Les députés veulent y voir clair sur la gestion du Samusocial

advertisement
Les députés veulent y voir clair sur la gestion du
Samusocial bruxellois
RTBF.be - REGIONS | Mis à jour le vendredi 25 octobre 2013 à 16h56
Les députés bruxellois veulent y voir plus clair sur la gestion du Samusocial, l'asbl
subsidiée par la Commission communautaire commune pour venir en aide aux nombreux
sans-abri de la capitale, mais il s'en trouve très peu, pour remettre en cause le travail utile
de l'association dans cette problématique. C'est du moins ce qu'il est ressorti des
questions d'actualités posées aux ministres bruxellois, vendredi au sujet de ce dossier et
d'informations recueillies dans les couloirs du parlement.
Les ministres chargées de l'Aide aus Personnes Evelyne Huytebroeck et Brigitte
Grouwels ont été interrogées par Michel Colson (FDF), Elke Roex (sp.a) et Pierre Migisha
(cdH).
Ce dernier s'est fait volontiers le relais des critiques sévères formulées la veille par le
cheffe de file du cdH, Joëlle Milquet, dans l'opposition à la Ville de Bruxelles, non
seulement sur le "manque totale de transparence" dans la gestion financière de l'asbl et
ses flux de et vers la CPAS de la Ville, mais aussi sur la rémunération de la directrice du
Samusocial, Pascale Peraita, jugée "choquante".
Sur ce dernier point, il a été partiellement rejoint par la ministre Huytebroeck qui a jugé
cette rémunération a priori excessive.
Le député FDF Michel Colson s'est quant à lui refusé "d'entrer dans le jeu du règlement
de compte de Mme Milquet" pour tenter d'y voir plus clair. Il compte d'ailleurs interpeller
les ministres pour entrer en temps opportuns plus dans le détail de la gestion de l'asbl et
de la gestion des subsides.
Sans contester le mérite du travail accompli par le Samusocial, il a souligné qu'en 2003
déjà, il avait démissionné du Conseil d'administration de l'asbl tout comme la députée
Ecolo Anne Herscovici pour protester contre le manque de transparence dans la gestion
financière l'association.
Médecins du monde se veut d'une transparence totale et explique ses dépenses
L'association Médecins du monde (MdM), citée dans le rapport de l'Inspection des
Finances sur la gestion des finances du Samusocial bruxellois a tenu à apporter vendredi
des explications quant au rôle des médecins travaillant en son nom dans le contexte de
l'aide apportée aux sans-abri.
Se voulant d'une "transparence totale", elle n'a pas manqué de dire qu'elle n'a jamais été
interpellée ni par l'Inspection des Finances, ni par le Samusocial, ni par les médias, qui
ont relayé que l'Inspection des Finances reprocherait au Samu social de ne pas expliquer
ce que recouvrent les 25000 euros versés à cette organisation.
"Depuis l'hiver 2011, nous avons obtenu du Samu social qu'il soutienne l'intervention des
150 médecins et infirmiers bénévoles de Médecins du Monde au chevet de près de 1100
personnes sans abri durant plus de 120 nuits. Cela s'est traduit par une note de frais de
23573 euros début 2012 pour les 3288 consultations de l'hiver 2011-2012. (3,8 euros la
consultation et le même montant en médicaments par patient), deux notes de frais
totalisant 40000 euros début 2013 pour les 6945 consultations de l'hiver 2012-2013 (2,9
euros la consultation et le même montant de médicaments par patients)", a expliqué
Médecins du monde dans un communiqué.
L'organisation a ajouté que le dispositif hivernal nécessitait, outre l'engagement des
bénévoles, plus de 70000 euros de dépenses à MdM (dix euros par personne,
consultation et médicaments compris). Ces dépenses sont couvertes par la générosité du
public.
Médecins du monde a par ailleurs précisé que les justificatifs de dépenses (factures de
médicaments et fiche de salaire de la coordination médicale à l'appui) ont été remis au
SAMU social. Un rapport d'activité des consultations a été envoyé d'initiative aux
autorités compétentes et présenté à notre demande au Parlement bruxellois.
Belga
http://www.rtbf.be/info/regions/detail_les-deputes-veulent-y-voir-clair-sur-la-gestion-dusamusocial-bruxellois?id=8121249
Téléchargement