Deux priorités : sécurité et accès pour tous aux meilleurs soins

publicité
Deux priorités : sécurité et accès pour tous aux meilleurs soins
Les 59èmes Journées Françaises de Radiologie, à la fois congrès scientifique et
exposition technique, ouvriront leurs portes à plus de 18 000 participants, du 21 au
25 octobre 2011, au Palais des Congrès de Paris.
Premières rencontres francophones de cette importance en Europe, les
JFR accueillent radiologues, médecins d’autres spécialités, médecins
généralistes, manipulateurs, ingénieurs biomédicaux, industriels, cadres hospitaliers, responsables
des politiques de santé et médias, autour d’un programme toujours plus dense : 116 conférences
scientifiques et thématiques, 300 heures d’enseignement et d’atelier, 642 posters électroniques…
Jean-Pierre Pruvo
Secrétaire Général de la SFR
Les JFR, c’est aussi l’occasion pour les responsables de l’imagerie française, réunis au sein de notre
société savante, de rappeler des priorités en termes de sécurité et d’accès aux meilleurs soins sur
l’ensemble de nos territoires de santé.
Cette année, l’exposition accidentelle aux substances radioactives dramatiquement subie par la
population japonaise, a remis sur le devant de la scène la question de l’exposition aux rayons
ionisants délivrés lors d’examens médicaux, débat trop souvent tenu dans une certaine confusion.
Je tiens à rappeler que deux grandes règles guident nos pratiques et notre souci de radioprotection :
la justification de l’examen et son optimisation. Un dossier complet mis à votre disposition l’an
dernier est toujours d’actualité.
Pourtant, les interpellations répétées cette année de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, notamment, me
conduisent tout naturellement à vous rappeler que :
 Le scanner reste un outil diagnostique indispensable et permet d’identifier la cause, souvent
en urgence, de douleurs aiguës qui peuvent relever d’affections engageant le pronostic vital.
Il sauve des vies et reste la technique de référence pour de nombreuses indications ;
 Que les professionnels de l’imagerie, radiologues et industriels, œuvrent constamment pour
la réduction des doses délivrées lors d’examens par scanner. Des systèmes de réduction de
1

doses permettent, en effet, des explorations de qualité avec des doses de rayons X de plus
en plus réduites ;
Ces précisions m’amènent surtout à regretter, une fois encore, qu’en 2011, le Guide du Bon
Usage des Examens d’Imagerie rédigé par notre société savante, en collaboration avec la
Haute Autorité de Santé et l’Autorité de Sûreté Nucléaire, ne puisse pas être correctement
appliqué faute d’équipements IRM en nombre suffisant.
Les radiologues, partenaires de leurs collègues cliniciens pour le choix des méthodes diagnostiques
les plus appropriées, se heurtent à cette situation de pénurie et au retard français qui ne se résorbe
pas ou très inégalement sur le territoire. Dans l’espace européen, je n’ai pas besoin de vous rappeler
qu’un patient allemand, par exemple, a, pour une même pathologie, trois fois plus de chances de
bénéficier d’un examen IRM qu’un patient français.
Nous ne pouvons pas appliquer correctement le Guide du Bon Usage des Examens d’Imagerie et
nous sommes en totale contradiction avec la Directive 97/43/Euratom du 30 juin 1997, qui impose au
médecin prescripteur comme au radiologue, des contraintes destinées à protéger le patient et
précise que les méthodes alternatives comme l’échographie et l’IRM, doivent être privilégiées.
Je suis navré de devoir répéter dix ans après nos premières alertes sur le retard français en
équipements IRM, que, comme le souligne volontiers notre confrère Hubert Ducou le Pointe,
responsable du groupe de travail radioprotection de la SFR, vouloir diminuer l’exposition médicale
aux rayons X, c’est donner aux professionnels les moyens de réaliser cet objectif avec un parc IRM
adapté et des plateaux techniques complets et diversifiés.
Enfin, la SFR a décidé, cette année, d’accorder une place particulière à la question des systèmes
d’information en santé et imagerie médicale au cours d’un Forum interprofessionnel, mardi 25
octobre, et qui réunira radiologues, cliniciens, représentants des politiques et administrations de
santé.
Là encore, le retard de la France est criant. Pourtant, le développement de ces plateformes
permettant l’échange d’images au sein d’un même établissement, entre professionnels de deux
établissements ou avec nos collègues de ville, est la condition indispensable au déploiement de la
télé-imagerie, de la télé-expertise et, au-delà, de la télémédecine dans notre pays.
Ces investissements sont source de qualité et de sécurité pour nos patients, de maîtrise budgétaire,
ils évitent notamment la redondance d’examens inutiles et coûteux et ils favorisent l’accès aux
meilleurs experts en temps réel.
Ces questions de politique territoriale de santé, de permanence des soins et d’accès à la meilleure
prise en charge diagnostique et thérapeutique, quels que soient le lieu et le mode d’exercice, seront
au cœur de nos débats.
2
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire