1 - Nathanaël Tardif

advertisement
►Portfolio
Nathanaël Tardif
Illustrateur médical et scientifique
1-Présentation
2-Chirurgie
3-Vulgarisation
4-Recherches
5-Botanique
1-Présentation
Formation
►2012
DNSEP Didactique Visuelle
L’illustration médicale est un outil didactique à destination
du patient ou du soignant. Elle a pour but de représenter
d’une manière à la fois simple et précise des gestes et
structures complexes. Elle doit mettre en valeur le message
scientifique et respecter l’anatomie.Les images sont
réalisées en étroite collaboration avec avec l’expert médical
afin de créer des visuels à la fois pertinents du point de vue
scientifique et graphique.
Contact
Nathanaël Tardif
3 Rue d’Obernai
67000 Strasbourg
06 82 35 61 43
nattardif@yahoo.fr
www. nathanaeltardif.com
Spécialisation illustration scientifique & médicale
Félicitations du jury
ESAD Strasbourg
►2011
Validation des cours d’anatomie PCEM 2
Faculté de médecine de Strasbourg
►2010
DNAP Didactique Visuelle
Félicitations du jury
ESAD Strasbourg
Validation des cours d’anatomie PCEM 1
Faculté de médecine de Strasbourg
Expérience
►2012
Ponction VSC
Réalisation d’une série d’illustrations médicales pour le docteur Phillipe Desprez.
CHU Strasbourg
Table tactile Tomi Ungerer
Réalisation d’une interface sur table tactile destinée à présenter hors les murs les collections du musée Tomi Ungerer.
►2011
Vaccination grippale
Réalisation d’une série de mini-jeux vidéo dans le cadre
d’une campagne de sensibilisation à la vaccination
grippale.
►2007
►2010
Classe préparatoire aux écoles d’art
Stage WebSurg
ENSBA Lyon
►2006
Bac S Sciences de l’Ingénieur
Mention assez bien
Lycée Albert Camus Rillieux la Pape
Stage chez WebSurg, plate-forme d’e-learning chirurgical.
Qui veut la peau des animaux ?
Réalisation d’un support de débat sur les questions du rapport homme/animal, pour l’association «Les atomes crochus».
2-Chirurgie
Cathéterisme de la veine subclavière
1
Cathéterisme de la veine subclavière
Technique opératoire
1
La méthode consiste à utiliser la veine JI comme
repère initial, de suivre son trajet jusqu’au creux
supra claviculaire afin de voir apparaitre le confluent
jugulo sous-clavier (JSC), puis la veine SC. De façon
constante, sont visualisés à l’écran : en haut le
muscle sterno-cléido-mastoïdien, et de dedans
en dehors : le larynx, l’un des lobe thyroïdien, la
carotide interne et la veine JI en petit axe.
1
2
3
1
Technique opératoire
2
La sonde est placée perpendiculaire au grand axe
du cou, à hauteur du cartilage thyroïde. La veine JI
est alors reconnue par la compressibilité caractéristique des structures veineuses ou de son signal au
doppler pulsé.
muscle sterno-cléido-mastoïdien
artère carotide commune
veine jugulaire interne
vue échographique
Cathéterisme de la veine subclavière
1
Technique opératoire
3
Cathéterisme de la veine subclavière
1
L’opérateur suit le trajet de la veine JI vers la base
du cou par un mouvement de translation de la
sonde vers le bas jusqu’a ce qu’elle bute contre la
clavicule.
Technique opératoire
4
Quand la sonde bute contre la clavicule, un mouvement d’angulation de la sonde vers le haut est
effectué. Le confluent JSC apparaît alors. De petits
mouvements de translation latéraux le long de la
clavicule permettent de faire apparaitre la veine SC.
La ponction est réalisée dans l’axe de la sonde,
dans le champ des ultrasons. Lorsque le guide est
en place, la position intra vasculaire du guide est
vérifiée échographiquement avant la poursuite de
la procédure.
veine subclavière
dôme pleural
artère carotide commune
veine jugulaire interne
muscle sterno-cléido-mastoïdien
vue échographique
Cathéterisme de la veine subclavière
2
Position des mains
vue échographique
Cathéterisme de la veine subclavière
2
Position des mains
1
2
Cathéterisme de la veine subclavière
2
►Ponction de la veine subclavière assistée par
échographie chez l’enfant
Série d’images destinées à former de nouveaux
chirurgiens à une technique opératoire développée pas les
docteurs Philippe Desprez et Anne-Sophie Guilbert (CHU
Hautepierre).
