Telechargé par stly1942

Livre du professeur Latin 2de Hatier

publicité
Latin 2
de
Livre du professeur
Ouvrage réalisé sous la direction de
Olivier Massé
Inspecteur pédagogique régional,
Académie de Bordeaux
Ludivine Auffret
Professeure au lycée Haroun Tazieff, Saint-Paul-lès-Dax (40)
Tifenn Blain
Professeure au lycée Charles Despiau, Mont-de-Marsan (40)
Frank Jouandoudet
Professeur au lycée Nord Bassin Simone Veil, Andernos (33)
Céline Le Floch
Professeure au lycée Bréquigny, Rennes (35)
Christine Tardiveau
Professeure au collège-lycée Marie Curie, Sceaux (92)
Frédéric Teyssier
Professeur au lycée Bertran de Born, Périgueux (24)
LES
BELLES
LETTRES
Avant-propos
L’édition enrichie du manuel de Seconde suit les nouvelles orientations des programmes et des pratiques
pédagogiques Langues et Cultures de l’Antiquité, à travers une approche culturelle commune aux mondes
latin et grec antiques, sur quatre objets d’étude : l’Homme et l’animal, l’Homme et le divin, Soi-même et
l’autre, Méditerranée.
Une confrontation vivifiante au monde actuel et à nous-mêmes
Consacré à l’apprentissage de la langue, le manuel propose aux élèves de Seconde l’étude de textes et
d’images authentiques. Dégageant les traits spécifiques à la culture antique, comparés aux époques
contemporaine et moderne, il occasionne une confrontation vivifiante au monde actuel et à nous-mêmes.
Une approche active des textes
Une difficulté majeure de l’apprentissage des langues anciennes par les élèves résidant dans leur absence
de familiarité avec les textes, chaque double page du manuel est conçue pour stimuler la lecture.
Des méthodes didactiques nouvelles et variées
• Le code couleur permet une appropriation vivante, intuitive des cas, et facilite le repérage grammatical ;
• les traductions sont présentées sous des approches diverses et renouvelées ;
• la pratique de la boule de neige facilite l’appréhension du sens ;
• les questions d’ Aide à la traduction et d’ Approfondissement favorisent notamment la levée
des difficultés ;
• quelques questions simples en latin encouragent la manipulation orale des élèves.
Une prise en compte de l’hétérogénéité des apprentissages
Grâce aux outils suivants, le manuel tient compte des compétences linguistiques de tous les élèves :
• leçons présentées sous forme schématique pour mémoriser les règles de la langue latine ;
• exercices progressifs et variés (identification, manipulation) ;
• tableaux des déclinaisons et des conjugaisons.
Les cultures de l’Antiquité confrontées au monde moderne et contemporain
Le manuel propose aux élèves de Seconde :
• un panorama historique et géographique du monde antique, des cartes de l’Empire romain, une frise
chronologique, des Éclairages sur le monde antique et des textes grecs ou latins dans leur traduction ;
• les définitions de mots concepts, latins ou grecs, pour éclairer les valeurs-clés de la pensée antique ;
• des activités portfolio incitant aux rapprochements de textes et d’œuvres d’art antiques et modernes/
contemporaines ;
• des textes modernes et contemporains placés en Échos du monde antique, en lien avec le thème étudié.
Si la conception du manuel de Seconde repose sur une solide progression en huit séquences, aucun fil
d’Ariane n’en sous-tend la lecture : libre à chaque professeur d’y conduire ses élèves dans l’ordre qu’il
souhaite !
Les auteurs
© Hatier / Belles Lettres – Paris, 2019
Sous réserve des exceptions légales, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite, par quelque procédé
que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par le
Code de la Propriété Intellectuelle. Le CFC est le seul habilité à délivrer des autorisations de reproduction par reprographie, sous
réserve en cas d’utilisation aux fins de vente, de location, de publicité ou de promotion de l’accord de l’auteur ou des ayants droit.
Sommaire
Avant-Propos���������������������������������������������������������������� 2
1. L’homme et l’animal
SÉQUENCE 1
Animal : alter ou ego ?���������������������������������� 5
SÉQUENCE 2
Regards sur l’animal����������������������������������� 17
2. L’homme et le divin
SÉQUENCE 3
La toute-puissance des dieux ��������������������� 29
SÉQUENCE 4
D’un monde à l’autre��������������������������������� 42
3. Soi-même et l’autre
SÉQUENCE 5
Apparitions et aliénations��������������������������� 55
SÉQUENCE 6
Différences de culture,
différences de condition������������������������������ 67
4. Méditerranée
SÉQUENCE 7
Mare nostrum��������������������������������������������� 81
SÉQUENCE 8
Voyages et voyageurs antiques������������������� 93
5. Étude de la langue
Préambule���������������������������������������������������������������� 105
Méthode Traduire un texte latin������������������������������������ 105
Les origines du latin����������������������������������������������������� 105
Le groupe nominal����������������������������������������������������� 106
Le groupe verbal��������������������������������������������������������� 114
L’expression des circonstances�������������������������������������� 118
Mots outils����������������������������������������������������������������� 121
1
L’homme et l’animal
SÉQUENCE
Objectif
 Animal : alter ou ego ?
 Livre de l’élève p. 16
Cette séquence permet de travailler sur les deux premiers points du premier objet
d’étude du nouveau programme : l’homme est-il un animal comme les autres ?
Quelles mutations, transformations, quels monstres et hybrides ont imaginés et
décrits les auteurs latins ?
Plusieurs genres de textes sont utilisés, comme l’indique le programme : des textes
philosophiques, poétiques, des récits de géographes ou des ouvrages naturalistes.
Les textes 1 à 4 réfléchissent sur les raisons de la distinction homme/animal
sauvage ou domestiqué en expliquant la supériorité du premier.
Les textes 5 à 8 apportent des nuances montant combien l’homme
est un animal faible, et font l’éloge des qualités des animaux.
Les textes 9 à 12 illustrent l’idée mythique de métamorphose homme/animal,
en expliquant quels sens peuvent avoir ces métamorphoses (perméabilité animal/
humain) et quelles raisons les expliquent (un châtiment divin ou une renaissance).
Les textes 13 et 14 sont des exemples d’hybridation qui éclairent aussi l’imaginaire
perméabilité entre nature humaine et animale.
Que savez-vous déjà ?
• Avez-vous lu des textes ou des mythes antiques où il est question d’animaux ?
• Connaissez-vous des cas de métamorphoses d’homme en animal ?
Des êtres mi-hommes, mi animaux ?
À partir des réponses les plus probables des élèves (par exemple, la louve
de Romulus et Rémus, les sirènes, le chien d’Ulysse, le Minotaure,
les éléphants d’Hannibal, le roi Midas...), il est possible de problématiser l’objet
d’étude dès le début, en faisant réfléchir la classe sur la place importante
de la question des rapports humain/animal dans la culture gréco-latine ;
puis sur les qualités respectives des humains et des animaux ;
enfin sur leur proximité et leur différence illustrées dans les Métamorphoses.
5
L’homme :
un animal supérieur
TEXTE 1
Un être à l’intelligence unique
Cicéron, De officiis
 Livre de l’élève p. 18
Aide à la traduction
Le travail sur le texte peut commencer par une
question sur le lui (eam l. 4) ; que peut signifier
ce pronom qui distingue hommes et animaux ? Il
s’agit ensuite de faire retrouver à quel nom il renvoie dans le texte ; puis la traduction des passages
manquants peut commencer à l’aide des questions.
Erratum Lire Quae natura humana superat ?
Natura hominis pecudibus reliquisque beluis
antecedat.
1
2 Quid sentiunt illae beluae ?
Approfondissement
6 Quelle est la caractéristique commune aux bêtes
et aux hommes selon Cicéron ?
Quelle est l’originalité humaine ?
Les bêtes et les hommes ont pour caractéristique
commune l’inclination vers le plaisir, mais les
hommes sont capables de prendre conscience des
excès d’intérêt pour les plaisirs, d’en avoir honte et
de les maîtriser pour devenir meilleurs. Alors que
les animaux ne sont gouvernés que par les désirs.
7 Lisez la citation du philosophe grec Aristote.
Quelle idée est commune à Aristote et Cicéron ?
Quelle différence peut être notée entre les deux ?
Aristote et Cicéron partagent l’idée d’une unicité de
l’homme par rapport aux autres animaux et d’une
supériorité incontestable de l’homme. Aristote
insiste sur la faculté de se remémorer, comme trait
distinctif, c’est-à-dire de se souvenir délibérément, de
construire sa mémoire librement, et donc de réfléchir.
Illae beluae sentiunt nihil nisi voluptatem.
3 Relevez le parallélisme de construction des
comparatifs propensior (l. 7-8) et erectior (l. 10).
Analysez les propositions puis traduisez-les.
Si quis est paulo propensior s’oppose à si quis est
paulo erectior. Dans les deux propositions, le sujet
est quis (employé à la place d’aliquis car il est placé
après si) ; et le comparatif est tempéré par l’adverbe
paulo. Si l’on a un peu trop d’inclination pour les plaisirs s’oppose donc à si l’on est un peu plus grand.
4 À partir de la traduction donnée, retrouvez
les mots latins qui signifient il recherche
et fait toujours quelque chose.
Semper aliquid aut anquirit aut agit.
5 Examinez les temps et modes des verbes
soulignés avant de traduire l’ensemble du texte.
Pertinet, sentiunt, occultat et dissimulat sont
à l’indicatif présent ; antecedat est au subjonctif
présent (valeur d’interrogative indirecte après
quantum).
Mais il importe, pour toute recherche sur le devoir, de
garder toujours présent à l’esprit combien la nature
de l’homme l’emporte sur les animaux domestiques
et sur le reste des bêtes. Les animaux n’ont d’autre
sentiment que celui du plaisir [...]. Bien plus, si l’on
a un peu trop d’inclination pour les plaisirs, à condition qu’on ne soit pas de l’espèce des bêtes – car il y
a des gens qui sont hommes, non pas en réalité, mais
seulement de nom – si l’on est un peu plus grand,
quelle que soit l’emprise du plaisir, on cache et on
dissimule cet appétit par pudeur. [...]
Que la nourriture et l’entretien du corps aient donc
pour but la santé et la vigueur, mais non pas le
plaisir !
Traduction de Testard, p. 158, 8-13, 17-23, 27-29,
© Les Belles Lettres, CUF (1974).
6
TEXTE 2
Un corps fait pour dominer
Cicéron, De natura deorum
 Livre de l’élève p. 19
Autour du texte
1 Quels pouvoirs la parole donne-t-elle
aux hommes ?
La parole est au fondement de la société humaine
et de la civilisation ; elle permet d’échanger,
(apprendre et enseigner) ; son rôle intellectuel est
donc primordial pour établir une cité, en énonçant des lois. La parole permet aussi de fortifier les
liens affectifs entre les hommes, puisqu’elle sert à
consoler les affligés.
2 Quels avantages les hommes tirent-ils
de leurs mains ?
Cicéron insiste d’abord sur la dimension créatrice,
artistique de la main (peindre, modeler, ciseler). Il
développe ensuite l’idée que c’est un outil de travail, qui sert à nous nourrir ou nous protéger (pour
la culture des champs, nous vêtir et construire, des
villes ou des murailles). La main est ainsi le prolongement de l’esprit humain (elle nous procure tout
ce que l’esprit invente). Elle sert à concrétiser ce que
l’esprit imagine.
3 Que pouvez-vous conclure sur la place de l’homme
dans la nature par rapport aux animaux ?
Grâce à sa constitution physique particulière qui
lui permet de s’exprimer parfaitement et de créer
avec précision, l’homme se place au-dessus des
autres êtres vivants. Il se rapproche ainsi des dieux,
puisque la parole est qualifiée de divine. La politique
et l’art sont les concrétisations les plus évidentes
de cette supériorité que lui a donnée la nature.
L’animalité comme punition
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 20
Errata • Sont passés en gras les mots suivants : que
et pinus l. 3, nomine l. 5, nares l. 10 et Posse l. 15.
• Perjuria remplace periuria (l. 6).
Aide à la traduction
1 Recopiez le texte en gras et proposez-en
une traduction.
Hippotadae regnum relinquit, Sirenum scopulos que legit Pithecusas habitandum nomine
dictas. Deum genitor viros animal mutavit.
Nares contudit et peraravit ora misitque in has
sedes ; abstulit usum verborum ; posse queri
reliquit.
Il laisse le royaume du fils d’Hippotès, les rochers
des Sirènes, et son navire longe Pithecuses, appelée
du nom de ses habitants. Le père des dieux changea les hommes en animal, il aplatit leurs nez et
il creusa leurs visages et il les envoya dans ce pays ;
il leur enleva l’usage de la parole ; il leur laissa la
possibilité de se plaindre.
2 Traduisez les accusatifs et les ablatifs.
• Accusatifs : regnum : le royaume ; terras : les
terres ; scopulos : les rochers ; Inarimen, Prochyten,
Pithecusas, locatas : Inarimé, Prochyté, Pithécuses,
situées ; dictas : appelées ; fraudem, perjuria : mauvaise foi, parjures ; admissa : les crimes ; deforme
animal : animal difforme ; viros : les hommes ;
membra : les membres ; nares : les nez ; resimas :
retroussés ; ora : les visages ; tota corpora : les corps
tout entiers ; velatos : recouverts (se rapporte à
viros) ; has sedes : cet endroit ; usum : la faculté ;
dira perjuria : les parjures
• Ablatifs : calenti sulphure : du soufre enflammé ;
praeside : pilote ; sterili colle : colline stérile ;
nomine : du nom ; fronte : le front ; rugis anilibus :
des rides de vieilles femmes ; flaventi villo : un pelage
fauve ; rauco stridore : un cri rauque.
3 En vous appuyant sur ces éléments, donnez
du sens à l’ensemble du texte.
Il laisse derrière lui le royaume du fils d’Hippotès,
où s’exhale de terre la fumée du soufre enflammé, et
les rochers des Sirènes, filles d’Achéloüs ; son navire,
privé du pilote, côtoie Inarimé, Prochyté et Pithécuses,
située sur une colline stérile et dont le nom vient de
celui de ses habitants. Jadis le père des dieux, révolté de
la mauvaise foi et des parjures des Cercopes, voulant
punir les crimes d’un peuple si perfide, les changea
en animaux difformes qui différaient de l’homme tout
en lui ressemblant ; il rapetissa leur corps, aplatit leur
nez qui se retroussa au-dessous du front, et sillonna
leur visage de rides, comme on en voit aux vieilles
femmes ; il couvrit tout leur corps d’un pelage fauve ;
enfin, il les envoya dans ce pays, non sans leur avoir
ôté d’abord l’usage de la parole et de leur langue, née
pour le parjure ; il ne leur laissa que la faculté de se
plaindre par un cri rauque et strident.
Traduction de Georges Lafaye, XIV, l. 85-100, p. 93,
© Les Belles Lettres, CUF (2002).
Approfondissement
4 Comment cette métamorphose est-elle évoquée ?
Appuyez-vous sur le texte.
Cette métamorphose est un châtiment ; le père des
dieux étant en colère (exosus), elle est évoquée
comme une punition qui dégrade les Cercopes ; les
singes sont laids (contraxit membra, rugis anilibus ora peraravit et incapables de parler (abstulit
usum verborum) ; ils sont comme des caricatures
humaines (dissimiles homini similesque) ; de
plus, cette métamorphose montre une certaine
continuité entre des hommes menteurs et perfides,
transformés en animaux laids.
5 Comparez l’image du singe vu par le philosophe
Posidonius et celle donnée par le mythe.
Posidonius a la même image des singes, dont il se
moque ; il ne voit que leurs défauts (les infirmités),
leur laideur, tout en pointant une certaine proximité
avec des attitudes humaines (les femelles qui font
téter les petits, les crânes chauves), ce qui provoque
son rire ; là encore, le singe incarne une image
déformée de l’homme, une caricature.
6 Pithecus et simius sont deux mots désignant
le singe en latin. Trouvez des mots français
qui en proviennent.
Pithécanthrope, anthropopithèque ; simiesque, simien.
7 PORTFOLIO Le roman La Planète des singes de
Pierre Boule (1963) évoque un univers dominé
par les singes. Comparez la vision des hommes
et des singes dans le roman et rapprochez-la
du point de vue des auteurs antiques.
Dans le roman de Pierre Boulle, les singes présentent une nette proximité avec les hommes, qu’ils
ont fini par dominer ; les singes ont gagné en intelligence par la parole ; mais leur victoire est vécue
comme une déchéance, car la beauté humaine reste
le canon principal.
TEXTE 4
Quand l’animal parodie
l’homme
Apulée, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 21
Aide à la traduction
1 Quae animalia Lucius vidit ?
Lucius vidit ursam et simiam et asinum.
2 Quel animal est désigné par hunc (l. 21) ?
Quelle personne est désignée par illum ?
Hunc désigne asinum ; illum désigne simiam.
7
L’homme et l’animal
TEXTE 3
3 Les formes verbales terminées par -ur sont
au passif. Enlevez le -ur pour retrouver l’actif
et traduisez.
vehebatur : était transporté ; vagor et molior sont
deux verbes déponents ; vagabantur : erraient ;
moliebatur : s’avançait
8 Le singe de la mosaïque reste-t-il un animal ?
La mosaïque présente un singe habillé et équipé
comme un homme, à la posture debout ; son activité de récolte de fruits aussi est humaine, par son
usage des mains ; cependant tous ses traits restent
simiesques.
4 À l’aide du code couleur, traduisez le texte latin.
Un autre, chaussé de bottines, armé d’un bouclier,
d’un casque et d’une épée, semblait sortir d’une
arène de gladiateurs. Cet autre, précédé de faisceaux et vêtu de pourpre, jouait le magistrat. Cet
autre avait le manteau, le bâton, les sandales et la
barbe de bouc d’un philosophe. D’autres étaient
en oiseleurs et en pêcheurs avec différents roseaux,
enduits de glu ou armés d’hameçons. Je vis aussi
un ours apprivoisé qu’on portait dans une chaise,
habillé en dame de qualité ; un singe coiffé d’un bonnet brodé, vêtu d’une robe phrygienne de couleur
de safran, représentait le jeune berger Ganymède
et portait une coupe d’or ; enfin, il y avait un âne
sur le dos duquel on avait collé des plumes, et que
suivait un vieillard tout cassé : c’étaient Pégase et
Bellérophon ; et tous deux formaient le couple le
plus risible.
Au milieu de toutes ces mascarades plaisantes qui
remplissaient les rues, la pompe particulière de la
déesse protectrice s’avançait majestueusement.
Traduction de V. Bétolaud, © Les Belles Lettres,
XI, 8-9 (1886).
Approfondissement
5 Le choix des trois animaux est-il anodin ?
Les trois animaux sont caractérisés dans l’imaginaire collectif romain par leur ridicule ; l’ours et le
singe sont des caricatures de l’homme, l’un quand il
est debout, l’autre pour sa posture, ses mains ou sa
face ; l’âne est réputé pour sa bêtise.
6 Comment chaque animal est-il déguisé ?
Est-ce pour offrir une image dégradante
des êtres mythiques ?
L’ours est une ourse, déguisée en femme ; le singe
est déguisé en berger et l’âne en cheval ailé. Le
but n’est de se moquer ni de Ganymède ni de
Pégase mais de faire rire des animaux, pour mieux
montrer la supériorité de la nature humaine, plus
proche des dieux.
L’homme :
un simple animal
TEXTE 5
Une supériorité humaine
discutable
Origène, Contre Celse
 Livre de l’élève p. 22
Autour du texte
1 Comment Celse critique-t-il les hommes ?
Celse critique les hommes en les comparant aux animaux ; les hommes ne sont pas plus doués que les
abeilles pour construire et organiser des cités ; les
hommes sont, par ailleurs, moins proches des dieux
que les animaux puisque ceux-ci sont porteurs des
paroles divines, en annonçant le futur ; enfin, comparant l’homme et l’éléphant, l’auteur critique le
manque de piété et d’honnêteté des hommes.
2 Quelles facultés l’homme et l’animal ont-ils
en commun ?
L’homme et l’animal ont en commun la faculté de
vivre dans des sociétés hiérarchisées et organisées.
Ils sont également des êtres religieux, capables de
connaître et d’honorer les dieux.
3 PORTFOLIO La Fontaine a choisi les abeilles comme
personnages de sa fable Les Frelons et les Mouches
à miel. Lisez cette fable et donnez les caractéristiques de ces insectes vus par le fabuliste.
Les abeilles sont considérées comme des insectes
travailleurs et honnêtes, alors que les frelons sont
vus comme des parasites tricheurs ; la guêpe est un
juge qui rend la justice. L’image positive de l’abeille
est bien exprimée dans cette fable. La portée métaphorique (les frelons sont des hommes corrompus)
est explicitée dans la morale.
7 Traduisez puis justifiez le vers du poète latin
Ennius : Simia, quam similis turpissima bestia
nobis !
Comme le singe, le plus laide des bêtes, nous
ressemble !
Ce vers montre une fois encore la proximité des
singes et des hommes ; il insiste sur la laideur
des singes, au plus bas de l’échelle des animaux.
L’homme trouve en cet animal un miroir déformant
de son être, un anti-modèle à ne pas suivre.
8
TEXTE 6
L’homme : un animal vulnérable
Lucrèce, De rerum natura
 Livre de l’élève p. 23
Errata • L’extrait vidéo de L’Enfant sauvage de F. Truffaut
a été supprimé.
• Référence : lire : De rerum natura V, v. 225-237 ;
• l. 5 : lire : Vagituque au lieu de Vagitumque.
1 Repérez les verbes puis les prépositions et
les mots proches du français dans le texte latin.
2 Rapprochez-les de ceux de la partie traduite.
L’élève pourra repérer, par exemple, dans l’ensemble
du texte : projectus, transire, restet, quaerunt, ab,
in, ex, puer, undis, infans, vitali, auxilio, matris,
tempore, caeli, vestes, armis, tellus, daedala. Il
est possible ensuite de lui faire émettre des hypothèses sur le sens de la partie non traduite.
3 Faites correspondre l’ensemble du latin
et du français.
tum : alors ; porro : en outre ; puer : l’enfant ; ut :
comme ; navita : le marin ; projectus : rejeté ; ab undis
saevis : par les ondes cruelles ; jacet : gît ; nudus :
nu ; humi : sur le sol ; infans : sans parler ; indigus
omni vitali auxilio : dépourvu de tout secours vital ;
cum primum : dès que ; natura : la nature ; profudit :
l’arrache ; ex alvo matris : du ventre de sa mère ; in
liminis oras : sur les rives de la lumière ; nixibus : par
les efforts de l’accouchement ; vagituque lugubri : et
que de sa plainte lugubre ; complet : il remplit ; locum :
l’endroit ; ut : comme ; aecumst : il est juste ; cui : à
qui : restet : il reste ; transire : de traverser ; in vita :
dans la vie ; tantum malorum : tant de malheurs.
4 À l’aide du code couleur, dégagez les propositions
puis traduisez le texte.
La première proposition s’articule autour de
crescunt, la seconde d’opus est, la troisième
d’adhibenda est, la quatrième de quaerunt, la cinquième de opus est, complétée par la relative qui
sua tutentur, et par la conjonctive quando...
Au contraire, on voit croître sans peine les animaux
domestiques, gros et petits, et les bêtes sauvages ; ils
n’ont besoin ni de hochets, ni des mots caressants
que chuchote la voix d’une tendre nourrice ; ils ne
sont pas en quête de vêtements qui changent avec les
époques de l’année ; enfin, ils n’ont point besoin ni
d’armes ni de hautes murailles pour défendre leurs
biens, puisque, pour parer à tous leurs besoins, la
terre et la nature inventive enfantent d’elles-mêmes
toutes sortes d’abondantes ressources.
Traduction de A. Ernout, p. 195, 223 à 234,
© Les Belles lettres (1975).
Approfondissement
5 Comment Lucrèce oppose-t-il enfant
et progéniture animale ?
L’enfant est dépourvu de toute protection naturelle ; il est nu, il a besoin de secours extérieurs pour
survivre, mais aussi de jouets superflus. Il se plaint
aussi, conscient de la difficulté de la vie à venir.
La progéniture animale est très vite autonome et
capable de survivre seule. La nature (assimilée à la
terre, tellus) est considérée comme la mère nourricière des animaux qui a tout anticipé pour eux, dès
avant leur naissance.
6 Que pensez-vous de ce point de vue sur l’enfant ?
L’enfant et l’animal sont-ils comparables selon
vous ?
Pour construire la réflexion de l’élève, il peut être
utile de rappeler que d’autres animaux prennent
soin de leur progéniture sans défense, que cette
opposition n’est pas fondée scientifiquement ; par
ailleurs, il est possible d’amorcer ici un rapprochement avec les enfants sauvages, abordé dans les
textes 7 de la séquence 2.
7 Dans les récits mythologiques, les enfants ne
sont pas toujours démunis face à l’environnement hostile. Faites des recherches sur le dieu
Hermès ou le héros Hercule.
Hermès a tué une tortue très vite après sa naissance
pour fabriquer la première lyre et s’auto-célébrer ;
quant à Hercule, il a étranglé au berceau les deux
serpents envoyés par Junon.
TEXTE 7
L’animal comme modèle
Horace, Satires
 Livre de l’élève p. 24
Aide à la traduction
1 Rapprochez les deux traductions de l’original
latin en commençant par la plus ancienne.
Commencez par isoler chaque phrase,
puis repérez-en les propositions.
Voici une proposition de traduction juxtalinéaire
pour guider les recherches des élèves.
sicut : ainsi ; parvola formica : la toute petite
fourmi ; nam exemplo est : car c’est l’exemple
connu ; laboris magni : capable d’un grand travail
– génitif de qualité ; trahit : porte ; ore : dans sa
bouche ; quodcumque potest : tout ce qu’elle peut ;
atque addit : et l’ajoute ; acervo quem struit : au
tas qu’elle empile ; haud ignara ac non incauta
futuri : ni ignorante ni imprévoyante vis-à-vis du
futur ; quae : et elle ; simul Aquarius contristat
annum inversum : dès que le Verseau assombrit
l’année qui revient ; non usquam prorepit : ne
rampe plus nulle part ; et utitur : et utilise ; illis
ante quaesitis : ce qui a été ramassé auparavant ;
sapiens : dans sa sagesse ; cum : alors que ; te : toi ;
neque fervidus aestus : ni l’été torride ; neque
hiems, ignis, mare, ferrum : ni l’hiver, le feu, la
mer, la guerre ; demoveat lucro : ne te détourne
du lucre ; nil obstet tibi : rien ne t’arrête ; dum ne
alter sit ditior te : pourvu qu’un autre ne soit pas
plus riche que toi.
Approfondissement
2 Quelles qualités de la fourmi ce texte vante-t-il ?
Quels défauts de l’homme met-il en exergue ?
Ce texte met en avant le courage, le sens de l’effort,
la prévoyance et l’humilité de la fourmi ; alors que
9
L’homme et l’animal
Aide à la traduction
l’homme est considéré comme un être qui ne pense
qu’à s’enrichir, quels que soient les moyens, fauteur
de troubles et de guerres, incapable de s’arrêter
dans sa quête de richesse, sans en jouir véritablement. L’homme ne sait ni se contenter, ni profiter
de ce dont il a réellement besoin.
3 Comment les deux traducteurs ont-ils voulu
traduire la poésie d’Horace ?
Quels procédés littéraires ont-ils utilisés ?
L.-V. Raoul a voulu traduire en vers réguliers le texte
d’Horace (des alexandrins, souvent coupés à l’hémistiche) ; il rend le tableau vivant en décrivant la
fourmi plus longuement que l’homme, envisagé
seulement au dernier vers dans une antithèse
frappante. L’auteur s’inscrit dans la continuité des
Fables de La Fontaine.
F. Villeneuve propose une traduction plus proche et
juxtalinéaire du texte d’Horace ; la précision offre
plus de détails, comme la traduction de prorepit
par porter sa marche rampante. Mais la dimension
poétique du texte est rendue par un travail sur les
sonorités (allitérations en [p] et assonances en [a]
dans elle ne porte plus nulle part sa marche rampante)
et par l’emploi de figures de styles, comme l’hyperbole chaleur ardente, ou l’anaphore de ni dans
l’énumération. Le traducteur a conservé aussi la
métonymie ferrum pour la guerre, le plus fidèle
possible au texte de Horace.
4 Proposez votre propre traduction du début du
texte jusqu’à annum (vers 5), en vers ou en prose.
Il est utile de rappeler aux élèves que la traduction
mot-à-mot n’est qu’une étape, dont une bonne traduction doit s’affranchir.
5 ÉCRITURE Écrivez une strophe à la manière
de Horace sur un autre animal.
Les autres animaux utiles dans le cadre de la
séquence, qui fait réfléchir aux liens homme/
animal, sont l’âne, le singe ou le loup, plusieurs fois
rencontrés. Ces exemples peuvent être suggérés
aux élèves qui n’auraient pas spontanément d’idée.
6 PORTFOLIO Lisez la fable de Phèdre, La Fourmi
et la Mouche, et celle de La Fontaine, La Cigale
et la fourmi. Quelle représentation de cet insecte
proposent-elle ? Comparez textes antiques
et texte du XVIIe siècle.
Dans les deux fables, la fourmi représente l’animal
industrieux et laborieux par excellence, capable
de beaucoup d’efforts malgré sa petite taille ; sa
modestie et son refus du superflu vont de pair avec
son sens de l’effort. Mouche et cigale représentent
l’inanité de conduites imprévoyantes consacrées
seulement à des activités brillantes en apparence
mais qui ne peuvent assurer la simple survie. La
continuité entre les époques antiques et modernes
est évidente, démontrant une certaine fixité des
représentations de l’imaginaire collectif (l’éloge de la
fourmi) et une continuité dans l’inspiration littéraire.
10
TEXTE 8
L’intelligence de l’éléphant
Pline l’Ancien, Histoire naturelle
 Livre de l’élève p. 25
Aide à la traduction
1 L’éléphant serait le plus proche des hommes
par ses qualités morales. Lesquelles ?
L’éléphant est, selon Pline l’Ancien, le plus proche des
hommes par son honnêteté (probitas), son sens de
la justice (aequitas), sa foi religieuse (religio).
2 Quos humanos sensus elephantes tenent ?
Pour répondre à cette question, relevez les mots
au nominatif entre quippe et veneratio (l. 1 à 6).
Erratum Dans l’énoncé ci-dessus, l. 4 a été remplacé
par l. 6.
Les mots au nominatif sont : intellectus, obedientia, memoria, voluptas, probitas, prudentia,
aequitas, religio, veneratio.
Elephantes tenent intellectum sermonis patrii,
et imperiorum obedentiam et officiorum quae
didicere memoriam amorisque et gloriae
voluptatem et probitatem et prudentiam et
aequitatem et siderum solisque religionem et
lunae venerationem.
3 Quels types de propositions subordonnées sont
soulignées, en orange ou en gras ?
Descendere, circumspergi et reverti sont des
infinitifs présents. Traduisez ces groupes de mots.
Les propositions soulignées sont des propositions
relatives ; les propositions en orange sont des ablatifs absolus ; les propositions en gras sont des
propositions infinitives.
Quae didicere : qu’ils ont appris.
Quae etiam in homine rara (sous-entendu est) :
qui est rare même chez l’homme.
Nitescente luna nova : quand la nouvelle lune brille.
Ita salutato sidere : après avoir salué l’astre du jour.
Greges descendere ibique se aqua circumspergi
atque in silvas reverti : les troupeaux descendent et
s’aspergent d’eau et retournent dans les forêts.
Approfondissement
4 Distinguez les qualités intellectuelles des quali-
tés morales que Pline attribue à l’éléphant.
Pline affirme l’intelligence des éléphants en montrant qu’ils sont capables de comprendre la langue
de leurs dresseurs (intellectus sermonis patrii),
et de se souvenir des devoirs qu’ils ont appris
(memoria officiorum quae didicere), faculté
également à la base de leurs valeurs morales.
Ces qualités morales de l’éléphant sont l’obéissance aux ordres (obedentia imperiorum), le
plaisir de l’amour et de la gloire (amoris et gloriae
voluptas), l’honnêteté (probitas), le sens de la justice (aequitas) et la foi religieuse (religio).
fondée ?
La description de Pline interprète mal des comportements corrects d’un point de vue éthologique.
S’il est vrai que les éléphants s’aspergent d’eau,
ce n’est pas pour se purifier au sens religieux, mais
pour se nettoyer. Il est intéressant de faire lire aux
élèves la suite du texte en français qui mélange
des comportements très fantaisistes (monter à la
corde) et des remarques correctes (se rouler dans
la poussière).
6 PORTFOLIO La bande dessinée de Dumontheuil
et Troub’s raconte une marche d’éléphants à
travers le Laos pour promouvoir leur protection.
Comment la relation entre cornac et éléphant
est-elle vue? Comparez avec les informations
données par Pline.
La bande dessinée moderne montre la relation de
confiance qui s’établit entre cornac et éléphant ;
il est troublant de voir un éléphant se comporter
exactement comme le décrit Pline, surmontant sa
peur de monter sur un bateau grâce aux paroles
réconfortantes du cornac ; mais il est évident que
l’animal est plus sensible au ton de la voix et aux
gestes du cornac qu’au sens de ses paroles.
7 PORTFOLIO Romain Gary a raconté, dans
Les Racines du ciel (1956), l’histoire d’un homme
qui se bat pour sauver les éléphants d’Afrique.
Lisez ce roman puis expliquez ce que
symbolisent les éléphants et pourquoi il faut
les protéger.
Dans Les Racines du ciel, le héros (Morel) veut
sauver les éléphants menacés par les braconniers,
car ils représentent pour lui la liberté sauvage,
espace indispensable à l’homme ; c’est en rêvant
aux éléphants d’Afrique que Morel a, par exemple,
survécu quand il était prisonnier dans un camp
de concentration, pendant la seconde Guerre
Mondiale.
Métamorphoses
et hybrides
TEXTE 9
Punir la bêtise
Apulée, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 26
Aide à la traduction
1 Dans le texte latin, identifiez les étapes
de la métamorphose à l’aide des différentes
parties du corps (mots en gras).
Mes poils (pili mei) s’épaisissent, mes doigts
(digiti) se transforment en sabots (ungula) ; une
grande queue (grandis cauda) pousse au bas de
ma colonne vertébrale (spinae meae) ; mon visage
devient énorme (facies enormis) ; ma bouche (os)
s’allonge ; mes narines (nares) s’ouvrent ; mes
lèvres (labiae) pendent et mes oreilles (aures)
grandissent.
2 Remettez la traduction en ordre en vous aidant
de votre réponse à la question 1 et
de l’étymologie.
L’ordre des paragraphes est : 2 ; 1 ; 3 ; 4.
Approfondissement
3 Reprenez les différentes étapes
de la métamorphose.
Les différentes étapes de la métamorphose sont
la transformation de la peau et des poils ; puis des
extrémités (mains et pieds) ; le développement
de la queue ; enfin la métamorphose du visage
(bouche, narines, lèvres, oreilles).
4 Que peuvent symboliser les oreilles de l’âne ?
À quoi cet animal est-il toujours associé ?
Les oreilles de l’âne constituent symboliquement
un appendice ridicule, qui représente la bêtise et
l’ignorance. Cet animal a toujours été injustement
associé à ces défauts, puisqu’un bonnet d’âne pouvait orner le crâne des « mauvais » élèves autrefois.
Le texte 12 d’Ovide sur Midas rappelle aussi l’infamie des oreilles d’âne.
5 Quels aspects humains Lucius transformé en âne
conserve-t-il ?
Lucius conserve sa conscience d’homme ; s’il ne
peut plus faire de gestes humains (il a perdu la main
dont Cicéron fait l’éloge au texte 2, humano gestu
privatus) ni s’exprimer, faute d’organes vocaux (il
est voce privatus et tacitus), il garde sa lucidité
et sa pensée puisqu’il implore Photis par le regard
(expostulabam respiciens ad illam).
TEXTE 10
Punir la cruauté
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 27
Erratum P. 27 du manuel, le soulignement de mots
dans le texte latin a été supprimé.
Aide à la traduction
1 Traduisez d’abord les mots en gras.
Ego : moi ; everti : j’ai fait tomber ; tecta : sa demeure ;
ipse fugit : lui-même s’est enfui ; -que exululat : il
pousse de longs hurlements ; -que loqui conatur :
et il essaie de parler ; colligit os rabiem : sa bouche
concentre sa rage ; -que vertitur in pecudes : et il
se tourne contre le bétail ; sanguine gaudet : il se
réjouit du sang versé.
11
L’homme et l’animal
5 Cette description est-elle scientifiquement
2 Quelle phrase décrit la métamorphose ?
La phrase In villos abeunt vestes, in crura lacerti ;
Fit lupus et veteris servat vestigia formae décrit
la métamorphose.
3 Cujus vestigia Lycaon servat ?
Lycaon servat vestigia veteris formae : canities
et vultus violentia et oculi et feritatis imago
eidem sunt.
du film Wolf, l’être hybride homme/loup est toujours un animal sanguinaire, cruel et dangereux,
qui entraîne l’humain vers la bestialité, dévoilant
ce que certains hommes peuvent avoir de pire en
eux, le goût pour le meurtre et le plaisir de faire
couler le sang. La représentation du loup-garou a
très peu évolué au fil des siècles, gardant toujours
ces mêmes traits.
4 Quelle est la fonction de la proposition intro-
duite par simul (l. 1) ?
La proposition introduite par simul est une proposition conjonctive complément circonstanciel de temps.
5 Traduisez à présent la totalité du texte.
Et, en même temps qu’il m’a servi ce repas, moi, d’une
flamme vengeresse, j’ai fait tomber sur le maître sa
demeure, pénates dignes de lui.Terrifié, lui-même s’est
enfui et réfugié dans le silence de la campagne, il pousse
de longs hurlements, et, en vain, essaie de parler ; sa
bouche concentre de tout son être sa rage et il se tourne
contre le bétail, avec son désir de meurtre habituel, et se
réjouit maintenant encore du sang versé. Ses vêtements
deviennent des poils, ses bras, des pattes ; il devient un
loup et conserve des vestiges de son ancienne forme.
Sa couleur de cendre est la même, la violence de son
visage est la même, ses yeux brillent pareillement, il
est la même image de la férocité.
Approfondissement
6 Cette mutation est-elle réversible ou irréversible ?
Cette mutation est irréversible, contrairement à
celles d’Io ou de Lucius, par exemple. Cette irréversibilité est la conséquence du châtiment divin ; les
fautes de Lycaon, comme celles des Cercopes, sont
trop grandes pour être absoutes. La punition du roi
des dieux entraîne une transformation irrémédiable
qui fait de Lycaon un loup.
7 Pourquoi Jupiter a-t-il choisi de transformer
Lycaon en loup ?
Le loup est un animal qui fait peur, il peut être capable
de s’attaquer à l’homme ; de plus, il ne montre pas de
peur envers l’homme et il est très difficile à capturer.
Le loup est l’animal féroce par excellence, comme le
dit aussi le proverbe : Homo homini lupus. Un groupement de textes autour du loup peut être envisagé,
au moyen des textes 6 et 7 de la séquence 2, avec
des échos dans Le Loup de Gubbio (récit autour de
saint François d’Assise), les Fables de La Fontaine, les
Contes de Charles Perrault ou Un roi sans divertissement de Giono, par exemple. La problématique est
actuelle avec le retour du loup en France.
8 De quelle croyance populaire ce mythe peut-il
être rapproché ? (cf. p. 115)
Comment la représentation de cette figure
hybride a-t-elle évolué au fil des siècles ?
Ce mythe peut être rapproché de la croyance populaire du loup-garou. Comme le montre la photo
12
TEXTE 11
Protéger de la colère d’un dieu
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 28
Aide à la traduction
1 Rapprochez le texte latin de sa traduction immé-
diate vers à vers.
senior Inachus : le vieillard Inachus ; porrexerat :
avait tendu ; herbas decerptas : des herbes coupées ; illa lambit manus : celle-ci lèche ses mains ;
patriisque palmis dat oscula : et sur les paumes
paternelles donne des baisers ; nec retinet lacrimas :
et elle ne retient pas ses larmes ; sed, si modo verba
sequantur : si seulement les mots suivaient ; oret
opem : elle demanderait de l’aide ; nomenque
suum casusque loquatur : et elle dirait son nom
et ses malheurs ; littera pro verbis : les lettres à la
place des paroles ; quam pes duxit in pulvere : que
son pied a tracées dans la poussière ; peregit triste
indicium : ont donné le funeste indice ; mutati corporis : de la transformation de son corps ; ut dea
lenita est : quand la déesse est adoucie ; illa capit
vultus priores : elle retrouve ses traits d’avant ; fitque
quod ante fuit : et devient ce qu’elle était avant ;
saetae fugiunt e corpore : les poils tombent de son
corps ; cornua decrescunt : ses cornes diminuent ;
orbis luminis fit artior : le contour de ses yeux est
plus étroit ; rictus contrahitur : sa bouche se réduit ;
umerique manusque redeunt : et ses épaules et ses
mains reviennent ; ungulaque dilapsa absumitur in
quinos ungues : et ses sabots disparus se transforment
en cinq doigts ; nil formae de bove superest in illa
nisi candor : rien de la forme de la vache ne subsiste
en elle sinon la blancheur ; nymphe contenta officio
duorum pedum : la nymphe satisfaite du service de
ses deux pieds ; erigitur : se redresse ; metuitque
loqui : et a peur de parler ; ne mugiat : afin qu’elle
ne meugle pas ; more juvencae : à la façon d’une
génisse ; et timide retemptat verba intermissa : et
timidement elle essaie des paroles oubliées.
2 Quels mots latins sont étymologiquement
proches du français ?
Les élèves pourront peut-être reconnaître : herbas,
senior, manus, lacrimas, verba, nomen, littera,
cornua, luminis, ungula, candor, mugiat, timide...
On peut les amener à réfléchir sur palma, ae, f (la
paume) ; lacrima, ae, f ; pulvus, eris, n ; candor,
oris, m ; ungula, ae, f.
des six premiers vers.
Les élèves pourront effectuer ce travail en changeant des mots, et en essayant de travailler la
césure à l’hémistiche.
Approfondissement
4 Io devient-elle parfaitement une génisse ?
Io ne devient que physiquement une génisse ; tout
comme Lucius, dans le Texte 9, elle garde pleinement conscience et conserve toutes ses facultés
intellectuelles ; et même si elle n’a plus de mains,
elle est capable d’écrire avec son sabot ; de plus,
l’éclat de sa beauté, exprimé par candor, a subsisté
après sa métamorphose en animal ; elle est aussi
belle femme que génisse.
5 Que peut exprimer l’idée d’une métamorphose
réversible ?
La réversibilité des métamorphoses montre bien
que dans les mythes, la condition humaine est
perméable. L’homme peut devenir un animal et
redevenir un homme ; mais si les deux conditions
ne sont pas si éloignées, cette porosité n’abandonne pas, au moins dans les deux cas d’Io et
de Lucius, la spécificité irréductible de l’homme,
qui lui permet de ne pas devenir complètement
un animal : la conscience réfléchie de soi-même.
Par ailleurs, comme la métamorphose est souvent voulue par les dieux, elle peut aussi exprimer
une punition, puis dans sa réversibilité, la fin de
la punition ou le pardon, dans le cas de Lucius par
exemple. La double transformation d’Io montre
bien le pouvoir des dieux et leur faculté de s’attendrir devant le sort des humains.
6 Faites des recherches sur les aventures
complètes d’Io.
Le mythe d’Io est très riche, les élèves pourront
notamment s’intéresser à sa rencontre avec Prométhée, au personnage d’Argos aux cent yeux, qui
devient un paon, oiseau de Junon ; ou aux errances
d’Io, qui donnent une origine étymologique au nom
du Bosphore (passage de la vache) ou à la mer
Ionienne.
TEXTE 12
Punir l’insolence
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 29
Erratum P. 29 du manuel, les mots entre parenthèses
dans l’introduction sont supprimés (ce sont les réponses à la question 1) ; les mots devant les parenthèses supprimées sont passés en gras : oreilles ;
forme humaine ; il les allonge, les remplit de poils
gris, en rend la racine flexible […]. Midas a tout le
reste d’un homme.
Aide à la traduction
1 Retrouvez les mots latins de l’introduction
dans le texte.
Oreilles : aures ; forme humaine : figuram
humanam ; il les allonge : trahit in spatium ; les
remplit de poils gris : villis albentibus implet ;
en rend la racine flexible : instabiles imas facit ;
Midas a tout le reste d’un homme : cetera sunt
hominis
2 Traduisez la partie latine du texte en vous aidant
de l’introduction et, le plus souvent possible,
de la ressemblance avec des mots français.
Le dieu de Délos ne veut pas que des oreilles si
grossières conservent la forme humaine ; il les
allonge, les remplit de poils gris ; il en rend la racine
flexible et leur donne la faculté de se mouvoir en
tout sens ; Midas a tout le reste d’un homme ; il
n’est puni que dans cette partie de son corps ; il est
coiffé des oreilles de l’animal aux pas lents, celles
de l’âne. il voudrait cacher une laideur dont il a
honte ; il essaie de voiler sa tête sous des bandeaux
de pourpre ; mais le serviteur qui avait l’habitude
de raccourcir avec le fer ses longs cheveux s’en
est aperçu.
Traduction de Georges Lafaye, XI, 174-184,
© Les Belles Lettres (2002).
Approfondissement
3 Pourquoi Apollon a-t-il choisi de donner
des oreilles d’âne à Midas ?
Apollon a choisi l’âne pour punir Midas par là où
il a péché : les oreilles, puisqu’il a été incapable
d’apprécier la musique du dieu. Ces oreilles sont
décrites comme particulièrement laides et font
honte à Midas qui fait tout pour les cacher. Même
si l’âne n’est ici qualifié que d’animal aux pas lents
(lente gradientis), cette lenteur peut être opposée
à la beauté rapide de son cousin le cheval ; et par
extension peut aussi s’appliquer à son esprit, et
contribuer à donner de lui l’image d’un animal
stupide.
4 Recherchez le récit du concours entre Apollon
et Pan (ou Marsyas). Qui sont-ils ?
Quelle faute Midas a-t-il commise ?
Apollon est un musicien hors pair, inventeur de la
lyre ; un jour, selon les mythes, le satyre Marsyas
ou le dieu Pan (lui-même satyre) trouve une flûte
dont il joue si bien qu’un concours est organisé
pour savoir qui, d’Apollon ou de Pan/Marsyas, est
le meilleur musicien. Midas commet une faute de
lèse-majesté et d’irrespect envers le dieu. C’est
une forme d’hybris, péché d’orgueil humain
envers la divinité. Ce mythe est raconté dans le
livre XI des Métamorphoses d’Ovide, ou, avec la
variante Marsyas, dans le livre II de Diodore de
Sicile.
13
L’homme et l’animal
3 Donnez une traduction versifiée en alexandrins
5 Dans le film japonais Le Voyage de Chihiro
d’Hayao Miyazaki (2001), une petite fille assiste
à une transformation. Comparez les mécanismes
de la métamorphose.
Le Voyage de Chihiro commence par la métamorphose des parents de la petite fille en cochons,
punis à cause de leur appétit gigantesque ; la métamorphose est ici aussi une punition, incarnée par un
animal réputé particulièrement vil.
6 PORTFOLIO Lisez Le Chat botté de Charles Perrault.
Comment le chat est-il humanisé ? Quelle place
la métamorphose tient-elle dans le récit ?
Le chat botté a des facultés humaines : l’intelligence et la parole ; il aide son maître pour ne pas
être mangé. Il conserve son apparence de chat (la
bipédie mise à part) et certaines habitudes, comme
le goût de manger des souris. Un ogre est aussi
capable de se métamorphoser à volonté en lion ou
en souris, ce qui lui vaut d’être englouti par le chat
botté. La métamorphose de l’animal en être mianimal/mi-homme est la base de ce récit classique
où se retrouve cette perméabilité animal/humain,
étudiée dans les textes antiques.
TEXTE 13
Aux frontières de l’humain
Aulu-Gelle, Nuits attiques
 Livre de l’élève p. 30
Aide à la traduction
1 Faites correspondre le texte latin
et sa traduction.
Item esse : il y a de même ; in montibus terrae
Indiae : dans les montagnes (de la terre) de l’Inde ;
homines capitibus caninis et latrantibus : des
hommes à la tête de chien (et même) qui aboient ;
eosque vesci venatibus avium et ferarum : et ils se
nourrissent de la chasse aux oiseaux et aux bêtes sauvages ; atque esse item alia miracula : et il y a aussi
d’autres merveilles ; apud ultimas terras orientis :
dans les terres extrêmes de l’Orient ; homines qui
appellentur « monocoli » : des hommes qui sont
appelés « monocoli » ; currentes saltuatim singulis
cruribus : courant par sauts sur une seule jambe ;
pernicitatis vivacissimae : avec une rapidité très
vive ; quosdam etiam esse nullis cervicibus : certains même n’ont pas de cou ; habentes oculos in
humeris : et portent (portant) leurs yeux dans les
épaules ; Jam vero hoc egreditur omnem modum
admirationis : mais ce qui suit dépasse toute mesure
de l’étonnement ; quod idem illi scriptores aiunt :
(quod développe hoc) ces mêmes écrivains disent ;
esse gentem apud extrema Indiae : il y a une nation
aux extrêmes régions de l’Inde ; corporibus hirtis :
aux corps hérissés ; et plumantibus ritu avium : se
couvrant de plumes comme des oiseaux ; vescentem
nullo cibatu : ne se nourrissant d’aucun aliment ;
sed victitantem spiritu florum hausto naribus :
14
vivant de l’odeur des fleurs puisée par les narines ;
Pygmaeos quoque nasci haut longe ab his : les
Pygmées naissent aussi pas loin de ceux-ci ; quorum
qui longissimi sint : dont les plus longs ; esse non
longiores quam pedes duo et quadrantem : n’ont
pas plus de deux pieds et quart de long.
2 Relevez les termes latins désignant les hommes.
Les termes latins désignant les hommes sont :
homines (l. 17) ; quosdam (l. 22) ; gentem (l. 25) et
Pygmaeos (l. 28).
3 Relisez le texte latin pour répondre
aux questions suivantes :
• Ubi vivunt homines caninis capitibus ?
• Quam longi sunt Pygmaei ?
Homines caninis capitibus vivunt in montibus
terrae Indiae.
Pygmaei longissimi sunt pedes duo et quadrantem.
Approfondissement
4 Que vous apprend ce texte sur les sources
des informations d’Aulu-Gelle ?
Ce texte nous apprend que les sources des informations d’Aulu-Gelle sont principalement, sinon
essentiellement, des livres. Quand il arrive au
marché, notre auteur est comme aimanté par les
paquets de livres. Aulu-Gelle s’instruit donc par la
lecture d’œuvres anciennes, trouvées plus ou moins
au hasard. Les auteurs sont grecs, anciens, de grande
autorité. Ce dernier qualificatif s’oppose d’ailleurs
à l’aspect repoussant des livres, et à leur peu de
valeur marchande. Aulu-Gelle ne cite aucun nom
d’auteur, il fait peut-être référence à Ctésias, auteur
grec du Ve siècle avant J.-C. qui a écrit une Histoire
de l’Inde très réputée, source de Pline l’Ancien ou
d’Elien.
5 L’auteur considère-t-il les faits qu’il rapporte
comme vraisemblables ?
L’auteur adopte une attitude étonnante vis-àvis des faits qu’il rapporte. Il qualifie ces faits de
merveilleux, fabuleux, ce qui laisse penser que les
informations qu’ils contiennent n’ont aucune valeur
scientifique qu’ils sont des légendes. Pourtant
quand il rapporte les descriptions des monocoli, des
hommes à tête de chien ou des hommes oiseaux, il
ne montre aucun esprit critique. Il met par ailleurs
sur un même plan l’existence avérée des Pygmées
et celle des hommes oiseaux, sans distinction
aucune.
Le but d’Aulu-Gelle est de raconter des histoires,
pas de rapporter des faits scientifiques. Le plaisir de
l’extraordinaire et du fabuleux dépasse l’intérêt du
doute et du tri des informations.
6 Les êtres décrits sont-ils des hybrides homme/
animal ?
Les êtres décrits ne sont pas tous des hybrides ;
les Pygmées sont remarquables seulement par
7 ÉCRITURE Inventez un homme hybride
et décrivez-le en quelques lignes.
Cet exercice peut être l’occasion de proposer aux
élèves d’imaginer un être réellement extraordinaire, issu de leur propre imagination.
Une illustration peut accompagner le texte.
Il est aussi possible de demander aux élèves d’employer quelques expressions latines dans leur
texte (des comparatifs ou des superlatifs à l’imitation d’Aulu-Gelle pour la taille des Pygmées), voire
de ne l’écrire qu’en latin.
Approfondissement
2 Quelle évolution pouvez-vous noter dans l’image
des sirènes ?
L’image des sirènes évolue nettement ; ce sont
d’abord des êtres dangereux, mi-femmes mioiseaux, qui constituent une épreuve pour les héros
comme Ulysse (ou Jason, sauvé par la lyre d’Orphée : un travail complémentaire sur cette légende
est intéressant à mener). Au Moyen Âge, ces êtres
sont des hybrides femmes/oiseaux/poissons, sans
aucune allusion à leurs pouvoirs maléfiques. Au
contraire, l’illustration de la Renaissance montre un
être charmant, qui ne fait pas peur ; la sirène n’est
plus qu’une femme poisson, statut qui est le sien
dans le très célèbre conte d’Andersen.
3 PORTFOLIO Lisez le conte d’Andersen La Petite
sirène. La sirène est-elle toujours un hybride ?
Rapprochez-la du thème antique en tentant
d’en expliquer l’évolution.
Le conte d’Andersen consacre cette mutation de
l’image de la sirène. Elle est toujours un hybride, seulement femme/poisson. Mais cette ondine est un être
plein d’amour et de douceur, qui n’est plus coupable
mais victime. L’inversion est totale avec l’Antiquité.
TEXTES 14 Des femmes oiseaux
Homère, Odyssée
 Livre de l’élève p. 31
Aide à la traduction
1 Identifiez les nominatifs, les verbes,
les accusatifs, puis repérez les mots au génitif
et les noms qu’ils complètent.
Erratum Lire : φυσιολóγς.
1 Anonyme, De Bestiis
Nominatifs : extrema pars
Verbes : habent et habet
Accusatifs : figuram (COD) ; umbilicum (CC Lieu)
Génitifs : hominis (complément de figuram) ; volatilis
et piscis (compléments de figuram)
Le Physiologue décrit qu’elles ont la forme humaine
jusqu’au nombril, mais la dernière partie jusqu’au
pied a la forme d’un oiseau ou d’un poisson.
2 Philippe de Thaün, Bestiaire
Nominatifs : serena, facies
Verbes : pingitur ; est ; habens (participe présent)
Accusatifs : umbilicum (CCLieu) ; pennas et pedes ;
caudam
Génitifs : ejus (complément de facies) ; mulieris (complément de facies) ; volucris (complément de pennas
et pedes), piscis (complément de caudam).
Ici est représentée la sirène, et son corps est celui
d’une femme jusqu’au nombril, possédant les ailes
et les pieds d’un oiseau, et la queue d’un poisson.
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
 Livre de l’élève p. 32
L’homme et l’animal
dans la philosophie antique
L’exploitation pédagogique de ces pages peut se
faire en donnant aux élèves des recherches à faire
sur les philosophes ; une frise chronologique peut
être réalisée. Les termes « épicurien », « stoïque »,
« sceptique » peuvent faire l’objet de recherches
précises.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 34
Le respect de l’animal
1 Quels préjugés dénonce Montaigne ?
Montaigne dénonce l’orgueil de l’homme qui se
croit naturellement supérieur aux autres animaux.
Il explique qu’au contraire, l’homme est une créature terrestre, et fait partie des êtres les plus
éloignés de la perfection du ciel. Ses mots sont
forts pour décrire la place de l’homme dans « la
boue » et « l’ordure ». De plus, l’homme est un
être à l’intelligence limitée, qui ne peut pas pénétrer l’intériorité des animaux. Montaigne se place
donc à égalité avec sa chatte, dans l’incapacité
de savoir ce qu’elle pense et soupçonnant qu’elle
pense quelque chose qu’il ne peut pas connaître.
15
L’homme et l’animal
leur petite taille. Les « monocoli » sont des êtres
difformes.
En revanche, les hommes chiens et les hommes
oiseaux sont des hybrides extraordinaires, qui
montrent que la limite humain/animal n’existe
pas dans l’imaginaire de certains auteurs grecs et
latins.
Les hommes oiseaux sont particulièrement extraordinaires et ne se rapportent à rien de connu.
Il regrette ainsi cet utopique âge d’or, évoqué par
Platon, qu’il utilise en argument d’autorité, âge où
les hommes et les bêtes pouvaient communiquer
en parfaite intelligence.
2 Que nous apportent les animaux,
d’après Jean-Christophe Bailly ?
Dans ce texte, Jean-Christophe Bailly fait un éloge
des animaux.
Il reprend d’une façon intertextuelle très nette le
titre de F. Ponge, Le Parti pris des choses, pour se
consacrer aux animaux et les valoriser dans un
poème en prose.
Pour lui, les animaux sont essentiels car ils nous
apportent une ouverture vers la différence totale,
une « altérité », un « départ », qui nous oblige à
nous considérer comme des êtres partageant le
même monde qu’eux, sans privilège particulier.
Cette différence de statut des animaux est fascinante, source d’inspiration créatrice. Les animaux
sont une richesse pour l’homme, car ils lui sont
complètement opposés.
Le singe est particulièrement intéressant car très
proche de nous – l’animal le plus ressemblant, il
est aussi profondément différent. Il nous propose
un double effet de miroir et de distance.
16
3 De quelles théories antiques chacun
de ces auteurs vous semble-t-il le plus proche ?
Montaigne a une pensée très fine et très personnelle ; il mêle ici une vision platonicienne de la
hiérarchie des êtres à des aspects épicuriens, qui
insistent sur l’intelligence possible des animaux et
les insuffisances humaines. J.-C. Bailly sépare nettement dans son texte animalité et humanité, mais
sans s’autoriser de hiérarchie ; lui aussi semble plus
proche des théories épicuriennes.
4 PORTFOLIO Ces auteurs mettent-ils en doute
la supériorité humaine ?
Rapprochez leurs textes des textes antiques
de la séquence.
Si Montaigne remet explicitement en cause la supériorité humaine, la réflexion de J.-C. Bailly est plus
implicite ; il se contente, dans ces lignes, d’exiger du
respect et de l’intérêt pour les animaux, pris dans
leur différence absolue. Ces deux penseurs sont
plus proches de l’épicurisme et très éloignés du
stoïcisme ou de l’augustinisme. D’autres textes de
philosophes contemporains peuvent être abordés,
comme Le Silence des bêtes d’Elisabeth De Fontenay ou L’Animal que donc je suis de Jacques
Derrida.
1
L’homme et l’animal
SÉQUENCE
Objectif
 Regards sur l’animal
 Livre de l’élève p. 36
Cette séquence permet de travailler les deux autres points du premier
objet d’étude du nouveau programme : « Regards de l’homme sur l’animal :
animaux réels, animaux fabuleux ; encyclopédies et bestiaires » ;
et « Des animaux et des hommes : amis ou ennemis ? ».
Les textes 1 à 5 montrent l’hétérogénéité fondamentale des écrits naturalistes latins,
mêlant anecdotes et descriptions pertinentes avec des récits imaginaires
et des bestiaires fantaisistes, sans recul critique. Les textes 6 à 10 décrivent
l’ambiguïté du rapport des hommes avec les animaux, domestiques ou sauvages,
meilleurs alliés ou dangereux ennemis, dans la réalité ou l’imaginaire.
Que savez-vous déjà ?
• Avez-vous lu des textes ou vu des mosaïques antiques qui décrivent
ou représentent des animaux ?
• Savez-vous si des auteurs latins ont écrit des livres de sciences naturelles ?
• Connaissez-vous des légendes antiques où les animaux sauvages sont
bienveillants envers l’homme ?
La première question fait appel au souvenir de l’image sans doute déjà vue
du chien de garde, ou des dauphins.
Cette évocation peut servir d’ouverture pour commencer à parler du réalisme
de ces représentations, et à amener le nom de Pline l’Ancien, dont la mort
à Pompéi est bien connue.
Les autres références sur la louve, le chien, les chevaux ou des monstres
divers peuvent conduire à s’interroger collectivement sur les rapports affectifs
avec les animaux.
17
Une approche
scientifique ?
TEXTES 1
Le coucou
 Livre de l’élève p. 38
Aide à la traduction
1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle
1 Traduisez d’abord les sujets, leurs verbes
et les compléments d’objet.
Attention, les compléments à l’ablatif peuvent
exprimer plusieurs types de circonstances.
Le coucou passe pour un produit de l’épervier, changeant d’aspect à une époque de l’année ; car les autres
sont alors invisibles, si ce n’est pendant très peu
de jours. Le coucou lui-même, après s’être montré
quelque temps en été, n’est plus visible. Il est le seul
des éperviers qui n’ait pas les serres crochues, et il
ne leur ressemble point par la tête, mais seulement
par la couleur ; il a plutôt l’aspect du pigeon ; il est
même dévoré par l’épervier, lorsqu’ils se trouvent
ensemble ; c’est le seul oiseau qui périsse victime
d’un congénère. Il change aussi de voix. Il paraît
au printemps ; il se couche au lever du Chien, et,
dans l’intervalle, il pond dans le nid des autres, surtout dans celui des ramiers, ordinairement un seul
œuf, rarement deux. [...] ; aussi cet animal, d’ailleurs
timide, ne fait aucun nid. La couveuse élève donc
l’enfant supposé qu’une fraude ajoute à sa nichée.
Celui-ci naturellement avide, enlève la nourriture
aux autres oisillons ; aussi il s’engraisse et, brillant
d’embonpoint, il accapare la nourrice.
Traduction E. De Saint-Denis, p. 36, 21-27 ; p. 37, 1-8
et 13-18, © Les Belles lettres (1961).
Approfondissement
1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle
2 Anonyme, Physiologos
2 La description du coucou gris par Pline est-elle
exacte ? Quelles erreurs relevez-vous ?
Le texte de Pline contient deux erreurs : il confond
épervier et coucou (ce dernier n’est pas un rapace ;
il est donc normal qu’il n’ait pas les serres crochues.
Il ne périt donc pas victime d’un congénère. Cette
erreur provient d’une ignorance de la migration du
coucou en Afrique pendant l’hiver ; il ne change donc
pas de voix non plus. En revanche, la description du
coucou est réaliste ; il ressemble effectivement à
l’épervier ; et ses mœurs sont parfaitement décrits ;
le coucou est bien un oiseau discret (timide écrit
Pline) et parasite qui pond son œuf (mais en réalité
jamais deux) dans le nid des autres oiseaux. Le jeune
coucou se débarrasse des œufs et des poussins (ce
que ne précise pas Pline) et accapare la nourrice.
18
3 Comparez le texte 2 avec celui de Pline.
Quelle évolution relevez-vous ?
Le Physiologos reprend la même idée de parasitisme, en précisant la destruction des œufs (par
l’adulte, ce qui est une erreur). Mais le texte ajoute
une comparaison commune avec les hommes, ce
qui prouve que la nature du coucou est bien connue
de tous.
4 Cette mosaïque représente une Sarcelle d’hiver
et un Tadorne de Belon. Faites des recherches
sur ces oiseaux. Leur représentation antique
est-elle réaliste ? Justifiez votre réponse
en décrivant les détails.
Ces représentations sont parfaitement réalistes :
les formes (corps, bec, pattes), les proportions, les
couleurs, tout est rendu avec précision. Les deux
espèces sont identifiables sans aucune hésitation.
Le réalisme est d’ailleurs le but premier de la peinture romaine.
TEXTE 2
Animaux réels ou fabuleux ?
Pline l’Ancien, Histoire naturelle
 Livre de l’élève p. 39
Aide à la traduction
1 Utilisez la traduction donnée pour établir
votre propre traduction.
Une remarque sur les choix de traduction peut
guider les élèves : E. de Saint Denis a évité de
garder la proposition infinitive après reor. Il a choisi
de ne pas garder sirènes en sujet pour la deuxième
phrase et a traduit la relative au subjonctif par pour
+ infinitif.
Approfondissement
2 Pourquoi, selon vous, certains auteurs
croyaient-ils à l’existence des sirènes ?
Il est possible d’évoquer la crédulité de certains auteurs mais de façon plus probable, il
faut insister sur la foi dans la tradition écrite, le
manque d’esprit critique et de remise en cause
de ce que des auteurs plus anciens ont pu transmettre. Les textes d’Aristote seront à l’honneur
jusqu’à la Renaissance, voire jusqu’au XVIIe siècle
ou aux Lumières, périodes où les savants privilégient l’observation et l’expérimentation, plutôt
que la tradition livresque.
3 Comment qualifier l’attitude de Pline vis-à-vis
de ses sources ?
Sur cette question des pégases, des chimères et
des sirènes, Pline l’Ancien montre au contraire un
esprit critique pertinent, classant ces êtres dans les
animaux fabuleux.
en entrant dans le cabinet de travail de Pline ?
Quelles méthodes de travail cette planche
illustre-t-elle ? Où le maître trouve-t-il
principalement ses informations,
d’après la dernière vignette ?
Le jeune homme découvre des peaux et une carapace de tortue, mais aussi des masques, des
bocaux contenant des cadavres de batraciens et
enfin des piles de livres, sous forme de volumen
et de tablettes.
Cette planche illustre une double méthode : Pline
observe et récolte même à partir du réel (sans s’intéresser seulement aux animaux) mais passe aussi
beaucoup de temps à chercher ses informations
dans les œuvres de ses prédécesseurs ou de ses
contemporains, ce qui paraît même sa source principale de connaissances.
TEXTES 3
Le basilic
 Livre de l’élève p. 40-41
Aide à la traduction
1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle
1 Identifiez les verbes. Lesquels sont dans
des propositions indépendantes ?
introduits par une conjonction de subordination ?
au participe (à l’ablatif ou non) ?
2 Repérez les sujets et objets de ces verbes
et traduisez ces premiers groupes.
Attention, le sujet d’un verbe au participe ablatif
sera aussi à l’ablatif.
• generat : proposition indépendante ; sujet : Cyrenaica provincia ; complément d’objet : hunc ;
traduction : la province cyrénaïque engendre
• fugat : proposition indépendante ; sujet : sousentendu (le basilic) ; complément d’objet : omnes
serpentes ; traduction : il fait fuir tous les serpents
• inpellit : proposition indépendante ; sujet : sousentendu (le basilic) ; complément d’objet : corpus ;
traduction : nec inpellit : et il n’entraîne pas son corps
• incedens : participe au nominatif, apposé au sujet
• Necat : proposition indépendante ; sujet : sousentendu (le basilic) ; complément d’objet : frutices ;
traduction : il tue les arbustes
• contactos et adflatos : participe à l’accusatif se
rapportant à frutices
• exurit : proposition indépendante ; sujet : sousentendu (le basilic) ; complément d’objet : herbas ;
traduction : il brûle les herbes
• rumpit : proposition indépendante ; sujet : sousentendu (le basilic) ; complément d’objet : saxa ;
traduction : il brise les pierres
• Creditum : proposition principale (sous-entendu :
est) ; sujet : sous-entendu : troisième personne
impersonnelle ; complément d’objet : toute la suite
de la phrase, qui est proposition complétive infinitive ; traduction : on croyait que (voir infra)
• occisum : participe épithète du sujet sousentendu hunc ; traduction : tué
• subeunte : participe à l’ablatif ; sujet : vis ; traduction : le venin remontant
• absumptum : proposition subordonnée ; sujet :
hunc, qui est sous-entendu, occisum ; complément d’objet : equitem et equum ; traduction : il
tuait le cavalier et le cheval
3 Traduisez l’ensemble du texte.
C’est la province Cyrénaïque qui le produit : sa longueur ne dépasse pas douze doigts, il a pour marque
une tache blanche sur la tête, qui lui fait comme un
diadème. Son sifflement met en fuite tous les serpents.
Il ne progresse pas, comme les autres, par une série
d’ondulations, mais il s’avance en se tenant haut et
droit sur le milieu du corps. Il tue les arbrisseaux,
aussi bien par son haleine que par son contact ; il
brûle les herbes, il brise les pierres tant son venin
a de force. On croyait jadis que, s’il était tué d’un
coup de lance porté du haut d’un cheval, son venin
remontait le long de la hampe et tuait à la fois le
cheval et le cavalier.
Traduction A. Ernout, VIII, 33, p. 50, 18-29, p. 51, 1,
© Les Belles lettres (2003).
1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle
2 Lucain, La Pharsale
Approfondissement
4 Relevez dans les deux textes les éléments
qui font du basilic un animal merveilleux.
Erratum Cette question est renumérotée 4.
Ce n’est pas sa taille qui fait du basilic un animal
merveilleux et royal. Ce sont sa coloration et sa posture altière, selon Pline, et sa solitude dans le désert,
pour Lucain. Il est surtout doué d’un pouvoir de tuer
extraordinaire par la violence fulgurante de son
venin, vis dans le texte, capable de se transmettre à
travers des choses inanimées, de briser des pierres
ou de tuer à distance, par le souffle de l’haleine.
3 Isidore de Séville, Étymologies
Aide à la traduction
1 Interpretatur (l. 1) et devoratur (l. 5) sont
des passifs : remplacez -tur par -t pour trouver
la forme active, puis identifiez chaque sujet
et chaque complément d’agent (à l’ablatif).
Traduisez ces groupes de mots.
Interpretatur est un verbe déponent ; la manipulation proposée ne fonctionne pas ; son sujet est
basiliscus : le basilic en grec est appelé petit roi en
latin ; avis devoratur ejus ore : l’oiseau est dévoré
par sa gueule.
19
L’homme et l’animal
4 Dans ce manga, que découvre le jeune homme
2 L’étymologie grecque du mot basilic est
expliquée au début du texte. Retrouvez
l’explication qu’en fait Isidore de Séville.
Le nom basilic est le diminutif du mot grec Βασιλεύς,
qui signifie le roi ; Isidore de Séville pense qu’on l’a
appelé ainsi car il domine les autres serpents par
ses pouvoirs.
3 Identifiez les verbes, les propositions
et traduisez méthodiquement.
Les verbes sont interpretatur (1re proposition de
basiliscus à regulus) ; sit (2e proposition de eo à
sit) ; fugiant (3e proposition de adeo à fugiant),
necat (4e proposition de quia à necat) ; vel si aspiciat (5e proposition) ; nam et hominem interimit
(6e proposition) ; transit (7e proposition depuis
siquidem jusqu’à transit) ; sit (8e proposition de
quamvis à procul sit), et devoratur (9e proposition : sed […] ejus ore conbusta devoratur).
Le basilic en grec est traduit par regulus en latin ;
parce qu’il est le roi des serpents, si bien que ceux-ci
fuient en le voyant, parce qu’il les tue par son odeur ;
en effet, même un homme, simplement s’il le regarde,
le tue ; de plus, aucun oiseau non plus ne peut passer
en volant sans dommage sous son regard ; même loin,
(il est) brûlé, il est dévoré dans sa gueule.
Approfondissement
4 Quelles informations supplémentaires
la sculpture donne-t-elle ? Que peut symboliser
le lion dans cette sculpture chrétienne ?
Le basilic devient un monstre hybride, quadrupède
comme les mammifères, avec un bec crochu d’oiseau de proie, et des écailles de reptile. Le lion est
un symbole du Christ, le basilic devenant une figure
diabolique.
3 Isidore de Séville, Étymologies
4 Jean-François Bladé, Contes populaires
de la Gascogne
5 Les textes d’Isidore de Séville et de J.-F. Bladé,
la sculpture et la gravure, veulent-ils informer
ou susciter des émotions ?
Des informations sont présentes dans ces deux
textes mais les auteurs veulent surtout susciter
l’effroi des lecteurs, par des hyperboles ou des énumérations (Le fer, le plomb et le poison par exemple).
6 Quelle image donnent-ils du basilic ?
Le basilic est l’image de Satan, le Mal absolu, invincible et même immortel, selon J.-F. Bladé.
7 Comment peut s’expliquer une telle transmission
entre un texte antique et un texte moderne ?
Animal monstrueux sous l’Antiquité, le basilic a
été utilisé par le christianisme comme symbole du
démon, notamment au Moyen Âge ; les traditions
20
populaires (recueillies par J.-F. Bladé) ont intégré cet
animal dans l’imaginaire collectif.
8 PORTFOLIO Analysez la manière dont le basilic est
représenté dans le cinéma contemporain.
Le basilic doit être combattu par Harry Potter dans
Harry Potter et la chambre des secrets ; cet extrait
peut être proposé aux élèves ; il figure une des
incarnations du Mal. Cet animal est aussi présent
dans de nombreux mangas (Basilisk, One piece,
etc.) et jeux vidéo (Dark age of Camelot, etc.).
TEXTES 4
Le mantichore
 Livre de l’élève p. 42
1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle
2 Élien, La Personnalité des animaux
Aide à la traduction
1 Lisez d’abord le texte d’Élien (2) pour
comprendre celui de Pline. Aidez-vous de
la ressemblance entre mots français et latins.
Les expressions dentium, facie, colore sanguineo,
corpore leonis et cauda scorpionis, par exemple,
peuvent être utilisées par les élèves pour établir
une correspondance entre les deux textes.
L’Éthiopie produit encore, selon Ctésias, un animal
qu’il appelle mantichore : il a une triple rangée de
dents qui s’emboîtent à la façon d’un peigne, la face
et les oreilles de l’homme, les yeux glauques, la couleur du sang, le corps du lion, une queue qui pique
comme celle du scorpion, une voix qui rappelle le
concert du chalumeau et de la trompette, une grande
rapidité, un appétit particulier pour la chair humaine.
Traduction A. Ernout, p. 49, 17-25, © Les Belles
lettres (2003).
Approfondissement
2 Pline l’Ancien et Élien s’appuient sur la même
source. Laquelle ? Pensez-vous qu’ils soient naïfs ?
Ctésias est la source commune aux deux auteurs.
Même si les sources écrites ont toujours une valeur,
les auteurs peuvent prendre de la distance avec
elles. Ils ne sont pas naïfs : Pline prend la peine de
nommer sa source, comme pour s’en écarter un
peu, et Élien s’interroge en fin de texte sur la fiabilité de la sienne. Enfin leur but est encyclopédique :
ils veulent rapporter tout ce qui a été dit ; ils veulent
aussi faire passer un plaisir littéraire dans cette description des animaux extraordinaires.
3 Trouvez la traduction du proverbe in cauda
venenum et expliquez sa signification.
Ce proverbe signifie : le venin est dans la queue ; il
est surtout utilisé pour des textes qui réservent la
pique et la critique à la fin du propos.
lignes, en latin, un animal fabuleux.
Utilisez le lexique des textes de la séquence.
Le texte écrit peut l’être en français ou en latin ; il
importe que les élèves créent un être hybride et
dangereux ; qu’ils utilisent des ablatifs de qualité
pour décrire son aspect, en distinguant plusieurs
parties du corps.
5 PORTFOLIO De quelle façon Gustave Flaubert
décrit-il le mantichore dans La Tentation
de Saint-Antoine ?
Comparez avec les textes antiques.
« La manticore, gigantesque lion rouge à figure
humaine, avec trois rangées de dents :
Les moires de mon pelage écarlate se mêlent au
miroitement des grands sables ; je souffle par mes
narines l’épouvante des solitudes. Je crache la
peste. Je mange les armées, quand elles s’aventurent dans le désert. Mes ongles sont tordus en
vrille, mes dents sont taillées en scie ; et ma queue,
qui se contourne, est hérissée de dards que je lance
à droite, à gauche, en avant, en arrière, Tiens !
Tiens !
La manticore jette les épines de sa queue, qui s’irradient comme des flèches dans toutes les directions.
Des gouttes de sang pleuvent, en claquant sur le
feuillage. »
Flaubert, La Tentation de saint Antoine (1874).
Flaubert reprend les caractères essentiels et certains
détails du mantichore : un grand carnivore anthropophage aux dents impressionnantes (la triple rangée),
à la couleur rouge et à la queue dangereuse.
TEXTES 5
Centaures et chimères
 Livre de l’élève p. 43
1 Lucrèce, De rerum natura
Aide à la traduction
1 Credas est au subjonctif. Comment se traduit-il
dans une proposition indépendante ?
Ce subjonctif a une valeur d’impératif. À traduire ici
par ne va pas croire.
2 Traduisez les vers 1 et 2. Pour les vers 3 à 9,
faites correspondre français et latin
en commençant par les termes en gras
(verbes) et en italiques (subordonnants).
Erratum Dans cet énoncé, lire « Pour les vers 3 à 9 ».
Ne forte credas : Ne va donc pas croire que ; ex
homine et veterino semine equorum : du croisement de l’homme avec la race des chevaux ;
Centauros posse confieri : puissent se former des
Centaures ; neque esse : ni que ceux-ci existent. […]
Et puisque d’autre part (denique cum quidem) la
flamme brûle et consume (flamma soleat torrere
atque urere) aussi bien (tam) le corps fauve des
lions (corpora fulva leonum) que (quam) toute
espèce de chair et de sang (omne genus visceris
et sanguinis) qui existe sur terre (quodcumque
in terris extet), comment (qui) aurait-il pu se faire
(potuit fieri) qu’(ut) un monstre à la fois un et
triple (una cum triplice corpore), lion par-devant
(prima leo), dragon par-derrière (postrema draco)
et par le milieu Chimère (media Chimera), comme
on l’appelle (ipsa), soufflât (flaret foras – foras
est un adverbe et signifie au dehors) par la bouche
(ore) une ardente flamme issue de son propre corps
(acrem flammam de corpore) ?
Traduction A. Ernout, livre V, v. 890-891 et 901-906,
© Les Belles lettres (1964).
Approfondissement
3 Que sont les chimères ?
La chimère est un monstre imaginaire, à la nature
triple : le corps est mi-lion, mi-chèvre, avec une
queue de serpent ; elle souffle le feu ; à l’origine,
fille de Typhon et d’Échidna, la chimère fut tuée par
Bellérophon, monté sur Pégase. Le nom est ensuite
utilisé pour désigner des créatures fantastiques
hybrides.
4 Quelles raisons Lucrèce donne-t-il pour critiquer
l’existence des centaures et des chimères ?
Lucrèce adopte une attitude rationnelle, refusant
de croire en la possibilité de ces êtres hybrides, qui
ne peuvent exister. Il réfute la possibilité de croiser
génétiquement homme et cheval ; et, très logiquement, il montre l’absurdité d’un animal crachant le
feu, sans brûler lui-même.
5 Comment expliquer cette critique
chez un homme de l’Antiquité ?
Il ne faut pas réduire les hommes de l’Antiquité à
des naïfs ; Lucrèce est rationnel et sa démarche,
qui repose sur la logique et l’observation expérimentale, est la base de toute pensée scientifique ;
l’épicurisme distingue souvent les produits de
l’imagination (les superstitions, par exemple) et les
concepts de la raison. On peut rappeler aux élèves
que l’épicurisme est une philosophie matérialiste.
2 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique
Autour du texte
6 Récapitulez ce que les centaures ont
de fantastique, selon Diodore de Sicile.
Les centaures sont fantastiques par leur naissance ;
ils sont issus de l’union entre Ixion et un nuage
ayant la forme de Junon ; ce sont des êtres hybrides
homme/cheval. Leur monstruosité est la conséquence d’un châtiment divin.
21
L’homme et l’animal
4 ÉCRITURE Décrivez à votre tour en quelques
Amis ou ennemis ?
Regnare nolo, liber ut non sim mihi : je ne veux pas
être roi, si je ne suis pas libre
3 Traduisez le reste du texte.
TEXTES 6
Le loup et le chien
 Livre de l’élève p. 44-45
1 Phèdre, Fables, Le Loup et le Chien
Aide à la traduction
1 Recopiez et traduisez les parties du texte en gras.
Lupus occurit cani : un loup rencontra un chien
Unde sic, nites ? : Pourquoi brilles-tu ainsi ?
(Pourquoi ton pelage est-il si luisant ?)
Ego, pereo fame : Moi je meurs de faim
Canis : Eadem est condicio tibi :
Le chien (répondit) : tu peux avoir la même condition
Custos ut sis liminis : que tu sois le gardien de la porte
Ego sum paratus : moi je suis prêt
Veni ergo mecum : viens donc avec moi
aspicit lupus a catena collum detritum cani :
le loup voit le cou du chien, pelé par la chaîne
alligant me interdiu : ils m’attachent pendant le jour
abire, est licentia ? : est-il possible de t’en aller ?
Non : Non
Regnare nolo, liber ut non sim mihi :
Je ne veux pas être roi, si je ne suis pas libre
2 Faites correspondre le texte latin avec
la traduction proposée pour le premier vers
puis du vers 17 à la fin.
• Vers 1 : Quam : Combien ; libertas sit dulcis :
la liberté est douce ; proloquar breviter : je vais
(l’)exposer en peu de mots.
• Vers 17 à la fin :
Nil est : Ce n’est rien
Unde hoc, amice ? : D’où te vient cela, mon ami ?
Dic tamen, sodes : Dis-moi quand même, camarade ;
Quia videor acer : Parce que je semble vif
alligant me interdiu : ils m’attachent pendant le jour
ut luce quiescam : pour que je me repose la journée
et vigilem cum nox venerit : et que je veille quand
la nuit vient
solutus crepusculo : détaché au soir
vagor qua visum est : j’erre où j’ai envie
Panis adfertur ultro : le pain est apporté sans que
je réclame
dominus dat ossa de mensa sua : le maître donne
des os de sa propre table
familia jactat frusta : les gens de la maison me
jettent les morceaux
et quod pulmentarium quisque fastidit :
et les restes dont personne ne veut
sic sine labore venter meus impletur : ainsi sans
effort mon ventre se remplit
age, si quo animus est : mais, si tu en as envie
abire est licentia ? : est-il possible de t’en aller ?
Non, plane est, inquit : non, pas tout-à-fait, dit-il
Fruere quae laudas, canis : jouis de ce que tu
vantes, chien
22
• Vers 2 à 16 : Un loup très maigre rencontra par hasard
un chien bien nourri ; puis, quand ils se furent salués à
tour de rôle et se furent arrêtés, « Dis-moi, pourquoi ton
pelage est-il si luisant ? Ou quel aliment as-tu pris pour
être si corpulent ? Moi, qui suis bien plus courageux,
je meurs de faim. » Le chien répondit simplement :
« Tu peux avoir la même condition, si tu peux, comme
moi, rendre service à mon maître. » « Quel service ? »
« Que tu sois le gardien de la porte, et que tu surveilles
la maison contre les voleurs la nuit. » « Moi je suis toutà-fait prêt : maintenant j’endure la neige, la pluie, en
subissant une vie difficile dans les forêts. Combien il est
plus facile pour moi de vivre sous un toit, et de me rassasier, sans rien faire, d’une plantureuse nourriture. »
« Viens donc avec moi. » Tandis qu’ils cheminent, le
loup voit le cou du chien, pelé par la chaîne.
Approfondissement
4 PORTFOLIO Lisez Le Loup et le Chien de
La Fontaine et comparez les deux fables.
La Fontaine a repris à Phèdre la structure narrative
de la fable (rencontre, dialogue, départ du loup) et
ses deux personnages (le loup sauvage amaigri ; le
chien gras et luisant) ; il a conservé la même morale
(un éloge de la liberté et une critique de la servilité, même si elle paie l’abondance). Mais il a versifié
son texte en variant les rythmes (octosyllabes ou
alexandrins).
2 Ésope, Le Loup et le Chien
Approfondissement
1 Comparez les morales des fables de Phèdre
et d’Ésope.
Les deux morales sont sensiblement différentes.
Alors que Phèdre insiste sur la nécessité de la
liberté et sa supériorité au confort, Ésope propose
une morale plus générale sur l’état de malheur,
qui enlève toute satisfaction, y compris celle de
manger. Nous pouvons remarquer la similitude des
récits et la même réaction du loup libre, qui préfère
la faim à la domesticité.
2 Quels sont les traits de caractère du chien
et du loup dans ces deux textes ?
Dans les deux textes, le loup est libre et sauvage,
il ne veut pas faire de concession sur ses choix et
veut pouvoir agir à sa guise ; le chien , au contraire,
n’émet aucune plainte sur ses journées passées
attaché à une corde douloureuse (il a le cou pelé
dans le texte de Phèdre) ; il est satisfait de sa condition, propose au loup de la partager ; enfin, il place
l’intérêt de son ventre au-dessus de tout puisqu’il
est décrit comme très gros par Ésope, au poil luisant
par Phèdre.
du chien dans la vie romaine ?
Complétez votre réponse en lisant le poème
de Martial.
Dans la vie romaine, le rôle du chien semble utilitaire ; il sert à garder les maisons ; les races
employées à cet effet semblent vives (acer), ou
très grosses ; ce sont donc des chiens de combat,
comme le montre également la mosaïque.
L’épigramme I, 109 de Martial présente un autre
aspect du chien : Issa, la petite chienne. Cette
chienne est sans nul doute d’une race différente ;
ce n’est pas une chienne de garde mais de compagnie. Elle est douce, tendre, très proche de ses
maîtres.
Ces deux types de rapports aux chiens (utilitaire et
affectif) ont perduré jusqu’à aujourd’hui.
4 Argos est un chien célèbre. Recherchez qui
était son maître et pourquoi il est devenu
un chien modèle.
Argos est le chien d’Ulysse ; il le reconnaît à son
retour à Ithaque (ce que très peu d’humains sont
capables de faire) et meurt tout de suite après
les retrouvailles, extrêmement âgé. Ce chien est
un symbole de fidélité et de complicité avec son
maître.
La scène du film est très fidèle au texte et particulièrement expressive par la rapidité de la
reconnaissance et de la mort d’Argos.
Autour du texte
3 Proverbes latins
1 Que révèlent ces proverbes sur le rapport
TEXTES 7
La louve romaine
 Livre de l’élève p. 46
1 Tite-Live, Histoire romaine
Aide à la traduction
1 Relevez les formes verbales, analysez leur mode
et leur temps.
2 Dépendent-elles d’une conjonction de subordi-
nation (en italique), d’un pronom relatif ou
de la longue proposition infinitive introduite
par Tenet fama ?
tenet : première forme verbale ; verbe principal
fluitantem : participe présent qui se rapporte à
alveum
expositi erant : indicatif parfait passif, 3e personne
du pluriel ; dépend du pronom relatif quo
destituisset : subjonctif imparfait actif, 3e personne
du singulier, dépend de cum
sitientem : participe présent qui se rapporte à
lupam
sunt : indicatif présent actif qui dépend du pronom
relatif qui
flexisse : infinitif parfait actif qui dépend de tenet
submissas : participe parfait qui se rapporte à
mammas
praebuisse : infinitif parfait actif qui dépend de
tenet
lambentem : participe présent qui se rapporte à
lupam (sous-entendu)
invenerit : subjonctif parfait actif de la 3e personne
du singulier qui dépend de ut
3 Traduisez les groupes de mots en gras
entre les Romains et les chiens ?
en dernier.
• Quel serviteur aime plus son maître que le chien ?
• Les chiens imitent leurs maîtres.
• Toi, si tu m’aimes, aime mon chien.
• Qui m’aime, aime aussi mon chien.
• Une maison ne nourrit pas deux chiens.
• Tu ne te nourris pas toi-même, tu nourris ton chien.
Une tradition constante affirme que le berceau où
les enfants étaient exposés, commença par flotter ; puis que les eaux baissant, le laissèrent à sec ;
qu’une louve, poussée par la soif hors des montagnes environnantes et attirée par les cris des
enfants, tourna ses pas vers eux et, se baissant,
leur présenta ses mamelles avec tant de douceur
qu’elle les léchait à coups de langue quand le berger du roi les découvrit.
Tous ces proverbes insistent sur la dimension
affective de la relation entre les chiens et leurs
propriétaires. Cette relation apparaît réciproque,
exclusive, passionnée et désintéressée ; une vraie
histoire d’amour. Le maître est capable de se sacrifier pour son chien, auquel il s’identifie ; son chien
lui est indispensable et lui ressemble.
Cave canem
2 Cette mosaïque de Pompéi porte une inscription.
Que signifie-t-elle ? Quel rôle est assigné au
chien ? Le verbe caveo, es, ere, cavi, cautum
(+ acc.) signifie prendre garde.
L’inscription sur cette mosaïque signifie Prends
garde au chien ! Comme dans la fable de Phèdre, le
rôle du chien est de défendre la maison contre les
voleurs et les intrus.
Traduction G. Baillet, p. 10, IV, 10-18, © Les Belles
Lettres (1940).
1 Tite-Live, Histoire romaine
2 Plutarque, Vies des hommes illustres
Approfondissement
4 Comment cette histoire lie-t-elle l’animal
sauvage et le destin des hommes ?
Cette histoire lie l’animal sauvage et le destin des
hommes, en substituant d’abord l’animal sauvage
à la famille humaine : la louve sert de mère ; mais
23
L’homme et l’animal
3 Que pouvez-vous en conclure sur le rôle
cette légende fait aussi de l’animal sauvage le
représentant d’une divinité tutélaire et protectrice
sur terre.
La louve accomplit ce que les dieux veulent pour
les hommes : la survie de Romulus et Rémus, descendants de Mars, pour que le premier crée la plus
grande cité de l’univers. L’animal sauvage sauve et
protège non seulement des individus mais permet
l’accomplissement du destin.
La louve et le pic sont donc plus proches des dieux
que les humains.
5 Faites des recherches sur les lupercales.
Les lupercales sont des fêtes annuelles qui se
déroulaient à Rome entre le 13 et le 15 février, à la
fin de l’année romaine. Leur nom provient du mot
lupus, le loup.
Ces fêtes de purification et de passage se situent à
la fin de la saison d’hiver. Les prêtres, les luperques,
sacrifiaient un bouc à Faunus dans la grotte du
Lupercal, là où Romulus et Rémus avaient été, selon
la légende, allaités par la louve.
Ce mot lupa/louve peut aussi désigner en latin Acca
Larentia, une prostituée (lupa en latin), femme de
Faustulus.
Le sang du bouc était versé sur le front de jeunes
hommes qui devaient rire aux éclats et parcourir
la ville dans la peau du bouc sacrifié, armés de
lanières pour fouetter les femmes rencontrées et
ainsi les rendre fécondes.
6 Identifiez les personnages et les animaux
représentés sur le tableau de Rubens.
L’arbre est un figuier ; que symbolise-t-il ?
Sur le tableau sont représentés Romulus, Rémus,
un vieillard appuyé sur une jarre qui symbolise le
Tibre, une jeune fille qui est une Naïade, le berger
Faustulus (à droite), la louve, le pic et le figuier.
Le figuier est le ficus ruminalis dédié à Mars,
symbole de fécondité (ruma désigne la mamelle
en latin).
7 PORTFOLIO
Erratum L’adjectif « latines » a été supprimé
de l’énoncé.
Retrouvez la légende de Romulus et Rémus
dans les œuvres latines citées et mettez-la
en perspective avec Le Livre de la jungle
de Rudyard Kipling.
Le Livre de la jungle (1894) raconte aussi l’histoire d’un enfant abandonné, allaité et sauvé par
des loups : cette éducation lui permet d’affronter
les dangers de la jungle et de devenir un héros.
Kipling réécrit le mythe fondateur des romains.
La notion d’« enfant sauvage » pourra être abordée
et développée, notamment grâce à des extraits
du livre de Lucien Malson, Les Enfants sauvages
(1964), ou du film réalisé par François Truffaut,
L’Enfant sauvage, qui raconte l’histoire de Victor,
l’enfant sauvage de l’Aveyron (1970).
24
TEXTE 8
Des lions miséricordieux
Saint Jérôme, Trois vies de moines
 Livre de l’élève p. 47
Aide à la traduction
1 Traduisez à part les ablatifs absolus : volantibus
jubis (l. 1-2), quibus aspectis (l. 3), adulantibus
caudis (l. 6), cervice dejecta (l. 11).
volantibus jubis (l. 1-2) : les crinières dans le vent
(juba, ae, f : la crinière ; volo, as, are, avi, atum : voler)
quibus aspectis (l. 3) : à leur vue (aspicio, is, ere,
aspexi, aspectum : regarder)
adulantibus caudis (l. 6) : en le caressant de leurs
queues (adulor, aris, adulari, adulatus sum :
caresser ; cauda, ae, f : queue)
cervice dejecta (l. 11) : la tête basse (cervix, icis, n : le
cou, la tête ; dejicio, is, ere, dejeci, dejectum : baisser)
2 Repérez les sujets dans les propositions
infinitives : intellegeret eos plangere (l. 7)
et animadverteret eos precari (l. 12-13).
Dans la proposition intellegeret eos plangere, le
sujet est eos. Dans la proposition animadverteret
eos precari, le sujet est eos.
3 Traduisez l’ensemble du texte à l’aide du code
couleur.
On racontait que surgirent deux lions, courant, sortant du fin fond du désert, les crinières au vent. À
leur vue, Antoine fut d’abord pris d’épouvante, mais
bientôt élevant son âme à Dieu, il demeura sans
trembler, comme s’il regardait deux colombes. Et
eux, les lions, allèrent directement s’arrêter auprès
du cadavre du vieillard bienheureux ; puis en le
caressant de leurs queues, ils se couchèrent à ses
pieds, en rugissant d’un long grondement, pour faire
vraiment comprendre qu’ils le pleuraient, comme
ils le pouvaient. Puis, ils commencèrent à creuser
la terre de leurs griffes, non loin de là, et rejetant
le sable à qui mieux mieux, ils firent un trou pouvant contenir un homme ; ensuite, comme pour
demander le salaire de leur travail, avec un mouvement des oreilles, la tête basse, ils s’avancèrent
vers Antoine, léchant doucement ses mains et ses
pieds, pour lui faire comprendre qu’ils demandaient sa bénédiction.
Approfondissement
4 Que représentent les lions traditionnellement ?
Que symbolisent-ils dans ce texte ?
Traditionnellement les lions représentent des
animaux sauvages et puissants ; ils sont souvent
symboles de royauté. Or ici, ils font preuve à la
fois de domesticité et d’humilité. Ils se comportent
comme des animaux familiers, ne montrent aucune
peur envers Antoine, lui prodiguent des caresses
doucement. Puis ils s’inclinent devant le saint
homme, en position d’infériorité (la tête basse) et de
5 Recherchez quel autre épisode de la vie de saint
Jérôme est mis en scène dans le tableau de
Carpaccio et quelle image est donnée de l’animal
sauvage.
Dans ce tableau, saint Jérôme croise un lion blessé
dans le désert ; au lieu de l’attaquer, le lion implore
le saint de lui retirer l’épine qui le blesse à la patte ;
le lion accompagne le saint au monastère (thème
du tableau) où, après avoir jeté l’effroi, il conquiert
tout le monde par sa douceur. Ce lion subit ensuite
l’injustice d’une fausse accusation de vol d’un âne ;
une fois la vérité rétablie, il meurt aux pieds de
saint Jérôme. L’animal sauvage représente un être
au premier abord violent mais qui devient symbole
de paix et de douceur une fois conquis par la foi. Le
lion a souvent une image positive dans le christianisme ; il représente saint Marc et parfois le Christ,
comme dans la sculpture où il combat un basilic
diabolique (p. 41).
TEXTES 9
Des ennemis de toujours
 Livre de l’élève p. 48
1 Lucrèce, De rerum natura
Aide à la traduction
expertis opis : sans secours ;
ignaros quid volnera vellent : ignorant ce que voulaient leurs blessures
1 Lucrèce, De rerum natura
2 Lactance, Institutions divines
Approfondissement
3 Quels rapports entretiennent hommes
et animaux sauvages dans ces textes ?
Les animaux sauvages comptent parmi les pires
ennemis des hommes. Ces concurrents prennent
les gîtes des hommes, les chassent de leurs toits
pour les laisser errer. Mais les animaux sauvages
sont surtout des prédateurs qui tuent ou blessent
les hommes à mort.
Le champ lexical de la souffrance est très présent
dans le texte (tremulas, ulcera), accompagné
de nombreuses hyperboles (taetra, saeva) pour
exprimer la souffrance des hommes victimes des
bêtes. Le tableau de Lucrèce est une belle hypotypose. L’animal n’inspire dans ce texte que de la peur
(infestam, paventes). Le texte de Lactance est une
reprise de celui de Lucrèce mais Lactance ajoute
que les sociétés humaines se sont construites pour
lutter contre les animaux. Tous deux insistent sur
l’état primitif de cette relation humain/animal sauvage auquel la civilisation a permis de mettre un
terme, ramenant à une mesure accidentelle la prédation de l’homme par l’animal.
1 Quae animalia fugiebant homines ?
Leonem validum et suem spumigerum homines
fugiebant.
2 Faites correspondre latin et français (la pro-
position relative introduite par quos est sujet
d’accibant).
Mais magis illud erat curae : mais ce qui (les)
inquiétait ; quod : c’était que
saecla ferarum faciebant saepe quietem
infestam miseris : les races de bêtes sauvages rendaient souvent le repos périlleux à ces malheureux
Ejectique domo : et chassées de leurs demeures ;
fugiebant saxea tecta : ils fuyaient leurs toits de pierre
adventu suis spumigeri validique leonis : À
l’arrivée d’un sanglier écumant et d’un lion vigoureux
Atque cedebant paventes intempesta nocte :
et ils cédaient épouvantés au plus profond de la nuit
cubilia instrata fronde hospitibus saevis :
leurs couches jonchées de feuilles à leurs hôtes cruels
At quos effugium : et ceux que la fuite avait sauvés
adeso corpore : le corps à demi-dévoré
tenentes posterius palmas tremulas : tenant plus
tard leurs mains tremblantes
super ulcera taetra : sur leurs plaies affreuses
accibant Orcum vocibus horriferis : appelaient
Orcus avec des cris horribles
Donique vermina saeva privarant eos vita : jusqu’à
ce que des convulsions furieuses les privent de la vie
TEXTE 10
Des animaux dangereux
Pline l’Ancien, Histoire naturelle
 Livre de l’élève p. 49
Aide à la traduction
1 Relevez, grâce à vos connaissances ou
à l’étymologie, les mots qui appartiennent
au champ lexical du danger.
lupi (l. 1), ursi (l. 2), maleficum (l. 3), araneis (l. 3),
momorderunt (l. 8), scorpionibus (l. 11).
2 Traduisez le texte. Pour vous aider :
– Les sujets et les verbes sont en gras dans
les propositions principales ou indépendantes.
– Dans la deuxième phrase, le verbe être est
sous-entendu.
– Les propositions subordonnées sont surlignées.
Sur le mont Olympe de Macédoine, il n’y a pas de
loups, non plus qu’en Crète. Cette île du reste ne
renferme ni renards, ni ours, ni aucun animal malfaisant, sauf la phalange, dont nous parlerons en son
lieu à propos des araignées. […] Bien plus, certains
animaux, inoffensifs pour les indigènes, tuent les
étrangers : c’est le cas, à Myrinthe, de petits serpents
25
L’homme et l’animal
supplication (ils demandent sa bénédiction). Antoine
posséde un pouvoir divin qui les dépasse.
qui, dit-on, naissent de la terre. De même en Syrie,
les serpents, surtout sur les bords de l’Euphrate,
ne touchent pas aux Syriens endormis, ou s’ils les
mordent quand ils marchent sur eux, leur venin reste
sans effet ; et pourtant ils attaquent n’importe quel
étranger, et prennent plaisir à le faire mourir dans les
souffrances. C’est pourquoi les Syriens ne les tuent
pas non plus. Au contraire, sur le mont Latmos, en
Carie, les scorpions, au dire d’Aristote, ne font pas
de mal aux étrangers, et tuent les indigènes.
Traduction A. Ernout, VIII, 58-59, p. 103, 12-16 et 21-27
et p. 104, 1-5, © Les Belles Lettres (2003).
Approfondissement
3 Quae animalia malefica Plinius describit ?
Plinius describit phalangum et serpentes parvos
anguesque et scorpiones.
4 Où les animaux décrits se trouvent-ils ?
Les animaux décrits se trouvent dans des contrées
sauvages et souvent éloignées (la Syrie par
exemple), loin des villes.
5 Ces bêtes sont-elles nuisibles en réalité ?
Pourquoi ?
Pline insiste sur l’aspect dangereux de tous ces
animaux qui mordent ou qui piquent : araignées,
scorpions et serpents. Il inclut dans cette énumération d’animaux « nuisibles » le renard, le loup ou
l’ours. Tous ces animaux sont capables de provoquer
le mal (maleficum). Mais les sciences naturelles
modernes comme l’écologie ont montré l’utilité de
tous les animaux dans les écosystèmes. La notion de
nuisible ne devrait plus être utilisée de nos jours. Les
araignées, les scorpions ou les serpents jouent un
rôle de prédation pour équilibrer les populations de
leurs proies, et servent aussi de proies dans la chaîne
alimentaire. La place des grands carnivores comme
le loup ou l’ours dans les écosystèmes est, elle aussi,
indispensable, même si leur place aujourd’hui en
France est contestée pour des raisons économiques.
6 Pourquoi le serpent est-il, dans l’Antiquité,
un symbole positif associé à la fertilité ?
Le serpent est un animal chtonien, lié à la terre, à la
fertilité et à la fécondité, comme le montre la présence de Bacchus sur la fresque. Il est devenu un
animal maléfique, voire diabolique dans l’imaginaire
chrétien, où il symbolise la tentation ayant entraîné
le péché originel, peut-être à cause de son aspect
rampant, éloigné du ciel et des hauteurs spirituelles.
7 PORTFOLIO Recherchez deux documents iconogra-
phiques représentant un serpent, l’un antique,
l’autre contemporain, et rapprochez les deux
œuvres en notant quels aspects du serpent sont
mis en avant.
Des photos modernes de serpents, par exemple
celles de Maxime Briola ou de Mathieu Beronneau,
qui œuvrent à la protection des reptiles en montrant
leur beauté spectaculaire, peuvent être confrontées
26
à d’anciennes représentations du serpent, comme
animal diabolique, dans des peintures sacrées qui
illustrent la foi chrétienne. Une recherche sur les
mots-clés (sorcière, serpent, Moyen Âge) peut être
utile.
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
 Livre de l’élève p. 50
Les Romains et les animaux
Ces deux pages offrent un panorama des différents
animaux utilisés par les Romains : domestiques,
élevés ou chassés. Des exposés spécifiques pourront être proposés aux élèves sur certains animaux,
comme les chevaux. Des textes peuvent aussi être
présentés sur les réactions des Anciens aux jeux du
cirque, notamment ceux de Plutarque.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 52
L’animal, personnage littéraire
1 Comment apparaît le loup dans le texte
de Jack London ?
Le loup apparaît comme l’animal sauvage. Cet
animal est conduit par la faim et prêt à affronter
tous les dangers – dont les hommes – pour se
nourrir. Il est présenté comme fort et dangereux
à travers la description de ses crocs ; son attitude
montre une distance infranchissable avec le monde
des hommes qu’il observe et côtoie, sans quémander de nourriture. Le loup semble respecter des
règles qu’il a lui-même fixées, notamment la distance entre lui et les hommes.
2 Quelle image est donnée du chien dans le texte
de Louis Pergaud ?
Dans ce texte au contraire, le chien a besoin de
l’homme. Il ne peut se passer de son maître dont
il recherche sans cesse le contact à travers le jeu,
et l’affection. Le maître apparaît comme une figure
maternelle de substitution.
3 En quoi le poème de Saint-John Perse
est-il un éloge de la vie sauvage ?
Saint-John Perse montre la beauté infinie des
oiseaux, leur force, leur place parfaite dans l’univers. L’oiseau représente pour cet auteur la force
de la vie, comme le montre le réseau lexical du feu
associé aux oiseaux. À la différence de l’humain,
l’oiseau a le pouvoir de voler, de s’affranchir des
pesanteurs de la Terre et de s’approcher du Soleil. Il
est comme des messagers des dieux, porteur d’une
parole divine : « son cri dans la nuit est cri de l’aube
elle-même », sa blancheur est celle d’une hostie.
éprouvés par l’homme envers les animaux ?
Percevez-vous une continuité ou une rupture
avec le monde antique ?
Les sentiments perceptibles dans ces trois textes
sont l’admiration (Perse et London), la peur
(London) et l’affection (Pergaud). Ces sentiments
mêlés transcrivent ceux éprouvés par les Romains
à l’égard des animaux.
L’admiration se lit notamment chez Saint-John
Perse dans son éloge des êtres ailés, à la force et
à l’énergie incomparables ; chez Jack London, dans
sa description du courage et de la force de la louve.
Louis Pergaud exprime son affection par l’emploi de
termes diminutifs (« petit » ou « mordiller ») qui
encouragent l’élan de tendresse du lecteur, également amusé par les vains efforts du jeune animal
qui s’empêtre tout seul.
27
L’homme et l’animal
4 PORTFOLIO Quels sont les différents sentiments
2
L’Homme et le divin
SÉQUENCE
Objectif
 La toute-puissance des dieux
 Livre de l’élève p. 56
Ce chapitre veut proposer aux élèves une perception approfondie de la mythologie
qui dépasse la simple notion de conte. Certains textes visent à rappeler des mythes
importants que connaissent déjà les élèves, mais en revenant aux textes sources.
D’autres récits offrent un questionnement sur la nature et l’existence des dieux
et permettent de se rendre compte qu’ils ne sont pas, même pour un Romain,
à prendre au sens premier.
Un autre objectif de cette séquence est de pouvoir établir une classification entre
dieux, demi-dieux, héros, mortels, monstres, et de comprendre comment ces êtres
se côtoient dans l’imaginaire d’un Romain de l’Antiquité.
Que savez-vous déjà ?
• Quels dieux identifiez-vous sur cette fresque ?
Rappelez les attributions de chacun d’eux.
• Donnez à chacun son nom romain et celui qui lui correspond en grec.
De gauche à droite : (ligne du fond) Psyché, Mercure/Hermès (messager des dieux,
dieu des marchands, des voyageurs, des athlètes et des voleurs), Janus (dieu des portes,
des choix, des commencements), Vulcain/Héphaïstos (dieu du feu et de la métallurgie),
Hercule/Héraklès, Bacchus/Dionysos (dieu du vin), Apollon/Apollon (dieu des arts),
Mars/Arès (dieu de la guerre), Vénus/Aphrodite (déesse de la beauté et de l’amour),
Pluton/Hadès (dieu des enfers), Neptune/Poséidon (dieu de la mer),
Jupiter/Zeus (maître des dieux, dieu du ciel), Diane/Artémis (déesse de la chasse),
Junon/Héra (déesse de la famille), Minerve/Athéna (déesse de la sagesse,
de l’intelligence et de la stratégie guerrière)/
(1re ligne) : Sphinx, Centaure, Fleuve, Cerbère, Cupidon/Eros.
Erratum Page 57 du livre de l’élève, « des créatures mi-homme mi-animal »
a été remplacé par « des créatures mi-hommes, mi animales ».
29
Qui sont les dieux ?
TEXTE 1
Les ordonnateurs de l’univers
Cicéron, De natura deorum
 Livre de l’élève p. 58
Cléanthe, un de nos Stoïciens, rapporte l’idée que les
hommes ont des Dieux à quatre causes. La connaissance que l’on peut avoir de l’avenir, c’est la première,
dont je viens de parler. Cette abondance de choses
utiles et agréables, que la température de l’air et la
fécondité de la terre nous procurent, c’est la seconde.
La troisième, les objets qui nous effraient, foudres,
tempêtes, orages, neiges, grêles, calamités, pestes,
tremblements de terre, souvent accompagnés de
grands bruits. Ajoutons : pluies de cailloux, et comme
mêlées de gouttes sanglantes ; abîmes et gouffres qui
se creusent tout à coup, animaux monstrueux, torches
ardentes qui paraissent dans l’air, comètes qui pendant la guerre d’Octavins nous présagèrent d’horribles
maux. Enfin deux soleils, comme j’ai entendu dire à
mon père qu’il en parut sous le consulat de Tuditanus
et d’Aquilius, la même année que s’éteignit un autre
soleil, j’entends Scipion l’Africain. Tout cela, dis-je, a
épouvanté les hommes, et leur a fait soupçonner qu’il
y a une puissance céleste et divine. Mais la quatrième
preuve de Cléanthe, et la plus forte de beaucoup,
c’est le mouvement réglé du ciel, et la distinction, la
variété, la beauté, l’arrangement du soleil, de la lune,
de tous les astres. Il n’y a qu’à les voir pour juger que
ce ne sont pas des effets du hasard. Comme quand
on entre dans une maison, dans un gymnase, dans
un lieu où se rend la justice, d’abord l’exacte discipline, et le grand ordre qu’on y remarque, font bien
comprendre qu’il y a là quelqu’un qui commande et
qui est obéi : de même, et à plus forte raison, quand
on voit dans une si prodigieuse quantité d’astres une
circulation régulière, qui depuis une éternité ne s’est
pas démentie un seul instant, c’est une nécessité de
convenir qu’il y a quelque intelligence pour la régler.
Traduction de M. Nisard, II, 5, © Les Belles Lettres
(1864).
Aide à la traduction
1 Repérez les quatre causes à l’invention des dieux
selon Cléanthe en vous aidant des mots
surlignés puis dégagez la structure du texte.
l. 1-2 : quattuor notiones : quatre causes ; primam :
la connaissance de l’avenir, l. 3-5 : alteram : l’existence du monde qui nous entoure, l. 6-13 : tertiam : les
phénomènes climatiques qui nous effraient, l. 13-23 :
quartam causam : le mouvement réglé du ciel
2 À quel cas sont les mots en orange ?
Quel verbe complètent-ils ?
Quelle est leur fonction en français ?
Pouvez-vous en rapprocher certains du français ?
Ces mots sont à l’ablatif. Ils complètent le verbe
terreret : qui terrifie les esprits par… et sont complé-
30
ments circonstanciels de moyen :
tempestatibus : tempêtes ;
nimbis : orages (cumulonimbus : nuage orageux) ;
pestilentia : la peste (pestilentiel) ;
guttis : des gouttes.
3 À quel mode les verbes soulignés sont-ils ?
Par quels verbes sont-ils introduits ?
Quel est le sujet de chacun ?
Ils sont à l’infinitif.
esse (l. 13) dépend de suspicati sunt (l. 13)
esse (l. 13) dépend de dixit (l. 1)
non esse (l. 16) dépend de indicaret (l. 16)
esse (l. 19) dépend de intellegat (l. 19)
gubernari (l. 23) dépend de statuat (l. 22)
4 Les mots en gras sont des pronoms relatifs.
Quels sont les cas et antécédents de chacun ?
Erratum Dans l’énoncé, « l’antécédent » a été remplacé
par « antécédents ».
de qua (l. 2) : ablatif, a pour antécédent primam
quae (l. 3) : nominatif, a pour antécédent primam
quam (l. 3) : accusatif, a pour antécédent alteram
quae (l. 11) : nominatif, a pour antécédent cometas
quibus (l. 12) : ablatif, a pour antécédent l’ensemble
des causes citées (mots orange).
qui (l. 19) : nominatif, a pour antécédent aliquem
cui (l. 20) : datif, a pour antécédent aliquem
quibus (l. 21) : ablatif, a pour antécédent ordinibus
5 Quarum rerum (l. 16) est un génitif qui complète
le nom aspectus (mot à mot : desquelles choses).
Comment le traduiriez-vous ?
[…] toutes ces choses dont l’aspect même suffit à
indiquer qu’il ne s’agit pas des fruits du hasard.
Approfondissement
6 Quelles sont les quatre catégories correspondant
aux dieux ?
• La connaissance de l’avenir
• L’existence du monde
• Les catastrophes naturelles et phénomènes
climatiques
• L’organisation harmonieuse de l’univers
7 Quels sentiments ont également poussé
les hommes à inventer les dieux ?
• L’inquiétude de l’avenir :
ex praesensione rerum futurarum (l. 3)
• La béatitude :
quam ceperimus (l. 3-4), quae percipiuntur (l. 4),
copia (l. 5)
• La peur :
terreret (l. 6), exterriti (l. 12)
• L’admiration :
distinctionem, utilitatem, pulchritudinem, ordinem (l. 15-16), aspectus (l. 16) ;
notez le parallélisme : qui praesit et cui pareatur
(l. 19-20) ;
pas d’autre choix : statuat necesse est (l. 22).
entre les Romains tels que Cicéron et les dieux ?
À travers le philosophe Cléanthe, Cicéron présente
les dieux comme une réponse aux interrogations
de l’homme face à un univers dont il admire l’harmonie mais dont il est incapable d’expliquer toutes
les causes de fonctionnement.
TEXTE 3
Les dieux selon Minerve
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 60
Aide à la traduction
1 Associez chaque mot latin à sa traduction
en français.
2 Repérez les ablatifs absolus (v. 27-28).
Erratum Dans cet énoncé, lire « v. 27-28 ».
TEXTE 2
De simples superstitions
Cicéron, De natura deorum
 Livre de l’élève p. 59
Aide à la traduction
1 Mettez dans l’ordre la traduction et précisez
quels termes latins justifient votre choix.
3/7/4/1/6/5/2
2 Repérez les mots de liaison dans le texte latin.
Quelle est leur valeur respective ?
Comment sont-ils traduits ?
igitur (l. 1) : donc ; non traduit
Quae res (l. 2) : cf. question 3
enim (l. 4) : en effet
Nam (l. 6) : car, traduit par aussi
nec vero (l. 8) : mais... ne… pas
rendu par la concession : À en croire…
nec solum (l. 8) […] sed etiam (l. 10) :
non seulement… mais aussi
Sed tamen (l. 12) : cependant
3 Retrouvez la construction de la deuxième
phrase. Expliquez quae res.
Quae est un relatif de liaison ;
il signifie et haec.
4 Comment paene (l. 3) est-il traduit ?
Paene signifie presque ;
il est traduit par qui ne sont guère.
5 Quelle traduction est proposée pour haec
en début de phrase (l. 11) ?
Voilà les sottises que…
Approfondissement
6 Quels termes Cicéron utilise-t-il pour désigner
les croyances traditionnelles ?
falsas opiniones (l. 2-3)
opiniones erroresque (l. 3)
superstitiones aniles (l. 3)
fabulae (l. 8)
futtilitatis summaeque levitatis (l. 12)
fabulis (l. 12)
7 Que révèlent-ils sur son point de vue ?
Ils révèlent le mépris de Cicéron pour la mythologie
(non pour la religion) et le fait qu’on prenne ces
récits au premier degré.
sumptis pennis, crepitante rostro
3 Quelles sont les différentes traductions que vous
pouvez proposer pour chacun d’eux ?
sumptis pennis : ses ailes ayant été prises, puisque
ses ailes avaient été prises, à cause de ses ailes prises
crepitante rostro : son bec claquant, au claquement
de son bec
4 Proposez une traduction plus littéraire
des vers 6 à 13.
Elle peint le dieu de la mer debout, frappant avec
son long trident les durs rochers, et l’eau jaillissant
au milieu de la blessure du rocher, gage par lequel
il réclame la ville. Mais à elle-même, elle donne un
bouclier, elle donne une lance avec une pointe acérée, elle donne un casque pour sa tête, sa poitrine
est défendue par l’égide, et elle dessine la terre qui,
après l’avoir frappée de sa pointe, donne naissance
à la pousse d’un olivier blanchissant avec ses baies.
Approfondissement
5 En quoi cette description de l’Olympe
apparaît-elle comme un tableau ?
Athéna tisse ici une tapisserie qu’elle organise
comme un tableau. Le poète utilise le champ lexical
de la peinture avec les verbes d’action : pingit (v.2
et 24), facit (v. 7), simulat (v. 11), addit (v. 16), circuit (v. 32).
La description est construite selon l’organisation
de l’ouvrage (v. 3). Elle peint les quatre coins de scénettes : quattuor in partes certamina quattuor
addit (v. 16) ; elle entoure les bords : circuit extremas
oras (v. 32). À cela s’ajoute le champ lexical de la
peinture : pingit (v. 2 et 24), imago (v. 5), operis (v.
13 et 33), clara colore (v. 17).
6 Quels éléments caractérisent chaque dieu ?
Jupiter est royal (regalis, v. 5), Poséidon est représenté avec son trident (tridente, v. 6), Athéna avec
son casque (galeam, v. 10) et son égide (aegide,
v. 10).
7 En quoi la fresque de Raphaël ( p. 56-57)
illustre-t-elle ce texte ?
Comme dans le texte d’Ovide, la fresque de Raphaël
rassemble les Olympiens. On retrouve Zeus vers qui
tous les dieux semblent tournés, Poséidon et son
trident, Athéna avec sa lance et son casque.
31
L’Homme et le divin
8 Que révèle la thèse présentée sur le rapport
8
ÉCRITURE Regardez la vidéo proposée et
appuyez-vous sur les informations données
pour rédiger une nouvelle dont Minerve serait
l’héroïne.
9 PORTFOLIO Quelles caractéristiques de la déesse
retrouve-t-on dans les représentations antique
et contemporaine ? En quoi celle de la couverture
de la BD est-elle plus actuelle ?
Athéna apparaît toujours armée et casquée. Sur la
couverture de la BD, sa chevelure et sa posture lui
confèrent une image plus moderne car plus animée
que dans les représentations antiques. En plus de
ses armes traditionnelles, elle est accompagnée
d’une chouette, animal qui la symbolise, et d’un
bouclier orné de la tête de Méduse.
TEXTE 4
Les dieux selon Arachné
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 62
Aide à la traduction
1 Repérez les verbes qui expriment l’action
de peindre dans les traductions ( p. 63), puis
dans le texte latin. Lesquels sont complétés
par une proposition subordonnée infinitive ?
Lesquels par une proposition subordonnée
complétive introduite par ut ?
• Traduction 1 : peint (x 2) ; Elle donne aux personnages, elle donne aux lieux, les traits qui leur
appartiennent.
• Traduction 2 : représente, représenta (x 2), ajouta,
rendit à tous ces personnages leur apparence propre.
• Texte latin : designat (v. 1), fecit (v. 6 et 7) + proposition infinitive, addidit (v. 8) + prop.. sub. compl.
introduite par ut, reddidit (v. 14).
2 Comparez les traductions des subordonnées
en italique. Laquelle préférez-vous ? Pourquoi ?
La traduction 2 respecte davantage la syntaxe, le
temps employé dans le texte latin (parfait/passé
simple), les noms propres.
3 Commentez les deux traductions proposées
de putares (v. 2).
• Traduction 1 : l’œil croit voir :
traduction plus littéraire mais plus éloignée du
texte. Ajoute un sens absent du texte latin.
• Traduction 2 : on aurait dit :
traduction plus fidèle qui rend compte de l’emploi du subjonctif et de la 2e personne du singulier
comme pronom indéfini.
4 Comment timidas plantas (v. 5) est-il traduit ?
Comment pourriez-vous le traduire autrement ?
De quelle figure de style s’agit-il ?
• Traduction 1 :
replier timidement la plante de ses pieds.
32
• Traduction 2 :
elle relevait peureusement les pieds.
• Traduction mot à mot :
elle semble retirer ses pieds timides.
Il s’agit d’une hypallage, que gomment les deux
traductions.
5 En vous appuyant sur les traductions, dites quels
animaux correspondent aux mots en gras.
Taurus, i (m) : taureau
Aquila, ae (f) : l’aigle (aquilin)
Serpens, -ntis (m/f) : le serpent
Leo, onis (m) : le lion (léonin)
6 Comment est illic (v. 14) est-il traduit
dans chaque texte ?
Et les ut (v. 8, 11, 16, 17 et 18) ?
Illic n’est pas traduit dans la première traduction ;
il est traduit par y dans la seconde.
V. 8 :
Jupiter qui se cache sous la forme d’un satyre (trad. 1) /
une scène montrant, sous les traits d’un satyre, Jupiter
(trad. 2)
V. 11 :
qui se change en pluie d’or (trad. 1)/mué en or (trad. 2)
V. 16 :
non traduit (trad. 1)/non traduit (trad. 2)
v. 17 :
subordination supprimée (trad. 1)/comment (trad. 2)
v. 18 :
subordination supprimée (trad. 1)/comment (trad. 2)
7 Laquelle des deux traductions
vous paraît la meilleure ?
Pourquoi ?
Appuyez-vous sur des éléments précis.
Approfondissement
8 Quel regard sur les dieux Arachné porte-t-elle
à travers les épisodes qu’elle évoque ?
Arachné porte un regard négatif sur les dieux. Elle
les peint dans des aventures qui rendent compte de
leur duplicité et de leur immoralité.
9 En quoi s’oppose-t-il au regard de Minerve
dans le texte précédent ( p. 60-61) ?
Minerve montrait les dieux dans leur pleine puissance et dans toute leur magnificence, réunis
autour de Jupiter.
10 PORTFOLIO Recherchez des œuvres d’art
de différentes époques illustrant
les métamorphoses ou les amours des dieux.
• Œuvres illustrant les métamorphoses des dieux :
Lycaon changé en loup, Rubens (1636-1638), Narcisse hurlant, Rodin (1882), Apollon et Daphné, Le
Bernin (1622-1625).
• Œuvres illustrant les amours des dieux : Vénus
et Mars, Botticelli (1483), Le triomphe de Neptune,
Poussin (1635), Proserpine, Lully et Quinault (1680),
Léda atomique, Dali (1949).
TEXTE 5
Les dieux s’amusent
Cicéron, De divinatione
 Livre de l’élève p. 64
Voici deux exemples bien connus de ces sortes de
présages. Paul Émile, consul pour la seconde fois,
venait d’être chargé de la guerre contre le roi Persée,
lorsque, rentrant chez lui le soir de ce jour même,
il remarqua, en embrassant sa fille Tertia alors en
bas âge, qu’elle était toute triste. « Qu’est-ce donc,
dit-il, ma Tertia ? Pourquoi es-tu si triste ? » « Mon
père, répondit-elle, Persée est mort. » Alors embrassant tendrement l’enfant, « J’en accepte l’augure ;
ma fille », reprit-il. C’était un petit chien portant ce
nom qui était mort.
J’ai entendu raconter à Lucius Flaccus, flamine de
Mars, que Cécilia, fille de Métellus, voulant marier
la fille de sa sœur, la conduisit, selon l’usage antique,
dans une chapelle, pour prendre augure. La jeune
fille était debout, et Cécilia assise depuis longtemps
sans qu’aucune voix se fit entendre, lorsque la nièce
fatiguée demanda à sa tante de lui permettre de s’asseoir un instant sur son siège ; celle-ci lui répondit :
« Volontiers, mon enfant, je te cède ma place. » L’événement confirma bientôt l’augure. La tante mourut
peu après, et la jeune fille épousa le mari de Cécilia.
Je conçois fort bien que l’on méprise ces choses et
même que l’on s’en moque ; mais n’est-ce pas douter de l’existence des Dieux que de mépriser leurs
avertissements ?
Traduction de M. Nisard, I, XLVI, © Les Belles Lettres
(1864).
Aide à la traduction
1 Repérez dans le texte latin les groupes
de mots dont la traduction est apportée
dans l’introduction.
5 Quid Caeciliae accidit (l. 8-16) ?
Erratum Dans cet énoncé, « Ceciliae » a été remplacé
par « Caeciliae ».
Caecilia periit et virgo conjugi ejus nubit.
6 Relisez la dernière phrase des paragraphes
1 et 2. En vous aidant des mots transparents,
dites quelle est la chute de ces deux histoires.
Catellus : le petit chien
Mortuus : mort
Nomine : le nom
Erat : être à l’imparfait
On comprend que le petit chien mort portait ce nom.
Mortua : morte
Virgo : la vierge, la jeune fille
Nupsit/nupta : nuptial
Nupta fuerat : la forme composée indique l’antériorité.
On comprend que Caecilia est morte et que la jeune
fille s’est mariée avec son mari.
Approfondissement
7 Quelle leçon Cicéron donne-t-il à travers
ces deux histoires ?
Il faut être prudent avec les dieux et attentif aux
présages. Cicéron souligne l’ambiguïté du langage
avec laquelle les dieux s’amusent et en profite pour
rappeler l’importance de ne pas les mépriser.
8 Quel regard porte-t-il sur l’existence des dieux
dans ce texte ? Comparez avec le texte 2 ( p. 59).
On pourrait imaginer que le point de vue de Cicéron
s’oppose au texte 2, mais il dénonce également
ici l’ambiguïté du langage qui laisse la part belle
aux superstitions et donne crédit aux présages. Il
semble partagé entre sa piété et son mépris pour
les superstitions.
2 Repérez le nom des personnages de chaque
histoire.
§ 1 : L. Paulus consul, filiolam suam Tertiam,
Persa
§ 2 : L. Flaccum, flaminem Martialem, Caeciliam
Metelli, une virgo dont on ignore le nom.
3 Quae Tertia est (l. 1-7) ? Quid Tertiae catello
accidit ? Quale catelli nomen est ?
Tertia puella est ; L. Pauli consulis filia est.
Tertiae catellus periit.
Catelli nomen Persa est.
4 Qui s’exprime dans chaque passage au discours
direct ? Quels mots vous l’indiquent ?
§ 1 : dialogue entre L. Paulus et sa fille Tertia. Mea
Tertia et Mi pater indiquent qui parle et le lien
entre les personnages.
§ 2 : mea puella indique que c’est Caecila Metelli
qui parle et qui s’adresse à la jeune fille.
TEXTE 6
Un signe des dieux
Tite-Live, Histoire romaine
 Livre de l’élève p. 65
Aide à la traduction
1 À quel cas est nuntiato augurio (l. 14-15) ?
De quelles différentes façons pouvez-vous
le traduire ?
C’est un ablatif absolu à valeur concessive.
Alors que l’augure avait été annoncé ; malgré l’annonce de l’augure.
2 Repérez les deux cum. Quelle est la classe
grammaticale de chacun ?
Comment les traduisez-vous ?
l. 17 : conjonction de subordination : valeur causale :
puisque
l. 20 : préposition : avec
33
L’Homme et le divin
Interventions divines
3 Que sont illi et hi ? Comment construisez-vous
tempore […] trahebant (l. 16-17) ?
Illi et hi sont des pronoms démonstratifs au nominatif pluriel masculin.
Ceux-là tiraient le pouvoir du temps obtenu à l’avance
(de la priorité du temps), mais ceux-ci du nombre
d’oiseaux.
4 Traduisez l’ensemble du paragraphe en vous
aidant des notes.
Le premier augure fut, dit-on, pour Rémus :
c’étaient six vautours ; il venait de l’annoncer,
lorsque Romulus en vit le double, et chacun fut
salué roi par les siens ; les uns tiraient leur droit
de la priorité, les autres du nombre des oiseaux.
Une querelle s’ensuivit, que leur colère fit dégénérer en combat sanglant ; frappé dans la mêlée,
Rémus tomba mort. Suivant la tradition la plus
répandue, Rémus, par dérision, avait franchi d’un
saut les nouveaux remparts élevés par son frère, et
Romulus, transporté de fureur, le tua en s’écriant :
« Ainsi périsse quiconque franchira mes murailles. »
Romulus, resté seul maître, la ville nouvelle prit le
nom de son fondateur.
Traduction de M. Nisard, L. I, 7, © Les Belles Lettres
(1864).
Approfondissement
5 En quoi, selon vous, cette légende est-elle
fondamentale pour la ville de Rome ?
Cette légende permet de donner une origine divine
à Rome. À la fois par Énée, fils de Vénus, mais aussi
par Romulus, fils de Mars, fondateur choisi par les
dieux.
6 Est-elle un bon ou un mauvais signe pour
l’avenir de la ville ?
C’est un bon signe car les dieux protègent la ville
mais aussi un mauvais car Rome naît dans le sang.
TEXTE 7
Présages funestes
Suétone, Vies des douze Césars
 Livre de l’élève p. 66
Erratum Dans le texte, l. 26, « aversum » est surligné.
Aide à la traduction
1 Repérez les mots transparents, les mots
que vous connaissez puis les noms propres
(l. 26 : Casca est un nom de famille).
2 À partir de ces mots, trouvez les champs lexicaux
dominants. Donnez un autre titre au texte.
• Champ lexical des présages : futura, prodigiis,
consecrarat, immolantem, haruspex, cum Jove,
religione
34
• Champ lexical du crime : caedes, conspirati,
« Ista quidem vis est ! », vulnerat, vulnere, tribus
et viginti plagis, gemitu
• Champ lexical du temps : proximis diebus, Martias Idus, ea nocte, dies caedis, quinta fere hora
• Autre titre : L’assassinat de Jules César
3 Qu’indiquent les mots en gras ?
Quel effet produisent-ils sur le lecteur ?
Ce sont des indices temporels qui donnent l’effet
d’un compte à rebours. Le temps s’accélère au fur
et à mesure, permettant ainsi d’accroître la tension
du texte.
4 Identifiez les personnages du texte
dans les tableaux 1 et 2.
• Tableau 1 : César est vêtu de sa toge rouge, derrière lui Casca s’apprête à frapper. Tillius Cimber
tend les bras vers lui pour lui demander une faveur.
• Tableau 2 : César est vêtu de sa toge rouge ; à
droite Marcus Brutus, à qui César semble s’adresser.
Derrière César on peut apercevoir Casca.
5 Associez les six groupes de mots surlignés
aux tableaux.
alter e Cascis : tableau 1
utque animadvertit undique se strictis pugionibus peti : tableau 2
toga caput obvoluit : tableau 2
tribus et viginti plagis confossus : tableau 2
Marco Bruto irruenti dixisse : tableau 2
Exanimis diffugientibus cunctis aliquamdiu
jacuit : tableau 3
6 À présent, avec l’aide du dictionnaire, traduisez
le texte.
Cependant, des prodiges manifestes annoncèrent à
César l’imminence de son assassinat. […]
Dans les tout derniers jours, César apprit que les troupeaux de chevaux qu’il avait consacrés au Rubicon
au moment où il le traversait et qu’il avait lâchés en
liberté, sans gardien, refusaient avec un entêtement
extrême de se nourrir et pleuraient à chaudes larmes.
Et pendant qu’il procédait à un sacrifice, l’haruspice
Spurinna l’engagea à prendre garde à un péril qui
ne serait pas différé au-delà des ides de mars. Par
ailleurs, la veille de ces mêmes ides, alors qu’un roitelet, tenant dans son bec un petit rameau de laurier,
se dirigeait vers la curie de Pompée, des oiseaux de
différentes espèces quittèrent le bois voisin, le poursuivirent et le déchirèrent à cet endroit même. Du
reste, la nuit précédant le meurtre, lui-même aussi
se vit dans son sommeil tantôt voler au-dessus des
nuages, tantôt serrer la main de Jupiter ; quant à Calpurnia, son épouse, elle se représenta en songe que
le toit de leur demeure s’écroulait et que son mari
était criblé de coups entre ses bras ; alors soudain les
portes de leur chambre s’ouvrirent d’elles-mêmes.
À cause de ces signes et à cause aussi de sa santé
fragile, il fut pris d’une longue hésitation : ne resterait-il pas chez lui et ne reporterait-il pas ce qu’il avait
Traduction de G. Flamerie de Lachapelle à partir du
texte établi par Henri Ailloud, Editio Minor, « Vie du
divin Jules », 81-82, © Les Belles Lettres (2016).
• draconibus : dragon / colubras : couleuvre /
hydros : hydre / angues : anguille
Mots en rose : serpents
2 Lisez seulement les mots en gras et
traduisez-les d’abord afin de comprendre
l’essentiel de l’histoire.
Dis-nous, Persée, par quels exploits et artifices
Tu conquis cette tête à cheveux de serpents.
Persée répond qu’au pied des glaces de l’Atlas
Est un lieu fortifié d’un rempart de rochers,
Qu’à son entrée vivaient deux sœurs nées de Phorcus,
N’ayant qu’un œil pour deux qu’elles se repassaient,
Qu’il subtilisa l’œil, glissant sa main entre elles,
Puis, s’enfuyant au loin par des sentiers perdus
À travers des rochers hérissés de maquis,
Parvint chez la Gorgone. En route et dans les champs
Se profilaient, épars, des hommes et des bêtes
Pétrifiés à la vue de Méduse. Au miroir
Du bouclier d’airain qu’il tenait en main gauche
Il put voir sa hideur. Pendant qu’un lourd sommeil
Les tenait endormies ses couleuvres et elle,
Il lui coupa la tête, et de son sang naquirent
Pégase au vol rapide et Chrysaor son frère.
Il dit les vrais dangers de sa si longue course,
Les terres et les mers qu’il vit sous lui du ciel,
Et les astres frôlés par ses ailes battantes.
On veut qu’il continue. Il se tait. L’un des grands
Lui demande pourquoi, seule entre plusieurs sœurs,
Méduse eut des serpents mêlés à ses cheveux.
Ta question, répond l’hôte, est digne de réponse,
Apprends-en la raison. Pour sa beauté insigne
De nombreux prétendants jaloux la disputaient.
Rien plus que ses cheveux ne fut d’elle admiré.
J’en sus un qui disait les avoir vus. Neptune
La souilla, narre-t-on, au temple de Minerve.
La déesse offusquée voila de son égide
Sa chaste face, et pour punir cet attentat
En hydres transforma les crins de la Gorgone,
Et ces serpents nés d’elle encor la barricadent,
Frappant ses ennemis d’horreur et d’épouvante.
Traduction et présentation de Olivier Sers,
IV, 770-803, Classiques en Poche, © Les Belles Lettres
(2009).
3 Analysez les infinitifs soulignés.
De quel verbe dépendent-ils ?
TEXTE 8
Malheureuse Méduse
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 68
Aide à la traduction
1 Repérez les mots surlignés en jaune et rose
et donnez un mot français issu de chacun.
Par quel mot unique pourriez-vous traduire
les mots surlignés en jaune ? et en rose ?
• crinita, crinibus, crinem : crinière, crin / capillis :
capillaire
Mots en jaune : chevelure
esse : infinitif présent ;
habitasse, cepisse, tetigisse, vidisse, aspexisse,
eripuisse : infinitifs parfaits.
Ils dépendent tous de Narrat (v. 3).
4 Repérez, en vous appuyant sur les verbes
introducteurs et la typographie, les passages
où Persée parle au discours direct et ceux
où il s’exprime au discours indirect.
Les infinitifs dépendant de Narrat indiquent qu’il
s’agit de discours indirect :
Il raconte que…
Le discours direct est indiqué par les guillemets du
vers 24 au vers 34.
35
L’Homme et le divin
projeté de régler devant le Sénat ? Mais finalement,
poussé par Decimus Brutus à ne pas faire faux bond
aux sénateurs réunis en nombre qui l’attendaient
depuis longtemps, il sortit vers la cinquième heure ;
quand un passant lui tendit un billet qui révélait le
piège, il le mit avec tous les autres billets qu’il tenait
dans sa main gauche, en comptant le lire un peu plus
tard. Ensuite, après avoir immolé plusieurs victimes
et bien qu’il ne pût obtenir de bons présages, il entra
dans la curie au mépris des règles religieuses, en se
moquant de Spurinna et en le taxant d’imposture
puisque, disait-il, on était arrivé aux ides de mars
sans qu’il eût subi aucun dommage ; toutefois l’intéressé lui répondit qu’on y était certes arrivé mais
qu’on ne les avait point dépassées.
Il était en train de s’asseoir quand les conspirateurs
l’entourèrent sous prétexte de lui rendre leurs hommages, et tout de suite Tillius Cimber, qui s’était
chargé du premier rôle, approcha encore, comme s’il
avait l’intention de lui soumettre quelque demande.
César fit un signe de dénégation et d’un geste repoussa
la requête à un autre moment ; Tillius lui saisit alors
la toge, au niveau des deux épaules ; ensuite, César
crie : « Mais c’est de la violence ! » et l’un des deux
Casca le blesse par derrière, un peu au-dessous de la
gorge. César saisit le bras de Casca, le transperça de
son poinçon et tenta de s’élancer, mais il fut arrêté par
une autre blessure : quand il se rendit compte qu’il
était la cible de poignards qu’on dégainait de toutes
parts, il s’enveloppa la tête dans sa toge et fit en même
temps glisser, de sa main gauche, les plis jusqu’au
bas des jambes, afin de tomber plus honorablement
puisque même le bas du corps était couvert. Et ainsi
fût-il criblé de vingt-trois blessures, ayant lâché seulement un unique gémissement au premier coup, sans
prononcer un mot, même si certains auteurs ont rapporté qu’il dit à Marcus Brutus, alors que celui-ci se
ruait sur lui : « Toi aussi, mon enfant ! » Tandis que
tous s’enfuyaient de toutes parts, il resta longtemps
étendu, privé de vie, jusqu’au moment où trois petits
esclaves le mirent sur une civière, un bras pendant,
et le ramenèrent chez lui.
5 Quel phénomène grammatical observez-vous
4 De quels verbes les verbes infinitifs soulignés
v. 12 (Medusa visa) et v. 14 (aere repercusso) ?
Quelle est la valeur circonstancielle
de ces groupes de mots ?
dépendent-ils ? Forment-ils des propositions
infinitives ? Essayez de dégager la construction
de l’ensemble du texte.
Ce sont des ablatifs absolus. Medusa visa est complément circonstanciel de temps : après avoir vu
Méduse ; aere repercusso est complément circonstanciel de cause : à cause du reflet du bronze.
dixisse dépend de Dicunt (l. 1)
esse dépend de ferunt nuntiatum (l. 8-9)
interisse, vidisse, concidisse, surrexisse dépendent de Dicunt (l. 1)
6 Scandez les vers 12 et 25 : avec quel mot
s’accorde conversa ? Et clarissima ?
• Vers 12 : ın sı̆lı̆c[em] ēx ıpsıs vısā cōnvērsă
Mĕdūsā ;
conversa s’accorde avec simulacra (v. 11).
• Vers 25 : āccıˉ/pe quāesi/tıˉ cāu/sām. Clār/ıssı̆mă/
fŏrmā ; clarissima s’accorde avec illa (v. 27).
Approfondissement
7 Que révèle l’histoire de Méduse sur le caractère
des dieux ?
Cette histoire peut souligner l’immoralité des dieux
puisque Neptune contraint Méduse parce qu’il la
désire ; et leur injustice car Minerve punit Méduse
qui est victime et non coupable.
8 ORAL Imaginez un monologue dans lequel
Méduse assiste à sa métamorphose en regardant
son propre reflet se modifier.
9 PORTFOLIO Comment le mythe de Persée et
Méduse est-il représenté sur cette photo tirée
du film Percy Jackson : Le Voleur de foudre ?
Comment le mythe est-il à la fois fidèle et
revisité ? Comparez avec la mosaïque antique.
On retrouve Méduse et sa chevelure de serpents.
La forme ronde de la mosaïque rappelle le bouclier sur lequel Persée observe son reflet. Dans
le film Percy Jackson : Le Voleur de foudre, c’est
grâce au téléphone portable que tient Méduse que
le héros peut apercevoir le reflet du visage de la
Gorgone, ce qui inscrit le mythe dans l’époque
contemporaine.
TEXTES 9
Bienheureux Simonide
 Livre de l’élève p. 70-71
1 Cicéron, De oratore
Aide à la traduction
1 Quels mots ressemblent au français ?
2 Repérez les noms propres.
Crannone, Pollucem, Thessalia, Scopam, Castorem, Simonides
3 Qu’avez-vous compris de l’histoire ?
36
5 Traduisez les passages en gras.
En effet, on raconte que comme Simonide dînait
un jour à Cranon, en Thessalie, chez Scopas, homme
riche et noble, et qu’il récita un poème qu’il avait
composé en son honneur, dans lequel, pour
embellir son sujet, à la manière des poètes, il s’était
longuement étendu sur Castor et Pollux, celui-ci,
n’écoutant que sa basse avarice, dit à Simonide qu’il
ne lui donnerait que la moitié du prix convenu
pour ses vers ; ajoutant qu’il pouvait, si bon lui semblait, aller demander le reste aux deux fils de Tyndare,
qui avaient eu une égale part à l’éloge. Quelques
instants après, on vint prier Simonide de sortir : deux jeunes gens l’attendaient à la porte, et
demandaient avec instance à lui parler. Il se leva, sortit,
et ne trouva personne ; mais pendant ce moment
la salle où Scopas était à table s’écroula, et le tua
écrasé sous les ruines avec tous les convives.
2 Valère Maxime,
Des faits et dits mémorables
Aide à la traduction
1 À l’aide du texte de Cicéron et des notes,
traduisez le texte de Valère-Maxime.
Même bienveillance des dieux envers Simonide,
qui, sauvé une première fois d’une mort imminente,
fut encore soustrait à l’écroulement d’une maison.
Comme il dînait chez Scopas à Crannon, ville de
Thessalie, on vint l’avertir que deux jeunes gens
étaient à la porte et le priaient instamment d’aller
les trouver aussitôt. Il sortit pour les voir et ne trouva
plus personne, mais à ce moment même, la salle à
manger où Scopas donnait un festin s’écroula et
écrasa le maître de la maison avec tous ses convives.
Traduction de P. Constant, I, 8, © Les Belles Lettres
(1935).
3 Quintilien, Institution oratoire
Aide à la traduction
Erratum L’ordre des questions a été modifié.
1 Quelles informations sont nouvelles ?
Il n’est plus question de Scopas mais d’un athlète
célébré par Simonide. Le poème n’est pas lu pendant le dîner mais le dîner a lieu après la lecture du
poème. Simonide ne rencontre pas les dieux mais il
est sauvé parce qu’ils l’ont fait sortir en demandant
à le voir dehors.
informations supplémentaires apprenez-vous ?
Dans cette fable, La Fontaine donne davantage de
détails sur les circonstances de l’accident. L’histoire a
lieu en deux temps : le festin est une compensation
de la partie non rétribuée à Simonide, donnant alors à
cet événement une dimension tragique. On apprend
que Simonide célèbre un athlète, un lutteur, et cette
fois c’est la vanité, plutôt que l’avarice, qui pousse
l’hôte à ne pas payer convenablement le poète. Le
terme de « vengeance » (v. 51) de la part des dieux
est également employé, soulignant ainsi la justice
divine qui s’opère. La Fontaine ne fait pas mourir les
« Conviés » mais ils repartent « estropiés » ; quant à
l’athlète, il est puni à la source-même de son orgueil :
« Une poutre cassa les jambes de l’Athlète » (v. 52).
Cette version est donc plus édifiante car chacun restera marqué à vie par cette catastrophe et gardera en
mémoire la leçon donnée.
3 À présent, traduisez le texte de Quintilien.
Voici ce qu’on raconte de Simonide. Il avait, moyennant une somme convenue, composé, en l’honneur
d’un athlète qui avait remporté le prix du pugilat,
une de ces pièces de vers qu’il est d’usage de faire
pour les vainqueurs. Quand l’ode fut terminée, on
refusa de lui payer la totalité de la somme, parce que,
suivant la coutume des poètes, il s’était étendu, par
forme de digression, sur les louanges de Castor et
Pollux, à qui par conséquent on le renvoyait pour
le surplus. Ceux-ci s’acquittèrent de leur dette, s’il
faut en croire ce qu’on rapporte ; car un grand repas
s’étant donné pour célébrer cette victoire, Simonide
fut du nombre des conviés ; et, pendant qu’il était
à table, on vint lui dire que deux jeunes cavaliers le
demandaient, et désiraient ardemment de lui parler.
Simonide sortit, et ne trouva personne ; mais l’issue
fit voir qu’il n’avait pas eu affaire à des ingrats ; car à
peine avait-il franchi le seuil de la porte, que la salle
s’écroula sur les convives.
occupait autour de la table, s’apercevant ainsi
qu’une disposition ordonnée aide à un bon fonctionnement de la mémoire.
Les héros :
mi-hommes, mi-dieux
TEXTE 10
Hercule, force de la nature
Hygin, Fables
 Livre de l’élève p. 72
Aide à la traduction
1 Pour chaque phrase, traduisez dans l’ordre sui-
vant : noir – bleu – rose – vert – orange – violet.
Les douze travaux d’Hercule imposés par
Eurysthée
inventé en Grèce par le poète Simonide de Céos ?
Effectuez des recherches.
Alors qu’il était enfant, il tua de ses deux mains deux
serpents, que Junon avait envoyés, de là son nom de
« premier né ». Le lion de Némée, immortel, que la
Lune avait nourri dans une grotte à deux ouvertures,
il le tua, et utilisa sa peau pour s’en couvrir. L’Hydre
de Lerne, fille de Typhon, avec ‹ ses › neuf têtes, il la
tua près de la fontaine de Lerne. Elle avait une telle
capacité d’empoisonnement qu’elle tuait les hommes
de son souffle, et si quelqu’un passait auprès d’elle
pendant son sommeil, elle soufflait sur ses traces et
il mourait dans des tortures pires ‹ encore ›. Sur les
indications de Minerve, il la tua, l’éventra, et imprégna
ses flèches de son venin. Aussi rien de ce qu’il toucha
ensuite de ses flèches n’échappa-t-il à la mort, ce qui
lui valut à lui-même de mourir, plus tard, en Phrygie. Il tua le sanglier d’Érymanthe. Le farouche cerf
d’Arcadie, avec ses cornes d’or, il le ramena vivant
sous les yeux du roi Eurysthée. Les oiseaux de Stymphale, qui lançaient leurs plumes comme des traits,
dans l’île de Mars, il les tua de ses flèches. Le fumier
des bœufs du roi Augias, il le nettoya en un seul jour,
pour la plus grande partie avec l’aide de Jupiter et en
faisant pénétrer ‹ là › un fleuve, il nettoya tout le fumier.
Le taureau avec lequel coucha Pasiphaé, il le mena
vivant de l’île de Crète à Mycènes. Diomède, le roi
de Thrace, et ses quatre chevaux qui se nourrissaient
de chair humaine, il les tua, secondé par Abdèros ; les
noms des chevaux étaient Podargus, Lampon, Xanthus, Déinus. L’Amazone Hippolyté, fille de Mars et de
la reine Otréré, à qui il arracha la ceinture de la reine
des Amazones ; il fit alors don de la captive Antiopé
à Thésée. Géryon, le fils au triple corps de Chrysaor,
il le tua d’un seul trait. Le serpent monstrueux, fils de
Typhon, qui gardait les pommes d’or des Hespérides,
il le tua près du mont Atlas, et apporta les pommes
au roi Eurysthée. Le chien Cerbère, fils de Typhon, il
le ramena des enfers sous les yeux du roi.
Afin d’identifier les victimes de l’effondrement,
Simonide s’est souvenu de la place que chacun
Traduction de J.-Y. Boriaud, XXX,
© Les Belles Lettres (2003).
Traduction de M. Nisard, © Les Belles Lettres
(1875).
4 Quelles informations retrouvez-vous
dans ce texte ?
On retrouve le poème en l’honneur de l’hôte, les
louanges de Castor et Pollux, le refus de payer
Simonide comme convenu, l’arrivée de deux étrangers, Simonide quittant le festin et l’écroulement de
la maison.
4 Jean de La Fontaine, Fables,
Simonide préservé par les dieux
Autour du texte
1 Pourquoi dit-on que « l’art de la mémoire » fut
37
L’Homme et le divin
2 Lisez la fable de La Fontaine ( p. 71). Quelles
2 En vous appuyant sur le texte, établissez
la liste des douze travaux accomplis par Hercule
et légendez chaque scène de la mosaïque.
1) Le lion de Némée
2) L’Hydre de Lerne
3) Le taureau de Crète
4) Les pommes d’or du jardin des Hespérides
5) Les chevaux de Diomède
6) Géryon
7) Les écuries d’Augias
8) Cerbère
9) Le sanglier d’Érymanthe
10) La ceinture de la reine des Amazones
11) Le cerf d’Arcadie
12) Les oiseaux du lac Stymphale
Approfondissement
3 Cum infans esset, quos Hercules necavit ?
Quomodo ?
Infans cum esset, dracones duos duabus
manibus necavit.
4 Quot monstra interfecit ?
Septem monstra interfecit.
5 Selon les auteurs, la liste des travaux varie.
Recherchez ces listes.
La liste canonique des douze travaux est fixée à
l’époque hellénistique, se référant à la liste des travaux représentés sur les douze métopes sculptés
du temple de Zeus à Olympie, datée de la première
moitié du Ve siècle av. J.-C.
Cependant on trouve des variantes chez Diodore
de Sicile, Pseudo-Apollodore, Hésiode ou encore
Pisandre.
6 Héraclès, en grec ancien ῾Ηρακλῆς [Hêraklễs],
signifie Gloire d’Héra.
Comment expliquer un tel nom ?
Le héros a acquis sa renommée en accomplissant
ses douze travaux ordonnés par la déesse.
Une autre version explique qu’il aurait changé de
nom après avoir tué son épouse Mégara, afin d’expier sa faute en célébrant la déesse Héra.
7 ORAL Imaginez la mise en scène d’un
des travaux de votre choix.
À quelles difficultés êtes-vous confronté ?
Comment les surmonter pour assurer
la représentation sur scène ?
La difficulté première reposerait sur une mise en
scène littérale (le nombre des oiseaux du lac Stymphale, la présence d’un lion ou d’un taureau, etc.).
Il faudrait passer par une mise en scène métaphorique ou imaginaire (des oiseaux en papier
suspendus ou en ombres chinoises, le rugissement
d’un lion…).
TEXTE 11
Thésée, vainqueur
du Minotaure
Catulle, Poésies
 Livre de l’élève p. 74
Aide à la traduction
1 Traduisez d’abord les passages en gras.
On raconte en effet que jadis, forcée par une peste
cruelle à expier le meurtre d’Androgéon, la ville de
Cécrops eut coutume de donner l’élite de ses jeunes
hommes et, avec eux, la fleur de ses vierges en pâture
au Minotaure.
Voyant son étroite enceinte désolée par ces maux,
Thésée décida de se sacrifier lui-même pour sa chère
Athènes plutôt que de laisser la ville de Cécrops
envoyer en Crète ces convois de morts non morts
et ainsi, monté sur son léger navire, que poussait
une douce brise, il arriva chez le fier Minos, dans sa
demeure superbe. Il attira sur lui les regards avides de
la vierge royale, que son chaste petit lit, dégageant des
odeurs suaves, voyait grandir sous les tendres embrassements de sa mère, tels les myrtes qui puisent la vie
dans les eaux de l’Eurotas, ou les fleurs aux mille couleurs que fait éclore la brise printanière. Elle n’avait
pas encore détaché de lui ses regards ardents que déjà
la flamme l’avait pénétrée tout entière et que toutes les
moelles de son corps en étaient embrasées jusqu’au
fond. O toi qui hélas ! d’un cœur sans douceur agites
tes fureurs pour le malheur des hommes, divin enfant,
qui mêles à leurs joies tant de peines, et toi, déesse qui
règnes sur Golges et sur l’ombreuse Idalie, de quelles
tempêtes vous avez agité le cœur enflammé de cette
vierge, quand l’étranger à la blonde chevelure lui arrachait tant de soupirs ! Que de craintes ont accablé
son âme languissante ! Que de fois elle est devenue
plus pâle que l’or aux brillants reflets, lorsque, brûlant de combattre le monstre farouche, Thésée allait
chercher la mort ou une glorieuse victoire.
Pourtant ce ne fut pas en vain ni à des dieux hostiles
qu’elle promit ses offrandes et que, les lèvres closes, elle
adressa ses vœux. Comme, au sommet du Taurus, un
chêne agitant ses bras, ou un pin aux fruits coniques
et à l’écorce suante, tordus par le souffle indomptable
d’un ouragan, sont jetés à terre (l’arbre arraché avec ses
racines tombe bien loin, la tête en avant, brisant aux
alentours tous les obstacles) ; ainsi, dompté, le corps
du monstre farouche fut abattu par Thésée, tandis qu’il
frappait vainement de ses cornes les vents impalpables.
Puis, sain et sauf, couvert de gloire, le héros revint en
arrière, dirigeant ses pas errants à l’aide d’un fil léger,
qui lui permit de sortir des détours du labyrinthe sans
s’égarer d’une erreur invisible.
Traduction de G. Lafaye, 64, 76-116, © Les Belles
Lettres (2018).
Approfondissement
2 Quelle partie du texte le tableau illustre-t-il ?
Quels éléments du mythe retrouvez-vous ?
Le tableau illustre le vers 11, qui montre Ariane
amoureuse de Thésée, puis les vers 19 à 28 qui
38
3 En quoi Thésée réunit-il les caractéristiques
du héros mythologique ?
Thésée se sacrifie pour Athènes : il fait preuve de
courage. Il ne se laisse pas non plus détourner de
son objectif par l’amour qu’il rencontre sitôt son
arrivée au palais de Minos. Il ne recule pas face au
combat mais au contraire se montre déterminé. Le
lieu du labyrinthe semble tout aussi mystérieux
et inquiétant que la créature qu’il abrite : le Minotaure. Pour autant, Thésée en réchappe, vainqueur,
et grâce à cette victoire sur une créature fantastique
terrifiante, il va acquérir le statut de héros.
4 ÉCRITURE Racontez dans un récit épique d’une
vingtaine de lignes le combat entre Thésée et
le Minotaure.
seul la Grèce a redouté : si, vaincu ni par ses prières
ni par le spectacle, tu n’es ému ni par les larmes d’un
malheureux ni par une illustre famille, aie pitié d’un
père affligé : que Pelée émeuve ton cœur en faveur
de Priam, Pyrrhus en faveur de mon corps. » Telles
furent les paroles du fils de Priam auxquelles le dur
Achille répliqua : « Pourquoi cherches-tu à infléchir
mon cœur par tes supplications ? Toi que, mis en
pièce à la façon des bêtes sauvages, je pourrais, si
la nature me le permettait, anéantir par mes coups.
Mais ce sont les sombres bêtes sauvages et tous les
oiseaux qui te mettront en pièce, et tes entrailles nourriront les chiens affamés. Les mânes de Patrocle te
raviront ces satisfactions, si les ombres sont sages. »
Pendant que le grand Achille jette de telles paroles
par sa bouche farouche, le malheureux Hector rendit la vie. Achille n’ayant pas encore assouvi son
cœur attache celui-ci à son char et, en vainqueur,
traîne par les pieds, trois fois autour des murs, ces
membres baignés de sang. La réussite du maître excite
davantage jusqu’aux chevaux. Alors l’immense héros
présente aux Grecs le corps souillé par la poussière.
Les Grecs se réjouissent, les Troyens se lamentent
sur leurs blessures et de la même manière pleurent
la prise des murs et les funérailles.
Approfondissement
TEXTES 12
Achille et Hector :
héros de l’Iliade
 Livre de l’élève p. 76-77
1 Baebius Italicus, Ilias latina
Erratum La note 5 a été déplacée après « miserere »
(l. 8).
Aide à la traduction
1 Repérez les mots latins que vous connaissez.
2 Repérez les mots qui ressemblent au français.
3 Repérez les noms propres et recherchez le rôle
des différents personnages dans l’Iliade.
• Achille, héros grec dont la colère déclenchée par
Agamemnon qui lui vole Briséis, est le sujet de
l’Iliade.
• Hector, prince de Troie. Il a tué Patrocle, l’ami
d’Achille.
• Priam, roi de Troie et père d’Hector.
• Pelée, père d’Achille.
• Pyrrhus, fils d’Achille.
4 À l’aide des notes, traduisez le texte.
Alors, ses forces l’ayant abandonné, le malheureux
Hector dit ainsi : « Eh bien ! Accepte de rendre mes
membres à mes pauvres parents, que mon malheureux
père achètera avec beaucoup d’or. Vainqueur, tu leur
offriras comme présents. À présent le fils de Priam
t’implore, Priam t’implore, le chef des chefs, que lui
5 Comment Baebius Italicus rend-il compte
de la violence de la scène ?
Il y a opposition entre Achille et Hector.
Hector est en position de faiblesse (amissis viribus,
v. 1) et se retrouve comme un suppliant : Priami
nunc filius orat (v. 4). Il est qualifié de infelix et
miserabilis contrairement à Achille qui est durus,
victor, magnus, nondum satiatus et maximus
heros.
La violence est surtout réservée à Achille dont
les propos sont violents (talia ore truci jactat).
La métonymie souligne qu’il est complètement
imprégné de cette violence et qu’il lui en faut toujours plus (nondum satiatus). Dès lors, elle devient
physique, avec l’idée d’attacher le corps au char pour
le traîner autour des murailles de la ville (pedibus
exsanguia membra circum muros victor trahit),
renforcée par ter en début de vers, témoin que la
violence nécessite plusieurs tours pour être évacuée. Elle se diffuse jusqu’aux chevaux (altius ipsos
fert domini successus equos) comme le souligne
l’emploi du réfléchi ipsos.
Achille souhaite refuser toute sépulture à Hector et
laisser son corps dévoré par les animaux sauvages
(avidos canes tua viscera pascent). Il condamne
donc l’âme d’Hector à ne jamais être en paix, même
après la mort. Seule la profanation de son corps
permettra à Achille de revenir à la raison.
6 En quoi les personnages sont-ils héroïques ?
Achille apparaît comme le vainqueur. Il reste insensible aux plaintes d’Hector (durus Achilles). Il va
jusqu’au bout de son combat, sans jamais hésiter.
39
L’Homme et le divin
évoquent les inquiétudes d’Ariane (furores, fluctibus jactastis mente) avant que Thésée ne pénètre
dans le labyrinthe. On l’observe qui le retient tandis
que lui semble avancer d’un pas décidé : cupiens
contra contendere monstrum. Notons également
la pelote de fil qu’il tient dans sa main droite pour
se repérer dans le labyrinthe et dont il est fait mention au vers 36 : tenui filo.
Hector meurt dignement. Ses lamentations ne
sont pas pour lui mais pour ses proches dont il a
le souci : afflicti miserere patris. Même s’il perd le
combat, il meurt avec honneur en dépit de la profanation de son corps par Achille.
2 Homère, Iliade
Autour du texte
1 En quoi le texte de Baebius Italicus est-il
une réécriture de l’Iliade ?
Le texte de Baebius Italicus est bien une réécriture du texte d’Homère car il reprend les enjeux du
dernier échange entre Achille et Hector, avant que
ce dernier ne meure. On retrouve point par point
la demande d’Hector d’accepter l’or de Priam en
échange de son corps (pater infelix multo mercabitur auro, accepte l’or et l’airain que te donneront
mon père et ma mère), le refus violent d’Achille qui
souhaite le voir mangé par les chiens errants et les
oiseaux (cunctae volucres diripient, avidosque
canes, les chiens et les oiseaux te déchireront tout
entier), l’outrage du corps d’Hector dont il transperce les chevilles pour le traîner autour de la
ville (le Priamide Hector était ainsi traîné dans un
tourbillon de poussière, foedatum pulvere corpus).
On retrouve même une identique ardeur chez les
chevaux à traîner le corps (altius ipsos fert domini
successus equos, il fouetta les chevaux, qui s’élancèrent avec ardeur).
2 Comparez les deux textes. Quelles raisons, selon
vous, ont pu pousser Baebius Italicus à réécrire
le texte d’Homère ?
Le texte de Homère, bien qu’antérieur, est plus
riche que celui de Baebius Italicus. Sans doute l’auteur latin, sans pour autant que son œuvre se limite
à un simple résumé, a-t-il tenté de l’adapter pour
des écoliers romains ; on peut également supposer
que c’était une façon de faire découvrir l’Iliade à
des Romains ne lisant pas le grec. Cette œuvre a
d’ailleurs été l’une des sources du Moyen Âge pour
connaître la guerre de Troie, à une époque où la
connaissance du grec était devenue rare.
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
 Livre de l’élève p. 78-79
La mythologie gréco-latine
PORTFOLIO Cherchez le tableau Jupiter et Sémélé
du peintre symboliste Gustave Moreau
(1826-1898). Comparez les deux œuvres en
tenant compte du contexte culturel et artistique
de chaque époque.
Dans les deux œuvres, c’est Jupiter en majesté qui
est représenté, montrant ainsi son pouvoir et sa
force. La statue d’époque classique présente le dieu
de façon très droite tout en le mettant en mouvement (s’apprête-t-il à jeter un éclair ?).
Le Jupiter de Moreau trouve sa puissance dans une
posture dominatrice, assis sur son trône et Sémélé
allongée à ses pieds, après avoir été frappée par
la magnificence du dieu. Son tableau s’appuie
davantage sur des symboles, qui lui donnent une
dimension onirique.
PORTFOLIO Consultez le tableau de Botticelli
intitulé La Naissance de Vénus ( p. 87) et
comparez l’œuvre de la Renaissance italienne
avec la fresque pompéienne.
Les deux œuvres présentent le même événement.
La déesse est au centre de chaque tableau, au cœur
d’un coquillage. Tandis que dans le tableau de Botticelli, la déesse cache sa nudité avec sa chevelure, la
fresque pompéienne révèle toute l’intimité du corps
de Vénus, et la présente dans une position allongée
et lascive, quand celle de Botticelli est debout.
Dans la fresque pompéienne, Vénus est accompagnée d’angelots symbolisant l’amour tandis que les
vents accueillent la déesse de Botticelli. Enfin, dans
les deux œuvres, c’est la couleur bleue qui domine,
rappelant ainsi l’élément aquatique d’où elle est
issue.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 80-81
Le héros de roman
1 Que signifie Nemo en latin ?
Comment interprétez-vous ce nom ?
Nemo signifie personne ; ce nom renvoie au désir
d’anonymat du capitaine du Nautilus.
2 À quel héros grec le Capitaine Nemo fait-il
penser ? Pourquoi ?
Le Capitaine Nemo fait penser à Ulysse qui, comme
lui, sillonne les mers et doit affronter différents
monstres (la pieuvre géante pour Nemo, Charybde
et Scylla pour Ulysse). En outre, le Capitaine se fait
appeler Nemo, c’est-à-dire « personne », pseudonyme choisi par Ulysse face au cyclope.
40
lettre révèle-t-elle ?
La lettre d’Arsène Lupin révèle une certaine assurance, car il ne laisse aucune place au doute pour la
réussite de son entreprise : « Pour cette fois, je me
contenterai de ces objets. » Il fait également preuve
d’ironie et d’intelligence : « Veuillez excuser le petit
dérangement. » Il anticipe le déroulement des événements : « faute de quoi... ». C’est également un
amateur d’art, capable de reconnaître les objets
d’art et leur valeur (cf. §1).
Sûr de lui, cultivé, intelligent et drôle, telles sont les
qualités d’Arsène Lupin révélées dans sa lettre.
4 En quoi le Capitaine Nemo et Arsène Lupin
apparaissent-ils comme des héros ? Est-ce pour
les mêmes raisons ? Justifiez votre réponse.
• Le Capitaine Nemo apparaît comme un héros,
d’abord grâce à son sens de l’honneur. Il se bat pour
la justice et est aimé de tous : « le héros […] lutta
ouvertement. Sa tête fut mise à prix, et, s’il ne se
rencontra pas un traître pour la livrer, son père, sa
mère, sa femme, ses enfants payèrent pour lui ». Il
ne recherche pas la gloire personnelle mais emploie
sa richesse « anonymement, en faveur des peuples
qui se battaient pour l’indépendance de leur pays ».
Il a un sens des valeurs qui dépasse ses intérêts
personnels. En outre, c’est un homme aux qualités
intellectuelles exceptionnelles : « un bateau sousmarin fut construit sur ses plans » et il maîtrise des
connaissances que l’Humanité ignore alors, telles
que « l’électricité dont, par des moyens qui seront
connus un jour, il avait su utiliser l’incommensurable force mécanique ».
Enfin, il apparaît comme un héros grâce au caractère extraordinaire des aventures qui s’annoncent
sous la mer : un homme anonyme, un sous-marin
et le mystère de l’océan : « Il nomma son appareil sous-marin le Nautilus, il s’appela le Capitaine
Nemo, et il disparut sous les mers. »
• Arsène Lupin apparaît comme un héros par
l’impression de puissance et d’invincibilité qu’il
dégage. En effet, il annonce le vol qu’il va commettre et ses modalités, sans même douter
d’échouer ; en ce sens il apparaît comme un
surhomme : « je ferai procéder moi-même à leur
déménagement dans la nuit du mercredi 27 au
jeudi 28 septembre ».
Il semble capable de réaliser des choses impossibles (« Qui l’avait renseigné sur ces choses que
nul n’avait vues ? ») et apparaît comme le seul
être capable d’exploits que le commun des mortels
n’est en mesure de réaliser :
« Personne au monde ne pouvait pénétrer
jusqu’au sanctuaire inviolable de ses collections.
Personne, soit, mais Arsène Lupin ? »
5 PORTFOLIO Quelles caractéristiques communes
faisant de ces deux personnages des héros
pouvez-vous trouver avec les héros
de la mythologie ?
Qu’il s’agisse d’Arsène Lupin ou du Capitaine Nemo,
comme des héros de la mythologie, on sort du
cadre de la réalité pour entrer dans l’aventure. La
notion d’extraordinaire, au sens étymologique, se
dégage de chacun de ces personnages, comme des
héros grecs (Achille, Héraclès, Thésée ) accomplissant leurs exploits.
41
L’Homme et le divin
3 Quels traits de caractère d’Arsène Lupin sa
2
L’Homme et le divin
SÉQUENCE
Objectif
 D’un monde à l’autre
 Livre de l’élève p. 82
Cette séquence présente les liens et les échanges entre le monde divin
et le monde des humains. On y découvre que les dieux n’apparaissent jamais
aux mortels sous leur apparence originale, mais sous une autre qui ne permet pas
de les reconnaître immédiatement.
Dans la deuxième partie, les élèves suivent Énée descendant aux Enfers :
un héros qui se rend dans le monde des dieux.
Un objectif possible est de travailler le chant VI de l’Énéide comme une œuvre
intégrale, en suivant les différentes étapes du voyage, et aussi d’autres chants
en français.
Que savez-vous déjà ?
• Quels personnages de la mythologie célèbres pour leur métamorphose
connaissez-vous ?
Le personnage qui se livre le plus aux métamorphoses est Jupiter/Zeus :
en Diane/Artémis pour approcher Callisto, en cygne pour approcher Léda,
en serpent pour approcher Proserpine/Perséphone, en coucou pour courtiser
Junon/Héra, en pluie d’or pour conquérir Danaé, en taureau pour enlever Europe,
en aigle pour enlever Ganymède ou en Amphitryon pour séduire Alcmène.
On donnera aussi l’exemple des personnages métamorphosés par les dieux :
Narcisse en fleur, Cyparissus en cyprès, Daphné en laurier ou Niobé en rocher.
• Qu’appelle-t-on les Enfers dans l’Antiquité ? Toutes les âmes y vont-elles ?
Y trouve-t-on d’autres êtres ?
Dans l’Antiquité, les Enfers sont un monde souterrain gouverné par le dieu
Pluton/Hadès, où vont les âmes après la mort.
À l’entrée se trouve le chien à trois têtes, Cerbère, qui empêche les âmes
de ressortir après qu’elles ont franchi l’Achéron sur la barque de Charon.
On y trouve des êtres monstrueux : le passeur Charon, le chien à trois têtes
Cerbère, les juges Minos, Eaque et Rhadamanthe ; mais aussi des personnages
subissant des châtiments éternels pour avoir défié l’autorité des dieux :
Prométhée, Sisyphe et Tantale par exemple.
42
TEXTES 1
la métamorphose de Jupiter
en mortel
 Livre de l’élève p. 84-85
1 Hygin, Fables
Aide à la traduction
1 Mettez dans l’ordre la traduction et précisez
quels termes latins justifient votre choix.
5 • Amphitryon, Oeachaliam
8 • in thalamos, venisset
7 • unum diem
9 • duas noctes, tam longam noctem
3 • nuntiaretur, victorem
1 • Amphitryon, intrasset
6 • se advenientem
2 • Alcimena respondit
10 • Amphitryon, fuisse pro se
4 • ex Jove, Herculem
2 Repérez les mots de liaison dans le texte latin.
Quelle est leur valeur respective ? Comment
sont-ils traduits ?
qui (l. 2), qui (l. 4), qui (l. 8), cui (l. 10), quae (l. 12),
quae (l. 14)
Ce sont des relatifs de liaison. Ils sont traduits en
français par de simples pronoms personnels.
3 Les verbes soulignés sont au subjonctif car
ils sont introduits par ut ou cum.
Quelle est la valeur de chacun de ces emplois ?
Comment les traduisez-vous ?
cum abesset (l. 1) : alors qu’il était parti (valeur
temporelle)
cum venisset (l. 3) : alors qu’il était venu (valeur
temporelle)
tam ut usurparet (l. 5) : tellement… qu’il y consacra
(valeur consécutive)
ita ut ammiraretur (l. 6) : au point qu’elle s’étonna
(valeur consécutive)
4 Retrouvez en latin les expressions surlignées
dans la traduction.
1 • Comme Amphitryon, une fois entré dans le palais,
la voyait :
cum Amphitryon in regiam intrasset et eam
videret
10 • Quand elle lui eut donné toutes les preuves :
cum signa omnia diceret
5 • parti mettre le siège devant Oechalie :
cum abesset ad expugnandam Oechaliam
8 • Comme celui-ci, venu dans sa chambre, lui racontait :
Qui cum in thalamos venisset et ei referret
7 • Il eut tellement de plaisir […] qu’il :
Qui tam libens […] ut
3 • Comme on lui annonçait :
cum nuntiaretur
5 En vous appuyant sur la traduction, établissez
les notes de vocabulaire qui vous seraient
nécessaires pour traduire le texte latin.
absum, es, esse, afui : être absent
expugno, as, are : vaincre
Oechalia, ae, f : 0echalie (ville de l’Eubée ; de Messénie)
conjux, iugis, m ou f : épouse, époux
thalamus, i, m : chambre, lit
recipio, is, ere, cepi, ceptum : recevoir ;
se recipere : se retirer
refero, fers, ferre, tuli, latum : reporter ;
porter en retour, rapporter
gero, is, ere, gessi, gestum : exécuter, faire
concumbo, is, ere, cubui, cubitum :
se coucher, coucher avec
libens, entis : avec plaisir
dies, ei, m et f : jour
nox, noctis, f : nuit
congemino, as, are : redoubler, se doubler
postea, adv. : ensuite
nuntio, a, are : annoncer
victor, oris, m : vainqueur
regia, ae, f : palais royal
intro, as, are : entrer
neglegens, entis : indifférent
securus, a, um : calme
miror, aris, ari : s’étonner, être surpris ;
voir avec étonnement, admirer
coepio, is, ere, coepi, coeptum : commencer
advenio, is, ire, veni, ventum : arriver
excipio, is, re, cepi, ceptum : retirer de, excepter, stipuler expressément ; accueillir, recevoir (une nouvelle)
pridem, adv. : depuis longtemps
gero, is, ere, gessi, gestum : porter ; exécuter, faire
signum, i, n : preuve
sentio, is, ire, sensi, sensum : s’apercevoir
numen, inis, n : puissance divine
pro, prép. + abl. : devant, pour, à la place de,
en considération de
comprimo, is, ere, pressi, pressum : presser, tenir
enfermé, arrêter, retenir, contenir, intimider
pario, is, ere, peperi, partum : accoucher, produire,
acquérir
Approfondissement
6 Qu’est-ce qu’un amphitryon aujourd’hui ?
Comment ce nom est-il connoté ?
Un amphitryon est une personne chez laquelle on
dîne ou aux frais de laquelle dînent les convives.
Cette antonomase est connotée de façon positive
car elle souligne la générosité de l’hôte.
7 PORTFOLIO En quoi la pièce Amphitryon de Molière
(1668) et celle de Jean Giraudoux, Amphitryon 38
(1929), renouvellent-elles le mythe antique ?
Il existe plus de quatre-vingt réécritures du mythe
d’Amphitryon.
43
L’Homme et le divin
Métamorphoses
et apothéoses
La première version d’Amphitryon est attribuée
à Plaute, en 187 av. J-C, qui centre l’intrigue sur le
mariage d’Alcmène et Amphitryon.
L’Amphitryon de Molière est une comédie en trois
actes et en vers, représentée pour la première
fois au théâtre du Palais-Royal le 13 janvier 1668.
Adaptée de l’Amphitryon de Plaute, cette pièce
explore le thème de l’illusion en mettant en scène
Jupiter qui se déguise pour séduire Alcmène, tandis
que Mercure se déguise en Sosie pour protéger les
amours de son père.
Amphitryon 38 est une pièce de théâtre en trois
actes de Jean Giraudoux, représentée pour la
première fois le 8 novembre 1929. Giraudoux prétendait fournir la 38e et dernière version du mythe
d’Amphitryon, d’où le titre de la pièce.
C’est une version à la fois moderne et comique
(elle est d’ailleurs sous-titrée « comédie ») dans
laquelle un vocabulaire fin et soutenu est mêlé au
vocabulaire courant et actuel. Cette pièce est une
tragi-comédie où se mêlent des dieux, des héros,
des scènes mythologiques, mais aussi des esclaves
dans des situations parfois cocasses.
2 Plaute, Amphitryon
Autour du texte
1 Quelle vision du dieu Plaute donne-t-il à voir ?
Plaute donne à voir l’image d’un Jupiter soucieux de la probité d’Alcmène et pas seulement
tourné vers son propre plaisir. Il cherche à lui ôter
toute culpabilité de la tromperie qu’il a mise en
œuvre à son insu et que l’oracle a révélée au véritable Amphitryon, sans qu’elle puisse comprendre
de quoi il s’agissait.
2 En quoi cette scène relève-t-elle de la comédie ?
Le procédé du quiproquo relève de la comédie,
renforcé par les apartés de Jupiter qui rendent le
public complice dans la mesure où il en sait plus
qu’Alcmène sur les circonstances de la situation.
3 Qu’est-ce qui distingue cette scène de celle
d’Hygin ?
Dans cette scène, Jupiter se montre plus clément
et plus humain car il a le souci des conséquences
de son acte, ce qui n’est pas le cas dans la fable
d’Hygin.
TEXTE 2
La métamorphose de Vénus
en jeune fille
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 86
Erratum La traduction du v. 10, Auquel sa mère se présenta, a été augmentée de au milieu de la forêt.
44
Aide à la traduction
1 Retrouvez les groupes de mots latins
correspondant à la traduction mot à mot.
Mais le pieux Énée, : At pius Æneas,
roulant dans son esprit plusieurs desseins, :
plurima volvens,
pendant la nuit, résout, : per noctem
aussitôt que la lumière bienfaisante a paru, :
Ut primum lux alma data est,
de sortir et d’explorer ces nouveaux lieux, :
exire locosque Explorare novos ;
de chercher quels bords il a abordés par le vent, :
quas vento accesserit oras,
quels habitants les occupent, : Qui teneant
si ce sont des hommes, ou des bêtes-sauvages :
hominesne, feræne,
(car il voit ces lieux incultes), : (nam inculta videt)
et de rapporter à ses compagnons : sociisque exacta
referre.
les choses par lui découvertes. : Quærere constituit
Il cache dans un enfoncement des bois, :
Occulit in convexo nemorum,
sous une roche creusée, : sub rupe cavata,
sa flotte close à l’entour par des arbres :
Classem Arboribus clausam circum
et par des ombres épaisses. : atque horrentibus
umbris
Lui-même, accompagné du seul Achate, :
Ipse uno comitatus Achate,
marche brandissant dans sa main : graditur manu
crispans
deux javelots au fer large. : Bina lato hastilia ferro.
Auquel sa mère se présenta : Cui mater sese tulit
obvia
au milieu de la forêt : media silva,
ayant le visage et l’extérieur d’une vierge : Virginis os
habitumque gerens
et les armes d’une vierge Spartiate ; : et virginis arma
Spartanæ ;
ou telle que Harpalyce de Thrace fatigue ses chevaux :
vel qualis equos Threissa fatigat Harpalyce
et devance par sa fuite l’Eurus au vol rapide. :
volucremque fuga prævertitur Eurum.
Car en chasseuse elle avait suspendu à ses épaules :
Namque humeris de more suspenderat Venatrix
selon la coutume, un arc qui lui allait bien, :
habilem arcum
et elle avait abandonné aux vents : dederatque ventis,
sa chevelure à disperser, : comam diffundere
nue jusqu’au genou, : Nuda genu,
et rassemblée par un nœud : nodoque collecta
quant aux plis ondoyants de sa robe. : sinus fluentes.
Et la première les abordant : Ac prior :
« Hé ! jeunes guerriers, dit-elle, :
« Heus » inquit, « juvenes,
si vous avez vu par hasard ici : Vidistis si hic forte
quelqu’une de mes sœurs : quam sororum
errante, ceinte d’un carquois : errantem Succinctam
pharetra
2 Proposez une traduction plus littéraire
de cet extrait.
Cependant le pieux Énée s’agitait dans les inquiétudes d’une nuit sans sommeil. Dès que reparut la
douce lumière du jour, il résolut d’aller lui-même
reconnaître ces contrées nouvelles : il veut savoir
sur quel rivage les vents l’ont poussé, si ces déserts
sont habités par des hommes ou abandonnés aux
bêtes sauvages, et raconter ses découvertes à ses
compagnons. (1, 310) Il laisse sa flotte à l’ancre dans
l’enfoncement des bois, à l’abri d’une roche spacieuse, que les arbres enveloppent de tous côtés de
leurs noirs ombrages. Il s’avance, accompagné du
seul Achate, et brandissant deux javelots armés d’un
large fer. Voici qu’au milieu de la forêt sa mère se
présente à lui : son air, sa démarche, ses armes, tout
en elle est d’une vierge de Sparte ; on dirait encore
Harpalyce de Thrace fatiguant ses coursiers effrénés,
et devançant dans sa fuite le rapide Eurus. La déesse
avait suspendu à ses épaules l’arc léger des forêts ; ses
cheveux abandonnés s’épanchaient au gré des vents ;
(1, 320) nue jusqu’aux genoux, elle avait rassemblé par
un nœud les plis de sa tunique flottante. La première
elle élève la voix : « Holà, jeunes guerriers ! dit-elle ;
n’avez-vous point par hasard aperçu quelqu’une de
mes compagnes errante en ces lieux, couverte de la
peau tachetée d’un lynx, et portant un carquois, ou
pressant de ses cris la fuite d’un sanglier écumant ? »
Traduction de M. Nisard, I, v. 306-324, © Les Belles
Lettres (1868).
Approfondissement
qui, quelle que soit son apparence, transcende ses
métamorphoses pour toujours laisser apparaître
cette qualité.
TEXTE 3
La métamorphose de Minerve
en jeune homme
Homère, Odyssée
 Livre de l’élève p. 87
Autour du texte
1 En quoi la situation d’Énée (texte 2) et celle
d’Ulysse sont-elles comparables ?
Les deux héros sont face à une déesse qui vient à
leur rencontre métamorphosée en mortelle. Chacune intervient pour apporter son aide au héros
ainsi qu’un regard clairvoyant sur sa situation (Énée
devant se résoudre à quitter Carthage, Ulysse qui
ne reconnaît pas son île).
2 À partir de ces deux récits, dites quel est,
selon vous, l’intérêt de la métamorphose
d’un dieu en mortel.
La métamorphose permet aux dieux d’intervenir
dans le monde des hommes à leur insu de manière
à influencer leurs choix sans pour autant remettre
en cause leur libre-arbitre. Cette situation permet à
l’homme de s’interroger sur lui-même et le monde
qui l’entoure avec l’aide du dieu déguisé qui amorce
sa réflexion mais ne l’influence pas. Cette apparence humaine permet d’entamer un dialogue entre
l’homme et le dieu.
Mais les dieux ont aussi leurs propres motivations
qui bornent leur bienveillance à l’égard des hommes
et font qu’ils se contentent parfois, au lieu d’un
conseil, de ne leur prodiguer qu’un avertissement.
3 PORTFOLIO Botticelli s’est inspiré, dans ce tableau,
d’une fresque antique ( p. 79). Le réalisateur
du film Meurs un autre jour a écrit à son tour
une scène inspirée du tableau de Botticelli.
Étudiez l’évolution de la représentation de Vénus.
L’aspect de Vénus que l’on retrouve dans le texte
de Virgile, comme dans le tableau de Botticelli ou
le film de Lee Tamahori, c’est sa féminité. Dans le
tableau et dans le texte, Vénus est représentée avec
une chevelure abondante tandis que dans le film
elle a les cheveux courts.
On va également retrouver la vénus chasseresse du
texte dans le film, grâce au couteau qu’elle possède
accroché à sa ceinture, arme équivalente à son arc
dans le texte.
C’est une Vénus plus pacifique et très érotisée que
l’on retrouve dans le tableau de Botticelli, érotisme
commun avec la James Bond girl qui, telle Vénus
sortant des eaux, émerge dans un maillot de bain
valorisant sa féminité.
Enfin, le choix d’une Vénus noire dans le film souligne l’universalité de la beauté de cette déesse
TEXTE 4
La métamorphose de Glaucus
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 88
Mes prisonniers eurent à peine touché la prairie
qu’ils se mirent à s’agiter, à se retourner d’un flanc
sur l’autre et à se frayer un chemin sur la terre
comme ils l’eussent fait dans l’eau ; tandis que je
m’attarde devant cet étrange spectacle, toute la
bande s’enfuit dans son élément, laissant là son
nouveau maître et le rivage. Immobile de surprise,
je reste longtemps en suspens, je me demande si
c’est un dieu ou bien le suc des herbes qui est la
cause de ce prodige. « Mais quelle est l’herbe, me
dis-je, qui pourrait avoir une telle vertu ? » J’en
cueille quelques brins et j’y porte la dent. À peine
leurs sucs inconnus ont-ils pénétré dans ma gorge
que je sens tout à coup mon cœur bondir dans ma
poitrine et céder à l’attrait d’un autre élément. Je
ne puis y résister longtemps : « O terre, m’écrié-je,
45
L’Homme et le divin
et de la peau d’un lynx tacheté, : et maculosæ tegmine lyncis,
ou pressant avec un cri : Aut clamore prementem
la course d’un sanglier écumant, indiquez-la moi.» :
spumantis apri cursum, monstrate, mearum
jamais plus je ne reviendrai vers toi ; adieu ! » Et
je me précipite sous les eaux. Les dieux de la mer,
m’ayant accueilli, daignent m’associer à leur pouvoir ; ils prient l’Océan et Téthys de faire disparaître
ce qu’il y avait en moi de mortel ; ceux-ci me purifient, ils prononcent neuf fois une formule sacrée
qui me débarrasse de toute souillure et m’ordonnent
de plonger mon corps dans une centaine de fleuves.
Aussitôt des fleuves des pays les plus divers roulent
la masse de leurs eaux au-dessus de ma tête. Voilà,
dans mon aventure tout ce que je puis te raconter
de mémorable ; là s’arrêtent mes souvenirs ; j’avais
perdu l’usage de mes sens. Quand je revins à moi,
je me retrouvai avec un corps et un esprit entièrement différents de ce qu’ils étaient naguère. Alors
pour la première fois je me vis cette barbe, dont la
couleur verdâtre rappelle la rouille du cuivre, cette
chevelure qui balaie l’étendue des flots, ces épaules
énormes, ces bras azurés, ces cuisses qui se terminent
par une queue recourbée comme en ont les poissons porte-nageoires. Mais à quoi bon cette forme
nouvelle ? À quoi bon la faveur que m’ont faite les
dieux de la mer ? Que me sert d’être un dieu moimême, si tu n’en as nul souci ?
Traduction de G. Lafaye, XIII, v. 936-966,
© Les Belles Lettres (2018).
Aide à la traduction
1 Picturam vide : qui adsunt ?
Cupido, Glaucus Scyllaque adsunt.
2 Associez ces expressions du texte aux éléments
du tableau.
• viridem ferrugine barbam • Caesariem que
meam • ingentesque umeros • caerula bracchia
• cruraque pinnigero curvata novissima pisce
3 Quels sont les sujets de juvat (v.30) ?
Aidez-vous du code couleur.
Le sujet de juvat est esse deum ; juvat est en facteur commun pour haec species et dis placuisse
marinis.
4 Identifiez temps et personnes des verbes souli-
gnés avant de les traduire.
Miror : présent de l’indicatif, 1re pers. sg (déponent) :
j’admire
Obstipui : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg :
je me suis paralysé
Dubito : présent de l’indicatif, 1re pers. sg : je doute
Requiro : présent de l’indicatif, 1re pers. sg :
je recherche
Inquam : présent de l’indicatif, 1re pers. sg : dis-je
Decerpsi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai cueilli
Momordi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg :
j’ai mordu
Sensi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai senti
potui : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai pu
dixi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai dit
Mersi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai plongé
46
lustror : présent de l’indicatif, 1re pers. sg (déponent) : je me purifie
jubeor : présent de l’indicatif, 1re pers. sg (déponent) : je suis ordonné (on m’ordonne)
possum : présent de l’indicatif, 1re pers. sg : je peux
memini : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg à valeur
de présent : je me souviens
recepi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai reçu
verro : présent de l’indicatif, 1re pers. sg : je balaye
vidi : parfait de l’indicatif, 1re pers. sg : j’ai vu
5 Ut peut exprimer une comparaison (v. 2)
ou le but (v. 15) : comment le traduisez-vous
dans chaque cas ?
v. 2 : ut in aequore niti : comme s’ils nageaient dans
la mer
v. 15 : Utque mihi quaecumque feram mortalia,
demant : afin qu’ils m’enlèvent tout ce que je porte
de mortel
6 Observez les parallélismes en gras (v. 6 et
v. 29-30) ; quels mots sont répétés et quel mot
ne l’est pas ? Comment traduisez-vous ces vers ?
Au vers 6, num est répété deux fois tandis que
fecerit et hoc sont en facteur commun.
Est-ce un dieu, est-ce le suc de cette herbe qui a fait
cela ?
Aux vers 29-30, quid est répété trois fois, tandis
que juvat est en facteur commun.
Cependant en quoi cet aspect, en quoi d’avoir plu aux
dieux de la mer, en quoi d’être un dieu m’aide-t-il ?
7 Comment traduisez-vous les ablatifs absolus ?
v. 1 : gramine contacto : l’herbe ayant été touchée
(au contact de l’herbe)
v. 17 : purgante carmine dicto : un chant purifiant
ayant été dit (me purifiant par une formule)
Erratum Au vers 8 du texte d’Ovide, decerpta, qui n’est
pas un ablatif absolu, est en noir et non en orange.
Approfondissement
8 De votre point de vue, la métamorphose est-elle
esthétiquement avantageuse ou désavantageuse
pour Glaucus ? Justifiez.
Cette transformation apparaît comme esthétiquement avantageuse car chaque partie transformée
du corps de Glaucus est qualifiée très positivement (v. 25-28) : viridem ferrugine barbam
caesariemque, quam longa per aequora verro,
ingentes umeros, caerula bracchia, crura curvata novissima pisce.
9 Recherchez la fin de cette histoire :
Glaucus parvient-il à séduire Scylla ?
Glaucus ayant été repoussée par Scylla, va
demander de l’aide à la magicienne Circé afin
qu’elle lui prépare un philtre d’amour. Mais Circé
tombe amoureuse de Glaucus et pour se venger de
Scylla, la transforme en un monstre à six têtes qui
dévorera les compagnons d’Ulysse.
heureuse ou malheureuse, d’un personnage
humain en divinité de votre choix.
TEXTE 5
L’apothéose de Romulus
Tite-Live, Histoire romaine
 Livre de l’élève p. 90
Aide à la traduction
1 À quelle forme grammaticale correspondent les
groupes de mots en gras ? Que remarquez-vous
dans la manière dont chacun est traduit ( p. 91) ?
Ce sont des ablatifs absolus.
His immortalibus editis operibus : après ces
immortels exploits
sedato tandem pavore : la peur ayant enfin été
calmée
initio facto : l’exemple ayant été donné
2 À l’aide des deux traductions, proposez
une traduction mot à mot.
His immortalibus editis operibus : après ces
immortels exploits
cum contionem haberet : comme il <Romulus>
avait prononcé un discours
in campo ad Caprae paludem : dans la plaine
près du marais de la chèvre
ad exercitum recensendum, : pour recenser
l’armée
subito coorta tempestas : soudain un orage ayant
éclaté
cum magno fragore : avec un grand fracas
tonitribusque : et des coups de tonnerre
regem operuit : dissimula le roi
tam denso nimbo : dans un nuage si épais
ut conspectum ejus : que son image
contioni abstulerit : fut enlevée à la foule ;
nec deinde in terris Romulus fuit. : Et Romulus
ne fut plus jamais sur terre.
Romana pubes : La jeunesse romaine,
sedato tandem pavore, : la peur ayant enfin été
calmée,
postquam ex tam turbido die : après que d’un
jour si troublé
serena et tranquilla lux rediit, : une lumière
sereine et calme revint,
ubi vacuam sedem regiam vidit, : quand elle vit
la place du roi vide,
etsi satis credebat patribus, : même si elle croyait
assez les sénateurs
qui proximi steterant, : qui s’étaient tenus proches,
sublimem raptum procella, : qu’il avait été enlevé
dans les airs par l’orage,
tamen velut orbitatis metu icta : cependant
comme frappée par la crainte de sa perte
maestum aliquamdiu silentium obtinuit. : obtint
longtemps un silence triste.
Deinde, a paucis initio facto, : Ensuite, l’exemple
ayant été donné par quelques-uns,
saluere universi Romulum jubent : tous ensemble
ils demandent de saluer Romulus
deum deo natum, : dieu né d’un dieu,
regem parentemque urbis Romanae : roi et père
de la ville romaine ;
pacem precibus exposcunt, : par des prières ils
réclament la paix
uti volens propitius : afin que bienveillant et favorable
suam semper sospitet progeniem. : il protège
toujours ses descendants.
Fuisse credo tum quoque aliquos, : je crois alors
qu’il y en eut aussi quelques-uns
qui taciti arguerent : qui tout bas dénoncèrent
discerptum regem : que le roi aurait été mis en pièce
patrum manibus : par les mains des sénateurs.
manavit enim haec quoque, fama : en effet, ce
bruit courut aussi
sed perobscura : mais très obscur.
admiratio viri et pavor praesens : l’admiration
de l’homme et la peur du moment
nobilitavit : rendirent célèbre
illam alteram : l’autre (version)
Approfondissement
3 Qu’est-ce qui explique la divinisation
de Romulus dans ce texte ?
Sa divinisation s’explique par le phénomène surnaturel de sa disparition dans un nuage pendant un
orage.
4 Quelle méthode historique Tite-Live semble-t-il
suivre ? Que pensez-vous de la dernière phrase ?
Tite-Live se fonde davantage sur les récits rapportés
par la tradition que sur d’éventuelles preuves scientifiques des événements passés, si bien qu’il admet
comme vrais des événements surnaturels. Dans
l’historiographie, l’art du récit prime sur sa vérité.
5 Qui était le dieu Quirinus ? Recherchez ses ori-
gines. Quel est le lien avec le texte de Tite-Live ?
Quirinus est un des dieux de la triade capitoline
archaïque. Hérité des Indo-Européens, il est assimilé à Romulus au moment où celui-ci disparaît
au cours d’un orage (fait que relate le texte de
Tite-Live). Son épouse, Hersilia, prend alors le nom
d’Hora Quirini, attribué par la suite à l’une des sept
collines de Rome (le Quirinal) et probablement
aussi aux citoyens (quirites).
6 À partir de l’analyse du tableau de Rubens et
du texte de Tite-Live, expliquez quel peut être
l’intérêt politique du symbole de l’apothéose.
L’apothéose accorde une légitimité au souverain
défunt, asseyant ainsi celle de sa progéniture. Cet
honneur confère à l’héritier un pouvoir supérieur.
Dans le tableau de Rubens, l’apothéose de Henri IV
fonde la légitimité de la dynastie des Bourbons et
maintient la régence jusqu’au règne de Louis XIII.
47
L’Homme et le divin
10 ÉCRITURE Racontez à votre tour la métamorphose,
Voyage aux Enfers
TEXTES 6
Sur le chemin des Enfers :
l’Érèbe
 Livre de l’élève p. 92-93
1 Virgile, Énéide
Aide à la traduction
1 Pour chaque phrase, traduisez dans l’ordre sui-
vant : noir – bleu – rose – orange – violet – vert.
Dans la nuit vide et sombre ils allaient invisibles
Par les palais déserts de Dis, règne impalpable,
Comme au jour incertain d’une lune douteuse
On chemine en forêt quand Jupiter noie d’ombre
Les cieux, quand la nuit noire a tout décoloré.
Avant la cour, dans les premiers couloirs d’Orcus,
Deuils et Remords vengeurs ont installé leurs couches,
Puis pâles Maladies, triste Vieillesse, Faim
Aux pernicieux conseils, Peur, Pauvreté honteuse,
Hideuses larves, Peine, Mort, Sommeil son frère,
Joies perverses de l’âme. En face, au seuil, la Guerre,
Moissonneuse de mort, les chambres des Furies,
Bardées de fer, et la Discorde délirante
Aux cheveux vipérins ceints de bandeaux sanglants.
Au centre, immense, un orme opaque ouvre ses bras,
Branchage chargé d’ans nichant sous chaque feuille,
Dit-on, maint Songe vain. Face aux portes, l’étable.
Mille monstres hideux s’y rassemblent, biformes
Centaures et Scyllas, Briarée aux cent bras,
Féroce Hydre de Lerne affreusement sifflant,
Et Gorgone et Harpyes, Chimère armée de flammes,
Et la forme d’une ombre à trois corps.
Traduction de Olivier Sers, VI, v. 268-289,
© Les Belles Lettres (2015).
2 Repérez les différentes conjonctions de coordi-
nation ayant une valeur d’ajout.
et (v. 2), (v. 5), (v. 7), (v. 9), (v. 11), (v. 13), (v. 20), (v. 22)
…que (v. 6), (v. 8), (v. 10), (v. 12), (v. 13), (v. 15), (v. 17),
(v. 18), (v. 19), (v. 21), (v. 22)
ac (v. 9), (v. 20)
Deux catégories d’êtres semblent également menaçants par leur essence même : les maux de l’humanité,
qui apparaissent sous la forme d’allégories (Luctus,
ultrices curae, Morbi, tristis Senectus, Metus,
malesuada Fames, Discordia demens, Letum,
Labos, consanguineus Leti Sopor, mala mentis
Gaudia, mortiferum Bellum, turpis Egestas) et les
monstres (monstra, Scyllaeque biformes, centumgeminus Briareus, bellua Lernae, flammisque
armata Chimaera, Gorgones Harpyiaeque, forma
tricorporis umbrae).
Face à ces menaces, Énée dégaine son épée, mais
la sybille le rassure. Dans cet univers inconnu du
héros, le lecteur semble adopter son point de vue et
éprouver le même sentiment d’insécurité.
5 Quels aspects de la catabase (la descente aux
Enfers) racontée par Virgile le peintre Brueghel
l’Ancien met-il en valeur ? Sa vision vous semblet-elle fidèle à vos impressions de lecture ? Quels
éléments n’appartiennent pas à l’Antiquité ?
Brueghel reprend de nombreux éléments du texte.
Tout d’abord les deux personnages au centre, avec
Énée qui tient son épée de la main droite, de l’autre
la Sybille avec le rameau d’or. On retrouve la foule des
monstres qui occupent l’Érèbe, notamment Discordia
demens, vipereum crinem sur la gauche. Même si la
vision du peintre semble globalement fidèle au texte
de Virgile, les armures de différents personnages
correspondent davantage à celles du XVIe siècle et
les représentations de créatures infernales avec des
cornes de boucs aux représentations chrétiennes.
2 Homère, Odyssée
Autour du texte
Erratum « Comparez leurs conceptions des Enfers. »
est supprimé de l’énoncé de la question 1.
1 Quels éléments rapprochent le texte de Virgile (1)
et celui d’Homère ?
On retrouve la menace des ombres qui planent
autour d’Énée comme d’Ulysse. Les deux héros ont
sorti leur épée pour les écarter.
Approfondissement
3 Quelle figure de style remarquable identifiez-
vous au vers 1 ? Comment l’interprétez-vous ?
Il s’agit d’un double hypallage : ils allaient obscurs par
la nuit solitaire. Ce procédé montre la fusion entre les
deux héros et leur environnement ; ils sont comme
enveloppés par l’ombre de la nuit infernale. La lecteur
à l’impression qu’ils avancent seuls dans un espace
totalement vide et noir, accentuant leur solitude.
4 En quoi l’univers décrit apparaît-il menaçant ?
L’univers est premièrement inquiétant par l’obscurité qui s’étend autour des personnages : obscuri,
nocte, umbram, incertam lunam, luce maligna,
silvis, umbra, nox atra.
48
TEXTE 7
Le nocher Charon
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 94
Là part la voie vers le Tartare et l’Achéron,
Gouffre aux fangeux remous, immense tourbillon
Bouillonnant et crachant tout son sable au Cocyte.
Sur ses flots mouvants veille un passeur effroyable,
Charon, crasseux, terrible. Incultes, des poils blancs
Hérissent son menton, fixes, ses yeux flamboient,
À ses épaules pend, noué, un linge sale.
Seul, usant d’une gaffe et manœuvrant ses voiles,
Il transporte les corps dans son esquif brun rouille,
Vieux, oui, déjà, mais dieu, vive et verte vieillesse.
Traduction de Olivier Sers, VI, v. 295-332,
© Les Belles Lettres (2015).
Aide à la traduction
1 Quae flumina sunt sub terris ?
Acherontis (v. 1), Cocyto (v. 3), Stygiam (v. 29).
2 Repérez le nom des lieux et reportez-vous
à la carte des Enfers ( p. 102). Votre idée de
la géographie des Enfers à la lecture du texte
correspond-elle au plan ?
Tartarei, Acherontis, Cocyto, Stygiam.
On retrouve les différents éléments présents sur
le plan et on comprend que Charon se trouve au
confluent des différents fleuves souterrains.
3 Repérez tous les mots transparents :
quels éléments composent ce paysage infernal ?
Il y a le chemin via (voie) que suivent les personnages.
On repèrera aussi le champ lexical de l’eau : undas
(ondes = eau) gurges (gorges = gouffre), flumina
(fleuve), aquas (eau = aquatique), Cocyti stagna
alta (stagna = qui stagne = calme ; les eaux calmes
du Cocyte), Stygiam paludem (paludisme =
maladie des marais ; le marais du Styx).
4 Dans le passage des vers 4 à 10, appuyez-vous sur
les mots transparents et les mots latins que vous
connaissez pour dessiner le portrait de Charon.
Comparez-le à celui du tableau de Litovchenko.
horrendus (horrible), terribili (terrible), canities
inculta (barbe blanche hirsute), Senectus (vieillesse),
sordidus amictus (manteau sordide), senior (vieillard).
On constate que le tableau de Litovchenko est très
fidèle au portrait dressé par Virgile.
5 Quels personnages composent la foule sur
les rives (v. 11 à 14) ? Relevez les noms.
On retrouve le champ lexical de la famille : matres,
viri, heroum, pueri, puellae, juvenes, parentum
(les mères, les maris, les héros, les enfants, les jeunes
filles, les jeunes gens, les parents).
On devine que ces personnages sont dans une position de suppliants : orantes, tendebantque manus.
6 Distinguez, grâce à la typographie, les paroles
d’Énée de celles de la Sybille. Quel type de
phrase Énée emploie-t-il ?
Du vers 24 au vers 26, Énée emplois trois phrases
interrogatives.
7 Associez les groupes de mots soulignés
à leur représentation dans le tableau.
En quoi peut-on dire que le peintre s’est appuyé
précisément sur le texte de Virgile ?
Canities inculta : poils blancs et hirsutes
Ipse ratem conto subigit : À l’aide d’une perche,
il pousse son radeau
ferruginea subvectat corpora cumba : il transporte les corps dans sa barque couleur de rouille
Huc omnis turba ad ripas effusa ruebat : Toute
une foule éparse près des rives se pressait à cet endroit
Tendebantque manus : ils tendaient les mains
quo discrimine ripas/hae linquunt, illae remis
vada livida verrunt ? : Quelle différence sépare
celles-ci qui délaissent la rive et celles-là qui, de leurs
rames, balaient les eaux livides ?
Portitor ille Charon : ce portier est Charon
Approfondissement
8 Au vers 26, quelles sont les deux catégories
d’âmes distinguées par Énée ? Comment cette
opposition est-elle mise en valeur ?
Il y a celles-ci qui délaissent la rive et celles-là qui, de
leurs rames, balaient les eaux livides.
Cette opposition est mise en valeur par le parallélisme de construction et l’écho entre les deux
catégories de pronoms démonstratifs hae et illae.
9 Que ressent Énée à la vue de ce spectacle ?
Quels mots vous l’indiquent ?
Énée est touché par ce spectacle (miratus motusque, v. 23). Il ressent de la pitié à l’égard des âmes
(miseratus, v. 38) dont il trouve le sort injuste
(sortem iniquam, v. 38).
10 Que révèlent les questions qu’il pose ?
Comment la Sybille réagit-elle ?
Comme Énée ne comprend pas la scène qu’il voit,
il interroge la sybille. Celle-ci répond à ses questions, mais sans aucune émotion. Ses paroles sont
dépourvues de modalisateurs et son discours reste
purement explicatif.
49
L’Homme et le divin
Là toute une cohue se ruait vers les rives
De mères, de maris, de héros magnanimes,
Corps désormais sans vie, de fils, de jeunes vierges
Que face à leurs parents on a mis au bûcher,
Autant qu’aux premiers froids choient de feuilles
d’automne
Dans les bois, que d’oiseaux du large vers les terres
Volent serrés quand loin des mers la saison froide
Les chasse et les envoie aux pays du soleil.
Debout, tous suppliaient pour passer les premiers,
Avides, mains tendues, d’aborder l’autre rive,
Mais prenant tel, puis tel, le nocher rudement
Chasse au loin de la grève et refoule les autres.
Surpris, troublé par ce désordre, Énée demande :
Pourquoi courir au fleuve et que veulent ces âmes,
Vierge, et pourquoi chasser celles-ci de la rive
Quand celles-là balaient de rames l’eau livide ?
La prêtresse au grand âge en peu de mots répond :
Sûr rejeton des dieux, tu vois là, fils d’Anchise,
Les étangs du Cocyte, et ce marais du Styx
Dont, jurant, nul dieu n’ose abuser la puissance,
Ici les miséreux défunts sans sépulture.
Charon ne fait passer que ceux qu’on inhuma :
Nul ne peut traverser d’un bord horrible à l’autre
Le courant rauque avant que ses os ne reposent,
Ou cent ans doit errer, voleter près des rives,
Pour, admis, voir enfin ces étangs désirés.
Roulant mille pensées, pleurant ce sort injuste,
Énée figé retint ses pas
11 ÉCRITURE Une des âmes errantes raconte qui
elle était et pourquoi son corps n’a pas reçu
de sépulture. Écrivez son récit.
12 PORTFOLIO Comparez la représentation de Charon
par Litovchenko avec une représentation antique
( p. 103). Cherchez des représentations
contemporaines de ce personnage.
Quelle évolution remarquez-vous ?
On retrouve les mêmes éléments de mise en
scène dans les deux représentations de Charon : la
perche, la barque, les âmes suppliantes et les eaux
du fleuve. Dans la peinture antique en revanche, le
passeur est dépourvu de barbe et il arbore un sourire. Cette œuvre paraît moins torturée et offrir une
image des Enfers moins tourmentée que celle de
Litovchenko. Chez le peintre russe, les lignes de
force sont surtout des courbes qui semblent s’enrouler sur elles-mêmes et la pose des personnages
est plus théâtralisée.
TEXTE 8
La traversée du fleuve
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 96
Aide à la traduction
1 Repérez dans le texte latin les groupes
de mots dont la traduction est donnée
dans l’introduction.
Leur trajet s’achevant, ils s’approchent du fleuve.
Charon y naviguant, dès qu’il les voit marcher
Par les bois silencieux vers la rive à grands pas,
Sitôt prend les devants, et invective : Eh ! toi,
Qui que tu sois, qui viens en armes vers mes fleuves,
Reste où tu es, et dis pourquoi ! Ici séjournent
Les Ombres, le Sommeil et la Nuit endormeuse,
Défense à tout vivant d’embarquer sur le Styx !
Certe, j’eus peu de joie d’avoir admis Alcide,
Thésée, Pirithoüs à passer ce palud,
Tout fils de dieux, preux invaincus qu’ils pussent être,
Quand l’un vint enchaîner face au trône de Dis
Et traîner tout tremblant le gardien du Tartare,
Les deux autres tenter de lui voler sa femme !
La prêtresse amphrysienne en peu de mots répond :
N’aie crainte, rien de tel, en ces armes nul piège,
Le geôlier géant peut, terreur des pâles ombres,
En son antre aboyer à jamais, Proserpine
Peut veiller chastement sur le seuil de son oncle.
Troyen illustre et pieux, insigne preux, Énée
Descend au fond du sombre Érèbe y voir son père.
Si tu n’es pas ému d’un spectacle aussi pieux,
Vois, reconnais, vois donc, sous ma robe caché,
Ce rameau. La fureur gonflant son cœur retombe.
Plus un mot. Fasciné par l’auguste présent
De ce rameau fatal vu après si longtemps,
Tournant sa poupe sombre à la rive il revient,
Vide l’esquif, chasse les âmes sur ses poutres
50
Assises sans douceur, et dans sa coque accueille
Le gigantesque Énée. La barque rapiécée
Crie sous son poids, se fend, s’ouvre à l’eau du marais,
Passe enfin, posant saufs la prêtresse et Énée
Sur un limon sans forme et de glauques roseaux,
Traduction de Olivier Sers, VI, v. 384-416,
© Les Belles Lettres (2015).
2 Repérez ensuite les passages où les person-
nages s’expriment. À l’aide de l’introduction
et des mots transparents, dégagez l’enjeu
de la discussion.
Charon s’exprime du vers 5 au vers 14 et la sybille du
vers 16 au vers 24.
On comprend que Charon est inquiet de voir des
vivants aux Enfers et il refuse de leur faire traverser
le fleuve car c’est interdit : nefas vectare corpora
viva. Mais la Sybille tente de le rassurer : absiste
moveri, nec vim tella ferunt. On comprend que
l’inquiétude de Charon repose sur son expérience
passée avec les héros nommés : Alciden, Thesea
Pirithoumque qui ont pénétré aux Enfers alors
qu’ils étaient vivants, l’un pour enlever Cerbère au
trône de Pluton (Ipsius a solio regis traxitque trementem), les deux autres pour avoir voulu enlever
son épouse (dominam Ditis […] deducere).
3 Les verbes en gras ont tous une valeur d’ordre
mais tous ne sont pas conjugués aux mêmes
modes. Identifiez leurs modes, temps et
personnes.
En quoi ces verbes théâtralisent-ils la scène ?
• Fare, age, comprime, absiste : 2e pers. du sg, présent de l’impératif
• adgnoscas : 2e pers. du sg, présent du subjonctif :
Que tu reconnaisses
Ces verbes rendent l’extrait plus vivant car ils créent
une interaction entre les personnages et rendent
compte de l’échange qui s’opère entre la créature
du royaume des morts et les deux héros du monde
des vivants.
Approfondissement
4 Quelle atmosphère se dégage du fleuve
et de ses environs ?
Les Enfers sont présentés comme un monde de
silence : tacitum nemus, Umbrarum hic locus
est, somni noctisque soporae. À noter l’hypallage
tacitum nemus, qui rend compte de la fusion entre
Charon et le lieu. Charon prend la parole car la situation l’y contraint mais en apercevant le rameau d’or,
il se gardera bien de répondre à la Sybille : sa vue
suffira pour que sa colère retombe et qu’il accepte
de laisser traverser les deux visiteurs. L’atmosphère
est lugubre, offrant un paysage d’eau inerte : ab
unda Stygia, lacu, paludem, informi limo, glauca
ulva. Seule la barque laisse échapper un bruit
qui ressemble à un cri plaintif : gemuit. À noter
enfin l’absence de lumière : caeruleam, umbras,
umbras, glauca, Umbrarum.
ses paroles et ses réactions ?
Charon apparaît moins effrayant au lecteur car il
éprouve un sentiment de crainte qui lui enlève tout
aspect menaçant. Il argumente pour expliquer sa
décision de refuser le passage des héros et ainsi
n’agit pas en toute puissance. Il apparaît également
comme un vieillard aigri, râlant qu’on le dérange,
et se rapprochant presque d’un personnage de
comédie. Il n’est plus l’horrendus portitor de l’extrait précédent.
6 Recherchez pourquoi Hercule, Thésée et
Pirithoüs sont également descendus aux Enfers.
Quels autres personnages mythologiques
s’y sont aussi rendus et ne sont pas mentionnés
par Charon ?
Thésée et Pirithoüs étaient descendus aux Enfers
pour enlever Proserpine dont Pirithoüs était tombé
amoureux. Ils échouèrent et furent faits prisonniers
par Pluton. Lorsque Hercule descendit pour capturer Cerbère, l’un de ses douze travaux, il réussit à
ramener Thésée mais pas Pirithoüs.
Orphée, Ulysse et Psyché sont également des personnages vivants ayant réussi à se rendre aux
Enfers puis à en revenir.
7 En quoi le film Percy Jackson : Le Voleur de foudre
respecte-t-il la description de Virgile tout en
la modernisant ?
On aperçoit sur la gauche Charon dans sa barque,
tenant sa perche pour la faire avancer. En dessous,
le fleuve de feu peut être assimilé au Phlégéthon
ou apparenté à une fusion avec la représentation
chrétienne de l’Enfer et notre vision de Modernes.
Au fond se dessinent, sur la ligne d’horizon, les
sommets des buildings de Los Angeles, où la
mythologie de l’univers de Percy Jackson situe
aujourd’hui l’entrée des Enfers. On retrouve également l’atmosphère sombre et inquiétante du texte
de Virgile mais l’élément aquatique a été remplacé
par le feu.
Nec procul hinc partem fusi monstrantur in omnem
Silva tegit
Secreti celant calles et myrtea circum/Lugentes campi
2 Associez chaque mot latin à sa traduction.
3 Proposez une traduction plus littéraire
des vers 1 à 9.
Face au Cerbère énorme allongé dans son
antre,
Dont le triple aboiement ébranle le royaume.
Elle, voyant son cou hérissé de couleuvres,
Pour l’endormir lui jette un gâteau préparé
De grains miellés. Rageant de faim, tendant
ses gueules,
Il le happe, répand sa gigantesque croupe
Jusqu’au fond de la grotte, et s’y affale, énorme.
Le gardien assoupi, Énée, entrant bien vite,
Quittant les bords des eaux qu’on franchit
sans retour,
Sitôt entend vagir en pleurs assourdissants
Les âmes des bébés qu’au premier seuil de l’âge
Un sombre jour priva de la douceur de vivre,
Ravit à la mamelle et trop verts moissonna.
Près d’eux, les suppliciés sur fausse accusation,
Ici reconnus tels par sentence : Minos
Préside, tire au sort, convoque un jury d’ombres,
Examine les vies, et rejuge l’affaire.
Tout près se tiennent, accablés, ceux qui sans crime
Se sont donné la mort, et en haine du jour
Privés de souffle. Ah ! qu’ils voudraient revoir le ciel,
Souffrir la pauvreté, endurer mainte épreuve !
Le destin l’interdit, l’exécrable marais
Les ligote, et du Styx les neuf replis les serrent.
En tous sens répandus se découvrent non loin
Les « Champs des Pleurs », ainsi les nomme-t-on,
où ceux
Qu’un dur amour brûla de cruelles langueurs
En des sentiers cachés ceints de bosquets de myrte
Trouvent asile, et, morts, souffrent d’aimer encor.
Traduction de Olivier Sers, VI, v. 417-444,
© Les Belles Lettres (2015).
Approfondissement
TEXTE 9
Cerbère et le champ des pleurs
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 98
Aide à la traduction
1 Situez les lieux évoqués dans ce passage
sur la carte des Enfers ( p. 102).
On peut suivre l’itinéraire d’Énée sur le plan :
Occupat Aeneas aditum
Evaditque celer ripam
Infantumque animae flentes, in limine primo
Hos juxta falso damnati crimine mortis ;
Quaesitor Minos urnam movet
Proxima deinde tenent maesti loca, qui sibi letum/
Insontes peperere manu
4 Quelle atmosphère se dégage de ce lieu ?
Une atmosphère à la fois lugubre et triste se dégage
de ce lieu.
Les âmes poussent des cris de souffrance : auditae
voces, vagitus ingens, flentes.
Elles sont toutes présentes dans cette partie des
Enfers parce qu’elles ont subi un sort tragique : ab
ubere raptos, funere mersit acerbo, falso damnati crimine mortis, qui sibi letum/insontes
peperere manu, quos durus amor crudeli tabe
peredit.
Les lieux sinistres semblent refléter la tristesse de
ces âmes : tristisque palus inamabilis undae,
secreti celant calles et myrtea circum/silva tegit,
lugentes campi.
51
L’Homme et le divin
5 Comment le lecteur perçoit-il Charon à travers
5 Pourquoi cet endroit se nomme-t-il lugentes
campi ?
Cet endroit se nomme le champ des pleurs car c’est
une grande étendue à travers laquelle errent toutes
les âmes dont la mort a été violente, qui porte pour
l’éternité leur tristesse d’avoir été arrachées si brutalement à la vie.
6 ORAL Recherchez l’histoire de Minos, juge des
Enfers, puis imaginez un dialogue entre Minos
et un homme antique de votre choix.
Minos, roi de Crète, reçut de Poséidon un magnifique taureau que le dieu de la Mer lui demanda
d’immoler en son honneur. Le roi trouva le taureau si splendide qu’il décida de le garder. Pour
se venger, Poséidon fit naître dans le cœur de son
épouse Pasiphaé un amour pour le taureau, avec
lequel elle s’accoupla pour donner naissance au
Minotaure.
Après sa mort, Minos devint juge des Enfers, chargé
des âmes qui se plaignaient d’avoir été injustement
condamnées à mort.
Approfondissement
Erratum Les deux questions suivantes ont été renumérotées.
7 PORTFOLIO Quels aspects de Cerbère la statue et
le jeu vidéo mettent-ils en avant ? En avez-vous
la même perception à la lecture de ce passage
de l’Énéide ?
La statue montre un chien à trois têtes qui, au pied
de son maître le dieu Pluton, semble lui obéir. Il se
tient droit, en position de gardien. Hormis ses trois
têtes, il ne semble pas aussi monstrueux que le Cerbère de Virgile.
Le Cerbère de Smite en revanche est menaçant ;
on retrouve bien entendu les trois têtes, dont les
gueules laissent entrevoir des langues de serpent
surgissant d’une gorge illuminée de bleu. Il semble
avoir un torse musculeux d’humain, ses pattes sont
celles d’un dragon et sa queue celle d’un serpent.
Le monstre est ici présenté comme une créature
chimérique issue d’un univers d’Heroic Fantasy.
8 PORTFOLIO Comment le film Harry Potter à l’école
des sorciers s’inspire-t-il de la figure mythologique de Cerbère ?
Dans cet extrait de Harry Potter à l’école des sorciers, Harry, Hermione et Ron doivent passer par
une trappe gardée par un chien à trois têtes qui rappelle évidemment Cerbère. Le chien est maintenu
dans un sommeil profond tant qu’une harpe joue
toute seule. Ceci rappelle la descente aux Enfers de
Orphée, puisque c’est en jouant de la lyre à Cerbère
que le héros parvient aussi à le charmer.
52
TEXTE 10
Le Tartare et les Champs
Élysées
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 100
Énée,
L’œil vers lui, voit d’un coup sous la falaise à gauche
De grands remparts bardés d’une triple muraille
Que ceint le dévorant Phlégéthon du Tartare,
Torrent de feu roulant des rocs à grand fracas.
Une porte géante aux piliers d’acier brut,
Que ni hommes ni dieux ligués n’arracheraient,
Sous une tour de fer fait face aux arrivants.
Tisiphone, haut troussée dans sa robe sanglante,
Garde, assise, l’entrée nuit et jour sans dormir.
On y entend gémir, siffler d’atroces verges,
Grincer des fers, traîner des chaînes cliquetantes. […]
Rhadamante de Cnosse, impitoyable juge,
Torture, enquête, et force d’avouer les crimes
Dont sur terre, jouissant d’un secret fourbe et vain,
On différa la purge à un tardif trépas. […]
Il entre aux lieux riants, aux aimables prairies,
Aux forêts fortunées, séjour des bienheureux.
Là un éther plus large, illuminant les plaines,
Les vêt de pourpre. Ils ont leur soleil et leurs astres,
En des palestres gazonnées les uns s’exercent,
Se mesurent par jeu, sur le sable blond luttent,
D’autres, du pied rythmant des chœurs, chantent
des vers, […]
Puis à droite et à gauche en l’herbe il en voit d’autres
Se restaurant, chantant en chœur de gais péans
Dans l’odorant laurier d’un bois d’où l’Éridan
À larges flots, par les forêts vers le haut roule.
Les blessés au combat pour la patrie sont là,
Là sont les prêtres dont la vie fut sans souillure,
Là de Phébus les pieux et dignes interprètes,
Ceux dont les inventions firent la vie meilleure,
Les bienfaiteurs restés dans plus d’une mémoire
D’un blanc bandeau neigeux leurs tempes ceintes.
Traduction de Olivier Sers, VI, v. 548-558, 566-569,
638-644, 656-665, © Les Belles Lettres (2015).
Aide à la traduction
1 Quid videt Aeneas cum respicit ? Quid audit ?
Aeneas moenia lata videt (v. 2) et audit gemitus
saevaque verbera (v. 10).
2 Situez les différents lieux sur la carte des Enfers
( p. 102).
3 Traduisez d’abord les passages en gras.
Énée se retourne ; il aperçoit des remparts qu’un
fleuve torrentueux entoure de ses flammes ardentes,
le Phlégéthon du Tartare. Une tour de fer s’élève dans
le ciel, et Tisiphone, assise, garde l’entrée.
Rhadamanthe règne sur ces royaumes impitoyables,
châtie, instruit les crimes cachés et pousse à avouer
les crimes commis.
Ils (Énée et la Sybille) parviennent à des lieux joyeux,
aux agréables prairies, des bois fortunés, et des
demeures bienheureuses. Les uns exercent leurs
4 Au vers 5, le verbe être est sous-entendu
deux fois. À quels endroits le placez-vous
pour traduire ?
Porta adversa ingens [est] solidoque adamante
columnae [sunt],
Une porte devant eux énorme se dresse, des colonnes
en solide acier se trouvent ;
5 La conjonction de subordination ut (v. 6)
a une valeur consécutive.
Identifiez le mode, le temps et la personne
du verbe valeant (v. 7).
Comment traduisez-vous cette subordonnée ?
Valeant : 3e personne du pluriel du présent du subjonctif de valeo.
Qu’aucune force d’hommes, les dieux eux-mêmes
étant en guerre ne réussiraient à les briser.
6 Quique est répété plusieurs fois (v. 28 à 31).
Qui est un pronom relatif masculin pluriel,
et -que une conjonction de coordination.
Comment traduisez-vous ces occurrences ?
Quique se traduit par et ceux qui. Il s’agit ici d’une
anaphore qui dresse la liste des bienheureux présents aux Champs Élysées.
Approfondissement
7 Montrez l’opposition entre les deux lieux décrits.
On repèrera d’un côté le Tartare, univers sinistre et
sombre, où règne la souffrance des suppliciés, de
l’autre les Champs Élysées peuplés d’âmes heureuses qui s’épanouissent autour de jeux et de
chants dans un cadre bucolique et calme.
8 Quelles impressions chacun laisse-t-il
au lecteur ?
Le Tartare crée une sorte d’angoisse chez le lecteur, lieu clos dont on a l’impression qu’on ne peut
s’échapper, entre le triple mur et la surveillance de
Tisiphone.
Les Champs Élysées donnent au contraire une
impression de bien-être, une sorte de paradis dans
la vision judéo-chrétienne.
10 En quoi le tableau de Bowen Davies rend-il
compte de l’atmosphère décrite par Virgile
dans les Champs Élysées ?
On retrouve le cadre bucolique évoqué par Virgile
et ces âmes qui semblent apaisées, occupées chacune à des activités tranquilles : danse, cueillette
de fleurs, promenade… Les âmes flottent dans le
paysage, ce qui renforce cette dimension de tranquillité et de sérénité. Certaines sont nues, d’autres
vêtues, sans norme apparente : une idée de liberté
transparaît-là.
11 Comment la conception des Enfers a-t-elle
évolué de Homère à Virgile ?
• Homère, Odyssée, chant XI (VIIIe siècle avant J.-C.) :
Ulysse ne descend pas sous terre ; il fait des sacrifices pour convoquer les âmes des morts qui vont
lui révéler l’organisation des Enfers. On ne parle
d’ailleurs pas d’Enfers mais d’Hadès (paronomase)
et ce voyage n’est pas une catabase mais appelé
« nékuia ».
• Platon, La République, Livre X, mythe d’Er
(IVe siècle avant J.-C.) : Platon introduit l’idée d’un
jugement des âmes. Dans sa vision des Enfers, on
retrouve les âmes de toute l’humanité qui, après
leur séjour, vont se réincarner : la métempsychose.
Les âmes qui auront étudié la philosophie sauront
faire les bons choix de réincarnation. Platon fait du
voyage aux Enfers une épreuve permettant, grâce à
la philosophie, d’accéder à la sagesse.
• Lucrèce, De Rerum Natura (Ier siècle après J.-C.) :
les Enfers, métaphore de la condition humaine, se
situeraient à l’intérieur de nous.
• Virgile, Énéide, Chant VI (Ier siècle après J.-C.) : Virgile offre une géographie très précise des Enfers,
aux espaces bien délimités, justifiant leur pluriel. Il
propose une vision très littéraire et poétique de ce
lieu, qui s’impose comme le modèle originel dans la
tradition de la littérature occidentale.
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
 Livre de l’élève p. 102
Le monde des Enfers
Erratum L’extrait vidéo d’Orphée a été supprimé.
9 Quel rapport existe-t-il entre l’avenue des
Champs-Élysées à Paris et le lieu des Enfers ?
Lors de leur tracé dans les années 1670, les ChampsÉlysées sont appelées « Le Grand-Cours », pour les
différencier du Cours de la Reine.
Le nom de Champs-Élysées ne sera fixé qu’en 1709,
sans doute pour souligner le contraste avec la
partie inférieure de l’avenue, encore marécageuse
et occupée par le commerce des prostituées.
53
L’Homme et le divin
membres sur des palestres herbeuses, s’affrontent
dans des jeux et luttent sur le sable ; d’autres rythment des chœurs et chantent des poèmes.
Il aperçoit d’autres dans l’herbe, en train de manger et de chanter un heureux péan ; tous ont leurs
tempes ceintes d’un blanc bandeau.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 104
La symbolique des Enfers
1 Quels éléments communs retrouvez-vous
dans chaque extrait ?
Les trois textes évoquent chacun la traversée des
âmes sur le Styx.
Dans La divine Comédie (Texte 1), on retrouve Virgile
qui accompagne Dante aux Enfers. Les deux poètes
vont se retrouver face à Charon occupé à faire traverser les âmes.
Dans Germinal (Texte 2), c’est la mine du Voreux qui
semble dévorer les hommes qui descendent sous
terre selon un rituel mécanique rappelant l’organisation du passage des âmes sur les bords du Styx.
Enfin dans L’Amant (Texte 3), la jeune fille est à bord
du bac qui la mène d’une rive à l’autre du Mékong :
on retrouve le passeur qu’elle connaît depuis son
enfance, l’aboiement des chiens qui évoque Cerbère, mais c’est surtout la dernière phrase du texte
qui associe le Mékong au Styx : « il emmène tout ce
qui vient […] des oiseaux morts, des chiens morts,
des tigres, des buffles, noyés, des hommes noyés ».
2 Quelle atmosphère se dégage de chaque
extrait ?
La Divine Comédie se présente sous forme d’une
aventure. Pas d’inquiétude particulière : le lecteur est dans un monde fantastique, celui de la
mythologie, et les rives du Styx n’offrent rien d’inquiétant, pas plus que Caron dont la colère retombe
rapidement.
54
Le texte de Zola est plus tragique : il montre des
hommes déshumanisés, encore vivants mais anonymes et fonctionnant de façon mécanique. Ils sont
considérés comme une marchandise : « un chargement de chair humaine ». Enfin le texte de Duras
offre une dimension plus psychologique, permettant à la jeune fille une introspection le temps de la
traversée ; elle s’imprègne de l’environnement du
Mékong et son état intérieur semble se refléter sur
le paysage alentour.
3 PORTFOLIO À quel passage de l’Énéide étudié
dans la séquence ces trois textes font-ils écho ?
Quelles caractéristiques en retiennent-ils ?
Ils font tous écho aux textes 7 (p. 94) et 8 (p. 96) de
la séquence, et proposent une réécriture de cet épisode de l’Énéide.
Ces trois textes font écho aux textes 7 (Le nocher
Charon) et 8 (La traversée du fleuve) de la séquence,
et proposent une réécriture de cet épisode de
l’Énéide.
Chez Dante et Zola, on retrouve l’idée d’un monde
souterrain, qui engloutit les âmes. Le personnage
du passeur est également présent chez Dante et
Duras, celui du Mékong peut être interprété comme
celui qui transporte l’âme de l’enfant (il évoque la
mère), sur le point de devenir femme par la rencontre imminente. Chez Zola, Charon est transformé
en forme mécanique et automatique, remplacé par
« une cage de fer » et des « moulineurs ». C’est
finalement l’idée du passage que l’on retient, passage d’un monde à l’autre : de la vie à la mort, de
la surface au cœur des mines, de l’enfance à l’âge
adulte.
3
Soi-même et l’autre
SÉQUENCE
Objectif
 Apparitions et aliénations
 Livre de l’élève p. 108
Être homme, c’est se confronter à la diversité, à la différence, à l’altérité pour
embrasser la complexité du monde. Est autre celui que l’on ne connaît pas,
celui qui représente à la fois la diversité et un autre univers que le sien.
L’objectif de la séquence est de faire découvrir les rapports que les Romains
entretiennent avec cette notion d’altérité.
Avaient-ils le même rapport que nous au surnaturel et à l’altérité ?
Croyances et superstitions populaires s’opposent souvent à un esprit plus rationnel.
Le théâtre – lieu d’extériorisation des sentiments et des passions humaines –
nous a semblé un espace idéal pour questionner le rapport de l’homme romain
à la folie, autre masque/visage de l’altérité.
Que savez-vous déjà ?
• Quels termes connaissez-vous en latin qui signifient « autre », « différent » ?
Quels mots ont-ils donné en français ?
Alter, alius, alienus ont donné les mots français « aliéné », « alien » (le latin
est passé par l’anglais), « aliénation », « altérité ».
« Aliéner » signifie « perdre » en parlant des personnes, de l’âme ou de l’esprit.
• Que savez-vous des croyances antiques liées aux créatures fantastiques ?
Quelques exemples de créatures fantastiques : les sirènes (créatures fantastiques
marines, souvent dépeintes comme des chimères et célèbres pour n’avoir pas réussi
à attirer Ulysse), les harpies (Êtres monstrueux, souvent représentées comme
hybrides, les harpies passaient pour enlever les enfants et les âmes des morts.),
les lycanthropes (personnes ayant la capacité de se transformer complètement
ou partiellement en loup).
Les créatures fantastiques sont souvent le moyen pour les héros de prouver
leur valeur (ex. Hercule qui affronte l’hydre de Lerne, les oiseaux du lac Stymphale,
etc.) ; parfois elles sont les représentantes d’une sorte de monde parallèle
puisqu’elles obéissent à des normes différentes de notre monde.
• Connaissez-vous des mythes où l’homme lui-même est en proie à la folie
ou au dédoublement ?
Oreste est en proie à la folie ; il se peut que la Sybille ou la Pythie en transe
le soient aussi.
55
Des créatures
fantastiques
TEXTE 1
Le philosophe et le fantôme
Pline le Jeune, Lettres
 Livre de l’élève p. 110
Aide à la traduction
1 Traduisez Per silentium noctis (l. 2) et tristes
diraeque noctes (l. 8) qui précisent le moment
de l’apparition.
• per silentium noctis : pendant le silence de la nuit
• tristes diraeque noctes : les nuits tristes et
sinistres
Noter que dirus, a, um peut avoir le sens de de
mauvais augure, terrible, funeste, ce qui convient bien
à un texte où il est question de superstition. Ces
éléments contribuent à créer un climat d’inquiétude
et d’angoisse, propice à l’irruption d’événements
surnaturels.
2 En vous appuyant sur la traduction, repérez
les mots latins qui correspondent aux termes
français puis confrontez l’ensemble des deux
textes.
Les élèves repèreront aisément :
• les verbes : l. 1. erat : il y avait, l. 4-5 apparebat :
apparaissait, l. 9 vigilabantur : étaient éveillés, veillaient, l. 10 sequebatur : s’ensuivait, etc.
• les adjectifs : l. 1 spatiosa : vaste, infamis : mal
famé, l. 8 tristes : tristes, l. 12 longior : plus long,
l. 13 deserta : désertée, etc.
• les noms : l. 1 domus : maison, l. 2 silentium : silence, noctis : nuit, sonus : son, ferri : fer,
l. 5 senex : vieillard, l. 6 barba : barbe, capillo :
cheveu, l. 7 manibus : mains, l. 10 mors : la mort,
l. 11 imago : image ; memoria : mémoire, etc.
Approfondissement
3 Quis domi aderat ? Quid hac nocte vidit ?
Philosophus Athenodorus ibi erat. Le philosophe
Athénodore s’installe dans la maison (en témoigne
son activité) et il voit un fantôme qui ressemble à
un vieillard décharné. En vue de préparer l’activité
PORTFOLIO , on pourra faire relever aux élèves les
termes utilisés pour décrire le fantôme ainsi que le
champ lexical du bruit qui accompagne l’apparition.
4 Quelles informations ce texte nous livre-t-il
sur les croyances populaires des Athéniens ?
Ce texte est intéressant à plusieurs points de vue.
Pline révèle dans cette lettre son talent de conteur
car il sait ménager le suspense et susciter l’intérêt
de son lecteur en prenant le temps d’évoquer les
diverses étapes de cette histoire de fantômes. Cette
lettre a aussi une valeur de témoignage puisqu’elle
permet de prendre la mesure des superstitions
56
romaines. En l’occurrence, celle selon laquelle un
fantôme pouvait hanter une maison. D’ailleurs,
le fait que Pline, considéré comme un savant, se
fasse l’écho de ce type de croyances montre à quel
point elles imprégnaient la société romaine. Et
tout le voisinage s’accorde sur ce fait. Ainsi, dans
le premier paragraphe, la juxtaposition de phrases
affirmatives, courtes, l’utilisation de l’imparfait,
l’évocation de détails précis (aspect physique de
l’apparition, bruits qui l’accompagnent) font que
toutes ces informations semblent irréfutables. Il y
a consensus sur les événements qui se déroulent
dans cette maison, ce qui confirme l’adhésion à la
figure du fantôme dans l’imaginaire romain. Enfin,
la fin de l’anecdote rejoint la croyance selon laquelle
les morts privés de sépultures ne peuvent trouver
le repos et sont condamnés à errer et à perturber
la vie des vivants. Notons que le philosophe Athénodore incarne la raison, la sagesse et qu’il essaie
d’opposer à la superstition et aux croyances une
démarche rationnelle, expérimentale.
5 ÉCRITURE Comment l’histoire se termine-t-elle ?
Écrivez la suite du texte en veillant à souligner
la rationalité du philosophe.
Voici la fin du texte de Pline, que l’on pourra lire aux
élèves afin de confronter leurs écrits au texte original : Elle marchait lentement, comme alourdie par
des chaînes. Après qu’elle eut tourné pour arriver à
la cour de la maison, subitement évanouie, elle laisse
seul son compagnon. Une fois seul, celui-ci fait un tas
d’herbes et de feuilles et marque exactement l’endroit.
Le lendemain, il va trouver les magistrats et leur dit
d’y faire un trou. On trouve engagés et mélangés dans
des fers, des os que les chairs tombées en poussière
par l’action du temps et l’humidité de la terre avaient
laissés dépouillés et rongés au milieu des chaînes.
Recueillis par l’initiative de l’administration, ils sont
enterrés. Après cela la maison ne fut plus visitée par
les Mânes désormais pourvus d’une sépulture en règle.
6 PORTFOLIO Recherchez une œuvre littéraire ou
filmique contemporaine où apparaît un fantôme
et comparez avec le texte de Pline.
On pourra penser aux fantômes qui apparaissent
dans Richard III et Hamlet de Shakespeare. Quelques
récits : E.T.A. Hoffmann Les Mines de Falun, C. Dickens Un Chant de Noël, Oscar Wilde Le Fantôme de
Canterville, Villiers de L’Isle Adam Véra, Maupassant
Le Horla, G. Leroux Le Fantôme de l’opéra, etc.
Pour le cinéma : Ghost, Casper le gentil fantôme,
Haunted, Les Autres, Sixième sens, etc.
Le fantôme dont l’apparition peut être volontaire ou
contrainte peut prendre plusieurs formes (humaine,
animale, chose). Il suscite la frayeur et présente au
lecteur/spectateur une énigme, un mystère. Il interroge le rapport entre le monde réel et le monde
surnaturel. On s’intéressera au sens que l’on peut
donner à ce personnage : expiation d’une faute, victime d’une malédiction ? Avertissement, porteur
d’un message, d’une révélation ?
TEXTE 2
Un rituel contre les spectres
Ovide, Fastes
 Livre de l’élève p. 111
Quand minuit arrive et apporte au sommeil le silence,
quand se sont tus les chiens ainsi que les oiseaux
au plumage bariolé, alors que l’homme fidèle à la
liturgie ancienne, l’homme qui craint les dieux se
lève ; ses deux pieds sont libres de tout lien. Il fait
un signe en passant son pouce à travers ses doigts
joints, pour éviter qu’une ombre légère ne se présente devant lui dans la marche silencieuse. Quand
il s’est purifié les mains avec de l’eau de source, il
se tourne et prend d’abord des fèves noires. Il les
jette en arrière et, en les jetant, il dit : « J’offre, moi,
ces fèves ; je me rachète moi-même et les miens par
ces fèves ». Il prononce neuf fois ces paroles sans se
retourner : l’ombre est censée ramasser les fèves et
suivre par derrière sans que nul ne la voie. Il touche
à nouveau l’eau et fait retentir le bronze de Témésa.
Il somme l’ombre de quitter son toit. Quand il a
dit neuf fois : « Sortez, Mânes de mes pères ! », il se
retourne et considère que la cérémonie est régulièrement accomplie.
Traduction de H. Le Bonniec, V, v. 419-444,
© Les Belles Lettres (2004).
Aide à la traduction
ensemble peuvent être séparés. Ainsi au v. 2 variae
aves, au v. 4 gemini pedes, au v. 7 fontana unda, etc.
Verbes
Sujets
nox media
praebet
<nox>
sous-entendu
conticuistis
canis et variae
aves
surgit
Ille memor
timidusque
habent
Gemini pedes
Vincula nulla
dat
<ille>
sous-entendu
signa
occurat
<ille>
sous-entendu
sit
Levis umbra
perluit
Fontana unda
vertitur
<ille>
accipit
<ille>
Nigras fabas
jacit
<ille>
< Fabas >
sous-entendu
jacit
<ille>
mitto
ego
inquit
<ille>
Redimo
<ille>
putatur
umbra
tangit
<ille>
concrepat
exeat
umbra
dixit
<ille>
Cette question permettra de revoir les notions de
coordinations et de subordination mais aussi certains termes clés : et, -que, sed, nec ; ne + subj.,
cum + ind., dum, ut + subj.
respicit
<ille>
putat
<ille>
Sit (introduit par « ne »),
Verbes appartenant perluit (introduit par
à des propositions
« cum »), exeat (introduit
subordonnées
par « ut »), dixit (introduit
par « cum »)
2 Identifiez leurs sujets et COD.
Il faudra veiller à rappeler aux élèves que, dans
les textes en vers, les termes qui fonctionnement
haec
aquam
Aera Temesa
propositions dans lesquelles ils se trouvent
(coordonnées, juxtaposées, subordonnées).
Verbes appartenant praebet , conticuistis, dat,
à des propositions
accipit, jacit, jacit, respicit,
coordonnées
concrepat, rogat, putat
Manus puras
hoc
respicit
<ille>
Est, surgit, habent, occurat,
Verbes appartenant
mitto, inquit, redimo, dicit,
à des propositions
tangit, respicit
indépendantes/
vertitur, putatur (passifs)
principales
exite (impératif)
silentia
Me meosque
dicit
rogat
1 Examinez les verbes puis repérez les différentes
COD
Est
Sacra peracta
3 Identifiez le cas des groupes de mots suivants :
digitis junctis, cum pollice medio (v. 5).
Quelles informations importantes pour la bonne
conduite du rituel nous donnent-ils ?
Les groupes de mots sont à l’ablatif : les doigts joints,
avec son pouce au milieu : de son pouce placé entre
ses doigts joints. Il s’agit d’un complément circonstanciel de manière. La mention des pieds nus (v. 4)
et des doigts joints (v. 5) semble indiquer un rituel
pour lequel des gestes très précis sont à respecter.
Approfondissement
4 Quels éléments montrent qu’il s’agit d’un rituel
magique ?
Dès le début du texte, nous sommes plongés dans
l’univers de la magie et de l’irrationnel. Dans le
passage qui précède notre extrait, nous pouvons
57
Soi-même et l’autre
Les élèves pourront soit croiser deux textes, soit
mettre en perspective un texte et une iconographie
en réfléchissant à la représentation des fantômes
mais aussi au rôle qu’ils jouent.
remarquer par exemple l’importance du chiffre 3
lors de l’accomplissement de ce rituel. Il a lieu en
effet pendant trois nuits, l’homme accomplit neuf
fois le rituel (novies, v. 11 et 15). De plus, l’atmosphère évoquée par Ovide participe à cette idée
de rituel. Le champ lexical du silence est assez
présent : silentia v. 1, conticuistis v. 2, timidus
v. 3, tacito v. 6. Ces termes permettent d’installer l’ambiance nocturne, propice à l’irruption
de phénomènes surnaturels mais aussi à créer
une atmosphère de recueillement, de concentration nécessaire sur les gestes à accomplir. Faire
silence, c’est ne pas déranger ceux qui vont peutêtre se manifester, c’est permettre l’apparition
des spectres, âmes silencieuses des morts. Ainsi,
l’atmosphère de la nuit, silencieuse, est propice à
l’exécution d’un rituel de magie car on est projeté
dans un temps différent. La personne qui accomplit
le rituel se livre à des gestes répétés et transmis
par la tradition comme en témoignent le terme
memor du v. 3, le moment (le milieu de la nuit), l’attitude à adopter (silence, pieds nus, doigts joints...),
les gestes et objets très précis (fèves noires à
jeter en arrière). Au moment de la description du
rituel, les verbes d’action prennent une place plus
importante. En effet, l’homme doit accomplir certains gestes très précis. Il semble donc qu’il faille
suivre le rituel à la lettre et recommencer certaines
actions. (surgit, dat, perluit, vertitur, accipit,
jacit, dicit, respicit, tangit, concrepat, rogat, respicit). De même, il y a nécessité de se purifier avant
d’accomplir le rituel et à la fin de la cérémonie.
5 Où la nécessité de ne pas regarder les spectres
est-elle évoquée ?
À quel mythe grec vous fait-t-elle songer ?
Au v. 11 du texte est notée la mention dicit nec
respicit : il dit et ne regarde pas en arrière. Le texte
précise que le spectre ramasse les fèves et suit la
personne sans être vu : nullo vidente.
Cette nécessité de ne pas voir un mort fait évidemment penser au mythe d’Orphée et Eurydice :
Orphée était un musicien si habile qu’il pouvait
charmer tous les êtres : bêtes féroces, oiseaux,
vents, fleuves, arbres Il fut également un poète
célèbre, inspiré des dieux.
Sa fiancée Eurydice mourut le jour de leur mariage
et il décida d’aller la chercher aux Enfers. Avec sa
lyre, il parvint à charmer les divinités infernales
et réussit à obtenir le retour de sa fiancée. Pluton
émit une condition à ce retour : Orphée ne devait
pas regarder Eurydice avant d’avoir franchi les
limites des Enfers. Alors qu’ils arrivaient près de la
sortie, Orphée, impatient et oubliant la condition, se
retourna. Il vit alors Eurydice pour la dernière fois.
Elle disparut dans les abîmes.
6 Quel est le souci de la personne qui accomplit
la croyance romaine, les Lémures étaient les âmes des
gens qui avaient connu une mort violente. Ils ne pouvaient alors pas trouver le repos et venaient hanter
les maisons. La cérémonie des Lemuria permettait
d’apaiser ces âmes en les nourrissant de fèves noires.
Ce rituel autorise que les vivants soient épargnés.
7 PORTFOLIO Une autre créature mythologique dont
il ne valait mieux pas croiser le regard : Méduse.
Faites des recherches sur cette gorgone
et sa représentation dans l’art.
Méduse est l’une des trois Gorgones (avec ses
sœurs Euryale et Sthéno) et la seule à être mortelle.
• Vidéo sur You tube : taper Persée Méduse et prophéties (Nota bene).
• Site sur lequel les élèves trouveront de nombreux tableaux : taper « l’art magique » et chercher
« méduse » dans le menu de droite.
• Quelques œuvres : statue du Bernin (musée du
Capitole à Rome), tête de Méduse du Caravage,
tête de Méduse de P.-P. Rubens, Jean-Marc Nattier ;
Persée, assisté de Minerve, pétrifie Phinée et ses
compagnons, 1718, Sebastiano Ricci ; Persée affrontant Phinée avec la tête de la Méduse, etc.
TEXTE 3
L’attaque des sorcières
Apulée, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 112
Aide à la traduction
1 Traduisez les ablatifs absolus en veillant
à rendre la valeur circonstancielle
membris destinatis : après avoir bien fixé, bien
attaché ses membres  après l’avoir bien garrotté
capite dimoto : après avoir déplacé la tête
 faisant pencher la tête
utriculo admoto : après avoir approché une petite
outre/grâce à une outre approchée
immissa dextera : après avoir plongé la main droite
2 Les propositions en gras comportent des verbes au
subjonctif introduits par les conjonctions ut ou ne.
Traduisez-les en cherchant à rendre leur valeur.
ut nulla... usquam : afin qu’il ne reste plus une
goutte
ne quid demutaret : pour qu’il ne manque rien
cave ne... transeas : prends garde, toi qui est née
dans la mer, à ne pas traverser le fleuve
3 Remettez la traduction en ordre en vous aidant
des mots proches du français et du sens du texte.
8/4/1/5/7/3/6/2
Approfondissement
4 D’où est extrait ce texte ?
le rituel ?
À quoi voit-on que c’est une fiction ?
Celui qui accomplit le rituel veut chasser de sa maison
les esprits, les Mânes des morts, qui la hantent. Dans
Ce texte est extrait d’un roman antique, écrit par
Apulée, auteur du IIe siècle après J.-C. Africain, phi-
58
5 Quels éléments (champ lexical, point de vue,
rythme de la narration...) contribuent à créer
une atmosphère fantastique ?
Tout au long de la lecture, on a du mal à distinguer s’il s’agit d’un rêve ou pas. La phrase Haec
ego meis oculis aspexi (l. 6) introduit d’ailleurs
le doute, ce qui est le propre de l’univers fantastique, où il y a hésitation entre deux solutions,
une surnaturelle, une réelle. La scène est décrite
essentiellement du point de vue d’Aristomène,
seul garant de ce qu’il raconte (faire relever aux
élèves les verbes à la 1re personne). L’insertion du
discours direct permet de donner une certaine
crédibilité à ses propos. La rapidité de l’enchaînement des actions contribue à rendre l’aspect irréel.
Mais c’est surtout le caractère cauchemardesque
de la scène qui produit cet effet, d’autant qu’il est
accentué par la crudité du vocabulaire. On trouve
ainsi le détail scatologique des lignes 12 à 14 avec
utilisation du verbe réaliste resideo et l’expression familière vesicam exonerare. À cela s’ajoute
l’adjectif varicus, adjectif vulgaire qui signifie en
écartant les jambes. Toute la scène est donc d’une
violence vulgaire. Elle a la précision de certains
cauchemars, notamment lors de la description de
l’ablation du cœur de Socrate. C’est une des scènes
les plus impressionnantes du roman. Aristomène,
compagnon de voyage, raconte une aventure
effrayante qui l’a mis en présence de sorcières terrifiantes qui pratiquaient la magie noire : elle a la
précision de certains cauchemars et le caractère
sacré d’un rituel d’immolation.
6 PORTFOLIO Quelle image des sorcières ce texte
donne-t-il ? Montrez, en vous appuyant
sur des exemples précis, que le traitement
de cette figure a évolué.
Il y a une dimension sacrificielle dans cet épisode, ce qui fait des sorcières des ministres d’un
rite macabre. Méroé incline la tête de Socrate à
droite, plonge l’épée dans la gorge, recueille le
sang (ce qui évoque un rituel de magie noire au
cours duquel on boit le sang des victimes qu’on
réutilise pour commettre des maléfices), plonge
la main dans la plaie pour procéder à l’ablation du
cœur, on entend même le sifflement par lequel le
corps exhale l’âme. Panthia procède à la substitution du cœur par une éponge. Avant de partir, elles
urinent sur Aristomène. On voit que les étapes sont
très nettes et que les sorcières procèdent méthodiquement avec froideur, ce qui donne une image
effrayante de ces deux femmes. On trouve également une allusion aux Bacchantes (l. 2) qui souligne
leur lubricité et leur absence de réserve. Par ailleurs, certains gestes (recueillir le sang, utiliser la
main droite) relèvent du rituel. Il y a clairement une
dimension sacrificielle puisqu’il s’agit d’ôter la vie à
Socrate mais selon un rite établi, en lui enlevant le
siège des fonctions vitales et des sentiments. On
retrouve donc le caractère sacré d’un rituel d’immolation. Mais on peut noter que ce rituel de l’éponge
ainsi que les paroles prononcées sont clairement
une création d’Apulée, confèrant une dimension
parodique au passage.
Cette scène donne donc une image effrayante de
la féminité et des sorcières : elles assassinent, sont
capables de plonger les mains dans les entrailles,
bref, ne manifestent aucune répugnance pour des
actes d’une violence extrême. Par ailleurs, elles
urinent (détail scatologique qui relève de l’humiliation sadique) sur Aristomène, après avoir proposé
de l’émasculer (l. 2-3 vel membris destinatis
virilia desecamus), ce qui crée une image castratrice et effrayante de la femme.
Cette scène de violence primitive (place essentielle
de la sorcellerie, crudité du vocabulaire, violence
des faits) contribue à donner une image inquiétante
des deux femmes.
On pourra éventuellement utiliser l’onomastique :
Panthia (pan-theia) : la toute divine, celle qui a des
pouvoirs divins tout puissants ; Meroe (capitale de
l’Éthiopie antique, capitale des hommes noirs). Ce
nom convient à une magicienne, la magie étant
volontiers associée à l’Égypte.
Des ressources pour travailler avec les élèves :
• Sitographie :
– Taper Helios langues et cultures de l’Antiquité.
Une fois sur la page d’accueil, cliquer sur l’onglet
latin, puis sur le niveau Seconde. Correspond à
l’objet d’étude « L’homme romain » une séquence
intitulée « Histoires de sorcières, de Médée à Harry
Potter ».
– Site Moyen Âge. Taper Actuel moyen age wordpresse sur le moteur de recherche. Sur la page
d’accueil, taper « Sorcière » dans l’onglet recherche.
On trouve ainsi l’article « Du nez crochu aux extensions de cils ».
• Filmographie :
Dans le septième art, la vision manichéenne de la
sorcière a évolué. D’horrible et dangereuse mégère,
elle devient peu à peu un personnage positif,
chargée d’aider les humains ordinaires.
Les élèves penseront à Nanny Mac Phee, avec
Emma Thompson (faciès rougeaud, affublé de verrues et d’un mono-sourcil disgracieux, le nez épaté,
59
Soi-même et l’autre
losophe, platonicien et brillant conférencier, il est
surtout connu pour son roman les Métamorphoses
ou L’Âne d’or, qui présente les apparences d’un
roman d’aventures, mais a probablement une signification religieuse. Le narrateur du roman, Lucius,
désireux de découvrir la magie, se rend en Thessalie
– pays par excellence de la sorcellerie. Au cours de
son voyage, il fait la connaissance d’un autre voyageur, Aristomène, qui lui raconte une épouvantable
histoire de magie noire, dont il a été le témoin et a
failli être la victime. Il s’agit ici d’un récit enchâssé :
Aristomène rapporte un épisode dont il a été
témoin, d’où l’usage des temps du récit, l’utilisation
du discours direct.
le regard intraitable...), dont le physique évolue en
fonction de l’amélioration du comportement des
enfants qu’elle garde.
Kiki la Petite sorcière, film d’origine japonaise réalisé en 1989 par le Studio Ghibli et le scénariste
Hayao Miyazaki.
Harry Potter, sorcier qui combat contre les forces
maléfiques de Voldemort, incarne l’engagement, le
courage et la résistance au Mal.
• Lecture complémentaire : Métamorphoses,
Apulée, I, 8-9 (cf. la cabaretière, Méroé).
2 Stricto gladio (l. 6), involuta sinistra manu
(l. 6-7), cluso ostio (l. 11-12) : traduisez
ces ablatifs absolus en veillant à rendre
leur valeur circonstancielle.
stricto gladio : l’épée dégainée
 après avoir dégainé son épée ;
involuta sinistra manu : la main gauche bandée
 non sans avoir bandé sa main gauche ;
cluso ostio : la porte ayant été fermée
 une fois la porte refermée.
3 Canem leporem persequi (l. 3) est une
proposition infinitive dépendante de putares.
Traduisez-la après avoir fait son analyse
grammaticale.
TEXTE 4
Les striges,
créatures de la nuit
Pétrone, Satyricon
 Livre de l’élève p. 113
Du reste, j’ai de mon côté une histoire terrible à
vous raconter. C’est une affaire aussi peu croyable
qu’un âne sur un toit. […] Tandis que […] nous
étions tous plongés dans la tristesse, tout à coup les
sorcières commencèrent un tel sabbat qu’on aurait
cru un chien poursuivant un lièvre.
Il y avait alors chez nous un Cappadocien, grand,
d’un courage à toute épreuve et que Jupiter, avec son
tonnerre, n’eût pas fait reculer. Sans hésiter, tirant son
épée, il franchit le seuil, non sans avoir enroulé avec
soin son manteau à son bras gauche. Il en traverse
une à l’endroit que voici (le ciel me garde d’un tel
accident). Nous entendîmes un gémissement, mais,
à vrai dire, nous ne vîmes personne.
Notre brave se jette aussitôt au travers de son lit : il
avait le corps couvert de taches livides, comme s’il eût
été battu de verges : la mauvaise main l’avait touché
! Nous fermons la porte et nous revenons veiller le
mort, mais quand la mère veut embrasser le corps de
son fils, elle ne trouve qu’un mannequin bourré de
paille : plus de cœur, plus d’intestins, plus rien ! Les
sorcières avaient volé l’enfant en le remplaçant par
ce sac de paille. Après cela, il faudra bien que vous
croyiez qu’il existe des femmes versées dans la magie
qui, la nuit, mettent tout sens dessus dessous. Quant
à notre Cappadocien, après cet acte de courage, il ne
recouvra jamais sa couleur naturelle ; bien plus, peu
après, il mourut frénétique. Nous nous étonnâmes
et nous crûmes puis baisant la table, suppliâmes ces
dames nocturnes de rester chez elles quand nous
rentrerions de souper.
Traduction de L. de Langle, 63, © Les Belles Lettres
(1923).
Aide à la traduction
1 Essayez de rapprocher les mots latins surlignés
de mots français leur ressemblant.
Cette question sera l’occasion de faire un peu
d’étymologie (narration, supputer, valoir, audition,
auditeur etc.).
60
Putares : traduire par un indéfini : on aurait dit.
Canem est à l’accusatif, c’est le sujet du verbe persequi à l’infinitif.
Leporem est un accusatif COD.
D’où la traduction : On aurait dit un chien qui chassait un lièvre.
4 Examinez les verbes puis repérez les différentes
propositions où ils se trouvent (coordonnées,
juxtaposées, subordonnées).
Identifiez leurs sujets et COD.
Cette question permettra de revoir les notions de
coordination et de subordination, mais aussi certains termes clés : et, -que, sed, nec, autem ; cum
+ subj., ut + subj., etc.
Approfondissement
5 Relevez, au début de l’extrait, le champ lexical
du bruit. Quelle atmosphère installe-t-il ?
On peut relever stridere, audimus, gemitum :
conformément aux croyances répandues et à
l’étymologie grecque du terme strige (du verbe
qui signifie siffler), Pétrone évoque les cris perçants poussés par les créatures. L’allitération en
consonnes dures (l. 3) ajoute au caractère désagréable du bruit. Le champ lexical est complété par
des formules qui essayent de définir la « bandeson » du début de l’épisode : putares... persequi,
en se référant au domaine connu du lecteur. Notons
que le bruit se fait entendre avant que l’on voit (l. 9)
et que l’on comprenne ce qui se passe, ce qui ajoute
au caractère inquiétant de la scène.
6 Relevez le champ lexical de la vue et celui
de la croyance. Pourquoi sont-ils présents ?
On peut relever ces termes : video, credatis,
miramur, credimus.
On peut aussi repérer des indications de couleurs
(le teint du Cappadocien), de matières qui sont
autant de signes d’observation. L’anaphore de non
et le rythme ternaire (l. 14) insistent sur l’affirmation qu’un événement extraordinaire vient de se
dérouler et qu’il est visible. Pour ce qui est de la
croyance, il faut également relever le rituel propitiatoire évoqué (l. 20-21).
7 D’après ce texte, comment définiriez-vous
les striges ?
Les striges sont des créatures de la nuit (mulieres
Nocturnae) qui se nourrissent du sang des
humains et de leurs organes. Elles semblent très
puissantes (plussciae) et quasi invisibles aux yeux
des humains.
D’après les légendes, c’étaient des créatures
hybrides, mi-femme, mi-oiseau, qui s’en prenaient
surtout aux nouveau-nés, soit qu’elles suçaient
leur sang, soit qu’elles les enlevaient de leur serres
crochues...
Voici ce que nous dit le Dictionnaire Latin Français
de F. Gaffiot : striga, ae (strix) : sorcière (dont on
effraie les enfants).
On pourra consulter l’article sur le site du Centre
National de ressources textuelles et lexicales
(CNRTL), onglet dictionnaire, dictionnaire TLFI.
8 ÉCRITURE Décrivez, à votre tour, un animal
fantastique inquiétant en quelques lignes.
On valorisera la précision de la description, le travail
sur les sonorités et les procédés stylistiques pour
donner à voir l’animal.
Il sera intéressant que les élèves réfléchissent non
seulement à l’apparence de l’animal mais aussi à
son mode de vie et son environnement qui peuvent
être vecteurs d’informations supplémentaires.
On pourra amener la notion d’hybridité.
9 PORTFOLIO Rapprochez les striges de Dracula,
personnage de B. Stocker (1897) ou d’autres
vampires de la littérature fantastique.
Le thème du vampire apparaît dans le roman
gothique. Il s’agit d’un mort-vivant qui se nourrit du
sang des vivants afin d’en tirer une force vitale.
Les élèves exploiteront de manière bénéfique l’article Wikipedia dédié à cette figure.
• Lectures complémentaires :
– Pline l’Ancien, Histoire, XI, 232, traduction Nisard.
– Tibulle, Élégies, I, 5 v. 47 à 58, traduction M. Rat,
Garnier (1931) (ici l’entremetteuse qui tente de
détourner Délia de son amour est qualifiée de
strige).
– Ovide Les Fastes, VI, v. 131- 168 , traduction de
Nisard (1857)(cf. les créatures monstrueuses).
TEXTE 5
Les lycanthropes
Pétrone, Satyricon
 Livre de l’élève p. 114
Aide à la traduction
1 La seconde phrase du texte crée une atmosphère
au clair de lune propice à l’irruption du surnaturel.
Traduisez-la.
Nous mettons les voiles ( nous nous débinons) au
chant du coq ; la lune brillait comme en plein midi.
Le récit commence donc une nuit de pleine lune,
ce qui reprend un topos littéraire traditionnellement associé à des événements surnaturels : la
pleine lune crée une atmosphère mystérieuse.
Dans la phrase, luna lucebat tanquam meridie,
luna est sujet du verbe, ce qui permet de personnifier ce nom. Elle dispense un halo de lumière et
l’imparfait installe cette atmosphère dans la durée.
Le moment de la journée correspond à la fin de la
nuit, période d’un entre-deux où il peut se passer
des choses étranges.
2 Nicéros utilise plusieurs compléments
circonstanciels (en gras). Traduisez-les.
Pourquoi les cas sont-ils différents ?
in silvas : dans les forêts ( dans les bois)
in tota via : pendant tout le chemin/tout au long
de la route
ad villam amicae meae : à la ferme de mon amie
domum : à la maison
in illum locum, in quo : dans ce lieu où
in lecto : dans un/son lit
Ces groupes de mots permettent de revoir l’usage
de l’accusatif et de l’ablatif dans les compléments
circonstanciels de lieu (mouvement/lieu où l’on se
trouve).
3 Comparez les deux traductions du passage
surligné ( p. 115). Comment les traducteurs
rendent-ils les temps des verbes ?
Laquelle vous semble la plus fidèle et pourquoi ?
Venimus (l. 3) est traduit par un présent dans la première traduction et un participe dans la seconde ;
de même respexi (l. 5) est traduit par un participe
présent dans la première et un présent de narration
dans la seconde. Globalement, L. Méry fait le choix
de traduire tout l’extrait au présent de narration
alors que s’y trouvent des parfaits (exuit, posuit).
Quant à l’imparfait stabam, les deux traducteurs
le traduisent comme tel, ce qui permet d’insister
sur la réaction du narrateur. La seconde traduction
est peut-être plus fidèle dans le rendu de certains
termes et expressions.
4 Proposez votre traduction.
On valorisera les élèves qui tentent de respecter
le rythme du texte et cherchent à rendre compte
de l’atmosphère étrange grâce aux termes choisis
et aux sonorités. On pourra leur proposer cette
traduction :
61
Soi-même et l’autre
Tous ces éléments conjugués permettent la
description d’un événement incroyable : le remplacement du corps d’un mort par une poupée de
paille, le passage à tabac d’un homme très solide
qui semble avoir affaire à une puissance surnaturelle et sa mort qui semble liée à une aspiration
de sa vie.
Nous nous mettons en branle au chant du coq.
La lune brillait : on y voyait comme à midi. Nous
tombons au milieu des tombeaux. Alors voilà mon
homme qui se met à conjurer les astres. Je m’assieds
en fredonnant et je m’amuse à compter les étoiles.
Mais quand je me retourne vers mon compagnon,
je le vois qui se déshabille et pose tous ses vêtements
sur le bord de la route. J’en reste plus mort que
vif, immobile comme un cadavre. Mais lui tourne
autour de ses habits en pissant et aussitôt le voilà
changé en loup.
Traduction de Louis de Langle, 62,
© Les Belles Lettres (1923).
Approfondissement
5 Quelles sont les réactions du narrateur face
à la transformation ?
Le narrateur se présente en état de choc, quasiment pétrifié : Mihi anima in naso esse ;
stabam tamquam mortuus ; Qui mori timore
nisi ego ? ; nesciebam ubi essem (le champ
lexical de la mort souligne sa sidération). La comparaison du narrateur avec un cadavre souligne
un visage certainement livide, une rigidité corporelle du fait de la stupéfaction. Ces comparaisons
soulignent son effroi et théâtralisent les réactions de Nicéros.
C’est comme si le personnage portait un masque
de théâtre aisément visible du spectateur et
exprimant clairement ses ressentis. L’expression
operire oculuos amplius non potui (l. 16-17) souligne le traumatisme vécu par Nicéros, rendu
totalement incapable de dormir.
Comme on le voit, l’expérience est marquante pour
le narrateur.
6 Quel est l’intérêt d’un récit à la première
personne ?
La majorité des verbes est conjuguée à la 1re personne et l’on trouve également des pronoms
(ex : homo meus, sedeo ego, Mihi anima in
naso esse, Ego primitus nesciebam ubi essem,
etc.). C’est à travers ses yeux que l’expérience est
narrée. Il n’hésite pas d’ailleurs à évoquer ses
émotions, ses sentiments (frayeur), ce qui permet
une identification de l’auditeur/lecteur. Nicéros se
met en scène : au cimetière (« cantabundus »),
face au loup-garou, sur un chemin dans la nuit,
etc.
Il affirme même son rôle de narrateur : Sed, quod
coeperam dicere (l. 9-10). Les convives et le lecteur sont ainsi entraînés dans les aventures du
narrateur témoin d’une aventure extraordinaire.
On pourra même parler d’une parodie d’épopée
lorsque Nicéros se rend dans la ferme : il se bat
contre les ombres (comme s’il était descendu au
Tartare !). Ce récit vivant et comique a pour but
de rallier le public et de l’amuser malgré le sujet
quelque peu inquiétant.
62
7 Comment le narrateur nous fait-il systématique-
ment osciller entre le doute et l’adhésion
au récit ? Quelles sont les preuves données
de la transformation ?
On retrouve le principe de la double hésitation (le
fait d’hésiter entre une explication rationnelle et
une explication surnaturelle pour les faits évoqués)
tout au long du récit. Le lecteur peut en effet concevoir des doutes quant à la véracité du récit du fait
du cadre nocturne et de l’heure tardive : le narrateur était-il ivre ? fatigué ? Son récit est-il le produit
d’affabulations ? Ses réactions le laissent proches
de la mort : est-il encore lucide ? D’ailleurs, il se bat
contre un ennemi invisible... Comment expliquer
que les vêtements disparaissent ? En outre, l’étrangeté de l’action est soulignée par l’absence d’une
réelle description de la transformation ; la coïncidence entre la transformation et le carnage survenu
dans le troupeau est troublante. À ceci s’ajoute la
légèreté du narrateur, qui chantonne assis sur des
tombes.
Néanmoins, l’insertion de commentaires du narrateur qui précisent qu’il ne plaisante pas légitime ses
propos avec des adresses aux convives (Nolite...
jocari putare, l. 8) De plus, la marque au cou du
soldat constitue une preuve tangible de son identité de loup-garou (blessé par la lance de l’esclave)
ainsi que les vêtements changés en pierre. On peut
ajouter à cela l’épisode de la ferme, avéré par l’amie
du narrateur, le médecin qui soigne le soldat, qui
est on ne peut plus vivant ! Nicéros rend, en outre,
son récit vraisemblable, en donnant de nombreux
détails (lieux, prénom Mélissa), en respectant une
chronologie des événements précise et en insistant
sur le fait qu’il ne ment pas. Ces détails permettent
de donner du crédit à son récit : l’homme qu’il a
vu partir la veille est retrouvé blessé dans son lit.
D’où l’hésitation du lecteur qui ne peut trancher de
manière définitive.
8 PORTFOLIO Recherchez un texte ou un film
contemporain mettant en scène un loup-garou
et comparez avec le texte antique.
On pourra demander aux élèves de s’intéresser plus
particulièrement au processus de transformation,
aux manifestations de l’animalité (aspect physique,
cris, violence, bestialité…), au sens que l’on peut
donner à la transformation, au principe de double
hésitation.
Croire aux loup-garous ?
 Livre de l’élève p. 115
1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle,
2 Saint Augustin, La Cité de Dieu
Approfondissement
1 Les auteurs de ces textes opposent
aux croyances populaires une attitude
rationnelle. En quoi est-ce intéressant ?
Il sera intéressant d’opposer rationalité et superstition mais aussi d’insister sur la qualité du doute
philosophique antique, distinguant croyances populaires et attitudes rationalistes.
Sous l’emprise
de la fureur
4 En vous aidant des notes et de vos réponses
aux questions, faites correspondre le texte latin
avec sa traduction française.
On expliquera aux élèves la technique du « petit
latin » qui consiste à effectuer des allers-retours
entre le texte latin et le texte français en établissant des rapprochements de termes, en cherchant
à construire le sens du texte, en reconstituant la
syntaxe.
Approfondissement
5 Pourquoi Médée considère-t-elle
qu’elle est Médée maintenant ?
Après avoir commis un premier crime (le meurtre de
Creuse et de son père), Médée veut maintenant se
venger de Jason, afin de mettre un terme à leur histoire. Elle souhaite redevenir ce qu’elle était avant
de le rencontrer. Pour cela, elle décide de tuer ses
enfants. Ce faisant, elle accomplit son destin et
devient la Médée qui va entrer dans l’Histoire. Ce
long monologue de Médée, qui constitue un morceau de bravoure, lui permet d’aller encore plus loin
dans le crime. Médée évoque ses crimes passés
avec une certaine fierté et se revendique même
comme épanouie par le crime : Medea nunc sum.
6 En quoi les expressions ferox animus (v. 3-4)
TEXTE 7
Médée : de l’amour
au meurtre
Sénèque, Médée
 Livre de l’élève p. 116
Aide à la traduction
1 Le terme ira, employé à plusieurs reprises
dans le texte, est sujet de plusieurs verbes.
Repérez-les et traduisez-les.
• v. 2 : ira est utilisé en apostrophe et sujet de
mittis et de Intendis (v. 3) : t’élances tu ?, diriges-tu ?
• v. 13 : Ira discessit loco : la colère a quitté la place
• v. 28 : Ira, qua ducis : (apostrophe) ma rage, là où
tu m’emmènes
2 Retrouvez la traduction des mots ferox, demens,
furor.
ferox : impétueux, intrépide, farouche – demens :
dément, fou furieux – furor : délire, folie, égarement
3 Faites de même pour les termes nefas, crimen,
facinus, scelus.
nefas : ce qui est contraire aux lois religieuses, sacrilège – crimen : crime – facinus : forfait, attentat,
crime – scelus : crime, forfait, action malfaisante
Ces termes sont essentiels pour comprendre le
processus de transformation à l’œuvre dans la
tragédie romaine où le héros bascule hors de l’humanité. Ce sera l’occasion de définir avec les élèves
le héros tragiques. On pourra notamment rappeler
le passage du dolor au furor qui conduit au nefas
(cf. p. 120 : Furor et dolor tragiques).
et demens furor (v. 16) insistent-elles sur la folie
de Médée ? Quels autres termes ou expressions
renforcent cette notion de démence ?
On réutilisera pour cette question le travail effectué
précédemment sur le lexique.
Les termes utilisés insistent sur la colère profonde
de Médée, qui la met hors d’elle-même (c’est la
définition même du héros tragique antique), qui
sort de l’humanité. Les allitérations renforcent cette
idée de fureur. Médée, dans notre extrait, ne semble
pas avoir de prise sur ce que sa furor a décidé. Les
adresses à sa colère (ira), le champ lexical de la
mort, du crime et du sang soulignent qu’elle s’apprête à commettre un acte monstrueux.
7 À quoi voit-on que Médée est comme écartelée
entre deux forces contraires ? Lesquelles ?
Les vers 12-13 qui marquent une prise de conscience
de l’horreur de ses paroles, les questions rhétoriques
(v. 15-16, 23)... contribuent à mettre en scène un personnage égaré et qui se met à douter. Lorsqu’elle
parvient enfin à comprendre ce que sa fureur attend
d’elle, elle émet des réserves et semble à ce momentlà partagée en deux êtres qui se tiraillent. Cette prise
de conscience, cette hésitation, donnent lieu à de
nombreuses interrogations : le vers 15 est assez révélateur puisque Médée semble s’étonner elle-même
du crime qu’elle s’apprête à commettre. De même,
le vers 25 indique très clairement l’hésitation de
Médée. Encore une fois, on peut avoir l’impression
que Médée est partagée en deux. Médée, héroïne tragique, est donc confrontée à un dilemme. Écartelée
entre son instinct maternel et sa situation de femme
63
Soi-même et l’autre
TEXTES 6
trahie, soit elle se venge de la trahison de son époux
mais perd ses enfants, soit elle écoute son instinct
maternel et demeure non vengée. Quel que soit son
choix, elle sera malheureuse. Médée se dit obligée,
malgré ses hésitations, d’accomplir un tel crime. Le
seul motif qui l’y pousse est le fait que ses enfants
aient Jason pour père et Médée pour mère. Ils sont
donc coupables par leur naissance ; ils sont comme
les héros tragiques sur lesquels le sort s’acharne en
raison de leur ascendance.
8 Dans le tableau de Frederick Sandys, quels
éléments montrent que Médée est comme
« hors d’elle-même » ?
Dans le tableau, la magicienne est représentée au
moment où elle imbibe les fils de l’étoffe du redoutable poison (les ingrédients sont visibles devant
elle). Médée semble comme en transe avec ses
yeux révulsés qui s’élèvent vers le haut. La main
gauche (sinistra) s’agrippe aux fils rouges du collier (symbole du sang ?). L’expression de son visage
traduit la douleur mais également la détermination
furieuse qui est sienne : elle entend assouvir sa vengeance, non seulement contre sa rivale mais aussi
contre ses propres enfants. Son geste de quasilacération contre sa propre chair peut être considéré
comme un indice proleptique annonçant le meurtre
futur de sa propre progéniture.
9 PORTFOLIO Connaissez-vous des auteurs
européens ultérieurs qui se sont inspirés
du mythe de Médée ? Sélectionnez quelques
scènes en écho à celle-ci et notez ressemblances
et différences.
Depuis l’Antiquité, Médée incarne la passion voire la
folie meurtrière.
Avec Médée, le lecteur se trouve confronté à une
horreur impensable, voire indicible : le renversement de la figure maternelle en une infanticide
sans pitié. À cela s’ajoutent les pouvoirs de la magicienne. Médée est donc une femme puissante,
maîtresse de son destin.
• De nombreux dramaturges ont mis en scène ce
personnage. On pourra bien sûr penser à Corneille,
J. Anouilh, M. Rouquette.
• Médée Kali de Laurent Gaudé : le dramaturge
propose une nouvelle image du personnage. Il
associe la figure mythologique à celles de la Gorgone et de la déesse Hindoue Kali. Elle vient du
Gange et pétrifie les êtres. Elle a tué ses enfants et
revient sur leur tombeau situé en terre grecque afin
de les en extraire pour que sa vengeance soit totale.
• Sitographie :
– Taper « classiques et contemporains » sur le
moteur de recherche, puis cliquer sur l’onglet
« interview » : on trouve une retranscription d’un
entretien avec Laurent Gaudé sur Médée kali.
– Taper « théâtre contemporain.net Médée Kali »
sur le moteur de recherche. Cliquer sur l’onglet « en
scène ».
64
• Lecture complémentaire :
Virgile, Énéide, VII, Amata, 374 sq.
• Proposition de sujet d’invention :
Rédigez le monologue intérieur de Médée en montrant qu’elle est écartelée/confrontée à un dilemme.
TEXTE 8
Phèdre, de la folie
au désespoir
Sénèque, Phèdre
 Livre de l’élève p. 118
Aide à la traduction
1 Num sana Phaedra est ? Facitne verba choro ?
Phaedra non sana est. Non loquitur.
Dans ce monologue, c’est la nourrice qui répond aux
questions du chœur. Phèdre n’est pas présente sur
scène. La nourrice annonce sa démence. Elle décrit
Phèdre dans un état proche de la folie en utilisant
les termes de la déraison (v. 2 insanis, v. 4 furor) :
Phèdre n’a plus toute sa mens, ce qui est corroboré
plus tard par son arrivée et les ordres qu’elle donne.
C’est donc la première étape du parcours du héros
tragique qui devient demens.
2 À quel temps et à quel mode les verbes sont-ils
majoritairement conjugués ? Pourquoi ?
Les verbes sont majoritairement au présent de l’indicatif : ceci permet un portrait en action.
Ce temps a aussi une valeur d’actualisation.
3 Repérez le champ lexical du feu :
traduisez les groupes de mots où il apparaît.
La métaphore initiale qui inaugure le portait est
celle du feu (un poncif) :
Finisque flammis nullus insanis erit (v. 2) : et
il n’y aura aucune fin pour les flammes insensées ;
Torretur aestu (v. 3) : elle est brûlée par un feu ardent ;
ignis (v. 5) : le feu.
L’image du feu donne à voir le mal incurable et dévorateur, cause de la dégradation physique qui suit.
4 De nombreuses antithèses ponctuent le texte :
– tegatur  proditur
– se quieti reddit  somni immemor
– attolli jubet  iterumque poni corpus
– solvi comas  rursusque fingi
Comment soulignent-elles l’instabilité
de Phèdre ?
Cette série d’antithèses et de rythmes binaires
signifie clairement une instabilité psychologique,
d’autant que les termes sont placés à des endroits
stratégiques des vers. Noter les verbes au passif qui
transforment Médée en objet des attentions (et de
ses ordres inconséquents), les adverbes iterum et
rursus en début de vers (anaphore) pour signifier
les revirements incessants. Il s’agit d’évoquer de
Approfondissement
5 Quel est l’intérêt que le portrait de Phèdre soit
brossé par la nourrice ?
L’échange entre la nourrice et le chœur va permettre de mieux connaître Phèdre. Il est prétexte
à délivrer un message attendu du public, hors du
palais. (convocation du hors-scène : hypotypose).
Les mots qui racontent envahissent l’espace, ils
dessinent le tableau que tous, spectateurs et personnages, regardent. La nourrice, désignée par le
terme altrix, qui la désigne bien comme celle qui
nourrit, entretient un lien de proximité avec Phèdre,
ce qui légitime sa parole. Le regard de la nourrice
sur Phèdre, dans le rôle qui est le sien auprès de sa
maîtresse, permet de passer de l’intériorisation à
l’extériorisation ; elle raconte et décrit ce qu’elle voit
jusque dans l’intimité de la reine. En témoignent les
v. 3-4 : inclusus quoque,/Quamvis tegatur, proditur vultu furor (chiasme tegatur/proditur +
opposition entre inclusus […] tegatur et proditur,
de l’intérieur vers l’extérieur). Les mots dévoilent
donc ce que le spectateur ne peut voir. Il est intéressant de constater que Phèdre n’est pas nommée :
elle devient objet du récit, de la description. On a
donc description de Phèdre dans son intimité de jour
comme de nuit (v. 12-13 : l’actualisation au temps
présent, donne à entendre les plaintes), au lever
(attolli jubet, v. 11 ), alors qu’on l’habille et la coiffe
(v. 12-13), et au moment des repas (v. 14). Les mots de
la nutrix donnent ainsi corps au malaise de Phèdre.
6 Que révèle la faiblesse physique de Phèdre ?
Toutes les parties du corps sont nommées : visage,
yeux, paupières, joues, cheveux, cou, tête, membres
dont jambes, et vêtements. À la fin de cette liste,
après le morcellement douloureux du corps, celui-ci
est évoqué dans sa totalité avec le terme corporis
au v. 19.
Chaque partie du corps est associée à un terme ou
une expression dévaluante qui disent la dégradation physique de Phèdre due à son mal incurable :
l’affaissement, le ternissement, la crispation.
Visage : vultu/furor (traits contractés par la folie)
ora (v. 17)/Non tinguens nitida purpureus rubor
(perte de l’éclat)
Yeux : oculis ; erumpit ignis (fureur)
Paupières : genae/lassae (tombantes)
Joues : genae/lacrimae cadunt, assidue irrigantur (baignées de larmes en permanence)
Tête et cou : caput ; collo/labante (effondrement)
Cheveux : comas/solvi et fingi (contradictions)
Membres (dont jambes) : de haut en bas, on
assiste à la propagation de l’effondrement qui
les gagne : artus/jactat varie (désarticulation) ;
artus/populatur (dévastation) ; gressus/tremunt
(tremblements)
Démarche : incertaine et saccadée (gradu/soluto et
pede/incerto)
Vigueur : perdue (viribus/defecta et vigor/non)
Beauté : perte de la beauté qui s’étiole (corporis/
cecidit decor), est fanée (usage de l’imparfait), traduite par un verbe qui connote la chute annoncée.
Corps tout entier : faiblesse absolue qui souligne
l’agitation intérieure et l’instabilité psychologique
de Phèdre.
7 Comment comprend-on que le basculement dans
la folie de Phèdre est inéluctable ?
Ce portrait traduit une évolution de Phèdre et fait
sentir la dégradation de l’état de Phèdre, véritable
proie de ses démons, livrée d’ores et déjà à sa furor.
Le manque de maîtrise de soi (physique et psychologique), la sauvagerie clairement revendiquée
laissent penser que Phèdre a franchi un pas vers la
furor. Il n’y a plus de place en elle pour le respect
des règles de vie élaborées par le droit, la religion,
les mœurs. Phèdre n’a, semble-t-il, plus de limites
et peut se laisser aller au désordre : le nefas va pouvoir avoir lieu.
Phèdre semble ici sombrer dans la démence : on
sent qu’il n’y a plus guère d’espoir de la ramener
à la raison. La nourrice avait bien raison de commencer sa tirade par spes nulla. L’inquiétude de la
nourrice et son rôle par la suite sera le moteur du
tragique. En voulant la sauver, elle la perdra.
8 Quels conseils donneriez-vous à l’actrice pour
jouer cette scène ? Sur quelles phrases insisteriez-vous et pourquoi ?
On vérifiera que les élèves ont bien compris qu’il
s’agit d’une hypotypose, que la nourrice est très
inquiète et perplexe face à sa maîtresse et que la
machine tragique est en marche.
À partir de là, on valorisera les propositions qui
rendent compte d’un choix cohérent et pensent
à utiliser tous les éléments du langage théâtral
(corps, intonation, expression du visage, attitude,
déplacement, rythme, débit, etc.).
9 À quoi voit-on que l’actrice Dominique Blanc
est devenue Phèdre dans son interprétation
du personnage de Racine, mis en scène
par Patrice Chéreau en 2003 ?
On fera observer l’expression du visage de l’actrice,
les yeux hagards, perdus dans le vide, comme pour
signifier qu’elle n’est plus là.
10 PORTFOLIO Avant Sénèque, Euripide a écrit
la tragédie Hyppolite. Au XVIIe siècle, Racine
s’est inspiré de ces deux pièces pour écrire
sa tragédie classique. Quelles principales
différences existent entre ces trois pièces ?
Comparez un ou deux passages du texte
de Racine avec les textes antiques.
• Sitographie : On pourra se référer à un document
très bien fait, accessible sur le site de l’académie
65
Soi-même et l’autre
manière imagée une coexistence d’états contraires
qui donnent à voir une Phèdre hors d’elle-même.
Une expression résume parfaitement la situation :
semper impatiens sui (v. 13). Bref, Phèdre est dans
un état d’instabilité psychologique.
de Strasbourg. Taper : « sources théâtrales antiques
de Phèdre de Racine » sur le moteur de recherche.
• Lecture complémentaire :
Vénus a demandé à son fils Cupidon d’inspirer à
Didon une passion mordante pour Énée. Aussitôt,
la reine tombe amoureuse du prince troyen. Elle se
confie à sa sœur Anna mais affirme vouloir rester
fidèle à son premier époux Sychée.
Se reporter à Virgile, Énéide, IV, 1-29.
C’est d’ailleurs confirmé par la réplique de Pylade
(v. 21 sq.).
Bérenger, quant à lui, après avoir résisté pendant
toute la pièce, semble, par moments, très tenté de
devenir rhinocéros. Son oscillation constante entre
humanité et animalité se manifeste dans la ponctuation expressive et les questions rhétoriques qui
témoignent de son tourment.
2 Comment traduiriez-vous la folie
de ces personnages tragiques sur scène ?
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
 Livre de l’élève p. 120
Le théâtre antique,
lieu du dédoublement
Comparez le personnage d’Oreste
représenté par Bouguereau et une représentation antique.
PORTFOLIO
On pourra consulter une étude du tableau Oreste
poursuivi par les Furies de A.-W. Bouguereau sur le
site de l’académie de Nantes. Taper « Académie de
Nantes, remords d’Oreste » : projet pédagogique
pour croiser un texte (Électre) et un tableau.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 122
Des personnages en proie à la folie
1 Quels signes d’aliénation Oreste et Bérenger
montrent-ils ?
Tout d’abord, Oreste est en proie à des hallucinations (v. 3-4, v. 9 sq.) et semble immergé par
l’horreur du crime qu’il a commis au point de voir
du sang partout. Ensuite, il semble en proie à une
confusion mentale terrible puisqu’il confond son
ami Pylade avec son ennemi Pyrrhus.
66
On valorisera une réflexion originale qui mette en
œuvre divers moyens (attitude et jeu des personnages, travail sur les lumières, bande-son pour
traduire une atmosphère inquiétante, travail sur les
costumes, les déplacements ).
3 PORTFOLIO Confrontez l’un de ces textes
à un texte antique de votre choix et demandezvous ce qu’ils disent de la folie humaine.
• Piste pédagogique : Sorcières et fées,
des personnages à réhabiliter pour sortir
de la vision manichéenne traditionnellement
liée à ces figures.
Chez Théocrite et Virgile, les magiciennes peuvent
concocter des élixirs pour regagner des amants
volages. Dans la littérature populaire, la sorcière est
souvent associée au mal et au poison, en témoigne
la sorcière du conte Blanche-Neige, qui n’a de cesse
de se débarrasser de la jeune fille. La fée est porteuse de valeurs plus positives. Elle permet même
de donner des leçons de vie comme dans Les Fées
de Perrault, où le don négatif rétablit l’équilibre
entre les deux sœurs : l’intervention du personnage
magique est le support d’un enseignement.
• Bibliographie : Théocrite, Idylles, 2
Virgile, Bucoliques, 8, v. 63-110
Charles Perrault, Les Fées, in Contes (1695)
Les frères Grimm, Blanche-Neige (1812)
Michelet, La Sorcière (1862)
3
Soi-même et l’autre
SÉQUENCE
Objectif
érences de culture,
 Diff
différences de condition
 Livre de l’élève p. 124
La séquence porte sur l’altérité, qu’elle se manifeste au sein même de la société
(esclave, affranchi) ou de l’Empire romain (étrangers sur le territoire et en dehors).
Il s’agira de montrer aux élèves que les Romains, malgré certains préjugés, assimilent
facilement les étrangers à condition qu’ils adhèrent aux valeurs de la cité.
Les élèves connaissent déjà bien tous les thèmes abordés grâce aux programmes
des années précédentes. Il sera intéressant pour eux de découvrir des textes
nouveaux, qui présentent les faits de façon originale.
Que savez-vous déjà ?
• Comment la société romaine est-elle composée ?
Les élèves pourront répondre que la société est composée des citoyens romains,
de leurs épouses, des esclaves et des affranchis. On pourra évoquer avec eux
le droit de cité, acquis au fur et à mesure de l’extension de Rome par les municipes.
Il conviendra de nommer, parmi les étrangers, les pérégrins qui sont des étrangers
de naissance libre et finiront eux aussi par acquérir la citoyenneté.
• Savez-vous comment les Romains considéraient les autres peuples ?
Les Romains se montrent dans l’ensemble tolérants avec les étrangers.
Néanmoins, les préjugés sont parfois persistants, comme le montre le texte
suivant qui pourra être lu aux élèves :
Prenant d’abord pour modèles les caractères des nations ou des provinces, (les Anciens) y comparaient chaque individu, disant : « Un tel ressemble à un Égyptien : or les Égyptiens sont rusés, portés
à s’instruire, légers, téméraires et portés à faire l’amour ; un tel ressemble à un Celte ou, si l’on veut,
à un Germain : or les Celtes sont ignares, courageux et farouches ; un tel ressemble à un Thrace : or
les Thraces sont injustes, paresseux et ivrognes. »
Anonyme, Traité de physiognomonie, § 9, traduction de J. André, © Les Belles Lettres (1983).
• Que savez-vous des barbares ? des esclaves dans la société romaine ?
Pour les Grecs, le monde est séparé en deux et les hommes sont grecs ou « non
grecs », c’est à dire barbares (étymologiquement, ceux qui ne parlent pas grec
mais forment des sons inarticulés du type « bar bar »).
Les élèves pourront évoquer les différentes origines des esclaves (cf. livre de l’élève
p. 138), leurs conditions de vie et la possibilité de les affranchir.
67
La représentation
du barbare
TEXTE 1
Les Gaulois :
des guerriers bravaches
Tite-Live, Histoire romaine
 Livre de l’élève p. 126
Aide à la traduction
1 En vous aidant du code couleur, isolez d’abord
sujets, verbes et COD, puis traduisez
les phrases minimales ainsi obtenues.
Gallus processit « quem nunc, inquit, Roma
virum fortissimum habet, procedat ut noster
eventus ostendat utra gens sit melior. » silentium fuit, cum et abnuere certamen vererentur
et praecipuam sortem petere nollent ; tum
T. Manlius, L. filius, qui patrem vindicaverat,
pergit ; numquam pugnaverim, non si certam
victoriam videam : « si tu permittis, volo ego
ostendere, quando adeo ferox praesultat, me
ortum (ex familia) quae agmen dejecit. » Tum
dictator « macte virtute, inquit, ac pietate in
patrem patriamque, T. Manli, esto. Perge et
nomen Romanum invictum praesta. »
Le Gaulois s’avance et dit : « Que l’homme le plus
courageux que Rome possède s’avance afin que notre
issue montre quel peuple est le meilleur. » Le silence
se fit comme on craignait de refuser le combat et
qu’on ne voulait pas aller seul au devant d’un destin. Alors Titus Manlius, qui avait délivré son père,
s’avança. « Je n’aurais jamais combattu, pas même si
je voyais la victoire certaine. Si tu le permets, je veux
montrer, puisque cette bête se pavane à ce point, que
je suis issue de la famille qui renversa l’armée. » Alors
le général dit : « Aie bon courage et sois dévoué à ton
père et à ta patrie. Va et montre que le nom romain
est invincible. »
2 Essayez ensuite de traduire l’ensemble du texte
en vous aidant des notes.
Enfin, un Gaulois d’une taille gigantesque s’avance
sur ce pont libre alors, et de toute la puissance de sa
voix s’écrie : « Que le plus vaillant des guerriers de
Rome vienne et combatte, s’il l’ose, afin que l’issue
de notre lutte apprenne qui des deux peuples vaut
plus à la guerre. » Il se fit un long silence aux premiers rangs de la jeunesse romaine : on rougissait de
refuser le combat, mais on craignait de courir seul
toutes les chances du danger. Alors T. Manlius, fils de
Lucius, qui avait délivré son père des attaques d’un
tribun, quitte son poste, et s’approchant du dictateur : « Sans ton ordre, général, lui dit-il, je n’aurais
jamais combattu hors de rang, même avec l’assurance de la victoire. Si tu le permets, je veux montrer
à cette brute, qui gambade insolemment devant les
enseignes ennemies, que je suis sorti de cette famille
qui renversa de la roche Tarpéienne une armée de
68
Gaulois ». Alors le dictateur : « Courage, T. Manlius,
lui dit-il ; sois dévoué à ta patrie, ainsi qu’à ton père.
Marche, et prouve, avec l’aide des dieux, que le nom
romain est invincible. »
Approfondissement
3 Étudiez la description du Gaulois et celle
du Romain. Comparez les deux combattants.
Le Gaulois est décrit dès le début du texte comme
remarquable par sa taille : eximia corporis
magnitudine (l. 1). Ce sont des superlatifs qui le
qualifient : maxima voce (l. 2), taille extraordinaire
(l. 24). Tite-Live le présente comme un être à l’apparence impressionnante et effrayante : vêtements
bigarrés, armure peinte, corps étincelant (l. 25 et
26). Titus Manlius le qualifie de bête (beluae, l. 11) et
de ferox (l. 11), ce qui le rapproche aussi de la bête
sauvage (fera, ae, f). Ce qui le caractérise est aussi
la stupidité : La seule action décrite par Tite-Live
est le fait qu’il tire la langue et se pavane devant
l’armée romaine (praesultat, l. 12). L’auteur prend
la peine d’insister sur ce point en mentionnant que
ce sont les Anciens qui ont rapporté ce fait. Même la
joie qu’il manifeste est qualifiée de stupide.
En opposition à cette démonstration de force et
de bêtise, Tite-Live décrit Titus Manlius comme un
soldat obéissant (Injussu tuo, l. 9, si tu permittis,
l. 11), en mettant en évidence sa piété familiale
(allusions au père l. 8 et 14 et à la famille l. 12), son
dévouement à sa patrie (patriam, l. 14) et aux dieux
(l. 15). Tite-Live insiste également sur son apparence
modeste (stature moyenne, l. 26) et surtout sur sa
modestie. Tandis que le Gaulois se pavane, Titus
Manlius n’a que des armes et une attitude modeste
(l. 27 et 28). Tout semble opposer les deux combattants. Le Romain incarne l’idéal du soldat/citoyen
dans la retenue (gravitas/frugalitas), ne tendant son
effort que pour la défense de sa patrie. Ce sera l’occasion d’évoquer avec les élèves le mos Majorum.
4 Qu’est-ce que la roche tarpéienne ?
Pourquoi Titus rappelle-t-il cet épisode ?
La roche tarpéienne est une hauteur rocheuse située
à l’extrémité du Capitole. Son nom vient de Tarpéia,
fille du gardien de la citadelle du Capitole, qui ouvrit
l’accès des remparts aux Sabins et fut massacrée
par eux pour prix de ce service. C’est du haut de cette
roche que l’on précipitait les condamnés accusés de
haute trahison. Vers 390 av. J.-C., Brennus, chef gaulois, envahit Rome avec ses troupes. Les Romains
se réfugient sur le Capitole. Une nuit, alors que les
Gaulois tentent de s’emparer de la citadelle, les oies
du Capitole, consacrées à Junon, donnent l’alerte
et réveillent Marcus Manlius qui renverse avec son
bouclier un Gaulois qui entraîne tous les autres dans
sa chute. Titus Manlius souhaite rappeler cet épisode pour montrer que son ancêtre a sauvé Rome
des Gaulois qui l’avaient envahie. Il veut prouver
qu’il est digne de son ancêtre qu’il célèbre et montrer ainsi que sa victoire est certaine.
de ce combat.
On pourra donner aux élèves la suite de la traduction du texte tiré de l’Histoire romaine de Tite-Live.
Quand ils se furent arrêtés entre les deux armées,
tout autour l’espoir et la crainte tenaient l’âme des
mortels en suspens. Le Gaulois, qui, telle une masse,
dominait son adversaire, porta en avant son bouclier
de la main gauche et asséna sur l’armure de l’ennemi
venant sur lui un coup de taille qui retentit avec fracas, mais sans aucun effet. Le Romain, la pointe de
son épée un peu relevée, heurta de son bouclier le
bas du bouclier ennemi, et, mettant tout son corps
en deçà de la portée d’un coup meurtrier, il l’insinua
entre le corps et les armes du Gaulois, et d’un coup,
puis d’un autre, transperça le ventre et l’aine de son
adversaire. Il étendit ainsi à terre le Gaulois qui, en
s’écroulant, couvrait un espace immense. Manlius,
épargnant au cadavre toute autre espèce d’outrage,
prit pour seule dépouille un collier et se mit au cou
cette parure tout éclaboussée de sang. La terreur
jointe à la surprise avait figé le Gaulois. Les Romains
pleins d’allégresse quittent leur poste, s’avancent
au-devant de leur champion et, sans lui ménager
félicitations ni louanges, le conduisent devant le dictateur. Parmi les plaisanteries grossières que, suivant
leur coutume, les soldats lancèrent en des refrains
naïfs, le surnom de Torquatus se fit entendre. Le succès de ce surnom en fit un titre honorifique, même
pour les descendants [et la famille] du guerrier. Le
dictateur y ajouta le don d’une couronne d’or et,
devant les troupes rassemblées, porta dans ses éloges
le combat jusqu’aux nues.
Traduction de R. Bloch, VII, 10, © Les Belles Lettres
(2003).
6 PORTFOLIO Comparez les qualités du héros
romain avec celles d’un héros historique
contemporain.
Les élèves pourront choisir tout héros historique
de l’époque contemporaine (le colonel Beltrane, les
héros de la Résistance, Aristide de Sousa Mendes –
consul du Portugal à Bordeaux, les élèves du lycée
Buffon à Paris, Montaigne à Bordeaux…). En fonction de leur choix, ils pourront mettre en évidence
le dévouement à la patrie, la modestie avant le
combat ou le fait que le physique de ce héros ne le
prédestine pas à une telle gloire.
7 Comparez la figure du héros romain et celle
de l’héroïne gauloise Boudicca.
Il est intéressant de mettre en avant une héroïne,
démarche peu fréquente dans l’Antiquité. Ce qui ressort de la figure de cette guerrière, c’est la volonté
de défendre sa patrie et sa famille. Elle ne cherche
pas la gloire, ni la richesse mais la justice. Tacite la
présente ainsi : « Elle venait, comme une simple
femme, venger sa liberté ravie, son corps déchiré de
verges, l’honneur de ses filles indignement flétri. ».
TEXTE 2
Les Gaulois :
des croyances barbares
Jules César, Guerre des Gaules
 Livre de l’élève p. 127
Aide à la traduction
Le dieu qu’ils honorent le plus est Mercure : ses
statues sont les plus nombreuses, ils le considèrent
comme l’inventeur de tous les arts, il est pour eux le
dieu qui indique la route à suivre, qui guide le voyageur, il est celui qui est le plus capable de faire gagner
de l’argent et de protéger le commerce.
Après lui ils adorent Apollon, Mars, Jupiter et
Minerve. Ils se font de ces dieux à peu près la
même idée que les autres peuples : Apollon guérit
les maladies, Minerve enseigne les principes des
travaux manuels, Jupiter est le maître des dieux,
Mars préside aux guerres. Quand ils ont résolu de
livrer bataille, ils promettent généralement à ce dieu
le butin qu’ils feront ; vainqueurs, ils lui offrent en
sacrifice le butin vivant et entassent le reste en un
seul endroit.
Traduction de L.-A. Constans, VI, 16-17, © Les Belles
Lettres (1989).
1 Relevez les démonstratifs dans le texte
et rappelez leurs différences d’emploi.
Il y a sept démonstratifs dans le texte : hujus (l. 19),
hunc (l. 20), hunc (l. 21), hunc (l. 21), hunc (l. 23),
his (l. 24), huic (l. 28).
Tous ces démonstratifs sont les génitif, accusatif,
ablatif et datif de hic, haec, hoc.
Ce pronom-adjectif démonstratif désigne une personne ou un objet rapproché dans l’espace, le
temps ou la pensée.
Les autres démonstratifs (iste, a, ud et ille, a, ud)
désignent des personnes ou des objets de plus en
plus éloignés.
2 Conjuguez les verbes de la proposition infinitive
surlignée au présent de l’indicatif puis traduisez.
Apollo morbos depellit, Minerva operum atque
artificiorum tradit, Juppiter imperium caelestium tenet, Mars bella regit.
Apollon guérit les maladies, Minerve enseigne les éléments des ouvrages et des arts, Jupiter tient l’empire
du ciel, Mars dirige les guerres.
3 Relevez les noms des dieux romains
que les Gaulois honorent.
Les Gaulois semblent honorer les mêmes dieux
que les Romains : Mercure, Apollon, Mars, Jupiter
et Minerve.
En réalité, César nomme les dieux gaulois par les
noms des dieux romains qui leur ressemblent : Mercure désigne ainsi Teutatès, Apollon Bélénos, Mars
Esus, Jupiter Taranis.
Le nom correspondant à Minerve n’est pas clair.
69
Soi-même et l’autre
5 Écriture Imaginez en quelques lignes l’issue
Approfondissement
4 Quels sont les points communs et les différences
entre les Gaulois et les Romains en ce qui
concerne la religion ?
Les Gaulois comme les Romains sont polythéistes
et chaque dieu a une fonction particulière. Les
deux peuples honorent des dieux ayant en charge
le ciel, la guerre, le commerce, les voyageurs, les
maladies…
Les Romains comme les Gaulois estiment qu’il
faut honorer ces dieux par des offrandes. Ils font
tous appel à des officiants, prêtres ou druides qui
servent d’intermédiaires entre les humains et les
divinités.
La grande différence entre les deux peuples tient à
la nature de cette offrande. Les sacrifices humains
semblent très courants chez les Gaulois alors que
les Romains n’ont pas ce genre de pratiques à
l’époque de César.
De plus les panthéons ne semblent pas hiérarchisés
de la même façon. Mercure, en effet, n’est pas
un dieu essentiel pour les Romains, qui honorent
davantage Jupiter, Junon et Minerve (la triade
capitoline).
5 Que pensez-vous du ton avec lequel César
évoque les sacrifices humains ?
César utilise un style factuel car il se place ici en
ethnographe. Il décrit les mœurs des Gaulois mais
ne semble pas porter de jugement de valeur.
Ce passage de la Guerre des Gaules est une
longue digression consacrée à la vie des Gaulois ;
il constitue une pose dans le récit des combats. Il
s’agit ici pour César de décrire les pratiques sauvages de ses ennemis.
C’est uniquement par la précision de la description
qu’ils sont présentés comme des barbares. Cette
mention du sacrifice humain ne pouvait qu’effrayer les Romains qui se considéraient comme
civilisés.
César insiste sur ces croyances en utilisant des
expressions modales : ils pensent, on ne saurait,
passe pour plaire davantage…
La mention de l’institution publique montre que
c’est bien l’ensemble de ce peuple qui est cruel.
N’oublions pas que les Gaulois sont les seuls qui
aient réussi à atteindre Rome et que les Romains
les considèrent comme leurs ennemis les plus
redoutables.
6 En vous aidant du site, présentez le dieu figurant
sur le chaudron de Gundestrup.
Cernunnos est un dieu très fréquemment représenté, le plus souvent avec la tête couronnée de
bois de cerf, accroupi ou assis en tailleur comme sur
le chaudron.
Il porte un torque au cou ou à la main et une corne
d’abondance. Il est souvent entouré d’animaux de
toutes sortes (cerfs, sangliers, serpents, lions…). Il
incarne la richesse de la nature.
70
TEXTE 3
Les Égyptiens : des sauvages
Juvénal, Satires
 Livre de l’élève p. 128
Aide à la traduction
1 Remettez la traduction dans l’ordre.
Quels termes latins justifient votre choix ?
Les mots « transparents » ont été notés en gras.
[…] Postquam
Subsidiis aucti, pars altera promere ferrum
Audet et infestis pugnam instaurare sagittis.
Ceux d’en face, ayant reçu des renforts, s’enhardissent, sortent le fer du carquois et relancent
le combat par une grêle de flèches.
Terga fugæ celeri præstant instantibus Ombis,
Qui vicina colunt umbrosæ Tentyra palmæ.
Serrés de près par les Ombites, les naturels de
Tentyre fuient résolument à toutes jambes vers
les ombrages de leurs palmeraies.
Labitur hic quidam nimia formidine cursum
Præcipitans capiturque ;
L’un d’entre eux, dont l’excès d’épouvante précipitait la course, tombe et est pris.
Ast illum in plurima sectum
Frusta et particulas, ut mortis mortuus unus
Sufficeret, totum corrosis ossibus edit
Victrix turba
La horde des vainqueurs le dévore alors tout entier
jusqu’à lui ronger les os, découpé en autant de
morceaux et de parcelles qu’il le fallait pour qu’un
mort unique suffît à tous,
nec ardenti decoxit aeno
Aut veribus, longum usque adeo tardumque
putavit
Exspectare focos, contenta cadavere crudo.
Sans même le cuire en brochettes ou dans un chaudron ardent trouvant trop long et fastidieux de
prendre le temps d’apprêter de la braise et se contentant du cadavre tout cru.
Hic gaudere libet, quod non violaverit ignem
Quem summa caeli raptum de parte Prometheus
Donavit terris,
Encore heureux qu’elle n’ait pas profané le feu que
Prométhée alla ravir au plus haut des cieux pour
en faire don à la terre,
elemento gratulor, et te
Exsultare reor.
J’en félicite cet élément et compte bien que toi-même
en jubiles.
Sed qui mordere cadaver
Sustinuit, nil unquam hac carne libentius edit ;
Mais qui a eu le cœur de mordre à une bouchée
de cadavre, aucune chère ne paraîtra jamais plus
fine que la viande d’homme.
Nam scelere in tanto ne quæras et dubites an
Prima voluptatem gula senserit ; ultimus autem
Qui stetit, absumpto jam toto corpore, ductis
Per terram digitis. Aliquid de sanguine gustat.
Ne m’interroge donc pas, ne te demande donc pas
si le premier qui goûta cette abomination en appré-
Approfondissement
2 Barbarine Aegyptiani scriptori Romano sunt ?
Profer verba latina.
Aegyptiani sunt barbari. Nam Decimus Junius
Juvenalis depingit proelium quod pertinet ad
caedem. Tum victores victos edunt, et ea carne
delectant !
Verba latina sunt : in plurima sectum ; corrosis
ossibus totum edit ; contenta cadavere crudo ;
nil umquam hac carne libentius edit ; aliquid de
sanguine gustat.
3 Montrez que la violence est de plus en plus forte,
jusqu’à l’horreur ultime.
Le début du texte commence comme une scène de
bataille habituelle, mais avec une progression dans
les degrés de la violence.
Ceux qui dominent gagnent en audace (audet) et
attaquent leurs adversaires mais avec des moyens
que l’on peut qualifier de conventionnels (ferrum,
sagittis). Les habitants de Tentyre préfèrent alors
fuir (fugae celeri), poursuivis par les Ombitiens
(instantibus Ombis). L’un des combattants est capturé (capiturque).
C’est alors que la bataille prend une nouvelle tournure et que l’acte sacrilège est commis. Juvénal
choisit de retarder le moment en dévoilant peu
à peu le meurtre et la scène d’anthropophagie :
il dit d’abord que le corps est découpé (in plurima sectum) sans en donner la raison. Ce n’est
que deux vers plus loin que le verbe edit est enfin
dévoilé. L’impatience des Ombites à dévorer ce
cadavre est également mise en évidence par le
poète avec la mention des détails de l’absence de
cuisson courant sur trois vers et le rejet en fin de
phrase de contenta cadavere crudo. Tous les mots
qui expriment le plaisir extrême de cette dégustation ajoutent également un côté effrayant qui fait
des Égyptiens de vrais barbares : libentius, voluptatem, gustat.
Enfin, le plaisir de l’anthropophagie atteint son
apogée avec la description de celui qui se lèche les
doigts du sang tombé à terre.
TEXTE 4
Les Égyptiens :
une débauche de luxe
Lucain, La Pharsale
 Livre de l’élève p. 129
Autour du texte
1 Quae Cleopatra fuit ?
Cleopatra Egyptianorum regina fuit. Notissima
fuit quod eam Caesar et M. Antonius amabant.
2 Quelle image Lucain veut-il donner des mœurs
égyptiennes ?
Par l’ekphrasis de cette salle à manger, Lucain
veut dresser le tableau du luxe inouï égyptien. Dès
le début, la salle à manger apparaît comme un
dévoiement puisqu’elle est à l’image d’un édifice
sacré, consacré à des plaisirs profanes. Il s’agit donc
de montrer la corruption exercée par l’Égypte, qui
apparaît comme le vice incarné, capable d’entraîner
les Romains à son contact.
3 Relevez tous les éléments qui montrent le luxe
insensé du palais de Cléopâtre.
La profusion est marquée par un champ lexical des
noms de matériaux qui donne le vertige : lames
d’or, pièces de bois, marbres, agate, porphyre, onyx,
ébène, ivoire, écaille de tortue, émeraude, gemmes,
jaspe, pourpre de Tyr, brocarts d’or, écarlate…
C’est une profusion de couleurs et une débauche
de teintes renforcées par le vocabulaire marquant
l’hyperbole.
Il s’agit, pour Lucain, de créer une sorte de concentré
de tout ce que contient l’Orient. Le regard est orienté
vers les détails sans que la structure de l’édifice ne
puisse réellement être embrassée. L’utilisation des
négations montre que ce luxe est un dévoiement de
la fonction naturelle des matériaux. Les noms des
lieux évoquent aussi l’Orient tout entier, synonyme
pour les Romains de débauche.
4 Faites une recherche sur la façon dont Cléopâtre
était considérée par les Romains.
Cléopâtre est détestée par les Romains. Elle
représente pour eux la débauche orientale et la
séduction, la corruption puisqu’elle séduisit non
seulement César mais aussi Marc Antoine. Elle est
donc, selon eux, à l’origine de la guerre civile entre
Octave et Antoine qui aboutit à la bataille d’Actium.
Tous les auteurs la décrivent ainsi et on pourra
donner aux élèves d’autres extraits où la reine est
mise en scène.
Par exemple, chez Plutarque :
Cléopâtre crut aisément ce que lui disait Dellius ;
d’ailleurs l’expérience qu’elle avait faite du pouvoir
de ses charmes sur Jules César et sur le jeune Pompée lui faisait espérer qu’elle n’aurait pas grand’peine
à captiver Antoine, d’autant que les premiers ne
l’avaient connue que dans sa première jeunesse, et
lorsqu’elle n’avait encore aucune expérience des
affaires ; au lieu qu’Antoine la verrait à l’âge où la
beauté des femmes est dans tout son éclat, et leur
esprit dans toute sa force. Elle prit avec elle de riches
présents, des sommes d’argent considérables, et un
appareil aussi magnifique que pouvait l’avoir une
reine si puissante, et dont le royaume était dans un
état alors très-florissant ; mais c’était sur elle-même,
c’était sur le prestige de ses charmes, qu’elle fondait
ses plus grandes espérances.
Elle recevait coup sur coup des lettres d’Antoine et
de ses amis qui la pressaient de hâter son voyage ;
71
Soi-même et l’autre
cia la saveur : le dernier de la file, quand vint son
tour, voyant que le corps avait été avalé tout entier,
passa ses doigts dans la terre pour déguster ce
qui restait de sang.
mais elle en tint si peu de compte, et se moqua si
bien de toutes ces invitations, qu’elle navigua tranquillement sur le Cydnus, dans un navire dont la
poupe était d’or, les voiles de pourpre et les avirons
d’argent. Le mouvement des rames était cadencé au
son des flûtes, qui se mariait à celui des chalumeaux
et des lyres. Elle-même, magnifiquement parée, et
telle qu’on peint Vénus, était couchée sous un pavillon tissu d’or ; de jeunes enfants, vêtus comme les
peintres ont coutume de représenter les Amours,
étaient à ses côtés avec des éventails pour la rafraîchir ;
ses femmes, toutes parfaitement belles, et vêtues en
Néréides et en Grâces, étaient les unes au gouvernail,
les autres aux cordages. Les rives du fleuve étaient
embaumées de l’odeur des parfums qu’on brûlait
dans le vaisseau, et couvertes d’une foule immense qui
accompagnait Cléopâtre ; et l’on accourait de toute
la ville pour jouir d’un spectacle si extraordinaire.
Tout le peuple qui était sur la place sortit au-devant
d’elle, jusque-là qu’Antoine, qui était assis sur son
tribunal, où il donnait audience, y demeura seul ; et
un bruit se répandit partout que c’était Vénus qui,
pour le bonheur de l’Asie, venait se divertir chez
Bacchus. Dès qu’elle fut descendue à terre, Antoine
l’envoya prier à souper ; mais elle témoigna le désir
de le recevoir plutôt chez elle ; et Antoine, pour lui
montrer sa complaisance et son urbanité, y alla. Il
trouva la des préparatifs dont la magnificence ne se
peut rendre ; mais, ce qui le surprit plus que tout
le reste, ce fut la multitude des flambeaux qui éclairaient de toutes parts, les uns suspendus au plafond,
les autres attachés à la muraille, et qui formaient
avec une admirable symétrie des figures carrées ou
circulaires. Aussi, de toutes les fêtes dont il est fait
mention dans l’histoire. n’en trouve-t-on aucune qui
soit comparable à celle-là.
Le lendemain, Antoine, la traitant à son tour, se
piqua de la surpasser en goût et en magnificence ;
mais il fut si inférieur en l’un et en l’autre, qu’obligé
de s’avouer vaincu, il railla lui-même le premier la
mesquinerie et la grossièreté de son festin. Cléopâtre,
voyant que les plaisanteries d’Antoine étaient fort
vulgaires et sentaient leur soldat, lui répondit sur le
même ton, sans aucun ménagement, et avec la plus
grande hardiesse.
Plutarque, Vies des hommes illustres,
« Vie d’Antoine », ch. 26 et 27 (extraits), traduction
de A. Pierron (1853).
5 Étudiez la représentation de Cléopâtre au ciné-
ma et comparez-la avec celle du texte de Lucain.
On attend des élèves une réponse organisée et un
point de vue justifié par des remarques précises.
Toutes les représentations mettent bien sûr en évidence le luxe qui entoure la reine égyptienne ainsi
que sa beauté et la volupté qui se dégage d’elle.
72
Romains et grecs
TEXTES 5
Entre admiration…
 Livre de l’élève p. 130
1 Pline le Jeune, Lettres
Aide à la traduction
Songez que l’on vous envoie dans l’Achaïe, c’està-dire dans la véritable, dans la pure Grèce, où,
selon l’opinion commune, la civilisation, les lettres,
l’agriculture même, ont pris naissance ; songez que
vous allez gouverner des cités libres, c’est-à-dire des
hommes vraiment dignes du nom d’hommes, des
hommes libres par excellence, dont les vertus, les
bienfaits, les alliances, les traités, la religion ont eu
pour principal objet la conservation du plus beau
droit que nous tenions de la nature. Respectez les
dieux qui ont créé cette contrée, et les noms mêmes
de ces dieux ; respectez l’ancienne gloire de cette
nation, et cette vieillesse des villes, aussi sacrée que
celle des hommes est vénérable. Rendez honneur à
leur antiquité, à leurs exploits extraordinaires, à leurs
fables même. N’entreprenez rien sur la dignité, sur la
liberté, ni même sur la vanité de personne.
1 Relevez les impératifs et les subjonctifs.
Traduisez-les en rappelant leur valeur.
• Impératifs : Cogita, reverere (2 fois) : cogita,
impératif présent d’ordre : pense ; reverere, impératif présent d’un verbe déponent : respecte.
• Subjonctifs : sit (3 fois) : que soit : subjonctif à
la 3e personne permettant de donner un ordre
en distribution complémentaire avec l’impératif.
Decerpseris, subjonctif parfait à la 2e personne
pour indiquer la défense : n’entreprends rien.
2 Traduisez d’abord les mots en gras.
Cogita te missum in provinciam Achaiam :
Songe que tu es envoyé en Achaïe.
missum ad ordinandum statum liberarum civitatum : Envoyé pour gouverner des cités libres.
Reverere conditores deos : Respecte les dieux
fondateurs.
Sit apud te honor antiquitati : Que le respect pour
leur antiquité soit à ton esprit.
Nihil […] decerpseris : N’entreprends rien.
3 Cherchez le sens des mots surlignés
humanitas : civilisation
homines maxime homines : des hommes
parfaitement hommes
gloriam veterem : ancienne gloire
venerabilis : vénérable
traduisez tous ces mots à l’ablatif par
des compléments circonstanciels de moyen.
par le courage, les bienfaits, les alliances, les traités,
la religion
5 in qua primum […] creduntur (l. 2-3) ; qui jus
[…] tenuerunt (l. 5-7) ; quae in homine […] sacra
(l. 8-9) : pour ces trois propositions subordonnées relatives, trouvez l’antécédent du pronom
relatif, recherchez son sens puis traduisez.
Graeciam in qua primum […] creduntur :
la Grèce où l’on pense que la civilisation, les lettres,
l’agriculture même ont pris naissance
homines […] qui jus […] tenuerunt :
des hommes qui par leur courage, les bienfaits, les
alliances, les traités, la religion, ont conservé le droit
donné par la nature
gloriam veterem et hanc ipsam senectutem,
quae in homine […] sacra :
l’ancienne gloire et cette vieillesse qui est vénérable
chez l’homme
Approfondissement
6 Quelles sont les raisons de l’admiration
de Pline ?
Tout ce texte est un éloge de la Grèce. Pour Pline,
l’Achaïe (avec illam, laudatif ici) est le véritable berceau de toute la civilisation. Il rappelle les nombreux
bienfaits que la Grèce a apportés à l’humanité :
humanitas, litterae, fruges, jus.
Il emploie des superlatifs qui placent les Grecs audessus des autres hommes : homines maxime,
maxime liberos.
Pline met en évidence la grandeur des Grecs :
ingentibus factis, fabulis. Il invite son ami à ne
pas oublier ce que fut la Grèce, qui s’est toujours
comportée en pays digne. Il a conscience que ce
pays n’est plus aussi puissant qu’auparavant mais
sa dignité doit être conservée. Il en fait un exemple
d’équité.
2 Horace, Épîtres
Aide à la traduction
La Grèce, soumise, soumit son vainqueur farouche
et porta les arts au Latium sauvage. Ainsi s’amollit
l’horrible mètre Saturnien, et les élégances polirent
sa rouille grossière ; mais les traces de sa rudesse subsistèrent longtemps et persistent encore aujourd’hui.
Le vainqueur fixa tardivement les yeux sur les œuvres
grecques. Étant plus tranquille après les guerres
puniques, il commença à rechercher ce que Sophocle,
Thespis et Eschyle avaient de bon.
1 Relevez les noms propres, les noms proches
du français et traduisez-les.
Graecia : la Grèce, victorem : victorieux, artes :
les arts, Latio : le Latium, Saturnius : Saturnien,
vestigia : vestiges, Graecis : les Grecs, Punica :
Puniques, Sophocles : Sophocle, Thespis : Thespis,
Aeschylos : Eschyle.
2 Identifiez les conjonctions de coordination.
Et, sic, et, sed, enim, et.
3 Expliquez le jeu de mots capta/cepit (v. 1).
Le verbe capere est ici utilisé sous deux formes différentes du parfait, à la voix active (cepit) et à la
voix passive au participe (capta). Il s’agit de montrer que la contrée prise (Graecia capta) parvient
à prendre son vainqueur (cepit victorem) par des
moyens autres que guerriers.
4 Lisez et traduisez les mots en gras avant
de traduire l’ensemble du texte.
Les élèves pourront ainsi saisir l’idée principale
du texte avant d’entrer dans les détails :
Graecia victorem cepit et artes Intulit
la Grèce prit le vainqueur et apporta les arts
Defluxit numerus Saturnius
le vers saturnien s’amollit
virus Munditiae pepulere
les élégances chassèrent la substance toxique
manserunt manent vestigia […] ruris
les vestiges de sa rudesse restèrent et restent
admovit acumina
il tourna sa finesse d’esprit
quaerere coepit, Quid Sophocles et Thespis et
Aeschylos […] ferrent
il commença à chercher ce que Sophocle, Thespis et
Eschyle apportaient
Approfondissement
5 Quels termes qualifient les Romains ?
Sur quoi Horace semble-t-il insister ?
Dans tout ce passage, Horace oppose l’élégance de
la poésie grecque à la grossièreté de la littérature
latine.
Les mots utilisés sont très forts et le champ lexical
de la rudesse est très présent : ferum (v. 1), agresti
(v. 2), horridus (v. 2), grave virus (v. 3), vestigia
ruris (v. 5). Horace insiste ici sur le côté guerrier des
Romains.
6 Comment explique-t-il l’intérêt tardif
des Romains pour la littérature ?
Pour Horace, les Romains n’ont commencé à
s’intéresser à la littérature que lorsqu’ils eurent
fini les grandes guerres de conquête comme les
guerres puniques.
Ce n’est, en effet, qu’à partir d’Ennius que l’hexamètre dactylique est utilisé au détriment du vers
saturnien. L’hexamètre est emprunté à l’épopée
grecque.
Cet emprunt a exercé une influence déterminante sur toute la poésie latine qui prend alors
une forme grecque. C’est une métrique grecque
romanisée.
73
Soi-même et l’autre
4 Virtute […] religione (l. 6) :
TEXTE 6
… et mépris
Juvénal, Satires
 Livre de l’élève p. 131
1 Pline le Jeune, Lettres
Autour du texte
1 Faites une recherche sur l’hellénisme à Rome :
comment certains Romains conservateurs
considéraient-ils l’influence grecque
sur les Romains ?
2 Quels reproches Umbricius fait-il aux Grecs ?
Umbricius ne supporte pas que sa ville ne soit pas
purement latine. Rome devrait être l’incarnation de
l’esprit latin, or l’influence grecque est trop présente
à son goût. Cette aversion se fait sentir dès le début
de notre texte avec l’expression qui sonne comme
un oxymore : une Ville grecque (Graeciam Urbem).
Selon Umbricius, les Grecs ont envahi tous les lieux
de la ville, comme le montre la mention des collines de Rome (Esquilin et Viminal) et ont porté leur
influence sur les Romains : ton péquenaud qui enfile
les trechedipnas. L’autre reproche fait aux Grecs est
qu’ils ne soient même pas des Grecs d’Achaïe, c’està-dire des vrais Grecs selon les Romains, mais des
Orientaux venus de tous les coins de la Grèce. Ils
ont tant d’influence qu’ils parviennent à métisser la
langue latine de mots grecs.
Ces Grecs sont, selon lui, prêts à tout pour réussir
et leur intelligence leur permet d’accéder à toutes
les places dans la société (se greffer sur nos grandes
familles).
3 Comparez ce texte avec celui de Pline ( p. 130).
Juvénal ne reconnaît absolument pas tout ce que
Rome doit à la Grèce. Alors que Pline le Jeune
insiste sur la nécessité de respecter ces hommes
à l’origine de la civilisation, Juvénal ne met en évidence que la perte des valeurs romaines, comme
Caton à son époque.
4 ÉCRITURE Imaginez la lettre que Pline le Jeune
pourrait écrire à Juvénal.
On peut imaginer que Pline réutiliserait ses termes
lorsqu’il s’adresse à son ami, rappelant la dette
incontestable des Romains aux Grecs d’Achaïe. Les
élèves devront également opposer des arguments au
racisme d’Umbricius. Ils pourront utiliser le texte de
Horace pour montrer l’apport des Grecs aux Romains.
5 Décrivez la mosaïque. Que révèle sa présence
dans une villa romaine ?
Cette mosaïque représente L’Académie de Platon,
école de philosophie fondée par Platon à Athènes.
On y voit sept hommes barbus portant l’himation et donc immédiatement identifiables comme
Grecs. Ils sont assemblés au pied d’un arbre, assis
sur un banc. On voit également au premier plan
un globe terrestre, et un homme qui le désigne à
l’aide d’une baguette. La plupart d’entre eux ont
74
à la main des rouleaux qui montrent qu’ils sont
en train d’étudier. Les deuxième et troisième personnages en partant de la gauche sont parfois
identifiés comme Lysias et Platon, Platon étant
celui qui dispense le savoir.
La présence de cette mosaïque dans une villa pompéienne est évidemment le signe de l’influence de la
culture grecque chez les Romains. Elle montre aussi
l’admiration qu’ils pouvaient avoir pour la culture et
les découvertes scientifiques des Grecs (ici l’étude
du globe terrestre et des planètes).
6 ÉCRITURE Écrivez le bref récit d’un Grec qui visite
Rome à l’époque de Juvénal.
Il serait intéressant que les élèves mettent en évidence l’étonnement d’un Grec visitant Rome,
constatant l’influence de l’hellénisme dans la cité
et le vocabulaire grec couramment employé par les
Latins.
Ce pourrait être l’occasion d’évoquer avec les élèves
la notion de bilinguisme dans les milieux latins
cultivés.
Les élèves pourront ainsi faire remarquer la population très nombreuse et le cosmopolitisme. Ils feront
attention aux anachronismes (dates de Juvénal et
de construction des divers monuments).
Les esclaves
TEXTE 7
Les esclaves sont-ils
des hommes ?
Sénèque, Lettres à Lucilius
 Livre de l’élève p. 132
Aide à la traduction
1 Cognosco signifie j’apprends à connaître.
Pourquoi traduit-on le parfait de ce verbe
par un présent : libenter cognovi, je suis heureux
d’apprendre ?
Le suffixe -sco est un suffixe inchoatif qui indique
qu’une action commence.
Aux temps de l’infectum, l’action est donc en train de
se dérouler mais elle n’est pas achevée.
Aux temps du perfectum, l’action est accomplie : j’ai
commencé à connaître, donc je sais.
2 Les infinitifs vivere (l. 2), licere (l. 7) et cenare
(l. 9) sont-ils les verbes principaux de leurs
phrases ? Construisez les propositions dans
lesquelles se trouvent ces verbes puis repérez
ces passages dans la traduction.
Trouvez, dans le texte, deux autres exemples de
cette construction.
Les deux premiers infinitifs se trouvent dans des
propositions infinitives. Ils dépendent de propositions principales possédant un verbe de parole ou
de pensée. Le sujet de vivere est te : Je suis heu-
3 Identifiez les formes cenanti et stantium (l. 10-11) ;
à quels mots se rapportent-elles ? Traduisez
ces groupes nominaux puis comparez avec
la traduction proposée.
Cenanti est un participe présent au datif singulier.
Il se rapporte à domini. Stantium est un participe présent au génitif pluriel qui se rapporte à
servorum.
On peut traduire par le maître qui dîne et les esclaves
se tenant debout. La comparaison avec la traduction
proposée permet de rendre cette traduction plus
élégante.
4 La forme est (l. 12) vient de edo, edis ou es,
edit ou est , edere ou esse : manger.
Quel est le COD de ce verbe ?
Le COD de ce verbe est plus, comparatif de multum
pris substantivement et complété par quam capit.
5 Observez le mode de egerat après ut (l. 14) :
expliquez la traduction proposée.
Egerat est le subjonctif présent de egero, is, ere.
Alors que subjonctif est attendu après ut consécutif,
le traducteur choisit de transformer la phrase pour
faire de cette proposition subordonnée la proposition principale. Ceci lui permet d’éviter une phrase
trop longue et de la séparer de ce qui précède par
une virgule.
Aide à la traduction
6 In hoc (l. 16) annonce ut loquantur :
justifiez l’emploi du mode de loquantur.
Comment le traducteur a-t-il souhaité rendre
l’idée de Sénèque ?
Ut loquantur est une proposition subordonnée
conjonctive apposée à hoc. Alors que le subjonctif
est attendu dans ce type de proposition subordonnée, le traducteur en fait une subordonnée de
concession : fût-ce pour parler.
7 Observez dans la traduction comment sont
rendus les verbes circumdedit (l. 11) et excepta
sunt (l. 18) : quelle valeur ont ces parfaits ?
Les deux parfaits sont rendus par des présents. Il
s’agit d’une des valeurs aspectuelles du parfait qui
tient de l’aoriste et du parfait grecs.
Pour le premier verbe, c’est l’idée de résultat qui
prime : l’habitude a fait ranger les esclaves, ils sont
donc maintenant rangés. Il s’agit de mettre en évidence le résultat présent d’une action passée.
Pour le deuxième parfait, on peut dire que les bruits
n’ont pas échappé aux coups dans le passé et cette
règle est désormais toujours appliquée. Les bruits
n’échappent donc pas aux coups.
8 Quels mots doivent être répétés pour
comprendre la proposition quam ille te servum
(l. 34) ? Examinez la traduction de cette phrase.
Le latin permet des raccourcis que le français ne
permet pas. Il faut donc suppléer le verbe : Tam tu
illum videre ingenuum potes quam ille potest
te servum videre. La traduction permet aux élèves
de comprendre quels mots n’ont pas besoin d’être
répétés.
9 Reprenez la traduction du texte
et éventuellement proposez-en une autre.
Les aides à la traduction permettent aux élèves de
mieux se repérer dans le texte et les aident à proposer une traduction plus proche du mot à mot s’ils
le souhaitent.
Approfondissement
10 Quel est l’intérêt du discours direct,
utilisé à deux reprises dans le texte
et marqué par des guillemets ?
Comparez ce qui est dit dans les deux passages.
Les guillemets (rajoutées par les éditions modernes)
permettent d’introduire le discours direct. Il ne
s’agit pas ici d’un véritable dialogue philosophique
comme chez les Grecs. Sénèque imagine un contradicteur qui ne manifesterait aucune humanité
vis-à-vis des esclaves. Il utilise la répétition en affirmant quatre fois la même chose, montrant ainsi
qu’il ne peut pas voir que les esclaves sont des
hommes.
Sénèque oppose quatre phrases construites de la
même façon avec anaphore de immo. Ces affirmations sont de plus en plus longues et cherchent à
montrer la similitude existant entre le maître et
son esclave, jusqu’à la dernière affirmation qui proclame que les maîtres aussi sont des esclaves.
Voici le deuxième passage de la traduction, qui ne
figure pas dans le livre de l’élève, et dans lequel
Sénèque imagine les interventions de son ami :
« Mais moi, dis-tu, je n’ai pas de maître. » Tu es
encore dans ta belle saison : tu en auras peut-être.
Ignores-tu à quel âge Hécube et Crésus et la mère de
Darius et Platon et Diogène ont vu commencer leur
servitude ? Traite avec bienveillance, avec affabilité
ton serviteur. Fais qu’il ait part à ta conversation, à
tes délibérations, à ton intimité.
11 ÉCRITURE Totidem hostes esse quot servos (l. 29).
Défendez cette opinion de Sénèque
dans un paragraphe argumenté.
Autant d’esclaves, autant d’ennemis : Sénèque pense
que les esclaves ne sont pas nos ennemis mais que
nous les faisons tels.
La déshumanisation peut engendrer la dissimulation, la cruauté, le désir de vengeance…
Les élèves devront s’appuyer sur les textes de la
séquence pour trouver des arguments pertinents et
des exemples.
75
Soi-même et l’autre
reux d’apprendre […] que tu vis ; celui de licere est
tantumdem fortunae : si tu considères que la même
quantité de fortune est permise.
Le troisième verbe à l’infinitif est le COD de existimant. Qui turpe existimant […] cenare : qui
considèrent comme honteux le fait de dîner.
12 En quoi peut-on dire que Sénèque fait preuve
d’une grande modernité dans sa lettre ?
Les Romains, comme les Grecs, ont toujours considéré les esclaves comme des possessions et non
des êtres humains. Même s’ils ont sur eux droit de
vie et de mort, leurs relations avec eux peuvent être
bonnes.
Sénèque fait figure de précurseur en considérant les
esclaves comme des êtres humains qu’il convient
de traiter correctement. Pour preuve, on peut rappeler aux élèves que l’esclavage ne fut aboli qu’en
1848…
TEXTE 8
Mis à mort par son maître
Apulée, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 134
Aide à la traduction
1 Quae est un relatif de liaison. Il convient
de le traduire par un pronom démonstratif.
Le mot désigne ici les fourmis.
On pourra donc le traduire par Celles-ci.
2 Carnibus… adesis et homine consumpto sont
des ablatifs absolus. Traduisez-les mot à mot.
les chairs et les entrailles ayant été dévorées / l’homme
ayant été absorbé
3 Comparez maintenant les trois traductions, en
ressentir de la pitié pour lui. La multiplication des
adjectifs qualifiant les morsures est un détail particulièrement frappant : parvis […] sed numerosis
et continuis. L’adverbe penitus apporte également
une précision qui renforce l’horreur. La mention
de parties de l’anatomie de l’esclave est aussi terrifiante : carnibus, visceribus, membra, ossa,
pulpis.
6 Peut-on considérer ce texte comme un document
historique ?
Ce texte est tiré d’un roman latin du IIe siècle après
Jésus Christ, il ne s’agit donc pas du tout d’un
document historique. Nous savons cependant que
certains esclaves étaient condamnés à mort sans
aucune pitié de la part de leur maître.
On pourra aussi faire lire ce passage de Varron qui
illustre bien à quel point les esclaves étaient moins
considérés que les animaux :
J’en viens maintenant aux moyens de pratiquer celleci. On divise tantôt cette étude en deux parties, les
hommes et les éléments sur lesquels ils s’appuient,
et faute desquels la culture est impossible ; tantôt en
trois, selon que le matériel est vocal (doué de voix),
semi-vocal (à moitié doué de la voix), et muet : vocal,
où sont les esclaves ; semi-vocal, où sont les bœufs ;
muet, où sont les chariots. Toute terre est cultivée, en
fait d’hommes, avec des esclaves, avec des hommes
libres, ou avec les deux.
Varron Traité d’agriculture, I, 17, traduction
de J. Heurgon, © Les Belles Lettres (1978).
indiquant celle qui vous semble la plus proche
du texte latin. Justifiez votre réponse.
Proposez ensuite votre propre traduction.
Les élèves choisiront la traduction qu’ils souhaitent
à condition que leur réponse soit justifiée.
• La première traduction n’est pas très proche du
texte car le traducteur rajoute des mots (le corps de
ce malheureux était frotté / on les voyait).
• La deuxième traduction ne respecte pas tout à fait
le texte latin en ajoutant également des expressions
qui n’y figurent pas, ou tout du moins en les transformant : par myriades / se sentit (l’homme devient le
sujet de ce verbe) / hideuse blancheur. Toute la dernière phrase est ainsi transformée. Il manque aussi
l’adjectif dulcem à la première ligne.
• Le dernier traducteur respecte davantage le rythme
du texte et le sens des mots.
Approfondissement
4 Cur servus cruciatus est ?
Servus cruciatus est quod dominus eum punire
voluit.
5 Comment Apulée rend-il son récit particulière-
ment saisissant ?
Apulée n’hésite pas à décrire toutes les sensations de l’esclave qui sent petit à petit les fourmis
le dévorer. Nous ne pouvons, par conséquent, que
76
TEXTE 9
Mis à mort par ses esclaves
Pline le Jeune, Lettres
 Livre de l’élève p. 135
Autour du texte
1 En quoi la vision de Pline diffère-t-elle
de celle de Sénèque ?
Dans cette lettre, Pline rapporte un fait divers et
raconte dans le détail l’attentat commis contre un
maître cruel.
Larcius Macedo, lui-même ancien esclave et
oublieux de ses origines, a été attaqué violemment
(on fera repérer aux élèves les diverses violences
qui lui furent infligées) alors qu’il se trouvait en
position de faiblesse (l. 5 : il prenait un bain). Pline
prend le temps d’évoquer les coups mais aussi les
cris, faisant un récit dramatisé de cette agression
(jusqu’à la l. 20).
Mais cette anecdote sert de support à une réflexion
sur les rapports maître-esclave. En témoigne
l’adresse au destinataire de la lettre (Tu vois, l. 20).
Toute l’anecdote permet à Pline, sinon de justifier
le geste des esclaves, du moins de le comprendre.
Pline, comme Sénèque, entend réfléchir et faire
réfléchir son lecteur sur la nature des rapports entre
Magnus, bonus et felix sont les adjectifs au degré
positif.
Traduction de Liza Méry, Satyricon, 76-77,
© Les Belles Lettres (2016).
2 ORAL Imaginez la défense d’un des esclaves
assassins par le philosophe stoïcien.
Les élèves pourront reprendre la formule de
Sénèque, totidem hostes esse quot servos, et
construire toute leur argumentation sur le fait que
Larcius Macedo était un homme hautain et cruel
envers ses esclaves.
TEXTE 10
L’ascension d’un affranchi
Pétrone, Satyricon
 Livre de l’élève p. 136
Aide à la traduction
1 Lisez ce texte à haute voix plusieurs fois
et repérez sujets, verbes et compléments.
Le texte étant trop long, on pourra limiter l’exercice
à une partie du texte seulement, la première partie
par exemple.
2 Nemini (l. 4) vient de nemo, neminis, m : à quel
cas est-il ? Quelle est sa fonction ?
Nemini est au datif singulier et complément de
satis est : Rien n’est suffisant pour personne : on n’en
a jamais assez.
3 Majores, meliores et feliciores (l. 10-11) sont
4 Traduisez l’ensemble du texte en respectant
le niveau de langue proposé dans la traduction
donnée (l. 13-18).
On pourra donner aux élèves l’ensemble de la traduction du texte de Pétrone :
Du reste, par la volonté des dieux, je suis devenu le
roi de la maison, et d’un coup, le maître avait plus
que moi à la bouche. Bref, il m’a fait cohéritier de
l’empereur, et j’ai reçu un patrimoine de sénateur.
Mais personne en a jamais assez : j’ai eu envie de
faire du commerce. Je vous résume l’histoire : j’ai fait
construire cinq bateaux, je les ai fait charger de vin
– ça valait de l’or, à l’époque – et je les ai envoyés à
Rome. C’est comme si j’avais fait exprès : tous les
bateaux ont fait naufrage. Ça s’est passé comme ça,
je vous raconte pas d’histoires. En un jour, Neptune
m’a dévoré trente millions de sesterces. Vous croyez
que j’ai jeté l’éponge ? Non, par Hercule, perdre tout
Approfondissement
5 Quelles sont les étapes de l’enrichissement
de Trimalcion ?
Que nous apprennent-elles sur le statut
des esclaves et des affranchis ?
Trimalcion est entouré d’affranchis – à l’exception des quatre convives – lorsqu’il raconte son
ascension sociale et qu’il évoque par conséquent
son ancien statut d’esclave. Tous ayant partagé
les mêmes tourments, il ne semble pas rougir de
raconter ce qu’il a vécu. Il a d’ailleurs conscience
que son obéissance a permis sa transformation
(dominus […] factus sum, l. 1 et cerebellum, l. 2).
Grâce à cet argent, malgré ses débuts difficiles,
il s’enrichit rapidement. Il a, en effet, le sens du
commerce et sait ce qui fonctionne bien. Il n’oublie
pas de remercier son épouse Fortunata, qui lui a
77
Soi-même et l’autre
au comparatif. Avant de traduire, trouvez
ces adjectifs au degré positif.
ça, ça m’a fait ni chaud ni froid. J’ai fait construire
des bateaux plus grands, meilleurs et plus chanceux ;
du coup, tout le monde me traitait d’intrépide. Je
les ai chargés à nouveau de vin, de lard, de fèves,
de parfums et d’esclaves. C’est là que Fortunata a
fait un truc classe : elle a vendu tout son or, tous ses
vêtements, et elle m’a mis cent deniers d’or dans la
main. Ça a été le levain de mon pécule. Quand les
dieux sont derrière toi, tout va vite. En une traversée, j’ai arrondi mon magot de dix millions. Tout de
suite, j’ai racheté toutes les terres qui avaient été à
mon patron. Je fais construire une maison, je prends
des parts dans un marché d’esclaves, j’achète des
bêtes de somme ; tout ce que je touchais grandissait
comme un rayon de miel. Quand je suis devenu plus
riche que ma patrie tout entière, j’ai passé la main,
je me suis rangé du commerce et j’ai commencé à
prêter aux affranchis. Et alors que je voulais vraiment
plus m’occuper du commerce, celui qui m’a poussé
à recommencer, c’est un astrologue qui était venu
par hasard dans notre colonie, un genre de Grec
qui s’appelait Serapa, un vrai conseiller des dieux.
Il m’a même dit des choses que j’avais oubliées, et,
de fil en aiguille, il m’a tout raconté. Il savait ce que
j’avais dans le ventre ; la seule chose qu’il m’a pas
dit, c’est ce que j’avais mangé la veille au soir. On
aurait cru qu’il avait passé toute sa vie avec moi. […]
Et aussi, je vais bientôt recevoir un héritage. C’est
ça que mon destin me prédit. Et si j’arrive à étendre
mes terres jusqu’à l’Apulie, j’aurai fait un joli petit
bout de chemin de mon vivant. En attendant, tant
que Mercure veille sur moi, j’ai fait construire cette
maison. Vous le savez, c’était une cabane, et maintenant c’est un temple. Elle a quatre salles à manger,
vingt chambres, deux portiques de marbre, une suite
en haut, la loge du concierge qui est vraiment bien.
Et y a beaucoup d’autres choses, que je vais tout de
suite vous montrer. Croyez-moi : t’as un as, tu vaux
un as ; t’as du bien, t’es bien vu. Pour preuve votre
ami Trimalcion : la grenouille est devenue bœuf !
les maîtres et les esclaves et la nécessité d’y introduire davantage d’humanité.
Notons que Pline modère son propos, rappelant
que malgré l’indulgence et l’humanité dont peuvent
faire preuve les maîtres, ils n’en sont pas moins
exposés à des dangers, évoquant même la folie criminelle des esclaves qui égorgent leurs maîtres.
On le voit, l’évolution des mentalités est bien lente.
permis de reprendre le négoce après le naufrage
de son bateau. Devenu riche à son tour, il s’entoure
de très nombreux esclaves qu’il traite comme il a
été traité.
Dans les lignes qui précèdent notre extrait, il évoque
sans fausse pudeur son passé de mignon du maître
et de la maîtresse, qui lui a permis d’obtenir sa
liberté. Tout au long du roman, il est d’ailleurs
remarquable que les affranchis fassent sans cesse
référence à cet ancien statut servile sans chercher
à le cacher et sans inspirer la moindre aigreur à
l’égard de cette condition sociale. Ce texte permet
donc d’insister sur les relations d’obéissance mais
aussi de reconnaissance qui lient un maître à son
esclave.
6 Montrez que l’argent obsède Trimalcion.
Trimalcion se définit entièrement grâce à l’argent.
Il commence par évoquer l’origine de sa richesse,
lui qui a hérité de tous les biens de son maître
(coheredem l. 2, patrimonium laticlavium l. 3 : la
fortune est conséquente). C’est alors que commence
sa vie d’entrepreneur : Nemini nihil satis est (l. 4).
On notera l’emploi de négations qui insistent sur le
désir de posséder plus. C’est bien une question de
désir, puisque Trimalcion emploie le verbe Concupivi (l. 4) qui marque l’envie irrépressible, presque
physique, de faire du commerce. Il y a bien chez
lui un plaisir à négocier et à gagner de l’argent. Le
champ lexical de la richesse traverse tout l’extrait
consacré à son autobiographie : aurum (l. 6), trecenties sestertium (l. 8), son or (l. 14), cent deniers
d’or (l. 15), pécule (l. 16), dix millions (l. 18), redemi
fundos (l. 18), plus habere (l. 21), negotiatione
(l. 22), fenerare (l. 23), assem habeas, assem
valeas (l. 35-36). Toutes ces énumérations de possessions le définissent comme un homme qui a
réussi et qui est animé de cette volonté de réussir.
Son acharnement en fait presque le « héros d’une
sorte d’épopée du négoce » comme le remarque
René Martin dans Le grand air de Trimalchion, Vita
Latina (2000). Il est tout entier habité par cette
passion. Pour devenir celui qu’il veut être, il doit
s’écarter de sa condition d’esclave et n’hésite pas
à pratiquer le commerce des êtres humains. C’est
un touche à tout, tant que cela permet l’enrichissement : vinum, lardum, fabam, seplasium,
mancipia (l. 13) et venalicia (l. 19), jumenta (l. 20)
montrent qu’il est prêt à tout pour s’enrichir. Il
résume lui-même son sens du commerce par la formule quicquid tangebam, crescebat (l. 20). Il ne
peut également s’empêcher de faire des énumérations de ce qu’il possède. Ainsi, il donne le détail
de toutes les pièces qui composent sa maison. Il
sait que l’idéal du Romain, à présent qu’il a changé
de statut, c’est l’otium : se retirer des affaires
(negotium). Il peut donc se contenter de faire fructifier son argent. Son obsession de la richesse est
résumée par sa formule : assem habeas, assem
valeas (l. 35-36). Il lui faut être riche pour être
estimé.
78
7 Pourquoi, d’après vous, Pétrone a-t-il choisi
d’utiliser des tournures relevant de la langue
orale, voire familière ?
Cette question permettra de rappeler aux élèves les
caractéristiques fondamentales de la langue dite
« classique », dont ils sont plus familiers en raison
des textes traduits jusqu’alors. Il est important
qu’ils puissent sentir la différence entre ce langage
(sermo urbanus) et celui de Trimalcion (sermo plebeius), la langue étant en effet, à Rome, révélatrice
de la classe sociale (la traduction de Liza Méry rend
parfaitement cet écart).
Le langage particulier de Trimalcion s’écarte de la
norme classique : cet ancien esclave n’ayant pas eu
accès aux études, son origine modeste et populaire
transparaît à travers lui.
Son langage est également très imagé : on pourra
relever le recours aux proverbes et aux expressions.
L’absence de mots de liaison entre les phrases (parataxe) est révélatrice d’une pensée mal organisée.
TEXTE 11
Des gladiateurs affranchis
Martial, De spectaculis
 Livre de l’élève p. 137
Aide à la traduction
1 Associez chaque mot latin à sa traduction.
Quels mots latins n’ont pas été traduits
ou ont, au contraire, été ajoutés en français ?
Pour quelle raison ?
Les élèves feront rapidement et facilement le mot à
mot du texte grâce à la traduction juxtalinéaire. On
pourra cependant leur faire remarquer la concision
du latin à l’aide du vers 5. En quelques mots seulement, le latin, contrairement au français, développe
une pensée complexe.
2 Quelles expressions vous semblent les plus
difficiles à rendre en français ? Pourquoi ?
Pour les raisons évoquées dans la question 1, en
raison de sa concision, le latin est parfois difficile à
rendre en français. Ainsi l’expression ad digitum ne
peut se traduire sans avoir recours à une périphrase
bien longue. Il en est de même pour les ablatifs
absolus comme posita parma. Par ailleurs, l’expression aequalis Mars ne peut être traduite sans
perdre l’image.
3 Proposez une traduction plus élégante du texte.
Quand Priscus et Vérus, prolongeant le combat,
laissaient depuis longtemps entre eux la victoire incertaine, les spectateurs, à diverses reprises, demandèrent
à grands cris quartier pour ces gladiateurs ; mais
César obéit lui-même à la loi qu’il avait faite. Cette
loi voulait que le combat durât jusqu’à ce qu’un des
deux combattants eût levé le doigt. Plusieurs fois il
leur fit donner, ce qui était permis, des vivres et des
Traduction de V. Verger, N.-A. Dubois
et J. Mangeart, 29, © Garnier (1864).
Approfondissement
4 Comment Martial arrive-t-il à montrer la par-
faite égalité qui existe entre les combattants ?
Appuyez-vous sur un relevé de mots précis.
Les mêmes mots sont souvent utilisés pour les
deux combattants : traheret Priscus, traheret
[…] Verus. Le champ lexical de l’égalité (aequalis,
pares x 2) est également employé, surtout les
pronoms adjectifs indéfinis propres au latin servant à désigner deux choses : utriusque, utrique,
utrique, uterque.
5 Que symbolise l’épée de bois ?
L’épée de bois (rudis) est utilisée lors de l’entraînement des gladiateurs et remise au gladiateur à la
fin de sa carrière, comme gage de sa liberté.
6 ORAL Imaginez le récit d’un spectateur assistant
à ce combat épique et à son dénouement inédit.
Les élèves devront mettre en évidence le suspens
accompagnant le combat. Ils pourront, en plus du
spectateur, évoquer les autres spectateurs autour
de lui, décrire la tension exceptionnelle qui s’empare de chacun. On ne demandera pas un récit
détaillé de la technique du combat mais une description des sentiments du spectateur.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 142
La lutte contre les discriminations
au XXe siècle
1 Dans le poème d’Aimé Césaire, comment
C’est celle des esclavagistes pour montrer que
l’esclave se comporte comme on l’attend de lui :
sans jamais penser à se révolter et se croyant
inférieur par nature (« fourré dans sa pauvre cervelle », « fatalité », « pas puissance sur son propre
destin »…).
Il s’agit aussi de dénoncer la religion (« un Seigneur méchant », « les hiéroglyphes fatidiques »)
et l’esclavage qui est évoqué avec des termes
violents (« misère », « indignité », « jetait des
pierres »…).
2 Sur quels procédés de la rhétorique classique
Martin Luther King s’appuie-t-il pour donner
de la force à son discours ?
À quoi aspire-t-il pour l’Amérique ?
Le discours de Martin Luther King, bien qu’il soit
ici coupé, relève d’une réthorique très construite.
On peut tout d’abord noter les oppositions qui traversent le texte entre le début (« il y a un siècle »)
et la suite qui martèle le mot « aujourd’hui »
(« cent ans plus tard », « aujourd’hui », « ici et
maintenant »).
Ce parallèle montre bien l’absence de progrès pour
les noirs Américains ainsi que le champ lexical
de l’absence de liberté (« toujours pas libre »,
« handicapée par les menottes », « à l’écart »,
« languit »…), souvent utilisé avec des métaphores
très marquantes.
L’anaphore la plus célèbre (« Je rêve que, un jour… »,
« I have a dream… ») introduit également des oppositions fortes.
3 PORTFOLIO Mettez en perspective la position
exprimée dans l’un de ces textes avec celle
de Sénèque ( p. 132-133).
Les élèves peuvent choisir indifféremment l’un ou
l’autre des textes. Ce qu’il sera surtout intéressant
de mettre en évidence est le fait que chez Sénèque,
il n’y a évidemment pas d’appel à la révolte et au
soulèvement.
Sénèque ne s’adresse pas aux esclaves mais aux
maîtres et plus particulièrement à Lucilius, son ami
disciple.
Dans les deux textes modernes, ce sont des
hommes qui font partie des opprimés qui appellent
à la révolte.
comprenez-vous l’expression « c’était un très
bon nègre » ? En quoi est-elle particulièrement
ironique ici ? Comment ce texte évoque-t-il
et dénonce-t-il l’esclavage ?
• Lecture complémentaire : Texte sur l’esclavage
dans l’Antiquité de Hannah Arendt in Conditions de
l’homme moderne, Calmann Lévy (1961).
L’emploi de l’expression « c’était un très bon
nègre » est particulièrement ironique.
Erratum La vidéo « Contre l’esclavage » p. 143 a été
supprimée.
79
Soi-même et l’autre
présents. Ce combat sans issue eut cependant un
terme. Les deux champions luttaient avec un succès égal, et la victoire était balancée entre eux. César
envoya à l’un et à l’autre la baguette de congé et la
palme de la victoire. C’était la juste récompense de
leur adresse et de leur valeur. Jamais, excepté sous
ton règne, César, on n’avait vu deux combattants
être tous deux vainqueurs.
4
Méditerranée
SÉQUENCE
Objectif
 Mare nostrum
 Livre de l’élève p. 146
Cet objet d’étude incite à sortir de Rome, à décentrer le regard de l’élève
et à élargir sa vision pour aborder la Méditerranée antique dans sa variété
et sa complexité. Les textes et documents sélectionnés permettent tout d’abord
d’évoquer différents espaces géographiques et différents modes de représentation
de l’espace, puis les migrations et les peuplements qui ont constitué le creuset
méditerranéen (Marseille étant un exemple de ces processus).
L’accent est ensuite porté sur plusieurs centres méditerranéens remarquables
par leur histoire, leur richesse ou leur rayonnement culturel.
Enfin, on a choisi d’examiner la notion de limite à travers des lieux symboliques,
des pratiques de maîtrise de l’espace, des pays situés aux confins du monde connu.
Que savez-vous déjà ?
• Quels paysages rencontre-t-on autour de la Méditerranée ?
On pourra évoquer la physionomie générale du bassin, la mer et les îles, le climat,
les paysages côtiers très découpés, les types de végétation, les espaces d’arrière-pays,
les types architecturaux…
• Quelles grandes villes antiques méditerranéennes connaissez-vous ?
On s’attend à ce que les élèves nomment Rome, Athènes, Carthage, Alexandrie ;
on pourra compléter avec Byzance, Tyr, Jérusalem, Cadix, Carthagène, Narbonne…
• Quels peuples ont vécu et vivent autour de la Méditerranée ?
Ibères, Gaulois, Grecs, Égyptiens devraient être nommés par les élèves ; on pourra
ajouter notamment les Ligures, les Étrusques, les Sabins, les Sicules, les Vénètes,
les Thraces, les Phéniciens, les Crétois, les Numides, les Scythes, etc.
Aujourd’hui, vingt-et-un pays sont riverains de la Méditerranée : l’Espagne, la France,
Monaco, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro,
l’Albanie, la Grèce, la Turquie, Malte, Chypre, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye,
l’Égypte, Israël, la Palestine, le Liban et la Syrie.
• Quels liens ont uni ces peuples ? Quels conflits les ont séparés ?
Liens de commerce (vestiges d’amphores partout dans le bassin), d’influences culturelles
(hellénisation), de domination militaire (Empire romain), d’unification administrative
(Pax Romana) ; création de comptoirs (Phéniciens), de colonies de peuplement
(Carthaginois)… Conflits guerriers (guerres médiques, guerres puniques), conquêtes
(Rome, Alexandre)…
81
Une mosaïque d’espaces
et de peuples
TEXTES 1
Une forme de pomme de pin
 Livre de l’élève p. 148
1 Rufus Festus Avienus,
Descriptio orbis terrae (v. 390-408)
Erratum La référence du texte est augmentée
du numéro des vers (v. 390-408).
2 Article « Méditerranée » (Larousse)
Aide à la traduction
Le texte d’Avienus est écrit en hexamètres dactyliques, à l’imitation de son modèle grec.
La traduction proposée est en prose mais conserve
un style empreint de poésie.
Nunc tibi et Europae fabor latus ; haec, ubi terras
intrat Atlantei vis aequoris, accipit ortum.
Unus utramque sali fluxus secat, et procul unum
distinet os ambas : eadem insinuatio ponti
Europam et Libyam rapido disterminat aestu.
Sed prior illa tamen tepido perfunditur Austro,
haec subit insanos tergum curvata aquilones.
Ambae Asiam rursum simili sub limite tangunt :
aequus utrimque modus protenditur ;
at simul ambas
si conferre sibi quisquam velit, una parumper
ut credatur humus, mediique interflua ponti
subtrahat, extemplo, quali nux pinea forma est ;
singula versanti talis succedet imago
Europae et Libyae : sic nam latus explicat ambas,
unum et utrique caput, similis quoque finis
utrique
sed tamen Hesperii qua spectant aequoris
undam,
ambae producto coeunt sibi caespite terrae ;
qua matutinis sol istas ignibus afflat,
latior ambabus species distenditur.
Approfondissement
1 Que désigne le terme Libye (texte 1) ?
Le terme désigne d’abord, chez les Grecs, l’Afrique
toute entière telle qu’elle est connue à l’époque
d’Hérodote ou, plus spécifiquement, l’Afrique du
Nord jusqu’au Nil.
Dans le texte d’Avienus, il s’agit de l’acception la
plus vaste.
2 Quelles expressions rappellent que le texte 1 est
un poème ?
– les chaleurs de l’Auster et les aquilons : périphrases
(usuelles) pour désigner les points cardinaux.
– l’une va chercher/l’autre va se recourber/regardent
les eaux de la mer Occidentale : personnifications.
82
D’ailleurs, en latin, on trouve le terme caput pour
désigner la naissance des deux territoires. Flancs,
traduction du terme latus employé par Avienus,
peut évoquer, comme le mot latin, le corps humain.
– l’image d’une pomme de pin : comparaison fondée
sur une ressemblance formelle ; le comparant est
un élément naturel commun et de petite taille.
– les feux du matin : périphrase pour désigner l’aurore.
Ces figures de style suggèrent un monde animé et
vivant où les éléments se répondent et se mêlent.
3 Comparez le texte 1 avec la description
encyclopédique contemporaine (texte 2).
L’énonciation est-elle la même ?
Le style est-il comparable ?
Avienus utilise la première personne du singulier,
à la différence de la description encyclopédique,
écrite uniquement à la troisième personne.
Le style de l’article, purement informatif, utilise un
vocabulaire scientifique précis (orogénique, hydrologie), apportant des précisions lexicologiques
(piémont) et procédant à des énumérations (l. 9 à 12).
4 Retrouvez la forme de pomme de pin sur
la carte d’Ératosthène, géographe grec
du IIIe s. avant J.-C.
TEXTE 2
Géographie
de la côte andalouse
Pline l’Ancien, Histoire naturelle
 Livre de l’élève p. 149
M. Agrippa croyait que les habitants de toute cette
côte étaient d’origine punique, mais depuis l’Anas
tout ce qui fait face à l’océan Atlantique est le pays
des Bastules et des Turdules. Quant à M. Varron, il
rapporte que l’ensemble de l’Espagne a connu l’arrivée d’Hibères, de Perses, de Phéniciens, de Celtes
et de Puniques.
Traduction de Zehnacker, III, 8, © Les Belles Lettres
(2004).
Aide à la traduction
1 Le génitif originis Poenorum a une valeur
d’attribut pour oram eam.
Le génitif peut, en effet, avoir une valeur d’attribut
avec le verbe esse : il exprime alors la possession.
Le traducteur utilise d’ailleurs le verbe avoir.
2 M. Agrippa existimavit… eam oram <esse>… /
M. Varro tradit… Hiberos pervenisse :
quelle structure latine reconnaissez-vous ?
On reconnaît des propositions infinitives, composées de sujets à l’accusatif (eam oram, Hiberos), de
verbes à l’infinitif (esse sous-entendu, pervenisse)
et introduites par des verbes de pensée (existimavit) ou d’expression (tradit).
2 Videres… totum Leucaten fervere et fluctus
3 Quelles particularités du texte montrent
le projet encyclopédique de Pline ?
Le projet encyclopédique de Pline transparaît tout
d’abord dans l’organisation du texte.
La description spatiale suit en effet un ordre précis,
d’ouest en est. Le lecteur a l’impression de suivre
le regard porté par l’auteur sur une carte de la côte
ibérique.
Ensuite, par l’abondance des toponymes, on note
l’exhaustivité recherchée. Le procédé de l’accumulation est également typique du projet. Les termes
s’enchaînent rapidement dans des phrases parfois
dépourvues de verbes, faisant ressembler l’ensemble à une liste.
Enfin, dans le passage à traduire, l’auteur cite
ses sources, ce qui témoigne de ses recherches,
de ses lectures et de son souci d’honnêteté
intellectuelle.
4 Que nous apprend la dernière phrase
sur le peuplement de l’Espagne ?
La dernière phrase rend compte de la diversité des
peuples qui ont composé l’Espagne.
TEXTE 3
La Méditerranée
dans un bouclier
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 149
Au centre, la mer se gonflait à perte de vue, sur fond
d’or, mais les vagues, d’un bleu sombre, dressaient
leur crête blanchissante d’écume. À l’entour, de clairs
dauphins d’argent, qui nageaient en rond, balayaient
de leurs queues la surface des eaux et fendaient les
remous. Au milieu, on pouvait voir les flottes d’airain, la bataille d’Actium, tout Leucate bouillonner
sous ces armements de guerre et les flots resplendir
des reflets de l’or.
Traduction de Bellessort, VIII, v. 671-677,
© Les Belles Lettres, CUF (1926).
Aide à la traduction
Erratum Dans cette question, « de l’indicatif » est
remplacé par « du subjonctif ».
1 Videres est à la 2e personne du singulier
de l’imparfait du subjonctif.
Il a une valeur indéfinie (on).
Différents moyens existent en latin pour exprimer
un sujet indéfini (passif personnel sans complément d’agent, passif impersonnel).
À la voix active, dans certains cas particuliers,
quelques pronoms personnels peuvent être
employés à cet effet comme dans le texte, avec la
2e personne du singulier d’un verbe au subjonctif (ici
à l’imparfait).
effulgere (v. 6-7).
Quelle structure reconnaissez-vous ?
On reconnaît la proposition infinitive introduite par
un verbe de perception (videres) avec ses sujets à
l’accusatif (Leucaten, fluctus), ses infinitifs (fervere,
effulgere).
3 Traduisez à l’aide du code couleur.
Approfondissement
4 Relevez le champ lexical de la mer.
tumidi […] maris/fluctu/fluctus/spumabat/caerula/delphines/Aequora
Ces quelques vers concentrent un champ lexical
très dense : le poète évoque une mer en mouvement qui bouillonne, une mer colorée (caerula/
cano/argento/auro) et animée par les dauphins qui
jouent. On est en présence d’une ekphrasis : la description prend vie et donne l’illusion au lecteur que
la scène se déroule devant lui.
5 Ce texte évoque une bataille : laquelle ?
Qui s’affronte ? Pourquoi ? Quelle en est l’issue ?
Il s’agit de la bataille d’Actium (31 av. J.-C.) lors de
laquelle s’affrontent Rome et l’Égypte mais surtout
Octave et Marc-Antoine. Cette bataille navale se
déroule au large de la Grèce occidentale. Les deux
hommes, qui ont été beaux-frères (Antoine était
l’époux d’Octavie jusqu’à ce qu’il la répudie) et ont
précédemment constitué avec Lépide le second triumvirat, sont désormais rivaux : Octave a la main
mise sur l’Occident tandis que Marc-Antoine, allié
à Cléopâtre, mère de Césarion, règne sur l’Orient.
Les querelles se multiplient et s’aggravent entre
eux. Octave, craignant qu’Antoine n’agisse à l’encontre des intérêts romains, provoque la déclaration
de guerre du sénat contre l’Égypte. Marc-Antoine
et Cléopâtre sont alors en Grèce. Octave poste des
troupes en Épire et envoie de nombreux vaisseaux
qui se postent en face du promontoire d’Actium. Les
armées se font face pendant plusieurs mois ; Antoine
lance l’offensive sur mer mais bien vite il doit prendre
la fuite avec Cléopâtre et leurs richesses. Leur flotte
se fait anéantir par les vaisseaux maniables d’Octave et leurs équipages expérimentés. Cette bataille
marque la fin de la rivalité des deux hommes et la
fin de la République romaine. Octave règnera bientôt
seul avec le titre d’Auguste.
6 Quelle image Virgile donne-t-il de ce combat ?
Virgile livre un tableau magnifique de la scène de
combat dont le cadre est la mer vivante et colorée.
In medio se déroule la bataille. Son caractère spectaculaire est mis en valeur par les verbes cernere
et videres. Les verbes de mouvement et les détails
visuels (aeratas, auro) soulignent la beauté de la
scène et non sa violence guerrière ou sa tension
politique. La célébration de la victoire d’Octave est
d’ores et déjà préparée dans cette ekphrasis.
83
Méditerranée
Approfondissement
TEXTE 4
La fondation de Marseille
Marcus Junianus Justinus, Abrégé des
Histoires Philippiques de Trogue Pompée
 Livre de l’élève p. 150
Ce jour-là, par hasard, le roi était occupé à préparer
les noces de sa fille Gyptis que, selon la coutume du
peuple, il se préparait à donner en mariage, pendant
le festin, au gendre de son choix. Et ainsi, comme
tous les prétendants avaient été invités aux noces, on
demande aussi aux hôtes grecs de venir au banquet.
Puis, une fois la jeune fille présentée, son père l’invita
à servir de l’eau à celui qu’elle choisissait comme
époux. Oubliant tous les autres, elle se tourna vers
les Grecs et servit de l’eau à Protis. Celui-ci, hôte
devenu gendre, reçut de la part de son beau-père un
domaine pour fonder une ville. Marseille fut donc
fondée près de l’embouchure du Rhône dans une
anse reculée, comme un coude de la mer.
Traduction de T. Blain, XLIII, 3, © T. Blain (2019).
Aide à la traduction
1 Cum juberetur a patre : le complément d’agent
du verbe passif est à l’ablatif.
Comment le traduire ?
Littéralement : comme elle était invitée par son père
à… : on choisit de tourner la phrase à l’actif pour
l’alléger.
2 Quem virum eligeret… (l. 24-25) ; qui… accepit…
(l. 26-27).
Trouvez les antécédents des pronoms relatifs.
Quem renvoie à ei ; qui renvoie à Proti.
3 Omissis omnibus (pronom à l’ablatif + part.
passé à l’ablatif, l. 25). Comment traduisez-vous ?
Littéralement : tous (les prétendants) ayant été
oubliés. On pourra proposer : comme elle avait oublié
tous les autres/ayant oublié tous les autres.
4 Traduisez à l’aide du code couleur.
Approfondissement
narratifs tels que le roi, la princesse, le banquet,
la venue d’un prince étranger. Le comportement
de Gyptis est quelque peu merveilleux : omissis
omnibus souligne la soudaineté et la radicalité de
son choix. Coup de foudre ? Destin divin ? Le mythe
transforme en tout cas des préoccupations commerciales (établissement d’emporia, comptoirs
phéniciens) en légende fondatrice.
8 Renseignez-vous sur la suite de l’histoire
de Marseille.
Une seconde vague de migration phocéenne renforce le caractère grec de Μασσαλία ; la cité est
un centre de diffusion de la culture grecque. Elle
devient aussi l’un des principaux ports de la Méditerranée et entre en concurrence avec Carthage. En
49 av. J.-C., la ville passe sous domination romaine
(Massilia).
9 Lisez le texte du grec Athénée de Naucratis
et comparez les deux mythes.
Chez Aristote, cité par Athénée, les fondateurs ne
sont pas de simples jeunes gens mais des commerçants. Les noms des héros diffèrent : Protis se
nomme Euxène, Gyptis Petta puis Aristoxène. Dans
cette version, Protis est l’enfant né de cette union.
Le philosophe ne parle pas du don de territoire ni de
l’emplacement de la cité. L’essentiel est néanmoins
conservé : les voyageurs phocéens, le roi local, la
coutume de mariage, le choix singulier fait par la
princesse.
10 PORTFOLIO Comparez ce récit de fondation avec
la nouvelle de science-fiction « Les pionniers »
du recueil Chroniques martiennes de Ray Bradbury
(1950).
On pourra s’intéresser aux raisons de la fondation
d’une cité (Justinus : étroitesse et aridité de leur terre/
charmés par la douceur du lieu ; Bradbury : découvrir/
fuir/obtenir/rêve/travail…), aux processus de fondation (départ, reconnaissance des nouveaux lieux,
incitation à partir, alliances, appropriation des nouvelles terres, nostalgie et solitude des pionniers…),
à la mythification ultérieure…
5 Cui Gyptis aquam porrigit ?
Proti Gyptis aquam porrigit.
6 Quels peuples sont évoqués ? Qu’en déduisez-
vous sur l’origine des Marseillais ?
L’auteur évoque les Phocéens (Grecs d’Asie Mineure),
les Romains, les Ligures, les Gaulois, les Ségobriges.
Selon cette histoire, Marseille (Massalia) est fondée
par un Grec d’Asie et une Ségobrige, sur un territoire
ségobrige. Les Marseillais ont donc, selon Marcus
Junianus Justinus, une ascendance mêlée.
7 Quelle est la fonction du mythe raconté à la fin
du texte ?
Ce récit étiologique explique la fondation de Marseille vers 600 av. J.-C. ; on y trouve des motifs
84
TEXTE 5
Pythéas,
explorateur marseillais
Strabon, Géographie
 Livre de l’élève p. 151
Autour du texte
1 Renseignez-vous sur Pythéas et son voyage.
Connaît-on précisément son parcours ?
Pythéas, originaire de Massilia, aurait entrepris
un voyage inédit (aux alentours de 330 av. J. –C.)
depuis les côtes de l’ouest de l’Europe jusqu’aux
contrées polaires. Son voyage a été consigné par
ses soins dans Περί του Ωκεανού mais l’ouvrage a
2 Quelles hypothèses ont été proposées pour
identifier Thulé ?
Thulé, selon Pythéas, est une île septentrionale
au-delà de la Grande-Bretagne (à six jours de navigation). On l’a identifiée à Ouessant, à l’Islande,
à l’une des îles Féroé, à l’une des îles Lofoten, au
Groenland, à la Norvège. Extrema, ou Ultima, Thulé
est le nom des confins du Nord pour les Romains.
Thulé appartient, avec les Bermudes et l’Atlantide,
aux lieux fabuleux de la cartographie imaginaire.
3 Par quels termes et avec quels arguments
Strabon discrédite-t-il Pythéas ?
Strabon tente de discréditer Pythéas en mentionnant d’abord le fait que nul autre n’ait avant lui
évoqué Thulé ni même des régions aussi septentrionales (l. 5 : Mais j’ai beau chercher, je ne vois pas
qu’aucun autre voyageur ait mentionné une île du
nom de Thulé : παρά δὲ τῶν ἄλλων οὐδὲν ἱστορῶ͵ οὔθʹ
ὅτι Θοὐλη νῆσός ἐστί τις). Ensuite, il s’appuie sur ce
qu’il sait des rigueurs d’Ierné (l’Irlande) pour refuser
la possibilité de vivre au-delà. Enfin, il réfute ses
calculs de coordonnées géographiques (l. 21 : Mais
ce Pythéas, qui partout et toujours a cherché à tromper
son monde, a certainement encore menti ici : Πανταχοῦ
δὲ παρακρουόμενς τοὺς ἀνθρώπους ὁ Πυθέας κάναῦθά
που διέψευσται·). On constatera que dans cet extrait,
l’argumentation de Strabon n’est pas convaincante.
Les mesures de Pythéas ont depuis été corroborées
par les scientifiques modernes. Ailleurs, Strabon se
moque de la référence à la terre de glace (ἡ πεπηγυία
θαλάτη), c’est-à-dire la banquise.
2 Quel temps verbal domine ?
Qu’apporte-t-il à la description ?
Le présent domine ; c’est un présent de narration, qui
vise à rendre l’action vivante sous le regard du lecteur.
3 Relevez les noms à l’accusatif des vers 4 à 12 :
ils désignent les constructions et institutions
nouvelles des colons.
Erratum Dans cette question, « vers 3 » est remplacé
par « vers 4 ».
Adversas arces ; molem (magalia quondam) ;
portas strepitum ; strata ; muros ; arcem ;
saxa ; locum ; Jura magistratusque ; sanctum
senatum ; portus ; alta Fundamenta ; immanis
columnas ; decora alta.
4 Traduisez à l’aide du code couleur.
Cependant, dociles au sentier, ils sont venus vivement au terme de leur route ; déjà ils gravissaient la
colline qui de sa hauteur domine la ville et dont le
sommet regarde en face la citadelle. Énée admire cet
ensemble, simple douar naguère ; il admire les portes,
l’animation et le dallage des rues. Les Tyriens travaillent avec ardeur : les uns prolongent des murailles,
bâtissent la citadelle, roulent à force de bras des
pierres sur les pentes ; d’autres choisissent un lieu
pour leur maison et l’entourent d’un sillon ; ils se
donnent des lois, des magistrats, un sénat vénérable.
Ici les uns creusent des ports, ici pour les théâtres
les autres mettent en place de profondes assises. Ils
taillent à même le rocher des colonnes gigantesques,
hautes décorations des scènes futures.
Traduction de J. Perret, 418-429, CUF,
© Les Belles Lettres (1977).
Approfondissement
5 Quid Aeneas miratur ?
Erratum Dans cette question, spectat est remplacé
par miratur.
Un espace polycentrique
TEXTE 6
Splendeurs de Carthage
Virgile, Énéide
 Livre de l’élève p. 152
Erratum Les deux vidéos ont été supprimées.
Aide à la traduction
1 Repérez les sujets des verbes (vers 4 à 12).
Qui sont les personnages ?
Aeneas Miratur ; ardentes Tyrii ; pars… Pars ;
alii… alii….
Énée observe, émerveillé, les constructions tandis
que les Carthaginois s’activent. Le regard d’Énée
se porte successivement sur différents groupes de
travailleurs.
Réponse issue du texte virgilien : Aeneas molem,
portas strepitumque et strata viarum miratur.
Réponse plus synthétique : Aeneas novam urbem
miratur.
6 Repérez les noms propres désignant la fondatrice
de Carthage et son peuple. Cherchez leur origine
et leur sens précis.
La Sidonienne et Didon désignent la reine. Le premier terme évoque Sidon, ville de Phénicie. Le
second est son nom latin. On pourra ajouter son
nom phénicien Élissa.
Le peuple de Didon est nommé par Virgile Poeni (les
Puniques, les Phéniciens) ou Tyrii (les Tyriens), terme
qui fait référence à la ville phénicienne de Tyr.
7 PORTFOLIO Dans l’incipit de Salammbô, quelle
image Flaubert donne-t-il de Carthage ?
On pourra s’intéresser aux éléments qui caractérisent
la ville (organisation, architecture, végétation…),
85
Méditerranée
disparu. On en trouve néanmoins des extraits chez
Strabon et d’autres auteurs. Les propos rapportés
offrent des données scientifiques très intéressantes
(mesures géographiques, phénomènes météorologiques, mentions ethnographiques…).
aux populations évoquées (identité, caractéristiques…), aux termes évaluatifs (admiration), à la
mythification (comparaisons et métaphores, allusions historiques, mythologiques ou religieuses…),
au registre épique, à la réécriture, à l’invention du
passé...
TEXTES 7
Alexandrie la savante
 Livre de l’élève p. 152-153
1 Aulu-Gelle, Nuits attiques
Erratum Dans cet extrait, auxiliaris (l. 5) est remplacé
par auxiliariis.
Aide à la traduction
1 Les verbes soulignés sont à la voix passive.
Recherchez leurs compléments.
– conquisitus et confectus est sont complétés
par ab Ptolemaeis regibus.
– diripitur n’a pas de complément.
– incensa sunt est complété par a militibus
auxiliariis.
2 Opera consulta (l. 4) est une proposition circons-
tancielle. Quelle structure reconnaissez-vous ?
Il s’agit d’un ablatif absolu (opera, ae, f : opération,
action ;
consulo, is, ere, ui, tum : préparer, concevoir).
Un grand nombre de livres furent ensuite rassemblés ou copiés par les rois Ptolémée en Égypte,
environ sept cent mille rouleaux ; mais, lors de la
première guerre d’Alexandrie, au cours du pillage
de la ville, ils furent incendiés tous, par hasard,
sans intention ni volonté délibérée, par des soldats auxiliaires.
Traduction de René Marache, VII, 17,
© Les Belles Lettres (2004).
2 César, De bello civili
Aide à la traduction
1 Consueverunt (l.9) : quel sujet, évoqué dans la
proposition précédente, faut-il sous-entendre ?
On doit sous-entendre Aegyptii, les Égyptiens.
Approfondissement
2 Quand Alexandrie fut-elle fondée ? Par qui ?
Alexandre le Grand fonda la ville en 331 av. J.-C.,
dans une baie à proximité du delta du Nil. L’île de
Pharos, sur laquelle le phare fut édifié et auquel
elle donna son nom, protégeait l’entrée de cette
baie.
86
3 Comparez les récits de cette fondation faits par
les auteurs antiques Vitruve, Diodore de Sicile et
Plutarque. Distinguez les éléments objectifs et
les éléments mythiques de ces récits.
Les auteurs insistent sur la situation favorable du
site : fertilité du Nil, sûreté naturelle de la baie protégée par Pharos, ouverture sur la mer. Ils évoquent
également la conception architecturale rationnelle du plan de la ville. Tous, bien sûr, nomment
Alexandre. Des éléments mythiques appartiennent
aussi au récit de la fondation, notamment le rêve
fait par Alexandre dans lequel lui apparaît Homère.
Le poète lui souffle le nom de Pharos. Le premier
tracé de la ville aurait été fait avec de la farine et
aurait eu la forme d’une chlamyde. Le fait que des
oiseaux aient mangé la farine est considéré comme
un présage favorable (Pseudo-Arrien, Plutarque) :
Alexandrie serait destinée à nourrir des hommes de
tous pays.
4 PORTFOLIO Rapprochez la mosaïque de la sculp-
ture Ruines d’Égypte d’Anne et Patrick Poirier
(1979). Comment les artistes expriment-ils leur
point de vue ?
On peut commencer par présenter les techniques utilisées (mosaïque, céramique) en évoquant matériaux,
cuisson, outils, etc. Les deux œuvres sont décoratives, mais celle de 1979 reprend une sculpture de
1808 destinée à une table de salle à manger. Ensuite,
on peut se pencher sur les sujets représentés qui ont
en commun l’Égypte, mais à des échelles très différentes. La mosaïque représente en effet une partie
du Phare, la céramique un ensemble de monuments.
L’une comprend du texte, l’autre non. Les styles
graphiques sont très différents (stylisation de la
mosaïque, précision extrême de la céramique). Enfin,
les regards portés sur les monuments diffèrent : la
mosaïque représente un phare entier, coloré, en état
de marche, la céramique un patrimoine en ruines. Il
faudra par ailleurs s’interroger sur la place du divin
dans ces œuvres. On trouvera des informations et
images concernant l’œuvre des Poirier sur le site de
la manufacture de Sèvres.
TEXTE 8
Tyr, une cité ancestrale
Hérodote, Histoires
 Livre de l’élève p. 153
Autour du texte
1 Situez Tyr.
Erratum :  on renverra à la p. 10 davantage qu’à la p. 11.
On remarque que Tyr occupe une position très intéressante : ouverture sur la mer et vers l’Orient, à
équidistance du Nord et du Sud du bassin méditerranéen. Au fil des cartes, on note que la phénicienne
Tyr devient perse puis macédonienne puis romaine.
Elle changera encore de nombreuses fois de
maîtres. Tyr est aujourd’hui libanaise.
tance de cette cité ?
La ville est importante d’abord par son ancienneté (il y avait deux mille trois cents ans qu’elle était
habitée). Les colonies phéniciennes sont évoquées
pour la même raison (ces Phéniciens […] fondèrent
une colonie dans cette île, cinq générations avant
qu’Hercule […] naquît en Grèce). La ville est notable
aussi pour sa religiosité (temple/grande vénération/
infinité d’offrandes). Hérodote insiste également sur
la richesse (riches ornements/deux colonnes, dont
l’une était d’or fin, et l’autre d’émeraude).
tandis qu’en bas on donnait du bélier, des flèches,
des pierres contre les portes et les murailles. Une
fois la citadelle investie, il lui fit payer cher sa résistance : les femmes et les enfants furent réduits en
esclavage, les hommes tués. Alexandre désirait
manifestement faire un exemple. On lira le récit de
ce siège hors du commun chez Quinte-Curce (IV, 4)
et Diodore de Sicile (XVII, 46).
TEXTES 9
Zénobie, reine de Palmyre
3 Comment l’histoire et la légende s’entremêlent-
elles ?
Certains éléments du texte ont les caractéristiques du récit historique et plus précisément ici,
géographique, puisque l’auteur raconte un de ses
voyages. La première phrase évoque ce voyage,
destiné à assouvir la curiosité de l’auteur qui se
présente ici comme un enquêteur sur les traces
du culte d’Hercule. Nous trouvons la première
personne du singulier, des verbes de volonté, de
perception et de parole, des commentaires subjectifs, des termes évaluatifs. Le récit suit un ordre
chronologique indiqué par des marques logiques
et temporelles. Par ailleurs, les ethnonymes et
les toponymes renvoient au réel. Néanmoins l’enquête est ponctuée d’allusions à la mythologie qui
dépassent l’objet de l’enquête (les temples d’Hercule) : en effet, Hérodote, qui présente le héros
comme fils d’Amphitryon (lui attribuant ainsi une
généalogie purement humaine), fait référence à
une date précise de sa naissance, date qu’il peut
alors comparer à celle de la fondation de la colonie
de Thasos. De même, le mythe de l’enlèvement
d’Europe est rappelé comme un fait aussi historique que cette fondation.
4 Documentez-vous sur l’histoire de Tyr
et sur le rôle joué par Alexandre le Grand.
Tyr a été fondée au IIIe millénaire av. J.-C. Son histoire
mouvementée témoigne des strates de l’Histoire.
Petit port utilisé par les Égyptiens, conquise par les
Assyriens, point de départ des colons phéniciens,
soumise par Alexandre, disputée par ses lieutenants, mise sous tutelle romaine en - 64 av. J.-C.,
elle est aussi une ville biblique avant d’être prise
par les Arabes, puis par les nomades Seldjoukides,
les croisés, les Ottomans. Elle devient libanaise au
début du XXe siècle.
La Tyr antique était constituée d’une partie insulaire et d’une partie continentale. Quand Alexandre
voulut la conquérir, la flotte phénicienne défendit
parfaitement la population réfugiée dans la citadelle de l’île. Alors Alexandre fit construire une
digue en pierre pour s’en approcher, ainsi que des
catapultes, des arbalètes, enfin une tour de bois
montée sur plusieurs de ses galères liées ensemble,
tour à partir de laquelle il fit tendre un pont vers
les murailles tyriennes. Il put alors forcer l’entrée,
 Livre de l’élève p. 154
1 Trebellius Pollion, Histoire Auguste
Aide à la traduction
1 Le verbe esse peut être suivi d’un attribut
mais aussi de l’ablatif ou du génitif.
Repérez cette construction.
Erratum Dans cette question a été supprimé le renvoi
à la voix passive.
Ablatif : vultu subaquilo/oculis vigentibus nigris
Génitifs précisant vultu et oculis : fusci coloris/
spiritus divini/venustatis incredibilis
Il s’agit de compléments de qualité.
2 Analysez le verbe putarent (l. 3) :
analysez l’emploi de ut.
Putarent : 3e personne du pluriel du subjonctif
imparfait.
Ut : suivi du subjonctif, il introduit une conséquence
en corrélation avec tantus.
3 Ubi introduit-il une relative de lieu ou une subor-
donnée temporelle ?
Ubi introduit une subordonnée temporelle qui
permet de souligner, grâce au parallélisme, le caractère réfléchi de Zénobie.
2 Boccace, De claris mulieribus
Erratum Ligne 2 du texte, « literis » est remplacé par
« litteris ».
Aide à la traduction
1 Traduisez les ablatifs absolus.
priscis testantibus litteris : selon d’anciens
témoignages
spretis muliebribus officiis : sans intérêt pour les
occupations féminines
2 Repérez les propositions infinitives, leur verbe
introducteur et traduisez-les.
a Ptolemeis Aegyptiorum regibus claram volunt
originem (se eam) habuisse :
on veut qu’elle ait eu une origine illustre par les rois
Ptolémée d’Égypte
87
Méditerranée
2 Quels éléments du texte témoignent de l’impor-
Dicunt […] hanc […] silvas et nemora incoluisse
plurimum
on raconte qu’elle passait son temps dans les bois et
les forêts
Dicunt […] hanc […] et accinctam pharetra cervis
caprisque cursu atque sagittis fuisse infestam :
on raconte qu’elle était armée d’un carquois et de
flèches et qu’elle affrontait les cerfs et les boucs à la
course.
Approfondissement
3 Les termes soulignés indiquent-ils
que les sources données sont fiables ?
Les termes volunt, dicunt et aiunt indiquent
davantage des rumeurs que des témoignages
vérifiés. La part d’imaginaire et de fantasme qu’a
suscitée Zénobie est perceptible.
4 Quelles seraient les origines de Zénobie
(passage surligné) ?
D’après ce passage, Zénobie serait liée aux descendants de Ptolémée Ier (un des généraux d’Alexandre
le Grand) et à sa descendante Cléopâtre VII.
5 Quel portrait physique et moral se dégage
des deux textes ?
Le texte 1 souligne la beauté de Zénobie : venustatis
incredibilis. Tantus candor in dentibus ut margaritas eam plerique putarent habere – vox clara.
Le texte 2 suggère la force et la résistance physiques
de Zénobie par les allusions à la pratique de la chasse
et de la guerre (l. 5 à 9). Les deux textes signalent
son charisme : vox virilis (texte 1) – ut aeque
illam magni penderent sui exercitus et timerent
(texte 2). Zénobie apparaît également éclairée : haec
quin litteras egyptias nosceret… graecas etiam
disceret – historias omnes latinas graecas et barbaras summo cum studio vidit, et sage, comme le
suggèrent les termes Severitas – clementia – prudenter – conservatrix thesaurum dans le texte 1
et tam eximie virtutis femina dans le texte 2.
Les deux auteurs montrent qu’elle se démarque de
l’image traditionnelle de la femme : ultra femineum
modum et spretis omnino muliebribus officiis.
6 Comment le multiculturalisme est-il représenté
dans le portrait de Ummayat, jeune fille de la ville
de Palmyre ? Identifiez l’origine de ses parures.
• En fond : une étoffe suspendue à deux feuilles de
palme : symbole oriental de la limite entre la vie et
la mort.
• Vêtements : une tunique + un manteau (mode
du chiton grec) – fibule à tête de lion – un bandeau
frontal typique du monde oriental – le collier de
perles, la bague et les boucles d’oreilles romaines.
L’ensemble suggère que Palmyre se trouvait à un
carrefour de civilisations dont les habitants empruntaient les codes culturels. On pourra signaler aux
élèves que les inscriptions étaient souvent bilingues (grec/araméen) et que le latin demeurait la
langue de l’armée et de l’administration.
88
TEXTES 10 Zénobie, alliée ou ennemie
de Rome ?
 Livre de l’élève p. 155
1 Eutrope, Brevarium historiae romanae
Aide à la traduction
1 De quel mot dépendent les génitifs
de la première phrase ?
Ils dépendent de vir.
2 À l’aide du code couleur, repérez deux ablatifs
absolus. Quelle valeur circonstancielle
leur attribuez-vous ?
occiso Odenatho marito : valeur temporelle
praecedentibus […] Tetrico et Zenobia : valeur
causale et temporelle
3 Quelle nuance de lieu l’accusatif Romam
exprime-t-il ? (l. 4)
L’accusatif indique la direction, le lieu où l’on va.
Il répond à la question : Quo ?
4 Traduisez à l’aide du code couleur.
L’empire fut gouverné par Aurélien […] grand capitaine mais d’un caractère violent, il était trop enclin
à la cruauté […]. Aurélien, dans une bataille peu
importante, livrée près d’Antioche, fit aussi prisonnière Zénobie, qui était reine d’Orient, depuis la mort
d’Odénath, son mari : de retour à Rome, il triompha comme nouveau conquérant de l’Orient et de
l’Occident ; il fit marcher devant son char Tétricus
et Zénobie. […] Zénobie laissa à Rome une postérité qui existe encore.
Traduction de N.-A. Dubois, IX, 1,3 © Garnier (1865).
2 Trebellius Pollion, Histoire Auguste
Erratum À la ligne 4 du texte, postulet est en gras.
Aide à la traduction
1 Distinguez les subjonctifs (en gras) qui relèvent
de l’expression de l’hypothèse (si) de ceux qui
dépendent de la conjonction de subordination
cum.
• Expression de l’hypothèse :
si scirent (l. 1)/nisi scissem (l. 5)
• Conjonction cum :
postulet (l. 4)/poscat (l. 4)/servaret (l. 6)
On pourra faire remarquer que le subjonctif laudarent
dépend de la conjonction de subordination ne.
Certes, ceux qui me blâment ne manqueraient
pas de me louer, s’ils savaient quelle femme est
Zénobie ; quelle est sa prudence dans le conseil,
sa constance dans l’exécution, sa fermeté envers
les soldats, sa libéralité dans l’occasion, sa sévérité
lorsqu’elle est nécessaire. (…) Je ne lui aurais point
Traduction de M. Fl. Legay, 30 (Zénobie),
Panckoucke (1834).
3 Flavius Vopiscus, Histoire Auguste
Approfondissement
1 Que nous apprennent ces textes sur l’empereur
Aurélien ?
On peut remarquer que les textes dressent un portrait ambivalent d’Aurélien : Eutrope souligne sa
cruauté (ad crudelitatem propensioris animi) et
son hybris (animi immodici), mais reconnaît ses
qualités de chef de guerre (in bello potens). L’expression receptor Orientis Occidentisque indique
le pouvoir absolu du Princeps.
L’affrontement avec Zénobie est considéré comme
un signe de faiblesse. Flavius Vopiscus en fait un
orgueilleux que Zénobie rappelle à la réalité et
Trebellius Pollion le met en scène, justifiant son
attitude généreuse à l’égard de Zénobie : il s’agirait
d’un fin calcul politique :
Nec ego illi vitam conservassem, nisi eam
scissem multum Romane rei publicae profuisse.
2 Quelle image de Zénobie transparaît ?
Flavius Vopiscus fait entendre la voix autoritaire et
railleuse de Zénobie, suggérant ainsi son ascendant
sur Aurélien.
Eutrope signale la défaite de Zénobie et le fait,
étonnant, qu’elle continue de vivre à Rome après
le triomphe où elle est apparue vaincue. La reine
serait donc une personnalité respectée.
Trebellius Pollion fait d’ailleurs entendre les qualités
attribuées à Zénobie par la voix de son vainqueur
Aurélien.
On notera l’énumération de ces qualités appuyée
par quam. L’image de la reine est celle d’une
femme de pouvoir charismatique.
3 Pourquoi Zénobie évoque-t-elle Cléopâtre ?
Les origines orientales, l’affrontement avec Rome,
l’intelligence et la beauté de Zénobie en font une
héritière digne de Cléopâtre pour les auteurs
antiques.
Cette filiation imaginaire, symbolique, ne recouvre
pas la réalité. Zénobie, reine à Palmyre, citoyenne
romaine (son praenomen Septimia le prouve), ne
veut pas s’affranchir de Rome mais devenir « impératrice » ; son ambition se heurte à celle d’Aurélien.
Pour approfondir, on peut consulter les travaux
d’Annie et Maurice Sartre consacrés à Palmyre et
Zénobie.
Aux confins de l’empire
TEXTES 11
Les colonnes d’Hercule
 Livre de l’élève p. 156
1 Rufus Festus Avienus, Ora maritima
Aide à la traduction
1 Relevez les noms propres.
Oceano/Atlanticus/Gadir/Tartessus/Herculis/
Abyla/Calpe/Libyae
2 Repérez les expressions de lieu.
Vers 3 : qua profundum semet insinuat salum
à l’endroit où la mer profonde entre
Vers 4 : ab depuis l’océan Oceano
Vers 6-7 : hic (là)
3 Analysez les verbes et indiquez leur sujet.
jacet : 3e p. sg. présent indicatif/unda
circumfunditur : 3e p. sg. présent indicatif/unda
insinuat : 3e p. sg. présent indicatif/salum
explicetur : 3e p. sg. présent subjonctif/gurges
est : 3e p. sg. présent indicatif/urbs
sunt : 3e p. pl. présent indicatif/columnae
pertinacis Herculis
On pourra inviter les élèves à distinguer la voix active
de la voix passive (circumfunditur, explicetur)
Approfondissement
4 Comment comprenez-vous l’expression
nostri maris (v. 4) ?
L’expression désigne la mer intérieure qui s’étend
des colonnes d’Hercule aux provinces orientales.
Le déterminant possessif suggère la maîtrise de
cet espace maritime par les Romains. La traduction
Méditerranée est plus compréhensible pour le lecteur moderne.
2 Strabon, Géographie
Autour du texte
1 Quelle origine Strabon donne-t-il aux « colonnes
d’Hercule » ?
Le géographe grec propose une explication en évoquant les promontoires qui forment le détroit. Il
évoque également les monts Calpé et Abilyx, s’appuyant encore sur la géographie des lieux. Strabon
mentionne l’existence du temple dédié à Héraklès,
érigé à Cadix. On remarque qu’il rejette toute explication mythologique.
89
Méditerranée
laissé la vie, si je savais qu’elle a rendu un grand
service à la république romaine, lorsque, soit pour
elle, soit pour ses enfants, elle a conservé intact
l’empire de l’Orient.
2 Présentez deux frontières, l’une antique, l’autre
moderne. Expliquez leurs enjeux.
• Frontières antiques : le mur d’Hadrien – le limes
septentrional qui faisait face aux Germains – la
frontière commune aux Romains et aux Parthes
• Frontières modernes : l’Europe et le Royaume-Uni
(le Brexit pose la question d’une frontière à venir) –
Les États-Unis et le Mexique – la Russie et l’Ukraine
On peut aussi s’intéresser aux frontières naturelles :
comment envisager la Méditerranée ? frontière ?
espace économique ?
TEXTE 12
Les frontières de l’empire
Hygin l’Arpenteur,
Les Arpenteurs romains
 Livre de l’élève p. 157
Aide à la traduction
1 Repérez les infinitifs qui complètent debebimus
et oportet.
debebimus : Adsignare (l. 1)
oportet : adsignare (l. 2)
2 Repérez les prépositions et les groupes de mots
qui en dépendent.
secundum legem divi Augusti – circa extremitatem – a possessoribus – ex eo – in commune
nomine compascuorum
3 Ex eo… partes (l. 4) : Comment rattachez-vous
cette expression à ce qui la précède ?
Eo reprend agrum. Il faut sous-entendre oportet
adsignare.
Approfondissement
5 Quelle règle détermine l’attribution des terres ?
Toutes les terres sont-elles attribuées ?
Les terres sont attribuées : qua falx et arater
exierit. Il s’agit d’occuper les terres en les cultivant.
6 Où commence l’assignation des terres ?
Pourquoi ?
L’assignation commence (Primum) circa extremitatem, à partir de la frontière, pour ensuite
distribuer les terres qui se trouvent à l’intérieur du
territoire conquis (interiores perticae partes). Le
but est d’assurer la présence romaine à la frontière
afin de défendre le territoire.
7 Cherchez à quoi servait l’objet nommé groma.
Cet objet sert à borner les terres en indiquant la
direction perpendiculaire. Il fonctionne comme une
équerre de visée.
8 Situez le mur d’Hadrien dans l’empire
et expliquez les raisons de sa construction.
Il s’agissait d’un mur défensif. Les tribus du nord de
l’Angleterre, les Pictes et les Calédoniens n’ayant
pas été soumis, les Romains devaient assurer la
sécurité de la région Sud, intégrée à l’empire.
9 Quelle était la particularité du fort
de Vindolanda ?
Ce fort existait avant la construction du mur d’Hadrien. Construit vers 80 ap. J.-C, il a ensuite été
intégré au mur d’Hadrien. Le fort était un lieu de vie
militaire et civile, comme en témoignent les nombreux vestiges archéologiques retrouvés (tablettes,
chaussures, pièces de monnaie, ustensiles de
cuisine…).
4 Lisez le texte en gras. Qu’avez-vous compris ?
Il s’agit d’amener les élèves à repérer le thème du
texte : l’élaboration de frontière, la distribution de
terres, en s’appuyant sur du vocabulaire connu,
donné ou transparent. Le but est de montrer qu’on
peut comprendre sans traduire systématiquement
mot à mot.
Nous devrons assigner la terre, selon la loi du divin
Auguste, « jusqu’où seront allées la faux et la charrue », sauf si le fondateur y a changé quelque chose.
Il faut d’abord assigner la terre qui se trouve vers
l’extrémité, pour que les confins soient tenus par
les possesseurs comme par des bornes ; ensuite, les
parties intérieures de la pertica. Si des pâtures ou
des forêts ont été concédées à des domaines, nous
inscrirons sur les plans cadastraux selon quels droits
elles ont été données. Dans beaucoup de colonies,
l’immensité du territoire a surpassé l’assignation, et
comme il restait plus de terre qu’on n’en avait donné,
on l’a donnée en commun aux possesseurs les plus
proches, sous l’appellation de pâturages communs.
Traduction de Jean-Yves Guillaumin, 15, 1-4,
© Les Belles Lettres (2005).
90
TEXTES 13
Le pays des Scythes
 Livre de l’élève p. 158-159
1 Pomponius Mela,
La Description de la terre
Erratum Dans la référence du texte, la mention : traduction de L. Baudet (1843) a été supprimée.
Aide à la traduction
1 Traduisez à l’aide du code couleur.
Ensuite est une contrée fort riche, et néanmoins inhabitable, parce que les gryphons, espèce d’animaux
cruels et obstinément attachés au sol, qui n’aiment
rien tant que l’or qu’ils arrachent des entrailles de la
terre, et qui le gardent avec une vigilance dont rien
ne peut les distraire, en rendent les approches très
dangereuses. Les premiers hommes que l’on rencontre sont les Scythes…
Traduction de L. Baudet, II, 1, Panckoucke (1843).
Approfondissement
2 Hérodote présente-t-il une description objective
des régions occupées par les Scythes ?
La description est peu objective car Hérodote
emploie des modalisateurs et des hyperboles
qui suggèrent une volonté d’impressionner le
lecteur : si insupportable/cet affreux climat/il fait
encore froid.
3 Les informations données par Pomponius Mela
rejoignent-elles celles d’Hérodote ?
La rudesse du pays semble confirmer les coutumes
barbares des Scythes. On fera remarquer aux élèves
que les auteurs se placent en témoin éclairés et
civilisés de ces peuples aux coutumes étonnantes,
donc barbares.
4 Que suggèrent ces textes du peuple Scythe ?
Les Scythes semblent incarner l’étranger, c’està-dire le non civilisé. La présence des monstres
(gryphi) dans l’extrait 1, les pratiques cruelles ou
inhabituelles pour un Romain (ora artusque pingunt/auri argentique/ignari) dans l’extrait 3 et la
vie dans une contrée jugée particulièrement hostile
sont sources d’étonnement pour les auteurs grecs
et romains.
3 Pomponius Mela,
La Description de la terre
Aide à la traduction
1 Recopiez le texte en gras et repérez les mots
qui ressemblent au français.
On laissera les élèves s’appuyer sur des termes qui
leur semblent transparents ou déjà rencontrés.
Ingenia cultusque gentium differunt.
Essedones funera parentium laeti celebrant.
Corpora ipsa, laniata visceribus immixta
consumunt.
Capita auro vincta pro poculis gerunt.
Haec sunt pietatis ultima officia.
Agathyrsi ora artusque pingunt.
Satarchae, auri argentique, ignari, vice rerum
commercia exercent ; […]
Tauri immanes sunt moribus, immanemque
famam habent
2 Relevez les noms propres.
Essedones – Agathyrsi – Satarchae – Tauri – Iphigeniae – Orestis
3 Qui sont Iphigénie et Oreste ?
Iphigénie et Oreste appartiennent à la famille des
Atrides. Ils ont pour père Agamemnon, pour mère
Clytemnestre et pour sœur Électre.
4 Traduisez les passages en gras puis l’ensemble
du texte.
Les peuples de la Scythie se distinguent entre eux
par des mœurs et des coutumes différentes. Les Essedons célèbrent les funérailles de leurs parents par des
transports de joie, par des sacrifices et une réunion
solennelle de la famille du défunt. Ils coupent le
cadavre par morceaux, coupent de même les entrailles
des victimes, mêlent toutes ces chairs ensemble et en
font un festin. Quant à la tête, après l’avoir dépouillée et proprement nettoyée, ils en font une coupe
qu’ils entourent d’un cercle d’or. Tels sont chez eux
les derniers devoirs que la piété rend aux morts. Les
Agathyrses se peignent le visage et les autres parties
du corps plus ou moins, selon le degré de noblesse ;
du reste, les taches ont chez tous la même forme, et
sont ineffaçables. Les Satarches ne connaissent ni
l’or ni l’argent, ces deux fléaux du genre humain,
et commercent par échange. […] Les Taures, dont
Iphigénie et Oreste ont rendu le nom célèbre, ont des
mœurs barbares et la réputation affreuse d’immoler
les étrangers sur leurs autels.
Traduction de L. Baudet, II, 1, Panckoucke (1843).
4 Ovide, Pontiques
Aide à la traduction
1 Observez les temps primitifs de addo, is, ere, didi,
ditum et analysez la forme du verbe adde (v. 3).
Adde : impératif présent, 2e p. sg.
2 Repérez les prépositions et les mots
qu’elles régissent.
Hostibus in mediis – interque pericula – cum frigore – cum sagittis – Cum meo fato
Il s’agit d’amener les élèves à distinguer cum préposition et cum conjonction de subordination.
3 Traduisez les passages en gras puis l’ensemble
du texte.
Je vis entouré d’ennemis et au sein des dangers,
comme si, en perdant ma patrie, j’avais aussi perdu la
tranquillité. […] Ajoute à cela le sombre aspect d’un
pays sans arbres ni verdure, où l’hiver succède
à l’hiver sans interruption. Voilà le quatrième
que j’y passe, luttant contre le froid, contre les
flèches, et contre ma destinée. Mes larmes ne
tarissent que lorsqu’une sorte d’insensibilité vient en
suspendre le cours, et que mon cœur est plongé dans
un état léthargique, semblable à la mort.
Traduction sous la direction de M. Nisard, Dubochet,
lettre II, v. 10, 23-28 (1838).
Approfondissement
4 Quels aspects de la vie aux confins de l’empire
romain ces textes soulignent-ils ?
La vie aux confins de l’empire romain est marquée
par l’hostilité de l’environnement et la rudesse des
mœurs.
91
Méditerranée
2 Hérodote, Histoires
5 Quel sentiment cette vie dans des terres
inconnues fait-elle naître chez l’exilé ?
Le sentiment qui domine est la nostalgie. On
remarque la douleur dont témoigne Ovide qui
associe la douleur de l’exil à l’inquiétude : cum
patria pax sit adempta. Le parallélisme nec fronde
nec arbore appuie l’image d’un lieu désagréable,
opposé aux joies de la campagne romaine. Le climat
joue aussi un rôle dans cette souffrance. La répétition de hiems, accentuée par l’adjectif quarta,
explique et symbolise le désespoir du poète. Enfin,
l’énumération des vers 5 et 6 permet de forger un
paysage-état d’âme émouvant.
6 ÉCRITURE Imaginez la réponse de Maxime
à Ovide. Il lui rend compte de ses démarches,
malheureusement vaines, auprès d’Auguste.
On attendra un écrit qui respecte la situation
d’énonciation, le mystère qui entoure cet exil
d’Ovide. Le registre pathétique semble approprié.
On pourra demander aux élèves de s’appuyer sur
leur connaissance de la vie quotidienne dans la
Rome antique pour marquer la distance avec l’environnement décrit par Ovide. On peut leur faire lire
toute la lettre 2, I des Pontiques.
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
 Livre de l’élève p. 160-161
Géographies antiques
Errata P. 161, 2e paragraphe, l. 6 : lire « il est célébré
de son vivant » ; 5e paragraphe, l.5 : lire « a un succès
extraordinaire ».
92
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 162-163
Splendeurs des ruines antiques
1 Quelle leçon le poème de Lamartine délivre-t-il ?
Le poème souligne la vanité et le caractère éphémère des civilisations. Il rappelle également les
violences qui ont jalonné l’histoire romaine.
2 Quels sentiments la visite de sites anciens
suscite-t-elle dans ces deux textes ?
L’admiration est perceptible, tout comme une forme
de désespoir face à la destruction et à l’oubli.
On notera aussi la facilité ou la difficulté de se
représenter les monuments selon de degré de
conservation.
3 PORTFOLIO Expliquez la fascination exercée
par Palmyre au fil des siècles, en vous appuyant
notamment sur les textes de M. Énard
et de Pline l’Ancien.
On peut proposer les motifs suivants : situation géographique, situation politique (Palmyre
joue le rôle de lien économique entre deux
empires ennemis), monuments remarquablement
conservés, richesses des objets d’art. Une exposition de l’Institut du monde arabe a été consacrée
aux sites antiques détruits par les conflits (cf. site
de l’Institut).
4
Méditerranée
SÉQUENCE
Objectif
 Voyages et voyageurs antiques
 Livre de l’élève p. 164
L’objet d’étude invite à considérer la Méditerranée comme un espace en mouvement
et à appréhender la dynamique des parcours. Il s’agit aussi d’envisager le voyage
imaginaire. On a fait le choix de ne pas séparer la fiction du témoignage,
afin d’appréhender le thème sous toutes ses facettes.
Les textes et documents sélectionnés amènent premièrement à découvrir
différents types de voyage, en particulier les départs contraints, et leurs conditions.
Dans un deuxième temps, le regard se porte sur une tradition méditerranéenne
ancestrale : l’hospitalité, devoir tout à la fois légal, religieux et moral. On s’intéressera
aussi à l’expression de la souffrance de l’exil. Dans un dernier temps, le voyage est
abordé en tant que motif narratif ; ses péripéties participent à la fortune du récit en prose.
En pages Éclairage sur le monde antique, la mobilité en Méditerranée
est abordée d’abord de façon diachronique, puis sous divers angles,
notamment la maîtrise de l’espace par les Romains.
Les pages Échos du monde antique ramènent à l’actualité la plus récente et la plus
atroce : les migrations contemporaines transformant la Méditerranée en cimetière marin.
Que savez-vous déjà ?
• Qui voyageait dans l’Antiquité ? Pour quelles raisons ?
Les élèves penseront probablement aux commerçants et aux soldats.
On ajoutera les touristes, les esclaves, les magistrats, les artistes, les intellectuels,
les exilés politiques, les pèlerins, les étudiants, les athlètes…
• Les voyages étaient-ils faciles ?
Les voyages étaient longs, difficiles et périlleux.
On pourra se donner une idée des itinéraires et des temps de trajet sur un site
recensant les voies romaines (ex. Dax – Paris : 239 milles et 20 jours), en tapant
« omnesviae » sur un moteur de recherche. On se documentera abondamment
sur le site de l’Académie de Versailles, rubrique « voyages ».
• Quels personnages de voyageurs antiques connaissez-vous ?
Les élèves connaissent les noms de grands voyageurs de la mythologie : Ulysse,
Jason, Hercule. On pourra leur en indiquer quelques autres : Hannon, Himilcon,
Alexandre le Grand, Polybe, Pythéas, Euthymènes, Paul de Tarse, Pausanias…
Erratum P. 165 du livre de l’élève, paragraphe « Voyages héroïques »,
on a remplacé « Les récits romanesques » par « Les récits en prose ».
93
En voyage
TEXTES 1
Pourquoi partir ?
 Livre de l’élève p. 166-167
1 Virgile, Énéide
Aide à la traduction
Erratum L’ordre des trois premières questions a été
modifié.
1 Traduisez les ablatifs absolus.
consumpta nocte : la nuit s’étant achevée
sublato genitore : mon père ayant été soulevé
2 Invenio… numerum… adfluxisse… (v. 2-3) :
traduisez mot à mot cette proposition infinitive
avant de repérer le passage dans les traductions.
Je trouve un nombre avoir afflué = qu’avait encore
grossie une foule… = j’[ai l’heureuse surprise de]
découvrir qu’un nombre… a afflué…
3 Traduisez les mots en gras.
Erratum Question reformulée.
socios reviso : je reviens voir mes compagnons –
adfluxisse numerum Invenio : je découvre qu’un
nombre (de personnes) a afflué – Undique convenere : ils sont venus de partout – surgebat Lucifer :
Lucifer apparaissait – Ducebat diem : il conduisait
le jour
4 Comparez les deux traductions. Quelles sont
leurs caractéristiques ? Laquelle vous semble
la plus proche du latin ?
• J. Delille traduit en vers alexandrins le poème
virgilien. Il transpose ainsi le vers canonique de la
poésie latine dans celui de la poésie française, ce
qui permet de donner un rythme, une musicalité à
la traduction. Pour cela, il n’hésite pas (comme le
montre l’exemple de la proposition infinitive du v. 3,
ou encore l’insertion de discours direct) à s’éloigner
résolument de la syntaxe virgilienne.
• P. Veyne traduit en prose, ce qui donne un texte
aisément lisible, dynamique. On remarquera que le
traducteur s’efforce de rendre le texte plus accessible par la reformulation de certaines expressions
latines : ainsi Lucifer devient l’étoile du matin.
Erratum La première phrase de la traduction
de P. Veyne a été supprimée.
5 Proposez votre propre traduction.
Approfondissement
6 Quos Aeneas admirans invenit ?
Aeneas admirans ingentem comitum novorum
numerum adfluxisse invenit.
94
7 Relevez deux expressions qui évoquent l’état
d’esprit d’Énée et des Troyens.
• Énée : admirans (étonnement), nec spes opis ulla
dabatur (résignation).
• Les Troyens : miserabile volgus (miserabilis :
déplorable, malheureux, triste) animis opibusque
parati, in quascumque velim pelago deducere
terras (expression qui dénote la confiance et l’espoir).
8 Relisez le vers 6 : où Énée va-t-il emmener
les Troyens en fuite ?
Énée va emmener les Troyens sur le territoire italique. Il y fondera Lavinium, la ville d’où sortira
Rome. Il est guidé dans cette mission par différents
personnages notamment Hector, qui lui apparaît en
rêve après sa mort, et Vénus, sa mère, qui protège
les Troyens. Le périple d’Énée est ponctué par plusieurs étapes telles que Carthage, la Sicile, Cumes…
On pourra observer une carte du périple d’Énée sur
le site Wikimedia Commons (chercher « Aeneae
exsilia »).
9 Ex translationibus utra tibi placuit ?
Mihi prima/secunda translatio placuit.
10 Pour quelles raisons Énée a-t-il dû partir ?
La cité de Troie est ravagée par les Grecs. Hector
apparaît en rêve à Énée pour lui dire de fuir avec
les Pénates.
2 Cicéron, Lettres à Atticus
Aide à la traduction
1 Quelle est la valeur du subjonctif du verbe velim
(l. 1) ?
Il s’agit d’un subjonctif en proposition principale
exprimant le souhait : je voudrais...
2 De quel verbe la proposition subordonnée
quod... discessimus est-elle complément
d’objet ?
Elle complète le verbe tribuas (l. 1).
3 Arcessebamus… discessimus… audieramus… :
le pluriel est ici employé à la place du singulier.
Comment traduirez-vous ?
On le traduira par je.
4 Par quelle proposition relative le mot rogatio
(la proposition de loi) est-il développé ?
Il est développé par in qua…erat…
5 De quel verbe la proposition quod… audieramus
(la correction dont j’avais entendu parler)
est-elle sujet ?
Elle est sujet de erat.
6 Quod… non licebat. Quod a ici un sens causal.
On pourra traduire par parce que.
Je t’en prie, n’accuse que mon malheur, et non pas
ma légèreté, si j’ai quitté précipitamment Vibo, où je
t’avais donné rendez-vous. C’est qu’on m’a apporté
le texte de la fatale proposition de loi, et l’amendement dont j’avais entendu parler est rédigé de telle
sorte qu’un séjour éloigné de quatre cents milles m’est
permis, mais qu’on ne me laisse pas les moyens d’y
parvenir. Je me suis aussitôt empressé de faire route
vers Brindes avant le vote de la loi, parce que je ne
voulais pas causer la perte de Sicca, chez qui j’étais,
et parce que le séjour de Malte m’était refusé.
Traduction de L.-A. Constans III, 4, © Les Belles
Lettres (1935).
Approfondissement
8 Quo Cicero iter fecit ?
Cicero ad Brundisium iter fecit.
9 Recherchez les raisons pour lesquelles Cicéron
est exilé.
Cicéron avait, en 63 av. J.-C., dénoncé la conjuration de Catilina et fait voter la mise à mort des
conjurés. Le parti populaire l’attaqua sur la légalité
de cette exécution et Publius Clodius, élu tribun en
- 58, proposa une loi qui déclarait illégale la mise
à mort d’un citoyen romain sans procès. Cicéron
céda devant la menace et quitta Rome (mars 58).
Clodius fit ensuite passer un décret condamnant
le « Père de la Patrie » à l’exil et confisquant tous
les biens.
10 Recherchez ce qui arrive à Cicéron après cette
condamnation à l’exil.
La maison de Cicéron fut détruite et sa villa endommagée. Cicéron, exilé à Thessalonique en Grèce,
souffrit fort de l’éloignement. Pompée et Milon
œuvrèrent à Rome pour son rappel qui eut lieu en
août 57. Cicéron prononça le discours Post reditum,
puis il reprit sa carrière juridique et littéraire.
3 Florus, Abrégé de l’Histoire romaine
Autour du texte
1 Quels types de déplacements de populations
ce texte évoque-t-il ?
Florus évoque les déplacements de populations
imposés aux peuples conquis ; les otages réquisitionnés ; les ventes d’esclaves.
2 Comment Florus met-il en valeur la conquête
romaine ?
Florus met en scène Auguste en homme d’action
(succession de verbes) et rappelle que le sénat
approuve grandement sa politique. Florus insiste sur
la paix qui s’installe grâce à Auguste (telle fut la fin
des guerres… telle fut la fin des révoltes… ; paix perpétuelle ; habitants… amis de la paix). Il apparaît comme
un agent civilisateur qui apporte la stabilité et la
richesse (or, borax, minium) aux peuples conquis. La
conquête est donc éminemment souhaitable.
TEXTES 2
Les péripéties du voyage
 Livre de l’élève p. 168-169
1 Horace, Satires
Aide à la traduction
1 Remettez la traduction dans l’ordre.
5 : vers 1 à 4
2 : vers 5 à 9
1 : vers 10 à 15
3 : vers 15 à 19
4 : vers 20 à 24
6 : vers 25 et 26
2 Quels mots vous ont aidé ?
Les élèves pourront repérer :
• les noms propres : Aricia, Roma, Heliodorus,
Forum, Appia, Feronia, Anxur
• les mots transparents : nautis, umbras, somnos,
mulae…
3 Comment procédez-vous pour faire correspondre
latin et traduction ?
Il s’agit ici d’inviter les élèves à remarquer qu’ils
peuvent repérer les verbes, analyser les mots
déclinés, s’appuyer sur des mots transparents.
L’objectif est de leur faire prendre conscience qu’ils
possèdent des connaissances leur permettant de
comprendre le texte sans passer nécessairement
par l’exercice de version.
Approfondissement
4 Faites la liste des péripéties rencontrées.
• nautis cauponibus atque malignis (vers 4)
• aquam, quod erat deterrima, ventri/Indico
bellum (vers 7-8)
• Dum aes exigitur, dum mula ligatur,/Tota abit
hora (vers 13-14)
• Mali culices ranaeque palustres Avertunt
somnos (vers 14-15)
Pas de danger extraordinaire ici. Il s’agit plutôt de
montrer le voyage « au quotidien » du Romain
qui doit se méfier des voleurs, subir le bruit, les
attaques de moucherons et attendre.
5 Relevez le champ lexical du voyage.
On peut relever Hospitio, nauta, iter, mula ligatur,
viator.
6 Quelle tonalité domine ce récit de voyage ?
Imitateur du poète satirique Lucilius, Horace met
en scène des personnages et des événements
contemporains. Ici, le voyage à Brindes est l’occasion de révéler les déboires du Romain en voyage.
95
Méditerranée
7 Traduisez le texte à l’aide du code couleur.
Les élèves pourront remarquer la tonalité satirique
(le titre du recueil est évidemment un indice précieux). Horace ne propose pas un voyage agréable
et bucolique. Le cadre (nox inducere terris…)
est aussitôt troublé par les invectives au discours
direct des bateliers : « Huc adpelle » ; « trecentos
inseris » ; « ohe,/Jam satis est ». Le rythme saccadé illustre le vacarme ambiant. La nature est
source de désagréments ; les Mali culices sont
mis en valeur au centre du vers et associés aux
ranae. Il convient en outre de se méfier du batelier qui cumule les défauts : malignis – stertit
supinus – mulae nautaeque caput lumbosque
saligno/Fuste dolat. Enfin, la patience est de
rigueur. Le poète rappelle que le voyage est long :
exspectans – tota abit hora – Jamque dies
aderat – quarta vix demum exponimur hora –
Milia tria repimus.
2 Aulu-Gelle, Nuits attiques
Aide à la traduction
1 Traduisez les mots en gras.
Navigabamus a Cassiopa Brundisium mare Ionium :
Nous faisions voile de Cassiope à Brindes, sur la mer Ionienne.
2 Pour chaque verbe, indiquez le mode, le temps, la personne et le sujet.
MODE
TEMPS
PERSONNE
SUJET
Navigabamus
imparfait
1re pl.
non exprimé
secuta est
parfait
3e sg.
quae (antécédent : nox)
compleverat
plus-que-parfait
3 sg.
ventus
inluxit
parfait
3e sg.
dies
remissum (s-e est)
parfait
3e sg.
nihil
vocabant
imparfait
3e pl.
non exprimé
videbantur
imparfait
3e pl.
turbines crebriores et caelum atrum
et fumigantes globi et figurae
quaedam nubium metuendae
enituit
parfait
3e sg.
caelum
deferbuit
parfait
3e sg.
mare
deflagravit
parfait
3e sg.
ardor
Indicatif
3 complorantibus… agentibus (l. 4-5) :
traduisez cet ablatif absolu.
On se lamentait, on travaillait à la sentine.
Traduction française de M. Charpentier
et M. Blanchet, XIX, 1, Garnier (1920).
4 Repérez les infinitifs qui dépendent
de videbantur (l. 10).
Les infinitifs qui dépendent de videbantur sont
impendere inminereque.
1 Horace, Satires ;
2 Aulu-Gelle, Nuits attiques ;
3 Homère, Odyssée
Approfondissement
1 À l’aide des textes et de vos lectures, expliquez
quelle relation les hommes de l’Antiquité entretenaient avec la mer.
La mer est au cœur des activités humaines (économie, migrations, guerres) et nourrit l’imaginaire
96
e
qui en fait le lieu de tous les dangers (monstres,
pirates, naufrages). On fera remarquer aux élèves
qu’il convient de distinguer les civilisations. Si les
Grecs, et notamment les Minoens puis les Athéniens, se sont illustrés par leur maîtrise de l’espace
maritime, les Romains ont entretenu avec la mer
une relation plus compliquée. On rappellera que la
première confrontation avec Carthage est l’occasion
de développer une flotte militaire. Le voyage maritime demeure, pour le Romain, source d’inquiétude,
et fait l’objet de superstitions (pour illustrer les mauvais présages, on citera les proverbes « Entendre
un corbeau crier du haut du mât », « Éternuer en
embarquant », « Rêver d’une eau trouble avant de
partir »).
2 Identifiez les monstres représentés sur
la fresque. Comparez-les avec ceux imaginés
par J. Verne, V. Hugo et H. Melville.
On reconnaît Charybde le tourbillon et Scylla à tête
de chiens. Si V. Hugo invente un monstre insaisissable, symbole d’une météo marine dangereuse,
J. Verne et H. Melville proposent des monstres qui
ne relèvent plus du merveilleux. H. Melville fait
3 Comment traduire la valeur d’obligation
de l’adjectif verbal conservandum (l. 7),
attribut de meritum ?
Littéralement : le mérite [du service passé] me semblait devoir être conservé [par un nouveau].
On pourra, par exemple, tourner par : il me semblait
qu’il fallait conserver…
Ce qui m’a poussé à me décider en ce sens, ce n’est
pas seulement l’accord unanime du sénat, bien qu’il
fût déterminant, ce sont encore d’autres considérations, moins importantes, mais des considérations
quand même. Il me venait à l’esprit que nos aînés
vengeaient les injustices faites même à leurs hôtes
privés en se chargeant de l’accusation ; il me paraissait d’autant plus honteux de négliger les droits d’une
hospitalité publique.Par ailleurs, en me rappelant à
quels dangers m’avait déjà exposé mon intervention
en faveur de la Bétique dans un précédent procès, je
pensais que je devais conserver le mérite d’un service
ancien en en ajoutant un nouveau. Car le monde est
ainsi fait : on obligera les gens tant qu’on voudra ; si
on leur oppose un seul refus, ils ne se souviennent
que de ce qu’on leur a refusé.
Traduction de Zehnacker, L. III, 4, © Les Belles
Lettres (2009).
Approfondissement
4 Pourquoi Pline évoque-t-il les ancêtres ?
Le respect du mos majorum est primordial chez les
Romains et Pline ne fait pas exception. L’exemple
de la vertu morale des Anciens le fait réfléchir et va
conforter la décision du sénat.
5 Quelle importance Pline accorde-t-il à l’hospita-
lité privée et publique ?
Accueil et hospitalité
TEXTE 3
Les règles de l’hospitalité
Pline le Jeune, Lettres
 Livre de l’élève p. 170
Aide à la traduction
1 Soyez attentifs aux effets d’opposition : non
solum… verum et… / minores, sed… numeri
(l. 1-3).
non seulement… mais encore… / moindres, mais
nombreuses…
Les termes mis en balancement permettent d’organiser la phrase de façon logique et de renforcer
l’expressivité du texte (épanorthose pour la seconde
expression).
2 Veniebat in mentem (verbe de pensée)… priores
nostros (accusatif)… exsecutos < esse > (infinitif).
La proposition infinitive peut être considérée ici
comme sujet de Veniebat in mentem.
L’une et l’autre sont des devoirs à acquitter. Pline
évoque l’hospitalité privée (singulorum hospitum) pratiquée par les Anciens, qui leur faisait
déposer des plaintes pour défendre leurs hôtes à
leur place. Cette pratique généreuse et dévouée
sert de modèle à Pline pour juger ce que doivent
être les relations de loyauté entre les citoyens de
l’Empire romain. En 93, Pline a déjà eu l’occasion de
plaider (courageusement et avec succès) pour ces
provinciaux de Bétique contre leur proconsul Massa
Baebius ; cette première collaboration a scellé entre
eux un pacte (foedus) et Pline ne saurait désormais
sans honte se dérober à cette relation d’obligations
qui s’apparentent à des lois : publici hospitii jura.
6 Faites des recherches sur la magistrature
du proconsulat.
Le proconsul fait fonction de consul en province.
Sous la République, c’est un ancien consul. Sous
l’Empire, cette règle disparaît. Le proconsul est très
puissant et loin de Rome : cette position est propice
à l’enrichissement individuel et aux manœuvres
frauduleuses. Des affaires telles que celle de Verrès
(Cicéron) ou de Massa Baebius (Pline) le montrent
97
Méditerranée
apparaître la baleine monstrueuse dans l’univers
réaliste de la pêche.
On peut proposer aux élèves cet extrait de Vingt
mille lieues sous les mers (partie 2, chapitre 18) de
J. Verne pour montrer comment l’animal réel peut
être transfiguré.
« Je regardai à mon tour, et je ne pus réprimer un
mouvement de répulsion. Devant mes yeux s’agitait un monstre horrible, digne de figurer dans les
légendes tératologiques.
C’était un calmar de dimensions colossales, ayant
huit mètres de longueur. Il marchait à reculons avec
une extrême vélocité dans la direction du Nautilus.
Il regardait de ses énormes yeux fixes à teintes
glauques. Ses huit bras, ou plutôt ses huit pieds,
implantés sur sa tête, qui ont valu à ces animaux le
nom de céphalopodes, avaient un développement
double de son corps et se tordaient comme la chevelure des furies. On voyait distinctement les deux
cent-cinquante ventouses disposées sur la face
interne des tentacules sous forme de capsules semisphériques. Parfois ces ventouses s’appliquaient sur
la vitre du salon en y faisant le vide. La bouche de ce
monstre — un bec de corne fait comme le bec d’un
perroquet — s’ouvrait et se refermait verticalement.
Sa langue, substance cornée, armée elle-même de
plusieurs rangées de dents aiguës, sortait en frémissant de cette véritable cisaille. Quelle fantaisie
de la nature ! Un bec d’oiseau à un mollusque ! Son
corps, fusiforme et renflé dans sa partie moyenne,
formait une masse charnue qui devait peser vingt
à vingt-cinq mille kilogrammes. Sa couleur inconstante, changeant avec une extrême rapidité suivant
l’irritation de l’animal, passait successivement du
gris livide au brun rougeâtre. »
assez. En 111, Pline est nommé par Trajan legatus
pro praetore Ponti et Bithyniae consulari potestate (représentant de l’empereur du Pont et de
Bithynie). Trajan souhaitait remettre de l’ordre dans
l’administration de cette province importante et
avait confiance en Pline ; l’affaire de la Bétique et la
loyauté dont il fait preuve dans la lettre soumise à
l’étude parlaient certainement en sa faveur.
cadres spatio-temporels, etc.), à la morale qui se
dégage de l’ensemble du récit.
5 Identifiez les personnages du tableau.
À gauche, les dieux Jupiter (barbe, toge) et Mercure
(pétase), à droite, Philémon et Baucis. On remarque
que les dieux n’ont aucun attribut surnaturel apparent. Ils se font, en effet, passer pour des mortels.
6 Quels éléments de la légende le peintre a-t-il
souhaité illustrer ?
TEXTE 4
Les vertus de l’hospitalité
Ovide, Métamorphoses
 Livre de l’élève p. 170
Autour du texte
1 Recherchez la fin de l’histoire de Philémon
et Baucis.
• On trouvera le texte intégral d’Ovide dans la
‘Bibliotheca Classica’ de l’Université de Louvain.
• On pourra aussi lire la version courte et facile de
Denis Lindon dans Les Dieux s’amusent, Castor
Poche, Flammarion, 1995.
2 Comment Ovide définit-il l’hospitalité dans
ce texte ?
Philémon et Baucis accueillent respectueusement
leurs hôtes (bien qu’ils leur soient inconnus), les
invitent à s’asseoir. Ils s’efforcent de rendre leur
maison plus confortable en rembourrant les sièges,
en ravivant le feu, n’hésitant pas même pour cela
à abîmer leur propre demeure (Baucis va en effet
jusqu’à arracher des branchages du toit pour les
jeter dans l’âtre). Ils préparent un repas avec l’ensemble de leurs provisions, pourtant fort modestes.
Ils font la conversation, préparent un bain de pieds,
dressent une table de fête.
3 Comment fait-il de l’hospitalité une vertu ?
Le poète insiste d’abord sur le caractère exceptionnel de l’attitude du couple. Le début du passage
oppose les cent maisons qui se ferment à la seule
qui s’ouvre. Il insiste également sur la pauvreté
du couple pour faire ressortir sa générosité. De la
même façon, la vieillesse des personnages met en
relief l’énergie qu’ils déploient. Philémon et Baucis
sont des héros humains, représentants d’un idéal
de fraternité. La fin de l’histoire verra les vieillards
récompensés pour leur comportement exemplaire.
4 PORTFOLIO Comparez ce texte avec la fable
de La Fontaine, Philémon et Baucis.
• On trouvera des indications utiles sur le site de
Jean-Marc Bassetti consacré à La Fontaine.
• On pourra s’intéresser à la forme des deux textes
(composition des Métamorphoses et des Fables,
éléments de versification…), aux contextes biographique/social/politique des auteurs, à la réécriture
d’Ovide par le fabuliste (ressemblances, écarts…
concernant les personnages, les péripéties, les
98
Dans un décor simple et rustique, à peine éclairé
par le foyer et une lampe à huile, les dieux sont
attablés avec leurs hôtes. C’est le milieu du repas :
À ce premier service succède le second. Il est composé
de noix, de figues sèches, de dattes ridées. On voit dans
des corbeilles la prune, et la pomme vermeille, et le
raisin nouvellement cueilli.
Or, les époux s’aperçoivent que le vin ne diminue
pas dans la carafe (coupe de Mercure chez Rubens)
et, effrayés par ce prodige, ils s’apprêtent à poursuivre le repas avec de la viande ;
Il leur restait une oie, gardienne de leur cabane. Ils se
disposaient à l’égorger pour la servir aux dieux. Mais cet
animal domestique, aidant de son aile la rapidité de sa
fuite, fatigue leurs pas que l’âge a rendus trop pesants,
et longtemps évite leurs tremblantes mains. Enfin il se
réfugie aux pieds des immortels, qui défendent de le
tuer : « Nous sommes des dieux », disent-ils.
Rubens peint l’oie fuyant devant Baucis et se dirigeant vers Jupiter ; le dieu tourne déjà la tête vers
l’animal et son geste de la main semble demander
l’apaisement. Le peintre représente le dernier
moment d’anonymat des dieux. Dans l’instant
qui suivra, ils révèleront leur identité. L’égalité qui
règne (Mercure et Philémon présentent une symétrie notable) va cesser ; la plénitude de l’hospitalité
va céder la place aux péripéties suivantes : la révélation, le châtiment, etc. Rubens saisit ce moment de
suspens d’avant l’action.
• Concernant l’hospitalité méditerranéenne, on
pourra consulter le site internet Hospitam et tout
particulièrement la page dédiée aux « Mots de
l’hospitalité méditerranéenne antique ».
TEXTES 5
La tradition de l’hospitalité
antique
 Livre de l’élève p. 172-173
1 Jean Harambat,
Ulysse, les chants du retour
Autour du texte
1 Qui est Zeus Hospitalier ?
Parmi les épithètes associées à Zeus, Xenios, Philoxenon, ou Hospites désignent sa fonction de
protecteur des hôtes et de gardien des règles de
l’hospitalité. Celle-ci ne concerne pas seulement les
2 Jean Harambat,
2 Lisez attentivement la traduction en la rappro-
Ulysse, les chants du retour
Autour du texte
1 Comment accueille-t-on le voyageur
dans cet épisode de l’Odyssée ?
Quelles sont les pratiques de l’hospitalité ?
Le voyageur se fait laver les pieds par les servantes ;
on lui prépare un lit, un bain et une onction (massage à l’huile). Il est invité au dîner et sa personne
est sacrée comme le signifie la troisième case de
cette planche de bande dessinée.
2 Relevez les termes qui assimilent l’hospitalité
à une pratique sociale et ceux qui lui donnent
une dimension sacrée.
• « société », « lois », « statut » : ces termes appartiennent au champ lexical de la société. Pénélope,
en donnant des ordres à ses servantes pour qu’elles
accueillent convenablement le mendiant et en invitant ce dernier au banquet, l’intègre dans la société
ithaquienne.
• « les prétendants sont à ce point impies qu’ils
ignorent l’accueil dû à un hôte », « ils transgressent
les lois du Zeus Hospitalier », « ils sont liés au
divin » : ces termes élèvent le devoir d’hospitalité
au rang de devoir religieux. On pourra rappeler l’étymologie du mot religion.
3 PORTFOLIO Lisez le texte de l’Odyssée correspon-
dant à cette planche et analysez la manière dont
il est adapté.
On pourra relever les passages du texte de Homère
cités et, en parallèle, recenser tout ce que l’auteur
de l’album a choisi d’écarter, la bande dessinée
ne pouvant, par nature, proposer d’aussi longs
développements que le texte littéraire. On pourra
examiner la façon dont les paroles sont rapportées
dans le texte et dans la planche. Le décor et les
accessoires, les cadrages et les points de vue sont
des créations graphiques visant à donner à voir le
monde mycénien, recréé par Homère.
TEXTES 6
cedunt (v. 2) – est, luditur (v. 3) – voluitur (v. 4) –
tingit (v. 6) – viget, ardet (v. 7) – resonant (v. 8) –
est (v. 9) – licet (v. 10).
Les souffrances de l’exil
 Livre de l’élève p. 174-175
1 Ovide, Tristes
Aide à la traduction
chant du texte latin. Que constatez-vous ?
Sur quels mots vous appuyez-vous d’abord ?
On peut penser que les élèves s’appuieront d’abord
sur les noms propres mais ils s’apercevront rapidement qu’ils ne permettent pas d’établir de
correspondance exacte. Les mots transparents
comme equi, armis, scaena, theatra pourront aider
à se repérer. Les élèves seront invités à observer
que la traduction poétique s’éloigne du texte latin.
Approfondissement
3 Quelles activités romaines sont évoquées ?
On retrouve les activités propres à l’otium : les
courses de chars, le lancer de javelot ou de disque,
la natation, les représentations théâtrales, la déambulation en ville.
4 Que ressent le poète ? Que souhaiterait-il ?
Le poète ressent de la nostalgie. L’emploi du présent montre qu’il revit, par l’imagination, les plaisirs
de la vie romaine. L’exclamation et la litote du dernier distique soulignent les regrets de l’exilé.
5 PORTFOLIO Lisez le sonnet « Heureux qui comme
Ulysse… » de Joachim Du Bellay et comparez
les situations des deux poètes.
On invitera les élèves à remarquer qu’Ovide et Du
Bellay sont des exilés. Les deux poètes regrettent
des plaisirs simples de leur région natale.
2 Cicéron, Lettres à Atticus
Aide à la traduction
1 Non solum … sed (etiam) … : cette corrélation
unit deux éléments de même nature et de même
fonction. Repérez-la deux fois dans le texte.
Quels mots relie-t-elle ?
On retrouve cette corrélation :
• ligne 10 : elle relie deux subordonnées circonstancielles, l’une de cause, quia non ignoras, l’autre de
but, ne rescindam ipse dolorem meum.
• ligne 13 : dans la variante non modo […] sed
etiam. Elle relie deux verbes : non levat et auget
ayant pour sujet commun Dies.
• lignes 16-17 : la corrélation unit les accusatifs
mea, meos, me ipsum qui complètent le verbe
Desidero.
2 Le pronom hoc, accusatif du verbe confirmo,
Quel temps de l’indicatif domine ?
est développé par une proposition infinitive.
Repérez les infinitifs et leur sujet commun.
L’adverbe répété est : nunc.
Le temps qui domine est le présent de l’indicatif :
Les infinitifs esse privatum et incidisse ont pour
sujet quemquam neque.
1 Quel adverbe de temps est répété ?
99
Méditerranée
relations entre familles ou cités mais tout le monde,
y compris les étrangers, les inconnus, les misérables.
3 Traduisez d’abord les passages en gras.
Dies autem non modo non levat luctum hunc
sed etiam auget :
Au lieu d’alléger mes peines, chaque jour les augmente.
Desidero enim non mea solum neque meos sed
me ipsum. Quid enim sum ? :
Ce ne sont pas seulement mes biens, ma famille ; c’est
moi-même encore que je cherche et que j’appelle. Que
suis-je en effet maintenant ?
… je n’aurais rien à vous apprendre, et ce serait rouvrir mes blessures. Seulement, j’affirme encore que
nul ne se vit jamais dépouillé de plus de biens, ni
précipité dans plus de maux. Au lieu d’alléger mes
peines, chaque jour les augmente. La douleur se calme
d’ordinaire avec le temps. Par une fatale nécessité, la
mienne puise au contraire de nouvelles forces dans
sa durée, et s’accroît par le sentiment du mal présent et par les souvenirs du passé. Ce ne sont pas
seulement mes biens, ma famille ; c’est moi-même
encore que je cherche et que j’appelle. Que suis-je
en effet maintenant ?
Traduction sous la direction de M. Nisard,
Dubochet, III, 15 (1841).
3 Catulle, Poésies
Aide à la traduction
1 À quel cas se trouve Jupiter omnipotens ?
Cette expression est au nominatif. On pourra faire
remarquer aux élèves la déclinaison irrégulière de
Jupiter, Jovis, m.
2 Analysez les verbes. Aidez-vous des nominatifs
pour les traduire.
(utinam ne) puppes Cecropiae tetigissent :
subjonctif plus-que-parfait, 3e pers. pl. :
(que jamais) des navires cécropiens n’eussent touché
(utinam ne) perfidus navita religasset :
subjonctif plus-que-parfait, 3e pers. sg. :
(que jamais) un perfide nautonier n’eût jeté
(utinam ne) malus hic hospes requiesset :
subjonctif plus-que-parfait, 3e pers. sg. :
(que jamais) un étranger maudit n’eût reposé
referam (ego) : indicatif futur, 1re pers. sg. :
fuirai-je ?
petam (ego) : indicatif futur, 1re pers. sg. :
regagnerai-je ?
aequor dividit : indicatif présent, 3e pers. sg. :
l’eau sépare
ipsa reliqui : indicatif parfait, 1re pers. sg. :
j’ai quitté
consoler (ego) : indicatif futur, 1re pers. sg. :
trouverai-je des consolations ?
qui fugit : indicatif présent, 3e pers. sg. : qui fuit
sola insula colitur : indicatif présent, 3e pers. sg.,
voix passive : une île isolée est habitée
egressus (nec) patet : indicatif présent, 3e pers. sg. :
aucune issue n’est visible
100
3 Utinam ne est une locution adverbiale suivie du
subjonctif de souhait. Repérez les verbes qui en
dépendent. Soyez attentif à la coordination.
Les élèves auront peut-être déjà observé que les
subjonctifs tetigissent, religasset et requiesset
dépendent de Utinam ne. La coordination nec
permet d’éviter la répétition de la locution.
4 Les expressions en gras indiquent le lieu. Indi-
quez à quelle question chacune d’elles répond :
ubi ? quo ? unde ? qua ?
• Gnosia litora : quo ?
• in Cretam : quo ?
• in nostris sedibus : ubi ?
• Ideaos montes : quo ?
• gurgite : qua ?
• pelagi cingentibus undis : ubi ?
Il s’agit d’inviter les élèves à percevoir les nuances
qu’apportent les cas quant à l’expression du lieu.
Elles permettent, en outre, d’exprimer l’enfermement d’Ariane.
Puissant Jupiter ! Plût au ciel que jamais, depuis les
premiers temps, des navires cécropiens n’eussent
touché les rivages de Gnosse ! Que jamais un perfide nautonier, apportant au taureau indompté un
cruel tribut, n’eût jeté l’ancre en Crète ! Que jamais,
cachant des desseins cruels sous les dehors les plus
doux, un étranger maudit n’eût reposé dans notre
demeure ! Où fuir désormais ? Quel espoir me restet-il dans ma détresse ? Regagnerai-je les monts de
l’Ida ? Hélas ! un vaste abîme et les eaux d’une mer
tumultueuse m’en séparent. Compterai-je encore sur
les secours d’un père ? mais je l’ai quitté pour suivre
un criminel arrosé du sang de mon frère. Trouverai-je du moins des consolations dans l’amour d’un
époux fidèle ? mais il fuit, courbant sur l’abîme ses
rames flexibles... Puis, une côte sans habitation ; une
île déserte ; point d’issue, les flots de la mer m’enveloppent de toutes parts. Nul moyen, nul espoir
de salut.
Traduction de M. Rat, Garnier, 64, v. 171-186 (1931).
Approfondissement
5 ORAL Cherchez qui sont Ariane et Thésée
et présentez votre exposé à la classe.
Ariane, fille du roi de Crète Minos et sœur de Phèdre,
aide Thésée, fils du roi d’Athènes, à sortir vainqueur
du labyrinthe du Minotaure grâce au fil qu’elle lui
donne. Lors du retour vers Athènes, Thésée abandonne Ariane sur l’île de Naxos. Dionysos l’aurait
ensuite recueillie.
On pourra faire lire aux élèves des extraits de
Phèdre de Racine (I, 3 et II, 5) pour compléter leurs
recherches.
6 Rapprochez l’expression de la douleur
dans les trois textes.
L’exil suscite un sentiment commun : la nostalgie.
Chaque texte évoque les lieux quittés. Catulle
Voyages héroïques
TEXTES 7
Le voyage, un motif narratif
Erratum Ce titre a été substitué à celui-ci : « Le voyage,
un motif romanesque ».
 Livre de l’élève p. 176-177
1 Apulée, Métamorphoses
Aide à la traduction
1 Traduisez d’abord les termes en gras.
Thessaliam […] petebam : Je me rendais en
Thessalie.
Postquam ardua montium […] emersi : Après
avoir gravi les sommets des collines
in pedes desilio : je mets pied à terre
equi sudorem fronde detergeo : j’essuie la sueur
de mon cheval avec du feuillage
frontem […] exfrico : je frotte son front
auris remulceo : je caresse ses oreilles
frenos detraho : j’enlève l’embouchure
in gradum lenem […] proveho : je le fais avancer à petite allure
Aristomenes sum : je suis Aristomène
audite et quo quaestu me teneam : écoutez aussi
quel est mon métier
melle vel caseo et hujusce modi cauponarum
mercibus : pour le miel ou le fromage ou les denrées typiques des auberges
Comperto […] Hypatae : j’apprends à Hypate
caseum […] distrahi : que du fromage est vendu
adcucurri id omne praestinaturus : je me précipitai dans l’idée de tout acheter
2 Repérez la construction des groupes préposition-
nels en italique et indiquez leur sens.
ex negotio/ : ex + abl. : pour les affaires
in equo indigena peralbo : in + abl. : sur un cheval du
pays, sans tache
in pedes : in + acc. : à pied
per Thessaliam Aetoliam Boeotiam : per + acc. : à travers la Thessalie, l’Étolie, la Béotie
3 Les verbes soulignés sont au subjonctif.
Justifiez l’emploi de ce mode.
noritis : dépend de la conjonction de subordination
ut (sens final)
sim – teneam : interrogatives indirectes
Je gagnais donc la Thessalie, tantôt gravissant les
monts, tantôt plongeant dans les vallées, et foulant
tour à tour l’herbe des prairies et les sillons des guérets. Je montais un cheval du pays, au poil blanc sans
tache ; et, comme la pauvre bête était rendue, que je
n’étais pas las moi-même de me tenir en selle, je mis
un moment pied à terre pour me dégourdir en marchant. Je commence par bouchonner soigneusement
mon cheval avec une poignée de feuilles, pour étancher la sueur qui le couvrait. Je lui passe et repasse la
main sur les oreilles ; je le débride. Puis je le mets au
petit pas, pour lui procurer le soulagement ordinaire,
l’évacuation d’un liquide superflu. […]
Mais il est bon aussi que vous sachiez qui je suis, quel
est mon pays et ma profession. Je suis d’Égine. Je
fais le commerce de miel d’Etna, fromages et autres
denrées qui forment la consommation habituelle
des auberges. La Thessalie, l’Étolie, la Béotie, sont
le cercle de mes tournées ; je les parcours en tout
sens. Ayant donc appris qu’à Hypate, ville capitale
de toute la Thessalie, il y avait un grand marché à
faire sur des fromages nouveaux d’un goût exquis,
je m’y dirigeai en toute hâte, bien résolu à acheter
toute la partie.
Traduction de V. Bétolaud, I, 2, 5, Panckouke (1836).
Approfondissement
4 Quel genre de héros Apulée met-il en scène ?
Apulée met en scène un héros ordinaire. Les détails
donnés sur le voyage montrent qu’il n’appartient
pas une haute classe sociale. Son métier l’amène
à voyager dans des lieux typiques du quotidien
romain : marché, auberge. Les aventures vécues
seront donc davantage réalistes qu’épiques.
2 Apulée, Métamorphoses
Aide à la traduction
1 À l’aide des mots en gras, identifiez
les personnages de cette scène.
inquam : renvoie au narrateur-personnage.
Janitor – inquit – ille : signalent la présence de l’interlocuteur, le portier de l’auberge.
2 Le verbe ignoras (l. 8) est suivi d’une proposition
infinitive. Repérez-la.
nudum nec a decem palaestritis despoliari posse ?
3 Volo, cupio et possum sont suivis de l’infinitif.
Repérez cette construction.
l. 2 : volo ire
l. 5 : mori cupis
l. 8 : auferre possunt
101
Méditerranée
accentue le pathétique à travers les questions
rhétoriques et les enjambements (par exemple,
v. 1-2 ou v. 8-9). Si Cicéron se lamente, il adopte
une posture plus philosophe qui signale un désespoir maîtrisé – mais désespoir malgré tout, car
le champ lexical domine jusqu’à l’interrogation finale : Quid enim sum ? Ovide teinte son
désespoir de légèreté. Il privilégie l’évocation des
moments plaisants, laissant le soin au lecteur de
deviner, en creux, la profonde souffrance de celui
qui ne peut en jouir.
4 An (l. 8) est une particule interrogative.
Distinguez son emploi dans l’interrogation
directe et indirecte.
l. 8 : An ignoras : interrogation directe
l. 11 : « Unde autem » […] « scio an… : interrogation indirecte
Holà ! quelqu’un, m’écriai-je ; allons, qu’on m’ouvre,
je veux partir avant qu’il soit jour. Le portier, qui
était couché à terre, en travers de l’entrée, se réveille
à moitié. Eh ! vous ne savez donc pas, dit-il, que les
routes sont infestées de brigands, vous qui parlez
de partir à cette heure de nuit ? Si quelque crime
vous pèse sur la conscience, si vous avez assez de
votre vie, nous n’en avons pas, nous, de rechange
à mettre en péril pour l’amour de vous. Mais, lui
dis-je, dans un instant le jour va paraître. Et d’ailleurs je suis si pauvre ! qu’est-ce que des voleurs
pourraient me prendre ? Ne sais-tu pas, imbécile,
que dix contre un, fussent-ils autant d’athlètes, ne
peuvent dépouiller un homme tout nu ? Le portier n’avait fait que se tourner de l’autre côté, et
déjà s’était à moitié rendormi. Bon ! dit-il ; et saisje moi si vous n’avez pas expédié votre camarade,
celui que vous amenâtes hier coucher avec vous ;
et si vous ne cherchez pas à décamper de nuit pour
plus de sûreté ?
Traduction de V. Bétolaud, I, 15, Panckouke (1836).
Approfondissement
5 Quelles péripéties du voyage sont évoquées ?
Les dangers évoqués sont le vol pratiqué le long des
routes : latronibus infestari vias et le meurtre :
convectore illo tuo… jugulato.
Le cadre de l’auberge suggère des péripéties romanesques réalistes bien éloignées des monstres
traditionnellement rencontrés mais éminemment
plus inquiétantes que celles décrites par Horace en
page 168 du livre de l’élève.
6 Relevez une expression familière et comique
utilisée par le concierge.
L’expression est nos cucurbitae caput non
habemus (l. 6). Littéralement : nous n’avons pas
une tête de courge (Dans son Dictionnaire, F. Gaffiot donne l’expression tirée d’Apulée : cucurbitae
caput : tête sans cervelle).
On peut demander aux élèves d’imaginer une traduction révélant la portée comique du terme
cucurbitae.
3 Pétrone, Satyricon
Aide à la traduction
1 Comparez ces traductions avec le texte latin.
Laquelle préférez-vous ?
Il s’agit, quel que soit le choix des élèves, de les
amener à le justifier en revenant au texte latin.
102
On peut considérer que la traduction de L. Méry
est plus dynamique. Le vocabulaire est plus actuel,
voire familier, afin de respecter la classe sociale
des personnages.
La traduction de l’expression illud miror tibi non
succurrisse par je m’étonne que cela ne t’ait pas
effleuré restitue un niveau de langue plus familier
que le choix fait par L. de Langle : je m’étonne que
tu n’y aies pas songé.
En outre, la traduction de 2016 reste plus fidèle
au texte latin ici : Quis enim non euntes notabit
par Car qui ne remarquera vos allées et venues ?
Quand la traduction est plus éloignée, le parti pris
de la langue parlée permet de rendre compte de
la situation délicate que les personnages doivent
résoudre.
Approfondissement
2 Pétrone nous invite-t-il à admirer
ses personnages ?
Dans ce discours d’Eumolpe, les personnages principaux du Satyricon, notamment Encolpe, ne sont
pas mis en valeur. Ils cherchent à fuir le danger : si
per aliam partem navis fuga quaereretur.
L’accumulation de négations signale l’impossibilité
pour les héros de réaliser cette fuite.
L’extrait signale surtout l’échec des héros.
3 Quels aspects du voyage Apulée et Pétrone
intègrent-ils dans leurs textes ?
Apulée montre le voyage comme une nécessité
économique. Le commerce des denrées – toujours
d’actualité – peut être un aspect que les élèves
n’envisagent pas immédiatement. Les dangers de
l’auberge sont également évoqués.
Si Apulée crée un événement surnaturel avec l’apparition des sorcières, on peut lire ce passage
comme une manière d’illustrer une réalité connue
des voyageurs : l’auberge mal famée.
Pétrone met en scène la navigation.
Outre les conditions précaires du voyage maritime,
on pourra rappeler aux élèves que le naufrage n’est
pas si rare (en témoignent la suite de cet épisode et
l’archéologie maritime en Méditerranée).
4 Comparez ces textes avec ceux de la séquence.
Comment les auteurs s’approprient-ils le motif
du voyage ?
Le voyage est le lieu des péripéties et de l’expression des sentiments.
On fera remarquer aux élèves que les textes
illustrent des moments de vie quotidienne (navigation, hospitalité, fréquentation des auberges) et
politique (exil).
5 De quelle manière le récit romanesque parodie-
t-il le voyage épique ?
Le récit romanesque met en scène des héros peu
glorieux, qui cherchent à fuir et peinent à dominer
leur peur.
 Livre de l’élève p. 178
La Méditerranée,
espace de mobilité
• Lectures complémentaires :
Pour illustrer les réticences du Romain à l’égard
du voyage, on pourra faire lire aux élèves :
Properce, Élégie III, 22 (in Properce, Élégies,
traduction nouvelle par J. Genouille, CLF,
Panckoucke, 1834).
On pourra aussi travailler sur des extraits d’Empire,
Alberto Angela, XXIe siècle, Payot et Rivages (2018).
• Documents :
La machine d’Anti-Cythère (documentaire de la BBC
diffusé par Arte).
On découvrira que seul le médecin fait la jonction
entre ces deux mondes qui s’ignorent. La Méditerranée, à travers ce film, apparaît comme une
frontière mortelle entre le Nord et le Sud.
• On pourra prolonger l’étude de ce film par le
visionnage de Un paese di Calabria (2017) de Shu
Aiello et Catherine Catella.
Échos du MONDE ANTIQUE
Littérature
 Livre de l’élève p. 181
1 En quoi le voyage de Salvatore Piracci
est-il paradoxal ?
Salvatore Piracci abandonne l’Europe pour partir
vers l’Afrique, exécutant ainsi une migration en sens
inverse de celle des réfugiés (cf. l. 25).
2 Quelles en sont les étapes ?
Échos du MONDE ANTIQUE
Cinéma
 Livre de l’élève p. 180
Migrations d’aujourd’hui
Comment le film, l’affiche et la bande-annonce
rendent-ils compte de la réalité des migrations
méditerranéennes actuelles ?
L’affiche présente une composition horizontale
qui met en valeur la mer plutôt calme au premier
plan, la ville au loin et, remplissant les deux tiers
de l’image, un ciel menaçant sur lequel se détache
le titre rouge sang. Sur l’eau, deux barques se font
face. Celle de gauche transporte deux lampedusiens : le petit Samuele et son ami. Celle de droite
est vide : le pilote a disparu. La bande-annonce, à
l’image du film, fait se succéder des scènes de vie
quotidienne sur l’île et des scènes de sauvetage. Ni
voix off, ni musique ne viennent apporter de commentaire. La juxtaposition brute des réalités montre
l’absence totale de lien entre les insulaires (paix et
sécurité) et les réfugiés (blessures, souffrances,
mort).
Salvatore Piracci part de Catane (Sicile) vers le sudouest en barque et dépasse Lampedusa (l. 15). Il
imagine arriver, au terme de son voyage, en Libye
(l. 10) et peut-être descendre vers le sud, plus avant
dans le continent africain (l. 13).
3 Selon vous, pourquoi le personnage
entreprend-il ce voyage ?
Salvatore Piracci a surveillé les côtes siciliennes
pendant plusieurs années ; il a côtoyé au quotidien
la misère, la souffrance et la mort. On peut supposer que le sentiment d’impuissance, le dégoût, la
colère, l’ont profondément bouleversé et mené à un
état second. Il veut désormais partir vers l’inconnu
et connaître à son tour la soif d’Eldorado.
4 PORTFOLIO Comparez le voyage de S. Piracci
avec l’ultime voyage d’Ulysse raconté par Dante
dans La Divine Comédie.
On pourra s’intéresser à l’évocation de la mer et
de la navigation, aux parcours respectifs des personnages, à leurs pensées (volonté, désir de
connaissance…), à la dimension tragique de leurs
voyages.
103
Méditerranée
Éclairage sur LE MONDE ANTIQUE
5
Étude de la langue
PRÉAMBULE
MÉTHODE
Traduire un texte latin
 Livre de l’élève p. 184
Erratum Étape 2, paragraphes 4 & 5 :
lire qui et quae en bleu.
1
Les origines du latin
 Livre de l’élève p. 186
Identifier
1 L’étymon *w(e)rt a donné les mots français
suivants. Pouvez-vous en déduire son sens ?
*w(e)rt : tourner, verser
2 L’étymon *bhr(e)g a donné les mots français
suivants. Pouvez-vous en déduire son sens ?
*bhr(e)g : casser
3 Dégagez l’étymon des mots suivants.
Quel sens pouvez-vous lui donner ?
*sta : se tenir debout, rester
Manipuler
4 Dégagez l’étymon de ces mots issus
de différentes langues.
Quel sens pouvez-vous lui donner ?
Complétez la liste avec des mots français
issus du même étymon.
*BhᾹ : parler (fa en français, ba en germanique) :
aphasie, confession, euphémisme, fabuler, fabuleux,
fameux, ineffable, microphone, phonétique, préface,
professeur, prophétie…
5 Dégagez l’étymon de ces mots issus
de différentes langues. Quel sens pouvez-vous
lui donner ? Complétez la liste avec des mots
français issus du même étymon.
*p(e)d : pied. Arthropode, expédition, gastéropode,
pédale, pédestre, piéton, podologue...
6 Voici des mots issus de l’étymon *g(e)n, engendrer. Trouvez les deux intrus et remplacezles par deux mots de la même famille.
Les intrus sont : gêne et genou.
• Gêne (avec accent circonflexe) remonte au francique *jehhjan, qui a donné l’ancien français gehir
(avouer), et gehine (torture). Le mot s’est modifié
sous l’influence du mot biblique géhenne (séjour
des réprouvés).
• Genou vient d’une racine identique (*g(e)n-) mais
avec le sens d’angle, articulation (cf. polygone, etc.)
On les remplacera par : cancérigène, dégénérescence, fumigène, génital, géniteur, génome,
génotype, ingénieux, régénération...
7 Voici des mots issus de l’étymon *l(eu)k,
lumière. Trouvez les deux intrus et remplacez-les
par deux mots de la même famille.
Les intrus sont : luxe et luxure dont la racine, comme
luxation, dénote le déboîtement, le dérèglement, la
démesure.
On remplacera par : allumette, illumination, luminescent, lumineux, luminaire...
8 Voici des mots issus de l’étymon *m(a)n, main.
Trouvez les deux intrus et remplacez-les par deux
mots de la même famille.
Les intrus sont demain et maint.
• Demain vient de l’expression latine de mane.
• Maint a une origine obscure, celtique ou ancien haut
allemand. On peut le rapprocher de l’anglais many.
On remplacera par : manche, manipuler, manufacture, manutention, recommander…
9 Voici des mots de différentes langues issus de
l’étymon *m(e)g, grand. Trouvez les deux intrus et
remplacez-les par deux mots de la même famille.
Les intrus sont magma et magnolia.
• Magma a été repris, au XVIIe siècle, du latin
magma (résidu d’un parfum), et du grec μαγμα
(masse pétrie, onguent), de la famille de ματτειν
(pétrir). La racine indo-européenne est *mag(maçon, to make.)
• Magnolia vient du nom du botaniste Pierre Magnol
(1638-1715). On remplace par : magistrat, magnitude,
mégaphone...
Traduire
10 Voici les premiers vers des Métamorphoses
d’Ovide (Ier s. av. J.-C.) et trois traductions.
Retrouvez, dans chaque texte, les équivalents
du mot en gras. Effectuez d’autres rapprochements.
Corpora – corpos – corpi – cuerpos
Mundi – mundo – mondo – cosmos (du grec ;
racine différente)
Formas – figura – forme – formas (figura appartient à la famille de fingo, is, ere : fabriquer, façonner)
Di – deoses – Numi – dioses (numi peut être rapproché de numen)
On peut aussi rapprocher mutatas – mudastes –
mutaste – mutasteis, origine – origen – origine –
origen et confronter carmen – verso – canto –
poema.
105
LE GROUPE NOMINAL
2
Le nom et ses cas : panorama
 Livre de l’élève p. 188
Identifier
1 a. Identifiez la fonction des noms en gras.
b. Quel serait leur cas en latin ?
Caius (sujet ; nominatif) était le maître (attribut du
sujet ; nominatif) de Lucius (complément du nom ;
génitif). Quand Caius mourut, Lucius cessa d’être
esclave (attribut du sujet ; nominatif). En effet, son
maître l’avait affranchi par testament (complément
circonstanciel de moyen ; ablatif). Il avait aussi
légué de l’argent à son esclave (COS ; datif). Grâce
à cet héritage, Lucius devint marchand (attribut du
sujet ; nominatif). Il achetait du vin (COD ; accusatif)
et de l’huile et les revendait en Gaule (complément
circonstanciel de lieu ; ablatif).
2 a. Identifiez la fonction des noms en gras.
b. Quel serait leur cas en latin ?
Tullia était la fille (attribut du sujet ; nominatif)
d’un aubergiste (complément du nom ; génitif). La
Fortune (sujet ; nominatif) nuisait beaucoup à cet
homme (COI ; datif) ; en effet, non seulement lors
de la crue du Tibre (complément du nom ; génitif),
le fleuve (sujet ; nominatif) avait causé des dégâts à
son auberge (COS ; datif), mais encore il avait perdu
son argent (COD ; accusatif) aux dés (complément
circonstanciel de moyen ; ablatif). Dans cette situation difficile (complément circonstanciel assimilé à
un lieu ; ablatif), il ne savait plus que faire. Il confia
ses inquiétudes à sa fille (COS ; datif). « Père (apostrophe ; vocatif), j’ai une idée… », répondit Tullia.
Manipuler
3 a. Identifiez la déclinaison de chaque nom.
b. Mettez-le au cas demandé entre parenthèses.
1. Filia, ae, f (ablatif singulier) : 1re décl., filia.
2. Servus, i, m (génitif singulier) : 2e décl., servi.
3. Testamentum, i, n (accusatif pluriel) : 2e décl.,
testamenta.
4. Caupo, onis, m (vocatif pluriel) : 3e décl.,
caupones.
5. Mercator, oris, m (ablatif singulier) : 3e décl.,
mercatore.
6. Vir, i, m (accusatif pluriel) : 2e décl., viros.
7. Libertus, i, m (génitif pluriel) : 2e décl.,
libertorum.
8. Flumen, inis, n (accusatif singulier) : 3e décl.,
flumen.
9. Usus, us, m (datif singulier) : 4e décl., usui.
10. Alea, ae, f (datif pluriel) : 1re décl., aleis.
11. Res, rei, f (ablatif pluriel) : 5e décl., rebus.
12. Tiberis, is, m (accusatif singulier) : 3e décl.,
Tiberim (nom propre à déclinaison particulière).
106
4 À partir de l’exercice précédent, mettez
les noms au singulier au pluriel, et vice versa.
1. Filiis. 2. Servorum. 3. Testamentum. 4. Caupo.
5. Mercatoribus. 6. Virum. 7. Liberti. 8. Flumina.
9. Usibus. 10. Aleae. 11. Re. 12. Tiberes (en
théorie seulement, car le Tibre n’a pas vocation
à pluriel !).
Traduire
5 a. Identifiez la fonction des noms en gras.
b. Quel serait leur cas en latin ?
c. Traduisez-les.
L’aubergiste (sujet ; nominatif ; caupo) demanda
de l’aide (COD ; accusatif ; auxilium) à sa fille
(COS ; datif ; filiae) Tullia, qui n’avait pas d’argent
mais de l’esprit. Elle revêtit une belle tunique
(COD ; accusatif ; tunicam), emprunta des bijoux
et se fit passer pour une dame (attribut du sujet ;
nominatif ; domina) de la noblesse. Elle rencontra
Lucius lors d’un banquet (complément circonstanciel de temps ; ablatif ; convivio) ; dès qu’il la vit, il
l’aima. Bientôt, il fit d’elle son épouse (attribut du
COD ; accusatif ; uxorem). Tullia put aider son père
grâce à l’argent de son mari (complément du nom ;
génitif ; mariti).
6 a. Dans le début de cette histoire,
identifiez la déclinaison de chaque nom en gras.
b. Identifiez son cas.
c. À quelle(s) fonction(s) ce cas peut-il
correspondre ?
In itinere (3e décl., abl. sg., CC) quidam mercatorem (3e décl., acc. sg., COD ou CC) secum
aliquantum nummorum (2e décl., gén. plur., complément du nom) ferentem est comitatus. In via
(1re décl., abl. sg., CC) cum hoc sermonem (3e décl.,
acc. sg., COD ou CC) contulit ; iter (3e décl., nom.
sg., sujet ou attribut du sujet) familiarius facere
voluerunt. In eamdem tabernam (1re décl., acc.
sg., COD ou CC) deverterunt, simul cenaverunt
et in eodem loco (2e décl., abl. sg. CC) somnum
ceperunt.
7 a. Dans la suite de cette histoire,
identifiez le cas de chaque nom en gras.
b. Retrouvez sa traduction.
Caupo (nom. ; l’aubergiste) autem illum alterum
qui nummos (acc. ; des sesterces) haberet animum
adverterat. Noctu postquam illos artius jam ut
ex lassitudine (abl. ; leur fatigue) dormire sensit,
accessit et alterius eorum, qui sine nummis erat,
gladium (acc. ; l’épée) propter adpositum e vagina
(abl. ; (hors) du fourreau) eduxit et illum alterum
occidit, nummos abstulit, gladium cruentum
in vaginam recondidit, ipse se in suum lectum
(acc., le lit) recepit. Ille autem, cujus gladio (abl. ;
par l’épée) occisio erat facta, multo ante lucem
(acc. ; le jour) surrexit, comitem (acc. ; compagnon) illum suum inclamavit semel et saepius.
 Livre de l’élève p. 190
Identifier
1 Dans les phrases suivantes, repérez les noms
au nominatif, au vocatif et à l’accusatif.
1. Romae sunt multi canes. Canes : nom.
2. Aliquando Lucius parvum canem videt.
Lucius : nom., canem : acc.
3. Vocat : « Catule ! Veni ! » Catule : voc.
4. In Lucii domo enim statuae aurumque sunt.
Statuae : nom. ; aurum : nom.
5. Itaque Tullia fures metuit.
Tullia : nom. ; fures : acc.
2 a. Repérez les nominatifs et les vocatifs.
b. Expliquez l’emploi de ces cas dans les phrases.
1. Animalia Romanis domi erant.
Animalia : nom. ; sujet du verbe erant.
2. Romani aves maxime amabant.
Romani : nom. ; sujet du verbe amabant.
3. Aves erant passer vel corvus vel pica.
Aves : nom. ; sujet du verbe erant.
Passer, corvus, pica : nom. ; attribut du sujet.
4. « Passer, deliciae meae puellae… »
Catullus scripsit. Passer : voc. ; apostrophe.
Deliciae : voc. ; apostrophe ou apposition à Passer.
Catullus : nom. : sujet du verbe scripsit.
5. Nonnumquam divitibus Romanis aliena
animalia erant, psittacus vel draco vel cercopithecus. Aliena animalia : nom. ; sujet du verbe
erant ; psittacus, draco, cercopithecus : nom. ;
apposition à animalia.
3 a. Repérez les noms à l’accusatif.
b. Justifiez l’emploi de ce cas dans les phrases.
1. Sutor corvum habebat atque avem magni
aestimabat. Corvum : COD de habebat.
Avem : COD de aestimabat.
2. Quotidie corvus ad Tiberium nominatim
salutandum per urbem volabat.
Tiberium : complément de la préposition ad
(l’ensemble forme un CC de lieu) ;
urbem : complément de la préposition ad
(l’ensemble forme un CC de lieu).
3. Vicinus iratus vel cupidus avem interfecit.
Avem : COD du verbe interfecit.
4. Sutor ploravit : « Miserum avem ! »
Avem : acc. exclamatif.
5. Plebs consternata duo millia passuum avem
mortuum tulit. Avem : COD de tulit.
1. Ambrosius Theodosius Macrobius scriptor fuit.
Ambrosius Theodosius Macrobius : nom. ;
sujet de fuit. Scriptor : nom. ; attribut du sujet.
2. Macrobius scriptor hanc fabulam narrat.
Macrobius scriptor : nom. ; sujet de narrat.
Fabulam : acc. ; COD de narrat.
3. Post bellum, vir corvum tenens ad Augustum
venit. Bellum : acc. ; complément de post ;
l’ensemble forme un CCT. Vir : nom. ;
sujet de venit. Corvum : acc. ; COD de tenens.
Augustum : acc. ; complément de ad ;
l’ensemble forme un CCL.
4. Avis dixit : « Ave, Caesar victor imperator. »
Avis : nom. ; sujet de dixit. Caesar victor
imperator : voc. ; apostrophe.
5. Miratus Caesar clamans « O mirabilem
avem ! » corvum viginti milibus nummum emit.
Caesar : nom. ; sujet de emit. Avem : acc. ;
exclamation. Corvum : acc. ; COD de emit.
6. Imperator Romam cum corvo rediit.
Imperator : nom. ; sujet de rediit.
Romam : acc. ; CC de lieu.
Manipuler
5 Mettez les noms au nominatif, au vocatif,
à l’accusatif (sing. et pl.).
1. Corvus, i, m (le corbeau). Corvum ; corvos.
2. Pica, ae, f (la pie). Picam ; picas.
3. Miraculum, i, n (le prodige).
Miraculum ; miracula.
4. Sutor, oris, m (le cordonnier). Sutorem ; sutores.
5. Avis, is, m (l’oiseau). Avem ; aves.
6. Animal, alis, n. (l’animal) ; animalia.
6 Complétez les phrases en mettant les noms
au cas qui convient.
1. Tullia avem habet.
2. Tulliae avis pica est.
3. Pica auream fibulam adspicit.
4. « Tullia, vide ! canem tibi adfero ! » Lucius
clamat.
5. Canis picam videt ac latrat.
6. « Ingeniosum catulum ! Jam furem vidit ! »
Traduire
7 Traduisez ces phrases.
1. Gaius Plinius Caecilius raconte cette histoire.
2. Il y a en Afrique une colonie tranquille et proche
de la mer où les enfants pêchent et nagent.
Erratum Lire piscantur.
3. Un jour un enfant nage très loin et un dauphin
se présente.
4. Chaque jour le dauphin revient nager près
de l’enfant qui s’écrie : « Salut mon ami ! »
107
/ Le groupe nominal
Le nom et ses cas :
nominatif, vocatif, accusatif
3
4 a. Repérez les nominatifs, les vocatifs
et les accusatifs.
b. Justifiez l’emploi de ces cas dans les phrases.
ÉTUDE DE LA LANGUE
Illum somno (abl. ; litt. pris dans le sommeil mais
traduit par il dormait) impeditum non respondere
existimavit.
5. Le bruit circule dans la colonie : tout le monde
accourt et observe l’enfant comme un prodige.
6. Tous les magistrats affluent au spectacle et le lieu
perd donc sa tranquillité.
8 Traduisez ce texte.
Le dauphin est un animal ami non pas seulement de
l’homme mais aussi de la musique, il est touché par
le charme d’une symphonie mais surtout par le son
de l’orgue hydraulique. Il ne redoute pas l’homme
comme un étranger, il vient au-devant des navires,
joue en sautant, fait aussi la course et dépasse (les
navires) même si (leurs) voiles sont pleines.
Le nom et ses cas :
génitif, datif, ablatif
4
 Livre de l’élève p. 192
Identifier
1 a. Repérez les génitifs.
b. Justifiez l’emploi de ce cas dans les phrases.
1. Metu deorum homines deis preces adhibent.
Deorum : CDN de metu (gén. f objectif)
2. Carmina Ovidii splendida sunt.
Ovidii : CDN de carmina. (possession)
3. Magnus puerorum numerus heroum
deorumque vitas audire cupit.
Puerorum : CDN de numerus (mesure).
Heroum et deorum : CDN de vitas (possession).
4. Deae iratae voluntate puer mutatur.
Deae : CDN de voluntate. (subjectif)
5. Lacertae latebra parva est.
Lacertae : CDN de latebra. (possession)
2 a. Repérez les datifs.
b. Justifiez l’emploi de ce cas dans les phrases.
1. Tethys clipeum aureum filio dat.
Filio : attribution.
2. Achilles venit auxilio Graecis ubi primum
Patroclus interfectus est.
Auxilio Graecis : double datif.
3. Pueri Ovidii carminibus studeunt.
Carminibus : complément d’objet de student.
4. Dea puero audaci irata est.
Puero : intérêt.
5. Cauda membris mutatis addita est.
Membris : attribution.
3 a. Repérez les ablatifs.
b. Justifiez l’emploi de ce cas dans les phrases.
1. Loco : CC d’origine.
2. Errata
• lire per mare
• lire conderet
Deis : complément d’agent du verbe missus est.
3. Ira : complément d’agent du verbe mutatur.
4. Aqua : CC de moyen.
5. Timidate : CC de cause.
108
Manipuler
4 Mettez les noms au génitif, datif et ablatif
(singulier et pluriel).
1. Lacerta, ae, f : lacertae, lacertae, lacerta /
lacertarum, lacertis, lacertis.
2. Carmen, inis, n : carminis, carmini, carmine /
carminum, carminibus, carminibus.
3. Puer, i, m : pueri, puero, puero /
puerorum, pueris, pueris.
4. Voluntas, atis, f : voluntatis, voluntati,
voluntate /
voluntatum, voluntatibus, voluntatibus.
5. Clipeum, i, n : clipei, clipeo, clipeo /
clipeorum, clipeis, clipeis.
6. Urbs, urbis, f : urbis, urbi, urbe /
urbium, urbibus, urbibus.
5 Complétez les phrases en mettant les noms
au cas qui convient.
1. Lacerta Tulliae est.
2. A Lucio vitae virorum leguntur.
3. Tullia Luciusque pueri decem annorum sunt
et fabulis studeunt.
4. Libris pueri doctiores sunt.
5. Saepe dei hominibus auxilio non veniunt.
Traduire
6 Traduisez ces phrases.
1. Tullia aime l’histoire de Lycaon.
2. Erratum Lire intrat.
Jupiter entre dans la demeure inhospitalière du tyran.
3. La nuit, Lycaon dispose des pièges pour le dieu.
4. Il a tranché de son épée la gorge d’un otage.
5. Il a amolli ses membres dans l’eau bouillante et
les a servis à table.
7 Traduisez ce texte.
Erratum l. 5 lire mavult.
Lycaon, terrifié, s’enfuit. Sa bouche concentre toute
sa rage, et maintenant encore il se réjouit du sang. Il
devient loup et conserve des traces de son ancienne
apparence. C’est la même blancheur, le même visage
féroce, la même lueur dans le regard, c’est la même
image de cruauté.
8 Traduisez ce texte.
Errata
• l. 5 : dei est en bleu.
• vocabulaire : mutantur : ils se transforment en
Lucius aime entendre les histoires des héros. Il adore
les vies d’Énée et d’Achille. D’abord le fils de Vénus a
tué ses ennemis de son épée et a fondé une nouvelle
cité. Ensuite le fils de Thétis a donné la mort à de
nombreux ennemis et il possédait un bouclier en or.
Tullia préfère lire les histoires des dieux parce que les
dieux et les hommes se transforment fréquemment en
animaux. Un enfant effronté et téméraire s’est moqué
de la déesse. La déesse offensée a aspergé l’enfant
L’adjectif qualificatif
et ses degrés
Traduire
 Livre de l’élève p. 194
Identifier
5 a. Repérez les adjectifs.
b. Complétez les traductions.
1 Indiquez pour chaque adjectif :
a. Sa classe ; b. Sa forme au comparatif
et au superlatif. Aidez-vous du dictionnaire.
1. curiosissima – eruditior
Tullia, la plus curieuse des enfants, a lu les livres de
Pline l’Ancien, qui était un auteur particulièrement
savant. On pourra attirer l’attention des élèves sur
l’utilisation du comparatif seul (intensité).
2. mirabilissimas
Pline raconte des histoires absolument étonnantes.
3. alienas – horribilissima
Il décrit non seulement des bêtes inconnues mais
aussi des monstres extrêmement terrifiants.
4. acrius
Tullia apprend que les éléphants ont une intelligence
très vive.
5. unum – prudentiorem – graeca
Le consul Mucianus avait raconté qu’un éléphant
plus avisé que les autres avait l’habitude de tracer des
lettres grecques.
Citatus, a, um : 1re classe – citatior, -ius –
citatissimus, a, um
Tener, era, erum : 1re classe – tenerior, -ius –
tenerrimus, a, um
Terribilis, e : 2e classe – terribilior, -ius –
terribilissimus, a, um
Crassus, a, um : 1re classe – crassior, -ius –
crassissimus, a, um
Laetus, a, um : 1re classe – laetior, -ius –
laetissimus, a, um
Pulcher, pulchra, pulchrum : 1re classe – pulchrior,
-ius – pulcherrimus, a, um
Maestus, a, um : 1re classe – maestior, -ius –
maestissimus, a, um
Tristis, e : 2e classe – tristior, -ius – tristissimus,
a, um
Monstruosus, a, um : 1re classe – monstruosior,
-ius – monstruosissimus, a, um
2 Accordez les adjectifs qualificatifs
avec les noms qu’ils accompagnent.
1. animal citatum 2. oves multas ac porcos
crassos 3. cane animoso 4. carmina pulchra…
animal monstruosissimum 5. animalia crudelia
… figuram femineam
3 Mettez le complément du comparatif
à la forme qui convient.
1. asinus 2. cane 3. avibus 4. Medusam 5. aves
4 a. Mettez au superlatif les adjectifs
entre parenthèses.
b. Traduisez les phrases.
1. citatissimum
Le cheval est un animal très rapide/l’animal le plus
rapide.
2. pulcherrima – monstruosissimum
Lucius, qui lit les très beaux poèmes/les plus beaux
poèmes d’Ovide, veut voir un animal très étrange/
l’animal le plus étrange (qui soit).
3. periculosissima et terribilissima
L’hydre était le plus dangereux et le plus effrayant
des monstres.
4. mirus n’a pas de superlatif. Le latin employait
dans ce cas d’autres tournures : l’adjectif était
accompagné de maximes. Homines maxime
miri…
6 a. Analysez les adjectifs en gras (cas, genre,
nombre, degré, nom qualifié).
b. Indiquez la fonction de chaque adjectif.
c. Traduisez.
Erratum quod (l. 1) est en rouge.
• plura : accusatif pluriel neutre, comparatif de
multa, épithète de munera
• fragilissimi : superlatif, attribut de homines
• ceteris : datif pluriel neutre, épithète de generibus
• varia : accusatif pluriel neutre, épithète de
tegimenta
• melior : nominatif singulier féminin, épithète de
parens
• tristior : nominatif singulier féminin, épithète de
noverca
Le premier animal que décrit Pline est l’homme,
pour qui la nature paraît avoir engendré tout le reste.
Mais les hommes sont les plus faibles des animaux.
En effet, la nature a généreusement attribué diverses
protections aux autres espèces. La nature est-elle
pour l’homme une bonne mère, ou une marâtre
impitoyable ?
7 Traduisez cette description du Phœnix
par Pline l’Ancien.
Erratum l. 4 Aquilae est en violet.
L’Inde et l’Éthiopie produisent surtout des oiseaux
de couleurs très diverses, et tels qu’on ne saurait les
décrire. Le plus célèbre de tous naît dans l’Arabie :
c’est le phénix, si toutefois son existence n’est pas
une fable ; il est unique dans l’univers entier, et on
109
/ Le groupe nominal
5
En Inde vivaient les hommes les plus étonnants du
genre humain parce qu’ils ne mangeaient aucune
nourriture.
5. dulcissimum
Les marins entendent le plus doux des chants et
sombrent dans le sommeil.
ÉTUDE DE LA LANGUE
d’eau : le visage se couvre de taches et une queue
est ajoutée aux membres métamorphosés. Il devient
lézard. Il est interdit de se moquer d’une déesse !
ne l’a pas vu souvent. On lui donne la taille de l’aigle,
un plumage éclatant comme l’or autour du cou ;
du reste, pourpre, une queue d’azur entremêle de
plumes roses, des crêtes sous la gorge, et une huppe
qui pare sa tête. Le premier parmi les Romains qui
en ait parlé, et le plus exact, est Manilius, ce sénateur si célèbre par les connaissances qu’il ne devait
qu’à lui seul : il dit que personne ne l’a vu mangeant;
qu’en Arabie il est consacré au Soleil ; qu’il vit cinq
cent neuf ans ; que vieillissant il se construit un nid
avec des branches de cannelle et d’encens; qu’il le
remplit de parfums, et qu’il meurt dessus ; que de
ses os et de sa moelle il naît d’abord une sorte de vermisseau qui devient un jeune oiseau ; que d’abord il
rend les honneurs funèbres à son prédécesseur; qu’il
porte le nid tout entier près de la Panchaïe, dans la
ville du Soleil, et qu’il le dépose sur un autel.
plètement non seulement la tête mais aussi les
sourcils. Je prendrai la suite en notant sur vos fronts
une inscription rusée, afin que vous paraissiez avoir
été punis par une marque.
Traduction de É. Littré, Pline l’Ancien,
Histoire naturelle, livre X, 2 (1877).
1. Romani quid colebant ?
Quid : pronom.
2. Cujus fructus oleum exprimebant ?
Cujus : adjectif.
3. Quem fructum calcabant ad vinum
faciendum ?
Quem : adjectif.
4. Quibus oleum vinumque vendebant ?
Quibus : pronom.
5. Quo Romani vinum vehebant ?
Quo : pronom.
6. Quae aromatica Romani vino indebant ?
Quae : adjectif.
6
Le pronom personnel
 Livre de l’élève p. 196
Identifier
1 a. Repérez les pronoms utilisés
dans les phrases suivantes.
b. Indiquez de quelle personne il s’agit.
c. Précisez le cas du pronom.
1. Nos : 1re pers. plur. nom.
Tu : 2e pers. sg. voc. Ego : 1re pers. sg. nom.
2. Ea : 3e pers. sg. nom.
Se : pron. réfléchi 3e pers. sg. acc.
3. Eam : 3e pers. sg. acc.
4. Eae : 3e pers. plur. nom.
Se : pron. réfléchi 3e pers. plur. acc.
5. Te : 2e pers. sg. acc.
6. Nobis : 1re pers. plur. dat. Ea : 3e pers. sg. nom.
Manipuler
2 Complétez ces phrases avec le pronom
adéquat mis au cas attendu.
1. Amicus, in forum ambulans, Lucium vidit :
« Salve ! Tu Romae es ? » Is Lucium interrogat.
2. « Tibi barba promissa est ! » amicus ait.
3. « Ego et tu ad tonstrinam imus ! »
4. « Barbae vobis maximae sunt », tonsor dicit.
5. Tonsor orat eos ut sedeant.
6. Novacula ejus acutissima est.
Traduire
3 Repérez les pronoms personnels puis traduisez.
Erratum l. 2 : is est en bleu
(Ce) domestique est mon barbier, comme vous le
découvrez d’après son rasoir : qu’il vous rase com-
110
7 Le pronom
et le déterminant interrogatifs
 Livre de l’élève p. 197
Identifier
1 a. Repérez les mots interrogatifs utilisés
dans les phrases suivantes.
b. Indiquez s’il s’agit d’un adjectif ou d’un pronom.
Manipuler
2 Complétez les questions avec des pronoms
interrogatifs qui conviennent.
1. Qui olei vinique negotium maxime gerebant ?
Liberti maxime gerebant.
2. Qua Romani vinum temperebant ?
Romani vinum aqua temperebant
3. Cum pocula sustulerant, Romani quid
dicebant ? « Prosit » dicebant.
4. Cui Lucius pulchrum argenteum poculum
dedit ? Tulliae dedit.
5. Ex amicis, quos Lucius Tulliaque invitaverunt ?
Marcum Quintum Juliumque invitaverunt.
3 Complétez les questions avec les déterminants
interrogatifs qui conviennent.
1. Quam arborem Columellus primum
aestimabat ? Columellus aestimabat oleam
primam arborem esse.
2. Qui populus oleam primum coluit ?
Phoenicus populus oleam primum coluit.
3. In quibus vasis Romani vinum fundebant ?
Romani vinum in amphoris fundebant.
4. Num scitis quod vas maximum erat ?
Dolium maximum vas erat.
5. Nescio quarum regionum vina Romani
diligebant. Mosellae Campaniae Narbonensis
provinciaeque vina diligebant.
Strobilus : Quel mauvais tourment t’agite ? Qu’ai-je
à faire avec toi, vieil homme ? Pourquoi me maltraites-tu ? Pourquoi me tires-tu ? Pour quelle raison
me frappes-tu ?
Euclio : Tu mérites amplement d’être frappé ! et en
plus tu poses la question, voleur ! triple voleur plutôt !
Strobilus : Qu’est-ce que je t’ai dérobé ?
Euclio : Rends-le, par pitié.
Strobilus : Que veux-tu que je te rende ?
Euclio : Tu demandes ?
Strobilus : Oui, car je ne t’ai rien pris.
8
Les démonstratifs
hic, ille, iste
 Livre de l’élève p. 198
Identifier
1 Repérez les occurrences de hic, ille, iste
et indiquez s’ils sont déterminants ou pronoms.
1. haec : déterminant (verba)
2. ille : pronom
3. illius : pronom
4. isti/hunc : pronoms
5. hoc : déterminant (judicio)
2 Repérez les occurrences de hic, ille, iste
et dites s’ils sont déterminants ou pronoms.
Erratum l. 4-5 : hicine/haecine/hocine (et non hiccine/
haeccine/hoccine)
l. 1 : ille : déterminant (sceletus)
l. 4-5 : hicine/haecine/hocine : pronoms
l. 6 : istud : pronom
l. 7 : hunc/ille : pronoms
l. 8 : hunc : pronom
l. 9 : ipse : pronom
Manipuler
3 Mettez le déterminant et le nom au cas
demandé, au singulier et au pluriel.
1. illi judici – illis judicibus
2. istam infamiam – istas infamias
3. hujus temporis – horum temporum
/ Le groupe nominal
4 Repérez les mots interrogatifs et traduisez.
Strobilus : Quae te mala crux agitat ? Quid tibi
mecum est commercii, senex ? Quid me adflictas ?
Quid me raptas ? Qua me causa verberas ?
Euclio : Verberabilissime, etiam rogitas, non fur,
sed trifur ?
Strobilus : Quid tibi surrupui ?
Euclio : Redde huc, sis.
Strobilus : Quid tibi vis reddam ?
Euclio : Rogas ?
Strobilus : Nihil equidem tibi abstuli.
4. hac re – his rebus
5. istud crimen – ista crimina
6. haec noctua – hae noctuae
7. ista mercede – istis mercedibus
Erratum Lire merces au lieu de mercedes.
8. hoc verbum – haec verba
9. istius magi – istorum magorum
10. isti hosti – istis hostibus
4 Remplacez le nom répété par un pronom
qui convient.
1. haec 2. istae 3. ille 4. hanc 5. hujus 6. illi 7. istas
8. hanc 9. huic 10. hac
Errata
item 2 : lire reae
item 5 : lire maxime nefaria au lieu de nefarissima
Traduire
5 a. Déterminez la nature des occurrences
de hic, ille, iste.
b. Traduisez en vous aidant du code couleur.
Erratum puella (l. 5) est en bleu.
• Déterminants : l. 1 : has artes, l. 4 : Hac nocte,
l. 5 : In isto loco, l. 6 : isti sagae
• Pronoms : l. 3 : ab ista, l. 6 : Haec
Canidia pratiquait sa terrible science car beaucoup
faisaient des vœux funestes. L’amie de Tullia, qui a
épousé un vieillard et qui aime un jeune homme,
a recouru aux services de cette femme. Quand la
chouette s’est mise à crier, alors la jeune fille a pénétré
dans l’immeuble. Cette nuit-là, aucun homme ne se
promenait dans la ville. Dans ce lieu, la jeune fille a
vu des tablettes de défixion, des herbes, un rhombe.
Elle a donné l’argent à la cruelle sorcière afin qu’elle
prononçât les formules fatales et qu’elle fabriquât
une tablette avec l’image du vieillard.
6 a. Repérez les démonstratifs et indiquez
s’ils sont déterminants ou pronoms.
b. Retrouvez la traduction des passages surlignés.
v. 2 : ista : pronom accusatif neutre pluriel
v. 4 : haec : pronom accusatif neutre pluriel
v. 5 : illius : pronom génitif singulier masculin
v. 6 : haec : pronom accusatif neutre pluriel
v. 7 : ille : pronom nominatif singulier masculin
v. 11 : illa : pronom nominatif singulier féminin
v. 12 : ille : pronom nominatif singulier masculin
suspensis auribus ista bibam. :
mon oreille attentive s’enivrera de tes récits.
Illius ex oculis multa cadebat aqua ?
« Haec te teste mihi promissa est, Lygdame,
merces ?
Ille potest nullo miseram me linquere facto,
Et qualem nolo dicere habere domi ?
Est-il vrai (…) que des larmes abondantes aient
sillonné ses joues ? (…) « Lygdamus, voilà donc
les serments qu’il m’a jurés devant toi ! L’ingrat !
Rompre des nœuds dont un esclave fut témoin !
111
ÉTUDE DE LA LANGUE
Traduire
Par quel crime ai-je mérité mon abandon et mon
malheur ? Où trouvera-t-il une semblable amie ?
Non me moribus illa, sed herbis improba vicit
Staminea rhombi ducitur ille rota.
Mon odieuse rivale ne l’emporte pas par son amour,
mais par ses philtres ; elle me l’enlève par ses enchantements.
Après ce travail de repérage, on peut inciter les
élèves à s’interroger sur le degré de fidélité de la
traduction et leur proposer de réfléchir à leur propre
traduction.
9
Les démonstratifs
is, idem, ipse
 Livre de l’élève p. 200
Identifier
1 Indiquez si is, ea, id est déterminant
ou pronom dans les phrases suivantes.
1. Is pictor non imperitus est.
Is détermine pictor (déterminant)
2. Colores ejus magnificae sunt.
Ejus (pronom) renvoie à is pictor
3. Eas picturas Sedigitus pinxit.
Eas détermine picturas.
4. Ex eis pictor clarus fuit.
Eis renvoie à picturas (pronom)
Erratum exis est remplacé par eis
5. Pictores domorum parietes ornabant.
Eorum colores splendidae erant.
Eorum renvoie à pictores (pronom).
2 Indiquez si idem, eadem, idem est déterminant ou pronom dans les phrases suivantes.
1. Eosdem colores Tullia Luciusque non amant.
Eosdem détermine colores (déterminant).
2. Lucio eadem ornamenta ac Tulliae non
placent. Eadem détermine ornamenta
(déterminant).
3. Eisdem non delectantur.
Eisdem renvoie à ornamenta (pronom).
4. Percommode ex omnibus pictoribus eumdem
diligunt. Eumdem renvoie à pictoribus (pronom).
5. Pictor architectusque eodem tempore villam
ornabunt.
Eodem détermine tempore (déterminant).
6. Pictor architectusque eisdem instrumentis
non utuntur.
Eisdem détermine instrumentis (déterminant).
3 Indiquez si ipse, ipsa, ipsum est déterminant
ou pronom dans les phrases suivantes.
1. Villa ipsa parva commodaque est.
Ipsa détermine villa (déterminant).
2. Lucius cubiculum suum spectat.
Ipse caeruleos parietes optat.
Ipse renvoie à Lucius (pronom).
112
3. Mercurium ipsum pictor finxit.
Ipsum détermine Mercurium (déterminant).
4. Galli atque ursi imagines in ipso loco sunt.
Ipso détermine loco (déterminant).
5. Gallus ad Lucii fortitudinem refert ;
ursus ipsius patriam refert.
Ipsius renvoie à Lucii (pronom).
Manipuler
4 Mettez au cas demandé.
1. Is gallus (dat. sing.) : eo gallo.
2. Eadem pictura (acc. sing.) : eamdem picturam.
3. Mercurius ipse (abl. sing.) : Mercurio ipso.
4. Is ursus (acc. plur.) : eos ursos.
5. Idem cubiculum (nom. plur.) : eadem cubicula.
6. Color ipsa (abl. plur.) : coloribus ipsis.
5 Mettez le démonstratif entre parenthèses
au cas demandé.
1. Sedigitus mox Campaniae villam ornabit ; ea
villa Lucio Tulliaeque est.
2. Magnificarum picturarum ejus gratia, Romani
Sedigitum illustrem artificem esse aestimant.
3. Itaque ipse, insigne arte, clarus factus est.
4. Lucius Tulliaque eum mandant ut villae
muros pingat.
5. Pictor idem artificium ac pater exercet.
6 Complétez la phrase avec le démonstratif
adéquat au cas indiqué.
1. Primum, parietes ipsi harena marmoreque
solidantur.
2. Deinde, eisdem parietibus tectorium illinitur.
3. Tandem, ei poliuntur.
4. Eodem tectorio udo, colores diligenter
inducuntur.
5. Ergo eis firmitas splendorque erunt.
7 Complétez la phrase avec le démonstratif
adéquat au cas attendu.
1. Multi pictores ejusdem generis arculas
habent.
2. Eae loculatae sunt.
3. Loculi ei discolores ceras accipiunt.
4. Minii color in conclavium permanet sed in
apertis locis ipsa vititur.
5. Pictores hominum imagines pingunt ac
maxime eorum ora.
Traduire
8 a. Repérez les démonstratifs utilisés dans ce
texte. Indiquez leur cas, leur genre, leur nombre.
b. Quels noms accompagnent les déterminants ?
À quels mots renvoient les pronoms ?
c. Traduisez.
Apelli fuit consuetudo numquam tam occupatum diem agendi ut non lineam ducendo
exerceret artem, quod ab eo (renvoie à Apelle)
in proverbium venit. Idem (renvoie à Apelle)
Apelle avait l’habitude de ne pas laisser passer un
jour, aussi occupé soit-il, sans s’exercer à son art en
dessinant, ce qui est passé en proverbe de son fait.
Le même exposait aux passants dans une tente ses
œuvres terminées et, lui-même se cachant derrière
le tableau, écoutait en cachette les défauts qu’ils relevaient. Un cordonnier le critiqua d’avoir fait, sur une
sandale, trop peu de lanières à l’intérieur. Le jour
suivant, le même homme se moquant de la jambe,
Apelle, indigné, se montra et lui signifia qu’un cordonnier ne devait pas juger au-delà de la sandale, ce
qui passa également en proverbe.
Le pronom relatif
et la proposition subordonnée
relative à l’indicatif
10
 Livre de l’élève p. 202
Erratum Schéma : Pronom relatif : 2e point :
lire quicumque, quaecumque, quodcumque.
Identifier
1 a. Repérez la proposition subordonnée
relative.
b. Indiquez l’antécédent du pronom relatif.
1. Olim Lucio amicus qui gladiaturam exercebat
fuit.
Antécédent : amicus.
2. Amicus Vellocatus quod gallum nomen
est vocabatur.
Antécédent : Vellocatus.
3. Lucius ac Vellocatus cujus cognomen
Hercules fuit in eadem Galliae parte orti sunt.
Antécédent : Vellocatus.
4. Gladiatores quibus saepe cognomen
addebatur se auctorabant.
Antécédent : Gladiatores.
5. Lanista Vellocato cui vires magnae erant
Hercules cognomen dedit.
Antécédent : Vellocato.
2 a. Repérez la proposition subordonnée relative.
b. Indiquez l’antécédent du pronom relatif.
1. Tiberio imperatore, ingentium bellorum
cladem aequavit malum improvisum cujus
initium simul et finis extitit.
Antécédent : malum.
2. Nam apud Fidenam Atilius quidam
amphitheatrum quo spectaculum gladiatorum
3 Complétez ces phrases avec le pronom relatif
attendu.
1. Gladiator quem video Vellocatus est.
2. Insulae apud quas habitat veteres sunt.
Erratum Lire veteres.
3. Vellocatus cui pecuniam lanista dat gladiator
est.
4. Circus cujus ludi hodie incipiunt maximus est.
5. Lanistae quorum gladiatores pugnant hic
sedent.
Manipuler
4 Voici des paires de propositions indépendantes.
a. Reliez-les en remplaçant le terme en gras
par un pronom relatif au cas attendu.
b. Traduisez la nouvelle phrase ainsi obtenue.
1. Vellocatus secutor qui gladium scutum
manicam galeam ocreamque ferebat fuit.
Vellocatus était un poursuivant qui portait un glaive,
un bouclier, un gant et une jambière.
2. Gladiator in amphitheatro quod Atilius
fecerat vicit.
Le gladiateur a vaincu dans l’amphithéâtre qu’Atilius
avait fait construire.
3. Spectatores amant pulchras pugnas quarum
gladiatores fortiter certant.
Les spectateurs aiment les beaux combats dont les
gladiateurs combattent avec courage.
4. Illi petunt gradus in quibus sedent.
Ceux-là gagnent les gradins où ils s’assoient.
5. Spectatores maximum plausum quo
amphitheatrus sonavit gladiatoribus dederunt.
Les spectateurs donnèrent aux gladiateurs de très
grands applaudissements dont l’amphithéâtre
résonna.
Erratum Lire : Spectatores maximum plausum
gladiatoribus dederunt. Maximo plausu amphitheatrum sonavit.
5 Voici des paires de propositions indépendantes.
a. Reliez-les en remplaçant le terme en gras par
un pronom relatif au cas attendu.
b. Traduisez la nouvelle phrase ainsi obtenue.
1. Romani spectatores quibus moles conferta
erat ob propinquitatem Fidenae effusius
adfluxerunt.
Les spectateurs romains, dont l’édifice était rempli,
affluèrent du fait de la proximité de Fidènes.
113
/ Le groupe nominal
celebratum est fecit.
Antécédent : amphitheatrum.
3. Iste neque fundamenta per solidum subdidit neque firmis nexibus ligneam compagem
superstruxit qui sordidam mercedem id negotium quaesiverat.
Antécédent : Iste.
4. Tiberius procul voluptatibus viros mulieresque habebat qui talium avidi adfluerunt.
Antécédent : viros mulieresque.
ÉTUDE DE LA LANGUE
perfecta opera proponebat in pergula transeuntibus atque, ipse (renvoie à Apelle) post tabulam
latens, vitia quae notarentur auscultabat. Sutor
eum (renvoie à Apelle) reprehendit quod in crepidis una pauciores intus fecisset ansas. Eodem
(renvoie à sutor) postero die cavillante circa crus,
Apelles indignatus prospexit, denuntians ne
supra crepidam sutor judicaret, quod et ipsum
in proverbium abiit.
2. Multi quos moles effundens praeceps trahit
spectaculo intendebant aut circum adstabant.
Beaucoup de spectateurs, que l’édifice en s’effondrant entraîne dans sa chute, regardaient le spectacle
ou se tenaient alentour. (on doit transformer effunditur en participe)
3. Quinquaginta hominum milia eo casu quem
Tacitus tradit debilitata vel obtrita sunt.
Cinquante mille hommes furent estropiés ou écrasés
dans cette catastrophe que Tacite raconte.
4. Atilius quem pecuniae cupiditas ad sordidam
mercedem duxerat in exilium actus est.
Atilius, que la cupidité avait conduit à ce marché crapuleux, fut condamné à l’exil.
Traduire
6 a. Repérez les pronoms relatifs et les proposi-
tions subordonnées qu’ils introduisent.
Illi quidem quos principium stragis in mortem
adflixerat, ut tali sorte, cruciatum effugere :
miserandi magis quos abrupta parte corporis
nondum vita deserverat ; qui per diem visu,
per noctem ululatibus et gemitu conjuges aut
liberos noscebant. Jam ceteri fama exciti, hic
fratrem, propinquum ille, alius parentes lamentari. Etiam quorum diversa de causa amici aut
necessarii aberant, pavere tamen ; nequedum
comperto quos illa vis perculisset, latior ex
incerto metus.
Tacite, Annales, IV, 62.
b. Complétez la traduction du texte.
À vrai dire, les gens que le début de la catastrophe
avait écrasés, dans un tel malheur, échappèrent aux
souffrances. Les plus à plaindre furent ceux que
la vie n’avait pas encore abandonnés alors qu’ils
avaient une partie du corps arrachée ; qui, le jour
de leurs yeux, la nuit par leurs hurlements et leurs
gémissements reconnaissaient leurs femmes et leurs
enfants.
Dès qu’on entend parler de l’événement, on accourt
de toutes parts : l’un déplore un frère, l’autre un
voisin, un autre ses parents. Même ceux dont, pour
une quelconque raison les amis ou les proches
étaient absents, avaient néanmoins peur ; tant qu’on
ignora qui le sort avait frappé, la peur fut plus
grande du fait de l’incertitude.
Traduction d’après J.-L. Burnouf, Tacite, Annales,
IV, 62 (1859).
LE GROUPE VERBAL
11 L’indicatif :
formation et emplois
 Livre de l’élève p. 204
Errata Schéma :
• Temps du présent
Conjugaisons : lire LEG/E-, CAPI/E-, AUDI/E-.
Imparfait : 3e-4e conjugaisons : la voyelle de liaison
« e » précède le suffixe caractéristique.
• Temps du parfait
Futur antérieur : lire -er(i)
Désinences : lire -o ou -m
Identifier
1 Analysez les verbes en gras.
audivit : 3e p. sg. parfait indicatif
fuit : 3e p. sg. parfait indicatif
cupit : 3e p. sg. présent indicatif
notavit : 3e p. sg. parfait indicatif
legit : 3e p. sg. présent indicatif
descripsit : 3e p. sg. parfait indicatif
fuerunt : 3e p. pl. parfait indicatif
prohibuerant : 3e p. pl. plus-que-parfait indicatif
fecerant : 3e p. pl. plus-que- parfait indicatif
sperat : 3e p. sg. présent indicatif
constituit : 3e p. sg. présent indicatif
stat : 3e p. sg. présent indicatif
vult : 3e p. sg. présent indicatif
erat : 3e p. sg. imparfait indicatif
Manipuler
2 Mettez chaque verbe aux temps indiqués.
1. veniet/veniebat 2. posuimus/posueramus
3. facis/feceris 4. duxerunt/ducebant 5. imperaveratis/imperabitis 6. moneo/monui 7. noto/
notavi 8. jussit/jusserat 9. legemus/legerimus
10. auditis/audiebatis
3 Traduisez les verbes suivants.
• vous avez cru/vous crûtes • il coulait • tu seras venu
• je poserai • tu ordonneras • nous avertissions • ils ont
vaincu/ils vainquirent • nous avions fait • elle décidera
• tu auras su
4 Complétez le texte à l’aide des indications
données entre parenthèses.
Ceterum Germanicus aliis quoque miraculis
intendit animum, quorum praecipua fuerunt.
Memnonis saxea effigies, ubi eam radii solis
iciebat, vocalem sonum reddebat. Aliquot diebus
ante ille adspexerat eductas instar montium
pyramides certamine et opibus regum. Exinde
venit Elephantinen ac Syenen, claustra olim
Romani imperii, quod nunc ad rubrum mare
patescit.
D’après Tacite, Annales, II, 61.
114
Erratum l. 8 : Victus est en bleu.
tenebat : 3e p. sg. imparfait indicatif
repudiaverat : 3e p. sg. plus-que-parfait indicatif
duxit : 3e p. sg. parfait indicatif
pugnavit : 3e p. sg. parfait indicatif
vicit : 3e p. sg. parfait indicatif
laboravit : 3e p. sg. parfait indicatif
instarent : 3e p. pl. parfait subjonctif
recessit : 3e p. sg. parfait indicatif
commovit : 3e p. sg. parfait indicatif
optat : 3e p. sg. présent indicatif
regnare : présent infinitif
victus est : 3e p. sg. parfait indicatif passif
est : 3e p. sg. présent indicatif
fugit : 3e p. sg. parfait indicatif
transirent : 3e pluriel subjonctif imparfait
interemit : 3e singulier indicatif parfait
admisit : 3e singulier indicatif parfait
Maître de cette contrée et de l’Orient, Antoine
répudia la sœur de César Auguste Octavien pour
épouser Cléopâtre, reine d’Égypte. Il combattit
lui-même les Perses et les défit dans les premières
rencontres ; mais, à son retour, en proie à la famine
et à la peste, et pressé dans sa fuite par l’ennemi, il
battit en retraite au lieu d’être vainqueur. Il alluma
aussi une effroyable guerre civile sous la pression
de son épouse Cléopâtre, reine d’Égypte, qui brûlait
avec toute la passion d’une femme de régner même
à Rome. Vaincu par Auguste dans la célèbre bataille
d’Actium en Épire, il s’enfuit en Égypte, et, désespérant de la fortune, alors que tout le monde passait du
côté d’Auguste, il se tua ; Cléopâtre se fit piquer par
un aspic dont le venin lui donna la mort.
Traduction de N.-A. Dubois, Eutrope, Abrégé de
l’Histoire romaine, livre VII, 4 (1865).
12
Le subjonctif et l’impératif :
formation et emplois
 Livre de l’élève p. 206
Identifier
1 Analysez les formes suivantes.
• sis : 2e pers. sg. prés. du subj. de sum.
• cura : 2e pers du prés. du sg. de l’impératif de curo.
• voluerit : 3e pers. du parf. du subj. de volo.
• dolerem : 1re pers. du sg. de l’imparf. du subj.
de doleo.
• curavissetis : 2e pers. du plur. du plus-que-parf.
du subj. de curo.
• eximeret : 3e pers. du sing. de l’imparf. du subj.
de eximo.
/ Le groupe verbal
5 a. Analysez les verbes soulignés.
b. Traduisez la partie du texte en latin,
en vous aidant du code couleur.
• fuissem : 1e pers. du plus-que-parf. du subj.
de sum.
• doleant : 3e pers. du plur. du prés. du subj.
de doleo.
• iverimus : 1e pers du plur. du parf. du subj.
de eo.
• curate : 2e pers. du prés du pl. de l’impératif
de curo.
2 Repérez les subjonctifs et justifiez leur emploi.
1. Cum Tullia ederet, dentes doluerunt.
Cum + subj. : prop. sub. circonstancielle (temps)
2. Quid faciam ?
Subj. en indépendante : délibération.
3. Utinam ne dentes dolerent !
Utinam + subj. : souhait.
4. Veniat medicus.
Subj. en indépendante : ordre.
5. Tullia dolet dum medicus veniat.
Dum + subj. : prop. sub. circonstancielle (temps).
6. Ne malum ederis !
Ne + subj. parfait : défense.
Manipuler
3 Mettez les verbes aux formes indiquées
(voix active).
1. Curo, as, are, avi, atum : subjonctif imparfait,
3e pers. sing. : curaret
2. Oro, as, are, avi, atum : subjonctif parfait
2e pers. plur. : oraveritis
3. Rogo, as, are, avi, atum : subjonctif présent,
1re pers. sing. : rogem
4. Doleo, es, ere, dolui, dolitum : subjonctif
plus-que-parfait, 3e pers. plur. : doluissent
5. Lego, is, ere, legi, lectum : subjonctif imparfait,
2e pers. sing. : legerem
6. Audio, is, ire, audivi, auditum : subjonctif
parfait 1re pers. plur. : audiverimus
7. Capio, is, ere, cepi, captum : subjonctif présent,
1re pers. sing. : capiam
8. Voco, as, are, avi, atum : subjonctif plus-queparfait, 3e pers. sing. : vocavisset
4 Exprimez l’ordre et la défense.
1. Qu’il entre : intret.
2. Assieds-toi : asside.
3. Ne bouge pas : ne moveris ou noli movere.
4. Soignons les malades : aegros curemus.
5. N’entrez pas : ne intraveritis ou nolite intrare.
6. Lavez vos dents : dentes lavate.
7. Ne bougeons pas : ne moveamus.
8. Qu’ils lavent leurs dents : dentes lavent.
5 Complétez ces phrases en mettant le verbe
au temps du subjonctif qui convient.
1. Cum dentes dolerent, Tullia malum edere
non potuit.
2. Servus ferramentum reportet !
3. Non adseveraverim dentem eximendum esse.
4. Utinam dolor desinat !
115
ÉTUDE DE LA LANGUE
Traduire
5. Ne metueris !
6. Utinam ne forfex sit !
7. Servus non redeat, quod ferramentum
capiam ?
8. Ne dentem exemeris !
9. Cum medicus Tulliae appropinquet, misera
domina tremit.
10. Exspecta dum maritus revertat !
Traduire
6 Traduisez ce texte.
Si la dent est cariée, remplis d’abord le trou avec de
la charpie ou du plomb. Ne brise pas la dent ! Mais
conduis la tenaille tout droit. Ne brise pas, en inclinant
les racines, l’os grêle auquel la dent est fixée. En effet
la tenaille, souvent, quand elle ne peut pas saisir la dent
ou la saisit insuffisamment, prend l’os de la gencive et
le brise. Si cela ne marche pas, incise la gencive, jusqu’à
ce qu’une portion d’os puisse être attrapée. Et si cela
ne fonctionne pas tout de suite, la mâchoire extérieure
se durcit si bien qu’elle ne peut plus s’ouvrir. Pose alors
un cataplasme chaud fait de farine et de figue jusqu’à
ce que le pus s’écoule de cet endroit.
La voix passive
et les verbes déponents
13
 Livre de l’élève p. 208
Identifier
1 Indiquez si le verbe est à la voix active
ou à la voix passive.
1. Lucius amicos invitat. Actif.
2. Ego et Marcus a Lucio invitamur. Passif.
Erratum Lire Ego et Marcus.
3. Panem comedo. Actif.
4. Panis a Lucio comeditur. Passif
5. Ancilla garum fundit. Actif
6. Garum funditur. Passif.
7. Domina amicas vocavit. Actif
8. A domina amicae vocatae sunt. Passif.
9. A domina ego et Julia vocatae sumus. Passif.
10. Cena delectamini. Passif.
2 Indiquez si le verbe est actif, passif
ou déponent.
1. Hostem metuo. Verbe actif.
2. Hostem dedignor. Verbe déponent.
3. Ab hoste metuor. Verbe passif.
4. Cena fruor. Verbe déponent.
5. Equum video. Verbe actif.
6. Equum tueor. Verbe déponent.
7. Lucius in Gallia natus est. Verbe passif.
8. Lucius ducem sequitur. Verbe déponent.
9. Lucius ducem percontatus est.
Verbe déponent.
10. Dux a Lucio interrogatur. Verbe passif.
116
3 Repérez le verbe et indiquez s’il est déponent
ou à la voix passive.
1. Lucius Tulliaque a amicis vocantur.
Verbe à la voix passive.
2. A hospitibus accipiuntur.
Verbe à la voix passive.
3. Tullia matronam ad triclinium sequitur.
Verbe déponent.
4. Eas Lucius Publiusque comitantur.
Verbe déponent.
5. Egregia signa, quae triclinium ornant, laudantur. Ornant (actif) et laudantur :
verbe à la voix passive.
4 Précisez si les verbes soulignés dans
le texte sont à la voix active ou passive.
Lequel est un verbe déponent ?
Quod ad me quidem pertinet (actif), intellego
(actif) me non opes sed occupationes perdidisse
(actif). Corporis exigua desideria sunt (actif) :
frigus summoveri (passif) vult (actif), alimentis
famem ac sitim extinguere (actif) ; quidquid
extra concupiscitur (passif), vitiis, non usibus
laboratur (passif). Non est necesse omne perscrutari (forme passive mais sens actif : déponent)
profundum nec strage animalium ventrem
onerare (actif) nec conchylia ultimi maris ex
ignoto litore eruere (actif) : di istos deaeque
perdant (actif) quorum luxuria tam invidiosi
imperii fines transcendit (actif) !
Sénèque, Ier siècle, Consolation à Helvie, X, 2.
Manipuler
5 Mettez les phrases à la voix passive.
1. Vinum melque a coquo miscentur.
2. Poma hospitibus a servis dantur.
3. Multae mensae a convivis edentur.
4. Compositum carmen a puero recitatur.
5. Puer ab omnibus auditur.
6. Ventres cibo implentur.
6 a. Analysez les verbes soulignés.
b. Réécrivez les passages en gras en mettant
les verbes à la voix passive.
a. Dicitur : 3e pers. du sing. du présent de l’indicatif
à la voix passive. Sujet : jus.
Paratae erant : 3e pers. du pl. du parfait de l’indicatif
à la voix passive. Sujet : lactucae singulae… lauta
(accord de voisinage).
b. Audivisses comoedos vel lectorem vel
musicum :
Comoedi vel lector vel musicus auditi essent.
At tu apud nescio quem ostrea vulvas echinos
Gaditanas voravisti :
At a te apud nescio quem ostrea vulvae echini
Gaditanae voratae sunt. (accord de voisinage).
a. fateor : 1re pers. du sing. du présent de l’indicatif
(verbe déponent)
dedisti : 2e pers. du sing. du parf. de l’indic.
(voix active)
scidisti : 2e pers. du sing. du parfait de l’indic.
(voix active)
est : 3e pers du sing. du présent de l’indicatif
cenat : 3e pers du sing. du présent de l’indicatif
(voix active)
unguitur : 3e pers du sing. du présent de l’indicatif
(voix passive)
videtur : 3e pers du sing. du présent de l’indicatif
(voix passive)
Olere/esurire : infinitifs présents actifs
b. J’avoue, tu as offert du bon parfum
À tes convives hier, mais tu n’as rien découpé.
La chose est piquante, de respirer de bonnes odeurs
et d’être affamé.
Celui qui ne dîne pas et est embaumé, Fabulle,
Il me semble être tout à fait mort.
Contre Fabulle
Hier, à ton dîner, tout était parfumé.
J’en conviens ; mais aussi bien maigre était la chère ;
Que me font les odeurs quand je suis affamé ?
Un bon dîner, pour moi, c’est le point nécessaire.
Ne point manger, être embaumé,
C’est le rôle d’un mort étendu dans sa bière.
Traduction de V. Verger, N.-A. Dubois et J. Mangeart,
Martial, Ier siècle, Épigrammes, III, 12, © Garnier (1864).
14
La proposition infinitive
 Livre de l’élève p. 210
Identifier
1 Recopiez la proposition infinitive de chacune
des phrases suivantes et indiquez de quel verbe
elle dépend.
1. Multi dicunt [nautas fortes esse].
2. Lucius vult [se navem gubernare].
3. Lucii pater nolit [filium suum nautam
futurum esse].
4. Dei prohibent [viatores navem solvere].
5. Oportet [viatorem cibum suum gerere
patique gravem cursum].
2 Repérez les propositions infinitives
et indiquez de quels verbes elles dépendent.
Errata
l. 1 : ventis est en orange.
l. 5 : lire dare et non clare.
Me miserum ! Dei volunt [increscere aequora
ventis, erutam ex imis fervere arenam vadis] !
Manipuler
3 Complétez les phrases, en créant
une proposition infinitive à partir
du vocabulaire indiqué.
1. Pater nolit Lucium navigare.
2. Viator scribit solem non lucere et mare
ventum semper agitare.
3. Neptunus jubet saxa navem frangere.
4. Lucius scit patrem mare timere.
5. Zeno gaudet fortunam omnia sua naufragio
perdere.
4 Transformez chaque phrase en proposition
infinitive dépendant de la tournure
impersonnelle : nefas est : il est interdit de.
1. Nefas est viatorem sternuere dum in navem
conscendat.
2. Nefas est corvum super malo clamare.
3. Nefas est nautam fragmenta navis videre.
4. Nefas est viatorem capram somniare.
5. Nefas est in somnis nautas noctuam, quae
tempestatem nuntiat, videre.
5 Transformez le discours direct en discours
indirect, en suivant l’amorce entre parenthèses.
1. Zenon dixit fortunam jubere se expeditius
philosophari.
2. Seneca putabat illum non multum navigavisse, sed multum jactatum fuisse.
Traduire
6 a. Repérez les propositions infinitives.
b. Traduisez.
Tacitus narrat [militem pavidum et casuum
maris ignarum vel turbare nautas vel intempestive juvare vel officia prudentium corrumpere].
Adjicit [omne dehinc caelum et mare omne
in austrum cedere]. Cum gubernator aestimavit [navem non adhaerere ancoris] : [equos,
jumenta, sarcinas, etiam arma praecipitare
nautas] imperavit quo levarentur naves.
D’après Tacite, Annales, II, 24-25
Tacite raconte que le soldat, effrayé et sans expérience de la mer, soit gêne les marins, soit aide à
contre-temps, soit ruine les efforts des marins avisés.
Il ajoute ensuite que tout le ciel entier et toute la
mer obéissent au vent du Sud. Quand le pilote a
considéré que le navire ne peut rester à l’ancre, il a
ordonné que les chevaux, les bêtes de somme, les
bagages, et même les armes soient jetés à la mer pour
soulager les navires.
117
/ Le groupe verbal
7 a. Analysez les verbes soulignés.
b. Traduisez.
Neptuni ira licet [proram insilire] et [pictos
verberare undam deos]. Ego, tristis vector, animadverto [gelidum timore gubernatorem non
regere navem]. [Aurigam video vela dare navi].
D’après Ovide, Tristes, 1, 4, 5-16
ÉTUDE DE LA LANGUE
Traduire
L’EXPRESSION DES CIRCONSTANCES
La proposition subordonnée
participiale ou ablatif absolu
15
 Livre de l’élève p. 212
Identifier
1 Repérez les propositions subordonnées
participiales (ablatif absolu).
1. Urbe capta, hostis abiit.
2. Nuntiato [Caesaris] adventu, hostes fugerunt.
3. Caesare duce, legiones Gallos pugnaverunt.
4. Vercingetorix projectis armis Caesari
se dedidit.
5. Imperator obsidibus acceptis exercitum
reducit ad mare.
6. Oppidum paucis defentibus expugnare
non potuit.
Manipuler
2 Formez des ablatifs absolus à partir des deux
mots proposés, au nombre indiqué.
1. Proelium, ii, n – nuntio, as, are, avi, atum (pl.)
Proeliis nuntiatis.
2. Eruptio, onis, f – facio, is, ere, feci, factum (sg.)
Eruptione facta.
3. Frumentum, i, n – comporto, as, are, avi atum
(sg.) Frumento comportato.
4. Obses, obsidis, m – accipio, is, ere, accepi,
acceptus (pl.) Obsidibus acceptis.
5. Exercitus, us, m – reduco, is, ere, reduxi,
reductum (pl.) Exercitibus reductis.
6. Tumultus, us, m – orior, oriris, oriri, ortus sum
(sg.) Tumultu orto.
3 Transposez au pluriel les ablatifs absolus
au singulier et vice-versa.
Erratum Lire bello gesto.
• Bello gesto : bellis gestis
• Hostibus interfectis : hoste interfecto
• Legione munita : legionibus munitis
• Hieme praeterito : hiemibus praeteritis
• Civitatibus deletis : civitate deleta
• Consule imperante : consulibus imperantibus
4 Complétez la phrase par un ablatif absolu,
en utilisant les termes entre parenthèses.
1. Tempestate navibus deperitis duobus commeatibus exercitum reportare instituit.
2. Frustra navibus exspectatis necessario
angustius milites collocavit
3. Prima luce terra adtacta, omnes incolumes
naves perducti sunt.
4. Samarobrivae Gallorum concilio peracto,
legiones in plures civitates distribuit.
5. Ad hunc modum legionibus distributis facillime inopiae frumentariae sese mederi posse
existimavit.
118
6. Legionibus collocatis ac hibernis munitis,
Caesar e Gallia redibit.
D’après César, Guerre des Gaules, V, 23 à 25.
Traduire
5 Traduisez ces propositions participiales.
impedimentis relictis :
les bagages ayant été abandonnés,
après avoir abandonné les bagages…
• milite discedente :
le soldat s’en allant, au départ du soldat…
• jusso nuntiato :
l’ordre ayant été annoncé,
lorsque l’ordre eut été donné…
• telis conjectis :
les flèches ayant été lancées, après l’envoi des flèches…
• re animadversa :
la chose ayant été remarquée,
quand la chose eut été remarquée…
• legatis adhortantibus :
les lieutenants encourageant,
aux encouragements des lieutenants…
6 Améliorez la traduction des phrases suivantes
en accentuant la nuance circonstancielle
de la proposition subordonnée participiale.
1. Alors que les légions étaient arrivées dans
les quartiers depuis quelques jours, un commencement de révolte éclata.
2. Parce que les soldats chargés du bois
avaient été soudainement attaqués, les nôtres
prirent les armes et montèrent sur le rempart.
3. Grâce à la supériorité des cavaliers dans le
combat, nos troupes forcèrent les ennemis à abandonner l’attaque.
4. Comme un entretien avait été arrangé,
Ambiorix s’adressa à deux envoyés romains.
5. Après avoir contrefait l’expression de
son visage, Ambiorix dit qu’il n’avait pas mené
l’attaque du fait de sa volonté propre mais sous la
contrainte de sa nation.
6. Puisque le conseil avait été donné par le
très amical Ambiorix, on quitta le camp au lever
du jour.
D’après César, Guerre des Gaules, V, 26-27.
7 Traduisez ce texte.
Mais les ennemis, avertis du départ de nos soldats
par le bruit et le mouvement de la nuit, avaient, en
se partageant en deux corps, formé une embuscade
dans leurs forêts, dans un lieu caché et favorable à
leur dessein, à deux mille pas environ; et ils attendaient l’arrivée des Romains. Quand la plus grande
partie de nos troupes se fut engagée dans une vallée
profonde, ils se montrèrent tout à coup à l’une et à
l’autre de ses issues, attaquèrent l’arrière-garde, arrêtèrent l’avant-garde, et engagèrent le combat dans la
position la plus désavantageuse pour nous.
Traduction de D. Nisard, César, Guerre des Gaules,
V, 32 (1865).
 Livre de l’élève p. 214
Identifier
1 a. Repérez l’expression du temps.
b. Précisez la tournure grammaticale utilisée.
1. Lucius viginti annos servus fuit.
nom à l’accusatif
2. A pueritia, arithmetica amavit.
préposition + ablatif
3. Domini ratiocinator fuit donec Caius periit.
proposition subordonnée circonstancielle + indicatif
4. Caio mortuo, Lucius libertus fuit.
ablatif absolu
5. Post Caii mortem, Lucius mercator evasit.
préposition + accusatif
6. Ac simul Lucius eam vidit, Tulliam amavit.
proposition subordonnée circonstancielle + indicatif
2 a. Repérez l’expression du temps.
b. Précisez la tournure grammaticale utilisée.
1. Ut Tullia puella fuit, jam in patris popina
laborabat.
proposition subordonnée circonstancielle + indicatif
2. Quotidie ad cibum in forum ibat.
adverbe
3. Tullia popinam lavabat postquam a foro
rediit.
proposition subordonnée circonstancielle + indicatif
4. Deinde fratres sororesque curabat.
adverbe
5. Ex eo tempore Tullia divitem maritum cupiit.
préposition + ablatif
6. Utinam ne caupona umquam fiat !
adverbe
Manipuler
3 Complétez ce texte avec les adverbes
de temps suivants :
antea (auparavant), cras (demain), deinde (ensuite),
hodie (aujourd’hui), mane (le matin), nunc (maintenant), primum (d’abord), tandem (enfin).
Mane, ut Tullia oculos aperit, ancillam vocat :
« Primum me vesti, deinde capillum mihi come,
tandem auro me orna. » Lucio dicit : « Cras Marcellam Beatricemque videbo. Tu, quid facies ? »
Lucius respondet : « Ego cras ad Galliam cedam.
Antea navis onus inspicere oportet ergo ad
portum hodie ibo. »
4. Onere inspecto, il manque une caisse de lampes.
5. Cela se produit saepe, hélas.
6. De media nocte, un voleur a dérobé la caisse.
7. Antequam navis abit, Lucius doit encore faire
charger les provisions.
8. Le bateau cras partira in matutino
ou a matutino.
Traduire
5 Complétez la traduction.
Erratum dernière ligne du texte latin :
eum est remplacé par eos.
prima luce : au lever du jour
cum navem vino oleoque onerarent : lorsqu’ils ont
chargé le navire de vin et d’huile
de media nocte : au milieu de la nuit
velis laceratis : une fois les voiles déchirées
per quinque dies : pendant cinq jours
cum insulam viderunt : quand ils aperçurent une île
duos annos : durant deux années
antequam navis oneraria eos servavit : avant qu’un
navire de commerce ne leur portât secours
6 a. Repérez l’expression du temps.
b. Traduisez.
His constitutis rebus, occursus tempestati
idoneae navigationi tertia fere vigilia solvit
equitesque ire in ulteriorem portum et naves
conscendere et cum se venire jussit. Cum Britannica ora escensioni nequaquam idonea esset,
dum reliquae naves convenirent eo ad horam
nonam in ancoris expectavit. Interim militibus
convocatis, monuit ut legati tribunique omnes
res administrarent.
Ces dispositions prises, César, profitant d’un vent
favorable à sa navigation, leva l’ancre vers la troisième veille, et ordonna à sa cavalerie d’aller
s’embarquer au port voisin et de le suivre. Comme
la rive bretonne n’était nullement favorable pour un
débarquement, il attendit jusqu’à la neuvième heure
que le reste de la flotte le rejoigne. Pendant ce tempslà, une fois les soldats rassemblés, il avertit les légats
et les tribuns d’agir d’eux-mêmes en tout.
Traduction d’après Nisard, d’après César,
Guerre des Gaules, IV, XX-XXXV (1865).
17
L’expression du lieu
 Livre de l’élève p. 216
Identifier
4 Complétez les phrases avec des expressions
de temps formées à l’aide de l’outil grammatical
entre parenthèses et du vocabulaire.
1 Identifiez l’expression du lieu.
Formulez la question latine à laquelle
répond chaque expression.
1. Cum lux venit, Lucius se dirige vers le navire de
transport.
2. Primum, il doit inspecter le chargement.
3. Il compte les amphores et les caisses post onus.
1. Lucius apud sepulcrum ambulabat.
Ubi Lucius ambulabat ?
2. Deinde Tulliae domum venit.
Quo deinde venit ?
119
/ L’expression des circonstances
L’expression du temps
ÉTUDE DE LA LANGUE
16
3. Spectrum per Tulliae aedes ibat.
Qua spectrum ibat ?
4. Puer puellaque unde venit et quo ire potest
cogitant.
Puer puellaque cogitant : « Unde spectrum venit ?
Quo ire potest ? »
5. Sperant spectrum alibi errare proxima nocte.
Ubi spectrum proxima nocte errare sperant ?
2 Repérez les expressions du lieu dans cet extrait.
Lucius de Orpheo somniat. Clarus poeta per
viam quae ducit ad infernas (per muta silentia)
sedes it. Orpheus adspicit inertem Stygem
nebulas exhalare umbrasque recentes descendere illac simulacraque functa sepulcris. Pallor
hiemsque tenent late loca senta. Qua sit iter ?
Qua ducat ad urbem Stygiam ? Ubi sit nigri fera
regia Ditis ? Novi manes ignorant. Lucius territus e somno excitat.
Manipuler
3 Complétez chaque réponse
avec un des compléments de lieu.
quo conjugem suam videre
proposition subordonnée (quo ?)
où il peut voir son épouse.
Per urbem Stygiam Orpheus iter facit.
4. Ex inferis redit.
4 Complétez chaque phrase en latin.
1. Orpheus ad inferos procedit… ubi Eurydices
eum exspectat.
2. In inferis, Orpheus carminibus deis placet.
3. Ad Stygem animae adire debent.
Istinc, flumen transeunt et, si vitam integram
egerunt, in Elysio manent.
4. Orpheus et Eurydices transeunt per Tartarum
ut ex inferis exeant.
5. Quo dei Eurydicem ducunt cum Orpheus eam
abire videt ?
5 Pour chaque expression en gras :
a. Précisez sa nature.
b. Indiquez la question à laquelle elle répond.
c. Traduisez-la.
Erratum Référence.
Lire : D’après Ovide, Métamorphoses, X.
ad Stygiam urbem : groupe prépositionnel (quo ?)
vers le royaume du Styx
Per leves umbras simulacraque : groupe prépositionnel (qua ?)
à travers les ombres légères et les fantômes
huc : adverbe (quo ?)
ici
qua ambulavit : proposition subordonnée (qua ?)
qu’il a traversés
Ex muta loca : groupe prépositionnel (unde ?)
de ces lieux silencieux
120
:
Traduire
6 a. Repérez les expressions du lieu.
b. Traduisez.
Inibi per portas hiantes apparet iter invium,
cui te limine transmeato simul commiseris jam
canale directo perges ad ipsam Orci regiam.
(…) Nec mora, cum ad flumen mortuum venies,
cui praefectus Charon protenus expetens portorium sic ad ripam ulteriorem cumba deducit
commeantes.
D’après Apulée, Métamorphoses, Livre VI, 18-19.
Avance-toi, à travers des portes béantes, un chemin
jamais emprunté apparaît, qui va te conduire en ligne
directe au palais de l’Orcus. […] Bientôt tu arriveras
au fleuve des morts sur lequel règne Charon, exigeant son péage ; car ce n’est qu’à prix d’argent qu’il
passe les arrivants sur l’autre rive.
1. Lucius dormit in cubiculo
2. In scholam it.
3. Erratum Lire : Qua iter Orpheus facit ut Eurydicem
videat ? … Orpheus iter facit.
potest.
18
L’expression de la cause
 Livre de l’élève p. 218
Identifier
1 a. Retrouvez l’expression de la cause
dans les phrases suivantes.
b. Indiquez la tournure grammaticale utilisée.
1. Lucius Tulliam amat quia docta est.
proposition subordonnée circonstancielle
2. Prae Lucii virtutibus divitiisque, Tullia eum
non neglegit.
groupe prépositionnel
3. Lucii pater matrimonium nolit cum puella
pauper sit.
proposition subordonnée circonstancielle
4. Propter amorem, clam patrem Lucius
puellam uxorem ducit.
groupe prépositionnel
5. Ubi rem rescit, pater ut iratus est Lucium
objurgat.
proposition subordonnée circonstancielle
6. Lucius dolens a Roma proficiscitur.
participe présent
2 Retrouvez l’expression de la cause
dans les phrases suivantes.
1. Tu quoniam amoris magna pericula effugisti,
munera Dianae redde.
2. Non quod infidelis essem sed quia amor
omnia timet, lacrimas effundis.
3. Thesea devovi te dimittere nollentem.
4. Te tamen esse Helenen, ut eras pulcherrima,
sensi.
1. Tullia docta est libris lectis.
2. Pater filium objurgat quia Lucius falsum dixit.
3. Tullia lacrimat propter dolorem.
4. Pater Tulliam accusat cum Lucii divitias cupiat.
5. Puellam Lucius uxorem duxit amore.
4 Complétez les phrases avec le verbe manquant,
aux temps et mode indiqués entre parenthèses.
1. Scribens, poeta laetus est.
2. Ut opus perfecit, poeta librum recitat.
3. Cum Tullia recitationem audire cupiat, apud
poetam ire vult.
4. Quod Tullia virum inveniat, Lucius eam exire
abnuit.
5. Quoniam Tullia amicaque poetam audire
multum cupit, Lucius cum eis ibit.
6. Ut recitatio magnifica fuit, auditores poetam
laudant.
Traduire
5 Traduisez les phrases suivantes.
1. Étant donné que depuis son enfance le poète lit
de nombreux poèmes, maintenant il veut écrire
des vers.
2. Parce qu’il récite ses vers, le poète charme
ses auditeurs.
3. Comme ils ont écouté les poèmes, les auditeurs
applaudissent.
4. Comme Tullia veut apprendre la poésie,
elle désire rencontrer le poète.
5. Sous prétexte que son épouse aime un poète,
Lucius est furieux.
6. Parce que Tullia aime la poésie, elle veut se rendre
chez le poète.
6 a. Repérez les expressions de la cause dans le
texte suivant.
b. Traduisez le texte.
Accipe, Dardanide, moriturae carmen Elissae ;
Quae legis a nobis ultima verba legi. […]
Nec quia te nostra sperem prece posse moveri,
Alloquor : adverso movimus ista deo !
Sed meriti famam corpusque animumque
pudicum
Cum male perdiderim, perdere verba leve est.
Certus es ire tamen miseramque relinquere
Didon.
Ovide, Héroïdes, 7, vers 1-2 et 5-9.
Reçois, Énée, la lettre d’Élissa qui va mourir ; ce que
tu vas lire, ce sont les dernières paroles énoncées par
nous. […] Ce n’est pas dans l’espoir de te fléchir par
ma prière, que je t’adresse ces mots : j’y suis poussée
par un dieu qui m’est contraire. Mais après avoir
perdu pour un ingrat le fruit de mes bienfaits, mon
Traduction nouvelle par M. Baudement (1865).
MOTS OUTILS
19
Les prépositions
 Livre de l’élève p. 220
Identifier
1 Repérez la préposition de chaque expression.
Traduisez en vous aidant du dictionnaire.
• ad vesperum à l’approche du soir
• ante ostium stare se tenir devant la porte
• ante lucem surgere se lever avant le jour
• sum apud dominum je suis chez le maître
• extra muros en dehors des murs
• ob eam rem pour cette raison
• intra sex dies en six jours
• post urbem conditam
depuis la fondation de la ville
• praeter legem contrairement à la loi
• a puero depuis l’enfance
• ob oculos devant les yeux
• cum cane ambulo je me promène avec mon chien
• vas ex auro un vase en or
• ex omnium sententia de l’avis de tous
• prae se agere pousser devant soi
• pro muris du haut des murs
• sine ulla spe vivere vivre sans espoir
• nihil novi sub caelo rien de nouveau sous le soleil
2 Dans le texte et sa traduction, repérez
l’équivalent des compléments circonstanciels
soulignés. Attention, l’exercice fonctionne
dans les deux sens !
ex pueris : sorti de l’enfance
ab eis artibus : de ces études
loco : dans cette ville
in ceteris Asiae partibus : les autres contrées de l’Asie
propter tranquillitatem rei publicae :
à l’ombre de la paix dont jouissait l’empire
aux belles-lettres : ad humanitatem
par l’éclat de ses talents : ingeni gloria
dans toute l’Italie : Italia plena
Manipuler
3 a. Lisez ce texte et repérez les compléments
circonstanciels introduits par des prépositions.
b. Répondez en latin aux questions suivantes :
Quo Lucius it ? Quem Lucius audit ?
Cur Cicero Archiam defendit ?
a. Lucius accepit litteras a patre suo. Eum
Ciceronem audire volebat. Lucius cum amico
Romam iit. Circa urbem, clamores audive-
121
/ Mots outils
3 À l’aide de l’outil grammatical
entre parenthèses, complétez les phrases
avec une expression de cause.
honneur, un corps chaste et une aine pudique, c’est
peu de perdre des paroles. Tu as résolu de t’éloigner
cependant et d’abandonner la malheureuse Didon.
ÉTUDE DE LA LANGUE
Manipuler
runt et forum adierunt. Ciceronem pro Archia
poeta causam agere viserunt. Statim, Lucius,
memor patris litterarum, aurem diligenter
attendit. Cicero, clarus orator, innocentem
civem litterarumque studium defendebat.
Apud severissimos judices res agebatur. Cicero,
pro summo poeta atque eruditissimo homine
dicens, quaesivit num in hac causa judicibus
placet de studiis humanitatis ac litterarum
paulo commemorare liberius.
b. Quo Lucius it ? Lucius Romam it.
Quem Lucius audit ? Lucius Ciceronem audit.
Cur Cicero Archiam defendit ? Cicero Archiam
de gravi accusatione defendit.
4 Complétez chaque phrase avec le groupe
prépositionnel suggéré.
1. Lucius et Tullia libros legunt cum magistro.
2. In foro Lucius oratorem audivit.
3. Post actionem, Archias beatam vitam vixit.
4. Per menses, Cicero clarior erat.
5. « In Ciceronis domo », Lucio Tulliaeque ornamenta et signa placent.
En latin, on trouverait aussi : Ciceronis domi (sans
préposition au locatif).
Traduire
5 Traduisez cet extrait.
Erratum Référence.
Lire : Cicéron, Pro Archia, IV, in Œuvres complètes :
Oraisons, t. VII.
En effet, si les préceptes de la morale et l’étude des
belles-lettres ne m’eussent appris dès ma jeunesse que
les seuls biens à désirer dans la vie sont la gloire et
la vertu ; que, pour les acquérir, il faut savoir braver
tous les tourments, tous les dangers de l’exil, toutes
les horreurs de la mort, me serais-je jamais exposé,
pour votre salut, à tant de persécutions cruelles, et aux
attaques journalières des hommes les plus dépravés ?
Traduction de M. De Guerle, Cicéron, Pro Archia, IV, in
Œuvres complètes : Oraisons, t. VII, Panckoucke (1831).
Les conjonctions
de coordination
20
 Livre de l’élève p. 222
5. Prasinae factionis auriga optimus est, ergo
prasina biga vincit. (Conséquence)
6. Heu ! Lucius tres aureos perdidit !
Itaque pignus jam non ponet. (Conséquence)
Manipuler
2 Dans ces phrases célèbres,
retrouvez la conjonction manquante.
1. Non ut edam vivo sed ut vivam edo.
2. Cogito ergo sum.
3. Aut Caesar aut nihil.
4. Dura lex sed lex.
5. Fluctuat nec mergitur.
6. Panem et circenses.
7. Hic et nunc.
8. Senatus populusque Romanus.
9. Et caetera.
10. Nam et ipsa scientia potestas est.
Erratum Dans le manuel, lire scientia.
Traduire
3 Repérez les conjonctions de coordination
puis traduisez le texte.
Spectacula assidue magnifica et sumptuosa
edidit non in amphitheatro modo, verum et in
circo ; ubi praeter sollemnes bigarum quadrigarumque cursus proelium etiam duplex, equestre
ac pedestre, commisit ; at in amphitheatro
navale quoque. Nam venationes gladiatoresque
et noctibus ad lychnuchos ; nec virorum modo
pugnas, sed et feminarum.
Notez que non modo… verum et… / nec modo…
sed et… sont des liaisons redoublées et symétriques.
Il donna constamment de magnifiques et somptueuses représentations dans l’amphithéâtre et dans
le cirque. Outre les courses ordinaires de chars à
deux et à quatre chevaux, il y livra un double combat
d’infanterie et de cavalerie. À l’amphithéâtre, il y eut
même une bataille navale. Les combats de bêtes et
de gladiateurs avaient lieu la nuit aux flambeaux, et
l’on y faisait lutter non seulement des hommes, mais
encore des femmes.
Traduction de M. Baudement, Suétone,
Vie de Domitien, 4 (1845).
Identifier
1 Repérez les conjonctions de coordination
et précisez leur valeur.
1. Lucius domo cessit, nam Circum Maximum
petit. (Cause)
2. Hodie enim bigarum cursus instant. (Cause)
3. Ideo ad Circum festinat. (Conséquence)
4. Apud Circum tamen consistit ; nam in
popina pignus cum caupone ponit.
(Opposition ; cause)
122
21
Les négations
 Livre de l’élève p. 223
Erratum Schéma : 1 cartouche rose
Lire : Négations simples : non (non, ne … pas)
er
Identifier
1 Identifiez les formes négatives.
1. Lucius haud scit an cursus incepta sit.
3. introduit une complétive
4. cause
5. exclamation
Manipuler
ut sol occasus est : temps
cum modico comitatu : accompagnement
cum luminibus extinctis decessisset via : cause
Traduire
3 Repérez les négations et traduisez.
Erratum Consigne : Repérez les négations et traduisez.
Circenses erant : nihil novum, nihil varium.
Milia virorum videre cursus cupiunt. Si tamen
isti velocitatem equorum aut hominum artem
amarent, esset ratio non nulla ; colores nunc
amant neque equis favent. Capio aliquam
voluptatem, quod haec voluptas non me capit.
D’après Pline le Jeune, Lettres, IX, 6.
C’étaient les jeux du cirque : rien de neuf, rien
de varié. Des milliers d’hommes désirent voir les
courses. Si cependant ceux-là appréciaient la vitesse
des chevaux ou le talent des hommes, (ce ne serait
pas avec nulle raison) il y aurait quelque raison ;
mais aujourd’hui ce sont les couleurs qu’ils aiment
et ils ne s’intéressent pas aux chevaux. Je prends
quelque plaisir à ce que ce plaisir ne me (prenne)
possède pas.
* On notera la double négation non nulla : quelque.
22
Cum et ut
 Livre de l’élève p. 224
Identifier
1 Indiquez, dans chaque phrase,
la nuance de cum.
1. accompagnement
2. cause
3. temps
4. temps
5. cause
2 Indiquez, dans chaque phrase,
la nuance de ut.
1. but
2. conséquence
3 Repérez la nuance de cum ou de ut
dans ce texte.
Erratum Dans le texte, iter et ingressus est ne sont
pas en gras.
Manipuler
4 Complétez chaque phrase en traduisant
la partie en français.
1. Milites castris procedunt cum impedimentis.
2. Cum diu legio processit, dux agmen
constituit.
3. Cum Lucius quiesceret, duas legiones ad
flumen pervenire vidit.
4. Ut flumen dux asdpicit, pontem facere
militibus jubet.
5. Legiones iter faciunt cum multis servis qui
alimenta coquunt armaque curant.
5 Complétez chaque phrase en traduisant
la partie en français.
1. Milites castris procedunt ut hostes
oppugnent.
2. Cum milites laborent, dux agmen aperta et
plane ripa constituit.
3. Caesar imperat ut legiones ad planam ripam
maneant.
4. Flumen tam altum est ut milites pontem
faciant.
5. Legiones peregrinantur ut servi qui alimenta
coquunt armaque curant.
Traduire
6 Complétez la traduction.
Erratum l. 8, latissimum flumen.
[…] ut, cum primi eorum cecidissent, proximi
jacentibus insisterent atque ex eorum corporibus pugnarent
[…] que, dès qu’il tombait des soldats aux premiers
rangs, les plus proches prenaient leur place et combattaient de dessus leurs corps
[…] ut ex tumulo tela in nostros conicerent et
pila intercepta remitterent : ut non nequiquam
tantae virtutis homines judicari deberet ausos
esse transire latissimum flumen
[…] comme d’une éminence, leurs traits sur les
nôtres, et nous renvoyaient nos propres javelots. II
n’y avait plus à s’étonner que des hommes si intrépides eussent osé traverser une large rivière
Traduction sous la direction de M. Nisard, César,
Commentaire sur la guerre des Gaules, II, 27,
© Les Belles Lettres (1865).
123
ÉTUDE DE LA LANGUE
2 Mettez les phrases en latin à la forme négative.
1. Lucius centum aureos non meruit.
2. Hic in popinam iit nec vinum bibit.
3. Lucius equorum cursibus pecuniam
numquam tollit.
4. Is ad Circum non ibit jam.
5. Russata factio cursum nondum vicit.
6. Nemo ad Circum venit.
/ Mots outils
2. Circus nondum plenus est.
3. Venetae factionis novus auriga numquam
vicit.
4. Equi currunt nec cadunt.
5. Auriga equos non verberat.
6. Lucius russatam factionem jam non eliget.
7. Nullum equum verberant.
Conception : Katy Laïc
Mise en pages : Sylvie Lavaud
Édition : Laure Ozon-Grisez
Téléchargement
Explore flashcards