Telechargé par peduzzi.fabien

Mémoire Gestion des spécificités comptables, économiques et fiscales d'un débitant de tabac

UE13 Relations professionnelles
PEDUZZI Fabien
MÉMOIRE
Dans la Société :
JTM AUDIT CONSEIL
À Creil
La gestion des spécificités comptables, économiques et
fiscales d’un débitant de tabac
Diplôme de Comptabilité et de Gestion
Année 2018
1
Table des abréviations ............................................................................................................................. 5
Remerciements ........................................................................................................................................ 6
Introduction ............................................................................................................................................. 7
I)
Présentation du cabinet ................................................................................................................. 8
A-
Fiche signalétique ..................................................................................................................................... 8
B-
Secteur d’activité de la clientèle ............................................................................................................. 8
C-
Les missions réalisées par le cabinet .......................................................................................................... 9
D- Structure et organisation interne de JTM Audit ....................................................................................... 10
II) Les missions réalisées au sein du cabinet d’expertise .................................................................... 10
A-
Les Missions du poste occupé................................................................................................................. 10
B-
Les tâches secondaires ............................................................................................................................ 11
C-
Les apports du stage ............................................................................................................................... 11
1-
Les compétences acquises ...................................................................................................................... 11
2-
Observations générales sur le traitement des dossiers clients .................................................................. 12
III) Présentation de la mairie et missions réalisées .............................................................................. 13
A-
Présentation de la mairie de Cires-lès-Mello ............................................................................................ 13
B-
Les missions du poste occupé ................................................................................................................. 13
Bilan du stage et choix du thème........................................................................................................... 14
Section 1 : Présentation de la profession de débitant de tabac ............................................................ 15
I)
Introduction ................................................................................................................................ 15
IV) L’environnement juridique du débit de tabac ............................................................................... 16
A-
L’accession à la profession ...................................................................................................................... 16
B-
Les conditions d’exercice de l’activité de débitant de tabac ...................................................................... 16
1-
Les conditions de fonds ......................................................................................................................... 16
2-
Les conditions de forme ........................................................................................................................ 16
C-
Le choix de la forme juridique du débit de tabac ..................................................................................... 17
1-
Les formes classiques : L’entreprise individuelle et la société en nom collectif ........................................ 17
2-
Le statut protecteur de l’EIRL ............................................................................................................... 17
3- Le rôle de conseiller de l’expert-comptable sur le choix de la forme juridique la plus adaptée aux besoins
du débitant .................................................................................................................................................... 17
D- Le rôle d’intermédiaire du débitant et sa relation avec l’État .................................................................... 20
V)
La gérance de la profession de débitant de tabac ......................................................................... 21
A-
Le contrat de gérance ............................................................................................................................. 21
B-
Les obligations légales de la profession ................................................................................................... 21
C-
Conditions de création d’un débit de tabac ............................................................................................. 21
2
1-
Conditions de fonds : ............................................................................................................................ 21
2-
Conditions des formes : ......................................................................................................................... 22
3-
Les interdictions de création : ................................................................................................................ 22
D- Cas de reprise d’un débit de tabac lors d’une cessation d’activité ............................................................ 22
VI) Étude des principales données économiques de la profession ...................................................... 22
A-
Chiffres clés du secteur ........................................................................................................................... 22
B-
Types d’activités des débitants de tabac .................................................................................................. 23
C-
Les principales entraves de la consommation de tabac en France ............................................................ 24
1-
La mise en place de réformes comme prévention face à la santé publique .............................................. 24
2- Les effets de la contrebande et de l’achat de tabac dans les pays frontaliers sur la consommation de tabac
en France....................................................................................................................................................... 25
3-
Le changement de comportement de consommateurs ........................................................................... 25
D- Le contrat d’avenir.................................................................................................................................. 25
E-
L’incidence du tabac sur les comptes de l’État français ........................................................................... 26
Section 2 : L’analyse et le traitement comptable des activités associées au débit de tabac ................ 27
I)
Activité de vente de tabac et de charges d’emplois ....................................................................... 27
A-
Particularités générales ............................................................................................................................ 27
B-
L’approvisionnement du tabac ................................................................................................................ 28
C-
Le cas de problèmes de livraison du tabac............................................................................................... 28
D- L’imputation du droit de licence et de la RAVGDT dans leurs comptes de charges respectif .................. 28
E-
Comptabilisation des crédits fournisseurs et de la caution ....................................................................... 30
F-
Les charges d’emplois ............................................................................................................................. 30
II) Les autres activités mandatées les plus courantes ......................................................................... 31
A-
La Presse (vente de journaux) ................................................................................................................. 31
B-
La Française des jeux : Loto et grattage................................................................................................... 32
III) Les autres activités annexes ......................................................................................................... 33
A-
Le Paris Mutuel Urbain (PMU) ............................................................................................................... 33
B-
Les titres de transport ............................................................................................................................. 33
C-
Les télécartes .......................................................................................................................................... 34
D- Autres activités commerciales ................................................................................................................. 34
IV) Comptabilisation des subventions de l’État ................................................................................. 35
V)
Les écritures de ventes ................................................................................................................ 35
A-
La caisse enregistreuse et la saisie des ventes ........................................................................................... 36
B-
La gestion de la trésorerie ....................................................................................................................... 37
VI) Les opérations d’inventaires ........................................................................................................ 37
A-
Rapprochement du stock réel avec le théorique ...................................................................................... 37
B-
Le respect du principe d’indépendance des exercices .............................................................................. 38
3
Section 3 : Les principales difficultés rencontrées quant à la tenue d’un dossier de débitant de tabac40
I)
L’importance du nombre de lignes source d’erreur ...................................................................... 40
II) Le manque de rigueur de la tenue des documents qui sont confiés .............................................. 40
III) Le problème de lectures des différents journaux et états financiers .............................................. 41
Section 4 : Les spécificités fiscales liées à la profession de débitant de tabac ...................................... 42
I)
Les modalités d’imposition du résultat......................................................................................... 42
I)
Les modalités du traitement de la TVA ....................................................................................... 43
A-
La TVA collectée .................................................................................................................................... 43
B-
La TVA déductible ................................................................................................................................. 43
1-
La TVA déductible sur biens et services................................................................................................. 43
2-
La TVA déductible sur immobilisations ................................................................................................. 44
C- Difficultés rencontrées concernant les taux de TVA appliqués sur les relevés mensuels des ventes du
débitant .......................................................................................................................................................... 44
II) La mission de conseil de l’expert-comptable face au risque de double imposition des rémunérations sur le
tabac ................................................................................................................................................... 46
Section 5 : Proposition de différents critères et activités à mettre en place pour permettre au débitant de rester
rentable face à l’évolution du marché du tabac .................................................................................... 47
I)
La diversification et ses limites (mise en place d’une étude de marché) ........................................ 48
A-
Proposition d’activités à mettre en place dans une stratégie de diversification ......................................... 48
1-
La vente de la cigarette électronique....................................................................................................... 49
2-
La mise en place d’un commerce alimentaire de proximité ..................................................................... 49
3-
La mise en place de spectacles et autres activités sociales ....................................................................... 49
B-
La mise en place des activités en fonction des besoins de la clientèle....................................................... 49
III) Mise en place d’une stratégie de fidélisation ................................................................................. 51
A-
La mise en place d’une stratégie de communication digitale .................................................................... 52
B-
La mise en place d’un service wifi ........................................................................................................... 52
C-
La qualité de l’agencement et l’emplacement du débit de tabac ............................................................... 53
D- La mise en place d’un questionnaire d’enquête de satisfaction ................................................................. 53
CONCLUSION.......................................................................................................................................... 54
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 55
4
Table des abréviations
IR BIC
Impôt sur le revenu catégorie Bénéfices Industriels et Commerciaux
IR BNC
Impôt sur le revenu catégorie Bénéfices Non Commerciaux
SNC
Société en nom collectif
EI
Entreprise individuelle
EIRL
Entreprise individuelle à responsabilité limitée
CGI
Code Générale des impôts
PMU
Paris Mutuel Urbain
TVA
Taxe sur la valeur ajoutée
FDC
Fonds de commerce
RAVGDT
Régime d’allocation viagère des gérants de tabac
SMIC
Salaire minimum de croissance
PDA
Prime de diversification des activités
RGSS
Régime général de la sécurité sociale
RSI
Régime social des indépendants
CFE
Centre de formalité des entreprises
SARL
Société à responsabilité limitée
DGDDI
Direction générale des douanes et droits indirects
RCS
Registre du commerce et des sociétés
CSMP
Conseil Supérieur des Messageries de presse
URSSAF
Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales
BFR
Besoin en fonds de roulement
5
Remerciements
. Pour mon premier stage à la mairie de Cires-lès-Mello:
Je souhaite tout d’abord remercier la maire de Cires-lès-Mello Madame Béatrice Basquin ainsi que mon
maître de stage Monsieur Boulay, Directeur général des services, de m’avoir accueilli au sein de leur
établissement.
Je remercie ensuite Monsieur Régis Léger, Rémy Viar et Annick Legendre de m’avoir accueilli au sein de leur
service financier et d’avoir pris le temps de m’accompagner dans l’exécution de mes tâches journalières. Je
les remercie pour leur confiance ainsi que pour leur disponibilité. Ils ont su m’initier au monde de la
comptabilité en me transmettant leur savoir-faire. Ce premier stage m’a permis d’observer la rigueur imposée
dans le domaine comptable.
. Pour mon deuxième stage au cabinet JTM Audit :
Je souhaite tout d’abord remercier Monsieur Thaï Ngia, expert-comptable, ainsi que Monsieur Unbal, son
associé, d’avoir accepté de m’accueillir comme stagiaire au sein de leur cabinet d’expertise comptable.
Je remercie ensuite Antony Fernandes, ainsi qu’Euphelie Hoareau qui, tout au long de mon stage, ont su me
conseiller et m’accompagner au cours de mes différentes missions et m’ont ainsi permis de m’orienter dans
le choix d’un sujet pour mon rapport de stage.
J’adresse également mes remerciements aux salariés Fatma Mese et Bibel Unbal, gestionnaires de paie pour
leur accueil chaleureux ainsi que les conseils avisés qu’ils m’ont prodigué tout au long du stage, aussi bien à
l’exécution des tâches journalières qu’à l’aide apportée pour mon rapport de stage.
Je tiens enfin à remercier l’équipe pédagogique de l’école pour m’avoir apporté l’aide théorique et pratique
nécessaire au bon déroulement de mon stage.
6
Introduction
Lors de ma formation au DCG (Diplôme de comptabilité Gestion), j’ai pu réaliser deux stages en milieu
professionnel d’un mois chacun.
Le premier stage que j’ai effectué en fin de première année dans une mairie m’a permis d’aborder la
comptabilité publique et ainsi pouvoir en observer les principales similitudes et différences avec la
comptabilité privée.
Le second stage que j’ai effectué en fin de deuxième année dans un cabinet d’expertise comptable m’a
permis d’observer la part importante de l’aspect conseil lié à la profession d’expert-comptable.
Plus largement, ces deux stages m’ont permis de vivre ma première expérience professionnelle au sein d’un
environnement purement comptable pour ainsi me permettre d’être confronté à la réalité de terrain dans
mon domaine de prédilection et être à même d’évaluer mes connaissances théoriques sur la comptabilité
accumulées au cours de ma vie étudiante. Les appliquer à des cas concrets a été très enrichissant et une
grande source de motivation d’un point de vue personnel. Ces acquis au fil des semaines m’ont notamment
aidé à mieux déchiffrer et mieux cerner la situation économique d’une entreprise au travers de ses écritures
comptables.
Au travers des différents dossiers étudiés au cours de mon stage, je suis tombé sur plusieurs cas de fonds de
commerce de débitant de tabac. En effet, les débitants de tabac représentent des clients classiques que l’on
peut retrouver dans chaque cabinet d’expertise comptable. Cette activité regroupe de nombreuses difficultés
tant sur le plan de la saisie comptable que sur le plan de la gestion financière et économique. Leur activité est
toujours annexée à un fonds de commerce regroupant d’autres activités telles que le café, le PMU (Paris
Mutuel Urbain), la presse, le loto et le grattage, aussi cette activité m’a semblé très intéressante pour
finalement s’imposer progressivement à mon esprit comme étant un choix intéressant pour mon sujet de
mémoire.
La problématique sur laquelle j’ai souhaité travailler est la suivante :
La Gestion des spécificités comptables, économiques et fiscales liées à la profession de buraliste
par l’expert-comptable.
L’élaboration de ce mémoire a pour principale source les différents enseignements tirés de la pratique
journalière des tâches auxquelles j’ai été affecté. Enfin, les nombreux entretiens que j’ai pu avoir avec les
employés de la société ainsi qu’avec l’expert-comptable m’ont servi pour donner une cohérence à ce rapport.
En vue de rendre compte de manière fidèle et analytique mes deux mois passés au sein de la mairie de Cires
les Mello et du cabinet JTM audit, il apparaît logique de présenter ces deux organisations au sein desquelles
j’ai pu évoluer et d’exposer les différentes missions et tâches qui m’ont été confiées ainsi que les bénéfices
que j’ai pu en retirer.
7
I)
Présentation du cabinet
A- Fiche signalétique
Comme de nombreux cabinets d’expertise, la société à responsabilité limitée (SARL) est la structure
juridique retenue par le cabinet « JTM audit conseil » notamment pour sa souplesse de fonctionnement. La
SARL accorde à son dirigeant une liberté dans son organisation ainsi que dans sa direction et permet de
limiter la responsabilité de ses associés, à savoir M.Thaï Nghia et M. Unbal, à leurs apports.
La SARL JTM audit conseil a été créée en 2010 par M. Thaï Nghia. Son effectif est compris entre 6 et 9
salariés suivant la période de l’année. Sur l’année 2016, celle-ci a réalisé un chiffre d’affaires de plus de
440 000€, ce qui représente une nette augmentation depuis 2012 où le chiffre d’affaires était de 330 000€.
Dénomination sociale :
Adresse :
Siret (siège social) :
Activité (Code APE) :
Forme juridique :
Tranche d’effectif :
Capital social :
Chiffre d’affaires 2016
•
JTM AUDIT CONSEIL
1 rue Jules Juillet 60100 - CREIL
5234925200025
Expertise comptable (6920Z)
Société à responsabilité limitée
6 à 9 salariés
2000 euros
446 600 euros
Évolution des chiffres clé de JTM entre 2015 et 2016 :
Total bilan (actif/passif)
• Dont Trésorerie
• Dont capitaux
propres
• Dont dettes
Chiffre d’affaires
Résultat net
2016
265 900 €
32 500€
146 100€
2015
252 200€
13 300€
126 300€
Évolution (en %)
+ 5.43%
+ 144.36%
+ 15.68%
119800€
446 600€
53 800€
125 900€
418 000 €
37 100€
(-) 4.85%
+6.84%
+ 45.01%
B- Secteur d’activité de la clientèle
Fort de son portefeuille de 160 clients et de ses 7 ans d’expérience, le cabinet « JTM audit conseil » s’occupe
essentiellement de TPE et de PME ainsi que d’entrepreneurs individuels. En effet, depuis 2010, le cabinet a
su développer une clientèle au niveau régional dans des secteurs d’activité très variés. Son portefeuille client
est principalement composé de restaurateurs, de forestiers et paysagistes, d’entreprises du BTP (Bâtiments
de travaux publics) ainsi que d’artisans et autres commerçants dont les buralistes.
8
Secteur d'activité de la clientèle
Automobile;
7%
Coiffure;
4%
Foretiers/paysagistes,
17%
Epiciers et petits
commercants (dont
buralistes);
4%
Restauration;
48%
Batiments/travaux
publics;
20%
C- Les missions réalisées par le cabinet
L’activité du cabinet est principalement axée sur le traitement comptable, néanmoins, le cabinet réalise aussi
un suivi social, fiscal et juridique des entreprises qu’il gère. Le cabinet est aussi pourvu d’un rôle de conseiller
au sein de toutes les entreprises qu’il a en portefeuille clients.
L’objectif du cabinet consiste à accompagner l’entrepreneur dans les différentes étapes de la vie de son
entreprise en le conseillant tant au niveau comptable et fiscal qu’économique.
La tenue comptable reste la principale mission du cabinet en termes de chiffre d’affaires. Le cabinet réalise
l’ensemble des enregistrements comptables (saisie, contrôle, révision), établit les comptes annuels et garantit
la régularité et la sincérité des comptes de l’entreprise.
La dimension sociale occupe une place importante dans l’organisation ainsi que dans le déroulement des
activités des entreprises. L’expert-comptable contribue notamment à appréhender les différents faits sociaux
de l’entreprise et à effectuer l’ensemble des missions sociales dans le respect des lois et des règlements en
vigueur. L’expert-comptable est à la disposition de ses clients pour établir les bulletins de salaires ainsi que
les déclarations sociales périodiquement associées. Il est, en outre, présent pour les accompagner dans les
relations de l’entreprise avec ses salariés, de l’embauche (rédaction contrat de travail, formalités auprès de
l’URSSAF, etc.) jusqu’au départ de ces derniers (solde de tout compte, attestation Pôle-emploi, etc.), en
passant par la gestion des temps de travail ainsi des congés.
La dimension fiscale occupe également une place fondamentale. En effet, l’expert-comptable assiste son
client dans sa fiscalité journalière en réalisant pour lui l’ensemble de ses obligations déclaratives (déclarations
de TVA, impôt sur les sociétés, impôt sur le revenu, etc.) et lui apporte aussi des conseils essentiels pour lui
permettre d’optimiser sa situation fiscale.
Un suivi juridique de l’entreprise est systématiquement mis en place à partir de la constitution de la société
(rédaction des statuts) jusqu’à son éventuelle dissolution en passant par toutes les formalités inhérentes à la
vie sociale de l’entité (procès-verbal des assemblées générales, nomination organes de gestions, etc.)
L’expert-comptable a aussi un rôle de conseiller. Très polyvalent, l’expert-comptable exerce une activité
pluridisciplinaire et est souvent amené à se comporter tel un médecin généraliste avec ses patients. Il possède
une large palette de connaissances afin de pouvoir répondre à l’ensemble des problématiques auxquelles un
9
entrepreneur peut être confronté au cours de l’évolution de son entreprise, et ce de la date de sa création de
celle-ci à sa cession ou liquidation (conseils sur les choix de financement, d’investissements, etc.)
L’expert-comptable du cabinet également commissaire aux comptes exerce aussi une mission
d’audit. La principale mission du commissaire aux comptes consister à contrôle et certifier les comptes
annuels rendus par une entreprise (bilan, compte de résultat, annexe). Ceux-ci doivent être conformes à la
réglementation comptable, sincères, exemptés de toute irrégularité comptable et donner une image fidèle de
la situation financière et du patrimoine de l’entreprise.
D- Structure et organisation interne de JTM Audit
Le cabinet « JTM audit conseil » est composé d’un expert-comptable inscrit au tableau de l’ordre, Monsieur
Thaï Nghia, et de son associé Monsieur Unbal. Ils sont assistés par deux gestionnaires de paie pour la partie
sociale et de deux comptables et d’un apprenti en DSCG (Diplôme supérieur de comptabilité et de gestion)
pour la partie comptable.
II)
Les missions réalisées au sein du cabinet d’expertise
A- Les Missions du poste occupé
Au cours de ce stage, j’ai réalisé pour chaque dossier client qui m’a été confié, les opérations suivantes, à
savoir :
•
•
Saisie des journaux d’achats, de ventes, d’opérations diverses, de banques et de caisses d’un client ;
Lettrage manuel des comptes clients et fournisseurs permettant de faire le lien entre la facture
et son règlement afin de déterminer les factures non réglées par les clients et les factures fournisseurs
restant à payer (le lettrage automatique donnant souvent lieu à des erreurs en cas de montants
similaires) ;
De plus pour chaque dossier client, je devais archiver les pièces comptables selon leur nature.
10
Le dossier type d’un client s’articule autour de 4 dossiers différents:
•
Le dossier social : comprenant les bulletins de paie des salariés, les dossiers des salariés, les
documents juridiques du « social » relatifs à l’entreprise, la fiche d’identification et de suivi de
l’entreprise ;
•
Le dossier fiscal : comprenant les déclarations mensuelles ou trimestrielles de TVA ;
• Le dossier comptable : comprenant des classeurs à intercalaires regroupant les 12 mois d’exercices
d’une société, sachant que la date d’un exercice ne démarre pas obligatoirement au 1er janvier de l’année
civile mais plutôt à une date définie par les entreprises concernées. Chaque intercalaire regroupe par date
de facturation du mois concerné, l’ensemble des factures supportées par l’entreprise, les factures de
ventes envoyées aux clients ou des relevés de caisse faisant figurer les ventes quotidiennes, les chéquiers
utilisés par le gérant au cours du mois, les relevés de compte bancaire ainsi que les remises de chèques
déposés par le gérant auprès de sa banque.
•
Le dossier de travail : comporte tous les documents que le client a transmis au cabinet et qui
n’entrent pas dans l’une des autres catégories de dossier. On y trouve le plus souvent des appels de
cotisations au RSI et divers avis d’imposition.
B- Les tâches secondaires
Lors de la réalisation de certains dossiers, j’ai dû exécuter divers travaux spécifiques tel que :
•
•
Déclarations de TVA mensuelle ou trimestrielle : Calcul du montant de la TVA à payer
ou du crédit de TVA sur la base des soldes des comptes de TVA mouvementés durant la
période imposée après saisie complète des factures d’achat et de vente, déclaration via le site
internet « impôt.gouv.fr » après validation de ma déclaration par mon maître de stage;
Courriers de relance et réalisation de divers tableaux (tableaux récapitulatifs de TVA
pour demande de remboursement du crédit de TVA, etc.) ;
•
La réalisation de bulletins de salaires du personnel, sous le contrôle attentif de Fatima
Mese, gestionnaire de paie ;
•
Contacter le client, avec le soutien de mon maître de stage, lorsque je constatais à la lecture
de son relevé bancaire des dépenses ou des sorties d’argent dont les factures ne nous avaient
pas été fourni avec son dossier ou qu’il me manquait l’un de ses chéquiers;
C- Les apports du stage
1- Les compétences acquises
Ma mission de stagiaire m’a demandé énormément d’autonomie lors des deux premières semaines. En effet,
contrairement à l’idée que je me suis faite du travail en cabinet, la demande de travail par la clientèle d’une
semaine à une autre n’est jamais constante et de ce fait le temps que pouvait me consacrer mon maître de
stage durant ces quinze premiers jours, s’en trouvait fortement réduit. Mes missions effectuées au cours de
ces deux semaines en tant que stagiaire m’ont ainsi demandé d’être très autonome et je dois dire que si les
premières heures ont été compliquées, voire difficiles, j’ai dû rapidement m’adapter et finalement après
beaucoup de stress et de travail, j’en suis ressorti grandi. On peut dire que ce premier aléa de stage m’a
11
finalement rendu service et fait progresser plus vite notamment au niveau de l’assurance dans mon travail
puisque je remplissais correctement les missions que l’on me confiait.
Cependant, après ces deux semaines, M. Thaï a été beaucoup plus présent pour m’accompagner dans mes
tâches quotidiennes et s’est efforcé de me confier des missions multiples et variées dans la mesure de son
possible pour me faire découvrir différentes situations que celui-ci pouvait être amené à traiter dans son
cabinet, mais surtout à ses côtés j’ai pu écouter et observer l’interaction qui existait entre lui et ses clients et
justement ce relationnel m’a semblé essentiel dans l’accomplissement de cette profession. Au lycée pendant
nos cours théoriques, immergés dans une atmosphère d’étudiants, il est difficile de se projeter et d’imaginer
ce lien où le client est véritablement au cœur de la réalisation de notre exercice. Toutes les tâches effectuées,
de l’enregistrement comptable à l’audit, découlent de la demande d’un client qui a confiance en vous et
naturellement vous vous devez de la lui rendre. Aussi il est très important de lui poser et de se poser les
bonnes questions afin de répondre à son attente. Lorsque vous êtes en classe de DCG pour la réalisation
d’un exercice spécifique, toutes les informations concernant le client ainsi que la tâche que l’on doit traiter
nous sont clairement explicitées, alors que dans la réalité c’est l’expert-comptable qui se doit de collecter
auprès de son client toutes les informations dont il a besoin pour ensuite être à même de le conseiller au
mieux dans ses choix juridiques, économiques ou fiscaux concernant son activité.
Par ailleurs au cours de ce stage, j’ai pu mettre en pratique différentes connaissances théoriques acquises lors
de ma formation, ce qui m’a aidé à renforcer plus amplement mes connaissances en comptabilité, et le tout
au sein d’un cabinet d’expertise-comptable, ce qui avait pour conséquence de m’enrichir d’une expérience
non négligeable pour la poursuite de mon parcours étudiant et professionnel. Tout cet enrichissement, par
ces connaissances apprises de façon ludique dans un environnement où la rigueur et le sérieux font parties
des fondamentaux de ce corps de métier, m’a permis de renforcer mes convictions dans la poursuite de mes
études et à y voir un peu plus clair sur l’orientation à donner à celles-ci.
Enfin, contrairement à ma formation où la réalisation de mes exercices se font très souvent en autonomie,
j’ai pu observer pendant mon stage l’interaction constante entre les différents employés du cabinet lorsque
que ceux-ci étaient confrontés à des difficultés qu’ils avaient du mal à résoudre seul ou encore entre
l’employé et son client lorsque les informations fournies par le client étaient manquantes ou insuffisantes
pour réaliser le travail demandé. En effet, que ce soit l’expert-comptable ou ses employés, ceux-ci sont en
contact permanent avec leur client par téléphone ou par e-mail pour pouvoir répondre au mieux à l’attente
de leur client. En effet, là où l’erreur lors d’un exercice est acceptée et quasi certaine lors de ma formation, le
contact avec le client est primordial pour pouvoir éviter toute erreur de la part du comptable et ainsi réaliser
la tâche qui lui est demandée.
2- Observations générales sur le traitement des dossiers clients
Ce stage a été l’opportunité pour moi d’appréhender les difficultés tant comptables que fiscales liées à la
profession comptable mais aussi les difficultés rencontrées avec certains clients qui essaient d’abuser de leur
position hiérarchique dans leur entreprise ou qui ne fournissent pas tous les documents nécessaires à la
réalisation d’une comptabilité conforme au PCG. L’expert-comptable se devait en permanence de réaliser
une mission d’optimisation des comptes de ses clients en restant toujours dans les limites légales mais sans
jamais les franchir pour ne pas faire prendre le moindre le risque à son client et ainsi être attrapé pour fraude
fiscale.
12
De plus, ce stage en cabinet m’a aussi permis d’observer, comme je l’avais déjà signalé précédemment,
qu’avec l’automatisation de plus en plus importante de la saisie comptable, que ce soit pour la saisie des
factures ou des écritures de banque, la mission de l’expert-comptable s'orientait de plus en plus vers une
mission de conseil permanent avec le client.
III) Présentation de la mairie et missions réalisées
A- Présentation de la mairie de Cires-lès-Mello
La commune de Cires-lès-Mello est une petite ville située dans le département de l'Oise en région Picardie.
La ville de Cires-lès-Mello appartient à l'arrondissement de Senlis, au canton de Neuilly-en-Thelle et fait
partie de la communauté de communes la Ruraloise créée au 1er janvier 2004. La population de Cires-lèsMello est recensée à l’heure actuelle à 3900 habitants.
B- Les missions du poste occupé
Au cours de ce stage, j’ai réalisé diverses missions spécifiques à la tenue d’une comptabilité d’engagement
M14 d’une collectivité publique :
-
Réalisation de la procédure de liquidation (bons de commande et devis, engagements, mandats,
factures)
Gestion et pointage de l’absentéisme (congés annuels, heures de récupération)
Pointage et saisie des dépenses et recettes du centre de soins infirmiers de Cires-lès-Mello
Calculs préalables sur Excel et établissement des bulletins de salaire
Classement et archivages des différents dossiers administratifs (factures, devis, etc…)
Au cours de mon stage, j’ai principalement eu à réaliser les opérations liées aux dépenses de fonctionnement
correspondant dans la comptabilité privée aux charges et aux produits de l’exercice tandis que les dépenses
liées aux opérations d’investissement (opérations sur le patrimoine correspondant principalement aux
immobilisations dans la comptabilité privé) étaient directement réalisées par mon maître de stage.
13
Bilan du stage et choix du thème
Le bilan de mon premier stage en mairie est un peu mitigé car mis à part la rigueur dans l’application des
tâches et le relationnel extraordinaire qui régnait au sein cet établissement, je n’ai pas vraiment eu le
sentiment d’apprendre de nouvelles choses en comptabilité. Cependant, cela m’a tout de même permis de
mettre en application en partie ce que l’on nous avait appris en cours sur la comptabilité publique.
Malheureusement les tâches régulières sur lesquelles travaillaient les employés de bureau étaient
principalement des tenues de différents plannings pour la cantine scolaire et le centre de soin du village ainsi
que la gestion de l’absentéisme et le calcul des bulletins de salaire. L’expérience acquise est restée très
basique, discipline vestimentaire, respect des horaires et finalement avoir un bon comportement de travail au
bureau, ne serait-ce que par respect pour mes collègues de mairie qui tous ont essayé de m’apporter un plus.
Donc si je devais relever une chose de ce stage passé en mairie, je n’évoquerais que la très bonne mentalité
de l’ensemble du personnel de mairie.
Le bilan qui ressort de mon deuxième stage en cabinet d’expertise-comptable est tout autre et heureusement
plus positif. Avoir l’opportunité d’observer et de travailler pour un cabinet d’expertise comptable m’a permis
de découvrir les impératifs de la profession ainsi que les difficultés auxquelles est confronté l’expertcomptable lors de l’exercice de son activité. J’ai pu ainsi en appréhender les exigences, les aptitudes
nécessaires pour travailler au sein d’un cabinet d’expertise comptable. J’ai aussi eu l’occasion de travailler
avec une certaine autonomie (les personnes me confiant des dossiers étant elles-mêmes occupées), à
renforcer ma rigueur au travail et dans une certaine mesure à me rassurer sur mes capacités d’adaptation aux
différentes tâches que l’on me confiait. Mais ce qui m’a vraiment marqué, c’est toute la partie relationnelle
entre l’expert-comptable et son client. J’ai pu en ressortir que cette relation est primordiale dans l’exercice de
ses missions. La qualité de cette relation est en quelque sorte le savoir-faire de chaque cabinet et l’expert
travaille sans relâche à développer cette image commerciale qui est sa marque de fabrique. En effet, la
relation de confiance entre l’expert-comptable et son client est indispensable à la réalisation et à la qualité de
ses missions. Et c’est bien cette spécificité qui m’encourage à la poursuite de mes études.
Cette expérience en cabinet d’expertise comptable m’a permis de travailler sur plusieurs cas relatifs aux
commerces des débitants de tabac, de découvrir une comptabilité spécifique à la profession et qu’il est
nécessaire de savoir appréhender. J’ai donc décidé de m’intéresser à ce sujet dont la gestion dans ce type de
commerce diffère de l’exploitation d’un commerce de proximité “standard”.
Je traiterai mon sujet en le développant autour de trois grands axes: Dans une première partie, j’étudierai les
spécificités tenant aux aspects juridiques de l’activité d’un débit de tabac. Dans une seconde partie, j’étudierai
les spécificités tenant au cadre comptable et fiscal de la profession. Puis dans une troisième partie,
j'analyserai les différentes difficultés rencontrées au sein de la profession des buralistes et proposerait des
solutions pour remédier à ces difficultés.
14
Section 1 : Présentation de la profession de débitant
de tabac
I)
Introduction
La profession de débitant de tabac est depuis plusieurs années confrontée aux évolutions de notre société
tant au niveau économique que comportemental. De surcroit, celle-ci doit faire face à de nombreuses
contraintes que ce soit au niveau juridique, fiscal, réglementaire ou encore comptable.
En effet, la gestion du monopole de vente au détail de tabac est confiée à l’Administration des douanes et
des droits indirects, mais ce monopole est exercé non pas par les agents des douanes mais par les débitants
qui sont désignés à ce titre préposés de l’Administration. L’existence d’une double casquette, à savoir
préposés à l’administration et commerçant, engendre de nombreuses difficultés qui se doivent d’être
correctement maîtrisées par le débitant afin de pérenniser son activité sur le long terme.
Face à l’ensemble de ces difficultés, le travail expert-comptable est aujourd’hui primordial auprès des
débitants de tabac, et ne doit pas se limiter à la simple tenue de leur comptabilité. En effet, celui-ci se doit de
connaître au mieux les principaux facteurs de risque de l’activité du débitant pour mieux le conseiller et
l’accompagner dans ses démarches de diversification et de modernisation vers lesquelles l’État tend à le
diriger.
Pour cela, l’expert-comptable doit sans cesse se remettre à jour de toute évolution qui touche de près ou de
loin à l’environnement très instable de son client pour être à même d’apporter des solutions adaptées et faire
face à chacune des nouvelles difficultés rencontrées. Ces difficultés sont toutes des agressions contre le
pouvoir d’achat des débitants de tabac ou ressenties comme telles. Ces évolutions entraînent souvent de la
colère, de la détresse et il est donc indispensable pour l’expert-comptable d’apporter au travers de ses
compétences un soutien moral. Il se doit aussi d’être innovant en soumettant des solutions envisageables et
viables telles des propositions de nouvelles activités, de réduction des coûts, etc. et parfois ironie du sort la
capacité de l’expert à aider son client peut être aussi une façon de s’aider soit même car j’ai pu remarquer que
le cabinet qui m’employait possédait un certain nombre de clients buralistes dans son portefeuille.
Malgré la diminution importante du nombre de débits de tabac en France depuis plusieurs années, cette
profession reste exercée par plus de 24 000 débitants en France. La concurrence accrue sur les activités
annexes, ainsi que la législation anti-tabagisme, a pour conséquence une concentration du chiffre d’affaires
du débitant sur la vente de produits à plus faible marge, à savoir la vente de produits mandatés par l’État.
Ces dernières qui restent aujourd’hui protégées de la concurrence sont elles aussi de moins en moins
rentables et il est donc aujourd’hui très difficile pour les débitants de tabacs de continuer à assurer leur
mission de service public. Pendant de nombreuses années, les différentes augmentations du prix sur le tabac
15
par la législation française permettaient de compenser la baisse de leurs ventes, cependant ce fait ne semble
plus avéré aujourd’hui.
Il m’a paru intéressant d’étudier les différentes spécificités de la profession afin d’identifier et d’analyser les
différentes difficultés auxquelles se retrouve confrontés les débitants de tabac et ainsi peut être de leurs
suggérer quelques opportunités que j’espère adaptées, face à l’ensemble des problématiques auxquelles ils
sont confronté sur le marché du tabac aujourd’hui.
IV) L’environnement juridique du débit de tabac
A- L’accession à la profession
Tout individu exprimant le désir d’exercer la profession de débitant de tabac doit :
- soit être présenté comme successeur à la gérance par un débitant cessant son activité, associé au
fonds de commerce qu’il envisage d’acquérir ;
- soit participer à une procédure d’appel à candidatures à la gérance d’un débit dont la gérance est
restée vacante (procédure d’adjudication). Cette procédure fait suite à une décision d'implantation du
directeur interrégional des douanes et droits indirects et n'a lieu que si l'implantation n'a pu être réalisée par
transfert.
B- Les conditions d’exercice de l’activité de débitant de tabac
1- Les conditions de fonds
L’activité de tabac étant une activité commerciale, le débitant de tabac pour pouvoir exercer son activité se
doit de respecter un certain nombre de conditions d’accès générales à un emploi public ainsi que des
conditions spécifiques liées à l’exercice de cette profession réglementée. Pour cela, le gérant doit donc
envoyer un formulaire de candidature à la Direction Générale des Douanes comportant un certain nombre
de pièces pour justifier qu’il respecte bien les obligations énoncées dans l’annexe 1.
Ces conditions concernent seulement le gérant du tabac, le suppléant, ainsi que les associés non gérants de la
société en nom collectif (SNC) dans le cas où le commerce est créé sous la forme d’une société de personne.
2- Les conditions de forme
Ne peut exercer en qualité de débitant de tabac, que l’exploitant individuel ou la société en nom collectif qui
réunit des conditions spécifiques, à savoir :
•
Disposer d’un local conforme situé au lieu d’implantation agréé par la DGDDI (Direction
générale des douanes et droits indirects) après avoir été soumis à l’appréciation des organisations
représentant la profession des débitants de tabac dans le département du lieu d’implantation ;
•
Posséder la pleine et entière propriété du fonds de commerce associé à l’exercice de l’activité de
débitant de tabac (Les débitants de tabac exerçant leur activité dans les zones rurales peuvent
déroger à cette obligation de pleine propriété grâce à un contrat de location gérance ou un contrat de
franchise). Le gérant du débit de tabac doit est propriétaire de l’ensemble des biens corporels et
incorporels du fonds de commerce annexe au débit mentionné dans les statuts.
16
C- Le choix de la forme juridique du débit de tabac
1- Les formes classiques : L’entreprise individuelle et la société en nom collectif
Un débit de tabac peut être exploité :
•
•
Soit par une personne physique gérant son activité sous la forme d’une entreprise
individuelle (EI).
Soit sous la forme d’une société en nom collectif (SNC) dont tous les associés sont des
personnes physiques (Dans ce cas, les statuts peuvent désigner un ou plusieurs gérants
associés ou non. À défaut de précisions dans les statuts, tous les associés sont gérants).
Dans les deux cas, le gérant ou les associés personnes physiques sont responsables de tous les actes de
gestion du débit. Le but de ces formes de société étant d’attribuer au gérant ou aux associés une
responsabilité indéfinie et solidaire aux dettes qu’ils ont contractées dans l’exercice de leur activité. De plus,
lorsque l’exploitant exerce son activité sous la forme d’une SNC, celui-ci doit préciser dans l’objet social que
la société exerce l’activité de vente de tabac ainsi que toutes les activités annexes (PMU, presse, loto et
grattage, etc.). Tous les associés de la SNC sont obligatoirement des personnes physiques et le gérant doit
détenir plus de la moitié des parts de la SNC. Aussi, la cogérance est interdite dans un débit de tabac.
Le choix de la forme juridique est donc un élément très important à prendre en compte pour l’expertcomptable dans sa mission de conseils que ce soit en termes de développement de nouvelles activités ou
encore de choix d’investissements.
2- Le statut protecteur de l’EIRL
Cependant, depuis la loi du 15 juin 2010, tout entrepreneur individuel peut limiter sa responsabilité en
exploitant son activité sous la forme d’une EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Ainsi, tout
gérant de débit de tabac exerçant à titre individuel peut adopter de ce statut. Ce nouveau statut permet de
rompre avec le droit français en matière d’unicité du patrimoine et de séparer son patrimoine personnel de
son patrimoine professionnel et ainsi protéger son patrimoine personnel des dettes contractées lors de
l’exercice de son activité professionnelle. L’EIRL permet donc de limiter les risques associés à son activité
professionnelle en se protégeant de ses créanciers professionnels grâce au mécanisme juridique du
patrimoine d’affectation. Cependant, les créanciers exigent généralement du gérant des garanties
personnelles (suretés) revenant à affecter son patrimoine personnel en garantie des futures dettes que le
gérant contracterait dans l’exercice de son activité.
