Vaccin fièvre jaune

publicité
FAITS ET CHIFFRES
LA FIEVRE JAUNE, UN ENJEU DE SANTE
PUBLIQUE
SANOFI PASTEUR EST ENGAGE DANS LE COMBAT CONTRE LA FIEVRE
JAUNE
 La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë et grave transmise par des
moustiques infectés. Il n’existe aucun traitement curatif contre la fièvre jaune. Le
traitement vise seulement à réduire les symptômes pour le confort du patient mais
n’empêche pas l’évolution de la maladie qui peut être mortelle. 1
 Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la vaccination est le moyen de
prévention le plus efficace contre la fièvre jaune. ²
 Le vaccin Sanofi Pasteur produit en France :

est utilisé depuis plus de 30 ans
 est enregistré dans plus de 100 pays avec plus de 300 millions de doses distribuées
aux résidents et voyageurs
 fournit des niveaux élevés de protection contre la fièvre jaune chez les enfants et les
adultes

est un vaccin pratique, nécessitant une seule injection, facile à utiliser
 est préqualifié par l'OMS pour l'achat de doses de vaccin par les organismes des
Nations Unies. ³
 Sanofi Pasteur a investi de manière significative dans la production du vaccin contre la
fièvre jaune pour :

offrir la présentation la plus appropriée afin d'optimiser les campagnes de vaccination
 augmenter sa capacité de production pour répondre à une demande accrue
confirmée en 2011
 Depuis 2003, Sanofi Pasteur fournit chaque année la majorité des 6 millions de doses de
vaccin contre la fièvre jaune pour le stock de réserve financé par l’Alliance globale pour les
Vaccins et l’Immunisation (GAVI) afin de lutter contre les épidémies africaines.4
 Sanofi Pasteur est l’un des partenaires clés de l’Initiative fièvre jaune qui effectue un effort
de prévention vaccinale. 5
1/4
LA VACCINATION, LE MOYEN DE PREVENTION INDISPENSABLE
 L’OMS recommande
pays endémiques : 2
pour
les
 L’intégration du vaccin contre
la fièvre jaune au programme
national
de
vaccination
de
l’enfant ;
 La mise en œuvre de
campagnes
de
vaccination
préventive pour protéger les
groupes réceptifs plus âgés ;
 La vaccination pour les
voyageurs à destination et en
provenance d’une zone à risque.
 Pour soutenir la vaccination contre la fièvre jaune, plusieurs initiatives à l’échelle
internationale ont été développées : 1
 La mise en place d’un stock d’urgence de vaccin fièvre jaune pour pouvoir riposter
rapidement aux flambées épidémiques qui se déclarent dans les pays à haut risque.
 La création de l’Initiative fièvre jaune qui constitue un effort de vaccination préventif
conduit par l’OMS et soutenu par l’UNICEF et les gouvernements nationaux. Cette
initiative recommande :

D’inclure le vaccin fièvre jaune dans les vaccinations de masse dans les
zones à haut risque pour les personnes de toutes les classes d’âge à partir de 9
mois,

Et de maintenir la surveillance et la capacité de riposte aux flambées
épidémiques.
2/4
 La lutte contre les moustiques est indispensable jusqu’à ce que la vaccination fasse effet. 1
 En effet, le risque de transmission de la fièvre jaune peut être réduit dans les zones
urbaines en éliminant les gîtes larvaires potentiels des moustiques.
 L’application de pulvérisation d’insecticide pour tuer les moustiques adultes lors des
épidémies urbaines, associées à des campagnes de vaccination d’urgence, permettent de
réduire, voire d’interrompre, la transmission de la fièvre jaune, permettant ainsi de gagner
du temps pour que les populations vaccinées développent leur immunité.
A PROPOS DE LA FIEVRE JAUNE 1
 La fièvre jaune est transmise par des moustiques infectés. Le terme « jaune » fait
référence à la jaunisse présentée par certains patients.
 Il existe trois types de cycles de transmission de la maladie : selvatique, rural et urbain.
 Une fois que l’on a contracté le virus, la période d’incubation dans l’organisme est de 3 à 6
jours et est suivie de la maladie, qui peut présenter une ou deux phases :

La phase aiguë :

Elle provoque en général de la fièvre, des douleurs musculaires (dorsalgies,
des céphalées), des frissons, une perte de l’appétit, des nausées ou des
vomissements.

Ensuite, la plupart des patients voient leur état s’améliorer et leurs symptômes
disparaissent au bout de 3 à 4 jours.
3/4
 La phase « toxique » :
 15% des patients présentent une
deuxième
phase
suivant
la
rémission initiale.
 Une fièvre élevée se réinstalle
et plusieurs systèmes organiques
sont touchés. Le patient présente
rapidement un ictère (jaunisse) et se
plaint de douleurs au niveau de la
bouche, du nez, des yeux et de
l’estomac. Lorsque c’est le cas, on
voit apparaître du sang dans les
vomissements et les fèces. La
fonction rénale se détériore.
 La
moitié
des
malades
présentant cette phase décède dans
les 10 à 14 jours, et les autres se
remettent sans lésion organique
importante.
Références :
1 OMS site internet – Aide-mémoire Fièvre jaune, consulté le 01/09/2014
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs100/fr/index.html
2 OMS site internet – Relevé épidémiologique hebdomadaire, consulté le 01/09/2014
http://www.who.int/wer/2003/en/wer7840.pdf
3 La préqualification de l’OMS est une étape réglementaire qui permet l’achat de vaccins par les organismes des Nations
Unies (comme l’UNICEF ou l’OPS). Le but est d’aider les pays en développement à assurer et améliorer leur accès à des
vaccins contre des maladies à forte charge de morbidité qui répondent aux normes internationales de qualité, de sécurité et
d’efficacité.
4 Responsabilité sociale de l’entreprise Sanofi Pasteur site internet – Fièvre jaune, consulté le 06/02/2013
http://reportingrse.sanofi.com/web/patient_fr/acces_sante/maladies_transmissibles/fievre_jaune#
5 OMS site internet – Yellow Fever Initiative brochure, consulté le 01/09/2014
http://www.who.int/csr/disease/yellowfev/YFIbrochure.pdf
Mise à jour Septembre 2014
CONTACT :
Relations Presse Monde
Alain Bernal
T. +33-(0)4-37-37-50-38
alain.bernal@sanofipasteur.com
www.sanofipasteur.com
4/4
Téléchargement
Random flashcards
aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire