STRABISMES – PARALYSIES OCULOMOTRICES

publicité
STRABISMES – PARALYSIES OCULOMOTRICES
A. LES STRABISMES
Syndrome caractérisé par la paralysie du muscle oculomoteur :
- déviation des axes visuels sans altération des mouvements oculaires
- un trouble de la vision binoculaire
deux éléments distincts sont à distinguer :
- l’élément moteur qui est la déviation des axes
- l ‘élément sensoriel qui est le trouble de la vision binoculaire
les strabismes peuvent être classés en :
- strabisme convergent (ésotropie)
- strabisme divergent (éxotropie)
- strabisme verticaux
les strabismes sont fréquents (environ 4% de la population). Ils surviennent principalement chez
l’enfant. Une transmission héréditaire est certaines, mais le mode de transmission est
controversé.
1.
EXAMEN
Interrogatoire : il précise l’âge du début du strabisme, les éventuels traitements prescrits, les
antécédents familiaux.
Mesure de l’acuité visuelle : mesure à partir des échelles alphabétique ou de dessins en fonction
de l’âge de l’enfant. Chez l’enfant plus jeune < 3 ans on cherche à dépister l’amblyopie (œil qui
présente une acuité visuelle déficiente non expliquée par des lésions anatomiques).
La méthode de dépistage de l’amblyopie est de cacher complètement un œil, par un pansement
pendant quelques minutes, si l’enfant est très gêné et cherche à arracher celui-ci, c’est parce que
l’œil sain a été caché.
Mesure de la réfraction : par des méthodes objectives tels que le Skiascopie (nécessite une
dilatation par un collyre atropinique qu’après plusieurs jours afin de supprimer les phénomènes
accommodatifs. On cherche une amétropie en particulier une hypermétropie qui sera corrigée par
le port de lunettes (environ 6 mois ou 1 an ). Pose d’un prisme sur le verre de la lunette pour
supprimer la diplopie, réévaluation au bout de 6 mois avant le geste chirurgical.
2. RECHERCHE CAUSES ORGANIQUES
Le temps essentiel, en dehors des amétropies doit être éliminé avant tout examens ;
- un trouble des milieux transparents (cataracte, anomalie vitréenne)
- une maladie rétinienne
- une tumeur rétinienne
- une cause orbitaire ou neurologique
-examen de la mobilité oculaire
-examen sou écran
-mesure de la déviation
1
3. FORMES CLINIQUES
-
-
strabismes convergents : ils sont fréquents souvent précoces avant 4-5 ans, sont
souvent dus à une hypermétropie et sont corrigés par le port de lunettes avec
des verres convexes. La correction optique supprime l’effort d’accommodation et
de convergence.
Strabismes divergents
Strabismes avec composantes verticales
4. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL
pseudo strabisme : l’enfant semble loucher, mais l’examen sous écran est normal. Il s’agit souvent
d’une hypertélorisme (racine du nez large). Cet aspect de pseudo-strabisme disparaît lorsque
l’enfant grandit.
5. TRAITEMENT
le traitement du strabisme est souvent long et difficile, son succès repose sen grande partie sur
une coopération de l’enfant et des parents.
-
-
cause organique : sera toujours traité avant de débuter le traitement du
strabisme
amblyopie fonctionnelle : est traitée préalablement. Plus ce traitement est
précoce plus il est efficace, la méthode courant est l’occlusion totale, permanent
pendant quelques jours et surveillé
traitement optique : par correction de l’amétropie en cas de strabisme
accommodatif pur.
Rééducation orthoptique : complément utile ou en pré per et post-opératoire
Chirurgical : il est nécessaire dans la majorité des cas, l’indication est posée avant
l’âge scolaire, le but de l’intervention est essentiellement mécanique.
L’intervention modifie la contraction du muscle par sa résection afin d’augmenter
sa contraction et son insertion pour diminuer sa contraction (le but est de
supprimer les déviations axiales)
6.TRAITEMENT CHIRURGICAL DANS LE SERVICE
-
-
si absence de récupération par le traitement optique, au bout de 6 mois,
proposition d’un geste chirurgical. Le traitement orthoptique est repris en postopératoire
concerne surtout des mineurs, prévoir un bracelet d’identification, l’autorisation
parentale d’opérer valide
pas de dilatation en pré et post-opératoire, ni de pansement oculaire.
Au retour du bloc, rassurer l’enfant car il a peur d’ouvrir les yeux
Sortie à J+1 avec une ordonnance de collyre anti-infectieux et anti-inflammatoire
2
B.PARALYSIE OCULAIRE
1.
-
-
SIGNES CLINIQUES
la diplopie : vision double dans la direction du regard déterminé par le muscle
paralysé, cette diplopie disparaît en cachant un œil. La diplopie peut provoquer
vertiges et migraines.
La déviation objective : l’oiel sin cherche à compenser le déficit de l’œil paralyssé
L’attitude vicieuse de la tête : qui permet au malade de compenser son déficit et
d’éviter ainsi la diplopie
L’importance de la paralysie est apprécié par l’examen sous écran.
2.FORMES CLINIQUES
-
paralysie du moteur oculaire commun III et externe VI
paralysie du grand oblique IV
paralysie combinée
paralysie congénitale
3. FORMES ETILOGIQUES
la lésion causale peut siéger dans l’orbite sur tout le trajet du tronc nerveux, de l’émergence du
tronc cérébral à la fente sphénoïdale en passant par le sinus caverneux, dans les noyaux
centraux, et dans le cortex cérébral.
Les étiologies sont nombreuses (traumatiques, affections vasculaires, tumeurs orbitaires, HTIC,
les infections, certaines intoxications, SEP)
3
Téléchargement
Explore flashcards