3- Le rôle de conseiller de l’expert-comptable sur le choix de la forme juridique
la plus adaptée aux besoins du débitant
Au cours de mon stage, j’ai pu observer que la plupart des débitants de tabac exerçaient leur activité sous la
forme classique de l’entreprise individuelle qui reste la moins coûteuse et la plus simple à mettre en place
malgré les risques encourus pas cette forme d’entreprise. En effet, la plupart des débitants de tabac, par
manque de connaissances juridiques, optent pour l’entreprise individuelle. Cependant, ce type de choix peut
17
s’avérer de ne pas être le plus rentable sur le long terme au vu de plusieurs critères, comme le régime
matrimonial ou patrimonial, les différentes activités que le débitant exerce ou encore le statut de son
conjoint au sein de son entreprise. En cas de défaillance, l’entrepreneur se retrouve responsable en son nom
propre sur la totalité de son patrimoine personnel des dettes nées de son activité professionnelle (principe de
l’unicité du patrimoine).
Le statut de l’EIRL ne semble donc pas être très reconnu au sein de la profession des débitants de tabac
malgré ses nombreux avantages en raison des incertitudes liées à l’application du statut de l’EIRL par le
gérant ainsi que l’absence de communication sur les avantages de ce nouveau statut par l’expert-comptable à
son client. L’expert-comptable dans sa mission d’expertise se doit de conseiller au mieux ses clients sur tous
les aspects juridiques, fiscaux et sociaux ainsi que sur les risques qu’ils encourent.
J’ai donc élaboré à partir des caractéristiques de ces trois formes de société un questionnaire pour le débitant
permettant de recenser les principaux critères permettant à l’expert-comptable de conseiller au mieux la
forme juridique correspondant aux diverses attentes du débitant. Ce questionnaire est subjectif et n’énumère
que les principaux critères qui m’ont semblé pertinent dans le choix de la décision du débitant.
(A) Choix de l’entreprise individuelle à responsabilité limitée
(B) Choix de l’entreprise individuelle
(C) Choix de la société en nom collectif
Questionnaire pour le débitant pour optimiser le choix de la forme juridique de son débit de tabac:
Critère 1 : La
distinction
patrimoine privé
et
professionnel :
Éléments à
prendre en
considération :
Choix du client :
EIRL (A)
EI (B)
SNC (C)
Responsabilité
limitée
au
patrimoine Responsabilité totale et indéfinie à
professionnel à l’égard des créanciers (le l’égard des créanciers (le débitant
débitant ne peut être responsable d’une dette peut être responsable d’une dette
professionnelle sur son patrimoine personnel professionnelle sur son patrimoine
cependant
cette
responsabilité
est personnel)
généralement faussée car les créanciers
demande au débitant des suretés ce qui revient
à avoir confondre son patrimoine personnel et
professionnel).
- Quel est votre situation matrimoniale ou patrimoniale ?
- Quel est votre régime matrimonial ou patrimonial ?
- Possédez-vous de biens personnels que vous souhaitez protéger de vos
créanciers professionnels ?
Choix de l’EIRL si vous souhaitez protéger Choix de l’EI ou de la SNC dans le
votre patrimoine personnel.
cas où vous ne possédez pas de
patrimoine personnel à protéger
(confusion des patrimoines) ou ne
souhaitez pas faire de distinction
entre vos deux patrimoines.
X
X
18
Critère 2 : La
capacité
d’investissement
initiale pour la
création de
l’entreprise :
EI (B)
EIRL (A)
SNC (C)
Les seuls frais obligatoires pour la
Les couts de création
Les couts de
création d’une
création d’une EIRL sont les frais de
d’une SNC sont plus
entreprise
greffe qui sont en 2017 de 56,16 €. La conséquents et sont
individuelle sont en
déclaration d’affectation des biens
constitués à la fois par
moyenne de 26,68 professionnels est quant à elle gratuite. l’immatriculation au RCS
euros pour
Cependant, tout bien ou droit compris (en moyenne 41,5 euros)
l’immatriculation au
dans le patrimoine affecté, autre que
et par les frais de
RCS.
les liquidités, ayant une valeur déclarée
publication dans le
supérieure à 30 000 euros fait l’objet journal d’annonce légale
d’une évaluation par un expert(en moyenne 200 euros)
comptable, commissaire aux comptes,
association de gestion et de
comptabilité ou notaire qui nécessitera
évidemment un certain coût.
L’investissement initial pour la création
d’une EIRL sera donc plus ou moins
important selon le nombre de biens
déclarés d’une valeur supérieure à
30 000 euros.
Éléments à
prendre en
considération :
Quelle est votre capacité d’investissement initiale ?
Quelle est votre capacité d’endettement dans le cas de souscription à un
emprunt bancaire?
Si l’entrepreneur
Si l’entrepreneur ne possède que très Si l’entrepreneur est prêt
souhaite minimiser
peu de biens à déclarer ou qu’il est
à faire des efforts
ses coûts de
est prêt à faire des efforts
d’investissement, le choix
constitution,
d’investissement pour bénéficier du
de la SNC peut être
l’entreprise
statut protecteur de l’EIRL, le choix
envisagé.
individuelle semble
de l’EIRL peut être envisagé.
être le choix le plus
adapté.
X
X
Choix du client :
Critère 3 : La
tenue comptable
et les obligations
déclaratives :
-
EI (B)
SNC (C)
Si l’entrepreneur souhaite simplifier sa tenue
comptable ainsi que l’ensemble de ses
obligations déclaratives, l’EI ou la SNC
semble être le choix le plus adapté
(Seulement une déclaration d’activité par
personne physique au CFE compétent).
EIRL (A)
L’entrepreneur est prêt à faire des
efforts d’investissement dans la tenue
de sa comptabilité et de ses obligations
déclaratives.
19
Éléments à prendre
en considération :
Choix du client :
Critère 4 : Choix
du régime
d’imposition
(optimisation
fiscale)
Éléments à
prendre en
considération :
Choix du client :
Forme juridique
la plus adaptée
au vu des
différents
critères :
-
L’EIRL nécessite un investissement certain concernant la tenue comptable
ainsi que les obligations administratives (dépôt annuel du bilan, déclaration
d’affectation, obligation de tenir une comptabilité commerciale notamment
pour les titulaires BNC et ouverture d’un compte dédié à l’activité
professionnelle ce qui nécessite un investissement plus important pour
rémunérer l’expert-comptable.
X
X
EI (B)
EIRL (A)
Les
revenus
de
l’entreprise
sont
obligatoirement taxés à l’IR selon la nature de
l’activité exercée au titre des BIC ou BNC. Il
n’y a aucune possibilité d’optimisation
possible.
SNC (C)
Imposition à l’IR par défaut avec la
possibilité d’opter de manière
irrévocable pour l’IS. Le débitant a
donc la possibilité d’optimiser
fiscalement son régime d’imposition
en fonction des activités qu’il exerce.
- Statut du conjoint (salarié/collaborateur)
- Rémunération du dirigeant
- Taux d’imposition et taxation du résultat des différentes activités
- Gestion des déficits
- Taxation des plus-values à court et long terme
- Assiette de l’impôt et des cotisations sociales
X
X
(A)/(B)/(C)
D- Le rôle d’intermédiaire du débitant et sa relation avec l’État
Les débitants de tabac exercent une profession réglementée sous concession de l’État. En effet, l’État
français a un monopole de la vente de tabac en France dont la gestion est garantie par l’administration des
douanes et des droits indirects. De ce fait, le gérant du bureau de tabac n’est que le « préposé » de
l’administration et n’est donc qu’un simple intermédiaire entre le fournisseur du produit et le client. Chaque
débitant de tabac doit donc signer un contrat de gérance avec l'État lui permettant ainsi de pouvoir vendre
légalement l’ensemble des produits liés au tabac (cigarettes, cigares, cigarillos, etc.). Cette fonction
d’intermédiaire conduit à la saisie d’écritures comptables bien spécifiques à la profession en passant par des
comptes de tiers.
De plus, en tant que simple intermédiaire, les prix de vente des produits lui sont imposés et fixés par son
fournisseur agrée par l’État. Les marges dégagées par la vente des différents produits sont les mêmes pour
tous les débitants et de ce fait la concurrence entre débitants est inexistante à ce niveau.
L’organisme qui représente l’État et qui est en relation direct avec l’exploitant est la DGDDI (Direction
générales des douanes et des droits indirects). La DGDDI est l’organisme donnant son agrément dans
20
l’approvisionnement en tabac sur l’ensemble du territoire français. Elle assure la gestion du monopole de
vente de tabac. Dans le domaine de la distribution de tabac en France, la filiale Altadis-Distribution assure
environ 99% de l’approvisionnement du tabac écoulé par les buralistes.
La DGDDI possède tous les pouvoirs concernant la gestion des débits de tabac en France. En effet, celleci :
- autorise le lieu et l’agencement du local d’exploitation et autorise les travaux d’aménagement du débit
de tabac,
- signe le contrat de gérance avec l’exploitant,
- et garantit l’éventuel transfert du débit de tabac.
C’est la DGDII qui perçoit directement le droit à la consommation sur le tabac (qui représente environ 60%
du prix de vente) qui est collecté pour elle par Altadis.
V)
La gérance de la profession de débitant de tabac
A- Le contrat de gérance
Chaque débitant de tabac doit obligatoirement signer un contrat de gérance avec l'État pour exercer son
activité de vente de cigarettes, cigares et autres. Ce contrat est signé entre le gérant et la DGDDI, mandataire
de l’État, qui permet de fixer les obligations réciproques de chaque partie et en particulier les conditions
d’exploitation du débit de tabac ainsi que les missions de service public qui peuvent lui être confiées par
l’État. Ce contrat est valable pour trois ans et est renouvelable par reconduction tacite. Il permet au
mandataire de représenter l’État auprès de sa clientèle et de définir les modalités de sa rémunération.
En cas de résiliation du contrat, le gérant perd tous droits d’exercer son activité. Celle-ci est prononcée par
les douanes lorsque le gérant ne respecte pas ses engagements et peut donc encourir des sanctions
disciplinaires.
B- Les obligations légales de la profession
En contrepartie des charges d'emploi qui leur sont confiées et reprises au contrat de gérance, les débitants de
tabac sont tenus de respecter un certain nombre d'obligations. Le contrat de gérance peut être résilié ou
non-renouvelé en cas de non-respect de ces obligations.
Toute transgression à ces obligations peut s’accompagner de sanctions. De ce fait, l’expert-comptable doit
avoir connaissance des obligations inhérentes à l’exploitation d’un débit de tabac pour pouvoir le conseiller
au mieux en cas de décisions d’investissement, de diversification d’activité ou autre.
Le manquement à ces obligations de gérance peut déclencher la mise en place d’une procédure disciplinaire
et conduire dans certains cas à la résiliation de plein droit du contrat de gérance conformément aux
dispositions prévues. Les motifs de condamnations pénales les plus courantes étant l’escroquerie, l’abus de
confiance, le recel de tabac volé ou encore l’émission de chèques sans provisions.
C- Conditions de création d’un débit de tabac
Le cas de création d’un débit de tabac est soumis à des conditions d’entrées bien spécifiques. En effet,
l’Administration pour statuer sur l’opportunité d’ouvrir un nouveau débit s’appuie sur les critères suivants :
1- Conditions de fonds :
21
-
-
Le débitant doit prendre en compte la situation des débitants existants près du lieu d’exploitation
envisagé. En effet, l’exercice de cette nouvelle activité ne doit pas venir concurrencer les débits déjà
installés.
L’intérêt de la clientèle potentielle doit être démontré, c’est-à-dire que la création du débit doit
pouvoir répondre à un besoin du consommateur.
La rentabilité du débit doit être apparente (avec une clientèle potentiellement existante)
2- Conditions des formes :
Les formalités de création sont adressées la DGDDI. Celle-ci effectue une enquête pour diagnostiquer si la
création peut être considérée. La chambre syndicale des débitants de tabac donne ensuite son avis sur la
possibilité de création. La DGDDI donne par la suite son agrément après vérification des conditions
d’agrément qui sont les mêmes que celles du contrat de gérance.
3- Les interdictions de création :
Certaines implantations de débit de tabac sont interdites telles que dans les galeries marchandes et dans les
centres commerciaux ne constituant pas un ensemble de commerces de proximité ou encore dans certaines
zones protégées.
D- Cas de reprise d’un débit de tabac lors d’une cessation d’activité
Lors de la cessation d’activité d’un débit de tabac, la gérance du tabac est remise en adjudication. Deux cas
sont possibles :
- Soit le gérant présente un successeur : c’est souvent le cas lorsque le FDC annexé au tabac est
cédé, ce dernier doit obtenir l’autorisation de la DGDDI. L’éventuel successeur a par la suite deux
mois pour pouvoir dresser son dossier et se conformer aux différentes conditions liées à la
profession énoncées précédemment.
- Soit le gérant ne présente pas de successeur : les douanes enclenchent une procédure d’appel à
candidatures durant deux mois. L’administrateur établit ensuite un cahier de charges récapitulant
l’ensemble des conditions à satisfaire ainsi que l’ensemble des modalités de candidature. Le potentiel
successeur a par conséquent 2 mois pour achever son dossier de reprise du débit.
VI) Étude des principales données économiques de la profession
A- Chiffres clés du secteur
À ce jour les débits de tabac restent leaders dans les réseaux de commerce de proximité en France. Recensé
à environ 32 900 en 2000 par la confédération nationale des Débitants de tabac, ce nombre depuis ne cesse
de diminuer d’année en année pour tout juste atteindre aujourd’hui les 24 000, soit une fermeture de 8 900
débits de tabac, ce qui représente un peu plus de 27 % sur 17 ans.
L’activité de vente de tabac en France représente aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 17.9 milliards
d’euros pour un total de 17.7 millions de fumeurs. Celle-ci constitue la troisième source de recettes fiscales
pour l’État français avec près de 14.2 milliards de recettes engendrées par la vente de tabac en France.
22
Malgré une baisse significative des ventes du nombre de paquets de cigarettes en France ces dernières
années, causée par la succession de lois “anti-tabac” mis en place par le gouvernement français ainsi que par
le développement des campagnes de prévention anti-tabac, le chiffre d’affaires des débitants de tabac est
toujours resté relativement stable. En effet, la baisse de leurs ventes était jusqu’alors compensée par une
augmentation régulière du prix du tabac ainsi que par de nombreuses aides financières accordées par l’État.
Le nombre de paquets de cigarettes ainsi vendus en France entre 2007 et 2017 est passé de 54.94 à 44.9
milliards tandis que le prix du tabac a, quant à lui progressé, de 100 %.
Cependant, aujourd’hui avec la mise en place par le gouvernement actuel d’une augmentation échelonnée du
prix du tabac jusqu’en 2020 pour atteindre un prix de vente de 10€ par paquet de cigarettes, la vente de tabac
en France risque de chuter considérablement causant ainsi la cessation d’activité de plusieurs centaines de
buralistes alors que déjà, à ce jour, celles-ci sont estimées à près de 500 fermetures par an. Ces fermetures
devraient concerner en premier lieu les débitants situés en zones rurales.
En effet, parmi les difficultés de la profession que j’ai pu répertorier, celle qui semble la plus pénalisante
reste la situation géographique où la population est relativement réduite comme dans des petits villages de
province et où malheureusement, pas loin de 43 % de l’ensemble de ceux-ci exercent leurs activités dans des
communes de moins de 3500 habitants. Dans les faits, il deviendra donc très difficile pour eux de dégager
un chiffre d’affaires correct (voir annexe 2). Cependant, si cette “hypothétique” chute de la vente de tabac en
France se vérifiait, elle toucherait à plus ou moins long terme tous les établissements en villes qui auraient
fait de la vente de tabac leur principale source de revenu et les entraîneraient certainement vers le dépôt de
bilan.
B- Types d’activités des débitants de tabac
On observe que l’activité d’un buraliste est aujourd’hui généralement répartie autour de trois activités
principales, à savoir le tabac, la presse et le débit de boissons (voir annexe 2). En effet, près d’un tiers des
buralistes exercent une activité de bar-tabac, de bar-tabac-presse ou de tabac-presse et seulement 2 % des
buralistes sont spécialisés dans le débit de boissons. Preuve s’il en est qu’aujourd’hui le buraliste est obligé
d’avoir plusieurs cordes à son arc et qu’exercer une seule activité n’est clairement pas rentable pour
pérenniser son établissement sur le long terme.
À partir de cinq dossiers de buralistes dont j’ai dû réaliser la saisie comptable, j’ai effectué à partir des
rapports mensuels des ventes fournis par les caisses enregistreuses (exemple de rapport annexe 3) un
diagramme représentant une moyenne des marges hors taxes rapportées par l’ensemble de leurs activités
pour chacun d’entre eux. Sur le diagramme est bien présentée une moyenne des « marges hors taxes »
réalisées par le débitant et non « du chiffre d’affaires hors taxes » dont la comparaison n’aurait aucun intérêt
de par le fait que, sur ces différents chiffres d’affaires, sont appliqués des taux des commissions différents
d’une activité à une autre.
23
Or d’après le diagramme, on peut clairement observer que sur ces dossiers, l’activité la plus rémunératrice
reste la vente de tabac qui représente environ 50 % du chiffre d’affaires d’un débitant de tabac, suivi par les
activités de loto et de grattage de la Française des jeux (environ 30 % d’après le diagramme). L’activité de
presse (5 %), ainsi que la vente d’articles pour fumeurs (4 %) et les activités annexes de type transport,
confiserie, carterie ou encore débit de boissons (près d’1 % pour chaque) reste relativement faible. Cet
échantillon, quoi que très dérisoire par rapport au nombre total de buralistes en France permet tout de
même de se faire une idée des activités qui semblent les plus créatrices de valeur pour le débitant et dont il
reste de ce fait très dépendant. De plus, cet échantillon semble assez proche de la réalité concernant le
chiffre d’affaires du tabac qui représente 50 à 70 % du chiffre d’affaires des buralistes au niveau national.
C- Les principales entraves de la consommation de tabac en France
1- La mise en place de réformes comme prévention face à la santé publique
La vente de tabac en France décline depuis plusieurs années face aux continuelles augmentations des prix
sur le tabac liées aux différentes réformes législatives mises en place par le gouvernement français pour lutter
contre le tabagisme. Le but de toutes ces réformes étant de défendre une politique de prévention du
tabagisme et d’avoir un impact positif sur la consommation de tabac en France. Le gouvernement Macron
reste dans l’optique de ces réformes et M. Édouard Philippe a annoncé que le gouvernement porterait
progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10 euros", contre environ 7 euros actuellement (+40 %) ne
faisant que confirmer une promesse de la campagne présidentielle.
24
2- Les effets de la contrebande et de l’achat de tabac dans les pays frontaliers sur
la consommation de tabac en France
On constate qu’il existe une forte concurrence au niveau européen concernant les prix du tabac. En effet, les
achats dans les pays frontaliers représentent environ 15 % du total des ventes de tabac en France. Que ce
soit l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, l’Espagne, tous ces pays pratiquent des prix bien
inférieur à ceux exercés en France. Seule la Suisse, une exception qui confirme la règle conserve des prix de
vente supérieurs à la France. Depuis le 1er janvier 2016, les particuliers français sont désormais légalement
autorisés, et ce dans tous les pays de l’union européenne, à acheter 4 cartouches de cigarettes par an. On
peut estimer que plus d’une cigarette sur quatre fumées par chacun de nos concitoyens est achetée hors de
France. Quant à la part de trafic illégal, elle représente environ 5 % du total des ventes en France. Ce marché
représente des centaines de milliers d’euros de marchandises et a depuis constitué un marché parallèle pour
certains malintentionnés et on a pu relever près de 441,3 tonnes de tabac et de cigarettes de contrebande en
2017.
On peut en déduire que le comportement d’achat de cigarettes par les Français, ajouté aux différents trafics
illégaux, ont dans un premier temps eut une incidence directe sur les revenus des buralistes. Les remises
étant fixées par l’État avec impossibilité de déroger à la règle, leur revenu a tout simplement décliné suite à la
baisse des ventes des différents produits liés au tabac et dans un deuxième temps a provoqué une très forte
diminution des recettes fiscales puisqu’on évalue cette baisse à environ 20 %.
3- Le changement de comportement de consommateurs
L’accès de plus en plus démocratisé à internet, ainsi qu’un accroissement et une diversification accrue du
nombre de nouvelles technologies telles que les smartphones ou autres tablettes tactiles en tout genre ont
amplifié la chute de fréquentation de ces commerces de proximité qui étaient longuement considérés comme
des lieux de rencontres et d’échanges.
De plus, les débitants font face à une nouvelle concurrence des commerces spécialisés dans la vente de
cigarettes électroniques. Certains buralistes ont d’ailleurs engagé une lutte envers les vendeurs d’e-cigarettes à
« vapoter » pour concurrence illicite et déloyale, tandis que d’autres flairant une bonne opportunité n’ont fait
que l’ajouter à leurs produits en vente.
D- Le contrat d’avenir
De par leur importance dans la vie économique française, les buralistes disposent d’un contrat d’avenir avec
l’État afin de préserver le fonctionnement et la pérennité de leur activité. Ce contrat d’avenir est signé entre
la Confédération nationale des buralistes et l’État. Le dernier contrat d’avenir entré en vigueur le 2 janvier
2017 reprend essentiellement les engagements réciproques de chaque partie (voir annexe 20). Pour faire face
à la hausse du tabac, ce contrat propose principalement d’une part de soutenir l’activité des buralistes dans
un contexte déjà compliqué avec l’arrivée de la concurrence de la cigarette électronique en neutralisant la
baisse de leur rémunération par une augmentation de leurs commissions et d’autre part de les aider à se
diversifier dans leurs activités.
Le montant total des aides accordées aux buralistes entre janvier 2004 et fin 2011 s’est élevé à plus de 2,6
milliards d’euros soit une moyenne de plus de 300 millions par an.
25
Principaux engagement réciproques des parties du nouveau contrat d’avenir :
L’État s’engage principalement à :
L’exploitant s’engage principalement à :
. Autoriser de nouvelles créations de débits
. Participer activement à la politique de santé
. Augmenter la remise nette des exploitants
publique
. Diminuer la remise additionnelle et aménager la
. Lutter contre la fraude
remise compensatoire
. Renforcer les relations avec l’administration des
. Maintenir l’IFA (indemnité de fin d’activité)
douanes et des droits indirects (DGDDI).
. Octroyer de nouvelles subventions pour la mise
en sécurité des débits et encourager la
diversification de ses activités
E- L’incidence du tabac sur les comptes de l’État français
Dans une analyse critique des lois du plan “anti-tabac” mises en place par le gouvernement, nous pourrions
nous demander pour quelles raisons l’État français tend à vouloir diminuer la vente de tabac en France, alors
que les revenus générés par cette activité semblent être profitable à l’État dans sa recherche permanente
d’optimisation de son budget. On peut dire qu’au travers des articles et analyses rendus par différents
journaux ou sites web, il est très difficile de se faire une idée précise de ce que coûte réellement le tabac à
l’État français. La consommation du tabac ainsi que ses effets sur la santé est un sujet très sensible pour
chacun de nous. En effet, on est pour ou on est contre mais rarement sans opinion, c’est véritablement une
cause d’engagement dans un sens comme dans l’autre, le vote blanc n’existe pas. En essayant de rester le
plus neutre possible et en affinant mes recherches, j’ai pu remarquer que les dépenses concernant les soins
médicaux dus à la consommation de tabac ainsi que l’ensemble des aides publiques accordées aux buralistes
étaient considérablement supérieurs aux recettes ainsi générées pour l’État.
Pour la partie « soins médicaux », on estime que chaque année le tabac est responsable du décès de 73 000
personnes en France dont 45 000 par cancer, constituant ainsi le facteur de risque le plus important que ce
soit en termes de cancer mais aussi de maladies cardiovasculaires et autres maladies en tout genre. De ce fait,
l’importance des soins médicaux nécessités par ces maladies est en grande partie prise en charge par la
collectivité et les finances publiques et constitue ainsi une somme de plus de 12 milliards à la seule charge de
l’assurance maladie. De plus, il existe de nombreux coûts indirects tels que les journées de travail perdues
ainsi que leur indemnisation en raison des arrêts maladie, le coût des cotisations retraites non versées du fait
de la mort prématurée des personnes, le coût généré par la consommation de tabac au détriment d’un autre
secteur de consommation, des coûts externes liés à la perte de production ou de motivation et de ce fait la
baisse de consommation d’une personne ainsi que les coûts générés pour les finances publiques concernant
le coût des soins et des dépenses de prévention dont l’estimation totale est difficilement chiffrable.
Finalement, une étude menée par l’économiste Pierre Kopp et dirigé par l’Observatoire des drogues et des
toxicomanies de l’INSEE a estimé que le coût total du tabac s’élevait à environ 120 milliards d’euros par an
pour l’État français. Cependant cela ne reste toutefois qu’une estimation car le tabagisme est avant tout un
problème de santé publique et il reste aujourd’hui très difficile de pouvoir estimer que la maladie d’une
personne est due à sa consommation récurrente de tabac au cours de sa vie.
D’autre part, l’industrie du tabac a bénéficié de près de 2.6 milliards d’euros d’aide publiques entre 2004 et
2011 par le biais de trois "contrats d'avenir" destinés à compenser l'impact de la diminution de la
consommation de tabac liée aux mesures gouvernementales successives (hausse des taxes en particulier).
26
Section 2 : L’analyse et le traitement comptable des
activités associées au débit de tabac
I)
Activité de vente de tabac et de charges d’emplois
A- Particularités générales
Les achats et les ventes que le buraliste réalise au cours de son activité concernant le tabac, la presse, les
cartes téléphoniques mobiles, le PMU, ainsi que le Loto et les jeux de grattage n’entrainent pas l’utilisation
des comptes de charges et de produits et ne constituent donc pas son résultat comptable. En contrepartie,
de son rôle de préposé, le buraliste perçoit des commissions appelées « remises » sur les opérations de ventes
qu’il effectue qui constituent sa rémunération. Cette particularité propre à la profession de buraliste implique
des écritures comptables elles aussi spécifiques. En effet, tous les achats et les ventes du débitant concernant
ces activités seront constatés dans un compte 467 « Débiteurs et Créditeurs divers ». Cette particularité
nécessite donc une véritable compréhension de l’utilisation de ces comptes spécifiques et c’est pourquoi la
majeure partie des débitants vont recourir à un expert-comptable pour tenir leur comptabilité.
Celui-ci ne peut pas enregistrer les achats et les ventes de ces produits en charges ou en produits comme une
opération normale car il n’est pas propriétaire de ces différents produits (presse, tabac, cartes téléphoniques)
et agit comme un simple intermédiaire entre l’entreprise sous contrôle du pouvoir public, qui fournit le
produit et le client. Les opérations d’achats et de ventes sont donc comptabilisées dans les comptes de tiers
(classe 4). Seules les remises et les charges liées au contrat de mandat figureront au résultat.
L’absence d’un plan comptable spécifique à cette profession a conduit le centre de gestion agréé « Gestion
Tabac France » à ’établir, à partir du plan comptable de l’hôtellerie, une liste de comptes spécifiques pour les
multiples activités exercées par le débitant. C’est à partir de plan comptable que seront réalisées les écritures
comptables caractéristiques des activités mandatées.
ADAPTATION DU PLAN COMPTABLE DE L’INDUSTRIE HOTELIÈRE
ACTIVITES
PRESSE
TABAC
GRATTAGE
LOTO
TIMBRES POSTES
TIMBRES FISCAUX ET
AMENDES
COMMISSIONS
706100
706200
706300
706400
706500
ACHATS, VENTES, STOCKS
4567100
467200
467300
467400
467500
LOTS GAGNANTS
467350
467450
-
706600
467600
-
27
.Comptabilisation générale des produits : Pour la plupart des produits mandatés, les factures se
décomposent en deux parties, à savoir :
• une facturation par commande et par type de marchandises,
• et une facturation regroupant l’ensemble des opérations de la période par type de produits
ainsi que les prélèvements pour le compte de tiers.
Toutes les opérations sont généralement menées à partir de la facture récapitulative ce qui permet d’une part
de limiter les erreurs et d’autre part de bénéficier d’un gain de temps majeur.
B- L’approvisionnement du tabac
L’approvisionnement du tabac est comptabilisé pour sa valeur brute dans un compte de tiers (467). La
remise est quant à elle constatée en produit (706) et la dette, égale à la valeur brute sous déduction de la
remise, est constatée elle aussi dans un compte de tiers (402) (voir annexe 4).
Journal : Achats
467500
402LOGISTA
706800
Facture n°703816923 du 01/02/2017
Tabac consigné (valeur brute)
Fournisseur Logista (valeur nette)
Remise sur tabac (commission)
Débit
Crédit
68 053,88
62 949,84
5104,04
C- Le cas de problèmes de livraison du tabac
Des erreurs de livraison peuvent entraîner la constatation d’avoir ou de complément de facturation lors de la
prochaine livraison. Le complément de facturation est comptabilisé comme une livraison de tabac et l’avoir
comme une annulation de facture. Lors de mon stage, je n’ai rencontré que des avoirs sur facture, à savoir
l’écriture suivante (voir annexe 5) :
Journal : Achats
467500
402LOGISTA
Facture n° 0703981717
du 10/05/2017
Tabac consigné (valeur nette)
Fournisseur Logista (valeur nette)
Débit
Crédit
13 217,60
13 217,60
D- L’imputation du droit de licence et de la RAVGDT dans leurs comptes de charges
respectif
Lors de la facturation je me devais de calculer la commission brute due aux buralistes et je ne prenais donc
pas en compte dans ce calcul le droit de licence et la RAVGDT (Régime d’allocation viagère des débitants
de tabac) qui viennent eux s’imputer sur la commission. De ce fait, je me devais donc ensuite de les imputer
dans leur compte de charges respectif.
Par simplification, l’enregistrement comptable de ces mouvements est effectué à partir du bordereau envoyé
par la DGDDI afin d’éviter la multiplication des écritures comptables lors de la réception de chaque
document. En effet, chaque mois la DGDDI dresse un bordereau qu’elle envoie au gérant, indiquant le
28
cumul des mouvements financiers ainsi que le montant net à payer. L’enregistrement de la remise brute ainsi
que des prélèvements sur cette remise est donc réalisé à partir de ce bordereau. Cette écriture est
généralement enregistrée en fin d’année lors de la réception du bordereau récapitulatif annuel envoyé par la
DGDDI. On a l’exemple du bulletin de rémunération de tabac de décembre 2016 (voir annexe 6) où l’on
constate que les débitants de tabacs perçoivent une commission (remise brute) sur le montant du Chiffre
d’affaires net. Le Chiffre d’affaires net correspondant à la totalité du tabac commandé sous déduction des
reprises éventuelles de produits qui n’ont pas été vendus au cours du mois.
Journal : Achats
6511500
Facture n° 0703981717 du 10/05/2017
Réaffectation redevance licence
Réaffectation allocation viagère
646300
443100
Douanes-Rémunération nette (net à payer par la DGDDI)
706500
Débit
Crédit
2263,44
203,01
230.86
2697.31
Sur ces remises brutes viennent donc s’imputer deux types de retenues salariales prélevées chaque mois et
versées directement par les fournisseurs agréés à l’administration, voir tableau ci-dessous :
RETENUES SALARIALES
Le droit de licence
La cotisation au régime d’allocation viagère
(RAVGDT)
Ce droit de licence représente la redevance La RAVGDT est un régime de retraite obligatoire
versée à l’État pour la partie du Chiffre dédié aux buralistes distinct du régime de retraite des
d’affaires supérieur à 157 650€, lui permettant commerçants (Régime général de la sécurité sociale
ainsi d’exercer son activité de vente de tabac depuis 2018). Les cotisations des gérants de débits de
en toute légalité (20.44% de la remise brute tabac ordinaires sont égales à 1,695 % de la remise
pour les cigares et cigarillos et 20.14 % pour brute du montant annuel des livraisons de tabac. Ces
les autres produits du tabac).
cotisations
sont
prélevées
directement
par
Ce droit de licence n’est donc payé que par les l'administration sur le précompte versé par les
débitants de tabac réalisant un chiffre fournisseurs sur le montant des livraisons. Dans le cas
d’affaires supérieur à 157 650€ protégeant où le buraliste est une SNC, seul le gérant du débit de
ainsi les débits de tabac ayant un faible tabac ordinaire cotise au RAVGDT et peut prétendre
revenu.
au bénéfice de ce régime.
La différence entre la remise brute et les retenues constitue ainsi la remise nette. Cette rémunération
pouvant comprendre des compléments de remise en fonction du chiffre d’affaires réalisé par le débitant est
accordée :
• d’une part par le fournisseur : qui accorde directement sur facture 7,5 % des livraisons des
produits de tabac,
• et d’autre par l’administration : qui reverse, tant que le chiffre d’affaires annuel du débit
est inférieur à 157 650 euros, l’excèdent perçu sur le précompte de 1,94 % du montant des
livraisons de tabac, appelé complément de reprise, ce qui n’était pas le cas dans les différents
dossiers des clients que j’ai eu à traiter.
De plus, lorsque les produits font l’objet d’une reprise par le fournisseur, les retenues salariales effectuées sur
la valeur des produits sont restituées au débitant.
29
Pour certains débitants dont le chiffre d’affaires net est très faible, des commissions supplémentaires
peuvent lui être versées.
E- Comptabilisation des crédits fournisseurs et de la caution
Les buralistes, pour bénéficier de ces crédits auprès de leurs fournisseurs, doivent au préalable justifier d'une
caution solidaire agréée, délivrée par un établissement de crédit agréé par l'Administration des Douanes et
des Droits Indirects tels que l’EDC (l'Européenne de Cautionnement S.A.) à laquelle étaient affiliés les
différents buralistes dont j’ai dû traiter les dossiers. Cette caution a pour but de prémunir ces fournisseurs
(Logista France, la Française des jeux) contre les risques de défauts de paiement de ses clients buralistes en
se portant caution pour le débitant.
Il existe différents types de crédits tels que le crédit à la livraison, le crédit stock ainsi que le crédit saisonnier
qui sont accordés par les fournisseurs agrées aux buralistes sous certaines conditions énoncées dans l’annexe
7.
Ces différents crédits (crédits stock, livraison et saisonnier) obtenus pour les activités mandatées ou les
charges d’emploi correspondent à une livraison (généralement de tabac) qui ne sera payée par le débitant
qu’à la date d’expiration du traité de gérance conclu avec le fournisseur agréé et sont comptabilisées en
dettes financières diverses (Voir annexe 8).
Facture n° 7510
Journal : Opérations
diverses
402100
Débit
21323.10
Remise sur tabac
168150
Crédit
21323.10
Crédit stock
L’écriture inverse est ainsi passée lorsque ce crédit stock arrive à échéance.
En se portant caution, l'EDC s'engage contractuellement à payer à un créancier, la dette d'un débiteur si
celui-ci n'y satisfait pas lui-même. En contrepartie, le buraliste s’engage à payer une commission de caution
encaissée par LOGISTA France qui recouvre différentes cotisations pour les organismes en affaire avec les
débitants. Cette commission est enregistrée dans des comptes de frais généraux (voir annexe 9).
Facture n° 20130019146
Débit
Commission cautionnement EDC
LOGISTA France
1093.22
Journal : Opérations
diverses
627000
402LOGISTA
Crédit
1093.22
F- Les charges d’emplois
En contrepartie de l’exercice de son activité de vente de tabac autorisée par la signature d’un contrat de
gérance avec l’État, le débitant se doit de respecter un certain nombre d’obligations, notamment la diffusion
des timbres fiscaux, postaux ainsi que des timbres amendes constituant les “charges d’emplois”. Ces
produits sont vendus pour le compte de l’Administration fiscale et de La Poste, le débitant n’agissant en tant
que simple mandataire.
Au début de leur activité, les débitants de tabac reçoivent généralement une avance de timbres fiscaux et
postaux constituant un crédit stock dont l’écriture reste identique à l’approvisionnement de tabac vu
précédemment. La comptabilisation des approvisionnements de charges d’emplois s’enregistre comme pour
les écritures précédentes dans un compte de tiers «402-TRESOR PUBLIC ». La commission vient en
30
déduction du paiement à la DGDDI. Les remises sur la vente des charges d’emploi restent relativement
faibles (5% pour les timbres fiscaux, 6% pour les timbres-amendes et 4% pour les timbres postaux) et ne
représentent qu’une simple obligation légale pour le débitant qui ne dégage aucun profit sur la vente de ces
timbres, comme on a pu l’observer précédemment sur le schéma des marges hors taxes moyennes dégagées
par chaque activité (mois d’1% d’après le schéma) (voir annexe 10).
Journal : Achats
467600
706600
402TRESOR
II)
Facture n°20140028157
Débit
Approvisionnement de timbres fiscaux
Commission sur timbres fiscaux
Fournisseur Trésor public
4060,00
Crédit
203,00
3857,00
Les autres activités mandatées les plus courantes
Le débitant de tabac, en complément de la distribution du tabac et des charges d’emplois, exerce
généralement d’autres activités qui sont elles aussi mandatées. Dans cette partie, seront uniquement
présentées les écritures d’achats, étant donné que les ventes concernant l’ensemble des activités sont
enregistrées en une seule et même écriture en fin de mois.
A- La Presse (vente de journaux)
Les débitants exerçant l’activité de diffuseur de presse sont inscrits au Conseil Supérieur des Messageries de
Presse (CSMP). Ce CSMP est un organisme de contrôle dont la mission principale est d’assurer l’équité de
traitement des titres de presse dans leur diffusion. La société PRESTALIS assure la distribution des titres de
deux des trois structures françaises existantes. Les deux seuls distributeurs de presse dont j’ai dû
comptabiliser les factures étant PRESTALIS et Proximy. Ces agents de la vente de presse, formant le
deuxième niveau de la distribution des titres de presse, sont des intermédiaires approvisionnant les
diffuseurs de presse dont ils assurent l’inscription obligatoire au fichier des agents de la vente de la presse
tenu par le CSMP.
Les buralistes sont responsables des titres confiés, cependant les éditeurs en demeurent légalement
propriétaires. Ceux-ci sont rémunérés par une commission variant entre 13 et 28% calculée sur la différence
entre la livraison et les invendus de la période précédente. Elle est ensuite déduite de la facture établie par le
prestataire.
.Comptabilisation de l’approvisionnement : Le débitant reçoit un relevé récapitulant les achats, les
commissions, le montant à payer ainsi que les différés de règlements. C’est à partir de ce relevé que sont
constituées les écritures comptables (voir annexe 11).
Journal : Achats
relevé n° R19 du 13/05/17
Débit
Crédit
467100
Approvisionnement de journaux
1072,85
467100
Approvisionnement de journaux
95,60
467100
Approvisionnement de journaux
270,80
402PRESSTALIS
Fournisseur presse PRESSTALIS
965,96
402PRESTALIS
Fournisseur presse PRESSTALIS
86,04
402PRESTALIS
Fournisseur presse PRESSTALIS
243,72
706100
Commission sur presse
107,29
706100
Commission sur presse
9,56
706100
Commission sur presse
27,08
31
L’une des possibilités est de ne pas subdiviser chaque compte. Cependant lors de mon stage, je me devais de
détailler chaque page du relevé pour éviter d’une part les erreurs dans la saisie du montant global mais aussi
pour éviter une perte de temps inutile car calculer pour chaque compte la somme totale est bien plus long et
fastidieux que de détailler chaque page en subdivisant les comptes.
De plus, à partir du relevé, on enregistre les activités de presse accessoires qui sont enregistrées sans
spécificité en compte de charge 607X « Achat de fournitures » et soumis normalement à la TVA au taux
normal.
B- La Française des jeux : Loto et grattage
L’activité Française Des Jeux (FDJ) concerne l’ensemble des jeux numérisés, les jeux de tirage (Loto,
Rapido, etc.) et de grattage (Banco, etc.) ainsi que les jeux de pronostics (Lotofoot, etc.). Elle ne peut être
exercée qu’après l’obtention d’un agrément auprès d’un courtier-mandataire régional. Les conditions de
collaboration du débitant de tabac avec la FDJ sont définies dans un contrat « intuitu personae », c’est-à-dire
lié à la personne signataire et non au point de vente. D’autre part, seul le gérant inscrit au Registre du
Commerce et des Sociétés doit être titulaire de l'agrément du courtier-mandataire régional pour pouvoir
exercer cette activité. Ainsi, toute modification de la forme juridique du débit doit être communiquée à la
FDJ et le non-respect de cette mesure peut entraîner la cessation de son activité. Le débitant de tabac perçoit
une commission de 5 % calculée sur les enjeux validés ou sur le prix de vente public des tickets.
Dans le traitement comptable des jeux de hasard, il est nécessaire de distinguer le Loto et les jeux de
grattage :
- Le loto : comprend l’ensemble des jeux enregistrés sur l’écran du débitant, à savoir les jeux (Loto,
Parions sport, Euro million, etc.) (voir annexe 12).
Journal : Achats
Facture n° 001035466-05
Débit
Crédit
du 31/05/2017
402LOTO
Fournisseur Loto
3787,14
706400
Commission Loto
579,61
613100
Location machine FDJ
10,33
445660
État-TVA déductible sur machine FDJ
2,07
467300
Lots encaissés Loto
11 146,40
467350
Lots payés Loto
6 792,05
-
Les jeux de grattage : contrairement au loto, sont détenus physiquement par le débitant qui détient
les tickets. (voir annexe 13).
Journal : Achats
402GRATTAGE
706500
467400
467450
Facture n° 001035466-05
du 31/05/2017
Jeux de grattage
Commission grattage
Jeux de grattage encaissés
Jeux de grattage gagnants
Débit
Crédit
4135,90
850,10
16350,00
11364,00
32
La Française des jeux envoie un relevé hebdomadaire des opérations du mois détaillées sur un seul et même
document pour l’ensemble des opérations de Loto et de grattage à partir duquel est réalisée la saisie
comptable. Celui-ci retrace la commission perçue, les gains remboursés aux clients (loto ou jeux de grattage
gagnants), les lots payés par les clients ainsi que la location de la machine permettant de vérifier que le billet
est gagnant ou non.
III) Les autres activités annexes
Les conditions d’exploitation sont devenues difficilement stables pour les débitants de tabac, les obligeant à
se diversifier et à développer des activités diverses et variées. Les principales activités annexes que j’ai pu
observer au cours de mon stage sont : le PMU, la vente de titre de transport, la vente de télécartes, ainsi que
d’autres activités commerciales (débit de boisson, tabletterie, etc.) ne présentant aucune particularité quant à
leur comptabilisation. Seules les écritures d’achats seront présentées dans cette partie.
A- Le Paris Mutuel Urbain (PMU)
Pour pouvoir exercer cette activité liée aux paris hippiques, le débitant doit être détenteur d’une licence
d’exploitation dont l’agrément est délivré par le Ministère de l’Intérieur. Le débitant collecte les paris de la
clientèle pour le compte du PMU et procède aux remboursements de paris gagnants. Les commissions
versées au point de vente sont fonction du chiffres d’affaire réalisé et s’élève de 1,6% à 1,9% pour les paris
et de 2,2 à 2,5% du chiffre d’affaires pour le Quinté +.
L’enregistrement comptable est effectué mensuellement lors de la centralisation des tickets gagnants et des
recettes du mois. De plus, dans le cas des dossiers que j’ai eu à traiter, ceux-ci possédaient un compte
bancaire spécifique dédiés aux opérations de mises et de gains du PMU ainsi qu’une caisse spécifique pour
limiter les risques d’erreurs liées à cette activité.
Chaque mois, l’exploitant reçoit une commission soumise à TVA pour son rôle de mandataire.
.Comptabilisation de la commission mensuelle (voir annexe 14) :
Journal : Achats
411PMU
Facture n° 001035466-05
du 31/05/2017
Client PMU
706300
44571
Commission PMU
TVA collectée sur opérations de PMU
Débit
Crédit
3603,28
3002,73
600,55
Concernant les écritures de collecte des enjeux et de remboursement des tickets gagnants, le principe qui
s’applique reste identique à celui du loto et des jeux de grattage.
B- Les titres de transport
Les débitants de tabac peuvent se voir confier la vente des titres de transport de leur localité : il s’agit
essentiellement des tickets de bus auxquels peuvent s’ajouter les tickets de métro. Pour ces prestations, les
débitants ont la qualité de mandataires rémunérés par une commission de 5% sur la vente de ses titres de
transport. Les débitants reçoivent un relevé pour chaque mois regroupant l’ensemble des achats du mois
concernant les titres de transports permettant ainsi au cabinet de comptabiliser l’écriture suivante (voir
annexe 15)
33
Journal : Achats
467700
402STAC
706700
44571
Facture n°F1250418
Débit
Achat ticket de bus
Fournisseurs STAC (Evrard)
Commissions sur tickets de bus (5%
État-TVA collectée à 10%
810,67
Crédit
772,00
35,09
3,51
C- Les télécartes
La vente des cartes téléphoniques ou des recharges par le débitant de tabac n’est pas considérée comme une
activité mandatée mais comme une simple opération d’achat-revente. Cependant, les prix d’achats et de
ventes de ces cartes téléphoniques sont imposés. La marge est acquise lors de la vente des télécartes. L’une
des seules spécificités liées au passage de ces écritures concerne l’auto liquidation de la TVA. En effet, au
cours de mon stage, j’ai remarqué que revenaient régulièrement deux types de factures bien distinctes
concernant l’achat de télécartes, à savoir :
. Une écriture sans auto liquidation de TVA (voir annexe 16) :
Journal : Achats
607200
Facture n° 1425187 du 11/05/2017
Achat télécartes
F401ALEDA
706900
445210
Débit
Crédit
3239,00
Fournisseur Aleda
Commissions sur cartes prépayés
État- TVA collectée a 20%
3199,08
32,69
0,23
. Une écriture avec auto liquidation de la TVA (voir annexe 17):
Journal : Achats
607200
445664
Facture n° 1425187 du 11/05/2017
Achat télécartes
État-TVA auto liquidée
F401ALEDA
445210
Fournisseur Aleda
État- TVA auto liquidation
Débit
Crédit
1106,31
221,26
1106,31
221,26
D- Autres activités commerciales
Il s’agit du commerce de tabletterie, confiserie et autres produits de comptoir. Le débitant de tabac assure,
en effet, un rôle de commerçant en vendant pour son propre compte diverses marchandises telles que de la
papeterie, des cartes postales, des jouets ou tout autre produit pour lesquels le débitant peut décider
librement de marges commerciales applicables à son produit. Les régimes juridiques, comptables et fiscaux
s’appliquent sont ceux appliqués dans tous les commerces similaires. Les débitants de tabac sont donc
autonomes et libres de s’approvisionner auprès des fournisseurs de leur choix. De ce fait, une négociation
concernant les prix d’achat, ainsi que les conditions de règlement devient donc possible.
34
IV) Comptabilisation des subventions de l’État
Il existe deux types de subventions accordées par l’État pour les aider à financer certains types de travaux.
-
La subvention de modernisation : Lorsque le débitant effectue des travaux dans son débit, celui-ci
peut bénéficier sous certaines conditions d’une aide financière en fonction de la nature et du
montant des investissements réalisés. Cette aide à la modernisation des débits de tabac peut être
accordée à tous les gérants d’un débit de tabac dit « ordinaire », c’est-à-dire qui ne sont pas implantés
dans des gares, aéroports, centres commerciaux ou tout autre débit implanté sur d’autres secteurs
publics, et a pour but de financer les équipements et travaux concernant l’activité de vente de tabac
uniquement. Seuls certains travaux permettent au débitant de pouvoir recevoir cette subvention et
sous certaines conditions (voir annexe 18).
-
La subvention de sécurité : est une aide spécifique qui peut être accordée aux débitants gérant un
débit de tabac ordinaire ou spécial, soit pour financer un audit de sécurité du local commercial, soit
pour acquérir et installer des matériels, des équipements ou un système de protection destinés à
sécuriser le local commercial où le débit de tabac est exploité ou la réserve où le tabac est stocké.
Comme la subvention de modernisation, seuls certains travaux permettent au débitant de pouvoir
recevoir cette subvention et sous certaines conditions (voir annexe 18).
.Comptabilisation de l’octroi de la subvention : La subvention est comptabilisée dès que le principe de
son versement est acquis. Le compte 131100 « Subvention d’équipement » est crédité de la totalité du
montant de la subvention. En contrepartie, est débité un compte de tiers 443100 « Douanes- Subvention de
modernisation/de sécurité ».
Journal : Achats
443100
131100
Octroi de la subvention d’équipement
Débit
Douanes - Subvention d’équipement
Subvention d’équipement
50 000,00
Crédit
50 000,00
.Comptabilisation du paiement de la subvention : La subvention de modernisation, contrairement à
celle de sécurité, est payable en deux fois, le premier versement à la réception des travaux et le solde trois
années après. Le compte 443 « Douane-Subvention de modernisation/sécurité » est crédité pour le montant
de la part du règlement effectué. En contrepartie, est débité un compte financier 512000 « Banque ».
Relevé bancaire n°15
Journal : banque
512000
Banque
443100
V)
Débit
Crédit
50 000,00
Douanes-Subvention d’équipement
50 000,00
Les écritures de ventes
Les encaissements et décaissements générés par les différentes activités d’un débit de tabac, à savoir l’activité
de tabac, de loto et de jeux de grattage, de PMU, de presse, de débit de boisson et autres activités annexes,
engendrent d’importants flux de trésorerie qui impliquent donc que le débitant soit exigeant et rigoureux
pour tenir sa caisse. Cette tenue de caisse génère de nombreuses difficultés pour les gérants de tabac,
35
nécessitant pour eux la mise en place d’une organisation adaptée pour répondre aux différentes obligations
légales et fiscales rattachées à la profession.
A- La caisse enregistreuse et la saisie des ventes
L’une des principales caractéristiques des débitants de tabac vient de la diversités de produits qu’ils
proposent dont certains sont mandatés par l’État et d’autres non. En effet, l’activité de buraliste génère de
nombreux mouvements financiers que ce soit en termes d’encaissement mais aussi de décaissements
(règlements aux fournisseurs, prélèvements exploitants, règlements jeux de grattage/PMU/Loto gagnants
aux clients, chèque à l’ordre public, etc.) Cette caractéristique implique une tenue minutieuse de sa caisse par
le débitant et dans les différents dossiers que j’ai eus à traiter, tous possédaient une caisse enregistreuse pour
leurs saisies des différents mouvements financiers (encaissements/décaissements). Cet outil permet au
débitant d’obtenir la répartition des recettes par catégorie d’opération et par taux d’imposition. La caisse
enregistreuse procède donc quotidiennement au calcul suivant de manière automatique :
(+) Solde de caisse de fin de journée
(-) Solde de caisse de début de journée
(+) Prélèvement personnel du débitant
(+) Règlements aux divers fournisseurs
(+) Règlement jeux de loto gagnants
(+) Règlement jeux de grattage gagnants
= Recette journalière
De cette recette journalière sont ainsi distinguées les différentes activités sous concessions de l’État qui ne
constituent pas son chiffre d’affaires (encaissement pour le compte de tiers) et les autres activités
correspondant bien au chiffre d’affaires du gérant.
À la fin du mois, les différents mouvements financiers (encaissements et décaissements) sont cumulés sur un
rapport mensuel permettant ainsi à l’expert-comptable de saisir les opérations de ventes. Cet éclatement des
opérations permet ainsi à l’exploitant de détecter plus facilement les erreurs et facilite les rapprochements
tels que les tickets gagnants avec les remboursements.
.Comptabilisation des ventes (Voir annexe 3) :
Journal : Ventes
467100
467200
467300
467400
467350
467450
467500
467600
467700
445730
Relevé n°F2354128 du mois de mai 2017
Vente presse
Vente timbres postaux
Vente loto
Vente jeux grattage
Gain loto
Gain grattage
Vente tabac
Timbres fiscaux (État+ timbres fiscaux)
Transport
État-TVA collectée sur transport
Débit
Crédit
10 088,05
775,20
63 965,40
83 510,00
32 380,50
60 261,00
172 093,14
14654,00
762,73
76,27
36
70300
445710
707200
707400
445730
511200
511300
531000
Dématérialisation (cartés téléphoniques)
État-TVA collectée sur carte téléphonique
Vente de marchandises à 20%
Débit de boisson
État-TVA collectée à 10%
Paiement par chèques
Paiement par carte bancaire
Paiement par espèce (Caisse)
12 402,36
1616,65
3191,89
226,2
22,62
204,7
93 027,71
174 430,60
B- La gestion de la trésorerie
Une autre difficulté liée à la profession de débitant de tabac est la gestion de la trésorerie. En effet, les
débitants de tabac doivent disposer d’une trésorerie suffisante afin de pallier aux différentes échéances et
pouvoir ainsi régler leurs différents fournisseurs tels que Logista ou la Française des jeux.
Le principal atout d’un débitant de tabac est que tous ses clients règlent en espèces ou par carte bancaire ce
qui lui permet directement d’impacter son BFR (besoin en fonds de roulement) de façon positive. De plus,
le mécanisme particulier par lequel les buralistes ne paient les marchandises qu’après avoir perçu les ventes
constitue une part importante de leur trésorerie dont certains ne pourraient se passer. En effet, le BFR
(Créances clients (+) Stocks (-) Dettes fournisseurs) correspondant à la trésorerie nécessaire pour que
l’entreprise assure son exploitation est, dans le cas d’un débitant de tabac, souvent faible ou négatif grâce aux
différents règlements comptant de ces clients tandis qu’à l’inverse ces fournisseurs ont tendance à accorder
aux débitants des délais de paiement assez importants de par leur connaissance de leurs difficultés
financières.
Le débitant, pour garder un BFR très faible, doit faire très attention à la gestion de ses stocks en grande
partie sur ce qui concerne ses activités mandatées qui génèrent souvent un stock important et qui pourraient
impacter négativement le BFR du débitant. En effet, la trésorerie d’un débitant de tabac étant souvent très
faible comme on a pu le voir auparavant, disposer d’un BFR faible est important pour celui-ci afin de lui
permettre de couvrir ses emplois en intégralité grâce à ses ressources d’exploitation et constitue une part
importante de sa trésorerie.
VI) Les opérations d’inventaires
A- Rapprochement du stock réel avec le théorique
En fin d’exercice, le débitant procède à l’inventaire physique de son stock. La faiblesse de la marge suivant
les produits sous concessions rend indispensable la maîtrise de son stock. En effet, pour l’exemple du tabac
avec environ 6% de la marge nette, une différence de stock peut avoir une incidence significative sur les
comptes annuels.
À la suite de cet inventaire physique, l’expert-comptable effectue ensuite le rapprochement du stock réel
(inventaire physique) avec le stock théorique (inventaire comptable). Le stock théorique correspond à
l’ensemble des approvisionnements de marchandises qui n’ont pas été vendus tandis que le stock réel
correspond à celui relevé par la saisie des écritures comptables. Les comptes des activités mandatées sont
37
censés représenter en fin d’exercice (total achats (-) total ventes) le stock détenu par le débitant. Les usages
laissent un pourcentage d'écart entre le stock réel et théorique.
Dans le cas d’un mandataire comme le débitant, les écarts de stock ne sont pas corrigés par le biais de
l’inventaire physique lors de la comptabilisation du stock final. Il faut donc procéder à un enregistrement
comptable complémentaire. Il convient de distinguer deux types d’écarts :
- Les démarques connues : correspondant aux écarts de stock que l’on peut expliquer (sortie de produits
de démonstration, produit défectueux non repris par le fournisseur, prélèvement de l’exploitant pour les
besoins de l’exploitation, etc.). Ces démarques connues sont passées directement en compte de charges
658 100 « Charges diverses de gestion courante ».
Journal : Opérations
diverses
658 100
467X…
Démarque connue sur stock
Démarque connue sur stock
Biens reçus en consignation
Débit
Crédit
995,55
995,55
- Les démarques inconnues : correspondant aux écarts de stock non identifiés résultant de la gestion
courante (petit vols habituels, casse non répertoriée, erreurs de gestion, etc.) ainsi que les détournements et
vols importants. Ces démarques inconnues sont passées directement dans le compte de l’exploitant (455 ou
108) ou dans le compte 671800 en cas de perte exceptionnelle (écarts anormalement élevés enregistrés en
charges exceptionnelles).
. Cas d’écarts mineurs :
Journal : Opérations
diverses
455/108
467X…
Démarque inconnue sur stock
Débit
Prélèvement de l’exploitant
Biens reçus en consignation
995,55
Démarque inconnue sur stock
Débit
Démarque inconnue sur stock
Biens reçus en consignation
995,55
Crédit
995,55
. Cas d’écarts importants :
Journal : Opérations
diverses
671 800
467X…
Crédit
995,55
Dans les deux cas, celles-ci ont un impact négatif sur la marge du débitant.
B- Le respect du principe d’indépendance des exercices
On peut constater que la commission est directement perçue et comptabilisée lors de la facture d’achat sur la
totalité des produits commandés. On considère que les commandes passées par le buraliste auprès de son
fournisseur seront forcément toutes vendues aux différents clients à un moment ou à un autre que ce soit au
cours du mois ou du mois suivant.
À la clôture de l’exercice, les remises sur ventes doivent donc faire l’objet d’une régularisation puisqu’elles
sont attribuées d’avance sur la totalité du tabac acheté tandis qu’une certaine quantité figure en stocks à la
clôture (un inventaire devra spécialement être effectué à cet effet). La remise de tabac n’étant acquise par le
38
débitant qu’une fois la vente réalisée, il convient en fin d’exercice de neutraliser la remise brute en
comptabilisant un produit constaté d’avance.
N’ayant pas pu réaliser les écritures d’inventaire au cours de mon stage, je vais partir d’un stock physique
théorique de 100 000 euros de tabac pour pouvoir illustrer mes propos.
Pour un stock théorique de 100 000 euros de tabac, on a donc une remise brute de tabac égale à (100 000
euros * 8 %) 8000 euros constatée d’avance sur l’exercice dont il est nécessaire d’effectuer une régularisation.
Journal : Opérations
diverses
706500
Remise sur tabac constatée d’avance
Crédit
8000,00
Remise sur tabac
487000
Débit
8000,00
Produit constaté d’avance
De plus, sur cette remise brute théorique de 8000 euros, il convient de retraiter la redevance de (8000*23 %)
1840 euros, ainsi que l’allocation viagère de (8000*2 %) 160 euros inclus dans le stock, constituant tous deux
des charges constatées d’avance.
Journal : Opérations
diverses
486000
651150
646300
Débit
Charge constatée d’avance
Redevance droit de licence
Cotisation allocation viagère
Crédit
2000,00
1840,00
160,00
Il convient également de procéder à des écritures de régularisation en comptabilisant des produits constatés
d’avance pour l’ensemble des remises dont les produits n’ont pas été vendus concernant les autres activités
mandatées et les charges d’emplois.
39
Section 3 : Les principales difficultés rencontrées quant
à la tenue d’un dossier de débitant de tabac
I)
L’importance du nombre de lignes source d’erreur
J’ai pu observer que lors de la saisie comptable (en particulier les écritures de vente de chaque mois où
suivant les dossiers, les écritures pouvaient aller jusqu’à une dizaine de lignes), l’importance du nombre de
lignes à comptabiliser pour chaque activité réalisée par le débit de tabac pouvait conduire très facilement à
des erreurs de comptabilisation. En effet, la diversité des flux de décaissements causés par la multitude
d’activités exercées par le débitant peut être source d’erreur que ce soit en termes d’imputation dans le bon
compte ou de sommes imputées dans le compte.
Ces accumulations d’erreurs d’imputation, souvent mineures, peuvent donner lieu au final à des écarts dans
le solde des comptes 467XX, ce qui peut entrainer à échéance, lors de l’inventaire, des écarts entre le stock
calculé et le stock réel.
II)
Le manque de rigueur de la tenue des documents qui sont confiés
De plus, pour certains dossiers de clients que l’on me confiait, je pouvais constater un manque de rigueur
évident aussi bien pour les buralistes que pour l'ensemble des clients du cabinet dont j’ai dû tenir la
comptabilité concernant le rangement de leurs documents, ce qui entrainait pour le cabinet d’une part une
perte de temps importante qui se devait de ranger les différentes pièces comptables pour pouvoir ensuite les
comptabiliser alors que ce travail n’était pas clairement défini dans la lettre de mission initiale comme me
l’avait indiqué M. Thaï et d’autre part qui pouvait être aussi finalement une source d’erreur pour le cabinet
qui pouvait très facilement se tromper de mois dans la saisie comptable d’une facture ou bien tout
simplement oublier de la comptabiliser.
L’organisation mise en place par le débitant conditionne ainsi la rapidité et la qualité de la prestation du
cabinet dans la tenue des écritures comptables ainsi que dans l’établissement des différentes déclarations. De
plus les honoraires du cabinet étant calculés sur la base d’un taux horaire, cette perte de temps était
directement facturée aux débitants comme me l’avait fait comprendre M.Thaî et ne faisait finalement que
pénaliser encore plus les débitants de tabac en les contraignant à débourser une somme d’argent inutilement.
De ce fait, l’intervention de l’expert-comptable se trouve être primordiale pour faire comprendre à son client
que la prestation effectuée par le cabinet ne peut se faire qu’avec une bonne organisation de ses dossiers.
Celui-ci doit énoncer clairement à son client qu’un soin rigoureux doit être apporté quant au classement de
leurs documents avant de les remettre au cabinet d’expertise comptable sous peine de se faire facturer la
perte de temps causée par l’obligation de devoir classer leurs dossiers.
En effet, les clients tels que les buralistes ne représentent qu’un pourcentage dérisoire du chiffre d’affaires de
JTM audit et il en est surement de même pour les cabinets d’expertise comptable en général. Il est donc
primordial pour le cabinet de ne pas perdre de temps dans la recherche incessante de documents ou bien
d’informations manquantes dans le dossier.
40
III) Le problème de lectures des différents journaux et états financiers
L’une des particularités comptables qui m’a posé régulièrement problème lors de mon stage a été la
confusion des comptes de tiers spécifiques (467) avec les comptes d’achat ou de vente (classe 6 ou 7). En
effet, le logiciel que j’ai utilisé me permettait de rechercher le solde théorique de chaque classe (classe 6, 7,
etc.) et par habitude je consultais le total de la classe 7 puisqu’ il n’y avait aucune subvention ou autre produit
pour pouvoir avoir mon total des ventes du mois. Cependant dans ce montant total était confondus à la fois
l’ensemble des produits mandatés (dont l’enregistrement en classe 7 correspondait à la commission perçue
par le débitant au moment de la vente qui avait déjà été constatée dès la saisie des différentes factures
d’achat) et l’ensemble des produits non mandatés (dont l’enregistrement en classe 7 correspond bien au
chiffre d’affaires du gérant). Or, la plupart des activités réalisées par le débitant sont des activités mandatées.
Ces activités sont donc toutes enregistrées dans les comptes de la classe 467 « Autres créances ou autres
dettes » et seules les remises sont comptabilisées dans le compte de résultat. Il est donc très important de
bien savoir différencier les activités mandatées des activités commerciales « ordinaires » pour ne pas
comptabiliser les achats ou les ventes des produits mandatés dans le compte de résultat du débitant.
Une lecture classique des comptes annuels ne peut donc pas nous fournir toutes les informations utiles sur
ces activités. Il serait, me semble-t-il, très intéressant d’insérer dans l’annexe un tableau récapitulatif
permettant de constater les spécificités liées à cette double casquette de préposé de l’administration pour ses
activités principales et de commercial pour ses activités annexes.
41
Section 4 : Les spécificités fiscales liées à la profession
de débitant de tabac
L’exercice de l’activité de débitant de tabac entraîne des spécificités fiscales dont les trois principales
difficultés sont :
-
les modalités d’impositions du résultat
les modalités du traitement de la TVA entre les activités mandatées et les activités libres
le système de cotisation à deux régimes de retraite différents
I)
Les modalités d’imposition du résultat
Le débitant peut se voir appliquer un ou plusieurs régimes d’impositions selon la présence :
•
D’une activité commerciale non prédominante : On distingue deux sources distinctes de revenus
à savoir l’activité commerciale à déclarer à l’IR BIC et l’activité non commerciale à déclarer à l’IR
BNC. En effet, les remises de tabac entrent dans les Bénéfices Non Commerciaux (BNC). Et ainsi,
toutes les autres sources de revenus du gérant sont considérées comme des activités commerciales et
font partie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC). Il est donc nécessaire d’établir une
déclaration de revenu par catégorie d’imposition.
•
D’une activité commerciale prédominante : L’article 155 du CGI (Code général des impôts)
permet de déclarer l’ensemble des revenus dans la catégorie BIC. Il n’y a donc pas de distinction à
faire entre les différentes sources de revenus car les activités non commerciales sont considérées
comme accessoires à l’activité principale. L’expert-comptable observe principalement la
prédominance de cette activité à partir du compte de résultat (pour observer l’importance des achats
et des ventes liés à l’activité commerciale). Il est donc nécessaire d’établir une seule déclaration de
revenu et de déterminer les bénéfices non commerciaux selon les règles propres aux BIC.
Pour les bénéfices non commerciaux : on distingue deux régimes d’imposition, à savoir le régime microentreprise et la déclaration contrôlée.
Pour les bénéfices commerciaux : on distingue trois régimes, à savoir le régime micro-entreprise, le
régime réel simplifié et le régime du réel.
Lors de mon stage, les seules déclarations de revenus que j’ai pu observer étaient imposées intégralement en
BIC. Pour déterminer le régime d’imposition qui s’applique en matière de BIC parmi le régime des microentreprises, du réel simplifié ou du réel normal, il est nécessaire pour l’expert-comptable de distinguer les
ventes des prestations de service.
- Les ventes : correspondent aux ventes de marchandises (papeterie, confiserie, libraire, tabletterie,
etc.) et de produits pour fumeurs ainsi que les remises brutes perçues par le buraliste sur le tabac et
les ventes à consommer sur place (boissons, etc.).
42
-
I)
Les prestations de service : correspondent aux ventes cartes téléphoniques, aux remises perçues par
le buraliste sur la vente de la presse, de timbres fiscaux et postaux ainsi que sur les jeux (Loto, jeux
de grattage et PMU)
Les modalités du traitement de la TVA
A- La TVA collectée
Les spécificités comptables des bureaux de tabac sont liées au contrat de gérance contracté par le débitant
avec les Douanes. Les débitants des bureaux de tabac, étant de simples consignataires des marchandises qui
lui sont livrées par les différents fournisseurs de tabacs, cela va entraîner des conséquences sur la fiscalité
bien spécifiques au niveau de la TVA.
L’une des principales caractéristiques d’un débit de tabac consiste en la réalisation par le débitant d’activités
taxables et non taxables. La plupart des débitants disposent aujourd’hui de caisses enregistreuses leur
permettant de répartir les recettes selon les différentes activités réalisées et ainsi d’identifier le taux de TVA
respectif applicable à chacune d’entre elles.
Les activités non taxables concernent : l’ensemble des remises constatées sur les ventes de produits de
monopoles, à savoir le tabac, les charges d’emplois, etc., ainsi que sur les ventes de produits en dépôt, à
savoir le loto, les jeux de grattage et la presse. Ces produits d’exploitation sont soumis à la TVA au taux
normal. Cependant ce sont les fournisseurs de tous ces produits qui paient la TVA, les débitants de tabac
eux, en sont de ce fait exemptés.
Les activités taxables concernent deux types de taux :
• Le taux réduit à 5.5 % : pour la vente de confiserie et autres produits de consommation à 5,5 %,
etc.
• Le taux normal à 20% : pour la vente de cartes téléphoniques, les remises sur titres de transports,
tabletterie, bimbeloterie, les remises PMU ainsi que la vente de boissons et tout autre produit à
consommer sur place.
B- La TVA déductible
1- La TVA déductible sur biens et services
Parmi les activités exonérées de TVA, on distingue :
•
Les commissions exonérées mais ouvrant droit à déduction : pour les activités de tabac, de
presse, de Loto et de jeux de grattage.
•
Les commissions exonérées n’ouvrant pas droit à déduction : pour les activités
d’approvisionnement de charges d’emploi (timbre-poste, timbres-amendes, timbres fiscaux) et les
opérations financières.
Pour les autres opérations, les débitants peuvent déduire normalement la TVA sur les produits achetés pour
être revendus par la suite (cartes téléphoniques, papeterie, confiserie, bimbeloterie et autre articles) aux taux
de 5.5 % ou de 20 % suivant les activités énoncées précédemment.
43
2- La TVA déductible sur immobilisations
La TVA est déductible sur toutes les immobilisations directement liées à un secteur soumis à TVA et
ouvrant droit à déduction, à savoir l’activité de tabac, de presse, de Loto et de jeux de grattage, de PMU et
toute autre opération ordinaire ouvrant droit à déduction (confiserie, bimbeloterie, débit de boissons, etc.)
Sur les immobilisations mixtes, la TVA est donc déductible à hauteur d’un certain montant que l’on obtient
grâce à un coefficient de taxation (CT). Le calcul du prorata se détermine à partir des recettes ouvrant le
droit à déduction (numérateur) sur la totalité des recettes ouvrant le droit à déduction ou non, situées dans le
champ d’application de la TVA.
CT = (cartes tel, commission PMU, tabac, presse, loto, grattage, Subvention de sécurité)
(idem + timbres amende, poste et fiscaux, opérations financières, subvention de sécurité)
N’ayant pas eu à traiter d’acquisition ou de cession d’immobilisation mixte lors de mon stage, je vais partir
d’un exemple théorique pour illustrer mes propos.
Exemple : Acquisition d’un bien mixte d’une valeur de 12 000 euros TTC (10 000 HT). Ce bien est
affecté à hauteur de 40 % pour l’activité d’approvisionnement des charges d’emploi.
-
Partie non déductible = 10 000*40 %*1.2 de TVA = 4800 euros TTC
Partie déductible = 10 000*60 %*20 % de TVA = 1200 euros de TVA déductible
La valeur de l’immobilisation est donc de (4800+6000) 10800 euros HT pour une TVA déductible de 1200
euros. Le même principe s’appliquerait pour la cession de l’immobilisation.
C- Difficultés rencontrées concernant les taux de TVA appliqués sur les relevés
mensuels des ventes du débitant
Au cours de mon stage, l’une des difficultés auxquelles j’ai été confronté était la différenciation des taux de
TVA appliqués pour les ventes de chaque activité. En effet, sur le relevé de vente mensuel était seulement
indiqué le chiffre d’affaires total pour chacune des activités sans différencier les différents taux de TVA
auxquelles étaient soumises ses activités. En effet, certaines activités étaient soumises à deux taux de TVA
différents selon la nature des produits vendus. Or, mon expert-comptable voulait que je répartisse la TVA
selon leur taux dans leurs comptes correspondants. J’ai donc dû passer par des calculs intermédiaires pour
deux activités étant constitués par deux taux de TVA différents (à 20 % et à 10 %). On avait X produits à 20
% et Y produits à 10 % pour ces deux activités. À partir de ce constat, j’ai opéré les calculs suivants :
. Pour l’activité de bar-tabac :
Informations tirées de l’annexe sur l’activité bar-tabac
Chiffre d’affaires TTC
Chiffres d’affaires HT
262,4 (1,2X+1,1Y)
229,53 (X+Y)
44
On a X+Y=229,53
ET 0,2X+0,1Y=262,4(-) 229,53= 32,87
On a donc une équation simple à deux inconnues à résoudre :
X+Y= 229,53 2*(X+Y) = 2*229,53=459,06
0.2X+0.1Y=32,87 2X+1Y=328,7
Donc 2X+2Y=459.06
Et 2X+1Y=328.7
On trouve donc Y= (2X+2Y) (-) (2X+1Y)=459.06 (-) 328,07=130,36
ET on trouve X= 229,53 (-) Y=229,53 (-) 130,36=99,17
Pour la TVA à 10%, on trouve donc 130,36*10%= 13,04
Pour la TVA à 20%, on trouve donc 99,17*20%= 19.83
.Pour l’activité de confiserie :
Informations tirées de l’annexe sur l’activité de confiserie
Chiffre d’affaires TTC
Chiffres d’affaires HT
205 (1,2X+1,1Y)
178,82 (X+Y)
On a X+Y= 178,82
ET 0,2X+0,1Y= 205 (-) 178,82=26,18
On a donc de la même manière une équation à deux inconnues :
X+Y=178,82 2*(X+Y)=2*178,82=357,56
0.2X+0.1Y=26,182X+1Y=261,8
Donc 2X+2Y= 357,56
ET 2X+1Y= 328,7
On trouve donc Y= (2X+2Y) (-) (2X+1Y)=357,64 (-) 261,8=95,84
ET on trouve X= 178,82(-) 95,84=82,98
Pour la TVA à 10%, on trouve donc 95,84*10%= 9,58
Pour la TVA à 20%, on trouve donc 99,17*20%= 19,834
Le domaine fiscal semble donc être le domaine où le débitant rencontre le moins de difficultés, cependant la
gestion de la TVA, pour certains clients, peut être source d’erreurs à cause du manque d’informations
fournies par les relevés de la caisse enregistreuse. On peut facilement comprendre que les débitants
cherchent à limiter leurs dépenses en investissant dans une caisse enregistreuse très basique, cependant les
erreurs qui peuvent être engendrées à cause ce manque d’informations pourraient avoir pour conséquence
des erreurs dans la récupération de la TVA par l’expert-comptable. Les erreurs souvent dérisoires en termes
de montant qui sont souvent dues à des inversions de chiffres peuvent représenter une somme plus ou
moins conséquente à long terme qui viendrait compenser le manque d’investissement initial dans une caisse
enregistreuse plus performante.
45
II)
La mission de conseil de l’expert-comptable face au risque de double
imposition des rémunérations sur le tabac
La principale difficulté que j’ai pu observer en matière au cours de mon stage concernait la cotisation à deux
régimes de retraites différents, à savoir le RAVGDT (Régime d’Allocations Viagères des Gérants de Débits
de Tabac) et le régime de la sécurité sociale.
L’une des particularités concernant la tenue du dossier d’un débitant de tabac est que celui-ci cotise à deux
régimes de retraites différents, à savoir :
• le Régime général de la sécurité sociale qui a remplacé le RSI (régime social des
indépendants) depuis le 1er janvier 2018 pour toute son activité commerciale
• le RAVGDT (Régime d’Allocations Viagères des Gérants de Débits de Tabac) pour son
activité non commerciale (remises de tabac)
Dans sa mission permanente de conseil, l’expert-comptable se doit de prévenir le gérant que s’il ne retranche
pas le montant des commissions de tabac de ses remises brutes constituant son chiffre d’affaires, celles-ci
entreront dans la base d’imposition des cotisations au régime général de la sécurité sociale et il se retrouvera
donc doublement imposé sur ses remises de tabac. En effet, le fait de les intégrer à nouveau au niveau de la
déclaration de revenu en BIC implique de le faire cotiser deux fois à la retraite, une première fois par
prélèvement à la source de ses commissions tabac auprès de la RAVGDT et une deuxième fois auprès du
régime général de la sécurité sociale (RGSS). Cela lui permettra de ne pas impacter sa trésorerie car les
cotisations au RGSS peuvent être conséquentes.
Cependant, l’expert-comptable se doit aussi de prévenir son client qu’en déduisant ses remises de tabac,
celles-ci viennent diminuer sa base de cotisation retraite et par conséquent ses cotisations retraites. Cette
déduction pourrait donc avoir pour incidence de ne pas valider tous les trimestres de retraite du gérant et par
conséquent ne lui permettrait pas d’atteindre le seuil de cotisations suffisant à faire valoir pour prendre sa
retraite qui doit être doit être de 800 fois le SMIC horaire au titre d’une année civile. Dans ce cas, il
semblerait judicieux pour les buralistes de ne pas déduire ces remises tabac s’ils ne veulent pas se retrouver
pénalisé au moment d’accéder à leurs droits à la retraite.
Dans tous les cas, l’expert-comptable se doit seulement de prévenir le gérant des risques associés à cette
spécificité en lui énonçant explicitement les intérêts ainsi que les inconvénients de cette déduction et c’est
par la suite au gérant de prendre sa décision et d’en assumer les conséquences. Dans le cas d’un dossier que
j’ai traité, le gérant avait décidé de déduire ses cotisations pour avoir moins à déclarer, argumentant que sa
priorité concernait avant toute chose ses difficultés financières et ne pouvait donc se permettre de cotiser
plus. Néanmoins, l’expert-comptable se doit dans sa mission de conseil de faire comprendre à son client
qu’il est nécessaire de raisonner sur le long terme malgré les difficultés financières apparentes de la
profession de buraliste.
46
Section 5 : Proposition de différents critères et
activités à mettre en place pour permettre au débitant
de rester rentable face à l’évolution du marché du
tabac
L’activité d’un débit de tabac est définie comme une activité commerciale. L’objectif d’un buraliste est donc
de faire du profit afin de dégager un revenu suffisant et éventuellement de la trésorerie. Cependant il leur
devient de plus en plus difficile d’atteindre cet objectif de profit notamment depuis la crise économique de
2008 qui a diminué le pouvoir d’achat des ménages et donc de leurs clients potentiels. Cette diminution du
nombre de clients s’explique aussi, comme il l’a été énoncé plus tôt, par une concurrence de nos pays
frontaliers avec leurs prix de vente bien inférieurs à ceux pratiqués en France, par la cigarette électronique
qui est venue s’ajouter à cette concurrence, par la contrebande et enfin bien sûr par l’augmentation du
nombre de barrières légales telles que les lois anti-tabagisme.
À tout ceci vient s’ajouter une impossibilité de mise en place de concurrence entre buralistes pour ce qui
concerne tous leurs produits « phares » vendus dans leurs établissements puisque leurs prix de vente sont
déjà déterminés et fixés aux prix homologués par l’État français. Ils ne peuvent donc espérer une
progression significative de leurs revenus pour ce qui concerne toutes ces activités traditionnelles et il leur
faut donc impérativement étendre leurs gammes de produits avec des nouveaux produits qui sont
principalement non mandatés par l’État français.
L’intérêt d’avoir nouveaux produits est de pouvoir attirer de nouveaux clients ou d’utiliser le potentiel de sa
clientèle de base jusqu’alors non utilisé, ce qui va logiquement avoir une incidence favorable sur les ventes et
ce sera d’autant plus intéressant que les marges de ces produits seront fixées par eux-mêmes avec pour
avantage d’obtenir enfin une possibilité de concurrence avec tous les commerces alentours, ce qui peut
laisser un espoir de tendre vers un objectif de profit sur le long terme. Pour cela, il lui faudra faire ou faire
faire une étude très sérieuse de clientèle environnante autour de son point de vente, afin d’évaluer toutes les
attentes de celle-ci, et qui déterminera les choix de ses activités complémentaires à mettre en place.
À chaque fonds de commerce est rattachée 3 catégories de clientèle, à savoir :
•
la clientèle de base (fidélisée),
•
la clientèle potentielle,
•
la clientèle de passage (achalandage).
Le débitant de tabac, dans sa recherche de nouveaux clients, ne doit pas négliger sa clientèle de base qui
pourrait aller voir ailleurs. En effet, l’une des raisons d’un client d’acheter dans un bar-tabac et non dans un
autre est avant tout sa proximité et, de ce fait, le relationnel avec le client est un élément essentiel dans
l’optique de conserver sa clientèle.
47
La diversification et ses limites (mise en place d’une étude de marché)
I)
Au cours de mon stage j’ai remarqué que les débits de tabac qui affichaient les chiffres d’affaires les plus
conséquents, étaient ceux qui proposaient à leurs clients un large choix de produits à la vente autre que
l’activité principale de vente de tabac. Cette diversification semble aujourd’hui une obligation pour que le
débit de tabac soit rentable et que l’activité du débitant puisse être pérenne dans le temps. Celle-ci est
devenue un outil essentiel à la dynamique des points de vente car elle permet de conduire à un effet de
synergie commerciale, c’est-à-dire le mécanisme par lequel la vente d’un produit entraine la vente d’un autre
produit différent. Ce facteur de diversification est d’ailleurs encouragé par l’État français comme le précise le
troisième contrat d’avenir signé entre le l’État et la Confédération nationale des buralistes. Le
Gouvernement a conscience que l’exploitation de ce type de commerce de proximité très spécifique est
devenue très difficile, et que seule une diversification pertinente de ses activités lui permettra concrètement
une solution de sortie pour échapper à une fermeture définitive de l’établissement du débitant. Il a pour cela
instauré une PDA (prime de diversité d’activité) pour les débits de tabac dont le chiffre d’affaires est
inférieur à 300 000€ par an et qui sont installés dans des communes de moins de 2000 habitants si ceux-ci
déclarent aux moins 5 activités annexes (ou services de proximités), définies par l’État, à leur activité
principale de vente de tabac. Cette PDA qui ne s’applique qu’aux débitants en grande difficulté financière,
permet tout de même de visualiser l’étendue de la diversification qu’il est possible de mettre en place pour
tous les débitants en général (voir annexe).
A- Proposition d’activités à mettre en place dans une stratégie de diversification
À partir des activités (services de proximités) définies en annexes et d’autres activités, que j’ai pu observer
dans mes recherches, exercées par certains buralistes, j’ai choisi de développer les activités qui me semblaient
pertinentes pour que le buraliste puisse se démarquer de ses concurrents face à l’évolution du comportement
du consommateur. Pour choisir ces activités, j’ai pris en compte 3 principes qui caractérisent de mon point
de vue le changement de comportement du consommateur, à savoir :
•
L’impatience du client : le client souhaite disposer du service ou du produit
immédiatement ou dans le délai le plus court possible.
•
La recherche de minimisation de l’effort du client : le client souhaite minimiser son
effort que ce soit en termes de temps de déplacement ou de temps de recherche d’un
produit.
•
La sociabilité du client : le client est de moins en moins sociable (phénomène de
désocialisation face au développement des nouvelles technologies).
De plus, je n’ai pris en considération que des possibilités de diversification d’activités qui ne sont pas sous
concession de l’État, c’est-à-dire pour lesquelles le débitant peut fixer comme bon lui semble les prix et ainsi
décider de la marge qu’il peut réaliser sur la vente de son produit. De par les témoignages et articles que j’ai
pu lire, les buralistes restent unanimes sur le fait qu’il n’existe aucune activité miracle leur permettant de
dégager des revenus suffisant par la réalisation d’une activité, et c’est bien la réalisation d’un ensemble
d’activité avec la proposition d’une palette de produits très large pour le buraliste qui lui permettra de
survivre face à la chute de ses ventes de tabac.
48
1- La vente de la cigarette électronique
La cigarette électronique constitue le principal concurrent de la cigarette en tant que produit de substitution
et néanmoins seulement 22% des « vapoteurs » se fournissent chez les buralistes contre 49% dans les
boutiques spécialisées. En effet, de nombreux débitants de tabac restent encore réticents à l’idée de
développer cette activité à mon avis pour deux raisons essentielles. La première est que d’un point de vue
purement marketing, la vente de cigarettes électroniques reste assez paradoxale avec la vente de tabac dans
les esprits des buralistes qui considèrent ce produit de substitution comme l’une des causes de la baisse de
leur chiffre d’affaires. La seconde est que l’activité de vente de cigarette électronique nécessite malgré tout
une véritable connaissance du produit qui reste tout de même assez spécifique et qui se compose d’un
ensemble d’éléments tels que les différentes recharges de liquides, le chargeur de batterie, etc. La simplicité
de ce type de produit reste donc comparativement moins notable que la cigarette classique. De plus,
l’acquisition de l’ensemble de ses éléments requiert un investissement initial important qui ne pourra être
rentable que sur le long terme. Or, comme j’ai pu souvent le répéter, les buralistes de par les faibles revenus
qu’ils dégagent ont toujours tendance à raisonner à court terme et ne considèrent donc pas cette nouvelle
activité comme une porte de sortie éventuelle. Il semblerait donc tout de même intéressant pour l’ensemble
des buralistes de mettre en place cette activité qui ne peut leur être que profitable d’un point de vue
concurrentiel.
2- La mise en place d’un commerce alimentaire de proximité
La tendance des consommateurs à généralement vouloir minimiser leurs efforts, que ce soit en termes de
temps de déplacement ou de recherche d’un produit, semble profitable au développement d’une activité de
commerce alimentaire de proximité pour les buralistes. De plus, la vente de tabac constitue un produit
d’appel pour la fréquentation du tabac par rapport à un commerce ordinaire qu’il semble intéressant
d’exploiter. Le gouvernement français encourage d‘ailleurs les buralistes à se développer dans ce sens et a
signé, le 2 février 2018, un nouveau « protocole d’accord sur la transformation du réseau des buralistes »
avec la confédération des buralistes pour accélérer la transformation des bureaux de tabacs en commerces de
proximité.
3- La mise en place de spectacles et autres activités sociales
La mise en place d’activités contribuant à créer un lieu de rencontre et de sociabilité tel que les spectacles,
musiques avec des amateurs ou des professionnels peut être une solution pour permettre au buraliste de se
diversifier et ainsi attirer de nouveaux clients qui ne fréquentaient jusqu’alors jamais de bars par souci de
l’image habituelle que renvoie l’activité de bar-tabac.
B- La mise en place des activités en fonction des besoins de la clientèle
La mise en place de ces activités secondaires ne doit pas se faire au hasard et doit répondre à une demande
explicite des clients. Le gérant doit donc prendre en compte différents critères avant de se lancer dans la
mise en place d’une nouvelle activité, à savoir :
Les critères d’accès (identiques à ceux de la création du débit) :
• L’intérêt du consommateur doit être démontré
• L’exercice de cette nouvelle activité ne doit pas venir concurrencer les débits déjà installés
proche de son installation
49
•
La possibilité de pouvoir répondre aux conditions juridiques et réglementaires pour accéder à
cette activité (ex : licence IV de débit de boisson etc.)
Outre ces critères d’accès, le débitant doit prendre en compte :
• La faisabilité de l’activité : le débitant doit disposer d’une trésorerie suffisante pour
pourvoir investir dans cette nouvelle activité
• La rentabilité de l’activité : le débitant doit prendre en compte le degré de concurrence lié
à l’activité ainsi que sa capacité à se pouvoir se démarquer de la concurrence.
Afin de répondre à ces différents critères, il sembler pertinent pour l’expert-comptable de mettre en place un
questionnaire pour le débitant de tabac permettant de vérifier si la mise en place d’une nouvelle activité peut
être envisagée.
1ère étape : Cerner les besoins
de sa clientèle.
Éléments à prendre en
considération :
2ème étape : Repérer la taille
du marché, la concurrence sur
le marché de l’activité
envisagée ainsi que les atouts
et les faiblesses de son débit
par rapport à cette
concurrence.
Éléments à prendre en
considération :
Pour répondre à cette question il semblerait intéressant pour le gérant
de mettre lui-même en place ou avec l’aide de son expert-comptable
un questionnaire pour ses clients leur proposant différentes activités
qu’ils aimeraient observer dans le débit de tabac.
-
Quel est la tranche d’âge de votre clientèle ?
Votre clientèle fréquente-t-elle votre établissement pour sa
proximité ou pour la qualité et la spécificité des produits ou
services fournis ? Si elle ne vous fréquente que pour votre
proximité, a-t-elle véritablement besoin d’un nouveau type de
produit ou service ?
L’activité est-elle envisageable à la vue de ce critère ?
OUI
NON
X
X
Le débitant pour exercer son activité doit prendre en compte d’une
part l’importance de la concurrence qu’elle soit directe (même activité)
ou indirecte (produits de substitution) près de son lieu d’exploitation
du débit et d’autre part la concurrence des produits en ligne avec la
démocratisation accrue des services de livraisons en ligne. Le fait qu’il
y ait de la concurrence sur un produit veut dire qu’il existe une
clientèle sur le marché. A l’inverse, s’il n’existe aucune clientèle, cela
peut signifier que d’autres se sont déjà lancé sans succès sur ce type de
produits. Il semble donc plus intéressant d’investir dans des marchés
où il existe déjà une clientèle pour minimiser les risques
d’investissement inutile.
- Quel est le prix maximal que le client est prêt à débourser pour
ce type de produit ?
- À quels couts êtes-vous capable de produire ou de vous
produire le produit en question ?
- Vous est-il possible de proposer des prix inférieurs à la
concurrence tout en gardant une marge commerciale suffisante
pour être rentable ou êtes-vous capable de vous différencier de
la concurrence par la qualité du produit ou service proposé ?
L’activité est-elle envisageable à la vue de ce critère ?
OUI
NON
50
3ème
étape : Évaluer le niveau
d’investissement que cette
activité nécessite par rapport à
sa capacité d’investissement
maximale en termes de temps
et d’argent
-
X
X
Quelle est votre capacité d’investissement initiale ? Et combien
va-t-il falloir investir avant d’être capable de vendre le
produit ?
Quelle est votre capacité maximale de remboursement dans le
cas où vous devez souscrire à un emprunt (généralement
estimée à 10% du revenu mensuel total) ?
En moyenne, combien cela va-t-il vous couter de générer des
ventes en termes d’argent et d’effort ?
Une fois que l’offre initiale a été créée, combien cela vas t’il
vous couter en termes sur le long terme pour pouvoir
continuer à vendre votre produit ?
L’activité est-elle envisageable à la vue de ce critère ?
OUI
X
CONCLUSION SUR L’ACTIVITE :
NON
X
Tous les critères sont respectés
Tous les critères ne sont pas
respectés
À la vue de ces critères, l’activité Si l’un de ces critères est négatif, il
semble envisageable
n’est donc pas possible pour le
gérant de mettre en place cette
nouvelle activité
Dans cet environnement très instable, la diversification semble être un atout pour apporter un plus et
soutenir l’activité de commerce de tabac des débitants. Cependant, comme me l’a expliqué l’expertcomptable lors de mon stage, toute activité supplémentaire envisagée par le commerçant ne peut être
exercée sans avoir été soumise au préalable à une enquête de voisinage par les services homologués pour
déterminer si celle-ci n’entraîne pas une concurrence déloyale vis-à-vis d’un autre commerce environnant et
seulement dans le cas où aucun préjudice n’est a relevé que le commerçant pourra de fait proposer ses
nouvelles activités. Certes cette obligation ne concerne pas toutes les activités cependant la diversification
semble donc relativement limitée selon l’environnement concurrentiel dans lequel se situe le débit de tabac.
Le débitant se doit donc de trouver d’autres moyens de fidéliser sa clientèle.
III) Mise en place d’une stratégie de fidélisation
L’organisation débit doit pouvoir répondre à plusieurs objectifs pour inciter les clients à revenir qui
concernent à la fois l’organisation interne et externe du débit.
.Concernant l’organisation interne du débit :
•
Assurer un service rapide et efficace
•
Assurer le confort du consommateur
•
Favoriser les échanges entre consommateurs
.Concernant l’organisation externe du débit :
51
•
•
Assurer une visibilité suffisante de son établissement
Assurer une accessibilité suffisante de son établissement
Pour répondre à ces objectifs, j’ai établi une liste de différents éléments à mettre en place qui sont
aujourd’hui négligés par un grand nombre de commerces dont les buralistes et qui de mon point de vue
pourrait permettre aux débitants de fidéliser leur clientèle.
A- La mise en place d’une stratégie de communication digitale
Dans les zones rurales, comme la plupart des clients dont j’ai eu les dossiers à traiter, le bouche à oreille reste
l’une des principales sources permettant d’étoffer son portefeuille de nouveaux clients. Cependant, avec
l’avènement d’internet et du numérique, la mise en place d’un site internet par le buraliste répertoriant
l’ensemble de ses activités et sa localisation géographique semble nécessaire. En effet, être répertorié sur
internet ou sur toute autre application de localisation va pouvoir lui permettre d’attirer une nouvelle clientèle
dont l’usage d’internet est devenu la principale source d’information. Le référencement du débitant sur
internet peut être naturel de par les produits et prestations proposés par le débitant en adéquation avec les
recherches sur internet des clients, mais, celui-ci peut aussi utiliser les nouvelles possibilités du numérique et
investir dans des campagnes Google « AdWords » ou encore payer pour être placé en tête de liste sur des
sites de référencement tels que les pages jaunes. Cet investissement, plus ou moins important selon l’objectif
de référencement que veut atteindre le vendeur reste de mon point de vue essentiel avec l’avènement d’une
nouvelle génération d’individus qui utilisent comme principal outil internet pour se repérer dans la vie de
tous les jours.
De plus, par mon expérience personnelle en particulier dans la recherche d’un cabinet d’expertise comptable
pour mes précédents stages, outre le référencement sur internet il est évidemment essentiel d’indiquer un
maximum d’informations sur le site sur lequel on est référencé (image du lieu, prestations et produits
proposés, etc.) car un site internet sans aucune image du lieu et sans aucune indication outre l’adresse ne
permet pas au client de se projeter et ne lui donne pas envie d’être client dans ce commerce. Dans le cadre
de mes recherches sur le métier de débitant de tabac, je me suis tout particulièrement aidé des informations
d’un buraliste qui avait décidé de se lancer dans la création d’un blog où il indiquait toute information
économique touchant de près ou de loin sa profession ainsi que ses idées qu’il partageait sur la
diversification de ses activités. Outre l’investissement que la tenue d’un blog demande, il est facilement
compréhensible en tant que client qu’entre un buraliste actif sur le web et un buraliste qui n’est pas
référencé, celui-ci choisisse de s’orienter vers le premier et c’est pourquoi le débitant ne doit pas négliger de
nos jours l’impact d’une communication digitale sur son chiffre d’affaires.
B- La mise en place d’un service wifi
Face à une tendance de désocialisation accrue causée par le développement des nouvelles technologies telles
qu’internet, il semble important pour le débitant de s’adapter aux nouveaux besoins de ce type de client. La
mise en place d’un réseau wifi gratuit permettrait d’attirer ce nouveau type de client en dehors des heures de
consommations habituelles et l’inciter à consommer seulement dans l’optique de pouvoir profiter du réseau
wifi. De plus, contrairement à ce qu’on peut penser, attirer ce type de client peut être rentable à long terme
car certains clients reviendront sûrement car ils ont été séduits par l’accueil ainsi que les services proposés
par le buraliste. Toutes les franchises connues telles que Mac Donald ou encore Burger King ont déjà mis en
place ce type de stratégie car elles savent que ce service ne peut leur être que profitable sur le long terme.
Cependant, l’utilisation du wifi gratuit atteint ses limites lorsqu’il est utilisé pour des nécessités
professionnelles ou pour télécharger des musiques et autres images. C’est pourquoi, l’association des
52
opérateurs de services et de loisirs interactifs (ASL) a décidé de mettre gratuitement à disposition des bartabacs, cafés et autres brasseries des bornes publiques interactives donnant accès à internet contre un coût
minime souvent d’1 euro.
C- La qualité de l’agencement et l’emplacement du débit de tabac
De nos jours, pour fidéliser ses clients et attirer une clientèle supplémentaire, le buraliste se doit de proposer
une prestation de qualité et l’agencement de son local ainsi que la modernité du matériel du débitant y joue
pour beaucoup dans le ressenti du client sur cette prestation. C’est pourquoi moderniser son point de vente
pour le débitant peut devenir une nécessité pour inciter sa clientèle à fréquenter son établissement plutôt
qu’un autre (dans le cas où il existe une concurrence ce qui n’est pas le cas dans les débits de tabac isolés
dans des petits villages de province où la modernisation de leur local n’aurait pas forcément d’impact majeur
sur leur chiffre d’affaires et ne ferait qu’impacter défavorablement leur résultat). Ainsi, la qualité de
l’agencement et la propreté du lieu ainsi que les modalités d’accueil se doivent aussi d’être intégrées dans
l’ensemble des actions à mettre en place pour accroître la fréquentation de son débit. L’État les y encourage
afin de maintenir le réseau de distribution des activités mandatées et leur octroi des aides financières pour
moderniser leur débit sous certaines conditions.
De plus, j’ai pu constater lors de mon stage que le client ayant le chiffre d’affaires le plus conséquent était un
buraliste qui exerçait son activité à côté d’une station essence et de lavage. La situation géographique du
débit est donc très importante. Le buraliste, lors de son installation, se doit de se positionner à un lieu
stratégique (emplacement sur la route principale, centre-ville, quartier touristique, place avec une grande
visibilité sur le débit, places de stationnement à proximité) lui permettant à la fois de répondre aux critères
de visibilité et d’accessibilité de son établissement par les clients potentiels.
D- La mise en place d’un questionnaire d’enquête de satisfaction
La mise en place de ce type de questionnaire auprès du client lui demandant de noter sur une échelle de 1 à
10 son état de satisfaction ainsi que les points forts et points faibles du débit et ce qu’il souhaiterait voir
s’améliorer permet :
-
-
à la fois au débitant d’analyser les différentes demandes de ses clients et de les prendre en
considération dans la suite de son activité pour améliorer la qualité de ses produits ou services ou
pour démarrer une nouvelle activité (permet d’analyser les profils de ses clients, leurs motifs
d’insatisfaction, la qualité qu’ils attendent du produit, permettre de comparer les éléments clés d’une
prestation de qualité entre la perception du client et du débitant, pouvoir se situer par rapport à la
concurrence, etc.).
et permet aussi de montrer que le débitant s’intéresse à sa clientèle permettant ainsi au client
de se sentir concerné, impliqué, écouté et mis en avant.
Ce type d’enquête permet donc d’une part d’affiner son offre et de mieux répondre aux attentes de sa
clientèle et d’autre part de valoriser l’image de l’entreprise aux yeux des clients en leur montrant de l’intérêt.
De plus, ce type d’enquête permet très souvent de pouvoir récupérer les données personnelles du
consommateur qu’il soit déjà fidélisé ou seulement de passage, ce qui dans le cas d’une clientèle de passage
permet de le recontacter de lui proposer de nouvelles offres.
53
CONCLUSION
La découverte du monde de l’entreprise au travers de la réalisation de ces deux stages a forcément été très
riche en enseignements. Ces stages ont été pour moi une première confrontation professionnelle avec le
monde de la comptabilité et j’ai pu appréhender en partie les différentes activités que l’on est amené à
rencontrer au sein de cette profession qu’elle soit publique ou privée. J’ai également pu donner du sens aux
concepts et aux aspects théoriques des différentes matières étudiées lors de ma licence. J’ai été très satisfait
de découvrir le travail d’équipe qui régnait au sein des deux services professionnels où j’ai pu évoluer.
Concrètement cela m’a permis de mieux définir le rôle de l’expert-comptable et de ses salariés ainsi que les
tâches qui leur étaient attribuées dans le service. Pour mon enrichissement personnel, l’écoute, l’observation,
le partage des idées et des connaissances ont été des facteurs aussi importants que mon implication à la
réalisation des différentes missions qui m’étaient confiées. De plus au travers de ces stages j’ai pu, en
particulier, corroborer les dires de mes différents professeurs de comptabilité, en effet ceux-ci nous avaient
fait part de l’évolution du métier de l’expert-comptable vers une mission de « conseiller » au sens large, tant
sur un plan comptable que juridique ou fiscal. Effectivement, tandis que la réalisation des écritures
comptables était plutôt confiée à ses collaborateurs, le travail de l’expert-comptable concernait l’analyse des
différents états financiers de l’entreprise de ses clients avec pour objectif de conseiller au mieux ses clients,
tout en évitant le piège de la fraude fiscale et ainsi tendre vers l’optimisation fiscale de celui-ci.
Je dois dire aussi avoir pris beaucoup de plaisir en rédigeant mon mémoire. Le travail de recherche pour
relater toutes les difficultés liées à cette profession particulière m’a permis de découvrir un commerce que je
ne connaissais pas du tout. N’étant pas fumeur, il m’a été difficile de ne pas prendre parti et je suis plutôt
satisfait du résultat où j’espère avoir eu assez de recul pour rédiger mon mémoire et rester neutre et avant
tout objectif. Obtenir des informations fiables est certainement le plus difficile car celles-ci ne manquent pas
et faire le tri parmi tout ce déferlement d’informations est plus que compliqué. Face à la rigueur des textes et
des écrits de nos douanes et de notre service public, j’ai voulu apporter une certaine analyse au travers des
comptes rendus de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) qui sont un condensé d’informations
mondiales, tout en incorporant des informations plus populaires de différents reportages qui m’ont semblé
intéressant.
On peut deviner que les pouvoirs public font tout pour contenter le citoyen non-fumeur qui représente
environ 65 % de la population française avec la mise en place d’une multitude de lois ou règlements qui vont
dans ce sens mais qui aussi font tout pour sauvegarder les emplois en France et donc aident de la meilleure
façon et dans la mesure du possible les établissements de tabacs. Cette contradiction dans l’esprit des
Français est souvent caricaturée par un combat entre les non-fumeurs et les fumeurs, ce qui me semble
absurde car je pense que seule la vie économique intéresse les pouvoir publics et que la cigarette n’est
toujours légale en France qu’au travers des emplois qu’elle génère dans notre pays.
54
BIBLIOGRAPHIE
Bulletins officiels de la douane française :
Douane française, Principales obligations du débitant, 11 octobre 2017
http://www.douane.gouv.fr/articles/a10941-regime-d-allocations-viageres-des-gerants-de-tabacs-ravgdt
Douane française, Les chiffres clés de la lutte contre la contrebande de tabacs et cigarettes, 11 octobre
2017
http://www.douane.gouv.fr/Portals/0/fichiers/actualites/2017-09/chiffres-de-la-lutte-contre-la-contrebandede-tabacs-et-cigarettes.pdf
Douane française, Plan Tabac, 21 septembre 2017
http://www.douane.gouv.fr/articles/a14468-plan-tabacDouane française, Prime de diversification des activités, 7 août 2017,
http://www.douane.gouv.fr/articles/a13441-la-prime-de-diversification-des-activites-pda
Douane.gouv, fiches tabac les crédits fournisseurs, année 2017
http://www.douane.gouv.fr/Portals/0/fichiers/professionnel/fiscalite/tabac-fiche-5-les-credits-fournisseurs.pdf
Douane.gouv, Rémunération des débitants, 30 novembre 2016
http://www.douane.gouv.fr/articles/a10940-remuneration-des-debitants-de-tabac
Supports de formation :
Picca Françoise, ECF Formation, Débitants de tabac et diffuseur de presse, 2013
Livre:
Josh Kaufman, The personal MBA « Master the art of business », 2010
Études :
Étude fondation Concorde, Redonner un espoir aux buralistes, 2016
http://fondationconcorde.com/wp-content/uploads/2016/11/2016.11.02-Rapport-Buralistes.pdf
Kopp Pierre, Le coût social des drogues en France, Septembre 2015
https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eisxpkv9.pdf
Lermenier-Jeannet Aurélie, Tabagisme et arrêt du tabac en 2016, 12 février 2017,
https://www.ofdt.fr/ofdt/fr/tt_16bil.pdf
Observatoire Français des drogues et toxicomanies, Tableau de bord Tabac, Septembre 2017
https://www.ofdt.fr/ofdt/fr/tt170918.pdf
Articles de presses et revues professionnelles :
55
. Le coût du tabac
Béguin François, Les chiffres chocs du coût social de l’alcool et du tabac, 11 septembre 2015
http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/09/11/les-chiffres-chocs-du-cout-social-de-l-alcool-et-dutabac_4753027_1651302.html
Chayet Delphine, Le tabac coûte 47 milliards d'euros par an à la collectivité, 6 juin 2013
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/06/20002-20130606ARTFIG00499-le-tabac-coute-47-milliards-deuros-par-an-a-la-collectivite.php
Solveig Godeluck, Tabac : la Cour des comptes réclame une hausse des prix, 10 février 2016
https://www.lesechos.fr/economie-france/social/021684692956-tabac-la-cour-des-comptes-reclame-unehausse-des-prix-1199153.php
. Les spécificités fiscales des débitants de tabac
Fiducial, Autoliquidation de la TVA par les buralistes, 23 mai 2014
https://www.fiducial.fr/Articles-et-dossiers/Autoliquidation-de-la-TVA-par-les-buralistes
Georges Masson, Fiducial, L’autoliquidation de la TVA par les buralistes, 19 mai 2014
http://www.chr-journal.com/juridique-et-social/autoliquidation-de-la-tva-par-les-buralistes
Sites internet dédiés et webographie :
. Présentation de la profession
Direction générale des entreprises, Ministère de l’économie et des finances, les débitants de tabac, 9 novembre
2016
https://www.entreprises.gouv.fr/secteurs-professionnels/commerce/hcr/debitants-tabac
Service-public-pro, site officiel de l’administration française, Ouverture d’un débit de tabac, 21 novembre 2016
https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23602
Doc player, Troisième partie: Rémunération des buralistes, 2014
http://docplayer.fr/33190129-Troisieme-partie-remuneration-des-buralistes.html
La confédération de buralistes, Les chiffres clés des buralistes, 2017
http://www.buralistes.fr/qui-sont-les-buralistes/les-chiffres-cles
Le monde du tabac, Marché du tabac en 2017, 2017
http://www.lemondedutabac.com/marche-du-tabac-en-2017-les-chiffres-officiels-de-la-douane/
LégiCoach.fr, L’EIRL fait-elle un tabac chez les débitants de tabac, 2011
http://legicoach.typepad.com/legicoach/2011/12/fonds-de-commerce-leirl-fait-elle-un-tabac-.html
. Les spécificités fiscales des débits de tabac.
Cabinet 2AEC, Spécificités fiscales d’un débit de tabac
http://www.bar-presse-tabac-pmu.cabinet-comptable.com/regime-fiscal-tva-expert-paris-cafes-tabacs.html
56
EDC Européenne de cautionnement, Conditions tarifaires de cautionnement de tabac, 2017
https://www.eurocaution.net/components/app/Conditions_tarifaires_tabac.pdf
Le Monde du tabac, Tout sur l’aide à la modernisation, 2017
http://www.lemondedutabac.com/aide-a-la-modernisation-des-buralistes-en-huit-questions-reponses/
. Les spécificités comptables pour les débitants de tabacs
Chef d’entreprise, Les outils à surveiller: le BFR, 19 septembre 2017
http://www.chefdentreprise.com/Thematique/gestion-finance-1025/Dossiers/boite-outils-pilotage-financierentreprise-319829/les-indicateurs-surveiller-besoin-fonds-roulement-bfr--319832.htm
Thibault Clermont, Le BFR: Calcul et intérêt, Année 2014
https://www.compta-facile.com/besoin-en-fond-de-roulement-bfr/
. La stratégie marketing dans un débit de tabac
Into the mind, Satisfaction et fidélisation de la clientèle, 2017
Disponible sur:http://www.intotheminds.com/fr/satisfaction-et-fidelisation-de-la-clientele.html
Doc player, Deuxième partie: Diversification du métier de buraliste, 2014
http://docplayer.fr/27770381-Deuxieme-partie-diversification-du-metier-de-buraliste.html
Canevet Frédéric, Conseils Marketing.com, Quels Leviers utiliser pour développer la fidélité de ses clients,
2009
http://www.conseilsmarketing.com/e-marketing/quels-leviers-utiliser-pour-developper-la-fidelite-de-ses-clients
Sidibe Ibrahima, Stratégie de fidélisation dans le marketing des services, 2008
https://www.memoireonline.com/06/09/2165/m_Strategie-de-fidlisation-dans-le-marketing-des-service5.html
Blogs professionnels :
Le blog de Cyril Geiger, Buralistes: Diversification et proximité,
http://cyrillegeiger.fr/
57
Annexe 1 : Principales conditions d’accès à la profession de buraliste
PRINCIPALES CONDITIONS D’ACCES
La possession d’un titre (fiche d’État civil ou
Le débitant doit soit être de nationalité française,
fiche de nationalité) pour exercer son activité : soit être ressortissant d’un État membre de
l’Union européenne ou de l’espace économique
européen, soit être de nationalité Suisse
La capacité :
Le débitant doit être majeur (Dans ce cas, celuici ne doit pas être sous tutelle ou curatelle
cependant il peut exercer son activité sous
sauvegarde de justice)
La présentation du bulletin n° 2 du casier
judiciaire pour s’assurer des garanties
d’honorabilité et de probité du débitant :
Le bulletin n°2 du casier judiciaire ne doit
comporter aucune mention de condamnation
pénale. Le débitant doit être irréprochable
moralement.
La jouissance de ses droits civiques :
Le débitant doit jouir de ses droits civiques dans
l’État où le gérant est ressortissant
La justification de son aptitude physique :
Le débitant doit être apte à exercer la fonction
de débitant de tabac et doit donc justifier de son
aptitude physique grâce à un certificat médical
établi par un médecin agréé par l’agence
régionale de santé
La présentation d’un certificat de stage
Le débitant doit satisfaire aux obligations de
attestant du respect de l’obligation de
formations professionnelles initiales et continues
formation professionnelle :
mentionnées à l’article 6.
De plus, celui-ci est tenu de suivre une session
de formation professionnelle continue dans les
six mois précédant le renouvellement du contrat
de gérance (Ces formations sont assurées par
des organismes agréés par le ministre chargé du
budget au vu de leur compétence et de leur
expérience)
Dans le cas où le débitant à un suppléant ou des
associés, ceux-ci doivent aussi satisfaire à
l’obligation de formation professionnelle initiale.
Une déclaration sur l’honneur indiquant qu’il
Le gérant ne pas être gérant d’un autre débit de
respecte bien toutes les interdictions propres à tabac et ne pas être suppléant d'un débitant en
la gérance d’un débit de tabac :
exercice ou associé dans une société en nom
collectif exploitant un autre débit de tabac
58
Annexe 2 : Données économiques de la profession de buraliste
Types d'activités réalisées par les buralistes
Civette, 2%
Autre, 5%
Bar, 30%
Bar et Presse, 28%
Presse, 35%
Moyenne d'âge des gérants
Plus de 65 ans, 3%
entre 56 et 65 ans,
26%
moins de 25 ans, 1%
entre 26 et 35 ans,
8%
entre 36 et 45 ans,
21%
entre 46 et 55 ans,
41%
59
Répartition des buralistes en fonction du nombre
d'habitant (Hab) dans une commune
>200 000 Hab, 7%
<1000 Hab, 18%
1000 à 2000 Hab,
15%
100 000 à 200 000
Hab, 6%
35 000 à 100 000
Hab, 11%
15 000 à 35 000 Hab,
11%
2000 à 3500 Hab,
11%
3500 à 15 000 Hab,
23%
Annexe 3 : Exemple de rapport mensuel du total des ventes par activité
60
Annexe 4 : Exemple d’une facture d’approvisionnement de tabac
61
Annexe 5: Exemple d’une facture d’avoir sur commande de livraison de tabac.
62
Annexe 6 : Exemple d’un bulletin de rémunération mensuelle
63
Annexe 7 : Les différents types de crédits accordés par les fournisseurs agréés
64
Les différents types de crédits accordés par les fournisseurs agréés
Principe :
Conditions de fonds
d’’obtention :
Crédit à la livraison
Crédit de stock
Crédit saisonnier
Le débitant obtient
le droit de payer la
livraison lors de la
livraison suivante et
au plus tard dans les
30 jours.
Le débitant, moyennant
une cotisation, peut
bénéficier d’un crédit
permanant égal à 60 %
de la valeur moyenne
des livraisons à crédit
réalisées au cours de
l'année précédente par le
débit.
Le débitant doit déjà
bénéficier du crédit à la
livraison.
Crédit consenti aux débitants
exerçant leur activité pendant
une période de l'année
uniquement ou connaissant
une activité saisonnière
marquée.
- Le débitant doit déjà
bénéficier du crédit à la
livraison et du crédit stock.
- La valeur totale des
livraisons reçues pendant 4
mois consécutifs, au cours des
12 mois précédents, doit être
au moins égale à celle des
livraisons des 8 autres mois de
cette période.
Le débitant doit justifier d'une caution solidaire agréée.
Conditions de forme :
Pour en bénéficier, le débitant doit adresser au fournisseur une demande de
crédit accompagnée d'une attestation de la caution agréée précisant les types de
crédits concernés au moins 48h avant la commande.
Annex
e8:
Facture
crédit
65
stock accordée par ALTADIS pour une commande de tabac supplémentaire
Annexe 9 : Commissions EDC sur le montant des différents crédits fournisseurs commissionnés.
Annexe 10 : Exemple de demande d’approvisionnement en timbres
66
67
Annexe 11 : Exemple de relevé d’approvisionnement de journaux PRESTALIS
68
69
Annexe 12 : Exemple de relevé des opérations de Loto sur une semaine
70
Annexe 13 : Exemple de relevé des opérations des jeux de grattage sur une semaine
71
Annexe 14 : Exemple de facture de vente des opérations du PMU
72
Annexe 15 : Exemple de relevé d’approvisionnement de titres de transport.
73
Annexe 16 : Exemple de facture d’approvisionnement de cartes et recharges mobiles.
74
Annexe 17 : Exemple de facture d’approvisionnement de cartes prépayées
75
Annexe 18 : Caractéristiques des subventions de sécurité et de modernisation
Travaux ou
matériels
concernés :
-
-
-
-
Subvention de modernisation
les linéaires de vente dédiés aux
produits du tabac et aux dispositifs
électroniques de vapotage ;
les comptoirs de vente ainsi que
leurs accessoires comme les
présentoirs ou les vitrines ;
les outils numériques à destination
des clients ;
le matériel de gestion tels que
les caisses enregistreuses, les
terminaux d’encaissement, les outils
de gestion de stock, etc. ;
les dispositifs de signalétique situés
à l’extérieur ;
les travaux ayant pour objectif de
moderniser la partie du local
commercial dédiée à la vente de
tabac ainsi que des dispositifs
électroniques de vapotage.
Conditions Il faut dépenser au moins 4000€ hors taxe
d’obtention avec un minimum de 2000€ dans
de la
l’acquisition de matériels et d’équipements.
subvention :
Montant de Elle est égale à 25% des dépenses hors
la
taxes de modernisation du débit de tabac
subvention : dans la limite d’un plafond 10 000€ sur 5
ans. Ce plafond peut être porté à 20 000€ si
les travaux font suite à un transfert du débit
au sein du département ou dans un
département limitrophe.
Subvention de sécurité
-
-
Les coffres forts
Les serrures, cylindres et verrous,
les portes blindées et les blocsportes anti-effractions ;
Les vitres anti-effractions ;
Les systèmes d'alarmes notamment
ceux pouvant intégrer un
générateur de brouillard ;
Les rideaux métalliques ou les
grilles métalliques ;
Les balises de radiolocalisation par
GPS;
Les barreaux en acier ;
Les bornes et murets devant la ou
les entrées du local commercial
contribuant à en empêcher
l’intrusion ;
Les systèmes de vidéosurveillance
;
Les bornes et murets devant la ou
les entrées du local commercial
contribuant à en empêcher
l’intrusion ;
Aucune
Elle est est égale à 80 % du coût hors
taxes des matériels et de leur installation
concernant la sécurité des débits de
tabac ou de 50 % du coût hors taxes de
l'audit de sécurité, avec un plafond de 15
000 €. Cette subvention est accordée
tous les trois ans.
76
Annexe 19 : Liste des services de proximités à mettre en place pour bénéficier de la prime de
diversité d’activités.
Mise en place de 5 ces activités (ou services de proximités) pour pouvoir bénéficier de la
prime de diversité d’activité :
- Délivrance de timbres postaux sous format papier
- Relais postaux
- Offre de presse nationale ou régionale
- Délivrance de timbres-amende sous format papier, ou existence d’un agrément en
cours
- Point de Vente Agréé pour le paiement automatisé des amendes
- Offre de jeux de grattage, de loterie ou de paris sportifs ou hippiques
- Délivrance de timbres fiscaux au format papier
- Offre de services téléphoniques
- Réception/dépôt de colis au bénéfice des usagers
- Commerce alimentaire de proximité offrant des produits de première nécessité
- Délivrance de titres de transports nationaux, régionaux, intercommunaux ou
communaux
- Offre de services numériques, de type wifi
- Offre de services bancaires de proximité (ex : Compte Nickel des buralistes ; Point
Vert)
- Station-essence
- Services à la personne (ex : encaissement de factures pour le compte de tiers,
dépôt pressing, fourniture de bonbonnes de gaz).
77
Annexe 20 : Le quatrième contrat d’avenir entré en vigueur le 2 janvier 2017
LE NOUVEAU CONTRAT D’AVENIR 2017 (entré en vigueur le 2 janvier 2017)
AUGMENTATION DE LA
Pour une commission actuelle sur le tabac de 6.9%, le contrat d’avenir
REMUNERATION SUR LES
2017 défini les nouvelles commissions qui entreront en vigueur sur les
CIGARETTES :
livraisons de tabac à partir de 2017, à savoir :
• Pour 2017 : 7.5% de commission
• Pour 2018 : 7.8% de commission
• Pour 2020 : 7.9% de commission
• Pour 2021 : 8% de commission
Subventions pour la
. La subvention sécurité est maintenue: 80% des équipements HT
modernisation et la sécurité des plafonné à 15 000€ tous les 4 ans et sous réserve d’accord des
débits de tabac :
Douanes (sécurité du tabac et des caisses à l’exclusion de tous les
autres produits du point de vente). Cette subvention concerne
essentiellement la vidéosurveillance, l’alarme, le coffre-fort et les
protections extérieures comme le rideau de fer.
. Une nouvelle subvention modernisation: 25% des travaux hors taxe
de modernisation avec un plafond de 10 000€ sur la durée du contrat
d’avenir. Soit 10 000€ de subvention pour 40 000€ HT de travaux
engagés.
Un complément de remise de 2 800€ est maintenu pour les buralistes
réalisant moins de 400 000€ de CA par an.
Mise en place d’une prime de
diversité d’activité remplaçant
la prime de service public :
Mise en place d’une remise
compensatoire :
Indemnité de fin d’activité :
Cette prime de diversité d’activité concerne seulement les débitants
réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 300 000€ par an et mettant en
place des produits et services diversifiés répondant à un besoin de la
clientèle.
Pour les frontaliers ou les départements dont l’activité baisse de plus
de 10% par rapport à 2012. Cette remise correspond à 70% de la perte
plafonnée à 30 000€.
Ce dispositif est maintenu avec un plafond de 80 000€. Il concerne les
buralistes situés dans des départements en difficulté et fermant
définitivement leur point de vente. Les buralistes concernés doivent
avoir pris leur activité entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre
2017. Les dispositifs IFA rural et IFA des buralistes exerçant depuis
avant 2002 sont maintenus par ailleurs.
78
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire