Les cinéastes tunisiens dénoncent l`interdiction du film

publicité
This page was exported from Kapitalis [ http://kapitalis.com/tunisie ]
Export date: Sun Apr 16 3:25:25 2017 / +0000 GMT
Les cinéastes tunisiens dénoncent l’interdiction du film
‘‘Muhammad’’
Le film ‘‘ Muhammad, le messager de Dieu '' du réalisateur iranien Majid Majidi, qui retrace l'enfance du
prophète de l'islam, suscite la polémique en Tunisie.
Le film devait être projeté à la fin du mois courant à la salle Le Colisée, à Tunis, en présence du réalisateur, n'a
pas été autorisé par le ministère tunisien des Affaires culturelles, après la polémique qu'il a suscitée dans le
pays et l'opposition de certaines parties à sa projection dans les salles de cinéma.
Parmi les réactions qui ont vivement critiqué la projection de ce long métrage produit en 2015, et premier volet
d'une trilogie consacrée à la vie du prophète de l'islam, le parti Tayar Al-Mahaba, qui a dénoncé, dans un
communiqué, toute représentation du prophète et appelé le ministre des Affaires culturelles à retirer
l'autorisation de projection du film et le mufti de la république à publier un communiqué interdisant cette
projection.
D'autres parties ont critiqué cette interdiction, qui serait une atteinte à la liberté d'expression, un droit garanti
par la constitution tunisienne.
Le cinéaste Brahim Letaief, directeur des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), a indiqué à
l'agence Tap que le public a le droit de regarder toute oeuvre cinématographique ou artistique. Le seul juge de
l'intérêt de ce film, a-t-il dit, ce sont les spectateurs, a-t-il souligné, ajoutant que le prophète Muhammad n'est
pas représenté dans le film, si tant est que sa représentation pose problème d'un point de vue religieux, sachant
que le débat à ce propos est loin d'être tranché.
Brahim Letaief a rappelé également les réactions violentes qui ont précédé la projection du film marocain
‘‘Much Loved'' du Marocain Nabil Ayouche, lors de la 26e édition des JCC, qui a connu une affluence
remarquable du public, insistant sur la nécessité de s'attacher au droit de projection et à laisser au public le
libre choix. «La liberté de création artistique doit triompher des tentatives d'interdiction», a-t-il conclu.
De son côté, le producteur Ridha Torki a souligné que ce film raconte une période bien précise de l'histoire de
l'islam comme le film ‘‘Arrisala'' (Le Messager) de Mustapha Akkad, projeté plusieurs fois en Tunisie et
diffusé sur les chaines de télévision, ainsi que les feuilletons iraniens sur la vie des messagers dont la diffusion
n'a jamais été contestée. «La liberté d'expression est un nouvel acquis qu'il faut préserver en Tunisie», a-t-il
souligné.
Radhi Trimeche, membre de la Chambre nationale des producteurs de films, a mis l'accent, lui aussi, sur la
nécessité de défendre la liberté d'expression, affirmant qu'un long combat a été mené depuis les années 1960
pour acquérir ce droit et qu'il n'est pas question de l'abandonner aujourd'hui. Selon lui, la position du ministère
des Affaires culturelles est ambiguë, puisqu'il a affirmé n'avoir pas donné d'autorisation de projection pour le
film de Majid Majidi.
Le critique cinématographique Nasser Sardi a indiqué avoir assisté à une journée de tournage de ce film iranien
et remarqué les grands efforts et moyens déployés par la réalisation pour que le prophète Muhammad n'y
apparaisse pas. «Qui est responsable de l'interdiction de la projection du film et de la sortie de cette oeuvre au
public?», s'est-il indigné, précisant qu'avec les nouvelles technologies et l'internet, «le film sera disponible en
ligne et personne ne peut l'interdire».
Lassaad Goubantini, propriétaire de la salle Le Colisée a affirmé à l'agence Tap avoir reçu des avertissements
de la part d'un groupe d'inconnus qui ont menacé de s'attaquer à la salle au cas où il maintient la projection du
film, ce qui l'a obligé à annuler le contrat de diffusion.
M. Goubantini a, par ailleurs, souligné que le réalisateur iranien Majid Majidi a confirmé sa présence dans les
prochains jours pour assurer la promotion du film en Tunisie.
Mounira Ben Halima, directrice des arts audiovisuels au ministère des Affaires culturelles, a démenti, dans une
déclaration aux médias, les informations relayant l'obtention du film ‘‘Muhammad, le messager de Dieu'' d'un
visa de projection. Elle a ajouté que le ministère ne peut autoriser la projection d'un film qui incarne les
prophètes et les sahaba (compagnons) du prophète Muhammad en soulignant qu'aucun propriétaire de salle de
cinéma ne peut projeter le film sans l'aval du ministère des Affaires culturelles.
Avec un budget d'environ 40 millions de dollars (34 millions d'euros), en partie financé par l'Etat iranien, qui
est – rappelons-le – une république islamique plutôt conservatrice, ‘‘Muhammad'' est le long-métrage le plus
cher de l'histoire du cinéma en Iran. Cette superproduction a nécessité 7 ans de production ainsi que la
reconstitution, au sud de Téhéran, de la ville de La Mecque.
I. B. (avec Tap).
Articles liés:
Hachemi Hamdi veut interdire le film ‘‘Muhammad le messager de dieu''
‘‘Muhammad le messager de dieu'', en avant-première tunisienne le 21 septembre
Post date: 2016-09-16 15:03:58
Post date GMT: 2016-09-16 14:03:58
Post modified date: 2016-09-16 16:24:05
Post modified date GMT: 2016-09-16 15:24:05
Powered by [ Universal Post Manager ] plugin. MS Word saving format developed by gVectors Team www.gVectors.com
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire