Chamaeleo calyptratus

publicité
www.l-animalerie.fr
Caméléon casqué (Chamaeleo calyptratus)
Caméléon casqué
Le Caméléon casqué ou Caméléon casqué du Yémen
(Chamaeleo calyptratus) est une espèce de caméléon de grande
taille, qui se rencontre en Arabie saoudite et au Yémen.
Caméléon casqué
Distribution
Cette espèce se rencontre en Arabie saoudite et au Yémen, ainsi
qu'en Floride où elle a été introduite par l'homme.
Description
Caméléon casqué.
Le mâle peut atteindre 50 à 60 cm de long, est de couleur verte
avec des rayures jaunes et orange contrairement aux femelles qui
sont uniformément bleues ou vertes. Il possède sur la tête un
casque imposant caractéristique. Le caméléon casqué fréquente
les zones humides avec une forte amplitude thermique (25-30 °C
le jour et 20 °C la nuit). On peut l'observer dans les zones
cultivées, ou au sommet des arbres.
Sous-espèces
Selon Reptarium Reptile Database (12 déc. 2011) :


Chamaeleo calyptratus calyptratus Duméril & Bibron,
1851
Chamaeleo calyptratus calcarifer Peters, 1871
La sous-espèce nominale (C. c. calyptratus) se rencontre
uniquement au Yémen. C. c. calcarifer se rencontre en Arabie
saoudite et au Yémen (bien que des doutes existent sur sa
présence dans ce dernier pays).
Élevage en captivité
Ce caméléon est élevé par certains terrariophiles.
Classification
Animalia
Règne
Embranchement
Chordata
Sous-embr.
Vertebrata
Classe
Reptilia
Ordre
Squamata
Sous-ordre
Sauria
Infra-ordre
Iguania
Famille
Chamaeleonidae
Genre
Chamaeleo
Nom binominal
Annexe II ,
Révision du 04/02/77
Spécimen femelle.
Caméléon casqué du Yémen
Publications originales


Duméril & Bibron, 1851 : Catalogue méthodique de la collection des reptiles du Muséum d'Histoire
Naturelle de Paris. Gide et Baudry/Roret, Paris, 224 pp.
Peters, 1871 : Beitrag zur Kenntnis der herpetologische Fauna von Südafrika. Monatsber. K. Preuss.
Akad. Wiss., Berlin 1870 : pp. 110-115.
Classification :
ordre : squamates
sous-ordre : sauriens
famille : cameleonidés
sous-espèce : chamaeleo calyptratus
Nous le connaissons également sous le nom commune de : caméléon casqué du Yémen
Localisation – habitat naturel :
On dénombre une centaine d’espèces de caméléons répartis sur le Sud de l’Espagne, l’Afrique, Madagascar,
les îles de l’Océan Indien, la péninsule Arabique, le Sri Lanka ou l’Inde.
Chamaeleo calyptratus, quand a lui se retrouve au Yémen ainsi qu’Arabie Saoudite.
Mode de vie : il s’agit d’un reptile ayant une activité diurne (le jour) et arboricole (vivant majoritairement en
altitude – dans les arbres).
Statut juridique : Chamaeleo Calyptratus est soumis à l’annexe II du CITES
Morphologie :
Chamaeleo Calyptratus est un très joli caméléon possédant un caractéristique bien particulière : un casque.
Dimorphisme :
- A l’âge adulte, le mâle peut atteindre 50 – 60cm alors que la femelle n’excèdera pas les 25-30cm.
- Les couleurs son aussi très variables selon le sexe :ainsi, le mâle est assez coloré, présentant généralement
une livrée verte, avec des bandes jaunes et oranges alors que la femelle est plus uniformément verte.
- Autre différence très visible : le casque. A l’âge adulte celui du mâle sera jusqu’à deux fois plus haut que
celui de la femelle.
- On remarque aussi, chez les mâles sub-adultes, que la base de la queue est plus enflée mais aussi, qu’une
fois adulte, le mâle possède des crêtes plus marquées que la femelle.
- Dernière différence facilement observable, la présence d’ergots (éperons) sur les pattes postérieures et plus
exactement au niveau du talon chez les mâles (observables dès le plus jeune âge)
ergots biens visible chez ce mâle
Biologie :
- Les yeux de Chamaeleo calyptratus sont très particuliers. En effet, son champs de vision est de 360° (les
yeux se déplacent de manière indépendante). Ils perçoit les couleurs sauf les ultraviolets et les infrarouges.
La nuit par contre, sa vision est quasi nulle.
- La langue est, au repos, repliée en accordéon. Lorsqu’il chasse, Chamaeleo calyptratus peut propulser sa
langue sur une longueur égale à la totalité de son corps. L’extrémité de la langue est en forme de massue et
visqueuse, ce qui lui permet de coller littéralement la proie.
- L’oeil pariétal : il s’agit d’un organe situé sur le sommet du crâne sorte de récepteur de rayonnement et qui
servirait à la régulation des cycles biologiques.
- Enfin, les modifications de couleur: contrairement aux idées reçues, le caméléon n’imite pas forcément les
couleurs du milieu environnement. En fait, les variations de couleurs suivent des facteurs externes
(température, luminosité) et internes (état émotionnel, de santé, modifications hormonales...).
- Les extrémités des pattes sont également particulières, elles ressemblent un peu à des « serres » de rapaces.
Extrêmement puissantes on peut également les comparer à une main d’homme, si ce n’est qu’au lieu d’avoir
un pouce opposable, il en possède deux, ce qui lui permet une bonne prise lors de ses escalades.
Maintenance :
Avant toute chose, il me semble très important de faire tomber une idée reçue selon laquelle Chamaeleo
Calyptratus peut aisément s’élever en terrarium. Durant longtemps, cette espèce a été perçue comme très
difficile à détenir. Nombreux sujets mourraient mystérieusement et les éleveurs finirent pas en trouver la
principale cause. Un terrarium, bien qu’aéré ne l’est pas suffisamment pour cette espèce qui, souvenonsnous en, est
arboricole. Or, en altitude les courant d’air son plus fort et l’échange d’air
d’un terrarium n’est pas suffisant. Il convient donc de détenir Chamaeleo calyptratus dans un
camaéléonarium (j’y reviendrais plus loin).
Concernant les températures, on préconise une température de 20-22° C la nuit et de 28-30° C le jour, avec
un point chaud culminant à 34-35° C. L’hygrométrie est aussi très importante, il s’agit d’un animal tropical,
on veillera donc à ce que le taux d’humidité avoisine 60 à 70% (vous pouvez recourir à un système de
brumisateur automatique où, comme je le fais, utiliser un pulvérisateur manuel ainsi qu’un système de
goutte à goutte en guise d’abreuvoir). Notez que le caméléon ne boira pas spontanément dans un récipient, il
faudra donc compter sur les perles d’eau sur le feuillage ou sur l’attrait des gouttes tombant du goutte à
goutte pour hydrater votre animal le reflet des gouttes dans la lumière va attirer le caméléon. De même, des
plantes naturelles comme le ficus benjamina ou le shefflera sont autorisées pour les caméléonariums et
aideront à maintenir l’hygrométrie.
Toutes ces constantes sont importantes, car les caméléons sont des animaux assez sensibles aux variations et
le stress peut avoir, chez eux, des conséquences graves.
Chamaeleo calyptratus est un animal ectotherme (animal dont la température corporelle varie en fonction de
la température de son milieu de vie), soyez donc très précautionneux sur la constante des températures.
Le terrarium:
Chamaeleo calyptratus doit avoir à sa disposition des rayons UVA et UVB pour pouvoir synthétiser la
molécule nécessaire à sa digestion (vitamine D3). On considère que l’alternance jour/nuit doit être de
12h/12h. Chez moi cependant, le camaéléonarium étant placé dans une pièce de vie, il est éclairé plus
longtemps (rapport jour/nuit :14h/10h), cela semble malgré tout convenir à ma femelle.
Toujours garder à l’esprit que le tempérament arboricole de l’espèce induit que le terrarium doit être
d’avantage haut que long. Prévoir de nombreux branchages et autres supports pour lui permettre de se
mouvoir mais aussi de se rapprocher des sources de chaleur.
L'installation est grillagée sur l’intérieur mais possède un filet «moustiquaire » renforcé sur l’extérieur pour
éviter les fuites des proies (grillons, mouches, etc.…), cette configuration permet donc un très bon passage
de l’air. Bien sur, ce système est plus difficile à chauffer qu’un terrarium fermé, c’est pourquoi les sources
de chaleur sont accessibles facilement (bien que hors de portée du sujet) et une lampe chauffante de nuit a
été ajoutée en dessous de l’endroit ou ma femelle dort. Ainsi, la température nocturne reste constante pour
elle.
L’alimentation :
Chamaeleo calyptratus est un prédateur se nourrissant principalement d’insectes (grillons, criquets, vers de
farine, vers morios, teigne, mouches, blattes, coléoptères, papillons…) mais il peut aussi occasionnellement
(surtout à l’âge adulte) se nourrir de verdure (frisée, trèfle, luzerne, pissenlit, dés de pommes,…). Attention
aux proies trop riches en graisses tels que les vers ou les teignes…A distribuer avec parcimonie. Veillez
aussi à varier l’alimentation pour éviter les troubles alimentaires. En terme de tailles, la taille de la proie ne
doit pas excéder la taille de la tête du sujet.
La supplémentation en calcium est nécessaire chez les juvéniles et conseillée chez les adultes.
Chamaeleo calyptratus est un gros mangeur, il risque de se gaver, il faut donc surveiller les quantités
données pour éviter le surpoids. On considère qu’un sujet juvénile peut ingérer l’équivalent de son poids
corporel sur une semaine, un adulte pourra se contenter de 5 à 6 criquets (ou 15 grillons) par jour. Tout cela
reste bien sur suggestif et, personnellement, je ne regarde pas à ce point au régime.
La reproduction :
La maturité sexuelle :
On considère que Chamaeleo calyptratus atteint l’âge de maturation sexuelle vers 9 mois mais il peut aussi
arriver que des individus soient mâture sexuellement vers 4 à 6 mois. Les causes avancées peuvent être un
trop grande alimentation mais aussi des temps d’éclairage ou des températures hors normes. Il est toutefois
conseillé de ne pas faire reproduire la femelle trop tôt et d’attendre qu’elle ait au moins 11 à 12 mois.
Temps de gestation - incubation:
Le temps de gestation peut varier entre 1 et 3 mois et l’incubation des œufs se fera entre 140 et 230 jours
On considère qu’une femelle peut pondre de 30 à 80 œufs et ce 3 à 4 fois par ans (même s’il est conseillé de
ne pas dépasser 3 pontes par an pour ne pas trop fatiguer la femelle).
La réceptivité :
Avant tout accouplement, il faudra attendre que la femelle se montre réceptive au mâle (je précise que hors
période de reproduction il est fortement déconseillé de détenir ensemble un mâle et une femelle). Lorsque la
femelle sera réceptive elle arborera une coloration vert brillant mouchetée de bleu clair du dos et du casque.
En revanche, une coloration vert pâle ornée de quelques bandes verticales brunâtres signifie qu’elle n’est pas
prête à s’accoupler.
Au Yémen, la femelle calyptratus se reproduit en général entre septembre et octobre, période à laquelle les
températures sont les plus hautes. C’est pourquoi beaucoup d’éleveurs augmentent la température à 35°C
voir 40 – 42°C lorsqu’ils désirent faire reproduire leurs calyptratus.
Enfin, il faut savoir qu’une femelle est capable de garder du sperme et de féconder à nouveau des œufs sans
présence d’un mâle.
La parade :
Comme chez beaucoup d’animaux, le mâle possède tout un rythe visant à séduire la femelle et déclencher sa
réceptivité. Il va donc arborer ses plus belles couleurs et aplatir ses flancs afin de se montrer à celle-ci sous
son meilleur aspect (un peu comme chez les humains ^^).
Il avance ensuite en faisant des hochements de tête et en gonflant son corps.
Une fois la parade terminée, la femelle tentera de s’éloigner mais le mâle va alors la rattraper et lui donner
de petits coups de casque. Il monte ensuite sur sa partenaire, tout en relevant sa queue afin de pouvoir bien
placer son cloaque sous celui de la femelle.
L’accouplement :
Le temps d’accouplement est variable ; il peut aller de quelques à une demi-heure. Les copulations peuvent
se répéter plusieurs fois dans la journée, voir les 2 ou 3 jours suivants. Au terme de l’accouplement, il faudra
séparer le couple de sorte que la femelle ne soit pas trop stressée.
La gravidité :
On peut reconnaître l’état de gravidité de la femelle en fonction de sa coloration. Elle va devenir nettement
plus sombre (presque noire) avec de petites tâches bleutées un peu partout et des tâches jaunes un peu plus
grande.
On constatera aussi une augmentation de l’appétit, il conviendra également d’augmenter les rations de
calcium et de vitamines.
Il y’aurait encore beaucoup à dire sur la ponte, l’incubation ou encore l’élevage des jeunes sujets. Toutefois,
je ne possède pas les compétences suffisantes pour développer suffisamment ce domaine et je préfère que
vous recouriez aux conseils de spécialistes pour ces étapes délicates. Ce que j’ai renseigné plus haut n’a
donc qu’un titre indicatif mais ne suffit pas pour se lancer dans la reproduction de Chamaeleo calyptratus.
Maladies :
Fort heureusement je n’ai jamais rencontré de problèmes de santé majeure, je ne connais donc pas trop bien
les maladies dont peut souffrir Chamaeleo calyptratus. Cependant à titre indicatif, je reproduis ici, à titre
indicatif, les principales maladies possibles pour cette espèce :
- parasites externes : acariens les plus fréquemment observés : ophionyssus natricis (petits animaux rouges
foncés à noirs visibles sur le corps de l'animal et flottant dans l'eau du bassin)
- parasites internes : nématodes (les plus fréquemment observés), cestodes, flagellés, amibes, coccidies (les
parasites internes et externes sont très souvent observés chez les spécimens importés (prélevés dans le milieu
naturel) mais peuvent également l'être chez les animaux provenant d'élevage ; un rendez vous chez le
vétérinaire s'impose, une infestation massive pouvant entraîner la mort de l'animal)
- ostéofibrose nutritionnelle (symptômes : tremblements, déformation des membres, retard de croissance,
fractures, troubles de la reproduction : causes principales : carence en minéraux / vit.D3 due à un manque
d’UV)
- hypervitaminoses : -hypervitaminose A : symptômes = goitre, décalcification, troubles rénaux hypervitaminose D3 :symptômes = oedème des doigts
- infection des gencives (stomatite) symptômes : masse blanchâtre dans la gueule, refus de s'alimenter,
gueule ouverte et/ou déformée. Les causes principales : blessure (cuticules des proies), stress, carence en
vitamine C, ingestion de substrat
- rétention d'œufs : causes : stress, absence de site de ponte, carences alimentaires.
- abcès infra orbitaire : symptômes : masse ferme entre la mandibule supérieure et l'œil. Les causes peuvent
être dues à une blessure causée par les cuticules des proies (grillons, criquets)
- maladies respiratoires : (plus fréquentes chez les animaux importés). Symptômes : respiration difficile,
émission de mucus, anorexie. Les causes probables: ventilation insuffisante, infection bactérienne,
parasitaire, virale
Comportement en captivité :
Les prix raisonnables et les jolies couleurs de Chamaeleo calyptratus en font un des caméléons les plus
couramment privilégiés pour les débutants. Il
faut cependant garder à l’esprit que c’est un animal très fragile et pas si facile à détenir. Tout d’abord les
conditions de détentions (décrites plus haut) sont primordiales pour sa bonne santé, ensuite, il ne faut pas
oublier que c’est un animal sauvage avant tout, bon nombre de débutants achètent un caméléon pour le
manipuler et le montrer. Il s’agit d’un animal très craintif qui pourrait emmagasiner de tellement grandes
doses de stress qu’il pourrait en mourir. Il faut également savoir que Chamaeleo calyptratus est une des
espèces les plus agressives qu’il soit et les morsures d’un sujet adulte peuvent être très douloureuse. Il faut
énormément de patience et de calme pour gagner la confiance de cet animal mais les satisfactions seront au
rendez vous lorsque, par exemple, il acceptera de venir manger directement dans vos doigts.
Espérance de vie :
La durée de vie de Chamaeleo calyptratus n’est malheureusement pas très grande. Elle peut varier entre 4 et
7 ans.
www.l-animalerie.fr
03.80.58.85.93
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire