RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE

publicité
RAPPORT DE CERTIFICATION V2010
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE
15 rue gambetta Bp 149 - 65201 - Bagneres De Bigorre
OCTOBRE 2013
SOMMAIRE
PREAMBULE
4
1. Les objectifs de la certification des établissements de santé
2. Les niveaux de certification
1. PRESENTATION DE L'ETABLISSEMENT
2. DECISION DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE
1. Niveau de certification
2. Bilan des contrôles de sécurité sanitaire
3. Participation au recueil des indicateurs généralisés par la Haute Autorité de Santé
4. Critères investigués lors de la visite de certification
5. Suivi de la décision
3. PRESENTATION GRAPHIQUE DES RESULTATS
1. Le positionnement de l'établissement sur l'ensemble des thématiques
2. Le positionnement de l'établissement sur les Pratiques Exigibles Prioritaires
3. Regard Patient
4. SUIVI DES PRECEDENTES DECISIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
5
6
8
11
12
13
14
15
17
19
22
24
26
26
2
5. CONSTATS ET COTATION PAR CRITERES
30
CHAPITRE 1. : MANAGEMENT DE L'ÉTABLISSEMENT
32
PARTIE 1.Management stratégique
33
PARTIE 2.Management des ressources
57
PARTIE 3.Management de la qualité et de la sécurité des soins
99
CHAPITRE 2. : PRISE EN CHARGE DU PATIENT
125
PARTIE 1. Droits et place des patients
126
PARTIE 2. Gestion des données du patient
194
PARTIE 3. Parcours du patient
217
PARTIE 4. Prises en charge spécifiques
323
PARTIE 5. Evaluation des pratiques professionnelles
338
6. INDICATEURS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE
345
7. BILAN DES CONTRÔLES DE SECURITE SANITAIRE
347
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
3
PREAMBULE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
4
Le rapport dont vous disposez présente les résultats de la procédure de certification de l'établissement par la Haute Autorité de Santé.
1. Les objectifs de la certification des établissements de santé
La certification mise en oeuvre par la Haute Autorité de Santé tous les 4 ans est une procédure d'évaluation externe. Elle est obligatoire et intervient
périodiquement tous les 4 ans.
Sur la base d'un référentiel élaboré par la Haute Autorité de Santé (le manuel de certification), elle a pour objectifs :
- La mise en place d'un système d'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins
- L'atteinte d'un niveau de qualité sur des critères jugés essentiels et qualifiés de pratiques exigibles prioritaires. La mesure de niveau de qualité
sur des éléments particuliers est un levier d'amélioration de la qualité,
- elle complète l'analyse du système par des mesures de la qualité sur des domaines,
- elle permet de mesurer la cohérence entre la mise en place d'un système d'amélioration et la maîtrise de la qualité sur des points
particuliers,
- elle correspond à une attente des pouvoirs publics et des usagers.
La certification n'établit pas un palmarès des hôpitaux ou cliniques.
Elle ne note pas les professionnels de santé.
Elle ne se substitue pas aux inspections et contrôles de sécurité sanitaire diligentés par la tutelle.
Elle est une certification globale et non une certification de toutes les activités de l'établissement.
Le rapport de certification est transmis à l'autorité de tutelle (Agence Régionale de Santé) et est rendu public. Les contrats pluriannuels d'objectifs et
de moyens signés par les établissements de santé et leur Agence Régionale de Santé définissent des objectifs en matière de qualité et de sécurité
des soins et comportent des engagements d'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins qui font
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
5
2. Les niveaux de certification
La décision de certification peut comporter :
- des recommandations : demandes formulées à l'établissement de progresser dans certains domaines,
- des réserves : constat(s) d'insuffisances dans des domaines,
- des réserves majeures : constat(s) d'insuffisances graves relatives aux exigences de qualité et de sécurité.
Certification
Sans recommandation
La Haute Autorité de Santé encourage l'établissement de santé à
poursuivre la dynamique engagée. La prochaine procédure de
certification est fixée à échéance d'au plus 4 ans.
Certification avec
recommandation(s)
Au moins une recommandation
L'établissement doit mettre en oeuvre les mesures préconisées. Il
en fournit la preuve soit dans le cadre de la procédure en cours
soit en prévision de la prochaine procédure à échéance d'au plus
4 ans.
Certification avec
réserve(s)
Au moins une réserve (et éventuellement des
recommandations)
3 à 12 mois sont laissés à l'établissement pour produire un
rapport de suivi sur les sujets concernés et apporter la preuve
qu'il s'est amélioré sur ces points.
Décision de surseoir Au moins une réserve majeure (et éventuellement des
réserves et des recommandations)
à la Certification =
Réserve(s)
majeure(s)
Non certification
Une décision de non certification est prise dès lors qu'un
établissement fait l'objet de plusieurs réserves majeures
et réserves).
Elle peut également être prise suite à une décision de
surseoir à la certification pour un établissement qui
n'aurait pas amélioré significativement àl'échéance
fixée, les dysfonctionnements
L'établissement n'est pas certifié (d'où la
dénomination « décision de surseoir »). Il ne le sera que s'il
démontre au cours d'une visite de suivi réalisée de 3 à 12 mois
après la visite initiale qu'il a significativement amélioré les points
de dysfonctionnement constatés.
L'établissement n'est pas certifié.
La Haute Autorité de Santé examine avec la
direction de l'établissement et la tutelle régionale, dans quels
délais, il est susceptible de se réengager dans la démarche.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
6
Les décisions et les rapports de certification sont tous rendus publics sur le site internet de la Haute Autorité de Santé, http://www.has-sante.fr. Il
revient aux établissements de santé d'en assurer la plus large publicité en interne et en externe, (notamment par le biais de leur site internet).
L'arrêté du 15 avril 2008 relatif au contenu du livret d'accueil des établissements de santé dispose que le livret d'accueil doit indiquer les conditions
de mise à disposition des personnes hospitalisées d'une information sur les résultats des différentes procédures d'évaluation de la qualité des
soins, dont le rapport de certification.
L'établissement de santé doit également mettre chaque année à disposition du public les indicateurs de qualité et de sécurité des soins recueillis
de manière obligatoire et utilisés dans le cadre de la procédure de certification.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
7
1.PRESENTATION DE L'ETABLISSEMENT
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
8
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE
Adresse : 15 rue gambetta Bp 149
65201 Bagneres De Bigorre HAUTES-PYRENEES
Statut : Public
Type d'établissement : Centre Hospitalier
Type de prise en charge
Nombre de lits
Nombre de places
Nombre de séances
Court séjour
25
0
0
Soins de suite et/ou de réadaptation
209
25
0
Soins de longue durée
36
0
0
Nombre de sites.:
Deux sites :
Site 1 (principal) : 15 rue Gambetta
Site 2 (USLD): route de Toulouse
Activités principales.:
SSR Polyvalent et Spécialisé
Gériatrie
Activités de soins soumises à Activité de médecine
autorisation.:
Activité de soins de suite et de réadaptation
Accueil et traitement des urgences
Activité de long séjour
Secteurs faisant l'objet d'une
reconnaissance externe de
qualité.:
Réorganisation de l'offre de soins
Coopération avec d'autres
établissements.:
Conventions avec :
- Centre Hospitalier de Tarbes
- Centre Hospitalier de Lourdes
- Centre Hospitalier de Lannemezan
- Hopital d'Astugue
Regroupement/Fusion.:
/
Arrêt et fermeture d'activité.:
/
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
9
Réorganisation de l'offre de soins
Création d'activités nouvelles ou
reconversions.:
/
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
10
2.DECISION DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
11
1.Niveau de certification
Au vu des éléments mentionnés dans le présent rapport, issus de la visite sur site, la Haute Autorité de Santé prononce une certification avec
réserves.
Décisions
RESERVE(S)
7.e (Gestion des déchets) .
8.d (Evaluations des risques à priori) .
RECOMMANDATION(S)
8.f (Gestion des évènements indésirables ) .
11.c Court Séjour (Information du patient en cas de dommage lié aux soins) ;11.c Soins de longue durée (Information du patient en cas de
dommage lié aux soins) ;11.c Soins de suite et/ou de réadaptation (Information du patient en cas de dommage lié aux soins) .
14.a Soins de suite et/ou de réadaptation (Gestion du dossier du patient) .
20.a Court Séjour (Management de la prise en charge médicamenteuse du patient) ;20.a Soins de longue durée (Management de la prise en
charge médicamenteuse du patient) ;20.a Soins de suite et/ou de réadaptation (Management de la prise en charge médicamenteuse du patient)
;20.a bis Court Séjour (Prise en charge médicamenteuse du patient) ;20.a bis Soins de longue durée (Prise en charge médicamenteuse du
patient) ;20.a bis Soins de suite et/ou de réadaptation (Prise en charge médicamenteuse du patient) ;20.b Court Séjour (Prescription
médicamenteuse chez le sujet âgé) ;20.b Soins de longue durée (Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé) ;20.b Soins de suite et/ou de
réadaptation (Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé) .
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
12
2.Bilan des contrôles de sécurité sanitaire
Compte tenu des informations issues des contrôles et inspections réalisés au sein de l'établissement inscrites dans le volet Sécurité Sanitaire
de la fiche interface HAS/ARS, la Haute Autorité de Santé demande à l'établissement de finaliser sa mise en conformité sur:
- Circuit du médicament,
- Hygiène alimentaire et eau d'alimentation,
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
13
3.Participation au recueil des indicateurs généralisés par la Haute Autorité de Santé
La participation de l'établissement au recueil des indicateurs de la Haute Autorité de Santé est effective.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
14
4. Critères investigués lors de la visite de certification
La visite de certification s'est déroulée du 05/02/2013 au 08/02/2013.
L’équipe d'Experts Visiteurs a investigué les critères suivants :
MANAGEMENT STRATÉGIQUE
1.b, 1.c, 1.e, 1.f, 2.e
MANAGEMENT DES RESSOURCES
4.a, 5.a, 6.a, 6.f, 7.c, 7.e
MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS
8.a, 8.d, 8.e, 8.f, 8.g, 8.h, 8.k, 9.a
DROITS ET PLACE DES PATIENTS
10.a Soins de suite et/ou de réadaptation, 10.b Soins de longue durée, 10.e Soins de longue durée, 11.a Soins de suite et/ou de réadaptation, 11.b
Court Séjour, 11.c Soins de longue durée, 11.c Soins de suite et/ou de réadaptation, 11.c Court Séjour, 12.a Soins de longue durée, 12.a Soins de
suite et/ou de réadaptation, 12.a Court Séjour, 13.a Court Séjour, 13.a Soins de longue durée, 13.a Soins de suite et/ou de réadaptation
GESTION DES DONNÉES DU PATIENT
14.a Court Séjour, 14.a Soins de longue durée, 14.a Soins de suite et/ou de réadaptation, 14.b Soins de suite et/ou de réadaptation, 14.b Court
Séjour, 14.b Soins de longue durée, 15.a Soins de longue durée, 15.a Soins de suite et/ou de réadaptation, 15.a Court Séjour
PARCOURS DU PATIENT
19.a Personnes âgées, 19.b Court Séjour, 19.b Soins de longue durée, 19.b Soins de suite et/ou de réadaptation, 20.a Soins de longue durée,
20.a Soins de suite et/ou de réadaptation, 20.a Court Séjour, 20.a bis Soins de longue durée, 20.a bis Soins de suite et/ou de réadaptation, 20.a
bis Court Séjour, 20.b Court Séjour, 20.b Soins de longue durée, 20.b Soins de suite et/ou de réadaptation, 22.a Soins de suite et/ou de
réadaptation, 24.a Soins de longue durée, 24.a Soins de suite et/ou de réadaptation, 24.a Court Séjour
PRISES EN CHARGE SPÉCIFIQUES
25.a
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
15
EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES
28.a, 28.b, 28.c
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
16
5.Suvi de la décision
L'établissement devra produire un rapport de suivi dans un délai de 12 mois sur l'ensemble de ses réserves. L'établissement a la possibilité de
lever tout ou partie de ses recommandations par le biais de ce rapport de suivi. S'il ne souhaite pas ou n'a pas la possibilité de lever les
recommandations dont il fait l'objet, il devra fournir dans le même délai à la Haute Autorité de Santé un plan d'actions avec échéancier.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
17
3.PRESENTATION GRAPHIQUE DES RESULTATS
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
18
Les synthèses graphiques présentées dans le rapport de certification permettent une représentation visuelle des scores obtenus par
l'établissement au regard des critères du manuel de certification.
Trois représentations graphiques permettent d'apprécier le positionnement de l'établissement :
Ensemble des thématiques du manuel
Les critères du manuel de certification sont organisés selon huit parties qui décrivent le management de l'établissement et la prise en charge du
patient :
- Management stratégique,
- Management des ressources,
- Management de la qualité et de la sécurité des soins,
- Droits et place des patients,
- Gestion des données du patient,
- Parcours du patient,
- Prises en charge spécifiques,
- Évaluation des pratiques professionnelles,
Ces parties constituent les thématiques qui ont été retenues pour construire un graphique en radar sur la base du score moyen obtenu par
l'établissement pour chacune de ces thématiques.
Lorsque le score atteint 90%, la thématique concernée est signalée comme un point fort de l'établissement.
Pratiques exigibles prioritaires
Afin de renforcer l'effet levier sur la qualité et la sécurité des soins de la certification, des Pratiques Exigibles Prioritaires sont introduites dans le
manuel de certification. Ces Pratiques Exigibles Prioritaires sont des critères pour lesquels des attentes particulièrement signalées sont
exprimées. L'étude par l'équipe d'experts-visiteurs du positionnement de l'établissement au regard de ces exigences est systématique et
bénéficie d'une approche standardisée. La sélection de ces pratiques est fondée sur l'identification de sujets jugés fondamentaux pour
l'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, par la HAS, les parties prenantes et les experts nationaux et internationaux ainsi que sur
la capacité de la certification à générer des changements sur ces sujets.
La non-atteinte d'un niveau de conformité important sur ces exigences conduit systématiquement à une décision de certification péjorative voire
à une non-certification.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
19
Ces pratiques exigibles prioritaires concernent les critères suivants :
-Politique et organisation de l'évaluation des pratiques professionnelles (1.f)
-Gestion des fonctions logistiques au domicile (6.g)
-Programme d'amélioration de la qualité et de sécurité des soins (8.a)
-Gestion des évènements indésirables (8.f)
-Maîtrise du risque infectieux (8.g)
-Système de gestion des plaintes et des réclamations (9.a)
-Prise en charge de la douleur (12.a)
-Prise en charge et droits des patients en fin de vie (13.a)
-Gestion du dossier du patient (14.a)
-Accès du patient à son dossier (14.b)
-Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge (15.a)
-Prise en charge somatique des patients (17.b)
-Management de la prise en charge médicamenteuse du patient (20.a)
-Prise en charge médicamenteuse du patient (20.a bis)
-Prise en charge des urgences et des soins non programmés (25.a)
-Organisation du bloc opératoire (26.a)
-Organisation des autres secteurs
Le graphique en radar est construit en reportant, pour chacune des pratiques exigibles prioritaires, le score obtenu par l'établissement.
Critères sélectionnés par les représentants des usagers
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
20
Le troisième graphique présente, sous forme d'histogramme, les scores obtenus sur des critères sélectionnés par les représentants des
associations d'usagers comme répondant à des attentes prioritaires en matière de prise en charge du patient :
- Prévention de la maltraitance et promotion de la bientraitance (10a),
- Respect de la dignité et de l'intimité du patient (10b),
- Respect de la confidentialité des informations relatives au patient (10c),
- Accueil et accompagnement de l'entourage (10d),
- Information du patient sur son état de santé et les soins proposés (11a),
- Consentement et participation du patient (11b),
- Information du patient en cas de dommage lié aux soins (11c),
- Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge (15a),
- Évaluation initiale et continue de l'état de santé du patient et projet de soins personnalisé (17a),
- Continuité et coordination de la prise en charge des patients (18a),
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
21
1. Le positionnement de l'établissement sur l'ensemble des thématiques
Les libellés des points fort (> 90%) sont en rouge.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
22
2. Le positionnement de l'établissement sur les Pratiques Exigibles Prioritaires
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
23
3. Regard patient
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
24
4.SUIVI DES PRECEDENTES DECISIONS DE LA HAUTE AUTORITE
DE SANTE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
25
Libellé de la décision
V2/V2007
Niveau de la
décision
V2/V2007
APPRECIATION DES EXPERTS-VISITEURS
Suivi de la décision
oui/non/en cours
Commentaires
21a MCO (La confidentialité des
informations relatives au patient est
garantie.) ; 21a SSR (La confidentialité
des informations relatives au patient est
garantie.) ; 21a SLD (La confidentialité
des informations relatives au patient est
garantie.).
Type 1
En cours
L’établissement a augmenté le nombre de chambres
individuelles sur le secteur SSR de médecine physique et de
réadaptation. Le développement du nombre de chambres
individuelles est intégré dans le projet de restructuration des
bâtiments. Ce projet est budgété et en cours de finalisation. Il
persiste 28% de chambres doubles actuellement dans ce
secteur. Pour les secteurs MCO et SLD, la confidentialité des
informations relatives aux patients est garantie.
Des aménagements et l'acquisition de matériels concourent à
favoriser la confidentialité (claustra dans le service des entrées,
paravents, lignes de confidentialité..).
Les professionnels sont sensibilisés au respect de la
confidentialité par l'intermédiaire de réunions de service et
d'articles dans le journal interne.
27b MCO (La prise en charge des
urgences vitales survenant au sein de
l'établissement est assurée.) ; 27b SSR
(La prise en charge des urgences vitales
survenant au sein de l'établissement est
assurée.) ; 27b SLD (La prise en charge
des urgences vitales survenant au sein
de l'établissement est assurée.).
Type 1
Oui
La procédure de prise en charge des urgences vitales est
formalisée et a été réactualisée en décembre 2011. Elle est
connue des professionnels.
L’établissement poursuit le déploiement de la formation aux
gestes d'urgence pour l’ensemble du personnel. Cette formation
intègre la connaissance des défibrillateurs installés dans
l’établissement et des chariots d'urgence.
Les affichages relatifs aux défibrillateurs sont en place
conformément à la réglementation.
Les chariots d’urgence disposent d’une fermeture sertie et sont
contrôlés de façon régulière.
En cours
L'ensemble des unités de soins sont informatisées au niveau
circuit du médicament.
Les modalités, de la sécurisation de la dispensation des
médicaments, sont assurées en grande partie. Le transport des
médicaments stupéfiants est réalisé dans des boîtes
31b MCO (Les conditions de dispensation Type 1
des médicaments sont maîtrisées.) ; 31b
SSR (Les conditions de dispensation des
médicaments sont maîtrisées.) ; 31b SLD
(Les
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
26
Libellé de la décision
V2/V2007
Niveau de la
décision
V2/V2007
APPRECIATION DES EXPERTS-VISITEURS
Suivi de la décision
oui/non/en cours
conditions de dispensation des
médicaments sont maîtrisées.).
44c (Une évaluation du système
d'information est mise en oeuvre.).
Commentaires
sécurisées. Le transport des médicaments est réalisé dans des
containers dédiés, scellés pour les transport vers le site de
Castelmouly et non scellés pour les transferts entre la
pharmacie et les services sur le site de Bagnères. Le circuit du
médicament ne bénéficie pas d'une formalisation complète, y
compris pour la dispensation.
Type 1
Oui
Un schéma directeur des systèmes d'information est formalisé.
L’établissement a évalué le schéma directeur des systèmes
d’information. Une enquête de satisfaction a été menée en juin
2012. Le nouveau schéma directeur du système d’information,
en cours de réalisation fixera les futures orientations
stratégiques.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
27
5.CONSTATS ET COTATION PAR CRITERES
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
28
CHAPITRE 1: MANAGEMENT DE L'ÉTABLISSEMENT
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
29
PARTIE 1. MANAGEMENT STRATÉGIQUE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
30
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.a
Valeurs, missions et stratégie de l'établissement
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les orientations stratégiques sont élaborées en
concertation avec les parties prenantes en interne et en
externe.
Oui
La stratégie de l'établissement prend en compte les
besoins de la population définis dans les schémas de
planification sanitaire et, le cas échéant, le projet
médical de territoire.
Les valeurs et les missions de l'établissement sont
déclinées dans les orientations stratégiques.
E2 Mettre en oeuvre
Les différentes politiques (ressources humaines,
système d'information, qualité et sécurité des soins,
etc.) sont déclinées en cohérence avec les orientations
stratégiques.
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
31
L'établissement met en place des partenariats, en
cohérence avec les schémas de planification sanitaire,
le projet médical de territoire et les orientations
stratégiques.
Les valeurs et les missions de l'établissement sont
communiquées au public et aux professionnels.
E3 Evaluer et améliorer
La mise en œuvre des orientations stratégiques fait
l'objet d'un suivi et d'une révision périodique.
L'établissement fait évoluer ses partenariats sur la base
des évaluations réalisées.
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Oui
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
32
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.b
Engagement dans le développement durable
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un diagnostic développement durable a été établi par
l'établissement.
Un volet « Développement durable » est intégré dans
les orientations stratégiques.
E2 Mettre en oeuvre
La stratégie liée au développement durable est déclinée
dans un programme pluriannuel.
Le personnel est sensibilisé au développement durable
et informé des objectifs de l'établissement.
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
33
L'établissement communique ses objectifs de
développement durable aux acteurs sociaux, culturels et
économiques locaux.
Le développement durable est pris en compte en cas
d'opérations de construction ou de réhabilitation.
E3 Evaluer et améliorer
Le programme pluriannuel fait l'objet d'un suivi et de
réajustements réguliers.
Partiellement
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
34
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.c
Démarche éthique
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les professionnels ont accès à des ressources
(structures de réflexion ou d'aide à la décision, internes
ou externes à l'établissement, documentation,
formations, etc.) en matière d'éthique.
En grande partie
Les projets de l'établissement prennent en compte la
dimension éthique de la prise en charge.
E2 Mettre en oeuvre
Les professionnels de l'établissement de santé sont
sensibilisés à la réflexion éthique.
Les questions éthiques se posant au sein de
l'établissement sont traitées.
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
35
E3 Evaluer et améliorer
Un état des lieux des questions éthiques liées aux
activités de l'établissement est réalisé.
Réponses aux EA
Constats
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
36
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.d
Politique des droits des patients
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le respect des droits des patients est inscrit dans les
orientations stratégiques de l'établissement.
E2 Mettre en oeuvre
Les patients sont informés de leurs droits et des
missions de la commission des relations avec les
usagers et de la qualité de la prise en charge (CRU).
Des formations sur les droits des patients, destinées
aux professionnels, sont organisées.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
37
Des actions d'évaluation et d'amélioration en matière de
respect des droits des patients sont mises en œuvre
dans chaque secteur d'activité, en lien avec la CRU.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
38
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.e
Politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité
des soins est intégrée dans les orientations
stratégiques.
L'instance délibérante statue au moins une fois par an
sur cette politique.
E2 Mettre en oeuvre
La politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité
des soins est diffusée dans l'établissement.
En grande partie
Constats
L'établissement n'a pas mis à jour son projet d'établissement mais
il a formalisé ses orientations stratégiques. Celles-ci font référence
à l'animation, la participation aux démarches qualité et mobilisation
des acteurs dans la mise en oeuvre de la politique qualité et
gestion des risques. Cependant, les axes prioritaires de la
politique qualité et gestion des risques ne sont pas repris dans les
orientations stratégiques.
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
39
Des objectifs et des indicateurs, validés par la direction,
sont déclinés à l'échelle de l'établissement et par
secteur d'activité.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité
des soins est révisée à périodicité définie, en fonction
des résultats obtenus et sur la base du rapport de la
CRU.
En grande partie
Constats
La politique d'amélioration continue de la qualité et de la sécurité
des soins a été actualisée dans la cadre de la préparation de la
certification HAS. Un programme d'actions a été formalisé et suivi
pour la CRU en 2012 et est prévu pour 2013. Cependant, il n'a pas
été prévu les modalités d'évolution de la politique en fonction du
rapport de la CRU.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
40
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.f
Politique et organisation de l'évaluation des pratiques professionnelles
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement a défini sa stratégie de développement de l'EPP
dans le projet d'établissement 2006-2009. En janvier 2012, il a
réécrit et validé sa politique d'EPP. Celle-ci détermine les objectifs
et les plans d'actions de chaque EPP. Elle est intégrée au
programme qualité et sécurité des soins.
La stratégie de développement de l'EPP est inscrite
dans la politique d'amélioration de la qualité et de la
sécurité des soins.
Une concertation entre les professionnels du soin et les
gestionnaires sur la stratégie de l'EPP est en place.
Les missions et les responsabilités sont définies afin
d'organiser le développement de l'EPP dans tous les
secteurs d'activité clinique ou médico-technique.
E2 Mettre en oeuvre
Oui
Oui
Un dispositif de concertation entre les professionnels de santé et
les gestionnaires est en place. Il s'appuie sur le comité technique
(CTCME) de la CME, qui comprend le président de la CME, la
directrice des soins, la coordonnatrice de la gestion des risques
associés aux soins, la gestionnaire des risques et la qualiticienne.
La concertation est réalisée au minimum trois fois par an.
Les missions et les responsabilités relatives à l'organisation, la
coordination, l'accompagnement et le suivi des EPP sont définies.
Au terme des réunions des sous-commissions de la CME, et des
réunions de pôle, des référents sont désignés pour chaque EPP.
L'avancement et le suivi des EPP sont régulièrement présentés à
la CME, la CSIRMT et le directoire.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
41
Un accompagnement des professionnels est réalisé
pour la mise en œuvre de l'EPP.
L'établissement suit l'état d'avancement et l'impact de
ses démarches d'EPP.
Les professionnels sont informés de la stratégie de
l'établissement en matière de développement de l'EPP
et des résultats obtenus.
E3 Evaluer et améliorer
L'établissement rend compte de ses démarches EPP
devant ses instances.
La stratégie de développement de l'EPP est révisée à
périodicité définie, en fonction des résultats obtenus.
Oui
La mise en oeuvre des EPP est réalisée par un groupe de travail
constitué du référent, de l'encadrement, ainsi que de la
gestionnaire des risques et de la qualiticienne qui réalisent un
accompagnement méthodologique.
En grande partie
Le CTCME (comité technique de la CME) suit l'avancement des
différentes EPP. Dans cette instance, le tableau de suivi est
présenté trois fois par an par les référents. Cependant, il n'est pas
procédé à la mesure d'impact de ces démarches.
Partiellement
Les professionnels sont informés de diverses façons : des
classeurs de certification figurent dans tous les services et
abordent la stratégie de développement des EPP. Les démarches
sont présentées aux instances. Les informations sont publiées sur
le journal interne. Cependant, le dispositif d'information n'est pas
structuré et ne communique pas sur les résultats obtenus.
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'information concernant les démarches des EPP est portées
devant les pôles (trois fois par an), et annuellement devant la
CME, la CSIRMT et le directoire.
Oui
Les groupes EPP analysent avec le CTCME l'avancement des
EPP dans les pôles trois fois par an, et la stratégie des EPP est
révisée annuellement par la CME.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
42
Référence 1: La stratégie de l'établissement
Critère 1.g
Développement d'une culture qualité et sécurité
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement a défini une stratégie concourant à
sensibiliser et à impliquer les professionnels dans les
démarches qualité et sécurité des soins.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les professionnels sont périodiquement informés sur la
mise en œuvre et l'évolution de la politique
d'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.
En grande partie
Des activités sont organisées au cours desquelles les
thèmes qualité et sécurité sont abordés (réunions,
forums, séminaires, journées dédiées, actions de
sensibilisation des patients, etc.).
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
43
La direction et le président de la CME suivent le
développement de la culture qualité et sécurité dans
l'établissement.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
44
Référence 2: L'organisation et les modalités de pilotage interne
Critère 2.a
Direction et encadrement des secteurs d'activités
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les organigrammes de l'établissement et des différents
secteurs d'activité sont définis.
Constats
Oui
Les circuits de décision et de délégation sont définis.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Les organigrammes et l'information relative aux circuits
de décision et de délégation sont diffusés auprès des
professionnels.
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
45
Les organigrammes et les circuits de décision et de
délégation sont révisés à périodicité définie.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
46
Référence 2: L'organisation et les modalités de pilotage interne
Critère 2.b
Implication des usagers, de leurs représentants et des associations
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La représentation des usagers au sein de
l'établissement est organisée.
Une politique de coopération avec les acteurs
associatifs est définie.
Un dispositif de recueil des attentes des usagers est
organisé.
Constats
Oui
Oui
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les représentants d'usagers participent à l'élaboration
et à la mise en œuvre de la politique d'amélioration de
la qualité et de la sécurité des soins, notamment dans le
cadre de la CRU.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
47
L'intervention des associations dans les secteurs
d'activité est facilitée.
Oui
Les attentes des usagers sont prises en compte lors de
l'élaboration des projets de secteurs d'activité ou
d'établissement.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Le dispositif de participation des usagers est évalué et
amélioré.
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
48
Référence 2: L'organisation et les modalités de pilotage interne
Critère 2.c
Fonctionnement des instances
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les instances consultatives et délibérantes sont réunies
à périodicité définie, et saisies sur toutes les questions
qui relèvent de leurs compétences.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les ordres du jour et procès-verbaux des instances sont
communiqués au sein de l'établissement.
Les instances sont informées des suites données à
leurs avis et décisions.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
49
Le fonctionnement des instances est évalué (bilan,
programme d'actions, suivi des actions, etc.).
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
50
Référence 2: L'organisation et les modalités de pilotage interne
Critère 2.d
Dialogue social et implication des personnels
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La concertation avec les partenaires sociaux est
organisée.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions, favorisant l'implication et l'expression du
personnel, sont mises en œuvre au sein des secteurs
d'activité.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Le dialogue social est évalué à périodicité définie.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
51
Référence 2: L'organisation et les modalités de pilotage interne
Critère 2.e
Indicateurs, tableaux de bord et pilotage de l'établissement
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les tableaux de bord comprennent des indicateurs
d'activité, de ressources et de qualité adaptés à la
conduite du projet d'établissement.
Oui
L'établissement a défini une stratégie de communication
des résultats des indicateurs et des tableaux de bord
aux professionnels et aux usagers.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les tableaux de bord sont examinés au sein des
instances et réunions de direction de l'établissement et
des secteurs d'activité.
Les résultats des indicateurs de qualité et de sécurité
des soins nationaux généralisés sont diffusés aux
professionnels concernés, et rendus publics par
l'établissement de santé.
Constats
Constats
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
52
E3 Evaluer et améliorer
La stratégie de l'établissement est ajustée en fonction
du suivi.
L'établissement analyse et compare ses résultats à
ceux d'autres structures similaires (comparaisons
externe et interne).
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
53
PARTIE 2. MANAGEMENT DES RESSOURCES
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
54
Référence 3: La gestion des ressources humaines
Critère 3.a
Management des emplois et des compétences
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les besoins en compétences et effectifs sont identifiés
par secteur d'activité.
Une politique de gestion des emplois et des
compétences est définie dans les différents secteurs
d'activité en lien avec les orientations stratégiques.
Les compétences spécifiques pour les activités à
risques ou innovantes sont identifiées.
E2 Mettre en oeuvre
Des dispositions sont mises en œuvre afin d'assurer la
qualité et la sécurité de la prise en charge du patient,
dans les cas où les effectifs nécessaires ne sont pas
présents.
Constats
Oui
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
55
L'évaluation périodique du personnel est mise en
œuvre.
Oui
Un plan de formation est mis en œuvre.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
L'adéquation quantitative et qualitative des ressources
humaines est régulièrement évaluée, et réajustée en
fonction de l'activité et de l'évolution des prises en
charge.
En grande partie
Le dispositif de gestion des compétences est réajusté
en fonction de l'atteinte des objectifs des secteurs et de
l'évolution des activités, notamment en cas d'innovation
diagnostique et thérapeutique.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
56
Référence 3: La gestion des ressources humaines
Critère 3.b
Intégration des nouveaux arrivants
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
L'intégration de tout nouvel arrivant est organisée.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Tout nouvel arrivant reçoit une information sur
l'établissement et son futur secteur d'activité, lui
permettant l'exercice de sa fonction.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de l'efficacité des mesures d'intégration
donne lieu à des actions d'amélioration.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
57
Référence 3: La gestion des ressources humaines
Critère 3.c
Santé et sécurité au travail
Le CHSCT est obligatoire dans tous les établissements publics et privés d'au moins cinquante salariés. En dessous de cinquante salariés, les missions du CHSCT sont assurées
par les délégués du personnel.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les risques professionnels sont identifiés à périodicité
définie.
Constats
Partiellement
Le document unique est établi.
Oui
Un plan d'amélioration des conditions de travail est
défini.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions de prévention des risques sont mises en
œuvre en collaboration avec le CHSCT et le service de
santé au travail.
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
58
Des actions d'amélioration des conditions de travail sont
mises en œuvre.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Le programme de prévention des risques et le
document unique sont évalués à périodicité définie, sur
la base du bilan du service de santé au travail, du
CHSCT, des déclarations d'accidents du travail et
d'événements indésirables.
Partiellement
Ces évaluations donnent lieu à des actions
d'amélioration.
Constats
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
59
Référence 3: La gestion des ressources humaines
Critère 3.d
Qualité de vie au travail
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La qualité de vie au travail fait partie des orientations
stratégiques de l'établissement.
Un plan d'amélioration de la qualité de vie au travail est
défini.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions d'amélioration de la qualité de vie au travail
sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
60
Les actions d'amélioration de la qualité de vie au travail
sont évaluées.
Partiellement
La satisfaction du personnel est évaluée.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
61
Référence 4: La gestion des ressources financières
Critère 4.a
Gestion budgétaire
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement décline en interne des objectifs
prévisionnels de dépenses et, s'il y a lieu, de recettes,
selon une procédure formalisée.
Oui
Ces objectifs tiennent compte des engagements pris
dans les contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens
(CPOM).
Oui
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement conduit une analyse des coûts dans le
cadre de ses procédures de responsabilisation
budgétaire interne.
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Constats
Partiellement
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
62
Les objectifs prévisionnels de dépenses et de recettes
sont suivis infra-annuellement et donnent lieu, si
nécessaire, à des décisions de réajustement.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
63
Référence 4: La gestion des ressources financières
Critère 4.b
Amélioration de l'efficience
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement fixe chaque année des objectifs
d'amélioration de l'efficience de ses organisations.
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement conduit des études ou des audits sur
ses principaux processus de production.
E3 Evaluer et améliorer
Les résultats des études ou des audits donnent lieu à la
mise en œuvre d'actions d'amélioration.
Constats
Non
Réponses aux EA
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
64
Référence 5: Le système d'information
Critère 5.a
Système d'information
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un schéma directeur du système d'information est
défini, en cohérence avec les orientations stratégiques,
et en prenant en compte les besoins des utilisateurs.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Le système d'information facilite l'accès en temps utile à
des informations valides.
Le système d'information aide les professionnels dans
leur processus de décision.
E3 Evaluer et améliorer
En grande partie
Constats
Constats
Le système d'information, lié au dossier patient sur le secteur SSR
de médecine physique et de réadaptation, ne permet pas un accès
en temps utile aux informations nécessaires à la prise en charge
du patient, d'un dossier patient fractionné en plusieurs parties (un
"sous-dossier" différent pour chaque rééducateur, un dossier de
soins infirmier, un dossier médical) localisées dans des endroits
différents.
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
65
Le système d'information est évalué, et fait l'objet
d'actions d'amélioration.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
66
Référence 5: Le système d'information
Critère 5.b
Sécurité du système d'information
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La sécurité des données est organisée (définition des
responsabilités, formalisation et diffusion des
procédures, etc.).
E2 Mettre en oeuvre
Il existe un plan de reprise permettant d'assurer la
continuité des activités en cas de panne.
E3 Evaluer et améliorer
Le dispositif de sécurité du système d'information est
évalué, et fait l'objet d'actions d'amélioration.
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
67
Référence 5: Le système d'information
Critère 5.c
Gestion documentaire
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Un dispositif de gestion documentaire est en place.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Le dispositif est connu des professionnels.
En grande partie
Les professionnels ont accès aux documents qui les
concernent.
Le système de mise à jour des documents est
opérationnel.
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
68
E3 Evaluer et améliorer
Le dispositif est évalué, et fait l'objet d'actions
d'amélioration.
Réponses aux EA
Constats
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
69
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.a
Sécurité des biens et des personnes
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les situations mettant en jeu la sécurité des biens et
des personnes sont identifiées.
Les responsabilités en matière de sécurité des biens et
des personnes sont définies.
Constats
Oui
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les situations identifiées font l'objet de dispositifs de
sécurité adaptés (installations, équipements, consignes,
sensibilisation et formation).
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
Constats
70
Le niveau de sécurité des biens et des personnes est
évalué, et des actions d'amélioration sont mises en
œuvre.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
71
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.b
Gestion des infrastructures et des équipements (hors dispositifs médicaux)
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La maintenance curative des équipements et des
infrastructures est organisée.
L'établissement dispose d'un programme de
maintenance.
Partiellement
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les opérations de maintenance curative et préventive
assurées en interne et par des sociétés extérieures sont
tracées, et permettent un suivi des opérations.
En grande partie
Le dépannage d'urgence des équipements et des
infrastructures est opérationnel.
Constats
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
72
E3 Evaluer et améliorer
Le programme de maintenance est évalué et révisé à
périodicité définie.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
73
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.c
Qualité de la restauration
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Il existe une organisation permettant, dès l'admission du
patient, de recueillir ses préférences alimentaires.
Les attentes des professionnels en matière de
restauration sont recueillies.
E2 Mettre en oeuvre
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Les préférences des patients sont prises en compte.
En grande partie
Des solutions de restauration sont proposées aux
accompagnants.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
74
E3 Evaluer et améliorer
La satisfaction des consommateurs concernant la
prestation restauration est évaluée, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
75
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.d
Gestion du linge
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Le circuit du linge est défini.
Oui
Les besoins par secteur sont quantifiés, et incluent les
demandes en urgence.
E2 Mettre en oeuvre
La gestion du linge assure le respect des règles
d'hygiène.
Les approvisionnements correspondent aux besoins
des secteurs.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
76
Des contrôles bactériologiques et visuels du linge sont
réalisés.
E3 Evaluer et améliorer
La satisfaction sur la qualité du linge fourni au patient
est évaluée à périodicité définie, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
77
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.e
Fonction transport des patients
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La fonction transport des patients est organisée, y
compris en cas de sous-traitance.
E2 Mettre en oeuvre
Les transports respectent les exigences d'hygiène et de
sécurité.
Les transports sont réalisés dans le respect de la
dignité, de la confidentialité et du confort du patient.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
78
La mesure de la satisfaction et les délais d'attente
relatifs à la fonction transport (interne et externe) des
patients sont évalués à périodicité définie, et des
actions d'amélioration sont mises en œuvre.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
79
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.f
Achats écoresponsables et approvisionnements
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les besoins des secteurs d'activité sont évalués sur les
plans quantitatif et qualitatif, en associant les
utilisateurs.
Oui
La politique d'achat et de relation avec les fournisseurs
prend en compte les principes applicables à un achat
écoresponsable.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Les secteurs d'activité utilisateurs sont approvisionnés à
périodicité définie et en cas d'urgence.
L'établissement amorce une démarche d'achat
écoresponsable pour certains produits ou services.
Réponses aux EA
Constats
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
80
E3 Evaluer et améliorer
Des outils de suivi et d'évaluation de la politique d'achat
sont mis en place.
Réponses aux EA
Constats
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
81
Référence 6: La gestion des fonctions logistiques et des infrastructures
Critère 6.g
Gestion des fonctions logistiques au domicile
Ce critère est applicable uniquement à la prise en charge en HAD.
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement de santé détermine un processus
permettant la mise à disposition des matériels médicaux
adaptés aux besoins des patients.
En cas de rupture d'un produit, des solutions de
substitution sont prévues.
Les modalités de transport des différents matériels et
médicaments sont formalisées.
En cas de prestation extérieure, une convention de
collaboration est formalisée.
NA
NA
NA
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
82
Pour les équipements majeurs (susceptibles de mettre
en danger la vie du patient en cas de
dysfonctionnement), une maintenance 24 heures/24 et
7 jours/7 est organisée.
Pour les patients à haut risque vital, l'HAD s'assure de
leur signalement à « Electricité Réseau Distribution
France ».
E2 Mettre en oeuvre
Le matériel délivré est conforme à la commande, et
adapté à la prise en charge.
NA
NA
NA
NA
E3 Evaluer et améliorer
Les différents processus logistiques (internes ou
externes) sont évalués, et des actions d'amélioration
sont mises en œuvre.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
L'approvisionnement en urgence du patient est assuré.
L'établissement s'assure que les locaux de stockage
sont adaptés et entretenus, conformément à la
réglementation.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
NA
La maintenance 24 heures/24 et 7 jours/7 est évaluée.
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
83
La satisfaction du patient relative aux fonctions
logistiques à son domicile est évaluée à périodicité
définie, et conduit à des actions d'amélioration.
La satisfaction des intervenants au domicile, en lien
avec les fonctions logistiques, est évaluée à périodicité
définie, et conduit à des actions d'amélioration.
NA
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
84
Référence 7: La qualité et la sécurité de l'environnement
Critère 7.a
Gestion de l'eau
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une démarche globale de gestion de la qualité de l'eau
est définie, et validée par l'EOH ou le CLIN (ou
équivalent).
La nature des effluents et les risques qu'ils génèrent
sont identifiés.
E2 Mettre en oeuvre
Un plan de maintenance préventive et curative des
installations, élaboré avec l'EOH ou le CLIN (ou
équivalent), est mis en œuvre.
Des contrôles périodiques de l'eau sont menés en lien
avec l'EOH ou le CLIN (ou équivalent), et tracés.
Constats
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
85
Un suivi des postes de consommation d'eau est assuré.
En grande partie
Un suivi des différents types de rejet est assuré.
Partiellement
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
86
Référence 7: La qualité et la sécurité de l'environnement
Critère 7.b
Gestion de l'air
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une politique est définie en vue d'assurer la maîtrise du
risque infectieux dans les zones à environnement
maîtrisé.
L'établissement est engagé dans la réduction des
émissions atmosphériques globales.
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
En grande partie
Des dispositions sont prévues en cas de travaux.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Un plan et des procédures de surveillance et de
maintenance de la qualité de l'air, en concertation avec
l'EOH ou la CME et le CHSCT, sont mis en œuvre.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
87
La traçabilité des différentes interventions est assurée.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Les paramètres de la qualité de l'air font l'objet d'un
suivi périodique.
Réponses aux EA
Constats
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
88
Référence 7: La qualité et la sécurité de l'environnement
Critère 7.c
Gestion de l'énergie
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Un diagnostic énergétique est réalisé.
Oui
Une politique de maîtrise des consommations et des
dépenses d'énergie est définie.
E2 Mettre en oeuvre
Un plan de maintenance des installations est mis en
œuvre.
Un programme d'actions hiérarchisées de maîtrise de
l'énergie est mis en œuvre.
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
89
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Un suivi périodique est réalisé.
En grande partie
Une réflexion sur l'utilisation des sources d'énergie
renouvelable est engagée.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
90
Référence 7: La qualité et la sécurité de l'environnement
Critère 7.d
Hygiène des locaux
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les actions à mettre en œuvre afin d'assurer l'hygiène
des locaux et leurs modalités de traçabilité sont définies
avec l'EOH ou la CME.
Oui
En cas de sous-traitance, un cahier des charges définit
les engagements sur la qualité des prestations.
Les responsabilités sont identifiées, et les missions sont
définies.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions de sensibilisation et de formation
périodiques sont menées.
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
91
Les procédures en matière d'hygiène des locaux sont
mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Des évaluations à périodicité définie sont organisées
avec l'EOH ou la CME.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
92
Référence 7: La qualité et la sécurité de l'environnement
Critère 7.e
Gestion des déchets
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement a catégorisé et quantifié sa production
de déchets et d'effluents.
La politique en matière de déchets est définie en
concertation avec les instances concernées.
Constats
En grande partie
Partiellement
Les procédures de gestion des déchets sont établies.
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Le tri des déchets est réalisé.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
93
Des actions de sensibilisation ou de formation des
professionnels sont organisées.
Le patient et son entourage sont informés des risques
liés aux déchets d'activités de soins à risques infectieux.
Des mesures de protection du personnel sont mises en
application pour la collecte et l'élimination des déchets.
E3 Evaluer et améliorer
Les dysfonctionnements en matière d'élimination des
déchets sont identifiés et analysés.
En grande partie
NA
Partiellement
Des actions d'information sont réalisées dans les services par
l'infirmière hygiéniste et le responsable de la gestion des déchets.
La formation des nouveaux arrivants intègre une présentation des
dispositions définies sur la gestion des déchets, et un livret
d'information est remis aux participants. La formation réalisée pour
les professionnels en poste sur les transmissions croisées
n'intègre pas les mêmes informations, et le livret n'est pas diffusé
à ces professionnels.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Des mesures de protection sont définies, affichées dans les
services et mises en application des professionnels (tenue, gants
et matériels). Les locaux des déchets sont organisés et
entretenus. Cependant, lors de la visite, les locaux à déchets des
services n'étaient pas identifiés ni fermés à clef ainsi que les
locaux de stockage intermédiaires des DASRI sur les deux sites.
De même, l'organisation du fonctionnement du local des déchets
en décroissance n'était totalement structurée. Les sacs des
déchets en décroissance étaient déposés sans ordre précis dans
l'une des neuf poubelles plombées disponibles. Au moment de la
visite, l'organisation a été revue afin de rassembler les déchets de
la même semaine dans la même poubelle, afin d'éviter les
manipulations inutiles de ces sacs de déchets. L'établissement a
intégré dans son plan d'actions 2013 une relocalisation de ce local.
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
Lors de la visite, il a été constaté que les dysfonctionnements
étaient déclarés et analysés. Cependant, les déclarations des
dysfonctionnements ne sont pas tous réalisées par le système de
gestion des événements indésirables. Un petit nombre des
dysfonctionnements est
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
94
En grande partie
Des actions d'évaluation et d'amélioration relatives à la
gestion des déchets sont conduites.
L'établissement a identifié les filières locales de
valorisation possible des déchets.
En grande partie
déclaré et traité par mail. Le responsable du service, en regard de
ces EI déclarés par mail, remplit une fiche d'EI lorsque le problème
est récurrent.
Des actions d'amélioration et d'évaluation sont menées sur le
circuit des déchets suite aux dysfonctionnements remontés ou aux
réorganisations des circuits, mais l'ensemble du circuit des
déchets n'a pas fait l'objet d'une évaluation.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
95
PARTIE 3. MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
96
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.a
Programme d'amélioration de la qualité et de sécurité des soins
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un programme d'amélioration de la qualité et de la
sécurité des soins est formalisé.
Ce programme prend en compte l'analyse de la
conformité à la réglementation, les dysfonctionnements,
ainsi que les risques majeurs et récurrents.
En grande partie
En grande partie
Constats
Le programme d'amélioration de la qualité et de la sécurité des
soins comprend les plans d'actions des sous-commissions en lien
avec la CME, et un plan d'actions des actions à mener dans le
cadre du suivi de l'auto-évaluation y est associé.
Cependant, le programme ne regroupe pas l'ensemble des plans
d'actions conduits au niveau de l'établissement en lien avec les
autres groupes de travail ou sur les projets majeurs. Des plans
d'actions ont été formalisés au cours de la visite par le groupe
"Dossier patient" et par le groupe "Gestion du système
d'information".
Le programme d'amélioration de la qualité prend en compte les
actions prévues par les sous-commissions de la CME dans les
domaines de l'hygiène, du médicament, de la lutte contre la
douleur et les soins palliatifs, de l'hémovigilance, des antiinfectieux, de la nutrition, des plaies et cicatrisation, de
l'identitovigilance et par la commission des relations avec les
usagers. Les thématiques dossier patient
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
97
En grande partie
Les activités réalisées dans le cadre du dispositif
d'accréditation des médecins sont prises en compte.
NA
Le programme est soumis aux instances.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Le programme 2012 a été présenté en CME, à la CSMIRT et au
directoire. Le programme d'amélioration de la qualité et de la
sécurité des soins est préparé et conduit par la commission
technique de la CME (CTCME) constituée du président de la CME,
de la directrice des soins et de l'équipe du service qualité/gestion
des risques.
Réponses aux EA
Des plans d'actions d'amélioration de la qualité et de la
sécurité des soins sont mis en œuvre dans les secteurs
d'activité.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Le suivi des plans d'actions des secteurs d'activité est
assuré.
et système d'information ont été formalisées au cours de la visite.
Cependant, le programme ne prend pas en compte les actions
liées à l'ensemble des domaines de la gestion des risques.
En grande partie
Constats
Les plans d'actions intégrés au programme se déclinent pour
partie en actions à mettre en oeuvre en proximité (bracelet
d'identitovigilance, dépistage de la dénutrition, des troubles de la
déglutition, prévention des escarres, utilisation des échelles
d'évaluation de la douleur...).
Suite aux dysfonctionnements déclarés, des actions spécifiques
peuvent également être mises en oeuvre dans les secteurs
d'activité. Pour chaque action, un responsable est identifié et une
échéance est fixée.
Constats
Le suivi des plans d'actions intégrés au programme d'amélioration
de la qualité et de la sécurité des soins est réalisé par chaque
sous-commission de la CME avec l'appui d'un membre de la
commission technique de la CME (CTCME). Les plans d'actions
non intégrés au programme en 2012 n'ont pas fait l'objet d'un suivi
défini et périodique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
98
L'efficacité du programme d'amélioration de la qualité et
de la sécurité des soins est évaluée annuellement.
Le programme est réajusté en fonction des résultats des
évaluations.
En grande partie
En grande partie
L'atteinte des objectifs du programme est évaluée principalement
par l'intermédiaire des résultats du recueil des indicateurs IPAQSS
(obligatoires et internes) et par le suivi des indicateurs intégrés au
tableau de bord de l'établissement. L'établissement n'a pas défini
les modalités d'évaluation de l'efficacité de chaque axe/domaine
du programme.
Les plans d'actions du programme 2012 pour lesquels
l'établissement disposait de résultats d'évaluations, ont été
réajustés pour 2013 par chaque sous-commission.
La commission technique de la CME a participé aux
réajustements. Cependant, il n'y a pas eu d'analyse globale par le
directoire (instance de décision).
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
99
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.b
Fonction de coordination de la gestion des risques associés aux soins
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une fonction de coordination de la gestion des risques
associés aux soins est définie dans l'établissement.
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement assure la mobilisation de toutes les
compétences utiles autour de l'exercice de la
coordination de l'activité de gestion des risques
associés aux soins.
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Les conditions d'exercice de la fonction de coordination
de la gestion des risques associés aux soins sont
évaluées.
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
100
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.c
Obligations légales et réglementaires
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une veille réglementaire est organisée par un
responsable identifié.
Constats
Oui
La direction établit un plan de priorisation des actions à
réaliser à la suite des contrôles internes et externes. Ce
plan prend en compte la parution de nouvelles
exigences réglementaires.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
L'établissement met en œuvre les actions consécutives
aux recommandations issues des contrôles
réglementaires, en fonction du plan de priorisation.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
Constats
101
La direction assure un suivi du traitement des nonconformités.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
102
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.d
Evaluations des risques à priori
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement évalue les risques dans les secteurs
d'activité.
Les risques sont hiérarchisés selon une méthode
définie.
E2 Mettre en oeuvre
En grande partie
Partiellement
Constats
L'établissement a identifié des domaines de risques auxquels il est
confronté principalement à partir des dysfonctionnements
constatés (chutes, fugues, maltraitance, urgences,
identitovigilance...) ou des obligations réglementaires
(radioprotection, balnéothérapie, HACCP en restauration,
prévention des risques professionnels, circuit du médicament...).
L'établissement n'a pas formalisé de document de synthèse sur
l'ensemble des domaines de risques qui le concerne (type
cartographie).
Les risques identifiés à partir des dysfonctionnements sont
hiérarchisés à partir d'une matrice de criticité.
L'établissement n'a pas encore défini de méthodologie d'analyse
de risques a priori.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
103
Des actions de prévention, d'atténuation et de
récupération pour les activités de soins à risques sont
mises en place.
Les professionnels concernés sont formés à l'analyse
des risques a priori.
E3 Evaluer et améliorer
Un suivi de la mise en œuvre de ces actions est réalisé
à périodicité définie.
Partiellement
Partiellement
Des actions de prévention sont développées en lien avec les
domaines de risques identifiés comme sur les chutes, sur la
maltraitance, sur les fugues, sur l'identitovigilance, sur le risque
chimique en balnéothérapie, sur les risques ionisants, sur les
risques sanitaires en restauration...
L'établissement n'ayant pas encore établi de cartographie des
risques de l'ensemble de ses activités, certains domaines de
risques sont en cours d'évaluation (risques du circuit du
médicament) et ne font donc pas encore l'objet d'actions de
prévention.
Le responsable de la gestion des risques, le référent en
radioprotection ainsi que les membres du CHSCT ont été formés
sur les méthodes d'analyse des risques a priori. L'ensemble de
l'équipe gestion des risques et qualité n'a pas encore été formé.
Réponses aux EA
Partiellement
L'analyse de leur efficacité est réalisée.
Constats
Un suivi des actions est mené pour les actions en lien avec les
obligations réglementaires (ex. : mise à jour du document unique
et suivi, HACCP en restauration). Il n'y a pas de traçabilité de
l'ensemble des suivis réalisés. L'établissement n'a pas encore
défini les modalités de suivi de l'ensemble des actions de
prévention mises en oeuvre.
L'établissement n'a pas encore mesuré l'efficacité des actions.
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
104
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.e
Gestion de crise
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Les situations de crise sont identifiées.
En grande partie
Une organisation destinée à faire face aux situations de
crise est mise en place et diffusée à l'ensemble des
professionnels concernés.
Oui
Les plans d'urgence sont établis.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Une cellule de crise est opérationnelle.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
105
Les procédures d'alerte pour les situations de crise et
les plans d'urgence sont opérationnelles.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
L'appropriation des procédures est évaluée à la suite de
la réalisation d'exercices de gestion de crise ou par
d'autres moyens adaptés.
Partiellement
Il existe un système de retour d'expérience suite à ces
exercices.
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
106
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.f
Gestion des évènements indésirables
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation est en place afin d'assurer le
signalement et l'analyse des événements indésirables.
E2 Mettre en oeuvre
Les professionnels sont formés à l'utilisation des
supports de signalement.
Oui
Constats
Un dispositif de gestion des événements indésirables et des
vigilances est structuré et coordonné. La déclaration peut être faite
sur informatique ou sur papier. Des procédures définissent les
différentes étapes de la déclaration au traitement. Une cellule
d'analyse et de suivi des fiches d'événements indésirables
(CASFEID) pluriprofessionnelle se réunit de manière
hebdomadaire. Sa composition est adaptée en fonction des
thèmes traités.
Les modalités de fonctionnement de la CASFEID ont été définies.
Les fiches sont analysées à l'aide d'une matrice de cotation de la
criticité.
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
Des formations ont été organisées sur les modalités de
signalement dans tous les services. Une sensibilisation a
également été refaite lors de la semaine sécurité de novembre
2012. Ces formations ont permis de toucher environ un tiers des
professionnels dont deux tiers des médecins. En complément,
l'encadrement a relayé l'information auprès des agents, et des
rappels sont faits à
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
107
En grande partie
Les professionnels concernés sont formés aux
processus de hiérarchisation et d'analyse des causes.
L'analyse des causes profondes des événements
indésirables graves est réalisée en associant les
acteurs concernés.
E3 Evaluer et améliorer
Des actions correctives sont mises en œuvre à la suite
des analyses.
Les causes profondes des événements indésirables
récurrents font l'objet d'un traitement spécifique à
l'échelle de l'établissement.
Oui
En grande partie
la demande.
Cependant, la culture du signalement n'est pas complètement
acquise et le nombre de déclarations est en baisse depuis deux
ans. L'établissement conscient de la baisse du nombre de FEI, a
mis en place une charte de non punition pour favoriser les
déclarations des EI.
La gestionnaire des risques est formée aux processus de
hiérarchisation et d'analyse des causes.
La cellule d'analyse et de suivi des fiches d'événements
indésirables (CASFEID) a été formée en 2012 au processus de
hiérarchisation et d'analyse des causes par la gestionnaire des
risques.
Une fiche type pour guider l'analyse des causes a été formalisée.
Quelques analyses ont été conduites notamment dans le domaine
de la maîtrise du risque infectieux ou de la prise en charge
médicamenteuse. L'utilisation de la méthodologie définie et la
traçabilité des analyses des causes ne sont pas formalisées pour
l'ensemble des événements indésirables graves.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Des actions sont mises en place suite à l'analyse des événements.
Elles sont hiérarchisées en fonction des thématiques au cas par
cas. Cependant, il n'y a pas de tableau de suivi global des actions.
L'outil informatique de signalement ne permet pas de générer ce
tableau.
En grande partie
Les événements récurrents sont identifiés par la notion de
fréquence sur la déclaration.
L'établissement a mené des actions spécifiques pour répondre,
par exemple, à la problématique d'intervention des sociétés
d'ambulances externes, sur la prestation de restauration ou sur les
problématiques d'identitovigilance. Cependant, il n'y a pas de
tableau de suivi global des événements récurrents (problématique
de l'outil informatique de signalement).
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
108
L'efficacité des actions correctives est vérifiée.
Partiellement
L'évaluation de l'efficacité des actions menées est réalisée
principalement par le suivi de la non récurrence des événements,
mais il n'y a pas de traçabilité de la mesure d'efficacité.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
109
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.g
Maîtrise du risque infectieux
Cette grille est applicable dans les établissements disposant du score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales généralisé par le ministère de la Santé ou dans les
établissements exclus du classement par ce même ministère pour absence de surveillance des infections du site opératoire.
Cotation
A
Score agrégé du tableau de bord des
infections nosocomiales
Classe associée à
la valeur du score
agrégé
Score à disposition de l’établissement au
moment de la visite.
Constats
A
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
110
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.h
Bon usage des antibiotiques
Cotation
B
Indicateur ICATB du tableau de bord
des infections nosocomiales
Classe associée à
la valeur du score
ICATB
Score à disposition de l’établissement au
moment de la visite.
E2 Mettre en oeuvre
La réévaluation de l'antibiothérapie entre la 24e et la
72e heure est inscrite dans le dossier du patient.
Constats
A
Réponses aux EA
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
111
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.i
Vigilances et veille sanitaire
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation pour répondre à des alertes sanitaires
descendantes et ascendantes est en place.
Oui
Une coordination, entre les différentes vigilances, la
veille sanitaire et la gestion globale de la qualité et des
risques de l'établissement, est organisée.
Oui
Une coordination est organisée entre l'établissement et
les structures régionales (ou interrégionales) et
nationales de vigilance et de veille sanitaire.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Constats
Réponses aux EA
Constats
Les vigilances et la veille sanitaire sont opérationnelles.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
112
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Le bilan des vigilances et de la veille sanitaire contribue
à la politique d'amélioration de la qualité et de la
sécurité des soins.
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
113
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.j
Maîtrise du risque transfusionnel
Ce critère est applicable uniquement aux établissements ayant une activité transfusionnelle.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le dispositif d'hémovigilance et de sécurité
transfusionnelle est en place.
E2 Mettre en oeuvre
Les procédures relatives à la maîtrise du processus
transfusionnel sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
La pertinence d'utilisation des produits sanguins labiles
est évaluée.
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
114
La maîtrise du processus transfusionnel est évaluée, et
donne lieu à des actions d'amélioration.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
115
Référence 8: Le programme global et coordonné de management de la qualité et de la sécurité des soins
Critère 8.k
Gestion des équipements biomédicaux
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement a défini un système de gestion des
équipements biomédicaux, comprenant un plan
pluriannuel de remplacement et d'investissement.
Une procédure (équipement de secours, solution
dégradée ou dépannage d'urgence), permettant de
répondre à une panne d'un équipement biomédical
critique, est formalisée et opérationnelle.
E2 Mettre en oeuvre
Le système de gestion des équipements biomédicaux
est mis en œuvre sous la responsabilité d'un
professionnel identifié.
La maintenance des équipements biomédicaux critiques
est assurée, et les actions sont tracées.
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
116
Les professionnels disposent des documents
nécessaires à l'exploitation des équipements
biomédicaux.
Les patients et leurs familles sont informés de la
conduite à tenir en cas de dysfonctionnement (alarme,
etc.) des équipements biomédicaux installés au
domicile.
E3 Evaluer et améliorer
La gestion des équipements biomédicaux est évaluée,
et donne lieu à des actions d'amélioration.
En grande partie
NA
Au moment de la mise en place d'un nouvel équipement
biomédical, la documentation nécessaire est remise aux
professionnels concernés. Dans les services de soins, la pérennité
de la mise à disposition de l'ensemble des documentations n'est
évaluée.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
117
Référence 9: La gestion des plaintes et l'évaluation de la satisfaction des usagers
Critère 9.a
Système de gestion des plaintes et des réclamations
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La gestion des plaintes et des réclamations est
organisée (CRU en place, procédure formalisée,
responsabilités définies).
Le système de gestion des plaintes et des réclamations
est articulé avec le dispositif de signalement des
événements indésirables.
Oui
Oui
Constats
L'établissement a défini une organisation pour la gestion des
plaintes et des réclamations. Une chargée de clientèle est
identifiée au sein de l'équipe de direction.
Les plaintes sont rassemblées dans un registre.
Une procédure de gestion des plaintes et réclamations est
disponible. La CRU est constituée et se réunit quatre fois par an.
Un dispositif de médiation est en place.
Ces informations sont disponibles dans le livret d'accueil et par
voie d'affichage sur l'ensemble de l'établissement. Les
coordonnées des représentants des usagers et de leur
permanence sur le site sont également disponibles. Il est noté, lors
de la visite, que l'établissement reçoit très peu de plaintes.
Lors de la déclaration d'un événement indésirable, il est possible
de noter qu'il y a un risque de plainte/réclamation associée. La
chargée de clientèle recevra dans ce cas un mail automatique de
l'application lui permettant d'en prendre connaissance. De plus, le
service qualité et gestion des risques transmet en complément les
autres fiches susceptibles de conduire à une réclamation. De plus,
la
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
118
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Les plaintes et réclamations sont traitées en lien avec
les professionnels concernés.
Le plaignant est informé des suites données à sa plainte
et des éventuelles actions correctives mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
L'exploitation quantitative et qualitative des plaintes et
des réclamations, incluant le suivi du délai de réponse
au plaignant, contribue à l'élaboration du programme
d'amélioration de la qualité de l'accueil et de la prise en
charge.
coordinatrice du service qualité et gestion des risques et la
gestionnaire des risques sont membres de la CRU.
Réponses aux EA
Oui
Constats
L'établissement sollicite les services et professionnels concernés
pour recueillir les éléments de réponse pour le plaignant et
analyser la situation. Si besoin, des actions correctives sont mises
en oeuvre telles que le rappel ou la formalisation d'une bonne
pratique, l'organisation d'un temps d'échanges spécifique dans le
cas où un prestataire de l'établissement est concerné (transport
ambulance).
Oui
Le plaignant reçoit un accusé réception de sa plainte/réclamation
dans les huit jours. Après réception des éléments de réponse, la
direction formalise un courrier de réponse au plaignant et rappelle
la possibilité pour le plaignant d'être rencontré dans le cadre du
dispositif de médiation.
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'ensemble des informations (plaintes et réclamations, synthèse
des remarques des questionnaires de sortie) est mis à disposition
et analysé par la CRU.
Un faible nombre de plaintes a été reçu en 2012. Les réponses
sont transmises dans des délais réglementaires. Le plan d'actions
de la CRU est intégré au programme d'amélioration de la qualité et
de la sécurité des soins de l'établissement.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
119
Référence 9: La gestion des plaintes et l'évaluation de la satisfaction des usagers
Critère 9.b
Evaluation de la satisfaction des usagers
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une stratégie d'évaluation de la satisfaction des usagers
est définie en lien avec la CRU.
E2 Mettre en oeuvre
La satisfaction des usagers est évaluée selon une
méthodologie validée.
Les secteurs d'activité et les instances, dont la CRU,
sont informés des résultats des évaluations de la
satisfaction.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
120
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre au
niveau des secteurs d'activité, et font l'objet d'un suivi.
La politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité
des soins est revue à partir des résultats de l'évaluation.
En grande partie
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
121
CHAPITRE 2: PRISE EN CHARGE DU PATIENT
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
122
PARTIE 1. DROITS ET PLACE DES PATIENTS
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
123
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.a - Court Séjour
Prévention de la maltraitance et promotion de la bientraitance
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les modalités de signalement des cas de maltraitance
sont définies et diffusées.
Partiellement
Un état des lieux permettant d'identifier les situations,
les risques et les facteurs de maltraitance est réalisé en
lien avec la CRU.
En grande partie
La promotion de la bientraitance est intégrée dans les
projets de l'établissement (projet médical, projet de
soins, projet social, etc.).
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
L'expression des patients et de leurs proches est
favorisée.
Constats
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
124
Des actions de sensibilisation des professionnels à la
prévention de la maltraitance et à la promotion de la
bientraitance sont mises en œuvre.
Des actions visant la prévention de la maltraitance et la
promotion de la bientraitance sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Les actions visant la prévention de la maltraitance et la
promotion de la bientraitance sont suivies et évaluées.
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
125
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prévention de la maltraitance et promotion de la bientraitance
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les modalités de signalement des cas de maltraitance
sont définies et diffusées.
Partiellement
Un état des lieux permettant d'identifier les situations,
les risques et les facteurs de maltraitance est réalisé en
lien avec la CRU.
Partiellement
La promotion de la bientraitance est intégrée dans les
projets de l'établissement (projet médical, projet de
soins, projet social, etc.).
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
L'expression des patients et de leurs proches est
favorisée.
Constats
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
126
Des actions de sensibilisation des professionnels à la
prévention de la maltraitance et à la promotion de la
bientraitance sont mises en œuvre.
Des actions visant la prévention de la maltraitance et la
promotion de la bientraitance sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Les actions visant la prévention de la maltraitance et la
promotion de la bientraitance sont suivies et évaluées.
En grande partie
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
127
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.a - Soins de longue durée
Prévention de la maltraitance et promotion de la bientraitance
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les modalités de signalement des cas de maltraitance
sont définies et diffusées.
Un état des lieux permettant d'identifier les situations,
les risques et les facteurs de maltraitance est réalisé en
lien avec la CRU.
La promotion de la bientraitance est intégrée dans les
projets de l'établissement (projet médical, projet de
soins, projet social, etc.).
E2 Mettre en oeuvre
L'expression des patients et de leurs proches est
favorisée.
Constats
En grande partie
Partiellement
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
128
Des actions de sensibilisation des professionnels à la
prévention de la maltraitance et à la promotion de la
bientraitance sont mises en œuvre.
Des actions visant la prévention de la maltraitance et la
promotion de la bientraitance sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Les actions visant la prévention de la maltraitance et la
promotion de la bientraitance sont suivies et évaluées.
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
129
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.b - Court Séjour
Respect de la dignité et de l'intimité du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les projets de l'établissement (projets des secteurs
d'activité, projets architecturaux) intègrent le respect de
la dignité et de l'intimité du patient.
Non
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les soins, y compris les soins d'hygiène, sont réalisés
dans le respect de la dignité et de l'intimité des patients.
Les conditions d'hébergement permettent le respect de
la dignité et de l'intimité des patients.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
130
L'évaluation du respect de la dignité et de l'intimité des
patients donne lieu à des actions d'amélioration.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
131
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.b - Soins de suite et/ou de réadaptation
Respect de la dignité et de l'intimité du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les projets de l'établissement (projets des secteurs
d'activité, projets architecturaux) intègrent le respect de
la dignité et de l'intimité du patient.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les soins, y compris les soins d'hygiène, sont réalisés
dans le respect de la dignité et de l'intimité des patients.
Les conditions d'hébergement permettent le respect de
la dignité et de l'intimité des patients.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
En grande partie
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
132
L'évaluation du respect de la dignité et de l'intimité des
patients donne lieu à des actions d'amélioration.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
133
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.b - Soins de longue durée
Respect de la dignité et de l'intimité du patient
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les projets de l'établissement (projets des secteurs
d'activité, projets architecturaux) intègrent le respect de
la dignité et de l'intimité du patient.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les soins, y compris les soins d'hygiène, sont réalisés
dans le respect de la dignité et de l'intimité des patients.
Les conditions d'hébergement permettent le respect de
la dignité et de l'intimité des patients.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
134
L'évaluation du respect de la dignité et de l'intimité des
patients donne lieu à des actions d'amélioration.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
135
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.c - Court Séjour
Respect de la confidentialité des informationsrelatives au patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les mesures permettant le respect de la confidentialité
des informations relatives au patient sont identifiées.
E2 Mettre en oeuvre
L'organisation et les pratiques de l'établissement
permettent le respect de la confidentialité des
informations relatives au patient.
Les modalités de partage des informations relatives au
patient permettent le respect de la confidentialité.
Les professionnels sont sensibilisés au respect de la
confidentialité des informations relatives au patient.
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
136
E3 Evaluer et améliorer
L'établissement évalue le respect de la confidentialité
des informations relatives au patient.
Des actions d'amélioration, en matière de respect de la
confidentialité des informations relatives au patient, sont
menées.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
137
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.c - Soins de suite et/ou de réadaptation
Respect de la confidentialité des informationsrelatives au patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les mesures permettant le respect de la confidentialité
des informations relatives au patient sont identifiées.
E2 Mettre en oeuvre
L'organisation et les pratiques de l'établissement
permettent le respect de la confidentialité des
informations relatives au patient.
Les modalités de partage des informations relatives au
patient permettent le respect de la confidentialité.
Les professionnels sont sensibilisés au respect de la
confidentialité des informations relatives au patient.
Constats
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
138
E3 Evaluer et améliorer
L'établissement évalue le respect de la confidentialité
des informations relatives au patient.
Des actions d'amélioration, en matière de respect de la
confidentialité des informations relatives au patient, sont
menées.
Réponses aux EA
Constats
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
139
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.c - Soins de longue durée
Respect de la confidentialité des informationsrelatives au patient
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les mesures permettant le respect de la confidentialité
des informations relatives au patient sont identifiées.
E2 Mettre en oeuvre
L'organisation et les pratiques de l'établissement
permettent le respect de la confidentialité des
informations relatives au patient.
Les modalités de partage des informations relatives au
patient permettent le respect de la confidentialité.
Les professionnels sont sensibilisés au respect de la
confidentialité des informations relatives au patient.
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
140
E3 Evaluer et améliorer
L'établissement évalue le respect de la confidentialité
des informations relatives au patient.
Des actions d'amélioration, en matière de respect de la
confidentialité des informations relatives au patient, sont
menées.
Réponses aux EA
Constats
Oui
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
141
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.d - Court Séjour
Accueil et accompagnement de l'entourage
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des modalités d'accueil et d'accompagnement de
l'entourage sont définies.
Une organisation permet l'accueil et la présence en
continu des parents des enfants hospitalisés.
E2 Mettre en oeuvre
L'accès aux secteurs d'hospitalisation est facilité
(horaires de visites, etc.) pour l'entourage.
L'entourage des patients bénéficie d'un accueil
personnalisé et de soutien dans les situations qui le
nécessitent.
Constats
En grande partie
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
142
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la satisfaction de l'entourage donne lieu
à des actions d'amélioration en lien avec la CRU.
Un bilan d'activité annuel du service social et du service
de soutien psychologique, comprenant les actions
d'amélioration réalisées, est établi.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
143
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.d - Soins de suite et/ou de réadaptation
Accueil et accompagnement de l'entourage
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des modalités d'accueil et d'accompagnement de
l'entourage sont définies.
Une organisation permet l'accueil et la présence en
continu des parents des enfants hospitalisés.
E2 Mettre en oeuvre
L'accès aux secteurs d'hospitalisation est facilité
(horaires de visites, etc.) pour l'entourage.
L'entourage des patients bénéficie d'un accueil
personnalisé et de soutien dans les situations qui le
nécessitent.
Constats
En grande partie
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
144
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la satisfaction de l'entourage donne lieu
à des actions d'amélioration en lien avec la CRU.
Un bilan d'activité annuel du service social et du service
de soutien psychologique, comprenant les actions
d'amélioration réalisées, est établi.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
145
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.d - Soins de longue durée
Accueil et accompagnement de l'entourage
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des modalités d'accueil et d'accompagnement de
l'entourage sont définies.
Une organisation permet l'accueil et la présence en
continu des parents des enfants hospitalisés.
E2 Mettre en oeuvre
L'accès aux secteurs d'hospitalisation est facilité
(horaires de visites, etc.) pour l'entourage.
L'entourage des patients bénéficie d'un accueil
personnalisé et de soutien dans les situations qui le
nécessitent.
Constats
Oui
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
146
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la satisfaction de l'entourage donne lieu
à des actions d'amélioration en lien avec la CRU.
Un bilan d'activité annuel du service social et du service
de soutien psychologique, comprenant les actions
d'amélioration réalisées, est établi.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
147
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.e - Court Séjour
Respect des libertés individuelles et gestion des mesures de restriction de liberté
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La promotion du respect des libertés individuelles est
intégrée dans les projets de l'établissement.
Les projets de prise en charge identifient les conditions
visant à préserver les libertés individuelles et les risques
de leur non-respect.
Constats
En grande partie
Oui
Les projets médicaux ou de secteurs d'activité identifient
les situations nécessitant une restriction de liberté, en
particulier celle d'aller et venir (isolement et contention,
mais aussi limitation des contacts, des visites, retrait
des effets personnels, etc.).
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
148
Les professionnels sont sensibilisés au respect des
libertés individuelles.
La mise en œuvre du respect des libertés individuelles
est organisée.
La réflexion bénéfice-risque et la recherche du
consentement du patient ou de son entourage,
concernant les restrictions de liberté, font l'objet d'une
concertation de l'équipe soignante, intégrée dans le
projet de soins personnalisés.
Les restrictions de liberté font l'objet d'une prescription
médicale écrite, réévaluée à périodicité définie.
E3 Evaluer et améliorer
Le respect des bonnes pratiques, en matière de
préservation des libertés individuelles et de restriction
de liberté, est évalué à périodicité définie, en lien avec
les instances et structures concernées (espace de
réflexion éthique ou équivalent, CRU, CME, CSIRMT,
etc.).
Des actions d'amélioration, portant sur la préservation
des libertés individuelles et sur la gestion des mesures
de restriction de liberté, sont mises en place.
Oui
Oui
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Non
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
149
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.e - Soins de suite et/ou de réadaptation
Respect des libertés individuelles et gestion des mesures de restriction de liberté
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La promotion du respect des libertés individuelles est
intégrée dans les projets de l'établissement.
Les projets de prise en charge identifient les conditions
visant à préserver les libertés individuelles et les risques
de leur non-respect.
Constats
Oui
En grande partie
Les projets médicaux ou de secteurs d'activité identifient
les situations nécessitant une restriction de liberté, en
particulier celle d'aller et venir (isolement et contention,
mais aussi limitation des contacts, des visites, retrait
des effets personnels, etc.).
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
150
Les professionnels sont sensibilisés au respect des
libertés individuelles.
La mise en œuvre du respect des libertés individuelles
est organisée.
La réflexion bénéfice-risque et la recherche du
consentement du patient ou de son entourage,
concernant les restrictions de liberté, font l'objet d'une
concertation de l'équipe soignante, intégrée dans le
projet de soins personnalisés.
Les restrictions de liberté font l'objet d'une prescription
médicale écrite, réévaluée à périodicité définie.
E3 Evaluer et améliorer
Le respect des bonnes pratiques, en matière de
préservation des libertés individuelles et de restriction
de liberté, est évalué à périodicité définie, en lien avec
les instances et structures concernées (espace de
réflexion éthique ou équivalent, CRU, CME, CSIRMT,
etc.).
Des actions d'amélioration, portant sur la préservation
des libertés individuelles et sur la gestion des mesures
de restriction de liberté, sont mises en place.
Oui
Oui
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Non
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
151
Référence 10: La bientraitance et les droits
Critère 10.e - Soins de longue durée
Respect des libertés individuelles et gestion des mesures de restriction de liberté
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La promotion du respect des libertés individuelles est
intégrée dans les projets de l'établissement.
Les projets de prise en charge identifient les conditions
visant à préserver les libertés individuelles et les risques
de leur non-respect.
Constats
Oui
Partiellement
Les projets médicaux ou de secteurs d'activité identifient
les situations nécessitant une restriction de liberté, en
particulier celle d'aller et venir (isolement et contention,
mais aussi limitation des contacts, des visites, retrait
des effets personnels, etc.).
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
152
Les professionnels sont sensibilisés au respect des
libertés individuelles.
La mise en œuvre du respect des libertés individuelles
est organisée.
La réflexion bénéfice-risque et la recherche du
consentement du patient ou de son entourage,
concernant les restrictions de liberté, font l'objet d'une
concertation de l'équipe soignante, intégrée dans le
projet de soins personnalisés.
Les restrictions de liberté font l'objet d'une prescription
médicale écrite, réévaluée à périodicité définie.
E3 Evaluer et améliorer
Le respect des bonnes pratiques, en matière de
préservation des libertés individuelles et de restriction
de liberté, est évalué à périodicité définie, en lien avec
les instances et structures concernées (espace de
réflexion éthique ou équivalent, CRU, CME, CSIRMT,
etc.).
Des actions d'amélioration, portant sur la préservation
des libertés individuelles et sur la gestion des mesures
de restriction de liberté, sont mises en place.
Oui
Oui
Oui
En grande partie
Les restrictions de liberté bénéficient systématiquement d'une
prescription écrite. La réévaluation de ces prescriptions est
effective. Les prescriptions de restrictions de liberté sont réalisées
sur un support spécifique. La réflexion pluridisciplinaire relative à
la réévaluation des prescriptions de contentions, est généralement
tracée dans le dossier.
Réponses aux EA
Constats
Non
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
153
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.a - Court Séjour
Information du patient sur son état de santé et les soins possibles
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation relative à l'information donnée au
patient est définie.
Les patients sont informés de la possibilité de désigner
une personne de confiance.
E2 Mettre en oeuvre
Des modalités spécifiques d'information sont mises en
œuvre en cas de diagnostic grave et d'aggravation de
l'état de santé, en tenant compte des facultés de
compréhension, de discernement et du type
d'hospitalisation (HDT, HO, injonction thérapeutique,
etc.).
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
154
L'accès à des ressources d'informations diversifiées
(support écrit, espace d'information, etc.) est facilité.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la satisfaction du patient, quant à
l'information reçue, donne lieu à des actions
d'amélioration.
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
155
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Information du patient sur son état de santé et les soins possibles
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation relative à l'information donnée au
patient est définie.
Les patients sont informés de la possibilité de désigner
une personne de confiance.
E2 Mettre en oeuvre
Des modalités spécifiques d'information sont mises en
œuvre en cas de diagnostic grave et d'aggravation de
l'état de santé, en tenant compte des facultés de
compréhension, de discernement et du type
d'hospitalisation (HDT, HO, injonction thérapeutique,
etc.).
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
156
L'accès à des ressources d'informations diversifiées
(support écrit, espace d'information, etc.) est facilité.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la satisfaction du patient, quant à
l'information reçue, donne lieu à des actions
d'amélioration.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
157
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.a - Soins de longue durée
Information du patient sur son état de santé et les soins possibles
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation relative à l'information donnée au
patient est définie.
Les patients sont informés de la possibilité de désigner
une personne de confiance.
E2 Mettre en oeuvre
Des modalités spécifiques d'information sont mises en
œuvre en cas de diagnostic grave et d'aggravation de
l'état de santé, en tenant compte des facultés de
compréhension, de discernement et du type
d'hospitalisation (HDT, HO, injonction thérapeutique,
etc.).
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
158
L'accès à des ressources d'informations diversifiées
(support écrit, espace d'information, etc.) est facilité.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la satisfaction du patient, quant à
l'information reçue, donne lieu à des actions
d'amélioration.
Partiellement
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
159
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.b - Court Séjour
Consentement et participation du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation est définie, permettant le recueil du
consentement éclairé et, le cas échéant, du refus de
soins.
E2 Mettre en oeuvre
La participation du patient et, s'il y a lieu, de son
entourage dans la construction et la mise en œuvre du
projet personnalisé de soins est favorisée.
Des interventions, visant la recherche d'adhésion du
patient au projet de soins, sont réalisées dans les cas
d'hospitalisation sans consentement, d'injonction
thérapeutique ou de refus de soins.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
160
L'évaluation du recueil du consentement du patient
donne lieu à des actions d'amélioration.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
161
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.b - Soins de suite et/ou de réadaptation
Consentement et participation du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation est définie, permettant le recueil du
consentement éclairé et, le cas échéant, du refus de
soins.
E2 Mettre en oeuvre
La participation du patient et, s'il y a lieu, de son
entourage dans la construction et la mise en œuvre du
projet personnalisé de soins est favorisée.
Des interventions, visant la recherche d'adhésion du
patient au projet de soins, sont réalisées dans les cas
d'hospitalisation sans consentement, d'injonction
thérapeutique ou de refus de soins.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
162
L'évaluation du recueil du consentement du patient
donne lieu à des actions d'amélioration.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
163
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.b - Soins de longue durée
Consentement et participation du patient
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation est définie, permettant le recueil du
consentement éclairé et, le cas échéant, du refus de
soins.
E2 Mettre en oeuvre
La participation du patient et, s'il y a lieu, de son
entourage dans la construction et la mise en œuvre du
projet personnalisé de soins est favorisée.
Des interventions, visant la recherche d'adhésion du
patient au projet de soins, sont réalisées dans les cas
d'hospitalisation sans consentement, d'injonction
thérapeutique ou de refus de soins.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
164
L'évaluation du recueil du consentement du patient
donne lieu à des actions d'amélioration.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
165
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.c - Court Séjour
Information du patient en cas de dommage lié aux soins
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une démarche structurée d'information du patient en
cas de dommages liés aux soins est définie.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions de formation des professionnels à la
démarche d'information du patient en cas de dommages
liés aux soins sont menées.
Constats
Oui
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
Une information auprès des instances a été faite sur la procédure
mise en place. Cette procédure est accessible par voie
informatique, les médecins ont reçu aussi la procédure sous forme
papier. A ce jour, un projet d'actions de formation spécifiques sur
ce thème auprès des professionnels concernés par le dommage
lié au soin a été élaboré. Cette formation est inscrite dans le plan
de formation, un intervenant est retenu mais la date n'est pas
encore fixée.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
166
Les professionnels mettent en œuvre cette démarche.
E3 Evaluer et améliorer
La démarche d'information du patient en cas de
dommages liés aux soins est évaluée et améliorée.
Partiellement
Le suivi des feuilles d'événements indésirables permet d'illustrer la
mise en place de la procédure d'information des dommages liés
aux soins ; néanmoins, la procédure étant récente (juin 2012), il
n'est pas possible à ce jour d'apprécier le déploiement complet de
l'application de cette procédure.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Afin de s'assurer de l'appropriation par l'ensemble des praticiens
de la procédure, une enquête a été réalisée concernant la
connaissance de cette démarche en janvier 2013. Néanmoins, la
procédure étant récente (juin 2012, son évaluation n'est pas
réellement initiée.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
167
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.c - Soins de suite et/ou de réadaptation
Information du patient en cas de dommage lié aux soins
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une démarche structurée d'information du patient en
cas de dommages liés aux soins est définie.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions de formation des professionnels à la
démarche d'information du patient en cas de dommages
liés aux soins sont menées.
Constats
Oui
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
Une information auprès des instances a été faite sur la procédure
mise en place. Cette procédure est accessible par voie
informatique, les médecins ont reçu aussi la procédure sous forme
papier. A ce jour, un projet d'actions de formation spécifiques sur
ce thème auprès des professionnels concernés par le dommage
lié au soin a été élaboré. Cette formation est inscrite dans le plan
de formation, un intervenant est retenu mais la date n'est pas
encore fixée.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
168
Les professionnels mettent en œuvre cette démarche.
E3 Evaluer et améliorer
La démarche d'information du patient en cas de
dommages liés aux soins est évaluée et améliorée.
Partiellement
Le suivi des feuilles d'événements indésirables permet d'illustrer la
mise en place de la procédure d'information des dommages liés
aux soins ; néanmoins, la procédure étant récente (juin 2012), il
n'est pas possible à ce jour d'apprécier le déploiement complet de
l'application de cette procédure.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Afin de s'assurer de l'appropriation par l'ensemble des praticiens
de la procédure, une enquête a été réalisée concernant la
connaissance de cette démarche en janvier 2013. Néanmoins, la
procédure étant récente (juin 2012, son évaluation n'est pas
réellement initiée.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
169
Référence 11: l'information, la participation et le consentement du patient
Critère 11.c - Soins de longue durée
Information du patient en cas de dommage lié aux soins
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une démarche structurée d'information du patient en
cas de dommages liés aux soins est définie.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions de formation des professionnels à la
démarche d'information du patient en cas de dommages
liés aux soins sont menées.
Constats
Oui
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
Une information auprès des instances a été faite sur la procédure
mise en place. Cette procédure est accessible par voie
informatique, les médecins ont reçu aussi la procédure sous forme
papier. A ce jour, un projet d'actions de formation spécifiques sur
ce thème auprès des professionnels concernés par le dommage
lié au soin a été élaboré. Cette formation est inscrite dans le plan
de formation, un intervenant est retenu mais la date n'est pas
encore fixée.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
170
Les professionnels mettent en œuvre cette démarche.
E3 Evaluer et améliorer
La démarche d'information du patient en cas de
dommages liés aux soins est évaluée et améliorée.
Partiellement
Le suivi des feuilles d'événements indésirables permet d'illustrer la
mise en place de la procédure d'information des dommages liés
aux soins ; néanmoins, la procédure étant récente (juin 2012), il
n'est pas possible à ce jour d'apprécier le déploiement complet de
l'application de cette procédure.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Afin de s'assurer de l'appropriation par l'ensemble des praticiens
de la procédure, une enquête a été réalisée concernant la
connaissance de cette démarche en janvier 2013. Néanmoins, la
procédure étant récente (juin 2012, son évaluation n'est pas
réellement initiée.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
171
Référence 12: La prise en charge de la douleur
Critère 12.a - Court Séjour
Prise en charge de la douleur
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La stratégie de prise en charge de la douleur est
formalisée dans les différents secteurs de
l'établissement, en concertation avec le CLUD (ou
équivalent).
Des protocoles analgésiques, issus des
recommandations de bonne pratique et adaptés au type
de chirurgie pratiquée, à la pathologie donnée, au
patient, à la douleur induite par les soins, sont définis.
Oui
En grande partie
Constats
L'établissement a créé, depuis 2003, une commission nommée le
COPIDOU-SP (comité pilote douleur - soins palliatifs) qui fait office
de comité de lutte contre la douleur. Elle a pour mission
d'améliorer la prise en charge de la douleur au sein de
l'établissement. Elle est composée de professionnels de chaque
pôle. Cette commission élabore une stratégie de prise en charge
de la douleur au sein de l'établissement. Un plan d'actions est
décliné annuellement ainsi qu'un rapport annuel d'activité. Des
groupes de travail issus de cette commission mettent en place des
actions spécifiques (élaboration d'un kit d'information pour les
référents douleur par exemple).
L'établissement a mis en place différents protocoles ou supports
d'information validés, sur la prise en charge de la douleur (échelles
d'évaluation de la douleur, MEOPA, EMLA, Midazolam, protocole
d'évaluation de la douleur, tableau de prise en charge
médicamenteuse de la douleur induite...).
Le plan d'actions du COPIDOU-SP-2012 a permis entre autres
d'élaborer un triptyque "Table pratique de conversion des opioïdes
souhaitée par les prescripteurs". En 2013, une
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
172
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Des formations/actions sont mises en œuvre dans les
secteurs d'activité.
Les secteurs d'activité mettent en place l'éducation du
patient à la prise en charge de la douleur.
La traçabilité des évaluations de la douleur dans le
dossier du patient est assurée.
Les professionnels de santé s'assurent du soulagement
de la douleur.
recommandation du bon usage des antalgiques chez la personne
âgée a été diffusée. Néanmoins, à ce jour, les prises en charge
non médicamenteuses de la douleur ne sont pas formalisées ou
protocolisées. De même, l'implication des professionnels de la
rééducation au sein du COPIDOU-SP n'est pas encore totalement
aboutie.
Réponses aux EA
Oui
En grande partie
Partiellement
Oui
Constats
Depuis 2006, le COPIDOU-SP anime un certain nombre d'actions
de sensibilisation ou de formation auprès des personnels des
différents pôles. Des supports pédagogiques de type diaporama
sont réactualisés et accessibles sur le serveur de l'établissement.
L'établissement organise la formation des personnels à l'utilisation
des échelles de la douleur : en 2012, 61 personnes formées sur
l'établissement et depuis 2007, 55 personnes ont participé à ces
actions pour l'unité de médecine (MCO).
La stratégie de prise en charge de la douleur le COPIDOU-SP
s'est donné entre autres comme objectif de travailler sur
l'éducation thérapeutique du patient dans la prise en charge de sa
douleur. Cet objectif apparaît dès le livret d'accueil, il transparaît
dans un des ateliers proposés lors de la manifestation proposée
lors de la semaine de la sécurité du patient en 2012 et pour 2013
dans une action intitulée « Informer les patients sur les moyens
médicamenteux ». Néanmoins, ce dernier projet n'a pas encore
abouti.
Compte tenu de la classe pour l'indicateur "Prise en charge de la
douleur" et de sa valeur de 55 % avec un intervalle de confiance à
95 % [44 % - 66 %] pour la campagne de recueil 2011.
L'établissement a développé un outil de suivi d'évolution de la
douleur en cas de douleur initialement détectée. Le COPIDOU-SP
s'est investi sur la traçabilité de la douleur en développant d'une
part l'utilisation des outils d'évaluations adaptées à la population
accueillie et d'autre part en formant le personnel à l'utilisation de
ces outils. Pour apprécier le
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
173
Oui
déploiement de ces actions, une évaluation de la traçabilité de la
douleur dans les dossiers est réalisée de façon périodique (une
fois par an).
Des moyens d'évaluation de la douleur pour les patients
non communicants (échelles d'évaluation) sont mis à la
disposition des professionnels.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement à travers les actions du COPIDOU-SP cherche à
suivre l'efficacité des actions initiées. Pour ce faire, il développe
des enquêtes ou des évaluations pour évaluer l'utilisation des
outils. Les résultats de ces enquêtes en évaluation vont permettre
d'alimenter le plan d'actions à venir.
Oui
L'établissement recueille l'indicateur "Prise en charge de la
douleur". Il a mis en oeuvre d'autres modalités d'évaluation (à
savoir une évaluation pluriannuelle de la traçabilité de la douleur
dans le dossier).
Oui
Le COPIDOU-SP propose un programme d'actions annuel qui est
structuré en plusieurs parties : une sur l'évaluation, une sur les
formations et une autre sur les actions. Ce programme d'actions
est issu du constat du bilan de l'année antérieure.
Oui
Le COPIDOU-SP participe à l'inter-CLUD départemental ou
régional. Il est un des membres actifs de ce partage d'expériences
inter-établissements. Des membres de l'établissement participent
comme consultant à la consultation douleur qui a lieu à Tarbes.
Les responsables des secteurs d'activité s'assurent de
l'appropriation et de l'utilisation des outils par les
professionnels.
La qualité et l'efficacité de la prise en charge de la
douleur sont évaluées à périodicité définie sur le plan
institutionnel.
Des actions d'amélioration sont mises en place.
L'établissement participe à des partages d'expériences
sur les organisations et les actions mises en place,
notamment dans les régions.
A travers le COPIDOU-SP, il a été établi une liste d'échelles
d'évaluation de la douleur adaptées aux caractéristiques des
populations prises en charge sur l'établissement (une
réactualisation de la liste a eu lieu en 2012). Cette liste est diffusée
et des supports existent pour chaque échelle et sont accessibles
aux équipes soignantes.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
174
Référence 12: La prise en charge de la douleur
Critère 12.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prise en charge de la douleur
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La stratégie de prise en charge de la douleur est
formalisée dans les différents secteurs de
l'établissement, en concertation avec le CLUD (ou
équivalent).
Des protocoles analgésiques, issus des
recommandations de bonne pratique et adaptés au type
de chirurgie pratiquée, à la pathologie donnée, au
patient, à la douleur induite par les soins, sont définis.
Oui
En grande partie
Constats
L'établissement a créé, depuis 2003, une commission nommée le
COPIDOU-SP (comité pilote douleur - soins palliatifs) qui fait office
de comité de lutte contre la douleur. Elle a pour mission
d'améliorer la prise en charge de la douleur au sein de
l'établissement. Elle est composée de professionnels de chaque
pôle. Cette commission élabore une stratégie de prise en charge
de la douleur au sein de l'établissement. Un plan d'actions est
décliné annuellement ainsi qu'un rapport annuel d'activité. Des
groupes de travail issus de cette commission mettent en place des
actions spécifiques (élaboration d'un kit d'information pour les
référents douleur par exemple).
L'établissement a mis en place différents protocoles ou supports
d'information validés, sur la prise en charge de la douleur (échelles
d'évaluation de la douleur, MEOPA, EMLA, Midazolam, protocole
d'évaluation de la douleur, tableau de prise en charge
médicamenteuse de la douleur induite...).
Le plan d'actions du COPIDOU-SP-2012 a permis entre autres
d'élaborer un triptyque "Table pratique de conversion des opioïdes
souhaitée par les prescripteurs". En 2013, une
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
175
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Des formations/actions sont mises en œuvre dans les
secteurs d'activité.
Les secteurs d'activité mettent en place l'éducation du
patient à la prise en charge de la douleur.
La traçabilité des évaluations de la douleur dans le
dossier du patient est assurée.
Les professionnels de santé s'assurent du soulagement
de la douleur.
recommandation du bon usage des antalgiques chez la personne
âgée a été diffusée. Néanmoins, à ce jour, les prises en charge
non médicamenteuses de la douleur ne sont pas formalisées ou
protocolisées. De même, l'implication des professionnels de la
rééducation au sein du COPIDOU-SP n'est pas encore totalement
aboutie.
Réponses aux EA
Oui
En grande partie
Partiellement
Oui
Constats
Depuis 2006, le COPIDOU-SP anime un certain nombre d'actions
de sensibilisation ou de formation auprès des personnels des
différents pôles. Des supports pédagogiques de type diaporama
sont réactualisés et accessibles sur le serveur de l'établissement.
L'établissement organise la formation des personnels à l'utilisation
des échelles de la douleur : en 2012, c'est 61 personnes formées
sur l'établissement et, depuis 2007, c'est 314 personnes qui ont
participé à ces actions pour le secteur soins de suite et/ou de
réadaptation.
La stratégie de prise en charge de la douleur, le COPIDOU-SP,
comprend entre autres, comme objectif de travailler sur l'éducation
thérapeutique du patient dans la prise en charge de sa douleur.
Cet objectif apparaît dès le livret d'accueil, il transparaît dans un
des ateliers proposés lors de la manifestation proposée lors de la
semaine de la sécurité du patient en 2012 et pour 2013 dans une
action intitulée « Informer les patients sur les moyens
médicamenteux ». Néanmoins, ce dernier projet n'a pas encore
abouti.
Compte tenu de la classe pour l'indicateur "Prise en charge de la
douleur" et de sa valeur de 68 % avec un intervalle de confiance à
95 % [57 % - 78 %] pour la campagne de recueil 2011.
L'établissement a développé un outil de suivi d'évolution de la
douleur en cas de douleur initialement détectée. Le COPIDOU-SP
s'est investi sur la traçabilité de la douleur en développant d'une
part l'utilisation des outils d'évaluations
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
176
Oui
adaptées à la population accueillie et d'autre part en formant le
personnel à l'utilisation de ces outils. Pour apprécier le
déploiement de ces actions, une évaluation de la traçabilité de la
douleur dans les dossiers est réalisée de façon périodique (une
fois par an).
Des moyens d'évaluation de la douleur pour les patients
non communicants (échelles d'évaluation) sont mis à la
disposition des professionnels.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement à travers les actions du COPIDOU-SP cherche à
suivre l'efficacité des actions initiées. Pour ce faire, il développe
des enquêtes ou des évaluations pour évaluer l'utilisation des
outils. Les résultats de ces enquêtes en évaluation vont permettre
d'alimenter le plan d'actions à venir.
Oui
L'établissement recueille l'indicateur "Prise en charge de la
douleur". Il a mis en oeuvre d'autres modalités d'évaluation (à
savoir une évaluation pluriannuelle de la traçabilité de la douleur
dans le dossier).
Oui
Le COPIDOU-SP propose un programme d'actions annuel qui est
structuré en plusieurs parties : une sur l'évaluation, une autre sur
les formations et une autre sur les actions. Ce programme
d'actions est issu du constat du bilan de l'année antérieure.
Oui
Le COPIDOU-SP participe à l'inter-CLUD départemental ou
régional. Il est un des membres actifs de ce partage d'expériences
inter-établissements. Des membres de l'établissement participent
comme consultant à la consultation douleur qui a lieu à Tarbes.
Les responsables des secteurs d'activité s'assurent de
l'appropriation et de l'utilisation des outils par les
professionnels.
La qualité et l'efficacité de la prise en charge de la
douleur sont évaluées à périodicité définie sur le plan
institutionnel.
Des actions d'amélioration sont mises en place.
L'établissement participe à des partages d'expériences
sur les organisations et les actions mises en place,
notamment dans les régions.
L'établissement à travers le COPIDOU-SP, a établi une liste
d'échelles d'évaluation de la douleur adaptées aux caractéristiques
des populations prises en charge sur l'établissement (une
réactualisation de la liste a eu lieu en 2012). Cette liste est diffusée
et des supports existent pour chaque échelle accessible aux
équipes soignantes.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
177
Référence 12: La prise en charge de la douleur
Critère 12.a - Soins de longue durée
Prise en charge de la douleur
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La stratégie de prise en charge de la douleur est
formalisée dans les différents secteurs de
l'établissement, en concertation avec le CLUD (ou
équivalent).
Des protocoles analgésiques, issus des
recommandations de bonne pratique et adaptés au type
de chirurgie pratiquée, à la pathologie donnée, au
patient, à la douleur induite par les soins, sont définis.
Oui
En grande partie
Constats
L'établissement a créé, depuis 2003, une commission nommée le
COPIDOU-SP (comité pilote douleur - soins palliatifs) qui fait office
de comité de lutte contre la douleur. Elle a pour mission
d'améliorer la prise en charge de la douleur au sein de
l'établissement. Elle est composée de professionnels de chaque
pôle. Cette commission élabore une stratégie de prise en charge
de la douleur au sein de l'établissement. Un plan d'actions est
décliné annuellement ainsi qu'un rapport annuel d'activité. Des
groupes de travail issus de cette commission mettent en place des
actions spécifiques (élaboration d'un kit d'information pour les
référents douleur par exemple).
L'établissement a mis en place différents protocoles ou supports
d'information validés, sur la prise en charge de la douleur (échelles
d'évaluation de la douleur, MEOPA, EMLA, Midazolam, protocole
d'évaluation de la douleur, tableau de prise en charge
médicamenteuse de la douleur induite...).
Le plan d'actions du COPIDOU-SP-2012 a permis entre autres
d'élaborer un triptyque "Table pratique de conversion des opioïdes
souhaitée par les prescripteurs". En 2013, une
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
178
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Des formations/actions sont mises en œuvre dans les
secteurs d'activité.
Les secteurs d'activité mettent en place l'éducation du
patient à la prise en charge de la douleur.
La traçabilité des évaluations de la douleur dans le
dossier du patient est assurée.
recommandation du bon usage des antalgiques chez la personne
âgée a été diffusée. Néanmoins, à ce jour, les prises en charge
non médicamenteuses de la douleur ne sont pas formalisées ou
protocolisées. De même, l'implication des professionnels de la
rééducation au sein du COPIDOU-SP n'est pas encore totalement
aboutie.
Réponses aux EA
Oui
En grande partie
Oui
Constats
Depuis 2006, le COPIDOU-SP anime un certain nombre d'actions
de sensibilisation ou de formation auprès des personnels des
différents pôles. Des supports pédagogiques de type diaporama
sont réactualisés et accessibles sur le serveur de l'établissement.
L'établissement organise la formation des personnels à l'utilisation
des échelles de la douleur : en 2012, 61 personnes formées sur
l'établissement et, depuis 2007, c'est 59 personnes qui ont
participé à ces actions pour l'unité d'USLD.
La stratégie de prise en charge de la douleur le COPIDOU-SP
s'est donné entre autres comme objectif de travailler sur
l'éducation thérapeutique du patient dans la prise en charge de sa
douleur. Cet objectif apparaît dès le livret d'accueil, il transparaît
dans un des ateliers proposés lors de la manifestation proposée
lors de la semaine de la sécurité du patient en 2012 et pour 2013
dans une action intitulée « Informer les patients sur les moyens
médicamenteux ». Néanmoins, ce dernier projet n'a pas encore
abouti.
L'établissement a réalisé une évaluation de la tenue du dossier
patient en USLD. Cette évaluation a été réalisée à partir du
modèle des indicateurs IPAQSS. L'indicateur "Prise en charge de
la douleur" de cette évaluation de la tenue du dossier, montre que
la traçabilité des évaluations de la douleur est présente dans 80 %
des dossiers en 2012.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
179
Les professionnels de santé s'assurent du soulagement
de la douleur.
Oui
L'établissement a développé un outil de suivi d'évolution de la
douleur en cas de douleur initialement détectée. Le COPIDOU-SP
s'est investi sur la traçabilité de la douleur en développant d'une
part l'utilisation des outils d'évaluations adaptées à la population
accueillie et d'autre part en formant le personnel à l'utilisation de
ces outils. Pour apprécier le déploiement de ces actions, une
évaluation de la traçabilité de la douleur dans les dossiers est
réalisée de façon périodique (une fois par an).
Des moyens d'évaluation de la douleur pour les patients
non communicants (échelles d'évaluation) sont mis à la
disposition des professionnels.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement à travers les actions du COPIDOU-SP cherche à
suivre l'efficacité des actions initiées. Pour ce faire, il développe
des enquêtes ou des évaluations pour évaluer l'utilisation des
outils. Les résultats de ces enquêtes et évaluations vont permettre
d'alimenter le plan d'actions à venir.
Les responsables des secteurs d'activité s'assurent de
l'appropriation et de l'utilisation des outils par les
professionnels.
La qualité et l'efficacité de la prise en charge de la
douleur sont évaluées à périodicité définie sur le plan
institutionnel.
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Oui
A travers le COPIDOU-SP, il a été établi une liste d'échelles
d'évaluation de la douleur adaptées aux caractéristiques des
populations prises en charge sur l'établissement (une
réactualisation de la liste a eu lieu en 2012). Cette liste est diffusée
et des supports existent pour chaque échelle accessible aux
équipes soignantes.
L'établissement recueille l'indicateur de type IPAQSS "Prise en
charge de la douleur". Il a mis en oeuvre une évaluation
pluriannuelle de la traçabilité de la douleur dans le dossier.
Le COPIDOU-SP propose un programme d'actions annuel qui est
structuré en plusieurs parties : une sur l'évaluation, une sur les
formations et une autre sur les actions. Ce programme d'actions
est issu du constat du bilan de l'année antérieure.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
180
L'établissement participe à des partages d'expériences
sur les organisations et les actions mises en place,
notamment dans les régions.
Oui
Le COPIDOU-SP participe à l'inter-CLUD départemental ou
régional. Il est un des membres actifs de ce partage d'expériences
inter-établissements. Des membres de l'établissement participent
comme consultant à la consultation douleur qui a lieu à Tarbes.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
181
Référence 13: La fin de vie
Critère 13.a - Court Séjour
Prise en charge et droits des patients en fin de vie
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation permettant l'évaluation et la prise en
charge des besoins des patients en fin de vie est en
place.
Des modalités de recueil de la volonté du patient et, le
cas échéant, de conservation des directives anticipées
sont définies.
Les patients adultes reçoivent des informations écrites
sur leur droit d'accepter ou de refuser des traitements
de maintien en vie ou les traitements de réanimation, et
sur leur droit d'établir des
Oui
Constats
L'établissement a structuré son organisation pour la prise en
charge de soins palliatifs. Cette organisation s'intègre dans une
dynamique régionale autour du réseau "ARCADE" dont il est un
des acteurs. Il existe des lits identifiés et une équipe mobile interhospitalière rattachée à l'établissement. Une organisation est en
place depuis plusieurs dizaines d'année et a évolué en fonction
des pratiques. Cette organisation apparaît dans le projet médical
d'établissement en cours de réactualisation.
Partiellement
L'établissement a mené une réflexion et une formation des
équipes autour des modalités du recueil de la volonté du patient.
Cette dynamique s'est structurée autour de la loi de la prise en
charge de la fin de vie. Cependant, les modalités de conservation
des directives anticipées ne sont pas définies à ce jour.
En grande partie
L'établissement a mené dans l'ensemble de ces secteurs d'activité
une réflexion de dialogue et d'échange avec le patient autour de
son adhésion aux soins, dans un contexte palliatif. Cette
dynamique s'articule en termes de traçabilité
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
182
directives anticipées.
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Des projets de prise en charge des patients et de leurs
proches sont définis et mis en œuvre.
Les professionnels concernés bénéficient de formations
pluridisciplinaires et pluriprofessionnelles sur la
démarche palliative.
Dans les secteurs concernés, des réunions
pluriprofessionnelles de discussion de cas de malades
sont mises en place.
Dans les secteurs concernés, des actions de soutien
des soignants, notamment en situation de crise, sont
mises en œuvre.
autour de l'intervention pluridisciplinaire de l'équipe mobile de
soins palliatifs. Néanmoins, tous les projets de supports
d'informations écrites ne sont pas complètement aboutis. Le plan
d'actions du COPIDOU-SP pour 2013 prévoit de poursuivre la
formation des équipes sur cette thématique.
Réponses aux EA
Oui
Oui
Oui
Oui
Constats
Dans les situations complexes d'inconfort, les équipes soignantes
sollicitent facilement l'équipe mobile de soins palliatifs qui est
basée sur l'établissement. Avec elle, elles élaborent, en lien avec
le patient et son entourage, un projet de soins personnalisé qui est
formalisé et tracé. Les liens importants avec le réseau ARCADE
permettent la continuité de prise en charge en cas de retour à
domicile.
Depuis plusieurs années, une formation interne sur la démarche
palliative est proposée aux professionnels de l'établissement.
Cette formation a des supports pédagogiques qui sont réactualisés
régulièrement en fonction de l'évolution des connaissances. Cette
formation est reconduite aussi sur le plan de formation 2013.
L'établissement a mis en place une démarche palliative. Dans les
situations rencontrées par les professionnels le nécessitant, des
réunions pluriprofessionnelles ont lieu pour discuter de cas de
malades. Ces réunions bénéficient d'une traçabilité. Un
représentant de l'EMSP participe au moins une fois par semaine
aux réunions pluridisciplinaires. La pratique de l'établissement fait
que c'est l'équipe mobile de soins palliatifs qui trace la discussion
du cas du malade dans le dossier.
L'établissement offre aux soignants qui le souhaitent l'accès à un
groupe de parole. Par ailleurs, l'équipe mobile de soins palliatifs
répond aux sollicitations le cas échéant. Une psychologue du
travail peut aussi intervenir.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
183
Les professionnels de l'établissement sont informés des
dispositifs légaux concernant les droits des patients et la
fin de vie.
L'action des associations d'accompagnement et de
leurs bénévoles est facilitée.
E3 Evaluer et améliorer
La prise en charge des patients en fin de vie fait l'objet
d'une évaluation pluriprofessionnelle en lien avec les
structures concernées (comité d'éthique ou équivalent,
CRU, CME, commission de soins, etc.).
Les secteurs d'activité concernés mettent en place une
réflexion sur la limitation et l'arrêt des traitements.
Oui
En grande partie
Des soirées thématiques sont organisées par l'EMSP : la
souffrance des soignants, la loi Leonetti.
En 2012, une soirée sur la loi portant sur la prise en charge de la
fin de vie a été réalisée. Un retour de cette soirée a été
communiqué auprès des équipes.
Plusieurs associations de bénévoles interviennent dans
l'établissement. Une association d'accompagnement a signé une
convention avec l'établissement il y a plusieurs années.
Actuellement, dans la pratique, elle n'intervient que de façon
occasionnelle au sein de l'établissement, mais plus régulièrement
dans le cadre des prises en charge au domicile avec le réseau
"ARCADE".
Réponses aux EA
En grande partie
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre.
En grande partie
Constats
L'établissement, depuis plusieurs années, a mis en place une
commission baptisée le COPIDOU-SP afin d'avoir une réflexion
active sur l'ensemble des secteurs d'activité tant sur la prise en
charge de la douleur que sur la prise en charge des situations
complexes de patient atteint de maladie grave. Ceci permet d'avoir
un plan d'actions annuel afin de développer des réponses
adaptées aux situations rencontrées. Un groupe de réflexion
éthique est réactivé depuis peu de temps dans le cadre d'une
collaboration inter-établissements.
Lors de situations relevant d'une limitation ou d'un arrêt de
traitement, une réflexion pluridisciplinaire est menée et tracée
dans le dossier du patient par l'équipe mobile de soins palliatifs.
Le COPIDOU-SP est la commission qui suit les problématiques
concernant la prise en charge de la douleur et des soins palliatifs
sur l'établissement. Il élabore un compte-rendu annuel de son
activité et un plan d'actions annuel. Néanmoins, toutes les actions
envisagées ne sont pas mises en oeuvre.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
184
Référence 13: La fin de vie
Critère 13.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prise en charge et droits des patients en fin de vie
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation permettant l'évaluation et la prise en
charge des besoins des patients en fin de vie est en
place.
Des modalités de recueil de la volonté du patient et, le
cas échéant, de conservation des directives anticipées
sont définies.
Les patients adultes reçoivent des informations écrites
sur leur droit d'accepter ou de refuser des traitements
de maintien en vie ou les traitements de réanimation, et
sur leur droit d'établir des
Oui
Constats
L'établissement a structuré son organisation pour la prise en
charge de soins palliatifs. Cette organisation s'intègre dans une
dynamique régionale autour du réseau "ARCADE" dont il est un
des acteurs. Il existe des lits identifiés et une équipe mobile interhospitalière rattachée à l'établissement. Une organisation est en
place depuis plusieurs dizaines d'année et a évolué en fonction
des pratiques. Cette organisation apparaît dans le projet médical
d'établissement en cours de réactualisation.
Partiellement
L'établissement a mené une réflexion et une formation des
équipes autour des modalités du recueil de la volonté du patient.
Cette dynamique s'est structurée autour de la loi de la prise en
charge de la fin de vie. Cependant, les modalités de conservation
des directives anticipées ne sont pas définies à ce jour.
En grande partie
L'établissement a mené dans l'ensemble de ces secteurs d'activité
une réflexion de dialogue et d'échange avec le patient autour de
son adhésion aux soins, dans un contexte palliatif. Cette
dynamique s'articule en termes de traçabilité
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
185
directives anticipées.
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Des projets de prise en charge des patients et de leurs
proches sont définis et mis en œuvre.
Les professionnels concernés bénéficient de formations
pluridisciplinaires et pluriprofessionnelles sur la
démarche palliative.
Dans les secteurs concernés, des réunions
pluriprofessionnelles de discussion de cas de malades
sont mises en place.
Dans les secteurs concernés, des actions de soutien
des soignants, notamment en situation de crise, sont
mises en œuvre.
autour de l'intervention pluridisciplinaire de l'équipe mobile de
soins palliatifs. Néanmoins, tous les projets de supports
d'informations écrites ne sont pas complètement aboutis. Le plan
d'actions du COPIDOU-SP pour 2013 prévoit de poursuivre la
formation des équipes sur cette thématique.
Réponses aux EA
Oui
Oui
Oui
Oui
Constats
Dans les situations complexes d'inconfort, les équipes soignantes
sollicitent facilement l'équipe mobile de soins palliatifs qui est
basée sur l'établissement. Avec elle, elles élaborent, en lien avec
le patient et son entourage, un projet de soins personnalisé qui est
formalisé et tracé. Les liens importants avec le réseau ARCADE
permettent la continuité de prise en charge en cas de retour à
domicile.
Depuis plusieurs années, une formation interne sur la démarche
palliative est proposée aux professionnels de l'établissement.
Cette formation a des supports pédagogiques qui sont réactualisés
régulièrement en fonction de l'évolution des connaissances. Cette
formation est reconduite aussi sur le plan de formation 2013.
L'établissement a mis en place une démarche palliative. Dans les
situations rencontrées par les professionnels le nécessitant, des
réunions pluriprofessionnelles ont lieu pour discuter de cas de
malades. Ces réunions bénéficient d'une traçabilité. Un
représentant de l'EMSP participe au moins une fois par semaine
aux réunions pluridisciplinaires. La pratique de l'établissement fait
que c'est l'équipe mobile de soins palliatifs qui trace la discussion
du cas du malade dans le dossier.
L'établissement offre aux soignants qui le souhaitent l'accès à un
groupe de parole. Par ailleurs, l'équipe mobile de soins palliatifs
répond aux sollicitations le cas échéant. Une psychologue du
travail peut aussi intervenir.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
186
Les professionnels de l'établissement sont informés des
dispositifs légaux concernant les droits des patients et la
fin de vie.
L'action des associations d'accompagnement et de
leurs bénévoles est facilitée.
E3 Evaluer et améliorer
La prise en charge des patients en fin de vie fait l'objet
d'une évaluation pluriprofessionnelle en lien avec les
structures concernées (comité d'éthique ou équivalent,
CRU, CME, commission de soins, etc.).
Les secteurs d'activité concernés mettent en place une
réflexion sur la limitation et l'arrêt des traitements.
Oui
En grande partie
Des soirées thématiques sont organisées par l'EMSP : la
souffrance des soignants, la loi Leonetti.
En 2012, une soirée sur la loi portant sur la prise en charge de la
fin de vie a été réalisée. Un retour de cette soirée a été
communiqué auprès des équipes.
Plusieurs associations de bénévoles interviennent dans
l'établissement. Une association d'accompagnement a signé une
convention avec l'établissement il y a plusieurs années.
Actuellement, dans la pratique, elle n'intervient que de façon
occasionnelle au sein de l'établissement, mais plus régulièrement
dans le cadre des prises en charge au domicile avec le réseau
"ARCADE".
Réponses aux EA
En grande partie
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre.
En grande partie
Constats
L'établissement, depuis plusieurs années, a mis en place une
commission baptisée le COPIDOU-SP afin d'avoir une réflexion
active sur l'ensemble des secteurs d'activité tant sur la prise en
charge de la douleur que sur la prise en charge des situations
complexes de patient atteint de maladie grave. Ceci permet d'avoir
un plan d'actions annuel afin de développer des réponses
adaptées aux situations rencontrées. Un groupe de réflexion
éthique est réactivé depuis peu de temps dans le cadre d'une
collaboration inter-établissements.
Lors de situations relevant d'une limitation ou d'un arrêt de
traitement, une réflexion pluridisciplinaire est menée et tracée
dans le dossier du patient par l'équipe mobile de soins palliatifs.
Le COPIDOU-SP est la commission qui suit les problématiques
concernant la prise en charge de la douleur et des soins palliatifs
sur l'établissement. Il élabore un compte-rendu annuel de son
activité et un plan d'actions annuel. Néanmoins, toutes les actions
envisagées ne sont pas mises en oeuvre.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
187
Référence 13: La fin de vie
Critère 13.a - Soins de longue durée
Prise en charge et droits des patients en fin de vie
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation permettant l'évaluation et la prise en
charge des besoins des patients en fin de vie est en
place.
Des modalités de recueil de la volonté du patient et, le
cas échéant, de conservation des directives anticipées
sont définies.
Les patients adultes reçoivent des informations écrites
sur leur droit d'accepter ou de refuser des traitements
de maintien en vie ou les traitements de réanimation, et
sur leur droit d'établir des
Oui
Constats
L'établissement a structuré son organisation pour la prise en
charge de soins palliatifs. Cette organisation s'intègre dans une
dynamique régionale autour du réseau "ARCADE" dont il est un
des acteurs. Il existe des lits identifiés et une équipe mobile interhospitalière rattachée à l'établissement. Une organisation est en
place depuis plusieurs dizaines d'année et a évolué en fonction
des pratiques. Cette organisation apparaît dans le projet médical
d'établissement en cours de réactualisation.
Partiellement
L'établissement a mené une réflexion et une formation des
équipes autour des modalités du recueil de la volonté du patient.
Cette dynamique s'est structurée autour de la loi de la prise en
charge de la fin de vie. Cependant, les modalités de conservation
des directives anticipées ne sont pas définies à ce jour.
En grande partie
L'établissement a mené dans l'ensemble de ces secteurs d'activité
une réflexion de dialogue et d'échange avec le patient autour de
son adhésion aux soins, dans un contexte palliatif. Cette
dynamique s'articule en termes de traçabilité
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
188
directives anticipées.
En grande partie
E2 Mettre en oeuvre
Des projets de prise en charge des patients et de leurs
proches sont définis et mis en œuvre.
Les professionnels concernés bénéficient de formations
pluridisciplinaires et pluriprofessionnelles sur la
démarche palliative.
Dans les secteurs concernés, des réunions
pluriprofessionnelles de discussion de cas de malades
sont mises en place.
Dans les secteurs concernés, des actions de soutien
des soignants, notamment en situation de crise, sont
mises en œuvre.
autour de l'intervention pluridisciplinaire de l'équipe mobile de
soins palliatifs. Néanmoins, tous les projets de supports
d'informations écrites ne sont pas complètement aboutis. Le plan
d'actions du COPIDOU-SP pour 2013 prévoit de poursuivre la
formation des équipes sur cette thématique.
Réponses aux EA
Oui
Oui
Oui
Oui
Constats
Dans les situations complexes d'inconfort, les équipes soignantes
sollicitent facilement l'équipe mobile de soins palliatifs qui est
basée sur l'établissement. Avec elle, elles élaborent, en lien avec
le patient et son entourage, un projet de soins personnalisé qui est
formalisé et tracé. Les liens importants avec le réseau ARCADE
permettent la continuité de prise en charge en cas de retour à
domicile.
Depuis plusieurs années, une formation interne sur la démarche
palliative est proposée aux professionnels de l'établissement.
Cette formation a des supports pédagogiques qui sont réactualisés
régulièrement en fonction de l'évolution des connaissances. Cette
formation est reconduite aussi sur le plan de formation 2013.
L'établissement a mis en place une démarche palliative. Dans les
situations rencontrées par les professionnels le nécessitant, des
réunions pluriprofessionnelles ont lieu pour discuter de cas de
malades. Ces réunions bénéficient d'une traçabilité. Un
représentant de l'EMSP participe au moins une fois par semaine
aux réunions pluridisciplinaires. La pratique de l'établissement fait
que c'est l'équipe mobile de soins palliatifs qui trace la discussion
du cas du malade dans le dossier.
L'établissement offre aux soignants qui le souhaitent l'accès à un
groupe de parole. Par ailleurs, l'équipe mobile de soins palliatifs
répond aux sollicitations le cas échéant. Une psychologue du
travail peut aussi intervenir.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
189
Les professionnels de l'établissement sont informés des
dispositifs légaux concernant les droits des patients et la
fin de vie.
L'action des associations d'accompagnement et de
leurs bénévoles est facilitée.
E3 Evaluer et améliorer
La prise en charge des patients en fin de vie fait l'objet
d'une évaluation pluriprofessionnelle en lien avec les
structures concernées (comité d'éthique ou équivalent,
CRU, CME, commission de soins, etc.).
Les secteurs d'activité concernés mettent en place une
réflexion sur la limitation et l'arrêt des traitements.
Oui
En grande partie
Des soirées thématiques sont organisées par l'EMSP : la
souffrance des soignants, la loi Leonetti.
En 2012, une soirée sur la loi portant sur la prise en charge de la
fin de vie a été réalisée. Un retour de cette soirée a été
communiqué auprès des équipes.
Plusieurs associations de bénévoles interviennent dans
l'établissement. Une association d'accompagnement a signé une
convention avec l'établissement il y a plusieurs années.
Actuellement, dans la pratique, elle n'intervient que de façon
occasionnelle au sein de l'établissement, mais plus régulièrement
dans le cadre des prises en charge au domicile avec le réseau
"ARCADE".
Réponses aux EA
En grande partie
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre.
En grande partie
Constats
L'établissement, depuis plusieurs années, a mis en place une
commission baptisée le COPIDOU-SP afin d'avoir une réflexion
active sur l'ensemble des secteurs d'activité tant sur la prise en
charge de la douleur que sur la prise en charge des situations
complexes de patient atteint de maladie grave. Ceci permet d'avoir
un plan d'actions annuel afin de développer des réponses
adaptées aux situations rencontrées. Un groupe de réflexion
éthique est réactivé depuis peu de temps dans le cadre d'une
collaboration inter-établissements.
Lors de situations relevant d'une limitation ou d'un arrêt de
traitement, une réflexion pluridisciplinaire est menée et tracée
dans le dossier du patient par l'équipe mobile de soins palliatifs.
Le COPIDOU-SP est la commission qui suit les problématiques
concernant la prise en charge de la douleur et des soins palliatifs
sur l'établissement. Il élabore un compte-rendu annuel de son
activité et un plan d'actions annuel. Néanmoins, toutes les actions
envisagées ne sont pas mises en oeuvre.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
190
PARTIE 2. GESTION DES DONNÉES DU PATIENT
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
191
Référence 14: Le dossier du patient
Critère 14.a - Court Séjour
Gestion du dossier du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement a établi une procédure définissant les règles
relatives à la tenue du dossier en médecine, et énuméré les pièces
constitutives du dossier. Le dispositif d'information concernant ces
règles est diffusé auprès des professionnels. Les cibles sont
identifiées et les objectifs connus.
Les règles de tenue du dossier sont formalisées et
diffusées.
Les règles d'accès au dossier, comprenant les données
issues de consultations ou hospitalisations antérieures,
pour les professionnels habilités, sont formalisées et
diffusées.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Oui
Compte tenu de la classe pour l'indicateur "Tenue du dossier
patient" et de sa valeur de 96 avec un intervalle de confiance à 95
% = [94-98] pour la campagne de recueil 2011.
Les éléments constitutifs des étapes de la prise en
charge du patient sont tracés en temps utile dans le
dossier du patient.
Les éléments du dossier patient pour l'hospitalisation en cours et
les hospitalisations antérieures sont accessibles aux
professionnels concernés. Cependant, bien que les règles d'accès
au dossier soient connues de tous les intervenants, elles ne sont
pas formalisées. De même, l'établissement n'a pas structuré un
dispositif d'information des professionnels sur les règles établies.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
192
La communication du dossier, entre l'ensemble des
professionnels impliqués dans la prise en charge et
avec les correspondants externes, est assurée en
temps utile.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la gestion du dossier du patient est
réalisée, notamment sur la base d'indicateurs.
Les résultats des évaluations conduisent aux
améliorations nécessaires.
En grande partie
La communication du dossier entre les professionnels de
l'établissement est assurée. Les professionnels externes ou
libéraux ont accès au dossier.
Les familles peuvent obtenir l'accès au dossier en s'adressant à la
direction au moyen d'un imprimé définissant les modalités de
communication. Celle-ci est réalisée dans les huit jours, et plus
rapidement en cas de retrait du dossier dans l'établissement.
Cependant, en médecine, la consultation des éléments d'imagerie
médicale du dossier s'effectue au secrétariat médical, et non pas
dans le secteur d'activité.
Réponses aux EA
Oui
Oui
Constats
L'établissement recueille l'indicateur "Tenue du dossier patient".
Dans le cadre de la tenue du dossier patient, il a mis en oeuvre
d'autres méthodes d'évaluation au moyen des EPP (sur
l'évaluation de la douleur, la prévention du risque d'escarre et le
dépistage du risque de dénutrition).
Les résultats des évaluations relevant de la mise en oeuvre des
EPP ont conduit l'établissement à mettre en place des actions
d'amélioration (nutrition, douleur, escarres, dossier patient).
L'indicateur sur la tenue du dossier est en évolution par rapport à
l'année précédente. Les référents des sous-commissions de la
CME sont chargés de la coordination et du suivi de la mise en
oeuvre de ces actions d'amélioration.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
193
Référence 14: Le dossier du patient
Critère 14.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Gestion du dossier du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les règles de tenue du dossier sont formalisées et
diffusées.
Les règles d'accès au dossier, comprenant les données
issues de consultations ou hospitalisations antérieures,
pour les professionnels habilités, sont formalisées et
diffusées.
En grande partie
Partiellement
Constats
L'établissement a établi une procédure définissant les règles
relatives à la tenue du dossier, et énuméré les pièces constitutives
du dossier. Le dispositif d'information concernant ces règles est
diffusé auprès des professionnels. Les cibles sont identifiées et les
objectifs connus.
Cependant, si les services du SSR gériatrique, des EVC et éveil
prennent en compte les règles de tenue du dossier, en SSR MPR,
on constate un éclatement des pièces du dossier non prévu dans
le guide d'utilisation : tous les thérapeutes du plateau technique de
rééducation ont leur propre dossier qui n'intègre le dossier patient
du service d'hospitalisation, qu'à la clôture de la prise en charge.
L'indicateur IPAQSS relève l'organisation et le classement du
dossier à seulement 36 %.
Les éléments du dossier patient pour l'hospitalisation en cours et
les hospitalisations antérieures sont accessibles aux
professionnels concernés. Cependant, bien que les règles d'accès
au dossier soient connues de tous les intervenants, elles ne sont
pas formalisées. De même, l'établissement n'a pas structuré un
dispositif d'information des professionnels
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
194
sur les règles établies.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Les éléments constitutifs des étapes de la prise en
charge du patient sont tracés en temps utile dans le
dossier du patient.
La communication du dossier, entre l'ensemble des
professionnels impliqués dans la prise en charge et
avec les correspondants externes, est assurée en
temps utile.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la gestion du dossier du patient est
réalisée, notamment sur la base d'indicateurs.
Les résultats des évaluations conduisent aux
améliorations nécessaires.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Compte tenu de la classe pour l'indicateur "Tenue du dossier
patient" et de sa valeur de 78 avec un intervalle de confiance à 95
% = [76-80] pour la campagne de recueil 2011.
En grande partie
Les professionnels externes ou libéraux ont accès au dossier. Les
familles peuvent obtenir l'accès au dossier en s'adressant à la
direction au moyen d'un imprimé définissant les modalités de
communication. Celle-ci est réalisée dans les huit jours, et plus
rapidement en cas de retrait du dossier dans l'établissement. En
MPR, la consultation des éléments d'imagerie médicale du dossier
s'effectue au secrétariat médical du secteur d'activité, ou dans le
bureau de soins (EVC et éveil). Cependant, la communication du
dossier entre les professionnels
de l'établissement bien que réalisée, reste freinée par l'éclatement
du dossier au niveau du plateau technique de rééducation.
L'établissement travaille sur la mise en place du dossier patient
informatique dans le cadre d'un groupe projet GSI.
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement recueille l'indicateur "Tenue du dossier patient".
Dans le cadre de la tenue du dossier patient, il a mis en oeuvre
d'autres méthodes d'évaluation au moyen des EPP (sur
l'évaluation de la douleur, la prévention du risque d'escarre et le
dépistage du risque de dénutrition).
Oui
Les résultats des évaluations relevant de la mise en oeuvre des
EPP ont conduit l'établissement à mettre en place des actions
d'amélioration (nutrition, douleur, escarres, dossier patient). Les
référents des sous-commissions de la CME sont
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
195
Oui
chargés de leur coordination et du suivi de leur mise en oeuvre.
Bien que le score concernant l'organisation et le classement du
dossier ne soit que de 36 %, l'indicateur de la tenue du dossier est
en hausse par rapport à l'année précédente.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
196
Référence 14: Le dossier du patient
Critère 14.a - Soins de longue durée
Gestion du dossier du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement a établi une procédure définissant les règles
relatives à la tenue du dossier, et énuméré les pièces constitutives
du dossier. Le dispositif d'information concernant ces règles est
diffusé auprès des professionnels. Les cibles sont identifiées et les
objectifs connus.
Les règles de tenue du dossier sont formalisées et
diffusées.
Les règles d'accès au dossier, comprenant les données
issues de consultations ou hospitalisations antérieures,
pour les professionnels habilités, sont formalisées et
diffusées.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement a mis en place une organisation permettant aux
personnels médicaux et soignants, la traçabilité en temps utile des
éléments constitutifs de la prise en charge du patient.
Les éléments constitutifs des étapes de la prise en
charge du patient sont tracés en temps utile dans le
dossier du patient.
Les éléments du dossier patient pour l'hospitalisation en cours et
les hospitalisations antérieures sont accessibles aux
professionnels concernés. Cependant, bien que les règles d'accès
au dossier soient connues de tous les intervenants, elles ne sont
pas formalisées. De même, l'établissement n'a pas structuré un
dispositif d'information des professionnels sur les règles en place.
La mise en place prochaine (mars 2013) du dossier patient
informatisé sera l'occasion pour ce secteur d'activité de formaliser
les règles d'accès au dossier.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
197
La communication du dossier, entre l'ensemble des
professionnels impliqués dans la prise en charge et
avec les correspondants externes, est assurée en
temps utile.
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation de la gestion du dossier du patient est
réalisée, notamment sur la base d'indicateurs.
Les résultats des évaluations conduisent aux
améliorations nécessaires.
Oui
La communication du dossier entre les professionnels de
l'établissement est assurée. Les professionnels externes ou
libéraux ont accès au dossier.
Les familles peuvent obtenir l'accès au dossier en s'adressant à la
direction au moyen d'un imprimé définissant les modalités de
communication. Celle-ci est réalisée dans les huit jours pour les
correspondants externes, ou plus rapidement en cas de retrait du
dossier dans l'établissement.
En USLD, la consultation des éléments d'imagerie médicale du
dossier s'effectue dans le bureau de soins du secteur d'activité.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
L'établissement n'est pas tenu de recueillir l'indicateur "Tenue du
dossier patient". Il a réalisé en 2012 une évaluation des dossiers
en USLD, s'inspirant du modèle IPAQSS. Les résultats de cette
évaluation montrent que la gestion du dossier du patient est en
grande partie réalisée selon les recommandations.
Oui
Les résultats des évaluations relevant de la mise en oeuvre des
EPP ont conduit l'établissement à mettre en place des actions
d'amélioration (nutrition, douleur, escarres, dossier patient). Les
référents des sous-commissions de la CME sont chargés de leur
coordination et du suivi de leur mise en oeuvre.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
198
Référence 14: Le dossier du patient
Critère 14.b - Court Séjour
Accès du patient à son dossier
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'accès du patient à son dossier est organisé.
L'établissement a formalisé l'accès du dossier avec une procédure
conforme à la réglementation.
Les modalités décrites prennent en compte la spécificité des
patients et des demandeurs.
Réponses aux EA
Constats
L'accès du patient à son dossier est organisé.
E2 Mettre en oeuvre
Le patient est informé des droits d'accès à son dossier.
Oui
L'accès du patient à son dossier est assuré dans les
délais définis par la réglementation.
Oui
Un dispositif d'information des droits du patient pour l'accès au
dossier est mis en place.
Le livret d'accueil comporte les informations et les modalités
nécessaires. Remis à l'admission, il est déployé dans tous les
secteurs d'activité.
L'établissement a réalisé un formulaire de demande d'accès qui
est adressé à la première sollicitation des demandeurs.
Une personne chargée de clientèle est identifiée pour assurer le
respect des délais d'accès au dossier. Ces délais sont compatibles
avec la réglementation : dans les huit jours après réception du
formulaire, et plus rapidement lors du retrait du dossier dans
l'établissement. Un suivi des demandes est réalisé, et il est intégré
au rapport annuel de
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
199
la CRU.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation des délais de transmission des dossiers
aux patients donne lieu à des actions d'amélioration.
La CRU est informée du nombre de demandes, des
délais de transmission et du suivi des actions
d'amélioration mises en œuvre.
Réponses aux EA
En grande partie
Oui
Constats
Le respect des délais de transmission n'engendre pas d'actions
d'amélioration significatives. La coordination et le suivi des actions
d'amélioration sont structurés. Le plan d'actions est suivi par la
personne chargée de la clientèle. Les limites rencontrées sont de
deux ordres : la période estivale avec un personnel restreint
(congés) et le regroupement des dossiers lorsqu'il y a lieu.
La CRU se réunit quatre fois par an, et elle est tenue informée à
chaque réunion du nombre des demandes. Le tableau de bord du
suivi des demandes est fourni. Les délais de transmission sont
communiqués.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
200
Référence 14: Le dossier du patient
Critère 14.b - Soins de suite et/ou de réadaptation
Accès du patient à son dossier
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'accès du patient à son dossier est organisé.
L'établissement a formalisé l'accès du dossier avec une procédure
conforme à la réglementation.
Les modalités décrites prennent en compte la spécificité des
patients et des demandeurs.
Réponses aux EA
Constats
L'accès du patient à son dossier est organisé.
E2 Mettre en oeuvre
Le patient est informé des droits d'accès à son dossier.
Oui
L'accès du patient à son dossier est assuré dans les
délais définis par la réglementation.
Oui
Un dispositif d'information des droits du patient pour l'accès au
dossier est mis en place.
Le livret d'accueil comporte les informations et les modalités
nécessaires. Remis à l'admission, il est déployé dans tous les
secteurs d'activité.
L'établissement a réalisé un formulaire de demande d'accès qui
est adressé à la première sollicitation des demandeurs.
Une personne chargée de clientèle est identifiée pour assurer le
respect des délais d'accès au dossier. Ces délais sont compatibles
avec la réglementation : dans les huit jours après réception du
formulaire, et plus rapidement lors du retrait du dossier dans
l'établissement. Un suivi des demandes est réalisé, et il est intégré
au rapport annuel de
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
201
la CRU.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation des délais de transmission des dossiers
aux patients donne lieu à des actions d'amélioration.
La CRU est informée du nombre de demandes, des
délais de transmission et du suivi des actions
d'amélioration mises en œuvre.
Réponses aux EA
En grande partie
Oui
Constats
Le respect des délais de transmission n'engendre pas d'actions
d'amélioration significatives. La coordination et le suivi des actions
d'amélioration sont structurés. Le plan d'actions est suivi par la
personne chargée de la clientèle. Les limites rencontrées sont de
deux ordres : la période estivale avec un personnel restreint
(congés) et le regroupement des dossiers lorsqu'il y a lieu.
La CRU se réunit quatre fois par an, et elle est tenue informée à
chaque réunion du nombre des demandes. Le tableau de bord du
suivi des demandes est fourni. Les délais de transmission sont
communiqués.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
202
Référence 14: Le dossier du patient
Critère 14.b - Soins de longue durée
Accès du patient à son dossier
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'accès du patient à son dossier est organisé.
L'établissement a formalisé l'accès du dossier avec une procédure
conforme à la réglementation.
Les modalités décrites prennent en compte la spécificité des
patients et des demandeurs.
Réponses aux EA
Constats
L'accès du patient à son dossier est organisé.
E2 Mettre en oeuvre
Le patient est informé des droits d'accès à son dossier.
Oui
L'accès du patient à son dossier est assuré dans les
délais définis par la réglementation.
Oui
Un dispositif d'information des droits du patient pour l'accès au
dossier est mis en place.
Le livret d'accueil comporte les informations et les modalités
nécessaires. Remis à l'admission, il est déployé dans tous les
secteurs d'activité.
L'établissement a réalisé un formulaire de demande d'accès qui
est adressé à la première sollicitation des demandeurs.
Une personne chargée de clientèle est identifiée pour assurer le
respect des délais d'accès au dossier. Ces délais sont compatibles
avec la réglementation : dans les huit jours après réception du
formulaire, et plus rapidement lors du retrait du dossier dans
l'établissement. Un suivi des demandes est réalisé, et il est intégré
au rapport annuel de
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
203
la CRU.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
L'évaluation des délais de transmission des dossiers
aux patients donne lieu à des actions d'amélioration.
La CRU est informée du nombre de demandes, des
délais de transmission et du suivi des actions
d'amélioration mises en œuvre.
Réponses aux EA
En grande partie
Oui
Constats
Le respect des délais de transmission n'engendre pas d'actions
d'amélioration significatives. La coordination et le suivi des actions
d'amélioration sont structurés. Le plan d'actions est suivi par la
personne chargée de la clientèle. Les limites rencontrées sont de
deux ordres : la période estivale avec un personnel restreint
(congés) et le regroupement des dossiers lorsqu'il y a lieu.
La CRU se réunit quatre fois par an, et elle est tenue informée à
chaque réunion du nombre des demandes. Le tableau de bord du
suivi des demandes est fourni. Les délais de transmission sont
communiqués.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
204
Référence 15: l'identification du patient
Critère 15.a - Court Séjour
Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation et des moyens permettant de fiabiliser
l'identification du patient à toutes les étapes de sa prise
en charge sont définis.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Une organisation relative à l'identification du patient est en place
pour l'ensemble des prises en charge dans l'établissement. Une
politique d'identification du patient, validée par la direction et les
instances, est formalisée. Une cellule d'identitovigilance est en
place depuis 2009. L'établissement a choisi de généraliser le port
systématique d'un bracelet d'identification pour l'ensemble des
patients, sous réserve de leur acceptation. L'acceptation du port
de ce bracelet d'identification est tracée dans le dossier du patient.
La gestion des situations particulières (enregistrement secret...)
est prise en compte par l'intermédiaire de procédures spécifiques.
Des affichages d'information sur les règles et enjeux de
l'identitovigilance à destination des patients et des professionnels
sont en place dans les services et les postes de soins.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
205
Le personnel de l'accueil administratif et les
professionnels de santé sont formés à la surveillance et
à la prévention des erreurs d'identification du patient.
Le personnel de l'accueil administratif met en œuvre les
procédures de vérification de l'identité du patient.
En grande partie
Oui
Les professionnels de santé vérifient la concordance
entre l'identité du bénéficiaire de l'acte et la prescription,
avant tout acte diagnostique ou thérapeutique.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La fiabilité de l'identification du patient à toutes les
étapes de la prise en charge est évaluée à périodicité
définie (indicateurs, audits), et les erreurs sont
analysées et corrigées.
En grande partie
Les professionnels de l'accueil administratif ont bénéficié de
formations sur la surveillance et la prévention des erreurs
d'identification. Les professionnels de santé ont bénéficié de
diverses actions d'information sur les bonnes pratiques
d'identitovigilance : articles dans le journal interne, distribution
d'une plaquette informative à l'ensemble des personnels, rappels
en réunions de services. Cependant, aucune formation spécifique
n'a été organisée à l'attention des professionnels de santé.
L'établissement a mis en place différents modes opératoires
relatifs à la création, la modification et la vérification de l'identité du
patient. Pour s'assurer de la mise en oeuvre des différents
protocoles, l'établissement a mis en place le suivi d'un indicateur
dédié : le taux moyen d'identité validée.
Avant tout acte, les professionnels de santé s'assurent de l'identité
du patient. Le port du bracelet d'identification dans l'ensemble des
services favorise la vérification de la concordance entre la
prescription et l'identité du patient. L'ensemble des procédures de
soins rappellent la nécessité de procéder à la vérification de
l'identité du patient avant tout acte.
Cependant, en dehors d'observations informelles réalisées par
l'encadrement, il n'existe pas d'organisation permettant de vérifier
le respect des bonnes pratiques de vérification d'identité de la part
des professionnels de santé.
Constats
Au niveau des services administratifs, l'évaluation du respect des
modes opératoires est réalisée via l'indicateur "Taux moyen
d'identité validée". Les résultats de cet indicateur sont en
augmentation importante entre 2011 et 2012.
Le taux de fusion et de doublons, ainsi que le nombre des nonconformités au niveau du laboratoire sont suivis en continu. La
traçabilité des fusions est réalisée. Les créateurs de doublons sont
tracés, avertis et sensibilisés. L'établissement a réalisé en avril
2012 un audit relatif à l'application de la procédure de fusion.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
206
En grande partie
L'établissement a mené différentes actions d'amélioration, en
regard des évaluations qu'il avait menées : mise en place de
l'indicateur "Taux d'identité validée", sensibilisation des
professionnels, mise en place systématique du bracelet
d'identification, mise en place d'étiquettes spécifiques.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
207
Référence 15: l'identification du patient
Critère 15.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation et des moyens permettant de fiabiliser
l'identification du patient à toutes les étapes de sa prise
en charge sont définis.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Une organisation relative à l'identification du patient est en place
pour l'ensemble des prises en charge dans l'établissement. Une
politique d'identification du patient, validée par la direction et les
instances, est formalisée. Une cellule d'identitovigilance est en
place depuis 2009. L'établissement a choisi de généraliser le port
systématique d'un bracelet d'identification pour l'ensemble des
patients, sous réserve de leur acceptation. L'acceptation du port
de ce bracelet d'identification est tracée dans le dossier du patient.
La gestion des situations particulières (enregistrement secret...)
est prise en compte par l'intermédiaire de procédures spécifiques.
Des affichages d'information sur les règles et enjeux de
l'identitovigilance à destination des patients et des professionnels
sont en place dans les services et les postes de soins.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
208
Le personnel de l'accueil administratif et les
professionnels de santé sont formés à la surveillance et
à la prévention des erreurs d'identification du patient.
Le personnel de l'accueil administratif met en œuvre les
procédures de vérification de l'identité du patient.
En grande partie
Oui
Les professionnels de santé vérifient la concordance
entre l'identité du bénéficiaire de l'acte et la prescription,
avant tout acte diagnostique ou thérapeutique.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La fiabilité de l'identification du patient à toutes les
étapes de la prise en charge est évaluée à périodicité
définie (indicateurs, audits), et les erreurs sont
analysées et corrigées.
En grande partie
Les professionnels de l'accueil administratif ont bénéficié de
formations sur la surveillance et la prévention des erreurs
d'identification. Les professionnels de santé ont bénéficié de
diverses actions d'information sur les bonnes pratiques
d'identitovigilance : articles dans le journal interne, distribution
d'une plaquette informative à l'ensemble des personnels, rappels
en réunions de services. Cependant, aucune formation spécifique
n'a été organisée à l'attention des professionnels de santé.
L'établissement a mis en place différents modes opératoires
relatifs à la création, la modification et la vérification de l'identité du
patient. Pour s'assurer de la mise en oeuvre des différents
protocoles, l'établissement a mis en place le suivi d'un indicateur
dédié : le taux moyen d'identité validée.
Avant tout acte, les professionnels de santé s'assurent de l'identité
du patient. Le port du bracelet d'identification dans l'ensemble des
services favorise la vérification de la concordance entre la
prescription et l'identité du patient. L'ensemble des procédures de
soins rappellent la nécessité de procéder à la vérification de
l'identité du patient avant tout acte.
Cependant, en dehors d'observations informelles réalisées par
l'encadrement, il n'existe pas d'organisation permettant de vérifier
le respect des bonnes pratiques de vérification d'identité de la part
des professionnels de santé.
Constats
Au niveau des services administratifs, l'évaluation du respect des
modes opératoires est réalisée via l'indicateur "Taux moyen
d'identité validée". Les résultats de cet indicateur sont en
augmentation importante entre 2011 et 2012.
Le taux de fusion et de doublons, ainsi que le nombre des nonconformités au niveau du laboratoire sont suivis en continu. La
traçabilité des fusions est réalisée. Les créateurs de doublons sont
tracés, avertis et sensibilisés. L'établissement a réalisé en avril
2012 un audit relatif à l'application de la procédure de fusion.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
209
En grande partie
L'établissement a mené différentes actions d'amélioration, en
regard des évaluations qu'il avait menées : mise en place de
l'indicateur "Taux d'identité validée", sensibilisation des
professionnels, mise en place systématique du bracelet
d'identification, mise en place d'étiquettes spécifiques.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
210
Référence 15: l'identification du patient
Critère 15.a - Soins de longue durée
Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Une organisation et des moyens permettant de fiabiliser
l'identification du patient à toutes les étapes de sa prise
en charge sont définis.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Constats
Une organisation relative à l'identification du patient est en place
pour l'ensemble des prises en charge dans l'établissement. Une
politique d'identification du patient, validée par la direction et les
instances, est formalisée. Une cellule d'identitovigilance est en
place depuis 2009. L'établissement a choisi de généraliser le port
systématique d'un bracelet d'identification pour l'ensemble des
patients, sous réserve de leur acceptation. L'acceptation du port
de ce bracelet d'identification est tracée dans le dossier du patient.
La gestion des situations particulières (enregistrement secret...)
est prise en compte par l'intermédiaire de procédures spécifiques.
Des affichages d'information sur les règles et enjeux de
l'identitovigilance à destination des patients et des professionnels
sont en place dans les services et les postes de soins.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
211
Le personnel de l'accueil administratif et les
professionnels de santé sont formés à la surveillance et
à la prévention des erreurs d'identification du patient.
Le personnel de l'accueil administratif met en œuvre les
procédures de vérification de l'identité du patient.
En grande partie
Oui
Les professionnels de santé vérifient la concordance
entre l'identité du bénéficiaire de l'acte et la prescription,
avant tout acte diagnostique ou thérapeutique.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La fiabilité de l'identification du patient à toutes les
étapes de la prise en charge est évaluée à périodicité
définie (indicateurs, audits), et les erreurs sont
analysées et corrigées.
En grande partie
Les professionnels de l'accueil administratif ont bénéficié de
formations sur la surveillance et la prévention des erreurs
d'identification. Les professionnels de santé ont bénéficié de
diverses actions d'information sur les bonnes pratiques
d'identitovigilance : articles dans le journal interne, distribution
d'une plaquette informative à l'ensemble des personnels, rappels
en réunions de services. Cependant, aucune formation spécifique
n'a été organisée à l'attention des professionnels de santé.
L'établissement a mis en place différents modes opératoires
relatifs à la création, la modification et la vérification de l'identité du
patient. Pour s'assurer de la mise en oeuvre des différents
protocoles, l'établissement a mis en place le suivi d'un indicateur
dédié : le taux moyen d'identité validée.
Avant tout acte, les professionnels de santé s'assurent de l'identité
du patient. Le port du bracelet d'identification dans l'ensemble des
services favorise la vérification de la concordance entre la
prescription et l'identité du patient. L'ensemble des procédures de
soins rappellent la nécessité de procéder à la vérification de
l'identité du patient avant tout acte.
Cependant, en dehors d'observations informelles réalisées par
l'encadrement, il n'existe pas d'organisation permettant de vérifier
le respect des bonnes pratiques de vérification d'identité de la part
des professionnels de santé.
Constats
Au niveau des services administratifs, l'évaluation du respect des
modes opératoires est réalisée via l'indicateur "Taux moyen
d'identité validée". Les résultats de cet indicateur sont en
augmentation importante entre 2011 et 2012.
Le taux de fusion et de doublons, ainsi que le nombre des nonconformités au niveau du laboratoire sont suivis en continu. La
traçabilité des fusions est réalisée. Les créateurs de doublons sont
tracés, avertis et sensibilisés. L'établissement a réalisé en avril
2012 un audit relatif à l'application de la procédure de fusion.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
212
En grande partie
L'établissement a mené différentes actions d'amélioration, en
regard des évaluations qu'il avait menées : mise en place de
l'indicateur "Taux d'identité validée", sensibilisation des
professionnels, mise en place systématique du bracelet
d'identification, mise en place d'étiquettes spécifiques...
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
213
PARTIE 3. PARCOURS DU PATIENT
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
214
Référence 16: l'accueil du patient
Critère 16.a - Court Séjour
Dispositif d'accueil du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des modalités d'accueil du patient sont définies,
notamment celles qui concernent la remise du livret
d'accueil.
L'accueil et les locaux sont adaptés aux personnes
handicapées.
Des dispositions sont prises afin d'assurer la prise en
charge ou l'orientation des personnes se présentant
pour une urgence.
E2 Mettre en oeuvre
Le patient reçoit une information claire, compréhensible
et adaptée sur les conditions de prise en charge.
Constats
En grande partie
En grande partie
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
215
Le personnel est formé à l'accueil et à l'écoute du
patient.
Oui
Le délai prévisible de prise en charge est annoncé.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Le dispositif d'accueil du patient est évalué.
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre en lien
avec la CRU.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
216
Référence 16: l'accueil du patient
Critère 16.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Dispositif d'accueil du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des modalités d'accueil du patient sont définies,
notamment celles qui concernent la remise du livret
d'accueil.
L'accueil et les locaux sont adaptés aux personnes
handicapées.
Des dispositions sont prises afin d'assurer la prise en
charge ou l'orientation des personnes se présentant
pour une urgence.
E2 Mettre en oeuvre
Le patient reçoit une information claire, compréhensible
et adaptée sur les conditions de prise en charge.
Constats
Oui
En grande partie
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
217
Le personnel est formé à l'accueil et à l'écoute du
patient.
En grande partie
Le délai prévisible de prise en charge est annoncé.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Le dispositif d'accueil du patient est évalué.
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre en lien
avec la CRU.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
218
Référence 16: l'accueil du patient
Critère 16.a - Soins de longue durée
Dispositif d'accueil du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des modalités d'accueil du patient sont définies,
notamment celles qui concernent la remise du livret
d'accueil.
L'accueil et les locaux sont adaptés aux personnes
handicapées.
Des dispositions sont prises afin d'assurer la prise en
charge ou l'orientation des personnes se présentant
pour une urgence.
E2 Mettre en oeuvre
Le patient reçoit une information claire, compréhensible
et adaptée sur les conditions de prise en charge.
Constats
En grande partie
En grande partie
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
219
Le personnel est formé à l'accueil et à l'écoute du
patient.
Oui
Le délai prévisible de prise en charge est annoncé.
service de long séjour
NA
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
Le dispositif d'accueil du patient est évalué.
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en œuvre en lien
avec la CRU.
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
220
Référence 17: l'évaluation de l'état de santé du patient
Critère 17.a - Court Séjour
Evaluation initiale et continue de l'état de santé du patient et projet de soins personnallisé
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La prise en charge du patient est établie en fonction
d'une évaluation initiale de son état de santé, et prend
en compte l'ensemble de ses besoins.
Oui
L'organisation des prises en charge en fonction des
objectifs de soins permet aux patients hospitalisés sans
consentement et aux détenus l'accès aux activités
thérapeutiques.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
L'évaluation initiale du patient est réalisée dans un délai
adapté à son état de santé.
Un projet de soins personnalisé est élaboré avec les
professionnels concernés (projet de vie en USLD).
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
221
La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans
l'élaboration du projet de soins personnalisé.
Oui
Le projet de soins personnalisé est réajusté en fonction
d'évaluations périodiques de l'état de santé du patient,
en impliquant le patient et, s'il y a lieu, l'entourage.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Des actions d'évaluation sont conduites afin de
s'assurer de la traçabilité des informations.
Des actions d'amélioration sont mises en place en
fonction des résultats des évaluations.
Constats
En grande partie
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
222
Référence 17: l'évaluation de l'état de santé du patient
Critère 17.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Evaluation initiale et continue de l'état de santé du patient et projet de soins personnallisé
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La prise en charge du patient est établie en fonction
d'une évaluation initiale de son état de santé, et prend
en compte l'ensemble de ses besoins.
Oui
L'organisation des prises en charge en fonction des
objectifs de soins permet aux patients hospitalisés sans
consentement et aux détenus l'accès aux activités
thérapeutiques.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
L'évaluation initiale du patient est réalisée dans un délai
adapté à son état de santé.
Un projet de soins personnalisé est élaboré avec les
professionnels concernés (projet de vie en USLD).
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
223
La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans
l'élaboration du projet de soins personnalisé.
En grande partie
Le projet de soins personnalisé est réajusté en fonction
d'évaluations périodiques de l'état de santé du patient,
en impliquant le patient et, s'il y a lieu, l'entourage.
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Des actions d'évaluation sont conduites afin de
s'assurer de la traçabilité des informations.
Des actions d'amélioration sont mises en place en
fonction des résultats des évaluations.
Constats
En grande partie
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
224
Référence 17: l'évaluation de l'état de santé du patient
Critère 17.a - Soins de longue durée
Evaluation initiale et continue de l'état de santé du patient et projet de soins personnallisé
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La prise en charge du patient est établie en fonction
d'une évaluation initiale de son état de santé, et prend
en compte l'ensemble de ses besoins.
Oui
L'organisation des prises en charge en fonction des
objectifs de soins permet aux patients hospitalisés sans
consentement et aux détenus l'accès aux activités
thérapeutiques.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
L'évaluation initiale du patient est réalisée dans un délai
adapté à son état de santé.
Un projet de soins personnalisé est élaboré avec les
professionnels concernés (projet de vie en USLD).
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
225
La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans
l'élaboration du projet de soins personnalisé.
Oui
Le projet de soins personnalisé est réajusté en fonction
d'évaluations périodiques de l'état de santé du patient,
en impliquant le patient et, s'il y a lieu, l'entourage.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Des actions d'évaluation sont conduites afin de
s'assurer de la traçabilité des informations.
Des actions d'amélioration sont mises en place en
fonction des résultats des évaluations.
Constats
Partiellement
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
226
Référence 17: l'évaluation de l'état de santé du patient
Critère 17.b
Prise en charge somatique des patients
Ce critère est applicable uniquement à la prise en charge en santé mentale.
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge somatique est formalisé.
NA
Le recours aux avis spécialisés est organisé et
formalisé.
E2 Mettre en oeuvre
L'évaluation initiale du patient comprend un volet
somatique.
Un suivi somatique du patient est organisé tout au long
de la prise en charge.
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
NA
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
227
E3 Evaluer et améliorer
L'organisation de la prise en charge somatique est
évaluée, et des actions d'amélioration sont mises en
œuvre.
Réponses aux EA
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
228
Référence 18: La continuité et la coordination des soins
Critère 18.a - Court Séjour
Continuité et coordination de la prise en charge des patients
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles de présence ainsi qu'un système de gardes
et d'astreintes sont définis afin d'assurer la permanence
des soins 24 heures/24.
Oui
Des mécanismes de coordination permettent d'assurer
le relais entre les équipes associées aux différents
modes de prise en charge (ambulatoire, temps partiel,
temps plein) et avec les partenaires extérieurs.
Des modalités de transmission d'informations entre les
secteurs d'activité et avec les intervenants extérieurs
sont définies.
E2 Mettre en oeuvre
Les secteurs d'activité collaborent afin d'assurer une
prise en charge multidisciplinaire du patient.
Constats
En grande partie
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
229
Des avis compétents sont recherchés dans
l'établissement ou à l'extérieur, lorsque l'état du patient
le nécessite.
Un ou des professionnels référents sont désignés pour
la prise en charge du patient.
Oui
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La continuité et la coordination de la prise en charge
sont évaluées, notamment au regard des événements
indésirables, et des actions d'amélioration sont menées.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
230
Référence 18: La continuité et la coordination des soins
Critère 18.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Continuité et coordination de la prise en charge des patients
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles de présence ainsi qu'un système de gardes
et d'astreintes sont définis afin d'assurer la permanence
des soins 24 heures/24.
Oui
Des mécanismes de coordination permettent d'assurer
le relais entre les équipes associées aux différents
modes de prise en charge (ambulatoire, temps partiel,
temps plein) et avec les partenaires extérieurs.
Des modalités de transmission d'informations entre les
secteurs d'activité et avec les intervenants extérieurs
sont définies.
E2 Mettre en oeuvre
Les secteurs d'activité collaborent afin d'assurer une
prise en charge multidisciplinaire du patient.
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
231
Des avis compétents sont recherchés dans
l'établissement ou à l'extérieur, lorsque l'état du patient
le nécessite.
Un ou des professionnels référents sont désignés pour
la prise en charge du patient.
Oui
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La continuité et la coordination de la prise en charge
sont évaluées, notamment au regard des événements
indésirables, et des actions d'amélioration sont menées.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
232
Référence 18: La continuité et la coordination des soins
Critère 18.a - Soins de longue durée
Continuité et coordination de la prise en charge des patients
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles de présence ainsi qu'un système de gardes
et d'astreintes sont définis afin d'assurer la permanence
des soins 24 heures/24.
Oui
Des mécanismes de coordination permettent d'assurer
le relais entre les équipes associées aux différents
modes de prise en charge (ambulatoire, temps partiel,
temps plein) et avec les partenaires extérieurs.
Des modalités de transmission d'informations entre les
secteurs d'activité et avec les intervenants extérieurs
sont définies.
E2 Mettre en oeuvre
Les secteurs d'activité collaborent afin d'assurer une
prise en charge multidisciplinaire du patient.
Constats
Oui
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
233
Des avis compétents sont recherchés dans
l'établissement ou à l'extérieur, lorsque l'état du patient
le nécessite.
Un ou des professionnels référents sont désignés pour
la prise en charge du patient.
Oui
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La continuité et la coordination de la prise en charge
sont évaluées, notamment au regard des événements
indésirables, et des actions d'amélioration sont menées.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
234
Référence 18: La continuité et la coordination des soins
Critère 18.b - Court Séjour
Prise en charge des urgences vitales survenant au sein de l'établissement
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La procédure de prise en charge des urgences vitales
au sein de l'établissement est définie.
Cette procédure est remise et expliquée au patient ou à
son entourage.
Oui
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les coordonnées des spécialistes à appeler en cas
d'urgence vitale sont disponibles dans tous les secteurs
d'activité.
Oui
Un matériel d'urgence opérationnel est disponible dans
tous les secteurs de l'établissement.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
235
La formation des professionnels à l'utilisation de ce
matériel et aux premiers gestes de secours est assurée.
E3 Evaluer et améliorer
L'organisation de la prise en charge des urgences
vitales est évaluée à périodicité définie, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
236
Référence 18: La continuité et la coordination des soins
Critère 18.b - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prise en charge des urgences vitales survenant au sein de l'établissement
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La procédure de prise en charge des urgences vitales
au sein de l'établissement est définie.
Cette procédure est remise et expliquée au patient ou à
son entourage.
Oui
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les coordonnées des spécialistes à appeler en cas
d'urgence vitale sont disponibles dans tous les secteurs
d'activité.
Oui
Un matériel d'urgence opérationnel est disponible dans
tous les secteurs de l'établissement.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
237
La formation des professionnels à l'utilisation de ce
matériel et aux premiers gestes de secours est assurée.
E3 Evaluer et améliorer
L'organisation de la prise en charge des urgences
vitales est évaluée à périodicité définie, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
238
Référence 18: La continuité et la coordination des soins
Critère 18.b - Soins de longue durée
Prise en charge des urgences vitales survenant au sein de l'établissement
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La procédure de prise en charge des urgences vitales
au sein de l'établissement est définie.
Cette procédure est remise et expliquée au patient ou à
son entourage.
Oui
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les coordonnées des spécialistes à appeler en cas
d'urgence vitale sont disponibles dans tous les secteurs
d'activité.
Oui
Un matériel d'urgence opérationnel est disponible dans
tous les secteurs de l'établissement.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
239
La formation des professionnels à l'utilisation de ce
matériel et aux premiers gestes de secours est assurée.
E3 Evaluer et améliorer
L'organisation de la prise en charge des urgences
vitales est évaluée à périodicité définie, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Oui
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
240
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.a - Personnes âgées
Prise en charge des patients appartenant à une population spécifique
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge spécifique est formalisé, et
comprend notamment un repérage et une évaluation
des besoins.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La sensibilisation/formation des professionnels,
concernant l'identification et la prise en charge des
populations spécifiques, est mise en œuvre.
La coordination des différents professionnels autour de
cette prise en charge est effective.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
241
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
L'établissement développe des réseaux ou dispose de
conventions visant à favoriser l'accès aux soins, la
réadaptation et la réinsertion.
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
242
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.a - Patients porteurs de maladie chronique
Prise en charge des patients appartenant à une population spécifique
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge spécifique est formalisé, et
comprend notamment un repérage et une évaluation
des besoins.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La sensibilisation/formation des professionnels,
concernant l'identification et la prise en charge des
populations spécifiques, est mise en œuvre.
La coordination des différents professionnels autour de
cette prise en charge est effective.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
En grande partie
En grande partie
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
243
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
L'établissement développe des réseaux ou dispose de
conventions visant à favoriser l'accès aux soins, la
réadaptation et la réinsertion.
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
244
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.a - Enfants et adolescents
Prise en charge des patients appartenant à une population spécifique
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge spécifique est formalisé, et
comprend notamment un repérage et une évaluation
des besoins.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La sensibilisation/formation des professionnels,
concernant l'identification et la prise en charge des
populations spécifiques, est mise en œuvre.
La coordination des différents professionnels autour de
cette prise en charge est effective.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Partiellement
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
245
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
L'établissement développe des réseaux ou dispose de
conventions visant à favoriser l'accès aux soins, la
réadaptation et la réinsertion.
Oui
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
246
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.a - Personnes atteintes d'un handicap
Prise en charge des patients appartenant à une population spécifique
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge spécifique est formalisé, et
comprend notamment un repérage et une évaluation
des besoins.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La sensibilisation/formation des professionnels,
concernant l'identification et la prise en charge des
populations spécifiques, est mise en œuvre.
La coordination des différents professionnels autour de
cette prise en charge est effective.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
247
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
L'établissement développe des réseaux ou dispose de
conventions visant à favoriser l'accès aux soins, la
réadaptation et la réinsertion.
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
248
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.a - Personnes démunies
Prise en charge des patients appartenant à une population spécifique
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge spécifique est formalisé, et
comprend notamment un repérage et une évaluation
des besoins.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La sensibilisation/formation des professionnels,
concernant l'identification et la prise en charge des
populations spécifiques, est mise en œuvre.
La coordination des différents professionnels autour de
cette prise en charge est effective.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
Partiellement
Oui
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
249
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
L'établissement développe des réseaux ou dispose de
conventions visant à favoriser l'accès aux soins, la
réadaptation et la réinsertion.
Oui
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
250
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.a - Personnes détenues
Prise en charge des patients appartenant à une population spécifique
Ce critère n'est pas applicable à la prise en charge en HAD.
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Un projet de prise en charge spécifique est formalisé, et
comprend notamment un repérage et une évaluation
des besoins.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La sensibilisation/formation des professionnels,
concernant l'identification et la prise en charge des
populations spécifiques, est mise en œuvre.
La coordination des différents professionnels autour de
cette prise en charge est effective.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Constats
NA
NA
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
251
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
L'établissement développe des réseaux ou dispose de
conventions visant à favoriser l'accès aux soins, la
réadaptation et la réinsertion.
NA
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
252
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.b - Court Séjour
Troubles de l'état nutritionnel
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les patients ayant besoin d'une prise en charge
nutritionnelle spécifique sont identifiés.
L'établissement organise la coordination des différents
professionnels autour de cette prise en charge, en lien
avec le CLAN ou son équivalent.
Oui
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des actions d'éducation à la santé, dans le domaine
nutritionnel, sont mises en œuvre auprès des patients et
de leur entourage.
En grande partie
Les éléments permettant le dépistage des troubles
nutritionnels sont tracés dans le dossier du patient à
l'admission.
Constats
En grande partie
Constats
Compte tenu de la classe pour l'indicateur "Dépistage des troubles
nutritionnels" et de sa valeur de 85 % avec un intervalle de
confiance à 95 % [77 % - 93 %] pour la campagne de recueil 2011.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
253
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La qualité du dispositif de prise en charge est évaluée.
Oui
Constats
L'établissement recueille l'indicateur "Dépistage des troubles
nutritionnels". Il a mis en oeuvre d'autres modalités d'évaluation :
déploiement IPAQSS en interne par pôle et une EEP sur la
dénutrition.
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
254
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.b - Soins de suite et/ou de réadaptation
Troubles de l'état nutritionnel
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les patients ayant besoin d'une prise en charge
nutritionnelle spécifique sont identifiés.
L'établissement organise la coordination des différents
professionnels autour de cette prise en charge, en lien
avec le CLAN ou son équivalent.
E2 Mettre en oeuvre
Des actions d'éducation à la santé, dans le domaine
nutritionnel, sont mises en œuvre auprès des patients et
de leur entourage.
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
Des actions d'éducation dans le domaine nutritionnel sont mises
en oeuvre. Néanmoins, le recueil des éléments de dépistage des
troubles nutritionnels étant réalisé en grande partie, la mise en
place d'actions d'éducation ne peut pas être exhaustive pour
l'ensemble des patients concernés.
Le dispositif d'éducation dans le domaine nutritionnel est commun
à l'ensemble des filières ; aussi, la mise en oeuvre est harmonisée
sur ces trois filières.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
255
Les éléments permettant le dépistage des troubles
nutritionnels sont tracés dans le dossier du patient à
l'admission.
E3 Evaluer et améliorer
En grande partie
Compte tenu de la classe pour l'indicateur "Dépistage des troubles
nutritionnels" et de sa valeur de 81 % avec un intervalle de
confiance à 95 % [73 % - 90 %] pour la campagne de recueil 2011.
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement recueille l'indicateur "Dépistage des troubles
nutritionnels". Il a mis en oeuvre d'autres modalités d'évaluation :
déploiement IPAQSS en interne par pôle et a réalisé une EPP sur
la dénutrition.
La qualité du dispositif de prise en charge est évaluée.
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
256
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.b - Soins de longue durée
Troubles de l'état nutritionnel
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les patients ayant besoin d'une prise en charge
nutritionnelle spécifique sont identifiés.
L'établissement organise la coordination des différents
professionnels autour de cette prise en charge, en lien
avec le CLAN ou son équivalent.
Oui
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des actions d'éducation à la santé, dans le domaine
nutritionnel, sont mises en œuvre auprès des patients et
de leur entourage.
En grande partie
Les éléments permettant le dépistage des troubles
nutritionnels sont tracés dans le dossier du patient à
l'admission.
Constats
En grande partie
Constats
L'évaluation du dossier patient menée en interne sur la filière SLD
montre que l'on retrouve une mesure de poids dans 61.2 % des
dossiers étudiés.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
257
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Constats
La qualité du dispositif de prise en charge est évaluée.
Oui
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
258
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.c - Court Séjour
Risque suicidaire
Ce critère est applicable à tous les établissements de santé.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les patients présentant un risque suicidaire sont
identifiés.
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement assure la coordination des différents
professionnels autour de la prise en charge de ces
patients.
Les professionnels sont formés à la prise en charge des
patients présentant un risque suicidaire.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
259
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
Tout suicide ou tentative de suicide, intervenant dans le
temps de la prise en charge, fait l'objet d'une analyse
pluriprofessionnelle, en particulier psychiatrique, et
formalisée.
Le travail en réseau permet la coordination entre les
différents acteurs et le suivi du patient.
Non
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
260
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.c - Soins de suite et/ou de réadaptation
Risque suicidaire
Ce critère est applicable à tous les établissements de santé.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les patients présentant un risque suicidaire sont
identifiés.
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement assure la coordination des différents
professionnels autour de la prise en charge de ces
patients.
Les professionnels sont formés à la prise en charge des
patients présentant un risque suicidaire.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
261
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
Tout suicide ou tentative de suicide, intervenant dans le
temps de la prise en charge, fait l'objet d'une analyse
pluriprofessionnelle, en particulier psychiatrique, et
formalisée.
Le travail en réseau permet la coordination entre les
différents acteurs et le suivi du patient.
Non
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
262
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.c - Soins de longue durée
Risque suicidaire
Ce critère est applicable à tous les établissements de santé.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les patients présentant un risque suicidaire sont
identifiés.
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement assure la coordination des différents
professionnels autour de la prise en charge de ces
patients.
Les professionnels sont formés à la prise en charge des
patients présentant un risque suicidaire.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Partiellement
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
263
Le dispositif de prise en charge est ajusté en fonction
d'évaluations régulières.
Tout suicide ou tentative de suicide, intervenant dans le
temps de la prise en charge, fait l'objet d'une analyse
pluriprofessionnelle, en particulier psychiatrique, et
formalisée.
Le travail en réseau permet la coordination entre les
différents acteurs et le suivi du patient.
En grande partie
Oui
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
264
Référence 19: Les prises en charge particulières
Critère 19.d
Hospitalisation sans consentement
Ce critère est applicable uniquement aux établissements de santé habilités à accueillir des personnes hospitalisées sans leur consentement (hospitalisation à la demande d'un
tiers [HDT], hospitalisation d'office [HO]).
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'information de toute personne hospitalisée sans
consentement (HDT ou HO), sur les modalités de son
hospitalisation et les possibilités de recours, est
organisée.
Les procédures d'hospitalisation sans consentement
sont définies.
E2 Mettre en oeuvre
Une sensibilisation et une formation des professionnels
à ces modalités d'hospitalisation sont mises en place.
Des procédures d'hospitalisation sans consentement
sont mises en œuvre.
Constats
NA
NA
Réponses aux EA
Constats
NA
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
265
L'adhésion du patient à sa prise en charge est
recherchée tout au long de son hospitalisation.
NA
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Les modalités des hospitalisations sans consentement
sont évaluées, et des actions d'amélioration sont mises
en œuvre.
NA
La CRU est tenue informée de l'ensemble des
dysfonctionnements survenus au cours de la totalité du
processus d'hospitalisation sans consentement, jusqu'à
la levée de la mesure et des visites de la commission
départementale des hospitalisations psychiatriques
(CDHP).
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
266
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.a - Court Séjour
Management de la prise en charge médicamenteuse du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement de santé a formalisé sa politique
d'amélioration de la qualité de la prise en charge
médicamenteuse du patient, en concertation avec les
professionnels concernés.
Le projet d'informatisation de la prise en charge
médicamenteuse complète, intégrée au système
d'information hospitalier, est défini.
Partiellement
Oui
Constats
L'établissement n'a pas formalisé à ce jour, sa politique
d'amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse,
avec des objectifs, des moyens en prenant en compte la
prévention des risques au niveau des populations à risques, en
particulier pour les personnes âgées. L'établissement a seulement
formalisé sa politique d'amélioration de la qualité de la prise en
charge médicamenteuse par l'intermédiaire du règlement intérieur
du COMEDIMS, qui rappelle dans son article 2 les rôles
réglementaires de cette instance en particulier en regard de la
politique du médicament et des dispositifs médicaux et du
management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse.
Le programme d'actions du COMEDIMS pour 2013,en date du
06/02/2013, prévoit en action N°2 : "Ecrire et valider la politique
qualité du circuit du médicament".
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
effective dans l'ensemble des services et sur les deux sites. Le
circuit du médicament est doté d'un logiciel dédié de prescription,
d'administration et d'analyse pharmaceutique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
267
Oui
Des outils d'aide à la prescription (selon les données de
référence) et à l'administration, actualisés et validés,
sont mis à la disposition des professionnels.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des actions de sensibilisation et de formation des
professionnels au risque d'erreurs médicamenteuses
sont menées.
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse
est engagée.
E3 Evaluer et améliorer
Partiellement
Oui
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
intégrée au schéma directeur de l'information de l'établissement.
Le logiciel dédié à la prise en charge médicamenteuse comporte
une aide à la prescription disponible en ligne pour l'ensemble des
professionnels concernés. Les bases de référence aux aides à la
prescription sont actualisées régulièrement. L'ensemble des
professionnels a été formé à l'utilisation des outils.
Constats
Les professionnels de santé sont sensibilisés par le pharmacien,
lors de la visite de contrôle annuelle des armoires à pharmacie des
services. Une partie des professionnels a aussi été sensibilisée
lors d'une semaine "Sécurité du patient" en novembre 2012,
comportant
une journée axée sur le circuit du médicament. Une trentaine de
professionnels ont émargé les feuilles de présence à cette
journée. L'établissement n'a pas développé d'actions de formation
relatives au risque d'erreurs médicamenteuses. Un support pour la
formation à la prévention des erreurs médicamenteuses a été
formalisé. Les actions de formation, relatives à ce support, ne sont
pas réalisées. Il n'est pas retrouvé d'actions sur cette thématique
dans le plan de formation 2012.
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
effective dans l'ensemble des services et sur les deux sites. Le
circuit du médicament est doté d'un logiciel dédié prescription,
administration et analyse pharmaceutique.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
268
Un suivi d'indicateurs d'évaluation quantitatifs et
qualitatifs, notamment en cohérence avec les
engagements du contrat de bon usage des
médicaments, des produits et prestations, est réalisé.
Le recueil et l'analyse des erreurs médicamenteuses
sont assurés avec les professionnels concernés.
Des actions d'amélioration sont mises en place à la
suite des différentes évaluations effectuées et de
l'analyse des erreurs, avec rétro-information des
professionnels.
En grande partie
En grande partie
En grande partie
L'établissement suit différents indicateurs relatifs à la prise en
charge médicamenteuse en relation avec son CBUM : suivi de la
consommation par type, spécialité, et par médicament ;
consommation annuelle médicamenteuse ; consommation des
antibiotiques par molécule. Un suivi budgétaire est réalisé.
L'évaluation de la prescription est réalisée à partir du recueil des
indicateurs IPAQSS.
Le suivi du nombre d'erreurs médicamenteuses n'est pas
formalisé.
Le recueil des erreurs médicamenteuses est réalisé à partir des
fiches d'événements indésirables ou de déclarations directes au
pharmacien. Toutes les erreurs médicamenteuses sont analysées
par le CASFEID, le pharmacien et le COMEDIMS le cas échéant,
en associant les professionnels de santé concernés. Il y a peu de
déclarations d'erreurs médicamenteuses par l'intermédiaire des
FEI (trois ou quatre par an). Le faible nombre de déclarations ne
permet pas d'assurer le recueil de l'ensemble des erreurs liées au
circuit du médicament.
Le COMEDIMS élabore annuellement sont plan d'actions à partir
notamment des résultats des évaluations et de ses indicateurs
(IPAQSS, CBUM). Le faible nombre de déclarations ne permet pas
d'assurer l'analyse et la mise en place d'actions d'amélioration
pour l'ensemble des erreurs liées au circuit du médicament. Une
seule analyse de causes a été formalisée pour l'année 2012.
L'établissement conscient du faible nombre de déclarations
d'erreurs médicamenteuses et de la baisse du nombre de FEI, a
mis en place une charte de non punition pour favoriser les
déclarations des EI.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
269
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Management de la prise en charge médicamenteuse du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement de santé a formalisé sa politique
d'amélioration de la qualité de la prise en charge
médicamenteuse du patient, en concertation avec les
professionnels concernés.
Le projet d'informatisation de la prise en charge
médicamenteuse complète, intégrée au système
d'information hospitalier, est défini.
Partiellement
Oui
Constats
L'établissement n'a pas formalisé à ce jour, sa politique
d'amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse,
avec des objectifs, des moyens en prenant en compte la
prévention des risques au niveau des populations à risques, en
particulier pour les personnes âgées. L'établissement a seulement
formalisé sa politique d'amélioration de la qualité de la prise en
charge médicamenteuse par l'intermédiaire du règlement intérieur
du COMEDIMS, qui rappelle dans son article 2 les rôles
réglementaires de cette instance en particulier en regard de la
politique du médicament et des dispositifs médicaux et du
management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse.
Le programme d'actions du COMEDIMS pour 2013,en date du
06/02/2013, prévoit en action N°2 : "Ecrire et valider la politique
qualité du circuit du médicament".
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
effective dans l'ensemble des services et sur les deux sites. Le
circuit du médicament est doté d'un logiciel dédié de prescription,
d'administration et d'analyse pharmaceutique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
270
Oui
Des outils d'aide à la prescription (selon les données de
référence) et à l'administration, actualisés et validés,
sont mis à la disposition des professionnels.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des actions de sensibilisation et de formation des
professionnels au risque d'erreurs médicamenteuses
sont menées.
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse
est engagée.
E3 Evaluer et améliorer
Partiellement
Oui
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
intégrée au schéma directeur de l'information de l'établissement.
Le logiciel dédié à la prise en charge médicamenteuse comporte
une aide à la prescription disponible en ligne pour l'ensemble des
professionnels concernés. Les bases de référence aux aides à la
prescription sont actualisées régulièrement. L'ensemble des
professionnels a été formé à l'utilisation des outils.
Constats
Les professionnels de santé sont sensibilisés par le pharmacien,
lors de la visite de contrôle annuelle des armoires à pharmacie des
services. Une partie des professionnels a aussi été sensibilisée
lors d'une semaine "Sécurité du patient" en novembre 2012,
comportant une journée axée sur le circuit du médicament. Une
trentaine de professionnels ont émargé les feuilles de présence à
cette journée. L'établissement n'a pas développé d'actions de
formation relatives au risque d'erreurs médicamenteuses. Un
support pour la formation à la prévention des erreurs
médicamenteuses a été formalisé. Les actions de formation,
relatives à ce support, ne sont pas réalisées. Il n'est pas retrouvé
d'actions sur cette thématique dans le plan de formation 2012.
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
effective dans l'ensemble des services et sur les deux sites. Le
circuit du médicament est doté d'un logiciel dédié prescription,
administration et analyse pharmaceutique.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
271
Un suivi d'indicateurs d'évaluation quantitatifs et
qualitatifs, notamment en cohérence avec les
engagements du contrat de bon usage des
médicaments, des produits et prestations, est réalisé.
Le recueil et l'analyse des erreurs médicamenteuses
sont assurés avec les professionnels concernés.
Des actions d'amélioration sont mises en place à la
suite des différentes évaluations effectuées et de
l'analyse des erreurs, avec rétro-information des
professionnels.
En grande partie
En grande partie
En grande partie
L'établissement suit différents indicateurs relatifs à la prise en
charge médicamenteuse en relation avec son CBUM : suivi de la
consommation par type, spécialité, et par médicament ;
consommation annuelle médicamenteuse ; consommation des
antibiotiques par molécule. Un suivi budgétaire est réalisé.
L'évaluation de la prescription est réalisée à partir du recueil des
indicateurs IPAQSS.
Le suivi du nombre d'erreurs médicamenteuses n'est pas
formalisé.
Le recueil des erreurs médicamenteuses est réalisé à partir des
fiches d'événements indésirables ou de déclarations directes au
pharmacien. Toutes les erreurs médicamenteuses sont analysées
par le CASFEID, le pharmacien et le COMEDIMS le cas échéant,
en associant les professionnels de santé concernés. Il y a peu de
déclarations d'erreurs médicamenteuses par l'intermédiaire des
FEI (trois ou quatre par an). Le faible nombre de déclarations ne
permet pas d'assurer le recueil de l'ensemble des erreurs liées au
circuit du médicament.
Le COMEDIMS élabore annuellement sont plan d'actions à partir
notamment des résultats des évaluations et de ses indicateurs
(IPAQSS, CBUM). Le faible nombre de déclarations ne permet pas
d'assurer l'analyse et la mise en place d'actions d'amélioration
pour l'ensemble des erreurs liées au circuit du médicament. Une
seule analyse de causes a été formalisée pour l'année 2012.
L'établissement conscient du faible nombre de déclarations
d'erreurs médicamenteuses et de la baisse du nombre de FEI, a
mis en place une charte de non punition pour favoriser les
déclarations des EI.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
272
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.a - Soins de longue durée
Management de la prise en charge médicamenteuse du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement de santé a formalisé sa politique
d'amélioration de la qualité de la prise en charge
médicamenteuse du patient, en concertation avec les
professionnels concernés.
Le projet d'informatisation de la prise en charge
médicamenteuse complète, intégrée au système
d'information hospitalier, est défini.
Partiellement
Oui
Constats
L'établissement n'a pas formalisé à ce jour, sa politique
d'amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse,
avec des objectifs, des moyens en prenant en compte la
prévention des risques au niveau des populations à risques, en
particulier pour les personnes âgées. L'établissement a seulement
formalisé sa politique d'amélioration de la qualité de la prise en
charge médicamenteuse par l'intermédiaire du règlement intérieur
du COMEDIMS, qui rappelle dans son article 2 les rôles
réglementaires de cette instance en particulier en regard de la
politique du médicament et des dispositifs médicaux et du
management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse.
Le programme d'actions du COMEDIMS pour 2013,en date du
06/02/2013, prévoit en action N°2 : "Ecrire et valider la politique
qualité du circuit du médicament".
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
effective dans l'ensemble des services et sur les deux sites. Le
circuit du médicament est doté d'un logiciel dédié de prescription,
d'administration et d'analyse pharmaceutique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
273
Oui
Des outils d'aide à la prescription (selon les données de
référence) et à l'administration, actualisés et validés,
sont mis à la disposition des professionnels.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des actions de sensibilisation et de formation des
professionnels au risque d'erreurs médicamenteuses
sont menées.
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse
est engagée.
E3 Evaluer et améliorer
Partiellement
Oui
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
intégrée au schéma directeur de l'information de l'établissement.
Le logiciel dédié à la prise en charge médicamenteuse comporte
une aide à la prescription disponible en ligne pour l'ensemble des
professionnels concernés. Les bases de référence aux aides à la
prescription sont actualisées régulièrement. L'ensemble des
professionnels a été formé à l'utilisation des outils.
Constats
Les professionnels de santé sont sensibilisés par le pharmacien,
lors de la visite de contrôle annuelle des armoires à pharmacie des
services. Une partie des professionnels a aussi été sensibilisée
lors d'une semaine "Sécurité du patient" en novembre 2012,
comportant
une journée axée sur le circuit du médicament. Une trentaine de
professionnels ont émargé les feuilles de présence à cette
journée. L'établissement n'a pas développé d'actions de formation
relatives au risque d'erreurs médicamenteuses. Un support pour la
formation à la prévention des erreurs médicamenteuses a été
formalisé. Les actions de formation, relatives à ce support, ne sont
pas réalisées. Il n'est pas retrouvé d'actions sur cette thématique
dans le plan de formation 2012.
L'informatisation de la prise en charge médicamenteuse est
effective dans l'ensemble des services et sur les deux sites. Le
circuit du médicament est doté d'un logiciel dédié prescription,
administration et analyse pharmaceutique.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
274
Un suivi d'indicateurs d'évaluation quantitatifs et
qualitatifs, notamment en cohérence avec les
engagements du contrat de bon usage des
médicaments, des produits et prestations, est réalisé.
Le recueil et l'analyse des erreurs médicamenteuses
sont assurés avec les professionnels concernés.
Des actions d'amélioration sont mises en place à la
suite des différentes évaluations effectuées et de
l'analyse des erreurs, avec rétro-information des
professionnels.
En grande partie
En grande partie
En grande partie
L'établissement suit différents indicateurs relatifs à la prise en
charge médicamenteuse en relation avec son CBUM : suivi de la
consommation par type, spécialité, et par médicament ;
consommation annuelle médicamenteuse ; consommation des
antibiotiques par molécule. Un suivi budgétaire est réalisé.
L'évaluation de la prescription est réalisée à partir du recueil des
indicateurs IPAQSS.
Le suivi du nombre d'erreurs médicamenteuses n'est pas
formalisé.
Le recueil des erreurs médicamenteuses est réalisé à partir des
fiches d'événements indésirables ou de déclarations directes au
pharmacien. Toutes les erreurs médicamenteuses sont analysées
par le CASFEID, le pharmacien et le COMEDIMS le cas échéant,
en associant les professionnels de santé concernés. Il y a peu de
déclarations d'erreurs médicamenteuses par l'intermédiaire des
FEI (trois ou quatre par an). Le faible nombre de déclarations ne
permet pas d'assurer le recueil de l'ensemble des erreurs liées au
circuit du médicament.
Le COMEDIMS élabore annuellement sont plan d'actions à partir
notamment des résultats des évaluations et de ses indicateurs
(IPAQSS, CBUM). Le faible nombre de déclarations ne permet pas
d'assurer l'analyse et la mise en place d'actions d'amélioration
pour l'ensemble des erreurs liées au circuit du médicament. Une
seule analyse de causes a été formalisée pour l'année 2012.
L'établissement conscient du faible nombre de déclarations
d'erreurs médicamenteuses et de la baisse du nombre de FEI, a
mis en place une charte de non punition pour favoriser les
déclarations des EI.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
275
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.a bis - Court Séjour
Prise en charge médicamenteuse du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement s'est doté d'un outil informatique unique de
prescription, administration et d'analyse pharmaceutique. Cet outil
inclut les règles d'utilisation et des aides à la prescription. Il est
déployé dans tous les services et sites du centre hospitalier.
Les règles et supports validés de prescription sont en
place pour l'ensemble des prescripteurs.
La continuité du traitement médicamenteux est
organisée, de l'admission jusqu'à la sortie, transferts
inclus.
Les modalités assurant la sécurisation de la
dispensation des médicaments sont définies.
Oui
Partiellement
Une procédure de gestion du traitement personnel des patients est
formalisée. Un rappel relatif à la gestion des traitements
personnels est présent dans le livret d'accueil. Le logiciel de
prescription, administration et d'analyse pharmaceutique assure la
continuité et la traçabilité de l'ensemble du traitement
médicamenteux du patient.
Les prescriptions à l'admission et à la sortie prennent en compte le
traitement antérieur du patient.
L'analyse pharmaceutique est organisée et formalisée. La
délivrance est nominative globale. Des dotations pour besoins
urgents sont en place dans les différents services des différents
sites.
Les modalités, de la sécurisation de la dispensation des
médicaments, sont assurées en grande partie. Ces modalités
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
276
Partiellement
Les règles d'administration des médicaments sont
définies, et la traçabilité de l'acte est organisée.
E2 Mettre en oeuvre
En grande partie
Les règles d'administration des médicaments per os sont connues
des professionnels et mises en oeuvre. Ces règles ne bénéficient
pas d'une formalisation détaillée, en particulier pour les
médicaments à risques. Pour les injectables, les règles
d'administration sont à disposition des professionnels par
l'intermédiaire d'outils d'aide liés au logiciel de
prescription/administration.
Une procédure de bonnes pratiques concernant l'écrasement des
comprimés ou l'ouverture des gélules est formalisée et diffusée.
La traçabilité de l'administration est organisée par l'intermédiaire
du support unique informatique.
Réponses aux EA
Constats
Oui
Compte tenu de la valeur du critère « Rédaction des prescriptions
médicamenteuses établies pendant l'hospitalisation » de
l'indicateur « Tenue du dossier » et de sa valeur de 100 % pour la
campagne de recueil 2011.
Les règles de prescription sont mises en œuvre.
Le développement de l'analyse pharmaceutique des
prescriptions et de la délivrance nominative des
médicaments est engagé.
sont connues des professionnels.
Cependant, il n'existe pas de procédure formalisée de l'ensemble
de la prise en charge médicamenteuse de l'établissement. Le
transport des stupéfiants pour les différents services et sites est
réalisé dans des containers spécifiques scellés. Le transport des
médicaments est réalisé dans des containers dédiés, non scellés
pour les transferts entre la pharmacie et les services MCO et SSR
qui sont situés sur le site de Bagnères.
Oui
L'analyse pharmaceutique est systématiquement réalisée par le
pharmacien pour toutes les prescriptions. Cette analyse
pharmaceutique est réalisée deux fois par jour.
Les prescriptions sont toutes réalisées sur le logiciel dédié de
prescription/administration/analyse pharmaceutique.
La délivrance est nominative globale. Pour les besoins en
urgence, des armoires de pharmacie "tampon" sont présentes
dans le poste de soins de chaque service.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
277
Les bonnes pratiques de préparation sont appliquées
(anticancéreux, radiopharmaceutiques, pédiatrie, etc.).
Les professionnels de santé assurent l'information des
patients sur le bon usage des médicaments.
La traçabilité de l'administration des médicaments dans
le dossier du patient est assurée.
E3 Evaluer et améliorer
Un audit périodique du circuit du médicament est
réalisé, notamment sur la qualité de l'administration.
NA
Partiellement
Oui
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Les professionnels de santé informent les patients sur le bon
usage des médicaments. La traçabilité de cette information est
rarement retrouvée dans le dossier des patients, hormis pour les
patients diabétiques pris en charge dans le cadre du programme
d'éducation thérapeutique.
Les situations nécessitant une information spécifique sur le bon
usage du médicament par rapport au type de patient et/ou de
médicament ne sont pas identifiées de façon formelle.
Les patients et une partie des professionnels (une trentaine) ont
été sensibilisés au cours d'une semaine "Sécurité du patient" en
novembre 2012, comportant une journée sur le circuit du
médicament.
La traçabilité de l'administration est assurée et vérifiée par
l'intermédiaire du logiciel de prescription et d'administration. Les
cas de non administration sont notés dans le logiciel de
prescription et d'administration. L'administration et sa traçabilité
sont réalisées par des professionnels habilités.
Réponses aux EA
Partiellement
Constats
Le COMEDIMS a débuté la réalisation de sa cartographie des
risques du circuit du médicament avec l'outil Inter Diag de l'ANAP,
fin 2012. La validation de la procédure décrivant tout le circuit du
patient est programmée en avril 2013 dans le CBUM.
Des actions d'évaluation ponctuelles sur des parties du circuit du
médicament ont été menées (piluliers, AVK).
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
278
Des actions visant le bon usage des médicaments sont
mises en œuvre (notamment sur la pertinence des
prescriptions, etc.).
En grande partie
L'établissement et les professionnels ont mis en place différentes
actions visant au bon usage des médicaments : EPP Suivi du
traitement par AVK, EPP Réévaluation de l'antibiothérapie, EPP
Gestion du traitement anticoagulant en vue d'une chirurgie
buccale.
Des fiches de bon usage des antibiotiques ont été diffusées
auprès des professionnels.
Le COMEDIMS a diffusé aux praticiens en novembre 2012, une
liste des médicaments à marge thérapeutique étroite et une fiche
de précaution d'emplois de médicaments en fonction de la
situation clinique, ceci dans le cadre de la mise en place d'actions
de prévention de la iatrogénie médicamenteuse chez le sujet âgé.
Le bilan des actions relatives au bon usage des médicaments n'est
pas réalisé.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
279
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.a bis - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prise en charge médicamenteuse du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement s'est doté d'un outil informatique unique de
prescription, administration et d'analyse pharmaceutique. Cet outil
inclut les règles d'utilisation et des aides à la prescription. Il est
déployé dans tous les services et sites du centre hospitalier.
Les règles et supports validés de prescription sont en
place pour l'ensemble des prescripteurs.
La continuité du traitement médicamenteux est
organisée, de l'admission jusqu'à la sortie, transferts
inclus.
Les modalités assurant la sécurisation de la
dispensation des médicaments sont définies.
Oui
Partiellement
Une procédure de gestion du traitement personnel des patients est
formalisée. Un rappel relatif à la gestion des traitements
personnels est présent dans le livret d'accueil. Le logiciel de
prescription, administration et d'analyse pharmaceutique assure la
continuité et la traçabilité de l'ensemble du traitement
médicamenteux du patient.
Les prescriptions à l'admission et à la sortie prennent en compte le
traitement antérieur du patient.
L'analyse pharmaceutique est organisée et formalisée. La
délivrance est nominative globale. Des dotations pour besoins
urgents sont en place dans les différents services des différents
sites.
Les modalités, de la sécurisation de la dispensation des
médicaments, sont assurées en grande partie. Ces modalités
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
280
Partiellement
Les règles d'administration des médicaments sont
définies, et la traçabilité de l'acte est organisée.
E2 Mettre en oeuvre
En grande partie
Les règles d'administration des médicaments per os sont connues
des professionnels et mises en oeuvre. Ces règles ne bénéficient
pas d'une formalisation détaillée, en particulier pour les
médicaments à risques. Pour les injectables, les règles
d'administration sont à disposition des professionnels par
l'intermédiaire d'outils d'aide liés au logiciel de
prescription/administration.
Une procédure de bonnes pratiques concernant l'écrasement des
comprimés ou l'ouverture des gélules est formalisée et diffusée.
La traçabilité de l'administration est organisée par l'intermédiaire
du support unique informatique.
Réponses aux EA
Constats
Oui
Compte tenu de la valeur du critère « Rédaction des prescriptions
médicamenteuses établies pendant l'hospitalisation » de
l'indicateur « Tenue du dossier » et de sa valeur de 100 % pour la
campagne de recueil 2011.
Les règles de prescription sont mises en œuvre.
Le développement de l'analyse pharmaceutique des
prescriptions et de la délivrance nominative des
médicaments est engagé.
sont connues des professionnels.
Cependant, il n'existe pas de procédure formalisée de l'ensemble
de la prise en charge médicamenteuse de l'établissement. Le
transport des stupéfiants pour les différents services et sites est
réalisé dans des containers spécifiques scellés. Le transport des
médicaments est réalisé dans des containers dédiés, non scellés
pour les transferts entre la pharmacie et les services MCO et SSR
qui sont situés sur le site de Bagnères.
Oui
L'analyse pharmaceutique est systématiquement réalisée par le
pharmacien pour toutes les prescriptions. Cette analyse
pharmaceutique est réalisée deux fois par jour.
Les prescriptions sont toutes réalisées sur le logiciel dédié de
prescription/administration/analyse pharmaceutique.
La délivrance est nominative globale. Pour les besoins en
urgence, des armoires de pharmacie "tampon" sont présentes
dans le poste de soins de chaque service.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
281
Les bonnes pratiques de préparation sont appliquées
(anticancéreux, radiopharmaceutiques, pédiatrie, etc.).
Les professionnels de santé assurent l'information des
patients sur le bon usage des médicaments.
La traçabilité de l'administration des médicaments dans
le dossier du patient est assurée.
E3 Evaluer et améliorer
Un audit périodique du circuit du médicament est
réalisé, notamment sur la qualité de l'administration.
NA
Partiellement
Oui
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Les professionnels de santé informent les patients sur le bon
usage des médicaments. La traçabilité de cette information est
rarement retrouvée dans le dossier des patients, hormis pour les
patients diabétiques pris en charge dans le cadre du programme
d'éducation thérapeutique. Les situations nécessitant une
information spécifique sur le bon usage du médicament par
rapport au type de patient et/ou de
médicament ne sont pas identifiées de façon formelle. Les patients
et une partie des professionnels (une trentaine) ont été
sensibilisés au cours d'une semaine "Sécurité du patient" en
novembre 2012, comportant une journée sur le circuit du
médicament.
La traçabilité de l'administration est assurée et vérifiée par
l'intermédiaire du logiciel de prescription et d'administration. Les
cas de non administration sont notés dans le logiciel de
prescription et d'administration. L'administration et sa traçabilité
sont réalisées par des professionnels habilités.
Réponses aux EA
Partiellement
Constats
Le COMEDIMS a débuté la réalisation de sa cartographie des
risques du circuit du médicament avec l'outil Inter Diag de l'ANAP,
fin 2012. La validation de la procédure décrivant tout le circuit du
patient est programmée en avril 2013 dans le CBUM.
Des actions d'évaluation ponctuelles sur des parties du circuit du
médicament ont été menées (piluliers, AVK).
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
282
Des actions visant le bon usage des médicaments sont
mises en œuvre (notamment sur la pertinence des
prescriptions, etc.).
En grande partie
L'établissement et les professionnels ont mis en place différentes
actions visant au bon usage des médicaments : EPP Suivi du
traitement par AVK, EPP Réévaluation de l'antibiothérapie, EPP
Gestion du traitement anticoagulant en vue d'une chirurgie
buccale.
Des fiches de bon usage des antibiotiques ont été diffusées
auprès des professionnels.
Le COMEDIMS a diffusé aux praticiens en novembre 2012, une
liste des médicaments à marge thérapeutique étroite et une fiche
de précaution d'emplois de médicaments en fonction de la
situation clinique, ceci dans le cadre de la mise en place d'actions
de prévention de la iatrogénie médicamenteuse chez le sujet âgé.
Le bilan des actions relatives au bon usage des médicaments n'est
pas réalisé.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
283
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.a bis - Soins de longue durée
Prise en charge médicamenteuse du patient
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement s'est doté d'un outil informatique unique de
prescription, administration et d'analyse pharmaceutique. Cet outil
inclut les règles d'utilisation et des aides à la prescription. Il est
déployé dans tous les services et sites du centre hospitalier.
Les règles et supports validés de prescription sont en
place pour l'ensemble des prescripteurs.
La continuité du traitement médicamenteux est
organisée, de l'admission jusqu'à la sortie, transferts
inclus.
Les modalités assurant la sécurisation de la
dispensation des médicaments sont définies.
Oui
Partiellement
Une procédure de gestion du traitement personnel des patients est
formalisée. Un rappel relatif à la gestion des traitements
personnels est présent dans le livret d'accueil. Le logiciel de
prescription, administration et d'analyse pharmaceutique assure la
continuité et la traçabilité de l'ensemble du traitement
médicamenteux du patient.
Les prescriptions à l'admission et à la sortie prennent en compte le
traitement antérieur du patient.
L'analyse pharmaceutique est organisée et formalisée. La
délivrance est nominative globale. Des dotations pour besoins
urgents sont en place dans les différents services des différents
sites.
Les modalités, de la sécurisation de la dispensation des
médicaments, sont assurées en grande partie. Ces modalités
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
284
Partiellement
Les règles d'administration des médicaments sont
définies, et la traçabilité de l'acte est organisée.
E2 Mettre en oeuvre
En grande partie
Les règles d'administration des médicaments per os sont connues
des professionnels et mises en oeuvre. Ces règles ne bénéficient
pas d'une formalisation détaillée, en particulier pour les
médicaments à risques. Pour les injectables, les règles
d'administration sont à disposition des professionnels par
l'intermédiaire d'outils d'aide liés au logiciel de
prescription/administration.
Une procédure de bonnes pratiques concernant l'écrasement des
comprimés ou l'ouverture des gélules est formalisée et diffusée.
La traçabilité de l'administration est organisée par l'intermédiaire
du support unique informatique.
Réponses aux EA
Les règles de prescription sont mises en œuvre.
Oui
Le développement de l'analyse pharmaceutique des
prescriptions et de la délivrance nominative des
médicaments est engagé.
sont connues des professionnels.
Cependant, il n'existe pas de procédure formalisée de l'ensemble
de la prise en charge médicamenteuse de l'établissement. Le
transport des stupéfiants pour les différents services et sites est
réalisé dans des containers spécifiques scellés. Le transport des
médicaments est réalisé dans des containers dédiés, scellés pour
les transferts entre la pharmacie et les services SLD situés sur le
site de Castelmouly.
Oui
Constats
En USLD, comme dans l'ensemble de l'établissement, les
praticiens utilisent le logiciel unique dédié à la
prescription/administration/analyse pharmaceutique. La conformité
des prescriptions est assurée par l'utilisation du logiciel. Pour les
injectables, les règles de prescription sont à disposition des
professionnels par l'intermédiaire d'outils d'aide liés au logiciel.
L'analyse pharmaceutique est systématiquement réalisée par le
pharmacien pour toutes les prescriptions. Cette analyse
pharmaceutique est réalisée deux fois par jour.
Les prescriptions sont toutes réalisées sur le logiciel dédié de
prescription/administration/analyse pharmaceutique.
La délivrance est nominative globale. Pour les besoins en
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
285
Oui
Les bonnes pratiques de préparation sont appliquées
(anticancéreux, radiopharmaceutiques, pédiatrie, etc.).
Les professionnels de santé assurent l'information des
patients sur le bon usage des médicaments.
La traçabilité de l'administration des médicaments dans
le dossier du patient est assurée.
E3 Evaluer et améliorer
Un audit périodique du circuit du médicament est
réalisé, notamment sur la qualité de l'administration.
NA
Partiellement
Oui
urgence, des armoires de pharmacie "tampon" sont présentes
dans le poste de soins de chaque service.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Les professionnels de santé informent les patients sur le bon
usage des médicaments. La traçabilité de cette information est
rarement retrouvée dans le dossier des patients, hormis pour les
patients diabétiques pris en charge dans le cadre du programme
d'éducation thérapeutique. Les situations nécessitant une
information spécifique sur le bon usage du médicament par
rapport au type de patient et/ou de
médicament ne sont pas identifiées de façon formelle. Les patients
et une partie des professionnels (une trentaine) ont été
sensibilisés au cours d'une semaine "Sécurité du patient" en
novembre 2012, comportant une journée sur le circuit du
médicament.
La traçabilité de l'administration est assurée et vérifiée par
l'intermédiaire du logiciel de prescription et d'administration. Les
cas de non administration sont notés dans le logiciel de
prescription et d'administration. L'administration et sa traçabilité
sont réalisées par des professionnels habilités.
Réponses aux EA
Partiellement
Constats
Le COMEDIMS a débuté la réalisation de sa cartographie des
risques du circuit du médicament avec l'outil Inter Diag de l'ANAP,
fin 2012. La validation de la procédure décrivant tout le circuit du
patient est programmée en avril 2013 dans le CBUM.
Des actions d'évaluation ponctuelles sur des parties du circuit du
médicament ont été menées (piluliers, AVK).
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
286
Des actions visant le bon usage des médicaments sont
mises en œuvre (notamment sur la pertinence des
prescriptions, etc.).
En grande partie
L'établissement et les professionnels ont mis en place différentes
actions visant au bon usage des médicaments : EPP Suivi du
traitement par AVK, EPP Réévaluation de l'antibiothérapie, EPP
Gestion du traitement anticoagulant en vue d'une chirurgie
buccale.
Des fiches de bon usage des antibiotiques ont été diffusées
auprès des professionnels.
Le COMEDIMS a diffusé aux praticiens en novembre 2012, une
liste des médicaments à marge thérapeutique étroite et une fiche
de précaution d'emplois de médicaments en fonction de la
situation clinique, ceci dans le cadre de la mise en place d'actions
de prévention de la iatrogénie médicamenteuse chez le sujet âgé.
Le bilan des actions relatives au bon usage des médicaments n'est
pas réalisé.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
287
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.b - Court Séjour
Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé
Ce critère est applicable uniquement aux établissements prenant en charge des patients âgés de plus de 65 ans.
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement dispose d'une politique formalisée de
juste prescription médicamenteuse chez le sujet âgé, en
vue notamment de réduire la morbi-mortalité évitable.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des données de référence permettant une prescription
conforme sont mises à la disposition des
professionnels.
En grande partie
Constats
Un travail préalable a été mené par l'établissement avec
l'élaboration d'un document intitulé "Prévention de la iatrogénie
médicamenteuse chez le sujet âgé". Cependant, ce document
n'est pas à ce jour une politique formalisée de juste prescription
médicamenteuse chez le sujet âgé car il n'y a ni objectifs ni axes
de stratégie mis en place.
Constats
L'établissement a initié une démarche avec l'élaboration de
plusieurs documents de référence avec une liste des médicaments
inappropriés chez la personne âgée, des recommandations de
précautions d'emploi en fonction de la situation clinique, une liste
des médicaments à marge étroite et une information généralisée
concernant l'écrasement des comprimés ou l'ouverture des
gélules. Ces données sont l'expression d'une prise de conscience
de la problématique mais ne sont pas intégrées dans une politique
ou dans un plan d'actions spécifique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
288
Des actions de sensibilisation ou de formation des
professionnels sont menées au niveau de
l'établissement.
E3 Evaluer et améliorer
La prescription médicamenteuse chez le sujet âgé est
évaluée.
Des actions d'amélioration et leur suivi sont mis en
œuvre.
Partiellement
Les professionnels ont été sensibilisés par la diffusions des
documents relatifs à la prise en charge médicamenteuse du sujet
âgé (liste des médicaments inappropriés chez la personne âgée,
recommandations de précautions d'emploi en fonction de la
situation clinique, liste des médicaments à marge étroite,
information généralisée concernant l'écrasement des
comprimés...). L'établissement envisage de mettre en place une
action de sensibilisation ou d'information. Cependant, à ce jour, ce
projet n'apparaît ni dans le plan de formation 2013, ni dans le plan
d'actions du COMEDIMS, ni dans les projets médicaux des
différentes unités du pôle médecine générale et filière gériatrique
(SSR et SLD).
Réponses aux EA
Non
Partiellement
Constats
Un projet d'audit de la prescription chez le sujet âgé est envisagé
mais n'a pas été mis en place à ce jour.
Dans le cadre de la réflexion engagée en vue de l'élaboration du
prochain projet médical, les responsables d'unité du pôle de
médecine générale et gériatrie ont élaboré des projets médicaux
d'unité. Certains de ces projets portent sur cette thématique et
envisage des axes d'amélioration.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
289
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.b - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé
Ce critère est applicable uniquement aux établissements prenant en charge des patients âgés de plus de 65 ans.
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement dispose d'une politique formalisée de
juste prescription médicamenteuse chez le sujet âgé, en
vue notamment de réduire la morbi-mortalité évitable.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des données de référence permettant une prescription
conforme sont mises à la disposition des
professionnels.
En grande partie
Constats
Un travail préalable a été mené par l'établissement avec
l'élaboration d'un document intitulé "Prévention de la iatrogénie
médicamenteuse chez le sujet âgé". Cependant, ce document
n'est pas à ce jour une politique formalisée de juste prescription
médicamenteuse chez le sujet âgé car il n'y a ni objectifs ni axes
de stratégie mis en place.
Constats
L'établissement a initié une démarche avec l'élaboration de
plusieurs documents de référence avec une liste des médicaments
inappropriés chez la personne âgée, des recommandations de
précautions d'emploi en fonction de la situation clinique, une liste
des médicaments à marge étroite et une information généralisée
concernant l'écrasement des comprimés ou l'ouverture des
gélules. Ces données sont l'expression d'une prise de conscience
de la problématique mais ne sont pas intégrées dans une politique
ou dans un plan d'actions spécifique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
290
Des actions de sensibilisation ou de formation des
professionnels sont menées au niveau de
l'établissement.
E3 Evaluer et améliorer
La prescription médicamenteuse chez le sujet âgé est
évaluée.
Des actions d'amélioration et leur suivi sont mis en
œuvre.
Partiellement
Les professionnels ont été sensibilisés par la diffusions des
documents relatifs à la prise en charge médicamenteuse du sujet
âgé (liste des médicaments inappropriés chez la personne âgée,
recommandations de précautions d'emploi en fonction de la
situation clinique, liste des médicaments à marge étroite,
information généralisée concernant l'écrasement des
comprimés...). L'établissement envisage de mettre en place une
action de sensibilisation ou d'information. Cependant, à ce jour, ce
projet n'apparaît ni dans le plan de formation 2013, ni dans le plan
d'actions du COMEDIMS, ni dans les projets médicaux des
différentes unités du pôle médecine générale et filière gériatrique
(SSR et SLD).
Réponses aux EA
Non
Partiellement
Constats
Un projet d'audit de la prescription chez le sujet âgé est envisagé
mais n'a pas été mis en place à ce jour.
Dans le cadre de la réflexion engagée en vue de l'élaboration du
prochain projet médical, les responsables d'unité du pôle de
médecine générale et gériatrie ont élaboré des projets médicaux
d'unité. Certains de ces projets portent sur cette thématique et
envisage des axes d'amélioration.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
291
Référence 20: La prise en charge médicamenteuse
Critère 20.b - Soins de longue durée
Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé
Ce critère est applicable uniquement aux établissements prenant en charge des patients âgés de plus de 65 ans.
Cotation
C
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement dispose d'une politique formalisée de
juste prescription médicamenteuse chez le sujet âgé, en
vue notamment de réduire la morbi-mortalité évitable.
Partiellement
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des données de référence permettant une prescription
conforme sont mises à la disposition des
professionnels.
En grande partie
Constats
Un travail préalable a été mené par l'établissement avec
l'élaboration d'un document intitulé "Prévention de la iatrogénie
médicamenteuse chez le sujet âgé". Cependant, ce document
n'est pas à ce jour une politique formalisée de juste prescription
médicamenteuse chez le sujet âgé car il n'y a ni objectifs ni axes
de stratégie mis en place.
Constats
L'établissement a initié une démarche avec l'élaboration de
plusieurs documents de référence avec une liste des médicaments
inappropriés chez la personne âgée, des recommandations de
précautions d'emploi en fonction de la situation clinique, une liste
des médicaments à marge étroite et une information généralisée
concernant l'écrasement des comprimés ou l'ouverture des
gélules. Ces données sont l'expression d'une prise de conscience
de la problématique mais ne sont pas intégrées dans une politique
ou dans un plan d'actions spécifique.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
292
Des actions de sensibilisation ou de formation des
professionnels sont menées au niveau de
l'établissement.
E3 Evaluer et améliorer
La prescription médicamenteuse chez le sujet âgé est
évaluée.
Des actions d'amélioration et leur suivi sont mis en
œuvre.
Partiellement
Les professionnels ont été sensibilisés par la diffusions des
documents relatifs à la prise en charge médicamenteuse du sujet
âgé (liste des médicaments inappropriés chez la personne âgée,
recommandations de précautions d'emploi en fonction de la
situation clinique, liste des médicaments à marge étroite,
information généralisée concernant l'écrasement des
comprimés...). L'établissement envisage de mettre en place une
action de sensibilisation ou d'information. Cependant, à ce jour, ce
projet n'apparaît ni dans le plan de formation 2013, ni dans le plan
d'actions du COMEDIMS, ni dans les projets médicaux des
différentes unités du pôle médecine générale et filière gériatrique
(SSR et SLD).
Réponses aux EA
Non
Partiellement
Constats
Un projet d'audit de la prescription chez le sujet âgé est envisagé
mais n'a pas été mis en place à ce jour.
Dans le cadre de la réflexion engagée en vue de l'élaboration du
prochain projet médical, les responsables d'unité du pôle de
médecine générale et gériatrie ont élaboré des projets médicaux
d'unité. Certains de ces projets portent sur cette thématique et
envisage des axes d'amélioration.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
293
Référence 21: La prise en charge des analyses de biologie médicale
Critère 21.a - Court Séjour
Prescription d'examens de laboratoire, prélèvements, conditions de transport et transmission des
résultats.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles relatives au circuit du traitement des
examens de biologie médicale ou d'anatomocytopathologie sont définies en concertation entre les
secteurs d'activité clinique et le laboratoire.
Oui
L'établissement définit un processus de prise en charge
des patients devant bénéficier d'un examen de biologie
médicale.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des outils et conseils d'aide à la prescription, aux
prélèvements et au transport sont mis à disposition et
connus des professionnels.
Les demandes d'analyse sont identifiées, argumentées
(renseignements cliniques, motif de l'examen), datées et
signées.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
En grande partie
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
294
E3 Evaluer et améliorer
Les pratiques sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Les délais de transmission des résultats répondent aux
besoins des secteurs d'activité, avec une attention
particulière portée aux urgences et aux résultats
critiques.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
295
Référence 21: La prise en charge des analyses de biologie médicale
Critère 21.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Prescription d'examens de laboratoire, prélèvements, conditions de transport et transmission des
résultats.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles relatives au circuit du traitement des
examens de biologie médicale ou d'anatomocytopathologie sont définies en concertation entre les
secteurs d'activité clinique et le laboratoire.
Oui
L'établissement définit un processus de prise en charge
des patients devant bénéficier d'un examen de biologie
médicale.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des outils et conseils d'aide à la prescription, aux
prélèvements et au transport sont mis à disposition et
connus des professionnels.
Les demandes d'analyse sont identifiées, argumentées
(renseignements cliniques, motif de l'examen), datées et
signées.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
En grande partie
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
296
E3 Evaluer et améliorer
Les pratiques sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Les délais de transmission des résultats répondent aux
besoins des secteurs d'activité, avec une attention
particulière portée aux urgences et aux résultats
critiques.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
297
Référence 21: La prise en charge des analyses de biologie médicale
Critère 21.a - Soins de longue durée
Prescription d'examens de laboratoire, prélèvements, conditions de transport et transmission des
résultats.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles relatives au circuit du traitement des
examens de biologie médicale ou d'anatomocytopathologie sont définies en concertation entre les
secteurs d'activité clinique et le laboratoire.
Oui
L'établissement définit un processus de prise en charge
des patients devant bénéficier d'un examen de biologie
médicale.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des outils et conseils d'aide à la prescription, aux
prélèvements et au transport sont mis à disposition et
connus des professionnels.
Les demandes d'analyse sont identifiées, argumentées
(renseignements cliniques, motif de l'examen), datées et
signées.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
En grande partie
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
298
E3 Evaluer et améliorer
Les pratiques sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Les délais de transmission des résultats répondent aux
besoins des secteurs d'activité, avec une attention
particulière portée aux urgences et aux résultats
critiques.
Réponses aux EA
Constats
Partiellement
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
299
Référence 21: La prise en charge des analyses de biologie médicale
Critère 21.b
Démarche qualité en laboratoire de biologie médicale
Ce critère n'est pas applicable aux établissements ne disposant pas de laboratoire de biologie.
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le laboratoire de biologie médicale développe une
politique institutionnelle de management de la qualité,
en tenant compte de l'évolution de la réglementation qui
conduit à l'accréditation.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La démarche qualité est mise en œuvre, avec des
échéances déterminées, compatibles avec le respect de
la réglementation.
NA
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Des actions d'évaluation sont menées, et s'inscrivent
dans le programme d'amélioration de la qualité du
laboratoire de biologie médicale.
Constats
Constats
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
300
Référence 22: La prise en charge des examens d'imagerie médicale
Critère 22.a - Court Séjour
Demande d'examen et transmission des résultats
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles de fonctionnement sont définies, en
concertation entre les secteurs d'activité clinique et les
secteurs d'imagerie (y compris externalisés).
Oui
L'établissement définit un processus de prise en charge
des patients devant bénéficier d'un examen d'imagerie
médicale.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des outils d'aide à la demande des examens sont mis à
la disposition des professionnels.
Les demandes médicales d'examen d'imagerie sont
identifiées, justifiées (renseignements cliniques, motif de
l'examen), datées et signées.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
301
L'établissement coordonne la réalisation des examens
prescrits par le médecin traitant ou hospitalier.
E3 Evaluer et améliorer
Les pratiques sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Les délais de transmission des résultats répondent aux
besoins des secteurs d'activité avec une attention
particulière aux urgences et aux résultats critiques.
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
302
Référence 22: La prise en charge des examens d'imagerie médicale
Critère 22.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Demande d'examen et transmission des résultats
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles de fonctionnement sont définies, en
concertation entre les secteurs d'activité clinique et les
secteurs d'imagerie (y compris externalisés).
Oui
L'établissement définit un processus de prise en charge
des patients devant bénéficier d'un examen d'imagerie
médicale.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des outils d'aide à la demande des examens sont mis à
la disposition des professionnels.
Les demandes médicales d'examen d'imagerie sont
identifiées, justifiées (renseignements cliniques, motif de
l'examen), datées et signées.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
303
L'établissement coordonne la réalisation des examens
prescrits par le médecin traitant ou hospitalier.
E3 Evaluer et améliorer
Les pratiques sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Les délais de transmission des résultats répondent aux
besoins des secteurs d'activité avec une attention
particulière aux urgences et aux résultats critiques.
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
304
Référence 22: La prise en charge des examens d'imagerie médicale
Critère 22.a - Soins de longue durée
Demande d'examen et transmission des résultats
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Des règles de fonctionnement sont définies, en
concertation entre les secteurs d'activité clinique et les
secteurs d'imagerie (y compris externalisés).
Oui
L'établissement définit un processus de prise en charge
des patients devant bénéficier d'un examen d'imagerie
médicale.
NA
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Des outils d'aide à la demande des examens sont mis à
la disposition des professionnels.
Les demandes médicales d'examen d'imagerie sont
identifiées, justifiées (renseignements cliniques, motif de
l'examen), datées et signées.
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Constats
Oui
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
305
L'établissement coordonne la réalisation des examens
prescrits par le médecin traitant ou hospitalier.
E3 Evaluer et améliorer
Les pratiques sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Les délais de transmission des résultats répondent aux
besoins des secteurs d'activité avec une attention
particulière aux urgences et aux résultats critiques.
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
306
Référence 22: La prise en charge des examens d'imagerie médicale
Critère 22.b
Démarche qualité en service d'imagerie
Ce critère n'est pas applicable aux établissements ne disposant pas de service d'imagerie.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les secteurs développent un système d'assurance de la
qualité.
E2 Mettre en oeuvre
Les examens sont réalisés dans le respect des bonnes
pratiques.
E3 Evaluer et améliorer
Des actions d'évaluation sont menées, et s'inscrivent
dans le programme d'amélioration de la qualité en
imagerie.
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
307
Référence 23: l'éducation thérapeutique à destination du patient et de son entourage
Critère 23.a - Court Séjour
Education thérapeutique du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'offre de programmes d'éducation thérapeutique, au
sein de l'établissement et au sein du territoire de santé,
est identifiée.
Oui
Les maladies ou situations nécessitant l'élaboration
d'une démarche structurée d'éducation thérapeutique
du patient (ETP), intégrée à sa prise en charge, sont
identifiées.
Une coordination avec les professionnels
extrahospitaliers et les réseaux est organisée.
E2 Mettre en oeuvre
Selon la nature des besoins et des attentes des
patients, des programmes d'ETP autorisés sont
proposés aux patients et mis en œuvre. Si
l'établissement de santé ne met pas en œuvre de
programme autorisé, il lui est demandé de
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
308
proposer au patient une inscription dans un programme
autorisé dans son environnement proche, en lui ayant
présenté l'intérêt de l'ETP pour la gestion de sa
maladie.
En grande partie
L'établissement définit, dans son plan, une formation à
l'ETP (sensibilisation des professionnels impliqués dans
la prise en charge des maladies chroniques, et
acquisition de compétences pour ceux qui mettent en
œuvre un programme d'ETP).
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
L'évaluation des conditions d'accès et de mise en
œuvre des programmes d'ETP (patients, professionnels
de santé impliqués) donne lieu à des actions
d'amélioration.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
309
Référence 23: l'éducation thérapeutique à destination du patient et de son entourage
Critère 23.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Education thérapeutique du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'offre de programmes d'éducation thérapeutique, au
sein de l'établissement et au sein du territoire de santé,
est identifiée.
Oui
Les maladies ou situations nécessitant l'élaboration
d'une démarche structurée d'éducation thérapeutique
du patient (ETP), intégrée à sa prise en charge, sont
identifiées.
Une coordination avec les professionnels
extrahospitaliers et les réseaux est organisée.
E2 Mettre en oeuvre
Selon la nature des besoins et des attentes des
patients, des programmes d'ETP autorisés sont
proposés aux patients et mis en œuvre. Si
l'établissement de santé ne met pas en œuvre de
programme autorisé, il lui est demandé de
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
310
proposer au patient une inscription dans un programme
autorisé dans son environnement proche, en lui ayant
présenté l'intérêt de l'ETP pour la gestion de sa
maladie.
En grande partie
L'établissement définit, dans son plan, une formation à
l'ETP (sensibilisation des professionnels impliqués dans
la prise en charge des maladies chroniques, et
acquisition de compétences pour ceux qui mettent en
œuvre un programme d'ETP).
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
L'évaluation des conditions d'accès et de mise en
œuvre des programmes d'ETP (patients, professionnels
de santé impliqués) donne lieu à des actions
d'amélioration.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
311
Référence 23: l'éducation thérapeutique à destination du patient et de son entourage
Critère 23.a - Soins de longue durée
Education thérapeutique du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'offre de programmes d'éducation thérapeutique, au
sein de l'établissement et au sein du territoire de santé,
est identifiée.
Oui
Les maladies ou situations nécessitant l'élaboration
d'une démarche structurée d'éducation thérapeutique
du patient (ETP), intégrée à sa prise en charge, sont
identifiées.
Une coordination avec les professionnels
extrahospitaliers et les réseaux est organisée.
E2 Mettre en oeuvre
Selon la nature des besoins et des attentes des
patients, des programmes d'ETP autorisés sont
proposés aux patients et mis en œuvre. Si
l'établissement de santé ne met pas en œuvre de
programme autorisé, il lui est demandé de
Constats
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
312
proposer au patient une inscription dans un programme
autorisé dans son environnement proche, en lui ayant
présenté l'intérêt de l'ETP pour la gestion de sa
maladie.
En grande partie
L'établissement définit, dans son plan, une formation à
l'ETP (sensibilisation des professionnels impliqués dans
la prise en charge des maladies chroniques, et
acquisition de compétences pour ceux qui mettent en
œuvre un programme d'ETP).
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
L'évaluation des conditions d'accès et de mise en
œuvre des programmes d'ETP (patients, professionnels
de santé impliqués) donne lieu à des actions
d'amélioration.
En grande partie
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
313
Référence 24: La sortie du patient
Critère 24.a - Court Séjour
Sortie du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La sortie ou le transfert du patient sont organisés en
fonction du type de prise en charge et de son état
clinique.
Les professionnels d'aval sont associés à l'organisation
de la sortie ou du transfert (demande d'avis, visite, staff
pluridisciplinaire, réseaux ville-hôpital, etc.), lorsque la
situation le nécessite.
Le patient et son entourage sont associés à la
planification et à la préparation de la sortie ou du
transfert.
E2 Mettre en oeuvre
Les informations nécessaires à la continuité de la prise
en charge sont transmises aux professionnels d'aval
dans les règles de confidentialité.
Constats
Oui
En grande partie
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
314
Les documents nécessaires au suivi du patient lui sont
remis.
Un courrier de fin d'hospitalisation est transmis aux
correspondants d'aval dans les délais réglementaires.
E3 Evaluer et améliorer
La qualité de la transmission des informations
nécessaires à la continuité de la prise en charge en aval
est évaluée.
La pertinence des orientations à la sortie ou lors du
transfert est évaluée.
Oui
Oui
Compte tenu de la classe de l'indicateur "Délai d'envoi du courrier
de fin d'hospitalisation" et de sa valeur de 99 % avec un intervalle
de confiance de [96 % - 100 %] pour la campagne de recueil 2011.
Réponses aux EA
Constats
Oui
L'établissement recueille l'indicateur « Délai d'envoi du courrier de
fin d'hospitalisation ». Il a mis en oeuvre d'autres modalités
d'évaluation (audits de tenue de dossier).
Partiellement
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
315
Référence 24: La sortie du patient
Critère 24.a - Soins de suite et/ou de réadaptation
Sortie du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La sortie ou le transfert du patient sont organisés en
fonction du type de prise en charge et de son état
clinique.
Les professionnels d'aval sont associés à l'organisation
de la sortie ou du transfert (demande d'avis, visite, staff
pluridisciplinaire, réseaux ville-hôpital, etc.), lorsque la
situation le nécessite.
Le patient et son entourage sont associés à la
planification et à la préparation de la sortie ou du
transfert.
E2 Mettre en oeuvre
Les informations nécessaires à la continuité de la prise
en charge sont transmises aux professionnels d'aval
dans les règles de confidentialité.
Constats
Oui
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
316
Les documents nécessaires au suivi du patient lui sont
remis.
Un courrier de fin d'hospitalisation est transmis aux
correspondants d'aval dans les délais réglementaires.
E3 Evaluer et améliorer
La qualité de la transmission des informations
nécessaires à la continuité de la prise en charge en aval
est évaluée.
La pertinence des orientations à la sortie ou lors du
transfert est évaluée.
Oui
En grande partie
Compte tenu de la classe de l'indicateur "Délai d'envoi du courrier
de fin d'hospitalisation" et de sa valeur de 88 % avec un intervalle
de confiance de [80 % - 95 %] pour la campagne de recueil 2011.
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
L'établissement recueille l'indicateur « Délai d'envoi du courrier de
fin d'hospitalisation ». Il a mis en oeuvre d'autres modalités
d'évaluation (audits de tenue de dossier).
Partiellement
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
317
Référence 24: La sortie du patient
Critère 24.a - Soins de longue durée
Sortie du patient
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
La sortie ou le transfert du patient sont organisés en
fonction du type de prise en charge et de son état
clinique.
Les professionnels d'aval sont associés à l'organisation
de la sortie ou du transfert (demande d'avis, visite, staff
pluridisciplinaire, réseaux ville-hôpital, etc.), lorsque la
situation le nécessite.
Le patient et son entourage sont associés à la
planification et à la préparation de la sortie ou du
transfert.
E2 Mettre en oeuvre
Les informations nécessaires à la continuité de la prise
en charge sont transmises aux professionnels d'aval
dans les règles de confidentialité.
Constats
Oui
Oui
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
318
Les documents nécessaires au suivi du patient lui sont
remis.
Un courrier de fin d'hospitalisation est transmis aux
correspondants d'aval dans les délais réglementaires.
Oui
Oui
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
La qualité de la transmission des informations
nécessaires à la continuité de la prise en charge en aval
est évaluée.
Non
La pertinence des orientations à la sortie ou lors du
transfert est évaluée.
Constats
Partiellement
Des actions d'amélioration sont mises en place.
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
319
PARTIE 4. PRISES EN CHARGE SPÉCIFIQUES
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
320
Référence 25: La prise en charge dans le service des urgences
Critère 25.a
Prise en charge des urgences et des soins non programmés
Ce critère est applicable uniquement aux établissements disposant d'une autorisation d'accueil et de traitement des urgences.
Cotation
A
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'organisation du service des urgences au sein du
réseau des urgences est formalisée, et connue des
acteurs du territoire de santé.
Le recours aux avis spécialisés permettant de répondre
aux besoins des patients est organisé et formalisé.
Oui
Oui
Constats
L'établissement a structuré son organisation permettant le bon
fonctionnement en continu des urgences. L'organisation du
fonctionnement des urgences est formalisée. Elle se place dans
une dynamique de collaboration inter-établissements. Les
médecins urgentistes sont par convention des médecins du centre
hospitalier de Tarbes. Une collaboration entre les centres
hospitaliers de Lourdes, de Tarbes et de Bagnères de Bigorre est
effective. Sur le territoire de santé, un lien étroit d'échange entre
médecins de ville et médecins des urgences existe.
De façon quotidienne, une liste des spécialistes joignables est
communiquée au médecin de garde pour lui permettre le recours à
des avis spécialisés.
Les critères d'admission dans le service de médecine de
l'établissement sont définis, dans le cas contraire en cas
d'hospitalisation dans un autre établissement, les modalités de
transferts sont définies.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
321
Les circuits de prise en charge sont définis et
formalisés, selon le degré d'urgence et la typologie des
patients (soins immédiats, soins rapides non immédiats,
patients debout, patients couchés, traumatologie, filières
spécifiques, etc.).
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
La disponibilité des lits d'hospitalisation est analysée en
temps réel.
Les professionnels sont formés à l'accueil et à
l'orientation des patients.
L'établissement a développé une offre spécifique pour la
prise en charge de soins non programmés directement
dans les secteurs de soins (consultations,
hospitalisations directes).
Oui
Oui
Oui
Les circuits de prise en charge sont définis et formalisés en
fonction des typologies de patients et de pathologies. Le service
utilise la grille de la classification clinique des malades des
urgences (CCMU) comme outil d'évaluation de la gravité de
l'urgence. L'ensemble des médecins intervenants aux urgences et
l'ensemble des IDE sont formés à l'utilisation de cette grille. Des
procédures et protocoles de prise en charge sont accessibles pour
tous les intervenants. Les filières pour les prises en charge
spécifiques (AVC, infarctus du myocarde...) sont en place, en
particulier avec les CH de Tarbes et Lourdes.
Constats
Les médecins aux urgences n'ont pas d'information directe sur les
lits disponibles. Ils peuvent joindre à tout moment par téléphone le
service de médecine pour connaître les disponibilités d'accueil.
Une procédure en cas de saturation des lits de médecine existe,
des solutions alternatives sont prévues. Le service de médecine a
mis en place une organisation par rapport aux sorties pour essayer
de prévoir les disponibilités et proposer des lits d'avals pour les
urgences, notamment pour la nuit et le week-end.
L'équipe paramédicale des urgences de l'établissement est formée
à la prise en charge des urgences et à l'accueil des patients. Des
mises à niveau des formations sont proposées de façon annuelle.
Des médecins de l'établissement sont amenés à intervenir
ponctuellement aux urgences en cas de départ du médecin
urgentiste en SMUR. Pour ces médecins, des formations sont
proposées régulièrement par les urgentistes en fonction des
attentes et des besoins ressentis.
De par l'activité MCO de l'établissement et l'importance du pôle
gériatrique, une organisation permet d'éviter un passage aux
urgences pour les personnes ne le nécessitant pas, notamment en
cas de troubles cognitifs décompensés ou de situations palliatives
suivis par le réseau de soins "Arcade".
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
322
E3 Evaluer et améliorer
Le suivi des temps d'attente et de passage, selon le
degré d'urgence, est en place.
Le recueil et l'analyse des dysfonctionnements sont
réalisés.
Les actions d'amélioration sont définies avec les
professionnels ainsi que les représentants des usagers,
et sont mises en œuvre.
Réponses aux EA
Oui
En grande partie
Partiellement
Constats
Les délais d'attente et les temps de passage sont suivis sur le
système de l'observatoire régional des urgences Midi-Pyrénées
(ORUMIP). Ils sont communiqués dans le bilan annuel de
l'ORUMIP.
Le service des urgences utilise le support des fiches d'événements
indésirables de l'établissement. Un retour d'analyse a lieu de façon
rapide. L'établissement n'a pas formalisé un circuit spécifique pour
les dysfonctionnements liés aux prises en charge des urgences.
Des indicateurs spécifiques de suivi au niveau des
dysfonctionnements, ne sont pas actuellement mis en place.
Une réflexion d'amélioration des pratiques est menée. Les actions
d'amélioration sont ébauchées, la coordination et le suivi de leur
mise en oeuvre ne sont pas encore effectifs.
On retrouve dans le plan d'actions de la CRU, un projet d'enquête
de satisfaction du service d'accueil des urgences.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
323
Référence 26: Le fonctionnement des secteurs d'activité interventionnelle
Critère 26.a
Organisation du bloc opératoire
Ce critère est applicable uniquement aux établissements disposant d'un bloc opératoire.
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le secteur d'activité a identifié, analysé et hiérarchisé
ses processus à risques, en vue d'établir le programme
d'actions préventives et de surveillance, avec des
objectifs précis et opérationnels.
NA
Une démarche qualité, documentée et actualisée,
assurant la sécurité de la prise en charge du patient, est
en place (elle comprend l'ensemble des dimensions, y
compris la gestion des locaux et des équipements).
NA
La charte de fonctionnement, définie et validée par un
conseil de bloc, précise les modes de fonctionnement
des circuits de prise en charge, dont l'ambulatoire et les
urgences, et établit les responsabilités et les modalités
d'élaboration et de régulation des programmes
opératoires.
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
324
L'échange d'informations nécessaires à la prise en
charge du patient est organisé entre le bloc opératoire,
les secteurs d'activité clinique, médico-technique,
technique et logistique.
Le système d'information du bloc opératoire est intégré
au système d'information hospitalier.
E2 Mettre en oeuvre
NA
NA
Réponses aux EA
Un responsable régule les activités du bloc opératoire
afin de garantir le respect de la programmation et la
sécurité du patient.
NA
La check-list « Sécurité du patient au bloc opératoire »
est mise en œuvre pour toute intervention de l'équipe
opératoire.
NA
La traçabilité des dispositifs médicaux implantables et
des actes, incluant les vérifications effectuées, est
assurée.
NA
Les pratiques professionnelles s'appuient sur des
procédures issues de documents de référence
actualisés et validés.
NA
E3 Evaluer et améliorer
Le suivi d'indicateurs quantitatifs (activité, efficience,
etc.) et qualitatifs (événements indésirables, délais) est
assuré, et des actions d'amélioration sont mises en
œuvre.
Réponses aux EA
Constats
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
325
Référence 26: Organisation des autres secteurs d'activité à risque majeur: radiothérapie, médecine nucléaire et endoscopie
Critère 26.b - Radiothérapie
Organisation des autres secteurs d'activité à risque majeur
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le secteur d'activité a identifié, analysé et hiérarchisé
ses processus à risques, en vue d'établir le programme
d'actions préventives et de surveillance, avec des
objectifs précis et opérationnels.
NA
Une démarche qualité, documentée et actualisée,
assurant la sécurité de la prise en charge du patient, est
en place.
NA
L'échange d'informations nécessaires à la prise en
charge du patient est organisé avec les autres secteurs
d'activité clinique, médico-technique et logistique.
NA
Le système d'information est intégré au système
d'information hospitalier.
E2 Mettre en oeuvre
Constats
NA
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
326
Un responsable identifié régule les activités, afin de
garantir le respect de la programmation et la sécurité du
patient.
NA
Les pratiques professionnelles s'appuient sur des
procédures issues de documents de référence
actualisés et validés.
NA
La traçabilité des dispositifs médicaux implantables, des
actes et des vérifications est assurée.
NA
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Un recueil et une analyse des événements indésirables,
avec retour d'expérience aux professionnels, permettent
la définition et la mise en œuvre d'actions
d'amélioration.
NA
La réalisation d'audits et le suivi d'indicateurs
quantitatifs et qualitatifs permettent la mise en place
d'actions d'amélioration.
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
327
Référence 26: Organisation des autres secteurs d'activité à risque majeur: radiothérapie, médecine nucléaire et endoscopie
Critère 26.b - Médecine nucléaire
Organisation des autres secteurs d'activité à risque majeur
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le secteur d'activité a identifié, analysé et hiérarchisé
ses processus à risques, en vue d'établir le programme
d'actions préventives et de surveillance, avec des
objectifs précis et opérationnels.
NA
Une démarche qualité, documentée et actualisée,
assurant la sécurité de la prise en charge du patient, est
en place.
NA
L'échange d'informations nécessaires à la prise en
charge du patient est organisé avec les autres secteurs
d'activité clinique, médico-technique et logistique.
NA
Le système d'information est intégré au système
d'information hospitalier.
E2 Mettre en oeuvre
Constats
NA
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
328
Un responsable identifié régule les activités, afin de
garantir le respect de la programmation et la sécurité du
patient.
NA
Les pratiques professionnelles s'appuient sur des
procédures issues de documents de référence
actualisés et validés.
NA
La traçabilité des dispositifs médicaux implantables, des
actes et des vérifications est assurée.
NA
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Un recueil et une analyse des événements indésirables,
avec retour d'expérience aux professionnels, permettent
la définition et la mise en œuvre d'actions
d'amélioration.
NA
La réalisation d'audits et le suivi d'indicateurs
quantitatifs et qualitatifs permettent la mise en place
d'actions d'amélioration.
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
329
Référence 26: Organisation des autres secteurs d'activité à risque majeur: radiothérapie, médecine nucléaire et endoscopie
Critère 26.b - Endoscopie
Organisation des autres secteurs d'activité à risque majeur
Cotation
NA
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Le secteur d'activité a identifié, analysé et hiérarchisé
ses processus à risques, en vue d'établir le programme
d'actions préventives et de surveillance, avec des
objectifs précis et opérationnels.
NA
Une démarche qualité, documentée et actualisée,
assurant la sécurité de la prise en charge du patient, est
en place.
NA
L'échange d'informations nécessaires à la prise en
charge du patient est organisé avec les autres secteurs
d'activité clinique, médico-technique et logistique.
NA
Le système d'information est intégré au système
d'information hospitalier.
E2 Mettre en oeuvre
Constats
NA
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
330
Un responsable identifié régule les activités, afin de
garantir le respect de la programmation et la sécurité du
patient.
NA
Les pratiques professionnelles s'appuient sur des
procédures issues de documents de référence
actualisés et validés.
NA
La traçabilité des dispositifs médicaux implantables, des
actes et des vérifications est assurée.
NA
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Un recueil et une analyse des événements indésirables,
avec retour d'expérience aux professionnels, permettent
la définition et la mise en œuvre d'actions
d'amélioration.
NA
La réalisation d'audits et le suivi d'indicateurs
quantitatifs et qualitatifs permettent la mise en place
d'actions d'amélioration.
Constats
NA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
331
Référence 26: Le fonctionnement des secteurs d'activité interventionnelle
Critère 26.c
Don d'organes et de tissus à visée thérapeutique
Ce critère est applicable uniquement aux établissements de santé ayant une prise en charge MCO, hors établissements d'HAD.
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement a formalisé sa participation aux activités
ou à un réseau de prélèvement d'organes et de tissus.
Oui
E2 Mettre en oeuvre
Réponses aux EA
Les professionnels sont sensibilisés au don d'organes et
de tissus à visée thérapeutique, et sont formés,
notamment en matière d'information des familles.
En grande partie
Dans les établissements autorisés, les bonnes pratiques
de prélèvement sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Constats
NA
Constats
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément d'appréciation
est non applicable.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
332
Les activités relatives au don d'organes et de tissus à
visée thérapeutique sont évaluées, et des actions
d'amélioration sont mises en œuvre.
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
333
Référence 27: Les activités de soins de suite et de réadaptation
Critère 27.a
Activités de soins de suite et de réadaptation
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'échange d'informations nécessaires à la prise en
charge du patient et à la continuité des soins est
organisé entre secteurs de soins de suite et de
réadaptation, activités clinique, médico-technique,
technique et logistique.
E2 Mettre en oeuvre
Le projet personnalisé de prise en charge, qui
comprend une activité de soins de suite et de
réadaptation, est élaboré avec le patient, son
entourage, et en concertation avec tous les
professionnels concernés.
E3 Evaluer et améliorer
Le suivi d'indicateurs quantitatifs et qualitatifs est
assuré, et des actions d'amélioration sont mises en
œuvre.
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Oui
Réponses aux EA
Constats
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
334
PARTIE 5. EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
335
Référence 28: l'évaluation des pratiques professionnelles
Critère 28.a
Mise en oeuvre des démarches d'évaluation des pratiques professionnelles
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
L'établissement pour sa politique des évaluations des pratiques, a
mis en place une organisation de déploiement par pôle. Tous les
pôles ne sont pas au même stade de déploiement et n'ont pas
tous formalisé leur organisation de la même manière et de façon
totalement définie.
Les différents secteurs d'activité clinique ou médicotechnique organisent la mise en œuvre des démarches
d'EPP.
Des analyses de la mortalité-morbidité sont organisées
dans les secteurs de chirurgie, d'anesthésie-réanimation
et de cancérologie.
Des réunions de concertation pluridisciplinaire sont
organisées dans le cadre de la prise en charge des
patients en cancérologie.
E2 Mettre en oeuvre
NA
NA
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Au vu du contexte de l'établissement, cet élément est non
applicable.
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
336
Les différents secteurs d'activité clinique et médicotechnique mettent en œuvre des démarches d'EPP.
Oui
L'engagement des professionnels est effectif.
Oui
Des actions de communication relatives aux démarches
d'EPP et à leurs résultats sont mises en œuvre.
E3 Evaluer et améliorer
Les différents secteurs d'activité clinique et médicotechnique mesurent l'impact des démarches d'EPP sur
l'évolution des pratiques.
Les différents secteurs d'activité clinique et médicotechnique évaluent l'organisation mise en place afin de
favoriser l'adhésion continue des professionnels aux
démarches d'EPP.
En grande partie
Une communication est faite auprès des différentes instances.
Cependant, la communication des résultats des EPP n'est pas en
oeuvre à destination de l'ensemble des professionnels.
Réponses aux EA
En grande partie
Constats
L'établissement a commencé à évaluer l'impact des différentes
EPP initiées lors de la précédente certification. De nouveaux
audits ont été réalisés ou sont en cours de réalisation. L'ensemble
des secteurs d'activité n'a pas encore mesuré l'impact des
démarches d'EPP, en particulier au niveau des secteurs médicotechniques (plateau technique de rééducation).
Non
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
337
Référence 28: l'évaluation des pratiques professionnelles
Critère 28.b
Pertinence des soins
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
Les enjeux liés à la pertinence des soins sont identifiés
au sein de l'établissement.
E2 Mettre en oeuvre
Des analyses de la pertinence des soins sont réalisées,
et permettent la mise en œuvre d'actions d'amélioration.
En grande partie
Constats
L'établissement a récemment réactivé sa démarche d'évaluation
des pratiques professionnelles. Il s'est réapproprié la
problématique de la pertinence des soins : des démarches sont
mises en place, une organisation pour pérenniser la démarche est
structurée. Néanmoins, les enjeux liés aux projets en cours depuis
2009 et relancés depuis quelques mois, sont identifiés. Les
dernières étapes de ces projets ne sont, en grande partie, pas
finalisées. Pour les nouveaux projets en cours de déploiement, les
enjeux ne sont pas tous identifiés.
Réponses aux EA
Constats
Oui
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
338
Des guides de bon usage des soins sont mis à la
disposition des professionnels.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
Les différents secteurs d'activité clinique et médicotechnique assurent le suivi des actions d'amélioration et
mesurent l'impact sur l'évolution des pratiques.
En grande partie
Des guides de pratiques ou de fiches-conseils sont formalisés en
fonction des différentes démarches de certification. Dans certains
cas, par exemple la prise en charge de la douleur, ils sont
réévalués. Cependant, en regard des enjeux liés à la pertinence
des soins, l'établissement n'a pas effectué le recueil des besoins
des professionnels relatifs à la mise à disposition de guides de bon
usage.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
339
Référence 28: l'évaluation des pratiques professionnelles
Critère 28.c
Démarches EPP liées aux indicateurs de pratique clinique
Cotation
B
E1 Prévoir
Réponses aux EA
L'établissement identifie les indicateurs de pratique
clinique pertinents au regard de ses activités.
E2 Mettre en oeuvre
L'établissement recueille et analyse les indicateurs de
pratique clinique choisis.
Constats
En grande partie
Réponses aux EA
Constats
En grande partie
Une démarche d'amélioration est mise en œuvre à partir
du recueil des indicateurs, lorsque la valeur de
l'indicateur le justifie.
En grande partie
E3 Evaluer et améliorer
Réponses aux EA
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
Constats
340
L'établissement révise régulièrement la liste des
indicateurs analysés.
Partiellement
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
341
6.INDICATEURS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
342
Les indicateurs généralisés actuellement recueillis
La Haute Autorité de Santé s'est engagée en 2008 dans la première campagne de généralisation du recueil d'indicateurs de qualité.
Le détail des indicateurs généralisés est disponible sur le site internet de la Haute Autorité de Santé :
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_493937/ipaqss-indicateurs-pour-l-amelioration-de-la-qualite-et-de-la-securite-desEléments de lecture du tableau
Le tableau présente pour chaque année de recueil la valeur de chaque indicateur recueilli par l'établissement ainsi que l'intervalle de confiance
de la valeur et le positionnement (en classe +, =, -, Non répondant) de l'établissement par rapport à la valeur seuil fixée à 80%. La valeur de
l'indicateur correspond au résultat de l'indicateur pour l'établissement. L'intervalle de confiance (IC) à 95% est l'intervalle dans lequel il y a 95
chances sur 100 de trouver la vraie valeur de l'indicateur pour l'établissement.
Chaque année et pour chaque indicateur, la valeur obtenue par l'établissement est répartie en quatre classes : +, =, -, Non répondant. Les trois
premières classes ont été définies en comparant l'intervalle de confiance (IC) à 95% du score de l'établissement à la valeur seuil 80% pour cet
indicateur. Une quatrième classe a été créée pour les « Non répondant ».
- La classe + correspond aux valeurs de résultats significativement supérieures à la valeur seuil.
- La classe = correspond aux valeurs des résultats non significativement différents de la valeur seuil.
- La classe - correspond aux résultats significativement inférieurs à la valeur seuil.
- La classe Non répondant est composée des établissements non répondant.
Remarque :
1. Pour une meilleure lisibilité des résultats, les scores de qualité I1TDP et I1 TDA ont été multipliés par 100.
2. Si la taille de l'échantillon de dossiers de séjours est trop petite, inférieure ou égale à 30 ("Effectif avec N inférieur ou égal à 30"), la méthode
statistique de classement fondée sur le calcul de l'intervalle de confiance ne peut pas s'appliquer. L'intervalle de confiance n'est pas calculé et
l'établissement n'est pas positionné selon les classes.
Le recueil et la valeur des indicateurs sont pris en compte dans le rapport de certification pour apprécier les critères pour lequel un indicateur est
disponible. Le tableau suivant présente synthétiquement les résultats obtenus par l'établissement au regard de l'ensemble des indicateurs
recueillis chaque année.
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
343
Etablissement : CH BAGNERES-DE-BIGORRE (650780166)
Résultats des indicateurs de qualité
Dossier du Patient - Champ MCO
Référence Nationale
Année 2009
Moyenne Nationale
Libellé indicateur
Nb d'ES
Valeur
Tenue du dossier patient (score sur 100)
1144
70
Délai d'envoi du courrier de fin d'hospitalisation (%)
1141
Traçabilité de l'évaluation la douleur (%)
Dépistage des troubles nutritionnels - Niveau 1 (%)
Année 2010
Objectif
national à
atteindre
Moyenne Nationale
Nb d'ES
Valeur
80
1212
72
34
80
1195
1144
52
80
1136
75
80
Année 2011
Objectif
national à
atteindre
Moyenne Nationale
Année 2012
Objectif
national à
atteindre
Nb d'ES
Valeur
80
1206
76
80
40
80
1192
48
80
1212
61
80
1206
73
80
1200
79
80
1196
84
80
Moyenne Nationale
Nb d'ES
Valeur
Objectif
national à
atteindre
Etablissement : CH BAGNERES-DE-BIGORRE (650780166)
Année 2009
Recueil obligatoire : Oui
Libellé indicateur
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Evol.
année
préc.
Année 2010
Recueil obligatoire : Oui
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Evol.
année
préc.
NA
Tenue du dossier patient (score sur 100)
82
[78 - 85]
(=)
89
[86 - 92]
(+)
Délai d'envoi du courrier de fin d'hospitalisation (%)
74
[64 - 83]
(=)
80
[71 - 89]
16
[8 - 24]
(-)
66
[56 - 77]
(-)
Traçabilité de l'évaluation la douleur (%)
Dépistage des troubles nutritionnels - Niveau 1 (%)
Année 2011
Recueil obligatoire : Oui
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
96
[94 - 98]
(+)
(=)
99
[96 - 100]
(+)
24
[14 - 33]
(-)
55
[44 - 66]
(-)
63
[52 - 73]
(-)
85
[77 - 93]
(=)
Evol.
année
préc.
Année 2012
Recueil obligatoire :
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Evol.
année
préc.
Etablissement : CH BAGNERES-DE-BIGORRE (650780166)
Résultats des indicateurs de qualité
Dossier du Patient - Champ SSR
Référence Nationale
Année 2010
Moyenne Nationale
Libellé indicateur
Nb d'ES
Valeur
Tenue du dossier patient (score sur 100)
1282
71
Délai d'envoi du courrier de fin d'hospitalisation (%)
1274
Traçabilité de l'évaluation la douleur (%)
Dépistage des troubles nutritionnels - Niveau 1 (%)
Année 2011
Objectif
national à
atteindre
Moyenne Nationale
Année 2012
Objectif
national à
atteindre
Nb d'ES
Valeur
80
1337
78
80
67
80
1331
75
80
1282
57
80
1337
71
80
1275
63
80
1329
73
80
Moyenne Nationale
Nb d'ES
Valeur
Année 2013
Objectif
national à
atteindre
Moyenne Nationale
Nb d'ES
Valeur
Objectif
national à
atteindre
Etablissement : CH BAGNERES-DE-BIGORRE (650780166)
Année 2010
Recueil obligatoire : Oui
Libellé indicateur
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Evol.
année
préc.
Année 2011
Recueil obligatoire : Oui
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Tenue du dossier patient (score sur 100)
71
[69 - 74]
(-)
78
[76 - 80]
(=)
Délai d'envoi du courrier de fin d'hospitalisation (%)
73
[63 - 82]
(=)
88
[80 - 95]
(=)
Traçabilité de l'évaluation la douleur (%)
43
[32 - 53]
(-)
68
[57 - 78]
(-)
Dépistage des troubles nutritionnels - Niveau 1 (%)
60
[49 - 71]
(-)
81
[73 - 90]
(=)
Evol.
année
préc.
Année 2012
Recueil obligatoire :
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Année 2013
Recueil obligatoire :
Evol.
année
préc.
Posit. par
Valeur
rapport à
IC à 95% la moy.
nat.
Atteinte
objectif
nat.
Evol.
année
préc.
7.BILAN DES CONTROLES DE SECURITE SANITAIRE
CENTRE HOSPITALIER DE BAGNERES DE BIGORRE / 650000052 / OCTOBRE 2013
344
BILAN DES CONTRÔLES EFFECTUÉS ET INSPECTIONS CONCERNANT LA SÉCURITÉ SANITAIRE
(Uniquement effectués par organismes et autorités externes)
Site GAMBETTA
Circuit du médicament
NC
Désinfection des dispositifs médicaux
Aucun contrôle
réalisé
Infrastructures
Sécurité incendie
- Catégorie 1 et 2 : visite tous les 2 ans
- Catégorie 3 et 4 : visite tous les 3 ans
- Catégorie 5 : absence de visite
périodique
Sécurité électrique
Hygiène alimentaire et eau d'alimentation
Eaux à usage médical
Eaux à usage technique
Eaux chaudes sanitaires
Déchets à risques infectieux et pièces
anatomiques.
Déchets à risques radioactifs
Déchets à risques chimiques et toxiques,
effluents liquides
Produits sanguins labiles
NON PRIS EN
COMPTE
EN COURS
SUITES DONNÉES
PAR
L'ÉTABLISSEMENT
RÉALISÉ
22/03/2006
DÉFAVORABLE
DRASS PHISP
DÉCISIONS
FAVORABLE
DATE DU
DERNIER
CONTRÔLE
Stérilisation des dispositifs médicaux
Laboratoires d'analyses de biologie
médicale
ACC01_F144_C
ORGANISME
DE
CONTRÔLE
NON
DOMAINES DE SÉCURITÉ
OUI
RECOMMAN
-DATIONS
OBSERVATIONS
ÉTABLISSEMENT
NC
Aucun contrôle
réalisé
Commission de
sécurité
Aucun contrôle
réalisé
DDCSPP
HautesPyrénées
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
DRASS
08/06/2011
23/03/2012
14/10/2005
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
Haute Autorité de Santé
Direction de l'Amélioration de la Qualité de la Sécurité et des Soins
1/4
ACC01_F144_C
Sécurité anesthésique
Non concerné
Secteur opératoire
Non concerné
Imagerie et exploration fonctionnelle
Aucun contrôle
réalisé
Radiothérapie
Non concerné
Prévention des risques liés à l'inhalation de
poussière d'amiante
Aucun contrôle
réalisé
Haute Autorité de Santé
Direction de l'Amélioration de la Qualité de la Sécurité et des Soins
NON PRIS EN
COMPTE
EN COURS
SUITES DONNÉES
PAR
L'ÉTABLISSEMENT
RÉALISÉ
DÉFAVORABLE
DATE DU
DERNIER
CONTRÔLE
DÉCISIONS
FAVORABLE
ORGANISME
DE
CONTRÔLE
NON
DOMAINES DE SÉCURITÉ
OUI
RECOMMAN
-DATIONS
OBSERVATIONS
ÉTABLISSEMENT
2/4
Site CASTELMOULY
Circuit du médicament
NC
Désinfection des dispositifs médicaux
Aucun contrôle
réalisé
Laboratoires d'analyses de biologie
médicale
NC
Infrastructures
NC
Sécurité électrique
Hygiène alimentaire et eau d'alimentation
Commission de
sécurité
Aucun contrôle
réalisé
DDCSPP
HautesPyrénées
Eaux à usage médical
NC
Eaux à usage technique
NC
Eaux chaudes sanitaires
ARS
Déchets à risques infectieux et pièces
anatomiques.
Déchets à risques radioactifs
Déchets à risques chimiques et toxiques,
effluents liquides
Produits sanguins labiles
Sécurité anesthésique
08/06/2011
NON PRIS EN
COMPTE
EN COURS
SUITES DONNÉES
PAR
L'ÉTABLISSEMENT
RÉALISÉ
22/03/2006
DÉFAVORABLE
DRASS PHISP
DÉCISIONS
FAVORABLE
DATE DU
DERNIER
CONTRÔLE
Stérilisation des dispositifs médicaux
Sécurité incendie
- Catégorie 1 et 2 : visite tous les 2 ans
- Catégorie 3 et 4 : visite tous les 3 ans
- Catégorie 5 : absence de visite
périodique
ACC01_F144_C
ORGANISME
DE
CONTRÔLE
NON
DOMAINES DE SÉCURITÉ
OUI
RECOMMAN
-DATIONS
OBSERVATIONS
ÉTABLISSEMENT
Levée de l’avis
défavorable par la
commission de sécurité
incendie le 23/11/2012
26/03/2012
18/08/2011
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
Aucun contrôle
réalisé
NC
Haute Autorité de Santé
Direction de l'Amélioration de la Qualité de la Sécurité et des Soins
3/4
ACC01_F144_C
Secteur opératoire
NC
Imagerie et exploration fonctionnelle
NC
Radiothérapie
NC
Prévention des risques liés à l'inhalation de
poussière d'amiante
NC
Haute Autorité de Santé
Direction de l'Amélioration de la Qualité de la Sécurité et des Soins
NON PRIS EN
COMPTE
EN COURS
SUITES DONNÉES
PAR
L'ÉTABLISSEMENT
RÉALISÉ
DÉFAVORABLE
DATE DU
DERNIER
CONTRÔLE
DÉCISIONS
FAVORABLE
ORGANISME
DE
CONTRÔLE
NON
DOMAINES DE SÉCURITÉ
OUI
RECOMMAN
-DATIONS
OBSERVATIONS
ÉTABLISSEMENT
4/4
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire