Quel est l`objet de la macroéconomie

advertisement
Le 30/01/2012
Travaux Dirigés Macroéconomie n°1 :
Quel est l’objet de la macroéconomie ?
C’est une discipline qui a pour objet d’analyser l’économie d’un pays d’un point de vue global. Elle
permet de comprendre au mieux le fonctionnement des économies nationales (ou groupe de pays),
ainsi que les effets des politiques économiques et des réglementations mis en œuvre par les
gouvernements. La macroéconomie s’intéresse donc aux grandeurs globales : les agrégats tels que la
croissance du revenu, l’inflation ou le taux de chômage.
Quelles sont les grandes variables macroéconomiques qui permettent
d’évaluer l’état de santé d’une économie ?
L’état de santé d’une économie est le plus souvent évalué à partir de 3 grandes variables
macroéconomiques :
 Le PIB
 Le taux d’inflation
 Le taux de chômage
I) Le PIB : Mesure de la valeur de l’activité économique
a) Définition
Le produit intérieur brut mesure la valeur de l’activité économique, il est égal à la fois aux deux
grandeurs suivantes :
 Le revenu total de l’ensemble des membres de l’économie
 La dépense totale consacrée à l’acquisition des biens et services produits par cette économie
Le PIB mesure donc le comportement économique tant en terme de revenu que de dépense.
En fait, ces deux quantités sont identiques : Pour l’économie dans son ensemble, le revenu doit
nécessairement être égal à la dépense.
Il existe 3 façons de concevoir le PIB d’une économie :
 Le PIB est la valeur (euros, dollars etc…) des biens et services finaux produits dans l’économie
pendant une période donnée. On parle de biens finals, à ne pas confondre avec le bien
intermédiaire, qui est utilisé dans la production d’un autre bien. Certains biens peuvent être
à la fois ces deux sortes de biens.

Le PIB est la somme des valeurs ajoutées créées dans l’économie au cours d’une certaine
période. La valeur ajoutée de la production d’une entreprise correspond à la valeur de sa
production moins les consommations intermédiaires.

Le PIB est la somme des revenus distribués dans l’économie au cours d’une période donnée.
Il faut considérer les revenus, dont dispose l’entreprise après avoir payer ses consommations
intermédiaires.
b) Composition du PIB
Au niveau de la comptabilité nationale, le PIB qui est noté Y est réparti en 4 groupes :
 La consommation, notée C, qui correspond à tous les biens et services achetés par les
ménages.
 L’investissement, notée I.
 Les dépenses gouvernementales, notée G.
 La balance des paiements, notée X- M avec X pour les exportations et M pour les
importations.
 Y = C + I + G + (X – M)
C) PIB nominal et PIB réel
Le PIB nominal est la somme des quantités des biens finaux produits multipliés par leurs prix
courants. Or, nous savons que les prix des biens croît dans le temps et donc pour mesurer
uniquement l’évolution de la production au cours du temps, il faut éliminer la hausse des prix des
biens : On parle alors de PIB réel.
Le PIB réel est la somme des quantités des biens finaux multipliés par un prix constant et non pas un
prix courant comme dans le PIB nominal. Pour cela, on choisit une année de base (ou année de
référence) pour les prix des biens et services.
Le PIB permet donc, ici, de mesurer le volume de la production et non pas sa valeur.
II) Le taux d’inflation
A) Définition
L’inflation est une hausse soutenue du niveau général des prix. Le taux d’inflation mesure le taux
d’accroissement du niveau général des prix : Deux indices peuvent utilisés pour cela :
 Le déflateur du PIB, rapport du PIB nominal et le PIB réel. Il donne le prix moyens des biens
finaux, or les consommateurs ne sont concernés que par le prix des biens qu’ils consomment
et pour cela on utilise un autre indice, l’IPC.
 L’indice des prix à la consommation, notée IPC, mesure l’évolution des prix à la
consommation. C’est une moyenne pondérée par les quantités des prix des biens et services.
L’IPC comporte, lui-même, 2 indices :
 L’indice de Laspeyres, notée IPCL.
(    à  ′ é 2 × é    à  ′ é 1)
    à  ′ é 1 × é    à  ′ é 1

L’indice de Paasche : IPCP
(    à  ′ é 2 × é    à  ′ é 2)
    à  ′ é 1 × é    à  ′ é 2
Exercice 1:
a) Le PIB de cette économie est de 1 million €, valeur de la production des biens finaux.
b) La valeur ajoutée est la valeur de la production moins la valeur des consommations intermédiaires.
Les salaires ne sont pas considérés comme bien intermédiaire, ainsi la VA de la mine s’élève à
300 000 €. La VA est de 700 000€ pour la bijouterie car elle achète un bien intermédiaire de
300 000€. La VA totale de cette économie est de 1 million €.
c) Les revenus du travail s’élèvent à 450 000€ pour cette économie (somme des salaires).
Le revenu est le revenu du capital soit le profit. Dans ce cas, le revenu de la mine est de 100 000€.
Celui de la bijouterie est de 450 000€. Profit total : 550 000€.
Ainsi le revenu total de l’économie correspond au revenu du travail + celui du capital : 450 000€ +
550 000€ = 1 million €.
Exercice 2 :
a) Pour 2005, 8000 x 10 + 2000 x 20 + 1 x 10 000 = 130 000
Pour 2008, 9000 x 8 + 3000 x 30 + 11500 x 2 = 185 000
b) PIB réel 2005 = PIB nominal 2005 car année de référence 2005
PIB réel 2008 = 8000 x 8 + 2000 x 30 000 + 11 500 = 135 500 car année de référence 2005
c) PIB réel 2005 = 10 x 9000 + 20 x 3000 + 10000 x 2 = 170 000 car année de référence 2008
PIB réel 2008 = PIB nominal 2008 = 185 000.
d) Entre 2005 et 2008, le PIB nominal a augmenté mais cette augmentation peut être du à deux
choses : une augmentation de la production ou une augmentation des prix. Il faut donc se pencher
sur le PIB réel. Ainsi, on constate aussi une augmentation du PIB réel, mais selon l’année de
référence l’augmentation n’est pas la même.
e) PIB Nominal / PIB réel
Le déflateur du PIB 2005 est égale à :
PIB nominal 2005 sur PIB réel 2005 avec comme année de référence 2005 =1.
PIB nominal 2008 sur PIB réel 2008 avec année de référence 2005 = 1,36.
f) Le déflateur du PIB 2008 est égal à :
PIB nominale 2005 sur PIB réel 2005 avec année de référence 2008 = 0,76.
PIB nominale 2008 sur PIB réel 2008 avec année de référence 2008 = 1
g) Selon l’année de référence, la mesure du déflateur est différente. On constate dans les deux cas
qu’il y a de l’inflation mais le déflateur reste un indice arbitraire.
Exercice 3 :
a) IPCL = 1,307
IPCP = 1,36
b) Selon l’année de référence choisie, les deux indices différent sensiblement. Cependant, ils
traduisent la même idée : l’inflation.
Téléchargement