La croissance en Afrique - Enseigner le français avec TV5MONDE

advertisement
La croissance en Afrique (niveau intermédiaire, B1)
Parcours pédagogique
Contenu : Croissance et développement, enfin au rendez-vous en Afrique sub-saharienne ? Faire une
présentation structurée.
Thème : économie
Niveau : B1, intermédiaire
Public : adultes
Séquences de l’émission utilisées :
- 00’46  02’12 : présentation de l’Afrique, lignes 10 à 22
- 03’53  07’48 : les facteurs de la croissance, lignes 39 à 76
- 07’50  09’27 : le PIB par habitant, lignes 78 à 93
- 10’24  11’29 : la conclusion, lignes 104 à 114
Liste des activités et objectifs

-
Mise en route
Identifier les symboles utilisés sur les cartes.
Formuler des hypothèses quant au contenu de l’émission.
-
Analyser des faits
Comprendre des informations chiffrées.
Comprendre certains détails de l’émission.
Approfondir ses connaissances lexicales.
-
Repérer une prise de position
Repérer l’articulation temporelle et logique de la conclusion.
Apprécier la conclusion.
Observer le langage gestuel du présentateur.



Participer au débat
- Prendre position.
- Argumenter.
- Structurer sa présentation.
Fiche réalisée par L. Van Ranst
Alliance française de Bruxelles-Europe – Avril 2014
La croissance en Afrique 1/5
Niveau intermédiaire, B1
Mise en route
Pour cette activité, imprimer les trois premières cartes de la fiche matériel et les distribuer.
Observez attentivement les cartes et les symboles. Puis décrivez-les et indiquez ce que cela
représente. D’après vous, de quoi va parler l’émission ?
Laisser les apprenants s’exprimer librement. Noter les réponses au tableau. Intervenir si nécessaire,
en apportant le lexique approprié.
Pistes de corrections / Corrigés :
- Le premier symbole indique une augmentation, une hausse. Il y a des dates, il doit donc s’agir d’une
augmentation entre 2001 et 2010.
- Sur la deuxième carte, on voit d’abord un petit wagon rempli (sans doute de charbon ou quelque chose qui y
ressemble comme des minerais) et à côté une usine. Donc, on va peut-être parler de l’industrie minière. Dessous,
on peut voir deux personnes séparées par une table ou un guichet : peut-être qu’elles négocient quelque chose
ou bien on pourrait penser à un contrôle des douanes ou de la police. Et puis, il y a le camion : là, il est question
de transport.
- Sur la troisième carte, on voit clairement un groupe de personnes qui représente peut-être une famille et un
immeuble qui peut suggérer la ville. Donc, il serait question de l’habitat en ville et les chiffres indiqueraient que
50 % des gens vivraient en ville en 2030.
L’émission va probablement parler d’économie, peut-être de la crise puisque la première carte concerne 20012010. On développerait à nouveau l’industrie minière et on remettrait en place des contrôles douaniers. Enfin, on
assisterait à une accélération de l’exode rural.
Analyser des faits - Activité 1
Diffuser le début de l’émission concernant la présentation du continent africain (00’46  02’12),
plusieurs fois si nécessaire.
Faites l’activité 1 : écoutez le début de l’émission et indiquez à quoi correspondent les données
chiffrées. Comparez vos réponses.
Mettre en commun.
Pistes de corrections / Corrigés :
1. 30 millions : c’est le nombre de km² que fait le continent africain.
2. Un milliard : c’est le nombre d’habitants que compte l’Afrique en 2012.
3. 5,5 % : c’est la croissance économique moyenne du PIB africain entre 2001 et 2010.
4. 6 (sur 10) : c’est le nombre d’économies africaines parmi les 10 pays ayant connu la plus forte croissance sur
cette période. Ces 6 pays sont l'Angola, le Niger, l'Éthiopie, le Tchad, le Mozambique, le Rwanda.
Analyser des faits - Activité 2
Diffuser le deuxième extrait de l'émission (de 03’53 à 07’48).
Faites l’activité 2 : écoutez attentivement l’émission et indiquez si les affirmations sont vraies ou
fausses. Corrigez-les si nécessaire.
Pistes de corrections / Corrigés :
1. Un des facteurs de la croissance de l’Afrique sub-saharienne, c’est l’augmentation rapide
de la population dans les villes et donc l’apparition d’un marché intérieur dynamique.
2. En 2010, plus de la moitié de la population africaine appartient aux classes moyennes.
(Un tiers de la population africaine appartient aux classes moyennes.)
3. Ces classes moyennes permettent de faire vivre les entreprises locales.
Fiche réalisée par L. Van Ranst
Alliance française de Bruxelles-Europe – Avril 2014
Vrai
X
Faux
X
X
La croissance en Afrique 2/5
Niveau intermédiaire, B1
4. Les investissements étrangers, ou IDE, concernent seulement les hydrocarbures.
(Les investissements étrangers sont aussi tournés vers les mines.)
5. Les investissements étrangers s’orientent vers d’autres secteurs comme les services.
6. La téléphonie mobile est très développée en Afrique sub-saharienne, 60 % de la
population possède un téléphone portable.
7. La téléphonie mobile n’a aucun impact sur le développement économique.
(Cette révolution du mobile entraîne des effets économiques : les paiements
mobiles permettent d'effectuer des transferts financiers rapides, les agriculteurs
ont accès à des informations sur les marchés, ils négocient mieux avec les
intermédiaires.)
X
X
X
X
Analyser des faits - Activité 3
Former des binômes ou des petits groupes.
Réalisez l’activité 3 : à l'aide des définitions entre parenthèses, complétez le texte avec les mots
manquants (ce vocabulaire vous sera utile pour réaliser l’activité 6). Puis écoutez l’émission pour
vérifier ou modifier vos réponses.
Diffuser le troisième extrait de l’émission afin de voir les mots en contexte.
Mettre en commun. Noter les réponses au tableau.
Pistes de corrections / Corrigés :
Regardez ce graphique, qui reprend la croissance (augmentation de la production de biens et de services dans
une économie) du PIB en Afrique sub-saharienne entre 2005 et 2010 et regardez maintenant la croissance du PIB
par habitant (indicateur de richesse et de niveau de vie par habitant). On constate que ce dernier augmente
beaucoup moins vite que les PIB nationaux. Allons voir précisément, à l'échelle nationale. Le PIB par habitant en
Éthiopie est de 357 dollars, c'est l'un des plus faibles au monde, alors que ce pays est un pôle (zone) de
croissance dans la région, notamment grâce aux exportations (vente et transport de marchandises à l’étranger)
de café et de l'or. En Zambie, le PIB par habitant n'est que de 1400 dollars alors que les ressources (ce qu'offre
le milieu naturel et qui est susceptible d'être exploité) en cuivre soutiennent une croissance forte et durable. Et la
privatisation (cession au secteur privé) du secteur minier n'a pas profité à la population zambienne. Dans les
pays d'Afrique sub-saharienne riches en ressources naturelles, les compagnies étrangères bénéficient de conditions
attractives, elles y favorisent la croissance mais les retombées (conséquences indirectes) en termes de
développement, en fait, sont assez faibles. Donc la croissance économique a moins réduit (diminué) la pauvreté
en Afrique sub-saharienne que dans le reste du monde.
Repérer une prise de position - Activité 4
Réalisez l’activité 4 : lisez la conclusion. Observez les articulateurs du discours (en gras), précisez leur
fonction. Comment jugez-vous la conclusion de Jean-Christophe Victor : cohérente, fantaisiste,
optimiste, réaliste, pessimiste ?
Mettre en commun.
Pistes de corrections / Corrigés :
- Alors = il sert à introduire la conclusion.
- Mais pas seulement = ce mais, associé ici à pas seulement, annonce une correction et un ajout d’information.
- Aussi = il marque cet ajout.
- Cela dit = synonyme de « malgré tout » ou de « néanmoins », ces mots annoncent des correctifs aux
affirmations précédentes.
- Ensuite (2 fois) = ils servent à introduire les éléments correctifs annoncés.
- Donc = il annonce la conclusion, après récapitulation des différents éléments positifs et négatifs repris en
compte.
- Mais = il anticipe une opposition entre les faits (derrière ces réalités qui sont multiples et ces défis immenses) et
la prise de position finale de l’auteur (j'ai voulu vous montrer que peut-être pour la première fois, le continent
Fiche réalisée par L. Van Ranst
Alliance française de Bruxelles-Europe – Avril 2014
La croissance en Afrique 3/5
Niveau intermédiaire, B1
africain va cesser d'être un objet des relations internationales, pour devenir un acteur à part entière, au même
titre que l'Inde, la Chine, ou le Brésil).
Les articulateurs du discours sont simples, ils clarifient l’organisation temporelle et logique de la conclusion.
La conclusion de Jean-Christophe Victor est parfaitement cohérente. Lucide et réaliste, il est conscient du
potentiel que recèle le continent africain et des défis que celui-ci doit encore relever. Et, il termine sur une note
d’optimisme.
Repérer une prise de position - Activité 5
Former des groupes. Imprimer la fiche matériel reprenant les images de cette activité en taille plus
grande. Diffuser la conclusion de l'émission (de 10’24 à 11’29).
Faites l’activité 5 : observez attentivement les images puis visionnez la conclusion en vous concentrant
sur les gestes de Jean-Christophe Victor. Associez les images à leur description et à leur fonction. Que
pensez-vous du langage gestuel du présentateur : est-il cohérent avec ses propos ?
Mettre en commun.
Pistes de corrections / Corrigés :
Image 1
Phrase c
Image 2
Image 3
Phrase d
Phrase a
Image 4
Phrase b
Nous pensons que tous les gestes de Jean-Christophe Victor sont parfaitement en accord avec son discours : il
est sûr de lui, il maîtrise son sujet et s’efforce de transmettre son discours de manière claire et fluide. Il peut
sembler un peu didactique, mais il cherche visiblement à nous persuader de changer notre regard sur l’Afrique.
Participer au débat - Activité 6
Partager la classe en deux groupes.
Faites l’activité 6 : en groupe, préparez une liste d’arguments pour démontrer que la croissance de
l’Afrique est très probable ou, au contraire qu’elle est peu probable. Puis présentez vos arguments à la
classe. Pensez à articuler votre discours en réutilisant les expressions vues précédemment.
Inviter chaque groupe à faire sa présentation.
Noter les erreurs et les corriger ultérieurement.
Pistes de correction / Corrigés :
Arguments pour la croissance de l'Afrique
- En 2050, l'Afrique sera un continent bien développé
et l'Europe connaîtra une crise sans précédent parce
qu'elle ne dispose pratiquement pas de ressources
naturelles.
- En 2050, l'Union africaine sera plus forte
qu’aujourd’hui et peut-être mieux organisée que
l'Union européenne. Les Africains arriveront à se
mettre d'accord plus vite que les Européens, ce qui
donnera de la force à leur action.
- L'Afrique a des ressources naturelles qu'elle va
Fiche réalisée par L. Van Ranst
Alliance française de Bruxelles-Europe – Avril 2014
Arguments contre la croissance
- L'Afrique va évoluer, mais l'Europe aura toujours une
mesure d'avance sur l'Afrique, c'est inévitable.
- L'Afrique ne peut pas se remettre de la colonisation.
Elle reste trop divisée entre conflits ethniques et
religieux.
- Elle sera toujours derrière les pays européens sur la
scène internationale car son développement sera trop
morcelé.
- Les ressources naturelles de l'Afrique sont déjà
presque toutes dans les mains des investisseurs
La croissance en Afrique 4/5
Niveau intermédiaire, B1
apprendre à exploiter par elle-même. Ces ressources
sont inépuisables !
- Ce sont les classes moyennes, soucieuses du
maintien de leur pouvoir d’achat, qui imposeront de
nouveaux
leaders
politiques
par
la
voie
démocratique.
- L’Afrique du Sud et le Rwanda ont également
démontré que l’on peut surmonter de graves
traumatismes (apartheid et génocide) par la
réconciliation et le pardon, c’est un message d’espoir
pour tout le continent.
étrangers, ça ne va pas changer !
- Il faut aussi prendre en compte les bouleversements
climatiques qui vont impacter tout le continent africain.
- Un renouvellement des classes dirigeantes est
indispensable, ce qui n’est pas encore le cas.
Pour aller plus loin
Pour cette activité facultative, imprimer la dernière page de la fiche matériel et la distribuer. Former
des binômes.
Lisez les deux versions du texte. Relevez les différences de formulation et expliquez les nuances
apportées par ces différences.
Signaler que ces différences sont subtiles en ce qui concerne la forme mais importantes au niveau du
sens.
Mettre en commun.
Pistes de correction / Corrigés :
Évolution de la démographie africaine et chinoise : prévisions à long terme
Version 1 (prononcée parJean-Christophe Victor)
La première réalité à prendre en compte, c'est la démographie. En 2005, la région comptait 770 millions
d’habitants. En 2050, elle pourrait compter deux milliards d'habitants. Conséquence : les Africains qui
représentaient 12 % de la population mondiale active en 2005, en représenteront alors 22 % en 2050. Les
Chinois en représentaient 22 % en 2005, ils n'en représenteront plus que 14,5 % en 2050.
Version 2 (reformulation)
La première réalité à prendre en compte, c'est la démographie. En 2005, la région comptait 770 millions
d’habitants. En 2050, elle pourrait compter deux milliards d'habitants. Conséquence : les Africains qui
représentaient 12 % de la population mondiale active en 2005, en représenteraient alors 22 % en 2050. Les
Chinois en représentaient 22 % en 2005, ils n'en représenteraient plus que 14,5 % en 2050.
- En fait, les différences se limitent au choix des modes et des temps employés pour exprimer des prévisions à
long terme (en 2050) : Jean-Christophe Victor a fait le choix de s’exprimer d’abord au conditionnel présent (« elle
pourrait »), puis au futur simple de l’indicatif (« représenteront »). Logiquement, le premier verbe (« pourrait »)
est au conditionnel présent, ce qui indique une possibilité et révèle une part de doute. Cette formulation paraît
prudente puisqu’il se projette en 2050. Mais il passe ensuite au futur simple, signifiant par-là qu’il est sûr de ses
projections. Là, il tire peut-être des conséquences trop audacieuses. La deuxième formulation maintient le choix
du conditionnel et témoigne d’une plus grande rigueur et circonspection.
Fiche réalisée par L. Van Ranst
Alliance française de Bruxelles-Europe – Avril 2014
La croissance en Afrique 5/5
Niveau intermédiaire, B1
Téléchargement