Discours de Patrice LUMUMBA, Premier ministre et

publicité
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :1
Histoire de la Belgique
Partie 2 (1831 à 1909)
Sciences humaines
1
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :2
Les compétences au cours d’Histoire.
Dans ce dossier, il vous sera demandé de pratiquer des activités (tâches) qui vous permettront
d’exercer certaines compétences prévues par la Communauté française de Belgique.
Les compétences exercées sont notées avant chaque activité.
Des évaluations sont prévues pour chacun des thèmes abordés.
Les mots inconnus présents dans les pages de ce dossier doivent faire l’objet d’une recherche
dans des ouvrages de références (dictionnaire ou autres) et doivent constituer ton lexique
personnel.
Ces recherches font partie des compétences dont tu dois te montrer capable..........et peuvent
faire l’objet d’une évaluation par le professeur.
Avant d’entamer ce dossier : lis le doc 20 !
Sciences humaines
2
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :3
Document 1
Né Léopold de Saxe-Cobourg-Saalfeld, premier roi des Belges sous le nom de Léopold Ier est
né le 16 décembre 1790 à Cobourg en Bavière et est décédé le 10 décembre 1865 à Laeken en
Belgique.
Il était le plus jeune fils du duc souverain François Ier de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806)
et de sa seconde épouse la comtesse Augusta Reuss d'Ebersdorf (1757-1831).
Il fut élu premier roi des Belges le 4 juin 1831 et prêta serment sur la constitution le 21 juillet
1831.
Document 2
1835
Le 9 avril, naissance à Bruxelles de Léopold, Louis, Philippe, Marie, Victor, fils de Léopold
Ier et de Louise-Marie.
1865
Le 17 décembre, Léopold prête le serment constitutionnel.
Sciences humaines
3
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :4
Le règne de Léopold I° (diplomatie et guerre)
Tâche 1 : Reporter des informations sur une carte, sur une ligne de temps/distinguer
l’essentiel de l’accessoire/émettre des hypothèses
1. La question des frontières. Doc 3
La Belgique selon le protocole de la Conférence de Londres 20 janvier 1831
Doc 4 Le Traité des XVIII articles est un traité publié le 26 juin 1831 par la Conférence de
Londres. Il s'agit d'une reconnaissance par les Puissances de la séparation de la Belgique et
des Pays-Bas (et donc de l'indépendance de la Belgique). Il fait suite aux Protocoles de
Londres du 20 janvier 1831 et est plus avantageux pour la Belgique. En effet, les Protocoles
privaient la jeune nation d'une partie de la province Limbourg (cette partie constitue
aujourd'hui le Limbourg néerlandais) et de l'ensemble du grand-duché de Luxembourg (dont
le territoire se composait de l'actuelle province de Luxembourg et de l'actuel grand-duché).
Le Traité des XVIII articles ouvre la possibilité d'un rachat par la Belgique du Luxembourg et
d'un échange d'une partie du Limbourg contre des territoires enclavés qui ne faisaient pas
partie des Provinces-Unies avant 1790. Le traité assurait aussi la liberté de navigation sur
l'Escaut
-Indique sur la carte (Doc 1) les élément mis en gras dans le texte ci-dessus.
-Décris la Belgique selon le Protocole de la Conférence de Londres.
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Sciences humaines
4
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :5
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
2. La guerre belgo-hollandaise (2 août 1831) Doc5
Malgré sa ratification par le Congrès national belge, le 9 juillet 1831,
ce traité ne put être appliqué du fait de la rupture de la trêve par les
Hollandais le 2 août 1831.
La campagne des Dix-Jours est un épisode de la guerre belgonéerlandaise faisant suite à l'indépendance de la Belgique en 1830..
L'armée belge est vaincue à Hasselt et à Louvain. L'arrivée d'une
armée française, commandée par le maréchal Gérard, empêche les
Hollandais d'arriver à Bruxelles. L'armistice fut signé et le Traité des
XXIV articles fut imposé par la conférence de Londres.
-Le roi Guillaume d’Orange accepte-t-il les termes du Traité des XVIII
articles ?........................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
...............
-Comment se comporte la toute nouvelle armée
belge ?...........................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
............
-Qui sauve la Belgique ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Traité des XXIV articles (1839) Doc 6
La Conférence de Londres publia le 15 novembre 1831 un traité moins avantageux pour elle,
le Traité des XXIV articles. Celui-ci lui fermait toute possibilité d'échange d'une partie du
Limbourg ou de rachat du Luxembourg, ce qui garantissait aux Pays-Bas le contrôle de deux
places stratégiques en cas d'attaque française : Maastricht et Luxembourg (la défense de
cette dernière forteresse étant assurée par une garnison prussienne). Tout au plus, il accordait
à la Belgique le Luxembourg wallon et, sur insistance du roi Louis-Philippe (guidé par des
considérations de stratégie militaire), le canton d’Arlon. Le traité reconnaissait aussi
l'indépendance du grand-duché de Luxembourg. Par ailleurs, les Pays-Bas recevaient le
contrôle des bouches de l'Escaut, ainsi que l'accès à Liège par la Meuse. Il chargeait aussi la
Sciences humaines
5
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :6
Belgique de la moitié de la dette du royaume des Pays-Bas, alors que l'essentiel de celle-ci
datait d'avant l'unification de 1815.
En pratique, la Belgique administrait donc l'ensemble du Luxembourg et du Limbourg et
seules les forteresses d'Anvers (libérée en 1832 par les Français), de Maastricht et de
Luxembourg échappaient à son contrôle. De même l'ensemble de la dette restait à charge des
Pays-Bas. Mieux, le 21 mai 1833, la Belgique et les Pays-Bas s'engagèrent par convention à
prolonger indéfiniment l'armistice, à respecter le statu quo et à garantir la libre navigation sur
les fleuves.
Finalement, en 1838, le roi Guillaume fit savoir à la Conférence de Londres qu'il se ralliait au
Traité des XXIV articles. Les autorités belges tentèrent par tous les moyens diplomatiques
d'obtenir une révision du traité, mais en vain. Tout au plus obtinrent-elles une réduction de
leur part dans la dette (qui passa de 8 400 à 5 400 millions de florins). En 1839, le traité fut
définitivement ratifié par le parlement belge et la Belgique dut rendre une partie du Limbourg
et du Luxembourg et accepter la fermeture par un péage de l'Escaut (qui perdurera jusqu'en
1863).
-Peux –tu replacer les éléments (en gras) du texte sur cette carte muette ?
-Qu’est ce que ce Traité des XXIV articles ? Qui en est l’auteur ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Sciences humaines
6
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :7
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
-Quelles sont les modifications territoriales que ce Traité impose ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
-Quand les problèmes de frontières entre la Belgique et la Hollande s’arrêteront-ils ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Tâche 2 : Dégager l’essentiel de l’accessoire/extraire des informations
Les menaces françaises
Doc 7 : En 1852, Napoléon III déclara le Second Empire en France. Celui-ci avait des vues
expansionnistes comme son illustre oncle. Pendant toute la durée de l’empire (1852-1870),
des menaces d'annexion pesèrent sur la Belgique. En 1866, Napoléon III fit réaliser un projet
de traité entre la Prusse et la France prévoyant l’annexion de la Belgique par la France en
compensation de sa non intervention lors de la guerre austro-prussienne.
-Quels sont les projets de Napoléon 3 ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Sciences humaines
7
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :8
Tâche 3 : rechercher et traiter l’information/poser se poser des questions/distinguer l’essentiel de
l’accessoire
Recherche au domicile : établis ici une biographie succincte de la vie de Napoléon III sous
forme de texte informatif (avec titre et sous-titre(s)).Cite au moins 5 dates ou faits marquants
de son règne. Tu peux utiliser le verso de la page précédente.
Sciences humaines
8
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :9
Tâche 4 : Synthétiser une (des) information(s)
Synthèse partielle
-Le règne de Léopold I°
Dates :
Traité des 18 articles :
Guerre belgo-hollandaise :
Campagne des 10 jours
Traité des 24 articles :
Menaces françaises :
Sciences humaines
9
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :10
Léopold II
Stanley (recherche une biographie de Stanley)
Tâche 5 Analyser des traces du passé et des travaux d’historien
Le Congo léopoldien
Doc 8 : Vers 1890, 430 Blancs cultivant une mentalité de mercenaires séjournaient dans
l'E.I.C., dont seulement 130 Belges et un nombre important de Scandinaves, d'Italiens et de
Britanniques.
Le pays étant dénué d'infrastructures, la majorité de celles-ci était concentrée à l'embouchure
du fleuve (Boma). Les chefs de poste, quant à eux, étaient retranchés dans des zones de
l'intérieur particulièrement inaccessibles et bénéficiaient d'une absence quasi totale de
contrôle, donc d'une grande liberté d'action et... d'abus.1
Si l' "impôt du caoutchouc" et les fournitures en ivoire n'étaient pas honorés, les villages
étaient incendiés, les épouses prises en otages, les dos lacérés de coups de chicote (fouet).
Extraits du site : Territoires de mémoire : http://www.territoiresmemoire.be/am/affArt.php?artid=198
-Que signifient les trois lettres E.IC. ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
-Quel est le produit naturel dont il est question dans ce texte ? Pourquoi cette « fièvre » pour
ce produit (en relation avec la situation en Europe)
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Sciences humaines
10
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :11
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
-Comment se comportent les premiers colons de l’époque ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Tâche 6 Exprimer des représentations et se poser des questions/extraire des informations/
émettre des hypothèses/rédiger une synthèse
L’exploitation du Congo
Examine les documents suivants avec attention
Doc 9
Sciences humaines
11
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :12
Doc10
Sciences humaines
12
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :13
Doc11
Sciences humaines
13
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :14
A partir de l’analyse des documents ci-dessus rédige un texte sous forme de texte
informatif avec titre et sous-titre(s) pour décrire la manière dont les européens
traitaient les africains et pourquoi ?
Sciences humaines
14
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :15
Tâche 7 Exprimer des représentations et se poser des questions/extraire des informations/
lire un document cartographique/ émettre des hypothèses/rédiger une synthèse
Conférence de Berlin (1885)
Doc12
La Conférence de Berlin, qui dure du 15
novembre 1884 au 26 février 1885, réunie à
l'initiative de Bismarck, a pour but d'établir
les règles du jeu pour la conquête de
l'Afrique, afin de désamorcer les conflits
entre les colonisateurs, en outre la rivalité
franco-belge au Congo.
Quatorze puissances y participent :
Allemagne, Autriche-Hongrie, Belgique,
Danemark, Empire ottoman, Espagne,
France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas,
Portugal, Russie, Suède. Elles s’engagent à
ne plus procéder à des acquisitions
sauvages sans le notifier aux autres, pour
leur permettre de faire des réclamations.
Les peuples et les rois africains ne sont pas consultés ni informés de toutes ces discussions.
Son « acte général », le 23 février 1885, établit les points suivants :
-toute puissance européenne installée sur la côte peut étendre sa domination vers l'intérieur
jusqu'à rencontrer une sphère d'influence voisine.
-il ne peut y avoir annexion que par l'occupation effective du terrain et les traités conclus avec
les populations indigènes doivent être notifiés aux autres nations colonisatrices.
-liberté de navigation sur les fleuves Niger et Congo, et liberté de commerce dans le bassin du
Congo.
-interdiction de l'esclavage.
-reconnaissance de l'État indépendant du Congo, territoire appartenant en propre au roi
Léopold II de Belgique. La France obtient la reconnaissance de son autorité sur la rive droite
du Congo et de l’Oubangui.
-Quelles sont les conséquences de la Conférence de Berlin pour l’avenir du Congo ?
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
......................................................................................................................................................
Sciences humaines
15
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :16
Les richesses du Congo (Doc 13)
Sciences humaines
16
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :17
Tâche 8 : Etablir des corrélations entre des informations
Du Congo léopoldien au Congo belge.
Doc 14 En 1889: cette année, Léopold Il avait fait un testament dans lequel il déclarait
«léguer et transmettre après sa mort, à la Belgique, tous ses droits souverains sur l'Etat
Indépendant du Congo».
