Ostéopathie ORL

advertisement
L’Ostéopathie est un outil extraordinaire de par le rapport tout à fait
unique qu’elle présente entre son coût de mise en œuvre et son efficacité
thérapeutique. L’Ostéopathie ORL l’illustre parfaitement.
L’absence d’ouvrages pratiques spécialisés en Ostéopathie O.R.L. montre toutefois
que ce domaine est souvent réduit à quelques techniques isolées, mais très rare
ment systématisé en tant que partie spécifique du champ d’application de
l’Ostéopathie. L’Ostéopathie O.R.L. regroupe pourtant de nombreuses techniques,
qui de par leurs spécificités pratiques et leur finalité thérapeutique sont totalement
originales dans leur mise en œuvre.
Le présent ouvrage vise à pallier à ce manque, il se veut essentiellement pratique,
et tend à fournir aux élèves ostéopathes ou aux ostéopathes établis désirant
développer leur pratique ostéopathique dans ce sens, des outils immédiatement
applicables.
Au-delà des nécessaires éléments d’anatomie et de pathologie concernant la
sphère O.R.L., ce livre est constitué de repérages des sutures concernées par
l’Ostéopathie O.R.L., de l’identification des points d’appuis qui seront nécessaires,
de l’étude du testing spécifique, d’une description illustrée de chaque technique
utilisée, et enfin de leur regroupement sous forme de protocoles qui permettent
le traitement de chaque pathologie O.R.L. chez l’adulte et chez l’enfant.
Ostéopathie ORL
TEOSORL-19X26_couv 02/10/12 11:34 Page1
Jean-Marc Bugnazet
Ostéopathie ORL
Enfant et adulte
Préface du Docteur Vincent Bertrand
COLLECTION
ostéopathie
Conception graphique : Primo&Primo
Photographies de Julia Mich
978-2-8041-7156-8
9 782804 171568
TEOSORL
Jean-Marc Bugnazet
Jean-Marc Bugnazet – Titulaire d’un C.E.S. d’Étiopathie et d’un diplôme
d’Ostéopathie, il est doté d’une expérience de vingt-cinq années dans la
pratique quotidienne de la thérapie manuelle, et est spécialisé depuis une
quinzaine d’années en Ostéopathie pédiatrique. Enseignant plusieurs
années durant en faculté d’Étiopathie, il est aujourd’hui enseignant à
l’Institut Privé d’Enseignement Ostéopathique de Paris, et au Centre
d’Études Ostéopathiques pré- et post-gradués en Ostéopathie O.R.L.
Il est également enseignant et conférencier dans plusieurs pays étrangers.
Ostéopathie ORL
Dans la même collection
Bihouix P. et Cambier S., De la biomécanique à la clinique ostéopathique. Tome 1 :
bassin et lombaires
Channell M., Mason D., Guide de consultation ostéopathique en 5 minutes
Constantidinès Y., Pariaud F., Regards croisés sur l’ostéopathie.
Philosophie et éthique de la pratique
Dahdouh F., Carbonaro R., L’expertise judiciaire en ostéopathie.
Chemin vers une profession de santé
Van Den Driessche S., Livre blanc du numérus clausus en ostéopathie.
Propositions pour une profession de santé
Chez le même éditeur
Bleyl S. B., Brauer P. R., Francis-West P. H., Larsen W., Schoenwolf G. C.,
Embryologie humaine, 3e éd.
Coustet B., Sémiologie médicale. Apprentissage pratique de l’examen clinique
Dalley A. F., Moore K. L., Agur A. M. R., Anatomie médicale.
Aspects fondamentaux et applications cliniques, 3e éd.
Ganong W., Barrett K., Barman S., Boitano S., Brooks H., Physiologie médicale, 3e éd.
Schwarz S., Sander A., Anatomie de poche
Sherwood L., Physiologie humaine, 2e éd.
Tank P., Gest T., Atlas d’anatomie
Thiele Ch., Anatomie et physiopathologie humaines de poche
Jean-Marc Bugnazet
Ostéopathie ORL
Préface du Docteur Vincent Bertrand
@
Pour toute information sur notre fonds et les nouveautés
dans votre domaine de spécialisation, consultez notre site web :
www.deboeck.com
© De Boeck Supérieur s.a., 2012
Rue des Minimes, 39 B-1000 Bruxelles
1re édition
Tous droits réservés pour tous pays.
Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent ouvrage, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au
public, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
Imprimé en Belgique
Dépôt légal :
Bibliothèque nationale, Paris : novembre 2012
Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles : 2012/0074/356
ISBN 978-2-8041-7156-8
À Amaury, à Auxane, à Mounia
Sommaire
Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv
Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii
Chapitre 1
Ostéopathie O.R.L. Chapitre 2
Éléments d’anatomie 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Os cranio-faciaux impliqués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1 Le frontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Le sphénoïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3L’occipital . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4 Le temporal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.5L’ethmoïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.6 Le maxillaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.7 Le nasal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.8 Le palatin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.9 Le lacrymal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.10 Les cornets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
9
10
11
12
13
14
14
14
14
2Sinus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1
2.2
2.3
2.4
Sinus frontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sinus maxillaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sinus ethmoïdal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sinus sphénoïdal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15
16
16
16
3Pharynx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4Oreille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4.1
4.2
4.3
5
Oreille externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Oreille moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Oreille interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Muqueuse nasale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
OSTÉOPATHIE O.R.L.
Chapitre 3
Sutures et zones concernées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1Sphéno-basilaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2Fronto-naso-maxillaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36
3Inter-maxillaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
4Inter-palatine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
5
Point maxillo-palatin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
6
Apophyses ptérigoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
7Temporo-occipitale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8Lacrymo-maxillaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Chapitre 4
Techniques points d’appuis Chapitre 5
Zones de contacts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Chapitre 6
Testing spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Chapitre 7
Pathologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
1Rhinites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
1.1
1.2
Rhinites aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Rhinites chroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
2Rhino-pharyngites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
2.1
2.2
Rhino-pharyngites aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Rhino-pharyngites chroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
3Angines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
3.1
3.2
Angines aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Angines chroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4Bronchites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
4.1
4.2
viii
Bronchites aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Bronchites chroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Sommaire
5Sinusites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
5.1
5.2
Sinusites aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Sinusites chroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120
6Otites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
6.1
6.2
Otites aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Otites chroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Chapitre 8
Techniques protocoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
1Rhinites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
1.1
1.2
Physiopathologie ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
Protocole de traitement ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
2Rhino-pharyngites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
2.1
2.2
3
Physiopathologie ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Protocole de traitement ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
Pathologies connexes aux rhino-pharyngites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
3.1Bronchites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2Conjonctivites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3 Angines amygdalites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4Ronflements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.5Allergies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
147
149
153
155
157
4Sinusites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
4.1
4.2
5
Physiopathologie ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Protocole de traitement ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
Obstruction du canal lacrymal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
5.1
5.2
Physiopathologie ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Protocole de traitement ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
6Otites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
6.1
6.2
7
Otites microbiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Otites séro-muqueuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Dysperméabilités tubaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
7.1
7.2
Physiopathologie ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Protocole de traitement ostéopathique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
ix
OSTÉOPATHIE O.R.L.
Chapitre 9
Protocoles séances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
1Rhinites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
2Rhinopharyngites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
3Bronchites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
4Conjonctivites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
5Angines-amygdalites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
6Ronflement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
7Allergies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .188
8Sinusites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
9
Obstruction du canal lacrymal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
10
Otites microbiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
11
Otites séro-muqueuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
12
Dysperméabilités tubaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Chapitre 10 Précautions limites Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
ANNEXE Principales explorations médicales de la sphère O.R.L. 1
2
x
. . . 195
Explorations de l’oreille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
1.1L’otoscopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Examen de l’audition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3 Examen vestibulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4 Examens complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
196
196
198
199
Explorations des fosses nasales et des sinus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
2.1 Rhinoscopie antérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 Rhinoscopie postérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3Radiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.4Artériographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
199
200
200
200
Sommaire
3
Explorations de la cavité buccale du pharynx et du larynx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
3.1 Examen à l’abaisse-langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2 Examen au miroir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3Fibroscopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4Laryngoscopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.5Radiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.6 Prélèvements de gorge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.7 Dosage du taux d’antistreptolysine o . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bibliographie 200
200
201
201
201
201
201
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
Index des pathologies et des techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
xi
« Quand bien nous pourrions être savants du savoir d’autrui,
au moins sages ne pouvons nous être que de notre propre sagesse »
Montaigne, Essais
Préface
C’est avec un grand plaisir que j’ai accepté de rédiger cette préface. D’abord à cause de l’estime et
de l’amitié personnelles que j’ai pour l’auteur de ce livre. Mais aussi en raison de l’intérêt que je
porte, depuis que je le connais, à sa démarche d’ostéopathe. Une approche et une pratique dont
j’ai rapidement constaté les résultats positifs chez plusieurs de mes patients. Comme chirurgiendentiste, j’ai toujours été sensible à une approche holistique du sujet souffrant. J’ai notamment et
régulièrement vérifié que certains symptômes, à distance du champ de mon activité thérapeutique,
pouvaient néanmoins trouver leur cause au niveau de l’appareil manducateur. Ainsi une mauvaise
occlusion dentaire est souvent à l’origine de céphalées, de problèmes de l’articulation temporomandibulaire, d’acouphènes, de tensions musculaires diverses… Les échanges que j’ai pu avoir avec
l’auteur m’ont permis de mieux comprendre la nature des interactions qui existent entre diverses
zones anatomiques distinctes et leurs conséquences.
L’ouvrage qu’il publie aujourd’hui explique de manière approfondie et systématisée les causes
de ces interactions qui sont étroitement liées à la physiologie O.R.L. Il montre, en effet, avec clarté
que l’intervention par des techniques ostéopathiques, sur les sutures et les structures osseuses, a une
répercussion positive sur les muqueuses et les éléments vasculo-nerveux anatomiquement proches.
C’est ce qui explique, par exemple, qu’un travail sur la décongestion de la muqueuse rhinopharyngée va traiter des bronchites, des otites... Dans cet ouvrage, l’auteur décrit de façon détaillée ces
techniques qui, en agissant sur les structures osseuses, libèrent et mobilisent efficacement les zones
de sutures. L’observation de cette pratique témoigne de sa rigueur et explique que sa validité soit de
plus en plus reconnue dans le monde médical.
Au-delà de cette démarche empirique dont on peut évaluer les résultats positifs, la lecture de ce
livre ouvre à une réflexion plus large sur la tâche scientifique et thérapeutique. En effet si on s’en
tient à la sphère O.R.L., elle concerne de nombreuses disciplines : chirurgie maxillo-faciale, médecine O.R.L., stomatologie, chirurgie dentaire, ostéopathie… Chaque praticien intervenant sur sa
loge anatomique ou en fonction de pathologies relevant de sa spécialité. Cette spécialisation est
indispensable et c’est elle qui permet de comprendre et traiter au mieux les diverses affections,
d’affiner leur sémiologie, leur étiologie et leur soin. Toutefois cet ouvrage permet de comprendre
que l’interdisciplinarité est aujourd’hui incontournable. Aucune spécialité ne peut faire l’économie d’une confrontation aux autres spécialités, y compris celles qui paraissent en apparence plus
distantes. Ces croisements interdisciplinaires auront pour conséquence d’ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques dans chacune d’entre elles. Ils présupposent et impliquent une approche
globale du patient et de ses symptômes. Le mot même de « suture », si présent dans ce texte pour
désigner certaines zones anatomiques déterminantes précisément parce qu’elles « relient », souligne de manière symbolique l’importance qu’il y a à « faire le lien », pour mieux comprendre, soigner et guérir.
Je souhaite donc à ce livre beaucoup de lecteurs, convaincu que celles et ceux qui le liront se trouveront enrichis et renouvelés dans leur propre pratique.
Docteur Vincent Bertrand
Chirurgien-Dentiste
Avant-propos
Mon expérience d’enseignant m’a amené depuis longtemps à constater la faible place consacrée à
l’Ostéopathie O.R.L. dans l’Ostéopathie d’aujourd’hui.
Souvent annexée à l’Ostéopathie crânienne, avec toutes les réserves et les polémiques que celleci suscite, souvent réduite à quelques techniques isolées, mais très rarement systématisée en tant que
partie spécifique du champ d’application de l’Ostéopathie.
Elle regroupe pourtant de nombreuses techniques, qui de par leurs spécificités pratiques et leur
finalité thérapeutique sont totalement originales dans leur mise en œuvre.
Leur efficacité n’est plus à prouver, et tous ceux qui ont pu bénéficier d’un enseignement structuré à leur sujet, ont pu très rapidement éprouver leur efficience.
La physiopathologie ostéopathique des pathologies O.R.L. est bien cernée et sera illustrée par
des enchainements causaux spécifiques à chaque pathologie.
L’intervention de l’ostéopathe, caractérisée par la réalisation de techniques ciblées, fait tout
naturellement suite à des tests spécifiques de restrictions de mobilité.
Ces tests permettront d’apprécier les pertes de mobilité suturales éventuelles, et de les réévaluer en cours et en fin de traitement. Les résultats obtenus sont durables et peuvent être facilement
objectivés par des bilans médicaux (examen de la muqueuse rhino-pharyngée, otoscopie, audiométrie, radiologie…)
L’ostéopathie O.R.L. s’inscrit donc dans une démarche ostéopathique rigoureuse et causale qui
consiste à déterminer une ou un ensemble de lésions à l’origine d’une pathologie, à les réduire, et à
faire ainsi disparaître les phénomènes qu’elles provoquaient.
L’ostéopathe qui les possède pourra alors entreprendre le traitement de pathologies chroniques
O.R.L. aussi diverses que des rhinites, rhino-pharyngites, bronchites, conjonctivites, angines, otites
microbiennes ou séro-muqueuses, sinusites… Ces pathologies, souvent anciennes chez les adultes,
affectent de façon marquée le quotidien des sujets qui en sont atteints. Elles possèdent fréquemment un retentissement sur le développement de l’enfant, son appétit, son sommeil, son comportement, son assiduité scolaire… Leur disparition a un impact très positif sur les sujets qui ont pu bénéficier de ces techniques.
Toutefois si la démonstration de leur efficacité se trouve dans la pratique quotidienne du cabinet d’Ostéopathie, force nous est de reconnaître que leur application reste parfois empirique, et que
les mécanismes physiologiques, physiopathologiques voire thérapeutiques évoqués demanderaient
à être développés.
Souhaitons que l’Ostéopathie moderne, qui voit s’ouvrir à elle des outils et des lieux d’expérimentation dont nous étions jusqu’alors privés, permettra avec la volonté des jeunes générations
d’ostéopathes, d’amener les démonstrations scientifiques qui peuvent encore faire parfois défaut…
1
Chapitre
OSTÉOPATHIE
O.R.L.
OSTÉOPATHIE O.R.L.
La vision systémique ostéopathique trouve toute sa place en Ostéopathie O.R.L., en effet la sphère
O.R.L. est un système composé d’éléments osseux, de sutures, d’une muqueuse, et d’éléments vasculo-nerveux interagissant. Sa structure, c’est-à-dire la disposition anatomique des éléments qui
le composent, est particulière et toute modification dans cette disposition aura des conséquences
fonctionnelles.
Sa fonction se caractérise par le réchauffement et l’humidification de l’air. Celui-ci est ainsi
conduit dans des conditions adéquates à travers les voies aériennes inférieures. La sphère O.R.L.
contribue à approvisionner les cellules en oxygène à des fins de production d’énergie cellulaire, et
permet également le rejet du gaz carbonique déchet de cette production d’énergie.
