Telechargé par Clémence Urtebize

Autre dossier

publicité
LES SOLDATS QUI
NE VOULAIENT PLUS
SE FAIRE LA GUERRE
de Eric Simard
illustré par Nathalie Girard
Editions : Oscar Jeunesse
Collection : Cadet
Date de parution : octobre 2005
Rééd : 26/05/2011
Format : 19 x 14 cm
Nombre de pages : 37
Roman à partir de 9 ans
Broché: 47 pages
ISBN-13: 978-2350007106
.
Mots-clés : : Histoire – Première guerre mondiale – Relations humaines (Amitié –
Famille) - Traditions (Noël) - Mort
1. L’AUTEUR :
Eric Simard
Eric Simard est né en 1962 à Joigny dans la vallée de l'Yonne. Il vit actuellement en Bretagne.
Adolescent, il a rêvé d'être basketteur professionnel mais son rêve n’a pu se réaliser. Il a alors
intégré l’ l'INSA de Lyon. Où à 23 ans, il a obtenu un diplôme d'ingénieur biochimiste.
A 26 ans, il part à l’aventure à travers l'Europe. De retour en France, il crée des ateliers culturels dans
les prisons de la région parisienne (Fleury-Mérogis). C’est à cette période qu’il a une révélation en
découvrant Démosthènes Davvetas, un poète grec. Désormais, il sait que sa vie sera consacrée à la
littérature. Il travaille ensuite dans une librairie
En 1997, il crée la série télévisée «Kandelya» diffusée sur des chaînes allemande, française et
scandinave (contes fantastiques destinés à un public de 3 - 7 ans).
Il s’installe en Bretagne et depuis il publie régulièrement des histoires et des romans avec de
nombreux éditeurs
Voici quelques titres
Editions Magnard Jeunesse
Editions Syros Jeunesse
Editions OSKAR Jeunesse
Editions Mango Jeunesse
Editions
Epigones
Editions
Père Castor
Flammarion
Editions
Père Castor
Flammarion
Pour en savoir plus : www.ericsimard.net
Editions
Glénat
Editions
Bayard
Jeunesse
Editions
Bayard
Jeunesse
2. L’ILLUSTRATRICE :
Nathalie Girard
L’illustratrice semble particulièrement inspirée par le thème de la première guerre mondiale.
Elle dessine au pastel, peut-être pour être plus proche du concret.
Quelques exemples de premières de couverture qu’elle a illustrées
3
L’EDITEUR :
Collection « Histoire Société »
La collection « Histoire société » (Oskar jeunesse) propose des romans et des biographies
inspirés de faits historiques ou de problèmes de société, pour stimuler la réflexion .Les thèmes
abordés peuvent faire l’objet de discussions... Un dossier documentaire en fin d’ouvrage
permet de resituer le récit dans son contexte.
4
PRESENTATION DE L’OUVRAGE PAR L’EDITEUR :
Le Mot de l'éditeur : LES SOLDATS QUI NE VOULAIENT PLUS SE FAIRE LA GUERRE
Noël 1914, sur le front opposant troupes britanniques et allemandes, les soldats des deux
camps, désobéissant à leurs supérieurs, cessent de combattre : ils fraternisent, enterrent en
commun leurs morts, jouent aux cartes et disputent même un match de football entre les
tranchées…
A la suite du récit : un dossier illustré avec des documents et des photographies sur la
première guerre mondiale ainsi que d’authentiques lettres de poilus.
Une bibliographie sur les autres titres de la collection.
Dédicace à Jean Pierre Hubert
Sorti en 2005, cet ouvrage a connu plusieurs rééditions, celle de 2011 a introduit un dossier
documentaire d’une vingtaine de pages où les thèmes traités le sont essentiellement à partir de
lettres authentiques de poilus.
Les premières de couverture
PREMIERE EDITION
DERNIERE EDITION
Dans la première édition , la pastille rouge fait référence à la sortie du film « Joyeux Noël »
alors que dans la nouvelle édition, la pastille fait référence à la première guerre mondiale
(sans doute dans la perspective de coller à la commémoration) - Quelle est l’intention de
l’éditeur ?
5 LE CADRE SPATIO-TEMPOREL
L’histoire se déroule entre le 3 août 1914 et le 25 septembre 2000. Un focus sur le 25
décembre 1914
Les lieux évoqués sont :
Armentières (à l’Ouest de Lille)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Armenti%C3%A8res
Glasgow
http://fr.wikipedia.org/wiki/Glasgow
Dresde
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dresde
http://www.youtube.com/watch?v=eff0Lb2u_fA
6. LES PRINCIPAUX PERSONNAGES
Le récit est pris en charge par l’auteur qui raconte ce moment du point de vue d’un soldat écossais
Scott Blackwood
Kurt Friedheim
Wendy et Alice
Bill
Tom, …
Jack
Soldat écossais
Soldat allemand
Sœurs de Scott
Chien de Scott
Soldats écossais
Soldats écossais
7.UN ROMAN AUX TONALITES MULTIPLES
a) Un roman historique : il évoque un épisode de la guerre 14-18.
b) Un roman autobiographique.
c) Un roman sur le comportement humain.
Un roman sur la fraternité, le partage d’un « bien » culturel commun : Noël (symbole
de la famille, l'amitié, la vie et la lumière)
En résumé, le roman d’une fraternisation en temps de guerre (opposition
paix/conflits). Toute l’histoire s’articule sur les contrastes.
Une fiction historique inspirée d’une histoire vraie présentée sous la forme
d’une autobiographie.
8. L’ILLUSTRATION
Toutes les illustrations du roman sont en couleurs pastelles – Les couleurs sont
quelquefois proche de la couleur sépia (ocre/gris)
9. PISTES
-
Décryptage de la première de couverture.
Eléments :
Illustration de l’édition 2005/ Illustration de l’édition 2011
Les deux premières de couverture sont identiques seules les pastilles sont
différentes. Elles se présentent cependant « en miroir ». Tout ce qui est à droite
sur l’une est à gauche sur l’outre (vis versa)
-
Le format de l’ouvrage.
-
Sur la première de couverture : Nous voyons des jeunes gens qui semblent partager un
moment d’amitié (le verre à la main – jeu de cartes – marmite) –
-
les casques nous indiquent qu’ils sont de nationalités différentes
-
Casque anglais
-
Casque allemand
-
http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/casques.html
-
CE ROMAN EST COMPOSE DE 9 CHAPITRES.
Chapitre 1 : 1914 : L’enfer des tranchées
Une introduction nous situe le contexte dans lequel se déroule le roman.
Il s’agit de la première guerre mondiale (les protagonistes – les techniques mises en
œuvre (les tranchées) – les conditions de vie des soldats, etc …)
Les
tranchées
-
http://lewebpedagogique.com/echangemars2008/2008/12/03/lavie-au-quotidiens-dans-les-tranchees-1914-1918/
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_tranch%C3%A9es
Un soldat écossais se retrouve à l’ouest de Lille – Il s’agit de SCOTT Blackwood et il
va raconter ce qu’il vit…
Un soldat vient de mourir enseveli par la boue – Il est entouré par des blessés, il fait
froid – C’est l’enfer dans les tranchées remplies d’eau et de rats – Le moral est atteint
(on trouve la guerre longue – on a perdu des amis).
On apprend que nous sommes à la veille de Noël
Des bruits montent des tranchées voisinent occupées par les ennemis, des saxons.
« On dirait qu’ils commencent à célébrer Noël » : contraste avec la situation
Noël = Paix On a en tête les images douces et apaisées de Noël et des intérieurs des maisons
/tranchées (violence, humidité, froideur).
IMAGE de la mémoire
IMAGE de la réalité
Illustration page 2 : Paysage quasi lunaire - une terre grise qui semble dévastée. Elle
est plantée de pieux de manière désordonnée, certains sont brisés et au sol…
Illustration pages 4 et 5 : l’illustration prend le tiers supérieur des deux pages 4 et 5
et nous fait rentrer dans les tranchées. Les flocons tombent : c’est l’hiver !
Illustration pages 7 et 8
Des illustrations en pleine page.
-
la première : un rat qui symbolise les tranchées (c’est le roi des lieux)
-
la seconde : des soldats écossais transis de froid
Chapitre 2 : Le réveillon de Noël
Nous sommes, dés le levé du jour, de nouveau replongés dans les tranchées. Le décor
y est planté avec des détails répugnants mais très réalistes : ils font leurs besoins dans
les tranchées-toilettes - on y vit comme des bêtes - le ventre couvert de ces sales bêtes
(poux) - la mort suinte partout A l’extérieur des tranchées, le « no man’s land ».
Définition : Littéralement: « la terre de personne ». Ce terme désigne l’étendue de
terrain ravagée et inhabitée située entre les deux lignes de tranchées adverses. Son
premier emploi attesté se trouve dans une dépêche d’Ernest Swinton, militaire et
correspondant de guerre anglais, le 21 décembre 1914 : « Beyond, of width varying
according to the nature of the fighting and of the ground, is neutral territory, the noman's-land between the hostile forces. It is strewn with the dead of both sides, some
lying, others caught and propped in the sagging wire, where they may have been for
days, still others half buried in craters or destroyed parapets » [« Au-delà, de largeur
variable suivant la nature du combat et du terrain, c’est le territoire neutre, la terre de
personne entre les forces adverses. Il est jonché des morts des deux camps, certains
étendus, d’autres pris dans les fils barbelés, où ils peuvent se trouver depuis des jours,
d’autres encore à moitié enterrés dans des cratères et des parapets détruits »] Clair et
évocateur, le terme est largement repris par la suite, y compris par les combattants
francophones. Il reste peu répandu parmi ceux d’origine populaire qui parlent plutôt de
« bled ». (http://crid1418.org/espace_pedagogique/lexique/lexique_kp.htm)
Puis de nouveau, les contrastes
Les canons et les fusils restent silencieux
La misère des tranchées
On nous a répété que les Allemands
étaient des tueurs et des barbares
Propos pessimistes de Jack
Les chants de Noël reprennent de plus
belle chez nos ennemis
Nous formons une drôle de chorale
Ils ont les mêmes traditions que nous
Propos optimistes de Tom
Les soldats écossais sont réunis par le souvenir de ceux qu’ils aiment (femmes,
sœurs, parent, etc) – Ils partagent la nourriture et les nouvelles envoyées par courrier.
(C’est une manière de réaliser que la famille est loin et ils l’imaginent telle qu’ils l’ont
laissée)
La curiosité de Scott le pousse à regarder du côté de l’ennemi – Il découvre quelque
chose de surprenant mais est-ce la réalité ou les circonstances qui lui font voir ce qu’il
voit ?
Illustration page 12 : Cette illustration nous montre une fois de plus le contraste de
ces instants
Soldats en armes au fond des tranchées
Ennemis accueillants /arbres décorés
comme des sapins de noël
Chapitre 3 : Pourquoi se battre ?.
Le chapitre commence une nouvelle fois par une date : le 25 décembre. C’est Noël.
Les chants de Noël sont toujours présents et les allemands vont plus loin. Ils
demandent un « cessez le feu ».
Nouveau contraste
Les allemands chantent des chants de
Noël et parlent en anglais pour demander
un cessez le feu
Jack pense que c’est une ruse et ne peut
imaginer que les allemands puissent être
humains.
Scott assiste à présent à un spectacle surprenant : comme un lever de soleil, il assiste à
un lever d’arbres illuminés de bougies. Les soldats saxons n’ont pas d’armes à la main
mais des arbres.
Scott se sent transporté et fasciné par ce qu’il voit – Il les rejoint.
Nouveau contraste
Scott pose son fusil et sort de son trou
Jack pense qu’il veut jouer le malin
Tom souhaite accompagner Scott et invite
les autres à en faire autant
Tom proteste et répond au sergent
Le sergent demande à Scott de rejoindre
son poste
En même temps qu’il fait la connaissance des ennemis, il découvre une de leur
tradition : le sapin de noël (http://www.joyeux-noel.com/noelsapin.html)
Noël anglo-saxons
Noël germanique
http://angleterre.org.uk/noel
.htm
http://www.france-allemagne.fr/Lesfetes-de-Noel-en-Allemagne,2966.html
http://www.clg-st-exuperyvlb.acversailles.fr/IMG/pdf/CHRI
STMAS_CELEBRATION.
pdf
http://lallemagneexpliquee.free.fr/fetes/n
oel.php
http://www.anglaisfacile.co
m/free/xmas.php
Ils se découvrent mutuellement
Soldats écossais
Soldats allemands
http://decouvrirlespaysgermanophones.
wifeo.com/lex-chants-de-noel-enallemagne.php
Grand moment de partage et de fraternité
Nouveau contraste
On échange le peu de choses qu’on
sort de nos poches
Deux jours plus tôt, on semait la mort avec
nos balles…
Et voilà qu’on partage la vie en
s’échangeant de la nourriture (voir la
symbolique du partage de la
nourriture)
Les illustrations page 14 (1/3 supérieur de la page) et page 17 (pastille centre de
page) : on a l’impression d’un zoom avant qui se focalise sur une bougie illuminée
qui décore le sapin (cf symbolique du feu et de la lumière)
Chapitre 4 : Les fraternisations.
Pourquoi ce pluriel ? Il semblerait que, sans se concerter, cette courte trêve du jour de
noël ait été réalisée sur de nombreux lieux de bataille mais hélas pas partout (cf fin du
chapitre)
Dans ce chapitre, un autre symbole très fort – Les soldats des deux nationalités
décident d’enterrer les morts (les mort sont d’ailleurs d’une autre nationalité qu’eux).
On parle ici du respect des traditions qui célèbrent la vie mais aussi du respect des
traditions qui concernent les morts.
Les discussions portent sur leur quotidien. Ils réalisent qu’ils sont dans le même
combat et qu’ils partagent la même vie.
Un animal semble être un lien supplémentaire mais il a un nom différent en allemand
et en écossais (nouveau symbole : l’animal est indifférent au conflit et considère que
les gens sont les mêmes. Qu’il s’appelle « Patch » ou « Flink », c’est bien le même
chat donc que l’on se nomme Scott ou Kurt, ce sont avant tout des êtres humains.
L’illustration page 18 et page 21 -.
Nous font entrer dans le No man’s land – Autrement dit le chaos, la mort.
Animaux (chevaux) et hommes sont ici traités de la même façon. Unis dans la mort et
l’abandon.
Nouveau contraste
Le chat « Patch » ou « Flink » fait le
va et vient entre deux lieux de vie
pour se nourrir
Dans le No man’s land – Des hommes et un
cheval morts qui servent de nourriture.
De la page 18 à la page 21, les illustrations nous donnent la même impression que
pour les illustrations précédentes celle d’un zoom avant qui se focalise sur des
charognards
Chapitre 5 : Le match de foot
Description d’un moment de convivialité. On a l’impression que le temps s’est arrêté
et que les jours passés sont oubliés. Les gestes sont généreux et simples (coupe de
cheveux /photo/échange de denrées
Attitude des soldats durant la trêve
Attitude de Jack, toujours en opposition
Scott en apprend un peu plus sur Kurt : Il a vécu et travaillé en Angleterre.
Scott et Kurt auraient pu se connaître autrement. Ils auraient pu devenir amis.
Kurt a peut-être connu un membre de la famille de Scott. Cette révélation montre bien
l’absurdité de la situation actuelle.
Après « le pique-nique », ils organisent une partie de ballon a lieu. Jeu qui semble être
un nouvel élément commun. Beaucoup de jeunes gens aiment jouer au ballon quelle
que soit leur nationalité (ils rient beaucoup)
Personne ne veut jouer l’arbitre. Certainement parce que tout le monde veut jouer mais
peut-être aussi parce que personne ne veut être celui qui va régler les différents.
A la fin de ce chapitre – On annonce la fin de la trêve.
L’illustration page 22 et page 25
Ces illustrations fixent ces moments de joies. Une photo des deux amis du moment.
On y voit deux jeunes gens qui se tiennent par les épaules comme souvent le font des
amis lorsqu’ils sont pris en photo. Seuls les uniformes et les barbelés évoquent que le
contexte n’est pas serein
Idem pour la partie de ballon. On comprend l’amusement des allemands qui voient
jouer des hommes en kilts (sans rien dessous).
Chapitre 6 : La fin de la trêve
Le chapitre commence de nouveau par une date qui marque la fin de la trêve. Nous
sommes le 25 décembre au soir. Noël s’achève.
Nous retrouvons la triste réalité de la guerre, des êtres humains et leurs différences
Nouveau contraste
Jack qui est resté
hostile depuis le
début suite au décès
de son ami
Un jeune officier qui a
sympathisé pour avoir des
renseignements sur les bases
ennemies
Scott et Kurt, deux soldats
qui souhaitent demeurer
loyaux.
Scott et Kurt se retrouvent de nouveau dans le No man’s land et échangent de nouveau
des objets et de la nourriture (boutons de la vareuse d’un côté et cigarettes et chocolat
de l’autre).
Nouveau contraste
Les hauts gradés sont furieux et veulent
réprimander ce qu’ils appellent « les
pactisations »
Les simples soldats refusent, de part et
d’autre, de tirer sur les soldats qui
marchent dans le No man’s land,
considérant cela comme un acte
déloyal.
« Il prend son fusil et tue un Allemand, lâchement »….Cet acte d’une grande lâcheté
redéclenche les hostilités et replonge tout le monde dans l’horreur.
Scott est gravement blessé et on n’a plus de nouvelle de Kurt mais il ne parvient pas à
l’oublier.
Scott mesure l’absurdité de la guerre : Elle oblige des hommes à tuer d’autres
hommes, leurs semblables, leur propre image
L’illustration page 26 et page 28
Les illustrations suivent le déroulement de l’histoire. Dans la première, en pleine page,
on voit que les soldats rejoignent les tranchées. Dans la seconde (1/3 haut de page) ,
les deux amis se parlent pour la dernière fois sur le champ de bataille.
Illustration page 30
Scott est seul dans une chambre d’hôpital. Il est blessé et pense à Kurt
Chapitre 7 : Les années passent
Le chapitre commence par une date : Il s’agit de l’année 1915.
Année de carnage avec l’arrivée de nouvelles armes parmi lesquelles : les gaz
chimiques (http://www.ecpad.fr/wp-content/uploads/2011/01/guerre_des_gaz.pdf).
La trêve du noël n’a pas la même saveur. Elle est moins répandue et les soldats sont
épuisés par cette guerre si difficile. (voir le vocabulaire : broyés et laminés)
Le ballon est de nouveau présent dans ce chapitre mais n’a pas la même fonction que
dans le précédent chapitre. Il n’est pas l’objet initiateur d’un jeu mais initiateur de la
mort.
On sait que cette guerre a fait de nombreux morts. Le chapitre nous donne le nombre
de soldats morts mais il y a eu également des civils et de nombreux blessés
http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/1GM/connaissances/bilan.htm
On sait à présent qu’une autre guerre a eu lieu, c’est la seconde guerre mondiale de
1939 à 1945 et elle a également fait de nombreux morts dont le fils de Scott
http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/2GM/etudes/05morts.htm
La vie a continué. En 1970, Scott a 76 ans et son petit fils fait rejaillir le passé en lui
parlant de son souhait de trouver un correspondant scolaire de nationalité allemande.
Scott a gardé durant toutes ces années les boutons que Kurt lui avait donné lors de la
journée de Noël.
Il n’y a pas d’illustrations dans ce chapitre et on est passé de l’année 1915 à l’année
1970
Chapitre 8 : Le voyage à Dresde
Scott est malade mais il veut savoir ce que Kurt est devenu et part à sa recherche. On
ne sait où il habite exactement mais on sait qu’il part de Glasgow. Il arrive à Dresde et
c’est grâce à la radio locale qu’il retrouvera Kurt.
On réalise qu’ils partageaient la même loyauté que Scott et que les gaz chimiques des
allemands n’ont pas fait que des dégâts chez leurs ennemis mais également parmi les
leurs (cf problèmes de santé de Kurt).
Les liens entre les deux hommes sont très forts et vont être prolongés par leurs petitsfils.
On découvre également une autre conséquence de la deuxième guerre mondiale :
« Les allemands de l’Est ne peuvent voyager dans l’Europe de l’ouest » - un « mur »
sera même construit à Berlin (1961-1989)
http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/2GM/sujets/06europe.htm
http://lelivrescolaire.fr/4296/2_La_division_de_l_Allemagne_et_de_Berlin%C2%A0_
un_symbole_du_conflit_Est_Ouest.html#Document=15947
L’illustration page 35 et page 36
L’illustration page 35 évoque les retrouvailles des deux hommes et à la page 36, un
zoom avant qui se focalise sur les boutons de la vareuse
Chapitre 9 : Les derniers jours de Scott
Le chapitre débute par une nouvelle date, il s’agit encore d’un 25 mai c’est au mois de
septembre et nous sommes en l’an 2000 – Scott est le doyen de la Grande-Bretagne.
Nous assistons aux derniers moments de Scott et à ses dernières pensées.
Le chapitre reprend des mots évoqués dans le premier chapitre : les rats, les hommes
comme des bêtes…
Il revient sur l’absurdité des guerres. Scott est visiblement croyant, il espère un monde
dépourvu de méchanceté dans l’au-delà.
De nos jours, des établissements scolaires perpétuent le symbole des fraternisations de
ce fameux noël 1914.
Ce chapitre n’a pas d’illustration
MISE EN RESEAU SUR LA THEMATIQUE de
La première guerre mondiale dans la littérature de jeunesse
http://centenaire.org/fr/pistes-pedagogiques/la-premiere-guerre-mondiale-travers-lalitterature-de-jeunesse
http://crid1418.org/doc/pedago/biblio_jeunesse.pdf
http://www.ricochet-jeunes.org/themes/theme/89-histoire-premiere-guerre-mondiale
Noël et/ou fraternité
http://litteraturejeunesse.unblog.fr/2007/12/11/noel-un-noel-de-fraternite-2/
http://www.lespetitsbouquins.com/motcle/fraternite/
http://www.lutinbazar.fr/autour-de-noel-a2629520
Pour aller plus loin (pour les enseignants)
Un dossier documentaire se trouve après l’histoire et on peut travailler également avec le
dossier Les soldats qui ne voulaient plus se faire la guerre ; Noël 1914 ; dossier
pédagogique ; cycle III de Catherine Quellenec (Oskar Jeunesse)
http://www.oskareditions.com/PDF/93.pdf
Dans l’émission : 2000 ans d’Histoire sur France Inter de Patrice Gélinet avec Christian
Carion (réalisateur) et Marc Ferro (historien).
La fraternisation de Noël (1914) Première Guerre Mondiale
1)http://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_554166&feature=iv&src_vid=O
3wjPPte490&v=aaTDXJ-P9Ms
2)http://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_670605&feature=iv&src_vid=a
aTDXJ-P9Ms&v=O3wjPPte490
Dans l’émission : France Info y était
Et si France Info avait été là durant la première guerre mondiale ? Thomas Snégaroff,
historien, revient sur la Première Guerre mondiale, à l’occasion du centenaire de son
déclenchement, de manière pédagogique et originale, en respectant la réalité des faits. Un
reporter France Info, sur le terrain d’un évènement déterminant, fait entendre ce qu’il aurait
vu s’il y avait été.
http://www.franceinfo.fr/france-info-y-etait
Dans l’émission : C’est pas sorcier
Http://www.youtube.com/watch?v=3LrPAz4cjh0
Série documentaire Gaumont 20ième siècle : 1914-1918, la grande guerre
http://www.youtube.com/results?search_query=S%C3%A9rie+documentaire+Gaumont+20i
%C3%A8me+si%C3%A8cle+%3A+1914-1918%2C+la+grande+guerre&sm=3
Documents historiques
http://www.europeana1914-1918.eu/fr
http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/anx_actu_bib/a.grande_collecte_14-18.html
www.pearltrees.com/u/8488981-grande-guerre-1914-gallica
La Grande Guerre (1914-1918) dans Gallica.: la Grande Guerre des médias» à la
Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine
Téléchargement