons piquent pour
absorber du sang. Leur
piqûre est toutefois plus
méchante, puisqu’elle peut
provoquer des réactions comme
une allergie «à l’anticoagulant que
l’insecte injecte au moment où il pique.
Certaines personnes ont la peau qui
gonfle», précise Anne Freitag.
Non seulement ça fait mal, mais savoir
que ces minivampires nous injectent un
produit destiné à maintenir notre sang
liquide plus longtemps pour mieux le
boire ne nous incitera pas à leur laisser
la vie sauve!
Les reconnaître
Ces très grosses mouches sont suffisamment antipathiques pour qu’on s’en
méfie d’emblée.
→
ALLEZ
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
Piège naturel
à taons
Les taons sont de grosses mouches programmées
pour piquer les vaches, et accessoirement les
humains... Quand ils s'en prennent aux bovins, les taons
ne choisissent pas n'importe lesquels : «Les bicolores
ont leur préférence», indique Daniel Cherix, conservateur au Musée de zoologie et enseignant à l'Université.
Parmi ceux-ci, leurs cibles de choix sont les animaux aux
couleurs très contrastées. Un signal repéré à plusieurs centaines de mètres de distance pour foncer avec précision sur
la proie. Autant de constatations consignées par un chercheur
américain spécialiste des taons. Il a également repéré que ces
mouches géantes – dont on compte plus de cinquante espèces
rien qu'en Suisse – préféraient piquer les zones de peau les
plus chaudes de la vache. Le noir ou le brun foncé retenant
plus la chaleur que le blanc, le bovin bicolore est systématiquement attaqué sur les parties les plus sombres de sa robe.
Malin, le taon, mais pas assez pour déjouer le piège que
l'homme a imaginé de lui tendre en exploitant ses petites
manies de mouche. Le même chercheur a d'abord construit «une
forme simplifiée de vache de la taille d'un veau», explique le
zoologue lausannois. Un leurre peint de deux couleurs très
contrastées.
Le taon s'étant laissé attirer par cet ersatz de ruminant, il
ne restait plus qu'à trouver un moyen de le capturer. «Un piège
Manitoba a été construit sous la forme d'une grosse boule bicolore de 80 cm de diamètre, peinte de deux couleurs très contrastées.» Les taons sont attirés. Il suffit alors de placer un filet
plus large que la boule au sommet – puisque les mouches prennent leur envol vers le haut – pour capturer les indésirables.
www.photos.com
Une grosse boule rouge et noire de ce type – munie d'un
filet au sommet et même d'un système de récupération des
taons – se balance ainsi depuis sept étés dans le jardin de
Daniel Cherix. «Ce piège est d'une efficacité extraordinaire,
▲
s'enthousiasme le spécialiste des petites bêtes. Tous les taons
Toutes les araignées sont dotées de crochets
et donc capables de mordre, y compris celles qui vivent
dans nos contrées.
Mais heureusement, ces morsures locales sont sans gravité
présents dans un bon quart d'hectare se font attraper pour le
ALLEZ
plus grand plaisir de toute la famille.»
F.G.
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
21
1001 façons de lutter contre les insectes
ANIMAUX
→
S’en prémunir
Les crèmes antimoustiques n’éloignent pas vraiment les taons (lire encadré sur un piège naturel qui leur est spécialement destiné). En cas d’attaque
imminente par un gros taon, un spray
contre les insectes volants découragera
l’assaillant.
Guêpes et frelons
Danger
Les abeilles
Danger
Les abeilles piquent pour se
défendre et injectent un venin.
Certaines personnes y
sont allergiques. Malheureusement, elles ne le
découvrent
généralement
qu’après la première piqûre. En
cas de gonflement important dans les secondes qui suivent la piqûre, mieux vaut
se rendre à l’hôpital. Une fois diagnostiqué comme allergique aux abeilles – et,
partant, aux guêpes et frelons encore plus
virulents – le patient obtiendra un médicament à injecter d’urgence en cas de
nouvelle atteinte.
Une piqûre à la gorge ou dans la
bouche est une urgence médicale, que la
personne soit allergique ou pas : car le
gonflement des tissus pourrait provoquer
un étouffement.
L’abeille est munie d’un dard en forme
de harpon qu’elle laisse dans la peau de
sa victime. En s’éloignant, «l’insecte
s’arrache l’arrière du corps : elle va donc
mourir rapidement et ne pas piquer à
nouveau», explique la chercheuse. Mais
la poche à venin étant restée dans la peau,
il faut l’enlever «en pressant la peau avec
un ongle, en évitant de presser cette
poche et de s’injecter soi-même le reste
du venin!»
Les reconnaître
Leurs corps rayé est caractéristique.
Les abeilles sont plus petites que les
guêpes, par ailleurs elles sont poilues
alors que les guêpes sont plutôt glabres.
On les trouve à proximité des ruches ou
dans les champs fleuris.
S’en prémunir
L’abeille ne pique que si elle se sent
agressée. Il faut donc éviter de gesticuler à proximité d’une ruche ou d’un
essaim. Une fois piqué, il faut s’éloigner
rapidement de la ruche car l’animal qui
22
attaque émet une phéromone d’alarme
qui va attirer d’autres abeilles.
L’abeille butinant les fleurs, il faut éviter de courir pieds nus dans les champs
en été si l’on ne veut pas la provoquer.
Les frelons sont de
grosses guêpes, donc
encore plus dangereux
que leurs congénères qui
sont déjà passablement agressives en
août et septembre, soit les période où il
y a le plus de guêpes.
Certains cas graves d’allergie peuvent
provoquer un choc anaphylactique se
manifestant par des frissons, sueurs et
pâleur. C’est une indication d’hospitalisation d’urgence.
Contrairement à l’abeille, une même
guêpe peut piquer plusieurs fois. Il faut
donc éviter de faire de grands gestes si
l’on vient d’être piqué : un conseil plus
facile à énoncer qu’à suivre...
Les guêpes se posant souvent sur les
fruits ou au bord des verres de boissons
sucrées, on peut les avaler. Les enfants
doivent être rendus attentifs à ce danger.
Les reconnaître
Les guêpes ont aussi
un corps rayé, et elles sont
parfois plus grosses que les
abeilles, et nourrissent leurs
larves avec de petits insectes. Pour
leur propre nourriture, elles recherchent
des produits sucrés.
S’en prémunir
Ne pas laisser traîner de la nourriture
susceptible de les intéresser tels que pots
de miel ou de confiture, tartines, bouteilles de sirop ou de sodas, fruits bien
mûrs. Si les guêpes sont présentes, il faut
éviter de faire de grands gestes.
Si on repère un nid à proximité de son
logement, il est déconseillé d’essayer de
l’enlever soi-même. La prudence conseille de faire appel à une entreprise de
désinsectisation.
ALLEZ
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
▲
La piqûre d'abeille peut provoquer
des enflures importantes. Dans ce cas, il vaut
mieux se rendre à l'Hôpital
www.photos.com
Les tiques
Danger
La plupart des tiques sont inoffensives
pour l’homme mais certaines trimbalent
de drôles de maladies. La plus fréquente
en Suisse, l’Ixodes ricinus, est parfois
porteuse de l’agent de la borreliose ou
maladie de Lyme susceptible d’affecter
l’homme. Au pire, cette tique peut
transmettre aux êtres
humains l’encéphalite
virale à tique. Mieux vaut
donc consulter un médecin ou un pharmacien en
cas de piqûre.
Les reconnaître
«Si la tête de la tique est restée dans
la peau, on voit juste un petit point noir
avec éventuellement une rougeur autour», explique la spécialiste. Pour enlever efficacement une tique – mieux vaut
agir le plus rapidement possible car ces
bestioles s’incrustent sous la peau –, il
faut coincer la bête «entre deux ongles
ou une pince, et tourner plutôt que tirer».
Les moins adroits peuvent aussi se
rendre directement à la pharmacie, où on
les débarrassera volontiers de cet encombrant parasite.
S’en prémunir
«Les tiques ne se laissent pas tomber
des arbres sur le promeneur, comme le
prétend la rumeur. Elles se trouvent dans
la végétation basse, les hautes herbes ou
les buissons», précise Anne Freitag. Se
promener pieds nus ou en sandales en
forêt n’est donc pas recommandé. La
tique – qui «ne mesure que de 2 à 3 millimètres si elle n’est pas gonflée de
sang» –, va plutôt se poser au niveau des
jambes et chercher à grimper.
De bonnes baskets et un jean sont
donc des barrières efficaces aux attaques
de tiques. Il est par ailleurs «très rare que
la tique du chien attaque l’homme».
→
ALLEZ
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
23
1001 façons de lutter contre les insectes
ANIMAUX
Celles qui
pullulent
Danger
Elles rongent charpentes et
poutres, fragilisant la structure
des habitations.
Les reconnaître
En Suisse, elles ne sont pas présentes à l’état sauvage. Les termites
sont des insectes vivant dans les pays
chauds. Il existe également plusieurs
espèces de termites en Europe : elles
vivent notamment librement en France,
de Nantes jusqu’au Sud, et bien évidemment en Espagne, au Portugal, en
Italie, etc. Ce sont des termites dites inférieures qui ne construisent pas de
grandes termitières visibles, mais creusent dans le bois, d’où certains problèmes
dans les grandes villes françaises comme
Paris ou Lyon.
S’en prémunir
Les pays touchés ont mis en place un
contrôle moyennement efficace, notamment en exigeant des vendeurs de logements une attestation certifiant l’absence
de termites.
Les capricornes
Danger
Ils rongent charpentes et
poutres, fragilisant la structure
des habitations. Le grand capricorne des maisons «creuse des
galeries d’un centimètre de
diamètre». Ce sont les larves
qui se nourrissent de bois.
L’insecte adulte est inoffensif en luimême, mais s’il se reproduit, il crée de
nouvelles larves voraces.
