Telechargé par mehdii-cool

Redwane

publicité
Département de Physique Appliquée
Projet de Fin d’Études
Licence en Sciences et Techniques
Electronique Electrotechnique Automatique
Sujet
La commande à distance des Groupes Motopompes et
amélioration de la sécurité et mode d’exploitation de la
Station REM3
Présenté par :
BERKATI Redwane
Sous la direction de :
M.ER-RCHIQ
OCP EL Jadida
M.ABOULFATAH
FST
Mme N.FIDDI
FST
Année Universitaire 2015-2016
Dédicace
A mes chers parents Khadijja et EL Hamdouni,
Que nulle dédicace ne puisse exprimer ce que je leurs dois, pour leur bienveillance, leur
affection et leur soutien… Trésors de bonté, de générosité et de tendresse, en témoignage
de mon profond amour et ma grande reconnaissance « Que Dieu vous garde ».
A ma chère frère Amine, En témoignage de mes sincères
sincères reconnaissances pour l’effort
qu’il a consentis pour l’accomplissement de mes études. Je leur dédie ce modeste travail
en témoignage de mon grand amour et ma gratitude infinie.
A mon ami Mohcine,
Qui a été et est toujours présent pour moi, aucune expression ne pourra exprimer ma
gratitude envers
vers lui pour m'avoir considéré comme son frère
frère.
A toute ma famille …
A toutes ces personnes je vous dédie ce modeste travail en termes d’amo
d’amour et de
profonde gratitude.
BERKATI Redwane
BERKATI Redwane
2
‫ﺑﺴﻢ اﷲ اﻟﺮﺣﻤﻦ اﻟﺮﺣﻴﻢ‬
‫ﺳﺒﺤﺎﻧﻚ ﻻ ﻋﻠﻢ ﻟﻨﺎ إﻻ ﻣﺎ ﻋﻠﻤﺘﻨﺎ إﻧﻚ أﻧﺖ‬
‫اﻟﻌﻠﻴﻢ اﻟﺤﻜﻴﻢ‬
‫ﺻﺪق اﷲ اﻟﻌﻈﻴﻢ‬
‫ﺳﻮرة اﻟﺒﻘﺮة اﻵﯾﺔ ‪32‬‬
‫‪3‬‬
‫‪BERKATI Redwane‬‬
REMECIEMENT
Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparaît opportun
de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à ce qui m’ont beaucoup appris au
cours de ce stage, et même à ce qui ont la gentillesse de faire de ce stage un moment très
profitable.
Je remercie Monsieur ABOULEFATTH et Madame FIDDI mes encadrant à la FST
Settat, qui m’a formé et accompagné tout au long de cette expérience professionnelle avec
beaucoup de patience de pédagogie afin de mener à bien ce rapport
Je tiens à remercier également mon encadrant ER-RACHIQ
RACHIQ pour le temps qu’il a
consacré et pour les précieuses informations qu’il m’a prodigués avec intérêt et
compréhension
Je n’oublie
oublie pas de remercie tout l’équipe du service Reprise d’Eau de Mer 3, pour leur
accueil chaleureux et la bonne ambiance que j’y ai ressenti, et tout particulièrement El
MORABIT AMGHAR Med, EAAFFANI Ayoub, ELMALANY Soufiane,HAKIK Mohamed ,
BENHAMMANI Soufiane , ERTEB Youssef et MIRISSE Mohamed .
J’adresse aussi mes vifs remerciements aux membres des jurys pour avoir bien voulu
examiner et juger ce travail.
Enfin, je ne laisserai pas cette occasion passer, sans remercier tous les enseignants et le
personnel de la Faculté des Sciences et Technique,
Technique, et tous ceux qui ont contribué de prés ou
de loin au bon déroulement de ce projet
BERKATI Redwane
4
RESUME
Pour faire aux évolutions accélérées d’un marché de plus en plus concurrentiel et aux
nouveaux enjeux en termes de gestion, les entreprises ne cessent de chercher les moyens
d’augmenter leur productivité. Sur le plan industriel, les technologies numériques
numériques, les
systèmes automatisé et supervisés jouent un rôle primordial dans ce processus
d’amélioration de productivité. En effet, laa maitrise de tels système permet, aux entreprises, le
pilotage des processus de production pour répondre aux attente des clients et aux besoins du
marché.
Dans le cadre d’une vision stratégique de l’amélioration du fonctionnement des unités
de production, le groupe OCP (Jorf Lasfar d’El-Jadida)
d’El Jadida) présenté par Maroc Phosphore III et IV
opté
pté pour procéder à la rénovation de l’automatisation, l’instrumentation et la supervision du
groupe motopompe. La solution proposée prend en considération non seulement l’in
l’intégration
de nouvelles technologies mais aussi la faisabilité de la solution et aussi l’esprit d’amélioration
de la sécurité et modes de travail.
Pour ce faire nous avons procédé à l’étude
l’étude de la commande à distance des groupe
motopompe ,puis l’automatisation et amélioration de la sécurité et modes de travail par
l’implantation du matériel de la nouvelle gamme d’automates programmable industriels Allen
Bradley ( Conrollogix) choisis, ensuit
ensuit on a établit une architecture de réseaux entre les
automates des poste du REM3 , afin de conclure par application de la supervision qui sert au
contrôle et de commande à distance ainsi un système de centralisation de l’information .
BERKATI Redwane
5
Sujet De Stage
Le service Eau de Mer est située au port de JorfLasfar, elle est destinée à alimenter le
complexe en eau de mer traité et filtrée, ce dernier est distribuer vers les services IMPCID
IMPCID,
PMP et BMP par un groupe motopompe
La fiabilité, la disponibilité et la souplesse d’exploitation de ce groupe doive être
assurées pour réaliser les objectifs de distribution dans les meilleures conditions technique,
de sécurité et de coûts
Il est demandé de:
 Mise en service de la commande
commande à distance d’un groupe motopompe
 Mise à niveau de l’automatisation
 Amélioration de la sécurité et mode d’exploitation de la station REM3
BERKATI Redwane
6
INTRODUCTION GENERALE
Dans le cadre de la concurrence mondiale, et la grande compétitivité dans le monde
industriel, les entreprises sont appelées à améliorer la qualité de leurs produits et services,
elle doivent adopter une politique qui tient compte de l’ évolution économ
économique et
technologique actuelle, afin de faire face efficacement
ement aux impératifs du marché et des
réglementation, aux besoins des clients mais aussi aux nécessités
néce
du développement durable,
ainsi pour amélioré la sécurité des mode de travail
Face à ces contraintes et afin de consolider son rang de leader, le groupe OCP
considère l’adaptation des nouvelles technologies numérique et analogique en
automatisation, d’instrumentation et de supervision, comme étant un choix prioritaire dans sa
stratégie concurrentielle.
L’exploitation de la totalité des équipements installés au sien de la station REM3 se
faisait localement, l’exploitant devait se rendre jusqu’à l’élément à comman
commander pour pouvoir
le manœuvrer, dee ce fait, plusieurs risques latents le guettaient (chute ; gl
glissade ; noyade ;
électrocution…), de plus, la supervision est juste un simple Background non animé. En effet,
on ne pouvant même pas visualiser l’état physique ou fonctionnel des équipemen
équipements, elle
permet juste de voir le Niveau du Bassin et celui du cheminé.
Mon projet satisfaire les besoins suivants :
- commander les pompes du service REM3 d’une façon simple, fiable et avec précision.
-Alerter
Alerter les opérateurs distants en cas d’alarmes afin qu’ils puissent prendre les discision
qui en découlent quasi-instantanément.
instantanément.
-Améliore
Améliore la sécurité des opérateurs
-Visualisé
Visualisé et commander l’installation à l’aide d’une interface homme machine
BERKATI Redwane
7
Liste des figures
Figure I.1: Organigramme de l’OCP………………………………………………………………………………
l’OCP……………………………………………………………………………………16
Figure I.2 : Circuit eau de mer……………………………………………………………………………………………17
……………………………………………………………………………………………17
Figure I.3:: Circuit eau de mer REM3…………………………………………………………………………………..20
REM3…………………………………………………………………………………..20
Figure II.1: Salle des pompes REM 3……………………………………………………………………………..
3
………………………………………………………………………..……22
Figure II.2 : Capteur de niveau à radar……………………………………………………………………
radar
………………………………………………………………………….23
Figure II.3a : détecteur de niveau à poire circuit fermée…………………………………………………….
fermée…………………………………………………….24
Figure II.3b : détecteur de niveau à poire circuit ouvert……………………………………………………..
ouvert……………………………………………………..24
Figure II.4 : débitmètre à ultrasons…………………………………………………………………………………....
ultrasons…………………………………………………………………………………....24
Figure II.5:
.5: Capteur de pression piézorisistif………………………………………………………………………
piézorisistif………………………………………………………………………25
Figure II.6: Capteur de température pt100…………………………………………………………………………
pt100…………………………………………………………………………25
Figure II.7 : Moteur asynchrone à cage d’écureuil……………………………………………………………….
d’écureuil
………………………….26
Figure II.8: Circuit de démarrage du moteur asynchrone…………………………………………………….
…………………………………….27
Figure II.9: Schéma d’une vanne papillon…………………………………………………………………………...
papillon
…………………………………………………...28
Figure II.10: Synoptique de l'architecture générale de l’automatisme……………
l’automatisme………………………………….29
Figure III.1 : Création d’un nouveau projet…………………………………………………………………………
projet
………………………………………38
Figure III.2 : Création d’une station 300……………………………………………………………………………..
300
……………………………………………………………..39
Figure III.3a : Configuration matérielle ……………………………………………………………………………...
……………………………………………………………...40
Figure III.3a : Configuration matérielle ……………………………………………………………………………...
……………………………………………………………...40
Figure III.4 : Table des mnémoniques ………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………..41
Figure III.5a : Configuration logiciel…………………………………………………………………………………..
logiciel
…………………………………………………………..41
Figure III.5b : Configuration matérielle ……………………………………………………………………………..
……………………………………………………………..42
Figure III.6 : test du programme………
………………………………………………………………………………………...
……………………………………………………………...43
Figure III.7 : Chargement des blocs…………………………………………………………………………………….
blocs
………………………………………………………….44
Figure III.8 : visualisation du programme…………………………………………………………………………..
programme
………………………………………………………..45
Figure III.9 : présentation du logiciel WINCC……………………………………………………………………...
WINCC
……………………………………………………...45
Figure III.10 : Création d’un nouveau projet sous WINCC……………………………………………………
WINCC
…………………………………46
Figure III.11 : pupitre PC………………………………
…………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………...47
Figure III.12 : intégration du projet WINCC dans step 7………………………………………………………
7
……………………………………48
Figure III.13 : vue général de la supervision……………………………………………………………………….
supervision
……………………………………….49
Figure III.14 : vue alarme de la supervision………………………………………………………………………..
supervision
…………………………………………………..49
Figure III.15 : vue courbe de la supervision………………………………………………………………………..
supervision
…………………………………………………………………..50
BERKATI Redwane
8
Liste des tableaux
Tableau I.1: Fiche technique du groupe OCP…………………………………………………………………15
OCP…………………………………………………………………15
Tableau I.2 : les équipements de station de pompage d’eau de mer………………………………..18
mer………………………………..18
Tableau II.1 : Tableau des entrées et des sorties …………………………………………………………...31
BERKATI Redwane
9
Liste des abréviations
SYMBOLE
DESIGNATION
OCP
IMACID
PMP
BMP
EMAPHOS
REM
PEM
API
CAP
AUTOV
MANUV
BOAUT
Office Chérifien des Phosphates
Indo Maroc phosphore
Pakistan Maroc Phosphore
Bunge Maroc Phosphore
Euro Maroc PHOSphore
Reprise Eau de Mer
Pompage Eau de Mer
Automate Programmable Industriel
Concentration d’Acide Phosphorique
Ouvrir la vanne d’aspiration d’une façon automatique
Ouvrir la vanne d’aspiration d’une façon manuelle
La bouton pour ouvrir
o
la vanne d’aspiration d’une façon
automatique
Bouton
outon pour ouvrir
o
la vanne d’aspiration d’une façon manuelle
Fin de course de fermeture de la vanne d’aspiration
Fin de course d’ouverture
d’ouverture de la vanne d’aspiration
Bouton
outon pour fermer la vanne d’aspiration d’une façon
automatique
Bouton
outon pour fermer la vanne d’aspiration d’une façon manuelle
Ouvrir la vanne de refoulement d’une façon automatique
Ouvrir la vanne de refoulement d’une
d’une façon manuelle
La bouton pour ouvrir la vanne de refoulement d’une façon
automatique
La bouton pour ouvrir la vanne de refoulement d’une façon
manuelle
Fin de course de l’ouverture de la vanne de refoulement
Fin de course de la fermeture de la vanne de refoulement
Bouton
outon pour fermer la vanne de refoulement d’une façon
automatique
Bouton
outon pour fermer la vanne de refoulement d’une façon
manuelle
Défaut au niveau du terroir
Niveau bas au niveau du bassin
Niveau haut au niveau du bassin
Niveau haut au niveau de cheminé
Bouton d’arrêt urgent automatique
Bouton d’arrêt urgent manuelle
BOMAN
FDCVA+
FDCVABFAUT
BFMAN
AUTOVR
MANUVR
BOAUTVR
BOMANUVR
FDCVRFDCVR+
BFAUTVR
BFMANVR
DefTR
NB
NHB
NHC
AUAUTO
AUMANU
BERKATI Redwane
10
acqDef
Arret
AUTO
MANU
MMANU
MAUTO
RM
AR-CLI-voyant
AR-SIN-sonore
VA+
VAVR+
VRDEF
Def-acq
SIN-sonore
CLI-voyant
SIN-voyant
MM
T1
T2
T3
BERKATI Redwane
Bouton indique que le défaut est traité
Bouton d’arrêt
Bouton pour commander la motopompe d’une façon automatique
Bouton pour commander la motopompe d’une façon manuelle
Bouton marche manuelle de la motopompe
Bouton marche automatique
auto
de la motopompe
retour de marche ou fil de back
Bouton arrêt clignotement de la voyant d’erreur
Bouton arrêt signalisation sonore de l’erreur
L’action de la fermeture de la vanne d’aspiration
L’action de l’ouverture de la vanne d’aspiration
L’action de la fermeture de la vanne de refoulement
L’action de l’ouverture de la vanne de refoulement
Défaut
Le défaut est acquitté
Signalisation sonore
Clignotement du voyant d’erreur
Signalisation du voyant d’erreur
Marche moteur
Action de la temporisation 1
Action de la temporisation 2
Action de la temporisation 3
11
SOMMAIRE
Dédicace
REMERCIEMENT
RESUME
Sujet De Stage
INTRODUTION GENERAL
Liste des figures
Liste des tableaux
Liste des abréviations
I.
CHAPITRE 1: PRESENTATION DE L’ORGANISME D’ACCUEIL
D’ACCUEIL...........14
I.
II.
III.
IV.
II.
CHAPITRE 2 : PROBLEMATIQUE ET CAHIER DES CHARGES
CHARGES…………21
I.
II.
III.
III.
Présentation de l’organisme d’accueil [1].……………………………………… ..14
1. Fiche d’identité……………………………………………………………………………
d’identité……………………………………………………………………………......14
2. L’organisation
organisation au sien du groupe……………………………………………………….15
Circuit eau de mer[1] ……………………………………………………………………….16
1. Introduction …………………………………………………………………………………….16
2. Rejet eau de mer……………………………………………………………………………….16
mer……………………………………………………………………………….16
3. Description
ion du circuit eau de mer …………………………………………………….16
[1] ……………………………………
Station de pompage d’eau de mer(P.E.M)
mer
…………………………………….17
1. Equipement de P.M.E……………………………………………………………
P.M.E…………………………………………………………….…………..17
2. Canaux…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………..…18
Station de reprise d’eau de mer [1] …………………………………………
…………………………………………...………..18
1. Présentation de l’installation de REM3 ……………………………………………
……………………………………………...18
Introduction…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………..…21
Problématique ……………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………...….21
Aspect technique de la station REM3………………………………………………
REM3………………………………………………...21
1. Configuration matérielle…………………………………………………………………
matérielle……………………………………………………………………22
2. Architecture matériel ……………………………………………………………………….28
3. Solutions proposées ……………………………………………………………………..30
CHAPITRE 3 : AUTOMATISATION DU GROUPE MOTOPOMPE
MOTOPOMPE……...31
I.
GRAFCET de l’installation ………………………………………………………………
…………………………………………………………………31
1. La séquence des entrées et des sorties………………………………………
sorties……………………………………………….31
BERKATI Redwane
12
II.
III.
2. Tableau des entrées et des sorties…………………………………………………….
sorties……………………………………………………..31
3. GRAFCET de la vanne d’aspiration ……………………………………………………
…………………………………………………….32
4. GRAFCET de la vanne de refoulement ……………………………………………….34
5. GRAFCET du démarrage de la pompe…………………………………………………35
pompe…………………………………………………35
6. GRAFCET des défauts ……………………………………………………………………..
……………………………………………………………………...36
Logiciel de programmation[3]
programmation
…………………………………………………………37
1. SIMATIC MANAGER : STEP7………………………………………………………………37
………………………………………………………………37
2. Les étapes de réalisation du projet …………………………………………………37
Supervision[4] .………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………...44
1. Présentation du logiciel ……………………………………………………………………44
2. Les fonctions de WINCC ……………………………………………………………………45
………………………………………………45
3. Création d’un projet sous WINCC……………………………………………………….4
WINCC……………………………………………………….45
CONCLUSION……………….…………………………………………………………………….
CONCLUSION……………….……………………………………………………………………....50
BIBLIGRAPHIE……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………….51
BERKATI Redwane
13
I.
I.
CHAPITRE 1 : PRESENTATION DE
L’ORGANISME D’ACCUEIL
Présentation du groupe OCP
Les ressources phosphatées que recèle le sous-sol
sous sol marocain représentent les trois
quart des réserves mondiales. L’exploitation de cette richesse a fait du Maroc le premier pays
exportateur, environ 31% des livraisons mondiales, et le troisième producteur mondial des
phosphates
phates et de leurs dérivés avec une capacité de 30 millions de tonnes par an.
Pour l’exploitation de cet énorme potentiel, le gouvernement Marocain a créé en 1920
l’office Chérifien des phosphates (OCP) qui dispose du monopole de l’extraction, du
traitement,
t, de la valorisation et de la commercialisation des phosphates
phosphates ainsi que de leurs
dérivés.
Bien qu’ayant limité au départ ses activités à la commercialisation du minerai, l’OCP ait
élargit, dès 1965, son domaine d’action par la construction à Safi du complexe
complexe Maroc Chimie
pour la valorisation des phosphates par la production de l’acide phosphorique et des engrais.
L’OCP a ensuite consolidé cette tendance au début des années 70 par l’élargissement du
complexe industriel de Safi par la construction des usines
usines Maroc Phosphore I et II, ce qui
porta la capacité annuelle de production d’acide phosphorique à près de 1,5 millions de
tonnes d’anhydre phosphorique (P2O5), soit douze fois la capacité installée à Maroc Chimie
en 1965.
Le leadership de l’OCP en matière
matière de valorisation des phosphates se renforçât en 1986
par l’édification d’un nouveau pôle industriel à Jorf Lasfar par la construction de Maroc
phosphore III et IV. Des partenariats internationaux ont par ailleurs permis à l’OCP d’étendre
ses activités au-delà
delà des frontière nationales ainsi que de renforcer son potentiel de
valorisation par la production d’acide phosphorique purifié.
1. Fiche d’identité
Le tableau suivant présente la fiche technique du groupe OCP :
BERKATI Redwane
14
Tableau I.1: Fiche technique du groupe OCP
Raison sociale
Date de création
Mise en place de la structure d’un
groupe
Siège sociale
Directeur général
Date de creation d’OCP
Produits commercialisés
Les pots d’embarquement
Activités
Effectif
Réserves de phosphate
Sites de production
Office Chérifien de Phosphate OCP
Dahir du 07/08/1920
Juillet 1975
Immb. OCP n°2, Rue el Abtal, Hay
Erraha,
Casablanca
M.Mustfa TERRAB
2007
Phosphate, Aside, Phosphorique et
Engrais
Casablanca, Jorf Lasfar, Safi, Laayoun
Extraction, volarisation et
commercialisation des Phosphates
24000 dont 830 ingénieurs ou
équivalent
3/4 des réserves mondiales
-Extraction : Khouribga,
ga, Benguérir,
Youssoufia, Boucraa .
-production des dérivés : Jorf Lasfar,
Safi
4. L’organisation au sein du groupe :
BERKATI Redwane
15
Figure I.1: Organigramme de l’OCP
II. Circuit eau de mer
1. Introduction
La zone industrielle de Jorf Lasfar Maroc phosphore III-IV,
III IV, IMACID, EMAPHOS, PMP,
BMP dispose de grandes installations qui nécessitent une quantité d’eau de mer très élevée
soit pour :




Le refroidissement d’acide, huile, eau de noria
Condensation
Assainissement des gaz
Evacuation du gypse
2. Rejet eau de mer
Après l’utilisation, l’eau de mer est évacuée vers l’océan à travers un canal principal
trapézoïdal à ciel ouvert.
3. Description du circuit eau de mer
Avant d’arriver aux différentes stations de distribution vers les consommateurs (dites
stations de reprise), l’eau de mer passe par le circuit décrit dans la figure I.2
I.2. Le captage de
BERKATI Redwane
16
l’eau de mer se fait au moyen
en de la station de pompage, elle est ensuite refoulée vers un
cheminé d’équilibre pour arriver au déversoir qui alimente à son tour les stations de reprise.
BMP
PMP
Figure I.2 : Circuit eau de mer
III. Station de Pompage d’Eau de Mer (P.E.M)
La station de pompage de l’eau de mer est située au port de Jorf Lasfar, elle est destinée
à alimenter le complexe en eau de mer traitée et filtrée.
L’eau est acheminée dans un canal vers un bassin d’aspiration des pompes, là où sont
installées des grilles pour éliminer les impuretés de grosse section puis quatre filtres rotatifs
pour se débarrasser des matières en suspension.
Une petite station dee chloration équipée de quatre électrolyseurs (2 anodes, 2
cathodes) et un dégazeur de gaz d’hydrogène et deux bâches de stockage d’hypochlorite
alimentent le bassin pour se débarrasser des algues. Ce bassin de capacité 20.800 m3 est
équipé de 12 pompes (8 grosses et 4 petites).
1. Equipements de P.E.M :
Cette station est composée de plusieurs équipements
équipements cités dans le tableau suivant :
BERKATI Redwane
17
Tableau I.2 : les équipements de station
station de pompage d’eau de mer
mer.
Equipement
Nombre
Pompe
Anti-bélier
Filtres
Dégrilleurs
Compresseurs
Electrolyseurs
Bacs de chlore actif
Pompes de salles de chloration
Ventilateurs
2. Canaux
12
4
4
4
6
2
2
5
2
Après le déversoir, l’eau de mer est dirigée par un canal à ciel ouvert vers trois canaux
de 380m de longueur chacun :
-Le
Le premier alimente le bassin de la première Reprise d’Eau de Mer (REM1).
-Le
Le deuxième alimente le bassin de la deuxième Reprise d’Eau de Mer (REM2).
-Le
Le troisième alimente le bassin de la troisième Reprise d’Eau de Mer (REM3).
Sans oublier les deux petits bassins qui communiquent avec le déversoir :
-Le premier alimente EMAPHOS.
OS.
-Le
Le deuxième alimente la nouvelle CAP.
IV. Stations de Reprise de l’Eau de Mer (R.E.M)
La station
tion de reprise au de mer est composée de 5 stations dont chaque station est
destinée à alimenter un nombre de consommateurs:
REM1 : destinée à alimenter l’usine
REM2 : destinée à alimenter l’unité IMACID
REM3 : destinée à alimenter les deux usines PMP et BMP
Une station de reprise de l’eau de mer destinée à alimenter EMAPHOS
Une autre station alimente les quatre échelons de la nouvelle CAP
1. Présentation de l’installation de REM3 :
Mon sujet consiste à mener une étude uniquement au niveau de la troisième station de
Reprise d’Eau de Mer (R.E.M3).
1.1 Description de la station REM3 :
BERKATI Redwane
18
La station de reprise REM3 est constituée d’une chambre d’aspiration, de six groupes
moteur-pompes
pompes et une chambre de refoulement qui sert à envoyer de l’eau vers deux bassins
de BMP et PMP.
Chambre d’aspiration (Bassin) :
Elle est composée de 3 bassins de différentes dimensions, un bassin de tranquillisation,
un bassin intermédiaire et un bassin d’aspiration.
Chambre de refoulement (Cheminé) :
On y trouve des pompes qui refoulent de l’eau de mer venant du bassin vers le ccheminé
afin d’y augmenter le niveau d’eau pour le transférer par gravité aux bassins de PMP et BMP.
2.1 Les caractéristiques des groupes moteurs-pompes
moteurs
:
La station de reprise REM3 contient six groupes moteurs-pompes
moteurs pompes identiques installés
en parallèle. Uniquement
ement trois ou quatre d’entre ces derniers fonctionnent en même temps,
avec 2 à 3 en réserve et parfois plus.
1.1.1 Les caractéristiques des pompes :
Débit : 7500 m3/h (unitaire)
Hauteur manométrique : 8.5 m
Pression d’aspiration : 0.5 bar
Pression de refoulement : 1,5<Pc<2 (bar)
NPSH disponible : 15 m
NPSH requis : 14.2 m
2.1.1 Les caractéristiques des moteurs :
Moteur Asynchrone triphasé
Puissance (P= 275 KW)
Tension d’alimentation (U alim= 660)
BERKATI Redwane
19
BMP
Figure
igure I.3:
I.3 Circuit eau de mer REM3
3.1 les clients de la station REM3 :
La station REM3 envoie l’eau de mer à la fois dans les bassins de PAKPHOS (PMP)
ainsi que dans les bassins de BUNGUI (BMP) avec un grand débit par le biais de conduites
construites en béton armé (type
type BONNA). Les bassins de ces deux dernières emmagasinent
l’eau pour la distribuer par la suite sur plusieurs sites (centrale, phosphorique,
phosphorique, sulfurique) de
PMP et BMP.
BERKATI Redwane
20
CHAPITRE 2 : PROBLEMATIQUE
MATIQUE ET
CAHIER DES CHARGES
I.
Introduction :
En pratique, tout
ut système industriel a besoin de l’automatisation pour mener à bien sa
productivité du travail et de gestion, ainsi que bien garantir la sécurité de ses exploitants.
L’objectif de mon projet est de mener une étude sur la faisabilité d'exploiter
l’automatisation. Permettant de commander à distant un groupe motopompe, et réagit d’une
façon plus vite en garantissant la sécurité de l’exploitant en cas d’un défaut, ainsi de donner
une visualisation général sur l’installation.
II. Problématique :
Depuis le démarrage de la station REM3 en 2008, l’exploitation de la totalité des
équipements installés sur site se faisait localement, L’exploitant devait se rendre jusqu’à
l’élément à commander pour pouvoir le manœuvrer. De ce fait, plusieurs risques latents le
guettaient (chute ; glissade ; noyade ; électrocution…).
De plus, la supervision est juste un simple Background non animé. En effet, on ne pouvait
même pas visualiser l’état physique ou fonctionnel des équipements. Elle permet juste de
voir le Niveau du Bassin et celui du cheminé.
Les enjeux du travail d’aujourd’hui ont donc changé par rapport à ceux de 2008,
notamment par l’évolution du besoin en eau de mer et
et les exigences imposées par les clients,
il faut donc assurer la qualité et la facilité de l’exploitation sans risque.
Cependant, la compréhension de l’installation existante est absolument néces
nécessaire.
III. Aspect technique de la station REM3 :
BERKATI Redwane
21
Figure II.1: Salle des pompes REM 3
Le fonctionnement détaillé de l’installation étant connu (chapitre I),, il est alors aisé de
prendre le recul nécessaire afin de constater l’ampleur des travaux à réaliser.
Sur chaque élément du système sont présents de nombreux actionneurs et capteurs
(fins de course, température, débitmètre…) qui renvoient
renvoient ou utilisent des informations. Ces
informations sont traitées par l’automate.
La mise en service de l’automatisation de l’installation servira :
-D’une
D’une part à conduire l’installation via un poste de commande à distance (conduite et
mesure)
-D’autre part à récupérer des informations de la station pour analyses (supervision).
Le nombre de paramètres à prendre en compte étant important (voir Figure II.10), une
architecture réseau automate se charge de la transmission de ces informations
1. La configuration matérielle
rielle
1.1 Les capteurs industriels
1.1.1 Généralité
Un capteur est un dispositif transformant l'état d'une grandeur physique observée en
une grandeur utilisable.
BERKATI Redwane
22
Le capteur se distingue de l'instrument de mesure par le fait qu'il ne s'agit que d'une
simple interface entre un processus physique et une information manipulable. Par opposition,
l'instrument de mesure est un appareil autonome se suffisant à lui même, disposant d'un
affichage ou d'un système de stockage des données. Le capteur lui en est dépourvu.
Les capteurs sont les éléments de base des systèmes d'acquisition de données. Leur
mise en œuvre est du domaine de l'instrumentation.
La société OCP possède un nombre important des capteurs ; dans la station de reprise
eau de mer on a quatre types de capteurs
capteurs : capteur de niveau, capteur de température, capteur
de débit et capteur de pression.
1.1.2 Capteur de niveau
iveau à radar
C’est un capteur conçu pour mesurer le niveau d’un bassin, réservoir … basé sur le
principe suivant :

Impulsion micro-onde
onde (radar)(6 et 25GHz) émise à la vitesse de la lumière c (300000
km.s-1)
1) vers le produit à mesurer par une antenne
Une partie est : réfléchie par la surface du produit, réceptionnée par la meme antenne

Mesure du temps t de propagation correspondant à la distance d entre l’antenne et la
surface du produit : d=c.t/2
t/2

La saisie des dimensions du bassin permet par la configuration d’obtenir un signal
proportionnel au niveau
Figure II.2 : Capteur de niveau à radar
1.1.3 Détecteur de niveau à poire
Dans le même cadre de mesurer le niveau on peut aussi utiliser le capteur à poire qui
fonctionne comme suit:
BERKATI Redwane
23
Lorsque le niveau de l’eau augmente jusqu’à immerger le dispositif, sa capacité à flotter
et sa forme de poire l’obligent à se retourner. Dans cette position, une bille m
métallique située à
l’intérieur se déplace par gravité vers la pointe de la poire, mettant ainsi les deux fils en
contact électrique
Figure II.3a : détecteur de niveau
à poire circuit fermée
Figure II.3b : détecteur de niveau
à poire circuit
ircuit ouvert
1.1.4 Capteur de débit (débitmètre
(
à ultrasons)
Est un outil important pour mesurer le débit
déb :
-basés sur la vitesse de propagation du son
- temps de transit
- 2 transducteurs




Ondes acoustiques de l’un à l’autre à 45° par rapport à l’axe d’écoulement
Vitesse son =vitesse intrinsèque +apport vitesse fluide (dans un sens)
Vitesse son =vitesse intrinsèque +apport vitesse fluide (dans l’autre sens)
Pas de gaz ou solides dans fluide (dispersion ondes acoustiques)
Principe
Le temps de parcours d’une onde ultrasonore se propageant à la vitesse C obliquement
d’une sonde A à une sonde B par rapport à l’axe de l’écoulement du fluide dépend de la vitesse
U de ce fluide :
Figure II.4 : débitmètre à ultrasons
BERKATI Redwane
24
V=C/cos α .( tAB-tBA) et Qv=S.V
Le transmetteur délivre un signal (4-20mA)
(4 20mA) de mesure proportionnel au débit volume.
1.1.5 Capteur de pression piézorisistif
Ils reposent sur l'effet piézorésistif, c'est à dire l'effet d'une pression sur les
caractéristiques d'une résistance (R=ρ.l/s)
(R= .l/s) appelée jauge de contrainte, et soumise à la même
déformation que la membrane qui la supporte, sous l’effet de cette pression. La variation
géométrique d'une jauge de contrainte se traduisant par une variation de sa résistivité on
pourra exploiter celle-ci pour
ur identifier la pression.
pression
Figure II.5: Capteur de pression piézorisistif
1.1.6 Capteur de température pt100
La sonde Pt 100 est un capteur de température qui est utilisé dans le domaine
industriel (agroalimentaire, chimie, raffinerie…). Ce capteur est constitué d’une résistance en
Platine. La valeur initiale du Pt100 est de 100 ohms correspondant à une température de 0°C.
Principe de mesure :
Il se base sur la relation suivante :
RT / R0 = 1 + At + Bt2
Avec,




RT = résistance du thermomètre à la température T.
R0 = résistance du thermomètre à 0°C.
t= la température en °C.
A = 3.9083*10-3 et B = -5.775*10-7
Figure II.6: Capteur de
température pt100
Cette relation s’utilise pour les températures au dessus de 0°C.
1.2 Les moteurs asynchrones triphasés
BERKATI Redwane
25
Description du moteur asynchrone
Le moteur asynchrone triphasé est largement utilisé dans l’industrie, sa simplicité de
construction en fait un matériel très faible et qui demande peu d’entretien.
Il est constitué d’une partie fixe, le stator qui comporte le bobinage, le rotor qui est
bobiné en cage d’écureuil.
Les circuits magnétiques du rotor et du stator sont constitués d’un empilage de fines
tôles métalliques pour éviter la circulation du courant.
Figure II.7
7 : Moteur asynchrone à cage d’écureuil
Le rotor ne peut pas tourner à la même vitesse que le champ magnétique crée par les
trois enrôlements statoriques, sinon la cage ne serait plus balayée par le champ tournant et il
y aurait disparition des courants induits et donc des forces de Laplace et du couple moteur.
Les deux fréquences de rotation ne peuvent donc pas être synchrones d’où le nom moteur
asynchrone
Le moteur est relié au réseau par un certain nombre de dispositifs de sécurité et de
commande
BERKATI Redwane
26
Figure II.8:: Circuit de démarrage du moteur asynchrone
Le sectionneur d’isolement avec fusibles permet de déconnecter le moteur du réseau
pour les opérations de maintenances par exemple. Il protège également le dispositif en aval
contre les risques de court circuit grâce aux fusibles.
Le contacteur permet d’alimenter le moteur avec une commande manuelle ou
automatique avec un automate programmable.
Le relais thermique protège le moteur contre les surcharges de courant, l’intensité
maximale admissible est réglable.
able. Son action différentielle permet de détecter une différence
de courants entre les phases en cas de coupure d’une liaison par exemple.
Le transformateur abaisse la tension secteur à une valeur de 24V pour garantir la
sécurité des utilisateurs sur la partie
artie commande.
1.3 Le bassin
Le réservoir des eaux usées
1.4 L’aspiration
Composé de crépine,, conduite d’aspiration, vanne d’aspiration et manomètre.
1.5 Les équipements de pompage
Groupes électropompes ou groupes motopompes destinées à pomper les eaux.
1.6 La ligne de refoulement
BERKATI Redwane
27
Composé de divergent, clapet, vanne conduites, manomètre, débitmètres, protection,
Hydraulique.
1.7 Equipement électriques moyenne et basse tension
Composé de sectionneur, contacteur, disjoncteur, armoire, transformateur, câblage,
protection électrique.
1.8 Contrôle commande et mesures
Composé de pupitre de commande, pour collecter toutes les informations, ce qui
permet de contrôler le fonctionnement de la station.
1.9 Vanne papillon
Commander le passage de l’eau.
Figure II.9: Schéma d’une vanne papillon
2. Architecture matériel :
2.1 Architecture d’automatisme :
BERKATI Redwane
28
Des API compactes
Figure II.10:: Synoptique de l'architecture générale de l’automatisme
L’architecture d’automatisme repose sur un réseau Control Net qui relie les
entrées/sorties, sur lesquels sont câblés les différents capteurs et actionneurs, aux automates.
Le synoptique ci-dessus
dessus résume l’architecture générale. Le système est basé sur un
automate central (SIEMENS) rassemblant
ssemblant l’intégralité des informations grâce à des cartes
d’entrées/sorties.
Tout est donc construit autour de l’API. On voit bien sur ce dernier schéma
qu’absolument tout y est raccordé. C’est la pièce maîtresse de l’installation.
Le réseau supervision qui véhicule les données à traiter vers la salle de contrôle REM3.
Ce réseau connecte l’automate ; les prises RJ45 de connexion PC mobile et le convertisseur
fibre optique au Switch du tableau automate.
BERKATI Redwane
29
Donc l’architecture de conduite et mesure repose sur un réseau Ethernet.
2.2 Description des interfaces :
On distingue les différentes interfaces suivantes sur l’installation :
Les liaisons câblées :
 Capteurs Tout Ou Rien (fin de courses, contacts de relais, Poire…)
 Capteurs Analogiques (niveau, température, débit…)
 Sorties Tout Ou Rien (vanne motorisée, contacteurs…)
Les liaisons réseau :
 Liaisons Control Net (Racks E/S vers API)
ControlNet est un système de communication industriel qui échange des données de faç
façon
déterminée et prévisible dans le temps. Un réseau ControlNet est Caractérisé par :
Plusieurs contrôleurs raccordés sur le même réseau.
Communication point à point entre les contrôleurs.
Chacun des contrôleurs est propriétaires de ses composantes.
Capacité de télécharger des programmes, de Supervisé des composantes et leurs
paramètres.
 Liaisons ETHERNET (API vers SUPERVISION, API vers API compactes
compactes)
Le premier réseau Ethernet fut conçu au milieu des années 1970 par Robert Metcalfe et
son assistant David Boggs. Le débit original était de 2,94 Mb Ps. Jusqu'au début des années
1990, Ethernet n'était qu'une technologie parmi d'autres bien d'autres (Token Ring et ATM)
La technologie Ethernet a conquis depuis la majeure partie du marché. Cela grâce aux points
suivants :
Première technologie haut débit grand public.
Les autres technologies sont sensiblement plus complexes.
Il est possible de connecter ou retirer une machine du réseau sans perturber le
fonctionnement de l'ensemble.
Le Protocole EtherNet
therNet est utilisé pour la communication au niveau de réseau atelier entre :
-Châssis
Châssis principal et châssis redondant.
- PC de supervision
rvision et le châssis principal
3. Solutions proposées:
 Liste des entrées et sorties;
 Séquence de contrôle souss forme de Grafcet ;
 Traduction en langage ladder;
ladder
 Supervision
BERKATI Redwane
30
CHAPITRE 3 : L’AUTOMATISATION DU
GROUPE MOTOPOMPE
I.
Grafcet de l’installation
Afin de facilité la programmation de l’installation REM3 il est recommandé de fa
faire le
grafcet.
1. La séquence de démarrage
-Démarrage
Démarrage d’une pompe ce fait par un bouton poussoir selon le choix de l’l’operateur ; en
mode automatique se choix ce fait par des commutateurs.
-Démarrage
Démarrage des pompes est conditionné
conditionné par le niveau du bassin B3 : les pompes
fonctionnent
ionnent si seulement si le niveau d’eau au niveau du bassin n’est pas très bas.
-Lors
Lors d’un défaut thermique d’une pompe cette dernière s’arrête immédiatement et une
lampe de signalisation s’allume l’arrêt de cette lampe se fait par l’appui sur le bouton
d’acquittement.
-La pompe fonctionne
onctionne si est seulement si les vannes d’aspiration et de refoulement sont
ouvertes.
-La
La pompe est arrêtée c’est le fil de back n’est pas activé
-Une pompe est arrêtée immédiatement si le nombre
nombre de démarrage dépasse trois
cours de 3 min.
au
2. Tableau
eau des entrées et des sortie
Entrées
AUTOV
MANUV
BOAUT
BOMAN
FDCVA+
FDCVABFAUT
BFMAN
AUTOVR
BERKATI Redwane
Sorties
VA+
VAVR+
VRDEF
Def-acq
SIN-sonore
CLI-voyant
SIN-voyant
31
MANUVR
BOAUTVR
BOMANUVR
FDCVRFDCVR+
BFAUTVR
BFMANVR
DefTR
NB
AUAUTO
AUMANU
acqDef
Arret
AUTO
MANU
MMANU
MAUTO
RM
AR-CLI-voyant
AR-SIN-sonore
MM
T1
T2
T3
3. GRAFCET de la vanne d’aspiration
BERKATI Redwane
32
14
AUTOV.MANUV
AUTOV.MANUV
16
15
BOAUTO .FDCVA+
BOMANU .FDCVA+
17
VA-
FDCVA18
VABFVA
19
VA+
FDCVA+
20
VA+
1
BERKATI Redwane
33
4. GRAFCET de la vanne de refoulement
21
AUTOVR.MANUVR
AUTOVR.MANUVR
23
22
BOAUTOVR .FDCVR+
24
BOMANUVR .FDCVR+
VR-
FDCVR25
VRBFAUTVR+BFMANVR
26
VR+
FDCVR+
27
VR+
1
BERKATI Redwane
34
5. GRAFCET du démarrage de la pompe
0
C :=0
FDCVR-.FDCVA-.Arret .DEF
1
DISPO
AUTO.MANU
AUTO.MANU
3
2
MMANU
MAUTO
4
MM :=1
C :=C+1
T2
RM. [T1=<2s]
RM. [T1>2s]
6
T1
5
MM :=0
Arret+DEF
[C>=4].[T2<3min]
[C<4]
8
7
T3
9
MM :=0
1
30min/X7
BERKATI Redwane
35
6. GRAFCET du défaut
10
DEF :=0
DefTR+NB+AUAUTO+AUMANU+defTH+NH
DefTR+NB+AUAUTO+AUMANU+defTH+NHB+NHC
11
SIN-sonore
CLI-voyant
voyant
Defacq :=0 DEF :=1
AR-CLI-voyant.
voyant. AR
AR-sonore
12
SIN-voyant
acqDef
13
Defacq :=1
1
BERKATI Redwane
36
II.
Logiciel de programmation
1. SIMATIC MANAGER : STEP7
Le logiciel SIMATIC est un logiciel de base pour la conception des programmes pour les
systèmes d’automatisation SIMATIC S7-300/400
S7 300/400 dans les langages de programmation CONT,
LOG ou LIST.
Step 7 permet l’accès aux automates Siemens, il permet de programmer
individuellement
ndividuellement un automate ( en différents langages). Il prend également en compte le
réseau des automates, ce qui permet d’accéder à tout automate du réseau (pour le
programmer), et éventuellement aux automates de s’envoyer des messages entre eux. Il ne
permet pas d’incorporer les ordinateurs dans le réseau durant le fonctionnement il y a pas de
dialogue entre les PC et les automates, donc pas de supervision du processus par un logiciel
centralisé, comme ce serait possible sous PCS7.
La conception de l’interface utilisateur du logiciel STEP 7 étant simple, ca nous permet
une assistance durant toutes les phases du processus de création de notre solution
automatisée a savoir :
 la création et la gestion de projets
 la configuration et le paramétrage du matériel
matériel et de la communication
 la gestion des mnémoniques
 la création de programmes, par exemple pour les systèmes cible S7
 le chargement de programmes
 le test de l'installation d'automatisation.
2. Les étapes de réalisation du projet :

Nouveau projet :
Le projet qu’on va crée englobera l’ensemble des données et des programmes qui nous
sont nécessaires dans notre tache d’automatisation du groupe motopompe REM3. Afin de
créer un nouveau projet sous step 7 on doit :
Lancer Simatic step 7 V 5.5
Fichier/Nouveau
Donner un nom au projet crée
Préciser son emplacement
Valider la création du projet en appuyant sur OK
BERKATI Redwane
37
Figure III.1 : Création d’un nouveau projet
Une fois la phase de création du nouveau projet est terminée, une fenêtre
d’organisation du projet est affichée, elle est partagée en 2 volets :
Le volet gauche présente l’arborescence du projet
Le volet droit présente le contenu du projet
Une fois le projet est crée, on est amène à configurer la station SIMATIC dans laquelle
on va insérer nos programmes.

Création d’une station 300
BERKATI Redwane
38
Figure III.2 : Création d’une station 300

Configuration matérielle
La configuration matérielle consiste en la représentation des différents modules
utilises lors d’une tache d’automatisation.
Configurer le matériel, revient à configurer la station SIMATIC, pour cela on clique sur
l’icone Station Simatic 300, ceci fait, dans le volet droit de la fenêtre du projet s’affiche l’icone
Matériel.
BERKATI Redwane
39
Figure III.3a : Configuration matérielle
En double cliquant sur l’icone matériel,, l’application HW config qui permet la
configuration matérielle s’ouvre :
Figure III.3b : Configuration matérielle

Table de mnémoniques
BERKATI Redwane
40
La table de mnémoniques nous permet d’assurer une bonne lisibilité de notre
programme puisqu’elle affecte a chaque adresse d’entrée ou de sortie un nom symbolique qui
le caractérise des autres entrées/sorties.
La figure ci-dessous
dessous présente un extrait de cette table :
Figure III.4 : Table des mnémoniques

Configuration logiciel
En ce qui concerne la programmation, on a opte pour le langage Ladder, vue sa
proximité des schémas électriques qui représentent la base de l’automatisation du processus.
On a subdivise l’automatisme du groupe
groupe électrogène en plusieurs (FC) qui le gèrent,
auxquels on fait appel simultanément dans le programme principal OB1.
Dans la figure ci-dessous
dessous et dans le volet droit de la fenêtre d’organisation du projet,
est présente les différentes fonctions qu’on a programmées:
Figure III.5a : Configuration logiciel
BERKATI Redwane
41
Le langage Ladder étant illisible par tout le monde, on a essaye de traduire les
programmes réalises en des organigrammes afin de simplifier la lecture du programme.
Figure III.5b : Configuration matérielle

Test du programme
Apres avoir élabore toutes les fonctions nécessaires au bon fonctionnement du groupe
motopompes,, on passe au test de la solution programmée.. Pour cela on ouvre le simulateur de
step 7 (S7-PLCSIM) :
Figure III.6 : test du programme
BERKATI Redwane
42
C’est grâce a ce simulateur qu’on peut vérifier si le programme qu’on a réalise
fonctionne correctement ou non.
Dans ce simulateur, est représentée la CPU nécessaire au traitement et a l’exécution du
programme, les entrées et les sorties intervenant dans les systèmes,, les bits mémoires
internes à la CPU, ainsi que les temporisateurs. L’exemple suivant illustre la procédure pour
tester la validité du programme.
Aprèss avoir ouvert le simulateur, on y charge
charge le programme tout entier en cliquant sur
le bouton charger:
Figure III.7 : Chargement des blocs
Une fois notre programme est charge dans le simulateur, on va maintenant tester par
exemple la fonction FC1
Figure III.8 : visualisation du programme
Pour cela :
· On ouvre la fonction FC1
· On met la CPU dans la position RUN-P
RUN
· Et on clique sur le bouton : visualisation du programme
C’est ici que s’achève la partie qui consiste en la programmation de l’l’automatisme du
groupe motopompes du REM3, dans La partie suivante, on va essayer de mettre en place une
solution
n de supervision de notre tache d’automatisation.
BERKATI Redwane
43
III. La supervision
Dans le but de satisfaire les exigences accrues ces dernières années en termes de
supervision, pilotage des processus industriels d’une part, et d’autre part l’archivage et le
traitement informatique des différents données du processus (alarmes, défauts,…), de
nouveau systèmes IHM (interface homme machine) ont été développe.
Le WINCC est l’un de ces systèmes, et c’est lui qu’on a utilise afin de superviser en
permanence les différents états d’automatisme.
1. Présentation du logiciel
Figure III.9 : présentation du logiciel WINCC
Le WinCC flexible est constitue de deux logiciels de base :
 Le WinCC Advanced
 Le WinCC Runtime RT

Le logiciel de configuration WinCC flexible Advanced permet de créer les
configurations sous Windows a partir de l'ordinateur de configuration (PC ou pupitre
operateur).
Alors que le logiciel de visualisation de processus WinCC flexible Runtime
Runtime permet de
faire fonctionner notre configuration sous Windows et de visualiser le processus.
BERKATI Redwane
44
WinCC flexible Runtime est également exécute sur l'ordinateur de configuration pour
tester et simuler le fichier projet compile.
Donc, pour conclure, WinCC flexible Runtime est un logiciel performant et facile a
utiliser pour la visualisation du processus des projets crées avec le logiciel de configuration
WinCC flexible Advanced.
2. Les fonctions de WINCC
Le WinCC flexible Runtime offre les fonctions suivantes :
 Représentation conviviale du processus, grâce à une interface utilisateur
conforme Windows,, et cette interface peut être un PC ou bien un pupitre operateur.
 Large choix de champs d'entrée/sortie standard, barographes, affichage de
courbes, et boutons, ce qui permet d’une part de suivre l’évolution des différents
paramètres du processus, et d’autre part de commander a partir de l’interface
graphique le démarrage des moteurs, l’ouverture des vannes par exemple, ou la
détermination des consignes pour les régulateurs
r
…
 Système d'alarme intégré, qui permet d’indiquer la présence d’une alarme lorsqu’un
état indésirable affecte l’installation
 Positionnement dynamique des objets
 Archivage des alarmes et des valeurs de processus, ce qui permet aux operateurs
d’accéder
céder aux différentes données du processus écoules a n’importe quel moment
3. Création d’un projet sous WINCC :
Aprèss avoir lance le Simatic WinCC flexible 2008, on crée un nouveau projet et on
sélectionne le pupitre sur lequel on va créer notre interface graphique.
BERKATI Redwane
45
Figure III.10 : Création d’un nouveau projet sous WINCC
Le pupitre que j’ai choisi, c’est le PC on valide notre choix en cliquant sur OK, la fenêtre
suivante s’ouvre :
Figure III.11 : pupitre PC
BERKATI Redwane
46
Cette fenêtre affiche les différentes vues de notre interface utilisateur qu’on présentera
tout de suite :
Vue de projet : dans cette vue est présentée le type du pupitre qu’on a choisi, les vues
qu’on va créer, les paramètres de communication entre le superviseur et l’automate, le
paramétrage des alarmes analogiques et numériques, etc…
Vue d’outils : dans cette vue on trouve les différents outils graphiques qu’on peut
utiliser lors de la création des différentes vues, ces outils peuvent être simples (bouton,
ligne, commutateur, barographe…),
rographe…), complexes
complexes (vue des alarmes, vue des
utilisateurs…), et peuvent être aussi des graphiques.
Vue des erreurs et avertissements : cette vue permet d’indiquer les différents
erreurs apparaissances lorsque la compilation du projet n’ait pas lieu.
Aprèss avoir crée notre projet de supervision sous Simatic WinCC, on doit l’intégrer
dans notre programme d’automatisation qu’on a crée sous Simatic step 7, pour cela :
Projet
intégrer dans le projet step 7
on choisit le projet crée sous step 7.
Figure III.12 : intégration du projet WINCC dans step 7
Maintenant on va présenter la vue qu’on a crée et qui permet a l’operateur de piloter le
fonctionnement du groupe motopompe REM3.

Création du vues :
BERKATI Redwane
47
Normalement, l’operateur, ou toute personne possédant le droit d’accès au WinCC
Runtime, a besoin d’une vue principale a partir de laquelle il peut naviguer entre les
différentes vues du système de supervision,
Vue général :
Figure III.13 : vue général de la supervision
Vue des alarmes :
BERKATI Redwane
48
Figure III.14
III.1 : vue alarme de la supervision
Vue des courbes :
Figure III.15
III.1 : vue courbe de la supervision
BERKATI Redwane
49
CONCLUSION
Il est à noter que ce stage m’a offert une excellente opportunité pou
pour découvrir le
monde de travail et il m’a permis d’enrichir mes connaissances et mon savoir
savoir-faire. Bien
entendu, j’ai pu mettre
tre à profit les acquis de ma formation.
La première phase a été consacrée à la description des équipements de la station
REM3 ainsi qu’une description de l’architecture d’automatisme de cette dernière.
La deuxième phase a été consacrée à la mise en œuvre d’un programme
d’automatisation STEP7 et une interface homme machine pour faire la supervision, contrôle
et la commande de la station à partir de la salle de contrôle.
Comme perspective de ce travail, assurer la communication
communication entre le programme
d’automatisation STEP7 de la station et l’interface réalisée, l’archivage des donnés dans un
serveur SQL; ainsi qu’une application de supervision à distance utilisant des logiciels et des
langages « bureautiques » tel que le VisualBasic
Visua
peut être développée.
BERKATI Redwane
50
BIBLIGRAPHIE:
[1] OCP Group, www.ocpgroup.ma .
[2] https://www.swe.siemens.com/france/web/fr/ad/produits/a
utomatisation/automates_programmables_industriels/Pages/
mmables_industriels/Pages/
generalites_gamme_automates.aspx
[3] http://www-ipst.u-strasbg.fr/pat/autom/siemens/st
strasbg.fr/pat/autom/siemens/st ep7.htm
[4] http://w3.siemens.com/mcms/simatic-controller-software/en/programming
http://w3.siemens.com/mcms/simatic
software/en/programming
noptions/s7-f-fh-systems/s7-f-systems/pages/default.aspx
systems/pages/default.aspx
BERKATI Redwane
51
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire