Stabilité des caryotypes et variabilité des génomes 1. Éliminer l

advertisement
Stabilité des caryotypes et variabilité des génomes
1. Éliminer l'intrus
1.1
A. Chromosome
B. Hétérochromosome
C. Autosome
D. Chromatine
E. Gonosome
1.2
A. Chromatine
B. Chromatide
C. Chromosome
D. Centromère
E. Chromaffine
1.3
A. Insertion
B. Substitution
C. Transcription
D. Translocation
E. Délétion
1.4
A. mutation
B. famille multigénique
C. transposition
D. crossing over
E. duplication
2. Accoler ensemble, deux à deux, les termes de chacune des deux listes suivantes qui vous paraissent
le mieux en relation :
2.1
2.2
2.3
1. Réduction de
1- Réduction de
A. Diploïde
A. Fécondation
A. duplication 1- Deux allèles
moitié du nombre B. Gamétogenèse moitié du nombre
différents
B. Haploïde
génique
des
chromosomes
des
chromosomes
2- S’exprime
C. Méiose
C. Méiose
B. Allèle
2.
Contenant
2n
2Rétablissement
uniquement
D. Crossing
D. Chiasma
dominant
chromosomes
du
nombre
diploïde
chez un
over
E. Bivalent
C.
3. Contenant n
de chromosomes
homozygote
E. Zygote
Hétérozygote 3- migration de
chromosomes
3- Formation des
D. Allèle
4. Oeuf
gamètes
gène dans le
récessif
5. Echange de
4- Comprend 4
caryotype
E. transposition 4- S’exprime
segments
chromatides
chromosomiques
3. Questionnaire à choix multiple :
3.1 Une mutation :
A. est toujours héréditaire
B. modifie la séquence d’un gène
C. modifie toujours le phénotype
D. apporte toujours un avantage sélectif
E. est toujours dominante
5- Échange de
segments
chromosomiques
toujours
5- deux gènes
différents
3.2 Une mutation :
A. ne peut affecter que les cellules germinales
B. peut affecter n’importe quelle cellule
C. donne naissance à un nouvel allèle
D. est prévisible
E. affecte au moins un nucléotide d’un gène
3.3 Un gène :
A. existe toujours sous une seule forme allélique
au sein d’une espèce
B. existe souvent sous plusieurs formes alléliques
au sein d’une espèce
C. présente une seule forme allélique chez un
homozygote pour ce gène
D. présente une seule forme allélique chez un
hétérozygote pour ce gène
E. est une portion d’ADN
3.4 Les allèles d’un gène :
A. codent toujours des protéines différentes
B. codent toujours des protéines fonctionnelles
C. sont considérés comme polymorphes lorsque leur
fréquence est supérieure ou égale à 1 %
D. diffèrent toujours par leur longueur
E. diffèrent par leur séquence nucléotidique
3.5 La méiose :
A. est une caractéristique des organismes à
reproduction asexuée
B. constitue chez tous les organismes une phase de
la gamétogenèse
C. comporte deux divisions cellulaires successives
D. aboutit toujours à la formation de cellules
haploïdes
E. aboutit à une division par deux de la quantité
d’ADN dans les cellules filles
3.6 Au cours de la méiose :
A. il y a réduction du nombre de chromosomes mais
pas de la quantité d'ADN
B. la première division est équationnelle
C. la première division est réductionnelle
D. il y a une duplication de l'ADN juste avant la
prophase 2
E. Il y a une duplication de l'ADN avant la prophase 1
3.7 Au cours de la prophase 1 de la méiose :
A. les chromosomes sont constitués d'une seule
chromatide
B. les chromosomes homologues se regroupent en
bivalents
C. les bivalents comportent un seul centromère
D. des chromatides homologues peuvent échanger
des segments
E. des chromatides non homologues peuvent
échanger des segments
3.9 Le brassage de l'information génétique au cours
de la méiose :
A. résulte en partie de la distribution au hasard de
tous les chromosomes entre les cellules filles à
l'anaphase I
B. résulte en partie de la distribution au hasard des
chromosomes homologues entre les cellules filles
C. résulte en partie de l'existence d'échanges de
segments chromosomiques entre chromosomes non
homologues
D. résulte en partie de l'existence d'échanges de
segments chromosomiques entre chromosomes
homologues
E. résulte d'autres phénomènes que ceux cités cidessus
3.8 Après la méiose :
A. chaque cellule formée contient un seul
représentant de chaque paire de chromosomes
homologues
B. chaque cellule formée contient toutes les paires
de chromosomes homologues
C. l'information génétique contenue dans les
cellules filles est qualitativement la même que dans
la cellule souche
D. l'information génétique contenue dans les
cellules filles est quantitativement la même que
dans les cellules souches
E. l'information génétique contenue dans les
cellules filles est qualitativement différente de celle
contenue dans la cellule souche
3.10 La division réductionnelle de la méiose :
A. divise par deux la quantité d'ADN mais pas le
nombre de chromosomes
B. est la première division
C. est la deuxième division
D. est précédée d’une phase de réplication de
l’ADN
E. aboutit à deux cellules à n chromosomes
3.11 La division équationnelle de la méiose :
A. divise par deux la quantité d’ADN mais pas le
nombre de chromosomes
B. est la première division
C. est la deuxième division
D. est précédée d’une phase de réplication de l’ADN
E. aboutit à des cellules à n chromosomes
3.12 Au cours de la prophase de la première
division de la méiose :
A. chaque chromosome est constitué de deux
chromatides
B. chaque chromosome s’apparie avec n’importe
quel autre chromosome
C. il se produit un brassage intrachromosomique
D. il se produit un brassage interchromosomique
E. des chromosomes non homologues échangent
des segments
3.13 Après la méiose :
A. chaque cellule formée se transforme en gamète
B. chaque cellule formée est haploïde
C. les cellules formées conduisent chez certaines
espèces à la formation d’un organisme haploïde
D. les cellules formées possèdent la même
information génétique que la cellule mère
E. les cellules formées possèdent un allèle de chaque
gène de la cellule mère
3.14 Chez un individu dont le phénotype
correspond à un allèle récessif d'un gène :
A. l'allèle est nécessairement présent en double
exemplaire
B. il y a nécessairement deux allèles différents de
ce gène
C. les gamètes comporteront tous le même allèle du
gène
D. les gamètes ne comporteront pas tous le même
allèle du gène
E. les gamètes ne comporteront pas ce gène
4. Questions à complément relationnel :
Répondez par 1 si les deux propositions sont vraies et si elles ont une relation de cause à effet. Par 2 si elles
sont vraies mais n'ont pas de relation de cause à effet. Par 3 si l'une des deux seulement est fausse. Par 4 si
les deux sont fausses.
4.1 Les protéines codées par les gènes d'une famille multigénique ont une structure proche
car les gènes qui les codent dérivent d'un même gène ancestral.
4.2 Les protéines codées par les gènes d'une famille multigénique ont une fonction identique
car les gènes qui les codent dérivent d'un même gène ancestral.
4.3 La duplication génique est source de diversité allélique
car elle crée de nouveaux allèles.
4.4 Le polymorphisme est un facteur d’évolution
car les mutations sont des événements spontanés et imprévisibles.
4.5 La sélection naturelle est un facteur d’évolution
car elle agit directement sur le génotype
4.6 La majorité des mutations est neutre sur le plan évolutif
car la sélection naturelle n'agit pas directement sur le génome. .
4.7 Toutes mutations ne sont pas silencieuses
car le code génétique est redondant .
5. Vrai ou faux après étude de documents (Entourez la bonne réponse)
5.1 La lacticodeshydrogénase est une enzyme présente chez tous les
Les trois molécules protéiques sont
êtres vivants. Elle est constituée par l'association de quatre chaînes
homologues.
polypeptidiques, qui peuvent être identiques ou non. Chez l'Homme
vrai faux
il existe trois types de chaînes LDH-A, LDH-B, LDH-C.
Document1 :localisation des gènes de la LDH sur les chromosomes
Le gène LDH-B dérive de LDH-A par
de l'Homme :
deux duplications.
vrai faux
document 2 séquences partielles d'acides aminés des chaînes
polypeptidiques LDH-A, LDH-B et LDH-C humaines, après
alignement :
La molécule LDH-C est plus proche de
LDH-A que de LDH-B; donc les gènes
LDH-A et LDH-C se sont séparés depuis
plus longtemps que LDH-A et LDH-B.
vrai faux
Ces trois gènes dérivent d'un seul gène
ancestral.
vrai faux
La séquence LDH-A est prise comme référence (Les acides aminés sont désignés
par le code mono-lettre, et leur position par un chiffre; un tiret indique un acide
aminé identique à celui présent dans la séquence LDH-A).
Corps gris et soies lisses sont déterminés
5.2 On peut réaliser des croisements expérimentaux chez la
par des allèles dominants.
Drosophile en s'intéressant à 2 caractères : la couleur du corps et la
vrai faux
forme des soies.
1er croisement
Les deux gènes déterminant les
[corps gris soies lisses] x [corps noir soies crochues ]
résultat F1 : 100 % [corps gris et soies lisses]
caractères sont portés par des
chromosomes différents.
2ème croisement
[corps gris soies lisses de la F1] x [corps noir soies crochues]
résultat F2
484 corps gris et soies lisses
461 corps noir et soies crochues
30 corps gris et soies crochues
25 corps noir et soies lisses
vrai faux
Le phénotype [corps gris et soies
crochues] est dit phénotype recombiné
vrai faux
Les crossing-over ne se produisent
qu'entre chromosomes homologues.
vrai faux
6. Questions à cadres (Répondez aux questions dans le cadre prévu à cet effet, seule la réponse du cadre
compte. Les démonstrations, calculs et graphes seront faits au brouillon)
On croise 2 plantes, l'une à fleurs rouges et à feuilles glabres (=sans poils), l'autre à fleurs bleues et à feuilles
velues.Les graines obtenues sont semées et donnent, à la première génération uniquement des plantes à fleurs mauves
et à feuilles velues.
Les fleurs mauves de la F1, autofécondées, libèrent des graines qui, semées, donnent la génération F2 dans laquelle
les phénotypes se répartissent ainsi :
607 plantes à fleurs mauves et à feuilles velues,
305 plantes à fleurs rouges et à feuilles velues,
303 plantes à fleurs bleues et à feuilles velues,
200 plantes à fleurs 'mauves et à feuilles glabres,
98 plantes à fleurs rouges et à feuilles glabres,
103 plantes à fleurs bleues et à feuilles glabres
En croisant 2 variétés de cette même plante, l'une à fleurs rouges et à pétales entiers, l'autre à fleurs bleues et à
pétales découpés, on obtient des graines qui, semées, ne donnent que des plantes à fleurs mauves et à pétales
découpés.
L'une de ces plantes, croisée avec une plante à fleurs rouges et à pétales entiers, produit des graines qui, semées,
donnent la descendance suivante:
194 plantes à fleurs rouges et à pétales entiers,
190 plantes à fleurs mauves et à pétales découpés
8 plantes à fleurs rouges et à pétales découpés
9 plantes à fleurs mauves et à pétales entiers.
À partir des résultats statistiques concernant la descendance évoquée à la question précédente, calculez le
pourcentage de phénotypes recombinés.
Chez cette même plante, on étudie également la transmission des deux couples d'allèles suivants
- rouge-bleu pour la fleur,
-grands-petits pour les sépales (grand domine petit).
Le croisement d'une plante hétérozygote pour les deux couples d'allèles considérés avec une plante à fleurs rouges et
à petits sépales, produit des graines qui, semées, donnent la descendance suivante:
249 plantes à fleurs rouges et à grands sépales,
231 plantes à fleurs mauves et à petits sépales,
748 plantes à fleurs rouges et à petits sépales,
772 plantes à fleurs mauves et à grands sépales.
Le gène de la couleur des pétales et celui de la pilosité des feuilles sont
Les gènes de la couleur des pétales, de la forme des pétales et de la taille des sépales sont
Le taux de recombinaison entre le gène de la forme des pétales et celui de taille des sépales est de
ou
CALCULEZ VOTRE SCORE
Barème
1. Éliminer l'intrus
réponse juste +1
réponse fausse -1
absence de réponse 0
2. couples de notions
réponse juste +1
réponse fausse -1
absence de réponse 0
3. Questionnaire à choix multiple
réponse juste +1
réponse fausse -1
absence de réponse 0
4. Questions à complément relationnel
réponse juste +2
réponse fausse -2
absence de réponse -1
5. Vrai ou faux après étude de documents
réponse juste +2
réponse fausse -2
absence de réponse -2
6. Questions à cadres
réponse juste +3
réponse fausse ou en partie fausse -5
(Le score maximal est de 90)
absence de réponse -3
Téléchargement