Position des mains
Cathéterisme de la veine subclavière
2
Position des mains
3
4
Ponction a gauche par un droitier
Ponction a gauche par un gaucher
Ponction a droite par un gaucher
Ponction a droite par un droitier
2-Chirurgie
Traitement de la compression du nerf médian au canal carpien
par mini-incision palmaire.
Traitement de la compression du nerf médian au canal carpien
par mini-incision palmaire.
La voie d’abord est aisée a dessiner. Elle n’excède pas 2 cm et
se situe dans l’axe du bord ulnaire du majeur, à cheval sur le
bord inférieur du ligament rétinaculaire et à l’intersection de la
ligne thénarienne, Dès l’incision, le tissu cellulo-graisseux souscutané fait hernie, il est récliné de part et d’autre des berges
a l’aide de deux écarteurs de Morel-Fatio. Le bord inférieur
du ligament rétinaculaire est débarrassé des quelques fibres
du fascia palmaire superficiel. La boule graisseuse (fat pad) est
repoussée pour permettre d’inciser à vue sur 1 centimètre la
partie inférieure du ligament sur son versant ulnaire. Ce geste
permet de dégager le nerf médian et d’identifier sa branche
motrice qui ne sera libérée que si elle est transligamentaire.
Puis l’extrémité arrondie des ciseaux de Metzenbaum,
préalablement humidifiés au sérum physiologique pour faciliter
le glissement, va explorer le canal carpien. Ce passage prudent
Après incision cutanée le tissu graisseux est
refoulé par deux écarteurs de Morel-Fatio,
le bord inférieur du ligament rétinaculaire
débarrassé des attaches du fascia palmaire
superficiel est incisé à vue sur 1 cm, le fat pad
fait saillie.
Une paire de ciseaux de Metzenbaum
humidifiée explore le canal carpien au contact
du ligament rétinaculaire à la recherche de
l’hamulus pour éviter toute fausse-route dans la
loge de Guyon.
La manœuvre se répète pour créer un espace
de décollement entre le ligament rétinaculaire
et le plan sous-cutané jusqu à hauteur du carpi
volare. (fig.2)
Fig.2
Le Knifelight progresse jusqu’au carpi volare, la
transillumination objective la section complète
du ligament. (fig.3)
Fig.3
Fig.1
►Traitement de la compression du nerf médian
au canal carpien par mini-incision palmaire
Illustrations décrivant ce geste chiurgical d’après un texte
du docteur Michel Merle.
des ciseaux a pour but de confirmer que l’on est bien dans le
canal carpien en venant buter totalement sur l’hamulus, et non
pas dans la loge de Guyon comme cela peut survenir lorsque
l’incision est trop ulnaire. D’autre part ce passage instrumental
permet de créer un espace entre la face antérieure du nerf
médian et la face profonde du ligament rétinaculaire du
carpe. Puis les ciseaux créent un passage entre le plan sous
cutané et la face antérieure du carpe jusqu’au carpi volare
afin de faciliter le passage du couteau rétrograde. Ces gestes
sont indispensables pour sécuriser le temps de la section du
ligament rétinaculaire avec le couteau rétrograde lumineux à
usage unique (Knifetight-Stryket). La section doit se faire en un
seul passage en contrôlant avec retenue son avancée. Le plus
souvent l’opérateur perçoit fort bien le crissement du couteau
lors de la section du ligament et la légère résistance entre ta
fin de sa coupe et le début de celle du carpi volare. Il est inutile
et dangereux de poursuivre au-delà du pli proximal du poignet
L’assistant utilise les deux écarteurs de Morel-Fatio pour
soulever les structures libérées et permettre la vision du nerf
médian dans son trajet canalaire grâce à l’éclairage du couteau,
la pointe des ciseaux de Metzenbaum tournée vers le haut
vérifie, de haut en bas. que toutes les structures ligamentaires
ont été sectionnées.
La fermeture est réalisée en un plan par points séparés au
Vicry rapide sans drainage.
La mini-incision palmaire s'effectue en zone
non portante dans l'axe du bord ulnaire du
majeur à cheval sur le bord inférieur du ligament
rétinaculaire et au croisement avec la ligne
thénarienne tracée en plaçant le pouce en
abduction. Elle n'excède pas 2 cm. (fig.1)
3-Vulgarisation
►L’élimination des déchets grâce au
fonctionnement des reins
Support pédagogique pour des cours de SVT niveau
4ème. Ensemble de documents (poster, livre pop-up et
questionnaire) fournissant un support de travail visuel pour
les élèves et l’enseignant.
4-Recherches
►Travaux pratiques - tronc
Une sélection de croquis, réalisés pendant les travaux
pratiques à la faculté de médecine de Strasbourg, d’après
les préparations et dissections mises à disposition des
élèves de PCEM.
4-Recherches
►Travaux pratiques - tête et cou
Une sélection de croquis, réalisés pendant les travaux
pratiques à la faculté de médecine de Strasbourg, d’après
les préparations et dissections mises à disposition des
élèves de PCEM.
4-Recherches
►Travaux pratiques - membres
Une sélection de croquis, réalisés pendant les travaux
pratiques à la faculté de médecine de Strasbourg, d’après
les préparations et dissections mises à disposition des
élèves de PCEM.
4-Recherches
►Travaux pratiques - couleur
Recherches de couleurs d’après les préparations mises
à disposition des élèves de PCEM pendant les travaux
pratiques à la faculté de médecine de Strasbourg.
5-Botanique
~~~~~~~~~~~~~~~~
Anatomie
pistil
étamine
pétale
inflorescence
Compte tenu du mode de vie épiphyte des
tillandsias les organes de ces plantes, racines,
feuilles et fleurs, ont un fonctionnement
assez surprenant par rapport à des végétaux
plus classiques.
bractées
Tillandsia
~~~~~~~~~~~~~~~~
Baileyi
Racines
La plupart des tillandsias sont des plantes épiphytes, elles se nourrissent par leurs
feuilles et non par leurs racines. Ces dernières n'ont donc qu'une fonction de crampon. Elles sont dites haptotropes car elles épousent parfaitement la forme de leur
support pour mieux s'y fixer. Certaines sécrètent même une gomme brunâtre qui
accroît l'adhérence de la plante à son support.
Quelques espèces de tillandsia possèdent néanmoins des racines nourricières, tel
le tillandsia cyanea.
Feuilles
Les tillandsias possèdent de nombreuses feuilles aux couleurs et aux formes
diverses. Les feuilles peuvent être implantées le long d'une tige ou disposées en
rosette, elles émergent alors en spirale au cœur de la plante et vont se retrouver sur
le bord extérieur de celle-ci au fur et à mesure de la croissance du tillandsia.
limbe
feuille
Dimension : 20-40 cm
tillandsia à tige
tillandsia en rosette
gaine
Les feuilles sont composées de deux parties, la gaine et le limbe. La gaine représente
la base de la feuille et le limbe son corps.
La forme des feuilles et leur répartition vont déterminer la capacité de la plante
à retenir l'eau. Des gaines larges et des feuilles serrées permettent à la plante de
stocker facilement l'eau, notamment à la base des feuilles en rosette. Des gaines peu
marquées et des feuilles peu nombreuses ou étagées ne retiennent que peu d'eau
voir pas du tout. Par conséquent, la fréquence des arrosages nécessaires au bon
développement du tillandsia doit être adaptée à chaque espèce.
racine
Anatomie d’un tillandsia
10
Arrosage : Deux fois à quatre fois par semaine en
été, une fois par semaine en hiver. Il fait parti avec
bulbosa et butzii (entre-autre) des tillandsias ayant
un feuillage relativement lisse et présentant une
capacité d'absorption moindre d'où la nécessité
d'un arrosage quasi quotidien en période chaude
et atmosphère sec.
Tillandsia originaire des USA et d'Amérique centrale doté d'un bulbe d'où émerge un feuillage
dense et tortueux. La hampe florale en épée produit des fleurs roses du plus bel effet. Plante fragile
dont la culture peu s’avérer délicate.
11
22
23
36
37
La quantité d’écailles et leur taille permettent de classer les tillandsias en trois
groupes principaux :
◉ Les espèces argentées et pelucheuses, possédant beaucoup d’écailles de grande
taille vivent généralement dans des conditions sèches et/ou très lumineuses.
◉ Les espèces argentées non pelucheuses, possédant une densité d’écailles plus
faible et de taille plus petite que le groupe précédant vivent dans des conditions
plus tempérées (la majorité des espèces de tillandsias appartiennent à ce groupe).
◉ Les espèces vertes et lisses, possédant peu ou pas d’écailles se développent dans
des milieux couverts et humides .
Les feuilles sont également munies de pores, appelés stomates, situés sous les
écailles. Ils permettent les échanges gazeux, s’ouvrant la nuit pour capturer le
dioxyde de carbone qui sera utilisé durant le jour.
Inflorescences
Les inflorescences de la plupart des espèces portent plusieurs fleurs de formes et de
couleurs très variées, supportées par des bractées florales.
Tillandsia
Les bractées sont une sorte de feuille modifiées servant à protéger les fleurs. Il en
existe deux types :
◉ Les bractées primaires situées à la base de l’inflorescence ou de l’épi .
◉ Les bractées florales, souvent plus colorées que les primaires, situées à la base des
fleurs.
Cyanea
Les fleurs sont trimères, leurs organes floraux sont disposés par multiple de trois :
trois sépales, trois pétales, trois ou six étamines. Le pistil et les étamines peuvent
dépasser des pétales, ils sont alors exserts ; ou être cachés par les pétales, ils sont
alors inclus.
dôme
couronnes
trichome
aile
Épiderme d’une feuille
(grossissement x 400)
Pistil et étamines exserts
Sépales
Pétales
Pistil & étamines
Dimension : 15-25 cm
L'épiderme des tillandsias est recouvert de cellules appelées trichomes ou écailles
ayant une double fonction.
Arrosage : Quotidien en été, deux fois par semaine
en hiver.
Elles permettent aux tillandsias de se nourrir en absorbant l'humidité ainsi que
les nutriments nécessaires à leur développement. L'habitat naturel de ces plantes
étant situé sous la canopée, elles sont abreuvés d'une eau riche en nutriments. En
effet, durant son ruissellement depuis la cime des arbres, l'eau absorbe les différents
déchets végétaux et animaux indispensables à la croissance des tillandsias.
Tillandsia originaire de l'Équateur. C'est une espèce très décorative par ses longues feuilles retombantes, d'un vert bien foncé. Pendant la floraison elle produit une magnifique inflorescence rose
durable, en forme de raquette (plus de 15 cm de
long et 5 cm de large) pouvant produire jusqu'à 20
grandes fleurs violettes. Sans doute le plus connu
des tillandsia, il est très fréquent en jardinerie car
c'est un des rare tillandsia à pouvoir être cultiver
en pot dans un substrat de type terreau horticole.
De plus les écailles protègent les plantes des conditions climatiques extrêmes, aussi
bien de la chaleur intense due à l'exposition directe au soleil pour les espèces installées près de la canopée, que du froid pour celles vivant en altitude.
Pistil et étamines inclus
12
~~~~~~~~~~~~~~~~
Atlas
26
~~~~~~~~~~~~~~~~
22
40
36
52
28
44
38
34
Pétales
Pistil & étamines
30
24
Une sélection d'espèces diverses parmis les
plus représentatives des differentes variétés
de tillandsias.
50
Sépales
13
42
46
48
54
58
56
32
60
62
64
►Guide pratique à l’intention des amateurs de
tillandsia
Livre destiné à faire découvrir les tillandsia, plantes
tropicales dont la particularité est de pousser sans
racines. Cet ouvrage aborde l’anatomie et la culture de ces
plantes sous nos latitudes. Il comprend également un atlas
illustré présentant une vingtaine d’espèce parmis les plus
représentatives du genre, ainsi qu’une description et des
conseils de culture pour chaque plante illustrée.
Téléchargement