Telechargé par Khalid Aqaoui

Merise V1.4

publicité
999
Merise | 1
SYSTEMES INFORMATIQUES
&
GENIE LOGICIEL
Merise
Raogo KABORE
2013-2014
Merise | 2
Bibliographie
La méthode MERISE, Principes et outils
H. TARDIEU, A. ROCHFELD, R. COLLETTI, Les éditions d’organisation, 1979.
Ingénierie des systèmes d'information MERISE deuxième génération (4eme édition)
D. NANCI, B. ESPINASSE, éditions Vuibert. 2001
Conception des bases de données relationnelles : Concepts, méthodes et cas corrigés. 2001
J. AKOKA, I. Comyn-Wattiau
La méthode MERISE. Tome 2 : Démarche et pratiques
Les éditions d’organisation, 1985. Tardieu, Rochfeld, Colletti, Panet, Vahée.
Ingéniérie des systèmes d’information
sous la direction de Corine Cauvet et Camille Rosenthal-Sabroux, Hermes, 2001.
Webographie
http://www.loria.fr/~jloncham/enseignement-fr.html
Merise | 3
SOMMAIRE
I.
INTRODUCTION _________________________________________________________ 5
Définition _____________________________________________________________________ 5
Historique _____________________________________________________________________ 5
II. LES 3 DIMENSIONS DE LA METHODE MERISE _________________________________ 7
Le cycle d'abstraction ____________________________________________________________ 7
Le cycle de vie __________________________________________________________________ 9
Le cycle de décision ____________________________________________________________ 10
Plans types ___________________________________________________________________ 10
Plan type de l’étude préalable: production du cahier des charges _______________________________ 11
Plan type de l’étude détaillée: production de spécifications ____________________________________ 12
LA COURBE DU SOLEIL __________________________________________________________ 13
III. Le modèle conceptuel des traitements (MCT) ________________________________ 14
LE CONCEPT D'EVENEMENT ______________________________________________________ 14
Définition d'un processus________________________________________________________ 14
Opération ____________________________________________________________________ 14
La synchronisation _____________________________________________________________ 14
Construction du MCT ___________________________________________________________ 14
Méthode de construction________________________________________________________ 16
Exemple de MCT _______________________________________________________________ 16
Gestion des approvisionnements _________________________________________________________ 16
IV. LE MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES (MCD) ______________________________ 20
CONCEPTS ____________________________________________________________________ 20
ENTITÉ ______________________________________________________________________________ 20
RELATION ____________________________________________________________________________ 21
Exemple de relation unaire ____________________________________________________________ 22
Exemple d’une relation binaire de type non père-fils _______________________________________ 22
Exemple de CIF et de DF ______________________________________________________________ 23
Exemple de relation ternaire __________________________________________________________ 23
TECHNIQUES DE MODELISATION __________________________________________________ 24
SYNTHESE DES DEMARCHES PRESENTEES ___________________________________________________ 24
MODELISATION DIRECTE ________________________________________________________________ 25
MODELISATION ASCENDANTE. ___________________________________________________________ 26
Le Dictionnaire de Données (DD) _______________________________________________________ 26
Les dépendances fonctionnelles(DF) ____________________________________________________ 26
Graphe des dépendances fonctionnelles (GDF) ____________________________________________ 26
Modèle conceptuel des données brut ___________________________________________________ 26
NORMALISATION ______________________________________________________________________ 27
ère
Première forme normale (1 FN) ______________________________________________________ 27
ème
Deuxième forme normale (2 FN) _____________________________________________________ 28
Troisième forme normale (3FN) ________________________________________________________ 29
Merise | 4
V.
MODELE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENT _______________________________ 32
Point de départ ________________________________________________________________ 32
Procédure ____________________________________________________________________ 32
Phase _______________________________________________________________________________ 32
Poste de travail ________________________________________________________________________ 32
La nature du traitement: ________________________________________________________________ 33
La période d’exécution __________________________________________________________________ 33
Événement ___________________________________________________________________________ 33
Autres concepts (synchronisations, règles d’émission) ________________________________________ 33
Formalisme ___________________________________________________________________ 34
Exemple de MOT ______________________________________________________________ 35
Tableau de décomposition en phases: _____________________________________________________ 35
MOT ________________________________________________________________________________ 36
Fiche de description de phase ____________________________________________________________ 37
VI.
Le modèle logique de données __________________________________________ 38
RÈGLES DE TRANSFORMATION DU MCD AU MLD (MRD) _______________________________ 38
Transformation des entités ______________________________________________________________ 38
Transformation des relations binaires du type (x,n) – (x,1) _____________________________________ 38
Transformation des relations binaires du type (x,1) – (x,1) [x=0 ou 1]_____________________________ 39
Relation binaire (0,1)-(1,1) ____________________________________________________________ 39
Relation binaire (0,1)-(0,1) ____________________________________________________________ 40
Transformation des relations binaires du type (x,n) – (x,n) _____________________________________ 41
Transformation des relations ternaires _____________________________________________________ 41
Transformation de plusieurs relations entre 2 entités _________________________________________ 42
Transformation des relations réflexives ____________________________________________________ 43
RÉCAPITULATIF : _______________________________________________________________ 44
Représenter une association binaire 1,1 - 1,n________________________________________________ 44
Représenter une association binaire (0 ou 1) , n - (0 ou 1), n non porteuse de propriétés : ___________ 44
Représenter une association binaire 1,1 - 1,n________________________________________________ 45
Représenter une association binaire (0 ou 1) , n - (0 ou 1), n non porteuse de propriétés : ___________ 45
Représenter une association binaire 1,1 - 0,1 : _______________________________________________ 46
Représenter une association ternaire 0,n - 0,n - 0,n : _________________________________________ 47
Merise | 5
I.
INTRODUCTION
DEFINITION
MERISE signifie Méthode d'Etude et de Réalisation Informatique par Sous-Ensembles.
MERISE est une Méthode Systémique d'Analyse, Conception et de Réalisation des Systèmes d'Information.
Méthode : Ensemble de modèles et une démarche.
Système D'Information : Sous-système d'un système d'organisation.
Analyse : Etude et évaluation du système actuel.
Conception : Etude, proposition, évaluation du système futur.
Réalisation : Conception détaillée et réalisation logicielle du système futur.
HISTORIQUE
1970
Modèle Relationnel de Codd.
Années 70
Premiers prototypes de SQL
1976
Modèle Entité Association de Chen
1974-78
Le noyau de MERISE est établi par une équipe d’ingénieurs et de chercheurs
aixois.
1978
Développement de MERISE : méthode française de conception de systèmes
d’information, sous l’égide du ministère de l’industrie.
1979
Conception du système d’information, construction de la base de données, H.
Tardieu, D. Nanci, D. Pascot (préfacé par J.-L. Le Moigne), Editions
d’Organisation.
1979
Première version de SQL, proposé par ORACLE.
1983
La méthode MERISE - Tome 1 : principes et outils. H. Tardieu, A. Rochfeld,
R. Colletti. Éditions d’Organisation.
1985
La méthode MERISE - Tome 2 : démarche et pratique. H. Tardieu, A.
Rochfeld, R. Colletti, G. Panet, G. Vahée. Éditions d’ Organisation.
1986
SQL ANSI (American National Standard Institute)
Merise | 6
1989
SQL-1, ISO et ANSI (International Standard Organisation)
1989
La méthode MERISE - Tome 3 : gamme opératoire. A. Rochfeld, J. Moréjon.
Édition d’Organisation.
ère
1992
Ingéniérie des systèmes d’information : MERISE. 1 édition. D. Nanci, B.
Espinasse. Sybex.
1992
SQL-2, ISO et ANSI
fin années 90
PHP-MySQL
1999
SQL-3, ISO et ANSI
2001
Ingénierie des systèmes d’information : MERISE. 4 édition. D. Nanci, B.
Espinasse. Vuibert.
2006
Oracle Database XE
En 2001, la méthode MERISE était encore la méthode de conception de systèmes d’information la plus
largement pratiquée en France.
MERISE a pris en compte les évolutions de l’informatique et continue de s’adapter aux nouvelles technologies : architectures clients/serveur, interfaces graphiques, démarche de développement rapide,
approche objet, applications intra/internet.
Aujourd’hui, la méthode MERISE correspond encore globalement aux savoir-faire actuels en ingénierie
des systèmes d’information de gestion.
MERISE constitue un standard de fait en conception des systèmes d’information
Au fil du temps, la méthode Merise de base (appelée Merise 1) se transforma en Merise 2 (intégrant des
éléments tels que contraintes, héritage, types, sous-types), puis en Merise 3 aussi appelée méthode
OOM, pour Orientations Objet dans Merise, qui est une variante de Merise, proposant une approche
réellement orientée objet, à base d'une encapsulation données-traitements validable.
Nous nous limiterons en ce qui nous concerne aux concepts fondamentaux de Merise 1 qui constituent
le socle de cette méthode d’analyse.
Merise | 7
II.
LES 3 DIMENSIONS DE LA METHODE MERISE
La démarche de développement proposée par MERISE s’inscrit dans trois dimensions :
Le cycle de vie : c’est le découpage du projet en trois périodes: conception, réalisation et maintenance.
Le cycle de vie rejoint le cycle en V. 
Le cycle de décision : c’est la liste de tous les moments où une décision est prise sur le projet (décision de faire le projet après une étude préalable, décision de valider l’analyse fonctionnelle et de passer
à l’architecture, validation de la recette, etc.) 
Le cycle d’abstraction : c’est l’organisation structurelle des données et des traitements. On va surtout
s’intéresser au cycle d’abstraction. 
LE CYCLE D'ABSTRACTION
Le cycle d’abstraction est découpé en quatre niveaux : conceptuel, organisationnel, logique et physique.
Le niveau conceptuel : il exprime des choix fondamentaux de gestion (recherche d’éléments stables
indépendamment des moyens à mettre en œuvre, de leurs contraintes et de leur organisation). Répond
à la question : QUOI. 
Le niveau organisationnel : il exprime les choix d’organisation de ressources humaines et matérielles,
au travers notamment de la définition d’acteurs et de postes de travail. Répond aux questions : QUI, OU,
QUAND. 
Le niveau logique : il exprime les choix de moyens et de ressources informatiques, en faisant abstraction de leurs caractéristiques techniques précises. C’est le niveau du modèle relationnel (moyen informatique : base de données relationnelle), du diagramme des classes et des diagrammes de séquence
objets (moyen informatique : langage orienté objet). Répond à la question : COMMENT. 
Le niveau physique : il traduit les choix techniques et la prise en compte de leurs spécificités. C’est le
niveau du code dans un langage particulier
Distinction entre données et traitement
Le cycle d’abstraction est basé sur une distinction entre les données et les traitements. C’est la dichotomie fondamentale de MERISE.
Elle est directement issue de l’approche base de données
Merise | 8
Niveaux
DONNEES
TRAITEMENTS
CONCEPTUEL
MCD
MCT
Modèle conceptuel des données
Modèle conceptuel des traitements
Signification des informations sans
Activité du domaine sans préciser les
contraintes techniques,
ressources et leur organisation
QUOI
organisationnelle ou économique.
Modèle entité – association
ORGANISATIONNEL
QUI, OU, QUAND
MOD
MOT
Modèle organisationnel des
Modèle organisationnel des
données
traitements
Signification des informations avec
Fonctionnement du domaine avec les
contraintes organisationnelles et
ressources utilisées et leur organisation
économiques. (Répartition et
(répartition des traitements sur les
quantification des données ; droit des
postes de travail)
utilisateurs)
LOGIQUE
COMMENT
MLD
MLT
Modèle logique des données
Modèle logique des traitements
Description des données tenant
Fonctionnement du domaine avec les
compte de leurs conditions
ressources et leur organisation
d’utilisation (contraintes d’intégrité,
informatique.
historique, techniques de
mémorisation).
Modèle relationnel
PHYSIQUE
COMMENT
MPD
MPT
Modèle physique des données
Modèle physique des traitements
Description de la (ou des) base(s) de
Architecture
grammes
données dans la syntaxe du Système
de Gestion des données (SG.Fichiers
ou SG Base de Données)
Optimisation des traitements
(indexation, dénormalisation,
triggers).
technique
des
pro-
Merise | 9
LE CYCLE DE VIE
Le cycle de vie est découpé en trois périodes: la conception, la réalisation et la maintenance.
LE CYCLE DE VIE
ETAPES DE LA DEMARCHE
EXPLICATIONS
Schéma
Définition des orientations générales du développement à
directeur
moyen terme des systèmes d’information
Étude
Proposition et évaluation de solutions d’organisation et de
préalable
solutions techniques pour le SI d’un domaine.
Conception
Cette étape porte sur un sous-ensemble représentatif du
domaine étudié.
Étude
Spécifications complètes du futur SIO (Système d’Information Organisationnel - Métier) du point de vue de
détaillée
l’utilisateur (point de vue externe).
Elle comporte deux phases :
 la conception générale (extension de l’étude préalable à
tout le domaine)
 la conception détaillée ( description complète de chacune
des tâches à automatiser).
Étude
Spécifications complètes du futur SII (Système d’Information Informatisé – Application informatique) du point de vue du
technique
réalisateur (point de vue interne).
Production
Écriture des programmes, générations des fichiers ou des bases
logicielle
de données, tests.
Mise en
Installation de l’application informatique, vérification du bon
service
fonctionnement, mise en place de la nouvelle organisation,
Réalisation
formation des utilisateurs.
Maintenance
Maintenance
Rectification des anomalies, améliorations, évolutions.
Merise | 10
LE CYCLE DE DECISION
Le cycle de décision représente l’ensemble des choix qui doivent être faits durant le déroulement du
cycle de vie.
Étapes de la démarche
Schéma directeur
MOA
Résultats
Décisions
Plan de développement des SI
Approbation et mise en
application
Étude préalable
MOA
Dossier des choix, n solutions
Choix d’une solution ou arrêt
.
Étude détaillée
MOE
Spécifications fonctionnelles
Accord des utilisateurs surles
spécifications fonctionnelles
Étude technique
Réalisation logicielle
Mise en service
Maintenance
MOE
MOE
MOE
MOE
Spécifications techniques pour
Accord des réalisateurs sur les
la réalisation
spécifications techniques
Système réalisé en ordre de
Recette provisoire :
marche
conformité du système
Système installé dans
Recette définitive : système en
l’organisation
service
Système maintenu
Recette simplifiée : fin de
maintenance
MOA = Maîtrise d'ouvrage, entité qui définit le projet
MOE = Maîtrise d'œuvre est l'entité retenue par le maître d'ouvrage pour réaliser le projet
PLANS TYPES
Les étapes de la démarche du cycle de vie donnent lieu à la production de documents.
Comme toute autre méthode, la méthode MERISE propose des plans types pour tous les documents
prévus par la méthode.
L’étude préalable et de l’étude détaillée sont les deux études qui sont les plus spécifiques à MERISE car
elles font intervenir l’essentiel du cycle d’abstraction.
On présente ci-dessous les plans type de ces deux étapes.
Merise | 11
Plan type de l’étude préalable: production du cahier des charges
1. Recueil



Préparation et réalisation des interviews
Recherche de la documentation
Description et bilan de l’existant
2. Conception
Élaboration des divers scénarios



Élaboration des MCD et MCT
Maquette et prototype
Élaboration du cahier des charges fonctionnel
3. Qualité


Définition des exigences qualité globale
Définition des exigences qualité par fonction
4. Chiffrage


Estimation prévisionnelle des charges, coût, délais
Planning prévisionnel
Résultats obtenus :


Cahier des charges fonctionnel
Dossier de choix
Merise | 12
Plan type de l’étude détaillée: production de spécifications
1. Recueil complémentaire



Préparation et réalisation des interviews des utilisateurs
Recherche de la documentation
Actualisation de l’étude préalable
2. Conception




Mise à jour des MCD et MCT
Élaboration du MOT
Description des états et des écrans
Validation croisée MCD / MOT
Élaboration du MLD
3. Qualité

Définition des facteurs qualité
4. Chiffrage


Estimations globale et détaillée
Plannings global et détaillé
Résultats obtenus :


Dossier des spécifications fonctionnelles
Plan de développement logiciel
Merise | 13
LA COURBE DU SOLEIL
Merise | 14
III.
LE MODELE CONCEPTUEL DES TRAITEMENTS (MCT)
Le modèle conceptuel des traitements permet de traiter la dynamique du système d'information, c'est-àdire les opérations qui sont réalisées en fonction d'événements.
Ce modèle permet donc de représenter de façon schématique l'activité d'un système d'information sans
faire référence à des choix organisationnels ou des moyens d'exécution, c'est-à-dire qu'il permet de
définir simplement ce qui doit être fait, mais il ne dit pas quand, comment ni où...
LE CONCEPT D'EVENEMENT
Un événement représente un changement dans l'univers extérieur au système d'information, ou dans le
système d'information lui-même.
un événement externe est un changement de l'univers extérieur
un événement interne est un changement interne au système d'information
On représente un événement par une ellipse en trait plein pour les événements internes à l'organisation,
en trait pointillé pour les événements externes.
DEFINITION D'UN PROCESSUS
Un processus est un sous-ensemble de l'activité de l'entreprise, cela signifie que l'activité de l'entreprise
est constituée d'un ensemble de processus. Un processus est lui-même composé de traitements regroupés en ensembles appelés opérations.
OPERATION
Une opération est un ensemble d'actions exécutées par le système suite à un événement, ou à une
conjonction
d'événements.
Cet ensemble d'actions est ininterruptible, c'est-à-dire que les événements ne sont pas pris en compte
(ils ne sont pas forcément ignorés pour autant) tant que l'opération n'a pas été accomplie.
LA SYNCHRONISATION
La synchronisation d'une opération définit une condition booléenne sur les événements contributifs devant déclencher une opération. Il s'agit donc de conditions au niveau des événements régies par une
condition logique réalisée grâce aux opérateurs :
OU
ET
NON
CONSTRUCTION DU MCT
Le modèle conceptuel des traitements permet de représenter schématiquement la gestion des événements :
Merise | 15
Formalisme
Evènements
A
B
C
-Interne ( résultats précédents )
-Externe ( hors référentiel) :
-Flux ( commande,livraison)
-Temporisation ( 31/12 inventaire)
-Décision arbitraire.
Ensemble d’opérations
Déclenché par au
moins un évènement
extérieur
Synchronisation
Opération
NOM OPERATION
Ensemble des traitements élémentaires non interruptible, déclenché
par au moins 1 évènement et produisant au moins un résultat.
REGLES DE GESTION
REGLES D'EMISSION
R1
R2
R3
Résultats
Valeur ajoutée par une opération
- Concret ( création d’objet )
- Abstrait ( pas de création d’objet)
Processus
A ET (B OU C)
Merise | 16
METHODE DE CONSTRUCTION



Identifier les règles de gestion
Rechercher les ruptures (temps, décision)
Construire le MCT
Outil de structuration MCC (modèle conceptuel de communication)
EXEMPLE DE MCT
Gestion des approvisionnements
L'acheteur envoie une demande d'approvisionnement aux fournisseurs possibles.
Selon leurs prix, ils choisissent un fournisseur.
Etablissement d'un bon de commande.
Après livraison, contrôle des articles et retour si problème(s).Sinon, articles stockés et bon à payer établi
par le magasin.
A la réception de la facture, si la correspondance
facture-bon à payer est bonne alors chèque.
Merise | 17
Il fait alors choisir un fournisseur
Une fois les articles commandés, on les attend.
Merise | 18
Une fois les articles commandés, on les attend.
Une fois les articles commandés, on les attend.
Merise | 19
Si la marchandise est bonne, il faut la payer.
Merise | 20
IV.
LE MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES (MCD)
Le Modèle Conceptuel de données (MCD) sert à décrire les données du Système d’Information.
Il permet de représenter les données de manière facilement compréhensible à l'aide des concepts d'entités et de relations.
CONCEPTS
ENTITÉ
Une Entité est un objet abstrait ou concret ayant une existence propre.
Un Entité est porteuse de propriétés.
La propriété est le plus petit élément d'information manipulé par l'entreprise par exemple le nom du stagiaire.
La propriété qui permet de repérer une Entité est un identifiant. La valeur de la propriété doit être unique
par exemple le matricule du stagiaire
Merise | 21
RELATION
Une relation représente une association entre un certain nombre d'Entités (de 1 à n) qui forment sa collection. Elle peut être porteuse de propriétés.
Une relation n'a d'existence que par rapport à celle des Entités.
Elle possède un nom.
L'identifiant d'une relation est la concaténation des identifiants des Entités participant à la relation.
Exemple de relation :
La cardinalité d'une relation exprime le nombre de fois où une occurrence d'Entité participe à la
relation.
Cardinalité minimum : c'est le nombre minimum de fois où chaque occurrence d'un Entité participe à la relation
- une cardinalité minimum est 0 correspond à une relation partielle.
- une cardinalité minimum de 1 signifie qu'une occurrence d'Entité participe nécessairement à la relation
(relation totale).
Cardinalité maximum : c'est le nombre maximum de fois où chaque occurrence d'un Entité participe à la relation
- une cardinalité maximum de 1 signifie qu'une occurrence d'Entité participe au plus à 1 occurrence de la
relation.
- une cardinalité maximum de n signifie que toute occurrence d'Entité participe éventuellement à n occurrences de la relation.
Merise | 22
Les relations peuvent être :
unaires : collection d’un Entité
binaires : collection de deux Entités
ternaires : collection de trois Entités, etc.
Exemple de relation unaire
Les relations binaires peuvent être :

Non hiérarchiques

-
Hiérarchiques (cardinalité maxi de 1)
DF (Dépendance Fonctionnelle) : si elles sont temporaires
CIF (Contrainte d'Intégrité Fonctionnelle) : si elles sont stables
Exemple d’une relation binaire de type non père-fils
(Cette relation est la même que la précédente mais avec des cardinalités différentes, elle a donc une
signification différente).


Merise | 23
Exemple de CIF et de DF
Exemple de relation ternaire
Merise | 24
TECHNIQUES DE MODELISATION
SYNTHESE DES DEMARCHES PRESENTEES
DD = Dictionnaire de données
DF = Dépendances Fonctionnelles
GDF = Graphe de Dépendances Fonctionnelles
Merise | 25
MODELISATION DIRECTE
Les Entités et les relations sont repérées directement à partir du discours; un nom devient un Entité et
un verbe une relation.
Exemple :
Règle 1 : un stagiaire s’inscrit à un stage
Règle 2 : les stages sont composés de plusieurs modules
Règle 3 : un formateur enseigne plusieurs modules
Entités : stagiaires, stage, modules, formateurs
Relations : s’inscrire, composer, enseigner
Merise | 26
MODELISATION ASCENDANTE.
Le Dictionnaire de Données (DD)
A partir des documents disponibles (Ecrans, Etats,. Structures des fichiers et des Bases de
données existant,…) on établit le dictionnaire des données (DD : nom-donnée, signification, type, longueur, nature - élémentaire, calculée, concaténée - règle de calcul ou contrainte d'intégrité : règle de
forme...).
Ensuite on épure le dictionnaire (synonymes - noms différents recouvrant la même propriété :
salarié et employé -, polysèmes - même nom pour deux informations différentes : date pour date-facture
et date-commande,...).
Les dépendances fonctionnelles(DF)
Dépendance fonctionnelle : il y a dépendance fonctionnelle entre deux propriétés lorsque la
connaissance d'une valeur d'une propriété permet de déterminer une et une seule valeur d'une autre
propriété;
la dépendance fonctionnelle est notée P1 --> P2;
exemple : codeclient ---> nomclient ;
en revanche nomclient ne détermine pas le code client.
On établit la liste des DF.
Graphe des dépendances fonctionnelles (GDF)
Il s'agit d'ordonner, pour avoir une vision synthétique, le résultat de l'analyse des DF faite précédemment
Modèle conceptuel des données brut
A partir du GDF on établit le MCD brut.
Les principes de base sont :
Les ‘arbres’ donnent les Entités
Les sommets des 'arbres' donnent les identifiants
Les feuilles donnent les propriétés
Les ‘concaténations’ donnent les relations de type non Père-Fils
Les Df inter-sommets donnent les DF ou CIF inter-Entités
Une propriété ayant plusieurs sommets devient un Entité
Merise | 27
NORMALISATION
La normalisation a pour objectif d'éliminer les redondances dans la base ainsi que les anomalies
de mise à jour.
Les Entités doivent vérifier les règles suivantes :
Première forme normale (1ère FN)
Toutes les propriétés sont élémentaires et il existe un identifiant. Sinon on décompose une propriété en
plusieurs propriétés et/ou on crée une propriété identifiante.
Exemple de 1ère FN
V
V
Merise | 28
Deuxième forme normale (2ème FN)
Toute propriété dépend de l'identifiant par une dépendance fonctionnelle (DF) élémentaire.
Donc chaque propriété dépend de tout l'identifiant et non pas d'une partie.
Sinon on décompose en plusieurs Entités.
Exemple de 2
ème
FN
Modélisation qui n'est pas en 2
Type Intervenant
ème
FN
Merise | 29
Troisième forme normale (3FN)
Toute propriété doit dépendre de l'identifiant par une DF directe.
Donc tous les attributs non identifiants sont indépendants entre eux.
Sinon on décompose en deux Entités.
Exemple de 3 FN
Modélisation qui n'est pas en 3FN
Modélisation en 3FN
Merise | 30
Exemple : construction du MCD à partir d'un bon de commande
N°Bon______ Date______
Code client ____________
Nom__________________
Adresse________________________________
Nom Vendeur __________
Réf
Libellé
Quantité
Prix
Montant
___
________
_______
___
_______
___
________
_______
___
_______
___
________
_______
___
_______
Total______
Merise | 31
Après avoir établi le DD et la liste des DF on obtient le GDF suivant
IdCmde
IdProduit
Qté
Total
Date Cde
Montant
IdClient
Nom client
Le MCD correspondant est le suivant
Adresse
Libellé produit
Nom Vendeur
Prix
Merise | 32
V.
MODELE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENT
Le modèle organisationnel des traitements s'attache à décrire les propriétés des traitements non traitées
par le modèle conceptuel des données, c'est-à-dire :




le temps
les ressources
le lieu
Le modèle organisationnel des traitements consiste donc à représenter le modèle conceptuel des traitements dans un tableau dont les colonnes sont la durée, le lieu, les responsables et ressources nécessaires à une action.
POINT DE DEPART
Les règles de gestion définies dans le nouveau MCT, les nouvelles règles d'organisation :
-
quel poste de travail assure le traitement ? (QUI ?)
-
contraintes de temps dues à l’organisation? (QUAND ?)
-
traitement manuel ou automatisé ? (COMMENT ?)
Le MOT est plus précis que le schéma de circulation de documents vu dans l’analyse de l’existant.
PROCEDURE
Chaque opération conceptuelle du MCT est décomposée en un ensemble de phases.
Phase
Phase : ensemble de tâches dont l’enchaînement est « non interruptible » compte tenu de l’organisation
mise en place. Toutes les tâches d’une phase se déroulent
–
sur un même poste de travail (unité de lieu),
–
à un moment déterminé (unité de temps),
–
avec des moyens homogènes - manuel ou automatique - (unité d'action).
Ex : chaque jour à 16h le secrétariat exécute la phase ‘saisie du dossier de candidature’ sur micro; liste
des tâches : saisie des données, m.à.j. du fichier informatique ‘Candidatures’, classement du dossier
papier.
Poste de travail
Le poste de travail est caractérisé par :
-
une fonction à assurer (gestion des stocks …),
-
un lieu géographique,
-
un ensemble de moyens/ressources (personnel, matériel).
Similaire aux acteurs du modèle acteurs/flux.
Merise | 33
La nature du traitement:
-
manuel,
-
conversationnel (traitement unitaire immédiat),
-
par lots ou ‘batch’ (traitement différé d’un lot de données).
La période d’exécution
Des contraintes de temps dues à l’organisation sont introduites (date, durée…).
Ex: chaque jour à 17h, édition des factures.
Événement
En plus des événements conceptuels on ajoute les événements organisationnels.
-
événements de déclenchement de phase.
Ex: date d’exécution d’une tâche.
-
événements internes traduisant des liens entre phases (événements intermédiaires,
états d’attente).
Ex: dossier saisi.
Autres concepts (synchronisations, règles d’émission)
Identiques au MCT; prennent en compte les règles d’organisation.
Merise | 34
FORMALISME
Merise | 35
EXEMPLE DE MOT
Gestion des sinistres dans une assurance
A l'arrivée d'une déclaration d'accident, le responsable du service gestion des sinistres (QUI) décide de
la recevabilité et note son avis sur la déclaration.
Il transmet la déclaration annotée au secrétariat du service qui saisit les éléments essentiels sur ordinateur.
En fin de journée(QUAND), on édite les demandes d'expertise et les notifications de refus.
Au retour de l'expertise, quelques jours plus tard, on enregistre sur un terminal(COMMENT) la réponse
de l'expert. On classe la réponse dans le dossier assuré.
Au retour de la facture du garage, on vérifie si le rapport de l'expert est arrivé; on enregistre la facture et
on édite immédiatement le chèque destiné au client.
Tableau de décomposition en phases:
Merise | 36
MOT
Merise | 37
Fiche de description de phase
Merise | 38
VI.
LE MODELE LOGIQUE DE DONNEES
Le Modèle Logique des Données (MLD) est une étape intermédiaire pour passer du modèle E/A, qui
est un modèle sémantique, vers une représentation physique des données : fichiers, SGBD hiérarchique, SGBD réseau, SGBD relationnel.
Nous nous limitons au seul MLD relationnel, qui prépare le passage aux SGBD relationnels.
RÈGLES DE TRANSFORMATION DU MCD AU MLD (MRD)
Nous allons définir les règles de transformation pour le passage du MCD au MLD, en respectant les
différents cas qui se posent.
Transformation des entités
Toute entité est transformée en table. Les propriétés de l'entité deviennent les attributs de la table.
L'identifiant de l'entité devient la clé primaire de la table.
Exemple:
Transformation des relations binaires du type (x,n) – (x,1)
Afin de représenter la relation, on duplique la clé primaire de la table basée sur l'entité à cardinalité (x,n)
dans la table basée sur l'entité à cardinalité (x,1). Cet attribut est appelé clé étrangère. Les deux tables
sont liées par une flèche nommée selon la relation, qui pointe de la table à clé étrangère vers la table qui
contient la clé primaire correspondante.
Merise | 39
Exemple
:
L'attribut No_Auteur qui est clé primaire de la table Auteur, devient clé étrangère dans la table Livre.
Transformation des relations binaires du type (x,1) – (x,1) [x=0 ou 1]
Nous devons distinguer plusieurs cas. Sachant qu'une relation binaire du type (1,1)-(1,1) ne doit pas
exister il nous reste les 2 cas suivants:
Relation binaire (0,1)-(1,1)
On duplique la clé de la table basée sur l'entité à cardinalité (0,1) dans la table basée sur l'entité à cardinalité (1,1).
Exemple :
Le No_Client, qui est clé primaire de la table Client, devient clé étrangère dans la table
Carte_Membre.
Merise | 40
Relation binaire (0,1)-(0,1)
On duplique la clé d'une des tables dans l'autre. Lorsque la relation contient elle-même des propriétés,
celles-ci deviennent également attributs de la table dans laquelle a été ajoutée la clé étrangère.
Exemple :
Soit on migre la clé primaire de la table Entreprise dans la table Salarié, soit on fait l'inverse.
Merise | 41
Transformation des relations binaires du type (x,n) – (x,n)
On crée une table supplémentaire ayant comme clé primaire une clé composée des clés primaires des 2
tables. Lorsque la relation contient elle-même des propriétés, celles-ci deviennent attributs de la table
supplémentaire. Une propriété de la relation qui est soulignée devra appartenir à la clé primaire composée de la table supplémentaire.
Exemple :
On crée une table Porter, qui contient comme
clé primaire une clé composée de No-Commande et Code_Article. Elle contient également la propriété
Quantité issue de la relation Porter.
Transformation des relations ternaires
On crée une table supplémentaire ayant comme clé primaire une clé composée des clés primaires de
toutes les tables reliées. Cette règle s'applique de façon indépendante des différentes cardinalités. Lorsque la relation contient elle-même des propriétés, celles-ci deviennent attributs de la table supplémentaire. Une propriété de la relation qui est soulignée devra appartenir à la clé primaire composée de la
table supplémentaire.
Exemple :
La table Enseigner contient une clé composée de No_Enseignant, Code_Matière et Nom_Classe.
Merise | 42
Transformation de plusieurs relations entre 2 entités
Les règles générales s'appliquent
Exemple:
La relation habiter du type (x,n)-(x,1), est traduite par la migration de l'attribut Adresse dans la table Personne. La relation posséder du type (x,n)-(x,n) est traduite par la création d'une table supplémentaire du
même nom. Cette table contient comme clé primaire composée, les clés des
deux tables reliées Personne et Maison. On a donc simplement appliqué 2 fois de façon indépendante
les règles de transfert MCD  MLD.
Merise | 43
Transformation des relations réflexives
Nous appliquons les règles générales avec la seule différence que la relation est 2 fois reliée à la même
entité
Exemple 1:
Comme il s'agit d'une relation (x,n)-(x,n), une table supplémentaire est créée. Cette table contient
comme clé primaire composée, la clé des "deux" entités reliées. Comme la même entité est liée 2 fois à
la relation, on ne peut pas utiliser 2 fois le même nom pour la clé. Dans ce cas il convient d'utiliser des
rôles dans le MCD, et d'intégrer le rôle dans le nom d'une des clés migrées dans le MLD.
Exemple 2:
Comme il s'agit d'une relation (0,1)-(0,1), nous avons en général le choix en ce qui concerne quelle entité contiendra la clé étrangère. Comme cette relation est liée deux fois à la même entité, il est évident
que nous devons dupliquer la clé primaire, tout en veillant que le même nom de clé ne sera pas utilisé
pour la clé primaire et la clé étrangère. Dans notre exemple, tous les hommes mariés, ont comme valeur
de la clé étrangère la matricule de leur épouse actuelle. Pour les hommes non mariés et les femmes, la
clé étrangère est sans valeur. On pourrait bien sûr utiliser la modélisation inverse avec une clé étrangère
NO_MATRICULE_MARI, qui indique pour chaque femme mariée, la matricule de son mari.
Merise | 44
RÉCAPITULATIF :
Représenter une association binaire 1,1 - 1,n
MCD
MRD
ENTITE_1(E1_Identifiant, #E2_Identifiant, E1-Propriété_1, E1-Propriété_2)
ENTITE_2(E2_Identifiant_2, E2_Propriété_1, E2_Propriété_2)
Représenter une association binaire (0 ou 1) , n - (0 ou 1), n non
porteuse de propriétés :
MCD
MRD
ENTITE_1(E1_Identifiant, E1-Propriété_1, E1-Propriété_2)
ENTITE_2(E2_Identifiant_2, E2_Propriété_1, E2_Propriété_2)
ASSOCIATION(#E2_Identifiant_2, #E1_Identifiant_1)
Merise | 45
Représenter une association binaire 1,1 - 1,n
MCD
MRD
ENTITE_1(E1_Identifiant, #E2_Identifiant, E1-Propriété_1, E1-Propriété_2)
ENTITE_2(E2_Identifiant_2, E2_Propriété_1, E2_Propriété_2)
Représenter une association binaire (0 ou 1) , n - (0 ou 1), n non
porteuse de propriétés :
MCD
MRD
ENTITE_1(E1_Identifiant, E1-Propriété_1, E1-Propriété_2)
ENTITE_2(E2_Identifiant_2, E2_Propriété_1, E2_Propriété_2)
ASSOCIATION(#E2_Identifiant_2, #E1_Identifiant_1)
Merise | 46
Représenter une association binaire 1,1 - 0,1 :
MCD
MRD
ENTITE_1(E1_Identifiant, #E2_Identifiant_2 E1-Propriété_1, E1-Propriété_2)
ENTITE_2(E2_Identifiant_2, E2_Propriété_1, E2_Propriété_2)
Merise | 47
Représenter une association ternaire 0,n - 0,n - 0,n :
MCD
MRD
ENTITE_1(E1_Identifiant, E1-Propriété_1, E1-Propriété_2)
ENTITE_2(E2_Identifiant_2, E2_Propriété_1, E2_Propriété_2)
ENTITE_3(E3_Identifiant, E3_Propriété_1, E3_Propriété_2)
ASSOCIATION(#E2_Identifiant_2, #E1_Identifiant_1, #E3_Identifiant)
Téléchargement
Explore flashcards