Le cancer colorectal représente 13% de tous les cancers en

publicité
Annexe 1 : Le cancer colorectal en chiffres
Le cancer colorectal représente 13% de tous les cancers en Belgique. Avec près de 9.000
nouveaux cas par an (8.670 nouveaux cas recensés en 2013*), le cancer colorectal est le 3ème le plus
fréquent chez les hommes et le 2ème le plus fréquent chez les femmes. Au niveau de la mortalité, ce
cancer est associé à une mortalité élevée car il est souvent diagnostiqué à un stade très avancé. En
2013, il a causé la mort de près de 3.000 personnes (2.973 personnes en 2012). C’est le 2ème cancer
le plus tueur chez les hommes, derrière le cancer du poumon et le 3ème cancer le plus tueur chez les
femmes, derrière le cancer du sein et le cancer du poumon.
*Chiffres 2013 issus du Registre du cancer et sortis fin 2015
Annexe 2 : Contexte du dépistage et nouveautés
Contexte
En Fédération Wallonie-Bruxelles, le programme de dépistage systématique a été lancé en 2009 à
l’initiative du cabinet de la Ministre de la santé de l’époque Catherine Fonck. Ce programme de
dépistage par recherche de sang occulte dans les selles fut inspiré par ce qui se faisait en France. Le
choix a été d’impliquer directement le médecin généraliste dans le programme. Les personnes ayant
entre 50 et 74 ans sont invitées tous les deux ans à se rendre chez leur médecin généraliste afin d’y
recevoir le test à faire chez eux. L’avantage de passer par le médecin est que celui-ci peut établir le
profil de risque du patient et donner toutes les explications utiles. Cependant, une fois que la
personne a effectué le test une première fois, le deuxième test lui est directement envoyé par la
poste.
En communauté flamande, le programme a commencé fin 2013 après plusieurs années de projets
pilotes. Le médecin n’intervient pas au stade de l’invitation Le les patients ayant entre 56 et 74 ans
reçoivent le test directement par la poste, à effectuer chez eux. Par contre, les résultats sont
communiqués par le médecin. Le test envoyé est le test immunologique. Le but essentiel de ce
dépistage systématique est de diminuer la mortalité causée par ce cancer. En 2014, le taux de
participation était de 50,3%.
Test immunologique
Depuis janvier dernier, un nouveau test de dépistage est désormais disponible chez le
médecin généraliste. Il s’agit du test immunologique de recherche de sang occulte dans les
selles (iFOBT1). C’est une évolution importante, car ce test est beaucoup plus simple à
réaliser. Auparavant, le test utilisé était l’Hemoccult® qui requérait le prélèvement du 3
selles successives, ce qui pouvait rebuter certaines personnes de le faire.
Désormais, un seul prélèvement suffit. De plus, le test est plus fiable et plus performant. Les
lésions sont détectées à un stade plus précoce et le test permet de détecter deux fois plus
de cancers et trois fois plus d’adénomes (lésions précancéreuses).
Second envoi du test par la poste
Pour les personnes ayant déjà réalisé un test de dépistage, l’envoi d’un nouveau test de
dépistage deux ans après un test négatif directement au domicile de la personne a été
généralisé en mars 2015. Cette procédure garantit une plus grande fidélisation au
programme de dépistage du cancer colorectal et un plus grand respect de la périodicité
entre deux dépistages.
Plus d’informations sur
http://www.ccref.org/contexte-colon.php
1
immunological Faecal Occult Blood Test
Téléchargement
Explore flashcards