les nerfs qui parcourent le corps. L`encéphale et la moelle épinière

publicité
PHYSIOLOGIE HUMAINE
A-
PHYSIOLOGIE NERVEUSE
Contenu
PHYSIOLOGIE NERVEUSE .......................................................................................... 1
A-
Organisation générale du système nerveux de l’Homme ................................................................ 3
I-
II- Tissus nerveux................................................................................................................... 4
Neurone ou cellule nerveuse ............................................................................................ 4
1a)
Structure du neurone ................................................................................................. 4
b) Types de neurone .......................................................................................................... 5
2- Les cellules gliales ............................................................................................................ 6
III- Propriétés des fibres nerveuses : neurones et nerfs ........................................................................... 6
1)
Dispositif expérimental .................................................................................................. 6
2)
Potentiel de repos ........................................................................................................ 7
3)
Potentiel d’action ......................................................................................................... 7
a-
Dispositif de mise en évidence ....................................................................................... 7
c-
Interprétation de l’onde de négativité .............................................................................. 8
4- Conditions d’excitabilité de fibre nerveuse et de nerf .................................................................... 10
a)
Seuil d’intensité ou intensité liminaire .............................................................................. 10
b- Condition de brutalité .................................................................................................... 10
c-
Courbe d’intensité-durée ............................................................................................. 10
d-
Période réfractaire .................................................................................................... 11
5) Conductibilité : Propagation de l’influx nerveux ......................................................................... 11
B-IMMUNOLOGIE .............................................................................................................. 12
I-
Les organes du système immunitaire ou organes lymphoïdes ........................................................ 12
Les cellules du système immunitaire ................................................................................. 13
II1)
Les phagocytes: ...................................................................................................... 13
2)
Les lymphocytes : .................................................................................................... 13
III- Les antigènes .............................................................................................................. 14
1- Définition ................................................................................................................. 14
2- Le « soi »- les marqueurs biologiques-le « non-soi » .................................................................. 14
IV-Les anticorps ............................................................................................................... 14
1)
Définition ............................................................................................................. 14
2)
Structure de base commune des anticorps ......................................................................... 14
3)
Quatre familles d’immunoglobulines .............................................................................. 15
4) Origine des anticorps .................................................................................................... 15
5) Principales fonctions des anticorps .................................................................................... 15
V- Mécanismes de réponse immunitaire ........................................................................................ 16
Défense non spécifique ou réponse immunitaire naturelle ou immunité naturelle ............................... 16
1)
a) Les moyens de l’immunité naturelle .................................................................................... 16
b) Les interférons contre les virus .......................................................................................... 16
c) La phagocytose : ......................................................................................................... 16
Défense spécifique ou réponse immunitaire acquise ou immunité acquise ........................................ 17
2)
a)
Réponse immunitaire à médiation humorale .................................................................... 18
b)
Réponse immunitaire à médiation cellulaire ..................................................................... 18
VI- Disfonctionnement du système immunitaire ............................................................................... 19
1) Disfonctionnement par excès ............................................................................................... 19
a- Les allergies .............................................................................................................. 19
b- Maladies auto-immunes ................................................................................................. 19
2) Disfonctionnement par défaut ou Immunodéficience ..................................................................... 20
a-Déficits congénitaux ou primaires ....................................................................................... 20
b-Déficits acquis ou secondaires ........................................................................................... 20
I-
Organisation générale du système nerveux de l’Homme
Le système nerveux comprend
-l’encéphale constitué du cerveau, du cervelet et du bulbe rachidien,
-la moelle épinière
-les nerfs qui parcourent le corps.
L’encéphale et la moelle épinière forment le système nerveux central.
Les nerfs forment le système nerveux périphérique
→ Le cerveau est l’organe de la pensée et de la perception, c’est lui qui contrôle toutes les grandes fonctions de
l’organisme. Il est formé de deux hémisphères cérébraux dont la surface est creusée de nombreux scissures et sillons qui
divisent la surface de chaque hémisphère en plusieurs lobes et chaque lobe, divisée en plusieurs circonvolutions
La coupe du cerveau montre que la partie périphérique ou cortex cérébral est constituée de substance grise ou écorce grise,
alors que la partie centrale est constituée de substance blanche
→ La moelle épinière : c’est la substance qui se trouve à l’intérieur de la colonne vertébrale sous forme de tube
cylindrique. Elle rassemble les prolongements de tous les nerfs du corps (à l’exception de ceux du crâne), et assure la
liaison entre le cerveau et le système nerveux périphérique
Une coupe transversale au niveau de la moelle épinière montre qu’elle est formée de deux sortes de tissus :
-substance blanche dans la partie périphérique
-substance grise dans la partie centrale en forme de papillon en plein vol
De la moelle épinière partent les nerfs rachidiens qui présentent deux racines au début de la moelle et qui se réunissent plus
loin en nerfs mixtes
→ Les nerfs : ce sont des faisceaux constitués par les prolongements des neurones (cellules nerveuses). Ils transmettent des
informations d’un endroit du corps à l’autre. Par exemple, le nerf optique relie les yeux et le cerveau.
II- Tissus nerveux
Le tissu nerveux est formé par l’assemblage de cellules nerveuses entre lesquelles existent des cellules nourricières qui
sont les cellules gliales dont l’ensemble forme la névroglie
1- Neurone ou cellule nerveuse
a) Structure du neurone
Le neurone est l’élément de base du système nerveux car il assure la transmission des messages à travers l’organisme tout
entier
Un neurone comprend :
 le corps cellulaire de forme étoilée en générale.
Le cytoplasme contient un noyau et tous les éléments de cellule animale ordinaire mais il existe en particulier : le corps de
Nissl et des neurofibrilles.
 des prolongements cytoplasmiques qui sont de deux types :
- les dendrites plus courts mais ramifiés ; le plus souvent nombreux
l’axone ou cylindraxe plus ou moins long et unique, terminé par une ramification appelée arborisation terminale. L’axone
est entouré sur toute sa longueur d’une gaine appelée gaine de Schwann qui présente des étranglements de Ranvier et des
noyaux. Une autre gaine appelée gaine de myéline, interrompue au niveau des étranglements, entoure quelque fois, l’axone.
b) Types de neurone
A = axone
C = corps cellulaire
D = dendrites
c) Synapse
Les neurones ne sont jamais indépendants les uns des autres, ils établissent entre eux des liaisons et forment des chaînes de
neurones : on appelle synapse la jonction entre deux neurones. La plupart de synapses unissent les terminaisons d’un axone
aux dendrites et au corps cellulaire d’un autre neurone
A la surface du corps cellulaire et des dendrites d’un neurone, il y a des milliers de synapses au niveau desquelles peuvent
converger des messages nerveux véhiculés par des centaines de neurones pré synaptiques
2- Les cellules gliales
Elles occupent tous les intervalles entre les neurones. Dix fois plus nombreux que les neurones, elles forment la névroglie à
rôle de soutien, nourricier, producteur de myéline, sécréteur de liquide céphalo-rachidien et phagocytes
3- Les tissus nerveux
On distingue plusieurs sortes de tissus nerveux selon les éléments neuroniques présents :
 Substance grise contenant les corps cellulaires, dendrites, début d’axone et arborisation terminale
 Substance blanche contenant une partie d’axone
 Nerf formé par plusieurs paquets d’axones enveloppés par des tissus conjonctifs
 Ganglion sorte de renflement contenant un corps cellulaire d’un neurone en T ou neurone bipolaire
III- Propriétés des fibres nerveuses : neurones et nerfs
Excitabilité et conductibilité sont les deux propriétés essentielles des fibres nerveuses. Ces deux propriétés sont liées aux
états électriques de la fibre.
1) Dispositif expérimental
Ce dispositif permet d’enregistrer les états électriques de fibres nerveuses isolées. Comme ces phénomènes
électriques sont de très faible amplitude, il est nécessaire de les amplifier en utilisant de détecteur : oscillographe
cathodique relié à des microélectrodes. Le dispositif comprend une partie pour la stimulation et une autre pour
l’enregistrement
Pendant l’expérience, la fibre doit être mise dans une cuve contenant de liquide physiologique adéquat pour
qu’elle fonctionne normalement.
Les résultats sont observés sur l’écran de l’oscillographe
2) Potentiel de repos
A l’aide de ce dispositif, il est possible de détecter une différence de potentiel entre les deux faces de la membrane
cellulaire d’un neurone : à partir de l’instant où la microélectrode R1 est piquée dans la fibre, une différence de
potentiel (-70mV) est enregistrée sur l’écran de l’oscillographe, l’intérieur chargé négatif et l’extérieur positif:
c’est le potentiel de repos. Il est dû à la résultante de différence de concentration en ions entre l’intérieur et
l’extérieur de la membrane cellulaire.
Ce phénomène s’explique par une différence de perméabilité de la membrane, en particulier, aux ions Na+ et K+.
La membrane cellulaire est très perméable aux ions K+ (40 fois concentrés dans le milieu intérieur que le milieu
extérieur) et beaucoup moins perméable aux ions Na+ (5 à 10 fois concentrés dans le milieu extérieur que le milieu
intérieur): K+ emporte à l’intérieur et Na+ à l’extérieur.
Le potentiel de repos est donc le résultat de transports passifs mais aussi de transports actifs d’ions entre
neurone et milieu extracellulaire, c’est le résultat d’une activité de la cellule vivante qui nécessite de l’énergie.
3) Potentiel d’action
a- Dispositif de mise en évidence
En apportant de stimulation sur la fibre nerveuse, on observe sur l’écran de l’oscillographe le passage brusque du potentiel
membranaire de -70mV à +30mV : L’intérieur de la cellule est chargé positif et l’extérieur négatif. Ce changement (qui
dure 1 millième de seconde) s’appelle potentiel d’action. Il correspond à une onde de négativité qui se propage à la surface
de la fibre nerveuse.
Remarque :
L’excitant électrique est le mieux utilisé en expérience car son intensité et sa durée peuvent être dosées avec précision et
appliqué avec précaution, il n’altère pas la fibre nerveuse. Cependant, il existe d’autres excitants comme piqûre, pincement,
contact d’un objet trop chaud ou trop froid.
b- Origine ionique du potentiel d’action
L’étude au niveau de la fibre nerveuse montre que le message nerveux correspond à une inversion de polarisation localisée
et transitoire de la membrane qui se transmet de proche en proche. Cette inversion est due à la modification de la
perméabilité membranaire aux ions Na+ et K+ : Elle constitue le potentiel d’action ou onde de négativité ou encore influx
nerveux de la fibre nerveuse.
Les phénomènes se déroulent en trois temps :
- Entrée explosive de Na+ qui entraîne une inversion de polarisation de la membrane. La perméabilité aux ions
Na+ atteint un maximum puis diminue.
- Sortie de K+ qui provoque un retour rapide à la polarisation initiale.
- Restauration des concentrations initiales c’est-à-dire expulsion d’ions Na+ et entrée d’ions K+ par
fonctionnement de « pompes ioniques »
Toutes ces manifestations après stimulations de la fibre nerveuse montrent bien qu’elle est excitable et conductible : ce
sont les deux propriétés fondamentales de la fibre nerveuse
c- Interprétation de l’onde de négativité
L’onde de négativité ou potentiel d’action peut se présenter sous plusieurs formes suivant les dispositions des
microélectrodes réceptrices : Onde monophasique avec une seule pointe ou onde diphasique ou biphasique avec deux
pointes
-Ondes monophasiques
-Onde biphasique
4- Conditions d’excitabilité de fibre nerveuse et de nerf
Seuil d’intensité ou intensité liminaire
: L’intensité d’excitation doit être supérieure ou égale à une valeur liminaire appelée seuil d’intensité s.
Toute intensité inférieure au seuil ou intensité infraliminaire ne donne aucune réponse.
Toute intensité supérieure ou égale au seuil appelée intensité supraliminaire provoque de réponse et on enregistre un
potentiel d’action sur l’écran de l’oscillographe. Deux cas peuvent se présenter :
 S’il s’agit d’une fibre nerveuse isolée, l’amplitude du potentiel d’action est d’emblée maximale et reste constante
même si on augmente l’intensité d’excitation : la fibre isolée obéit à la loi de tout ou rien
a)

S’il s’agit d’un nerf, l’amplitude augmente en fonction de l’intensité d’excitation : ceci est dû à ce que le nombre
de fibres excitées augmente avec l’intensité d’excitation : c’est la loi de sommation
Naturellement, l’amplitude du potentiel d’action cesse de s’accroitre dès que la totalité des fibres constituant le nerf soient
excitées.
b- Condition de brutalité
L’application du courant doit être brutale c’est-à-dire le changement d’intensité (de 0 à I ou de I à 0 ou de I à I’……) doit
être effectué en un temps très bref.
c- Courbe d’intensité-durée
Pour toute valeur d’intensité supraliminaire I, une réponse peut être toujours obtenue si le courant est maintenu pendant un
temps suffisant t.
Si l’intensité I est infraliminaire : I < s, on n’obtient pas de réponse même si le temps t d’application est très élevé.
Si l’intensité I est égale au seuil : I = s, on obtient une réponse si le courant est appliqué pendant un temps minimal t appelé
temps utile
Si l’intensité I est supérieure au seuil: I  s, on peut déterminer, pour plusieurs valeurs de t, des valeurs correspondantes de
l’intensité, on obtient ainsi la courbe d’intensité-durée.
t (ms)
0,3
0,6
0,9
1,2
1,5
1,8
2,1
2,4
I (mV)
3,3
2
1,5
1,2
1,1
1
1
1
Rh = Rhéobase : intensité minimum donnant une réponse (=1mV dans cet exemple)
Chronaxie : valeur du temps correspondant à l’intensité double de la rhéobase (=0,6 ms dans cet exemple)
d- Période réfractaire
C’est la période pendant laquelle la fibre nerveuse devient inexcitable : à la suite d’une excitation
Ces paramètres permettent de qualifier l’excitabilité de fibre nerveuse :
Une fibre ou nerf est d’autant plus excitable que
-sa zone d’excitation inefficace est plus réduite c’est-à-dire sa zone d’excitation efficace plus large
-sa chronaxie est plus courte
5) Conductibilité : Propagation de l’influx nerveux
a- Conditions de conduction de l’influx nerveux
 La fibre doit être intègre (non comprimée, non ligaturée, non trop chauffée ni trop refroidie, non
anesthésiée) Elle participe activement à la conduction de l’influx.
 Le liquide extracellulaire doit être de composition convenable permettent les échanges d’ions.
 L’onde de négativité ou onde de dépolarisation née au point excité appelée également influx nerveux, se
propage dans les deux sens de part et d’autre de ce point, dans le cas de fibre isolée. Dans une chaîne
neuronique (à l’intérieur de l’organisme vivant), la propagation de cet influx se fait dans un sens unique
qui est toujours :
La synapse s’oppose à l’autre sens.
b- Modalité de conduction
- Propagation continue le long d’une fibre amyélinique, par action des courants locaux
- Propagation saltatoire le long d’une fibre myélinisée, d’un étranglement de Ranvier à l’autre, la membrane n’est
polarisée qu’au niveau des étranglements
a-
Vitesse de conduction
La distance d mesurée sur la fibre correspond à un temps t de la conduction de l’influx nerveux observée sur l’écran de
l’oscillographe
Les caractéristiques d’une fibre ultra-rapide sont : fort diamètre, myéline épaisse, étranglements de Ranvier espacés,
rhéobase faible, période réfractaire courte.
b- Transmission synaptique de l’influx nerveux d’un neurone à l’autre
Il n’y a pas de contact direct entre les neurones : il y a entre eux un espace synaptique de l’ordre de quelques dizaine de
nanomètres. La transmission de messages nerveux d’un neurone à l’autre se fait par l’intermédiaire d’une substance
chimique appelée médiateur chimique ou neurotransmetteur ou encore neuromédiateur dont le plus important est
l’acétylcholine.
Le message se fait à sens unique : Les neurotransmetteurs synthétisés par un neurone pré synaptique sont stockés au
voisinage des arborisations terminales avant d’être libérés dans l’espace synaptique à l’arrivée des potentiels d’action. Les
molécules de neurotransmetteurs se fixent sur des récepteurs spécifiques portés par membrane post synaptique. Leur
fixation provoque une forte perméabilité à l’entrée explosive de Na+ de la membrane post synaptique d’où l’apparition de
potentiel d’action de celle-ci : le message nerveux poursuit alors sa propagation
Sur un même neurone, il existe des synapses qui permettent le passage des messages nerveux (synapses excitatrices) et
d’autres qui s’opposent (synapses inhibitrices). Un neurone reçoit ainsi un grand nombre d’informations chimiques qui lui
permettent, lorsque certaines conditions sont réalisées, d’émettre un nouveau message sous forme d’informations
électriques : Les neurones ont donc un rôle intégrateur
B-IMMUNOLOGIE
L’immunologie est la science qui étudie les mécanismes de défense de l’organisme contre toute agression extérieure
Le corps humain possède un système de défense constitué par des organes et des cellules dont leur fonction est de neutraliser et
de détruire les agents pathogènes. Les organes et les cellules, reparties dans tout l’organisme forment le système immunitaire ;
ILes organes du système immunitaire ou organes lymphoïdes
Ce sont des organes contenant nombreux lymphocytes et macrophages situés au carrefour des voies sanguins et des voies
lymphatiques. On distingue :
- Les organes lymphoïdes primaires ou centraux qui sont la moelle osseuse et le thymus où se forment les cellules de
l’immunité
- Les organes lymphoïdes secondaires ou périphériques qui sont : la rate et les ganglions lymphatiques où sont stockées les
cellules de l’immunité
II-
Les cellules du système immunitaire
Les cellules impliquées dans la défense de l’organisme s’organisent en tissus et en organes mais ceux-ci sont disséminés
dans tout l’organisme : ils ne forment pas un tout anatomique.
Toutes les cellules du système immunitaire ont pour origine les cellules souches de la moelle osseuse des os longs. Elles
sont toutes de leucocytes (globules blancs).
On peut les classer en deux: phagocytes et lymphocytes.
1) Les phagocytes:
Ce sont des leucocytes de grande taille, à noyau arqué et polylobé, répartis dans tout l’organisme, capables de
phagocyter : ce sont les polynucléaires. On peut distinguer :
- Les microphages : polynucléaires du sang et de la lymphe qui phagocytent seulement les éléments de petite
taille comme les bactéries.
- Les macrophages : polynucléaires qui phagocytent les cellules de grande taille (débris cellulaires ou cellules
infectées). Ils proviennent de la différentiation des monocytes qui ont les mêmes fonctions qu’eux. Ils sont
disséminés dans des nombreux tissus et organes (peau, poumon, ganglions lymphatiques)
- Les granulocytes : polynucléaires à cytoplasme riche en granules renfermant des médiateurs chimiques
comme histamine. Ils circulent dans le sang
2) Les lymphocytes :
Ce sont de leucocytes de petite taille à noyau rond et volumineux : les mononucléaires. Ils subissent leur
maturation dans les organes lymphoïdes primaires. On distingue :
-Les lymphocytes B ou LB : ils subissent leur maturation dans la moelle osseux (bone en anglais) : on dit qu’ils
sont immunocompétents dans la moelle osseux
-Les lymphocytes T ou LT subissant leur maturation dans le thymus : on dit qu’ils sont immunocompétents dans le
thymus
III- Les antigènes
1- Définition
Toutes substances étrangères non tolérées par l’organisme sain, susceptibles de déclencher une réaction immunitaire sont
appelées antigènes. L’organisme reconnaît un antigène par ses déterminants antigéniques ou épitopes représentés par des
motifs moléculaires de surface différente de ceux des marqueurs du soi.
On distingue deux types:
-Antigènes particulaires ou figurés (cellules et microbes)
-Antigènes solubles ou libres (substances chimiques et toxines)
2- Le « soi »- les marqueurs biologiques-le « non-soi »
Les cellules de l’organisme possèdent à leur surface des molécules glycoprotéiques, déterminées génétiquement ; ce sont
des marqueurs biologiques (=des expressions du patrimoine génétique de l’organisme). Chaque individu a ses propres
marqueurs d’où son identité biologique.
L’ensemble de gènes codant pour ces polypeptides membranaires spécifiques de l’individu constitue le Complexe Majeur
d’Histocompatibilité (CMH) appelé Human Leucocyte Antigen (HLA) chez l’être humain.
Le « non-soi » correspond à tout ce qui n’est pas toléré par l’organisme : agents infectieux, organes étrangers, greffes,
nombreuses substances et même cellules altérées de l’organisme lui-même.
IV-Les anticorps
1) Définition
Les anticorps sont des grosses protéines globulaires du groupe de globuline appelées Immunoglobulines noté Ig, secrétées
dans la lymphe et le sang par les plasmocytes. Ils se répartissent dans le milieu intérieur, dans le plasma et même dans
certaines secrétions (salive, lait maternel . …). Ils sont capables de se combiner à l’antigène qui a provoqué leur synthèse.
2) Structure de base commune des anticorps
La molécule d’IgG peut servir de modèle d’anticorps. Elle présente une symétrie bilatérale ; elle est formée de quatre
chaînes d’acides aminés dont l’assemblage évoque la forme d’un Y. La reconnaissance de l’antigène dépend des extrémités
terminales des bras du Y ; celles-ci sont variables d’’un anticorps à l’autre et comportent chacune une fente qui peut
s’associer à une région déterminée de l’antigène à condition que les formes et les affinités chimiques se complètent : ainsi
s’explique la spécificité des anticorps.
La molécule d’IgG possède trois régions caractéristiques :
-deux d’entre elles sont identiques et sont les sites de fixation des déterminants antigéniques ;
-la troisième (région effectrice) confère d’autres propriétés et permet de distinguer les différentes familles d’anticorps.
Cette dualité fonctionnelle des anticorps dépend étroitement de la structure de la molécule : Les déterminants antigéniques
variant d’un antigène à l’autre, les sites de fixation varient de la même façon ; ce sont les domaines variables des molécules
d’anticorps.
3) Quatre familles d’immunoglobulines
On distingue généralement quatre familles d’immunoglobulines aux propriétés différentes :
-immunoglobulines G ou IgG les plus abondants dans le plasma et dans le sang
- immunoglobulines M ou IgM surtout secrétées au cours de la réponse primaire
- immunoglobulines A ou IgA concentrées au niveau des muqueuses, de la salive, du lait.
- immunoglobulines E ou IgE jouant un rôle spécifique contre certains vers parasites mais aussi dans les allergies
4) Origine des anticorps
Après une infection, les lymphocytes B ou LB se transforment en plasmocytes dans les ganglions lymphatiques. Les
plasmocytes sont des cellules particulièrement riches en REG ou réticulum endoplasmique rugueuse où la synthèse de
protéine a eu lieu. Les protéines ainsi synthétisées sont de anticorps qui ont la forme de Y : ce sont des
immunoglobulines ou Ig.
La transformation ou différentiation des LB en plasmocytes et la sécrétion d’anticorps sont programmées
génétiquement mais le processus de transformation n’est déclenché qu’après un premier contact du sujet avec
l’antigène. De plus chaque plasmocyte ne sécrète qu’un modèle d’anticorps qui est spécifique à l’antigène
« stimulateur » : c’est donc l’antigène lui-même qui sélectionne les lymphocytes qui le combattront.
5) Principales fonctions des anticorps

Ils neutralisent l’antigène en bloquant leurs déterminants antigéniques avec les deux bras de Y

Ils aident à la phagocytose en se fixant sur certains récepteurs membranaires par leur troisième
extrémité, ainsi ils présentent l’antigène aux phagocytes pour faciliter sa destruction.
L’association Anticorps-antigène soluble conduit à la précipitation
L’association anticorps-antigène particulaire conduit à l’agglutination
V- Mécanismes de réponse immunitaire
Il existe deux modes de défense du corps humain contre l’infection microbienne
- Défense non spécifique ou réponse immunitaire naturelle
- Défense spécifique ou réponse immunitaire acquise
1) Défense non spécifique ou réponse immunitaire naturelle ou immunité naturelle
Elle met en jeu des moyens de défenses spontanées, permettant de neutraliser de multiples agresseurs avec les mêmes
réponses.
a) Les moyens de l’immunité naturelle
Cette défense comporte divers niveaux :
 Les barrières naturelles :
- Peau imperméable à la plupart des microbes
- Glandes sudoripares déversant la sueur
- Muqueuse assurant une protection physique et chimique par leurs sécrétions : larmes, salive, mucus bactéricides
fortement acides et riches en enzymes bactériolytiques (lysozymes)
 La réaction inflammatoire intervient quand la barrière muco-cutanée est franchie. Elle fait intervenir des
cascades d’évènements : coagulation sanguine, dilatation des vaisseaux sanguins favorisant l’afflux des
cellules sanguines. Puis elle mobilise des cellules polynucléaires, les macrophages, qui réalisent une
destruction non spécifique de l’agresseur par phagocytose.
b) Les interférons contre les virus
Si une cellule est infectée d’un virus, elle sécrète des protéines appelées interférons qui se fixent sur la membrane
cytoplasmique des cellules voisines, Ainsi, ces dernières sont sensibilisées et produisent des protéines antivirales dans leur
cytoplasme. En cas de pénétration de virus, elles s’opposent à la multiplication de ces virus. Les interférons sont donc des
signaux non spécifiques qui préparent les cellules non encore infectées à se défendre contre les virus.
c) La phagocytose :
C’est la base de la défense infectieuse, elle comporte toujours trois étapes :
Adhésion : le granulocyte ou phagocyte se colle sur le corps étranger en formant des pseudopodes
Ingestion : formation de vacuole digestive
Digestion : les lysosomes déversent leurs enzymes digestives dans la vacuole digestive ; deux cas peuvent se
présenter :
-Les phagocytes détruisent totalement l’antigène présent, l’infection régresse: c’est la guérison
-Les phagocytes ne dégradent qu’incomplètement l’antigène, il persiste et peut se multiplier plus tard : l’infection
se poursuit : d’autres types de cellules sont alors sensibilisées : les lymphocytes : c’est le début d’une réaction
immunitaire spécifique
2) Défense spécifique ou réponse immunitaire acquise ou immunité acquise
C’est un moyen de défense plus lente à mettre en œuvre, mais dirigé très précisément contre un antigène, donc
plus efficace
Face à un antigène, la défense immunitaire met en jeu deux mécanismes différents :
-Une réaction à médiation humorale, qui a pour origine les lymphocytes B transformés en plasmocytes,
sécréteurs d’anticorps ; la fixation de l’anticorps à une partie déterminée de l’antigène aboutit à la neutralisation de
ce dernier
- Une réaction à médiation cellulaire, qui met en œuvre les lymphocytes T ayant subi une maturation dans le
thymus et qui aboutit à la lyse des cellules porteuses de l’antigène.
Malgré l’apparente dualité de la réponse de l’organisme, il s’agit d’un même processus globalement dirigé contre
l’antigène et qui nécessite la coopération des différentes cellules immunocompétentes (macrophages et
lymphocytes) par des contacts ou des sécrétions. Les lymphocytes T sont les régulateurs de la réponse immunitaire
qu’ils peuvent amplifier ou diminuer.
a) Réponse immunitaire à médiation humorale
Elle a pour point de départ LB et pour effecteurs les anticorps. Elle comprend plusieurs phases :
- Phase de présentation d’antigènes, sélection et activation cellulaires : Le macrophage présentant les
déterminants antigéniques sur sa membrane sécrète des interleukines pour attirer les LB et LT, ceci pour faciliter
le contact avec le macrophage.
Les LB porteurs de récepteurs membranaires complémentaire de ces déterminants antigéniques de l’antigène
présenté sont sélectionnées et stimulées
Les LB et LT sélectionnés reconnaissent ces antigènes par ses déterminants antigéniques
-Phase de multiplication ou amplification Les LB sélectionnés se multiplient pour donner plusieurs LB
identiques : c’est la multiplication clonale. Elle est nécessaire pour obtenir un nombre suffisant de cellules
immunocompétentes pour faire face à l’agression.
- Phase de différentiation cellulaire
Les LB ainsi obtenus se différentient en Plasmocytes et LB à mémoire
-Phase effectrice
Les plasmocytes synthétisent des anticorps puis les secrètent dans le milieu intérieur. Ces anticorps sécrétés vont
se fixer sur les déterminants antigéniques de l’antigène pour le neutraliser ou le présenter au phagocyte
Associés aux toxines, les anticorps forment une précipitation ; associés aux virus, ils forment une agglutination
La durée de vie des plasmocytes est de quelques jours à quelques semaines, ce qui limite l’efficacité de la
première réponse dite réponse primaire
Les LB mémoires ou cellules à mémoire gardent les déterminants antigéniques et ont une durée de vie longue
(quelques mois ou quelques années). Lors d’un nouveau contact avec ces mêmes antigènes quelques mois ou
quelques années plus tard, ces cellules à mémoire seront immédiatement sensibilisées ; elles permettent ainsi une
sécrétion plus intense et une neutralisation plus rapide de ces mêmes antigènes. Elles sont donc responsables de la
réponse secondaire et confèrent à une immunité spécifique durable
-Coopération cellulaire Cette réponse immunitaire nécessite une coopération des différentes cellules
immunocompétentes : des LT régulateurs sécrètent des substances chimiques stimulant ou inhibant le mécanisme
de réponse immunitaire ; des LT h (helper) stimulent l’ensemble du mécanisme lors de la présentation d’antigène,
de la multiplication et de la différentiation cellulaire, des LT s (suppresseur) permettent de freiner et d’arrêter la
réponse immunitaire lorsque l’agression est vaincue.
b) Réponse immunitaire à médiation cellulaire
Elle a pour point de départ LT et pour effecteurs les LT c ou LT cytotoxine. Elle comprend également plusieurs phases :
-Présentation d’antigène, sélection et activation cellulaire : Grâce au substance interleukine sécrétée par les
macrophages qui présentent les déterminants antigéniques sur leur membrane, des LT sont sélectionnés, activés et
attirés en contact avec ces macrophages, ainsi, l’antigène est présenté aux LT qui le reconnaissent spécifiquement.
-Multiplication cellulaire : Les LT activés se multiplient pour donner plusieurs LT identiques, c’est la
multiplication clonale permettant d’obtenir un nombre suffisant de cellules immunocompétentes
-Différentiation cellulaire Les LT sensibilisés se différentient en LT c (cytotoxine) et LT à mémoire
-Phase effectrice
-Les LT c détruisent les cellules infectées d’antigène par contact direct à l’aide des enzymes .Les LT c provoquent
une réponse immunitaire plus rapide (quelques jours ou quelques mois) ou réponse primaire
Les LT à mémoire gardent les déterminants antigéniques et ont une durée de vie plus longue. Lors d’un nouveau
contact avec ce même antigène, ils seront immédiatement sensibilisés et réagissent très rapidement pour la
destruction des cellules infectées.
-Coopération cellulaire
Les LTh stimulent le mécanisme de défense en secrétant de lymphokine
Les LT s inhibent puis arrêt le mécanisme lorsque l’agresseur est vaincu
VI- Disfonctionnement du système immunitaire
Certaines réponses immunitaires ont des conséquences pathologiques pour l’organisme, on distingue :
-Disfonctionnement par excès : allergies et maladies auto-immunes
-Disfonctionnement par défaut : déficit immunitaire ou immunodéficience
1) Disfonctionnement par excès
a- Les allergies
C’est une réaction exagérée ou hypersensibilité vis à vis de certains antigènes appelé allergènes qui n’ont, le plus souvent,
aucune toxicité propre .Ces allergènes sont de nature très variées.
Les allergies se présentent par des réactions inflammatoires : œdème, boutons ; rougeur…
On distingue deux types d’allergies :
-Hypersensibilité immédiate à médiation humorale : troubles apparues quelques minutes après contact, elle est due à un
excès de sécrétion d’IgE et de certains médiateurs ((histamine), à une insuffisance probable de LTs.
-Hypersensibilité retardée à médiation cellulaire : réaction cutanée survenant après des contacts répétés de la peau avec
certaines substances chimiques contenues dans des objets de la vie courante. La réaction inflammatoire se présente après 24
à 48 heures
b- Maladies auto-immunes
Le système immunitaire du malade présente une agressivité vis à vis de ses propres composant c’est-à-dire les défenses
immunitaires sont dirigées contre des molécules du « soi ». Il y a production d’auto-anticorps dont la cible est un organe ou
une molécule déterminée. Les organes atteints sont envahis de plasmocytes, LTc et phagocytes.
Quelques maladies auto-immunes
Maladie
Cibles
Conséquences
Diabète juvénile
pancréas
hyperglycémie
Maladie de Basedow
Récepteurs de l’hormone stimulant la
Hyperthyroïdie
thyroïde
myasthénie
Récepteurs de l’acétylcholine
Faiblesse musculaire ; paralysie
Anémie hémolytique
Globules rouges
Destruction des hématies
Gastrite atrophique
estomac
Atrophie de l’organe
Sclérose en plaques
Myéline des centres nerveux
Troubles du système nerveux
Polyarthrite rhumatoïde
immunoglobines
Rhumatismes articulaires
Lupus érythémateux
ADN des cellules
Erythème(rougeur) facial, lésions
multiples(reins…)
2) Disfonctionnement par défaut ou Immunodéficience
C’est une insuffisance d’une ou plusieurs fonctions du système immunitaire entraînant des manifestations pathologiques.
On distingue :
-Déficits congénitaux ou déficits primaires
- Déficits acquis ou déficits secondaires
a-Déficits congénitaux ou primaires
Certains enfants naissent dépourvus de défenses immunitaires ; ils ne peuvent pas lutter contre les infections microbiennes,
ils meurent bien avant l’âge de un an sauf si on les isole très tôt dans des enceintes ou « bulles » stériles afin d’éviter tout
risque de contamination.
Ces déficits affectent aussi bien l’immunité humorale que l’immunité cellulaire ou les deux à la fois.
- Le déficit de l’immunité humorale est caractérisé par une diminution de nombre de LB et plasmocytes donc d’un défaut
de production d’anticorps
- Le déficit d’immunité cellulaire est caractérisé par un déficit de LT
b-Déficits acquis ou secondaires
Ils résultent de maladies, de carences alimentaires, de divers traitements médicaux, des infections virales aiguës conduisant
à une baisse des défenses immunitaires (cas du SIDA)
Le SIDA ou Syndrome d’Immunodéficience Acquise
 L’agent responsable : VIH
VIH= virus d’immunodéficience Humaine, isolé depuis 1983, très fragile, ne résiste ni à la chaleur, ni aux antiseptiques. Il
se reproduit particulièrement dans les LT h, les macrophages et certaines cellules nerveuses.
C’est un rétrovirus : virus à ARN capable d’intégrer son information génétique aux chromosomes des cellules
infectées c’est-à-dire à leur molécule d’ADN. Il contient des enzymes transcriptase inverse, qui permet de recopier une
molécule d’ARN en molécule d’ADN. Ainsi plusieurs copies d’ADN, contenant l’information génétique nécessaire à la
production de centaine de VIH sont placées en attente dans les chromosomes de LTh infectés:
 Le sujet infecté devient séropositif et peut transmettre le virus
Comme toute infection virale, l’organisme réagit : les cellules infectées produisent des interférons qui vont se fixer sur la
membrane des cellules voisines non infectées, les LB sensibilisés (qui ne sont pas atteints) fabriquent des anticorps antiVIH. Ceux-ci sont déversés dans le sang et décelables après un délai de deux semaines ou quelques mois. Un sujet est dit
séropositif quand les tests identifient dans son sérum la présence d’anticorps anti-VIH : c’est la preuve que le sujet a été
contaminé. Les anticorps ne neutralisent que très faiblement les VIH, si bien que la maladie peut continuer à évoluer. Deux
cas sont alors possibles :
-1er cas : le virus reste à l’état latent dans les lymphocytes, pendant plusieurs années, on ne sait pas encore combien ; le
sujet est séropositif mais il ne présente aucun symptôme de maladie, il est porteur asymptomatique. Un réveil du virus
semble se produire chez 10 à
50 % des porteurs séropositifs plusieurs années après la primo-infection.
-2ème cas : le virus est reproduit par les lymphocytes à partir de l’ADN intégré dans les chromosomes ; les cellules infectées
libèrent le virus par bourgeonnement puis, meurent. Les virus contaminent alors d’autres cellules, qui mourront à leur tour.
Les lymphocytes axillaires, dont le nombre se réduit, ne peuvent plus assurer leur rôle immunitaire qui est d’amplifier les
réactions de défense à médiation cellulaire et humorale ; pour l’organisme malade, la porte est ouverte à toutes les
infections : Les malades du SIDA ont des défenses amoindries
La maladie présente plusieurs formes : le SIDA-maladie est marqué par l’apparition de maladies « opportunistes » qui
profitent du déficit immunitaire pour s’installer : atteinte pulmonaire, cancer cutané ou sarcome de Kaposi, atteinte du
système nerveux
La transmission de VIH peut se faire de quatre manières différentes :
-transmission sexuelle
-Transfusion sanguine et injection d’extraits sanguins
-Echanges d’aiguilles et accessoires contaminés
-De la mère contaminée au fœtus et au nouveau-né
 Le Cycle du VIH
Le virus du SIDA présent dans le sang est capable de se fixer à des cellules particulières du système immunitaire : les
lymphocytes T4. Ces lymphocytes sont ainsi nommés, car porteurs de la protéine transmembranaire CD4. La fixation du
virus à ces cellules fait intervenir CD4 (reconnu par la protéine gp120 du virus), ainsi que d'autres protéines membranaires
(les corécepteurs) (voir "entrée du virus"). A partir de cette fixation, le matériel génétique du VIH peut pénétrer dans le
lymphocyte.
Il est à noter que le VIH peut en fait infecter de nombreux types cellulaires différents. Nous nous limiterons ici à l'exemple
des lymphocytes T4.
Une fois dans le cytoplasme, l'ARN du virus est rétrotranscrit en ADNc double brin. Cet ADNc pénètre dans le noyau, et
s'intègre au génome de la cellule hôte. L'expression des gènes du virus permet alors la fabrication des protéines du virus.
Assemblées, elles permettent la formation de nouveaux virions, qui bourgeonnent de la cellule, en s'entourant au passage
d'une membrane (héritée de la cellule infectée). Ceci permet la libération de nouveaux virus dans le sang de l'organisme
infecté.
Il est à noter que l'expression du génome viral se réalise grâce à la machinerie de transcription (puis de traduction) de la
cellule infectée. .
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire