young professional programme

publicité
Programme des Jeunes professionnels 2015
Affectations
Vous trouvez ci-dessous les descriptions des affectations des Jeunes professionnels lors de la dernière édition du
Programme.
Concurrence
Mesurer la charge fiscale des entreprises [réf.: CTP 1]
Lever les obstacles à la concurrence [réf.: DAF 3]
Stratégie pour le développement
Développement axé sur les ressources naturelles [réf.: DEV 5]
Chaînes de valeurs mondiales
Développement et chaînes de valeur mondiales [réf.: DEV 6]
Interdépendance économique [réf.: STD/DAF 16]
Gouvernance
Coopération réglementaire internationale [réf.: GOV 13]
Mesurer le bien-être et le progrès [réf.: STD 17]
Croissance Verte
Taxer la consommation d’énergie [réf.: CTP/ENV 2]
Croissance verte, changement climatique et développement [réf.: DCD 4]
Effets des politiques environnementales sur les résultats économiques [réf.: ECO/ENV 8]
Utilisation du territoire et objectifs économiques et environnementaux [réf.: ENV 12]
Innovation
Impact de la politique structurelle sur la croissance économique [réf.: ECO/STI 9]
Évaluation de la politique industrielle, de la politique de l’innovation et de la politique en faveur de
l’entrepreneuriat [réf.: STI/EDU 18]
Stratégie sur les compétences
Stratégie sur les compétences [réf.: EDU 10]
Étude longitudinale des compétences sociales et émotionnelles des enfants [réf.: EDU 11]
Impact des technologies de l’information et des communications sur l’emploi et les compétences [réf.: STI 19]
Orientations stratégiques
Appui à la réalisation des objectifs stratégiques du Secrétaire général [réf.: SGE 14]
Bureau du Chef économiste [réf.: ECO 7]
Soutien à la Conseillère pour la prospective stratégique [réf.: SGE 15]
Concurrence
Mesurer la charge fiscale des entreprises [réf.: CTP 1]
Direction d’accueil : Centre de politique et d'administration fiscales (CTP)
Collaboration horizontale : Département des affaires économiques (ECO)
Autres informations pertinentes : Travaux de l’OCDE pour lutter contre l’érosion de la base d’imposition et
transfert de bénéfices (BEPS)
La lutte contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) est un des travaux importants
et à haute visibilité de l’OCDE. Le projet BEPS s’achèvera fin 2015 mais l’on s’attend à ce que la concurrence
fiscale s’intensifie suite à la mise en place des mesures clés pour lutter contre le transfert de bénéfices. Les
mesures destinées à lutter contre la concurrence fiscale visent principalement l’impôt sur les sociétés ;
cependant, les entreprises sont très sensibles aux autres types de prélèvements et aux réglementations
lorsqu’elles décident du lieu de leur implantation. Dans un monde post-BEPS marqué par la concurrence fiscale,
disposer de meilleures mesures de la charge fiscale globale supportée par les entreprises sera nécessaire. Avec
le renforcement de la mondialisation et le développement des investissements en actifs immatériels, nous avons
besoin d’indicateurs plus performants de la fiscalité des entreprises. Veiller à ce que nos systèmes d’imposition
des entreprises et au niveau international soient bien conçus et évoluent en fonction des besoins des
communautés est particulièrement nécessaire pour amener une croissance durable et inclusive et traiter la
problématique des inégalités de revenu.
Au sein de l’équipe qui s’emploie à mesurer la charge fiscale des entreprises, vous produirez une nouvelle
méthode et de nouveaux indicateurs pour mesurer la charge globale supportée par les entreprises du fait des
divers prélèvements obligatoires. Les résultats attendus consistent en la mise au point d’une méthodologie
permettant de mesurer la charge fiscale globale supportée par les entreprises et l’établissement d’un document
de travail du Centre de politique et d'administration fiscales (CTP) exposant les résultats de vos travaux. Vous
apporterez aussi votre concours aux travaux permanents du CTP consistant à formuler des avis spécifiques à
l’intention des pays et des avis généraux en matière de politique fiscale. Ces travaux mobiliseront certaines des
informations actuellement recueillies par la Division des statistiques des recettes publiques et nécessiteront une
démarche d’analyse créatrice innovante et dynamique. Le rôle vous permettra de développer des qualités
d’analyse, de présentation et un sens des politiques publiques, dans un domaine qui va certainement continuer
de retenir l’attention des responsables publics et des chercheurs dans un avenir prévisible.
Lever les obstacles à la concurrence [réf.: DAF 3]
Direction d’accueil : Direction des affaires financières et des entreprises (DAF)
Collaboration horizontale : Relations mondiales (GRS)
Autres informations pertinentes : Réformes pro-concurrentielles
L’équipe en charge des questions de concurrence (COMP) travaille sur des projets dont l’objectif est de favoriser
l’innovation et la productivité et d’améliorer le bien-être des consommateurs en levant les obstacles à la
concurrence, mission particulièrement critique à un moment où les pays s’efforcent de définir les réformes
structurelles qui assureront leur croissance. L’équipe organise régulièrement des tables rondes pour faire
2
connaître les meilleures pratiques partout dans le monde. Ces tables rondes réunissent des représentants des
organismes chargés de la concurrence de toutes les régions du monde et des experts des questions de
concurrence issus du milieu universitaire et du monde de l’entreprise, pour mener une réflexion de pointe sur la
problématique de l’économie et de la concurrence.
Vous travaillerez aux côtés d’experts de haut niveau de la concurrence à établir des travaux de recherche et
autres documents destinés aux tables rondes sur les questions de concurrence. Vous contribuerez aussi à des
projets visant spécifiquement certains pays pour évaluer les contraintes réglementaires qui entravent la
concurrence. Cela vous donnera l’occasion, en participant aux travaux de l’équipe, d’appliquer les instruments
de l’économie de la concurrence pour aider les pays qui ont besoin d’opérer des réformes pour stimuler leur
croissance.
Stratégie pour le développement
Développement axé sur les ressources naturelles [réf.: DEV 5]
Direction d’accueil : Centre de Développement (DEV)
Collaboration horizontale : Alliance pour le partage des connaissances ; Direction des affaires financières et des
entreprises (DAF) ; Direction de l’environnement (ENV) ; Direction de la gouvernance publique et du
développement territorial (GOV) ; Direction juridique (LEG) ; Direction des échanges et de l'agriculture (TAD)
Autres informations pertinentes : Dialogue sur les politiques de développement axées sur les ressources
naturelles
Si dépendre des ressources naturelles peut entraver le développement socio-économique, l’abondance de
ressources en soi n’est pas une malédiction. Au contraire, cela peut ouvrir la possibilité d’une croissance
diversifiée et inclusive dès lors que les politiques et mesures incitatives appropriées sont en place. Néanmoins,
de nombreux pays producteurs ne tirent pas les bienfaits attendus de l’exploitation de leurs richesses en
ressources naturelles, en particulier des ressources minières. Cela s’explique par un ensemble de facteurs
incluant une faible création d’emplois directs, la volatilité des prix, l’appréciation du taux de change dans les
économies axées sur l’exportation, l’inefficience dans la gestion des recettes et dans les dépenses, et des
comportements de corruption. Le Dialogue sur les politiques de développement axées sur les ressources
naturelles vise à faire progresser la compréhension commune des contraintes et des choix auxquels sont
confrontés les pays producteurs de ressources naturelles et à mieux faire percevoir l’impact des choix des
responsables publics sur la compétitivité de leur pays à long terme. Cette initiative horizontale contribue à la
mise en œuvre de la stratégie de l’OCDE pour le développement.
Vous effectuerez des analyses des politiques publiques fondées sur l’observation des faits, et articulées autour
des quatre axes du Dialogue sur les politiques de développement, en contribuant à la collecte et à l’analyse des
données dans les domaines suivants : partage de la création de valeur et développement local, fonds de
stabilisation, obtention de meilleures conditions et risque de corruption dans les industries extractives. En
particulier, vous participerez activement aux examens consacrés à la création de valeur fondée sur les
ressources naturelles dans les pays, à l’organisation des réunions qui se tiennent tous les deux ans dans le cadre
du Dialogue sur les politiques de développement et à la rédaction en équipe des documents d’information. Vous
devrez apporter un soutien général aux travaux de l’équipe et aider à établir des liens pour faire avancer ces
3
travaux dans plusieurs directions de l’OCDE et avec les organisations partenaires compétentes. Vous participerez
aussi à l’analyse comparative des expériences nationales pour identifier les bonnes pratiques et éclairer le
processus d’élaboration des politiques afin de promouvoir un développement diversifié et inclusif axé sur les
ressources.
Chaînes de valeurs mondiales
Développement et chaînes de valeur mondiales [réf.: DEV 6]
Direction d’accueil : Centre de développement (DEV)
Autres informations pertinentes : Initiative de l’OCDE Chaînes mondiales de valeur, transformation de la
production et développement
Nos économies sont de plus en plus interdépendantes. Les biens et les services sont produits et échangés sous
diverses formes et au travers de différents réseaux, au niveau local, régional et mondial. Les pays en
développement s’intéressent de plus en plus aux chaînes mondiales de valeur, y voyant un moyen de
transformer leurs économies et d’augmenter la valeur ajoutée générée localement. Cependant, les retombées
bénéfiques de l’investissement direct étranger (IDE) ne sont pas automatiques. Des capacités intérieures doivent
être en place pour soutenir l’industrialisation, et de nouvelles politiques sont nécessaires pour profiter de
l’évolution du contexte mondial. Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de l’OCDE pour le
développement, l’Initiative de l’OCDE pour un dialogue sur les chaînes de valeur mondiales, la transformation de
la production et le développement a été lancée en mars 2013. Elle rassemble les pays de l’OCDE et des pays
extérieurs à la zone de l’OCDE dans le but de promouvoir le partage des connaissances face aux enjeux de
développement futur, afin d’améliorer la base d’observations et d’identifier des lignes directrices pour
promouvoir la transformation de la production et la montée en gamme dans les chaînes de valeur mondiales.
Vous aurez essentiellement à effectuer un travail d’analyse empirique et d’analyse des politiques sur
l’interdépendance croissante de nos économies et sur les nouvelles tendances en matière d’échanges et
d’organisation de la production au niveau mondial. Vous aiderez à produire de nouvelles observations sur les
stratégies et les politiques des pays visant à promouvoir la transformation de la production et la montée en
gamme dans les chaînes de valeur mondiales et aiderez à rédiger les publications connexes. Vous contribuerez
aussi à la dimension dialogue de l’initiative en assurant la liaison avec les représentants des pays et en
contribuant à l’organisation des réunions et activités de suivi, tout en apportant un soutien général à l’équipe.
Interdépendance économique [réf.: STD/DAF 16]
Direction d’accueil : Direction des statistiques (STD) ; Direction des affaires financières et des entreprises (DAF)
Autres informations pertinentes : Mesurer les échanges en valeur ajoutée : une initiative conjointe de l'OCDE et
de l'OMC
L’OCDE est à l’avant-garde du développement d’une meilleure information sur le caractère interdépendant des
économies de l’OCDE, en particulier grâce au développement de la base de données sur les échanges en valeur
ajoutée (TiVA). Les indicateurs TiVA permettent d’appréhender la valeur ajoutée créée par chaque pays dans la
4
production des biens et services qui sont échangés et consommés partout dans le monde. Les travaux sur les
échanges en valeur ajoutée ont suscité un vif intérêt lors de la réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des
ministres en 2013 (RCM) et au G20. La demande est forte, aussi, de la part des responsables publics pour que de
plus amples travaux soient menés dans ce domaine –– il s’agit notamment d’explorer le lien entre les échanges
internationaux en valeur ajoutée et l’investissement direct étranger. C’est exactement ce que vise ce projet,
l’objectif étant de répondre à des questions telles que « Quelle part de la valeur ajoutée intérieure générée par
les exportations est-elle produite par des sociétés à capitaux étrangers ? » ou bien « Comment les entreprises
multinationales définissent-elles la position des pays dans les chaînes de valeur mondiales ? ».
Vous établirez et analyserez des indicateurs innovants, de « type TiVA », concernant l’interdépendance
économique au travers de l’investissement direct étranger. Les résultats seront présentés de façon cohérente,
afin que le rôle des pays dans les chaînes mondiales de valeur, tel que mis en évidence par les échanges
mondiaux et l’investissement étranger, puisse être clairement appréhendé. Ces travaux nécessitent une
compréhension approfondie des données statistiques brutes et de valeur ajoutée en matière d’échanges
internationaux, mais aussi des données commerciales par type d’entreprise (incluant les entreprises détenues
par des capitaux étrangers), ainsi que des statistiques d’investissement. Cela implique une collaboration
horizontale entre STD (statistiques des échanges) et DAF (statistiques des investissements). L’un des produits
clés issu de ces travaux prendra la forme de rapports nationaux décrivant à l’aide de statistiques la façon dont
l’intégration internationale qui s’opère via les échanges et l’investissement influe sur la valeur ajoutée intérieure
(et le PIB) des pays de l’OCDE.
Gouvernance
Coopération réglementaire internationale [réf.: GOV 13]
Direction d’accueil : Direction de la gouvernance publique et du développement territorial (GOV)
Collaboration horizontale : Direction des échanges et de l'agriculture (TAD) ; Direction juridique (LEG)
Autres informations pertinentes : Coopération réglementaire internationale : faire face aux défis de la
mondialisation
Il est de plus en plus admis qu’une coopération réglementaire réussie qui favorise une plus grande cohérence
des règles et des normes au niveau international est un ingrédient clé de la croissance économique et du bienêtre. Cependant, une coopération réglementaire internationale réussie reste un exercice difficile et c’est un
domaine dans lequel les données d’observation sont rares. La publication de l’OCDE : La coopération
réglementaire internationale - Faire face aux défis de la mondialisation (à paraître) est la première tentative
systématique de collecte de données d’observation sur les efforts déployés par les pays en faveur de la
coopération réglementaire internationale. Cependant, de plus amples travaux sont nécessaires pour étayer des
politiques publiques fondées sur l’observation dans ce domaine. Le projet sur la coopération réglementaire
internationale s’articulera autour de deux axes : i) échanges et coopération réglementaire internationale ; et
ii) établissement de règles par les organisations internationales.
5
Au sein de la Division de la politique de la réglementation et en étroite collaboration avec les autres directions
de l’OCDE, vous contribuerez aux travaux sur la coopération réglementaire internationale selon ces deux axes.
Vous aiderez à recueillir des données, ainsi qu’à mener et rédiger des analyses de l’expérience des pays en
mettant l’accent sur la coopération réglementaire et la convergence dans le cadre des accords commerciaux.
Cela impliquera de contribuer à un examen des outils et des instruments, ainsi qu’au développement d’une
typologie. Vous contribuerez aussi à collecter et analyser l’information sur les modalités, les moyens et l’impact
des activités d’établissement de règles des organisations internationales. Il s’agira aussi d’aider l’équipe à
instaurer un dialogue parmi les organisations internationales.
Mesurer le bien-être et le progrès [réf.: STD 17]
Direction d’accueil : Direction des statistiques (STD)
Collaboration horizontale : Direction de la gouvernance publique et du développement territorial (GOV)
Autres informations pertinentes : Indicateur du vivre mieux de l'OCDE ; Lignes directrices sur la mesure du bienêtre subjectif
Nombre des résultats qui comptent le plus pour le bien-être des individus sont liés à des éléments intangibles ou
à des procédures comme, par exemple, la qualité de la gouvernance ou des contacts sociaux, et ces mêmes
facteurs influencent d’autres résultats, économiques et non économiques. Traditionnellement, l’analyse
quantitative a négligé ces aspects car il n’est pas possible d’analyser ce qui ne peut être mesuré. Cependant, il
est de plus en plus possible de mesurer nombre de situations dont on considérait traditionnellement qu’elles
échappaient au champ de l’analyse quantitative, comme par exemple le bien-être subjectif. Ce projet consistera
à élaborer des mesures types de la qualité de la gouvernance que les offices statistiques nationaux de tous les
pays membres de l’OCDE pourront utiliser.
Vous contribuerez aux travaux consistant à mesurer le bien-être et le progrès qui s’inscrivent dans le cadre de
l’Initiative du vivre mieux de l’OCDE. Vous contribuerez à l’un des divers projets de recherche en cours, en
particulier à celui portant sur la mesure de la gouvernance sous l’angle du bien-être. Dans ce contexte, vous
devrez réaliser un tour d’horizon de la littérature et contribuer à l’élaboration d’un cadre conceptuel et
statistique pour mesurer la gouvernance (à savoir, la confiance dans les institutions, les attentes du public et la
satisfaction à l’égard de l’action du gouvernement, l’expérience de la corruption, etc.). Vous réaliserez aussi un
bilan des mesures existantes dans ce domaine et identifierez les pratiques optimales qui pourraient aider à
élaborer un manuel de l’OCDE sur ces questions.
6
Croissance Verte
Taxer la consommation d’énergie [réf.: CTP/ENV 2]
Direction d’accueil : Centre de politique et d'administration fiscales (CTP) et Direction de l'environnement (ENV)
Autres informations pertinentes : Travaux de l’OCDE sur la croissance verte et la fiscalité ; Taxer la
consommation d'énergie
La consommation d’énergie est cruciale pour les économies modernes mais elle peut avoir un impact négatif sur
la santé et l’environnement. La fiscalité énergétique est un instrument puissant pour aider à optimiser les
compromis à trouver entre les avantages et les coûts de consommation d’énergie pour la collectivité. L’OCDE
conseille les pays sur la façon de mobiliser la puissance de la fiscalité énergétique dans le cadre de stratégies
plus vastes en faveur d’une croissance verte. Dans ce contexte, la publication de l’OCDE diffusée en 2013, Taxing
Energy Use (disponible uniquement en anglais), fait un premier bilan de la fiscalité énergétique dans la zone de
l’OCDE. La base de données et la publication sont maintenant mises à jour, et le nombre de pays couverts
augmente. La base de données est une plateforme qui permet un travail d’analyse sur la conception de la
fiscalité énergétique, l’objectif étant de répondre à la demande des pays qui sont très désireux de disposer
d’analyses comparatives et fondées sur l’observation en matière de politique énergétique.
Au sein de l’équipe CTP/ENV composée d’experts de la politique de l’environnement et de la politique fiscale,
vous aiderez à actualiser et tenir à jour la base de données sur la consommation d’énergie et la fiscalité, à mener
des travaux d’analyse sur la réforme de la fiscalité énergétique, et vous contribuerez à la publication de la
prochaine édition de Taxing Energy Use. Le travail d’analyse s’appuie sur la littérature consacrée à la fiscalité
environnementale et cherche à mettre en évidence les liens entre la fiscalité et la croissance verte plus
généralement. Vous aiderez aussi à produire les avis formulés par CTP, en matière de politique fiscale, à
destination de certains pays spécifiquement. Le rôle nécessite et vous permettra de développer davantage des
qualités d’analyse et de présentation et un sens des politiques publiques, dans un domaine qui continuera
certainement de retenir l’attention des responsables publics et des chercheurs dans un avenir prévisible.
Croissance verte, changement climatique et développement [réf.: DCD 4]
Direction d’accueil : Direction de la coopération pour le développement (DCD)
Collaboration horizontale : Direction de l'environnement (ENV), Centre de développement (DEV) et Direction de
l'emploi, du travail et des affaires sociales (ELS)
Autres informations pertinentes : Croissance verte
Les pays en développement ont un rôle clé à jouer pour ce qui est de progresser dans le sens de la croissance
verte et d’un environnement durable au niveau mondial. La dégradation de l’environnement a sur eux des
répercussions désastreuses car leur développement économique et leurs moyens de subsistance sont souvent
tributaires des ressources naturelles, et ils sont plus vulnérables que les pays développés face à l’insécurité des
approvisionnements en eau, en aliments et en énergie, ainsi que face aux incidences du changement climatique.
Le « verdissement » du développement a le potentiel pour accélérer l’éradication de la pauvreté et gérer les
risques environnementaux, notamment ceux liés au changement climatique, grâce à une utilisation plus durable
et efficiente des ressources naturelles comme l’eau, les terres et l’énergie. Fort de l’expérience de ses membres
7
dans les domaines de la politique de coopération, de la lutte contre la pauvreté et de l’environnement, le
Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE est bien placé pour faire le lien entre la croissance verte et le
développement. Il s’emploie à évaluer, dans le contexte de pays en développement, les avancées et les
expériences pratiques en matière d’intégration des objectifs de croissance verte et de changement climatique
dans la planification, les stratégies et politiques de développement au niveau national et sectoriel.
Travaillant avec une petite équipe d’analystes au sein de la Direction de la coopération pour le développement
(DCD), vous vous consacrerez à construire la base d’informations sur la façon dont les questions de croissance
verte sont traitées dans les pays en développement et dans le domaine de la coopération pour le
développement, en collaborant directement avec les représentants des pays partenaires et avec les agences de
la coopération pour le développement des pays de l’OCDE. Vos tâches pourront inclure des travaux d’analyse
statistique, effectués, par exemple, à partir des données sur les « marqueurs Rio » figurant dans le Système de
notification des pays créanciers du CAD et/ou à partir d’autres données sur les flux de financement du
développement à destination des pays en développement. L’un des enjeux pour l’équipe est de travailler avec
les partenaires à la construction des capacités et des systèmes qui permettront de suivre l’aide et les autres
moyens de financement du développement ciblant le changement climatique ou d’autres objectifs de croissance
verte. Apprécier les résultats ou l’efficacité du financement au service du développement est un autre enjeu.
Menés à un rythme soutenu, ces travaux visent à influencer le débat en cours au niveau international sur
l’articulation entre, d’une part, la croissance verte et l’action climatique et, d’autre part, la réduction de la
pauvreté, les autres trajectoires de développement possibles, les politiques de développement et la pratique de
la coopération pour le développement.
Effets des politiques environnementales sur les résultats économiques [réf.: ECO/ENV 8]
Direction d’accueil : Département des affaires économiques (ECO); Direction de l'environnement (ENV)
Collaboration horizontale : Direction de la science, de la technologie et de l’innovation (STI)
Autres informations pertinentes : Politiques environnementales et performances économiques
Il est fondamental de comprendre comment les politiques environnementales influent sur l’économie pour
concevoir des politiques qui permettent d’atteindre une croissance économique forte et durable, et d’améliorer
le bien-être. De récents travaux de l’OCDE ont fourni des données empiriques sur les effets de la politique
environnementale sur la croissance de la productivité – premier pas vers la compréhension des effets de la
politique environnementale sur la croissance économique globale. Pour compléter et élargir les résultats, le
projet visé ici examinera les effets de la politique environnementale sur l’investissement, l’emploi, l’innovation
et les échanges internationaux. L’objectif ultime est d’éclairer la conception et la mise en œuvre de la politique
environnementale et ses interactions avec les autres politiques et les déterminants de la croissance.
Vous contribuerez à la prise en compte systématique de la thématique de la croissance verte à l’OCDE, en
travaillant au sein d’une équipe inter-directions sous la supervision d’un économiste principal. Vos tâches
consisteront à recueillir et harmoniser les données, effectuer un travail d’analyse empirique en utilisant les
techniques économétriques modernes, rédiger des présentations et exposer les résultats. Vous serez encouragé
à continuer de développer vos compétences et à avoir des échanges avec les experts au sein de l’OCDE et audelà.
8
Utilisation du territoire et objectifs économiques et environnementaux [réf.: ENV 12]
Direction d’accueil : Direction de l'environnement (ENV)
Collaboration horizontale : Direction de la gouvernance publique et du développement territorial (GOV)
Les modèles d’occupation des sols affectent la qualité de l’environnement. Les réglementations, la fiscalité et
l’aménagement affectent l’utilisation du territoire. Comment déployer ces instruments pour s’assurer que
l’utilisation du territoire est en ligne avec la préservation de l’environnement, tout en contribuant à la croissance
économique et au développement ? L’absence de cohérence dans l’approche de l’utilisation du territoire et de
la planification de l’espace pèse sur la préservation de l’environnement et aussi freine les décisions
d’investissement et empêche les opportunités économiques d’émerger. Dans le même temps, les outils de
planification traditionnels ne sont pas toujours les plus efficients, du point de vue économique, pour relever les
défis environnementaux pour lesquels ils sont prescrits, ou peuvent se heurter à des démarches concurrentes.
Ce projet consistera à examiner empiriquement l’impact des instruments d’utilisation du territoire et de
planification de l’espace sur la situation environnementale et économique. L’objectif ultime du projet est
d’émettre des recommandations à l’intention des responsables publics sur la façon de concevoir les politiques et
les réglementations qui affectent l’utilisation du territoire afin de soutenir la croissance verte et la transition vers
une économie sobre en carbone.
Vous serez un élément central de l’équipe d’analyse empirique au sein de la Division de l’intégration de
l’environnement et de l’économie et, à ce titre, vous contribuerez activement à tous les aspects du projet
indiqué plus haut. Vous serez impliqué dans la réalisation d’un tour d’horizon de la littérature consacrée aux
cadres de la planification de l’espace et de l’utilisation du territoire, dans les pays membres de l’OCDE et dans les
pays non-membres ; vous contribuerez à élaborer une typologie des instruments de planification de l’utilisation
du territoire et de l’espace ; et vous serez associé à la réalisation d’analyses empiriques pour examiner les
conséquences environnementales et économiques de ces instruments. Vous examinerez aussi les liens entre la
planification de l’utilisation de l’espace et du territoire et les politiques visant à améliorer la qualité de l’air en
milieu urbain.
Innovation
Impact de la politique structurelle sur la croissance économique [réf.: ECO/STI 9]
Direction d’accueil : Département des affaires économiques (ECO) ; Direction de la science, de la technologie et
de l'innovation (STI)
L’OCDE a entrepris des travaux pour comprendre les mécanismes qui induisent des différences entre les pays
dans leur capacité d’innovation et leurs performances économiques. Elle s’emploie actuellement à rassembler
des données auprès des principales parties prenantes, notamment des offices de la propriété intellectuelle, afin
de construire une batterie d’indicateurs nouveaux qui rendent compte des principales dispositions en matière
de brevets partout dans le monde. L’objectif est d’analyser dans quelle mesure la conception des systèmes de
9
brevet induit à innover et à contribuer au débat plus large sur le rôle des droits de propriété intellectuelle et le
capital intellectuel dans la performance économique.
Vous mènerez des travaux de recherche consacrés à l’impact des politiques structurelles sur la croissance
économique, en vous focalisant notamment sur les liens entre les droits de propriété intellectuelle, l’innovation
et la productivité. Vous contribuerez aux travaux du Département des affaires économiques et de la Direction de
la science, de la technologie et de l’innovation, et vous participerez à la collecte et à l’harmonisation des
données au niveau international et aux analyses économétriques, et contribuerez à présenter les résultats et à
en tirer des conséquences pour l’action publique. La connaissance des techniques micro-économétriques est
indispensable, et l’expérience des bases de données sur les entreprises au niveau international et de
l’économétrie des données de panel serait un atout. Ce projet vous donnera la possibilité de coopérer
étroitement avec les experts sur le terrain – au sein de l’OCDE, dans les agences gouvernementales et dans les
institutions universitaires, partout dans le monde. Vous contribuerez aussi aux travaux sur la performance
économique à long terme et la croissance de la productivité, en particulier en rapport avec les développements
technologiques de pointe qui sont une priorité majeure du Secrétaire général.
Évaluation de la politique industrielle, de la politique de l’innovation et de la politique en faveur de
l’entrepreneuriat [réf.: STI/EDU 18]
Direction d’accueil : Direction de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) ; Direction de l’éducation
et des compétences (EDU)
L’objectif du projet sera d’apprécier les conséquences des développements récents en matière d’évaluation
préalable et d’évaluation a posteriori des politiques pour évaluer les avantages des différents types
d’intervention. Parmi les mesures qui peuvent faire l’objet d’une évaluation, on peut citer les mesures d’aide à la
R-D et les programmes de formation et de développement des compétences. L’un des éléments importants du
projet consistera à analyser l’impact des différents types d’intervention pour des entreprises présentant des
caractéristiques différentes (en termes de taille et d’âge, par exemple). Le projet impliquera une étroite
collaboration entre le Secrétariat et un certain nombre de pays membres.
Vous contribuerez aux travaux de l’OCDE sur l’évaluation de la politique industrielle, de l'innovation et de la
politique en faveur de l’entrepreneuriat. En premier lieu, vous serez étroitement associé à la conception et à la
mise en œuvre des évaluations des politiques publiques dans différents domaines. Cela vous donnera l’occasion
d’acquérir une compétence sans équivalent des méthodes d’évaluation les plus en pointe. Vous acquerrez une
connaissance plus générale des différents dispositifs d’élaboration des politiques, et des bonnes pratiques dans
les pays membres de l’OCDE et, ainsi aurez l’occasion de travailler étroitement avec les responsables publics.
10
Stratégie sur les compétences
Stratégie sur les compétences [réf.: EDU 10]
Direction d’accueil : Direction de l’éducation et des compétences (EDU)
Collaboration horizontale : Direction de l'emploi, du travail et des affaires sociales (ELS) ; Développement
économique et création d'emplois locaux (LEED) ; Centre de politique et d'administration fiscales (CTP) ;
Direction de la gouvernance publique et du développement territorial – Développement régional (GOV/RDP) ;
Direction de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) ; Centre de développement (DEV) ; et
Département des affaires économiques (ECO)
Autres informations pertinentes : Travaux de l’OCDE sur les compétences
La Stratégie de l'OCDE sur les compétences fournit aux pays un cadre stratégique pour développer les
compétences appropriées qui amélioreront la qualité des emplois et de la vie des individus. Une stratégie
efficace en matière de compétences suppose un diagnostic clair des forces et des difficultés auxquelles un pays
est confronté, une approche exhaustive et inclusive de la conception des politiques et une mise en œuvre
réussie. La Stratégie de l’OCDE sur les compétences a été lancée lors de la Réunion du Conseil au niveau des
ministres de 2012, au cours de laquelle les ministres ont demandé à l’OCDE de collaborer avec les pays, tout en
poursuivant ses travaux pluridisciplinaires sur le développement et le déploiement du capital humain. Les
travaux sont maintenant en cours, et doivent permettre de conseiller les pays sur la façon d’appliquer
concrètement le cadre défini par la Stratégie de l’OCDE sur les compétences au moment de définir des stratégies
efficaces en matière de compétences, à l’échelon national et local.
Vous contribuerez aux efforts que nous déployons pour mobiliser les données comparatives, les analyses et les
compétences de l’OCDE dans un large éventail de domaines et pour travailler en collaboration avec les pays à
l’élaboration de stratégies efficaces sur les compétences, à l’échelon national et local. Ce faisant, vous
approfondirez vos propres compétences en matière d’analyse comparative et acquerrez une nouvelle
compréhension des interdépendances entre les différents domaines d’action, en particulier entre l’économie,
les marchés du travail, l’innovation, les politiques sociales et l’éducation, plus particulièrement développement,
de l’offre et de l’utilisation des compétences. Vous acquerrez aussi l’expérience concrète du déploiement
d’approches intéressant l’ensemble des administrations face à des enjeux complexes, et de l’implication des
parties prenantes pour rallier les soutiens au changement et assurer une mise en œuvre réussie. Enfin, vous
rejoindrez une équipe multiculturelle et pluridisciplinaire stimulante au sein de la Direction de l’éducation et des
compétences (EDU), qui produit des résultats que les pays apprécient grandement.
Étude longitudinale des compétences sociales et émotionnelles des enfants [réf.: EDU 11]
Direction d’accueil : Direction de l’éducation et des compétences (EDU)
Collaboration horizontale : Direction de l'emploi, du travail et des affaires sociales (ELS) ; Direction de la science,
de la technologie et de l’innovation (STI)
Autres informations pertinentes : Travaux de l’OCDE sur les compétences ; Éducation et progrès social
Dans l’économie mondialisée d’aujourd’hui, l’éducation et les compétences sont les moteurs de la croissance
économique et du progrès social. Savoir lire et compter et être apte à résoudre des problèmes sont des
11
compétences clés pour réussir sa vie. Cependant, il apparaît de plus en plus que les compétences sociales et
émotionnelles (ce qu’il est convenu d’appeler les compétences non cognitives ou « douces ») peuvent aussi
jouer un rôle déterminant dans la réussite individuelle et dans le progrès collectif. Le Centre pour la recherche et
l’innovation dans l’enseignement (CERI) de l’OCDE lancera en 2017 une étude longitudinale qui mesurera les
compétences sociales et émotionnelles des enfants, au fil du temps, dans les grandes villes. L’étude vise à mieux
comprendre comment les parents, les enseignants et la collectivité organisent le développement des
compétences chez l’enfant, et identifiera les retombées bénéfiques plus vastes liées à ces compétences.
Vous contribuerez au travail préparatoire de cette étude longitudinale en apportant votre concours à diverses
tâches comme adapter et valider les instruments ; analyser et choisir les éléments du questionnaire ; rédiger des
rapports et apporter un soutien technique aux centres nationaux. Vous réaliserez des analyses quantitatives
durant la phase pré-pilote ; rédigerez des rapports sur la base des résultats des phases pré-pilote et pilote ;
contribuerez aux présentations et à la préparation des documents destinés aux réunions d’experts ; et assurerez
la liaison avec les autres agents de l’OCDE, les experts et les centres nationaux.
Impact des technologies de l’information et des communications sur l’emploi et les compétences [réf.: STI 19]
Direction d’accueil : Direction de la science, de la technologie et de l’innovation (STI)
Collaboration horizontale : Direction de l’éducation et des compétences (EDU); Direction de l'emploi, du travail
et des affaires sociales (ELS)
Autres informations pertinentes : Indicateurs clés des TIC
L’objectif de ce projet est de fournir la base d’observations sur les emplois et les compétences liés aux
technologies de l’information et des communications (TIC), qui sera utilisée pour la réunion au niveau des
ministres sur l’économie numérique qui doit se tenir au Mexique en avril 2016. Il s’agit d’analyser comment les
TIC créent des emplois dans certaines branches d’activité, certaines professions et certains secteurs de
compétences alors qu’elles en détruisent dans d’autres. Le projet vise à identifier les domaines dans lesquels les
pouvoirs publics pourraient intervenir pour stimuler la création d’emploi et réduire au minimum le coût des
pertes d’emploi (du fait, par exemple, de l’automatisation et des délocalisations) liées au processus de mutation
structurelle induit par les TIC. Le projet contribuera aux travaux de l’OCDE sur les nouvelles approches face aux
défis économiques (NAEC), en particulier en lien avec le projet sur le capital intellectuel (KBC), et contribuera à la
réalisation de la priorité du Secrétaire général concernant les travaux sur l’économie numérique.
Vous participerez au travail statistique et d’analyse visant à : i) estimer les effets des TIC sur les destructions et
les créations d’emploi par branche d’activité et par profession, à partir des bases de données TIC, Échanges en
valeur ajoutée (TiVA), Analyse structurelle (STAN) et Productivité de l’OCDE ; ii) mesurer comment les TIC
modifient la demande de compétences au travail, aussi bien les compétences TIC techniques que les
compétences liées aux TIC, sur la base du Programme international pour l’évaluation des compétences des
adultes (PIAAC). Ce travail vous mettra en contact avec un projet à grande visibilité et avec un large éventail de
nouvelles sources de données et de techniques, et vous amènera à collaborer avec les différentes divisions de
STI ainsi qu’avec les collègues d’autres directions (ELS, EDU).
12
Orientations stratégiques
Appui à la réalisation des objectifs stratégiques du Secrétaire général [réf.: SGE 14]
Direction d’accueil : Cabinet du Secrétaire général (OSG)
Autres informations pertinentes : Projet d'orientations stratégiques du Secrétaire général 2014 et au-delà
Le Secrétaire général, les Secrétaires généraux adjoints et la Directrice de Cabinet du Secrétaire général jouent
un rôle essentiel dans la coordination horizontale et la direction stratégique de l’Organisation. Le Cabinet du
Secrétaire général (OSG) soutient le Secrétaire général dans sa mission, s’employant à assurer la pertinence et la
qualité des productions de l'OCDE et à en maximiser l’impact et l’utilisation par les responsables publics et
autres parties prenantes clés afin d’assurer le déploiement de politiques mieux adaptées dans les pays membres
et les pays non membres. Le Cabinet joue également un rôle moteur dans l’orientation stratégique et le pilotage
des projets horizontaux et il pilotera en particulier, le projet NAEC (Nouvelles approches face aux défis
économiques) tout au long du biennium 2015-2016. Le Cabinet, sous la direction du Sherpa, supervise aussi les
contributions de l'OCDE aux travaux du G20 et du G7.
Au sein du Cabinet du Secrétaire général, vous apporterez votre concours à la Directrice de Cabinet et à l’équipe
pour assurer la réalisation des objectifs stratégiques du Secrétaire général. Vous aiderez à préparer des points
d’information, des notes d’intervention et des discours pour le Secrétaire général dans ses fonctions officielles,
en veillant à ce que les thématiques stratégiques clés soient couvertes et à ce que les messages stratégiques clés
soient bien transmis. Vous vous tiendrez informé des développements au sein de l’OCDE et des priorités
politiques et économiques au niveau mondial. Vous vous trouverez au cœur stratégique de l’Organisation, ce qui
vous amènera à être exposé à l’élaboration de la stratégie et des politiques au plus haut niveau, et vous mettra
en relation avec tous les axes de travail de l’OCDE et au cœur des débats qui font l’actualité. Vous travaillerez et
vous engagerez aux côtés d’une équipe de professionnels talentueux, fortement motivés, dans un
environnement dynamique et enthousiasmant.
Bureau du Chef économiste [réf.: ECO 7]
Direction d’accueil : Département des affaires économiques (ECO)
Autres informations pertinentes : Travaux de l’OCDE sur l’économie
Le Département des affaires économiques joue un rôle clé dans la promotion des objectifs stratégiques du
Secrétaire général, notamment promouvoir une croissance économique résiliente et inclusive, dans les pays
membres et dans les pays non-membres, grâce à des avis judicieux et novateurs sur les politiques à mener. Il
couvre un large éventail de domaines, notamment la gestion macroéconomique et les questions structurelles. Le
Bureau du Chef économiste aide le Chef économiste à donner leur orientation stratégique aux travaux du
Département et à renforcer le rôle de l’OCDE dans le domaine de la politique économique. Il joue aussi un rôle
clé dans la coordination des activités entre les deux Branches du Département des affaires économiques
(Branche des études nationales et Branche des études de politique économique) et avec les autres Directions, et
joue un rôle directeur dans la contribution du Département des affaires économiques au processus du G20. De
plus, le Bureau du Chef économiste coordonne les projets au niveau de l’ensemble du Département, tant sur les
questions économiques de substance que sur les questions de communication et de management.
13
Vous apporterez votre concours aux conseillers du Chef économiste dans leurs diverses activités, à savoir
notamment les activités en rapport avec les notes de synthèse et discours à l’intention du Chef économiste et du
Secrétaire général, la préparation des évaluations intérimaires de la situation économique et les travaux du G20.
Vous vous tiendrez informé des développements en matière économique au niveau mondial. Sous la supervision
des conseillers, vous contribuerez aussi aux projets de recherche du Bureau, à savoir notamment effectuer des
analyses économétriques. Vous participerez à la coordination des activités horizontales avec les autres
Directions. Le travail implique une collaboration régulière avec les autres économistes des deux Branches du
Département des affaires économiques ainsi qu’avec les autres Directions.
Soutien à la Conseillère pour la prospective stratégique [réf.: SGE 15]
Direction d’accueil : Cabinet du Secrétaire général/Unité de prospective stratégique (OSG)
Collaboration horizontale : Département des affaires économiques (ECO) ; Direction de l'environnement (ENV) ;
Direction de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) ; Direction de la gouvernance publique et du
développement territorial (GOV) ; Direction des statistiques (STD).
Cette affectation offre la possibilité d’acquérir une compréhension d’ensemble des activités de l’OCDE et de
contribuer au leadership intellectuel de l’Organisation.
Vous apporterez votre concours à la Conseillère pour la prospective stratégique dans la gestion d’un certain
nombre de projets s’inscrivant dans le cadre de l’effort de mise à niveau de l’Organisation en matière de
prospective stratégique. Il s’agira de participer avec les autres directions de l’OCDE à des réunions à haut niveau,
de rédiger des notes de synthèse, de concevoir et faciliter la tenue d’ateliers, de constituer un réseau de
collaborateurs extérieurs et d’apporter un soutien général à la gestion de projets pour assurer la mise à niveau
des activités. Les résultats attendus consistent notamment à organiser et faciliter un dialogue stratégique
impliquant de multiples directions sur les initiatives horizontales telles que la croissance verte, la croissance
inclusive et le bien-être, et à en rendre compte ; à entreprendre des travaux de recherche ad hoc pour
contribuer à l’élaboration de scénarios ; à préparer les travaux de réunions et à en assurer le suivi. Vous
participerez aussi aux réunions et conférences pertinentes, créerez et gérerez une base de données d’analyse
prospective. Ce rôle impliquant de travailler sur des projets en réseau et avec toutes les directions, la
connaissance des activités de l’Organisation et l’aptitude à avoir une réflexion créative et à travailler en
collaboration au sein de l’OCDE sont essentielles.
14
Téléchargement
Random flashcards
Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire