deux longicornes ennemis des bois résineux de construction

publicité
MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE
ADMINISTRATION DES EAUX ET FORETS
COMMISSION D'ÉTUDES
DES ENNEMIS DES ARBRES, DES BOIS ABATTUS
ET DES BOIS MIS EN ŒUVRE
Bulletin n° 12
DEUX LONGICORNES ENNEMIS
DES BOIS RÉSINEUX DE CONSTRUCTION
(Hylotrupes bajulus et Criocephalus rusticus).
Deux Coléoptères du groupe des Longicornes sont à craindre
chez nous dans les bois résineux de construction : l'Hylotrupes
bajulus L., dont les dégâts sont fréquents et généralement très
importants, et le Criocephalus rusticus L. qui, accidentellement,
peut se montrer très nuisible dans les poutres.
Les galeries creusées par les larves sont larges et aplaties,
mais la vermoulure est une fine poussière dans le cas de l'Hylotrupes, tandis qu'elle est très compacte et obstrue les galeries
dans le cas du Criocephalus.
HYLOTRUPES BAJULUS L.
L'Hylotrupes bajulus, vulgaiCaractères et cycle évolutif.
rement dénommé Capricorne des maisons, est un Coléoptère de
forme aplatie, avec les antennes beaucoup plus courtes que le
corps, et les élytres trois fois plus longs que le corselet; ce
dernier porte de chaque côté un relief réniforme d'un noir
—
360 DEUX LONGICORNES ENNEMIS DES BOIS RÉSINEUX
luisant. La longueur totale est de io à 20 millimètres, la coloration varie du brun noir au brun jaune, avec une pubescence
grise qui forme une ou deux petites taches blanchâtres sur les
élytres. Chez la femelle l'abdomen est terminé par une pointe
assez allongée.
La larve, longue de 20 à 22 millimètres, quand elle est adulte,
est aplatie et a les premiers segments larges et très développés.
On trouve l'insecte de la mi-juin à fin août. La vie active
du mâle dure une quinzaine de jours, celle de la femelle environ
une semaine; l'accouplement a lieu aussitôt la sortie; quand le
bois est très ravagé, l'accouplement peut se faire dans les
galeries mêmes et dans ce cas les adultes ne sortent pas. La
ponte a lieu un à deux jours plus tard; les oeufs sont déposés
dans les fentes et les crevasses des bois secs, ou dans les galeries
mêmes. Les larves éclosent au bout de 8 jours, minent l'aubier,
en respectant la surface, puis pénètrent progressivement dans le
bois, où elles poursuivent leurs dégâts pendant un temps assez
variable (2 à Io ans). Les galeries ont une section ovalaire, qui
permet de les distinguer de celles des Sirex, dont la section est
circwaire. On peut trouver jusqu'à 20 larves en un me me point.
La nymphose se fait dans la galerie larvaire, où les adultes
restent 5 à 7 mois avant de s'accoupler.
Comme prédateur (i) des larves, on signale un Cléride, Opilo
domesticus Sturm.
Habitat et dégâts. — L'Hylotrupes bajulus vit normalement
dans les vieux Conifères, mais c'est surtout un habitant des
poutres, des charpentes, et d'une façon générale des bois résineux de construction.
Les dégâts causés par l'Hylotrupes bajulus sont considérables :
la larve accomplit à l'intérieur des bois résineux de construction
un travail sournois, très dangereux pour la solidité des bâtiments,
et dont on ne s'aperçoit souvent que très tard, au bout de 20 à
30 ans; on ne trouve çà et là que quelques rares trous de sortie,
mais au toucher le bois cède sous l'ongle et l'intérieur est complètement vermoulu. En creusant le bois les larves font entendre
un bruit facilement perceptible.
(s) On appelle prédateur un animal qui fait sa proie d'autres espèces animales.
Lk
Insecte parfait mâle
(grossi z fois et demie).
HYLOTRUPES BAJULUS
CRIOCEPHALUS RUSTICUS
(grossi z fois et demie).
Larve
(grossie
2
fois et demie).
362 DEUX LONGICORNES ENNEMIS DES BOIS RÉSINEUX
La chaleur, en desséchant le bois, favorise la multiplication
de l'insecte, qui se montre également nuisible aux parquets,
aux meubles, aux poteaux télégraphiques et électriques. Il
peut même percer les revêtements en plomb.
Ce Longicorne se trouve dans toute l'Europe, depuis l'Angleterre jusqu'au Caucase. Il est signalé aux États-Unis, et cause
de gros dégâts en Argentine où il a été importé.
CRIOCEPHALUS RUSTICUS L.
Caractères et cycle évolutif. — Le Criocephalus rusticus est un
Coléoptère allongé de 1 3,5 â 15 millimètres de longueur. Sa couleur varie en dessus du brun noir châtain au brun noir ou au
brun fauve; la tête est ponctuée ou finement chagrinée, hérissée
de poils â sa partie antérieure; le prothorax est convexe, arrondi
sur les côtés et marqué de petites fossettes plus ou moins prononcées. Les élytres, 4 fois aussi longs que le prothorax, sont
médiocrement convexes en dessus et rétrécis d'avant en arrière;
leur surface est très finement granulée, garnie de poils couchés
très courts.
L'insecte parfait est nocturne; il apparaît en juin et juillet;
la femelle pond dans l'écorce des souches et des troncs des
résineux de 20 ans et au-dessus, récemment morts ou abattus.
Les œufs, longs de Imm 5, sont en forme d'ellipsoïde très allongé,
d'un beau blanc et très lisses. Les larves éclosent 15 â 20 jours
plus tard, traversent l'écorce, et vivent quelque temps entre celleci et le bois. Le moment où elles s'enfoncent dans l'aubier est
variable, et paraît dépendre plutôt des circonstances que de leur
caprice : si l'écorce est épaisse, elles en vivent plus longtemps,
et y effectuent, avant de la quitter, les deux tiers de leur développement; le contraire a lieu quand l'écorce a peu d'épaisseur.
Durant les hivers doux, elles paraissent aussi se maintenir plus
longtemps sous l'écorce que lorsque le froid est intense et prolongé. I1 est à noter, néanmoins, que l'on peut trouver en même
temps des larves du même âge dont les unes rampent sous l'écorce
et lei autres ont, depuis longtemps, disparu dans le bois. Quoi
qu'il en soit, elles finissent toutes par y pénétrer et elles y
DEUX LONGICORNES ENNEMIS DES BOIS RÉSINEUX
363
creusent en tous sens, â une faible profondeur, des galeries à
section elliptique.
Aux approches de la métamorphose qui a lieu en mai et en
juin, elles reviennent vers la surface et se transforment â l'extrémité élargie de leurs galeries. L'insecte parfait sort au bout de
peu de temps.
Habitat et dégâts. — Toutes les observations concordent pour
considérer cet insecte comme un ravageur des résineux affaiblis
sur pied ou abattus. Toutefois, en 1912, le C. rusticus a été
signalé dans une charpente en sapin et les adultes auraient
même, pour sortir des voliges, perforé des plaques de zinc. La
réinfection des bois ouvrés par des insectes qui en sont sortis
n'a jamais été constatée, les femelles ne pondant que dans des
souches ou troncs non écorcés.
On a constaté récemment une sortie abondante de C. rusticus
hors de pièces maîtresses d'une charpente en pin revêtue d'un
enduit de plâtre de 5 centimètres d'épaisseur.
MOYENS DE PROTECTION
MOYENS PRÉVENTIFS
Il ne faut mettre en oeuvre que des bois convenablement
antiseptisés.
On peut employer soit le carbonyle, tiédi au bain-marie en
raison de son inflammabilité (renouveler l'opération au bout de
4 semaines), soit la créosote (pour les poteaux), soit, pour éviter
les inconvénients de ces produits dans la construction, tout autre
produit dont l'expérience aura montré l'efficacité.
Cette précaution devient indispensable, si le bois est destiné
a être recouvert de plomb, de zinc ou de cuivre, ces revêtements métalliques favorisant la multiplication des insectes.
MOYENS RÉPRESSIFS
Les bois attaqués doivent être soigneusement équarris, aussi
profondément que descendent les galeries; tous les déchets
364 DEUX LONGICORNES ENNEMIS DES BOIS RÉSINEUX
doivent être immédiatement brûlés, et le bois badigeonné au
carbonyle ou antiseptisé comme il est dit précédemment.
Quant aux meubles ou aux pièces de bois, qu'on peut enfermer
dans un local hermétiquement clos, ils peuvent être désinsectisés par le sulfure de carbone, le cyanure de calcium granulé
(2 grammes par mètre cube) ou la chloropicrine (i). Des
injections répétées de benzine avec bouchage des trous à la cire
permettent de débarrasser des insectes les pièces de bois
infestées, lorsqu'on ne peut employer les substances précédentes.
R ÉSUMÉ
i° L'Hylotrupes bajulu s est un des plus dangereux destructeurs des bois résineux de construction : c'est le grand ennemi des
charpentes. L'insecte ne vit que quelques jours, mais la larve mine
le bois pendant des années, sans attaquer la surface; il en résulte
qu'on s'aperçoit des dégâts souvent trop tard. La larve recherche
l'aubier.
2° Le Criocephalus rusticus vit dans le bois des résineux
abattus et peut accidentellement être introduit dans les constructions. La ponte ne se fait que sur les bois non écorcés. Le cycle
évolutif dure un an.
3° La chaleur favorise le développement et l'activité des larves.
4° Il faut antiseptiser les bois de construction et les poteaux.
5° Les bois profondément atteints doivent être soigneusement
équarris, puis antiseptisés.
:
(r) Voir le Bulletin no 8 de la Commission d'études des ennemis des arbres, des
bois abattus et des bois mis en oeuvre : La pigüre du bois de chêne mis en oeuvre,
(Annales, t. IV, fasc. r) p. 171-174.
Téléchargement
Explore flashcards