nomenclature plantes d`appartement partie 2

publicité
2.Les plantes d’appartement au feuillage
décoratif.
2.1. Adiantum raddianum (Capillaire).
Le capillaire est une fougère qui tire son nom du latin Capillaris qui
signifie « fin comme des cheveux ». Ses feuilles s’appellent des frondes
et leur dissémination se fait au moyen de sporanges bruns installés sous
les frondes.
Lumière : Le capillaire se contente de situation peu lumineuse à l’image
de son habitat d’origine sous le couvert végétal tropicale.
Température : 18 à 20°C au-delà de 20°C il sera nécessaire de bas siner
le feuillage.
Arrosage : Régulier visant à maintenir la motte toujours humide. Si ses
frondes s’enroulent sur elles-mêmes cela signifie que la plante manque
d’eau. L’arrosage se fera à l’eau non calcaire.
Humidité de l’air: Elevé
Engrais: engrais liquide toutes les deux semaines.
Insectes et maladies : pucerons et araignées rouges.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Division de la plante au printemps.
Petits trucs : Si la motte est totalement desséchée ; il faudra la plonger
dans une bassine d’eau et attendre qu’il n’y ait plus de bulles d’air qui
s’échappent de la motte pour estimer l’arrosage suffisant.
Adiantum raddianum
2.2. Aglaonema x
Les aglaonema sont des plantes aux feuilles décoratives pour leurs
panachures, leurs marbrures, leurs stries. Possédant un port
buissonnant elles peuvent atteindre 1 m.
Lumière : Abondante, mais supporte aussi les pièces peu lumineuses.
Température : la température de nos maisons lui suffit (18 à 20°c).
Arrosage : à l’eau non calcaire lorsque la motte est sèche. En hiver
réduire fortement afin de respecter une courte période de repos.
Humidité de l’air: Pulvérisations souhaitable en été en période de
croissance mais déconseillée en hiver sous peine de voir apparaître des
pourritures.
Engrais: de mars à août fertilisation tous les 15 jours à l’engrais liquide.
Insectes et maladies : Cochenille farineuse, araignées rouge ,
pourritures diverses.
Longévité : Plusieurs années
Multiplication : division ou boutures de tronçons.
Petits trucs : Après quelques années la plante laisse apparaître des
troncs assez disgracieux (la plante donne l’impression de filer), dès lors,
il sera judicieux de rabattre sévèrement les troncs à quelques
centimètres du collet pour provoquer un départ de nouvelles pousses.
Aglaonema x
2.3. Asparagus
Cette plante au feuillage léger fait partie de la famille des asperges, les
liliacées, d’ailleurs le feuillage de l’asperge y ressemble beaucoup. La
souche de la plante est vivace et composées de racines charnues
blanches. 2 espèces d’asparagus sont généralement cultivées :
- A. plumosus(setaceus) très apprécié des fleuristes pour la composition
des bouquets étant donné la finesse de son feuillage .
- A. densiflorus ‘Spengeri’, utilisé comme plante d’intérieur.
Lumière : situation lumineuse sans soleil direct.
Température : plutôt basse et fraîche, 15 à 16°c en été et 5 à 6 °c en
hiver suffisent car la plante rentre en repos. En été des t° élevées
provoque la chute des feuilles.
Arrosage : 1à 3 en été, parcimonieux en hiver, en effet, la plante
possède des racines tubéreuses gorgées d’eau.
Humidité de l’air: Pulvérisation du feuillage surtout en hiver dans les
maisons ou règnent des t° de 18°c et plus.
Engrais: une fois par semaine de mai à septembre, il est recommandé
d’apporter l’engrais sur un substrat humide.
Insectes et maladies : Pucerons, cochenilles.
Longévité : Plusieurs années
Multiplication : Semis ou division de souches.
Petits trucs : Placé en suspension, l’asparagus prendra un port
retombant si l’on prend soin de supprimer les rameaux verticaux pour ne
conserver que ceux inclinés.
Asparagus
A. densiflorus
2.4. Aspidistra elatior
Appelée en Français plante des concierges, langue de belles-mères ces
charmants surnoms en disent long sur sa résistance. C’est la plus
résistante des plante d’appartements (avec le Sansevieria). Outre sa
robustesse, son principal attrait est la beauté de ses feuilles légèrement
arquées, vert profond et brillantes.
Lumière : toutes les situations lui plaisent, mais aime bien la lumière.
Température : Résiste partout, mais préfère en hiver les pièces froides
(12 à 15°C).
Arrosage : Supporte les oublis, peut passer l’hiver au frais presque sans
arrosage.
Humidité de l’air: Tolère l’air sec, mais les vaporisations l’embellissent.
Engrais: Une fois par mois de mai à septembre. Attention un excès
d’engrais fait se fendre les feuilles.
Insectes et maladies : Cochenilles farineuses.
Longévité : proverbiale.
Multiplication : Par division de souche.
Petits trucs : Se trouve au jardin en été.
Aspidistra elatior
2.5. Asplenium nidus
Très belle fougère formant une touffe de longues feuilles (frondes)
larges, simples, lisses et brillantes d’un très beau vert en transparence.
Peut atteindre 40 à 50 cm. Le cœur, en rosette, évoque un nid, d’où son
nom.
Lumière : s’accommode de peu de lumière, mais préfère le grand jour.
Température : Elle doit être régulière tout au long de l’année et osciller
entre 16 à 18°C sans descendre en dessous de 12°C.
Arrosage : Copieux en été à raison de 2 à 3 fois par semaine. Attention
l’asplenium n’aime guère l’excès d’eau au niveau des racines ainsi que
l’eau froide et calcaire.
Humidité de l’air: L’asplenium demande un taux d’humidité fort élevé
sous peine de voir les frondes se dessécher sur leurs bords.
L’humidification se fera plusieurs fois par jour en plein été.
Engrais: Apport d’engrais liquide très dilué tous les 6 mois.
Insectes et maladies : Cochenilles
Longévité : Plusieurs années, si la plante s’est acclimatée à la maison.
Multiplication : Semis de spores réservé aux professionnelles.
Petits trucs : Ne pas utiliser de lustrant. De plus tourner la plante de
temps en temps pour que le nid ne se déforme pas ; éviter de placer la
plante contre un mur.
Asplenium nidus
2.6. Begonia à feuillage décoratif
Cette catégorie de bégonia rassemble de très nombreuses espèces aux
ports multiples. Certains présentent un feuillage bicolore, d’autres
panachés, ou encore marbrés, la texture de leurs limbes peut être lisse,
poilue ou gaufrée tandis que leurs feuilles ont des formes variées.
Les principales espèces cultivées sont : B. rex au feuillage ample,
gaufré, à marbrure rouge, rose, pourpre, argenté, c’est le plus populaire
des bégonias ; B. masoniana au feuillage de couleur verte fortement
poilu et gaufré ;B. maculata (Tamaya) Bégonia dont le port ressemble
au bambou, joli feuillage maculé de blanc, floraison abondante rouge et
pendante
Arrosage : Copieux en été, réduits en hiver à une fois par semaine.
Humidité de l’air: Une forte humidité de l’air sera souhaitée et celle-ci
sera obtenue par bassinage des feuilles à l’eau tempérée et non
calcaire.
Engrais: Engrais liquide à partir de février tous les 15 jours.
Insectes et maladies : Oïdium, pourriture des racines.
Longévité : Généralement assez courte ; Pas plus de deux ans. Culture
moyenne à difficile en appartement.
Multiplication : Par boutures de feuilles.
Petits trucs : Ne pas utiliser de lustrant. En hiver, beaucoup de feuilles
tombent, même dans une pièce fraîche. C’est normal, d’autres
pousseront au printemps.
La beauté des frondes est telle qu’il est intéressant de pouvoir l’observer
par-dessous. Pour mieux profiter de ce spectacle, il est possible de
cultiver cette fougère en suspension.
Begonia à feuillage décoratif
B. rex
B. masoniana
B. maculata dit (Tamaya)
2.7. Beaucarnea recurvata
Le beaucarnea appelé aussi nolina est une plante qui peut atteindre
plusieurs mètres dans son pays d’origine:le Mexique. Ce petit arbre est
très facilement reconnaissable au renflement de la base de son tronc,
ce qui lui à valu l’appellation de "pied d ‘éléphant " ou d’ "arbre bouteille "
de plus il est facilement identifiable par ses feuilles allongées, vertes,
étroites et retombantes et regroupées au sommet du tronc. La fameuse
protubérance du tronc est en fait un organe de réserve qui permet à la
plante de résister à la sécheresse.
Lumière : Situation lumineuse et même ensoleillée.
Température : 19 à 25°c en été, en hiver elle ne doit pas descen dre en
dessous de 10°C. En véranda il est possible de desc endre à 5°C mais
en acclimatant la plante progressivement.
Arrosage : 1 à 2 fois par semaine en été, durant la période de repos en
hiver il est déconseillé d’arroser de toute façon la plante est en repos et
de plus, celle-ci possède son organe de réserve.
Humidité de l’air: Cette plante se plait en atmosphère sèche.
Engrais: une fois tous les 15 jours en période de croissance
Insectes et maladies : Cochenilles, pourriture du collet lors d’arrosages
trop fréquents ou en substrat mal drainer.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Boutures de tronçons.
Petits trucs : Le beaucarnea a tendance à s’incliner avec l’âge, ce qui
lui donne un très beau port original. Cependant il risque de tomber à
force de pencher. Il est conseillé de le rempoter en plaçant le tronc à la
verticale, ce qui lui redonnera une stabilité.
Beaucarnea recurvata
2.8. Caladium x
Le principal attrait de cette plante est son feuillage joliment coloré. Les
feuilles lancéolées sont issues d’un tubercule et atteignent 40 à 70 cm.
Les espèces les plus souvent rencontrées sont :
- C. bicolor-Hybrides, derrière cette appellation se cache une quantité
importante de variétés aux feuilles vertes, marbrées, panachées, striées
ou maculées de rose.
- C. humboldtii, c’est le plus petit des caladium, il ne dépasse pas 20 à
30 cm et ses feuilles sont vertes marbrées de blanc crème.
Lumière : Situation très lumineuse afin de conserver la beauté du
feuillage, mais en évitant les rayons du soleil ;
Température : 20 à 22°C durant 2 à 4 semaines après l’acquisitio n de la
plante, par la suite la température pourra être abaissée 18 à 19°C et 15
à 16°C à partir d’août. Au moment de la mise en vég étation du tubercule
il est recommandé de maintenir 24°C.
Arrosage : Le caladium ne doit pas manquer d’eau, à partir de l’été le
caladium entre dans une période de vie ralentie puis de repos végétatif,
de ce fait, les arrosage devront être réduits ainsi que la t°.
Humidité de l’air: Il est conseillé de pulvériser le feuillage
abondamment en été.
Engrais: de février à juin fertiliser la plante à l’engrais liquide une fois
par semaine.
Insectes et maladies : Pucerons, thrips.
Longévité : En respectant la période de repos de la plante et ses
exigences, il est possible de la garder plusieurs années.
Multiplication : semis
A savoir : La sève du caladium est toxique, il faut donc se laver les
mains après sa manipulation.
Caladium x
2.9. Calathea
Ce genre de la famille des marantacées compte plus de 120 espèces. Le
calathea est décoratif pour ses feuilles ovales diversement striées de
rouge lie-de-vin, de vert foncé à nervure fortement marquées et
colorées. Les principales espèces rencontrées sont :
- C. lancifolia, aux feuilles lancéolées, vertes à macules vert foncé et au
revers rougeâtre.
- C. makoyana, aux feuilles ovales vertes à stries argentées et au revers
grenats.
- C. ornata ‘Sanderana’, aux feuilles ovales, vertes foncé et élégamment
striées de rayures argentées.
- C. zebrina, aux feuilles larges et grandes de couleur vert clair, elles
sont traversées de bande vert-brun.
NB : Cette plante malgré son succès n’est pas très adaptée aux
conditions de nos maisons.
Lumière : situation mi-ombragée à l’image de ses sous-bois d’origine
Température : Température régulière toute l’année de 20 à 22°C.
Arrosage : copieux, la motte d’un calathea ne peut jamais sécher. Fois
par jour en été et 3 fois par semaine en hiver.
Humidité de l’air: Le calathea demande un taux d’humidité élevé, de ce
fait, il faudra pulvériser les feuilles, faute de quoi, les feuilles de
dessèchent et s’enroulent sur elles-mêmes.
Engrais: de mars à septembre tous les 15 jours.
Insectes et maladies : Araignée rouge, le botrytis.
Longévité : difficile à garder en appartement pour des raisons
d’humidité relative déficiante et pour des températures trop basses dans
nos maisons.
Multiplication : division
Petits trucs : il est possible d’adapter la plante à des t° plus b asses en
la plaçant progressivement dans des pièces plus froides pour arriver à
18°C.
Calathea
C. makoyana
C. lancifolia
C. ornata
2.10. Chamaedorea
Cette espèce de palmier originaire du Mexique possède un feuillage qui
ressemble à celui des palmiers types, mais celui-ci est de taille
nettement plus petite d’où son nom français de palmier nain. Il existe sur
le marché deux espèces :
- C. elegans : aux feuilles composes de folioles allongées, vertes et
terminées en pointe. Ses fleurs sont globuleuses et de petite taille
rappelant celles du mimosa, mais il est rare de le voir fleurir en maison
tant sa culture est difficile.
- C. stolonifera : Cette espèce se distingue de l’autre par sa hauteur qui
peut atteindre 70 à 100cm.
Lumière : Ce palmier se plaît en situation lumineuse une fenêtre au sud
ou à l’ouest lui est préférable. En hiver il faut le rapprocher d’une source
lumineuse. Le chamaedorea ne supporte pas le soleil sur ses feuilles.
Température : 18 à 24°C pendant la période de végétation, en hiv er la t°
pourra être descendue progressivement à 15 à 16°C m inimum. Eviter les
courants d’air.
Arrosage : Arrosages copieux pendant la période de végétation, en
hiver réduire à 1 à 2 fois par semaine.
Humidité de l’air: Il faut maintenir le feuillage humide à l’aide d’eau non
calcaire et ceci grâce à un pulvérisateur.
Engrais: Toutes les semaines de mars à septembre, appliquer l’engrais
sur motte humide.
Insectes et maladies : Cochenilles et araignées rouges, jaunissement
des feuilles suite à un manque d’humidité, ou à un excès de soleil, de
toute façon, les feuilles âgées jaunissent naturellement. Un flétrissement
des feuilles et des tiges s’explique par un excès d’eau.
Longévité : Si la plante s’est acclimatée il est possible de la garder
plusieurs années.
Multiplication : semis
Petits trucs : Les feuilles peuvent se couvrir de tâches blanchâtres qui
sont des résidus de sels minéraux contenus dans l’eau de pulvérisation.
Il faut éliminer celles-ci à l’aide d’un chiffon doux imbibé d’eau douce.
Chamaedorea
2.11. Chlorophytum comosum
Plante pour jardinier débutant, facilement reconnaissable à ses feuilles
étroites, allongées vertes ou rayées de blanc crème (‘Variegatum’). A la
fin du printemps, chaque plante émet des tiges sur lesquelles
s’épanouissent de minuscules fleurs blanches rapidement remplacées
par des rosettes de feuilles qui prennent rapidement du poids ce qui
provoque l’arcure des rameaux appelés stolons.
Lumière : situation lumineuse, quoi que l’espèce à feuilles vertes se
contente de moins de lumière.
Température : 18 à 20°C en période active et minimum 6 à 8°C en
hiver.
Arrosage : copieux et quotidien en période chaude et réduits en hiver.
Humidité de l’air: Elevé, cette plante est celle qui est la plus
couramment rencontrée en salle de bain.
Engrais: Tous les 15 jours de mars à octobre. Stopper les apports en
novembre afin de respecter la période de repos de la plante.
Insectes et maladies : Pucerons, cochenilles, araignées rouges,
pourriture des racines suite à un mauvais drainage ou à un excès d’eau.
Longévité : perpétuelle étant donner sa multiplication naturelle.
Multiplication : légendaire, en effet, il suffit de prélever les jeunes
plantules émises par les stolons et les placer en pots ou dans un verre
d’eau.
Petits trucs : Plante qui peut agrémenter les plates-bandes de nos
jardins en mélange avec les annuelles.
Chlorophytum comosum
2.12. Cissus
Les cissus appartiennent à la famille des vignes et sont donc, des
plantes volubiles. Ils se caractérisent par des feuilles persistantes, vert
brillant, et de longues tiges volubiles. Deux espèces sont très résistantes
dans nos maisons :
- C. antartica, aux feuilles ovales, dentées et portées par un pétiole
rougeâtre, cette plante peut atteindre 2 à 3m ;
- C. rhombifolia, c’est le plus connu des cissus, il présente des feuilles
composées de 3 folioles vert foncé et brillantes, lorsqu’elles apparaissent
elles sont fréquemment recouvertes d’un duvet argenté. Cette plante
peut atteindre 1,5 à 2m quand elle est palissée. Les rameaux sont
volubiles et s’accrochent aux supports à l’aide de vrilles.
Lumière : Abondante mais peut supporter les pièces sombres.
Température : Les pièces normalement chauffées lui conviennent, mais
il préfère 16 à 18°C.
Arrosage : Arroser la terre lorsque celle-ci est sèche en surface, réduire
les arrosage en hiver à 1 à 2 fois par mois.
Humidité de l’air: Supportent l’air sec des maisons.
Engrais: de mars à septembre, apporter un engrais liquide tous les 15
jours.
Insectes et maladies : Pucerons, araignées rouges, pourritures du
collet et des racines suite à un arrosage trop copieux.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Bouturage d’extrémités de tiges à la fin de l’été.
Petits trucs : Pour obtenir une plante touffue, couper l’extrémité des
tiges les plus fortes. Une plante dégarnie peut-être rabattue à 20 cm.
Cissus
C. antartica
C. rhombifolia
2.13. Cocos nucifera
Ce palmier-cocotier très apprécier des amateurs présente des tiges et
des palmes issues d’une noix de coco. Dans nos maisons la culture de
cet arbre n’est pas facile et n’excède généralement pas 2 à 3 ans. Seul
les arbres plantés en pleine terre peuvent vivre plus longtemps. Les
cocos présents dans le commerce sont en fait, des jeunes plants de
quelques mois.
Lumière : Situation très lumineuse et ensoleillée.
Température : La t° doit être constante (20 à 22°C) et ne pas d escendre
en dessous de 18°C. La constance de la t° est gage de réussite de la
culture.
Arrosage : en été apporter de l’eau lorsque la motte se dessèche sur le
quart de son volume ; en hiver réduire ceux-ci à 3 à 4 fois par mois.
Humidité de l’air: Pulvérisations quotidiennes d’eau non calcaires.
Engrais: de mars à octobre effectuer des apports tous les 15 jours.
Insectes et maladies : Araignées rouges, cochenilles, la pourriture de la
noix qui s’explique souvent par un excès d’eau au niveau des racines,
taches brunes à l’extrémité des feuilles dues aux brûlures du soleil,
dessèchement des palmes suite à une carence en humidité dans l’air.
Longévité : 2 à 3 ans dans le meilleur des cas.
Multiplication : semis de noix.
Petits trucs : Lors du rempotage il ne faut pas enterrer la noix dans le
substrat.
Cocos nucifera
2.14. Codiaeum variegatum
Cette plante très populaire appelée communément « croton » est un
arbuste à feuilles persistantes de formes diverses, diversement colorés
et atteignant plusieurs mètres de haut. Une seul espèce est à l’origine de
nombreuses variétés cultivées.
Lumière : pour maintenir l’éclat des coloris, il est conseillé de placer le
codiaeum à proximité d’une source lumineuse, quelques rayons solaires
directs ne lui sont pas néfastes.
Température : 20 à 22°C sont des valeurs idéales, mais en hiver i l est
conseillé de diminuer la t° en dessous de 16°C.
Arrosage : Réguliers en période de végétation, en respectant une
courte période sèche entre deux arrosages. Pour cela laisser la motte se
dessécher sur 2 à 3cm.
Humidité de l’air: Le taux d’humidité doit être très élevé toute l’année,
donc les pulvérisations seront préconisées.
Engrais: tous les 15 jours de mars à septembre.
Insectes et maladies : Araignées rouges, cochenilles, pucerons,
oïdium. La chute brutale des feuilles s’explique par une modification
brutale de la t°, le jaunissement et la chute des f euilles peuvent être dus
soit au manque de lumière, soit au manque de chaleur ou d’humidité.
La perte de la vivacité des coloris s’explique par le manque de lumière
ou de rayons solaires.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Bouturage
Petits trucs : Ne pas hésiter à rabattre la plante très sévèrement au
printemps, car avec l’âge elle se dégarnit à la base des troncs.
Codiaeum variegatum
2.15. Cycas revoluta
Plante souvent confondue avec les palmiers car ses feuilles sont
composées de folioles aciculaires longues et arquées. Mais l’œil un peu
avertis remarquera au centre de la plante une souche globuleuse qui
peut devenir après plusieurs années un véritable tronc. Ce tronc très
épais contient des réserves d’eau ; Le Cycas ou sagoutier possède un
tronc qui peut atteindre 50 à 70 cm.
Lumière : Beaucoup de lumière sans soleil directe.
Température : Constante toute l’année cependant le cycas supporte
des t° basses (4 à 6°C) en hiver pour autant qu’ell es soient obtenues
progressivement. En été il est conseillé de placer le cycas à l’extérieur.
Arrosage : Régulier et sans excès durant la période d’activité ; en hiver
augmenter la période de sécheresse, les réserves d’eau contenues dans
le tronc compenseront éventuellement le manque d’eau.
Humidité de l’air: Le cycas s’accommode d’un air sec.
Engrais: Une fois par mois de mars à septembre ou au printemps
répandre des granulés d’engrais à action lente.
Insectes et maladies : araignées rouges, cochenilles. Pourriture du
tronc due à un excès d’eau. Le jaunissement des folioles s’explique par
un manque d’engrais soit par une atmosphère trop humide. Des taches
brunes sur les folioles sont dues aux brûlures solaires.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Semis
Petits trucs : Pour éviter que la plante ne se déforme suite à une source
lumineuse de même direction, il faut tourner la plante.
Cycas revoluta
2.16. Cypérus
Son nom évoque une matière avec laquelle les Egyptiens fabriquaient
du papier. Originaire de Madagascar, le Cyperus se plaît en zones
marécageuses. Il existe plus de 600 espèces répertoriées dans les
régions tropicales et tempérées.
Cyperus alternifolius : C’est le plus courant des cyperus rencontrés, ses
feuilles sont longues et étroites et se développent au sommet d’une
cannelée. Les fleurs sont des épillets réunis en bouquets au centre des
feuilles. Cette espèce atteint 100 à 150 cm de haut.
C. papyrus : C’est le véritable papyrus à papier, ses feuilles sont très
fines, gracieuses et nombreuses et sa taille varie de 1.5 à 2 m. Il est
nettement moins courant que C. alternifolius.
Lumière : peu exigeant en lumière, il se plaît en situation ensoleillée ou
pas.
Température
Arrosage : L’arrosage est copieux et régulier, les racines doivent
baigner dans l’eau en permanence.
Humidité de l’air: En été il sera nécessaire de pulvériser les feuilles si la
température est trop élevée.
Engrais: une fois par mois de mars à septembre.
Insectes et maladies : pucerons et cochenilles.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Bouturage de feuilles.
Petits trucs : Il ne faut pas hésiter à tailler sévèrement la plante jusqu'à
la base.
Cypérus
2.17. Dieffenbachia
Ce genre regroupe une trentaine d’espèces dont l’habitat d’origine se
situe en Amérique du sud. Cette plante est connue par l’aspect décoratif
de son feuillage, diversement marbré, panaché ou strié de blanc crème.
Les feuilles sont oblongues, lancéolées et larges et sont portées par un
tronc épais. Les fleurs, peu décoratives, sont composées d’une spathe et
d’un spadice de couleur blanc crème. Il existe de nombreuses espèces
et variétés dont les plus connues sont :
-D. amoena et D. amoena ‘Tropic Snow’ ;
-D. picta ‘Marianne’ ;
- D. maculata.
Arrosage : arrosage copieux en période de végétation en respectant un
période sèche entre chaque arrosage. Arrosage réduit en hiver.
Humidité de l’air: Plus la température de l’air sera élevée plus le taux
d’humidité devra être élevé.
Engrais: Engrais liquide tous les 15 jours à partir de mars.
Insectes et maladies : Cochenilles farineuses, tétranyque tisserand,
araignée rouge ;
- Bactériose, qui se développe en milieu trop riche en azote.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : Bouturage de tronçons.
Petits trucs : Si la plante se dégarni à la base et qu’elle donne un
aspect peu esthétique il est possible de rabattre la plante, en sectionnant
le tronc.
NB : Cette plante contient une sève toxique à base de strychnine qui
peut occasionner des paralysies temporaires et des lésions surtout chez
les enfants. Dès lors éviter cette plante en présence d’enfants et
manipuler celles-ci de préférence avec des gants.
Dieffenbachia
2.18. Dizygotheca
Cette plante parfois appelée aralia est originaire d’Australie, on connaît
quelques dizaines d ‘espèces dont deux seulement sont cultivées pour
leur feuillage gracieux :
- D. elegantissima, qui présente un feuillage composé de folioles
étroites, découpées et coriaces et rassemblées par cinq. De couleur liede-vin elles prennent un teint vert cuivré par la suite ;
-D. elegantissima ‘Castor’, très proche de l’espèce il diffère de celle-ci
par un feuillage très dense et compact ainsi que par la présence de
feuilles plus courtes. Les feuilles sont rassemblées autour de la tige
principale qui ne dépasse pas 20cm.
Lumière : Situation très lumineuse mais sans soleil direct.
Température : 20°c en période de végétation et 16°c minimum en h iver,
de plus, il faut éviter les écarts de températures.
Arrosage : Parcimonieux tout au long de l’année.
Humidité de l’air: Elevé pendant les périodes de fortes chaleurs, mais
inutile en hiver.
Engrais: tous les 15 jours de mars à septembre.
Insectes et maladies : Cochenilles et araignées rouges.
Longévité : Plusieurs années.
Multiplication : semis.
Petits trucs : Les plantes trop hautes peuvent être rabattues au
printemps. Afin d’obtenir un aspect plus touffu il est possible de disposer
de plusieurs plante par pot.
Dizygotheca
Téléchargement