L'année suivante, la convention du 5 juillet 1890 faisait faire à la Belgique un nouveau pas en
avant. Par cette convention, l'Etat Belge avait consenti à l'Etat Indépendant du Congo un prêt
important de vingt-cinq millions de francs; en contrepartie de cette aide, il avait reçu une
option qui lui permettait, au bout de dix ans, de s'annexer le territoire du
Congo. Cette annexion possible n'allait pas sans conditions, notamment celle d'éteindre par
voie de confusion la dette contractée.
En1901, à ce moment, la convention de 1890 venait à échéance et la Belgique pouvait exercer
son option. Déjà une proposition d'annexion était déposée au Parlement, lorsque Léopold II,
tout en confirmant son testament et en réaffirmant le droit de la Belgique, demanda de
surseoir à l'annexion jusqu'au moment où le Congo serait tout à fait productif. En fait, le
Souverain voulait éviter les dangers qu'aurait entraînés une annexion précipitée, mal préparée.
Déférant au désir du Roi, le Parlement chargea alors une commission, formée de députés
appartenant à tous les partis, de préparer un projet de loi sur «le gouvernement des
possessions coloniales de la Belgique». Ainsi s'annonçait la dernière phase de l'évolution. Les
campagnes déclenchées contre le système instauré au Congo allaient contribuer à précipiter
les événements, et le 3 décembre 1907 le projet de loi souhaité était déposé sur le bureau de la
Chambre. Ce projet consacrait la cession à la Belgique de «la souveraineté des territoires
composant l'Etat Indépendant avec tous les droits et obligations qui y sont attachés».
Doc 15 : 1908: Congo belge
Léopold II cède à la Belgique, l’Etat indépendant du Congo, qui devient le Congo belge doté
d’une constitution spécifique, la Charte coloniale. Le gouvernement belge, via le Ministère
des colonies, est en charge de l’administration du Congo belge. C’est surtout le Gouverneur
général qui représente la Belgique et est le vrai responsable de l’administration de la colonie.
(Promulgation de la Loi sur le Gouvernement du Congo belge, dite Charte coloniale).
Explique comment le Congo est devenu belge.
Sciences humaines
17
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :18
Tâche 9 : lire un document écrit/extraire des informations/émettre des hypothèse
Doc 16 Extraits de la Charte coloniale de 1908
-Que précise ce document quant aux relations futures entre la Belgique et le Congo ?
Sciences humaines
18
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :19
Tâche 10 : lire un document écrit/extraire des informations/émettre des hypothèses
Doc 17
Le Congo Belge proclame son indépendance le 30 juin 1960, mais le nouveau pays reste miné
par la violence et les luttes intestines, dont celle qui mène à la sécession de la province du
Katanga.
Le Mouvement national congolais (MNC) de Patrice
Lumumba joue un rôle déterminant dans la marche vers
l'indépendance du Congo belge qui s'intensifie à partir de
1958. Les émeutes de Léopoldville, en janvier 1959, et
la détérioration de la situation économique contribuent à
accélérer le débat sur l'indépendance dont les modalités
sont discutées entre Belges et Congolais au début de
1960. Lors de la proclamation signée à Léopoldville le
30 juin 1960, le président est Joseph Kasavubu et le
premier ministre Patrice Lumumba. La sécession de la
province minière du Katanga, le 11 juillet 1960,
exacerbe le climat de crise. Des troupes belges et des
Casques bleus de l'Organisation des Nations unies
(ONU) interviennent sur le territoire alors qu'un bras de fer s'engage entre Kasavubu et
Lumumba. Le 14 septembre, le colonel Joseph Mobutu dirige un coup d'État qui est suivi par
l'arrestation et l'assassinat de Lumumba. Des combats, entrecoupés de cessez-le-feu,
ponctueront les années suivantes. La sécession du Katanga prendra fin en janvier 1963.
Extrait du site « perspective monde » université de Sharebrook
Questionnaire
-Quand le Congo belge devient-il indépendant ?
-Quel est le parti indépendantiste cité dans ce document ?
Quels sont les événements annonciateurs de cette indépendance ?
-Quel événement provoque l’intervention des troupes européennes ? (voir carte du Congo)
-Qui prendra finalement le pouvoir ?
Sciences humaines
19
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :20
Tâche 11 : lire un document écrit/extraire des informations/émettre des hypothèses/ comparer
deux documents relatifs au même événement
Doc18
Discours de Patrice LUMUMBA, Premier ministre et ministre de la défense
nationale de la République du Congo, à la cérémonie de l'Indépendance à
Léopoldville le 30 juin 1960.
dans « Textes et Documents », no 123, Ministère des Affaires Étrangères, Bruxelles.
« A vous tous, mes amis qui avez lutté sans relâche à nos côtés, je vous demande de faire de
ce 30 juin 1960 une date illustre que vous garderez ineffaçablement gravée dans vos cœurs,
une date dont vous enseignerez avec fierté la signification à vos enfants, pour que ceux-ci à
leur tour fassent connaître à leurs fils et à leurs petits-fils l'histoire glorieuse de notre lutte
pour la libertés.
Car cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd'hui dans l'entente avec la
Belgique, pays ami avec qui nous traitons d'égal à égal, nul Congolais digne de ce nom ne
pourra jamais oublier cependant que c'est par la lutte qu'elle a été conquise, une lutte de tous
les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n'avons ménagé ni nos
forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang. C'est une lutte qui fut de larmes, de
feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu'au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une
lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l'humiliant esclavage, qui nous
était imposé par la force.
Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop
douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire.
Nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient
ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d'élever nos
enfants comme des êtres chers. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous
devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres. Qui oubliera qu'à un noir
on disait « Tu », non certes comme à un ami, mais parce que le « Vous » honorable était
réservé aux seuls blancs ?
Nous avons connu nos terres spoliées au nom de textes prétendument légaux, qui ne faisaient
que reconnaître le droit du plus fort, nous avons connu que la loi n'était jamais la même, selon
qu'il s'agissait d'un blanc ou d'un noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour
les autres. Nous avons connu les souffrances atroces des relégués pour opinions politiques ou,
croyances religieuses : exilés dans leur propre patrie, leur sort était vraiment pire que la mort
même. Nous avons connu qu'il y avait dans les villes des maisons magnifiques pour les blancs
et des paillotes croulantes pour les noirs : qu'un noir n'était admis ni dans les cinémas, ni dans
les restaurants, ni dans les magasins dits européens, qu'un noir voyageait à même la coque des
péniches au pied du blanc dans sa cabine de luxe.
Qui oubliera, enfin, les fusillades où périrent tant de nos frères, ou les cachots où furent
brutalement jetés ceux qui ne voulaient pas se soumettre à un régime d'injustice ?
Tout cela, mes frères, nous en avons profondément souffert, mais tout cela aussi, nous, que le
vote de vos représentants élus a agréés pour diriger notre cher pays, nous qui avons souffert
dans notre corps et dans notre cœur de l'oppression colonialiste, nous vous le disons, tout cela
est désormais fini.
La République du Congo a été proclamée et notre cher pays est maintenant entre les mains de
ses propres enfants (…) ».
Sciences humaines
20
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :21
-Etablissez une liste des reproches adressés aux colons.
Doc 19
Discours du roi Baudouin I°
« L'indépendance du Congo constitue l'aboutissement de l'œuvre conçue par le génie du Roi
Léopold II, entreprise par lui avec un courage tenace et continuée avec persévérance par la Belgique.
Elle marque une heure décisive dans les destinées non seulement du Congo lui-même, mais je n'hésite
pas à l'affirmer, de l'Afrique tout entière. (…)
Pendant 80 ans, la Belgique a envoyé sur votre sol les meilleurs de ses fils, d'abord pour délivrer le
bassin du Congo de l'odieux trafic esclavagiste qui décimait ses populations, ensuite pour rapprocher
les unes des autres les ethnies qui, jadis ennemies, s'apprêtent à constituer ensemble le plus grand des
États indépendants d'Afrique, enfin, pour appeler à une vie plus heureuse les diverses régions du
Congo que vous représentez ici, unies en un même Parlement.
En ce moment historique, notre pensée à tous doit se tourner vers les pionniers de l'émancipation
africaine et vers ceux qui après eux ont fait du Congo ce qu'il est aujourd'hui. Ils méritent à la fois
notre admiration et votre reconnaissance, car ce sont eux qui, consacrant tous leurs efforts et même
leur vie, à un grand idéal, vous ont apporté la paix et ont enrichi votre patrimoine moral et matériel. Il
faut que jamais ils ne soient oubliés, ni par la Belgique, ni par le Congo.
Lorsque Léopold II a entrepris la grande œuvre qui trouve aujourd'hui son couronnement, il ne s'est
pas présenté à vous en conquérant, mais en civilisateur.
Le Congo, dès sa fondation, a ouvert ses frontières au trafic international sans que jamais la
Belgique y ait exercé un monopole institué dans son intérêt exclusif.
Le Congo a été doté de chemins de fer, de routes, de lignes maritimes et aériennes qui, en mettant vos
populations en contact les unes avec les autres, ont favorisé leur unité et ont élargi le pays aux
dimensions du monde.
Un service médical, dont la mise au point a demandé plusieurs dizaines d'années, a été patiemment
organisé et vous a délivré de maladies combien dévastatrices. Des hôpitaux nombreux et
remarquablement outillés ont été construits. L'agriculture a été améliorée et modernisée. De grandes
villes ont été édifiées et à travers tout le pays les conditions de l'habitation et l'hygiène traduisent de
remarquables progrès. Des entreprises industrielles ont mis en valeur les richesses naturelles du sol.
L'expansion économique a été considérable, augmentant ainsi le bien-être de vos populations et dotant
le pays de techniciens indispensables à son développement.
Grâce aux écoles des missions, comme à celles que créèrent les pouvoirs publics, l'éducation a
bien vite connu une extension enviable, une élite intellectuelle a commencé à se constituer ; vos
universités vont rapidement l'accroître. Un nombre de plus en plus considérable de travailleurs
qualifiés appartenant à l'agriculture, à l'industrie, à l'artisanat, au commerce, à l'administration, font
pénétrer dans toutes les classes de la population l'émancipation individuelle
qui constitue la véritable base de toute civilisation.
Nous sommes heureux d'avoir ainsi donné au Congo, malgré les plus grandes
difficultés, les éléments indispensables à l'armature d'un pays en marche sur
la voie du développement.
Le grand mouvement d'indépendance qui entraîne toute l'Afrique a trouvé,
auprès, des pouvoirs belges, la plus large, compréhension.
En face du désir unanime de vos populations nous n'avons pas hésité à vous
reconnaître dès à présent cette indépendance.
C'est à vous, Messieurs, qu'il appartient maintenant de démontrer que nous
avons eu raison de vous faire confiance. (…) »
Discours de S. M. le Roi BAUDOUIN à la cérémonie de l'indépendance à
Léopoldville, le 30 juin 1960.
Patrice Lumumba
Sciences humaines
21
Histoire de la Belgique de 1831 à 1914 -partie 2 - page :22
Moïse Tschombé
Joseph Kasa Vubu
-Comparez le discours du roi aux reproches faits par P. Lumumba.
Doc 20.
Lis cet article et émets des hypothèses à partir du questionnement
Entretien
Le gouvernement belge suit de très près la situation au Congo. Karel De Gucht devrait,
comme convenu mercredi soir en conseil des ministres restreint, rencontrer Paul Kagame
samedi à Kigali. Yves Leterme, de son côté s’emploie à retisser les liens avec le Congo. Le
Premier ministre vient de s’entretenir, par téléphone, avec son homologue congolais, Adolphe
Muzito. Sans dévoiler tous les accents du colloque singulier, Yves Leterme nous en a livré
quelques éléments. Extrait du Soir-http://www.lesoir.be/actualite/belgique/congo-leterme-aparle-a-2008-10-30-656092.shtml
-Donne les références de cet article : date, lieu, auteur.....
Questionnement
-Pourquoi le premier ministre belge s’intéresse-t-il aux événements qui secouent aujourd’hui
le Congo (République Démocratique du Congo)
Lexique
Tu dois noter ci-dessous les termes inconnus (dont tu chercheras le sens).
Sciences humaines
22
Téléchargement
Explore flashcards