La sphère O.R.L. est également responsable de l’analyse des particules chargées d’odeur, elle participe à la phonation, à l’audition…
Son évolution se caractérise par son développement au cours de l’enfance, son vieillissement,
ainsi que par toutes les évolutions pathologiques qui sont autant de transformations potentielles.
Une systématisation ostéopathique s’avère donc possible, elle tend à identifier les causalités responsables de désorganisations structurelles et à corriger les désordres identifiés pour restaurer la
fonction du dit système et à ramener son évolution pathologique éventuelle sur le chemin de la physiologie.
En dehors des causalités médicales spécifiques qu’il convient d’éliminer, les problèmes rhinopharyngés chroniques, au sens le plus large du terme, peuvent être envisagés sous l’angle de l’ostéopathie.
Il s’agira alors de contraintes mécaniques crânio-faciales que l’on peut attribuer à diverses origines – les plus fréquentes étant le positionnement in utéro du bébé, l’accouchement, ou divers
traumatismes ultérieurs (chocs, chutes…).
Un certain nombre d’éléments vont pouvoir expliquer les désordres fonctionnels entraînés par
de telles contraintes :
▶▶ la muqueuse rhino-pharyngée est extrêmement vascularisée ;
▶▶ les vaisseaux sont en contact étroit avec l’os ;
▶▶ une désadaptation des sutures provoque un réflexe local de vasodilatation ;
▶▶ la vasodilatation artériolaire entraîne une augmentation de la pression hydrostatique capillaire
et par voie de conséquence un œdème de la muqueuse.
En effet la pression hydrostatique due à la réduction de calibre entre l’artériole et le capillaire,
entraîne un passage de liquide de l’intérieur du capillaire vers les espaces interstitiels au niveau du
pôle artériel du capillaire où elle est supérieure à la pression oncotique, responsable physiologiquement du retour du liquide interstitiel vers l’intérieur du capillaire. Au pôle veineux du capillaire,
c’est donc la pression oncotique, qui devenant supérieure à la pression hydrostatique permettra le
passage du liquide vers le capillaire.
Ainsi tout déséquilibre entre ces forces compromet ces mouvements physiologiques de liquides.
L’excès de pression hydrostatique dû à la vasodilatation artériolaire explique donc le phénomène de
constitution d’œdème, c’est-à-dire d’accumulation de liquide dans les espaces interstitiels.
Ces phénomènes vasculaires locaux favorisent secondairement l’installation de germes qui
seront à l’origine d’infections répétées des voies aériennes (rhinites, rhino-pharyngites, sinusites,
otites …).
2
1 – Ostéopathie O.R.L.
La présence chronique de germes, associée aux phénomènes congestifs déjà décrits, va parfois
compliquer l’état de la muqueuse d’hypertrophies au niveau des tissus lymphoïdes de l’anneau de
Waldeyer : les cellules de ces structures sont organisées en nodules lymphatiques et l’épithélium
qui les entoure présente des invaginations où il présente alors un aspect réticulaire. Á cet endroit
pénètrent les particules antigéniques. Elles atteignent les centres germinatifs lieu de synthèse des
anticorps.
Ces arrivées régulières de particules antigéniques provoquent multiplication et augmentation de
volume de ces centres.
Ces évènements vont causer une augmentation de volume de ces structures lymphoïdes qui
peuvent venir compliquer la physiopathologie de la zone rhino-pharyngée en proie à des phénomènes congestifs chroniques.
▶▶ L’obstruction nasale déjà provoquée par l’augmentation de volume de la muqueuse nasale
peut alors être exagérée par une obstruction choanale due à l’hypertrophie des végétations adénoïdes. La respiration buccale qui est une de ses conséquences provoque le passage dans les voies
aériennes inférieures d’un air qui n’est pas adapté à leur traversée (insuffisamment réchauffé,
humidifié, et nettoyé, il participe à l’extension des problèmes rhino-pharyngés aux voies inférieures).
▶▶ La diminution de la perméabilité de la trompe d’Eustache qui compromet déjà le drainage et
l’aération de l’oreille moyenne, est susceptible d’être exagérée par l’augmentation de volumes
des végétations adénoïdes qui contribuent alors à son obstruction et ainsi à l’apparition d’otites
séro-muqueuses.
▶▶ Des phénomènes semblables peuvent également atteindre les amygdales palatines et compliquer
la physiopathologie de la zone oro-pharyngée.
Après avis médical permettant de s’assurer que l’hypertrophie ne présente aucun danger pour le
sujet, un traitement ostéopathique trouvera ici toute sa raison d’être pour solutionner l’enchaînement pathologique qui s’est mis en place.
Des états congestifs chroniques peuvent également diminuer le diamètre des ostia (orifices de
drainage des cavités aériennes de la face) et provoquer ainsi des sinusites chroniques qui pourront
également être résolues par la disparition des phénomènes congestifs chroniques.
Le développement crânio-facial de l’enfant va nous permettre de comprendre la fréquence plus
importante des otites que des sinusites, comme complication des phénomènes congestifs chroniques de la muqueuse rhino-pharyngée, alors que les sinusites prédominent chez l’adulte par rapport aux otites.
En effet chez l’enfant les sinus se développent tardivement, et en attendant qu’ils atteignent leur
taille définitive, leur volume est réduit et leurs ostia sont béants. La trompe d’Eustache quant à elle
est courte, horizontalisée et béante ce qui favorisera le transport des germes vers l’oreille moyenne,
alors qu’à l’âge adulte cette dernière est longue, oblique et fermée sauf au moment de la déglutition
et du bâillement.
L’extension de ces problèmes congestifs chroniques peut également se produire vers les voies
aériennes basses et provoquer par exemple des bronchites chroniques.
Les otites séro-muqueuses, variété d’otites chroniques, provoquées nous l’avons vu par une diminution de la perméabilité tubaire qui amène une accumulation de liquide dans l’oreille moyenne
3
OSTÉOPATHIE O.R.L.
et une modification des pressions que subit le tympan en l’absence de pénétration d’air dans la
trompe, sont fréquemment responsables d’hypoacousies, elles-même souvent à l’origine de modifications du comportement de l’enfant, et de difficultés scolaires.
La respiration buccale permanente amenée également par ces états congestifs permanents, qui
compromettent le passage de l’air dans les voies aériennes, entraine une position anormale de la
mandibule, ce qui secondairement peut provoquer des perturbations au niveau du développement
de la face et notamment des modifications morphologiques au niveau du palais qui pourront être
responsables de problèmes orthodontiques futurs.
Chez l’adulte les troubles respiratoires chroniques engendrés par des phénomènes congestifs
pourront gêner ou compromettre certaines pratiques sportives, ou avoir des retentissement lors
de situations dans lesquelles la perméabilité de la trompe d’Eustache est nécessaire pour équilibrer
des pressions accrues sur le tympan grâce à la pénétration physiologique d’air qu’elle permet dans
l’oreille moyenne.
Tous ces exemples permettent de comprendre combien sont nombreuses les conséquences de ces
congestions chroniques de la muqueuse rhino-pharyngée, et combien il est intéressant de réduire
par l’intermédiaire de techniques ostéopathiques adaptées, les enchainements causaux qui ont produit cette situation.
D’une manière générale il est alors possible de systématiser cet enchainement par la schématisation suivante : Évènement extérieur
Positionnement intra-utéro - accouchement - chocs chutes
Désadaptation sphéno-basilaire et conséquences crânio-faciales
ou contraintes mécaniques directes sur l’architecture de la face
Retentissement sur la circulation de la muqueuse rhino-pharyngée
(vasodilatation réflexe - augmentation de pression hydrostatique - œdème)
Obstruction nasale - respiration buccale - écoulements
pouvant être aggravés par des modifications de l’environnement
(froid, surmenage, polluants, poussées dentaires chez les enfants…)
Conditions locales favorables à l’installation de germes
Infections chroniques de la sphère rhino-pharyngée
Extensions possibles aux zones voisines
(otites sinusites bronchites conjonctivites…)
4
1 – Ostéopathie O.R.L.
Des pressions anormales sont donc susceptibles de provoquer une désadaptation sphéno-basilaire et ses conséquences crânio-faciales, ou encore des contraintes mécaniques directes sur la face.
Les restrictions de mobilité au niveau des différentes sutures concernées vont avoir des conséquences importantes sur le fonctionnement de la zone rhino-pharyngée.
La muqueuse rhino-pharyngée congestive chronique qui va découler de ces problèmes mécaniques crânio-faciaux installés va prédisposer à l’apparition de pathologies chroniques dans cette
sphère O.R.L.
Des phénomènes extérieurs surajoutés (froid, agents microbiens…) vont pouvoir, à la faveur de
ce terrain prédisposé, permettre le développement de diverses pathologies.
Les problèmes rhino-pharyngés aigus et leur cortège de complications possibles relevant de la
médecine classique, l’Ostéopathie abordera les phénomènes chroniques, en visant à faire disparaître les conditions favorisant l’installation répétée de ces problèmes.
Apres évaluation des éventuelles restrictions de mobilité au niveau des sutures concernées, pourront être mis en œuvre les protocoles de traitements ostéopathiques destinés à restaurer progressivement au cours des séances, le fonctionnement normal de la muqueuse rhino-pharyngée.
L’Ostéopathie O.R.L. s’intéresse à un type particulier d’articulation qu’est la suture crânienne
ou faciale. Celle-ci peut grossièrement se concevoir comme un joint en caoutchouc qui, suite à des
contraintes diverses, des accidents mécaniques de divers ordres, peut subir et enregistrer des phénomènes compressifs à l’origine d’une diminution de son élasticité.
En ne perdant jamais de vue que les pratiques ostéopathiques O.R.L. s’adressent à la suture,
l’ostéopathe confronté à ces sutures, devra savoir évaluer leur élasticité, puis mettre en œuvre des
techniques qui consisteront alors en des mouvements répétés destinés à améliorer l’élasticité de
la dite suture au cours des séances d’Ostéopathie. Celle-ci retrouvée, les phénomènes congestifs
qu’elle provoquait vont disparaître, ainsi donc que les conditions locales à l’apparition de pathologies O.R.L. répétées.
Le présent ouvrage se veut essentiellement pratique, il tend à fournir aux élèves ostéopathes ou
aux ostéopathes établis désirant développer leur pratique ostéopathique dans ce sens, des outils
immédiatement applicables.
Pour ce faire il est constitué d’éléments d’anatomie et de pathologie concernant la sphère O.R.L.,
de repérages des sutures concernées par l’Ostéopathie O.R.L., de l’identification des points d’appuis qui seront nécessaires, de l’étude du testing spécifique, d’une description illustrée de chaque
technique utilisée, et enfin de leur regroupement sous forme de protocoles qui permettent le traitement de chaque pathologie O.R.L. chez l’adulte et chez l’enfant.
5
Chapitre
ÉLÉMENTS
D’ANATOMIE
2
OSTÉOPATHIE O.R.L.
Si l’on peut considérer le crâne comme une structure complète et indissociable, seules certaines
pièces de cette architecture crânio-faciale vont être impliquées dans les processus physiopathologiques, et donc dans le traitement, des pathologies O.R.L.
Ce sont ces pièces que nous nous proposons d’aborder succinctement dans ce chapitre, afin de
donner ou de rappeler à l’utilisateur de cet ouvrage pratique, les éléments anatomiques nécessaires
à une bonne visualisation dans l’espace de ces différentes pièces osseuses, préalable incontournable
à leur future « prise en main ostéopathique ».
1 Os cranio-faciaux impliqués
1.1 Le frontal
Os impair et médian, il forme la région antérieure du crâne. Il constitue le plafond des orbites.
Même s’il ne peut pas être considéré comme faisant partie anatomiquement de la face, il y participe
sur la plan fonctionnel.
Il s’articule avec les os pariétaux en arrière ; le sphénoïde et les zygomas sur les côtés ; l’ethmoïde,
les os lacrymaux, les os nasaux, et les branches montantes des deux maxillaires supérieurs en bas
(voir figures n° 1, 2, 3, 6 à la fin de ce chapitre).
1.1.1 Face externe
Son segment frontal présente :
▶▶ Les arcades sourcilières (elles se réunissent au dessus de l’échancrure nasale pour former la glabelle).
▶▶ Les bosses frontales
▶▶ La ligne temporale inférieure
Son segment orbito-nasal présente :
▶▶ Une partie ethmoïdale (ses parties latérales répondent à la face supérieure des masses latérales de
l’ethmoïde et sa partie antérieure, dentelée, répond à l’échancrure nasale en arrière de laquelle se
détache l’épine nasale).
▶▶ Une partie orbitaire (qui s’articule latéralement avec le sphénoïde)
Sa crête présente :
▶▶ L’échancrure nasale en forme de lettre V à l’envers (dont les bords dentelés s’articulent avec les
os nasaux et la branche montante du maxillaire supérieur).
▶▶ Les arcades orbitaires (qui présentent l’échancrure sus-orbitaire et la petite échancrure frontale.)
1.1.2 Face interne
Son segment frontal (écaille) présente :
▶▶ La gouttière du sinus longitudinal supérieur
▶▶ Les fosses frontales
Son segment orbito-nasal présente :
▶▶ L’échancrure ethmoïdale (qui répond à la lame criblée de l’ethmoïde)
8
2 – Éléments d’anatomie
▶▶ Les bosses orbitaires
1.1.3 Bord périphérique
Il sépare les deux faces.
Dans sa partie supérieure qui correspond au rebord de l’écaille, il s’articule avec le pariétal et avec
la grande aile du sphénoïde.
Dans sa partie inférieure horizontale, il s’articule avec le bord antérieur de la petite aile du sphénoïde.
1.2 Le sphénoïde
Os impair, en arrière du frontal, il se situe dans la partie centrale de la base du crâne et s’articule avec
tous les os du crâne qu’il contribue à maintenir. Il participe également au renforcement de la face
par l’intermédiaire de certaines de ses apophyses.
Grossièrement en forme de papillon, on lui décrit classiquement un corps, des grandes et des
petites ailes, des apophyses ptérigoïdes (voir figures n° 1, 2, 3, 5, 6).
1.2.1 Corps
Sa partie supérieure présente :
D’avant en arrière :
▶▶ le jugum sphénoïdal
▶▶ la gouttière optique
▶▶ la selle turcique
▶▶ la lame quadrilatère
▶▶ les apophyses clinoïdes postérieures
Sa partie postérieure présente :
Une région quadrilatère et rugueuse qui répond à une surface correspondante sur la partie antérieure du corps de l’occipital
Sa partie inférieure présente :
▶▶ La crête sphénoïdale inférieure
▶▶ Les cornets de Bertin
Sa partie antérieure présente :
De haut en bas :
▶▶ une zone rugueuse qui s’unit à la lame criblée et à la partie supérieure des masses latérales de
l’ethmoïde
▶▶ la crête médiane qui s’unit à la lame perpendiculaire de l’ethmoïde
▶▶ l’orifice du sinus sphénoïdal
▶▶ le bec du sphénoïde ou rostrum
Sa partie latérale présente :
▶▶ les zones d’implantation des grandes et petites ailes
▶▶ le canal optique
9
OSTÉOPATHIE O.R.L.
▶▶ la gouttière carotidienne
1.2.2 Grandes ailes
Elles s’étendent sur les côtés du corps du sphénoïde après avoir pris naissance sur les faces latérales
de celui-ci. Elles contribuent à former le plancher antérieur et latéral du crâne, ainsi que sa paroi
latérale, en avant de l’os temporal.
1.2.3 Petites ailes
Elles prennent également naissance sur les faces latérales du corps du sphénoïde. Elles contribuent
à former le plancher du crâne.
Leur bord antérieur rejoint le bord postérieur de l’os frontal et participe ainsi à la formation de
la partie postérieure des orbites.
Leur bord postérieur se prolonge de part et d’autre de la naissance des petites ailes, par les apophyses clinoïdes antérieures.
1.2.4 Apophyses ptérigoïdes
Elles naissent grossièrement de la jonction entre le corps et les grandes ailes, et prolongent la partie inférieure du cops du sphénoïde. Elles contribuent à former les régions latérales et postérieures
des cavités nasales.
1.3 L’occipital
Os impair et médian, il forme la partie postérieure du crâne, et la plus grande partie de la base crânienne (voir figures n° 2, 3, 4, 5, 6).
1.3.1 Écaille
Sa face externe présente :
▶▶ la protubérance occipitale externe
▶▶ les lignes courbes occipitales
▶▶ la crête occipitale externe
Sa face interne présente :
▶▶ la gouttière du sinus longitudinal supérieur
▶▶ la protubérance occipitale interne
▶▶ la crête occipitale interne
▶▶ l’éminence vermienne
(Ces crêtes et gouttières divisent la face interne de l’écaille de l’occipital en deux fosses cérébrales
et deux fosses cérébelleuses).
1.3.2 Masses latérales
Masses osseuses qui se prolongent en arrière par l’écaille et en avant par le corps. Elles forment les
limites latérales du foramen magnum ou trou occipital.
10
2 – Éléments d’anatomie
Les masses latérales présentent dans leur partie médiale des saillies ovales et convexes, les condyles
occipitaux qui s’articulent avec les fossettes correspondantes de la première vertèbre cervicale.
1.3.3 Corps
Sa face antérieure, accidentée de petits reliefs, répond à la face postérieure du corps du sphénoïde.
Il contribue à former le trou occipital, se prolonge par les masses latérales, et ses bords latéraux
répondent au bord postérieur du rocher.
1.4 Le temporal
Os formé en réalité de trois os distincts avant la naissance (l’écaille, le tympanal et le pétreux), il
forme une partie de la voûte et de la base du crâne. Il est situé en dessous du pariétal, en avant de
l’occipital et en arrière du sphénoïde (voir figures n° 1, 2, 3, 4, 5, 6).
1.4.1 Face exocrânienne
Sa portion antéro-supérieure :
Elle présente dans sa partie supérieure une surface en forme de disque : l’écaille, dans sa partie
moyenne l’apophse zygomatique du temporal, dans sa partie inférieure la cavité glénoïde qui possède la forme approximative d’un triangle dont la base est latérale.
Sa portion postéro-inférieure :
Elle correspond à la région mastoïdienne. La mastoïde possède la forme d’un triangle dont la
base est supérieure et dont le sommet forme, en bas, l’apophyse mastoïde.
Cette région est grossièrement convexe dans les deux sens.
L’apophyse mastoïde est creusée de cellules qui sont le prolongement des cellules pétreuses.
Sa portion inférieure :
Elle présente l’orifice du conduit auditif externe. Celui-ci est formé du cercle tympanal qui
constitue la plus grande partie de l’orifice, le reste c’est-à-dire le bord postéro-supérieur est squameux.
1.4.2 Face endocrânienne
Sa portion endocrânienne de l’écaille :
Elle est concave et verticale. Elle est circonscrite par un bord supérieur articulé en avant avec la
grande aile du sphénoïde et en arrière avec le pariétal.
Sa portion endocrânienne du pétreux :
Le pétreux possède une forme pyramidale dont la base est soudée à la région mastoïdienne. Il est
quadrangulaire, à peu près horizontal, mais orienté très obliquement en avant et en dedans.
Sa portion mastoïdienne :
Elle est concave dans les deux sens et possède la forme d’un triangle. Son bord antérieur se
confond avec la base du pétreux, sont bord postérieur rejoint l’occipital, son bord supérieur s’articule avec le pariétal.
11
OSTÉOPATHIE O.R.L.
1.4.3 Face inférieure
Sa partie postérieure :
Elle correspond à la partie inférieure de l’apophyse mastoïde.
Sa partie antérieure :
Elle représente les deux tiers de la face inférieure, elle correspond à la portion pétreuse et à la portion squameuse (cavité glénoïde, bord inférieur de l’apophyse zygomatique).
1.5 L’ethmoïde
Os impair, il participe à la formation des fosses nasales et des cavités orbitaires. Il est situé en avant
du sphénoïde, en arrière et en dessous du frontal (voir figures n° 1, 2, 3, 6).
1.5.1 Lame horizontale
De forme rectangulaire, le bord antérieur et les bords latéraux s’articulent avec le frontal, alors que
le bord postérieur rejoint le bord antérieur de la face supérieure du corps du sphénoïde. Cette partie criblée constitue une séparation entre l’étage antérieur de la base du crâne, en haut et les fosses
nasales, en bas.
L’apophyse crista galli divise la partie supérieure en deux gouttières ethmoïdales ou olfactives.
1.5.2 Lame perpendiculaire
Elle est positionnée perpendiculairement à la précédente. Celle-ci la divise en deux parties, en haut
l’apophyse crista-galli et en bas la lame perpendiculaire proprement dite.
1.5.3 Masses latérales
Situées sur les bords latéraux de la lame criblée entre les fosses nasales et les cavités orbitaires, elles
sont de forme parallélipédique.
Sa face latérale :
Elle participe à la formation de la cavité orbitaire, cette face latérale est une lame osseuse mince,
l’os planum.
Sa face supérieure :
Elle continue latéralement la face supérieure de la lame criblée.
Sa face inférieure :
Elle s’articule avec la partie supérieure de la face nasale du maxillaire et avec l’apophyse orbitaire
du palatin.
Sa face antérieure :
Elle est creusée de demi cellules qui rentrent en contact avec la branche montante du maxillaire
en dedans et le lacrymal en dehors.
Sa face médiale :
Elle présente les cornets ethmoïdaux (voir cornets).
12
2 – Éléments d’anatomie
1.6 Le maxillaire
Les maxillaires supérieurs se rejoignent pour former la mâchoire supérieure. Ils contribuent à former la partie centrale du massif facial, et jouent un rôle fondamental dans l’architecture de la face,
car ils s’articulent avec tous les os de la face (à l’exception de la mandibule).
Les maxillaires contribuent à la formation des orbites, des cavités nasales, et de la principale partie du palais osseux (voir figures n° 1, 2, 3, 5).
1.6.1 Corps
Sa face supérieure :
Elle forme le rebord orbitaire.
Elle répond sur la moitié latérale à l’apophyse antérieure du zygoma.
Sa face antérieure :
Grossièrement quadrilatère elle est circonscrite par
▶▶ le rebord orbitaire en haut, prolongeant la crête lacrymale antérieure, il répond dans sa partie
latérale à l’apophyse antérieure du zygoma ;
▶▶ le rebord alvéolaire en bas (de l’incisive centrale jusqu’à la première grosse molaire) ;
▶▶ le bord latéral de la pyramide représentée par le maxillaire en arrière ;
▶▶ le bord antérieur aigu du maxillaire en avant (ses deux tiers supérieurs présentent l’échancrure
nasale, son tiers inférieur répond au maxillaire opposé pour donner la suture inter-maxillaire).
Elle présente :
▶▶ le trou sous-orbitaire situé à environ un demi centimètre du rebord orbitaire, et positionné à la
verticale de l’échancrure sus-orbitaire ;
▶▶ plusieurs bourrelets correspondants aux racines des dents (dont celui de la canine est le plus proéminent).
Sa base :
Elle est divisée en étage nasal et en étage buccal (beaucoup plus petit) par l’apophyse palatine.
L’étage nasal présente :
▶▶ le hiatus maxillaire (orifice d’entrée du sinus maxillaire)
▶▶ la gouttière lacrymale
▶▶ la crête turbinale inférieure
▶▶ le trigone palatin (qui répond à l’apophyse orbitaire du palatin)
▶▶ la gouttière palatine postérieure
L’étage buccal contribue à former le palais osseux et présente :
▶▶ les alvéoles dentaires
L’apophyse palatine présente :
▶▶ l’épine nasale antérieure
▶▶ la crête nasale (qui répond au bord inférieur du cartilage de la cloison et au bord inférieur du
vomer).
Sa face postérieure présente :
▶▶ la gouttière du nerf maxillaire supérieur
▶▶ la tubérosité maxillaire
13
OSTÉOPATHIE O.R.L.
1.6.2 Branche montante
Elle répond par son bord postérieur au bord antérieur du lacrymal.
Elle présente :
▶▶ la crête lacrymale antérieure
▶▶ la gouttière lacrymale (formée par l’union avec la gouttière correspondante de la face latérale de
l’os lacrymal).
1.7 Le nasal
Les os nasaux sont pairs, minces et grossièrement rectangulaires, ils se rejoignent pour former l’arrête du nez et la partie la plus antérieure de la paroi supérieure des fosses nasales.
L’os nasal présente :
▶▶ un bord supérieur, qui répond au bord médial de l’échancrure nasale du frontal
▶▶ un bord latéral qui répond au bord antérieur de la branche montante du maxillaire
▶▶ un bord médial qui répond au bord médial de l’os nasal correspondant, à une gouttière de l’épine
nasale du frontal, ainsi qu’au rebord antérieur de la lame perpendiculaire de l’ethmoïde
▶▶ un bord inférieur qui répond aux cartilages du nez (voir figures n° 1, 2, 3).
1.8 Le palatin
Les os palatins sont pairs, en forme de L.
Les lames horizontales complètent le palais osseux, elles en forment la partie postérieure. Les
lames horizontales se réunissent pour former la crête nasale qui répond au vomer, et la crête palatine.
Les lames verticales forment une partie de la paroi latéro-postérieure de la cavité nasale et contribuent à former le plancher des orbites (voir figures n° 3, 5).
1.9 Le lacrymal
Les os lacrymaux ou unguis participent à la formation des parois médiales de chaque orbite et à celle
de la paroi latérale des fosses nasales (voir figures n° 1, 2).
Sa face orbitaire présente :
▶▶ la crête lacrymale postérieure
▶▶ la gouttière lacrymale (en avant de la crête lacrymale, une excavation en forme de gouttière
répondant à une gouttière équivalente située sur la branche montante du maxillaire, forme le
canal lacrymal).
1.10 Les cornets
Les cornets nasaux inférieurs sont des os indépendants, alors que les cornets moyens et supérieurs
appartiennent à l’ethmoïde (voir figures n° 1, 3).
14
2 – Éléments d’anatomie
1.10.1Cornets inférieurs
Os en forme de volutes qui se projettent dans les fosses nasales.
Les cornets inférieurs présentent les apophyses lacrymales qui participent à la formation des canaux
lacrymaux.
1.10.2Cornets moyens
Ils appartiennent à l’os ethmoïde, enroulés sur eux-mêmes (ils se fixent à la branche montante du
maxillaire supérieur, à la masse latérale de l’ethmoïde, à la lame verticale du palatin).
1.10.3Cornets supérieurs
Ils appartiennent également à l’os ethmoïde, beaucoup moins volumineux, ils se retrouvent sur la
moitié postérieure des masses latérales de l’éthmoïde.
(Á noter qu’il peut exister des cornets ethmoïdiens supplémentaires, on parle de troisièmes,
voire de quatrièmes cornets ethmoïdiens).
2 Sinus
Certains os crânio-faciaux sont creux, leurs cavités sont les sinus de la face, nommés aussi paranasaux de par leur proximité et leurs rapports avec les fosses nasales.
La muqueuse qui les tapisse est en continuité avec celle des fosses nasales.
Les sinus constituent une caisse de résonnance propre à chacun, permettent d’adapter la température et le degré d’humidité de l’air ambiant pour le bon fonctionnement des voies aériennes
dans lesquelles l’air va circuler, retiennent les particules génératrices de sensations olfactives pour
faciliter leur réaction avec les cellules réceptrices olfactives de la muqueuse nasale, allègent le crâne,
concourent à la protection des structures cérébrales en réalisant des sortes d’antichambres situées
pour la plupart à l’avant des structures nerveuses…
La taille et la forme de ces cavités évoluent beaucoup au cours de la croissance (voir figure n° 7).
Les sinus se préparent au cours du quatrième mois de développement.
Mise en place
Pneumatisation
Dev. définitif
naissance = évagination fosses nasales
18 mois-2 ans
4-5 ans
1 an
5-6 ans
12 ans
Cellules ethmoïdales
Présentes naissance
Sinus maxillaires
Sinus frontaux
Sinus sphénoïdal
5-6 ans
18 ans
2.1 Sinus frontal
Situés dans l’os frontal, ces sinus sont placés au-dessus du rebord orbitaire supérieur. Leur taille
varie beaucoup d’un sujet à l’autre, ils sont très asymétriques. Ils se drainent dans le méat moyen par
un long et tortueux canal.
15
OSTÉOPATHIE O.R.L.
2.2 Sinus maxillaire
Situés dans l’os maxillaire en dessous du rebord orbitaire inférieur, il s’agit de deux grandes cavités. Leur toit correspond au plancher de l’orbite, leurs faces antérieures aux parties antérieures du
massif facial de part et d’autre des cavités nasales, leurs bords inférieurs surplombent les racines de
certaines dents dont les sinus maxillaires sont séparés par une épaisseur osseuse très variable d’un
sujet à l’autre, enfin leurs faces médiales contiennent les orifices de ces sinus qui se drainent dans la
région du méat moyen.
2.3 Sinus ethmoïdal
Les cellules ethmoïdales sont situées dans les masses latérales de l’ethmoïde, placées entre l’orbite et
le haut des fosses nasales, leur nombre et leur forme sont variables, mais on peut se les représenter
sous la forme d’un ensemble de huit à dix cellules. En marge des cellules purement localisées à l’ethmoïde, se trouvent des cellules qui se continuent avec certains os voisins (cellules ethmoïdo-maxillaires, ethmoïdo-frontales, ethmoïdo-sphénoïdales, ethmoïdo-palatines et ethmoïdo-lacrymales).
Les cellules ethmoïdales antérieures se drainent dans la région du méat moyen, les cellules ethmoïdales postérieures dans le méat supérieur.
2.4 Sinus sphénoïdal
Situés dans le corps du sphénoïde, derrière la partie supérieure des fosses nasales, séparés par une
cloison. Ils présentent des rapports étroits notamment avec le nerf optique.
Ils débouchent en haut et en arrière des fosses nasales par l’intermédiaire d’orifices situés sur la
face antérieure du corps du sphénoïde.
Les sinus sont tapissés d’une muqueuse semblable à la muqueuse nasale, et sont en continuité
avec les fosses nasales par l’intermédiaire de petits orifices responsables du drainage et de l’aération
de ces cavités pneumatiques.
En termes de drainage on pourra alors distinguer les cavités antérieures (sinus frontal, sinus
maxillaire et cellules antérieures de l’ethmoïde) dont les orifices de drainage se trouvent dans la
région du méat moyen, et les cavités postérieures (sinus sphénoïdal et cellules postérieures de l’ethmoïde) dont les orifices de drainage se trouvent en haut et en arrière des cavités nasales.
3 Pharynx
Le pharynx est un conduit constitué de muscles et tapissé d’une muqueuse situé en avant de la
colonne vertébrale et se rendant de la base du crâne au larynx, il passe en arrière de l’ouverture postérieure des fosses nasales et en arrière de la cavité orale.
On lui reconnait ainsi trois parties anatomiques le rhino-pharynx, l’oro-pharynx et le laryngopharynx (voir figure n° 8).
▶▶ Rhino-pharynx : nommé également naso-pharynx ou encore cavum naso-pharyngien correspond au prolongement postérieur des cavités nasales avec lesquelles il communique grâce aux
16
2 – Éléments d’anatomie
choanes. Il s’étend jusqu’au palais mou et la luette dont l’ascension, lors de la déglutition assure
la fermeture de la communication avec l’oro-pharynx.
Dans cette partie du pharynx débouchent les trompes d’Eustache qui assurent la communication avec l’oreille moyenne et qui seront décrites lors de l’étude de celle-ci.
Á proximité de l’orifice d’arrivée de la trompe d’Eustache, juste en arrière des choanes se
trouvent les végétations adénoïdes. Nommées également amygdales pharyngiennes, ces structures
sont constituées de tissu lymphoïde.
Intégrées au système lymphoïde au même titre que les structures lymphoïdes de l’intestin, que
les ganglions lymphatiques, que la rate ou encore le thymus elles jouent un rôle important dans les
mécanismes de défenses locaux. Associées aux amygdales palatines et aux amygdales linguales, elles
appartiennent à l’anneau lymphatique de Waldeyer.
Les trois éléments de cet anneau lymphatique de Waldeyer présentent une structure commune,
ils contiennent des nodules lymphatiques entourés d’invaginations d’aspect réticulaire.
▶▶ Oro-pharynx : Situé dans la partie arrière de la cavité orale, c’est-à-dire dans la partie postérieure
de la cavité buccale, il s’étend du niveau du palais mou jusqu’à environ celui de l’os hyoïde. Il
représente un carrefour aéro-digestif. Il abrite les amygdales palatines et les amygdales linguales
que nous avons évoquées plus haut.
▶▶ Laryngo-pharynx : nommé également hypo-pharynx, correspond à la partie la plus basse du pharynx. Il livre lui aussi passage à la fois à l’air et aux aliments. Il se situe à l’arrière de l’épiglotte et
s’étend grossièrement de l’os hyoïde jusqu’au niveau du cartilage cricoïde appartenant, comme
l’épiglotte, aux cartilages laryngés.
4 Oreille
L’oreille est constituée de trois parties nommées oreille externe, oreille moyenne et oreille interne,
elle participe à deux fonctions pour lesquelles elle dispose de récepteurs spécialisés, l’audition et
l’équilibration.
L’oreille externe et l’oreille moyenne participent à l’audition, l’oreille interne est impliquée
quant à elle dans l’audition et l’équilibration (voir figures n°9, 10).
4.1 Oreille externe
Elle est constituée :
▶▶ du pavillon constitué de cartilage élastique et recouvert d’une mince couche de peau ;
▶▶ du conduit auditif externe, tube courbé d’environ 2,5 centimètres de longueur creusé dans l’os
temporal et dont la peau est dotée de poils et de glandes sudoripares spécialisées, les glandes
cérumineuses qui entourent le méat auditif ;
▶▶ du tympan, membrane translucide mince et fibreuse qui sépare l’oreille externe et l’oreille
moyenne, d’aspect grisâtre, légèrement nacré, il présente une zone plus lumineuse dans sa partie
antéro-inférieure nommée triangle lumineux. Il vibre sous l’effet des ondes sonores et met ainsi
en mouvement les osselets de l’oreille moyenne.
17
OSTÉOPATHIE O.R.L.
4.2 Oreille moyenne
Cavité creusée dans l’os temporal, elle est constituée de la caisse du tympan qui contient les trois
osselets, des cellules mastoïdes de l’os temporal et de la trompe d’Eustache qui relie l’oreille moyenne
au rhino-pharynx.
▶▶ La caisse du tympan est remplie d’air et tapissée d’une muqueuse, elle présente les osselets, c’està-dire le marteau (dont le manche est intimement lié à la membrane tympanique) l’enclume et
l’étrier.
Les osselets présentent deux petits muscles : le tenseur du tympan innervé par une branche du
trijumeau, et le stapédius innervé par le facial, qui tendent à protéger le tympan en amortissant les
vibrations excessives dues à des bruits intenses.
Le tenseur du tympan tire le manche du marteau pour atténuer les vibrations du tympan, le stapédius éloigne la platine de l’étrier de la fenêtre ovale pour la protéger également de vibrations trop
intenses.
▶▶ Les cellules mastoïdiennes : la mastoïde est une région de forme triangulaire à sommet inférieur
située derrière le conduit auditif externe, sa pointe arrondie constitue l’apophyse mastoïde
Les cellules mastoïdiennes sont situées à l’intérieur de l’apophyse mastoïde et se continuent avec
les cellules pétreuses ; il s’agit de toutes petites alvéoles pneumatiques et séparées par de très fines
cloisons osseuses de l’encéphale.
▶▶ La trompe d’Eustache est un conduit oblique qui relie l’oreille moyenne au rhino-pharynx,
tapissée également par une muqueuse en continuité avec la muqueuse rhino-pharyngée, elle est
habituellement aplatie et fermée et s’ouvre au cours de la déglutition et du bâillement.
Elle permet d’équilibrer les pressions des deux côtés du tympan afin de lui permettre de vibrer
normalement, en faisant pénétrer régulièrement de l’air dans l’oreille moyenne ; elle permet également de drainer et donc d’évacuer vers le rhino-pharynx les sécrétions de la caisse et de la trompe.
4.3 Oreille interne
Elle comprend le labyrinthe osseux et le labyrinthe membraneux.
▶▶ Le labyrinthe osseux correspond à une série de canaux tortueux creusés dans l’os temporal.
▶▶ Le labyrinthe membraneux correspond à un réseau de conduits membraneux situés dans le labyrinthe osseux et qui en suivent grossièrement les contours.
Le labyrinthe osseux est rempli de périlymphe dans laquelle flotte le labyrinthe membraneux
qui, lui, contient de l’endolymphe.
Les deux grandes parties du labyrinthe sont la cochlée et le vestibule.
▶▶ La cochlée ou limaçon est une cavité osseuse spiralée, elle contient le conduit cochléaire membraneux qui abrite l’organe spiral ou organe de Corti, récepteur sensoriel de l’audition.
▶▶ Le vestibule, placé en arrière de la cochlée contient deux structures impliquées dans l’équilibration unies par un petit canal, le saccule et l’utricule. Saccule et utricule abritent les récepteurs sensoriels de l’équilibration, les macules (cellules ciliées prises dans une sorte de gelée, dans
laquelle sont semés des cristaux destinés à alourdir la partie supérieure de la gelée, les otolithes).
18
2 – Éléments d’anatomie
Les otolithes vont déformer la masse gélatineuse, et entrainer indirectement les cils des cellules
en fonction des positions de la tête.
Ces dispositifs tendent ainsi à renseigner l’encéphale sur la position de la tête.
L’utricule est surmontée par des canaux semi-circulaires, situés chacun dans un des trois plans de
l’espace (on parle de canaux semi-circulaires antérieur, postérieur et latéral). Leurs extrémités renflées, nommées ampoules, contiennent les crêtes ampullaires.
Les mouvements de la tête agitent l’endolymphe de ces canaux et celle-ci vient percuter des cellules sensorielles en fonction des mouvements de la tête.
Ces dispositifs tendent à renseigner l’encéphale sur les mouvements de la tête.
5 Muqueuse nasale
Les fosses nasales jouent un rôle fondamental au sein de la région que nous étudions. Elles constituent l’entrée des voies aériennes supérieures, présentent les cornets qui compliquent leur anatomie dans le but de réchauffer et d’humidifier l’air inhalé. Elles reçoivent l’arrivée des sinus, du
canal lacrymal, et indirectement des trompes d’Eustache. Elles sont tapissées par une muqueuse, la
muqueuse nasale qui se prolonge ensuite par la muqueuse rhino-pharyngée, et par toutes ses extensions dans les cavités avec lesquelles elle communique.
En marge de sa fonction olfactive assurée par une zone olfactive située au niveau du toit des
fosses nasales et qui contient des cellules sensorielles olfactives spécialisées, elle possède un rôle respiratoire important, conditionnant la température et le degré d’humidité de l’air inhalé avant qu’il
ne parvienne dans les voies aériennes inférieures.
Cette muqueuse possède un très riche système vasculaire situé dans le chorion. Les cornets ainsi
que la partie moyenne de la cloison nasale présentent un tissu caverneux érectile dont la congestion
éventuelle est susceptible d’affecter la perméabilité nasale.
Il existe un rythme alterné de perméabilité des fosses nasales allant d’environ deux à cinq heures
qui ne devient perceptible qu’en situation pathologique où il peut provoquer une obstruction à bascule.
En dépit de son tapis roulant muco-ciliaire, un système sous-muqueux faisant intervenir leucocytes et immunoglobulines assure une fonction fondamentale de défense de l’entrée des voies
aériennes supérieures.
La vascularisation de cette muqueuse se fait par l’intermédiaire :
▶▶ de la carotide interne qui donne dans sa partie intra-crânienne : l’artère ophtalmique qui sera à
l’origine des artères éthmoïdales (voir figure n° 11) ;
▶▶ de la carotide externe qui donne l’artère maxillaire qui sera à l’origine de l’artère sphéno-palatine se divisant ensuite en artère de la cloison qui se termine au niveau du canal palatin antérieur,
et en artère nasale latérale qui vascularise les cornets et les méats en un très riche réseau (voir
figure n° 12).
L’innervation de cette muqueuse est assurée par :
▶▶ Nerfs crâniens :
19
OSTÉOPATHIE O.R.L.
Pour la sensibilité, l’innervation relève du nerf ophtalmique et du nerf maxillaire supérieur, issus
du trijumeau (V) (voir figure n° 13).
Pour l’olfaction elle relève du nerf olfactif (I)
▶▶ Innervation autonome :
Pour le sympathique elle est assurée par le nerf carotidien interne (voir figure n° 14).
Pour le para-sympathique, les fibres du ganglion sphéno-palatin s’acheminent vers la glande
lacrymale et les fosses nasales (voir figure n° 15).
20
BIBLIOGRAPHIE
OSTÉOPATHIE O.R.L.
Principes d’Anatomie et de Physiologie humaine, Tortora, Derrickson, 4e édition, De Boeck (2010)
Atlas d’Anatomie, Tank, Gest, De Boeck (2010)
Anatomie et Physiologie humaines, Marieb, 2e édition, De Boeck (1993)
Anatomie, Basmajian, 6e édition, Maloine (1972)
Précis de physiologie, Herman, Cier, 4e édition, Masson (1989)
Physiologie médicale, Ganong, Barrett, Barman, Boitano, Brooks, 3e édition, De Boeck (2012)
Anatomie cervico-faciale, Volume 1 Ostéologie crânio-faciale, Crepy, Masson (1967)
O.R.L., Ayache, Bonfils, 5e édition Med-line (2009)
Manuel pratique d’O.R.L., Legend, Fleury, Narcy, Beauvillain, 2e édition, Masson (1985)
Pathologie médicale, N° 1, Bouvenot, Devulder, Guillevin, Queneau, Schaeffer, Masson (1994)
204
INDEX DES
PATHOLOGIES
ET DES
TECHNIQUES
OSTÉOPATHIE O.R.L.
Allergies 115, 157-158
Angines 117-118, 153
Bronchites 118, 147-148
Conjonctivites 149-150
Dysperméabilités tubaires 182-183
Obstruction canal lacrymal 168
Otites 121-123, 170-173
Rhinites 114-116, 126-127
Rhino-pharyngites 116-117, 145-146
Ronflement 155-156
Sinusites 118-121, 159-160
Technique sphéno-basilaire
flexion-extension 36, 38-39, 53-55, 127-129
traction 36, 38-39, 56-57, 130-131
Technique fronto-naso-maxillaire latérale 36, 40, 58-59, 132-135
Technique fronto-naso-maxillaire désengagement
version adulte 36, 40, 60, 62-63, 136
version enfant 36, 40, 64-65, 137-138
Technique fronto-naso-maxillaire vibrée 36, 40, 66-67, 139
Technique maxillo-palatin
version adulte 37, 42-45, 68-69, 140
version enfant 37, 42-45, 70-71, 141
Technique inter-maxillaire écartement
version adulte 36, 41-42, 72-73, 142
version enfant 36, 41-42, 74-77, 143
Technique ganglion spheno-palatin 46-47, 78-79, 144
Technique traction latérale lacrymo-maxillo-nasale 36-37, 40, 49, 80-81, 151-152
Technique décongestion de l’amygdale 46-47, 82-83, 154
Technique temporo-occipitale 37, 48, 84-85, 161-162
Technique fronto-naso-maxillaire alternée 36, 40, 86, 88-89, 163-165
206
Index des pathologies et des techniques
Technique inter-maxillaire contre appui 36, 40, 42, 90-91, 166-167
Technique crochet latéral lacrymo-maxillo-nasal 36-37, 49, 92, 94, 95, 169
Technique temporo-occipitale désimpaction bilatérale 37, 48, 96-97, 174
Technique temporo-occipitale rotation bilatérale 37, 48, 98-99, 175
Technique temporo-occipitale synchronisée bilatérale 37, 48, 100-101, 176-177
Technique traction latérale ptérigoide 46-47, 102-103, 178
Technique drainage trompe d’Eustache 46-47, 104-105, 179-181
207
L’Ostéopathie est un outil extraordinaire de par le rapport tout à fait
unique qu’elle présente entre son coût de mise en œuvre et son efficacité
thérapeutique. L’Ostéopathie ORL l’illustre parfaitement.
L’absence d’ouvrages pratiques spécialisés en Ostéopathie O.R.L. montre toutefois
que ce domaine est souvent réduit à quelques techniques isolées, mais très rare
ment systématisé en tant que partie spécifique du champ d’application de
l’Ostéopathie. L’Ostéopathie O.R.L. regroupe pourtant de nombreuses techniques,
qui de par leurs spécificités pratiques et leur finalité thérapeutique sont totalement
originales dans leur mise en œuvre.
Le présent ouvrage vise à pallier à ce manque, il se veut essentiellement pratique,
et tend à fournir aux élèves ostéopathes ou aux ostéopathes établis désirant
développer leur pratique ostéopathique dans ce sens, des outils immédiatement
applicables.
Au-delà des nécessaires éléments d’anatomie et de pathologie concernant la
sphère O.R.L., ce livre est constitué de repérages des sutures concernées par
l’Ostéopathie O.R.L., de l’identification des points d’appuis qui seront nécessaires,
de l’étude du testing spécifique, d’une description illustrée de chaque technique
utilisée, et enfin de leur regroupement sous forme de protocoles qui permettent
le traitement de chaque pathologie O.R.L. chez l’adulte et chez l’enfant.
Ostéopathie ORL
TEOSORL-19X26_couv 02/10/12 11:34 Page1
Jean-Marc Bugnazet
Ostéopathie ORL
Enfant et adulte
Préface du Docteur Vincent Bertrand
COLLECTION
ostéopathie
Conception graphique : Primo&Primo
Photographies de Julia Mich
978-2-8041-7156-8
9 782804 171568
TEOSORL
Jean-Marc Bugnazet
Jean-Marc Bugnazet – Titulaire d’un C.E.S. d’Étiopathie et d’un diplôme
d’Ostéopathie, il est doté d’une expérience de vingt-cinq années dans la
pratique quotidienne de la thérapie manuelle, et est spécialisé depuis une
quinzaine d’années en Ostéopathie pédiatrique. Enseignant plusieurs
années durant en faculté d’Étiopathie, il est aujourd’hui enseignant à
l’Institut Privé d’Enseignement Ostéopathique de Paris, et au Centre
d’Études Ostéopathiques pré- et post-gradués en Ostéopathie O.R.L.
Il est également enseignant et conférencier dans plusieurs pays étrangers.
Téléchargement