Bienvenue à cette conférence, qui se place dans le cadre de la

advertisement
Bienvenue à cette conférence, qui se place dans le cadre de la journée européenne des
consommateurs.
Un grand merci aux orateurs qui sont ici présents.
En tant que président du Comité économique et social européen, je tiens à vous remercier de
votre participation et à vous dire que l’Union à 28 pays vient de franchir la barre des 500
millions de consommateurs potentiels, mais que, comme vous le savez, la crise a eu pour
conséquence qu'une grande partie des citoyens de l'Union européenne ont vu leur pouvoir
d'achat touché, notamment dans les pays qui ont été obligés contraints d'appliquer des
programmes d'austérité.
La politique européenne en faveur des consommateurs poursuit les objectifs de préservation
des intérêts, de la santé et de la sécurité des consommateurs tels qu’énoncés dans l’article 169
du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Cette politique promeut le droit à
l’information et à l’éducation des consommateurs, ainsi que leur droit à s’organiser pour
défendre leurs intérêts.
Cependant, les négociations autour du Partenariat transatlantique de commerce et
d'investissement (PTCI) manquent de transparence pour les consommateurs et les citoyens
et font craindre une baisse considérable de la protection des consommateurs dans certains
domaines comme, par exemple, les règles techniques et sanitaires, l'accès aux services ou
encore l'indication géographique des produits. Les intérêts du consommateur et les
considérations environnementales ne doivent pas être pas sacrifiés au profit d'intérêts
économiques.
D'autre part, la crise économique, que subissent tous les États de l'Union européenne, et les
défis climatiques à relever pèsent nécessairement sur les consommateurs.
L’exclusion sociale et la vulnérabilité des consommateurs risquent de s’aggraver au cours des
prochaines années, du fait des répercussions durables de la crise économique, du
vieillissement de la population, de la complexité croissante des marchés et de l’offre et de la
difficulté d’une partie de la population à maîtriser l’environnement numérique.
Le Comité économique et social européen a émis un avis qui propose de contrer la
vulnérabilité grandissante des consommateurs dans le marché intérieur, de lutter contre
l'érosion progressive du pouvoir d'achat des citoyens à revenu moyen et de l'ensemble des
consommateurs en général et de prendre des mesures pour atténuer les difficultés financières
que connaissent les petites et moyennes entreprises.
Le Comité économique et social européen invite les autorités compétentes à adopter des
mesures efficaces afin de garantir un accès sûr aux produits et aux services de première
nécessité ainsi que la protection explicite et effective des droits des consommateurs et des
usagers qui, pour des raisons économiques, ont été frappés de plein fouet par la crise
économique et financière.
Nous devons faire en sorte d'éviter l'exclusion sociale des consommateurs et de tous les
citoyens en garantissant l'accès aux soins de santé, aux assurances maladie et à l'énergie.
Par ailleurs, en vue de mettre en place les objectifs fixés par la COP 21, on doit pouvoir
garantir une consommation plus durable et responsable en permettant à tous les citoyens
l'accès aux énergies renouvelables, à des moyens de transport plus respectueux de
l'environnement, à une alimentation saine et s'inscrivant dans une logique de production et de
commercialisation équitable.
Ces changements pourraient réduire sensiblement les émissions de gaz à effet de serre, tout
en accompagnant les citoyens européens dans une démarche de consommation conciliant
plaisir, santé et climat.
Nous devons améliorer les informations fournies aux consommateurs pour leur permettre de
comprendre l’origine et la conception des produits, grâce à un système d'étiquetage plus
lisible. La confiance des consommateurs vis-à-vis des produits peut être encouragée grâce
aux éco-labels européens.
Les mécanismes de protection des consommateurs doivent également tenir compte de
l’économie numérique et du commerce électronique. Les consommateurs doivent pouvoir se
sentir plus en sécurité sur la toile. Nous devons agir pour une meilleure protection des
données personnelles, un plus grand respect des règles de confidentialité et de la vie privée.
Enfin, nous devons porter une attention particulière à l'initiative «Mieux légiférer».
Vous savez, en français, on dit souvent que «le mieux est l'ennemi du bien». «Mieux
légiférer», comme nous avons eu l'occasion de le dire à Monsieur le premier vice-président
de la Commission européenne, M. Timmermans, ne doit pas signifier qu'il ne faut pas
légiférer. Il faut donc être vigilant et essayer de vérifier la promesse qui a été faite par le viceprésident, à savoir que «mieux légiférer» ne veut pas dire que l'Union cessera de légiférer et
que l'on attendra que le marché résolve tous les problèmes, pour la simple raison que, comme
nous le savons tous et toutes, le marché n'a jamais résolu les problèmes.
Au contraire, si on laisse cette règlementation aux bons soins du marché, il est sûr et certain
que les citoyens dont les revenus sont les plus faibles risquent de payer un lourd tribut. Nous
restons confiants et vigilants afin que «mieux légiférer» signifie effectivement qu'il y aura
une simplification et une amélioration de la législation européenne, pas une suppression de
cette législation.
Je vous remercie de votre attention.
Téléchargement