EYK220 EYK220: nova220, unité de gestion locale compacte avec

advertisement
SAUTER EY3600
PDS 92.450
EYK220
fr Fiche technique
EYK220: nova220, unité de gestion locale compacte avec interface BACnet
L'EYK 220 est l'unité de gestion locale compacte nova220 de la famille de systèmes EY3600 équipée d'une
carte de communication BACnet (EYK300). Cette carte de communication sert à l'intégration de l’UGL Sauter
nova220 avec le protocole de communication standardisé BACnet/IP sur base Ethernet selon EN 13321-1 et
ISO 16484-5. Cette nova220 peut être interconnectée et peut communiquer sans équipement supplémentaire
sur novaNet et Ethernet. La programmation et le paramétrage sont réalisés via un PC à l'aide de CASE et de
l'éditeur CASE FBD selon IEC 1131-3.
L'unité contient tous les modules et interfaces nécessaires au fonctionnement, au raccordement des équipements d'installation et à la communication avec d'autres unités ainsi qu'à la couche gestion. En tant que serveur
BACnet, elle met à disposition tous les „Objets“ nécessaires aux applications CVC ainsi que les « Properties »
correspondantes avec les « Services » requis associés. Les utilisateurs typiques (clients BACnet) de ces informations sont les systèmes de gestion ouverts, les appareils sur bus, les autres unités compatibles BACnet, etc.
Dans son fonctionnement en tant que "clients BACnet“, la carte de communication supporte la transmission
paire à paire avec « Present-Value-Properties » des objets spécifies.
Produits
Type
Description
Poids (kg)
EYK220F001
UGL compacte avec interface BACnet
3,2
Caractéristiques techniques
Alimentation électrique
Tension d'alimentation
Puissance absorbée
Puissance dissipée max.
Exécution
Réglage d'usine
Nombre d'objets BACnet
Nombre de programmes horaires
Nombre de calendriers
Données historiques
Nombre d'objets
Nombre de blocs de données (total)
230 V~, 50/60 Hz
28 VA
env. 31 W
tous les interrupteurs en pos. "OFF"
max. 1000 (au total)
max 100 (Schedule)
max. 40 (Calendar)
max. 50 (Trend Log)
max. 10'000 (Log Buffer)
Interfaces, communication (suite)
Interface COM
Interface BACnet
Protocole transport
fiche DB9 selon DTB
RJ45 Ethernet
BACnet/IP
Conditions ambiantes admissibles
Température de service
Temp. de stockage et de transport
Humidité
0…45 °C (32…113 °F)
–25…70 °C (–13….158 °F)
10…90% HR sans condensation
Montage
Dimensions L × H × P
Poids (kg)
Entrées/Sorties
Entrées numériques
32
Sorties numériques
4× 0-I
4× 0-I-II
8× Ni/Pt1000
6× U/I/R
6× 0…10 V
(2× 0…20 mA)
2
Entrées analogiques
Sorties analogiques
Compteurs
Interfaces, communication
Réseau UGL/novaNet
2× bornes a/b
1× prise RJ11 (6/6)
1× prise RJ45
Appareil EY-OP240
Langues modu240:
allemand, français, anglais, italien, néerlandais, espagnol, suédois, norvégien,
danois, portugais, finnois (autres langues voir accessoires)
Normes, directives
Degré de protection
Classe de protection
Classe climatique
Conformité CE selon
Directive 2006/95/CE
Directive CEM 2004/108/CE
Informations complémentaires
Instructions de montage
Croquis d'encombrement
Schéma de raccordement
Carte enfichable
280 × 266 × 78 mm
11" × 10.5 " × 3" inch
3,2
IP 00 (EN 60529)
I (IEC 60730)
3K3 (IEC 60721)
EN 60730
EN 61000-6-1
EN 61000-6-2
EN 61000-6-3 1)
EN 61000-6-4
EN 55024
MV 505788
M04744
A09735
A09734
1) Ceci est une installation classée A; elle peut donc causer des perturbations radioélectriques en zone habitée. Le cas échéant, des mesures adéquates pourront être exigées de l'utilisateur
(voir Instructions de montage)
Accessoires
Type
Description
EY-OP240
Panneau de commande locale modu240
0501112002
Microprogramme nova220 avec langue modu240: allemand, français, anglais, polonais, slovène, hongrois, roumain, russe,
tchèque, turc
0367842002
Câble de liaison UGL nova – modu240 1,5 m (4.9 ft)
0367842003
Câble de liaison UGL nova – modu240 2,9 m (9.5 ft)
0367842004
Câble de liaison UGL nova – modu240 6,0 m (19.7 ft)
www.sauter-controls.com
1/8
EYK220
Accessoires (suite)
Type
Description
0367862001
Câble de liaison novaNet UGL novaNet290 ou novaNet291 1,5 m (4.9 ft)
0367862002
Câble de liaison novaNet UGL novaNet290 ou novaNet291 2,9 m (9.5 ft)
0367862003
Câble de liaison novaNet UGL novaNet290 ou novaNet291 6,0 m (19.7 ft)
0367862004
Câble de liaison novaNet RJ11-RJ11 0,21 m (fourni)
0367883002
5× EPROM (vides) (EPROM utilisateur)
0367888001
5× EPROM (4 MBit (vides))
0386301001
Câble de liaison COM DB9-DB9 3 m
Remarques concernant l'étude de projet
 L'unité de gestion locale nova220 peut être montée dans une
armoire électrique à l'aide de profilés (EN 50022).
 La carte dispose d'une licence BACstac et d'un autocollant
correspondant. Le deuxième autocollant livré pourra être archivé
dans le classeur du projet ou auprès de filiales/ONV comme licence de secours.
TM
Le raccordement aux équipements d'installation est réalisé à l'aide
de bornes à ressort et doit satisfaire aux conditions suivantes:
Exigences pour le raccordement des moyens d’explication
Section des conducteurs
novaNet
Entrées numériques
min. 0,8 mm² (AWG 18), max. 2,5 mm²
(AWG 13) conformément aux normes
avec liaison torsadée
 contacts libres de potentiel
 optocoupleurs
 transistors (collecteur ouvert)
< 250 V~/2 (2) A aux contacts du relais
< 10 V =
pas de tension externe!
 contacts libres de potentiel
 optocoupleurs
 transistors (Open Collector)
 L'unité EYK220F001 est alimentée en 230 V~.
 Les bornes de masse sont reliées au raccordement de terre
(PE) et au boîtier.
 La liaison de la carte de communication BACnet à l'unité de
gestion locale est réalisée de manière intégrée via novaNet. Le
câble 367862 004 fourni est raccordé à la prise RJ11 novaNet.
 Le raccordement Ethernet est réalisé par une prise RJ45. La
communication s'effectue avec le protocole de transport BACnet/IP.
 La configuration de cette adresse IP et d'autres paramètres
s'effectuent par le module logiciel Sauter "Configurateur serveur
BACnet". Voir manuel BACnet 7001007 002.
 La carte de communication BACnet implémente la "fonctionnalité serveur/client BACnet dans la DDC Sauter type nova220.
 Les AMF (adresses machines fines) utilisées dans l'UGL sont
transformées en "Objets BACnet" en cas d'adresse de branchement (points de données) définie. La gestion et l'actualisation de cette liste d'objets BACnet est réalisée automatiquement
par la carte de communication. Ceci évite des frais de génération supplémentaire lors de l'intégration des fonctionnalités
BACnet au niveau DDC. Par le profil horaire également implémenté (scheduler object) et ceci en liaison avec le Calendrier
(calendar objects), il est possible de traiter des programmes horaires locaux BACnet et ainsi de réaliser des commandes horaires des grandeurs de processus des UGL raccordées.
 Les points de données DDC (objet BACnet) peuvent être transmis soit depuis les clients BACnet par procédé de polling cyclique, soit par le mécanisme de souscription COV (Change Of
Value) depuis la carte de communication BACnet.
 Autres spécifications BACnet, selon le BACnet PICS (Protocole
Implementation Statement). Voir document „Sauter-BACnetPICS.pdf“
Sorties numériques
Entrées analogiques
Sorties analogiques
Compteurs
Description des entrées et sorties
Mesure de température
Nombre d'entrées
Type d'entrées
Plage de mesure
Facteurs de correc.
linéaire a et b
Pente a
Décalage point
zéro b
8
 Ni1000 (sans codage)
 Pt1000 (codage logiciel)
 Ni1000: –50 ...+150 °C (–58...+302 °F)
 Pt1000: –100 ...+500 °C (–148...+932 °F)
(Y = a X + b)
Ici, aucune entrée n'est nécessaire. Un
facteur proportionnel qui donne le résultat
en °C, est directement appelé via le microprogramme.
Ici, aucun calibrage n'est nécessaire. 2
ohms de résistance de ligne sont déjà pris
en compte dans le calcul et précompensés. Pour une résistance de ligne R
plus élevée (écart  2 ):
 b = –0,18 × (R – 2 ) dans la plage de
température ambiante
 ou b = –0,16 × (R – 2 ) à env. 100 °C
Les huit entrées ne nécessitent aucun calibrage, tiennent déjà
compte de la résistance des lignes et sont utilisables pour Ni1000
et Pt1000. Les sondes sont raccordées par deux conducteurs avec
une longueur maximale de 55 m pour une section de 0,8 mm²
(AWG 18 max. 180 ft) et de 170 m pour une section de 1,5 mm²
(AGW 15 max. 558 ft). La tension de mesure est pulsée et ne
produit pas d'échauffement de la sonde.
Les entrées sont conçues pour les sondes Ni1000. La linéarisation
permet d'atteindre un écart de 0,06 °C seulement. Les sondes
Pt1000 peuvent également être utilisées.
La sélection de la mesure est réalisée par le logiciel.
La linéarisation pour Pt1000 garantit des écarts négligeables dans
la plage –50 à +100 °C (–58...212 °F).
2/8
www.sauter-controls.com
EYK220
Le tableau suivant s'applique à la totalité de la plage de mesure du
Pt1000:
Précision de mesure
Température
–100 °C (–148 °F)
–50 °C bis +100 °C (–58...212 °F)
+150 °C (302 °F)
200 °C(392 °F)
300 °C (572 °F)
400 °C (752 °F)
500 °C (932 °F)
Différence absolue
–0,05 °C (–0.09 °F)
< ± 0,02 °C (± 0.04 °F)
+0,05 °C (+0.09 °F)
+0,11 °C (+0.2 °F)
+0,29 °C (+0.52 °F)
+0,10 °C (+0.18 °F)
–0,31 °C (–0.56 °F)
Mesure U/I/R
Nombre d'entrées
Types d'entrée
Tension
Courant
Potentiomètre
Facteurs de correc.
linéaire a et b
6
3× U/I/R
3× U/I
0 (2)...10 V
0 (0,2)...1 V
0 (4)...20 mA
0 à 500 ...2 k
(Y = a X + b)
La linéarité est adaptable avec une
grande précision pour chaque entrée.
Réglages pour un signal normé (0...1)
Facteur de correction linéaire
a
1
10
1
20
1,25
1,25
12,5
b
0
0
0
0
–0,25
–0,25
–0,25
Entrée
0...10 V
0...1 V
0...20 mA
0...1 mA
2...10 V
4...20 mA
0,2...1 V
Valeurs limites des entrées
Mesure de tension
Mesure de courant
Charge des sorties de référence
Ligne retour de tous les signaux
Précision
Résolution
< ± 50 V
< 50 mA
< 10 mA
masse
U = ± 0,1% (±0,01 V)
I = ± 0,1% (±0,02 mA)
R = ± 0,5% (±0,05 V)
U = 5 mV
Mesure de tension (U)
La mesure de tension est possible sur toutes les 6 entrées. La
tension à mesurer est à appliquer entre l'une des bornes d'entrée
de tension (repérées par U) et une borne de masse. Le signal doit
être libre de potentiel. Les deux mesures 0 (0.2)...1 V et
0 (2)...10 V sont sélectionnées par logiciel.
La tension maximale admissible sans détérioration est < ± 50 V.
La plage d'indication est toutefois limitée à 10 V. La résistance
interne Ri de l'entrée (charge) est de 60 k.
Mesure de courant (I)
La mesure de courant est possible sur toutes les 6 entrées. Des
bornes spécifiques (repérées par I) sont prévues pour la mesure
du courant. Le signal de courant doit également être libre de potentiel. Le courant d'entrée maximal doit être limité à 50 mA. La
résistance interne Ri est de 100 .
Mesure de résistance (R)
Le potentiomètre est raccordé aux bornes U, à la masse et +1 V,
une utilisation de l'ensemble des 6 entrées de mesure demandant
que les sorties de référence aient une double affectation. La tension de référence +1 V est pulsée. Afin de ne pas surcharger les
sorties de référence, la plus petite valeur du potentiomètre, même
suite au couplage en parallèle en cas de double affectation, ne doit
pas être inférieure à 500 . La sortie de référence est protégée
contre les courts-circuits. La valeur maximale de 2 k du potentiomètre est prescrite afin de garantir une mesure stable et insensible aux perturbations.
Comptage d'impulsions
Nombre d'entrées
Types d'entrée
Fréquence d'entrée
Courant de sortie max. des
entrées
Retard antirebond
Protection contre tension
externe
20 ms
jusqu'à 24 V AC/DC
Aux entrées de comptage peuvent être raccordés des contacts
libres de potentiel, des optocoupleurs ou des transistors à collecteur ouvert. La fréquence maximale des impulsions peut atteindre
15 Hz. Un retard antirebond de 20 ms est prévu pour une saisie
correcte des commutations par contacts. L'impulsion est saisie sur
le flanc descendant et peut être appliquée durant une durée indéfinie. La valeur de comptage interne de l'UGL est interrogée à
chaque cycle et placée dans le MD 2 en tant que total partiel
binaire. La totalisation en valeur de comptage proprement dite est
effectuée au plus tard après 30 s par voie logicielle par le processeur de l'unité dans le MD 6. L'utilisation du format FP permet
9
d'obtenir une valeur de comptage s'élevant à 2.147 × 10 .
Le format FP permet de représenter les valeurs de comptage
jusqu'à 67'108'864 avec une résolution de 1. Un éventuel dépassement de compteur peut être traité par réinitialisation à l'aide du
bloc de fonction "C_Preset".
Entrées numériques
Nombre d'entrées
Types d'entrée
Courant max. de sortie de
l'entrée
Retard antirebond
Protection contre
tension externe
32
 contacts libres de potentiel par
rapport à la masse
 optocoupleur
 transistor (Open Collector)
0,7 mA par rapport à la masse
20 ms
jusqu'à 24 V AC/DC
L'unité nova220 saisit 32 informations numériques. Les entrées à
surveiller sont raccordées entre les bornes d'entrée et la masse.
L'unité génère aux bornes une tension d'env. 24 V. Le contact
ouvert correspond à un bit = 0. Lorsque le contact est fermé (correspond à bit = 1) la tension est de 0 V et un courant d'env. 1 mA
circule. Les variations brèves d'une durée minimale de 30 ms
intervenant entre les scrutations de l'unité sont mémorisées temporairement et traitées lors du cycle suivant.
Pour chaque entrée, il est possible de définir individuellement s'il
s'agit d'une entrée d'alarme ou d'une entrée d'état.
Sorties numériques
Nombre de sorties
Types de sortie
Charge des sorties
www.sauter-controls.com
2
 contacts libres de potentiel
 optocoupleur
 transistor (Open Collector)
< 15 Hz
0,7 mA par rapport à la masse
4× 0-I
4× 0-I-II
relais
250 V~/2 (2) A
3/8
EYK220
Les sorties numériques peuvent également être utilisées en tant
que 8× 0-I. Via les entrées numériques, les rétrosignalisations sont
exclusivement réalisables en temps réel.
Adressage novaNet
Sorties analogiques
Nombre de sorties
Types de sortie
6
4× 0(2)...10 V DC, 20 mA max.
2× 0(2)...10 V ou 0...20 mA
La tension de sortie est disponible entre la borne de sortie correspondante et une borne de masse. Deux sorties peuvent délivrer
0..20 mA. Les sorties sont protégées contre les décharges d'électricité statique, et non contre les tensions continues ou alternatives
qui sont appliquées. Celles-ci peuvent détruire la diode de protection ou le pilote de sortie. Pour cette raison, les équipements
d'installation (par ex. servomoteur de vanne) doivent être raccordés en premier lieu dans l'installation. Il faut ensuite vérifier au
niveau de l'unité si les deux lignes ne comportent pas de potentiel
(0 V!) entre elles ou par rapport à la masse. Si c'est le cas, il faut
d'abord raccorder la masse et en dernier lieu le conducteur de
signal à sa borne sur l'unité.
L'unité de gestion locale nova220 contient un programme d'exploitation rapide. Celui-ci lit l'ensemble des entrées, traite les modules
paramétrés, actualise les sorties et exécute les communications
nécessaires avec les autres unités ou PC de visualisation.
Dans les unités de gestion locale est également intégrée une
horloge temps réel (RTC) pour les programmes horaires. Une pile
lithium assure la sauvegarde des données utilisateur (données
FBD), des programmes horaires ainsi que des données historiques
(HDB) dans la SRAM en cas de coupure de tension. Cette pile
lithium fait également fonctionner l'horloge temps réel.
La pile permet aussi la sauvegarde des données et le fonctionnement de l'horloge temps réel pendant au moins 10 ans lorsque
l'appareil est hors tension. Date et heure sont préréglées d'origine.
Lors du retour secteur, l'unité de gestion locale vérifie la cohérence
des données et met la communication en route.
Les programmes utilisateur peuvent être téléchargés à partir d'un
point quelconque dans novaNet. Les données sont conservées
dans la SRAM secourue par pile, même en cas de coupure de
tension. Les données peuvent de plus être stockées de manière
imperdable dans une EPROM utilisateur.
Une très haute sécurité est ainsi garantie en ce qui concerne la
perte des données.
Chaque unité nécessite obligatoirement une adresse UGL. Celle-ci
est définie par des interrupteurs de codage.
Mise en service
Lors du raccordement de l'alimentation électrique, la terre de
protection doit impérativement être raccordée à la borne à vis
prévue à cet effet (classe de protection I).
Les interventions doivent toujours être effectuées hors tension.
Avant d'être intégrée dans novaNet, chaque UGL doit être affectée
d'une adresse unique. Ce numéro d'UGL est codé en binaire à
l'aide des blocs de microrupteurs et peut être compris entre 1 et
4194 (pour les unités BACnet).
L'adresse UGL peut être réglée à l'aide des 16 interrupteurs. Le
dernier interrupteur sert à régler la parité. Celle-ci se rapporte à
l'adresse et non aux quatre autres interrupteurs disposés en dessous. La parité est réglée de façon à ce que le nombre des interrupteurs positionnés sur "On", celui de la parité inclus, soit pair.
Exemple de réglage: 2048 + 8 + 4 + 2 + 1 = 2’063
Dans l'exemple suivant, le codage binaire correspond au numéro
d'UGL 2’063
Pour la EYK220F001 I`adresse doit être codée entre 1 et 4’194
Dans la mesure où l'unité ne dispose pas encore d'EPROM avec
les données utilisateur paramétrées, ces données doivent être
transmises à l'unité. La communication est réalisée en principe via
le bus novaNet et les bornes correspondantes ou la prise RJ-11.
La programmation peut être réalisée parallèlement à l'échange de
données en cours.
Mais ceci peut diminuer la vitesse de réponse des autres unités du
réseau. Pour cette raison, il est possible durant la transmission des
données, de déconnecter l'UGL de novaNet et de raccorder localement le PC servant au paramétrage. Après le transfert des données, les données sont immédiatement actives. L'UGL est à nouveau raccordée au réseau et est prête à fonctionner.
Il est vivement conseillé de stocker également les données utilisateur sur une EPROM. Ceci améliore fortement la sécurité contre la
perte de données et simplifie une éventuelle recherche d'erreur.
L'EPROM est chargée à l'aide d'un appareil d'usage courant et est
installée sur l'unité.
Avant ouverture, l'unité doit être déconnectée du réseau d'alimentation! Durant toutes les manipulations au niveau des circuits
intégrés, des mesures de protection contre les décharges électrostatiques sont à prévoir. L'unité doit ensuite être initialisée à l'aide
de l'interrupteur Reset.
4/8
www.sauter-controls.com
EYK220
nova220
33
15
57
69
U
34 DI
16 DI
58 DI
70
I
35 DI
17 DI
59 DI
71
36 DI
18 DI
60 DI
72
U
37 DI
38 DI
39 DI
61 DI
62 DI
73
I
19 DI
50 DI
51 DI
63 DI
75
74
U
10 DI
52 DI
64 DI
76
I
11 DI
53 DI
65 DI
77
12 DI
54 DI
66 DI
78
QC
13 DI
55 DI
67 DI
79
QC
14 DI
56 DI
68
80
User Data
Micropr.
(1 MBit)
(4 MBit)
Off On
1
2
4
8
16
32
64
128
256
512
1024
2048
4096
8192
16384
Even
Reset
B
C
D
501112.001
B05783a
Reset
ON
Reset
B
C
D
B04726
L'interrupteur Reset est positionné durant ½ s env. sur "On".
L'UGL charge alors les données utilisateur à partir de l'EPROM et
démarre dans les conditions initiales définies.
Si l'interrupteur Reset reste sur la position "On", l'unité n'est pas
prête à fonctionner, mais reste continuellement en mode Reset.
Toutes les versions possèdent dans le coin supérieur gauche trois
LED qui indiquent l'état de l'unité de gestion locale: la LED verte
située tout en haut et continuellement allumée indique que l'unité
est en service (tension d'alimentation), tandis que les deux LED
jaunes signalent le trafic de télégrammes sur novaNet dans les
deux sens. Si l'unité s'est arrêtée ou si une erreur a été détectée
dans la RAM, ceci est enregistré par le chien de garde et l'unité est
redémarrée avec les données de l'EPROM. Dans ce cas, plus
aucun télégramme n'est émis durant un court instant, la LED
d'émission jaune (tout en bas) ne clignote plus. Si cette LED est
éteinte, l'EPROM est défectueuse ou incorrecte ou manque. Dans
www.sauter-controls.com
ce cas, l'unité n'est plus prête à fonctionner. En mode autonome
(sans novaNet) la LED de réception (centrale) reste éteinte, la LED
d'émission clignote à un rythme accéléré (7 fois par seconde env.),
un télégramme vide (factice) étant émis à chaque cycle.
Si l'unité est réinitialisée manuellement, le microprogramme et les
données utilisateur sont également rechargés. Dès la fin de cette
procédure, la LED d'émission jaune clignote à nouveau au rythme
des télégrammes émis.
Affichage LED pour interface Ethernet
Statut
éteint
rouge
rouge
vert
Speed jaune
LI
ACT
jaune
jaune
L'application n'a pas été initialisée correctement
Appareil BACnet hors ligne; pas de liaison
novaNet; occupation mémoire au niveau de
limite
Clignotant 4 fois par secondes: erreur de communication BACnet
Clignotant: communication novaNet
Vitesse de transmission de données, reconnue
automatiquement:
 LED éteinte: 10 Mbit/s
 LED allumée: 100 Mbit/s
Liaison physique existante (Link)
Transmission du protocole BACnet (activité)
5/8
EYK220
Affectation des AMF aux bornes
Raccord. nova220
Ni1000/Pt1000
Entrées analogiques
U/I/R
U/I/R
U/I/R
U/I/R
U/I/R
U/I/R
Sorties analogiques
0-10 V
0-10 V
0-10 V
0-10 V
0-10 V ou 0-20 mA
0-10 V ou 0-20 mA
Sorties numériques
0-I
0-I
0-I
0-I
0-I-II
0-I-II
0-I-II
0-I-II
Compteur d'impulsions
AMF
Bit
CC
00
01
02
03
04
05
06
07
51
51
51
51
51
51
51
51
08
09
10
11
12
13
50
50
50
50
60
60
20
21
22
23
24
25
82
82
82
82
81
81
32
33
34
35
36
37
38
39
20
20
20
20
20
20
20
20
50
51
C1
C1
Entrées numériques
52-1
52-2
52-3
52-4
52-5
52-6
52-7
52-8
53-1
53-2
53-3
53-4
53-5
53-6
53-7
53-8
54-1
54-2
54-3
54-4
54-5
54-6
54-7
54-8
55-1
55-2
55-3
55-4
55-5
55-6
55-7
55-8
24
25
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
31
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
GND
5
7
9
11
13
15
17
19
GND
21
25
29
33
36
39
GND
122
122
125
125
128
131
COM
102
104
106
108
110
113
116
119
GND
42
42
GND
Bornes
Entrée
6
8
10
12
14
16
18
20
I
23
27
31
35
38
41
U/R
22
26
30
34
37
40
U
123
124
126
127
129
132
I
103
105
107
109
111
114
117
120
+1 V réf.
24
28
32
I
130
133
II
112
115
118
121
Entrée
43
44
Entrée
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
45/
57/
69/
80/
45/
57/
69/
80
45/
57/
69/
80
45/
57/
69/
80
Raccordement masse
6/8
www.sauter-controls.com
EYK220
Croquis d'encombrement
Montage sur rails DIN
(6.93")
176
±1
211
±1
(8 .3 ")
Profilé EN50022 - 35 × 7,5
(DIN -3F 35 mm)
ou EN50022 - 35 × 15
B05960a
Schéma de raccordement
1
2
3
4
5
6
7
8
9
DCD (IN)
RD (IN)
TD (OUT)
DTR (OUT)
GND
DSR (IN)
RTS (OUT)
CTS (IN)
RIN (IN)
novaNet
a
b
Ethernet
CAT-5
Ferrit
(Würth Typ: 7427135)
novaNet
RJ11
EYT240
RJ45
COM 1
DB9
Dans le cas ou une conformité avec la norme d'habitation EN61000-6-3 est impérative, il faudra installer le câble Ethernet (min. CAT-5 câble)
avec une ferrite (Fürth Type: 7427135) composée de trois boucles à proximité de la prise. C'est seulement accompli avec hardware Index C.
www.sauter-controls.com
7/8
EYK220
Schéma de raccordement (suite)
© Fr. Sauter AG
Im Surinam 55
CH-4016 Bâle
Tél. +41 61 - 695 55 55
Fax +41 61 - 695 55 10
www.sauter-controls.com
info@sauter-controls.com
8/8
Printed in Switzerland
Dans les cas où la conformité avec la norme industrielle (EN 61000-6-2) est impérative, les câbles d’alimentation pour les entrées numériques
(DI), les entrées/sorties analogiques (AI/AO) ainsi que les entrées de comptage ne devront pas dépasser une longueur de 30 m.
7192450002 04
www.sauter-controls.com
Téléchargement