Telechargé par pierrealberthayen

LA VACHE QUI TRANSFORMA UN PRISONNIER EN UN MEDITANT VEGETARIEN - MERCINI SHERATT

Par Mercini Sheratt
‘’Il est un fait que les plantes ont une vie, comme les animaux. Mais les
animaux sont doté d’un mental et d’un système nerveux, ce qui n’est pas
le cas des plantes. Les animaux crient et pleurent, lorsqu’on les tue.’’
Sri Sathya Sai Baba, The Avatar of Love
Sathya Sai Baba nous incite à devenir végétariens pour des raisons multiples, mais
dans cet article, je me concentrerai uniquement sur celle liée à la souffrance des
animaux que les gens mangent et de la cruauté que cela implique. Ceci en soi est une
raison suffisante pour s’en abstenir. Comme il nous le dit :
‘’Lorsque vous tuez un animal, vous le faites vraiment souffrir. Dieu est
dans chaque créature. Comment alors pouvez-vous la faire souffrir
ainsi ? Si on bat un chien, il hurle, car il souffre vraiment. Quelle
souffrance supplémentaire alors quand on tue ?’’ (John Hislop,
Conversations with Sathya Sai Baba)
Nous savons maintenant que les animaux de
ferme, comme toutes les autres créatures, sont
des êtres vraiment sensibles qui éprouvent une
vaste gamme d’émotions, comme les humains, et
qui peuvent souffrir beaucoup. Par exemple, les
vaches sont des créatures très émotives, même si
elles sont extérieurement placides. Elles souffrent
vraiment, lorsqu’on leur arrache leurs bébés
après seulement quelques jours. Elles ont des
amies proches pour la vie et peuvent même se
montrer rancunières pour la vie à l’égard d’autres
vaches ou d’humains qui les ont maltraitées ! On
sait que les cochons sont très intelligents, sensibles et très affectueux. On peut
facilement les dresser. Qui se souvient de Babe, le cochon devenu berger ? Quant aux
moutons, aux chèvres, aux poulets et aux dindes, ils sont tout aussi intéressants,
même si certains peuvent trouver cela difficile à croire…
Même les poissons possèdent des nocirécepteurs et un système nerveux, comme les
humains et alors qu’on croyait qu’ils ne souffraient pas, on sait à présent que c’est
atrocement douloureux pour eux lorsqu’on les hisse en dehors de l’eau et qu’on les
laisse mourir à l’air libre. Pour en venir aux thons, veuillez considérer qu’il ne faut pas
faire totalement confiance aux étiquettes qui mentionnent ‘’sans risques pour les
dauphins’’, parce que beaucoup de dauphins et particulièrement des bébés dauphins
meurent toujours à cause de la pêche au thon. Parce que ce sont généralement les
bébés qui se prennent dans les filets de pêche, les mères les suivent à l’intérieur. Des
pêcheurs ont rapporté qu’on pouvait entendre les mères chanter pendant qu’ils
mourraient lentement.
L’élevage industriel des animaux provoque suffisamment de souffrance et leur fin
violente dans un abattoir est trop horrible et trop déchirante pour être décrite. Tant
que l’on mange des animaux, on contribue à causer leur souffrance et on doit donc
porter une part du poids de ce karma.
‘’PRENEZ LE FAIT DE MANGER DE LA VIANDE. BEAUCOUP DE GENS
TUENT DES ANIMAUX, PARCE QUE VOUS N’ÊTES PAS VÉGÉTARIENS.
VOUS ÊTES RESPONSABLES DE LA MORT DE CES ANIMAUX. ON LES
TUE, PARCE QUE VOUS LES MANGEZ. C’EST UN PÉCHÉ ! QUEL PÉCHÉ
DE TUER DES ANIMAUX INNOCENTS ET DE LES MANGER !’’ (Sathya
Sai Baba, discours du 21/11/1995)
Pour ceux qui trouvent difficile de renoncer à manger de la viande - et c’est
parfaitement compréhensible si ces personnes ont été élevées et nourries sur la base
de ce régime depuis leur naissance – cela aide de se souvenir que la viande qui se
trouve maintenant sur votre assiette était, il n’y a pas si longtemps, une créature
sensible et terrifiée qui gigotait et qui luttait désespérément pour échapper à la mort
imminente et qui souffrait l’agonie vers son ultime voyage. Lorsqu’on mange
habituellement ce type de nourriture, il est très facile d’être désensibilisé par cela.
Cela aiderait également de se souvenir que les animaux éprouvent les mêmes
émotions que nous et de prendre à cœur l’histoire vraie suivante rapportée dans ‘’To
Kill Cow Means To End Human Civilization (Tuer les vaches signifie la fin de la
civilisation humaine)’’ par le Dr Sahadeva Dasa du Mouvement Hare Krishna.
Un moine bouddhiste qui enseignait la méditation dans une prison en Australie eut la
surprise un jour de voir un prisonnier à l’air imposant et redoutable et connu pour
des faits de violence venir apprendre la méditation. On aurait dit le candidat le plus
improbable qui soit ! Mais sa vie avait été totalement bouleversée et voici comment :
il avait travaillé dans l’abattoir de la prison et il tuait quotidiennement une grande
quantité de vaches, de moutons et de porcs.
Ces créatures pleuraient, gémissaient et criaient et tentaient désespérément de
s’échapper dès qu’elles arrivaient à l’abattoir. Elles savaient ce qui allait advenir et il
était difficile de bien viser et d’être précis avec elles, parce que leur terreur et leur
angoisse ne leur permettaient pas de rester immobiles. Mais un jour, une certaine
vache s’avança lentement, à dessein et volontairement jusqu’à l’endroit fatidique avec
la tête baissée et sans tenter le moins du monde de s’échapper. Elle se tint là, en
silence, puis elle leva la tête et elle regarda fixement son bourreau sans bouger.
Complètement décontenancé, le boucher la fixa à son tour, dans l’incapacité
d’agir…Le regard de la vache ne cilla pas et tandis qu’il la fixait, il remarqua que son
œil gauche se remplissait de larmes. Les larmes augmentèrent et elles coulèrent le
long de sa joue en formant une rivière de larmes luisantes. Puis, il constata que le
même phénomène se produisait avec l’œil droit. La vache était en train de pleurer !
C’est alors qu’il craqua et que lui-même se mit à pleurer. Il fut dans l’incapacité de
tuer la vache et pour faire bref, il devint végétarien à partir de là. Les pleurs de la
vache avaient totalement bouleversé sa vie.
Comme le dit Sathya Sai Baba :
‘’Tout ce qui est vivant tente de le rester. Aucun être vivant ne voudrait se
livrer comme nourriture pour un autre être vivant. Les animaux, les
oiseaux et les poissons ressentent aussi le désir de vivre, comme les
humains. Eux aussi lutteraient, crieraient et éprouveraient de la douleur
en étant blessés tout comme nous le serions si nous étions capturés et
menacés de mort. La seule différence,
c’est que les animaux ne peuvent pas
exprimer verbalement et nous dirent
l’angoisse qu’ils ressentent. On a
rapporté que des porcs qui sont abattus
crient d’une manière similaire aux
humains.’’ (Summer Showers, May 1996)
Et pour conclure :
‘’La violence est mauvaise sous
n’importe quelle forme et tuer des
animaux innocents, c’est de la
sauvagerie criante.’’ (Sathya Sai Baba,
discours du 24 novembre 1994)