Les reconnaître
Les signes de la présence de capricornes ou autres coléoptères rongeurs de
bois sont de petits tas de sciure au pied
des meubles ou sous les poutres, ou le
bruit des larves qui grignotent... Si la
24
maison est infestée, les larves sont présentes toute l’année, tandis que les
adultes sortent plutôt au printemps.
Le capricorne est «un coléoptère assez
allongé avec de longues antennes». Pour
savoir à qui l’on a affaire et si ses poutres
sont menacées de finir en dentelle, on
peut faire identifier la bestiole au Musée
de zoologie qui demandera «une contribution financière de 20 francs».
La moitié des espèces de
fourmis disposent d'un aiguillon qui
leur permet de piquer
S’en prémunir
«Les femelles de certaines espèces ne
pondent que sur du bois qui possède
encore son écorce. Elles ne sont pas dangereuses pour la maison. Si on en trouve
à l’intérieur, c’est sur le bois de feu.» Les
capricornes qui pondent sur du bois mort
doivent être éradiqués. Certains produits
chimiques, vendus en droguerie, permettent de s’en débarrasser.
Les cafards
Danger
Ils peuvent transmettre des germes et
souiller de la nourriture par leurs excréments.
Les
reconnaître
Une fois
installées,
ces petites bêtes
brunes rampantes et
rapides sont faciles à repérer :
elles se baladent partout. L’été n’est pas
leur saison de prédilection, elles sortent
toute l’année.
S’en prémunir
Dans un immeuble, les cafards ne se
cantonnent pas à un seul appartement.
Les appâts vendus dans le commerce ne
permettent donc pas de s’en débarrasser
définitivement. Mieux vaut demander à
la gérance de faire intervenir une entreprise de désinsectisation qui traitera tous
les logements.
ALLEZ
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
Les pyrales (teignes alimentaires)
Danger
Elles souillent les aliments dont elles
se nourrissent.
Les reconnaître
Les teignes alimentaires ou pyrales aiment bien la chaleur. A l’âge adulte, ce sont
des sortes de minipapillons. Les chenilles
se nourrissent – selon les espèces – de
fruits, farine ou épices. La soie fabriquée
par les chenilles agglomère les aliments.
▲
Les termites
www.photos.com
Les fourmis
Danger
«La moitié des espèces de fourmis ont
un aiguillon qui leur permet de piquer»,
rappelle Anne Freitag. Dans nos contrées, c’est surtout la fourmi rouge qui
s’en sert ainsi que certaines espèces plus
foncées qui possèdent également un
aiguillon.
La fourmi piqueuse injecte une substance qui fait durer la douleur un peu plus
longtemps qu’avec la simple «morsure de
la fourmi rousse». Piqûres ou morsures de
fourmi sont désagréables, mais ne présentent que de très faibles risques d’allergie.
Beaucoup d’autres fourmis ne s’en
prennent pas à l’humain mais peuvent
envahir rapidement une cuisine si elles
sont attirées par du sucré...
Les reconnaître
La fourmi rouge aime les gazons et
pique si... on s’assoit dessus. Sa cousine,
la fourmi rousse ou fourmi des bois,
construit plutôt «dans les grands dômes
de matériel végétal».
S’en prémunir
On trouve en droguerie des «pièges à
teignes ou pyrales». Il s’agit d’un carton
recouvert de glue où les papillons, que
l’on attire par une phéromone, vont venir
se coller.
Une fois les pyrales installées, il est
relativement facile de s’en débarrasser en
éliminant tous les aliments visités. Encore faut-il le faire efficacement : «On
jette généralement le paquet de riz ou de
farine contaminé à la poubelle, la chenille en sort et va se balader ailleurs»,
précise Anne Freitag.
Pour une éradication définitive, il faut
enfermer les aliments souillés dans des
sacs hermétiques et les placer directement dans la poubelle extérieure.
Les cloportes
Danger
Totalement inoffensifs.
Les reconnaître
Ils grouillent sous les pierres du
jardin.
S’en prémunir
Les cloportes rongent les feuilles mortes
et les transforment en
terreau. Ils ne présentent aucun danger et
vivent en bonne intelligence avec l’homme.
S’en prémunir
Pour éviter les piqûres ou morsures de
fourmis, il suffit d’éviter de pique-niquer
sur une fourmilière ou d’en piétiner une
en étant chaussé de simples sandales.
Les fourmis installent leur nid à l’extérieur des maisons, mais visitent volontiers les habitations pour chercher de la
nourriture, plus particulièrement des
produits sucrés.
Pour éviter l’envahissement en été, il
faut tout simplement ranger les pots de
confiture et de miel fermés dans le réfrigérateur. «Placer en hauteur les produits
sucrés ne sert à rien : les fourmis grimpent
le long des murs», note Anne Freitag.
On peut toutefois construire une barrière répulsive simple avec de la margarine : «Pour les fourmis, la margarine sent
le cimetière et elles évitent de passer par
là», indique Daniel Cherix.
Françoise Guy
ALLEZ
SAVOIR
! / N°32 JUIN 2005
25
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire