Telechargé par kimyousra

RAPPORT DE STAGEaa

publicité
REMERCIEMENT
Avant d’entamer mon rapport de stage, je tiens à exprimer toute ma
reconnaissance et gratitudes à :
 Mr LAAYACHI KHYI
soutien et
et pour la collaboration, l’appui, le
l’encouragement tout au cours de toute la période
du stage et à tout les personnels du cabinet qui m’a aidé par
ses conseils pour que mon stage se passe dans les meilleures
conditions possibles.
 Un grand merci ainsi envers tous mes formateurs pour avoir
voulu nous faire profiter de leur savoir et leurs enseignements
durant toute la durée de notre formation, ainsi que pour toute
l’aide morale et matérielle dont ils nous ont fait bénéficier.
 Je témoigne mes sincères remerciements
à
Mme
BOUCHAAL HANANE. qui a préoccupée d’améliorer et
enrichir mes connaissances grâces à ses efforts et ses conseils.
 Enfin, je tiens à remercier tous ceux qui ont, de prés ou de
loin, contribué au bon déroulement de ce projet.
Sommaire
Introduction ……………………………………………………………………………………………………3
Première phase : implantation
1.Définition de l’implantation……………………..…………………………..……..6
2.Les principes de l’implantation.………………………………..……………….6-7
3.Les techniques de l’implantation ………….…………..………………..…7-10
Deuxième phase : fondation
1.
2.
3.
4.
Plan de fondation …………………………………………………………………………12
Définition ……………………………………………………….……………………………..12
Les types de fondation………………………………………………..……………12-17
Les éléments de fondation………………………………………………………..18-19
 Poteau ……………………………………………………………….……….18
 Poutre …………………………………………………………………..…….18
 Chainage ………………………………………...……..19
 longrine …………………………………….……….….19
troisième phase :
Plan de béton armé de RDC
1. définition………………………………………….………… …………………… ……….…..20
2. plan de béton armé de RDC……………………………………………………………..20
3. les éléments de plan ………………………………………..………………………..21-22
 les hourdis …………………………………………………………….21
 La dalle de béton……………………………………………………21
 Les escaliers………………….……………………………………….22
Quatrième phase
: Plans de béton armé de 1
er
étage et
2eme étage
1. les plans de coffrage de 1ER et 2eme étage ……………………………………………23-24
2
2 .les encadrements porte et fenêtre…………………………………..………..………….25-26
 Linteau…………………………………………………………………..27
 Jambage…………………………………….…………………….…….27
 Appui……………………………………………………..………………27
Conclusion
3
Introduction :
Ce stage constitue pour le stagiaire une étape indispensable aussi bien pour
Contacter le domaine de génie civil que pour concrétiser
Le bagage théorique qu’il a pu acquérir durant sa formation.
Il représente par ailleurs un véritable trop plein pour lier et maîtriser les
deux méthodes : savoir et savoir faire.
Ce présent rapport donne au début: la première étape pour construire un
projet sur terrain c’est l’implantation, et après il traite d'une façon détaillée les
différents travaux effectuée durant la période du stage.
4
Objectif du stage :
Les objectifs du stage sont d’acquérir des compétences principalement
Pratiques telles que :
 Connaitre les différents étapes de concrétisation d’un projet de réalisation
depuis le Choix de terrain, Réalisation d’ouvrage et enfin réception
définitif.
 Réaliser le plan d’un ou de plusieurs éléments du projet en respectant la
normalisation et les règles du dessin technique.
 Apprentissage du dessin aux instruments et à l’aide de l’outil
Informatique (Auto-cade, Archi-cade……etc.)
 Familiarisation avec la lecture des plans et les conventions graphiques.
 Acquisition d’un vocabulaire de base et de connaissances techniques
élémentaires en rapport avec le domaine de la construction.
 Connaître les matériaux et leurs principales caractéristiques.
 l’établissement de dossiers des plans simples et le suivi de chantiers.
 Interpréter des éléments constitutifs et les situer.
Connaitre les différents travaux et les activités de l’entreprise
5
Première phase : implantaion
Définition :
L’implantation : est l'art de passer du plan, qu'il soit informatisé ou papier, au
terrain. Il s'agit de matérialiser sur le terrain le tracé, l'axe ou les limites d'un
projet informatique ou papier (route, maison…).
Les principes de l’implantation :
 Avant de réaliser une implantation, il faut d’abord avoir en main le
plan de fondation.
 Les cotations doivent être précises et justes pour faciliter leur report
sur le terrain,
 Les axes d’implantation doivent être clairs de façon à définir une
seule référence sur le terrain.
 Les coordonnées des points à implanter peuvent être calculées au
préalable et transférées dans un tachéomètre ou un GPS différentiel
pour faciliter le travail sur le terrain.
 L’orientation des supports est présentée sur ce plan, il faut toujours
prendre un repère ; par exemple : un angle sur une façade de la
maison indique le point de départ des plots en béton, sa situation,
son angle d’orientation, etc.
 Les positions des chaises d’implantation, reportées sur le plan,
tiennent compte du terrassement et surtout de la circulation sur le
6
chantier. Ces chaises sont positionnées à environ 1,5 à 2 m des
fouilles à réaliser de façon à ce qu’elles restent en place jusqu’à la
fin des travaux.
Les techniques d’implantation :
Mise en place des deux premiers piquets de repère
Figure1 : Mise en place des deux premiers piquets (jalons) de repère
Les plots sont distants de 6m suivant son axe de centre
7
Mise en place des chaises
Figure2 : Les éléments d’une chaise
Une chaise est composée de :
1 : une planche de repère : bien à l’horizontal, la longueur de cette planche est
au moins égale au triple du diamètre de plots en béton.
2 : deux piquets pointus
Placer les deux premières chaises
Figure3 : Placer les deux premières chaises
8
Les piquets des chaises sont donc enfoncés profondément dans le sol à l’aide
d’une massette. Ils sont renforcés par un patin de béton à ses pieds. Le but est
d’assurer la stabilité de l’ensemble, si vous jugez que le sol est assez dur et ne
sera pas dérangé par de gros engins, vous pouvez vous arrêter au battage des
piquets.
La règle principale pour les chaises est que les planches doivent être toutes à un
même niveau, sinon les distances vont être faussées. Les chaises doivent aussi
être perpendiculaires aux axes pour faciliter la prise des largeurs des fondations
(Les professionnels ont "le compas dans l’œil" pour cela mais on peut s’aider
d’une équerre au départ). Comme votre terrain ne sera certainement pas à
niveau, voilà comment procéder.
Report des cordeaux d’implantation sur les chaises
Figure4 : Reporter les cordeaux sur les chaises
Vous devez être deux personnes pour cette étape. Tendre un cordeau
suffisamment long passant sur deux piquets jusqu’aux deux chaises opposées et
planter des pointes 60 à ces repères. Fixer ensuite un cordeau sur ces pointes.
9
Revérification des dimensions
Après la mise en place de tous les cordeaux, revérifier toutes les dimensions et
les équerrages du rectangle à l’aide d’un mètre ruban et de la méthode 3-4-5
ainsi que l’égalité des diagonales. Attention, il ne faut pas déplacer ni déformer
les chaises si les mesures ne sont pas correctes. Il suffit juste de recaler les
pointes au niveau des chaises.
10
Deuxième phase : fondation
Toute structure a besoin d’une bonne base pour ne pas s’effondrer, c’est pour
cela qu’une fondation fait office de relais entre la structure et le sol. Elle est
comprise dans l’élément architectural d’un bâtiment et a pour rôle de s’opposer
au tassement et aux infiltrations des eaux, assure la transmission des charges et
les répartissent dans le sol
figure5 : fondation
11
Définition :
 Une fondation: se définit comme la partie d'un bâtiment ou d'un ouvrage
de travaux publics qui assure la transmission dans le sol des charges
(poids propre, forces climatiques, sismiques et charges d'exploitation) de
celui-ci.
On peut retrouver trois principaux types de fondation qui sont :
 la fondation superficielle
 la fondation profonde
 la fondation spéciale
• Fondations superficielle:
C’est-à-dire de faible profondeur sont utilisées lorsque :
o Le sol capable de la portance nécessaire se trouve à
profondeur.
o La résistance des couches au cisaillement est suffisante.
o La déformabilité du sol est faible.
On distingue deux types de fondations superficielles :
 Semelle isolée
 Semelles filantes
12
faible
• Semelle isolée : qui sont les fondations de poteaux
Figure6 : semelle isolée
• Semelles filantes : qui sont les fondations des murs, surtout les murs en
parpaings et les voiles. Les semelles filantes servent à répartir les charges
sur une plus grande surface afin que l’ouvrage ne s’enfonce pas dans le
sol
Figure7 : semelle filants
13
Inconvénients
Avantages
o La mise en œuvre de ce type de
o Les fondations sont limitées en
fondation est simple
terme de dimension
o Faible coût
o Elles sont utilisées pour les
constructions légères situées sur
un bon terrain
•
fondation profonde:
Son utilisation est requise lorsque le sol résistant se trouve à une très
grande profondeur ou dans le cas d’une structure très importante.
Figure8 :fondation profonde
Avantages
Inconvénients
o Prête à l’emploi
o Coûteuses
o Rapide
o Nécessite des matériels
spéciaux pour la mise en œuvre
14
Fondation spéciale : On peut trouver trois types de fondation spéciale :
o fondations sur radier général
o fondations par congélation
o fondations dans l’eau après épuisement
• La fondation sur radier général : est utilisée lors de la construction sur
un terrain compressible dont la résistance insuffisante contraint d’établir
des semelles de très grandes largeurs.
figure9 :radier général
• La fondation par congélation : est utilisée dans le cas de forage de puits
de fondation dans des terrains suffisamment poreux.
15
figure10 :fondation par congélation
• La fondation dans l’eau après épuisement : ce type de fondation est
employé pour les travaux dans les rivières et les fleuves.
Figure11 : La fondation dans l’eau après épuisement
16
Avantages
Inconvénients
o Sérénité de l’ouvrage
o Très coûteux
o Sécurité des usagers
o Nécessite l’utilisation des
matériels spéciaux et d’ouvriers
spécialisés
17
Les éléments de fondations :
• Un poteau: est un organe de structure d'un ouvrage sur lequel se
concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure
Figure 11:détails des poteaux sur le plan se béton armé
• une poutre: élément de construction dont la longueur est très supérieure à
ses autres dimensions, employé dans de nombreux types de structures, tels
que bâtiments, charpentes, ponts .
Figure12 :la mise en place des poutres
18
• Chaînage: Armature en métal ou en béton armé ceinturant un bâtiment
pour prévenir tout écartement des murs.
Figure13 : chainage
 Une longrine: est un élément de structure ayant la forme d'une poutre et
orientée horizontalement, supportant des forces mécaniques importantes
figure15 : propriétés de
longrine sur le plan de béton armé
Figure14 : longrine
19
Troisième phase : Plan de béton armé de RDC
Définition de plan de béton armé :
Un plan de coffrage ou un plan d'exécution est un dessin technique préparé par
un bureau d'étude en génie civil, c'est un document de référence qui permet
l’exécution de l’ossature de l’ouvrage
Figure16 : plancher d’hourdis sur RDC
20
Les éléments de plan :
 Les hourdis : ce sont des modules préfabriqués, de différentes épaisseurs,
qui s'installent entre les poutrelles
Figure17:coupe type d’hourdis
• La dalle béton : elle est aussi appelée dalle de compression ou table de
compression. Elle est coulée une fois la mise en place du ferraillage
nécessaire au plancher effectuée.
21
• Les escaliers : L’escalier est une construction architecturale constituée
d'une suite régulière de marches, les degrés, permettant d'accéder à
un étage, de passer d'un niveau à un autre en montant et descendant
Figure 18:détails d’ escalier
Figure 19:coupe sur escalier
22
Quatrième phase : Plan de béton armé de 1er étage et 2éme étage
1. les plans de coffrage de 1er et 2eme étage :
figure20 : : plancher d’hourdis sur 1er
23
étage
figure21 : plancher d’hourdis sur 2eme étage
24
Encadrement porte et encadrement fenêtre :
L’emplacement des ouvertures : vous allez effectuer les réservations nécessaires
lors du montage des murs de façade. Qu’il s’agisse des linteaux, jambages ou
seuils, soit vous les coulez sur place soit vous utilisez des éléments préfabriqués,
le tout étant d’avoir un résultat impeccable et super costaud. Car il s’agit quand
même de supporter tout le poids de la maçonnerie située au-dessus des
encadrements !
25
Figure22 : encadrement fenêtre
figure23 :encadrement porte
26
Figure24 :encadrement fenêtre
 Le linteau : est un élément architectural qui sert à soutenir les matériaux
du mur au-dessus d'une baie, d'une porte ou d'une fenêtre. Le linteau peut
servir de base à un tympan et un arc de décharge peut être placé au-dessus
du linteau pour reporter le poids du mur au-dessus sur les jambages et
décharger ainsi le linteau.
Le plus souvent en pierre, béton armé ou métal, mais aussi en bois
 Jambage :un système de renforcement d'une charpente, bois ou métal,
visant à soulager les articulations se trouvant à l'aplomb des appuis par
une poutre oblique;
 Un appui de fenêtre est une pièce maçonnée préfabriquée ou coulée en
place, installée au-dessus de l'allège, destinée à supporter la traverse basse
du dormant de la fenêtre tout en évacuant l'eau de la baie à l'extérieur sans
ruisseler sur la façade. Au Québec l'appui est souvent appelé à tort allège.
27
Conclusion :
Ce stage est pour moi l’occasion de valider ma formation et mes
compétences au sein d’un établissement de haut niveau, d’acquérir de
bonnes connaissances et de développer une solide compétence dans le
domaine de dessin de bâtiment.
Le stage, est le meilleur moyen au stagiaire de pouvoir faire valoriser ses
capacités, en s’intégrant à l’environnement du travail et à pouvoir
communiquer avec d’autres gens, des hommes d’affaires, des cadres et
autre, mais surtout qu’il puisse montrer à lui-même ce qu’il vaut, est-il
compétent ou pas ? Pour moi ce stage est à 100% instructif, car il me
permet de connaître de nouvelles choses, qu’elles soient bonnes ou
mauvaises.
28
Téléchargement
Explore flashcards