Telechargé par elhafianenabil9

147701291-Rapport-Fabrication-Des-Carreaux-ZOUIHAR-Mohammed

publicité
UNIVERSITE CADI AYYAD
ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES DE SAFI
AU : 2012/2013
Rapport d’étude sous le cadre du cours des procèdes céramiques
pour la 4éme année GPMC :
Fabrication des
carreaux
Réalisé par :
 ZOUIHAR Mohammed
Professeur Responsable :
 M.NIBOU
Fabrication des carreaux
SOMMAIRE
INTRODUCTION…………………………………………………………………………………………….…….2
FABRICATION DES CARREAUX………………………………………………………………………….…….4
I)
Matières premières…………………………………….………………………….…….4
1. Argile ………………………….…………………...…………………….……..4
2. Kaolin………………………….………………………………………….…….4
3. Matières non plastiques ………………………….…………………..….……..5
4. Matières premières pour émaux et couleurs…………………………….……..5
II)
Procédé de fabrication………………………….……………………………..….…….5
1. Préparation de la matière première………………………….……….….……..6
2. Pressage des carrelages………………………….…………………..….……..6
3. Nettoyage………………………….…………………………………….……..6
4. Séchage………………………….……………………………………….……...7
5. Emaillage…………………………………………………………….…………7
6. Cuisson………………………….……………………………………….……...8
7. Contrôle………………………….………………………………….….……….8
8. Mise en carton et en palette………………………….……………..….……….8
III)
Classification ………………………….……………………………………….………9
1. carreaux vitrifiés très peu poreux non émaillés…………………….…………9
2. carreaux vitrifiés très peu poreux émaillés………………………..….……….9
3. carreaux poreux non émaillés………………………….……….……….……..9
4. carreaux poreux émaillés………………………………………...…………….9
IV)
Domaine d’emploi………………………….……………………………….………….10
1. pour revêtement de sol posé en extérieur………………………….………….10
2. pour revêtement de sol posé en intérieur………………………….………….10
3. pour revêtement mural extérieur………………………….…………………..11
4. pour revêtement mural intérieur………………………….…………………..11
L’INDUSTRIE DES CARREAUX AU MAROC………………………….……………………………….……..12
I)
II)
III)
Historique………………………….……………………………….…………………..12
Position du Maroc dans l’industrie des carreaux………………………….………….12
Performance des fabricants………………………….………………………………...14
1. La disponibilité de la matière première………………………….……………14
2. La production………………………….……………………………….……...14
CONCLUSION………………………….…………………………….……………………………….…………..16
ANNEXES………………………….…………………………….……………………………….……………….17
BIBLIOGRAPHIE…...…………………….…………………………….……………………………….……….19
Rapport / Page 1
Fabrication des carreaux
INTRODUCTION
La céramique est une invention qui remonte à la nuit des temps. Du grec ancien «keramikos
», elle désigne la confection des objets fabriqués en terre argileuse qui ont subi une
transformation physico-chimique irréversible au cours d’une cuisson à température élevée.
Ce mélange de matières naturelles n’a jamais perdu de son actualité, tant ses propriétés et
possibilités d’application ont fait leurs preuves. Par ailleurs, les fabricants et fournisseurs
s’efforcent de produire des revêtements intemporels, ce qui explique en partie ce succès
durable.
Parallèlement, l’industrie de la céramique au Maroc est née au début des années ’70 et s’est
développée en forme et intensité différenciée sur trois directrices principales: la poterie, les
sanitaires et les carreaux céramiques.
j
.
KJ
fabrication au Maroc
carreaux
sanitaires
béton
JJHJH
Figure 1 : fabrication des pièces céramiques au Maroc
JKH
Pour ce qui concerne la poterie industrielle il n’y a pas grand-chose à dire car, à ce jour, il
existe une seule usine de cette production: la Cocema. Le produit est assez simple et absorbé
en grande partie parle marché intérieur.
jnjn
L’industrie des sanitaires est plus significative avec quatre établissements appartenant à des
groupes internationaux qui ont trouvé au Maroc un bon niveau de main d’œuvre et une
position intéressante au point de vue logistique. Presque la moitié de la production est
exportée vers l’Europe, les USA et l’Afrique du Nord.
,
kkknknlkl,l,lnln
D’une autre coté, ces dernières années, les carreaux traditionnels ont subi une véritable
révolution en matière de couleurs, de motifs et de traitements de surfaces. Ces derniers,
Rapport / Page 2
Fabrication des carreaux
désormais le produit essentiel de plusieurs fabricants, ont le monopole sur la consommation
des pièces céramiques vue qu’ils s’adaptent aux locaux et aux mobiliers en tenant compte de
leurs formes, leurs dimensions et de leurs domaines d’utilisations, ainsi aux éléments de
décoration, en particulier pour l’immense choix des teintes, devant lequel le consommateur
n’a que l’embarras de sélectionner la nuance qui conviendra le mieux à son aménagement
intérieur.
Ces derniers font le thème du présent rapport, qui se divise en 2 grandes parties, une qui
détaille le procédé de fabrication des carreaux céramiques, leur classification et leur mode
d’emploi, et l’autre s’intéresse à l’industrie des carreaux céramique au Maroc.
Rapport / Page 3
Fabrication des carreaux
FABRICATION DES CARREAUX
I.
Matières premières
1) Argiles :
L’argile, par la nature colloïdale de ses particules de silicates, développe, en présence d’eau,
des propriétés spécifiques permettant le façonnage par :
 coulage (comportement rhéologique des suspensions aqueuses, cohésion
et plasticité des tessons formés) ;
 calibrage, étirage, pressage en pâte molle (cohésion et plasticité)
 pressage unidirectionnel (cohésion des masses granulées à faible teneur
en eau).
Il est souvent nécessaire de procéder à l’ajout de particules non colloïdales aux argiles
(matériaux « dégraissants ») afin de maîtriser les propriétés du matériau lors du façonnage et
du séchage.
C’est la cuisson, par les transformations physico-chimiques qu’elle entraîne, qui développe
les propriétés finales du produit, à savoir sa solidité et son inaltérabilité. Si les argiles
grésantes conduisent à des produits non poreux, la présence de dégraissants altère cette
action, obligeant à l’ajout de fondants.
Au sein de l’argile on peut trouver différentes composants :
Argile
.Silice
.Minéraux micacés
.Calcaires
. Composés ferrugineux
. Matières organiques
2) Kaolins
Ils proviennent généralement de l’altération des feldspaths de roches granitiques. On trouve
deux types de gisement.
 Gisement in situ
La roche est altérée sur place : Massif armoricain, Massif central.
 ¦ Gisements sédimentaires
Les éléments de l’altération se sont déposés au voisinage des massifs d’origine.
Le plus souvent, le kaolin est associé aux autres matériaux détritiques dans des
gisements de sables kaoliniques que l’on trouve en bordure du Massif central et dans
la Drôme. Outre les importants gisements de Bretagne et du centre de la France,
Rapport / Page 4
Fabrication des carreaux
3) Matières non plastiques
De façon plus usuelle, on les dénomme dégraissantes. Suivant la morphologie et la taille de
leurs particules, elles modifient les propriétés des argiles. Elles diminuent la plasticité tout en
rendant le matériau moins sensible au séchage.
Selon la température de cuisson, une partie de ces matières premières peut participer au
développement de la phase vitreuse, sinon le contrôler. Dans cette optique, on les désigne
sous le terme de fondants.
Matières non plastiques
. Feldspaths
.Silice
.Dolomie
.craie
.talc
.Chamottes
.Verres
4) Matières premières pour émaux et couleurs
 Émaux
Ce sont des verres dont les propriétés permettent un accord parfait avec le tesson sur lequel
ils sont appliqués. Ils sont élaborés à partir de certaines des matières précédemment citées, à
savoir silices, feldspaths, craies, kaolins choisis parmi les qualités les pluspures.
Pour des basses températures de cuisson, des fondants plus énergétiques sont utilisés (borax,
carbonate de soude, composés du plomb) qui, étant soit solubles dans l’eau, soit nocifs à
l’état libre, nécessitent la réalisation, au préalable, d’un verre (fritte) les contenant sous une
forme stable.
 ¦ Colorants
Les pigments colorés fabriqués par des firmes spécialisées sont des composés métalliques
plus ou moins complexes. Citons les sels de cobalt (bleu), les composés du chrome (vert), du
fer (jaune-ocre ou brun-rouge), les composés zircone-yttrium (jaune), zircone-vanadium
(bleu).
II.
Procédé de fabrication des carreaux céramiques
Figure 2 : étapes d’élaboration des carreaux céramiques
Rapport / Page 5
Fabrication des carreaux
1) Préparation de la matière première
Le mélange de matière première passe dans un broyeur qui réduira
en pâte humide (barbotine) de grains plus ou moins fins en fonction
du type de produit le mélange de terre et de matières premières.
Figure 3 : broyeur du mélange
La barbotine est introduite dans des buses placées à l'intérieur de la
chambre de séchage, au moyen d'une pompe à piston à haute
pression ajustable. A l'extrémité des buses, la barbotine est nébulisée
en fines particules et tombe dans un contre courant d'air chaud qui
vient du générateur. De cette manière le séchage est presque
immédiat et la poudre formée tombe au fond où elle est évacuée par
une vanne tournante. L'air humide est aspiré par un ventilateur à
travers un groupe de cyclones, où les petites quantités de poudre fine
qu'il contient encore sont collectées, puis l'air est rejeté dans
l'atmosphère au travers de filtres.jfjjdkjjkhfjhfdkjhdjhdjhdhfjhfhfhjkf
La poudre peut être obtenue à la granulométrie et humidité résiduelle
requises, en réglant la pression de la pompe, le diamètre des buses, la
température et le débit de l'air.
Figure 4 : buse placé à l’intérieure de la
chambre de séchage
2) Pressage du carrelage
La poudre obtenue lors de l'atomisation et injectée dans un moule qui
lui donnera le format désiré. A l'intérieur du moule la presse agit avec
une charge qui peut aller jusqu'à 5000 tonnes.
La plaque ainsi obtenue à déjà une résistance qui peut lui permettre
d'être transportée et de passer aux différentes étapes de la fabrication.
Figure 5: moule destiné au pressage
3) Nettoyage
Le ramasseur de presse a la fonction de réceptionner les carreaux qui sortent du moule de la
presse, de les parachever, basculer, brosser puis de les envoyer à la phase successive de
séchage.
Il est constitué d'un tapis roulant mobile et emboîtable avec commande mécanique pour
laisser libre l'accès au moule de la presse, un basculeur universel qui bascule les batteries de
Rapport / Page 6
Fabrication des carreaux
carreaux à 180° et de deux groupes de brosse pour le lissage des carreaux. Un jeu de racleurs
de parachèvement est disponible en option.
4) Séchage
Les carreaux sont chargés sur des balancelles à rouleaux, qui après
avoir été soumises au premier stade de séchage, sont enveloppées
dans un fort courant d'air chaud humide, mélangé à de l'air chaud
sec. Dosant convenablement les deux airs, nous avons abouti à un
bon séchage. Par des fentes placées à l'horizontale dans la tour du
séchoir, l'air est équitablement distribué sur tout le plan de
chargement de la balancelle. jdnbjjjjjjbfffffffffffffffffffffffffffffffffff
Le deuxième stade, auquel les carreaux seront soumis, consiste en un
fort courant d'air sec autorisant une humidité en sortie du produit qui
change de 0÷0,5 %. Le troisième et dernier stade est celui qui donne
la température aux carreaux requise pour l'émaillage. Les
températures sont contrôlées et affichées par des appareillages
thermorégulateurs appropriés. Le fonctionnement complet de la
machine est géré au moyen de l'automate programmable.
Figure 6 : chambre de séchage
5) Emaillage
Plusieurs techniques d'émaillage sont appliquées en fonction du type de produit que l'on veut
obtenir :
a) Émaillage à sec
La particularité de cette technique est celle d'appliquer l'émail à
n'importe quel endroit du carreau dans une quantité et des couleurs
définies électroniquement selon un programme graphique
sélectionné qui s'affiche sur un écran en dotation. Avec les systèmes
de gestion électronique, on peut donc décorer les carreaux de façon
CENTRÉE, c'est à dire tous égaux, en mode RANDOM à savoir
avec des décors différents mais contrôlés sur des carreaux qui
transitent rapidement sur la ligne.
Figure 7 : machine pour émaillage
b) Émaillage humide
Avec cette technique, le carreau passe sous des buses qui propulsent
de l'émail liquide. Il peut y avoir plusieurs buses successives ou en
parallèle pour enrober la céramique d'émail afin d'obtenir les
différents effets souhaités.
Figure 8 : buses parallèles propulsant
de l’émail liquide
Rapport / Page 7
Fabrication des carreaux
6) Cuisson
FOUR A ROULEAU Xfgjnkdffffffffffffffffffffffffffffffffffffdffd
Ces fours ont été conçus sur la base des exigences spécifiques du
produit et de l'installation et sont dotés de toutes les solutions
technologiques en mesure de garantir d'excellents niveaux de qualité
productive et de fiabilité. dchnjhjhkjhjkhjkhjkhjkhkjhkjhkjhkjhkjhkj
Les caractéristiques principales sont :

possibilité de cuire des carreaux émaillés et non émaillés,
monocuisson et bi-cuisson, grès cérame et applications en
troisième cuisson, température de cuisson jusqu'à 1.300°
 faibles consommations d'énergie,
 installation de combustion dotée de brûleurs testés selon des
paramètres particulièrement sévères et qui peuvent travailler
aussi bien en atmosphère réductrice qu'oxydante en
garantissant toujours un produit cuit uniformément,
 les rouleaux sont actionnés avec des engrenages coniques à
dentsdedroites
garantissant la plus grande fiabilité et des coûts
9 contrôles
qualité
d'entretien réduits,
 il ne nécessite aucun type de fondation,
Figure 9 : four à rouleau (différentes vues)
7) Contrôle
Le contrôle de la nuance est la seule opération qui demande de la
main d'œuvre bien qu'il existe des systèmes de contrôle par caméra.
En effet, ce contrôle délicat est difficilement réalisable
automatiquement car il demande une grande finesse. Il permet La
détection des défauts du tesson, les contrôles de planéité ainsi que les
contrôles d’aspect des carreaux
Figure 10: des employés à l’étape du
contrôle
8) mise en carton et en palette
A la fin de la chaîne se trouvent des robots pour la mise en palette. Ces
robots sont reliés au système informatique qui transmet les informations
pour chaque paquet d'environ 1 m2 de carrelage. En fonction des choix
(qualité des produits) et des nuances le robot mettra le paquet sur l'une ou
l'autre des palettes qui se trouvent dans la zone de travail.
La dernière opération, lorsque la palette est pleine, un gerbeur la prendra
pour la housser et la mettre automatiquement en place dans le stock de la
céramique
Figure 11 : la mise en carton
des carreaux
Rapport / Page 8
Fabrication des carreaux
III.
Classifications
La gamme des produits dans laquelle on peut choisir les carreaux céramiques pour les murs
et sols se différent selon les modes d’utilisation, cependant on peut identifier 4 grandes
classes de carreaux :
1. Carreaux vitrifiés ou très peu poreux non émaillés
Les carreaux vitrifiés non émaillés sont, dans leur grande majorité, les carreaux de grès
cérame fin vitrifié ou carreaux dits porcelainés.
JBJBJBJJBJBJJBJBJBJBJBJ
De caractère traditionnel ou rustique, les carreaux de grès cérame fin vitrifié ont pour
principales propriétés :
 une ingélivité totale ;
 une résistance mécanique très élevée,
 une porosité pratiquement nulle ou très faible, particulièrement adaptée au grand
trafic.
La vitrification développée au cours de la cuisson leur assure un parfait état de surface et une
grande facilité d’entretien.
Parmi les carreaux vitrifiés et très peu poreux, on distingue également les carreaux de grès
étiré. Le procédé de fabrication et l’humidité nécessaire au façonnage ne permettent pas
d’avoir des tolérances dimensionnelles aussi rigoureuses que pour les produits pressés.
2. Carreaux vitrifiés ou très peu poreux émaillés
Pour des raisons d’ordre esthétique ou décoratif, les carreaux de grès cérame fin vitrifié et les
carreaux de grès étiré peuvent être émaillés.
3. Carreaux poreux non émaillés
Ce groupe est essentiellement constitué par les carreaux de terre cuite. Selon le degré de
cuisson, ils présentent une dureté plus ou moins grande. Ils subissent généralement, après
pose et périodiquement ensuite, un traitement de surface devant faciliter leur entretien et
préserver leur bon aspect.
4. Carreaux poreux émaillés
L’élément principal de ce groupe est formé par les carreaux de faïence fine d’une variété
considérable, tant du point de vue de la forme que de celui des coloris. Ces carreaux sont
Rapport / Page 9
Fabrication des carreaux
surtout réservés aux revêtements muraux. Les carreaux de terre cuite émaillés font également
partie de cette catégorie. Le tesson et l’émail sont généralement cuits à basse température, au
voisinage de 980 ˚C, parfois moins pour l’émail qui, de plus, est moins dur que celui de la
faïence fine.
Carreaux vitrifiés non
émaillé(grés cèrame)
Carreaux vitrifiés
émaillé(grés étiré)
Carreaux poreux non
émaillé(de terre cuite)
Carreaux poreux
émaillé (faînce)
Figure 12: exemples des 4 classes des carreaux céramiques
IV.
Domaines d’emploi
1. Pour un revêtement de sol posé en extérieur
Il faut pouvoir assurer :
 une ingélivité totale ;
 une imperméabilité à l’eau et, dans certains cas, aux huiles et graisses ;
 une excellente résistance mécanique et à l’usure.
Dans certains cas, pour les marches d’escalier notamment, il faut également pouvoir se
déplacer en toute sécurité sans risque de glisser. Peuvent convenir les carreaux vitrifiés non
émaillés et parfois émaillés :
 les carreaux de grès cérame fin vitrifié ;
 les carreaux de grès étiré, sous réserve que leur porosité soit faible.
2. Pour un revêtement de sol posé en intérieur
À l’exception de l’ingélivité, les exigences demeurent identiques. Par conséquent, peuvent
convenir tous les produits (attention : ne sont pas visés les revêtements des plans de travail
des cuisines, les étals alimentaires et les paillasses de laboratoires). Cependant, dès à présent,
il faut noter que l’emploi des carreaux de faïence au sol est limité à la salle de bains.
Les classifications sont des guides qui doivent être utilisés avec bon sens et s’adapter aux cas
d’espèces qui peuvent se présenter.
3. Pour un revêtement mural extérieur
La qualité primordiale requise est la parfaite ingélivité en tout pays où le gel a le moindre
risque de survenir. Donc, tous les carreaux vitrifiés non émaillés et émaillés sont à conseiller.
Rapport / Page 10
Fabrication des carreaux
4. Pour un revêtement mural intérieur
Le gel n’étant plus à redouter, les contraintes mécaniques étant peu importantes s’il n’y a pas
de défaut de construction, tous les matériaux conviennent, qu’ils soient poreux ou non,
émaillés ou non.
Les différentes exigences présentées ci-avant pour les différents revêtements sont résumées
dans le tableau 1.
Le tableau 2 définit les divers domaines d’emploi préférentiels des différents types de
carreaux.
Tableau 1 : Exigences à satisfaire selon les domaines d’emploi des revêtements
de sols et de murs intérieurs et extérieurs
Tableau 2 : Domaines d’emploi préférentiels des différents types de carreaux céramiques
de sols et de murs intérieurs et extérieurs
Pour tirer le meilleur parti des carreaux de grès (émaillés ou non) ou de faïence, il ne faut pas
les employer indifféremment en revêtements extérieurs ou intérieurs, de sol ou de mur. En
effet, il faut faire le choix exact selon la destination.
Rapport / Page 11
Fabrication des carreaux
L’INDUSTRIE DES CARREAUX AU
MAROC
I.
Historique :
Le Maroc possède une longue tradition artisanale de fabrication d’objets en
céramique d’art.
kj
Très tôt, le pays a développé la production traditionnelle et spéciale de carreaux de Faïence
«coupés» et reconstitués pour décorer murs et sols. Ce sont les fameuses «zelliges» dont la
renommée dépasse les frontières nationales. Cependant cette vocation est restée depuis
longtemps au stade artisanal et, de ce fait, la demande en articles céramiques à usage
industriel et domestique était couverte en grande partie par les importations.
C’est à partir des années 70 que les premières vaisselles en porcelaine sont fabriquées sur
place (COCEMA…). Deux décennies plus tard, la fabrication de carreaux de revêtement en
faïence et de carreaux de sol, destinés au marché intérieur, démarre avec des unités
industrielles telles que Facemag, Union Cérame, Gros Cérame, etc.…
II. Position du Maroc dans l’industrie des carreaux
mondiale
S'agissant du secteur de la céramique, les volumes de consommation des carreaux durant les
dernières années ont connu une progression particulièrement forte. Cette expansion du
marché de la céramique est bien loin de s'arrêter.
En effet, quelles que soient les conjonctures économiques que traversent les pays, le secteur
de la céramique inhérent à l'industrie du bâtiment est souvent l'un des derniers secteurs à
subir les conséquences des crises économiques et le premier à annoncer les signes de reprise.
L'industrie mondiale des carreaux connaît, en particulier depuis 30 ans, un trend de
croissance haussier qui s'explique notamment par les éléments suivants :
k
-Abondance et accès facilité aux matières premiers et intrants,
j
-Des technologies de plus en plus simples et de plus en plus fiables,
ifd -La croissance démographique et l'évolution des niveaux de vie de la population mondiale
stimulant la demande.
ks -L'accroissement des conditions hygiéniques au sein des foyers.
Rapport / Page 12
Fabrication des carreaux
PRODUCTION MONDIALE DES CARREAUX (en millions de m²)
Tableau 4 : production mondiale des carreaux (en millions de m²)
(les chiffres se référent aux 30 premiers pays producteurs, qui représentent au moins 95% de la production mondiale)
(Les données sont basées sur des
études
faites
en 2004,
tout les indicateurs confirme que la
de sols
et de murs
intérieurs
et extérieurs
production a évolué mais les classements ont restés les mêmes)
Ces chiffres se réfèrent aux 30 premiers pays producteurs, qui représentent au moins 95 % de
la production mondiale.
Pour la branche carreaux, comme le montre ce tableau, la production mondiale a atteint 5.280
millions de m2 en 2002 contre 4.395 millions de m2 en 1998, soit une progression annuelle
moyenne de 4.5% (20% en 5 ans).
Tableau 5 : production des carreaux des 30 premières pays(en millions de m²)
La Chine produit plus de 30% de volume totale, qui représente 142 fois la production du
Maroc, tandis que l’Italie, pionnier des métiers de la céramique, a été récemment rattrapée
par l’Espagne, nouveau producteur de classe mondiale dans le secteur.
Les pays d’Asie (Malaisie, Indonésie, Vietnam, Iran, etc.) semblent investir fortement le
secteur depuis ces quatre années puisque le taux de croissance annuel moyen de leur
production est relativement élevé par rapport aux autres nations.
Rapport / Page 13
Fabrication des carreaux
Le Maroc, qui occupe la 23ème position avec 37 millions de m2 (0,7% de la production
mondiale), a fait évoluer sa production de 5 millions de m2 en 1998 à environ 37 millions de
m2 en 2001, soit une progression annuelle moyenne de 64%, ce qui le place en tête avec le
Vietnam en terme de rythme d’investissement dans le secteur.
III. Performances des fabricants de carreaux céramiques
au Maroc
Le secteur de fabrication des carreaux de céramique au Maroc est particulièrement concentré
sur une dizaine d'acteurs. Pour la plupart, il s'agit traditionnellement des sociétés de
distribution qui ont réalisé une intégration en amont, évoluant ainsi vers le secteur industriel.




UNION CERAM / GROCER / ARCOCERAM (berrechid)
FACEMAG / CERAMIQUE AL BOURAZ/ CERAMIQUE ADERSA/ SUPERCERAM (casablanca)
COCEMA (fes)
OUDRAS (tétouan)
1) La disponibilité de la matière première
Le Maroc dispose d'un potentiel de gisements d'argiles, de sables siliceux et de matériaux
feldspathiques dont il est possible d'affirmer que ses réserves sont suffisamment prouvées
pour assurer l'alimentation totales ou partielle d'une industrie de produits céramiques
désignation
Lieu
Argiles Kaoliniques
Province Khémissat Tiznit
Argile de Tarjicht
Sud Atlas
Argile Hauterviennes
Safi
Marnes Tertiaires
Salé/Fes/Meknès
Argile de Tètouane
Tètouan
Argile de Skhour Rhamna
Entre Settat et
Marrakech
Argile de Mehdia Ouled
Entre Settat & Marrakech
Abou
Tableau 6 : quelques gisements exploités
2) La production
Les industries nommées précédemment participent à la production des carreaux céramiques
par des capacités de production très importantes qui sont destinées généralement à la
consommation nationale.
Rapport / Page 14
Fabrication des carreaux
Societé
UNION CERAM
FACEMAG
SUPERCERAM
COCEMA
GROCER
ARCOCERAM
OUDRAS
CERAMIQUE ADERSA
CERAMIQUE AL BOURAZ
USINES EN CONSTRUCTION
TOTAL
capacité de production (m²/an)
8 000 000
7 500 000
8 500 000
4 500 000
3 500 000
2 500 000
2 700 000
1 000 000
700 000
1 700 000
40 600 000
Tableau 7 : description technique des industries de carreaux au Maroc
-L'observation du tableau ci-dessus souligne que la capacité installée des industries nationales
de carreaux céramiques atteint 40.6 millions de m²/an. Cette capacité sera de plus en plus
importante dans les années qui suivent.
-UNION CERAM / FACEMAG/ SUPERCERAM fabriquent 60% de la totalité des pièces
qui se trouvent au marché
Figure 13 : répartition des carreaux cèramiques fabriqués
Bien évident, les carreaux en grès émaillé présentent presque la moitié de la quantité
fabriquée avec 43% due à leur grande conformité d’êtres adoptés pour plusieurs utilisations.
Rapport / Page 15
Fabrication des carreaux
CONCLUSION
Considérés comme des objets d'art précieux , les carreaux de céramique sont devenus
des éléments de construction très courants, dont les propriétés particulières sont toujours
très appréciées. Aujourd'hui, ils sont produits en énormes quantités. Ils satisfont aux
exigences les plus diverses, qu'elles soient techniques, hygiéniques ou autres. Les
ouvrages carrelés ont une longévité exceptionnelle. De nombreux sols ou murs carrelés
ayant résisté à l'usure du temps et toujours visibles actuellement en témoignent. Cette
longévité est aussi favorisée par la simplicité qu'il y a à rénover ou réparer un ouvrage
carrelé. En effet, le remplacement de carreaux dans une surface ne se voit
pratiquement pas. Ainsi, la diversité de leurs types élargit leurs domaines d’emploi, incluant
des murs et des sols à différentes utilisations.
D’autre part, l’industrie des carreaux céramiques au Maroc est bien positionnée par rapport
aux autres pays fabricants dans le monde, ceci est dû à la disponibilité de la matière première
de quantités suffisantes pour assurer l’alimentation totale ou partielle des industries de ces
produits, ainsi l’évolution du secteur de construction au sein du pays qui représente la
destination la plus importante pour ces carreaux, ce qui explique leur utilisation totale pour la
consommation nationale.
Rapport / Page 16
Fabrication des carreaux
ANNEXES
La vitrification :
La vitrification est un procédé de transformation par solidification, ou par mélange avec
un additif, d'un matériau en un solide amorphe, semblable à du verre et dépourvu de
toute structure cristalline. Par exemple quand le saccharose est refroidi lentement il devient
du sucre cristallisé, ou du sucre candi, alors qu'un refroidissement rapide le transforme en un
sucre sirupeux.
Monocuisson :
Les carreaux émaillés sont traités en four à rouleaux sans supports réfractaire intermédiaires ;
la durée du cycle est comprise entre 30 et 45 min.
Rapport / Page 17
Fabrication des carreaux
Bicuisson :
La bi-cuisson se divise en « bi-cuisson rapide », comprenant deux cycles thermiques
généralement inférieurs à une heure dans des fours à rouleaux, et « bi-cuisson lente ou
traditionnelle » dont les deux cycles thermiques sont de quelques heures
Les masses utilisées :
 Les carreaux de faïence :
Dont le tesson présente une porosité élevée (20 %) et est constitué des matières
premières suivantes :
 matières argileuses (argiles et kaolins) : 45 à 65 %
 silice (quartz silex) + casse : 20 à 40 %
 craie, dolomie, talc : 10 à 30 %
 Les carreaux vitrifiés moins poreux émaillé et non émaillé :
 argiles plastiques : 25 à 50 %
 chamottes et casse cuite : 10 à 25 %
 silice : 10 à 25 %
 feldspaths : 5 à 20 %
 talc : 0 à 0,5 %
Organisation du Secteur des carreaux au Maroc :
Rapport / Page 18
Fabrication des carreaux
BIBLIOGRAPHIE

Polycopie du cours des Matériaux Organiques et Inorganiques (2010/2011) –Professeur
Youssef ELHAFIANE – ENSA SAFI

Céramiques de bâtiment - Carreaux et produits sanitaires (1997) par Marcel
VOUILLEMET et Henri LE DOUSSAL

Etude d’analyse du potentiel de la branche industrielle céramique (2003) par M.Pier
Giorgio BURZACCHINI et M.Raimondo CICCU

Carrelage céramique (2005) par Yves COUTEAU

La céramique dans la construction
https://sites.google.com/site/laceramiqueunepassion/la-ceramique-dans-la-construction

La céramique d'hier et d'aujourd'hui à la fois objet d'art et matériau de
construction
http://www.cgcc.ch/docs/La_ceramique_objet_d_art_et_materiau_de_construction.pdf
Rapport / Page 19
Téléchargement
Explore flashcards