Voir - ULB

publicité
12. Hormones et notions d'endocrinologie
Les glandes endocrines
Il y a trois circuits différents:
•Le stimulus hormonal : L'hypothalamus sécrète
des hormones qui amènent l'adénohypophyse à
sécréter des hormones qui amènes d'autres
glandes endocrines (glande thyroïde, cortex
surrénales et gonades) à sécréter des hormones.
On a donc 3 hormones différentes.
•Le stimulus nerveux : une neurofibre
préganglionnaire du SNA amène (via une
synapse) les cellules de la médulla surrénales à
sécréter des catécholamines (libère de
l'adrénaline)
•Stimulus humoral : La diminution du taux de
Ca++ dans le sang capillaire provoque la sécrétion
de parathormone (PTH) dans les
glandes
parathyroïde.
L'hypothalamus
L'hypothalamus fait partie sur le plan phylogénétique des formations les plus anciennes de
l'encéphale. Il est impliqué dans la plupart des comportements de base impliqué dans le contrôle de
l’homéostasie de l’organisme: comportement alimentaire, soif, comportement sexuel,
comportement d'agression et de fuite en relation avec d’autres structures tel que l’amygdale
du lobe temporal.
Il occupe ainsi dans le système nerveux central une place importante dans les mécanismes présidant
au maintien des constantes métaboliques. L’hypothalamus pèse environ 4 grammes sur les 1350
grammes que représente en moyenne le cerveau humain et cette toute petite centralise une série
d’informations par le biais de récepteurs et de connexions synaptiques avec d’autres centres du
cerveau qui détectent des variations métaboliques, tels que les taux d'hormones sexuelles
circulantes, l'osmolarité, etc. Cette sensibilité lui permet, en retour, d'exercer un contrôle sur un
ensemble d'activités métaboliques, par le biais de facteurs qu’il libère et qui influence l'hypophyse.
L'hypothalamus, sous l'effet de stimulus approprié sécrète des RH (releasing factor) qui, transmis à
l'adénohypophyse assurent une activité excitatrice sur la sécrétion de la stimuline correspondante.
L’ Hypophyse & Axe Hypothalamo-Hypophysaire
L'hypophyse est le centralisateur de la commande endocrinienne. Il y a un rapport très
étroit entre l'hypothalamus et l'hypophyse, on parle donc du complexe hypothalamo85
hypophysqire.
L'hypophyse est aussi appelée glande pituitaire, elle mesure 1,3 cm. L'hypophyse est « sertie » dans
une logette osseuse (selle turcique) creusée dans l'os sphénoïde, et située en arrière de la cavité
buccale.
On distingue trois lobes dans l'hypophyse:
L'HA (hypophyse antérieure) ou adénohypophyse. Les différentes cellules sécrètent différentes
hormones (au microscope, on a des couleurs différentes en fonction de l'acidité des cellules). La
cellules somatotrope sécrète les hormones de croissance (GH) qui sont envoyées vers les os et les
muscles, les cellules lactotropes sécrète la prolactine (PRL) envoyée vers les glandes mammaires,
les cellules ganadotropes sécrète l'hormone folliculostimulante (FSH) et l'hormone lutéinisante
(LH), elles sont envoyées vers les testicules et les ovaires, les cellules thyréotropes sécrète la
thyréotrophine (TSH) envoyée vers la glande thyroïde et les cellules corticotropes sécrètela
corticotrophine (ACTH) qui est envoyé vers le cortex surrénale.
L'HP (hypophyse postérieure) ou neurohypophyse est reliée au cerveau par un axone. Elle sécrète
l'hormone antidiurétique (ADH) et l'ocytocine.
Il y a aussi un lobe intermédiaire entre les deux autres appelé vestigiale chez l'être humain.
Régulation Métabolique et Feed-Back
La régulation de la thermogénèse se fait de la
même façon que la régulation de la température
dans une pièce.
Le feed-back est toujours négatif.
L'hormone de croissance - (HG ou somatotropine)
Sa concentration est importante le matin puis elle diminue en cours de journée. C'est une protéine
de 187 acides aminés d'une masse de 22124 daltons (22kDa). Elle est sécrétée par l'hypophyse
antérieure et stimulée par la somato-libérine hypothalamique(= GH-RH). Sa sécrétion augmente
lors de l'effort, lorsqu'il y a diminution de glucose dans le sang (hypoglycémie), elle est inhibée par
la Somatostatine.
L'hormone de croissance agit sur de nombreux organes-cibles, le Muscle, le Conjonctif. Elle agit
sur le foie en sécrétant des «somatomédines = IGF 1&2» ce qui agit sur la croissance du squelette.
Les somatomédines augmentent la captation des acides aminés et du glucose (elle stimule le
métabolisme des gucides) la synthèse des protéines et la dégradation des lipides, en synergie
86
obligatoire avec l'insuline. Elle maintient l'activité des cartilages de conjugaison, favorise la
synthèse du collagène (hydroxyprolinurie) et l'hydrolyse des triglycérides du tissu adipeux ce qui
entraine une fonte des tissus adipeux.
Un déficit en hormone de croissance entraine un nanisme hypophysaire, il y a donc eu recherche de
traitement et problématique judiciaire.
En France, la société France hypophyse récupérait l'hypophyse sur les cadavres afin de faire de
l'hormone de croissance. Mais il y a eu de l'excès car le profit était très grand --> maladies de
Creyzfelt Jacob.
Kuru : maladie dans les tribus qui pratique le cannibalisme, on constate qu'il y a beaucoup de
démence chez les jeunes gens dans ces pays-là.
Encéphalopathie Spongiforme Bovine : on donne des protéines animales à des vaches qui
normalement sont herbivores. On a une protéine qui est mal formée et qui transforme les protéines
qui lui sont proches, c'est comme cela que la maladie se propage sans virus ni bactérie.
Excès d'hormone de croissance (GH) --> Acromégalie. Cet excès peut provenir d'une tumeur sur
l'hypophyse. Soit un adénome (bénin car ne s'étend pas) ou un carcinome (tumeur qui peut faire des
métastases). L'excès d'hormone provoque un surdéveloppement de la mâchoire ainsi que des mains.
Maintenant, on peut enlever la tumeur via le palais.
Thyroïde : La plus volumineuse glande endocrine
Cette petite glande pèse environ 30g. Elle est constituée de deux lobes de 5 cm de long.
Production d’hormones thyroïdiennes (T3 et T4 car 3 ou 4 motifs d'iode)
Iodination de la thyroglobuline (660 kDa) (différence thyroglobuline et tyrosine??). La tyrosine et
l'iode permettent la production de monoiodotyrosine et de diiodotyrosine qui réagissent entre eux
pour donner la triiodothyronine (T3) et la tétraiodothyronine ou thyroxine (T4) qui contiennent
deux cycles de carbone. T4 est actif alors que T3 constitue la réserve.
L'iodination et le stockage de ces hormones se font dans la colloïde. En cas de besoin, la colloïde
contenant la thyroglobuline iodinée fera l'objet d'une pinocytose par le thyrocite. Cette vésicule de
87
pinocytose va fusionner avec des vésicules du compartiment lysosomial et une digestion intracellulaire de la colloïde va libérer les hormones T3 et T4 qui vont être libérée dans l'espace
interstitiel du côté basolatéral.
Les hormones sont véhiculées dans le sang par des protéines associées telles que la TBG et
l’albumine.
Apport d’iode 100 à 300 μg/jour (Belgique ± 50 μg/j). Un manque d'iode implique une diminution
du QI.
Dans la thyroïde, les cellules sont assemblées en follicules, contrairement à la parathyroïde.
Les Thyrocytes
Chaque lobe thyroïdien est composé de nombreux follicules qui sont des petites sphères creuses
dont les parois sont faites de thyrocytes (cellules épithéliale cubique). La fonction des thyrocytes
est la synthèse et l'iodination de la thyroglobuline ainsi que la synthèse des hormones thyroïdiennes.
Il comporte un REG et un appareil de Golgi développé. Les vacuoles cytoplasmiques (apex)
permettent le transport ou l'endocytose de la colloïde. Ils comprortent des microvillosités et des
pseudopodes.
Les Hormones Thyroïdiennes T3 et T4
La fonction des ces hormones est le développement du SNC et du système reproducteur et
l'activation du métabolisme énergétique (contrôle et régulation) : augmentation de la consommation
d'O2, thermorégulation (mitochondries), tissus cible : muscle, cœur, foie, rein,
Elles sont produites par protéolyse de la thyroglobuline avec une boucle de rétro-contrôle
Régulation
L'hypothalamus sécrète du TRH (Hormone de libération de la Thyrotropine) vers l'hypophyse.
L'hypophyse sécrète du TSH (Thyrotropine Hypophysaire) vers la thyroïde.
La thyroïde sécrète T3 et T4. Lorsqu'il n'y a pas assez de T3 et T4, un signal est envoyé à
l'hypophyse pour qu'elle sécrète du TSH. S'il y en a trop, un feedback est envoyé à l'hypophyse pour
diminuer la sécrétion du TSH.
Hypothyroïdie - Goitre
Étiologie : carence iodée, insuffisance hypophysaire et donc manque de TSH ou de TRH
Signes Cliniques : ralentissement du métabolisme, fatigue, obésité, T° Corporelle basse. Chez les
enfants qui ont une carence en iode, on peut avoir un développement déficitaire du SNC et donc un
crétinisme.
Hyperthyroïdie
Étiologie : l'hyperthyroïdie provient d'une hyper-stimulation (hyperplasie): adénome (tumeur
bénigne touchant une glande) hypophysaire (TSH), immunoglobulines (protéine jouant un rôle
essentiel dans la défense de l'organisme) stimulantes (= maladie de Base dow) ou d'un iatrogène
(incident suite à une prise de médicament) : Administration de T3-T4.
Signes cliniques : tremblement, augmentation du rythme cardiaque, fonte des muscles et des
graisses., augmentation de la température, sueur.
88
Parathyroïdes et Calcitonine
Au nombre de quatre, les parathyroïde reposent contre la paroi postérieur de la thyroïde.
Fonction : Régulation de la concentration en ion Ca++, celle-ci est faite par stimuli humoral. Une
des hormones augmentent la concentration de calcium dans le sang et l'autre la diminue.
Le calcium dans le sang provoque des troubles psychologiques.
Équilibre : 2,5 mmol/l
Baisse de la concentration en Ca --> libération de parathormone (PTH : protéine constituée de 84
AAs) par les glandes parathyroïdes (toute petite partie attachée à la glande tyroïde : les cellules sont
différentes, il n'y a pas de follicule) --> dégradation de la matrice osseuse par les ostéoclastes et
libération du Ca dans le sang
Augmentation de la concentration en Ca --> les cellules claires thyroïdienne produisent de la
calcitonine (Hormone polypeptidique de 32 acides aminés, produite par les cellules parafolliculaires
C de la glande thyroïde) --> augmentation de la calcification des os --> diminution de la
concentration de Ca dans le sang.
Les reins participent à cette boucle en récupérant une partie du calcium.
Manifestations cliniques d’une hypercalcémie
Troubles neurologiques: léthargie, confusion, perte d'appétit, anorexie
Troubles psychiatriques: dépression, hallucinations etc…
Le Pancréas
Le pancréas est une glande digestive liée au duodénum relativement mobile et orientée vers la
gauche. Ses sécrétions sont majoritairement exocrines (amyglase, lipase, trypsinogène,
chymotrypinogène) mais aussi sécrétions endocrines ( Îlots de Langerhans)
Les sécrétions endocrine sont l'insuline (cellule β) (qui permet de faire baisser le taux de sucre dans
le sang) et Glucagon (cellules α) (qui permet de faire augmenter le taux de sucre dans le sang), à
deux elles permettent donc la régulation de la glycémie.
Équilibre : glycémie normale : 3, 9 à 6,1 mmol/l
Stimulus : diminution de la glycémie par exemple après avoir sauté un repas. Si la glycémie est
faible --> activation des cellules pancréatiques qui sécrètent le glucagon, libération de glucagon
dans le sang, cible : foie --> Le foie dégrade les réserves de glucogène et libère du glucose dans le
sang --> augmentation de la glycémie ce qui entraine le retour de la glycémie à une valeur de
référence, diminution du stimulus qui entraine la sécrétion de glucagon
Stimulus : augmentation de la glycémie par exemple après avoir mangé 4 beignets à la confiture. Si
la glycémie est élevée --> activation des cellules pancréatiques qui sécrètent l'insuline, libération
d'insuline dans le sang --> le foie absorbe le glucose et l'emmagasine sous forme de glucogène et
augmentation de l'absorption du glucose dans la plupart des cellules --> diminution de la glycémie
ce qui entraine le retour de la glycémie à une valeur de référence, diminution du stimulus qui
entraine la sécrétion d'insuline.
Une autre sécrétion endocrine est la stomatostatine (cellule δ) qui est l'hormone de contrôle entre
l'insuline et le glucagon (inhibiteur) et aussi l'inhibiteur de la sécrétion exocrine.
La sécrétion exocrine se fait par l'intermédiaire des cellules exocrines. Elle est à l'origine du suc
89
pancréatique fabriqué par les cellules acineuses, qui sécrètent un contenu qui se déverse ensuite par
l'intermédiaire d'un canalicule, vers d’autres canaux qui convergent entre-eux. Les sécrétions sont
ensuite acheminées vers l'intestin grêle par le canal de Wirsung ( canal excréteur principal).
Le suc pancréatique est constitué d'enzymes (amylase, lipase, etc.) qui sont nécessaires à la
digestion des lipides et des glucides.
Glandes Surrénales
Ce sont des glandes endocrine situées au dessus des deux reins. Il y en a deux , elles sont jaunes et
pèsent 8g. Il y a deux parties: la médullaire ou médulla (zone centrale) et le cortex (Zone externe)
Fonction : Sécrétion des Hormones Stéroïdes (Cortex) : aldostérone et cortisol, Sécrétion NeuroEndocrine (Adrénaline – Noradrénaline) dans la zone médullaire.
Il y a trois zones dans le cortex, de l'extérieur vers l'intérieur.
La première est la zone glomérulée (minéralocorticoïde : aldosterone : ajuste la concentration de
sel de Na et de K dans le sang et donc la tension artérielle): cellules cylindriques disposées en amas,
séparées par des sinusoïdes (capillaire veineux) – Réticulum endoplasmique lisse abondant,
quelques gouttelettes lipidiques, les gouttelettes lipidiques étant les précurseur des hormones
stéroïde)
La seconde est la zone fasciculée (glucocorticoïde : cortisol (hormone de stress)): cellules disposées
en colonne – Réticulum lisse abondant, nombreuses gouttelettes lipidiques, mitochondries à crêtes
tubulaires. C'est la plus épaisses des trois couches.
Fonction du cortisol : Régulation du métabolisme des carbohydrates, protéines et des lipides:
augmentation de la dégradation des protéines en acides aminés, augmentation de la gluconéogénèse
(augmentation du glucose dans le sang, ce qui permet de s'enfuir en cas de stress), augmentation de
la mobilisation des graisses de stockage pour fabriquer du glucose. Résistance partielle à l'insuline
(diabète dans le syndrome de Cushing). L'effet ne doit pas perdurer car ça diminue le système
immunitaire et donc ça augmente le risque de faire des cancers. Le stress à long terme provoque des
ulcères et des cancers. Il y a aussi inhibition de la formation osseuse.
La dernière est la zone réticulée (hormone sexuelle : androgène chez l'homme et œstrogènes chez
la femme) : cellule disposées plus anarchiquement. C'est une couche mince.
La région médulaire moins étendue sécrète la noradrénaline et son dérivé, l'adrénaline
(épinéphrine) qui interviennent dans les états de stress et participent au maintient de l'homéostasie.
Ces deux neurotransmetteurs appartiennent au groupe des catécholamines. Elle comprend des
grandes cellules ovoïdes organisées en amas ou en cordons séparés par des capillaires sanguins et
des nerfs.
L'adrénaline agit en agissant sur des récepteurs présents sur la musculature lisse des vaisseaux et
au niveau du tissu conducteur cardiaque responsable d’une augmentation du débit cardiaque et de la
pression artérielle. Elle a un effet dilatateur sur les vaisseaux du foie et du cerveau.
La noradrénaline a une action constrictive sur les vaisseaux périphériques et une action dilatatrice
sur les coronaires. Les deux hormones inhibent la musculature striée du tube digestif, des bronches
et de la vessie.
Régulation du stress
L'hypothalamus sécrète du CRH (corticotropin releasing hormone) --> l'hypophyse sécrète du
ACTH (adréno-cortico-tropic hormone) --> La glande surrénale sécrète du cortisol ce qui diminue
90
l'activité de l'hypophyse ou quand le cortisol diminue, cela augmente l'activité de l'hypophyse.
Le stress est une agression contre un organisme vivant physique ou psychologique. Les réactions
biologiques et psychologiques d’un organisme face aux facteurs d’agression sont la chaleur et le
froid; Toxines produites par les bactéries lors d'infections aiguës, Hémorragies, Réaction affective
intense
Effets du stress : Quelques manifestations physiologiques hémodynamiques liées au stress: la
pression artérielle augmente, la fréquence cardiaque augmente, la force des battements augmente
(effet ionotrope positif), la dilatation des vaisseaux sanguins du cœur, de l'encéphale et des muscles
squelettiques --> Augmente l'apport en sang vers les cellules cibles de ces organes, Augmentation
de la vigilance, la constriction des vaisseaux sanguins de la peau et des viscères (sauf le cœur et les
poumons) --> Diminution de l'activité du système digestif et rénal, la dilatation des bronchioles -->
augmente l'entrée d'oxygène, la conversion du glycogène en glucose --> augmente le glucose dans
le sang (source d'énergie)
Quelques manifestations Métaboliques liées au stress: Les organes cibles répondent à une
sollicitation de défense face à une « agression ». Ils sont plus activés et ont besoin de plus d'énergie.
On a une mobilisation rapide du glucose et l'oxygène afin de favoriser l'apport énergétique à
certains organes spécifiques
Stress & Activation de l'hypothalamus
Système nerveux orthosympatique : réaction d'alarme, à court terme et déclenchée par des influx
nerveux du système sympathique (adrénaline – noradrénaline)
Adrénaline : catécholamine dérivée de la tyrosine, elle est sécrétée par les glandes surrénales en
réponse de fuite ou de lutte et elle accélère la dégradation du glucogène.
Synergie avec le cortisol : Le cortisol augmente la sensibilité des fibres musculaires lisses
vasculaire aux catécholamines; il stimule la synthèse des catécholamines et inhibe leur dégradation
par l'enzyme COMT.
Réponse endocrinienne : phase de résistance, à long terme, déclenchée par des hormones
Le Système Nerveux Autonome
Le système sympatique augmente les dépenses en énergie et les réactions cataboliques et prépare à
l'action
Le système parasympathique favorise les mécanismes gagnant en économisant de l'énergie ainsi
que les réactions anaboliques
Les pathologies de la sécrétion des hormones cortico-surrénalienne
Hypersécrétion:
L'hypercortiscisme: catabolisme des protéines et du tissu conjonctif, accumulation de la masse
graisseuse, inhibition formation osseuse, antagonisme de l’action de l’insuline (diabétogène),
hirsutisme, aménorrhée...
Syndrome de Cushing: traduction clinique d'un excès de sécrétion de cortisol permanent et non
réductible , sécrétion d'ACTH d'origine extra-hypophysaire, adénome hypophysaire à ACTH
d'environ 10mm de diamètre, sécrétion ectopique paranéoplasique d'ACTH, tumeur sécrétant de la
cortico-surrénale. Elle atteint 8 femmes pour 1 homme. Les signes cliniques sont Œdème, Fonte
Musculaire et conjonctive, Dépôts graisseux caractéristiques juste en dessous de la nuque,
91
Sécrétions androgènes...
Hyposécrétion: Carence en hormone cortico-surrénalienne
Maladie d'Addison. Plusieurs étiologies : formes congénitales (aplasie), auto-immunitaire
(étiologie la plus fréquente : 80%), tuberculose ou irradiation. Les signes cliniques sont une
hypotension Artérielle, Hypoglycémie, Asthénie, ... et une pigmentation de la peau (α-Mélano
stimulating Hormon [MSH])
Insuffisance Adréno-corticale secondaire :
Sécrétion insuffisante d'ACTH par l’hypophyse à cause d'un mauvais usage des hormones
corticoïdes (iatrogène), de l'asthme ou de l'arthrite, …
Pathologie de la sécrétion des hormones minéralo-surrénalienne.
Le syndrome de Conn est lié à l'hyper-production de minéralo-corticoïde (l'aldostérone). La forme
commune de déficience la plus répandue 21-hydroxylase. On a donc une augmentation de la DHEA
& Androstenedione ( & testosterone). Ce qui entraine un phénotype masculinisant chez les femmes
et le développement précoce des caractères sexuels chez les hommes.
Balance Hydrique – Eau - Sodium
Les minéralo-corticoïdes - [Na+ ] Plasmatique
La concentration doit être entre 135 et 140
Le contrôle de la concentration en Na+ dans le plasma se fait dans le rein. Celui-ci absorbe le
glucose, des sels, de l'eau, il permet de récupérer 120 ml d'eau/min.
Contrôle de la Pression Artérielle
Hypotension: faible [Na+] dans le sang --> Hyponatrémie.
Les cellules du rein (Appareil Juxtaglomérulaire) libère de la rénine.
La rénine transforme angiotensinogène en angiotensin I. Angiotensin : vasoconstricteur des
vaisseaux
L'angiotensin I --> angiotensin II (Enzyme de Conversion).
L'angiotensin II stimule la glande surrénale --> aldosterone.
L'aldosterone (un minéralocorticoïde) agit sur le rein en réabsorbant le sodium et l'eau suit
passivement le sodium.
Donc les minéralocorticoïde augmente la récupération tubulaire de Na+ et d’eau et augmente le
volume du compartiment vasculaire et la tension artérielle
Post-Hypophyse
C'est la post-hypophyse qui sécrète l’ocytocine qui va vers les glandes mammaires et les muscles de
la paroi de l'utérus et qui sécrète l'ADH qui est envoyé vers les tubules rénaux.
92
Afférent : qui apporte dans l'organe, Efférent : qui sort de l'organe.
Le sang est filtré à travers les podocytes (production d'H2O2), les globules rouges et blancs ne passe
pas, c'est pour cela qu'on test l'albumine dans les urines. Quand il y en a, c'est qu'il y a un problème
au niveau des reins.
Tube contourné proximal du Rein : réabsorption solutés après filtration glomérulaire
Tube collecteur du rein : site de réabsorption de l'eau par le rein contrôlé par l'hormone
posthypophysaire antidiurétique (ADH)
Passage de l’eau au travers de l’épithélium
L'eau passe du côté apical au côté basolatéral. Elle ne passe pas entre les cellules qui sont séparées
par des jonctions serrées mais à travers les cellules (H2O transcellulaire). Il y a des canaux
d'aquaporine (AQP2) du côté apical qui laisse passer l'eau. Le mercure bloque ces canaux.
Le rein concentre les urines. Lors du diabète insipide, il y a déficience d'hormone antidiurétique,
suite à un traumatisme, celle-ci n'est plus produite. Pour le diabète sucré de type II, on fait trop pipi.
Ocytocine
La succion du mamelon ou la distension du col utérus stimule l'hypothalamus qui va via
l'hypophyse sécréter de l'ocytocine qui sera envoyée vers le mamelon ou l'utérus qui envoie un
feedback à l'hypothalamus.
Prolactine et hypertrophie glandulaire: La prolactine est une hormone sécrétée par l'anté-hypophyse
qui permet principalement le déclenchement et le maintien de la lactation. L'hypertrophie de la
glande est normale en cas d'allaitement, elle peut provenir d'une tumeur hypophysaire.
93
13. Endocrinologie de la reproduction
L'appareil génital féminin
Structure générale
Organes génitaux internes : ovaires (gonade femelle), trompes (extrémité frangée et ciliée crée un
courant pour attirer l'ovocyte dans la trompe), utérus (fibre musculaire lisse (le myomètre) tapissé
par l'endomètre), vagin. Les ovaires sont maintenu en place par des ligaments.
Organes génitaux externes : vulve, clitoris
Les ovaires produisent les gamètes féminins (ovules) et sécrètent les hormones sexuelles femelles
(œstrogène et progestérone).
C'est le lieu de la fécondation et du développement du fœtus
Les organes génitaux mâles
94
Les spermatozoïdes sont stockés dans l'épididyme.
Développement de l'appareil reproducteur
Différenciation Sexuelle
Phénomène séquentiel – ordonné. On part des gènes architectes pareils pour les deux sexes.
Sexe chromosomique: XX --> fille, XY --> garçon
Sexe gonadique: se construit à la 5° semaine dans le mésoderme.
•Gène Architecte : Sry : Sex-determining Region of Y chromosome
•Code pour la protéine TDF (Testis Determining Factor)
•Différenciation de la gonade indifférenciée par Ag du gène HY
Sexe Phénotypique: Sécrétion endocrine des gonades fœtales, le caractère phénotypique masculin
se développe grâce à la testostérone.
Différenciation Sexuelle (interne) - 7ème semaine in utéro
Pour les hommes :
Disparition des canaux de Müller : production AMH (Anti-Müllérian Hormone) par cellule de
Sertoli
Production de testostérone : production par cellule de Leydig --> Dihydrotestostérone -->
différenciation des organes génitaux externes
95
Organes externe:
Tubercule génital: clitoris chez la femme, gland chez l'homme
Bourrelet génital: grande lèvre, corps du pénis et scrotum
Pli urétral et sillon: petite lèvre, raphé périnéoscrotal
Sinus Urogénital: partie inférieur du vagin, prostate.
Organes internes:
Les canaux de Müller donne l'utérus, les trompes et la partie supérieure du vagin.
Les canaux de Wolff donne l'épididyme, le canal déférent et la vésicule séminale.
Hormone sexuelle mâle : la testostérone
Elle est sécrétée par les cellules interstitielles de Leydig du testicule. Elle permet le développement
embryonnaire, la croissance et le maintien des organes génitaux masculins. Elle permet le
développement des caractères sexuels secondaires masculins. Elle stimule la synthèse protéique
(muscles et os surtout)
Hormones sexuelle féminines
Les Œstrogènes: La sécrétion commence à partir de la 8-10ème semaines in utéro. Ils permettent le
développement des caractères sexuels secondaires féminins et le développement de l'endomètre
utérin au cours du cycle menstruel.
96
La Progestérone permet le développement de l'endomètre utérin après l'ovulation, la stimulation
des glandes mammaires et l'inhibition des contractions de l'utérus au cours de la grossesse.
Anomalie de la différenciation sexuelle
Anomalie du Sexe Chromosomique
Syndrome de Klinfelter: dysgénésie chromosomique; excédant de chromosomes X. Le chromosome
47 est XXY. Cela arrive pour 1 garçon sur 500 nés vivants.
Syndrome de Turner: Agénésie Ovarienne : chromosome 45 : X0. Cela arrive pour 1 fille sur 5000
nées vivantes.
Phénotype chromosome 45 :Y0 : mort in utéro
Anomalie du sexe Phénotypique
Déficit en 5 α-Réductase (pas de transformation de la testostérone en dihydrotestostérone) --> sexe
qui ressemble à une femme mais pas de poitrine
Testicule féminisant complet --> poitrine et sexe féminin
Déficit en 21-hydroxylase --> Masculinisation
L'ovogenèse
Au cours du développement de l'embryon de sexe féminin, les ovaires d'origine mésodermiques
sont constitués de cellules de type mésenchymateuses qui seront colonisées par les gonocytes.
Les gonocytes primordiaux ou ovogonies (Embryon -7ème semaines de la grossesse) proviennent du
sac vitellin et migrent vers l'ébauche de l’ovaire. Les follicules primordiaux (Entourés d'une couche
unique de cellules épithéliales: cellules folliculaires autour de l'ovocyte). Dégénérescence, il n'en
reste plus que 10 million à la naissance et de 250 à 400 milles à la puberté.
Les ovogonies subissent une multiplication mitotique (7.106 à 5 et 6 mois in utéro). Ensuite, ils
grandissent et accumulent l'ARNm, l'ARNt, l'ARNr et produisent de plus en plus de protéines et de
lipides.
Les ovocytes I (2ème trimestre) : début de la prophase de la Méiose. Les cellules resteront bloquées
avec un jeu de 23 paires de chromosomes homologues. La maturation de l'ovocyte I se poursuivra
lors du cycle menstruel et donnera par division deux cellules en séparant les paires de chromosomes
homologue. On a donc des ovocytes II (avec 23 chromosomes) et un premier globule polaire
(cellule réduite pour préserver le cytoplasme). L'ovocyte II et le globule polaire reste cote à cote
lors de la migration vers l'utérus.
En cas de fécondation, on a la seconde division méiotique qui donnera un seul ovule et plusieurs
globules polaires.
Le placenta permet la diffusion des molécules entre le sang de la mère et celui de l'enfant et sécrète
une hormone (HCG) qui maintient le corps jaune fonctionnel.
97
Le corps jaune est chargé en lipide et produit
de la progestérone.
Quand le corps jaune est dégénéré, il forme le
corps blanc.
Les corps blanc forment des cicatrices dans
l'ovaire.
Puberté - Libération Pulsative de FSH (Follicle Stimulating Hormone)
En présence de FSH, 30 à 40 follicules primordiaux sont stimulés ce qui donne les follicules
primaire (Granulosa).
Le Follicule Secondaire a une taille d'environ 150 μm. Il provient de l'épaississement de la
granulosa. Il y a apposition de cellules stromales: Thèque interne (sécrétion des œstrogènes),
Thèque externe (pas de sécrétion) et apparition d'une cavité
Follicule « De Graaf » (Tertiaire): En périphérie :
cellules de la thèque puis cellules de la Granulosa
et de l'autre côté de l'ovocyte??: Cumulus
oophorus.
A maturation, le follicule de De Graaf libère
l'ovocyte, le reste forme le corps jaune qui est
ensuite digéré.
L'ovocyte est libéré à l'entrée de la trompe.
Cycle menstruel ou cycle ovarien
Contrôle hypothalamique: sécrétion de GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone)
Sécrétion cyclique des hormones hypophysaires : FSH et LH
Sécrétions ovariennes : Œstrogènes et Progestérone
Régulation Hormonale du Cycle
Phase Proliférative ou folliculaires : phase de croissance du follicule.
GnRH stimule l’hypophyse antérieur
Sécrétion par l’hypophyse antérieure de FSH et de LH
98
FSH entraîne la maturation du follicule.
Les cellules de la Granulosa sécrète les œstrogènes
L'augmentation de l'œstradiol freine la libération de FSH et de LH, il y a donc accumulation dans
les cellules hypophysaire
Une forte augmentation d'œstradiol stimule le pic de LH (FSH) et il y a donc ovulatio. Le pic de LH
est plus grand que le pic de FSH.
La progestérone stimule la croissance de l’endomètre.
Phase Sécrétoire ou luthéale: C'est la période d'activité du corps jaune.
LH stimule la formation du corps jaune à partir du follicule rompu
Le corps jaune sécrète les œstrogènes et la progestérone. Si l'ovocyte n'est pas fécondé le corps
jaune dégénère après 10 jours environ et va dégénérer en corps blanc.
Progestérone stimule l’endomètre qui prolifère de plus en plus et sécrète un liquide riche en
glycogène.
Les œstrogènes et la Progestérone inhibe la production de FSH et de LH
On a un pic d'œstrogènes juste avant l'ovulation et à la fin du cycle. On a un pic de progestérone
vers le jour 21.
L'endomètre en phase proliférative
Glandes tubulaires droites avec cellules cylindriques inclues dans stroma conjonctif dense
Menstruation (en l’absence de fécondation)
Dégénérescence corps jaune et formation du corps blanc
Diminution des taux d'œstrogènes et de progestérone
Vasoconstriction des artérioles spiralées --> Ischémie (plus de sang apporté dans le tissu)
Les taux faibles d'œstrogènes et de progestérone lève l’inhibition sur la sécrétion de FSH et de LH
par l’hypophyse antérieure
Dégénérescence de l'endomètre qui s'était développé = pertes menstruelles
Fécondation de l'ovule:
Le Placenta provoque un pic dans l'hormone HCG à 8 semaines de grossesses. L'HCG maintient le
corps jaune en état.
Le corps jaune sécrète des œstrogènes et de la progestérone qui augmentent jusqu'à la naissance.
Les œstrogènes stimulent l'endomètre utérin et la progestérone inhibe l'hypothalamus (GN-RH)
Mode d'action du RU-486, la pilule abortive
Elle bloque les récepteurs de progestérone, la progestérone ne peut donc plus les activer et on n'a
donc plus de formation de protéine.
La pilule anticonceptionnelle
Composition : de la progestérone généralement associée à un peu d'œstrogènes. Elle inhibe
99
l'hypothalamus et donc la sécrétion de GN-RH et elle empêche donc le "pic" de LH et donc
l'ovulation
La ménopause
Il y a un arrêt des cycles menstruels. Les ovaires sont âgés, il reste peu de follicules répondant à la
FSH, le taux d'œstrogène baisse. Pour vérifier, on fait un test sanguin : taux élevés de FSH.
Formation des spermatozoïdes
Il y a deux étapes: La méiose qui donne la formation des spermatides et la spermiogénèse, c'est-àdire la transformation de spermatides en spermatozoïdes. Le noyau se condense et s'épaissit. Un
compartiment dérivé du lysosome accumule des enzymes protéolytique et se place au-dessus du
noyau, à la tête du futur spermatozoïdes. On l'appelle l'acrosome. Les enzymes qu'il contient son
aussi appelés enzymes acrosomiaux.
Les centrioles du centrosome se placent derrière le noyau. Un des deux centriole ne se transforme
pas tandis que le second va en s’allongeant former un flagelle.
Les mitochondries se rassemblent et forment un manchon entourant la base du flagelle.
Régulation hormonale du testicule
Stimulus provenant d'autres régions de l'encéphale que l'hypothalamus, facteur de libération de la
FSH et le LH dans l'adénohypophyse. La FSH stimule le sertoli et provoque la fabrication des
spermatozoïdes dans les testicules et la LH, la sécrétion de la testostérone dans la cellule de Leydig.
Celle-ci génère une boucle de rétro-inhibition sur le cerveau et l'adénohypophyse.
100
Téléchargement
Explore flashcards