DENOMINATION DU MEDICAMENT. Neurontin 100 mg

publicité
DENOMINATION DU MEDICAMENT. Neurontin 100 mg gélules. Neurontin 300 mg gélules.
Neurontin 400 mg gélules. Neurontin 600 mg comprimés pelliculés. Neurontin 800 mg comprimés
pelliculés. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE. Chaque gélule de 100 mg
contient 100 mg de gabapentine. Chaque gélule de 300 mg contient 300 mg de gabapentine.
Chaque gélule de 400 mg contient 400 mg de gabapentine. Chaque comprimé pelliculé de 600 mg
contient 600 mg de gabapentine. Chaque comprimé pelliculé de 800 mg contient 800 mg de
gabapentine. Excipients à effet notoire: Chaque gélule de 100 mg contient 13 mg de lactose (sous
forme monohydratée). Chaque gélule de 300 mg contient 41 mg de lactose (sous forme
monohydratée). Chaque gélule de 400 mg contient 54 mg de lactose (sous forme monohydratée). Pour
la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1. FORME PHARMACEUTIQUE. Gélules.
Neurontin 100 mg gélules : une gélule blanche opaque en deux parties, portant les mentions
‘Neurontin 100 mg’ et ‘PD’ et contenant une poudre blanche à blanc cassé. Neurontin 300 mg gélules :
une gélule jaune opaque en deux parties, portant les mentions ‘Neurontin 300 mg’ et ‘PD’ et contenant
une poudre blanche à blanc cassé. Neurontin 400 mg gélules : une gélule orange opaque en deux
parties, portant les mentions ‘Neurontin 400 mg’ et ‘PD’ et contenant une poudre blanche à blanc
cassé. Neurontin 600 mg comprimés pelliculés se présente sous forme de comprimés pelliculés,
blancs, de forme elliptique, avec une barre de sécabilité sur les deux faces et gravés avec les mentions
‘NT’ et ‘16’ sur une des faces.Neurontin 800 mg comprimés pelliculés se présente sous forme de
comprimés pelliculés, blancs, de forme elliptique, avec une barre de sécabilité sur les deux faces et
gravés avec les mentions ‘NT’ et ‘26’ sur une des faces. Le comprimé peut être divisé en doses égales.
INDICATIONS THERAPEUTIQUES. Epilepsie. La gabapentine est indiquée en association dans le
traitement des épilepsies partielles avec ou sans généralisation secondaire chez l'adulte et l'enfant à
partir de 6 ans (voir rubrique 5.1). La gabapentine est indiquée en monothérapie dans le traitement des
épilepsies partielles avec ou sans généralisation secondaire chez l'adulte et l'adolescent à partir de 12
ans. Traitement des douleurs neuropathiques périphériques. La gabapentine est indiquée dans le
traitement des douleurs neuropathiques périphériques telles que la neuropathie diabétique et la
névralgie post-zostérienne douloureuses chez l'adulte. POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION.
Posologie. Pour toutes les indications, un schéma de titration pour l'instauration du traitement est
décrit dans le tableau 1. Il est recommandé pour l'adulte et l'adolescent à partir de 12 ans. Les
instructions posologiques pour les enfants de moins de 12 ans sont fournies dans une sous-rubrique
distincte plus loin dans cette rubrique. Tableau 1. SCHEMA POSOLOGIQUE – TITRATION
INITIALE. Jour 1 : 300 mg une fois par jour. Jour 2 : 300 mg deux fois par jour. Jour 3 : 300 mg trois
fois par jour. Interruption du traitement par la gabapentine. Conformément aux pratiques cliniques
actuelles, si le traitement par la gabapentine doit être interrompu, il est recommandé de le faire
progressivement sur une période minimale d’1 semaine quelle que soit l'indication. Epilepsie.
L'épilepsie requiert généralement un traitement au long cours. La posologie est déterminée
individuellement par le médecin traitant en fonction de la tolérance et de l'efficacité. Adultes et
adolescents :Dans les essais cliniques, l'intervalle des doses efficaces se situait entre 900 et 3.600 mg/jour.
Le traitement peut être instauré par une titration de dose, telle que décrite dans le tableau 1, ou par
l'administration de 300 mg trois fois par jour (TID) au Jour 1. Par la suite, en fonction de la réponse et de
la tolérance du patient, la dose peut être augmentée par paliers de 300 mg/jour tous les 2-3 jours jusqu'à
une dose maximale de 3 600 mg/jour. Une titration plus lente de la posologie de gabapentine peut être
appropriée chez certains patients. Le délai minimum pour atteindre une dose de 1 800 mg/jour est
d’une semaine, pour atteindre 2 400 mg/jour il est de 2 semaines au total et pour atteindre
3 600 mg/jour il est de 3 semaines au total. Des posologies allant jusqu'à 4 800 mg/jour ont été bien
tolérées dans les études cliniques à long terme en ouvert. La dose quotidienne totale doit être répartie en
1/ 5
trois prises et l'intervalle maximal entre les doses ne doit pas dépasser 12 heures afin d'éviter la
recrudescence des convulsions. Enfants à partir de 6 ans :La dose initiale doit être comprise entre
10 et 15 mg/kg/jour et la dose efficace est atteinte par titration croissante sur une période d'environ
trois jours. La dose efficace de gabapentine chez l'enfant à partir de 6 ans est de 25 à 35 mg/kg/jour.
Des posologies allant jusqu'à 50 mg/kg/jour ont été bien tolérées dans une étude clinique à long terme.
La dose quotidienne totale doit être répartie en trois prises et l'intervalle maximum entre les doses ne
doit pas dépasser 12 heures. Il n'est pas nécessaire de surveiller les concentrations plasmatiques de
gabapentine dans le but d'optimiser le traitement par la gabapentine. Par ailleurs, la gabapentine peut être
utilisée en association avec d'autres médicaments antiépileptiques sans crainte d'une modification des
concentrations plasmatiques de gabapentine ou des concentrations sériques des autres médicaments
antiépileptiques. Douleurs neuropathiques périphériques.Adultes :Le traitement peut être instauré par
une titration de dose, telle que décrite dans le tableau 1. La dose initiale peut autrement être de
900 mg/jour répartie en trois prises égales. Par la suite, en fonction de la réponse et de la tolérance du
patient, la dose peut être augmentée par paliers de 300 mg/jour tous les 2-3 jours jusqu'à une dose
maximale de 3 600 mg/jour. Une titration plus lente de la posologie de gabapentine peut être appropriée
chez certains patients. Le délai minimum pour atteindre une dose de 1 800 mg/jour est d’une semaine,
pour atteindre 2 400 mg/jour il est de 2 semaines au total et pour atteindre 3 600 mg/jour il est de 3
semaines au total. Dans le traitement des douleurs neuropathiques périphériques telles que la
neuropathie diabétique et la névralgie post-zostérienne douloureuses, l'efficacité et la sécurité d’emploi
n'ont pas été étudiées sur des périodes de traitement supérieures à 5 mois dans le cadre d'études
cliniques. Si un patient doit être traité pendant plus de 5 mois pour des douleurs neuropathiques
périphériques, le médecin traitant devra évaluer l'état clinique du patient et déterminer la nécessité d'un
traitement complémentaire. Instruction pour toutes les indications : Chez les patients en mauvais état
général, c'est-à-dire avec un faible poids corporel, après une transplantation d'organe, etc., la dose doit
être titrée plus lentement, par l'utilisation soit de dosages plus faibles soit d'intervalles plus longs entre
les augmentations de la dose. Utilisation chez les patients âgés (de plus de 65 ans) :Les patients âgés
peuvent nécessiter un ajustement de la posologie en raison d'une diminution de la fonction rénale liée à
l'âge (voir tableau 2). Une somnolence, un œdème périphérique et une asthénie peuvent être plus
fréquents chez les patients âgés. Utilisation chez les insuffisants rénaux : Un ajustement de la posologie
est recommandé chez les patients présentant une altération de la fonction rénale (tel que décrit dans le
tableau 2) et/ou chez les patients hémodialysés. La gabapentine 100 mg gélules peut être utilisée pour
respecter les recommandations posologiques chez les insuffisants rénaux.
Tableau 2
POSOLOGIE DE GABAPENTINE CHEZ L'ADULTE SELON LA FONCTION RENALE
Clairance de la créatinine (ml/min)
Dose quotidienne totalea (mg/jour)
900-3 600
≥ 80
50-79
600-1 800
30-49
300-900
15-29
150b-600
c
< 15
150b-300
a
La dose quotidienne totale doit être administrée en trois doses séparées. Les posologies réduites
concernent les insuffisants rénaux (clairance de la créatinine < 79 ml/min). b A administrer à la dose de
300 mg un jour sur deux. c Pour les patients dont la clairance de la créatinine est < 15 ml/min, la dose
quotidienne doit être réduite proportionnellement à la clairance de la créatinine (p.ex., les patients
ayant une clairance de la créatinine de 7,5 ml/min doivent recevoir la moitié de la dose quotidienne
reçue par les patients dont la clairance de la créatinine est de 15 ml/min). Utilisation chez les patients
hémodialysés : Pour les patients anuriques hémodialysés qui n'ont jamais été traités par la gabapentine,
il est recommandé de commencer par une dose de charge de 300 à 400 mg, puis d'administrer 200 à
300 mg de gabapentine après chaque hémodialyse de 4 heures. Les jours sans dialyse, la gabapentine
ne devra pas être administrée. Pour les insuffisants rénaux hémodialysés, la dose d'entretien de
gabapentine doit être basée sur les recommandations posologiques du tableau 2. En plus de la dose
d'entretien, une dose supplémentaire de 200 à 300 mg après chaque hémodialyse de 4 heures est
recommandée. Mode d’administration :Voie orale. La gabapentine peut être administrée au moment ou
en dehors des repas et doit être avalée entière avec une quantité suffisante de liquide (p. ex. un verre
d’eau). CONTRE-INDICATIONS. Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients
mentionnés à la rubrique 6.1. MISES EN GARDE SPECIALES ET PRECAUTIONS D’EMPLOI. Idées et
2/ 5
comportements suicidaires :es idées et des comportements suicidaires ont été rapportés chez des
patients traités avec des agents antiépileptiques dans plusieurs indications. Une méta-analyse d’essais
randomisés contrôlés contre placebo de médicaments antiépileptiques a également montré un risque
légèrement accru d’idées et de comportements suicidaires. Le mécanisme de ce risque n’est pas connu
et les données disponibles n’excluent pas la possibilité d’un risque plus élevé pour la gabapentine. Les
patients doivent donc être surveillés pour détecter des signes d’idées et de comportements suicidaires,
et un traitement adapté doit être envisagé. Par conséquent, il doit être conseillé aux patients (et aidessoignants de ces patients) de demander un avis médical si des signes d’idées et de comportements
suicidaires apparaissent. Pancréatite aiguë :Si un patient développe une pancréatite aiguë sous
traitement par la gabapentine, une interruption du traitement par gabapentine doit être envisagée (voir
rubrique 4.8). Crises d’épilepsie : Même si aucune donnée ne montre une recrudescence des crises
avec la gabapentine, l'arrêt brutal des anticonvulsivants chez les patients épileptiques peut déclencher
un état de mal épileptique (voir rubrique 4.2). Comme avec les autres médicaments antiépileptiques,
certains patients peuvent présenter une augmentation de la fréquence des crises ou l'apparition de
nouveaux types de crises avec la gabapentine. Comme avec les autres antiépileptiques, les tentatives
d'arrêt des antiépileptiques concomitants dans le traitement des patients réfractaires traités par un ou
plusieurs antiépileptiques, en vue d'atteindre la monothérapie sous gabapentine, ont moins de chance
de succès. La gabapentine n'est pas considéré comme étant efficace sur les crises généralisées
primaires telles que les absences et elle peut aggraver ces crises chez certains patients. Par conséquent,
la gabapentine doit être utilisée avec précaution chez les patients ayant des crises mixtes, y compris
des absences. Utilisation chez les patients âgés (de plus de 65 ans) :Aucune étude systématique de la
gabapentine n'a été conduite chez les patients à partir de 65 ans. Dans une étude en double aveugle
menée chez les patients présentant des douleurs neuropathiques, il a été observé une somnolence, un
œdème périphérique et de l'asthénie avec un pourcentage plus élevé chez les patients à partir de 65 ans
que chez les patients plus jeunes. Outre ces observations, les études cliniques dans ce groupe d'âge
n'indiquent pas de profil d'effets indésirables différent de celui observé chez les patients plus jeunes.
Population pédiatrique : Les effets d'un traitement par la gabapentine au long cours (de plus de 36
semaines) sur l'apprentissage, l'intelligence et le développement chez l'enfant et l'adolescent n'ont pas
été suffisamment étudiés. Les bénéfices d'un traitement prolongé doivent donc être mis en balance
avec les risques potentiels d'un tel traitement. Abus et dépendance : Des cas d’abus et de dépendance
ont été signalés dans la base de données après la mise sur le marché. Il est donc conseillé d’évaluer
étroitement les patients concernant des antécédents d’usage abusif de médicaments et de rechercher
d’éventuels signes d’abus de gabapentine, par exemple un comportement de recherche de
médicaments, une augmentation des doses, un développement de la tolérance. Eruption cutanée
d’origine médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS) :Des réactions
d’hypersensibilité systémiques, graves, pouvant mettre la vie du patient en danger telles que éruption
cutanée d’origine médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS) ont été
rapportées chez des patients prenant des médicaments antiépileptiques y compris la gabapentine (voir
rubrique 4.8). Il est important de noter que des manifestations précoces d’hypersensibilité, comme de
la fièvre ou une lymphadénopathie, peuvent être présentes même si l’éruption cutanée n’est pas
manifeste. Si de tels signes ou symptômes sont présents, le patient doit être examiné immédiatement.
La gabapentine doit être interrompue si une étiologie alternative ne peut être déterminée pour les
signes ou les symptômes. Examens biologiques :Des résultats faussement positifs peuvent être obtenus
lors de la détermination semi-quantitative des protéines urinaires totales par bandelette réactive. En cas
de résultat positif à l'examen par bandelette réactive, il est donc recommandé de vérifier ce résultat par
des méthodes basées sur un principe d'analyse différent, comme la méthode de Biuret, des méthodes
turbidimétriques ou de fixation de colorants, ou d'utiliser d'emblée ces méthodes alternatives. Les
gélules Neurontin contiennent du lactose. Les patients présentant des maladies héréditaires rares
d'intolérance au galactose, de déficit en lactase de Lapp ou de malabsorption du glucose-galactose ne
doivent pas prendre ce médicament. EFFETS INDESIRABLES : Les effets indésirables observés au
cours des études cliniques menées dans l'épilepsie (en association et en monothérapie) et dans les
douleurs neuropathiques ont été regroupés dans une seule liste figurant ci-dessous, par classe et par
fréquence : très fréquents (≥1/10), fréquents (≥1/100 et <1/10), peu fréquents (≥1/1 000 et <1/100),
rares (≥1/10 000 et <1/1 000), très rares (<1/10 000). Lorsqu'un effet indésirable était observé à
différentes fréquences dans les études cliniques, la fréquence la plus élevée lui était attribuée. Les
réactions supplémentaires rapportées après commercialisation figurent dans la liste ci-dessous en
italique avec une Fréquence Indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).
3/ 5
Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre
décroissant de gravité. Infections et infestations.Très fréquent :infection virale. Fréquent : pneumonie,
infection des voies respiratoires, infection des voies urinaires, infection, otite moyenne. Affections
hématologiques et du système lymphatique. Fréquent :leucopénie. Indéterminé: thrombocytopénie.
Affections du système immunitaire. Peu fréquent:réactions allergiques (par exemple : urticaire).
Indéterminé : syndrome d’hypersensibilité, une réaction systémique à manifestations variables qui
peuvent comporter de la fièvre, une éruption cutanée, une hépatite, une lymphadénopathie, une
éosinophilie, et parfois d’autres signes et symptômes. Troubles du métabolisme et de la nutrition.
Fréquent :anorexie, augmentation de l'appétit. Affections psychiatriques. Fréquent : agressivité,
confusion et labilité émotionnelle, dépression, anxiété, nervosité, trouble de la pensée. Indéterminé:
hallucinations. Affections du système nerveux. Très fréquent :somnolence, étourdissements, ataxie.
Fréquent : convulsions, hyperkinésie, dysarthrie, amnésie, tremblement, insomnie, céphalées, troubles
sensitifs tels que paresthésie, hypoesthésie, troubles de la coordination, nystagmus, augmentation,
diminution ou absence de réflexes. Peu fréquent : hypokinésie. Indéterminé :autres mouvements
anormaux (par exemple : choréoathétose, dyskinésie, dystonie) . Affections oculaires. Fréquent :
troubles visuels tels qu'amblyopie, diplopie. Affections de l'oreille et du labyrinthe. Fréquent :vertige.
Indéterminé:acouphènes. Affections cardiaques. Peu fréquent: palpitations. Affections vasculaires.
Fréquent : hypertension artérielle, vasodilatation. Affections respiratoires, thoraciques et
médiastinales. Fréquent : dyspnée, bronchite, pharyngite, toux, rhinite. Affections gastrointestinales.Fréquent : vomissements, nausées, anomalies dentaires, gingivite, diarrhée, douleur
abdominale, dyspepsie, constipation, sécheresse de la bouche ou de la gorge, flatulence. Indéterminé:
pancréatite. Affections hépatobiliaires. Indéterminé: hépatite, ictère. Affections de la peau et du tissu
sous-cutané. Fréquent : œdème facial, purpura le plus souvent décrit comme des ecchymoses résultant
d'un traumatisme physique, éruption cutanée, prurit, acné. Indéterminé: syndrome de Stevens-Johnson,
œdème de Quincke, érythème polymorphe, alopécie, éruption cutanée d’origine médicamenteuse avec
éosinophilie et symptômes systémiques (voir rubrique 4.4). Affections musculo-squelettiques et
systémiques. Fréquent : arthralgie, myalgie, dorsalgie, contractions musculaires involontaires.
Indéterminé :rhabdomyolyse, myoclonies. Affections du rein et des voies urinaires. Indéterminé:
insuffisance rénale aiguë, incontinence urinaire.Affections des organes de reproduction et du sein.
Fréquent : impuissance. Indéterminé :hypertrophie mammaire, gynécomastie. Troubles généraux et
anomalies au site d'administration. Très fréquent :fatigue, fièvre. Fréquent :œdème périphérique,
troubles de la marche, asthénie, douleur, malaise, syndrome grippal. Peu fréquent : œdème généralisé.
Indéterminé: syndrome de sevrage (principalement anxiété, insomnie, nausées, douleur, sueurs),
douleur thoracique. Des morts subites inexpliquées ont été signalées mais il n'a pas été établi de
relation de causalité avec le traitement par la gabapentine. Investigations. Fréquent : diminution du
nombre de globules blancs, prise de poids. Peu fréquent : élévation des enzymes hépatiques SGOT
(ASAT), SGPT (ALAT) et bilirubine. Indéterminé: fluctuations de la glycémie chez des patients
diabétiques, augmentation de la créatinine phosphokinase dans le sang. Lésions et intoxications.
Fréquent : lésions accidentelles, fracture, abrasion. Des cas de pancréatites aiguës ont été rapportés au
cours des traitements par la gabapentine. La causalité avec la gabapentine n'est pas élucidée (voir
rubrique 4.4). En raison du stade final de l’insuffisance rénale chez les patients hémodialysés, une
myopathie associée à des taux élevés de créatinine kinase a été rapportée. Des infections des voies
respiratoires, des otites moyennes, des convulsions et des bronchites n'ont été rapportés que dans les
études cliniques menées chez les enfants. Dans les études cliniques réalisées chez les enfants, un
comportement agressif et des hyperkinésies ont également été rapportés fréquemment. DÉCLARATION
DES EFFETS INDÉSIRABLES SUSPECTÉS. La déclaration des effets indésirables suspectés après
autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport
bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté
via l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé - Division Vigilance, Eurostation II,
Place Victor Horta, 40/ 40, B-1060 Bruxelles (site internet: www.afmps.be; e-mail:
[email protected]). TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE
MARCHE. Pfizer S.A., Boulevard de la Plaine 17, B-1050 Bruxelles. NUMERO(S)
D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE. Gélules 100 mg : BE181151, Gélules 300 mg :
BE181142, Gélules 400 mg : BE181133, Comprimés pelliculés 600 mg : BE369013, Comprimés
pelliculés 800 mg : BE369022. . DATE DE PREMIÈRE AUTORISATION : Comprimés pelliculés:
04/09/2000. Gélules: 04/03/1997. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE :04/2014. Médicament
sur prescription.
4/ 5
5/ 5
DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Lyrica® COMPOSITION QUALITATIVE
ET QUANTITATIVE : Lyrica® 75mg : chaque gélule contient 25 mg de prégabaline.
Lyrica® 150 mg : chaque gélule contient 150 mg de prégabaline. Lyrica® 300mg : chaque
gélule contient 300 mg de prégabaline. FORME PHARMACEUTIQUE : 75mg, gélule
blanche à 75mg, portant en noir les mentions « Pfizer » sur la partie supérieure et « PGN 75»
sur la partie inférieure. 150mg, gélule blanche à 75mg, portant en noir les mentions « Pfizer »
sur la partie supérieure et « PGN 150 » sur la partie inférieure. 300mg, gélule blanche à
300mg, portant en noir les mentions « Pfizer » sur la partie supérieure et « PGN 300 » sur la
partie inférieure.
DONNÉES CLINIQUES : Indications thérapeutiques : Douleurs
neuropathiques :Lyrica est indiqué dans le traitement des douleurs neuropathiques
périphériques et centrales chez l'adulte. Épilepsie : Lyrica est indiqué chez l'adulte en
association dans le traitement des crises épileptiques partielles avec ou sans généralisation
secondaire. Trouble Anxieux Généralisé : Lyrica est indiqué dans le traitement du Trouble
Anxieux Généralisé (TAG) chez l’adulte. Posologie et mode d’administration : Posologie :
La posologie varie de 150 à 600 mg par jour, en deux ou en trois prises. Douleurs
neuropathiques :Le traitement par prégabaline peut être instauré à la dose de 150 mg par jour
administrée en deux ou en trois prises. En fonction de la réponse et de la tolérance du patient,
la dose peut être augmentée à 300 mg par jour après un intervalle de 3 à 7 jours, et peut si
nécessaire être augmentée à la dose maximale de 600 mg par jour après un intervalle
supplémentaire de 7 jours. Épilepsie : Le traitement par prégabaline peut être instauré à la
dose de 150 mg par jour administrée en deux ou en trois prises. En fonction de la réponse et
de la tolérance du patient, la dose peut être augmentée à 300 mg par jour après 1 semaine. La
dose maximale de 600 mg par jour peut être atteinte après un délai supplémentaire d'une
semaine. Trouble Anxieux Généralisé : La posologie varie de 150 à 600 mg par jour, en deux
ou en trois prises. La nécessité de poursuivre le traitement doit être réévaluée régulièrement.
Le traitement par prégabaline peut être instauré à la dose de 150 mg par jour. En fonction de
la réponse et de la tolérance du patient, la dose peut être augmentée à 300 mg par jour après 1
semaine. Après un délai supplémentaire d'une semaine, la dose peut être augmentée à 450 mg
par jour. La dose maximale de 600 mg par jour peut être atteinte après un délai
supplémentaire d'une semaine. Interruption du traitement par la prégabaline :Conformément
aux pratiques cliniques actuelles, si le traitement par la prégabaline doit être interrompu, il est
recommandé de le faire progressivement sur une période minimale d’1 semaine quelle que
soit l'indication (voir rubriques 4.4 et 4.8). Patients insuffisants rénaux :La prégabaline est
éliminée de la circulation générale principalement par voie rénale sous forme inchangée. La
clairance de la prégabaline étant directement proportionnelle à la clairance de la créatinine
(voir rubrique 5.2), chez les patients présentant une insuffisance rénale une réduction de la
dose devra être établie individuellement en tenant compte de la clairance de la créatinine
(CLcr), comme indiqué dans le Tableau 1, calculée selon la formule suivante : CL cr(ml/min)
= [1.23 x[140-âge(années)] x poids (kg)/créantine sérique (µmol/l)] (x 0.85 pour les femmes).
La prégabaline est éliminée efficacement du plasma par hémodialyse (50% du médicament en
4 heures). Pour les patients hémodialysés, la dose journalière de prégabaline doit être adaptée
en tenant compte de la fonction rénale. En plus de la dose journalière, une dose
supplémentaire doit être administrée immédiatement après chaque hémodialyse de 4 heures
(voir Tableau 1). Tableau 1. Adaptation de la dose de prégabaline selon la fonction rénale :
Clairance de la créatinine (CLcr) (ml/min) ; Dose journalière totale de prégabaline * ; Dose
initiale (mg/jour) ; Dose maximale (mg/jour) ; Schéma posologique. ≥ 60 ; 150 ; 600 ; BID ou
TID. ≥ 30 – < 60; 75; 300; BID ou TID. ≥ 15 – < 30 ; 25 – 50 ; 150 ; Une fois par jour ou
BID. < 15 ; 25 ; 75 ; Une fois par jour. < 15 ; 25 ; 75 ; Une fois par jour. Dose supplémentaire
après hémodialyse (mg) ; 25 ; 100 ; Dose unique+. TID = trois doses séparées. BID = deux
doses séparées. * La dose journalière totale (mg/jour) doit être divisée par le nombre de prises
indiqué pour obtenir le nombre de mg par prise. + La dose supplémentaire est une dose
complémentaire administrée en une seule prise. Patients insuffisants hépatiques :Aucun
ajustement de la dose n'est nécessaire chez les patients insuffisants hépatiques (voir rubrique
5.2). Population pédiatrique : La sécurité d’emploi et l’efficacité de Lyrica chez l’enfant de
moins de 12 ans et chez l’adolescent (12-17 ans) n’ont pas été démontrées. Aucune donnée
n’est disponible. Sujet âgé (de plus de 65 ans) :En raison d’une diminution de la fonction
rénale, une réduction de la dose de prégabaline peut être nécessaire chez les patients âgés
(voir utilisation chez les insuffisants rénaux). Mode d’administration : Lyrica peut être pris
au moment ou en dehors des repas. Lyrica est administré uniquement par voie orale.
Contre-indications : Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients
mentionnés à la rubrique 6.1. Effets indésirables : Le programme d’évaluation clinique de la
prégabaline a été mené chez plus de 8900 patients exposés à la prégabaline, plus de 5600
d’entre eux l'ayant été dans le cadre d'essais en double aveugle contrôlés contre placebo. Les
effets indésirables le plus fréquemment rapportés ont été les étourdissements et la
somnolence. Ces effets indésirables étaient généralement d'intensité légère à modérée. Dans
toutes les études contrôlées, les interruptions de traitement liées aux effets indésirables ont été
de 12% pour les patients recevant la prégabaline et de 5% pour ceux recevant le placebo. Les
effets indésirables les plus fréquents ayant entraîné l’arrêt du traitement par la prégabaline ont
été les étourdissements et la somnolence. Le tableau ci-dessous énumère, par type et par
fréquence, tous les effets indésirables survenus à une incidence supérieure à celle du placebo
et chez plus d'un patient (très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 à <1/10), peu fréquent
(≥1/1 000 à <1/100), rare (≥1/10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000), fréquence
indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles). Au sein de chaque
groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre de gravité décroissante.
Les effets indésirables cités peuvent aussi être associés à la maladie sous-jacente et/ou aux
médicaments concomitants. Dans le traitement des douleurs neuropathiques centrales dues à
une lésion de la moelle épinière, l’incidence des effets indésirables en général, des effets
indésirables touchant le SNC et de la somnolence en particulier, a été accrue (voir rubrique
4.4). Les effets supplémentaires rapportés après commercialisation figurent dans la liste cidessous en italique. Infections et Infestations. Fréquent:Nasopharyngite. Affections
hématologiques et du système lymphatique. Peu fréquent:Neutropénie. Affections du
système immunitaire. Peu fréquent :Hypersensibilité ; Rare:Œdème de Quincke, réaction
allergiqu. Troubles du métabolisme et de la nutrition. Fréquent:Augmentation de l’appétit.
Peu fréquent:Anorexie, hypoglycémie. Affections psychiatriques. Fréquent:Humeur
euphorique, confusion, irritabilité, désorientation, insomnie, diminution de la libido ; Peu
fréquent :Hallucinations, crises de panique, nervosité, agitation, dépression, humeur
dépressive, humeur euphorique, agression, humeur changeante, dépersonnalisation, manque
du mot, rêves anormaux, augmentation de la libido, anorgasmie, apathie ; Rare:Désinhibition.
Affections du système nerveux. Très fréquent:Etourdissements, somnolence, céphalées.
Fréquent:Ataxie, troubles de la coordination, tremblements, dysarthrie, amnésie, troubles de
la mémoire, troubles de l'attention, paresthésies, hypoesthesie, sédation, troubles de
l’équilibre, léthargie. Peu fréquent:Syncope, stupeur, myoclonie, perte de connaissance,
hyperactivité psychomotrice, dyskinésie, vertiges de position, tremblement intentionnel,
nystagmus, trouble cognitif, altération de la fonction mentale, trouble du langage,
hyporéflexie, hyperesthésie, sensation de brûlure,agueusie, malaise. Rare:Convulsions,
parosmie, hypokinésie, dysgraphie. Affections oculaires. Fréquent:Vision trouble, diplopie.
Peu fréquent:Perte de la vision périphérique, troubles visuels, gonflement des yeux,
anomalies du champ visuel, diminution de l’acuité visuelle, douleur oculaire, fatigue visuelle,
photopsie, sécheresse oculaire, larmoiement, irritation des yeux ; Rare:Perte de la vue,
kératite, oscillopsie, altération de la vision stéréoscopique, mydriase, strabisme, halo visuel.
Affections de l’oreille et du labyrinthe. Fréquent:Vertiges ; Peu fréquent:Hyperacousie.
Affections cardiaques. Peu fréquent:Tachycardie, bloc auriculo-ventriculaire du premier
degré, bradycardie sinusale, insuffisance cardiaque congestive. Rare:Allongement de
l’intervalle QT, tachycardie sinusale, arythmie sinusale. Affections vasculaires. Peu
fréquent: Hypotension, hypertension, bouffées de chaleur, bouffées vasomotrices, sensation
de froid aux extrémités. Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales. Peu
fréquent:Dyspnée, épistaxis, toux, congestion nasale, rhinite, ronflement sécheresse nasale ;
Rare: Œdème pulmonaire, sensation de constriction du pharynx. Affections gastrointestinales. Fréquent:Vomissements, nausées, constipation, diarrhée, flatulences, distension
abdominale, bouche sèche ; Peu fréquent: Reflux gastro-œsophagien, sialorrhée, hypoesthésie
orale ; Rare:Ascite, pancréatite, gonflement de la langue, dysphagie. Affections de la peau et
du tissu sous-cutané. Peu fréquent:Eruption papuleuse, urticaire, hyperhidrose, prurit ;
Rare:Syndrome de Stevens-Johnson, sueurs froides. Affections musculo-squelettiques et
systémiques. Fréquent:Crampes musculaires, arthralgie, dorsalgie, douleur des membres,
spasmes cervicaux. Peu fréquent:Gonflements articulaires, myalgie, contractions musculaires,
douleurs cervicales, rigidité musculaire. Rare:Rhabdomyolyse. Affections du rein et des
voies urinaires. Peu fréquent:Incontinence urinaire, dysurie. Rare:Insuffisance rénale,
oligurie, rétention urinaire. Affections des organes de reproduction et du sein.
Fréquent:Troubles de l’érection. Peu fréquent:Dysfonction sexuelle, retard de l’éjaculation,
dysménorrhée, douleur mammaire. Rare:Aménorrhée, écoulement mammaire, hypertrophie
mammaire, gynécomastie.Troubles généraux et anomalies au site d’administration.
Fréquent:Œdème périphérique, œdème, troubles de la marche, chutes, sensation d'ébriété,
sensations anormales, fatigue ; Peu fréquent:Œdème généralisé, oedème de la face,
oppression thoracique, douleur, fièvre, soif, frissons asthénie. Investigations. Fréquent:Prise
de poids ; Peu fréquent:Augmentation de la créatine phosphokinase sanguine, augmentation
de l’alanine aminotransférase, augmentation de l’aspartate aminotransférase, augmentation de
la glycémie, diminution de la numération des plaquettes, augmentation de la créatininémie,
diminution de la kaliémie, perte de poids ; Rare:Diminution de la numération des globules
blancs. Après interruption d’un traitement à court ou long terme par la prégabaline, des
symptômes de sevrage ont été observés chez certains patients. Les réactions suivantes ont été
rapportées : insomnie, céphalées, nausées, anxiété, diarrhée, syndrome grippal, convulsions,
nervosité, dépression, douleurs, hyperhidrose, et étourdissements. Le patient doit en être
informé en début de traitement. Concernant l'interruption d’un traitement prolongé par la
prégabaline, des données suggèrent que l'incidence et la sévérité des symptômes de sevrage
peuvent être dose-dépendantes. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE
MARCHÉ. Pfizer Limited, Ramsgate Road,Sandwich, Kent CT13 9NJ, Royaume-Uni
NUMÉRO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ EU/1/04/279/011-013,
EU/1/04/279/038,
EU/1/04/279/017-019,
EU/1/04/279/031-32,
EU/1/04/279/040,
EU/1/04/279/023-025, EU/1/04/279/043. DATE DE MISE À JOUR DU TEXTE : 2/2014.
Médicament sur prescription.
Téléchargement
Explore flashcards