Débats actuels en anthropologie de l`Amérique latine M2 2017

advertisement
Débats actuels en anthropologie de l’Amérique latine
Vendredi 10h-13h
Salle Paul Rivet
Capucine Boidin
Il existe aujourd’hui un fort consensus dans la communauté académique pour
critiquer l’andro-centrisme et l’euro-centrisme de la production des connaissances
anthropologiques et pour affirmer qu’il faut dépasser les oppositions dichotomiques
simplistes telles que sujet/objet, nature/culture tradition/modernité ou le « grand partage »
entre sociétés traditionnelles, archaïques, dites primitives et les sociétés modernes, sociétés
avec et sans marché, avec et sans écriture, avec et sans Etat, avec et sans histoire… etc….
Pourtant ces dépassements – de nature différente mais souvent confondus- ne sont pas
recherchés en suivant les mêmes stratégies par tous les auteurs.
Certains trouvent dans les sociétés non occidentales d’autres philosophies et manières
mêmes de philosopher, pour dépasser des dichotomies telles que nature/culture ou
sujet/objet modernité/tradition savoirs scientifiques / savoirs traditionnels. Ce faisant la
différence est magnifiée.
D’autres au contraire cherchent des catégories d’analyse qui permettent de
comparer toutes les sociétés entre elles, effaçant par là-même toute idée de différence
substantielle. Il s’agit souvent dans ces cas, de souligner la rationnalité de ceux que la
tradition anthropologique a posés comme différents (il s’agit d’en finir avec l’exotisme).
Pratiquant une forme de sociologie comparée, ces auteurs soulignent l’existence de diverses
formes de capitalisme, de modernités, d’Etats, d’empires, d’écritures, d’échanges
économiques etc…. De manière parallèle, il peut s’agir d’exotiser les dits modernes ou
contemporains, en faisant par exemple de l’anthropologie de la science etc...
Pourtant, il suffit de s’attarder au rayon « ethnologie » ou « anthropologie » des
rares librairies qui en propose un pour s’apercevoir que ce renouveau atteint peu le grand
public, qui vient d’abord chercher dans l’anthropologie la parole ou les textes sacrés de
sociétés imaginées comme étant originelles ou premières et qui dans la radicalité de leur
différence nous permettraient de mieux critiquer notre société.
L’objectif de ce séminaire est de proposer une lecture des textes canonisés qui ont
souvent fondé des oppositions dichotomiques – ceux que l’on retrouve inlassablement
comme fond de librairie – à la lumière des réflexions les plus récentes. On ne cherchera pas
à apporter de réponse ferme à ces débats mais plutôt à prendre conscience des problèmes
posés et des réponses apportées selon différentes traditions de réflexion.
Une participation assidue et une lecture des textes Avant chaque séance est
indispensable au bon déroulement du cours et fera l’objet d’une part importante de
l’évaluation.
Objectifs pédagogiques
Connaître quelques-uns des grands débats classiques et actuels des anthropologies française
et latino-américaine. Se situer dans ces débats : Développer ses capacités à critiquer et
argumenter ses positions.
Modalité d’évaluation
Participation (50%) : au début de chaque séance, il sera demandé à plusieurs
étudiant(e)s de résumer les textes à lire.
Dossier thématique ou autour d’un auteur (50%). A rendre pour le 17 mars au plus
tard. Corrections le 24 mars.
Séance 1 Vendredi 20 janvier. Introduction. Critiques postcoloniales, décoloniales
Capucine Boidin, « Études décoloniales et postcoloniales dans les débats français », Cahiers
des Amériques latines, no 62 (2 juin 2010): 129‑40, doi:10.4000/cal.1620.
Caroline Rolland-Diamond, Capucine Boidin et al., « Déprovincialiser les universités
européennes », IdeAs. Idées d’Amériques, no 2 (8 février 2012), http://ideas.revues.org/278.
Séance 2 Vendredi 27 janvier
Première discussion autour de
Jack Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du
monde, Paris, Gallimard, 2010 (édition française 2006), « Introduction » et « chapitre 4 Qui a
volé quoi ? Le temps et l’espace » (photocopie)
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché: enquête sur les postcolonialismes, Un Ordre d’idées
(Paris: Stock, 2008).
Deuxième discussion autour de
Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence: une anthropologie des Modernes (Paris,
France: La Découverte, 2012)., p. 85-104
Arnaud FOSSIER and Édouard GARDELLA, « Entretien avec Bruno Latour », Tracés. Revue de
Sciences humaines [Online], 10 | 2006, Online since 11 February 2008, connection on 03 June
2016. URL : http://traces.revues.org/158 ; DOI : 10.4000/traces.158
Nathalie Heinich, « Une sociologie très catholique ? À propos de Bruno Latour », Esprit Mai,
no 5 (1 août 2012): 14‑26.
Ecriture
Séance 3 Vendredi 3 février
Texte(s) classique(s) obligatoire(s)
Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil (1578): 2e édition, 1580,
Bibliothèque classique (Paris) (Paris: Librairie générale française, 1994). Chapitre XVI.
Claude Lévi-Strauss, Chapitre XXVIII, « La leçon d’écriture », Tristes tropiques. Paris, Presses
Pocket, 2001, collection Terre Humaine. Livres à avoir dans sa bibliothèque…
Commentaires : lectures à répartir en groupes
Jack Goody, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979
Michel de Certeau, L’écriture de l’Histoire, Paris, Gallimard, 1975, Chapitre V « Ethnographie. L’oralité ou l’espace de l’autre : Léry ». (photocopies scannées)
(Jacques Derrida, « La violence de la lettre : de Levi-Strauss à Rousseau », De la
grammatologie, Paris, Minuit, 1967, p. 149-202. Uniquement pour des étudiants ayant une
formation en philosophie)
Franck Lestringant, « Deux leçons d’écriture : Léry et Lévi-Strauss », in Michel de Certeau : les
chemins d’histoire, Paris, p. 59-64. (scanné)
Carlo Severi, Le principe de la Chimère : une anthropologie de la mémoire, Aesthetica, Paris,
Editions Rue d’Ulm, 2013, p. 92-165 (scanné)
Pierre Déléage, Inventer l’écriture: rituels prophétiques et chamaniques des Indiens
d’Amérique du Nord, XVIIe-XIXe siècles, Paris: les Belles lettres, 2013. Téléchargeable en
ligne sur son site.
Lire les 15 post sur ce texte de Lévi-Strauss et les commentaires « classiques » qui ont suivi :
https://pierredeleage.wordpress.com/2013/01/07/lecons-decriture-variations-amazoniennes18/
Attention pas de cours le 10 février
Temps et histoire
Séance 4 Vendredi 17 février
Texte(s) classique(s) obligatoire(s)
Ecouter l’entretien avec Georges Charbonnier
http://www.ina.fr/audio/PHD99256218/
et Lire
Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale deux, Paris, Agora, 1996, Chapitre premier Le
champ de l’anthropologie ou au moins p. 39-44.
En plus
E. E. Evans-Pritchard, Les nuer, « chapitre III Le temps et l’espace », Paris, Gallimard, 1994
(photocopies scannées)
Commentaires 1 : lectures à répartir en groupes
Sahlins Marshall, Des îles dans l’histoire, Paris, Gallimard, Hautes Etudes, 1989, (traduit de
l’anglais, Islands of History, The University of Chicago Press, 1985), 188p.
Anne Christine Taylor, « Les modèles d’intelligibilité de l’histoire », P. Descola et alii., Les
idées de l’anthropologie, Paris, Armand Colin, 1988
François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris,
Seuil, 2012, « Chapitre 1 Des îles dans l’histoire ».
François Hartog et Gérard Lenclud, « Régimes d’historicité », in Alexandre Dutu et Norbert
Dodille dir., L’Etat des lieux en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 18-38.
Maurice Bloch, L’anthropologie et le défi cognitif, Paris, Odile Jacob, 2013, « Chapitre 5 Le
temps et les anthropologues ». (photocopies scannées)
Séance 5 Vendredi 24 février
Commentaires 2 : l’anthropologie historique ou une approche constructiviste
Nicolas Richard, « LA QUERELLE DES NOMS. CHAÎNES ET STRATES ETHNONYMIQUES DANS LE
CHACO BORÉAL », Journal de la Société des américanistes 97, no 2 (2011): 201‑30.1
João Pacheco de Oliveira, « Uma etnologia dos “índios misturados”? Situação colonial,
territorialização e fluxos culturais », Mana 4, no 1 (avril 1998): 47‑77.2
1
Jean BAZIN, "A chacun son Bambara", in AMSELLE JL et MBOKOLO E., Au cœur de l'ethnie, La découverte,
1985, Paris, p.u87-125.
Paula López Caballero, Les indiens et la nation au Mexique: une dimension historique de
l’altérité, Recherches internationales (Paris) (Paris: Editions Karthala, 2012); Paula López
Caballero et Christophe Giudicelli, éd., Régimes nationaux d’altérité: états-nations et
altérités autochtones en Amérique Latine, 1810-1950 (Rennes, France: Presses universitaires
de Rennes, 2016).
Approche décalée
Bloch, Maurice (2008) Why religion is nothing special but is central. Philosophical
transactions of The Royal Society B: biological sciences, 363 (1499). pp. 2055-2061.
http://eprints.lse.ac.uk/27111/1/Why_religion_is_nothing_special_but_is_central_%28LSERO
%29.pdf
Politique : de l’anarchie aux cosmopolitiques…
Dans les années 1960 les sociétés amazoniennes ont provoqué l’engouement en raison de
leur caractère « égalitaire », « démocratique », « anarchique ». Aujourd’hui, ce qui fascine
est leur capacité à mettre la terre et les entités spirituelles au cœur de leur politique ou ce
que certains appellent la cosmopolitique
Séance 6 Vendredi 3 mars
Texte(s) classique (s)
Robert H. Lowie, « Some Aspects of Political Organization Among the American Aborigines »,
The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland 78, no 1/2
(1948): 11‑24.
Pierre Clastres, « Échange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne », L’Homme 2, no
1 (1962): 51‑65.
Critiques
Philippe Descola, « La chefferie amérindienne dans l’anthropologie politique », Revue
française de science politique 38, no 5 (1988): 818‑27.
Carlos Fausto, « Fragmentos de historia e cultura tupinamba, da etnologia como
instrumento critico de conhecimento etno-histórico », in História dos índios no Brasil, par
Manuela Carneiro da Cunha et Francisco M. Salzano (São Paulo, SP: Fundação de Amparo y
Companhia das Letras, 1992), 381‑96. (en ligne)
Patrick Menget, « Les Frontières de la chefferie Remarques sur le système politique du haut
Xingu (Brésil) », L’Homme 33, no 126 (1993): 59‑76, doi:10.3406/hom.1993.369629.
A contraster avec :
Michel Naepels, « Le devenir colonial d'une chefferie kanake (Houaïlou, NouvelleCalédonie) », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2010/4 (65e année), p. 913-943.
Reprises
Overing Joanna, « Elogio do cotidiano: a confiança e a arte da vida social em uma
comunidade amazônica », Mana 5, no 1 (1999): 81–107. OU Joanna Overing et Alan Passes
(ed.), The anthropology of Love and Anger. The aesthetics of conviviality in native amazonia,
Londres, Routledge, 2001.
2
Alban Bensa, La fin de l’exotisme : Essais d’anthropologie critique (Toulouse: Anacharsis,
2006).
Renato Sztutman, O profeta e o principal: a ação política ameríndia e seus personagens,
2012.
Séance 7 Vendredi 10 mars : Cosmopolitique ? faire de la politique en incluant les nonhumains?
Textes à discuter collectivement
Stengers Isabelle, « 1. La proposition cosmopolitique », in Jacques Lolive et Olivier
Soubeyran, L'émergence des cosmopolitiques, La Découverte « Recherches », 2007 p. 45-68
(en ligne sur academia)
Marisol De La Cadena, « INDIGENOUS COSMOPOLITICS IN THE ANDES: Conceptual
Reflections beyond “Politics” », Cultural Anthropology 25, no 2 (mai 2010): 334‑70,
doi:10.1111/j.1548-1360.2010.01061.x;
ou
Marisol De La Cadena et Jorge Legoas P, « Cosmopolitiques dans les Andes et en
Amazonie », Recherches amérindiennes au Québec 42, no 2‑3 (2012): 5–12.
Du don contre don ou de quelques rudiments d’anthropologie économique
Séance 8 Vendredi 17 mars
Texte classique obligatoire
Marcel Mauss, L’essai sur le don. Edition de Florence Weber (2012). Livre à avoir dans sa
bibliothèque…
Lectures à répartir en groupe
Benoît de L’Estoile, « “Money Is Good, but a Friend Is Better”: Uncertainty, Orientation to
the Future, and “the Economy” », Current Anthropology 55, no S9 (Agosto 2014): S62‑73,
doi:10.1086/676068.
Carlos Fausto, « Donos demais: maestria e domínio na Amazônia », Mana 14, no 2 (2008):
329–366.
Séance 9 vendredi 24 mars
Bilan et correction des dossiers.
Téléchargement