Telechargé par zgoullia

CCTP ECLAIRAGE PUBLIC PDF

publicité
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
SOMMAIRE
1.
NATURE DES TRAVAUX ................................................................................................................................. 3
Objet du Marché ............................................................................................................................................................. 3
Description du Projet : ..................................................................................................................................................... 3
Conditions d'Exécution du Projet..................................................................................................................................... 3
Consistance des Ouvrages ............................................................................................................................................... 3
Normes et Textes Réglementaires ................................................................................................................................... 4
Critères de Qualité de l’Installation d’Eclairage Public ..................................................................................................... 5
2
SPECIFICATIONS TECHNIQUES DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS ............................................ 5
Généralités ...................................................................................................................................................................... 5
Candélabres : ................................................................................................................................................................... 6
Console............................................................................................................................................................................ 6
Montage suspendu .......................................................................................................................................................... 8
Lanternes ........................................................................................................................................................................ 8
Câblage Basse Tension ................................................................................................................................................... 11
Grillage-Gaine................................................................................................................................................................ 12
Spécifications des Appareils d’Illuminations .................................................................................................................... 9
Armoire de commande .................................................................................................................................................. 12
3
TELEGESTION ET TELE CONTROLE ........................................................................................................ 13
Introduction .................................................................................................................................................................. 13
Limites des prestations .................................................................................................................................................. 14
Caractéristique Générales ............................................................................................................................................. 15
Contrôleur d’Energie ..................................................................................................................................................... 16
Plate – Forme WEB pour la Gestion de l’Energie ............................................................................................................ 17
Contrôleur esclave pour chaque lampe ......................................................................................................................... 18
Formation...................................................................................................................................................................... 18
4
MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX ...................................................................................................... 19
Introduction .................................................................................................................................................................. 19
Piquetage ...................................................................................................................................................................... 19
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 1
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Massifs des candélabres ................................................................................................................................................ 20
Les regards de tirages .................................................................................................................................................... 21
Remontée de la canalisation d’alimentation souterraine dans le candélabre ................................................................ 22
Raccordement des candélabres ..................................................................................................................................... 23
Éclairage de façade et d’illuminations ............................................................................................................................... 24
Implantation des candélabres ....................................................................................................................................... 25
Fin des Travaux –Livraison des Ouvrages à L'Administration ......................................................................................... 25
Dossier d’Exécution................................................................................................................................................... 25
Travaux Préparatoires ............................................................................................................................................... 25
Mise en Œuvre .......................................................................................................................................................... 26
5
CONDITIONS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DES ACTIVITES DE CONSTRUCTION : .... 31
Activités de Construction et Règles Environnementales Pour les Entrepreneurs : ......................................................... 31
Procédures en Cas Découverte de Pièces ou Vestiges D’Importance Culturelle : ........................................................... 33
Obligations au Cours de la Période de Garantie : ........................................................................................................... 33
Mesures Relatives à L’Organisation et a la Conduite des Travaux : ................................................................................ 33
Autres Mesures de Préservation de l’Environnement Humain : ..................................................................................... 34
Limitation des Atteints Aux Perceptions et Préservation de la Quantité de la Vie des Riverains :.................................. 35
Valeurs Limites Réglementaires Relatives au Brut aux Emissions Atmosphériques et Rejets Liquides : ......................... 36
Autres Mesures de Préservation de l’Environnement Naturel : ..................................................................................... 37
Mesures de Sécurité et Signalisation du Chantier : ........................................................................................................ 38
6
RÉCEPTION - ESSAIS - MAINTENANCE................................................................................................... 39
7
DOUCUMENTS A FOURNIR ........................................................................................................................ 42
Documents à Fournir avant le Commencement des Travaux ......................................................................................... 42
Documents à Fournir à la Réception Provisoire ............................................................................................................. 43
Documents à Fournir à la Réception Définitive .............................................................................................................. 44
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 2
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
1. NATURE DES TRAVAUX
Objet du Marché
Le présent document a pour objet de définir et de façon sommaire les travaux nécessaires pour la
réalisation du Projet de Réhabilitation du réseau d’Éclairage Public Intra-Muros de la Medina de
Sousse en Utilisant les Nouvelles Technologies d’Economie d’Energie.
Description du Projet :
Le projet consiste à rénover en première une partie du réseau d’éclairage public intramuros de la Medina de
Sousse.
Les travaux sont basés sur les résultats du rapport de diagnostic établit et qui préconise les actions suivantes :
1- Rénovation totale de l’installation d’éclairage public
2- Doter le réseau des équipements économes en Energie et garantissant la sécurité et le confort
nécessaire par l’utilisation des nouvelles technologies.
3- Respecter le caractère historique du site pour le choix des équipements d’éclairage
4- Procéder à l’enfouissement des câbles
5- Prévoir un système de télégestion et télécontrôle de l’installation
6- Ouvrer à l’illumination des sites historiques intramuros de la Medina
Conditions d'Exécution du Projet
L'entrepreneur devra entreprendre l'ensemble des travaux de l'éclairage public conformément aux conditions
suivantes
2-1 - L'ensemble du réseau d'alimentation à partir des postes de transformation et des compteurs existants et
projeté sera au moyen de câbles de type U 1000 RO 2V en souterrain sous buses en tube ‘’gorge’’ conduit
isolant cintrable annelé suivant les règles de l'art, prescription des lots, décrets et arrêtes Ministériels.
Les modifications ou nouvelles règles apportées aux normes techniques au moment d'exécution des travaux
seront automatiquement applicables dès leur mise en vigueur
2-2 - Les résultats photométriques doivent être obtenus sans aucune restriction que ce soit pour le projet de
base de l'administration ou que ce soit dans le cas des variantes proposées par l'entrepreneur
 2-2-1 Eclairement - Luminance : les relevés seront faits par luxmètre à correction d'incidence et à
lecture directe en sol. Il sera exigé un éclairement moyen conforme aux normes.
 2-2-2-. L'indice de confort ne peut pas avoir un indice d’éblouissement TI inférieur ou égale 10.
Consistance des Ouvrages
Les prestations de l'entrepreneur consistent à :
 Les frais d’installation de chantier
 L'étude et l'établissement d'un dossier d'exécution détaillés et côtés ainsi que la note de calcul de
l'ensemble de la réalisation
 La main d'œuvre et le matériel nécessaire à l'exécution des travaux
 Les terrassements nécessaires à l'ouverture des fouilles destinées à recevoir les massifs d'ancrage
des candélabres et mâts destinés à supporter le transformateur aérien
 L'exécution des massifs en béton pour l'ancrage des candélabres et des mâts du transformateur aérien
comprenant le scellement des tiges de fixation et la mise en place des fourreaux pour le passage
des câbles dans les massifs.
 La fourniture, le déroulement et la pose et le raccordement des câbles BT en tranchée et sous buses.
 La fourniture et la pose des équipements.
 La fourniture et la pose des tableaux électriques de protection BT.
 La confection des niches maçonnées pour les compteurs STEG.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 3
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
 Les terrassements nécessaires à l'ouverture des fouilles destinées à recevoir les massifs d'ancrage des
candélabres
 Les terrassements nécessaires à l'ouverture des tranchées nécessaires à recevoir les câbles sous buses
 La fourniture et pose du sable pour remblayer les tranchées
 La fourniture et pose des fourreaux
 L'exécution des massifs au béton pour l'ancrage des candélabres comprenant le scellement des tiges
de fixation et la mise en place des fourreaux pour passage des câbles électrique
 La fourniture et pose du matériel nécessaire à la mise à la terre équipotentielle de toutes les masses
métalliques
 La fourniture, le transport à pied d'œuvre, le montage, la fixation et le réglage des candélabres
 La fourniture, et pose sur les candélabres des luminaires et lanternes avec les lampes
 La fourniture et la pose des coffrets classe II au pied du candélabre.
 Les essais d'isolement sur le câble électrique ainsi que les mesures de terre et tous les essais
nécessaires à la mise en service de l'installation
 Les essais ainsi que les frais en découlant,
 La formation du personnel d'exploitation
 Le transport du matériel jusqu'à pied d'œuvre
 Le stockage, manutention et gardiennage des matériels.
 La conservation et protection des installations jusqu'à la réception
 Le chargement, transport et déchargement dans la décharge publique des matières non récupérables
 La remise en état des installations exécutées qui seront endommagés par l'entreprise.
Et en fin, d'une manière générale tous les travaux, fournitures et prestations divers nécessaires à la parfaite
et complète exécution des ouvrages, conformément aux réglementations en vigueur, aux règles de l'art et
aux prescriptions du présent descriptif.
Normes et Textes Réglementaires
Tous les travaux exécutés par l'entreprise devront répondre aux prescriptions des textes et documents
suivants :
 Arrêté interministériel du 30/01/1958 relatif aux conditions techniques auxquelles doivent satisfaire
les distributions d'énergie électrique
 Norme Tunisienne NT 88 - 98 du 23 - 10 - 91.
 Norme Tunisienne NT 87 – 89 et normes CEI 614-1 et CEI 614-2-4 relatif aux conduits isolant
cintrable annelé transversalement élastique en polypropylène.
 Décret du 14/11/1988 NR – 62 – 1454 concernant la protection des travailleurs
 Le guide UTE C 17-205 applicable aux caractéristiques des installations d’éclairage public
 La norme NF C 17-200 relative aux installations destinées à assurer l’éclairage des voies publiques
 La norme NF C 17-202 applicable aux installations d’illuminations et motifs lumineux
 La norme NF EN 13201 concernant l’éclairage public, parties 1, 2, 3 et 4.
 La norme NF EN 40 concernant les candélabres d’éclairage public
 Normes et recommandations éditées par l'union technique de l'électricité (UTE) et en particulier NFC
13.100,14.100,15.100 et additifs
 Documents (DTU) édités par la CSTB et en particulier cahier n°70 de juin 1962
 Normes NV 65 pour les poussés de vent sur candélabres
 NFC C72.100: source d'éclairage électrique
 NFC C71.110: Appareils d'éclairage électrique : Règles
 NFC C71.120 Appareils d’éclairage électrique Méthodes recommandées pour la photométrie des
lampes et des appareils d’éclairage
 NFC C32.012 Conducteurs et câbles isolés pour installation et équipement Généralités
caractéristiques des armes à section droite circulaire et à section droite sectorielle.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 4
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Cahier des Clauses Techniques Particulières
 Les règles générales de construction ou d’installation concernant la sécurité.
 Normes Tunisienne éditées par l'INNORPI.
 Enfin, l'ensemble des installations devra être établi conformément au règlement particulier de la
STEG tels qu'ils sont appliqués dans la localité.
 En cas de modification des règlements particuliers de la STEG tels qu'ils sont appliqués dans la ville,
les textes en vigueur au moment de la signature du marché feront fois.
 Les règles générales de sécurité
Critères de Qualité de l’Installation d’Eclairage Public
Pour déterminer les valeurs photométriques exigées nous commençons par classer la route au sens de la
norme EN 13 201 dans sa dernière version 2015.
Une classe d’éclairage est définie par un ensemble d'exigences photométriques axées sur les besoins visuels
de certains usagers de la route dans certains types de zones de la route et d’environnement.
Tableau 3 — Classes d'éclairage P
Classe
Éclairement horizontal
Emin
[Maintenu]
E a
[Minimal maintenu]
Exigence supplémentaire si une
reconnaissance faciale est nécessaire
Éclairement
vertical
Éclairement semicylindrique
[Minimal
Maintenu]
Esc,min
[minimal maintenu]
Ev,min
P1
15,0
3,00
5,0
5,0
P2
10,0
2,00
3,0
2,0
P3
7,50
1,50
2,5
1,5
P4
5,00
1,00
1,5
1,0
P5
3,00
0,60
1,0
0,6
P6
2,00
0,40
0,6
0,2
P7
a
Performance
non déterminée
Performance
non déterminée
Pour assurer l’uniformité, la valeur réelle de l’éclairement moyen maintenu ne doit pas dépasser 1,5 fois la valeur
minimale E de la classe considérée.
Nous allons choisir la classe P1 pour les voies marchande qui est équivalente a C3 nous pouvons atteindre
C2 dans les zones très fréquenté, pour les voies secondaires nous allons exiger une classe P2.
2 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS
Généralités
Qualité et Provenance des Matériaux et Equipements
L'ensemble de l'appareillage mis en œuvre devra être conforme aux normes en vigueur indiquées à chapitre
I article 4 Il sera de première qualité et porte les normes de référence et sera soumis avant emploi à l'examen
de l'Ingénieur.
Tout le matériel électrique doit pouvoir fonctionner pour toute température ambiante comprise entre -5°C et
+ 40°C.
Les luminaires doivent posséder par construction ou par installation un degré de protection minimum IP66
classe II. Les câbles et conducteur en cuivre devront porter l'inscription de la marque ils seront de type U100
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 5
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
RO2V. Aucune boite de dérivation ne sera tolérée et toutes les dérivations se feront dans le candélabre à 1m
du sol.
Les marques et références des appareils proposées doivent être précisées par l'entrepreneur dans sa
soumission. Avant l'installation un échantillon de chaque type d'appareil devra être présenté au maître de
l'ouvrage et recevoir l'Approbation du maître d’ouvrage.
Ceux qui seront jugés comme ne présentant pas les qualités requises ou comme n'étant pas convenablement
façonnés devront être immédiatement refusés ou déposés, enlevés, remplacés ou refaits s'ils sont installés,
sans que l’entreprise puisse prétendre à la moindre indemnité.
Candélabres :
Les candélabres auront les spécifications techniques suivantes :
 Résister aux efforts dus au vent et aux chocs normaux.
 Résister aux intempéries et à la corrosion
En plus des spécifications générales ils doivent avoir les caractéristiques minimales suivantes :








Hauteur (mm) de 3000 / 3200 Embase et tube en fonte d’acier gris (EN1561)
Crosse en fonte d’aluminium UNE-EN1706
Protection : dégraissage préalable, primaire époxy et doublé de polyuréthane. Polymérisé au four
Couleur au choix
Entraxes 220X220 mm
Tiges de scellement M16X400 mm
Tous les poteaux seront pourvus d'un dispositif de la mise à la terre.
Les bases de tous les candélabres sont protégées contre les corrosions dues au salage, urine de chien,
etc.…, à l’aide d’un traitement anticorrosion obligatoirement réalisé par le fabricant de
candélabres sur une hauteur de 200 mm hors sol. Dans tous les cas, la protection des écrous est faite
à l’aide de capuchons adaptés à leur dimension et remplis de graisse.
Console
Les consoles pour lanterne auront les caractéristiques suivantes :
 Fabriquée en fonte d’aluminium conforme à la norme EN1706 et protégée par une peinture polyester,
la console arbore un tube de section ronde et des formes ornementales traditionnelles. Le modèle sera
avec au choix du maitre de l'œuvre à partir de trois modèles au minimum
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 6
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Cahier des Clauses Techniques Particulières
 Elle sera fournie en version murale avec grand modèle et petit modèle compatibles avec les lanternes
ou sur rehausse pour mâts Ø60, Ø75 et Ø89 (diamètres compatibles avec lanternes et le poteau)
 Les accessoires seront du type décoratif suivant le diamètre de la rehausse
 La Console de type murale doit permettre de tenir le model de la lanterne choisie en toute sécurité.
 La console devra avoir un passage pour câble d’alimentation des équipements électriques contenus
dans la lanterne.
 La console devra être fixée sur mur par au moins deux vis longueur minimum 15cm encastré dans le
mur ou par scellement 2x16 la saillie au feu ne doit pas être inférieur à 800mm et pas supérieur 900
mm.
 Couleur : sablé noire
 Dimensions de la console : les dimensions seront de l’ordre de :
DIMENSIONS (mm)
Référence
PM
A (Saillie /)
460-540
B (Patin / Support au mur)
350-400
C (Entre-axes )
320-380
D (Passage câble)

CONSOLE
45
7
8
8
0
5
0
4
4
4
5
GM
900-1020
450-500
400-440
45
Les dimensions de la console sont de l’ordre suivant
Petit modèle : saillie :500mm, support au mur : 300 mm
Grand modèle saillie :1000mm, support au mur : 500 mm
Fabriqué en tube d’acier et en fonte d’aluminium pièces décoratives EN1706 43000
Des exemples à titre indicatif :
Le modèle sera au choix du maitre de l'ouvre a partir de trois modèles au minimum
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 7
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Montage suspendu
Le montage suspendu sera :
Par poulie pour suspension par chaîne
Suspension par chaîne en acier peinte en noir,
Joint universel, permettant de compenser tout défaut éventuel du support vertical en cas de fixation
droite.
Raccord oscillant permettant de compenser les défauts de verticalité du support.
Lanternes
Les lanternes de style pour modules LED jusqu’ 100W doivent présenter les caractéristiques suivantes :













Lanterne de style classique revisité le choix sera porté sur le modèle qui aura une originalité avec une
touche alliant tradition et modernité, les modèles très classiques qui sont installés partout seront
écartés.
Les lanternes peuvent être installé soit, installation en tête de mât, soit en suspension sur crosses ou
sur catenaire.
L’ensemble de la lanterne est structuré autour d’une carcasse et en fonte d’aluminium assemblé soit
par visserie, le tout formant un ensemble monobloc très résistant.
Le toit basculant sur carde et décors moulés
Chapeau en aluminium moulé en 12/10e
L’accès aux appareillages et à la lampe se fait par basculement du chapeau
Maintenances très facile
La lanterne doit être munie d’un système photométrique permettant d’offrir efficacement un éclairage
comparable à l’éclairage conventionnel. L’entreprise est tenue de proposer les photométries adaptées
à l’application : en applique avec voie large ; en applique avec voie étroite, suspendue au milieu de
la voie ou sur poteau a l’intérieure des places et esplanades.
Doit présenter une bonne résistance aux chocs mécanique une grandes rigidité et ne peut pas se
déformer sous l’action des forces extérieures ou de vibration.
Les lanternes doivent être complètes (appareillages électriques incorporés)./
Doivent avoir un rendement électrique et optique > 60%.
Fixation sur crosse de diamètre 40/49.
Les dimensions de la lanterne sont de l’ordre suivant :
GM Hauteur environ 900 mm et diamètre 500 (voir modèle)
PM Hauteur environ 700 mm et diamètre 450 (voir modèle)
 Couleur : au choix
Des exemples à titre indicatif :
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 8
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Le modèle sera au choix du maitre de l'ouvre a partir de trois modèles au minimum
Spécifications des Appareils d’Illuminations
Les prestations concernant, la fourniture et le transport des équipements suivants :
Le matériel proposé doit être certifié ISO 9001 OU ISO 9002
Les caractéristiques techniques des produits proposés doivent être indiqué sur le catalogue
Projecteur : Projecteur Rectangulaire 30 -50W

Corps : Projecteur rectangulaire Symétrique classe II IP 67 corps en aluminium injecté, boîte de
raccordement étanche, cerceau de fermeture et vis inox, montage 360°

Réflecteur :Verre trempé plat extensif ouverture + 60°

Appareillage d'alimentation :
Incorporée pour lampe Led
Tension de service : 100 à 277 V 50 à 60 Hz y compris câble d’alimentation +1.5m

Source :
Lampe LED High Brightness
Température de couleur 5000 K°
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 9
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Eclairement moyenne supérieur ou égale à : 3500 & 6400 lm
Indice de redu de couleur supérieur ou égale à : 70
Durée de vie moyenne supérieur ou égale à : 70000 h
CARACTÉRISTIQUES
1
Valeur exigée
Documents à fournir
Déclaration du fabricant
Puissance d'entrée nominale en w :
Grand modèle
≤ 60w
Petit modèle
≤ 30w
2
Indice IP
> IP66
Rapport de test laboratoire
3
Indice IK
> IK08
Rapport de test laboratoire
4
Classe
II
Rapport de test laboratoire
5
Vasque
verre plat trempé 4 mm extraclair
Déclaration du fabricant
6
Corps
en Font aluminium Conçu
afin de maximiser le transfert
de chaleur avec un système de
gestion thermique
Déclaration du fabricant
7
Flux lumineux plaque en lm
≥7700
Déclaration du fabricant
≥4000
8
Flux lumineux nominal pour le
luminaire en lm
9
Efficacité du luminaire LED en lm/w
11
Voltage
11
Accessoires :
12
Durée de vie assignée (en
heures) du module LED a 25°C
avec facteur de maintien du
flux lumineux nominal associé
Température de couleur
GM
PM
Indice de rendu de couleur (IRC)
13
14
15
Température ambiante de
fonctionnement pour un luminaire en
°C
16
Protection contre les surtensions
17
Driver LED connectable à la
télégestion
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
≥5500
≥3000
≥100
Déclaration du fabricant
Déclaration du fabricant
220V to 240V 50Hz
Rapport de test laboratoire
Connecteurs étanche IP67
pour raccordement au réseau
Déclaration du fabricant
L80B20 ≥100 000 h
Rapport LM80
Déclaration du fabricant
≥ 4000 °K
≤ 3000 °K
≥70
Déclaration du fabricant
-30 à 50 Degrés Celsius
Déclaration du fabricant
> 10KV
Déclaration du fabricant
1-10V OU DALI
Déclaration du fabricant
Page 10
Cahier des Clauses Techniques Particulières
18
GRADATION
19
Binning
20
Joints et vis
21
Sécurité photobiologie
22
Garantie fournisseur de l’appareil
Luminaire et équipements
Rapport de test de laboratoire
indépendant Luminaires LED
23
24
Rapport de test laboratoire
indépendant sur le Driver
25
Rapport de test laboratoire
indépendant Modules LED
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Auto-programmé
Individuel OU par
télegestion
Ellipse 4 SDMC
Joints en silicone expansé
antivieillissement et vis acier
INOX AISI 304
Classe RG0 selon ma norme
EN 62471
≥ 5 ans
Le laboratoire de test doit être
accrédité ISO17025
Le laboratoire doit être
accrédité ISO17025
Déclaration du fabricant
Rapport de test laboratoire
Déclaration du fabricant
Rapport de test laboratoire- Rapport
de test sécurité photo-biologique
(IEC62471)
Attestation du fournisseur
-Certificats Laboratoire (ISO17025)
-Rapport IEC60598 (IEC60598-2-3)
-Rapport de test EMC (EN55015,
EN61547, 61000-3-2)
- Rapport de test IEC61347-1, -2-13
- Rapport de test IEC62384
CEI 62031 : 2018
CEI 62717: 2014
Câblage Basse Tension
Réseau souterrain
Les câbles seront du type U1000RO2V
Pour le calcul des sections des conducteurs, après application des marges de sécurité, il sera tenu compte des
prescriptions de l’U.T.E. Normes Française NFC 15-100 et additifs dans leur intégralité.
Les câbles seront impérativement des séries cuivre 1000 volts isolés sous gaine au polyéthylène réticule
chimiquement.
La section des conducteurs ne sera jamais inférieure à 2.5 mm²
L’Entrepreneur doit fournir des câbles dont les caractéristiques d’isolation sont compatibles avec la
température limite de l’âme à ne pas dépasser. L’isolement et les bourrages doivent être chimiquement inertes
et imputrescible, ils ne doivent ni absorber ni drainer l’humidité ni provoquer des effets nocifs sur les
constituants des câbles en contact avec eux.
L’installateur devra préciser les caractéristiques physiques et chimiques des câbles.
Il devra également indiquer les intensités admissibles compte tenu du mode de pose et des conditions
d’ambiance.
Les câbles devront pouvoir résister :
 Aux huiles normalement utilisées comme combustible,
 A l’immersion dans l’eau en particulier l’eau de mer
 Aux bases et aux acides.
Les câbles devront supporter :
 En permanence les intensités sous Un-15% (alternatif) auxquelles s’ajoutent les surcharges. Pour ce
régime, la chute de tension maximale dans le câble considéré ne doit pas dépasser 3%.
 Le surchauffent admissible sur court-circuit pendant la durée des temporisations des protections et le
temps nécessaire jusqu’à l’extinction de l’arc.
Les sections des câbles doivent également tenir compte des intensités de déclenchement choisies pour le seuil
de réglage des protections. La valeur du courant de défaut passant dans l’appareillage doit en effet rester
suffisante pour provoquer dans tous les cas le fonctionnement des protections.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 11
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Grillage-Gaine
Le grillage de signalisation sera de couleur rouge, de 0,40 m de largeur, haute résistance et prédécoupé.
Les gaines seront des conduits IP 44, de type T.P.C: N, cintrable, conforme à la norme NF EN50086 2-4. Ce
sont des conduits double paroi, à surface extérieure annelée et surface intérieure lisse, de couleur rouge ou
gaine noire avec liseré rouge.
Les dimensions autorisées sont les suivantes :
• câble jusqu'à 16 mm² le diamètre de la gaine 63/75
• câble au-dessus de 16 mm² le diamètre de la gaine 78/90
Pour l'alimentation de certains mobiliers urbains ayant une entrée de câble réduite, l’utilisation de gaine de
diamètre 30/40 sera autorisée
Armoire de commande
Maintenance et Entretien des armoires existantes
a/ Généralités
L'armoire de commande fait partie du présent lot, il est défini et figuré sur le schéma unifilaire sa conception
devra être conforme aux spécifications du norme et aux indices de protection suivant la nature du local dans
lesquels il sera installé
L'enveloppe sera dimensionnée de façon à permette une extension équivalente, en modules, 30% de
l'équipement de base.
b/ Présentation
L'armoire sera obligatoirement du type modulaire avec plastron et porte équipée de fermetures a poignée et
serrures à clé
Les finitions et teintes seront celles de la gamme des fabrications ou soumises préalablement aux choix du
Maître de l'Ouvrage
Il comportera en face avant, en encastré sur fronton ou porte tous les appareillages de signalisations
lumineuses.
c / Equipement
Les appareillages intérieurs, seront montés, sur des platines supports, soit sur des barreaudages type rail de
façon rigide. L'armoire comportera :
 Un dispositif de coupure générale en charge, omnipolaire, par disjoncteur
 Un répartiteur de phase en cuivre
 Un collecteur de terre, en barre cuivre, de section appropriée
 voyants de signalisation "Présence Secteur"
 Tous les équipements de protection sélective et de circuits de commandes (contacteurs)
Le choix des disjoncteurs de protections tiendra compte de l'intensité de court-circuit (Icc) présumée, au
point de leur installation
d / Câblage – Repérage
Tous les câblages seront réalisés en conducteurs isolés cuivre, de sections appropriées, série SV, sous
goulotte P.V.C, et aboutiront sur des borniers de départ.
Les repérages des câblages et appareillages seront conformes aux Normes et règles de l'art.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 12
Cahier des Clauses Techniques Particulières
3
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
TELEGESTION ET TELE CONTROLE
Introduction
Le système de gestion d’énergie est idéal pour contrôler à distance n’importe quelle installation électrique. La
surveillance et l’enregistrement de la consommation sont essentiels pour mettre en place un plan énergétique
visant à optimiser les ressources disponibles tout en assurant son suivi.
Les dispositifs de commande le constituant s’installent et se connectent facilement aux dispositifs déjà
existants dans chaque centre de commande à gérer. Grace au module GPRS intégré dans les équipements
l’ensemble des informations obtenus (mesures, états des dispositifs, capteurs …) est envoyé en temps réel au
centre de contrôle chargé de centraliser toutes les fonctionnalités.
Outre le fait de contrôler toutes les mesures électriques, de gérer l’état des dispositifs et de générer des
alertes, le système est aussi apte à géolocaliser tous les équipements existants dans le système et à réaliser des
inventaires actualisés des installations existantes.
Pour un contrôle accru et plus de surveillance des installations, le système facilité l’exportation de rapports et
de statiques de n’importe quelle fonctionnalité des installations : mesures économies, statistiques,
incidences …
Le but est de réaliser un système de télégestion permettant la commande, le contrôle, le diagnostic et le
suivi de l’éclairage public. Il permet des économies d’énergie, réduit les coûts de maintenance et accroît la
fiabilité de l’éclairage extérieur.
Avec ce système, les points lumineux peuvent être mis individuellement et à tout moment sous ou hors
tension, ou encore réglés sur n’importe quel niveau de gradation. Les points lumineux d’un emplacement
spécifique peuvent être regroupés afin d’être commandés simultanément. La durée d’utilisation et l’état de
chaque lampe peuvent être contrôlés et tout dysfonctionnement est signalé à l’emplacement exact de la
panne. Grâce à ces possibilités, les coûts de maintenance peuvent être considérablement réduits de par la
durée de vie accrue des lampes et de par la planification précise des interventions de maintenance.
Pour exploiter au maximum l'avantage économique des LED, les luminaires doivent comporter un système
électronique à microprocesseur qui contrôle le flux lumineux et assure une gradation continue de 0 à 100%,
entraînant ainsi des économies d'énergie proportionnelles. Ce système permet de diminuer la puissance du
luminaire pour certaines installations, soit selon des périodes programmées, Notamment, selon la norme
UNI-11248: 2007 relative au réseau routier, il est possible de faire un classement dynamique des voies et de
les faire descendre de deux catégories pour réduire le flux lumineux la nuit, sur quelques périodes, quand le
trafic est peu intense. L'éclairage dynamique est aussi recommandé pour les espaces à faible fréquentation.
Le luminaire ou le mât comportera un contrôleur pour surveiller les paramètres caractéristiques de
fonctionnement. Ce système de télégestion est appelé « liaison point à point ». Ce système se base sur la
technologie de courant porteur qui autorise la communication bidirectionnelle des informations numériques
entre le module installé sur l'appareil et le module de gestion OU par Rf : La fréquence radio longue portée
permet la qualité et la stabilité du signal même dans zones urbaines, avec une distance allant jusqu'à 12 km .
Le module de gestion est placé à l'intérieur de l'armoire électrique. Les informations numériques sont
modulées sur la tension du secteur ou par RF , il n'y a donc pas besoin de bus ou de câbles supplémentaires.
La « liaison point à point » permet, de surveiller et d'enregistrer les paramètres électriques de l'appareil, puis
de générer selon les anomalies, des alarmes, d'éteindre, d'allumer ou d'ajuster son intensité lumineuse. Tout
ceci se fait par des commandes manuelles ou planifiées. La communication entre l'unité de commande (PC)
et la « liaison point à point » se fait toujours via le gateway par l'intermédiaire des interfaces de
communication traditionnelles (GSM-GPRS-réseau LAN, etc.). Le gateway communique aussi avec les
points lumineux en mode bidirectionnel.t
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 13
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Limites des prestations
Le prestataire de ce service sera une entreprise ayant la qualification de concepteur et réalisateur de
solutions de gestion d'éclairage urbain (lui-même ou son partenaire ''sous-traitant'' contractuel) ayant
conçu une solution pour une ville (500 points d'éclairage au minimum) durant les cinq dernières
années, cette réalisation sera justifiée par une attestation.
Au titre du présent lot L’entreprise est tenue de fournir un système de GTC appliqué à l’éclairage public
qui est l’outil d’exploitation et de gestion permettant les fonctions principales suivantes :
Les points a contrôler ne concernent pas les lanternes PM installées dans les ruelles.
- Principe de fonctionnement : dans les grandes artères, la communication bidirectionnelle du gateway
aux points lumineux doit être réalisée par courant porteur (CPL) ou radio fréquence RF. La liaison
du gateway au poste de gestion centralisé doit être réalisé par connexion GPRS, ADSL wifi ou radio
pour la gestion et le paramétrage des scénarios d’éclairage, l'envoi des informations d'alarmes sur
mobile ou mail ou sur le réseau intranet ou internet sécurisé de l’utilisateur..
- La surveillance et le contrôle permanent des défaillances et des dérives des équipements techniques,
localisations des défauts du réseau (a partir d’images graphiques des départs concernés), la détection
la signalisation des défauts en temps réel
- Le suivi des états de fonctionnement, des puissances, de consommation par départs, le calcul
prévisionnels, comparaison d’une année a l’autre, détection des piquages sauvages ,.
- mesure et archivage des différents paramètres électriques tel que : puissance, cosφ, tension, courant
- La conduite et le pilotage des équipements électriques : une commande intelligente et optimal de
l’allumage et extinction (en intégrant une horloge astronomique et des événements
programmés), passage a la puissance réduite ,
- Le réglage des paramètres de fonctionnement de toutes les fonctions automatisées.
- L’optimisation générale des fonctionnements et la gestion des interactions pour prendre en compte
les impératif de différentes natures : sécurité des personnes simplification des opérations
d’allumage et extinction limitation des charges.
- L’archivage des évènements majeurs et des principaux indicateurs.
- L’établissement des tableaux de bord énergétiques.
- L’établissement des données de gestion de la maintenance (heures de fonctionnement, nombre de
cycles de manœuvre, durées des défaillances, temps de remise en état).
- L’établissement d’un tableau de bord de gestion pour la maintenance des équipements avec
déclenchement des actions préventives et curatives.
- Le dialogue en langage clair, de manière conviviale à l’aide des outils habituels de la microinformatique (écran graphique couleur, souris de pointage, etc…) et superviser à partir d’un poste
central sur micro-ordinateur pour donner accès à des fonctions évoluées
- le système doit être modulaire, extensible et évolutif il doit pouvoir dialoguer avec d’autres système
analogue conformément a la norme de communication CEI 61850
- température de fonctionnement : -20 a 60 °C
- Programme de formation pour deux ingénieures, deux techniciens et quatre ouvriers.
- licences du logiciel
Ces fonctions seront traitées soit individuellement, soit en intégration sur un même système de supervision.
Dans le cas d’un traitement séparé, l’entreprise a en charge de mettre en place toutes les interfaces
nécessaires (matérielles et logicielles) à l’échange d’informations entre les divers systèmes.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 14
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Caractéristique Générales
Le système est constitué de :
 Centre de Contrôle : sera situé dans les bureaux des superviseurs on y coordonne tous les services à
fournir, on y exploite toutes les données (lectures, mesures, factures, plan inventaire …) et par
conséquent on y réalise la surveillance des installations d’éclairage public. En outre c’est aussi depuis le
centre de contrôle que se gèrent les services de maintenance préventive et corrective (incidence,
rapports sorties enregistrement du stock …) tous étant intègres dans le système.
 Contrôleur d’Energie : ce sont les équipements de contrôle à installer dans les centres de commande
d’énergie d’éclairage public permettant l’ouverture et la fermeture des circuits ainsi que la gestion des
consommations et des mesures électriques et qui au moyen de sa connexion RS-485 /RS422 donne la
possibilité de connecter différents dispositifs.
 Serveurs SIG : ils stockent l’ensemble des informations enregistrées (mesures calculs, programmations,
inventaire, données géographiques …) utilisées pour la gestion de l’information géographique de
l’éclairage public.
 Plate – Forme web de Gestion : il s’agit de l’outil conçu pour interagir avec le système de gestion de
l’éclairage public. Différents niveaux d’utilisateurs sont créés avec distinctes autorisations d’accès s
autorisations d’accès. Grâce à cette plateforme on peut gérer tous les centres de commande, consulter
les mesures, les lectures, les économies, les plans les graphiques, contrôleur la maintenance, les
incidents, les visites, stock … toutes ces fonctionnalités seront décrites ci-dessous.
Les principales caractéristiques du système de télégestion et de télé-contrôle sont :
 Évolutif : ou système ouvert en ce qui concerne la possibilité d’élargir ses fonctionnalités et ses données
en fonction de la nécessité de besoins spécifiques par exemple de nouveaux équipements, capteurs et
ou types des signaux (caméras IP, température, flux lumineux, force du vent…).
 Compatible : ou consolidé en ce qui relève de l’architecture, des systèmes opératifs, des langages et
des formats de programmation sur lesquels le système s’appuie.
 Intégrable : la plate –forme peut être intégrée dans les bases de données et de l’infrastructure de son
entreprise voire même intégrer d’autre bases de données de la plate- forme.
 Inter-Connectivité Bidirectionnelle : afin que le système soit connecté avec d’autre modules ou
d’autre plates – formes comme CRMs ou ERPs des applications commerciales ou des bases de
données des applications tiers peuvent s’interconnecter avec le système par le biais de services web
d’utilisation simple et sûre.
 Continu : Cela permet de visualiser et de transmettre les renseignements des services électriques à la
fois géographique et alphanumérique, sans interruptions ni discontinuités.
 Configurable : ce qui permet le téléchargement de propres informations cartographiques, la
configuration des contenus et des profils des utilisateurs. Il permet également le téléchargement de
cartographie et inventaires personnels ou de tierces organismes (administrations, instituts de
cartographie, cadastre, google Maps Maps ,BingMaps, etc).
 Personnalisable : en ce qui concerne l’image du client et ses fonctionnalités.
 Accessibles : depuis divers navigateurs web et depuis des applications spécialement conçues pour des
dispositifs mobiles multiplicateurs.
 Intuitif : système visuel et facile d’utilisation
 Basé sue des standards OGC interopérables
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 15
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Contrôleur d’Energie
Le contrôleur d’énergie est un équipement multidisciplinaire conçu pour réaliser le télécontrôle et la
télégestion d’installations électriques. Il permet le contrôle d’ouverture et de fermeture des circuits gère les
consommations et les mesures électriques et donne la possibilité de se connecter à différents grâce à sa
connexion RS-485 /RS422.
La conception modulaire permet de remplacer les modules dans le Gateway, permettant une variété de
technologies de communication :
Rf : La fréquence radio longue portée permet la qualité et la stabilité du signal même dans zones urbaines,
avec une distance allant jusqu'à 12 km. Il est également utilisé où Les luminaires d'une rue sont alimentés
par différentes sources.
PLC: la Communication par courant porteur ne nécessite aucun câble supplémentaire pour la communication
des données n'est requis, les données sont transmises directement par injection de mots en binaire sur la ligne
d’alimentation triphasée.
Il sera installé dans les armoires électriques un Modem GPRS 3G-4G intégré indépendant de l’opérateur.
Communication protégée VPN par modem 3G libre. Gestion des équipements avec IP fixe
Contrôle d’ouverture / fermeture de 1 output et 2 inputs digitaux pour des capteurs extensibles.
Horloge astronomique intégrée.
Possède tous les analyseurs nécessaires au contrôle de : la tension, l’intensité, la puissance active et réactive, la
puissance capacitive, l’énergie, le facteur de puissance la distorsion harmonique, etc.
Gestionnaire d’énergie doté d’un logiciel embraqué.
Notification d’alarme par e-mail et SMS.
Mise à jour de firmware de manière sécurisée à distance
Caractéristiques Techniques
Caractéristiques Techniques
Entrées
Sorties
Possibilités d’augmenter
Sorties / Entrées
Entrées digitales libres de potentiel
Contrôle de : relais, détection de déclenchements de protection et / ou vérifier
l’état des contacteurs, des circuits, des détecteurs de rupture de câbles et
d’intrusion
Le contrôle des contacteurs ou de n’importe quel dispositif au moyen de relais
libres de potentiel.
Intensité maximale de manœuvre : 740VA
Tension maximale de manœuvre : 250VAC
Courant maximum de commutation : 5A (résistif)
Extension des équipements connectés en série
Serveur
RS- 485 pour 3 connexions périphériques (analyseurs, différentiels, contrôleurs
d’isolement). Au minimum
RJ -45 connexion à un routeur et fonction de routage.
Modem GPRS intégré. Intégration de SIM dans le dispositif
RS232 connexion PC local
RS 422 pour connexion autres modules de contrôle
Xml et web intégrés
Display
LCD retro illumination
Mémoire
Interne de 256 MB min
Communication
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 16
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Alimentation
Sécurité
Réglementation
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Tension : 85-264 VAC
Fréquence : 47-63.Hz
Consommation maximale : 5-8A
Température de travail : -10 / 60°C
Humidité : 95%
Protection face au choc électrique ave double isolement classe II-IP 20
selon normes européennes en vigueur : IEC 60664 , EN 55011, EN 61000
Plate – Forme WEB pour la Gestion de l’Energie
La plate – forme est flexible et permet divers niveaux d’intégration de l’information GIS en fonction des
besoins et des capacités du client.
Toute l’information graphique et alphanumérique demeure accessible depuis la plate –forme web sans avoir
besoin d’un logiciel additionnel. Le viseur de télégestion fourni est compatible pour les navigateurs traditionnels
ainsi que les dispositifs mobiles.
En outre La plate – forme offre également un niveau d’intégration GIS dans lequel les données peuvent être
utilisées par des systèmes tiers ou des applications utilisant les services GIS basées sur les standards OGC en
consultant directement les données depuis la plate – forme mise à leur disposition. Les services auxquels nous
référons sont les services WMS et WFS qui pourront être consultés et utilisées sans avoir besoin de disposer
d’un référentiel géographique constamment actualisé, en ayant toujours accès à la dernière version des données
par le fait d’y recourir en temps réel.
Après avoir effectué l’intégration de toute l’information et accédé à la plate – forme, tous les éléments géolocalises qui forment partie du système de l’éclairage peuvent être visualisés.
Fonctionnalités Générales
L’une des caractéristiques principales du système de télégestion et télécontrôle, est la capacité à contrôler
l’installation de l’éclairage 24h sur 24h les 365 jours de l’année, commander, les ouvertures et fermetures,
contrôler la consommation, les systèmes de protection ainsi que l’inventaire de tous les éléments du système
d’éclairage public pour gérer les inspections de maintenance.






Consommations : Visualisation de mesure électrique : tension ampérage, intensité, énergies, cos
phi…..
Ouvertures : Contrôle et programmation des ouvertures et fermetures des circuits
Alertes : Gestion des alarmes et incidences : consommations fonctionnements anormaux…
Inspections : Outil pour le suivi d’inspections et maintenance préventive.
Inventaire : géolocalisation et inventaire mis à jour de tous les équipements du réseau d’éclairage
Rapports : réalisation de rapports fiches stockage de documents fiches, rapports, plans…
Les fonctionnements généraux du système sont décrits à continuation :
1- Inventaire des éléments du système : tableaux de commandes, lignes électriques, luminaires, lampes
2- Planification des taches : ouvertures, fermetures, alertes … Pour chaque circuit et en fonction des
contacteurs installés dans chaque armoire et / ou régulation de chaque centre de commandes.
3-
Mesures : des paramètres électriques et des consommations globales de chaque entre de
commandes.
4- Géolocalisation : cartes des éléments situés sur le terrain.
5- Détection de disfonctionnements pour les points lumineux :
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 17
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
(en fonction des caractéristiques des équipements de protection installés).
6- Gestion des incidences : lectures Envoi de notification par-e-Mail et SMS selon le degré
d’importance.
7- Programmation et suivi du plan de maintenance préventive
8- Elaboration de rapports au moyen des travaux, graphiques et statistiques de chaque centre de
commandes :

Rapport d’alertes / incidences

Rapport d’inventaire

Rapport des consommations

Rapports d’approvisionnements

Autres ….
9- Surveillance continue de chaque installation : état de l’équipement de contrôle, des différentes lignes
d’alimentation des luminaires.
10- Contrôle à distance automatisé ou manuel.
11- Gestion automatique de jours fériés
Toutes ces fonctionnalités dépendent de la couverture existante dans les lieux d’installations des
équipements de télégestion. Dans le cas de couverture instable, il sera nécessaire d’installer des
équipements spéciaux.
Contrôleur esclave pour chaque lampe
Equipement à installer au niveau de chaque luminaire à contrôler.
Profils de gradation entièrement configurables par heure, semaine et / ou entrées de capteurs
Communication en temps réel sur ligne d'alimentation ou sans fil réseaux.
Prise en charge de la plupart des types d'interface de gradation standard utilisée dans l'industrie ( PWM,
Dali, Relay.).
Détection de défaillances de luminaires
Mesure de Tension, courant, Facteur de puissance et Consommation, Communication en temps réel sur
ligne d'alimentation ou sans fil réseaux.
Antenne RF si nécessaire.
Formation
Un programme de formation concernant les technologies, les matériels et les logiciels sera proposé par le
fournisseur. il devra tenir compte des différents profils utilisant l'installation . le fournisseur indiquera
précisément dans son offre les durées prévues pour chaque spécificité.
Programme de formation pour deux ingénieurs, deux techniciens et quatre ouvriers, après chaque module
dispensé les stagiaires (les personnes formés) établiront une appréciation sur la qualité de la formation. En
cas d'insatisfaction le fournisseur aura à sa charge de refaire le module.
Le fournisseur doit fournir les supports de la formation et les manuels de la solution en langue
française en format papier et numérique.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 18
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
4 MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX
Introduction
Responsabilité de l'entreprise vis-à-vis des tiers
Toutes les mesures d'ordre et de sécurité sont à la charge de l'entrepreneur, il doit supporter toutes les
sujétions relatives à la mise en place et au fonctionnement du matériel
En cas de carence, l'administration peut prendre, aux frais de l'Entreprise, les mesures nécessaires après mise
en demeure préalable.
L'intervention de l'Administration ne dégage pas pour autant la responsabilité de l'entrepreneur
Pour les travaux effectués au voisinage existants (lignes électriques aériennes ou souterraines, canalisations
de gaz, câbles P.T.T, conduits SONEDE ou conduites ONAS), l'entrepreneur doit établir une déclaration
d'intention de travaux auprès de la STEG, P.T.T SONEDE ou ONAS, et ceci 10 jours au mois avant la date
prévue pour le début des travaux.
Tracé des canalisations électriques souterraines et implantation des candélabres ou supports
Lors de l’étude d’exécution et du piquetage des travaux, l’entrepreneur se charge des différentes démarches
auprès des services et administrations susceptibles d’exploiter des canalisations, des réseaux et des ouvrages
divers sur le parcours du tracé projeté.
Il procède à ses frais aux sondages nécessaires.
Il est tenu responsable des dégradations qu’il pourrait occasionner à ces ouvrages et prend en charge les frais
de remise en état et toutes amendes et pénalités éventuelles.
Il lui appartient de conclure avec les parties intéressées tous les accords spéciaux qui sont nécessaires.
A la demande du maître d’ouvrage, un constat d’huissier peut être établi avant le début des travaux.
Les plans d’exécution sont transmis par l’entrepreneur au maître d’ouvrage avant le démarrage des travaux
pour validation. Ils intégreront un photo-montage du matériel d’éclairage ainsi que le positionnement et le
type d’armoire de commande envisagés.
Traversées diverses
Aux traversées des rues ou croisement d’obstacles, chaque câble est posé dans un fourreau dont le diamètre
intérieur ne doit pas être inférieur à 63 mm.
Les fourreaux sont posés sur un lit de sable et recouverts d’une couche de 20 cm de sable et d’un
grillage avertisseur.
Lorsque les fourreaux sont placés en attente, ils sont systématiquement obturés et aiguillés.
Croisement de canalisations
Les croisements de canalisations s’effectuent conformément aux dispositions de l’arrêté
Interministériel du 17 mai 2001. Dans le cas où le câble est posé à moins de 0.50 m d’un obstacle
(Massif de béton par exemple) il convient de protéger le câble par un fourreau résistant le long dudit obstacle,
en dépassant ses limites de 0.50 m de part et d’autre.
Extrémités des câbles non raccordés
En aucun cas les extrémités des câbles non raccordés ne sont laissées en fouille remblayée ou non, ou
à l’extérieur de la fouille, sans être munies de dispositifs d’étanchéité terminaux et d’un repérage.
Piquetage
Introduction :
L'Administration remet à l'Entrepreneur un plan d'implantation (joint au dossier d'appel d’offres) de base.
Ensuite et en présence l'Entrepreneur, elle implante sur le terrain l'origine et la fin de chaque tronçon.
L'Entrepreneur établit le plan d'implantation et le tracé du réseau, le remet à l’Administration pour examen
et après accord de celle-ci, le plan de piquetage sera considéré comme définitif. Le plan de piquetage définitif
doit comporter les indications suivantes :
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 19
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse

Le type, et les caractéristiques de chaque foyer lumineux et de ses accessoires, la hauteur de feu
par rapport au sol, le mode de fixation des appareils et des accessoires
 Le type, les caractéristiques et les emplacements des supports à mettre en œuvre, la distance
séparant deux supports consécutifs
 Le type, et les caractéristiques des conducteurs d'éclairage public installer, la longueur des
différents tronçons leur mode de fixation, le tracé des canalisations
 Le type, et les caractéristiques des canalisations de raccordement au réseau de distribution publique
 Les caractéristiques et les emplacements des appareils de protection et de commande
Piquetage
L'implantation est matérialisée sur le terrain par l'Entrepreneur compte tenu des sujétions résultant des
servitudes et ouvrages existants
Après vérification de tous les points par l'Administration, un procès-verbal de piquetage est préparé par
l'Entrepreneur puis vérifié et accepté par l'Administration
Massifs des candélabres
Dans tous les cas, les dimensions du massif sont adaptées à celles du candélabre.
Pour l’emplacement des candélabres ou des bornes autour d’un parking, il est indispensable de tenir compte
du mouvement des véhicules et du porte à faux de ces derniers lors des stationnements.
Pour chaque candélabre commandé, l’opérateur économique doit systématiquement indiquer au fournisseur
le lieu exact de sa pose. Il doit veiller à ce que tous les candélabres installés soient étiquetés conformément
à la norme EN40.
Il faut tenir compte de la nature du sol pour le calcul des massifs en béton. La formule d’ANDRE & NORSA
sera appliquée.
 La composition du béton employé pour la confection des massifs est celle fixée Comme suit :

350 kg de ciment HRS pour 400 litres de sable et 800 litres gravillons 15/25.

L’origine des matériaux sera soumise à l’approbation du maître de l’ouvre

Les dimensions normales de la base d’un massif en béton sont égales à l’entraxe de trous de fixation
de la plaque d’appui, majorées de 30 cm au minimum.
Les dimensions des massifs feront l’objet d’une note de calcul présentée par l’entreprise en fonction du type
de candélabre et du coefficient de butées des terres composant le terrain et des équipements à installer. Afin
d’éviter des accidents, le béton sera coulé aussitôt la fouille achevée.
Les tiges de scellement devant être noyées dans le béton sont fixées solidement sur un cadre amovible, afin
de maintenir leur écartement à l’entracte des trous de fixation de la semelle du candélabre. Elles ne doivent
pas dépasser du massif de plus de 5 cm. Chaque tige de scellement doit être munie d’un écrou, d’un contreécrou et deux rondelles de diamètres appropriés pour assurer un serrage efficace du candélabre. Les parties
hors massif des tiges de scellement sont soigneusement protégées par fourreau O 40 rempli de flintkot et
graisse avant le remblaiement en vue d’éviter la détérioration des filetages. Le haut des tiges de scellement
du massif sera à 0.10m minimum au-dessous du niveau fini. La face supérieure du massif sera conçue de
façon à permettre l’écoulement de l’eau vers l’extérieur et à protéger les pieds des candélabres et les goussets
d’attache.
Les tiges d’attache des candélabres ainsi que les fourreaux de passage des câbles seront placées dans le béton
frais. Il est absolument interdit de faire des trous dans le béton durci.
La face supérieure du massif doit être soigneusement lissée.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 20
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Après dressage et réglage du mât, Entrepreneur devra exécuter, dans les délais les plus brefs :



La protection des boulons de fixation par compound ou réservoir à graisse,
La pointe de diamant (si besoin)
La chape de ciment maigre (si besoin).
Coulés :
Ils seront dans leur partie enterrée, coulés à pleine fouille.
Il est prévu également la pose des fourreaux, dont la nature et le diamètre sont conformes aux prescriptions
de ce Cahier, qui assurent le passage des câbles d’alimentation dans le massif et du câble de mise à la terre.
La dimension des massifs sera au minimum celle préconisée par les constructeurs de supports en fonction
de la nature des sols et de la région des vents. L’administration sera en droit de demander à l'entreprise la
note de calcul agréée par un organisme de contrôle. Une copie du bon de sortie de la centrale de béton
devra être fournie au représentant de l’administration. Les massifs devront être coulés en pleine fouille, le
béton étant soigneusement vibré dans la masse. Tous massif non vibré sera démolis et refait aux frais de
l'entrepreneur. Un temps de séchage de 20 jours minimum est demandé avant la pose des mâts d'éclairage.
Les regards de tirages
Les regards de tirage de dimensions 70x70x100 et 60x60x80 :
Ils seront implantés selon plan ci-joint et seront utilisés pour les grandes longueurs de fourreautage et aux
changements de direction. Ils seront construits selon détail ci-joint en béton armé (ciment HRS) dosé à 350
kg /m3. Ils seront entièrement encastrés au sol, leur bord supérieur y compris dalette de couverture sera arrêté
au même niveau que le terrain environnant, il sera prévu un cadre et pré cadre en cornière de 5cm galvanisé
a chaud, les fond seront en béton avec trou de drainage, il sera procédé après tirage des câbles au rebouchage
des trous de passage. Ils seront recouverts ensuite par :
 Des dalettes en béton armé au niveau des trottoirs et TPC .
 Des couvercles en fonte série lourde pour les bretelles et zones carrossables
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 21
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Les quantités des regards de tirage peuvent varier en plus ou en moins de 0 à 150% sans que l'entreprise
puisse élever des réclamations.
Les chambres de tirage 40x40 cm :
Ils seront en béton préfabriqué ou coulé en place avec tampon léger de couverture pour chambre de tirage
sur le réseau d’éclairage public Le tampon sera en fonte avec repérage et sigle au choix (sigle de la
commune).La construction en béton armé ciment HRS dosé à 350 Kg/m3 ou la fourniture d'un regard
préfabriqué, la mise à niveau, le remblaiement en grave 0/20.
Remontée de la canalisation d’alimentation souterraine dans le candélabre
La canalisation d’alimentation étant disposée dans un fourreau à travers le massif de fondation, le fourreau
doit avoir une longueur suffisante de façon à éviter tout contact entre, d’une part la canalisation et, d’autre
part, le candélabre au niveau de sa plaque d’appui. Cette longueur doit être de 100 mm :
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 22
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Raccordement des candélabres
Le raccordement des candélabres doit se faire impérativement de façon alternée : le premier avec le
conducteur noir, le deuxième avec le conducteur marron, le troisième avec le conducteur noir, le quatrième
avec le conducteur marron, etc.
Tous les conducteurs sont raccordés sur le bornier du coffret classe 2 dans l’ordre suivant : bleu, noir,
marron et gris.
Dans le cas d’un nombre important de câbles, le raccordement des câbles en dérivation se fera dans un coffret
de raccordement extérieur au mât, identifié en temps que tel sur le terrain et le plan de
Recollement.
Dans le cas exceptionnel d’utilisation d’un luminaire de classe 1, ou d’une extension sur un réseau existant,
ce boîtier devra être équipé en plus d’un DDA à ré-enclenchement à la mise sous tension, et accompagné
d’un organe de sectionnement calibré à la puissance de la lampe.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 23
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Éclairage de façade et d’illuminations
Les applications de raccordements d’éclairage en façade ou d’illuminations temporaires doivent être
conçues suivant la norme d’installation NF C 17-200 édition mars 2007 et le guide UTE C 17-202 édition
mars 2007.
Le mode d’installation et de pose se différencie suivant les 2 cas suivants :
Cas n°2 : Boîtier non accessible aux personnes
Cas n°1 : Boîtier accessible aux personnes
Hauteur inférieure à 3 mètres ou à moins d’un mètre en Hauteur supérieure ou égale à 3 mètres et supérieure ou égale
à un mètre en projection horizontale d’un balcon.
projection horizontale d’un balcon.
1.
Installations fixes et provisoires : Protection obligatoire du départ par un DDR dispositif différentiel
à courant résiduel 30mA
2.
Installations fixes : Protection du départ par :
• Coupe-circuit (nécessité d’une protection différentielle en amont du boîtier)
• DDR dispositif différentiel à courant résiduel 30mA
3.
Installations provisoires :
- Protection obligatoire du départ par un DDR dispositif différentiel à courant résiduel 30Ma
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 24
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Implantation des candélabres
Pour une implantation sur un trottoir, ou dans un lieu de passage, l’entrepreneur est tenu de respecter les
exigences liées à l’accessibilité au domaine public des personnes à mobilité réduite.
Le stockage et la manipulation des candélabres sont effectués avec toutes les précautions de rigueur pour
préserver la qualité physique et esthétique des mâts et, en particulier, la peinture.
Les candélabres doivent être parfaitement alignés. Les massifs doivent être de mêmes dimensions et bien
ajustés en hauteur et en recul par rapport à la bordure des trottoirs.
La porte de visite du candélabre est, si possible, positionnée dans l’axe de la plus faible contrainte, et
de façon à ce qu’elle permette une intervention face à la circulation.
Dans le cas d’une implantation dans un talus, l’entreprise veille à ce que le massif soit bien enterré.
L’espace entre le massif et la plaque d’appui doit être totalement comblé par matage avec mortier de
rembourrage sans retrait.
Fin des Travaux –Livraison des Ouvrages à L'Administration
L'entrepreneur soumet au Maître de l'Ouvrage un programme d'exécution tenant compte des délais prévus au
Marché
Les délais à observer sont les suivants :
Piquetage effectué par l’Entrepreneur :
A date de la remise de l'ordre de service de commencement des travaux, le plan de piquetage préliminaire
doit être Soumis par l’Entrepreneur. La mise au point et l'approbation de ce dossier par le Maître d'Ouvrage
doit intervenir dans le délai défini. En l'absence d'observations, le plan de piquetage est réputé accepté
Exécution des travaux comprenant
 Fourniture des matériaux et matériel
 Terrassement
 Ouvrage en béton
 Pose des fourreaux
 Pose des candélabres
 Pose des câbles électriques et raccordement aux compteurs
 Mise en service et essai
 Réception provisoire et repliement
Dossier d’Exécution
Le dossier d'exécution doit comporter tous les plans, note calcul et tout document nécessaire à la parfaite
réalisation du projet dans son ensemble, il doit comporter notamment
- Les plans des ouvrages de génie-civil (regard, massif, tranchée )
- Les plans de cheminement des câbles
- Les plans de piquetage
- Les plans et spécifications techniques de l'ensemble du matériel à installer tels que les candélabres
et supports, les lanternes
Travaux Préparatoires
4.11.1 Signalisation des chantiers
La signalisation complète des chantiers, la fourniture du matériel nécessaire, le maintien en place des
panneaux, le remplacement des panneaux accidentés ou disparus, la surveillance du chantier incombent à
l'Entrepreneur. En cas de carence de celui-ci, les autorités compétentes ou le Maître de l'œuvre peuvent
prendre à leur frais les mesures nécessaires après une mise en demeure restée sans effet.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 25
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
4.11.2 Détérioration des réseaux existants
L'Entrepreneur sera tenu responsable pour tout dommage causé, pendant les travaux aux ouvrages existants,
en particulier les conduites d'eau, P.T.T , ONAS et d'électricité
Tout incident devra être signale à l'administration le jour même que les dispositions nécessaires soient prises
pour la réparation et ceci aux frais de l'entrepreneur.
4.11.3 Déplacement des canalisations
Le déplacement de certaines canalisations doit être fait d'un commun accord avec le maître accord avec le
maître de l'œuvre et en présence des service compétents (STEG, SONEDE, ONAS, TunisiTelecom )
4.11.4 Prescriptions de sécurité
Tous les travaux ou interventions sur les réseaux d'éclairage public, qu'ils soient communs avec la
distribution, doivent effectuer en respectant les prescriptions de sécurité.
Les publications ci-après constituent les documents de base sur lesquels doivent s'appuyer les Entreprises
chargées des travaux, et d'une manière générale, toute personne ou groupe de personnes mandatées par
l'exploitant ou le propriétaire de l'ouvrage pour intervenir de quelque manière que ce soit sur les installations
d'éclairage public, en ce qui concerne la protection et la prévention.
1 - Publication UTE C 18 513 "Prescription de sécurité"
Edition comportant d'additif du 29 Août 1975 se rapportant particulièrement à Public
Elle est applicable aux travaux de construction, d'exploitation et d'entretien des réseaux de distribution et des
ouvrages de production d'énergie électrique soumis au contrôle technique
Elle intéresse, par conséquent, tous les travaux effectués sur les distributions communs avec le réseau de
distribution publique
2 – Publication UTE C 18 515 ‘ Modèle de prescriptions de sécurité '
Elle est applicable aux travaux de construction d'exploitation et d'entretien des installations électriques des
établissements soumis aux dispositions du décret, du 14 Novembre 1962 concernant la protection des
travailleurs contre les courants électriques.
3 - Publication UTE C 18,520 "Instructions générales pour les travaux sous tension"
Mise en Œuvre
4.12.1 Fouilles en tranchées :
Les fouilles seront descendues à pic. L'Entrepreneur sera donc responsable de tout accident qui pourrait se
produire pour cause d'insuffisance de signalisation.
Les travaux doivent être exécutés selon les règles de l'art et conformément aux règles de voiries, aux
règlements sanitaires, aux stipulations du cahier des clauses et aux conditions générales imposées aux
entrepreneurs des travaux publics.
Les tranchées seront faites manuellement. Pour les traversées de chaussée ou les endroits ou il y a difficultés
l’entreprise est tenue de faire un fonçage. Pour ouvrir les tranchées mécaniquement il faut un accord préalable
de l’administration.
Dans les rues à grande circulation, il sera prescrit de faire les traversées de chaussée la nuit. Les déblais de
fouilles seront disposés de manière à gêner le moins possible la circulation qui ne doit en aucun cas être
interrompue par les travaux. L'Entrepreneur n'a pas le droit de réclamer une majoration pour travaux de nuit.
La remise en état provisoire des chaussées et trottoirs doit être faite de façon convenable sans apport des
matériaux neufs pour permettre une circulation aisée.
La génératrice supérieure de la buse doit être au moins 60 cm au-dessous du niveau de la chaussée ou trottoir.
Quel que soit la nature du sol et des obstacles rencontrés, les dimensions des tranchées seront les suivantes :
 Profondeur : 0,80 m.
 Largeur minimale : 0,30 m.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 26
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Dans chaque tranchée, il sera disposé :
 Un premier lit de sable de 10 cm d'épaisseur
 le ou les câbles posés dans les buses de diamètres Indiqués sur plans
 Un second lit de sable de 20cm d'épaisseur
 Le grillage avertisseur en plastique.
 La protection des buses par une couche de 30cm qui sera en béton dans le cas des traversées de
chaussées et en matériaux en provenance des fouilles purgées de tout caillou important susceptible
d'endommager le ou les câbles dans les autres cas.
 Le remblayage de la tranchée jusqu'au niveau du sol soit de 20 cm avec des terres de déblai qui
seront compactées par couches successives, elles seront arrosées si besoin.
 Les Buses et fourreautages seront posés à travers un lit de sable sur un sol bien stabilisé (damné en
cas de besoin) et exempts de tous corps durs.
Il devra être pris toutes dispositions nécessaires pour assurer aux câbles de bonnes conditions de pose
concernant en particulier :
 Le rayon de courbure.
 Le sens de déroulement.
 Les distances de séparation entre des réseaux
de différentes natures.
 Les profondeurs des tranchées.
Dans certaines rues ils sera procédé à une Tranchée mécanisée, type" Micro Tranchée" sous chaussée,
charge minimale 0,40 m, déblais évacués, remblais en Béton de tranchée, Rabotage sur 6*30 cm minimum
et réfection de la couche de roulement à l'identique. (Inclus un rabotage et une réfection enrobé).
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 27
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
 Remblaiement des tranchées :
Cette opération ne peut être effectuée qu'après accord du Maître d'Œuvre. Le remblaiement après la pose des
câbles, gaines, etc., est fait jusqu'à 0,20m au-dessus de la protection à l'aide de terres nobles débarrassées de
pierres. Le remblaiement doit être continué avec des terres criblées à la fourche par couche de 0,20m qui
seront soigneusement tassées ou compactées mécaniquement.
 Réfection définitive des chaussées
Immédiatement après le remblaiement des tranchées, l'Entrepreneur rétablit les chaussées, les trottoirs, les
accotements et les terres pleines selon les règles de l'art et en accord avec le Maître d'Œuvre.
4.12.2 Tirage des Câbles
Les câbles sont déroulés, tirés et mis en place avec le plus grand soin en respectant les indications de
résistance données par le fabriquant.
Le tirage est effectué dans des conditions convenables en évitant le tirage à bras d’homme et au cours de
l’opération les rayons de courbure ne doivent pas être inférieurs à 20 fois le diamètre des câbles mis en
œuvre. Ils sont disposés de façon à serpenter légèrement dans la tranchée, sans toutefois que la longueur ainsi
posée excède cinq pour cent (5%) de la longueur de la tranchée.
L’usage d’outils pour les déplacements latéraux est interdit.
A proximité d’une canalisation existante les précautions ci-après doivent être prises :
 Il s’agit d’un croisement une distance minimale de 0,20m doit exister entre le câble et la
canalisation.
 Si le câble longe la canalisation, la même distance minimale de 0,20 m est imposée.
 S’il s’agit d’une ligne de télécommunication la distance minimale à respecter est de 0,50m
 Cette même distance peut être réduite à 0,20m si les deux lignes P.T.T et éclairage public sont
mises dans des gaines isolantes :
Les fourreaux posés sont recouverts d’une couche de sable de 0,20 m d’épaisseur ou de terre fine si le Maître
d’œuvre l’autorise.
Les extrémités des câbles laissées en fouille sont munies d’embouts étanches.
Dans le cas où le câble ne pourrait être posé à 60 cm, l’entrepreneur pourra le poser à une profondeur
comprise entre 20 et 60 cm à condition de prévoir un tube en acier galvanisé pour la protection du câble. Le
diamètre du tube sera choisi de façon à pouvoir éventuellement ajouter par la suite au moins un câble de
section identique à celui qui y sera posé.
D’autres solutions peuvent être envisagées, dans tous les cas, l’entrepreneur est tenu d’avertir l’Ingénieur au
moins 3 jours à l’avance.
4.12.3 Mise en place des candélabres
Les candélabres devront être verticaux et rigoureusement alignés
L'Administration se réserve le droit de faire déposer, aux frais de l'entrepreneur tous les candélabres qui ne
seraient pas verticaux ou rigoureusement alignés suivant l'axe de la route
La tolérance admise pour la verticalité sera 30 minutes d'angles
Leur implantation fera l'objet d'un soin particulier, l’inter distance est à respecter, à plus ou moins un mètre.
Avant levage, ils seront éventuellement équipés des platines d'appareillages et câbles. En aucun cas, les
lanternes et les lampes ne pourront être montées avant levage
L'élingurage ne pourra se faire ni avec une chaîne ni à l'aide d'une élingue métallique
Toutes les précautions devront être prise pour éviter la détériorée, contre la corrosion, pendant la
manutention.
Si malgré cela la protection était détériorée, il appartiendrait à l’entreprise d’exécuter les retouches durables
nécessaires.
Les écrous devront être bloqués à fond avant de serrer les contre-écrous
L'ensemble tige-écrou, sera protégé par une coulée de compound
Le repérage de la verticalité sera fait avec des rondelles ou des cales placées sous l'embase avec remplissage
au mortier.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 28
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
4.12.4 Pose des luminaires et des lampes sur les candélabres
Les luminaires seront montés après pose et calage des candélabres.
Elles devront être parfaitement ajustées, l'horizontalité transversale étant contrôlée au niveau à bulle
Toutes les lampes seront réglées avec une tige fabriquée par l'entrepreneur et qui s'appuyant sur les bords de
la lanterne, donnera la position de lampe dans trois directions octogonales
Ils devront être manipulés avec le plus grand soin, afin d'éviter toute dégradation. Leur fixation aux supports
devra être effectuée sans jeu. Les raccordements entre les appareillages et les lampes seront effectués par des
câbles de la série U1000 RO2V.
4.12.5 Mise à la terre
Le raccordement au circuit général de terre se fera par la borne prévue à cet effet dans les candélabres
Les mises à la terre et les liaisons équipotentielles seront réalisées de telles façon que les conditions de
sécurité soient assurées c'est à dire en cas d'un défaut entre une masse et la terre, il ne puisse pas apparaître
une tension supérieure
La mise à la terre sera réalisée par des piquets de terre individuelles dans chaque poteau.
La liaison équipotentielle sera réalisée le quatrième fils du câble d'alimentation.
La valeur de la prise de terre doit être inférieure à 3 ohms. L’entrepreneur doit tenir compte de la nature du
sol ; toutes les mesures seront prises par l’entreprise pour l’amélioration de la terre dans les regards de terres,
près des piquets de terre et tout au long du tranché (près du cuivre nu) de manière à aboutir a la valeur de
terre demandée (<3ohms). Le prix de ces prestations et fournitures et inclus dans les prix de l’entreprise
aucune demande de plus-value ne sera acceptée à cet égard.
Les candélabres conducteurs doivent être mis à la terre quelle que soit la classe des matériels qui les
équipent ; cette mise à la terre peut être réalisée par l’une des solutions suivantes ou par une
combinaison d’entre elles :
a)
soit par une liaison à un conducteur nu en cuivre de 25 mm² de section servant à la fois de prise
de terre et de liaison équipotentielle entre les différents candélabres ; dans ce cas, le conducteur
ne doit pas être coupé à chaque candélabre ; la liaison de chaque candélabre est assurée par
une dérivation prise sur le conducteur de protection de manière indémontable (voir Figure 1) ;
Dans ce cas, toutes les connexions sur le conducteur de terre sont généralement réalisées par
sertissage.
Mise à la terre par dérivation sur le conducteur de protection (PE)
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 29
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Cette solution sera utilisée pour les poteaux de styles.
a)
soit par une ou plusieurs prises de terre interconnectées de manière indémontable, la liaison
des candélabres entre eux ainsi qu’avec la borne de terre étant assurée par un conducteur de
protection isolé (voir Figure 2).
Dans ce cas, le conducteur de protection est incorporé dans le même câble ou dans le même fourreau
que les conducteurs d’alimentation.
Mise à la terre par passage en coupure et connexion dans le candélabre
Cette solution est utilisée pour les consoles posées sur façade
4.12.6 Travaux de dépose
Le titulaire du présent marché est responsable des dégradations qu´il pourrait causer et à cet effet, il est
tenu, le cas échéant, de faire toutes réserves avant de commencer le travail et, si nécessaire, de faire établir
un constat des lieux en accord ou conjointement avec le Maître de l'ouvrage
Le matériel sera déposé avec le plus grand soin en vue d´un réemploi éventuel.
Le titulaire du présent marché est responsable de la conservation du matériel déposé au cours du travail et
des manutentions sauf à faire constater que celui-ci est d´ores et déjà endommagé.
La dépose concerne aussi le démontage et la dépose de tous types de potelets selon les règles de l’art.
Le démontage des conducteurs avec récupération des différents connecteurs qui seront enlevés, ils seront
livrés étiquetées au dépôt municipal.
4.12.7 Remise en état des lieux
Après avoir achevé tous les travaux, l'entrepreneur assuré à sa charge :





La réfection des murs ou toitures avec fourniture des matériaux nécessaires à la remise en état
des lieux
Le nettoyage des chaussées
La réfection soignée des trottoirs de toute nature en dallage, carrelage ou en pavé.
Le chargement, transport et déchargement des matériaux non récupérable à la décharge publique
Le repliement du chantier baraques, etc...
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 30
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
5 CONDITIONS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DES ACTIVITES DE
CONSTRUCTION :
Activités de Construction et Règles Environnementales Pour les Entrepreneurs :
L’entrepreneur est tenu de respecter et d’appliquer les conditions énoncées ci-après en conformité avec la
législation et les réglementations nationales en matière de sauvegarde environnementale et sociale.
1.1- Interdictions :
Les activités suivantes sont interdites sur ou à proximité du site du projet :
La coupe ou l’arrachage d’arbres en dehors de la zone de construction approuvés et ce quelle que soit la
raison
La chasse, la capture de la faune, ou la collecte de plantes
Utilisation de matériaux toxiques non approuvés, y compris les peintures à base de plomb, l’amiante, etc .
La perturbation ou la dégradation des objets, édifices, etc . Ayant une valeur architecturale ou historique
Les activités à risques d’incendies
L’utilisation d’armes à feu (à l’exception des gardes de sécurité autorisés)
1.2- Mesures de gestion des travaux de construction :
La gestion des déchets et de l’érosion des sols : les déchets solides, liquides et dangereux doit être
correctement contrôlée par la mise en œuvre des mesures suivantes :
* Gestion des déchets :
- Réduire la production de déchets qui doivent être traités ou éliminés.
- Identifier et classifier les types de déchets générés. Si des déchets dangereux (y compris déchets de soins)
sont générés, les procédures appropriées doivent être appliquées quant à leur stockage, collecte, transport et
élimination .
- Identifier et délimiter les zones d’élimination en indiquant clairement les matériaux spécifiques qui peuvent
être déposés dans chacune d’elles.
- Contrôle de l’évacuation de tous les déchets de construction (y compris les terres excavées) vers des sites
d’élimination approuvés (>300m des ruisseaux, lacs, zones humides).
- Eliminer tous les déchets, métaux, huiles usagées et déblais excédentaire générés pendant la construction
dans des endroits autorisés, tout en prévoyant des systèmes de recyclage et de séparation des matériaux.
* Entretien :
- Identifier et délimiter les zones d’entretien du matériel (>15m à partir de rivières, les ruisseaux, des lacs ou
des zones humides) .
- Veiller à ce que toutes les activités de maintenance des équipements, y compris les changements d’huile,
sont menées dans les zones d’éliminées pour l’entretien, ne jamais déverser les huiles usagées sur le sol ,
dans les cours d’eau , les canaux de drainage ou dans les systèmes d’égouts .
- Faire respecter l’utilisation les voies d’accès, identifiées et délimitées à l’intérieur du site pour limiter
l’impact sur la couverture végétale du site.
- Installer et maintenir un système adéquat de drainage pour prévenir l’érosion sur le site pendant et après la
construction.
* Lutte contre l’érosion :
- Eriger des barrières anti-érosion autour du périmètre de terrassement, des fosses d’élimination et routes.
- Pulvériser, selon les besoins, de l’eau sur les pistes en terre, les déblais, le matériau de remblaiement et du
sol stocké afin de minimiser l’érosion éolienne.
- Maintenir la vitesse des véhicules à ou au-dessous 20km/h en continue dans l’emprise des travaux.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 31
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
* Les gîtes des matériaux d’emprunt :
- Identifier et délimiter les emplacements des gîtes et des bancs d’emprunt, en s’assurant qu’ils sont situés
au moins à 15 mètres de zones critiques, tels que les pentes raides, les sols exposés ou sensible à l’érosion et
les zones drainées directement les plans d’eau sensibles.
- Limiter l’extraction de matériau dans des zones délimités et approuvées.
* Nettoyage du site :
Etablir et faire appliquer chaque jour des procédures de nettoyage du site de chantier, y compris l’entretien
des installations adéquates d’élimination des déchets de construction.
1.3- Sécurité en cours des travaux de construction :
Les responsabilités de l’entrepreneur comprennent la protection de chaque personne et les biens situés à
proximité contre les accidents de construction. L’entrepreneur sera responsable de se conformer à toutes les
exigences nationales et locales en matière de sécurité et toutes autres mesures nécessaires pour éviter les
accidents, y compris ce qui suit :
Marquer soigneusement et clairement les voies d’accès sûrs pour les piétons.
En cas de présence d’écoliers dans le voisinage, prévoir le personnel de sécurité routière pour diriger la
circulation pendant les heures scolaires.
Maintenir l’approvisionnement de fournitures pour la signalisation routière ( y compris peinture , matériel
signalisation , chevalets , etc.) , le marquage des routes , et des garde-corps pour maintenir la sécurité des
piétons lors de la construction .
Formation des ouvriers et personnel du chantier aux règles de sécurités avant le début des travaux.
Fournir des équipements et vêtements de protection (lunettes, gants, masques à oxygène, masques à poussière
, casques , bottes de sécurité à embout d’acier ,etc.) pour le personnel et les ouvriers du chantier et faire
respecter leur utilisation .
Prévoir des affiches, indications et fiches signalétiques pour chaque produit chimique présent sur le chantier.
Exiger de tous les travailleurs de lire et s’assurer qu’ils ont bien lu et compris toutes les fiches signalétiques
et les informations sur les produits chimiques.
Veiller à ce que l’élimination des substances toxiques soit effectuée et éliminés par des ouvriers spécialement
formés.
Suspendre tous les travaux pendant les fortes pluies ou les urgences de toute nature.
1.4- Nuisances et contrôle de la poussière :
Pour contrôler les nuisances et la poussière l’entrepreneur doit :
- Maintenir tout le trafic lié aux travaux à une vitesse inférieure ou égale à 20 kilomètres par heure dans les
rues situées à moins de 200 m du chantier.
- Maintenir tous les engins à l’intérieur de l’emprise des travaux à une vitesse inférieure ou égale à 15
kilomètres par heure.
- Dans la mesure du possible, maintenir les niveaux de bruit associés à toutes les machines et équipement
inférieur ou égal à 90dB.
- Dans les zones sensibles (y compris les quartiers résidentiels, les hôpitaux, maisons de reposent.) la mise
en œuvre de mesures plus strictes peut s’avérer nécessaire pour éviter tout niveau indésirable de bruit
- Réduire le dégagement de poussière et de particules dans l’air en tout temps, pour éviter tout niveau
indésirable de bruit.
Réduire le dégagement de poussière et de particules dans l’air en tout temps, pour éviter les impacts sur les
ménages et les entreprises environnantes, en particulier les personnes vulnérables (enfants, personnes âgées).
- Prévoir des phases d’enlèvement de la végétation pour éviter que de grandes surfaces soient exposées au
vent.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 32
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
- Placer les écrans de poussière autour des zones de construction, en accordant une attention particulière aux
zones à proximité des habitations, zones commerciales, zones de loisirs.
- Pulvériser de l’eau selon le besoin sur les pistes en terre, les zones de terrassement et de stockage des déblais
ou de matériau de remblaiement.
- Appliquer les mesures appropriées pour minimiser les perturbations dues aux vibrations ou au bruit
provenant des activités de construction.
1.5- Relation avec la Communauté :
Pour améliorer les relations communautaires adéquates l’entrepreneur doit :
- A la suite des exigences nationales d’évaluation environnementale, informer la population sur les
calendriers des travaux, l’interruption des services, les itinéraires de déviation de la circulation et lignes
provisoires de bus.
- Limiter les travaux pendant la nuit. Lorsque cela est nécessaire, planifier soigneusement le travail de nuit
et s’assurer que les riverains sont bien informés afin qu’ils puissent prendre les mesures nécessaires.
- Informer la population concernée au moins cinq jours à l’avance de toute interruption de service (y compris
l’eau, électricité, téléphone, lignes de bus) , par le biais d’affiches sur le site du projet , aux arrêts d’autobus
, et dans les maisons ou les entreprises touchées .
Procédures en Cas Découverte de Pièces ou Vestiges D’Importance Culturelle :
L’entrepreneur est responsable de se familiariser avec les procédures qui doivent être respectées en cas de
découverte fortuite d’objet précieux ou d’importance culturelle, historique et archéologique dans les fouilles
pendant les travaux (Chance Find Procédures), notamment :
Arrêter le travail immédiatement après la découverte de tout objet ayant une possible valeur historique,
archéologique, paléontologique, ou culturelle, annoncer les objets trouvés au chef de projet et informer les
autorités compétentes.
Protéger correctement les objets trouvés aussi bien que possible en utilisant les couvertures en plastique et
mettant en œuvre si nécessaire des mesures pour stabiliser la zone.
Prévenir et sanctionner tout accès non autorisé aux objets trouvés.
Ne reprendre les travaux de construction que sur autorisation des autorités compétentes.
Obligations au Cours de la Période de Garantie :
L’Entrepreneur est tenu, pendant la période de garantie, d’effectuer l’entretien courant des ouvrages réalisés
et à remédier aux impacts négatifs qui seraient constatés, tels que les tassements, les érosions ou les
éboulements de terrain.
Les aspects environnementaux tels que la reprise de végétation, le rétablissement des écoulements et du
régime hydraulique des oueds, sont également couverts par ce délai de garantie.
Les obligations des entrepreneurs courent jusqu’à la réception définitive des travaux qui ne sera acquise
qu’après complète exécution des travaux d’amélioration de l’environnement prévus au contrat.
Mesures Relatives à L’Organisation et a la Conduite des Travaux :
Les principales règles à suivre par l’entreprise dans le cadre d’une bonne organisation et conduite des travaux
sont :
-Prendre toutes les mesures appropriées en vue de minimiser les atteintes à l’environnement, en appliquant
les prescriptions du contrat et veiller à ce que le personnel, les personnes à charge et les employés locaux,
les respectent et les appliquent également.
-Présenter, d’après les délais d’exécution contractuels, l’échéancier de réalisation des travaux dans ses
différentes phases et respecter les durées d’exécution prévues.
-Faire usage de rigueur dans la réalisation des travaux, ce qui impose une coordination rationnelle des
chantiers.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 33
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
-Respecter les horaires de travail.
-Veiller à ce que les lieux de travail, les installations, les matériels, les outils et les équipements soient
toujours dans un état tel que les travailleurs soient protégés des risques d’accident ou d’atteinte à la santé .
-Fournir aux ouvriers des casques, gants et chaussures de sécurité et veiller à ce que l’ensemble du personnel
porte ses équipements pendant toute la durée de leur présence sur les lieux du chantier.
-Mentionner dans le journal des travaux tous les relevés des manquants ou incidents ayant donné lieu à une
incidence significative sur l’environnement ou à un accident ou incident avec les riverains ou les usagers et
les mesures correctives adoptées.
-S’assurer dès le départ que les équipements du chantier répondent bien aux besoins des travaux surtout pour
les opérations non conventionnelles. L’objectif est d’éviter au maximum que des problèmes techniques ne
cause l’arrêt du chantier ou son ralentissement avec toutes les conséquences néfastes de la prolongation de
la période des travaux.
-Contrôler régulièrement l’état des engins du chantier en vue d’éviter toute consommation excessive de
carburant ou émissions intolérables de gaz et de bruit. En cas d’émissions de bruits ou de gaz anormalement
élevées, procéder immédiatement à la réparation ou au remplacement de l’équipement ou du véhicule
défectueux.
- Veiller à la sauvegarde des propriétés riveraines, nettoyer et éliminer à ses frais toute forme de pollution
due à ses activités et indemniser ceux qui auront subi les effets de cette pollution.
- Imposer un règlement intérieur à toutes les personnes opérant sur le chantier. Ce règlement doit être affiché
dans les zones clés et doit mentionner spécifiquement :
* les règles de sécurité, notamment les vitesses de circulation, les consignes de sécurité en cas d’accidents
et les règles de manutention des produits dangereux.
* l’interdiction de la consommation d’alcool pendant les heures de travail.
Le respect des us et coutumes des populations riveraines et des relations humaines d’une manière générale.
Cette liste de recommandations n’est pas limitative et toutes les initiatives sont à considérer en vue d’éviter
le moindre problème qui ne pourrait qu’avoir des conséquences négatives sur la bonne marche du chantier
et sur l’environnement humain et naturel.
Autres Mesures de Préservation de l’Environnement Humain :
5.1- Information des riverains, des usagers et des concessionnaires :
Avant le démarrage du chantier, l’entrepreneur est tenu d’afficher à l’aide de panneaux de renseignements
visibles la date de commencement des travaux et leur durée, ainsi que la consistance et les objectifs de ceuxci . L’entreprise est également tenue de contribuer à informer le public, aussi souvent que nécessaire, par la
presse, la radio mais surtout par une signalisation sur place et un contact direct, en précisant le but et la durée
probable des opérations en cours, ainsi que les problèmes et solutions préconisées pour aider les riverains et
les usagers à mieux gérer les contraintes des travaux .
Aussi, il est impératif pour l’entreprise d’informer, coordonner et planifier la protection et/ou le déplacement
des réseaux avec les concessionnaires disposant d’infrastructures dans l’emprise des travaux, notamment :
* l’ONAS pour les conduites d’eaux usées
* la SONEDE pour les conduites d’Eau potable
* la STEG pour les câbles électriques et les conduites de gaz
* les Communes pour les réseaux d’éclairage public, les alignements verts, la chaussée et la signalétique
urbaine .
* Les sociétés de télécommunication pour les câbles téléphoniques et câbles en fibre optique.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 34
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
5.2. Mesures de préservation de la sécurité humaine :
- Sécurité des ouvriers :
* Une ventilation suffisante devrait être assurée dans les conduites pour alimenter en air les personnes qui y
travaillent.
Dans les terrains aquifères, l’extrémité de la conduite devrait être garnie d’une porte étanche.
Lorsque le terrain peut renfermer des nappes d’eau ou des poches de gaz explosifs, des sondages de
reconnaissance devraient être effectués.
Les travailleurs qui se trouvent dans les conduites devraient être reliés avec l’extérieur par des moyens de
communication fiables.
Les travailleurs occupés à poser des conduites souterraines de grand diamètre devraient pouvoir gagner
rapidement un endroit sûr en cas de danger.
Des dispositions appropriées devraient être prises pour porter secours, en cas de danger, aux travailleurs qui
ne pourraient pas gagner un endroit sûr.
- Signalisation :
Les opérateurs, par le biais des entreprises qui seront chargée de l’exécution des travaux, sont tenus de
prendre toutes les précautions utiles pour signaler leurs chantiers pour prévenir tout risque d’accident :
accidents de la route, incendies, mauvaise manipulation des équipements du chantier , etc .
Pour éviter tout risque sur la sécurité humaine, il est recommandé de ne pas se contenter des signalisations
de danger mais d’installer aussi une clôture pour empêcher tout accès du public à la zone des travaux et aux
aires de stockage des matériaux et équipements du chantier.
- Information et sensibilisations :
La sensibilisation des habitants et des usagers de la route aux enjeux de la sécurité routière et leur
participation à des réunions de concertation, permet d’accroître l’efficacité des dispositifs à mettre en place
D’ailleurs, les associer au processus de mise en œuvre des solutions proposées permet de définir avec plus
de précision l’emplacement de certains aménagements et de s’assurer de leur soutien et de leur contribution
à la réussite de l’opération.
L’objectif de ces contacts avec les autorités et en particulier avec la sécurité civile est de :
Les tenir au courant des opérations particulier ou à risque de manière à ce que les autorités puissent intervenir.
En cas de besoin (secours, rétablissement de l’ordre public).
Leur demander de faire le nécessaire pour empêcher tout conflit avec les riverains et les usagers de la route
L’information de ceux-ci par le biais des autorités des distances minimales à respecter est susceptible de
garantir le respect des règles de sécurité par tous.
Limitation et contrôle des accès à la zone des travaux :
Pour éviter tout risque sur la sécurité humaine, il est recommandé de ne pas se contenter des signalisations
de danger mais d’installer aussi une clôture ou au moins des bandes fluorescentes pour empêcher tout accès
du public à la zone des travaux et aux aires de stockage des matériaux et équipements du chantier.
Les accès aux lieux de stockage des produits dangereux (additifs) , doivent être contrôlés et réservés
uniquement à des responsables préalablement nommés .
Limitation des Atteints Aux Perceptions et Préservation de la Quantité de la Vie
des Riverains :
Les actions à entreprendre pour préserver la qualité de la vie des riverains s’articulent autour de :
* L’aménagement des horaires de travail en vue d’éviter de perturber les habitudes de vie de la population
riveraine.
* L’ajustement des horaires de transport des matériaux afin de ne pas perturber la circulation.
* La mise sur pied d’un programme de communication pour informer la population des travaux (horaire,
localisation, durée).
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 35
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
* L’évitement d’obstruer les accès publics et d’entraver les aires ayant un usage déterminé (tels que les
passages piétons) .
* L’évitement d’entreposer la machine sur les superficies autres que celles définies essentielles pour les
travaux.
* Le nettoyage les voies empruntées par les véhicules de transport et la machinerie afin d’y enlever toute
accumulation de matériaux meubles et autres débris.
6.1- Protection contre le bruit :
L’attention de l’entrepreneur est spécialement attirée sur l’obligation de limiter les bruits de chantier
susceptibles d’importuner gravement les riverains, soit par intensité élevée du bruit émis, soit par une durée
exagérément longue, soit par leur prolongation en dehors des heures normales de travail, soit par ces causes
simultanément.
Les gênes sonores des travaux peuvent être atténuées par :
 -Le respect des horaires de travail et l’évitement autant que possible le travail la nuit : en cas de
nécessité pour cause de travaux urgents ou dans des emprises restreintes, l’autorisation préalable des
autorités communales et du maître d’ouvrage sont requises ;
 -le bon phasage des travaux,
 -le maintien en bon état des équipements du chantier : entretien régulier, réparation et mise hors
service des équipements défectueux,
 -L’emploi d’engins insonorisés ou la dotation des équipements bruyant de systèmes d’insonorisation
(compresseurs, groupes électrogènes etc)
 -L’abandon des techniques bruyantes à la faveur d’autres solutions permettant de malaxeurs évitant
l’installation de centrale à béton, par exemple.
6.2- Protection contre les émissions atmosphériques :
Les équipements du chantier doivent être entretenus en bon état de fonctionnement, en vue d’éviter toute
émission exagérée de polluants atmosphériques. Toute émission anormale de gaz d’échappement constatée
par la population ou la cellule de coordination doit être notifiée à l’entrepreneur, qui sera alors tenu de réparer
ou de remplacer dans les meilleurs délais l’équipement source de nuisance.
6.3- Protection contre les boues et les poussières :
L’entrepreneur sera tenu de prendre toutes les dispositions pour éviter qu’aux abords du chantier les
chaussées, accotements et trottoirs soient souillés par des poussières, déblais, boues ou matériaux provenant
des travaux.
En période sèche, les dispositions suivantes sont à prendre par l’entrepreneur en vue de limiter au maximum
les émissions de poussières :
* Couverture des bennes des camions de transport, surtout ceux utilisés pour le transport des matériaux
meubles.
* Arrosage des pistes éventuelles empruntées lors du transport des matériaux.
Valeurs Limites Réglementaires Relatives au Brut aux Emissions
Atmosphériques et Rejets Liquides :
* Valeurs limites de bruit (arrêté du président de la municipalité Maire de Tunis, du 22/08/2000) .
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 36
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Type de zone
Zone d’hôpitaux, zone de repos, aire de protection
d’espaces naturels
Zone résidentielle suburbaine avec faible circulation du
trafic terrestre, fluvial ou aérien
Zone résidentielle urbaine
Zone résidentielle urbaine ou suburbaine avec quelques
ateliers, centre d’affaires, commerces ou des voies du
trafic terrestre, fluvial ou aérien importantes
Zone à prédominance d’activités commerciales
industrielles ou agricoles
Zone à prédominance d’industrie lourde
Nuit
Seuils en décibels
Période intermédiaire 6h
Jour
35
40
45
40
45
45
50
50
55
50
55
60
55
60
60
65
65
70
* Norme NT 106.02 relative aux rejets liquides dans les milieux récepteurs
Les concentrations des polluants dans les eaux usées collectées doivent être conformes aux valeurs limites
définies par la NT 106.02 pour les rejets dans les canalisations publiques d’assainissement, notamment :
- MES < 400mg/l
- DBO5 < 400mg/l
- DCO : 1000 mg/l
* Norme tunisienne NT 106.04 (homologuée, 1994) , relative aux valeurs limites pour différents polluants ,
définies pour préserver la santé publique et pour assurer le bienêtre des citoyens
Pendant les travaux, la qualité de l’air ambiant peut se dégrader les poussières générées par les travaux
d’excavation et la circulation des engins ainsi que les gaz d’échappement de ces derniers. Pendant
l’exploitation des réseaux d’assainissent des eaux usées, les gaz H2S constituent les principales causes des
mauvaises odeurs et des risques sanitaires.
Le tableau ci-dessous donne les valeurs limites qui doivent être respectées pour les deux paramètres évoqués
ci-dessus.
Polluant
Méthode
D’analyse
Type de
moyenne
Autorisation de
dépassement
Valeur limite
santé publique
Particules en
Suspension
NT.37.11
Moy.
annuelle
24 heures
1 heure
non
80 ug/m3
1/12 mois
1fois/12mois
260ug/m3
0.14ppm
( 200ug/m3 )
H2S
NT.37.51
Valeur
guide bien
être
40 à 60
Ug/m3
120hg/m3
Néant
Autres Mesures de Préservation de l’Environnement Naturel :
8.1- Mesures de protection de la faune :
L’application de la réglementation tunisienne sur la chasse et la protection de la faune reste la référence sur
laquelle doivent s’aligner l’entrepreneur pour veiller au respect de l’interdiction de toutes formes de chasse
pratiquée par le personnel permanent ou occasionnel qu’ils auront contracté.
8.2- Protection des arbres et des espaces verts :
Les mesures préventives et curatives suivantes sont à respecter pour protéger les arbres situés dans l’emprise
des travaux, dans le cas ou ils ne seront pas abattus. Elles portent sur :
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 37
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Mesures préventives :
* La protection des arbres contre les chocs par le biais de madriers d’environ 2m de hauteur accolée aux
troncs et par le relevage des branches basses.
* La mise en place de palissades au pieds des remblais situés à proximité des arbres, afin d’éviter tout dégât
pouvant être provoqué par des blocs de pierres.
* L’entreposage des produits fluides assez loin des pieds de ces arbres.
* L’évitement des opérations suivantes : plantation de clous dans les troncs des arbres, fixation aux arbres
de câbles ou chaînes sans mesures de protection, empilement des matériaux contre les arbres, coupe des
branches, installation des brûleurs ou d’autres sources de chaleur à proximité des arbres , etc.
* L’évitement de réaliser des remblais dans une zone de 2m à partir du tronc. Dans la zone des racines située
au-delà des 2 m précités, on ne peut réaliser de remblais qu’au moyen de matériaux perméables, mis en place
à partir de la zone extérieure à la zone des racines.
* La couche supérieure du sol en place sera préalablement ameublie. La hauteur maximale de remblai ne
devrait pas dépasser 1m. On prendra des mesures assurant l’aération du terrain pour les remblais supérieurs
à 30cm (utilisation de couche de pierres ou de branchages) .
* Les revêtement exécutés dans la zone des racines (trottoirs) devront être réalisés avec des matériaux
perméables tels que des gravillons. Dans le cas des revêtements imperméables, on ménagera une surface non
revêtue de 4m2 au minimum par arbre dans la zone des racines.
* Si l’intervention dans le domaine des racines mises à nu contre les rayons du soleil et le dessèchement,
particulièrement si des fouilles, doivent rester ou vertes plus de 3 jours. Cette protection peut être assurée
avec de la toile, des bandes de papier ou de tissu qui seront maintenues humides en permanence. Les feuilles
de plastique ne conviennent pas. Lors du remblayage des fouilles, les racines seront recouvertes de terres
végétales meubles et arrosées.
* Construction de barrières en bois autour des troncs des arbres les plus importants. Un système de piquets
et planches, facile à mettre en œuvre, permet de protéger ces arbres contre les chocs et les blessures.
Mesures curatives :
Le traitement rapide et correct des dégâts revêt une importance certaine. Les dégâts les plus fréquents seront
traités comme suit :
* Racines endommagées : les parties atteintes seront taillées avec un outil tranchant et recouvertes d’un
mastic spécial de protection.
8.3- Mesures de conservation des eaux et du sol :
* Prendre toutes les précautions possibles lors du ravitaillement des véhicules de transport et la machinerie.
* Ne pas ravitailler les véhicules ou la machinerie a proximité des canaux de circulation des eaux de drainage
et des oueds.
* Prévoir des mesures en cas de contamination accidentelles (matières absorbantes, décapage de la couche
de sol atteinte par les hydrocarbures et mise en décharge) .
* Stabiliser le sol mécaniquement pour réduire le potentiel d’érosion.
* Enherber les talus sensibles.
* Réglementer de façon stricte la circulation de machinerie lourde, restreindre le nombre de voies de
circulation et limiter le déplacement de la machinerie aux aires de travail et aux accès balisés .
Mesures de Sécurité et Signalisation du Chantier :
En complément aux mesures imposées par la législation en vigueur et les prescriptions du C.C.A.P. et
C.C.A.G.
L’Entrepreneur est tenu de respecter les mesures particulières suivantes :
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 38
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
- Dans le cadre du plan de secours, l’Entrepreneur assurera la mise en place de panneaux indiquant à chaque
accès . ENTREE N° ……..
Il est rappelé que les accès seront limités aux accès de service.
De plus, pour assurer un meilleur repérage, chaque ouvrage sera signalé par une plaquette fixée sur un piquet
à l’intersection avec la voie locale.
A chaque accès au chantier, l’entrepreneur mettra en place des panneaux CHANTIER INTERDIT AU
PUBLIC.
A l’intersection des sorties de chantier avec la voirie locale, l’entrepreneur mettra en place des panneaux
STOP .
6 RÉCEPTION - ESSAIS - MAINTENANCE
6.1.1 Essais en Usine :
Le constructeur de chaque produit (en particulier : consoles, lanternes, poteaux, équipements de télégestion
câbles) devra justifier d’un programme d’Assurance Qualité.
En particulier, les principales étapes de fabrication du matériel devront être sanctionnées par des tests
appropriés tels que :
●
Contrôle d’entrée des composants, tests de sous-ensembles discrets
●
Contrôles fonctionnels complets en fin de fabrication.
●
Vérification de tous les points du CCTP et leurs validations.
Les opérations finales de contrôle et de mise au point feront l’objet d’un procès-verbal établi par le service
inspection Qualité du fournisseur.
Une certification de l’établissement industriel suivant la norme ISO 9001 est exigée.
Le maître de l’ouvrage se réserve le droit de faire procéder aux essais en usines en présence de ses
représentants (deux personnes) et de l’ingénieur conseil. Les frais afférents au déplacement, logement de
ces représentants seront pris en charge totalement par l’entreprise du présent lot détaillés.
6.1.2 Essais sur Site
Un procès-verbal des essais sur site sera établi en présence du représentant de l’Administration et
concerne :
Les essais d’isolement
Les essais en charge
Les essais en surcharge
Le contrôle du flux lumineux
Les performances photométriques
La mesure des performances et puissance consommée
Il est entendu que les équipements nécessaires aux essais sont à la charge de l'Entreprise (ohmmètre,
voltmètre, wattmètre, luxmètre, mesure de l’isolement des câbles, etc..)
6.1.3 Conditions de Réception Provisoire
Les opérations seront effectuées par le représentant légal ou son représentant dûment habilité en présence
du Maître d’œuvre, de l’Entrepreneur.
Les opérations de réception comportent un essai général de l’installation et des vérifications qui portent
notamment sur les points suivants :
 Implantation correcte des points lumineux
 Montage des candélabres et des consoles (niveau des massifs, protection des écrous contre la
corrosion, bon fonctionnement des portillons, câblage, etc.)
 Isolement des conducteurs
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 39
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
 Intensité du courant transporté par les conducteurs
 Chute de tension au point d’alimentation et en fin de ligne notamment lors de l’amorçage des
sources de décharge
 Qualité des prises de terre
 Réglage des luminaires (inclinaison et position des lampes)
 Niveau d’éclairement
Les opérations de réception comportent en outre la constatation éventuelle de l’inexécution de certaines
prestations prévues au Marché, l’imperfection ou malfaçons.
Procès-Verbal de Réception Provisoire
Les opérations de réception feront l’objet d’un procès-verbal dressé sur-le-champ par le représentant légal
de l’Administration et soumis à la signature de l'Entrepreneur.
La réception ne peut être refusée qu’en raison des insuffisances, omissions, imperfections, et malfaçons
constatées au cours des opérations de réception et mentionnées en PV. Notification du refus de cette
réception est alors faite par l’Entrepreneur et cette notification doit intervenir dans le délai de dix jours
suivant l’expiration du délai fixé. Si la notification n’a pas été faite dans ce délai, la réception est
considérée comme acquise.
S’il apparaît que certaines prestations prévues au Marché n’ont pas été exécutées et si le représentant légal
de l’Administration accepte néanmoins de prononcer la réception, ces prestations doivent être exécutées
trois mois au plus tard après la date de réception sauf prolongation éventuelle par ordre de service.
L’Entrepreneur doit remédier aux imperfections ou malfaçons mentionnées dans le procès-verbal de
réception dans le délai fixé par l’administration ou en l’absence d’un tel délai trois mois avant la fin du
délai de garantie.
Au cas ou les travaux ne seraient pas faits dans le délai prescrit, le représentant de l’Administration peut
les faire exécuter au frais et risques de l’entrepreneur.
Si certains ouvrages ou certaines parties d’ouvrages ne sont pas entièrement conformes aux spécifications du
marché sans que les imperfections constatées soient de nature à porter atteinte à la sécurité, au comportement
ou à l’utilisation des ouvrages, le représentant de l’Administration peut en égard à la faible importance des
imperfections et aux difficultés que représenterait la mise en conformité, renoncer à ordonner le réfection
des ouvrages défectueux et proposer à l’entrepreneur une réfaction sur les prix.
Si l’Entrepreneur accepte la réfaction. les imperfections qui l’ont motivées se trouvent couvertes de ce fait
et la réception est prononcée sans réserves. Dans le cas contraire l’entrepreneur demeure tenu de supprimer
ces imperfections, la réception, tant prononcée sous réserve de leur réparation.
Date d’Effet de la Réception Provisoire
La réception une fois prononcée prendra effet à compter de la date réelle d’achèvement des travaux fixés
lors des opérations de réception et mentionnée dans le procès-verbal de réception.
Réception Partielle
Des réceptions partielles peuvent intervenir selon les modalités décrites ci-dessus pour des tranches de
travaux.
6.1.4 Délai de Garantie – Réception Définitive
Le délai de garantie commence à courir à compter de la date d’effet de la réception. Sauf dispositions
contraires, le délai de garantie est d’un an (365 jours) pour l’ensemble des travaux inclus dans le marché.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 40
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Réception Définitive
Pendant le délai de garantie, l’entrepreneur est tenu de :
 Exécuter les travaux éventuels de finition ou reprise vis, ci-dessous.
 Remédier à tous les désordres constatés de telle sorte que l’ouvrage demeure conforme à l’état où il
était lors de la réception aux prés correction des imperfections constatées au cours de cette
réception.
 Procéder le cas échéant aux travaux modificatifs dont la nécessité serait apparue à l’issue des essais
ou vérifications effectuées.
 Remettre au maître d’œuvre les plans des ouvrages conformes à leur exécution.
 Les dépenses correspondantes aux travaux complémentaires ayant effet de remédier aux déficiences
énoncées ci-dessus ne sont à la charge de l’entrepreneur que si la cause de celles-ci lui est
imputable. L’obligation définie ci-dessus est dénommée « obligation de parfait achèvement ». Elle
ne s’étend :
 Ni aux travaux nécessaires pour effacer l’effet de l’usage ou de l’issue normale.
 Ni à la réparation rendue nécessaires pour une utilisation anormale. Un évènement de force majeure
ou la faute d’un tiers.
 Ni interventions sur chaussée, trottoirs, accotements qui seraient nécessaires après remise des
travaux de réfection provisoire à l’entreprise chargée de la réfection définitive.
Si à l’expiration du délai de garantie l’entrepreneur n’a pas procédé à l’exécution des travaux et des
prestations énumérés ci-dessus, le délai de garantie peut être prolongé par ordre de service pour les parties
d’ouvrages non parachevées jusqu’à l’exécution complète des travaux.
L’achèvement des travaux peut être assuré d’office par l’Administrateur aux frais et risques de
l’Entrepreneur si ce dernier n’a pas donné suite à l’ordre de service sus-visé dans le délai prescrit.
Fin des Obligatoires Contractuelles de l’entrepreneur
A l’expiration du délai de garantie, éventuellement prolongé dans les conditions précisées ci-dessus,
l’Entrepreneur est libéré de ses obligations contractuelles.
6.1.5 Maintenance Pendant le Délai de Granite
Comme indiqué dans le cahier des clauses administratives, le délai de garantie est fixé à 365 jours de
fonctionnement sans pannes à partir de la réception provisoire sans réserve. Pendant ce délai,
l’entrepreneur est responsable de l’entretien et de la maintenance complète des installations.
Il est tenu :
 D’exécuter les travaux éventuels de finition ou reprise constatée lors de la réception.
 de remédier à tous les désordres constatés de telle sorte que l’ouvrage demeure conforme à l’état où
il était lors de la réception provisoire et après correction des imperfections constatées au cours de
cette réception.
 Procéder, le cas échéant, aux travaux confirmatifs ou modificatifs dont la nécessité serait apparue à
l’issue des essais ou des vérifications effectuées lors des opérations de réception.
 Les frais correspondants à ces prestations sont à la charge de l’entrepreneur.
 Au cas où des désordres sont apparus dans les installations par suite de cas de force majeure,
dûment constatés (intempéries, foudres et autres phénomènes naturels) ou d’actes de vandalisme et
plus particulièrement des accidents de circulation, les remises en ordre sont à la charge de
l’entrepreneur.
Pour cela, il doit contracter une assurance dont une copie sera remise à l‘Administration.
Pendant ce délai, il revient à l’Entrepreneur de déceler les pannes et anomalies et d’y remédier dans les
vingt-quatre heures qu’elle que soit leur importance.
Tout dépannage n’intervenant pas dans ce délai sera considéré comme retard d’exécution.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 41
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Pendant la même période, le rôle de l’Administration se limitera à contrôler la bonne maintenance et le cas
échéant à faire part à l’entrepreneur de ses constatations.
6.1.6 Matériel D’Importation
Le matériel d’importation destiné à l’Éclairage Public doit être accompagné par des certificats d’essais
adéquats conformes aux normes et rédigés en français. Ainsi que les différentes fiches techniques
respectives du matériel.
6.1.7 Proposition du Matériel
L’Entreprise devra présenter un minimum de trois modèles de chaque produit dans son offre et dans
tous les cas avant toutes commandes, le choix sera fait par l’Administration après avis du consultant,
chaque modèle sera conforme aux justifications :
 Iso
 Certificat du pays d’origine
 Notice technique de chaque produit
 Le certificat d’origine Tunisienne délivrée par les services concernés.
7 DOUCUMENTS A FOURNIR
Documents à Fournir avant le Commencement des Travaux
Conformément au présent cahier des clauses techniques particulières, l’entrepreneur devra joindre les
documents techniques des fournisseurs, ainsi que les notices d’entretien pour tous les matériels proposés,
lors de la soumission.
L’entrepreneur est tenu de fournir les mêmes documents, pour tous les matériels qu’il proposera en
variante.
Plus particulièrement :
7.1.1 Candélabre
- Le plan d’aspect
- Les dessins détaillés et côtes des mâts, avec position et dimensions de la trappe de visite et jupe
coulissante.
- Le système de fixation des candélabres
- Les caractéristiques des matériaux utilisés
- Le poids des candélabres
- La garantie technique d’usage
- Une note de calcul justificative.
7.1.2 Luminaires-Lampes
Pour chaque luminaire, l’entrepreneur devra produire les documents énumérés dans le tableau luminaire et
fournir :
- Photos de l’appareil
- Les caractéristiques d’utilisation du matériel
- La provenance des appareillages auxiliaires
- La garantie technique du matériel délivrée par le constructeur ou son représentant (minimum 3ans)
- Les certificats garantissant la classe de l’appareil.
7.1.3 Appareillage auxiliaire
- Provenance
- Notice correspondante
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 42
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
7.1.4 EQUIPEMENTS DE TELGESTION
Les fiches techniques de la solution proposée avec toutes les certifications les schémas et les explications
nécessaires.
Attestation du ce prestataire de ce service justifiant la qualification de concepteur et réalisateur de
solutions de gestion d'éclairage urbain ( lui-même ou son partenaire ''sous-traitant'' contractuel)
ayant conçu une solution pour une ville (500 points d'éclairage au minimum) durant les cinq
dernières années, cette réalisation sera justifiée par une attestation
7.1.5 Câble, gaine, accessoires
- Provenance
- Notice correspondante
7.1.6 Plan de Piquetage
Le plan de piquetage est accompagné des indications suivantes :
 la hauteur de feu par rapport au sol, le mode de fixation des appareils et des accessoires;
 le type, les caractéristiques et les emplacements des supports existants ou à mettre en oeuvre, le
repérage des supports spéciaux (supports d´angle, supports d´arrêt...), la distance séparant deux
supports consécutifs;
 le type et les caractéristiques des conducteurs d´éclairage public existants ou à installer,
 la longueur des différents tronçons, leur mode de fixation (sur poteaux, sur façades, en
souterrains...), le tracé des canalisations;
 le type et les caractéristiques des canalisations de raccordement au réseau de distribution publique;
 les dimensions et les emplacements des appareils de commande et d´exploitation;
 le report exact, s´il y a lieu, des ouvrages existants au voisinage immédiat du tracé (canalisations,
d´eau, d´assainissement, câbles souterrains de télécommunications, d´énergie électrique,
canalisations de gaz, etc.) et de traversées spéciales (traversées de route, de voies ferrées...).
Les dossiers relatifs aux demandes des autorisations nécessaires à la fixation d´appareils :
Canalisations et accessoires sur des immeubles privés, à l´implantation de supports en terrains privés
et aux surplombs de ces terrains.
Les dossiers afférents aux demandes d´autorisations de passage, d´utilisation et de franchissement
d´ouvrages, etc.
Les dossiers d´exécution des différents ouvrages.
7.1.7 Entretien – Exploitation
L’Entrepreneur fournira tous les renseignements utiles pour le bon entretien et l’exploitation de l’installation,
ainsi qu’une liste de pièces de rechange préconisées pour une année d’exploitation.
Documents à Fournir à la Réception Provisoire
L'entreprise procédera à sa charge et sous sa responsabilité aux essais d'isolement des différents circuits,
vérification de l'équilibrage des phases, mesure des résistances de terre, un relevé des tensions, un relevé des
intensités, une vérification des dispositifs de protection,· un relevé des résistances des terres et des solements.
Contrôle photométrique de l´installation tel que niveau d´éclairement. Le contrôle photométrique revient à
mesurer les valeurs d´éclairement conformément aux panoramas définis par le Maître d'ouvrage et fournis
par le titulaire. Les valeurs d´éclairement moyen ou ponctuel indiquées par le présent CPTP sont
contractuelles. Les vérifications sont effectuées à l´aide d´un luxmètre sur les installations neuves, c´est-àdire celles dont les luminaires sont neufs et propres et dont les lampes ont déjà fonctionné cent heures. Les
luxmètres sont conformes à la norme NF C 42-710.
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 43
Cahier des Clauses Techniques Particulières
Réhabilitation du Réseau D’Éclairage Public Medina de Sousse
Un jeu complet en six exemplaires plus un contrecalque et 2 copies sur supports magnétiques des installations
réalisées : plans, schémas, nomenclature du matériel fourni, indication des divers réglages, notices de
fonctionnement, coordonnés des constructeurs de tous les matériels installés ; les notices détaillées
d'entretien et de dépannage se rapportant à chaque matériel installé seront remis a l'administration.
Documents à Fournir à la Réception Définitive
Dans le cas ou des modifications auraient été apportées aux installations telles qu'elles étaient à la réception
provisoire, l'entrepreneur remet au Maître d'ouvrage un jeu de plans, en quatre exemplaires plus un
contrecalque des installations modifiées.
.................... le…………
Lu et Complété Quant Aux Prix Par
L'Entrepreneur Soussigné
KORBA Le 25/03/2019
Dressé Par l’Ingénieur Conseil
ZGOULLI AHMED
Vu et Approuvé Par
Monsieur Le Présent de la Municipalité de Sousse
AHMED ZGOLLI INGENIEUR CONSEIL
Page 44
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire