lire - Handident PACA

publicité
" C'EST ÇA AUSSI HANDIDENT"
Six heures...zut, c'est quoi ce bruit ? Oh la la, le réveil, sonne moins fort, je
dors… eh non je ne dors plus, il est juste temps de me préparer pour faire les 140
Kms qui me séparent de Puget Sur Argens, où "mes "handicapés du jour
m'attendent pour une série de soins...pas drôle toujours les petits matins de
Handident !
Me voilà sur l'autoroute, encore un peu vaseuse, direction Nice ; un premier
projet achève de me réveiller: prendre un petit café dans une petite heure...
mmmmmm! le temps d'ébaucher un sourire à cette perspective, me voilà...
Wouaouh... au pied de la Sainte Victoire qui s'éveille, comme moi, au petit matin du
soleil ! Que tu es belle, montagne ! Comme ils ont eu raison, les peintres, de te
donner toutes leurs couleurs, toutes leurs émotions... et moi qui les partage, quelle
chance !
La route continue, calme encore à cette heure, vient le petit café, tiens, si je
prenais un croissant avec ? Oui oui, le déplacement vaut la gâterie !, la route à
nouveau.... et oh , à droite, sortie Saint Tropez ... St Tropez et deux étés dans mes
dernières années d'études, avec une bande de copains, peu de sous mais quels
souvenirs !Tiens ...dans ce temps là...et si je décidais, là, maintenant, de quitter
l'autoroute, de descendre par cette petite route dont chaque virage me
rapprocherait de mes souvenirs… et si je m'installais, vers 10 heures, à la terrasse
de Sénéquier, pour un grand verre de jus d'orange frais, et surtout pour regarder
passer les "gens de la rue", à cette saison ,ils seront moins folklos ! Et si......
Allez Annick, on est raisonnable, cesse de rêver, continue ta route... Voilà voilà,
Puget, le GPS m'envoie vers le centre et là, tout calme encore, "mon" Bus
m'attend, gentiment calé contre un joli bâtiment bas, dans un cadre verdoyant.
J'y retrouve une nouvelle assistante, Christelle, tiens elle est sympa.., çà
commence bien. Noooon, pas bien, l'air n'arrive pas au fauteuil, les infirmières
n'ont pas apporté les dossiers médicaux, il manque des cartes vitales, enfin bref, un
début comme tant d'autres, un coup de fil au pavillon 9 pour savoir débloquer la
vanne du compresseur, quelques sourires au personnel pour obtenir tous les
papiers et la journée se déroule...bien, comme d'hab, des patients pas toujours
patients, on y arrive quand même, tiens, déjà midi !
Christelle prépare la suite... On va déjeuner à côté, il y a un resto tenu par
des personnes handicapées...je l'attends dehors, il fait beau, très beau, en ce 2
septembre. Assise sur les marches du Bus, je regarde autour de moi. Wouaouh, à 5
mètres devant le bus, derrière une fine grille, il y a des vignes, et des grappes
dorées qui me semblent gonfler au soleil, sous mes yeux; Mmmm, c'est si beau,
une grappe de raisin ! Quelle chance !
Déjeuner à l'ombre d'une tonnelle servi par des jeunes filles souriantes et
visiblement heureuses de nous faire partager leurs talents. .. moment de partage
aussi, avec Christelle que j'apprends à connaître et qui va nous prouver au fil des
semaines qu'elle sait maîtriser les situations les plus difficiles (ceci est une autre
histoire…plus tard )
L'après midi se déroule sans problèmes, mon dos me fait bien mal, comme
toujours après des soins "par dessus leur fauteuil", pliée en quatre, le pied gauche
en recherche de la pédale, la tête du patient calée contre mon épaule, l'oeil attentif
au moindre mouvement intempestif (oui, y a le MEOPA, certes, mais ...) Bref, on y
arrive, le dernier est parti, on va finir à deux, rangement, vérification des infos
notées dans l'ordi, télétransmission , etc. Aahh et ben voilà encore une fois çà ne
marche pas... HUGUES, au secours... il ne répondra pas ce jour là...en principe, il
est toujours dispo pour guider nos errances...bon Christelle verra demain
Bon salut Christelle, je reprends ma route en sens inverse...
"Radio classique" pour calmer mes tensions, l'esprit récapitule sa journée, et
Ohhh, à gauche: les rochers de Roquebrune, leur découpe ciselée sur le ciel, leurs
couleurs ocre, brun, rouge… que vous êtes beaux, rochers de Roquebrune, que
vous êtes beaux, pins parasols qui ajoutent leur dessin vert franc sur ce ciel
intensément bleu ...merci pour ce cadeau de retour... mais ce n'est pas fini...encore
quelques dizaines de Kms, et revoilà, sur ma droite, "ma" Sainte Victoire au
couchant, majestueusement alanguie, gorgée de soleil... je sens encore ta chaleur,
belle montagne... attends la nuit, tu vas respirer ... jusqu’à demain .... Au revoir....
Enfin Marseille approche, les roucaous blancs de ses collines me font sourire,
ils sont partout autour de ma ville, simples dans leur douce couleur, étrangement
familiers de mon quotidien, m'indiquant ce soir que la maison n'est pas loin.
Voilà, un dernier créneau pour garer la voiture, je m'écroule sur un canapé,
savourant autant le plaisir de m'y trouver bien que de raconter, comme d'hab ma
journée à Robert:
"Tu as encore pleuré d'émotion, aujourd'hui?" me dit-il avec un sourire
entendu ...
Non, aujourd'hui, mon chéri, j'ai joui de ma belle vie ... allez, on dîne ?
Quelle chance....
Annick
Téléchargement
Explore flashcards