LA NÉCESSITÉ DU HASARD Le hasard créateur

publicité
CONFÉRENCE PHILOSOPHIQUE
“Plus l’être humain sera éclairé, plus il sera libre.”
Voltaire
LA NÉCESSITÉ DU HASARD
Le hasard créateur
CONFÉRENCE PAR ÉRIC LOWEN
Association ALDÉRAN Toulouse
pour la promotion de la Philosophie
MAISON DE LA PHILOSOPHIE
29 rue de la digue, 31300 Toulouse
Tél : 05.61.42.14.40
Email : philo@alderan-philo.org
Site : www.alderan-philo.org
conférence N°1600-091
LA NÉCESSITÉ DU HASARD, LE HASARD CRÉATEUR
De l’utilité vitale du hasard pour l’existence
conférence d’Éric Lowen donnée le 05/09/2001
à la Maison de la philosophie à Toulouse
Pour beaucoup de personnes, le hasard dérange. Pourtant, sans hasard, l’existence
deviendrait vite insupportable et, en fait, bien peu de choses et d'êtres existeraient. D’où ce
constat de la nécessité du Hasard. Double nécessité même, car en plus de son rôle créateur
primordial, le hasard est le résultat de la nécessité. Cette conférence se veut une
réhabilitation du hasard, et précisera les principaux apports du hasard à l’existence et la
manière de le transformer en source de sagesse dans la démarche philosophique.
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 2
LA NÉCESSITÉ DU HASARD, LE HASARD CRÉATEUR
De l’utilité vitale du hasard pour l'existence
PLAN DE LA CONFÉRENCE PAR ÉRIC LOWEN
Suam habet fortuna rationem. Le hasard a sa raison.
Pétrone (vers 15-vers 66)
I
LE HASARD, CE SURPRENANT HASARD
1 - Le hasard existe bien comme comme hasard, et comme hasard positif
2 - Petit retour sur sa définition : la rencontre aléatoire de chaines de causalités indépendantes
3 - Et petit rappel de ses caractéristiques : l’atentionalité, imprévisibilité, disproportionnalité
4 - Le Hasard n’exclut pas les lois déterministes ou le déterminisme des parties
5 - Le hasard jaillit de toute part, notamment du déterminisme des lois naturelles
6 - La découverte progressive du hasard au 20ème siècle
II
RETOUR SUR LA PERCEPTION HUMAINE DU HASARD
1 - Notre psyché n’aime pas le Hasard, notre cerveau est fait pour chercher l’ordre dans le chaos
2 - La crainte et la négativisation du Hasard, les tentatives pour s’en protéger
3 - Les incessants efforts pour réduire les effets négatifs du Hasard
4 - La négation du Hasard par l’appel à un ordre religieux surnaturel
5 - La négation du Hasard par le déterminisme naturel
III
LA NÉCESSITÉ DU HASARD AU NIVEAU COSMIQUE
1 - Il est la conséquence nécessaire des lois physiques et des propriétés matérielles
2 - La présence du hasard à tous les échelons de la complexité du monde
3 - De conséquence nécessaire il devient causalité nécessaire pour d’autres choses
4 - Quelques exemples : de la physique quantique à l’effet papillon
5 - Il oriente l’évolution créatrice, la fabrication du monde, vers de nouveaux possibles
6 - Le hasard est source de novation, de création et de complexification
IV
LA NÉCESSITÉ DU HASARD AU NIVEAU BIOLOGIQUE
1 - Le rôle du hasard dans la biogénèse - sans un hasard favorable, pas de vie !
2 - Les hasards environnementaux et génétiques, un mécanisme essentiel de la bioévolution
3 - L’invention de la sexualité, une machine biologique utilisant le Hasard pour créer du neuf
4 - L’arbre du vivant est le résultat de ce jeu créateur du Hasard (la biodiversité)
V
LA NÉCESSITÉ DU HASARD AU NIVEAU HUMAIN, COLLECTIF ET INDIVIDUEL
1 - L’espèce humaine est née de hasards bioévolutifs (la biogenèse)
2 - Les sociétés naissent elles aussi de hasards socio-culturels (la sociodiversité)
3 - L’histoire des sociétés est le résultat de hasards événementiels
4 - Les individus sont eux aussi le résultat de hasards multiples (anthropodiviersité)
5 - Notre existence, en tant que trajectoire de vie, est le résultat du hasard
6 - Dans le cadre du développement des individus et de leur trajectoire de vie
7 - En épistémologie, il favorise la production de connaissances (la sérendipité)
VI
LA NÉCESSITÉ DU HASARD AU NIVEAU EXISTENTIEL
1 - Sa plus grande nécessité humaine est certainement au niveau existentiel
2 - L’usage de nos facultés de réflexion, de volonté et de libre arbitre relèvent souvent du hasard
3 - Le hasard nous permet de nous approprier de manière plus active le cours de notre vie
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 3
4 - Le hasard remet de l’intensité et de la nouveauté dans notre existence
5 - Sans le hasard, l’existence humaine deviendrait invivable (au sens de l’enfer sartrien)
VII
LA RÉHABILITATION DU HASARD, MOTEUR ESSENTIEL DU MONDE
1 - La réhabilitation du Hasard, sa positivité ontologique - vive le Hasard !
2 - Sans le Hasard, rien de ce qui est aujourd’hui n’existerait
3 - Le Hasard est un des moteurs essentiels du monde
4 - Le Hasard est créateur, complexifiant, facteur d’innovation et d’imprévisibilité
5 - Le Hasard rebat les cartes ontologiques des possibles et des devenirs du monde
6 - Le Hasard apporte un principe de liberté pour le devenir du Cosmos
7 - Chaque jour, le hasard donne au monde un visage nouveau
8 - Le hasard et la relativité du futur actualisé, au sein des devenirs potentiels
9 - Le hasard contribue à la relativité ontologique des choses et des êtres
10 - L’obligation de changer notre regard et notre attitude à son égard
VIII
CONCLUSION
1 - Un principe philosophique incontournable : se préparer psychologiquement au Hasard
2 - L’intégration du rôle positif du Hasard dans toute philosophie moderne du cosmos
ORA ET LABORA
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 4
Document 1 : Antoine Augustin Cournot (1801-1877) est un mathématicien français qui s'est intéressé
notamment à la formalisation des théories économiques. Mais à coté de ses travaux mathématiques, il a
aussi réalisé une importante œuvre philosophique sur les relations entre le déterminisme physique, la vie, la
liberté et le hasard. Il contribua à donner une définition positive du hasard, au lieu de l’interprétation
laplacienne qui n’envisageait le hasard que comme l'expression de notre ignorance des causes. Le
développement au 20ème siècle des recherches sur le chaos déterministe a confirmé les réflexions de
Cournot sur la nature du hasard. Voici quelques extraits de son Essai sur les fondements de nos
connaissances et sur les caractères de la critique philosophique de 1851.
Une infinité de séries pareilles peuvent coexister dans le temps : elles peuvent se croiser,
de manière qu'un même événement, à la production duquel plusieurs événements ont
concouru, tienne en qualité d'effet à plusieurs séries distinctes de causes génératrices,
ou engendre à son tour plusieurs séries d'effets qui resteront distinctes et parfaitement
séparées à partir du terme initial qui leur est commun.
Paragraphe 29
... le bon sens dit qu'il y a des séries solidaires ou qui s'influencent les unes les autres, et
des séries indépendantes, c'est-à-dire qui se développent parallèlement ou
consécutivement, sans avoir les unes sur les autres la moindre influence, ou (ce qui
reviendrait au même pour nous) sans exercer les unes sur les autres une influence qui
puisse se manifester par des effets appréciables.
Paragraphe 30
Les phénomènes naturels, enchaînés les uns aux autres, forment un réseau dont toutes
les parties adhèrent entre elles, mais non de la même manière ni au même degré. On
n'en peut comparer le tissu, ni à un système doué d'une rigidité absolue, et qui, pour ainsi
dire, ne serait capable de se mouvoir que tout d'une pièce, ni à un tout dont chaque
partie serait libre de se mouvoir en tous sens avec une indépendance absolue. Ici les
liens de solidarité se relâchent, et il y a plus de carrière au jeu des combinaisons
fortuites : là, au contraire, les liens se resserrent, et l'unité systématique est accusée plus
fortement. Tel on voit le dessin d'une feuille d'arbre parfaitement arrêté quant aux
principales nervures, tandis que, pour les dernières ramifications, et pour l'agglomération
des cellules qui en comblent les intervalles et composent le parenchyme de la feuille, le
jeu fortuit des circonstances accessoires donne lieu à des modifications innombrables et
à des détails qui n'ont plus rien de fixe d'un individu à l'autre. On s'écarte également de la
fidèle interprétation de la nature, et en méconnaissant la coordination systématique dans
les traits fondamentaux où elle se montre distinctement, et en imaginant mal à propos
des liens de coordination et de solidarité là où des séries collatérales, gouvernées
chacune par leurs propres lois depuis leur séparation du tronc commun, n'ont plus entre
elles que des rapprochements accidentels et des adhérences fortuites.
Paragraphe 67
Une conséquence de ses réflexions sur le hasard l’amena aussi sur le terrain de
l’histoire, en s’opposant aux tenants du déterminisme historique. En tenant compte du
hasard comme réalité positive, l’histoire n'est plus pensable comme une science ou
comme de nature déterministe, faute de lois, mais pareillement comme n’étant pas le
produit de purs aléas, ce qui rendrait le récit historique impossible, ou chaotique. La
connaissance historique se situe donc à la confluence de trois logiques ; les acteurs
individuels aux existences soumises au hasard, des forces sociologiques, et des
événements eux aussi liés aux hasards des circonstances (naturelles, accidentelles,...).
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 5
Document 2 : Henry Poincaré (1854-1912) fut un des premiers scientifiques à réhabiliter le hasard dans le
fonctionnement de l’univers avec son célèbre “problème à trois corps” qui peut s’appliquer à la lune par
exemple. La lune, le satellite de notre planète, est la conséquence d’un extraordinaire hasard céleste : elle
est le résultat de la collision de la Terre avec un très gros astéroïde, la matière ainsi projetée dans l’espace
s‘est satellisée et regroupée sous l’effet de la gravitation pour former la lune lors des premiers temps du
système solaire.
Document 3 : Notre existence, en tant qu’espèce et en tant individu, est le fruit du Hasard, et plus
particulièrement d’une série contingente de contingences.
Premièrement si notre lignée, inconsciente et fragile, n’avait pas fait partie des rares
survivants de l’extinction massive des animaux pluricellulaires, au Cambrien, il y a
quelque 530 millions d’années, il n’y aurait pas de vertébrés sur la Terre aujourd’hui. Un
seul membre de notre lignée des chordés, le genre Pikaia, a été retrouvé parmi les plus
anciens fossiles. Notre lien de parenté avec cette petite et simple créature aquatique est
attesté par sa notochorde, une épine dorsale rigide ; c’est l’un des fossiles les plus rares
des schistes de Burgess, le site le mieux préservé de la faune cambrienne.
Deuxièmement, si un petit groupe de poissons à nageoires, sans avenir, n’avait pas
acquis des arêtes ossifiées et une solide arête centrale, capable de supporter la masse
de l’animal sur terre, alors les vertébrés n’auraient peut-être jamais quitté les eaux.
Troisièmement, si un volumineux météorite n’avait pas percuté la Terre il y a 65 millions
d’années, les dinosaures seraient toujours l’espèce dominante et les mammifères
seraient minoritaires (une situation qui a duré pendant 100 millions d’années).
Quatrièmement si, il y a deux ou trois millions d’années, une petite lignée de primates ne
s’était pas redressée pour marcher dans la savane africaine qui s’asséchait, nos ancêtres
auraient évolué vers une espèce de singes qui auraient ressemblé aux chimpanzés ou
aux gorilles actuels, seraient devenus minoritaires et auraient probablement disparu
malgré leur comportement élaboré.
Ainsi pour comprendre les événements et tendances générales de l’histoire de la vie,
nous devons dépasser les principes de la théorie de l’évolution et examiner d’un point de
vue paléontologique les structures contingentes de l’histoire de la vie, la seule version
réelle qui se soit développée sur notre planète, parmi des millions d’autres possibilités.
Cette conception de l’histoire de la vie est contraire aux modèles déterministes
classiques de la science occidentale, ainsi qu’aux traditions et à l’espoir de notre culture,
qui voudrait que l’homme soit la plus haute expression de la vie et qu’il soit le maître de la
planète.
Stephen Jay Gould (1941-2002)
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 6
Document 4 : L’infinité des variations aléatoires des chromosomes lors de la fécondation.
Au cours de la méiose, les chromosomes homologues de la cellule diploïde précurseur
vont se répartir de façon parfaitement aléatoire dans les gamètes. Je peux vous donner
une idée du nombre de combinaisons différentes, également probables : chez l'homme,
les gamètes, qu'ils soient mâles ou femelles, contiennent 23 chromosomes : par
conséquent, le nombre de combinaisons équiprobables lorsqu'un monsieur fait des
spermatozoïdes est de l'ordre de 8 millions. Comme dans l'espèce humaine il faut être
deux pour faire un bébé, un père et une mère, cela veut dire que chacun des sexes
produit ses gamètes avec une fréquence égale. Il y a 8 millions de possibilités
équiprobables pour chacun ; d'où, et c'est le deuxième niveau où joue l'aléatoire de la
13
loterie de l'hérédité, il y a une chance sur environ 7.10 pour qu'on retrouve les mêmes
combinaisons génétiques dans l'œuf.
J. Tavlitzki
Douze clés pour la biologie, 1985
Document 5 : C’est certainement au niveau de l’évolution biologique que l’orientation due au hasard est
certainement la plus manifeste. Le texte suivant du prix Nobel François Jacob l’illustre bien.
Le monde de l'évolution que nous connaissons, le monde vivant que nous voyons autour
de nous, est tout sauf le seul monde possible. L'évolution est une nécessité dans la
mesure où les organismes vivent, interagissent avec le milieu, se reproduisent, entrent en
compétition les uns avec les autres, donc changent. En revanche, ce qui n'est pas une
nécessité, c'est la direction que se trouve prendre le changement, les voies où s'engage
l'évolution. Les modifications ne peuvent survenir pour former des organismes nouveaux
qu'en fonction de la structure génétique qu'avaient les organismes existant à ce momentlà. Autrement dit, l'évolution résulte d'une interaction entre une série de conjonctures
disons physiques, écologiques, climatiques, ce qu'on pourrait appeler une grande
conjoncture historique, avec l'autre série que forment les conjonctures génétiques des
organismes. C'est l'interaction de ces deux types de conjonctures qui a donné aux êtres
vivants la direction qu'elle a aujourd'hui. Mais il est vraisemblable que nous aurions pu
ressembler à quelque chose de complètement différent, et que nous aurions pu ne pas
ressembler du tout à ce que nous sommes et surtout que nous pourrions ne pas être là,
que le monde vivant pourrait être complètement différent de ce qu'il est. [...] Nous
pourrions parfaitement ressembler à quelque chose d'autre qui défie totalement notre
imagination. C'est évidemment très difficile de réaliser que le monde vivant tel qu'il existe
pourrait être complètement différent, pourrait même ne pas exister du tout. C'est pourtant
ce qu'il faut bien admettre.
François Jacob
Le jeu des possibles (1981)
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 7
Document 6 : Pasteur découvre par Hasard le vaccin contre le choléra des poules et donc le principe de la
vaccination.
Un hasard comme il y en a pour ceux qui ont le génie de l’observation devait bientôt
marquer un immense progrès et préparer une grande découverte. Tant que l’on avait
ensemencé, sans interruption de 24 heures en 24 heures, les ballons de culture du
microbe du choléra des poules, la virulence était restée la même. Mais en prenant une
vieille culture oubliée, datant de quelques semaines, et en inoculant des poules, grande
fut la surprise de voir qu’elles étaient malades et ne succombaient pas. Qu’allait-il se
passer si l’on inoculait à ces poules réfractaires la culture de la veille, jeune, active,
mortelle à coup sûr ? Le même phénomène de résistance se produisit. (...) En mesurant
entre les cultures des intervalles variables allant de quelques jours à un mois, à deux
mois, à trois mois, on arrivait à des variations de mortalité qui faisait que l’on tuait huit
poules sur dix, puis cinq sur dix, puis qu’une sur dix et enfin, comme dans le premier cas,
où à la suite de longues vacances, la culture avait eu le temps de vieillir, on arrivait à n’en
plus tuer du tout, bien que le microbe pût être encore cultivé. (...) Et pendant que des
poules neuves, c’est-à-dire qui n’avaient jamais eu la maladie du choléra des poules,
exposées au virus mortel, périssaient, celles qui avaient subi les inoculations atténuées
et qui recevaient plus que leur part de ce même virus mortel éprouvaient soit la maladie
sous une forme bénigne, soit un malaise plus ou moins passager, quelque fois même
n’en éprouvaient aucun : elles avaient l’immunité...
René Vallery-Radot, petit fils de Louis Pasteur
Pour la science, Dossier Hasard, avril 1996
Document 7 : Exemple de modélisation de la trajectoire de vie d’un individu, ou hasard existentiel.
trajectoire de vie
événements contingents ou choix
trajectoire potentielle et ses axes de devenirs
s’il n’y avait pas eu d’événements contingents
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 8
Document 8 : Chaque décision, chaque action, orientent le devenir du monde et de notre existence.
L’existence du hasard donne donc au réel un visage unique, à chaque fois novateur.
Je me renversai dans mon fauteuil et dis :
- Chef, est-ce que par hasard vous vous rappelez comment vous avez rencontré votre
femme ? Était-ce à cause d'un incident sans importance ?
Il dut penser que je sautais un peu brutalement du coq à l'âne. Qu'aurait-il pu penser
d'autre ? Mais il était décidé à me laisser m'exprimer, à présent. Sans doute avait-il ses
raisons.
Il se contenta de sourire et répondit :
- J'ai éternué et elle s'est retournée. Cela s'est passé à un coin de rue.
- Comment se faisait-il que vous vous trouviez à ce coin de rue à ce moment précis ?
Comment se faisait-il qu'elle y fût ? Vous souvenez-vous au juste pourquoi vous avez
éternué ? Et où vous aviez attrapé le rhume ? D'où venait le grain de poussière fautif ?
Imaginez combien de facteurs ont dû se rencontrer un bon moment et au bon endroit,
pour que vous puissiez épouser votre femme.
- Sans doute nous serions-nous rencontrés une autre fois, si nous ne nous étions pas
rencontrés à ce moment-là.
- Mais ça, vous ne pouvez pas en être sûr. Comment pouvez-vous savoir qui vous n'avez
pas rencontré, parce qu'un jour quand vous auriez pu vous retourner, vous ne l'avez pas
fait ; parce qu'un jour quand vous auriez pu être en retard, vous ne l'étiez pas. Votre vie
bifurque à chaque instant, vous vous engagez dans telle ou telle voie presque au hasard,
et tout le monde en fait autant. Sur vingt ans, les bifurcations vont en s'écartant à l'infini.
Vous avez éternué, et vous avez rencontré une certaine fille. Et pas une autre. À la suite
de cette rencontre, vous avez pris certaines décisions, de même que la fille en question,
de même que la fille que vous n'avez pas rencontrée ; de même que l'homme qui a
rencontré la fille que vous n'avez pas rencontrée; de même que toutes les personnes que
vous avez rencontrées par la suite. De même que votre famille, sa famille, leur famille - et
vos enfants.
Parce que vous avez éternué il y a vingt ans, cinq personnes, ou cinquante, ou cinq
cents personnes peuvent être mortes à l'heure qu'il est alors qu'elles seraient en vie si
vous n'aviez pas éternué, ou le contraire. Reportez la chose deux cents, deux mille ans
en arrière, et un éternuement - même de la part d'un obscur personnage dont aucune
histoire n'a jamais entendu parler - aurait pu avoir comme conséquence qu'aucun de
ceux qui sont vivants à l'heure actuelle ne le soit.
Isaac Asimov (1920-1992)
La course de la reine Rouge, 1949
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 9
DÉCOUVREZ NOTRE AUDIOTHÈQUE
pour télécharger cette conférence, celles de la bibliographie
et des centaines d’autres
Tous nos cours et conférences sont enregistrés et disponibles dans notre
AUDIOTHÈQUE en CD et DVD. Des milliers d’enregistrements à disposition,
notre catalogue est sur notre site : www.alderan-philo.org. Plusieurs
formules sont à votre disposition pour les obtenir :
1 - PHILO UPLOAD : un abonnement annuel pour un libre accès à la
totalité des enregistrements disponibles. Présentation sur notre site
internet ou envoyez-nous un email avec le code PHILO UPLOAD et
laissez-vous guider en quelques clics : audiotheque@alderanphilo.org
2 - TÉLÉCHARGEMENT : vous commandez la conférence ou le
cycle qui vous intéresse via internet. C’est rapide et économique.
Envoyez-nous un email avec le code de la conférence et laissez-vous
guider en quelques clics : audiotheque@alderan-philo.org
3 - VENTE PAR CORRESPONDANCE : vous trouverez des bons de
commande à tarif préférentiel dans notre CATALOGUE
AUDIOTHÈQUE, sur notre site et à la MAISON DE LA
PHILOSOPHIE.
4 - À la MAISON DE LA PHILOSOPHIE à Toulouse.
Pour renseignements et commandes, contactez la MAISON DE LA PHILOSOPHIE
au 05.61.42.14.40 (du mardi au vendredi, de 14H à 18H),
par email : philo@alderan-philo.org
ou par notre site internet : www.alderan-philo.org.
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 10
POUR APPROFONDIR CE SUJET, NOUS VOUS CONSEILLONS
- Les cours et conférences sans nom d’auteurs sont d’Éric Lowen -
Revue de philosophie “ALDÉRAN”
- N°20 : “Je ne sais pas prévoir les qualités de la conscience à partir de la qualité des organes”, par SaintExupéry
- N°27 : Le plus vaste horizon du monde, par William Ruthenford
- N°28 : Le réenchantement du monde, par William Ruthenford
- N°29 : La seconde mort de dieu, par William Ruthenford
Conférences sur la fabrication du réel
- La fabrication du monde, voyage au coeur de l’évolution créatrice
- Le Big bang et les premiers instants de l’univers
- La création du système solaire, notre archipel cosmique
- La naissance de la terre, notre oasis spatial dans l’immensité infini de l’espace
- L’apparition de la vie sur la Terre
- L’histoire de la vie sur notre planète, de la biogenèse à aujourd’hui
- Les origines préhistoriques de l’Être Humain, l’anthropogenèse évolutionniste de l’homme
1600-302
1000-032
1000-055
1000-275
1000-077
1000-276
1000-031
Conférences sur l’histoire des révolutions scientifiques
- Les grandes révolutions scientifiques
- La révolution scientifique, l’invention de la Science et des sciences
- La révolution euclidienne, la découverte de la nature mathématique du monde
- La révolution hérodotienne, l’invention de l’Histoire
- La révolution astronomique, la découverte de la nature ordonnée du cosmos
- Les grandes découvertes maritimes, révolutions géographiques et humaines
- La révolution copernicienne, le début du décentrage du monde
- La révolution galiléenne, l’explosion des limites du cosmos
- La révolution newtonienne, la découverte des forces naturelles
- La révolution naturaliste : Linné, Buffon, Cuvier et les autres
- La révolution chimique, la découverte de la puissance interne de la matière
- La révolution biologique, le début de l’exploration des mécanismes de la vie
- La révolution de la thermodynamique, le début de la physique de l’énergie
- La révolution électromagnétique, la découverte des pouvoirs de l’électricité et du magnétisme
- La révolution géologique, la découverte de l’extraordinaire ancienneté de la terre
- La révolution préhistorique, la découverte d'une humanité avant l'humanité
- La révolution darwinienne, la découverte des origines animales de l'humanité
- La révolution archéologique, la découverte de l’immensité du passé culturel de l’humanité
- La révolution sociologique, l’invention des sciences sociales
- La révolution psychologique, la découverte du psychisme humain et de son origine immanente
- La révolution freudienne, la découverte de l’inconscient et de l’origine contingente du sujet
- La révolution atomiste, la découverte de la puissance intérieure de la matière
- La révolution einsteinienne, la naissance de la cosmologie moderne
- La révolution quantique, les surprises de la physique quantique
- La révolution ethnologique
- La révolution cosmologique, la découverte du big bang et des premiers instants de l’univers
- La révolution génétique, l’accès aux mécanismes intimes de la vie
- La révolution des neurosciences, l’exploration de la matière pensante, le cerveau humain
1600-287
1000-071
1000-219
1000-233
1000-119
1000-151
1000-052
1000-038
1000-148
1000-163
1000-082
1000-118
1000-190
1000-205
1000-206
1000-192
1000-041
1000-213
1000-264
1000-265
1000-042
1000-200
1000-072
1000-193
1000-266
1000-209
1000-073
1000-083
Conférences sur le Cosmos
- La nouvelle réalité du cosmos
- Éloge du cosmos, introduction à une ontologie positive
- La réalité du cosmos, la réalité de la réalité - la défaite de Platon
- La naturalité du cosmos, pour en finir avec les illusions du surnaturel
- La matière triomphante, la victoire de Démocrite
- L’unité du cosmos, l’unité derrière la pluralité des apparences du réel
1600-290
1600-289
1600-004
1600-108
1600-178
1600-073
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 11
- Les lois de la nature existent-elles ?
- La rationalité du monde, de la nature rationnelle du cosmos
- La connaissabilité du monde, l'étonnante connaissabilité du cosmos
- L’éloge de l’impermanence, la fin du mythe de la permanence
- La temporalisation du réel, la revanche de chronos
- De la nécessité et du hasard, le jeu créateur du hasard et de la nécessité dans le cosmos
- Le déterminisme innovationniste, la prévisible imprévisibilité du déterminisme
- Ordre et chaos dans le cosmos
- L’évolution créatrice, l’autocréation constante du monde
- Principe de complexité et propriétés émergentes dans le cosmos
- La nécessité du hasard, le chaos créateur
- L’effet papillon, la prévisibilité de l’imprévisibilité
- Cosmodiversité et biodiversité, l’expansion de la diversification du réel
- L’infinité des champs du réel, les possibilités infinies du devenir ouvert du monde
- L’être humain et le cosmos, vers une nouvelle alliance
- L’illusion du principe anthropique, le retour déguisé d’un finalisme anthropologique
- Le réenchantement du monde, introduction au réenchantement naturaliste et matérialiste
- La magnificence du cosmos
- La symphonie du monde
- La transcendance horizontale du cosmos
- Le miracle du monde
1600-106
1600-291
1600-156
1600-090
1600-183
1600-040
1600-185
1600-061
1600-124
1600-182
1600-091
1600-081
1600-086
1600-135
1600-125
1600-181
1600-126
1600-094
1600-122
1600-113
1600-116
Conférences sur des notions présentées dans cette conférence
- La condition humaine, du déterminisme vers la liberté
- L’Être Humain, entre déterminisme et liberté
- Sagesses d’hier, sagesses d’aujourd’hui
- Pour en finir avec la métaphysique
- Le devenir de l’Humanité
- La conquête des libertés
1600-083
1600-083
1600-045
1600-107
1600-097
1600-167
Conférences sur des conceptions de négation du hasard
- Pensées magiques dans la condition humaine
- Les techniques divinatoires et la psychologie de la divination
1600-023
1600-065
Quelques livres sur le sujet
- Vous avez dit hasard ? Entre mathématique et psychologie, Nicolas Gauvrit, Belin, 2009
- L'indéterminisme, fatalité domestiquée, entretien avec Jean-Jacques Duby, Pour la Science N°343, mai
2006
- Le hasard sauvage, Nassim Nicholas Taleb, Les Belles Lettres, 2005
- Pile ou face, choisir au hasard ? Impossible notre cerveau est incapable de simuler le hasard, Pour la
Science N°308, juin 2003
- Notre vision du hasard est bien hasardeuse... , Jean-Paul Delahaye, Pour la science N°293 mars 2002
- Les mystères de l’arc-en-ciel, Richard Dawkins, Bayard, 2000
- Hasard et Chaos, David Ruelle, Odile Jacob, 2000
- La fin des certitudes, Prigogine, Odile Jacob, 2000
- L’Éventail du vivant, Stephen Jay Gould (1996), Éditions du Seuil, 1997
- La nouvelle alliance, Prigogine et Stengers (1978), Folio essais, 1986
- Le macroscope, vers une vision globale, Joël de Rosnay (1975), Seuil, 1977
- Science et religion, Russell Bertrand (1971), Folio essais, 1990
- Le hasard et la nécessité, Jacques Monod, Seuil, 1970
- Le Hasard, Émile Borel, 1948
- Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique, Antoine
Cournot (1851), rééd. Vrin, 1975
- Candide, de Voltaire (1758), Bordas, 1971
- Lettre sur les aveugles, Denis Diderot, 1749
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-063 : “Liberté intérieure et Liberté extérieure” - 09/04/1996 - page 12
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire