sommaire 1

publicité
FR
Conseil de
l'Union européenne
13111/16
(OR. en)
PRESSE 47
PR CO 46
RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL
3488e session du Conseil
Affaires économiques et financières
Luxembourg, le 11 octobre 2016
Président
Peter Kažimír
Ministre des finances de la Slovaquie
PRESSE
Rue de la Loi 175 B – 1048 BRUXELLES Tél. +32 (0)2 281 9773 / 6319 Fax +32 (0)2 281 8026
press.office@consilium.europa.eu http://www.consilium.europa.eu/press
13111/16
1
FR
11 octobre 2016
SOMMAIRE1
POINTS AYANT FAIT L'OBJET D'UN DÉBAT
FRAUDE AU DÉTRIMENT DE L'UE - ASPECTS LIÉS À LA TVA.............................................. 4
MISE EN ŒUVRE DE L'UNION BANCAIRE ................................................................................. 5
RÉUNIONS DU G20 ET DU FMI ...................................................................................................... 6
CHANGEMENT CLIMATIQUE ........................................................................................................ 7
SEMESTRE EUROPÉEN – ENSEIGNEMENTS TIRÉS ................................................................ 11
SYSTÈMES DE SANTÉ ET VIABILITÉ DES FINANCES PUBLIQUES .................................... 12
DIVERS ............................................................................................................................................. 13
–
Services financiers ................................................................................................................................................. 13
–
Comité de Bâle - Réforme du secteur bancaire ..................................................................................................... 13
RÉUNIONS EN MARGE DU CONSEIL ......................................................................................... 14
–
Eurogroupe ............................................................................................................................................................ 14
–
Petit-déjeuner de travail des ministres ................................................................................................................... 14
AUTRES POINTS APPROUVÉS
AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES
–
Accord sur la fiscalité - Monaco............................................................................................................................ 15
–
Transparence fiscale .............................................................................................................................................. 15
–
Produits d'investissement - Marchés d'instruments financiers ............................................................................... 18
–
Dérogation en matière de TVA - Pologne - véhicules routiers .............................................................................. 19
1
Lorsque des déclarations, des conclusions ou des résolutions ont été formellement adoptées par le Conseil,
cela est indiqué dans le titre du point concerné et le texte figure entre guillemets.
  Les documents dont la référence est mentionnée sont accessibles sur le site internet du Conseil
http://www.consilium.europa.eu.
  Les actes adoptés comportant des déclarations au procès-verbal accessibles au public sont signalés par un
astérisque; ces déclarations sont accessibles sur le site internet du Conseil mentionné ci-dessus ou peuvent
être obtenues auprès du Service de presse.
13111/16
2
FR
11 octobre 2016
QUESTIONS BUDGÉTAIRES
–
Mesures de sécurité supplémentaires dans les institutions de l'UE - projet de budget rectificatif n° 3/2016 ........ 20
ÉNERGIE
–
Convention sur la sûreté nucléaire ......................................................................................................................... 20
13111/16
3
FR
11 octobre 2016
POINTS AYANT FAIT L'OBJET D'UN DÉBAT
FRAUDE AU DÉTRIMENT DE L'UE - ASPECTS LIÉS À LA TVA
Le Conseil a examiné une proposition visant à lutter au moyen du droit pénal contre la fraude
portant atteinte au budget de l'UE ("directive PIF").
Le débat a essentiellement porté sur les aspects liés à la TVA de la directive proposée.
Si certains États membres ont préféré ne pas inclure la TVA dans le champ d'application de cette
directive, la présidence a noté que les ministres étaient prêts à inclure la TVA dans la proposition de
règlement portant création du Parquet européen, dans des conditions clairement définies.
Certains ministres ont insisté sur l'importance de prévenir la fraude à la TVA et ont indiqué attendre
avec intérêt les propositions de la Commission d'ici la fin de 2016, notamment sur un projet pilote
concernant le mécanisme d'autoliquidation généralisé (mécanisme de "reverse charge").
Le projet de directive vise à améliorer l'efficacité de l'action répressive dans les cas où le budget
de l'UE intervient. Son objectif est de renforcer l'effet de dissuasion et de faciliter le recouvrement
dans les cas où des pertes ont déjà eu lieu.
Le dossier est avant tout du ressort du Conseil "Justice et affaires intérieures", qui examinera
la proposition le 14 octobre 2016.
Selon les données publiées par la Commission en 2010, les cas de fraude présumée représentent
chaque année quelque 600 millions d'euros pour le budget de l'UE, tant en recettes qu'en dépenses,
tandis que la fraude à la TVA s'élève à près de 50 milliards d'euros au total par an. On peut supposer
que les montants réels sont encore plus élevés, étant donné que tous les cas ne sont pas détectés et
signalés.
La directive doit être adoptée à la majorité qualifiée au Conseil, en accord avec le Parlement
européen. (Base juridique: article 83, paragraphe 2, du traité sur le fonctionnement de l'Union
européenne).
13111/16
4
FR
11 octobre 2016
MISE EN ŒUVRE DE L'UNION BANCAIRE
Le Conseil a fait rapidement le point sur l'union bancaire de l'UE pour ce qui concerne:
-
la mise en œuvre des règles arrêtées dans les législations et réglementations nationales;
-
le travail en cours sur les mécanismes de financement pour le Fonds de résolution unique.
La mise en œuvre de la directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs
défaillances et de la directive relative aux systèmes de garantie des dépôts est presque achevée, et
les travaux vont se poursuivre sur le renforcement de l'union bancaire. Le Conseil examine
régulièrement la situation depuis la mi-2015.
L'union bancaire vise à asseoir le secteur bancaire européen sur des bases plus saines, tout en
évitant le recours, aux fins de la résolution des défaillances des banques non viables, à l'argent des
contribuables. Lancée en 2012 pour remédier à l'interdépendance des banques et États, elle s'inscrit
dans une perspective d'intégration financière à plus long terme en Europe. Elle suppose un transfert
de responsabilités au niveau de l'UE et regroupe actuellement les dix-neuf pays de la zone euro, sept
autres États membres ayant toutefois indiqué leur intention de la rejoindre.
L'union bancaire comprend actuellement deux grandes initiatives: le mécanisme de surveillance
unique (MSU) et le mécanisme de résolution unique (MRU). Ces deux initiatives reposent sur un
cadre réglementaire dénommé le "règlement uniforme", qui s'applique à l'ensemble des vingt-huit
États membres.
Le 1er janvier 2016, le MRU est devenu opérationnel et le fonds de résolution unique (FRU), l'une
de ses composantes, a été établi.
En date du 27 septembre 2016:
-
vingt États membres, dont les dix-neuf membres actuels de l'union bancaire, avaient ratifié
l'accord intergouvernemental sur le FRU;
-
le transfert vers le FRU des contributions perçues des banques en 2015 a été mené à bien,
conformément à l'accord intergouvernemental;
-
quatorze des dix-neuf États membres de l'union bancaire avaient signé une convention de
prêt concernant le financement-relais pour le FRU;
-
en ce qui concerne le règlement uniforme, vingt-sept des vingt-huit États membres avaient
totalement transposé la directive relative au redressement des banques et à la résolution de
leurs défaillances et la directive relative aux systèmes de garantie des dépôts.
Union bancaire
13111/16
5
FR
11 octobre 2016
RÉUNIONS DU G20 ET DU FMI
La présidence et la Commission ont communiqué des informations sur la réunion des ministres des
finances et des gouverneurs de banques centrales du G20 et sur la réunion annuelle du FMI qui se
sont tenues à Washington du 6 au 9 octobre 2016.
13111/16
6
FR
11 octobre 2016
CHANGEMENT CLIMATIQUE
Le Conseil a adopté les conclusions suivantes:
"1.
SE FÉLICITE que l'accord de Paris se fixe pour objectif de rendre les flux financiers
compatibles avec un profil d'évolution vers un développement à faible émission de gaz à effet de
serre et résilient aux changements climatiques; RÉAFFIRME qu'il faut pour cela que toutes les
parties agissent individuellement et collectivement;
2.
RÉAFFIRME que l'UE et ses États membres sont déterminés à renforcer la mobilisation de
moyens de financement de l'action climatique, dans le cadre d'un effort mondial mené par les pays
développés, consistant notamment à aider les pays en développement, en matière d'atténuation et
d'adaptation, à mettre en œuvre les stratégies impulsées par les pays, en particulier les contributions
déterminées au niveau national (CDN); SOULIGNE que l'UE et certains de ses États membres ont
annoncé à Paris, lors de la 21e session de la conférence des parties à la CCNUCC, une augmentation
des montants des fonds publics prévus pour la lutte contre le changement climatique au cours des
années à venir, ce qui accroîtra par ailleurs la prévisibilité; SOULIGNE que l'UE et ses États
membres fournissent une part importante du financement public de l'action climatique et INSISTE
sur la nécessité d'assurer un partage équitable de la charge entre les pays développés ainsi que la
future participation d'un éventail plus large de contributeurs; SOULIGNE l'importance, en matière
de financement de l'action climatique, d'une perspective orientée vers les résultats pour faire en
sorte que les fonds fournis et mobilisés produisent un effet maximal;
3.
ACCUEILLE AVEC SATISFACTION les travaux menés par les pays développés en vue
d'élaborer une feuille de route concrète pour atteindre l'objectif consistant à mobiliser ensemble
chaque année, d'ici 2020, pour des mesures d'atténuation et d'adaptation, 100 milliards de dollars
provenant d'un large éventail de sources, publiques et privées, bilatérales et multilatérales,
y compris de nouvelles sources de financement, dans le cadre de mesures d'atténuation efficaces et
d'une mise en œuvre transparente; ATTEND AVEC INTÉRÊT la finalisation de la feuille de route
dans la perspective de la COP22 de la CCNUCC;
4.
AFFIRME que l'UE et ses États membres sont résolus à mobiliser leur part de l'objectif des
pays développés consistant à mobiliser ensemble chaque année d'ici 2020 et jusqu'en 2025, pour des
mesures d'atténuation et d'adaptation, 100 milliards de dollars provenant d'un large éventail de
sources, d'instruments et de filières;
5.
RÉAFFIRME que le financement public de l'action climatique continuera à jouer un rôle
important; CONFIRME que l'UE et ses États membres continueront à mettre à disposition des fonds
publics pour la mise en œuvre de mesures d'atténuation et d'adaptation;
6.
DEMANDE à la Commission de présenter un aperçu général du financement de l'action
climatique par l'UE et ses États membres en 2015, afin que le Conseil approuve cette contribution
avant la COP22 de la CCNUCC;
13111/16
7
FR
11 octobre 2016
7.
SOULIGNE qu'il importe d'accroître les ressources consacrées au soutien des pays en
développement qui sont particulièrement vulnérables aux conséquences négatives du changement
climatique et qui ont d'importantes contraintes de capacité;
8.
SALUE par ailleurs l'engagement qu'ont pris la plupart des banques multilatérales de
développement (BMD) de prendre davantage en considération dans leurs portefeuilles, et dans le
cadre de leur mandat, les questions d'atténuation, d'adaptation et de résilience, y compris leur
engagement d'accroître leurs investissements liés au climat; ENCOURAGE les institutions
financières internationales et régionales ainsi que les agences des Nations unies à fournir aux
parties, par l'intermédiaire du secrétariat de la CCNUCC, des informations sur la façon dont elles
intègrent les objectifs climatiques et incorporent les mesures de résilience au changement
climatique dans leurs programmes d'aide au développement et de financement de l'action
climatique;
9.
SE FÉLICITE des contributions importantes apportées par certaines économies émergentes
et plusieurs pays en développement au financement de l'action climatique; SOULIGNE que l'accord
de Paris encourage les parties autres que celles qui sont engagées en vertu de la convention à fournir
ou à continuer à fournir des moyens financiers sur une base volontaire;
10.
CONSIDÈRE le secteur privé comme une source de premier ordre pour le financement de
l'action climatique et les autres flux d'investissements pertinents; EST CONSCIENT que le
financement par le secteur privé est complémentaire du financement par le secteur public, mais ne
saurait s'y substituer, lorsque ce dernier est nécessaire; NOTE que l'UE a mis en place et continuera
à développer un vaste ensemble d'instruments en vue de mobiliser les fonds du secteur privé pour
des actions internationales en faveur du climat, y compris au niveau local;
11.
SE FÉLICITE que l'accord de Paris envoie un signal fort au secteur privé en vue d'une
réorientation des flux financiers vers des investissements à faible intensité de carbone, résilients aux
changements climatiques; NOTE les efforts en cours au sein de l'UE en vue d'aligner les incitations
aux investissements sur les objectifs climatiques de l'UE, par exemple dans le cadre de l'union des
marchés de capitaux et du plan d'investissement pour l'Europe; et, dans ce contexte, SE FÉLICITE
des travaux du G20 et du Conseil de stabilité financière, qui sont d'importantes contributions à la
réorientation des investissements privés; SOULIGNE que la tarification du carbone est l'une des
composantes essentielles d'un environnement favorable à la réorientation des investissements et
qu'il existe différents outils pour y parvenir, y compris la réglementation, l'échange de quotas
d'émission et les taxes; SOUTIENT dans ce contexte les initiatives de tarification du carbone ainsi
que celles qui encouragent la suppression progressive des subventions qui nuisent à l'environnement
ou à l'économie et notamment la suppression progressive du financement de projets produisant trop
d'émissions;
13111/16
8
FR
11 octobre 2016
12.
MET L'ACCENT SUR les efforts déployés par l'UE et ses États membres pour accroître les
moyens de financement de l'action climatique, comme indiqué dans les documents qu'ils ont
présentés pour 2016 sur les stratégies et approches à l'égard de cette question; RAPPELLE que le
renforcement des moyens de financement de l'action climatique est un processus itératif, allant de
pair avec la mise en place par les gouvernements de conditions propices, de stratégies
d'investissement, de projets et de programmes, qui devraient tous comporter des mesures visant à
faciliter l'intervention du secteur privé; SE FÉLICITE dans ce contexte des efforts déployés par les
pays en développement;
13.
SOULIGNE qu'il importe de soutenir l'adaptation afin de contribuer à intégrer les objectifs
en matière de climat dans les stratégies de développement des pays en développement et de façon
que les conditions de vie soient moins affectées par le changement climatique; INSISTE sur
l'importance de parvenir à un équilibre entre le financement de l'adaptation et celui de l'atténuation
conformément aux propres priorités et objectifs des pays et MET EN AVANT les efforts que l'UE
et ses États membres déploient collectivement - et continueront de déployer - pour orienter une part
importante du financement public de l'action climatique vers l'adaptation, surtout en cherchant à
répondre aux besoins des pays en développement les plus pauvres et particulièrement vulnérables,
tels que les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID);
14.
SOULIGNE que le cadre de transparence sera essentiel à la mise en œuvre réussie de
l'accord de Paris en ce sens qu'il permettra d'améliorer la responsabilité à l'égard du financement de
l'action climatique; INSISTE sur le fait que ce cadre devrait préciser clairement le soutien fourni,
mobilisé et reçu, y compris en ce qui concerne les actions visant à rendre les flux financiers
compatibles avec un profil d'évolution vers un développement à faible émission de gaz à effet de
serre et résilient aux changements climatiques, également en vue d'étayer le bilan mondial. Le cadre
devrait être accompagné de méthodes claires et communes, fondées sur les méthodes existantes et
sur les progrès réalisés dans le cadre de la préparation de l'étude de l'OCDE élaborée en
collaboration avec Climate Policy Initiative (CPI); SOUTIENT l'élaboration de modalités de
comptabilisation relatives aux moyens financiers fournis et mobilisés dans le cadre d'interventions
publiques afin de refléter de manière crédible les efforts de toutes les sources concernées des
parties; ATTEND AVEC INTÉRÊT l'évaluation biennale et l'aperçu général des flux de
financement de l'action climatique de la Commission permanente des finances pour orienter les
travaux sur la mesure, la notification et la vérification de l'aide;
13111/16
9
FR
11 octobre 2016
15.
SOULIGNE qu'il importe de soutenir le renforcement des capacités pour la planification et
la mise en œuvre efficace et effective de l'atténuation et de l'adaptation; SOULIGNE en outre la
nécessité de mettre en place une réserve de projets et de programmes porteurs afin d'optimiser les
ressources financières et l'efficacité, ainsi que l'importance de l'accessibilité des fonds disponibles
pour les pays en développement et l'importance d'attirer les financements privés; INSISTE sur le
soutien continu apporté par l'UE et les États membres au renforcement des capacités en faveur des
pays en développement qui en ont le plus besoin, notamment dans le domaine de la coopération
technologique; SOULIGNE qu'il importe de garantir un accès effectif aux ressources financières
destinées à soutenir les stratégies impulsées par les pays grâce à des procédures d'approbation
simplifiées dans le cadre du mécanisme financier et à un appui renforcé à la préparation en faveur
des pays en développement, en particulier les PMA et les PEID;
16.
RECONNAÎT et SOUTIENT l'importance d'une mise en œuvre ambitieuse des CDN au
niveau mondial; SOULIGNE que la coopération au développement avec les pays tiers mise en
œuvre par l'UE et les États membres devrait tenir pleinement compte des synergies existant entre les
objectifs en matière de climat et les objectifs de développement durable adoptés dans le cadre du
Programme de développement durable à l'horizon 2030, du programme d'action d'Addis-Abeba sur
le financement du développement, et d'autres programmes internationaux; SOULIGNE que la
coordination entre les parties prenantes sur le financement pour soutenir la mise en œuvre des
contributions déterminées au niveau national jouera un rôle essentiel: chaque institution devra agir
en partenariat et de manière coordonnée avec les autres afin d'optimiser les effets sur le terrain;
17.
SE FÉLICITE que le mécanisme financier de la convention serve de mécanisme financier de
l'accord de Paris; SOULIGNE le rôle du Fonds vert pour le climat, qui est un instrument
multilatéral essentiel pour aider les pays en développement à favoriser la transition vers des modes
de développement à faible émission de carbone et résilient aux changements climatiques; SE
FÉLICITE de l'approbation de nouveaux projets et programmes, et ACCUEILLE ÉGALEMENT
AVEC SATISFACTION l'approbation du plan stratégique du Fonds vert pour le climat qui a pour
ambition de renforcer l'impact aux effets transformateurs du Fonds; FAIT OBSERVER qu'une part
importante des fonds engagés (47 %) et mis à disposition provient des États membres de l'UE; SE
FÉLICITE des contribution des pays en développement au Fonds vert pour le climat et EXHORTE
tous les pays qui sont à même de le faire à apporter leur contribution."
13111/16
10
FR
11 octobre 2016
SEMESTRE EUROPÉEN – ENSEIGNEMENTS TIRÉS
Le Conseil a fait le point sur l'exercice annuel de surveillance des politiques dans le cadre du
Semestre européen compte tenu des enseignements tirés de l'exercice 2016.
Les ministres sont convenus que des progrès ont été accomplis dans le cadre de l'exercice 2016 par
rapport aux années précédentes, mais qu'il est encore possible d'améliorer le fonctionnement du
processus et de le rendre plus efficace.
Le Semestre européen comporte une surveillance simultanée des politiques des États membres dans
les domaines économique, budgétaire et de l'emploi pendant une période d'environ six mois chaque
année. Il a été instauré en 2011 dans le cadre d'une réforme de la gouvernance économique
entreprise en réponse à la crise de l'euro.
Le Semestre européen 2017 débutera en novembre 2016 avec la publication, par la Commission, de
son examen annuel de la croissance.
13111/16
11
FR
11 octobre 2016
SYSTÈMES DE SANTÉ ET VIABILITÉ DES FINANCES PUBLIQUES
La Commission a présenté un rapport sur les systèmes de santé et la viabilité des finances
publiques, et le Conseil a procédé à un échange de vues.
Le Conseil a demandé au Comité économique et financier d'établir un projet de conclusions en vue
de l'adoption de ce texte lors de sa session du 8 novembre 2016.
Élaboré conjointement par la Commission et le Comité de politique économique, le rapport présente
une analyse des systèmes de soins de santé et de soins à long terme dans les États membres. Il
évalue comment limiter les pressions en matière de dépenses grâce à des gains d'efficacité, ce qui
permettrait de maintenir l'accès à des services de bonne qualité de façon durable du point de vue des
finances publiques.
Ce rapport actualise les conclusions d'un rapport établi en 2010. Il prend en considération les
réformes des politiques de la santé entreprises depuis lors par les États membres et inclut, pour la
première fois, une analyse des soins de longue durée.
13111/16
12
FR
11 octobre 2016
DIVERS
–
Services financiers
Le Conseil a été informé des travaux en cours sur les propositions législatives relatives aux services
financiers.
Note du Secrétariat concernant les progrès accomplis sur les dossiers législatifs relatifs aux services
financiers (septembre 2016)
–
Comité de Bâle - Réforme du secteur bancaire
Le Conseil a débattu de l'achèvement de la réforme du secteur bancaire consécutive à la crise
engagée par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (CBCB).
Il a rappelé qu'il était nécessaire que l'UE et ses États membres continuent à présenter une position
commune dans le cadre des négociations.
Le CBCB réunit des autorités de contrôle et a pour mission de renforcer la coopération et
d'améliorer le contrôle bancaire dans le monde. Il a pour objectif d'achever la réforme d'ici la fin
de 2016.
13111/16
13
FR
11 octobre 2016
RÉUNIONS EN MARGE DU CONSEIL
–
Eurogroupe
Les ministres des États membres de la zone euro ont participé à une réunion de l'Eurogroupe
lundi 10 octobre 2016. Ils ont discuté de la mise en œuvre du programme d'ajustement économique
de la Grèce, de l'élaboration des projets de plans budgétaires des États membres pour 2017 et des
dépenses de santé sous l'angle de la viabilité budgétaire.
Principaux résultats de l'Eurogroupe
–
Petit-déjeuner de travail des ministres
Les ministres ont participé à un petit-déjeuner de travail au cours duquel ils ont discuté de la
situation économique. Ils ont également évoqué le dialogue structuré avec le Parlement européen en
ce qui concerne la suspension des fonds structurels de l'UE pour le Portugal et l'Espagne, les
travaux visant à améliorer la prévisibilité et la transparence du pacte de stabilité et de croissance,
le règlement budgétaire de l'UE et une proposition visant à établir un fonds européen pour le
développement durable dans le cadre du plan d'investissement de l'UE dans les pays tiers.
13111/16
14
FR
11 octobre 2016
AUTRES POINTS APPROUVÉS
AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES
Accord sur la fiscalité - Monaco
Le Conseil a approuvé la conclusion d'un accord avec Monaco visant à améliorer le respect des
obligations fiscales par les épargnants privés.
Cet accord imposera aux États membres de l'UE et à Monaco de procéder à un échange automatique
d'informations pour lutter contre l'évasion fiscale.
Il permettra à leurs administrations fiscales d'avoir un meilleur accès transfrontière aux
informations relatives aux comptes financiers de leurs résidents respectifs.
Cet accord renforce un accord de 2004, en vertu duquel la Principauté de Monaco était tenue
d'appliquer des mesures équivalentes à celles prévues par la directive de l'UE en matière de fiscalité
des revenus de l'épargne.
L'accord a été signé à Bruxelles le 12 juillet 2016.
Communiqué de presse sur la signature de l'accord UE-Monaco de 2016 en matière de fiscalité
Transparence fiscale
"Le Conseil:
1.
RECONNAÎT les progrès accomplis en ce qui concerne la poursuite du programme
ambitieux de l'UE en vue d'établir une fiscalité plus équitable, plus transparente et plus efficace
ainsi que le renforcement de la coopération entre les autorités fiscales au sein de l'UE;
2.
CONFIRME qu'il importe d'améliorer encore le cadre fiscal international et de l'Union afin
de prévenir les abus fiscaux transfrontières et les activités financières illicites;
3.
SE FÉLICITE de la communication de la Commission du 5 juillet 2016 sur d'autres mesures
visant à renforcer la transparence et la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales;
13111/16
15
FR
11 octobre 2016
4.
CONVIENT que la législation récemment adoptée par l'UE en vue de l'échange automatique
d'informations, entre les autorités compétentes des États membres, sur les décisions fiscales et les
déclarations pays par pays en matière fiscale concernant les entreprises multinationales constitue
une avancée importante;
5.
INSISTE pour que des solutions soient étudiées afin de renforcer encore la coopération
administrative entre les autorités compétentes au sein de l'UE, y compris en envisageant des
solutions qui s'inspirent des travaux du groupe de travail international pour le partage des
renseignements et la collaboration de l'OCDE (JITSIC);
6.
CONSIDÈRE qu'il est opportun de réviser la directive relative à la coopération
administrative et la directive sur la lutte contre le blanchiment de capitaux en vue de créer des
synergies entre ces deux domaines, comme le propose la Commission, et ENTEND œuvrer à
l'adoption de ces actes dans les plus brefs délais et dans le respect du processus législatif de l'UE;
7.
CONFIRME la nécessité d'assurer une coopération plus effective et efficace entre les
autorités fiscales et les autres organismes concernés par la lutte contre la fraude fiscale, le
blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, conformément aux garanties légales en
la matière;
8.
SOULIGNE la nécessité de prévenir la dissimulation à grande échelle de capitaux, qui fait
obstacle au bon déroulement de la lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment de capitaux et le
financement du terrorisme, et de veiller à ce que l'identité des bénéficiaires effectifs d'entreprises,
d'entités juridiques ou de constructions juridiques soit connue;
9.
SALUE l'initiative en faveur de l'échange automatique d'informations sur les bénéficiaires
effectifs finaux, dans le cadre de laquelle de nombreux pays et territoires, y compris tous les États
membres, sont convenus d'échanger des informations sur les bénéficiaires effectifs d'entreprises,
d'entités juridiques et de constructions juridiques, et ATTEND AVEC INTÉRÊT que des progrès
soient accomplis rapidement au niveau international;
10.
INVITE la Commission à analyser la possibilité de présenter une proposition visant à
améliorer l'accès transfrontière aux informations sur les bénéficiaires effectifs finaux sur la base des
travaux en cours au niveau international;
11.
NOTE que, lors de sa réunion d'octobre 2016, le G20 s'est vu présenter une première série
de propositions de l'OCDE et du GAFI sur les moyens d'améliorer la mise en œuvre des normes
internationales en matière de transparence, y compris sur la disponibilité d'informations sur les
bénéficiaires effectifs;
13111/16
16
FR
11 octobre 2016
12.
RAPPELLE la nécessité de renforcer la supervision exercée sur les facilitateurs et les
promoteurs de planification fiscale agressive et d'introduire des mesures dissuasives plus efficaces
pour les activités de ce type;
13.
SALUE l'intention de la Commission de lancer à l'automne 2016 une consultation publique
afin de recueillir des avis sur l'approche la plus adéquate pour parvenir à plus de transparence sur
les activités des intermédiaires qui interviennent dans des montages ayant pour objet la fraude ou
l'évasion fiscale;
14.
PREND NOTE de l'intention de la Commission d'étudier les possibilités d'établir des règles
de communication obligatoire d'informations inspirées de l'action 12 du projet BEPS de l'OCDE, en
se fondant sur l'expérience que certains États membres de l'UE ont acquise en la matière, et de
présenter éventuellement une proposition législative en 2017;
15.
ENCOURAGE la Commission à entamer une réflexion sur la possibilité d'un échange futur
de telles informations entre administrations fiscales dans l'UE;
16.
SOULIGNE la nécessité de collaborer étroitement avec l'OCDE et d'autres partenaires
internationaux sur une éventuelle approche mondiale pour une transparence accrue dans ce
domaine;
17.
SOUTIENT la promotion de normes de bonne gouvernance fiscale plus strictes au niveau
mondial et NOTE que le groupe "Code de conduite (fiscalité des entreprises)" a déjà entamé des
travaux techniques visant à établir une liste de l'Union recensant les pays tiers non coopératifs, qui
doit être prête en 2017, ainsi qu'à définir les critères de recensement et à examiner d'éventuelles
contre-mesures;
18.
CONVIENT que la protection des lanceurs d'alerte est importante et ENCOURAGE la
Commission à étudier la possibilité d'une future action au niveau de l'UE tout en respectant le
principe de subsidiarité;
19.
ESTIME que l'amélioration de la sécurité fiscale dans l'UE peut contribuer à accroître
davantage la compétitivité des entreprises de l'Union et PREND NOTE de l'intention de la
Commission de présenter des propositions visant à lutter contre l'érosion de la base d'imposition et
le transfert de bénéfices (BEPS) et contre l'évasion fiscale tout en garantissant un environnement
fiscal stable et prévisible et en éliminant la double imposition, c'est-à-dire des propositions qui
consistent à améliorer le règlement des litiges et à relancer l'assiette commune consolidée pour
l'impôt des sociétés (ACCIS)."
Communication de la Commission de juillet 2016 sur des mesures visant à renforcer la transparence
fiscale
13111/16
17
FR
11 octobre 2016
Produits d'investissement - Marchés d'instruments financiers
Le Conseil a décidé de ne pas exprimer d'objections à l'égard des règlements suivants de la
Commission:
-
règlement complétant le règlement (UE) n° 1286/2014 relatif aux produits d'investissement
packagés de détail et fondés sur l'assurance en ce qui concerne l'intervention sur les produits
(doc. 12441/16 + 11287/16);
-
règlement complétant le règlement (UE) nº 600/2014 concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation relatives aux obligations de
transparence applicables aux plates-formes de négociation et aux entreprises
d'investissement pour les obligations, produits financiers structurés, quotas d'émission et
instruments dérivés (doc. 12444/16 + 11291/16 + 11291/16 ADD 1);
-
règlement complétant la directive 2014/65/UE concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation précisant les exigences
organisationnelles applicables aux plates-formes de négociation (doc. 12446/16 + 11290/16
+ 11290/16 ADD 1);
-
règlement complétant le règlement (UE) nº 600/2014 concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation relatives aux obligations de
transparence applicables aux plates-formes de négociation et aux entreprises
d'investissement et aux obligations d'exécution des transactions (doc. 12448/16 + 11296/16
+ 11296/16 ADD 1);
-
règlement complétant la directive 2014/65/UE concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation concernant le régime de pas de
cotation pour les actions, les certificats représentatifs et les fonds cotés (doc. 12452/16 +
11312/16 + 11312/16 ADD 1);
-
règlement complétant le règlement (UE) nº 600/2014 concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation concernant les normes et formats de
données à respecter pour les données de référence relatives aux instruments financiers et
les mesures techniques (doc. 12453/16 + 11298/16 + 11298/16 ADD 1);
-
règlement complétant le règlement (UE) nº 600/2014 concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation relatives aux informations
nécessaires pour l'enregistrement des entreprises de pays tiers et au format des informations
à fournir aux clients (doc. 12455/16 + 11288/16);
13111/16
18
FR
11 octobre 2016
-
règlement complétant la directive 2014/65/UE concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation concernant l'échange d'informations
entre les autorités compétentes dans le cadre de leur coopération en matière d'activités de
surveillance, de vérifications sur place et d'enquêtes (doc. 12456/16 + 11297/16);
-
règlement complétant la directive 2014/65/UE concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation concernant les informations à
fournir et les exigences à respecter pour l'agrément des entreprises d'investissement
(doc. 12457/16 + 11300/16);
-
règlement complétant la directive 2014/65/UE concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation précisant les exigences
organisationnelles applicables aux entreprises d'investissement recourant au trading
algorithmique (doc. 12698/16 + 11747/16 + 11747/16 ADD 1);
-
règlement complétant le règlement (UE) nº 600/2014 concernant les marchés d'instruments
financiers par des normes techniques de réglementation pour la déclaration de transactions
aux autorités compétentes (doc. 12699/16 + 11748/16).
Ces règlements sont des actes délégués conformément à l'article 290 du traité sur le fonctionnement
de l'Union européenne. Ils peuvent désormais entrer en vigueur, à moins que le Parlement européen
n'exprime des objections à leur égard.
Dérogation en matière de TVA - Pologne - véhicules routiers
Le Conseil a adopté une décision autorisant la Pologne à prolonger l'application d'une mesure
dérogatoire à la directive 2006/112/CE relative à la TVA en ce qui concerne les règles de
déductibilité applicables à certains véhicules routiers à moteur utilisés à des fins professionnelles
(doc. 12215/16 + 12217/16).
Cette mesure consiste notamment à limiter à 50 % le droit à déduction de la TVA sur l'achat,
l'acquisition intracommunautaire, l'importation, la location ou le crédit-bail de certains véhicules
routiers à moteur, ainsi que sur les dépenses correspondantes, lorsque le véhicule n'est pas
exclusivement utilisé à des fins professionnelles. Elle dispense l'assujetti de déclarer la TVA
concernant l'utilisation du véhicule à des fins non professionnelles.
La décision du Conseil prolonge la validité de la dérogation, qui est valide
jusqu'au 31 décembre 2016. La dérogation expirera donc le 31 décembre 2019.
13111/16
19
FR
11 octobre 2016
QUESTIONS BUDGÉTAIRES
Mesures de sécurité supplémentaires dans les institutions de l'UE - projet de budget
rectificatif n° 3/2016
Le Conseil a adopté sa position sur le projet de budget rectificatif n° 3 pour 2016 approuvant une
augmentation du budget 2016 de l'UE de 15,8 millions d'euros.
Le projet de budget rectificatif n° 3/2016 vise à allouer des fonds supplémentaires pour que
certaines institutions de l'UE renforcent leurs mesures de sécurité après les attentats survenus à
Paris en novembre 2015 et à Bruxelles en mars 2016 (doc. 12563/16).
ÉNERGIE
Convention sur la sûreté nucléaire
Le Conseil a pris note d'un rapport sur la mise en œuvre de la convention de l'Agence internationale
de l'énergie atomique sur la sûreté nucléaire (doc. 12397/16 ADD 1), élaboré en concertation avec
les États membres.
Ce rapport sera examiné lors de la septième réunion d'examen des parties contractantes, qui se
tiendra à Vienne du 27 mars au 7 avril 2017.
La Communauté européenne de l'énergie atomique (Euratom) et ses États membres sont parties
à la Convention sur la sûreté nucléaire. Chaque partie doit présenter un rapport sur les mesures
qu'elle a prises pour satisfaire à chacune des obligations prévues par la convention.
13111/16
20
FR
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire