Telechargé par KuRo NeKo

oracle dictionary

publicité
DATABASE
ADMINISTATION
ORACLE
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Structure logique
Anglais: Logical Structure
Description:
Oracle Database alloue un espace logique pour toutes les données de la
base de données. Les unités logiques d'allocation d'espace de base de
données sont les blocs de données, les extensions, les segments et les
espaces disque logiques. Au niveau physique, les données sont stockées
dans des fichiers de données sur disque. Les données des fichiers de
données sont stockées dans des blocs du système d'exploitation.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Structure physique
Anglais: Physical Structure
Description:
La structure de la base de données physique comprend des fichiers de
données, des fichiers journaux de rétablissement et des fichiers de
contrôle
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français:Tablespace
Anglais: Tablespace
Description:
Un tablespace est un espace logique qui contient les objets stockés dans
la base de données comme les tables ou les indexes.
Un tablespace est composé d'au moins un datafile, c'est à dire un fichier
de données qui est physiquement présent sur le serveur à l'endroit stipulé
lors de sa création.
Chaque datafile est constitué de segments d'au moins un extent (ou page)
lui-même constitué d'au moins 3 blocs : l'élément le plus petit d'une base
de données.
L'extent n'a aucune signification particulière, c'est juste un groupe de
blocs contigus pouvant accueillir des données, nous verrons néanmoins
que cette notion d'extent peut poser des problèmes de gestion d'espace
disque.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Segment
Anglais: Segment
Description:
Un segment est un ensemble d'extensions qui contient toutes les données
d'une structure de stockage logique spécifique dans un espace de table.
Par exemple, pour chaque table, Oracle alloue une ou plusieurs
extensions pour former le segment de données de cette table, et pour
chaque index, Oracle alloue une ou plusieurs extensions pour former son
segment d'index.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Extent
Anglais: Extent
Description:
Une Extent est une unité logique d'allocation d'espace de stockage de
base de données composée d'un certain nombre de blocs de données
contigus. Une ou plusieurs extensions constituent à leur tour un segment.
Lorsque l'espace existant dans un segment est complètement utilisé,
Oracle alloue une nouvelle étendue pour le segment.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Blocs
Anglais: Data Blocks
Description:
Oracle gère l'espace de stockage dans les fichiers de données d'une base
de données en unités appelées blocs de données. Un bloc de données est
la plus petite unité de données utilisée par une base de données. En
revanche, au niveau du système d'exploitation physique, toutes les
données sont stockées en octets. Chaque système d'exploitation a une
taille de bloc. Oracle demande des données en multiples de blocs de
données Oracle, pas des blocs de système d'exploitation.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Tablespace System
Anglais: The System Tablespace
Description:
Chaque base de données Oracle contient tablespace nommé SYSTEM,
qu'Oracle crée automatiquement lors de la création de la base de
données. L'espace de table SYSTEM est toujours en ligne lorsque la base
de données est ouverte.
Pour tirer parti des avantages des espaces disque logiques gérés
localement, vous pouvez créer un espace disque logique SYSTEM géré
localement, ou vous pouvez migrer un espace disque logique SYSTEM
géré par dictionnaire existant vers un format géré localement.
Dans une base de données avec un espace de table SYSTEM géré
localement, les espaces de table gérés par dictionnaire ne peuvent pas
être créés. Il est possible de brancher un tablespace géré par
dictionnaire à l'aide de la fonction transportable, mais il ne peut pas être
rendu accessible en écriture.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Tablespace SYSAUX
Anglais: The SYSAUX Tablespace
Description:
Tablespace SYSAUX est un espace de table auxiliaire de l'espace de
table SYSTEM. De nombreux composants de base de données utilisent
l'espace de table SYSAUX comme emplacement par défaut pour stocker
les données. Par conséquent, le Tablespace SYSAUX est toujours créé
lors de la création ou de la mise à niveau de la base de données.
Tablespace SYSAUX fournit un emplacement centralisé pour les
métadonnées de base de données qui ne résident pas dans l'espace de
table SYSTEM. Il réduit le nombre Tablespaces créés par défaut, à la
fois dans la base de données d'origine et dans les bases de données
définies par l'utilisateur.
Pendant le fonctionnement normal de la base de données, le serveur de
base de données Oracle ne permet pas de supprimer ou de renommer le
TABLESPACE SYSAUX. Les espaces disque logiques transportables
pour SYSAUX ne sont pas pris en charge.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français:Tablespace UNDO
Anglais: The UNDO Tablespace
Description:
Les Tablespaces UNDO sont des Tablespaces spéciaux utilisés
uniquement pour stocker des informations d'annulation. Vous ne pouvez
pas créer d'autres types de segment (par exemple, des tables ou des
index) dans les Tablespaces UNDO. Chaque base de données contient
zéro ou plusieurs Tablespaces UNDO. En mode de gestion d'annulation
automatique, chaque instance Oracle se voit attribuer un (et un seul)
UNDO Tablespace. Les données d'annulation sont gérées dans un
Tablespace UNDO à l'aide de segments d’annulation qui sont
automatiquement créés et maintenus par Oracle.
Lorsque la première opération DML est exécutée dans une transaction,
la transaction est liée (affectée) à un segment d’annulation (et donc à
une table de transactions) dans le tablespace UNDO actuel. Dans de
rares circonstances, si l'instance n'a pas de Tablespace UNDO désigné,
la transaction se lie au segment d'annulation système.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Tablespace TEMP
Anglais: Default Temporary Tablespace
Description:
Lorsque le Tablespace de SYSTEM est géré localement, vous devez
définir au moins un Tablespace TEMP par défaut lors de la création
d'une base de données. Un Tablespace de SYSTEM géré localement ne
peut pas être utilisé pour le stockage temporaire par défaut.
Si le SYSTEM est géré par dictionnaire et si vous ne définissez pas
d'espace disque logique par défaut lors de la création de la base de
données, SYSTEM est toujours utilisé pour le stockage temporaire par
défaut. Cependant, vous recevrez un avertissement dans ALERT.LOG
indiquant qu'un Tablespace TEMP est recommandé et sera nécessaire
dans les versions futures.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Multitenant
Anglais: Multitenant
Description:
Oracle Multitenant est l'architecture du cloud de base de données de
nouvelle génération. Il offre l'isolement, l'agilité et les économies
d'échelle. Une base de données de conteneurs multi-locataires peut
contenir de nombreuses bases de données enfichables. Une base de
données existante peut simplement être adoptée sans aucune
modification d'application requise. Oracle Multitenant complète
entièrement d'autres options, notamment Oracle Real Application
Clusters et Oracle Active Data Guard.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: CDB
Anglais: CDB |Container Database
Description:
Un conteneur est une collection de schémas, d'objets et de structures
associées dans une base de données de conteneur Multitenant (CDB) qui
apparaît logiquement à une application en tant que base de données
distincte. Dans un CDB, chaque conteneur a un ID et un nom uniques.
La racine et chaque base de données enfichable (PDB) est considérée
comme un conteneur. Les PDB isolent les données et les opérations de
sorte que du point de vue d'un utilisateur ou d'une application, chaque
PDB apparaît comme s'il s'agissait d'un non-CDB traditionnel.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: PDB
Anglais: PDB|Pluggable Database
Description:
Un PDB est un ensemble de schémas, d'objets et de structures connexes
créés par l'utilisateur qui apparaît logiquement à une application en tant
que base de données distincte. Chaque PDB appartient à SYS, qui est un
utilisateur commun dans le CDB (voir «Utilisateurs communs dans un
CDB»), quel que soit l'utilisateur qui a créé le PDB.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: PDB SEED
Anglais: PDB SEED|Pluggable Database SEED
Description:
La PDB SEED est un modèle fourni par le système que la CDB peut
utiliser pour créer de nouvelles PDB. La graine PDB est nommée PDB $
SEED. Vous ne pouvez pas ajouter ou modifier des objets dans PDB $
SEED.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Root Container
Anglais: The Root
Description:
Le conteneur ROOT, également appelé ROOT, est une collection de
schémas, d'objets de schéma et d'objets non-schéma auxquels tous les
PDB appartiennent. Chaque CDB possède un et un seul conteneur
racine, nommé CDB $ ROOT, qui stocke les métadonnées système
requises pour gérer les PDB. Tous les PDB appartiennent à la racine.
Le ROOT ne stocke pas de données utilisateur. Par conséquent, vous ne
devez pas ajouter de données utilisateur à la racine ni modifier les
schémas fournis par le système à la racine. Cependant, vous pouvez
créer des utilisateurs et des rôles communs pour l'administration de la
base de données (voir «Utilisateurs communs dans un CDB»). Un
utilisateur commun avec les privilèges nécessaires peut basculer entre
les PDB.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: LRU
Anglais: LRU|Least Recently Used
Description:
La liste LRU contient des Free Buffers, des Pinned Buffers et des Dirty
Buffers qui n'ont pas encore été déplacés vers la liste d'écriture. Les
Free Buffers ne contiennent aucune donnée utile et sont disponibles pour
utilisation. Les Pinned Buffers sont en cours d'accès.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: RMAN
Anglais: RMAN|Recovery Manager
Description:
Recovery Manager (RMAN) est un client de base de données Oracle qui
effectue des tâches de sauvegarde et de récupération sur vos bases de
données et automatise l'administration de vos stratégies de sauvegarde.
Il simplifie considérablement la sauvegarde, la restauration et la
récupération des fichiers de base de données.
L'environnement RMAN se compose des utilitaires et des bases de
données qui jouent un rôle dans la sauvegarde de vos données.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Dictionaire des données
Anglais: Data dictionary
Description:
Une partie importante d'une base de données Oracle est son dictionnaire
de données, qui est un ensemble de tables en lecture seule qui fournit des
métadonnées administratives sur la base de données.
Un dictionnaire de données contient des informations telles que les
suivantes:
Les définitions de chaque objet de schéma dans la base de données, y
compris les valeurs par défaut des colonnes et les informations sur les
contraintes d'intégrité.
La quantité d'espace allouée et actuellement utilisée par les objets de
schéma.
Les noms des utilisateurs d'Oracle Database, les privilèges et les
rôles accordés aux utilisateurs et les informations d'audit relatives aux
utilisateurs.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Fichier de paramètre
Anglais: Parameter File
Description:
Le fichier de paramètre est un texte ou un binaire pour stocker les
paramètres d'initialisation de la base de données. L'instance Oracle lit le
fichier de paramètres au démarrage, qui est ensuite utilisé pour
contrôler le comportement de l'instance de base de données et de
nombreux autres aspects également. Tels que: allocation de mémoire
(SGA et PGA), démarrage de processus d'arrière-plan optionnels,
réglage des paramètres NLS, etc. Il existe 2 types de fichiers de
paramètres, à savoir:
1. pfile (fichier de paramètres) - ancienne méthode [non recommandé
par oracle].
2. spfile (fichier de paramètres du serveur) - nouvelle façon
[recommandé par oracle] .
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Pfile
Anglais: Pfile
Description:
PFILE représente le fichier de paramètres. Il s'agit d'un fichier texte qui
peut être modifié par un éditeur de texte. Avec l'aide, le serveur Oracle
PFILE démarre une instance Oracle.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: SPFILE
Anglais: SPFILE
Description:
SPFILE représente le fichier de paramètres du serveur. Il s'agit d'un
fichier binaire qui ne peut pas être modifié par un éditeur de texte. Il est
créé à partir de PFILE.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Paramètre dynamique
Anglais: Dynamic parameter
Description:
Les paramètres dynamiques peuvent être modifiés par un ordre SQL
alors que l’instance est en cours de fonctionnement. Selon les cas, le
paramètre est modifiable au niveau de la session et/ou du système (pour
toutes les sessions). Au niveau système, la modification peut être
immédiate (s’applique aux sessions actuelles) ou différée (s’applique aux
sessions futures uniquement).
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Paramètre statistique
Anglais: Statistique parameter
Description:
Les paramètres statiques ne peuvent pas être modifiés dynamiquement
alors que l’instance est en cours de fonctionnement ; il faut modifier la
valeur du paramètre dans le fichier de paramètres et redémarrer
l’instance.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Démarrage de l’instance
Anglais: Instance Startup
Description:
Lorsque la base de données Oracle démarre une instance, elle passe par
les étapes suivantes: NOMOUNT, MOUNT et OPEN.
La commande STARTUP vous permet de contrôler la phase de l'instance
de base de données.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: SHUTDOWN
Anglais: SHUTDOWN
Description:
Pour arrêter une base de données et une instance, vous devez d'abord
vous connecter en tant que SYSOPER ou SYSDBA. Il existe plusieurs
modes pour fermer une base de données. Ceux-ci sont discutés dans les
sections suivantes:
Arrêter avec la clause NORMAL
Arrêter avec la clause IMMEDIATE
Arrêt avec la clause TRANSACTIONNELLE
Arrêter avec la clause ABORT
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: STARTUP NOMOUNT
Anglais: STARTUP NOMOUNT
Description:
À l'étape NOMOUNT, Oracle effectue les étapes suivantes:
Tout d'abord, recherchez un fichier de paramètres de serveur à l'emplacement par
défaut. Vous pouvez remplacer le comportement par défaut en utilisant les
paramètres SPFILE ou PFILE dans la commande STARTUP.
Ensuite, lisez le fichier de paramètres pour obtenir les valeurs des paramètres
d'initialisation.
Ensuite, allouez la zone globale du système (SGA) en fonction des réglages des
paramètres d'initialisation.
Après cela, démarrez les processus d'arrière-plan Oracle tels que SMON, PMON
et LGWR.
Enfin, ouvrez le journal des alertes et les fichiers de trace et enregistrez tous les
paramètres explicites dans le journal des alertes dans la syntaxe de paramètre
valide.
À l'étape NOMOUNT, Oracle n'associe pas la base de données à l'instance.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: STARTUP MOUNT
Anglais: STARTUP MOUNT
Description:
À l'étape MOUNT, Oracle associe une base de données à une instance.
En d'autres termes, l'instance monte la base de données.
L'instance effectue les étapes suivantes pour monter une base de
données:
Tout d'abord, obtenez le nom des fichiers de contrôle de base de
données spécifiés dans le paramètre d'initialisation CONTROL_FILE.
Ensuite, ouvrez les fichiers de contrôle.
Troisièmement, recherchez le nom des fichiers de données et des
fichiers journaux de rétablissement en ligne.
Lorsqu'une base de données est montée, la base de données n'est
disponible que pour les administrateurs de base de données, pas pour
tous les utilisateurs.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: STARTUP OPEN
Anglais: STARTUP OPEN
Description:
À l'étape OPEN, Oracle effectue les actions suivantes:
Tout d'abord, ouvrez les fichiers de données en ligne dans des espaces
de table autres que les espaces de table d'annulation.
Sélectionnez ensuite un espace disque logique d'annulation. L'instance
utilise l'espace disque logique d'annulation par défaut si un espace
disque logique d'annulation est spécifié dans le paramètre d'initialisation
UNDO_TABLESPACE. Sinon, il sélectionnera le premier tablespace
d'annulation disponible.
Enfin, ouvrez les fichiers journaux de rétablissement en ligne.
Lorsque Oracle ouvre une base de données montée, la base de données
est disponible pour les opérations normales.
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: Arréter une instance
Anglais: Instance SHUTDOWN
Description:
Lorsqu'une base de données doit être fermée, plusieurs méthodes existent
pour le faire avec des effets variables sur les utilisateurs actuels et leurs
transactions.
ARRÊT [NORMAL]
ARRÊT TRANSACTIONNEL
ARRÊT IMMÉDIATE
ARRÊT INTERROMPU
SCHEma:
DATABASE
ADMINISTRATION
TERME:
Français: SHUTDOWN ABORT
Anglais: SHUTDOWN ABORT
Description:
SHUTDOWN ABORT
La commande d'arrêt de l'arrêt est à peu près un moyen garanti d'arrêter
votre base de données. Il s'agit d'un «crash brutal» de la base de
données, ce qui peut entraîner un délai plus long pour démarrer la
sauvegarde de la base de données. Pourtant, vous ne pouvez pas
vraiment blesser la base de données à l'aide de la commande d'arrêt de
l'arrêt, et pendant vos années DBA, vous trouverez plus d'une fois pour
utiliser la commande d'arrêt de l'arrêt.
Un abandon de l'arrêt peut être votre première méthode de choix, car il
peut arriver que vous deviez forcer la base de données à s'arrêter. Voici
un exemple d'utilisation de la commande d'arrêt de l'arrêt:
SQL> SHUTDOWN ABORT
SCHEma:
Téléchargement
Explore flashcards