Telechargé par christian.rwessi

Grammaire française 30 difficultés à surmonter(0)

publicité
30 difficultés de la langue française (et
comment les surmonter)
juin 20, 2015août 26, 2015 Généralastuces, orthographe
La langue française est caractérisée par sa richesse mais aussi par sa complexité.
J’analyse dans cet article 30 difficultés du français que j’ai rencontrées, avec à
chaque fois les règles correspondantes afin de les surmonter. Je me suis notamment
inspiré des excellents conseils de l’Académie française, de ceux du projet Voltaire ainsi
que du forum de languefrancaise.net.
Je vous engage à parcourir le sommaire pour voir les difficultés que vous avez déjà
rencontrées. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous avez d’autres
cas que j’aurais omis.
Sommaire



1#« la voiture de Julie » ou « la voiture à Julie » ?
2# À l’attention de, à l’intention de
3# À ou chez (établissements commerciaux)



























4# Adjectif ou nom de nationalité : « il est français » ou « il est Français » ?
5# Adjectif verbal ou participe présent : « fatigant » ou « fatiguant » ?
6# An, année
7# « Les danseuses étoiles regardent des films culte »
8# « Autant pour moi » ou « Au temps pour moi » ?
9# « Elle a l’air malin » ou « Elle a l’air maligne » ?
10# Ce qui reste ou ce qu’il reste ?
11# Jeudi et vendredi « prochain » ou « prochains » ?
12# Courbatu, courbaturé
13# Deuxième, second
14# En termes de / au terme de
15# Le haricot ou l’haricot ?
16# « Le plus belle » ou « la plus belle »
17# Tant pis, tampis
18# Quoique, quoi que
19# Tel, tel que / Telle, telle que
20# Travail, travaux, travails
21# « les mêmes penchants que moi » ou « … que les miens » ?
22# « à petit feu » ou « à petits feux » ?
23# L’usage de demi24# Ci-annexé, ci-inclus, ci-joint
25# Accord avec « gens »
26# les toilettes « handicapés » ou « handicapées »
27# Vive les vacances ou vivent les vacances ?
28# Leur chapeau ou leurs chapeaux ?
29# Biensur, bien sûr
30# tache, tâche
1#« la voiture de Julie » ou « la voiture à Julie » ?
à : La préposition « à » marque l’appartenance. Elle s’utilise :


après un verbe (« Cette voiture est à Papa »).
devant un pronom (« un ami à nous », « sa façon à elle »)
de : On utilise « de » lorsqu’il est placé entre deux noms (« la voiture de Julie »,
« la moto de la police »).
Exceptions : fils à papa, bête à bon dieu, barbe à papa…
2# À l’attention de, à l’intention de
À l’attention de : on l’utilise dans le langage de l’administration pour indiquer le
destinataire d’une lettre, d’une note administrative, d’un envoi etc. Cela se fait à
l’attention de, pour marquer que l’on attire l’attention du destinataire, que l’on
soumet quelque chose à son attention.
À l’intention de (quelqu’un) : signifie « pour lui, dans le but que cela lui soit
agréable, profitable, bénéfique ». Exemples : Il a acheté ce livre à leur intention,
dans le but de leur offrir. On écrit une chanson à l’intention de son ami.
3# À ou chez (établissements commerciaux)
Chez ne s’utilise qu’en parlant de personnes et, par extension, d’êtres animés ou
d’êtres personnifiés. Exemples : Il habite chez ses parents. Chez les aigles, le bec
est jaune.
Dans le cas d’établissements commerciaux, quatre cas sont possibles :
– le nom de l’établissement se confond avec un nom de personne : on utilise chez.
Exemple : Aller chez Durand et fils.
– le nom de l’établissement est un nom de chose ou un groupe comprenant un nom
de chose, et l’on utilise à. Exemple : Aller au Bon Marché.
– on traite comme nom de chose ce qui était autrefois un nom de personne et on
utilise à. Exemple : Aller à la Samaritaine.
– on traite comme nom de personne un nom de chose, un acronyme, etc. et on
utilise chez. Exemple : Aller chez Fiat.
Attention, dans le cas où l’usage n’est pas fixé, à ou chez sont possibles : certains
auront en tête le nom de personne Leclerc et diront chez Leclerc ; d’autres, par une
sorte d’ellipse, diront à Leclerc pour au magasin Leclerc. On n’utilisera « à » que
pour désigner un magasin particulier : à l’Auchan de tel endroit, au Carrefour de
telle ville.
4# Adjectif ou nom de nationalité : « il est français » ou « il
est Français » ?
Pour les noms et adjectifs, la majuscule est utilisée dans le cas où on désigne une
personne habitant dans un pays ou en étant originaire. Exemple : Un
Français mais un fromage français.
Pour désigner la langue on n’utilise jamais de majuscule. Exemple : Je veux
apprendre le français.
Astuce : ces règles valent aussi pour les régions : un Parisien, une Normande, un
Asiatique mais un monument parisien, le parler normand, la cuisine asiatique.
Dans la phrase Il est français, si on considère que « français » est un adjectif alors
on utilise la minuscule (solution préférée par l’Académie française), si on le
considère comme un attribut on utilise la majuscule.
5# Adjectif verbal ou participe présent : « fatigant » ou
« fatiguant » ?
Pour ne pas se tromper, il suffit de remplacer fatigant/fatiguant par un autre
adjectif : si c’est possible, on écrit fatigant sans u, sinon c’est le participe présent
qui garde le radical du verbe (avec u) : fatiguant.
Exemples :
-C’est fatigant de faire du sport (= c’est difficile de faire du sport → adjectif →
pas de u intercalaire).
–C’est en se fatiguant au travail qu’il est tombé malade (participe présent
→ u intercalaire).
-C’est un travail fatigant (adjectif) mais C’est un travail fatiguant le dos (participe
présent).
Astuce : on utilise la même règle pour extravaguant / extravagant, fringuant /
fringant, naviguant / navigant.
6# An, année
An désigne une période indivisible, une simple unité de temps, abstraction faite des
divisions que l’on pratique dans l’année. On l’emploie le plus souvent avec un
adjectif numéral, indiquer un âge ou situer un moment dans une époque.
Exemples : Depuis vingt ans. Il a dix ans. L’an 2000.
Année, qui est presque toujours qualifié par un adjectif, est la période
annuelle considérée dans la durée.
Exemples : année civile, bissextile ; l’année dernière ; à la fin de l’année ; l’année
de sa naissance.
7# « Les danseuses étoiles regardent des films culte »
Au pluriel, lorsque deux noms sont apposés, le deuxième nom varie uniquement si
on peut établir une relation d’équivalence entre celui-ci et le premier.
Ainsi, on écrira Les danseuses étoiles regardent des films culte, car si l’on
considère que les danseuses sont des étoiles (elles ont les mêmes propriétés
qu’elles, elles brillent de la même façon), il est évident que les films ne sont pas des
cultes, mais qu’ils font l’objet d’un culte.
8# « Autant pour moi » ou « Au temps pour moi » ?
« Au temps pour moi » est une locution exprimant la reconnaissance d’une erreur
de la part du locuteur. On rencontre couramment la graphie « Autant pour moi »,
qui est incorrecte selon l’Académie française, mais qui est défendue par certains
hommes de lettres et certains grammairiens.
À l’origine, « au temps » est une expression militaire signifiant qu’un des soldats
n’était pas dans le temps en faisant un mouvement, et que l’opération devait être
reprise depuis le début.
9# « Elle a l’air malin » ou « Elle a l’air maligne » ?
Lorsqu’on peut remplacer le verbe avoir par « prendre » alors on n’accorde pas
avec le sujet.
Exemple : avoir l’air noble, l’air guerrier, l’air martial ; Elle a l’air gracieux ;
Elles ont l’air niais de leur tante.
Dans les autres cas, « l’air » prend le sens de « sembler, paraître » et l’adjectif qui
suit s’accorde avec le sujet.
Exemple : Elle a l’air méfiante ; Ils ont l’air imbus de leur personne ; Ces prunes
ont l’air bonnes, mauvaises ; Cette maison a l’air abandonnée ; Elle a l’air
maligne.
10# Ce qui reste ou ce qu’il reste ?
Avec les verbes susceptibles d’être construits soit personnellement, soit
impersonnellement, on utilise ce qui ou ce qu’il : qui est le sujet du verbe
construitpersonnellement, qu’il apparaît dans la tournure impersonnelle.
Cependant, il est parfois impossible de faire la nuance. Ainsi on peut dire : nous
verrons ce qui se passera ou ce qu’il se passera.
11# Jeudi et vendredi « prochain » ou « prochains » ?
L’adjectif s’accorde en genre et en nombre.
Exemples : jeudi prochain ; jeudi et vendredi prochains ; les deux semaines d’avril
prochaines.
12# Courbatu, courbaturé
Le Dictionnaire de l’Académie française (neuvième édition, en cours de
publication), donne les définitions suivantes :
COURBATU,-UE adj. XIVe siècle. Déformation de court-battu, composé
de court, pris adverbialement, et de battu, proprement « battu à bras raccourcis »,
« bien battu ».
Qui éprouve une grande lassitude du corps et surtout des jambes. Après cette
longue marche, je me sentais tout courbatu.
COURBATURE n. f. XVIe siècle. Dérivé de courbatu. Raideur musculaire
provoquée par la fatigue ou la maladie. Avoir des courbatures.
COURBATURER v. tr. XIXe siècle. Dérivé de courbature.
13# Deuxième, second
En pratique, on utilise deuxième lorsque la série comprend plus de deux éléments.
Si la série s’arrête à deux éléments, on utilisera second.
Exemple : Il est arrivé deuxième alors qu’il y avait 500 participants. (il y a plus de
deux participants). Il est arrivé second (il n’y a que deux participants à la course).
14# En termes de / au terme de
Règle 1 : Dans le sens de « dans le vocabulaire, dans le langage de », en termes
de est la seule forme correcte : en termes de marine, de médecine, de
jurisprudence, etc.
Règle 2 : En termes de au sens de « en matière de » est un anglicisme à proscrire.
On emploiera donc les locutions quant à, en matière de ou en ce qui concerne.
Règle 3 : Au terme de, quant à lui, signifie « à la fin de » : Au terme de l’année de
première, les lycéens passent le baccalauréat de français.
15# Le haricot ou l’haricot ?
Le h de haricot est « aspiré », c’est-à-dire qu’il interdit la liaison, impose que ce
mot soit prononcé disjoint de celui qui le précède, au singulier comme au pluriel.
Exemple : on écrit et dit : le haricot, non l’haricot ; un beau haricot, non un bel
haricot.
Astuce : tous les dictionnaires indiquent par un signe conventionnel
quels h (généralement d’origine germanique) sont aspirés et quels h (généralement
d’origine gréco-latine) ne le sont pas. Pour certains mots, l’usage est indécis. Ce
n’est pas le cas de haricot : faire la liaison est une faute.
16# « Le plus belle » ou « la plus belle »
Lorsqu’on peut remplacer par « au plus haut degré » alors l’article reste invariable
(lorsqu’une chose n’est comparée qu’à elle-même).
Exemple : C’est le matin que la rose est le plus belle (c’est le matin qu’elle est
belle au plus haut degré).
Cependant, l’article varie si la comparaison s’effectue entre deux entités
différentes.
Exemples : Cette rose est la plus belle de toutes ; Cette rose est la moins
fanée (sous-entendu : « des roses », « des fleurs »).
17# Tant pis, tampis
Nous confondons de plus en plus tant pis avec tampis. L’orthographe tampis est
bien sûr incorrecte et il faut écrire tant pis qui signifie « c’est dommage, c’est
ennuyeux, c’est préjudiciable mais c’est ainsi ».
18# Quoique, quoi que
Quoique, en un seul mot, est utilisé si on peut le remplacer par bien que ou encore
que.
Exemples : Nous lui avons conservé notre amitié, quoiqu’il ait menti. Quoiqu’il
relève de maladie, il a tenu à être présent. Quoique ne manquant pas d’aisance, il
prenait rarement la parole (Bien que ne manquant pas d’aisance…
Quoi que, en deux mots, est utilisé si on peut le remplacer par peu importe ce que.
Exemples : Quoi que je dise, personne ne me croit (Peu importe ce que je dis,
personne ne me croit). Quoi que vous fassiez, il faut réussir.
19# Tel, tel que / Telle, telle que
Règle 1 : tel que s’accorde avec le nom qui le précède et dont il dépend
Exemple : les bêtes féroces telles que le tigre, le lion, etc. ;
Règle 2 : tel sans que s’accorde avec le terme qui suit. L’Académie française
signale toutefois que certains grands auteurs, tel Georges Duhamel, ont
employé tel accordé avec le terme qui le précède.
Exemple : L’homme en colère, telle une bête féroce…
Règle 3 : comme tel et en tant que tel s’accordent avec le terme auquel on compare
le sujet.
Exemple : des fruits considérés comme des légumes et cuisinés comme tels (comme
des légumes) ;
Règle 4 : tel quel s’accorde avec le nom auquel il se rapporte.
Exemple : Je vous rends votre somme d’argent telle quelle ; Je cite vos propos tels
quels.
20# Travail, travaux, travails
Règle 1 : Le pluriel du nom travail est la forme travaux (travails ne s’emploie que
si l’on parle du dispositif servant à maintenir les grands animaux domestiques pour
les ferrer ou les soigner).
Exemples : travaux d’embellissement, de rénovation ; travaux de
couture ; les travaux de l’Assemblée, du Sénat ; les travaux d’Hercule, etc.
Règle 2 : Lorsque l’on emploie le terme travail au sens général d’activité
professionnelle, il est d’usage de ne pas l’utiliser au pluriel.
Exemple : j’ai un travail mais plutôt j’ai deux emplois, deux professions (pas j’ai
deux travaux).
21# « les mêmes penchants que moi » ou « … que les
miens » ?
Je reprends ici l’excellente réponse d’Abel Boyer :
« Je lui soupçonne les mêmes penchants que les miens pour le tennis et la
lecture… »
Phrase correcte grammaticalement. Les penchants, les siens et les miens, sont mis
en parallèle, tous deux en COD.
« Je lui soupçonne les mêmes penchants que moi pour le tennis et la lecture… »
Phrase incorrecte formellement, quoique acceptable par ellipse. Ici, on met en
parallèle les penchants « à lui » et les penchants « à moi », tous deux COI. Il
faudrait donc :
« Je lui soupçonne les mêmes penchants qu‘à moi pour le tennis et la lecture… »
En revanche, on pourrait dire bien sûr :
Il a les mêmes penchants que moi pour le tennis et la lecture.
où il et moi sont mis en parallèle en tant que sujets.
22# « à petit feu » ou « à petits feux » ?
Règle 1 : on utilise à petit feu sans -x pour exprimer la lenteur et la durée de
l’action.
Exemple : je fais rôtir la viande à petit feu (idée que ça prend du temps et que ça
dure).
Règle 2 : on utilise seulement feux avec un -x dans certains cas comme « briller de
mille feux« , lorsqu’on parle de plusieurs feux (pluriel).
Exemples : entre deux feux, les feux de position.
23# L’usage de demiRègle 1 : Placé devant un nom ou un adjectif, « demi » est invariable :
Exemples : une demi-heure, des demi-frères, des petits pois demi-fins
Règle 2 : Placé derrière un nom ou un adjectif, « demi » peut prendre la marque du
féminin, mais jamais celle du pluriel :
Exemples : deux heures et demie, trois mois et demi
Règle 3 : La locution « à demi », qu’on trouve dans « à demi-mot » ou « à demi
nu », est invariable mais n’est pas suivie d’un trait d’union devant un adjectif.
Exemples : la fenêtre à demi fermée.
Règle 4 : « demi » peut aussi être un nom
Exemple : Ils ont bu quatre demis de bière.
24# Ci-annexé, ci-inclus, ci-joint
Règle 1 : on accorde quand ces expressions suivent directement le nom ou
lorsqu’elles sont attributs du sujet (Les lettres sont ci-jointes).
Exemples : La lettre ci-annexée ; La note ci-incluse apporte les précisions
nécessaires ; Veuillez remplir la déclaration ci-jointe.
Règle 2 : On n’accorde pas lorsque ces expressions ont une valeur adverbiale, et
notamment :
– lorsqu’elles sont placées en tête d’une phrase sans verbe, devant un groupe
nominal.
Exemples : Ci-annexé la copie des pièces demandées. Ci-inclus les photocopies du
document ; Ci-joint l’expédition du jugement ; Ci-joint les deux quittances exigées.
– à l’intérieur d’une phrase, avec un nom sans déterminant.
Exemples : Je vous adresse ci-inclus quittance de votre versement ; Vous trouverez
ci-joint copie du contrat ; La circulaire dont vous trouverez copie ci-inclus.
Règle 3 : Dans les autres cas l’usage n’est pas fixé.
Exemples : Je vous fais parvenir ci-joint, ou ci-joints plusieurs exemplaires de mon
mémoire. Si Bernanos écrit à l’un de ses correspondants : « Vous trouverez ci-joint
les pages dactylographiées de mon roman », Hugo préfère : « Je vous envoie ciincluses des paroles prononcées ici par moi au moment de la proscription ».
25# Accord avec « gens »
Règle 1 : Gens immédiatement précédé d’un adjectif est au féminin.
Exemples : de vieilles gens, de bonnes gens.
Règle 2 : Lorsque l’adjectif qui précède gens en est séparé par une virgule, il est au
masculin.
Exemples : confiants et naïfs, les gens le croient.
Règle 3 : Lorsque l’adjectif suit gens, il est au masculin.
Exemples : des gens bruyants ; des gens intelligents.
Règle 4 : Gens de… L’adjectif est toujours au masculin avec les expressions gens
de robe, gens d’Église, gens d’épée, gens de guerre, gens de lettres, gens de loi.
Règle 5 : « Jeunes gens » est toujours au masculin. Il en va de même pour l’usage
de gens au sens de « domestiques » ou de « partisans » (nos gens sont sûrs et
dévoués).
26# les toilettes « handicapés » ou « handicapées »
Handicapé est ici un substantif, c’est-à-dire une unité lexicale qui désigne une
chose par elle-même. Handicapé n’est donc pas à prendre comme un adjectif. Le
nom placé en apposition ne s’accorde pas.
On écrira : toilettes handicapés comme toilettes hommes / toilettes
femmes ou toilette handicapé.
27# Vive les vacances ou vivent les vacances ?
Option 1 : si on considère que la phrase exprime un souhait, le verbe s’accordera
naturellement avec son sujet et l’on pourra écrire Vivent les vacances.
Option 2 : vive est aujourd’hui perçu plus souvent comme un simple mot exclamatif
que comme un verbe traduisant un véritable souhait de longue existence, ce qui
explique que ce terme tende à perdre sa valeur verbale et qu’on puisse le considérer
comme une particule à valeur prépositionnelle : on le rencontre par conséquent
fréquemment au singulier et on écrire Vive les vacances !
28# Leur chapeau ou leurs chapeaux ?
Il n’y a pas véritablement de règle pour ce cas et les plus grands auteurs hésitent
entre l’usage du singulier ou du pluriel selon qu’il y a plusieurs personnes qui
possèdent chacune un chapeau.
Exemples : « Mes compagnons, ôtant leur chapeau goudronné […] »
(Chateaubriand) ; « Les deux lords […] ôtèrent leurs chapeaux » (Hugo) ; « trois
avaient déjà retrouvé leur femme » (Chamson) ; « deux de mes amis et leurs
femmes » (Arland).
29# Biensur, bien sûr
Si « bien sûr » a le même sens que « évidemment », il ne faut surtout pas l’écrire
comme ce dernier en un seul mot ! Bien sûr s’écrit toujours en deux mots.
30# tache, tâche
Règle 1 : Si vous pouvez remplacer le mot par « corvée », « travail », « besogne »
ou « fonction », écrivez tâche, l’accent circonflexe pesant sur le « a » comme le
fardeau du travail sur vos épaules.
Exemples : Je baisse les bras devant l’ampleur de la tâche (Je baisse les bras
devant l’ampleur du travail). Les tâches effectuées par le stagiaire sont
simples (Les corvées effectuées par le stagiaire sont simples).
Règle 2 : Si vous pouvez remplacer le mot par « salissure », « souillure »,
« marque » ou « faute », écrivez tache.
Exemples : Sa réputation est sans tache (Sa réputation est sans souillure). Même les
pires taches ne résistent pas à ce nettoyant (Même les pires salissures ne résistent
pas à ce nettoyant).
Articles En Relation:
1.
2.
3.
4.
Comment un examen raté m’a fait redécouvrir la langue française
1000 faux amis de la langue française
Les 40 règles de base de l’orthographe française
Ci-joint ou ci-jointe / je vous joins ou je vous joint ?
Post navigation
← Comment améliorer son français avec internet
Top 30 des pires fautes d’orthographe en photo →
47 thoughts on “30 difficultés de la langue française (et
comment les surmonter)”
1.
SEFSIFI dit :
juin 20, 2015 à 2:36
Biensur en un seul mot et sans accent circonflexe existe-t-il?Si oui,quel en
est le sens?
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
juin 20, 2015 à 2:40
Bonjour,
Non « biensur » n’existe pas, c’est une faute d’orthographe qu’on
retrouve souvent mais il faut écrire « bien sûr ».
Bonne journée,
Nicolas.
Répondre
Thérèse Jacob dit :
o
juin 24, 2015 à 8:44
Non! Ça n’existe pas!
Répondre
Joëlle dit :
o
août 6, 2015 à 11:33
Bonjour,
Je me permets de vous faire remarquer une petit erreur dans votre
commentaire de présentation des 30 difficultés majeures de la langue
française: vous écrivez à chaque fois, or il convient de dire chaque
fois, le à n’a pas sa place à cet endroit. Excellente journée.
Joëlle.
Répondre

Nicolas Le Roux dit :
août 11, 2015 à 9:32
Bonjour Joëlle,
Merci pour votre commentaire je ne connaissais pas cette règle.
Je ne ferai plus cette erreur grâce à vous !
Bonne journée,
Nicolas.
Répondre
2.
Adriana AvMo dit :
juin 20, 2015 à 6:52
Bonsoir,
Merci pour ou Merci de?
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
juin 20, 2015 à 10:26
Bonjour Adriana,
Voici l’usage :
1 merci + nom → DE / POUR au choix.
* Merci de / pour votre lettre / votre visite.
2 merci + infinitif → DE
* Merci d’être venu.
En outre :
* Merci à vous.
* Merci du compliment. (Ironiquement)
* Je suis à LA merci de + personne / chose. (Dépendre de.)
Répondre
3.
tahar makhlouf dit :
juin 21, 2015 à 10:36
Re ou ré comme préfixe du verbe pour doubler l’action?
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
juin 22, 2015 à 7:49
Bonjour,
Je ne comprends pas votre question, pouvez-vous la préciser?
Merci,
Nicolas.
Répondre
Aicha Ghedira dit :
o
août 24, 2015 à 7:52
Le préfixe est re devant consonne: reprendre, redonner, repenser,
relire…
Devant voyelle il devient ré : réécrire, réanimer, réactiver.
Il ne faut pas confondre avec les verbes qui commencent par ré
comme résilier, répondre, réciter etc… il n’y a pas de reprise d’une
action.
Répondre
4.
abderrahmane dit :
juin 21, 2015 à 11:48
Merci pour ce merveilleux rappel, des notions qui nous échappent au
moment où l’on a le plus besoin.
Répondre
o
Nicolas Le Roux dit :
juin 22, 2015 à 7:49
Merci à vous,
Bonne soirée et à bientôt,
Nicolas.
Répondre
5.
lukas dit :
juin 22, 2015 à 3:14
Vous n’avez pas mentionne un truc qui est une cause de nombreuse fautes et
de confusion pour des etudiants de francais comme moi. Je suis avance dans
mes etudes, je lis les livre francais sans compulser mon dictionnaire, mais…
je n’ai pas trouve aucune regle d’usage de ou du/de la/des entre des noms.
Par exemple : l’histoire de France, pourquoi « de », si n’y a qu’une France,
et des exemples de ce type. Le vent du large, pourquoi pas « de », si un large
n’est pas defini? etc. Mes profs qui sont francais ou polonais ne sait pas le
regle ou ils disent que cela depend et il n’y a pas de regle. Par exemple
« avec l’accompaniement du piano ou de piano? » Je sait qu’il y a des cas
evidents, comme par exemple : L’arret du bus (dont le numero est defini) et
l’arret de bus (sans determiner des lignes). Mais c’est rare, quand j’ecris je
ne sait jamais lequel type d’article faut-il poser? Pouvez vous aider en
donnant un regle general entre des noms?
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
juin 22, 2015 à 7:52
Bonjour Lukas,
Félicitation pour vos progrès en français. Voici une ressource qui peut
peut être vous aider :
http://www.lepointdufle.net/ressources_fle/articles_de_du2.htm
Nicolas.
Répondre
Hugues dit :

août 28, 2015 à 10:39
J’ai le m^eme problème avec mes étudiants. Pourquoi dit-on le
Consulat de Belgique mais le Consulat du Maroc? Pour les
pays, je crois avoir trouvé une explication, purement
grammaticale. Il faut partir des prépositions utilisées avec les
noms de pays :
EN + noms de pays féminins / noms de pays masculins
commençant par une voyelle
AU + noms de pays masculins commençant par une consonne.
Ceci va se répercuter sur le choix du DE / DU
On dira donc l’Ambassade de France (féminin) et le royaume
d’Israe°°l (masc. commençant par i donc DE apostrophé) mais
l’Histoire du Danemark (masculin commençant par une
consonne).
Répondre
Nicolas Le Roux dit :

août 28, 2015 à 11:42
Merci Hugues pour cette explication.
Bonne journée,
Nicolas.
Répondre
Thérèse Jacob dit :
o
juin 24, 2015 à 8:52
Il faut utiliser le oréfixe » re » d’habitude. Lorsque le mot commence
par une voyelle, on doit toutefois utiliser » ré » . Ainsi, on dira : Il
faut refaire le travail et il faut réinventer la roue.
Répondre
Thérèse Jacob dit :
o
juin 24, 2015 à 9:10
Il ne faut pas confondre la préposition » de » et l’article partitif »
du » . Dans l’exemple que vous donnez: l’histoire de. France, le
mot » de » est une préposition. Le rôle de la préposition est d’unir
deux mots, le complément et le mot complété. » France » complète
le mot histoire : quelle histoire? Celle de France. Autre exemple: la
tasse de café.
Abordons l’autre facette de votre question: du, de la, etc. Il s’agit
toujours de la préposition » de » mais accompagné cette fois d’un
article. Quand on combine » de » + » le » , on obtient » du » . Du
est un article contracté . Exemple: le bureau du directeur; on ne peut
pas dire : le bureau de le directeur, cela heurte l’oreille. Par contre,
lorsque le nom est féminin, on ne rencontre pas ce problème: le
bureau de la directrice. Lorsque le nom est pluriel, on utilise la
combinaison suivante : de + les = les. Ainsi, on dira:
Les livres des filles.
Répondre
hind dit :

décembre 9, 2015 à 10:52
bonsoir. Alore on peut utiliser la préposition « de » quand il y a
le complément est chose, et on utilise l’article « du » quand il y
a le complément est un nom de personne. est ce-que ça c’est
juste? merci beaucoup
Répondre
6.
makan Toure dit :
juin 22, 2015 à 7:37
J’aimerais évoluer ma langue française… j’ai beaucoup de difficultés à
m’exprimer.
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
juin 22, 2015 à 7:53
Bonjour,
Je vous conseille de suivre les articles de ce blog et vous devriez
apprendre beaucoup ! (j’espère)
Bon courage,
Nicolas.
Répondre
7.
abdo dit :
juin 23, 2015 à 1:00
bnjr
J’analyse dans cet article 30 difficultés du français que j’ai rencontrées…?
que j’ai rencontrées ou que j’ai rencontré?
merci
Répondre
o
Nicolas Le Roux dit :
juin 23, 2015 à 6:21
Bonjour,
J’ai des difficultés pour les accords du participe passé et je vais
bientôt faire un article sur ce point.
Mais dans ce cas, puisqu’il y a « que » avant « j’ai » alors on accorde.
Vous pouvez vous demander « qu’est-ce qui est rencontré » -> les
difficultés (féminin pluriel).
Bonne journée,
Nicolas.
Répondre
scarlett dit :

octobre 27, 2015 à 11:24
la règle dit qu’avec l’auxiliaire avoir il n’y a pas d ‘accord sauf
si le complément d’objet direct est placé avant c’est le cas de
« » difficultés » » l’origine de la phrase étant » j’ai rencontré
des difficultés du français » ici l’accord ne se fait pas mais dans
la phrase » les difficultés que j’ai rencontrées » » l’accord se
fait puisque le complément d’objet est avant le verbe.
« difficultés » est un nom féminin pluriel alors « rencontrées »
prend la marque du féminin pluriel
Répondre
Thérèse Jacob dit :
o
juin 24, 2015 à 9:17
Rencontrées doit s’écrire au féminin pluriel. C’est la réglé de l’accord
des participes passés employés avec l’auxiliaire avoir . Il y a deux
conditions pour qu’il y ait accord: d’abord, qu’il y ait un complément
direct; ensuite, ce complément direct doit être placé avant le participe.
Le participe » rencontrées » répond à ces deux critères par
l’affirmative. Rencontrées quoi? Des difficultés. Le complément
direct est féminin pluriel et est placé avant. Il y a donc accord.
Répondre
8.
Paul Pitre dit :
juin 23, 2015 à 2:56
J’ai de la difficulté encore avec « que » ou « dont », comme dans « la
décision (que ou dont) nous avons prise ». Je ne sais pas si je suis le seul ou
de la minorité.
Répondre
JB dit :
o
juin 25, 2015 à 10:33
On utilise « dont », pronom relatif, lorsqu’il y a un « de » après le
verbe. Exemple : Parler de quelque chose. La chose dont je te parle.
Sortir de la piscine. La piscine dont je sors. etc. Donc : La décision
que nous avons prise. Et pour vous rassurer, nous avons tous nos
doutes, c’est normal, vu la complexité de la langue française et surtout
ses nombreuses exceptions.
Répondre
Vitor dit :

juillet 2, 2015 à 9:14
Il faut faire attention aux verbes qui se construisent avec un
complément de lieu.
Je sors d’où ? Réponse : Je sors de la piscine.
Je dirais donc plutôt : la piscine d’où je sors.
Ou un autre petit exemple : J’adore le pays d’où je viens (et
non pas « le pays dont je viens »).
Il est évident qu’il faut bien analyser les éléments de la phrase
avant de décider quel pronom relatif utiliser.
Répondre
9.
Hele dit :
juin 24, 2015 à 9:45
J’aurais placé le fameux ‘Si j’aurais…’ très haut !
Egalement : ‘Cent-z-euros, s’il vous plaît’ ou ‘Quatre-z-enfants.’
Et enfin, ‘la barre haute*’ ou ‘Elle a l’air idiote.’ Grrr !
* Je suis au courant des exceptions sur cette expression-là.
Répondre
Hele dit :
o
juin 24, 2015 à 9:46
Ha, ‘donne-moi-z’en’…
Répondre
István dit :
o
juin 25, 2015 à 2:35
Oui, exactement, Hele.
Le fameux « si j’aurais », c’est la faute la plus courante; je trouve.
Répondre
Nicolas Le Roux dit :

août 12, 2015 à 5:53
Un classique �
Répondre
10.
caro dit :
juin 26, 2015 à 6:40
je ne sais jamais comment employer « toutes » ou « toute ». Merci de votre
aide prof �
Répondre
11.
Maisonneuve dit :
juillet 22, 2015 à 3:15
Tout est très intéressant . Merci
Répondre
12.
thierry bocken dit :
août 11, 2015 à 8:49
faut-il écrire: ni moi, ni Louise et Miles ne « viendrons » ou ne « viendront »
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
août 12, 2015 à 5:53
Bonjour Thierry,
Puisque vous faite partie de la liste, il faut donc employer le « nous »
et écrire « viendrons ».
Nicolas.
Répondre
13.
Cyrano dit :
août 26, 2015 à 5:34
Attention, coquille au #13 : « S’il la série s’arrête » au lieu de « Si la série
s’arrête » �
Sinon, c’est tout à fait instructif �
Répondre
o
Nicolas Le Roux dit :
août 26, 2015 à 5:44
Merci, c’est corrigé !
Nicolas.
Répondre
14.
Hugues dit :
août 28, 2015 à 10:44
Pour la règle 28, ne doit-on pas se demander s’ils possèdent un ou plusieurs
chapeaux chacun? A partir du moment où les hommes ne mettent qu’un seul
chapeau sur leur t^ete, il est logique que ce soit un singulier.
EX : Leur chien est entré dans la pièce (ils sont plusieurs à posséder le
m^eme chien)
Leurs chiens sont entrés dans la pièce (ils possèdent plusieurs chiens)
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
août 28, 2015 à 11:42
Il y a la possibilité entre les deux.
Certains écrivains écrivent « chapeaux » et d’autres préfèrent penser
que chaque personne n’a qu’un chapeau sur la tête.
Nicolas.
Répondre
15.
oussama dit :
septembre 23, 2015 à 5:39
je ne connait rien sur la langue francais,je demande vous de aidez-moi pour
connait bien cette langue par ce que j’aim la francais
Répondre
16.
Olivier Delemar dit :
octobre 6, 2015 à 8:52
Bonjour,
J’écrivais « au temps pour moi » avant que je n’apprenne que, sauf preuve
du contraire, aucun manuel militaire n’a jamais fait mention de cette
expression. D’ailleurs, une autre légende affirme que l’expression serait
musicale et employée par les chefs d’orchestre.
Donc tant que je n’aurais pas vu un manuel militaire ou un livre de solfège
me prouver que j’ai tort, j’écrirai « autant pour moi » qui me paraît beaucoup
plus logique.
Répondre
17.
Catherine dit :
octobre 15, 2015 à 8:20
Merci pour votre passion partagée de la langue française ! Une petite
remarque ici : « Le h de haricot est « aspiré », c’est-à-dire qu’il interdit la
liaison, impose que ce mot… » : il conviendrait de, soit supprimer le « est »
avant « aspiré », soit mettre un point après « liaison » et commencer une
nouvelle phrase : « Cela impose… »
Répondre
18.
hind dit :
décembre 9, 2015 à 10:57
bonsoir.merci beaucoup.moi j’ai un problém de l’utilisation de temps
conditionnel et superordonné. si vous pouvez aider moi.merci
Répondre
19.
Danièle dit :
janvier 9, 2016 à 4:36
Écrit-on :
Maman ne veut pas de cadeaux ou
Maman ne veut pas de cadeau
Dans d’autre cas ex « il n’y avait pas de pomme »
cela semble évident puisqu’il n’y en a pas, le mot s’écrit donc au singulier
Qu’en pensez vous??
Répondre
Nicolas Le Roux dit :
o
janvier 9, 2016 à 7:01
Bonjour,
Selon moi les deux sont corrects. On écrira « cadeaux » si Maman ne
veut pas plusieurs cadeaux. Et on écrira « cadeau » au singulier si
Maman ne veut pas d’un seul cadeau.
Nicolas.
Répondre
20.
GUY dit :
avril 19, 2016 à 4:17
Bjr tt le monde ,
Dsl ! Pour les mots raccourcis que j’utilisent ! …Mais plus sérieusement , il
y a certaines nuances , qui m’échappent dans vos exemples !! Moi, ce que je
trouve franchement absurde , c’est l’accord avec les chiffres , à l’exemple
d’un chèque que l’on rédige …Certes ! Cela , m’arrive peu souvent , car, je
suis plus habitué à payer par carte ou espèces . Mais pourquoi ne pas
accorder dans tous les cas ? Le chiffre 200 , prends un (s) en lettres, mais si
j’écris 201 plus d’accord dans ce cas ? …Totalement illogique ! La faute
classique pour deux expressions , contradictoires : » Par contre …Et en
revanche !! C’est facile , à comprendre : La première exprime toujours du
négatif , exemple : Par contre , j’ai été pénalisé de tant….L’autre , c’est du
positif : En revanche, j’ai bénéficié ou j’ai gagné !!!….Très souvent , ces
deux expressions sont employées en sens contraire et à mauvais escient
….J’espère ne pas avoir commis trop de fautes et avoir surtout était clair !
Bien à vous tous et toutes .
Pierre
nn
Téléchargement