Acarina : Sarcoptiformes

publicité
~'18
(Rev. Zool. Bot. Afr., LXXXI, 1-2).
(A paru le 31 mars 1970).
Sur une nouvelle espèce du genre Psoroptes produisant
la gale chez le buffle africain
•
(Acarina : Sarcoptiformes)
PAR
Récemment Ile Dr F.
ZUMPT,
A. FAIN
du South Afrioan IIIlIsti,tute for MediJca!
ReS'eaineh, Joha'nnesiburg, Afrique du Sud, nous demanda d'identifier
des spécimens de Psoroptes qu'i:l availt récol1és sur 'Un bUitifle
l~a!leux
(Syncerus caffer) du Kruger Na'tionarl PaJ1k, Afr,ique du Sud.
Par une coÏtndd'emJCe as,sez curieuse, peu de temps aipTès cet 'envoi,
noU!s reçumes des spécimens de Psoroptes provenant d'un bUiffle ga­
leux du Pave Queen EIisabeth, en Uganida. CesaJcariens a'VaienJt été
réoolltés par Mr
WOODFORD
et <ils noUis fureIlit eIllVoyés par Mr
HYATT,
du BritiJSlh MuseUJm, aux fins d'identific3!t,ions.
L~étUide
ÜeI1'Ilerut
vons
de 'ce maJtéJ1iel nous a montJ1é que tous oes spécimens aiprpar­
à UIIle 'nouvelle 'espèce du genre PsoroptBS que nous décri·
~oi.
Nous
v~I.lJdriQIlIs
'remender .rei le Dr F.
ZUMPT
et Ml' K. H.
HYATT
qui ,IlIOUS ont confié '1'étude de ces acariens aiJnsi que le P'I'ofeSiSeUir
Dr J.
GUILHON, de
l'Ecole de Médecine VétériOOJi:re d'MfOli:, F['aJllœ,
quJiIllOus a eIllVoyéen prêt des spéciJmel1!s de Psoroptes pOOIVenanrt de
divers hôtes. Natoilis 'aussi que Ml'
HYATT
noU!s la aÎll1albllement envoyé
en pnêt 'les cotY1Pes de Psoroptes natalensis
de
P~oroptes
que du Sud.
HIRST
et des spécimens
provenant du 'cheval, du mouton et d'U!lle vaohe
d'Mri~
,
!
1
1
1
t
\
-
96­
Psoroptes pienaari nov. spee.
Chez cette TIlOuveJile espèce :Les ponls l 4 'et d 5 du mâle Isont foLiacés
dans leur partie apicaLe (apilatis sUlilVant un axe et éla:rgiJS sruivarut
l'axe opposé) oomme chez Psoropte's nata1ensis.
EUe se di'süngue ,oependant de cette espèce par les caraotères
suivants;
Ohez Ile mâle par:
1. La forme moins élargiJeet pllusLonguement effilée des poils d 5 et
14. Chez Psoroptes natalensis d 5 est épai1s près de sa base de 5 fJ-,
~l s'aŒl1iin'CÏJtensuite jusqru'à Ille mesurer que 4 fJ- à 4,5 fJ- puis 's'é­
paissit jusqu'à 9 à 10 fJ-. Sa pavtie apicale rfme eSlt ,très ICQUr,te
(20 fJ-). Chez l1es spéoimens pI10venarut du 5yncerus caffer dru Kru­
ger Pamk le poil de d 5 est épais de 6,5 fJ- près de sa base, ill s'amin­
cit aLors jusqu'à 5,5 fJ-. Son épaisseur maximum eSit de 7 fJ-. Son
extnémÏ!té fii:ne apicale est neHemem:t pLus 'longue (envÏ!mn 100 fJ-).
Le poil 14 chez P. nata1ensisest épai1s à 'sa base de 4 à 4,5 fJ-. Il
s'amÏ!IlIoï:t alors jusqu'à 3,5 ,u pui's s'élargit jusqu'à une épaJÏJslSeur
de 7 à 8 fJ-. Son apex effiilé est Ilong de 15 p.. Chez la 'ruollJVel'1eespèc~
14 mesure 5,5 fJ- près de Isa base, ill s'amindt ensuite jusqu'à 4,3 fJ­
puis s'élLangïlt jusqru'à 6 fJ-. La ipaI1t1e api'cale e'ffilée est longue de
75 jJo envliron.
2. La ,l!Ongueur nettement plus grande des poils d 4. Ceux-ci mes:tl:re:I1Jt
de 180 à 210 jJo au lieu de 120 fJ- aherz Les cotypes de P. nata1e,nsÏJS
que nou!s avons eXaŒIlinés.
3. La Longueur pLus ;grande des poils d 5 qui mesurent de 300 à 400 fJ-,
alors que ohez P. nata1ensis iÙiS sont 'Longs de 240 à 285 fJ-.
4. La forme plUlS :longue (60 à 70 ,u)et plus lar:ge (45 à 58 fJ-) des lobes
postérieurs du COUp SI. Ces lobes :sont Iioiligs de 45 fJ- et larges de 39 fJ­
'ohez Les tIIlàles de P. natalensis. Notons en outre que Le bord pas­
térietJir des lobes est presqrue droit ,alovs que ahez P. natalensis ce
bord est fortement obLique.
5.I..;a iSiltuation nettement plus basale dru so1enJidion du genu 1. Ce
sOIleniidionest siJtué soilt à ,1'IllJIJ.Œon du tiers Ibasal et des deux tiers
api,caux dru genu ,soi,t dans Ile tieI1s basal du genu alors qUJe ohez
P. natalensis ce solenidion est s'iltué dans le tiers moyen du ge.rllU
(fig. 3 et 4).
6.I..;ongueur plus gr,ande des pattes III.
1
i
-
97­
Ohez lIa femelle par:
la sritUJaition des poils d Set l5, loe derrmier ,se trouvant nettement
en dehors et en ar,rière de d 5 alol's qrue ohez P. natalensis oes poiils
se trouv,ent lsur ,la même li!gne transversale.
Nous avons aussioomparé nos spécimens à des speclmeIl!S prove­
llélTIit des hôtes suivants: 5 va,Clhes (dOlnt 4 de Belgique et l,de Jomun­
nesburg); 3 chevaux (2 d'Ang)1eterreet 1 de fran'ce); 2 moutons
(1 d'Anglete~re et 1 de France); 2 lapins (1 du Gongoet 1 de Beilgi­
que). Ghez les mâles de tous ces spécimens les poils l4 et d 5 SlOJ.1t
progressivemeilit effÏJlés depru~sIa base, l,es poils d 4 SOilit longs de
75 à 120 ft; Ile l$oIenidion genual l lest ,shué dailis le Hers moyen du
geIllu, les l'Obes p051vérieuTs sont Iffioilns Ilarges. Ohez iles femelles les
poils d 5 et l 5 sOint 'siÏtués sur la même liÏgne tra.IlJSvleJrsale.
n 'Ooillvieilit de !Iloter que 'les spécimens mâles provetl1ant du buffle
d'Uiganrla dilffèrent de œux réooltéssUJr Ie buffle du Kruger Park par
la Ifornne moins 'reniflée des poils l4 'et d 5, par 'UIl! plus grand écarte­
ment des Ilobes pOSltérieUJrs, et par !la fOI1lllle plusoourte let fourchue
du poil apkal du Itarse III. Par tous 1es autœs caraotèresces spéci­
mens Isont 'ilnséparaib'les de ceux du Kruger Park.
Rappelollls ioi que SWEATMAN (195-8) dans son étude $Jur ,le genre
Psoroptes admet ,La v3llidiûé de l'espèce Psoroptes natalensis HIRST.
N01JJS dédioilis cett,e espèce au Dr. V. DE V. PIENAAR, Biolog~ste au
.f<!l'Uger Natiuool Park.
,MÂLE (lhOiLotype) (fiiJg. 1, 3, 6): Id~osoma (lobes posioorieurs OOID­
priJs) long de 525 ft, laI1ge au maximum de 375 ft. Chez deux paxatypes
(provenant du Kruger Park)oes dimensions Isont de 510 ft X 390 ft et
520 ft X 37,0 ft. Caractères 'QOlIIlme 'Chez l1Jesautœs espèces de Psoroptes
mais avec ,les di~férences nlOtées ci~dessus,. Les 10bes pos,térieUJI'S
SOl1It IlaIJ:1ges de 45 ft, II\()[)lgs de 60 ft et espacés de 42 ft. :Ohez 3 pa:I1aJtypes
pI10venant du Kruger Park la llangeur des :lobes va de 48 à 5,8 ft, la
longueur de 60 à 7,0 ft, 11'éoant,emellit de 36 à 48 ft. Bord POs:ooni'OOir des
lobesJ)rès peu oblique. Pa/tltes IiII 'Longues de 300 ft (depuis la baise du
IDémur j:llJsqu'à l'ex>tTémirté de l'olli~e 'terminaJI1lt le tarse); Itanse long
de 90 ft. Ghélkères Ilongs de 93 ft.
Cha le t 0 t a x ~ e : ,10000gue.UJr de quel1ques poills: II = 180 ft; d 2
= 45 ft; d 4 = 1180 ft; d.5 = 330 ft; l 4 = 300 ft; l 5 eSlt cassé dans sa
par,tie apicale, :Clhez Iles paratypes il rrneS!llJre de 360 à 400 ft; a e = 45
à 60 ft. La partie :renflée des pO'ÏJLs d 5 et l4est 101IllgUe de 100 ft enrvi­
I1on, après cette partie diQatée le po~l se I1étréclt assee brusquement.
•
Le tanse III Ise l1ermüne par
UII1
98­
ongle et 'Par une épine simple plus
IOIligue et plus épai1sse que il'O[}lgù.ie.
FEMELLE (allotype) (!fig. 5): Miosoma long de 690 fL, lalflge de 510 fL.
Ce spécimen provient d'ulIl bl\.llffile du Kruger Park. Ca1ractères comme
ohez les autres eSlpèloos de Psoroptes eXioepté que les poi'ls, d 5 ét 15
ne sont pas s~tués sur la même ligne transversale et que le solenidion
genllill Il est slÎl1ué plus bas aJ1emel1lt.
1
î
1
3
4
Fig. 1-5. - Psoroptes pienaari IlJ. sp. - Mâle: Bord postérieur du corps en vue
ventrale (l); - gen'll UI en vue ,laltéDale (3). - Femelle: Il"é~on anooe (5). - (Para­ types provenant de S)WI:erus caffer du Kruger National Park).
Psoroptes natalensis HIRST. ~- Mâle: Bord postérieur du corps vu ventrale­ ment (2); - genu 1 en vue latérale (4) (Cotype).
Hôtes
elt
'loc,aHl1és:
1) Dans des lésions galeuses ,chez un buffle, Syncerus caffer, de
OI1acodi'le bridge, KPUJger National P'aJrk, Afrique du Sud. Les acariens
étaient enfou:Î's « in a b~glayer » (épaisseoouche) située entJre
les yeux et lIes oornes. Aoariens récoLtés par le Dr. E. YOUNG,
1e 24.11.1969 (Holotype mâle et alllotype IfetmeJ1le; nombreux parartypes
des deln sex:es let immatures).
99 ­
2) Dans des lésions de gale, 't·rèsSielIIllbllables aux précédentes, oherz
un Syncerus cater du Queen Elisabeth P,ark, Uganda. MI'. M. H. WooD­
FORD a donné les pl1éo~sions suivantes au sujet de ces ,lésions: « The
mi~es were lfiouud i:nfes1'Ïing the groovels lin the horn boss of a buJl
buffalo SIhot in the Queen E>lisabeth NaJtionaJ PaJrk, Western Uganrla.
There were lange numbers of the mites alnd ,they appeaned to be
ca'lllsdmig sorne ,in1Ïtation in the centTailgroove betweenthe two harn
bosses ». Mr. WOODFORD préCÏiseeniCore que sur'UJ11 tlOtal de 143 bUlffrles
8
Fig. 6-8. - Tarses III chez ,le mâle de Psoroptes pienaari n. sp. - Paratypes
provenant de Syncerus caffer du Kruger Park (6); - paratype provenant d'un
buffle du Queen ELisabeth Park (7); - Tarse III chez le mâle de Psoroptes
natalensis HIRST (cotype) (8).
eXaJm~nés UJll
Iseul étai,t porteUJr de ces acariens. Nous J1emel1Oions vi··
Veillelnt Mr. K. H. HYATT qui nous a transmils oesœnseiJgnements.
AjoUitons eJI1!core que ces acaTiens furent récoltés par MI'. M. H. WooD­
FORD, Nrufifi:eild Unit of Tiropical AŒlJiJlmll1 E>oology, P.O. Queen Eli>zaJbeth
Park, LaJka KaJ1lwe, Uganda, le I1.II.1969.
T YIp 'e s et paratypes :aJU SoutJh Aifcican Insti<tute for Medkal Re­
seaI1oh, J1ohallilleshuI1g. Pamtypesau Bri,tj;sh Museum, au Musée de
Tervuren et dans la colleotion de il',auteur.
-
,•
i
i
1
(
1
lJ'
r
100­
BIiBUOGRAPHIE
S., 1919. - On tW10 :new Parasi,tk Mites (Myocoptes hintoni
and Psoroptes natalensis). - Ann. Mag. Nat. Rist. 9" !Série 3
(18): 5'24.
SWEATMAN, G. K., 1958. - On 't!he E.fe history and vali'di1ty of the ISpe­
des lin Psoroptes, a geIlJUIS of mange mHes. - Cano J. Zool.,
36: 905-929.
HIRST,
Téléchargement
Explore flashcards