Évaluation clinique Straumann® Pro Arch

publicité
Évaluation clinique
Straumann®
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 3
Pro Arch
11.06.15 15:05
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 1
11.06.15 15:05
Complexité de
traitement réduite
Fonctionnement et
esthétique immédiats
Succès clinique à long
terme
Grand confort des patients
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 4
11.06.15 15:05
Une dentition ne pouvant pas être sauvée,
ou l’édentulisme, sont des affections irréversibles et souvent le marqueur final des
maladies liées à la santé buccale. Il existe
des différences considérables dans la prévalence de la perte totale des dents chez les
personnes âgées d’un pays à l’autre (Fig. 1).
Les facteurs socio-démographiques (par ex.
l’âge plus avancé, un niveau d’instruction
moins élevé), les maladies chroniques (par
ex. l’asthme), les comportements à risque
comme le tabagisme ou une alimentation
déséquilibrée et d’autres variables liées à
la santé ont été associés à l’édentulisme
(Peltzer et al., 2014). Aujourd’hui, une prévention buccale et des options de traitement améliorées sont possibles, mais la
proportion de personnes âgées dans la
population augmente avec l’espérance de
vie. D’après l’Organisation mondiale de
la santé, environ 2 milliards de personnes
seront âgées de 60 ans et plus d’ici à 2050
(Organisation mondiale de la santé, 2015).
Pour cette raison, on peut s’attendre à ce
que la demande de prothèses complètes
augmente également (Douglass et al.,
2002; Polzer et al., 2010). La sensibilisation
des patients aux options de traitement par
implant dentaire augmente également,
grâce à leur accès croissant aux contenus
multimédia. En outre, de plus en plus de
spécialistes dentaires vont opter pour le
domaine de l’implantologie dentaire (iData
Research Inc., 2015). Straumann® Pro Arch
est basé sur le concept de traitement créé
par Paulo Malo (Malo et al., 2003b) et offre
une option de traitement sûre, fiable et
moins complexe pour les patients qui ont
besoin d’un traitement de l’arcade complète. Patients et médecins profitent de
l’association des prothèses personnalisées
et des avantages chirurgicaux de la surface Straumann® SLActive® ainsi que des
propriétés matérielles uniques de Roxolid®.
Canada
Suisse
Russie
Chine
22 %
14 %
18 %
9 %
États-Units
Brésil
BosnieHerzégovine
Inde
23 %
55 %
78 %
16 %
Fig. 1: Édentulisme (en %) chez les personnes âgées dans des pays choisis (Dye et al., 2012 ;
Emami et al., 2013 ; Peltzer et al., 2014 ; Polzer et al., 2010).
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 5
11.06.15 15:05
COMPLEXITÉ DE TRAITEMENT RÉDUITE
Le concept de Straumann® Pro Arch est une réadaptation fixe qui inclut la totalité de la
procédure: l’extraction des dents irréparables, la pose immédiate de quatre implants et la
mise en charge immédiate d’un bridge temporaire sur les implants. Il inclut également les
étapes de planification du traitement avant la chirurgie et après, lors du remplacement du
bridge temporaire par la prothèse de l’arcade complète finale. Une analyse récente de la
littérature a permis de conclure qu’il convient de placer deux implants postérieurs et deux
implants antérieurs, si leur placement ne nécessite pas de procédure majeure de greffe osseuse (Mericske-Stern and Worni, 2014). Cependant, les dents manquantes provoquent, dans
un court délai, une importante résorption de l’os, ce qui constitue un défi particulièrement
difficile dans la région postérieure du maxillaire. Par le passé, et dans le cadre des traitements
implantaires conventionnels, les patients présentant une perte osseuse devaient subir une
procédure laborieuse d’augmentation osseuse. La restauration de la totalité de l’arcade avec
seulement quatre implants au lieu de 5 à 8 réduit le nombre d’interventions chirurgicales,
car la procédure de greffe osseuse n’est pas nécessaire, et diminue donc la complexité du
traitement, ce qui peut générer des économies de plusieurs milliers de dollars par mâchoire
pour le patient (Babbush et al., 2014) et en temps d’intervention pour le médecin. En inclinant l’implant distal, il est possible d’atteindre une position plus postérieure, ce qui réduit
le cantilever distal de la prothèse et évite d’avoir recours à des procédures de greffe osseuse
(Malo et al., 2005). En outre, il est également possible de placer des implants plus longs,
sans interférer avec le foramen mentonnier dans la mandibule, ni exiger d’augmentation
du plancher sinusal lorsque le maxillaire est sévèrement résorbé. Une longueur standard
d’implant d’au moins 10 mm a été indiquée (Malo et al., 2003a). D’après les connaissances
dont nous disposons à ce jour, l’inclinaison des implants offre également une plus grande
base prothétique, et réduit la force qui s’exerce sur les implants (Krekmanov et al., 2000).
Pour cette raison, la solution de traitement Straumann® Pro Arch prend moins de temps et
est plus économique que les modalités de traitement implantaire conventionnelles pour les
mâchoires édentées ou bientôt édentées.
LE SAVIEZ-VOUS ?
Au cours d’une enquête récente sur la santé buccale, avec plus de 30 200 participants
(Eurobarometer, 2010)
ѹѹ 15 % des personnes ont signalé des difficultés à manger à cause de problèmes de bouche et de dents
ѹѹ 4 % évitaient toute conversation ou réduisaient leur participation à des activités sociales à
cause de problèmes de dentition
FONCTIONNEMENT ET ESTHÉTIQUE IMMÉDIATS
La stabilité primaire est un prérequis pour la mise en charge immédiate de l’implant, et
garantit la rigidité et la réussite de l’ostéointégration d’une restauration fixe de l’arcade
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 6
11.06.15 15:05
complète (Branemark et al., 1977 ; Meredith, 1998). Le concept Straumann® Pro Arch utilise
les implants Straumann® Bone Level Tapered Roxolid® SLActive®. Roxolid® est un alliage
métallique unique dont la biocompatibilité et la résistance à la fatigue sont supérieures à
celles du titane (Ikarashi Y et al., 2005). Le design du corps de l’implant à extrémité conique
permet de préparer le site avec des outils d’une taille plus petite que le diamètre de l’implant, augmentant ainsi la stabilité primaire. La coagulation des protéines et du sang est
influencée par les propriétés de la surface de l’implant, comme sa mouillabilité et sa nanostructure. Straumann® SLActive® est une surface hydrophile chimiquement modifiée, dont
il a été prouvé cliniquement qu’elle accélérait la guérison de l’os (Buser et al., 2004 ; Lang
et al., 2011 ; Oates et al., 2007 ; Schwarz et al., 2007). Les implants Straumann® Roxolid®
Bone Level Tapered avec surface SLActive® accélèrent le processus de formation du nouvel
os sur l’implant, et raccourcissent ainsi la phase critique de transition entre stabilité primaire et secondaire. En conséquence, il est possible d’installer immédiatement la prothèse
fonctionnelle, sans compromettre sa prévisibilité. Cela induit un confort plus rapide, et
un gain de temps, ainsi qu’une apparence esthétique immédiate pour les patients actifs
professionnellement et socialement.
LE SAVIEZ-VOUS ?
D’après une étude de l’American Association of Orthodontics, la première chose que les gens
remarquent lors d’une première rencontre, c’est le sourire. De façon surprenante, la deuxième,
ce sont les yeux, suivis du poids et des cheveux. La majorité des personnes interrogées a déclaré
qu’ils envisageraient un traitement dentaire jusqu’à un âge avancé.
4 000 000
Nombre d’unités vendues
3 000 000
chirurgicales en une étape
■ Procédures
■ Procédures
avec mise en charge immédiate
chirurgicales en deux étapes
■ Croissance
7%
(%)
6%
2 500 000
5%
2 000 000
4%
1 500 000
3%
1 000 000
2%
500 000
1%
0
Croissance (%)
3 500 000
8%
■ Procédures
0%
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Année
Fig. 2: Facteurs agissant sur le marché des implants dentaires. Les procédures plus courtes, utilisant seulement une
étape ou avec mise en charge immédiate, deviennent de plus en plus populaires, parce qu’elles réduisent le délai entre l’installation de l’implant et celle de la prothèse. Données provenant des États-Unis. Source : iData Research Inc.
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 7
11.06.15 15:05
SUCCÈS CLINIQUE À LONG TERME
Une vaste étude clinique de cohorte portant sur 245 patients et 980 implants installés sur
une mandibule édentée a établi un succès lié au patient et à l’implant de 93,8 % et 94,8 %,
respectivement, après 10 ans de suivi (Malo et al., 2011). La survie de la prothèse était
établie à 99,2 %. Une étude rétrospective sur 242 patients et 968 implants sur maxillaire
complètement édenté a abouti à une estimation de taux de survie à 5 ans à 93 % et 98 %
au niveau du patient et de l’implant, respectivement. Le taux de survie de la prothèse
était de 100 % (Malo et al., 2012). Au cours d’une étude clinique récente, la technique a
été appliquée également chez des patients diabétiques, et aucune différence du taux de
réussite n’a été observée par rapport aux patients non diabétiques. Pour cette raison, le
taux de survie et de réussite indiqué peut être comparé favorablement avec les autres
protocoles à mise en charge immédiate/précoce, pour les mêmes indications, et indique
que le concept de mise en charge immédiate pour les patients complètement édentés
ou bientôt édentés à l’aide de quatre implants est une solution à long terme viable. Les
doutes concernant les contraintes élevées exercées sur l’os avec des parties secondaires
ou des implants angulés par rapport à d’autres droits ont pu être levés grâce à des études
des forces. Une étude analysant les forces qui s’exercent sur les implants distaux angulés
a identifié une faible différence de pression avec les implants placés à un angle de 0 à 45°
(Begg et al., 2009). L’analyse supplémentaire a démontré que deux implants droits et deux
inclinés, avec une bonne répartition antéro-postérieure, sont au moins aussi efficaces que
les systèmes conventionnels (Baggi et al., 2013 ; Bellini et al., 2009). Une prothèse fixe à
quatre à six implants présente 0,75 % d’échec de l’implant. On peut donc en conclure que
la mise en charge immédiate réussit aussi bien que les protocoles conventionnels de mise
en charge passés sur des mandibules édentées (De et al., 2014).
GRAND CONFORT DES PATIENTS
Les personnes porteuses d’un édentulisme ou de dents fissurées non restaurées présentent souvent des problèmes émotionnels et psychologiques, comme un comportement tendant à masquer la perte de dent, une perte de confiance en soi et une isolation
sociale (Patil and Patil, 2009). Le degré de souffrance devient plus évident en consultant
les résultats d’une vaste étude allemande. Les personnes qui avaient moins de 9 dents
ont indiqué un impact supérieur sur la qualité de vie en termes de santé par rapport aux
personnes atteintes d’un cancer (Mack et al., 2005). Les implants dentaires ostéointégrés
permettent de mâcher et de parler correctement, augmentent le confort, l’apparence et
la confiance en soi, réduisent la résorption osseuse et, en général, améliorent l’état nutritionnel du patient. Ils améliorent aussi grandement l’apparence du visage, par rapport
aux prothèses complètes conventionnelles, car les muscles faciaux du patient ne doivent
plus stabiliser les prothèses. Pour cette raison, la solution Straumann® Pro Arch redonne
une bonne qualité de vie aux patients quelques heures à peine après le traitement.
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 8
11.06.15 15:05
International Headquarters
Institut Straumann AG
Peter Merian-Weg 12
CH-4002 Basel, Switzerland
Phone +41 (0)61 965 11 11
Fax
+41 (0)61 965 11 01
www.straumann.com
© Institut Straumann AG, 2015. Tous droits réservés.
Straumann® et/ou les autres marques commerciales et les logos de Straumann® mentionnés ici sont les marques commerciales ou les marques déposées de Straumann Holding AG
et/ou de ses sociétés affiliées. Tous droits réservés.
490.064_Clinical_Review_ProArch.indd 2
490.064/fr/A/00 02/15
Agliardi E, Panigatti S, Clerico M, Villa C, Malo P (2010). Clin Oral Implants Res 21(5):459-465.
Babbush CA, Kanawati A, Kotsakis GA, Hinrichs JE (2014). Implant Dent 23(2):218-224.
Baggi L, Pastore S, Di GM, Vairo G (2013). J Prosthet Dent 109(1):9-21.
Balshi TJ, Wolfinger GJ, Slauch RW, Balshi SF (2014). J Prosthodont 23(2):83-88.
Begg T, Geerts GA, Gryzagoridis J (2009). Int J Oral Maxillofac Implants 24(4):663-671.
Bellini CM, Romeo D, Galbusera F, Agliardi E, Pietrabissa R, Zampelis A et al. (2009). Int J Prosthodont 22(2):155-157.
Branemark PI, Hansson BO, Adell R, Breine U, Lindstrom J, Hallen O et al. (1977). Scand J Plast Reconstr Surg Suppl 16:1-132.
Buser D, Broggini N, Wieland M, Schenk RK, Denzer AJ, Cochran DL et al. (2004). J Dent Res 83(7):529-533.
De BH, Raes S, Ostman PO, Cosyn J (2014). Periodontol 2000 66(1):153-187.
Douglass CW, Shih A, Ostry L (2002). J Prosthet Dent 87(1):5-8.
Dye BA, Li X., Beltrán-Aguilar ED (2012). CDC: Selected Oral Health Indicators in the United States, 2005-2008 . NHCF Data Brief.
Emami E, de Souza RF, Kabawat M, Feine JS (2013). Int J Dent 2013:498305.
Eurobarometer (2010). Oral Health. Report 330.
Francetti L, Romeo D, Corbella S, Taschieri S, Del FM (2012). Clin Implant Dent Relat Res 14(5):646-654.
iData Research Inc. (2015). U.S. Market for Dental Implants, Final Abutments and Computer Guided Surgery. Idata_Usdi15_Rpt.
Ikarashi Y, Toyoda K., Kobayashi E, Doi H., Yoneyama T. (2005). Materials Transactions 46(10):2260-2267.
Krekmanov L, Kahn M, Rangert B, Lindstrom H (2000). Int J Oral Maxillofac Implants 15(3):405-414.
Lang NP, Salvi GE, Huynh-Ba G, Ivanovski S, Donos N, Bosshardt DD (2011). Clin Oral Implants Res 22(4):349-356.
Mack F, Schwahn C, Feine JS, Mundt T, Bernhardt O, John U et al. (2005). Int J Prosthodont 18(5):414-419.
Malo P, de Araujo NM, Lopes A, Francischone C, Rigolizzo M (2012). Clin Implant Dent Relat Res 14 Suppl 1:e139-e150.
Malo P, de Araujo NM, Lopes A, Moss SM, Molina GJ (2011). J Am Dent Assoc 142(3):310-320.
Malo P, Friberg B, Polizzi G, Gualini F, Vighagen T, Rangert B (2003a). Clin Implant Dent Relat Res 5 Suppl 1:37-46.
Malo P, Rangert B, Nobre M (2003b). Clin Implant Dent Relat Res 5 Suppl 1:2-9.
Malo P, Rangert B, Nobre M (2005). Clin Implant Dent Relat Res 7 Suppl 1:S88-S94.
Meredith N (1998). Int J Prosthodont 11(5):491-501.
Mericske-Stern R, Worni A (2014). Eur J Oral Implantol 7 Suppl 2:S133-S153.
Molly L (2006). Clin Oral Implants Res 17 Suppl 2:124-135.
Mozzati M, Arata V, Gallesio G, Mussano F, Carossa S (2013). Clin Implant Dent Relat Res 15(3):332-340.
Oates TW, Valderrama P, Bischof M, Nedir R, Jones A, Simpson J et al. (2007). Int J Oral Maxillofac Implants 22(5):755-760.
Patil MS, Patil SB (2009). Gerodontology 26(1):72-77.
Peltzer K, Hewlett S, Yawson AE, Moynihan P, Preet R, Wu F et al. (2014). Int J Environ Res Public Health 11(11):11308-11324.
Polzer I, Schimmel M, Muller F, Biffar R (2010). Int Dent J 60(3):143-155.
Schwarz F, Ferrari D, Herten M, Mihatovic I, Wieland M, Sager M et al. (2007). J Periodontol 78(11):2171-2184.
Singh AV, Singh S (2014). Int J Oral Implantol Clin Res 5(1):12-23.
Weinstein R, Agliardi E, Fabbro MD, Romeo D, Francetti L (2012). Clin Implant Dent Relat Res 14(3):434-441.
World Health Organization (2015). 10 facts on ageing and the life course.
11.06.15 15:05
Téléchargement
Explore flashcards