catalogue - Ville de Clermont

publicité
Animaux naturalisés
Disponibles en prêt
Table des matières
Toucan......................................................................3
Crocodile................................................................23
Spatule.....................................................................4
Taupe d’Europe.......................................................24
Pic vert......................................................................4
Lièvre brun..............................................................25
Perdrix grise..............................................................6
Lapin de Garenne...................................................26
Oiseaux en hiver.......................................................7
Hermine..................................................................27
Mésange Remiz........................................................9
Hérisson d'Europe..................................................28
Gros-bec casse-noyaux..........................................10
Écureuil roux...........................................................29
Grive draine............................................................11
Blaireau européen..................................................30
Étourneau sansonnet..............................................12
Hamster..................................................................31
Pie Bavarde............................................................13
Chauve-souris.........................................................32
Bec-Croisé des sapins............................................15
Rat des moissons...................................................33
Bruant jaune...........................................................16
Souris.....................................................................34
Canard Sarcelle d’hiver..........................................17
Kangourou..............................................................35
Chevalier Gambette................................................18
Anguille...................................................................36
Coucou Gris............................................................19
Baliste.....................................................................38
Effraie des clochers................................................20
Tortue des marais...................................................39
Épervier d'Europe...................................................21
Orvet.......................................................................40
Courlis Cendré........................................................22
1
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Service de prêt
Prêt gratuit de mallettes pédagogiques et de spécimens aux établissements scolaires :
- Animaux naturalisés
- Roches et minéraux
- Modèles en résine (Abeilles, tête de mouche, moulages de crânes fossiles d’hominidés ...)
- Jeux mathématiques (awalé et tangram)
- Les mallettes pédagogiques
•
Kit " Chouette effraie " (cycle 2 et 3)
•
Des engrenages pour additionner (cycle 3)
•
De la roche au paysage (cycle 3)
•
La dispersion des végétaux (Collège - 6ème)
•
Biodiversité et Agriculture (Collège - 3ème)
•
Pollens et climats anciens (Lycée-Terminales)
La réservation est obligatoire.
Renseignements et modalités auprès du service des publics :
04 73 42 32 07
publics.lecoq@ville-clermont-ferrand.fr
Coordonnées :
Muséum Henri-Lecoq
15, rue Bardoux
63000 Clermont-Ferrand
04 73 42 32 00
musee.lecoq@ville-clermont-ferrand.fr
http://museelecoq.clermont-ferrand.fr
Horaires d'ouverture :
Ouvert du mardi au samedi de 10h a 12h et de 14h a 18h
Et le dimanche de 14h a 18h (17h d‛octobre a avril)
Ferme les jours féries.
Dossier réalisé par des stagiaires dans le cadre d'une UE libre de l'Université Blaise Pascal.
2
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Toucan
NOM SCIENTIFIQUE : Ramphastos dicolorus
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
Crédit photo : pixabay-public domain
REPRODUCTION
Il utilise le même nid construit dans une cavité
pendant plusieurs années. Ce nid est composé des
copeaux de bois et un lit de graines régurgitées. 2-4
œufs blancs. Incubation 15 ou 16 jours. Mâle et
femelle couvent à tour de rôle. Les jeunes restent au
nid 43-51 jours. À la naissance ils sont nus, leur bec
est large et plat. À mesure qu’ils grandissent le bec
prend la forme de celui de l’adulte, il n’atteint sa taille
et sa couleur qu’au bout de plusieurs mois. Les jeunes
possèdent à l’endroit de la pliure, au niveau du
« talon », un coussinet proéminent. En effet, le sol du
nid est dur et raboteux et les jeunes s’y tiennent
couchés sur leurs pattes repliées. Le coussinet
s’écaille et disparaît quand les plumes ont poussé.
L’éducation des petits par leurs parents dure 6 à 7
semaines. Son comportement reproducteur n’a pas
été étudié de prés.
ZONE GEOGRAPHIQUE
Du Mexique tropical au nord de la Colombie et au
nord-ouest du Venezuela. Ainsi que dans l’est de
l’Amérique du Sud, de la Guyane jusqu’au Brésil et au
nord de l’Argentine.
DESCRIPTION
Oiseau moyen (taille allant de 45 à 60 cm). Son bec
est démesuré, léger et brillamment coloré. Le bec est
partiellement creux, mais pourvu de renforts internes
de sorte qu’il n’est pas aussi lourd qu’il paraît.
Plumage noir marqué de rouge, jaune et blanc, olive
et bleu, ou vert. Mâles et femelles sont généralement
semblables mais le bec est plus grand chez le mâle.
Ses ailes sont assez courtes, il ne vole que sur de
courtes distances. Sa queue est très mobile et joue le
rôle de balancier et de gouvernail. Sur ses pattes la
disposition de ses doigts fait que cet oiseau peut
grimper dans les arbres.
CARACTERISTIQUE(S)
Il existe 35 espèces de toucan différentes.
MILIEU DE VIE
Son vol est caractéristique, gracieux, ondulé alternant
Forêts tropicales, dans les lisières, terrains découverts les battements d’ailes avec les vols planés. Il
parsemés d’arbres.
communique par coassements ou claquements
Le toucan est l’un des plus bruyants, ses cris sourds du bec. Pour dormir il se plie en trois, tournant
s’entendent à plus d’un kilomètre. Par endroit, au la tête, il pose son bec sur son dos, puis, d’un
milieu de la frondaison ou à la cime d’un arbre, de mouvement latéral de la queue, il recouvre son bec de
jeunes feuilles, une fleur ou un fruit forment une tache sa queue. Il ressemble ainsi à une boule de plumes.
vivement colorée. Le toucan de par ses couleurs se
confond avec eux.
ALIMENTATION
Se nourrit de fruits, d’insectes, et de petits animaux.
Il cherche sa nourriture en bandes. L’oiseau attrape le
fruit du bout de son long bec puis rejette la tête en
arrière pour l’avaler. Pour boire, il trempe le bout de
son bec puis le relève pour faire couler l’eau dans sa
gorge.
3
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Spatule
NOM SCIENTIFIQUE : Platalea leucorodia.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GEOGRAPHIQUE : Zones tempérées, subtropicales et tropicales de l’Eurasie /
Moitié nord de l’Afrique surtout le long des côtes. Crédit photo : pixabay-public domain
DESCRIPTION
Taille : entre 79 et 89cm. Grand oiseau à longues
pattes et long cou. Son bec est long, noir et terminé
d’une spatule plus ou moins jaunâtre. Son plumage,
en général à dominance blanche, est marqué
d’orange en haut de la poitrine. Il possède une huppe
jaunâtre retombant sur sa nuque et une tache de peau
nue jaune orangé au menton. Son corps peut basculer
en avant.
Spécimen naturalisé : il s’agit d’une jeune spatule,
car l’extrémité des ailes est noire, alors que le
plumage de l’adulte est entièrement blanc. De plus,
elle possède une crête, à l’arrière de la tête, beaucoup
moins développée que celle des adultes.
roseaux ou à même le roc. Ils sont composés d’un
volumineux assemblage de roseaux atteignant 35 à
50 cm de hauteur. Les pontes comprennent de 2 à 5
œufs blancs tâchés de sombre et ont lieu en avril ou
en mai. L’incubation dure environ 21 jours. Les
parents les couvent tour à tour. Les jeunes restent au
nid durant une période allant de 15 à 21 jours. À la
naissance, ils sont couverts d’un duvet blanc et
soyeux, avec le bec, les pattes et une partie de la face
jaunes. Ils quittent le nid à la fin du premier mois, mais
y retournent pour être nourris, par régurgitation,
jusqu’à l’âge de 4 semaines. Ensuite, ils plongent euxmêmes leur bec dans le gosier des adultes pour y
puiser leur nourriture. Ils peuvent voler au bout de 8
semaines environ. Dans les lieux de reproduction, les
MILIEU DE VIE : Marais, eaux douces et eaux nids sont souvent groupés en colonies, très près les
saumâtres. Les spatules blanches sont sensibles aux uns des autres.
dérangements. Cela, s’ajoutant à la pollution et au
drainage des zones humides, a causé le déclin de CARACTERISTIQUE(S)
leurs populations dans de nombreuses régions.
Ses grandes pattes permettent à la spatule de
capturer ses proies sans mouiller son plumage. Elles
ALIMENTATION
se replient dans le sens inverse d’un genou humain.
Petites proies aquatiques, petits crustacés, insectes Tout le poids de l’animal peut reposer sur une seule
aquatiques, vers, grenouilles et têtards, petits patte. La longueur et l’écart des doigts, ainsi qu’un
poissons, ainsi que quelques végétaux aquatiques. doigt en position arrière, lui donnent une large assise,
Pour se nourrir, la spatule blanche marche lentement les pattes ne s’enfoncent donc pas dans la vase. Des
dans l’eau. Le bec immergé fait un lent mouvement griffes sur les doigts, servent de crampons, voilà
de fauche, lorsque l’oiseau tourne lentement la tête pourquoi l’oiseau ne glisse pas sur la vase.
d’un côté puis de l’autre, suivi d'un rapide mouvement Oiseau migrateur, elle passe l’hiver en Afrique. Son
d’ouverture et de fermeture de petite amplitude. Les vol est rapide : le bec tendu en avant, le cou allongé,
petites proies aquatiques sont ainsi attrapées plutôt les pattes tendues en arrière. Elle bat des ailes
par hasard. Ces oiseaux se nourrissent en petits rapidement et avec régularité et ne plane que
groupes marchant les uns à côté des autres, ce qui rarement. Elle s’élève parfois à une hauteur
accroît l’efficacité de leur méthode de pêche.
considérable. En cours de migration, les spatules
s’alignent en diagonale, qui se rejoignent parfois en V.
REPRODUCTION
Les individus s’échelonnent l’un derrière l’autre de
Les spatules nichent dans les marais, et aussi sur des chaque côté de l’oiseau de tête. Les spatules claquent
ilots dénudés. Les nids, construits à l’aide de du bec sinon elles sont silencieuses émettant parfois
branchettes, sont situés dans des arbres, parmi les un grognement rauque ou un croassement.
4
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Pic vert
NOM SCIENTIFIQUE : Picus viridis.
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GEOGRAPHIQUE
Ouest de l’Eurasie, Europe, du sud de la Scandinavie jusqu’aux montagnes du nord de
l’Afrique, Turquie, Iran, ouest de la Russie.
Crédit photo : pixabay-public domain
DESCRIPTION
Taille : 30 cm, poids moyen : 200g.
Oiseau au bec épais, droit, pointu, au cou mince et à
la queue raide utilisée comme appui lorsqu’il grimpe.
Le dessus de son corps est vert brillant, le dessous
gris-vert. Le front, le dessus de la tête et la nuque sont
rouges, le croupion est jaune. L’œil est blanc et cerclé
de noir. Le mâle possède une moustache rouge
bordée de noir (entièrement noire chez la femelle).
L’oiseau possède des pattes courtes aux doigts longs
disposés 2 en avant, 2 en arrière, et des griffes
acérées. Celles-ci lui permettent de s’accrocher au
tronc. Son bec lui permet de perforer le liège et le bois
vermoulus pour y creuser son nid. Il martèle alors à
coups espacés. Sa langue peut s’allonger
démesurément (7cm) pour pénétrer sous les écorces
ou dans les fourmilières.
REPRODUCTION
Ils nichent dans une cavité nue creusée dans les
arbres, parfois dans un nid de termites, plus rarement
dans le sol. La loge est forcée en grande partie par le
mâle à une hauteur comprise entre 2 et 8 m, dans un
arbre au bois de préférence dépérissant. Il arrive que
les oiseaux réoccupent la cavité de l’année
précédente ou agrandissent une loge pic épeiche.
Seuls quelques copeaux en tapissent le fond. Le
forage, qui dure de 8 jours à 1 mois, commence en
automne-hiver. Profonde de 38 cm et d’une largeur de
15 cm, la loge a une ouverture d’un diamètre de 6 cm
maximum.
La ponte est effectuée à la fin avril ou en mai.
5-7 œufs blancs brillants. Incubation 14-19 jours, par
le mâle principalement. Les jeunes restent au nid
environ 3 semaines. Ils sont nus et aveugles à la
naissance. Les parents les nourrissent d’abord par
régurgitation, puis leur apportent des insectes. Du nid
occupé par les jeunes s’échappe un bourdonnement
incessant (pépiement des petits). Les jeunes se
développent très rapidement. L’âge de première
reproduction se situe à 1 an.
MILIEU DE VIE
- Lisière des forêts de feuillus ou mixtes, parcs,
boisements clairs, boqueteaux, haies plantées
d’arbres, grands vergers, toujours à proximité de
surfaces découvertes (prairies, notamment) où il peut
chasser.
- En montagne, on le trouve jusqu'à 2000m. CARACTERISTIQUE(S)
- Il vit là où les boisements clairs sont riches en vieux - La femelle porte une « moustache » toute noire
arbres et entrecoupés de prairies.
tandis que celle des juvéniles est à peine visible. Les
juvéniles ont aussi le dessous barré.
ALIMENTATION
- Le pic vert tend à être solitaire en dehors de la
Fourmis et larves d’insectes xylophages qu’il capture saison de reproduction.
au moyen de sa longue langue gluante, cylindrique et - Les deux sexes ont un cri semblable qui porte au
munie de petits crochets à son extrémité. Il la fait loin. Ce cri ressemble à un « rire » fait d’une série de
pénétrer dans les fissures ou dans la masse d’une kieu kieu kieu (éclat sonore) avec quelques variations.
fourmilière. Il se nourrit aussi de lombrics et de Cette espèce tambourine rarement.
mollusques. Il glane aussi des insectes et araignées Le mâle chante toute l’année, sauf de fin juin à août.
sur le bois, consomme des fruits, baies, graines et, - Son vol est onduleux lorsqu’il traverse un endroit
parfois, attaque les nids d’abeilles.
découvert.
- Le pic vert est sédentaire, un peu erratique en hiver.
5
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Perdrix grise
NOM SCIENTIFIQUE : Perdix perdix.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X
vivant.
de salle de l'arbre du
ZONE GEOGRAPHIQUE : Europe occidentale et centrale, Amérique du
Nord (introduite).
Crédit photo : Julia Adamson, photographer in the Saskatoon area (Wikipédia)
premiers jours), araignées, sauterelles, coléoptères divers,
limaces, lombrics, petits escargots.
DESCRIPTION
Taille : 30 cm. Moins rare que la caille et la canetière, la
perdrix grise s’observe assez facilement dans nos
campagnes. En fin d’hiver et au tout début du printemps le
mâle et la femelle se poursuivent dans les labours au cours
de leurs joutes amoureuses. À l’automne, parents et
jeunes, volent en « compagnie » d’un champ à l’autre.
Le plumage est brun-gris mêlé de marron aux flancs et
parsemé de flammèches blanches. Le dessous est grisé,
orné d’un dessin en forme de fer à cheval roux sur la
poitrine (moins marqué chez les femelles). Elle possède
une tache rouge près de l’œil. La tête, le cou et la courte
queue sont de couleur rouille. Les ailes sont courtes
arrondies, peu discernables, et plaquées au corps. La
nuque est grise. La perdrix vole maladroitement : son vol
est lourd, bruyant, peu soutenu ; elle y recourt à la dernière
extrémité.
Ses pattes droites, aux doigts longs, solides et protégées
par une peau écailleuse montrent que c’est un oiseau qui
marche sur le sol. Elle ne possède pas de doigts
préhensiles à l’arrière.
REPRODUCTION
Le nid est à terre, enfoui dans la végétation, au milieu
d’une friche ou d’une culture, ou au pied d’une haie ou d’un
buisson. C’est une petite dépression du sol garnie par la
femelle de quelques herbes sèches et feuilles mortes. On y
accède parfois par un tunnel ménagé dans les hautes
herbes. La ponte a lieu en avril-mai. Les 10-20 œufs
(dimensions : 35x27 mm), brun olive ou gris verdâtre, sont
couvés 24-25 jours par la femelle . À leur naissance les
poussins sont couverts de duvet roux taché de marron et
noir. Ils quittent leur nid au bout de quelques heures pour
suivre leur mère et commencent à se nourrir. Les jeunes
perdreaux volent dès l’âge de 15 jours.
CARACTERISTIQUE(S)
La perdrix cacabe (cri).
Sédentaire, la perdrix s’est adaptée aux terres cultivées
alors qu'elle est à l'origine un oiseau des prairies
découvertes et des steppes. Elle a beaucoup souffert de
l’utilisation des insecticides qui détruisent la principale
source de nourriture des poussins. Les herbicides affectent
également les populations dans la mesure où ils détruisent
les « mauvaises herbes » dont les oiseaux mangent les
graines. En dehors de la saison de reproduction, les
oiseaux se réunissent en bandes familiales, ou
compagnies, mais les adultes forment des couples
monogames à la fin de l’hiver. Chaque mâle défend un
territoire : sur les terres cultivées, une haie abrite le nid. Si
la perdrix est inquiète, elle se blottit contre le sol, de
préférence dans un sillon où sa couleur la dissimule. De
même, elle demeure invisible, immobile, au milieu du jour,
ne cherchant sa nourriture que le matin et le soir.
Tranquille, elle marche le cou rentré dans les épaules, le
dos courbé. Elle peut courir très vite : le cou allongé et le
corps se déplaçant d’un seul bloc.
MILIEU DE VIE
- Terrains découverts, champs cultivés.
- Hôte des terres cultivées sous toutes leurs formes, la
perdrix grise se rencontre un peu partout en France, sauf
dans le Midi et le Sud-Ouest. Elle est plus ou moins
commune selon les régions (et la pression de chasse dont
elle fait l’objet). Elle fréquente les champs de céréales,
luzerne, trèfle, les prairies, les friches. Elle vit de
préférence à proximité de buissons, haies ou boqueteaux
lui offrant couvert et sites de nidification.
ALIMENTATION
- graines de céréales diverses, pousses, bourgeons, baies.
- insectes et larves (régime exclusif des poussins les
6
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Oiseaux en hiver
Le chardonneret élégant de la famille des carduélinés. Crédit photo :
Ghyslain38, source wikipédia commons.
La mésange bleue de la famille des paridés. Crédit photo : Frank Drebin,
source wikipédia commons.
Le moineau domestique de la famille des
Moineau
passéridés. Crédit photo : PewuCom,
source wikipédia commons.
Chardonneret
NOMS SCIENTIFIQUES
Carduelis carduelis pour le chardonneret.
Parus caeruleus pour la mésange bleue.
Passer domesticus pour le moineau.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module
X de salle de l'arbre du vivant.
Mésange
ZONE GEOGRAPHIQUE
- Afrique du Nord, Europe, Moyen-Orient jusqu’au centre de l’Asie
pour le chardonneret.
- Europe, de l’est jusqu’à l’Asie Mineure et la Volga, Afrique du Nord
pour la mésange.
- Eurasie, à l’exception de l’Extrême-Orient ; introduit dans le monde
entier pour le moineau.
DESCRIPTION
- Le chardonneret est un petit oiseau gracieux bariolé de
rouge (masque facial), de jaune (sur les ailes) et de noir
(nuque et ailes). Sa nourriture privilégiée est composée de
graines de chardon et est à l’origine de son nom. La
femelle a un plumage un peu plus terne. S’il est estimé
pour la beauté de son plumage, notre chardonneret ne l’est
pas moins pour son caractère alerte et enjoué et le charme
de sa voix. Taille : 12 cm. Son bec est fort et pointu, ce qui
lui permet d’arracher une à une les graines de chardon qui
composent sa nourriture.
- La mésange bleue est, des huit espèces de mésanges
qui nichent chez nous, la plus commune avec la
charbonnière. Familière, elle est friande, l’hiver venu, de la
nourriture d’appoint, graisse, graines, débris de repas, que
l’on met à sa disposition sur le rebord d’une fenêtre ou
dans un coin de jardin. Ce petit passereau très vif, en
agitation perpétuelle, a le dos et la calotte d’un magnifique
bleu azuré. Les joues et le front sont blancs, elle possède
une raie noire sur l’œil et le dessous jaune uni. Les oiseaux
des 2 sexes sont identiques. Taille : 11 cm. Remarque : le
duvet hérissé de la mésange est une anomalie due à la
naturalisation de l’animal. Le bec de la mésange est fin, ce
qui lui permet de dénicher les insectes.
- Le moineau domestique est si commun et répandu
partout que l’on y prête souvent peu d’attention. Le mâle a
le dos brun chaud rayé de noir, une calotte gris foncé, une
bavette noire, le ventre blanc grisâtre et le croupion gris. La
femelle est un peu plus terne, sans gris ni noir. Taille : 1418 cm. Le bec du moineau est fort et court puisque c’est un
mangeur de graines.
MILIEU DE VIE
- Le chardonneret est un hôte des espaces découverts où il
peut chercher provende. Il aime aussi le voisinage des
habitations, en plaine comme en montagne. Il s’établit
volontiers dans les parcs, les vergers, les jardins, les
cimetières. On le rencontre également dans les friches, les
terres en jachère, les remblais, plus rarement sur les
lisières des bois, près des rivières. Il vit dans les bois de
feuillus ouverts, buissons avec mauvaises herbes, jardins.
- La mésange bleue se rencontre dans les espaces semiboisés, les vergers, les jardins, bois et parcs, souvent à
proximité des maisons. On la trouve aussi dans les
boqueteaux, les haies du bocage, les bois de feuillus. Elle
évite les forêts denses de conifères. En montagne, elle ne
dépasse guère 1200 m.
- Le moineau s’est associé à l’homme, aussi s’éloigne-t-il
rarement des zones bâties et cultivées, là où il peut se
procurer gîte et couvert. En fait, on le trouve partout, à la
campagne, dans les fermes et les villages, comme au cœur
des villes. Il évite toutefois de pénétrer en forêt. En
montagne, il monte jusque vers 2000 m.
7
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
ALIMENTATION
- Le chardonneret se nourrit de graines de chardon, de
graines de pissenlit, séneçon, bardane, chicorée, renouée,
salades et de semences d’arbres divers, à l’occasion, de
quelques insectes.
- La mésange est principalement insectivore, toujours en
quête de proies (insectes divers, araignées, larves…). Elle
mange également des graines, des bourgeons, des baies
et des semences.
- Le moineau est granivore mais dans les faits , il est
omnivore. Il mange des graines de céréales, verdure, fruits,
miettes de pain et insectes.
de paille. Celle-ci est abondamment tapissée
intérieurement de plumes et de duvets. Lorsqu’il est à l’air
libre, dans un arbre, par exemple, l’ensemble prend bien
souvent la forme d’une boule volumineuse et peu soignée,
avec un petit trou circulaire d’accès sur le côté. Le moineau
fait 2 ou 3 couvées par an, d’avril à juin-juillet. Les 4 à 6
œufs (dimensions : 22x15 mm), au fond blanc presque
entièrement recouverts de taches et points brun-noir à gris
cendré, sont alternativement couvés par le mâle et la
femelle 12 à 14 jours ; les jeunes s’envolent à 2 semaines,
environ.
CARACTERISTIQUE(S)
- Le chardonneret est plus erratique que migrateur. Il se
réunit en bandes l’hiver, souvent avec d’autres espèces,
les linottes, par exemple. Dans la plus grande partie de son
aire de répartition, le chardonneret élégant a été largement
capturé comme oiseau de cage, à cause de son plumage
vivement coloré et de son joli chant doux et flûté. Le
piégeage a même été considéré comme responsable de la
disparition de certaines populations. Des bandes d’oiseaux
évoluent souvent au bord des routes, de chardon en
chardon. Le chardonneret a tendance à contempler les
autres oiseaux de loin.
- La mésange est sédentaire en France. Ces oiseaux
agités sont des visiteurs, habituels en hiver, des jardins de
banlieue, où ils font preuve de leur agilité pour peu qu’on
leur ait accroché quelques cacahuètes ou morceaux de
saindoux, à l’abri des becs d’oiseaux plus puissants, mais
moins adroits. Dans les bois qui constituent leur habitat
naturel, ils se nourrissent souvent en troupes mixtes, avec
notamment, des mésanges charbonnières et des
mésanges noires. Ils explorent systématiquement tous les
arbres. La mésange demeure craintive, elle s’envole à
notre approche.
- Le moineau est sédentaire en France. La sous-espèce
représentée ici est P.d.domesticus, qui occupe la plus
grande partie de l’Eurasie ; les autres sous-espèces
présentent des différences dans le détail du plumage et
dans la taille. C’est une espèce qui s’adapte très
facilement, nichant dans des cavités ou dans des arbres en
colonies lâches. Elle est capable d’élever jusqu’à 7
couvées par an, dans les zones tropicales. Elle peut
localement poser des problèmes à l’agriculture.
REPRODUCTION
- La femelle du chardonneret construit son nid seule dans
l’enfourchure d’une branche (rarement contre le tronc) d’un
arbre isolé, à faible hauteur. Véritable petit chef-d’œuvre, le
nid du chardonneret est une petite coupe de racines et
d’herbes fines entrelacées et tissées de toiles d’araignée,
revêtue à l’extérieur d’un « camouflage » de lichens.
L’intérieur est garni de duvets végétaux et de plumes. 2 ou
3 pontes sont effectuées chaque année, en mai puis en
juin-juillet. Les 4 ou 5 œufs (dimension : 17x13 mm), blanc
bleuâtre tacheté de brun-rouge et de violacé, sont couvés
environ 12 jours par la femelle. Le séjour au nid des jeunes
est de 2 semaines.
- La mésange construit son nid dans toute cavité à orifice
étroit, comme dans un arbre, une muraille, un nichoir
artificiel, un corps de pompe. Cela peut même être une
boîte à lettres ou encore un vieux nid d’hirondelle ou de
troglodyte. Mâle et femelle garnissent ce logement d’un
épais rembourrage de mousse et d’herbes sèches. Ils
aménagent dans son épaisseur une douillette petite coupe
de flocons de laine, de poils, de crins et de quelques
plumes. L’oiseau fait 2 couvées par an de fin avril à mai,
puis en juin. Les 6 à 10-12 œufs (dimensions : 15,5x11,5
mm) blancs tachés et pointillés de roux, sont couvés 14
jours, environ, par la femelle seule ; le séjour au nid des
jeunes est de l’ordre de 19-20 jours.
- Le moineau est très éclectique dans le choix du site du
nid. L’oiseau construit souvent ce dernier dans un creux de
muraille, sous les tuiles d’un toit, dans un nichoir, sur les
poutres d’un hangar, dans une meule de paille. Parfois cela
peut être dans un arbre, ou un buisson. Mâle et femelle
bâtissent une coupe grossière de brins d’herbes sèches et
8
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Mésange Remiz
NOM SCIENTIFIQUE : Remiz pendulinus.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du
vivant.
Crédit photo : Martin Mecnarowski (source : wikipédia)
ZONE GEOGRAPHIQUE
- Rare en France, se reproduisant en Camargue, dans le Languedoc et en Roussillon, faisant en outre l’objet de
fluctuations mal connues.
- La mésange rémiz habite donc le sud de l’Europe et une partie de l’Asie Mineure et Centrale. En France, on la
rencontre dans l’Hérault, le Gard et surtout en Camargue.
DESCRIPTION
Poids : 8g. La rémiz a une très petite taille (plus petite que la mésange bleue). Elle a le dessous roux vif, la tête grise
avec un bandeau noir sur le front s’élargissant derrière l’œil ; le dessous est crème, roussâtre à la poitrine, son bec est
court et pointu car c’est un insectivore. Les plumes rectrices et les rémiges brunâtres sont bordées de blanc. La femelle
est plus pâle, sa nuque est plus grisâtre. Elle possède une barre foncée sur les yeux et un mantelet marron. Ses pattes
fines sont munies de longues griffes pointues qui lui permettent de s’accrocher, de se suspendre la tête en bas et
d’effectuer comme toutes les autres mésanges, des acrobaties.
MILIEU DE VIE
La rémiz est l’hôte des marais boisés aux arbres et buissons poussant près de l’eau.
ALIMENTATION
Petits insectes, araignées, graines de roseaux et plantes aquatiques à la mauvaise saison.
REPRODUCTION
Elle construit le nid à l’extrémité d’un mince rameau flexible, volontiers au-dessus de l’eau et à
hauteur variable (2 à 12m). D’abord construit par le mâle, puis achevé par la femelle, le nid de la
rémiz est une merveille d’architecture. Elle se sert de son bec pour construire celui-ci. Sorte de
bourse munie d’un orifice latéral, il est fait de fibres (animales ou végétales), toiles d’araignée,
duvets végétaux et enveloppes de chatons, fixés par la salive de l’oiseau. Cela constitue une
texture feutrée et élastique très solide. Ce qui lui a valu d’être utilisé autrefois comme chausson
d’enfant.
Les rameaux flexibles, oscillent au vent en berçant et en agitant le nid. Si celui-ci avait une forme
classique « en cuvette », les jours d’orage, il se remplirait, d’où l’intérêt de cette forme en bourse.
La ponte a lieu en avril ou mai (une seconde est possible en juin-juillet) et comprend 5 à 8 œufs
blanc mat et fragiles (dimensions : 16x11mm). La couvée est de 12 à 15 jours par la femelle
(tandis que le mâle construit une autre ébauche de nid et tente d’attirer une seconde compagne). Les jeunes restent 15
à 18-20 jours au nid. La femelle nourrit ses petits de moucherons et de petites chenilles. Les petits sont capables de
voler à 2 ou 3 semaines mais ils demeurent encore 15 à 20 jours auprès de leur mère pour achever leur éducation.
Pendant cette période ils retournent chaque nuit s’abriter dans le nid. (crédit photo : Tomasz Przechlewski, source : wikipédia)
CARACTERISTIQUE(S)
La rémiz est sédentaire en France, rejointe en hiver par les oiseaux d’Europe centrale. Les mésanges rémiz
grimpent admirablement le long des roseaux où elles se cachent évitant les espaces découverts. Leur vol est
rapide et saccadé.
9
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Gros-bec casse-noyaux
NOM SCIENTIFIQUE : Coccothraustes coccothraustes.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GEOGRAPHIQUE : Un peu partout en France, sauf dans l’Est et le Midi,
sans être commun.
Crédit photo : Frank Debrin (source : wikipédia)
DESCRIPTION
D’une longueur de 17 cm pour un poids moyen de
52g, ce fringille se caractérise par son aspect trapu,
sa courte queue, son bec conique imposant et par sa
voix.
La force d’écrasement développée par les mandibules
d’un gros-bec casse-noyaux pour briser un noyau de
cerise est de l’ordre de 43 kg ; uniquement due à ses
muscles, elle peut atteindre 68 kg dans le cas d’olives.
Chiffres à comparer avec les 52 g de l’oiseau.
Autant dire que ce spécialiste ne rencontre guère de
concurrence en matière de recherche alimentaire.
Le gros-bec a une grosse tête montée sur un cou
puissant et terminée par un robuste bec conique. Le
dessus du corps est fauve, plus clair à rosé en
dessous. Il a une bavette noire, des ailes sombres
barrées de blanc, une courte queue terminée de
blanc. La femelle est moins rousse. Leur coloris les
rend donc peu visibles.
Les jeunes sont très différents des adultes avec le
dessus de la tête brun-vert, la gorge jaune pâle, les
flancs barrés de noir, le dessous roux, tacheté à la
poitrine, et le bec gris-jaune.
Le gros-bec se déplace maladroitement à cause des
ses pattes courtes et grêles, de la longueur et de la
disposition de ses doigts et de la partie supérieure de
ses pattes qui est emplumée. Il a une démarche
dandinée ou il sautille.
MILIEU DE VIE
Il fréquente les bois de feuillus ou d’essences
mélangées. Il fréquente également les arbres au bord
des routes, ainsi que les parcs des agglomérations.
Oiseau de plaine, il dépasse rarement 800 à 1000 m
en altitude.
ALIMENTATION
-Toutes graines protégées par une enveloppe ligneuse
coriace, noyaux de cerises, samares d’érables, de
charme, de frêne, pépins et graines de merisier,
prunier, sorbier, tournesol, aubépine, houx. Il se nourrit
également de bourgeons et d’insectes.
REPRODUCTION
Le nid est dissimulé dans un arbre, feuillu (volontiers
un fruitier) ou résineux, entre 1 à 3 m, à l’intersection
d’une branche et du tronc, ou dans un buisson
épineux. La femelle le construit pratiquement
seule. C’est un gros nid de bouvreuil, constitué d’une
grossière assise de ramilles sèches et de quelques
lichens ; la coupe interne est formée de radicelles,
avec parfois des herbes sèches, lichens, crins. 1 ou 2
pontes sont effectuées dès mi-avril à mai, puis en juin.
Les 5 œufs en moyenne (dimensions : 24x17 mm), au
fond bleu-vert ou gris-vert moucheté et vermiculé de
brun-rouge et de noir, sont couvés 12-13 jours par la
femelle. Le mâle lui tient compagnie et lui apporte
parfois des matériaux. Le séjour au nid des jeunes est
du même ordre. Ils sont nourris par leurs parents. Les
poussins, nidicoles, sont couverts d’un long et blanc
duvet abondant ; leur gosier est rose avec le palais
rouge-pourpre et les commissures du bec jaunes.
Leurs plumes poussent vite et quinze jours après ils
sont capables de voler. L’âge de la première
reproduction est aux environs d’un an.
CARACTERISTIQUE(S)
Cette espèce est sédentaire en France, tout au plus
un peu erratique. Le chant est une sorte de babil en
sourdine. Le cri le plus fréquent, poussé la plupart du
temps en vol, est un « tzic » bref, claquant et perçant.
Migrateurs partiels, les gros-becs d’Europe centrale
viennent hiverner dans le sud-ouest du continent.
Quelques individus poursuivent jusqu’en Afrique du
Nord.
Ces oiseaux sont assez timides et méfiants, et se
perchent d’ordinaire au sommet des arbres d’où ils
jettent un cri unique bas et perçant.
Le vol est rapide, élevé, onduleux sur de courts
trajets.
10
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Grive draine
NOM SCIENTIFIQUE : Turdus viscivorus.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GEOGRAPHIQUE : partout en France.
Crédit Photo : Crusier (source : wikipédia)
DESCRIPTION
C’est la plus grosse de nos grives (taille : 26 cm), et
c’est aussi la plus farouche. On a parfois l’occasion de
la rencontrer alors qu’elle se régale de boules de gui
ou bien encore perchée à la pointe d’un arbre lançant
son chant assez semblable à celui du merle noir. Sa
forme est allongée, élancée. La tête est assez fine et
plate. Le bec est pointu, elle peut donc saisir un vers
ou un insecte dans son trou. Il est également dur et
solide, elle peut donc briser la coquille d’un escargot
avant de l’absorber. À la base du bec, en regardant de
près, on distingue des sortes de poils, les vibrisses.
Sa queue a une forme caractéristique à son extrémité,
elle est tronquée à angle droit.
La partie supérieure de son plumage est brun olivâtre
plus ou moins nuancé de roux sur le dos ; la partie
inférieure est blanche, densément tachetée de brun
sombre. Mâle et femelle sont identiques. La forme des
taches diffère d’une espèce à l’autre.
C’est un des plus grands oiseaux chanteurs.
Ses couleurs lui permettent de se confondre avec le
décor. Ses pattes fines, portent des griffes. La grive
draine a une position très verticale.
MILIEU DE VIE
On la rencontre fréquemment à toutes les saisons.
Elle affectionne les paysages vallonnés et de bocage,
les vergers, les parcs, les allées d’arbres, les
plantations, les champs. Elle fréquente aussi les
bosquets, les lisières des forêts. Elle vit généralement
à proximité des pâturages, elle favorise donc les
endroits où les arbres sont espacés. En montagne, on
la trouve jusque vers 1500, voire 2000 m.
ALIMENTATION
Insectivore ou granivore selon la saison, la grive
draine se nourrit de vers de terre, d’insectes, de petits
escargots, de larves diverses au printemps, de fruits
et de baies en été et en automne, de graines en hiver.
REPRODUCTION
C’est dans l’enfourchure d’une branche, à une hauteur
très variable, que les deux oiseaux construisent leur
nid avec de la terre glaise (qui joue le rôle de ciment
et de revêtement intérieur) et de la mousse (qui
camoufle l’extérieur du nid). Le nid peut également
être construit dans une boule de gui, un lierre, un
buisson ou une haie. Celui-ci ressemble au nid du
merle noir. Dans notre cas le nid a été abandonné et
est en partie brisé (il a normalement la forme d’un
bol).
La femelle parce qu’en danger, ou effrayée a
sûrement été amenée à abandonner son nid.
La draine fait 2 couvées par an, parfois 3, dès fin mars
et jusqu’en juin-juillet. Les 3 à 5 œufs (dimensions :
30x22 mm), au fond bleu-verdâtre ou chamois pâle
taché de brun-rouge, sont couvés par la femelle 12 à
15 jours. Les jeunes restent 2 semaines au nid et
volent après.
À leur naissance les petits sont couverts d’un long
duvet blanc-roussâtre. Le père et la mère les
nourrissent, jusqu'à ce que les plumes remplacent le
duvet. Mais le plumage des jeunes diffère de celui des
adultes : les plumes du ventre sont marquées de
taches jaunâtres dont l’extrémité est noirâtre.
CARACTERISTIQUE(S)
Cet oiseau est sédentaire en France quoi-qu’erratique.
Il picore des baies, surtout les baies du gui. La grive
draine propage ainsi la plante parasite d’un arbre à
l’autre : les graines des baies blanches du gui sont
enrobées de glu qui colle au bec. Pour s’en
débarrasser l’oiseau frotte son bec contre l’écorce
d’un arbre y enfonçant, ce faisant, la graine enrobée
de glu. Sa queue tronquée à angle droit lui permet un
vol puissant.
La grive draine se perche au faîte d’un arbre pour
chanter. Son chant sonore répète 2 à 4 fois des
courts motifs entrecoupés de pauses. Elle se plaît, diton, à chanter dans la tempête.
11
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Étourneau sansonnet
NOM SCIENTIFIQUE : Sturnus vulgaris.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GEOGRAPHIQUE
Europe et Asie occidentale ; introduit en Amérique du Nord, Afrique du Sud, sud de
l’Australie, Nouvelle-Zélande ; certains hivernent dans le nord de l’Afrique.
Crédit photo : Tusco (source wikipédia)
DESCRIPTION
Taille : 21 cm. C’est un oiseau très commun que l’on
peut voir dans les parcs et les squares picorant des
larves et des insectes sur les pelouses. Il est toujours
en troupes ou jacassant avec des sons grinçants dans
les grands arbres.
De loin, l’adulte a un aspect noir et banal, mais de
près, on s’aperçoit qu’il a un joli plumage iridescent
bleu, violet, vert et bronzé. Les plumes ont des
extrémités beige pâle qui donnent à l’oiseau une
apparence tachetée, surtout après la mue d’automne.
Lorsque la saison de reproduction approche,
l’abrasion a usé ces extrémités, et le plumage est plus
uni et plus iridescent, surtout chez le mâle. Les pattes
changent aussi de couleur, passant du brun au
rougeâtre. Le bec devient jaune au lieu de brun
sombre, avec une base rose crème chez les femelles
et bleu acier chez les mâles. Son bec est long et
pointu. Ses pattes portent des griffes qui lui servent à
fouiller le sol. À terre, l’étourneau sautille.
partenaire et le parasitisme des nids. C’est peut-être
la raison de son succès comme colonisateur.
Il monopolise la moindre cavité pour nicher, en
éjectant ses premiers occupants, et s’appropriant sans
vergogne en hiver la nourriture d’appoint mise à la
disposition des petits passereaux. Toute cavité de
hauteur variable lui est bonne. Cela peut être dans un
arbre, un mur, un rocher, un terrier d’hirondelle de
rivage (agrandi !), un ancien nid de pie, un bâtiment,
sous un toit. Il se reproduit également dans les
nichoirs au trou d’accès convenable. Ce nid est
souvent signalé par les fientes blanches qui maculent
l’entrée et les abords. Il est constitué par de la paille,
des herbes sèches et des plumes. Dans les endroits
favorables, les oiseaux nichent en petites colonies. La
femelle entasse dans le fond de la cavité une litière de
mousse, paille, brindilles et bout d’étoffe. La cuvette
interne est garnie de tiges plus fines et de plumes. La
ponte a lieu en avril et comprend 5 ou 6 œufs, bleu
verdâtre pâle, parfois très décoloré. Les œufs sont
couvés 12-14 jours par mâle et femelle ; les jeunes
restent entre 16 et 25 jours au nid.
MILIEU DE VIE
- Bois clairs, parcs, jardins, villes, vignobles, vergers.
- Commun et répandu, il est en extension partout. On
le retrouve en tous endroits lui assurant gîte et
couvert.
- Dans les forêts claires, les lisières, le bocage, les
bâtiments de la campagne et des villes. Il évite la
montagne.
CARACTERISTIQUE(S)
Le sansonnet est un oiseau qui s’adapte très
facilement. À la campagne, les étourneaux volent en
masses compactes, en nuées bruissantes qui
tourbillonnent dans le ciel effectuant des virages
brusques. Les étourneaux vivent en société atteignant
parfois des centaines d’individus. Dans les prairies où
paissent les troupeaux il n’est pas rare de les voir
ALIMENTATION
posés sur le dos d’un mouton ou d’une vache.
Insectes, larves, lombrics, mollusques, fruits, baies et Son appel est criard, ses imitations d’autres espèces
déchets divers. Il peut saisir les insectes au vol.
sont étonnantes. Nos étourneaux sont sédentaires et
constituent, en hiver, des bandes particulièrement
REPRODUCTION
malodorantes et salissantes.
Son mode de reproduction est complexe et variable : il
inclut la monogamie, la polygamie, les échanges de
12
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Pie Bavarde
NOM SCIENTIFIQUE : Pica pica
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du
vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE
En Europe, dans les terres comme le long des côtes.
Source photo : wikipédia – domain public
DESCRIPTION
Taille : 45 cm - Poids 220g
Son plumage et bicolore, noir et blanc, avec une longue queue sombre et étagée aux reflets allant du vert
brillant au bleu violacé. Les jeunes n’ont pas les reflets métalliques des adultes.
MILIEU DE VIE
La pie est abondante et commune en France et se rencontre dans les campagnes ouvertes et fertiles. Elle
n’hésite pas à s’établir en ville où elle fréquente surtout les grands monuments, les toits ainsi que les parcs et
les avenues plantées d’arbres.
ALIMENTATION
La pie se nourrit aussi bien d’aliments d’origine animale (60%) que végétale (40%). Insectivore pendant le
printemps et l’été, elle cherche surtout des proies aux couleurs vives et métalliques (coléoptères, lépidoptères,
larves…). Elle se nourrit surtout de baies, céréales, fruits, graines le reste de l’année. À l’occasion, elle peut
manger des petits rongeurs, escargots, limaces, araignées, et de temps à autre des œufs et des poussins.
REPRODUCTION
Le nid, très caractéristique et souvent très visible, est généralement installé à la cime d’un arbre élevé ou dans
un buisson d’épines à 2 ou 3 mètres. Construit par le couple, ce nid volumineux est fait de branchettes dont la
coupe est garnie de radicelles, de fibres végétales et de boue. Il est surmonté par un dôme de rameaux secs
muni d’un ou deux orifices latéraux pour y entrer. La femelle pond, entre mars et la mi-juin, 5 à 7 œufs qu’elle
couve seule pendant 17 à 18 jours. Les poussins sont nus à la naissance. Ils sont nidicoles et restent presque
un mois au nid.
CARACTÉRISTIQUE(S)
La pie est une espèce sédentaire. Seuls les jeunes réalisent des déplacements et toujours sur de courtes
distances (moins de 100 km).
La pie est très loquace, d’où son nom, et a un vocabulaire très étendu : elle imite des bruits insolites, et même
la voix de l’homme. On dit qu’elle « jacasse » lorsqu’elle émet des séries de cris rauques.
13
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Bécasse des bois
NOM SCIENTIFIQUE : Scolpax rusticola.
CLASSIFICATION : Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE : Toute l’année en Europe.
Crédit photo : Ronald Slabke (source wikipedia)
DESCRIPTION
Taille : 27 cm -Poids : 310 g
La bécasse se caractérise par ses teintes couleur de feuilles mortes, son long bec et sa voix. Ses grands yeux
noirs situés presque au sommet de sa tête lui offrent un large champ de vision.
Les jeunes ont un plumage plus lâche, moins contrasté et plus roussâtre que les adultes, avec un bec
relativement petit.
MILIEU DE VIE
La bécasse fréquente les massifs forestiers aux sols frais et humides dont le sous-bois présente une
végétation basse. En automne-hiver, elle occupe les haies épaisses, les landes et les marais boisés.
ALIMENTATION
Elle consomme surtout des invertébrés de la faune du sol (vers, coléoptères, grillons, myriapodes, cloportes,
araignées, forficules…), auxquels elle ajoute des végétaux comme des petites graines et des baies.
REPRODUCTION
Le nid, moulé par la poitrine de l’oiseau, est installé au sol, dans un petit creux garni simplement de feuilles
mortes et parfois de quelques herbes sèches. Il est plus ou moins dissimulé dans les broussailles, au pied
d’un arbre, un tas de bois, dans un quartier peu fréquenté.
L’oiseau fait 2 couvées, dès la mi-mars à avril, puis en juin-juillet. La femelle pond 4 œufs en moyenne, au
fond crème ou blanchâtre moucheté de brun roux et maculé de gris clair. Elle les couve 21 à 23 jours, et les
poussins quittent le nid au bout de quelques heures.
CARACTÉRISTIQUE(S)
Silencieuse en dehors de la période de reproduction, les manifestations acoustiques de parade sont
effectuées en vol. La bécasse s’envole avec un bruissement et son vol est rapide. La femelle peut voler sur de
courtes distances en portant ses petits entre ses pattes.
La bécasse est un oiseau migrateur. Certains individus hivernent chez nous, les autres partent fin septembre
vers le Sud jusqu’en Afrique du Nord.
14
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Bec-Croisé des sapins
NOM SCIENTIFIQUE : Loxia curvirostra.
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE : dans toute l’Europe.
Crédit photo : pixabay-public domain
DESCRIPTION
Taille : 16 cm - Poids : 35 g
Le bec croisé se caractérise par la forme particulière de son bec, parfaitement adapté pour décortiquer les
cônes de résineux (dont il est particulièrement friand) grâce à la paire de pinces formée par ses fortes
mandibules recourbées et croisées. Plus gros et plus trapu qu’un moineau, on le reconnaît aussi à son allure
de perroquet et sa queue fourchue. Le mâle a un plumage rouge vif à rouge orangé selon l’âge, taché de brun
sur le dos, sauf sur le croupion, et grisâtre dessous. Les ailes et la queue sont brun sombre. La femelle est
brun olive à verdâtre, avec le dessous et le croupion jaunâtres. Les jeunes sont rayés de brun sur la tête, le
dos et la poitrine.
MILIEU DE VIE
Compte tenu de son régime alimentaire très spécialisé, le bec-croisé des sapins est l’hôte des forêts de
conifères, surtout d’épicéas, mais aussi de mélèzes, sapins, cèdres et pins… On le trouve principalement en
montagne, occasionnellement en plaine dans les plantations de résineux à la suite d’invasions dont ces
oiseaux nomades sont coutumiers.
ALIMENTATION
Presque exclusivement des graines de conifères, à l’occasion des graines de fruits, pépins, semences,
insectes…
REPRODUCTION
Installé à hauteur variable, souvent très haut (20 à 30 m), le nid est placé contre le tronc ou sur une branche
latérale, bien abrité par un rameau touffu qui le recouvre. Il est construit par la femelle et comprend une
structure de base bien amarrée au support et faite de brindilles de conifères, d’herbes, de mousse, de lichen,
de crins…constituant des parois épaisses et solides. La coupe interne est tapissée de fins brins d’herbe,
radicelles, crin, poils, plumes…
Bien que pouvant nicher toute l’année, le bec-croisé des sapins fait habituellement 2 pontes, en mars puis en
avril ou février, en janvier ou mai. La ponte se compose de 3 ou 4 œufs blanc bleuâtre tachetés de pourpre et
de gris violacé. Ils sont couvés 14 à 16 jours par la femelle. Les petits sont couverts de duvet gris sombre en
sortant de l’œuf, et restent au nid pendant 14 à 16 jours.
CARACTÉRISTIQUE(S)
Sédentaire ou migrateur, c’est un éternel nomade : des bandes de becs-croisés des sapins venus de Sibérie
envahissent certaines années notre pays en juin-juillet.
Chez les jeunes, le croisement des mandibules apparaît vers 21 jours ; ils restent longtemps dépendants des
adultes.
15
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Bruant jaune
NOM SCIENTIFIQUE : Emberiza citrinella
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE
toute l’année dans la majorité de l’Europe.
Crédit Photo : Andreas Trepte, www.photo-natur.de
DESCRIPTION
Taille : environ 16 cm - Poids : environ 27g
Le mâle à la tête jaune vif rayé de brun verdâtre, le dessous du corps jaune, les flancs roux, le dessus brun
noisette rayé de sombre et le croupion roussâtre. Des plumes blanches sous sa queue sont visibles pendant
le vol. La femelle est un peu plus terne, sa tête est nettement moins jaune, le dessus du corps est plus rayé.
MILIEU DE VIE
Il fréquente les lisières des bois, les clairières, les coupes broussailleuses, les haies, les friches boisées,
généralement non loin des cultures bordées de buissons.
ALIMENTATION
Granivore, le bruant jaune consomme surtout les graines de céréales, de graminées et de renouées.
Il y ajoute au printemps et en été des insectes (coléoptères, lépidoptères, orthoptères), ainsi que des
araignées, des vers, des pousses, des feuilles et des baies.
REPRODUCTION
Le nid est camouflé dans la végétation d’un talus, d’un fossé ou sous un buisson, toujours à faible hauteur,
même directement sur le sol.
La femelle construit un soubassement d’herbes, de tiges et de feuilles sèches, de radicelles et de mousse, sur
lequel elle édifie une coupe de matériaux plus fins qu’elle garnit de crins. Elle y dépose entre la mi-avril et août
3 à 5 œufs blanchâtres ou roses violacés, tachés de brun rougeâtre. 2 ou 3 couvées ont lieu chaque saison.
La couvaison prend 11 à 14 jours. Les poussins ont un long et abondant duvet gris et sont nidicoles : ils
restent dans le nid entre 9 et 14 jours, et peuvent se reproduire à un an.
CARACTÉRISTIQUE(S)
Le bruant jaune est le plus souvent sédentaire, mais il peut cependant migrer vers le sud de l’Europe, surtout
en réaction de fuite lors des vagues de froid.
16
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Canard Sarcelle d’hiver
NOM SCIENTIFIQUE : Anas crecca
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
Sarcelle femelle
ZONE GÉOGRAPHIQUE
Présent toute l’année en France, dans les iles Britanniques et en
Europe Centrale. On le retrouve en été en Europe du Nord et
Europe de l’Ouest, et en hiver dans le sud de l’Europe jusqu’en
Afrique du Nord.
Crédit photo : Isaka Yoji (source : wikipédia)
Sarcelle mâle
DESCRIPTION
Taille : environ 36 cm - Poids : 250 à 400 g
Le mâle a la tête brun-roux, un large sourcil vert souligné de blanc et la poitrine claire ponctuée de noir. Son
bec et ses pattes sont gris-noir, ses ailes sont sombres et il est taché de jaune à l’arrière train. La femelle
ressemble à une femelle colvert, mais elle possède comme le mâle un « miroir » situé sur le dessus de l’aile,
qui correspond à une tache de couleur verte pour le canard sarcelle.
MILIEU DE VIE
La sarcelle d’hiver préfère ordinairement les eaux douces et fréquente les petits plans d’eau, les étangs, les
marais et les tourbières.
ALIMENTATION
Graines de plantes aquatiques, petits mollusques, vers et larves d’insectes.
REPRODUCTION
La sarcelle niche dans la végétation d’une prairie ou d’une lande, plus ou moins loin de l’eau et sur terrain sec.
Le nid est fait par la femelle dans une touffe de bruyère ou dans les broussailles. Elle utilise des herbes
sèches et du duvet. La ponte est effectuée de fin avril à mai et comporte 8 à 10 œufs jaunes pâles, couvés 21
à 23 jours par la femelle. Les poussins quittent le nid et peuvent voler après 3 mois.
CARACTÉRISTIQUE(S)
C’est le plus petit des canards d’Europe.
Le bec permet au canard de filtrer l’eau afin de retenir la nourriture qu’elle contient. Les ailes sont
vigoureuses, ce qui permet au canard sarcelle un vol rapide, généralement bas. Les pattes sont palmées, ce
qui permet : sur terre, de ne pas s’enfoncer dans la vase ; dans l’eau, de se mouvoir et de plonger. Le canard
sarcelle ne plonge que la moitié de son corps.
17
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Chevalier Gambette
NOM SCIENTIFIQUE : Tringa totanus
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE
On rencontre le chevalier gambette le long de littoraux d’Europe. Il peut
migrer en été jusque dans les terres d’Europe du Nord et Europe de
l’Est. L’hiver, la migration s’effectue vers les littoraux du Sud de
l’Europe, et du Nord de l’Afrique.
Crédit photo : Frank Vassen (source wikipédia)
DESCRIPTION
Taille : 28 cm - Poids : 110 à 130g
Ses pattes et la base de son bec sont rouges. Son plumage est gris-brun marqué de sombre. On le
caractérise aussi par la large bande blanche à l’arrière de l’aile visible en vol, ainsi que par son croupion
blanc. Les jeunes ont des tâches roussâtres sur le dos.
MILIEU DE VIE
Il fréquente aussi bien les eaux douces que salées : lagunes, lacs, étangs, champs inondés, grèves des cours
d’eau, vasières des estuaires… comme les marais herbeux et les prairies.
ALIMENTATION
Le chevalier gambette se nourrit en milieu marin de vers néréides, de petits crustacés (amphipodes) et de
mollusques, tandis qu’au bord des eaux douces les proies les plus fréquentes sont les insectes ; s’y ajoutent
des lombrics, des mollusques terrestres et aquatiques, des crustacés et plus rarement des petits poissons.
REPRODUCTION
Le chevalier gambette s’installe dans les prés salés à proximité des vasières maritimes, dans les pâtures
humides, les zones tourbeuses. Le nid ébauché par le mâle (dépression dans le sol) est dissimulé parmi les
herbes. La femelle le termine en y amassant une litière de tiges sèches. Elle y dépose entre fin mars et juin 4
œufs beige grisâtre à verdâtre, maculés de brun sombre, que le mâle et la femelle couvent durant 22 à 29
jours. Les poussins sont nidifuges et aptes au vol après 25 à 35 jours.
CARACTÉRISTIQUE(S)
Le chevalier gambette est sédentaire, surtout dans les îles Britanniques. Il peut-être migrateur partiel ou au
long cours selon les populations. Certains gambettes quittent l’Europe entre juillet et octobre pour hiverner le
long des côtes atlantiques du nord-ouest de l’Afrique jusqu’en Guinée. Ils reviennent entre mars et mi-mai.
18
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Coucou Gris
NOM SCIENTIFIQUE : Cuculus canorus.
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE
Dans toute l’Europe, jusqu’au Nord de l’Afrique.
Crédit photo : Steve Garvie par Flickr
DESCRIPTION
Taille : 32 cm - Poids : 110 g
Son plumage revêt 2 formes : l’une grise, l’autre rousse, plus rare, mais plus souvent chez les femelles. Les
jeunes ont le dessus soit brun foncé barré de roux avec une tache blanche sur la nuque, soit gris cendré ou
gris brun. L’iris est brun jaunâtre chez le jeune et devient orangé chez l’adulte.
MILIEU DE VIE
Commun et répandu partout, y compris en montagne, on le rencontre dans les bois et les massifs forestiers,
les bosquets, les parcs et les vergers, les marais, les landes maritimes… soit tous les lieux où vivent les
espèces qu’il parasite.
ALIMENTATION
Le coucou se nourrit uniquement d’insectes et principalement de chenilles et de papillons diurnes et
nocturnes.
C’est le seul oiseau à pouvoir se nourrir de chenilles urticantes car son estomac est recouvert d’une peau qui,
après desquamation, forme une pelote qui est régurgitée.
Les poussins ont la même nourriture que les espèces parasitées.
REPRODUCTION
Parmi les espèces les plus fréquemment parasitées chez nous, citons l’accenteur mouchet, le rouge-gorge, le
troglodyte, les rousserolles, la fauvette grisette, les bergeronnettes, les pipits… Les 8 à 12 œufs, pondus
en 2 périodes de la mi-mai à début juillet, sont déposés à raison d’un par nid, l’oiseau retirant généralement un
des œufs de ce dernier. Ils sont de couleur très variable, ressemblant souvent à ceux de l’espèce parasitée,
parfois pas du tout.
La période d’incubation est légèrement moins longue et l’œuf est pondu généralement avant le début de la
couvaison. Le jeune coucou naît donc plus tôt et évacue alors les autres œufs (ou oisillons déjà nés), restant
seul à profiter de la nourriture apportée par ses parents adoptifs. Il reste environ 3 semaines au nid, mais
continue à être nourri encore 2 semaines hors de celui-ci.
CARACTÉRISTIQUE(S)
Le chant du mâle est le célèbre « cou-cou » qui est accompagné d’un balancement de la tête du haut vers le
bas. La femelle émet un rire sonore et une sorte de gargouillement.
C’est un oiseau migrateur : les adultes partent dès juillet-août, les jeunes en août-septembre, pour leurs
quartiers d’hiver dans le Sud-Est africain. Le retour s’effectue en avril.
19
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Effraie des clochers
Nom scientifique : Tyto alba
Autres noms : Chouette effraie, Dame blanche
Classification
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
dans toute la France et dans toute l’Europe.
Crédit photo : Peter Trimming (source wikipédia)
Description
Elle mesure 33 à 35 centimètres et pèse 265 à 310 grammes. Le corps est assez svelte. La tête est grosse
avec un disque facial blanc en forme de cœur. Les yeux sont noirs. Les pattes et les ailes sont longues. Le
dos est roux doré avec des pointillés de gris et le ventre est entièrement blanc. La femelle a un plumage plus
clair que le mâle.
Milieu de vie
Bocage, culture avec bosquets et village (habitat humain).
Alimentation
Petits rongeurs notamment le campagnol, batraciens et insectes.
Reproduction
De mars-avril à juin-juillet. Elle a 2 nichées composées de 4 à 7 œufs que la femelle couve seule pendant 30 à
34 jours. A 85 jours, les jeunes volent librement. Le nid, un tas de terre avec de la paille, est fabriqué dans un
bâtiment ou dans un trou d’arbre.
Caractéristiques
Elle vit environ 2 ans. C’est un rapace qui est exclusivement nocturne. Elle abaisse souvent la tête et la
balance d’avant en arrière de façon caractéristique. Elle vole très souvent sur place, avec les pattes
pendantes. Elle produit des pelotes de réjection composées de poils et des restes de ces repas comme les os
des micromammifères et les plumes des oiseaux.
Attention, cet animal est une espèce protégée !
20
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Épervier d'Europe
Nom scientifique : Accipiter nisus
Classification
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
dans toute la France et dans toute l’Europe.
Crédit photo : Accnis par Pierre Dalous — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons
Description
Il mesure de 31 à 38 centimètres et pèse 110 à 280 grammes. C’est un petit rapace avec
les pattes jaunes et une longue queue. Les ailes sont larges et arrondies. Le plumage est
épais ce qui rend le vol silencieux. Le mâle est très petit et uniformément gris bleuté
ardoise dessus, la tête barrée par un sourcil blanc. Dessous, il est blanchâtre fortement
barré de brun-roux à roux-orangé. La femelle, plus grande, a le dos brun-gris et le ventre
blanchâtre barré de brun-foncé ou strié de brun-gris.
Milieu de vie
Bois, forêts, bosquets, grands parcs et prés des habitations. Il est présent aussi bien en
plaine qu’en montagne et au bord de mer. Le nid est fabriqué dans un arbre entre 6 et 12
mètres de hauteur, à proximité de son lieu de chasse. Il niche chaque année sur le même
site.
Alimentation
Petits oiseaux (passereaux) et rongeurs. Il vole prés du sol pour surprendre ses proies.
Reproduction
De mi-mars à mai. Il a une ponte composée de 4 ou 5 jeunes que la femelle couve et que
le mâle nourrit.
Les jeunes naissent avec un duvet blanc et s’envolent à 4 semaines mais sont encore
nourris prés du nid pendant 1 mois.
Caractéristiques
Il est diurne, solitaire et silencieux. Le vol se caractérise par l’alternance de vols rapides et
de vols longs glissés. Les ailes sont à demi-repliées. Ces ennemis sont les autres
rapaces, les corneilles et les martres. Il vit environ 16 ans.
21
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Courlis Cendré
NOM SCIENTIFIQUE : Numenius arquata.
CLASSIFICATION
Archosaures - Module X de salle de l'arbre du vivant.
ZONE GÉOGRAPHIQUE
Toute l’année dans les îles Britanniques et sur les côtes d’Europe du Nord, il
apparait plus au Sud en hiver et colonise l’Europe de l’Est, jusqu’en Russie
en été.
Crédit photo : père Igor, http://commons.wikimedia.org/wiki/
DESCRIPTION
Taille : 50-60 cm
Poids : Femelle : 675 à 950 g ; Mâle : 575 à 800 g
Le mâle et la femelle sont semblables. Leur plumage est gris-brun marqué de blanc, de noir et de roux, avec
le croupion blanc. Il possède de longues pattes gris-verdâtre et son bec long et recourbé vers le bas, est brunfoncé, rose pâle en dessous. Son bec très caractéristique est un outil parfaitement adapté à son mode
d’alimentation : l’oiseau sonde la vase pour détecter les mouvements des invertébrés à l’aide de l’extrémité
sensible de ses mandibules. Il picore également à la surface, des mollusques, des vers…
MILIEU DE VIE
C’est l’hôte des marais, des tourbières de plaine ou de montagne, des landes sèches ou humides et des
prairies.
ALIMENTATION
Petits mollusques et crustacés, vers, algues sur les côtes ; insectes et larves, mollusques, vers, graines et
céréales ailleurs.
REPRODUCTION
Nichant parfois en colonies lâches, le courlis cendré place son nid à terre, dans les hautes herbes d’une
prairie ou parmi les bruyères rases d’une lande, voire dans les cultures. Il est très fidèle au site choisi. Son nid
est simple creux au sol garni de quelques herbes sèches au cours de la couvaison. La ponte a lieu de mi-mars
à début mai et se compose en moyenne de 4 œufs vert olive à brun olive taché de brun et de gris. Ils sont
couvés 27 à 29 jours, surtout par la femelle. Les poussins sont nidifuges et volent vers 5-6 semaines.
CARACTÉRISTIQUE(S)
Migrateurs, les courlis cendrés hivernent le long de l’océan, de la France à la Mauritanie, et même jusqu’en
Afrique australe. Les mouvements se font d’août à novembre et de mars à mai.
22
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Crocodile
Nom scientifique : Crocodylus sp.
Classification
Archosaures - module X de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Régions tropicales et subtropicales plus précisément en Afrique,
Amérique, Australie et Asie.
Crédit photo : pixabay - domain public
Description
Sa peau est épaisse, elle est protégée par des écailles. Dents coniques, renouvelées tous les deux ans,
servant à la perforation et la rétention des proies. Leurs yeux et leurs narines sont situés au-dessus de la tête
afin de voir et de respirer au-dessus du niveau de l’eau lorsque leur corps est immergé.
Il possède trois paupières au dessus de l'œil. Il a une bonne vue de nuit, mais il a une vision faible sous l'eau.
Durant la nage, l'œil du crocodile est recouvert par une paupière transparente, les narines sont fermées
hermétiquement par un muscle. L'oreille, située derrière l'œil, est protégée par une grosse écaille.
Milieu de vie
chauds, à proximité de l'eau
Alimentation
Oiseaux, Poissons, Grands mammifères tels que Buffles, Zèbres, Antilopes. Le crocodile noie ses victimes
pour les tuer, il avale les morceaux sans les mâcher. Les petits crocodiles mangent des batraciens et des
insectes.
Reproduction : Ovipare
La reproduction se fait toujours dans l'eau, la femelle pond ses œufs dans le sable et les recouvre de débris
végétaux. Elle ne couve pas les œufs mais reste à côté pour les protéger.
Caractéristique(s) : ce sont les reptiles les plus vieux de la Terre. Ils peuvent vivre jusqu'à 100 ans.
23
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Taupe d’Europe
Nom scientifique : Talpa europaea
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'Arbre du Vivant
Zone géographique
dans toute la France et en Europe.
Crédit photo : pixabay - domain public
Description
Elle mesure 11 à 16 centimètres et pèse 120 grammes. Le corps est cylindrique, la peau est épaisse de
couleur noire. Les griffes sont puissantes, le museau est rose et les mains sont transformées en pelle. La
queue est petite et tenue dressée. Les yeux sont très petits et cachés dans le pelage.
Milieu de vie
Commune dans les prairies, les champs et les forêts de feuillus. Elle est présente également dans les plaines
et les montagnes jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Elle vit dans des galeries qui s’enfoncent jusqu’à 50 à 100
mètres de profondeur, appelées des taupinières. En hiver, elle forme de grandes taupinières qui sont une
protection contre le froid.
Alimentation
Insectivore, elle consomme beaucoup de vers de terre, des larves de coléoptères, des mille-pattes et des
limaces.
Reproduction
De mai à juin, elle a une seule portée composée de 3 à 4 petits qui naissent nus et aveugles. La femelle
s’occupe seule des jeunes.
Caractéristiques
C’est un mammifère fouisseur qui est actif le jour et la nuit. Elle passe presque toute sa vie dans un réseau de
galeries creusées avec les pattes antérieures.
Les galeries jouent le rôle de piège dans lesquelles tombent les proies. Elle a un toucher très développé, le
museau perçoit le contact, la température. La vue est faible alors que l’ouïe est assez bonne. Elle est solitaire
sauf pendant la période de reproduction.
Elle vit au maximum 7 ans.
24
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Lièvre brun
Nom scientifique : Lepus europaeus
Classification
Amniotes – module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Il est présent dans toute la France et en Europe.
Crédit photo : Ansgar Walk – wikimédia commons
Description
Il mesure 50 à 70 centimètres et pèse 2 500 à 7 000 grammes (il est plus gros que le lapin).
Les oreilles sont très longues (environ 8 centimètres) avec les extrémités noires.
Les pattes sont grandes et puissantes et sont adaptées à la course jusqu’à 75 km/heure sur de courtes
distances.
Le pelage est brun et épais pour le protéger contre le froid. Celui d’été est un peu plus clair que celui d’hiver,
plus roussâtre.
Le dessus de la queue est noir.
Milieu de vie
Champs cultivés, prairies, bois, haies et montagne jusqu’à 2 000 mètres d’altitude.
Il vit dans des gîtes qui sont des zones où l’herbe est aplatie.
Alimentation
Herbivore.
Herbes, céréales, buissons et écorces.
Reproduction
De février jusqu’à octobre.
Il a 3 portées composées de 4 levrauts maximum qui sont nourris par la femelle uniquement.
À la naissance, les jeunes sont couverts de poils et ont les yeux ouverts. Ils peuvent se déplacer presque tout
de suite. À 15 mois environ, ils deviennent des adultes.
Caractéristiques
Le mâle est le bouquin et la femelle est la hase.
C’est un animal solitaire sauf en période de reproduction. C’est un mammifère qui est nocturne mais aussi très
actif à l’aube et au crépuscule. Il court très vite (atteint 60 km/heure) et peut faire de grands bonds (jusqu’à 3
mètres de longs) lorsqu’il est poursuivi. Il redresse la queue quand il court. Il nage également très bien. Il
ressemble au lapin de garenne. Il mue au printemps et en automne. Ces ennemis sont le renard, le chien, le
chat, la belette et les rapaces. Il vit environ 7 ans.
25
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Lapin de Garenne
Nom scientifique : Oryctolagus cuniculus
Classification
Amniotes – module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Il est présent dans toute la France et dans toute l’Europe.
Crédit photo : pixabay - domain public
Description
Il mesure 35 à 45 centimètres et pèse 1 200 à 2 500 grammes, il est plus petit que le Lièvre brun.
Le pelage est gris-brun dessus et plus pâle dessous. Il est épais pour permettre de résister au froid pendant
l’hiver.
Les pattes avant sont assez courtes et possèdent des griffes pour creuser son terrier.
Les pattes arrière sont adaptées pour le saut et les bonds.
Les oreilles sont longues et ont le bout noir.
La queue est brune dessus et blanche dessous.
Milieu de vie
Prairies et bocages jusqu’à 1400 mètres d’altitude.
Il vit dans un terrier complexe qui est creusé dans un talus.
Alimentation
Herbivore.
Herbes, feuilles, bulbes, racines et écorces en hiver.
Il mange 200 à 500 grammes de nourriture par jour.
Reproduction
De février jusqu’à août.
Il a 3 à 7 portées (par an) composées de 12 petits maximums appelés des lapereaux qui naissent nus et
aveugles. C’est la femelle qui nourrit les lapereaux.
Caractéristiques
C’est un mammifère qui se déplace par petits bonds.
Il vit en sociétés nombreuses.
En course, le lapin dresse la queue pour montrer sa tache blanche ce qui signale un danger au groupe. Il peut
courir jusqu’à 30 à 40 km/h.
Les crottes brun foncé du lapin lui permettent de marquer son territoire.
Il est essentiellement crépusculaire et nocturne mais peut être diurne s’il n’est pas dérangé par l’homme.
Ces ennemis sont le renard, le blaireau, la fouine, la belette, le putois, le sanglier, le chien et le chasseur.
Il vit 9 ans au maximum.
26
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Hermine
Nom scientifique : Mutela erminea
Classification
Amniotes – module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Elle est présente dans toute la France et dans toute l’Europe.
Source photo : wikipédia - domain public
Description
Elle mesure 16 à 31 centimètres et pèse 90 à 445 grammes.
Le corps est mince et allongé. La tête est petite.
Les pattes sont courtes et le dessous est couvert de poils pour rendre sa marche silencieuse. Elles portent
des griffes fines qui lui permettent de grimper aux arbres et de percer les œufs des oiseaux.
Le pelage est un camouflage pour se protéger des prédateurs. En été, il est brun dessus, blanc dessous et
l’extrémité de la queue est noire. En hiver, il est blanc à l’exception de l’extrémité de la queue qui reste noire.
Milieu de vie
Landes, marais, lisières de forêts, terrains cultivés, plaines et montagne jusqu’à 3 000 mètres d’altitude.
Elle vit dans un tronc creux, une crevasse de rocher ou un terrier.
Alimentation
Carnivore.
Rongeurs, lapins et oiseaux.
Les femelles chassent surtout les campagnols et les mâles chassent les lapereaux, les oiseaux et les petits
rongeurs.
Reproduction
D’avril jusqu’à mai.
Elle a 1 portée (par an) composée de 6 à 12 jeunes.
La femelle s’occupe seule des jeunes et leur apporte des proies.
Caractéristiques
C’est un mammifère qui est actif tout au long de la journée et de la nuit avec des périodes d’activité et de
repos qui alternent.
Elle est solitaire, sauf pendant la période de reproduction.
La vue, l’odorat et l’ouïe sont excellents.
Elle mue au printemps et en automne.
Elle ressemble à la belette et vit en moyenne 1 an et demi.
27
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Hérisson d'Europe
Nom scientifique : Erinaceus europaeus
Classification
Amniotes – module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
dans toute la France.
Crédit photo : pixabay – public domain
Description
Il mesure 20 à 30 centimètres et pèse 400 à 1 200 grammes.
Il possède environ 6 000 piquants qui sont érectiles de couleur brun-jaunâtre.
Le dessus est entièrement recouvert de piquants.
Le pelage de la face ventrale est uniformément brun-crème.
Milieu de vie
Bois de feuillus, haies, broussailles, parcs et prairies humides.
Il vit jusqu’à 2 000 mètres d’altitude en montagne.
Alimentation
Insectivore.
Vers de terre, limaces, coléoptères, lézards, grenouilles, œufs, oisillons, cadavres, végétaux et champignons.
Reproduction
De juin jusqu’à septembre.
Il a 1 à 2 portées (par an) composées de 4 à 6 jeunes que la mère nourrit en les allaitants.
Le nid est réalisé avec des feuilles, de l’herbe et des brindilles sous un abri ou une pile de débris de jardin.
Les jeunes naissent nus et les piquants mous et blancs apparaissent après.
Caractéristiques
C’est un mammifère qui est essentiellement nocturne et solitaire dans la nature.
Il se roule en boule lorsqu’il y a un danger et il a une allure hésitante en s’arrêtant souvent pour humer l’air.
Les piquants sont très efficaces contre les prédateurs.
Dans les jardins, il joue un rôle dans le contrôle des ravageurs.
Il hiberne d’octobre à avril dans des nids d’herbes sèches et de feuilles.
Il a une vue faible mais un odorat et une ouïe excellents.
Il a une vitesse de 3 m/ min avec des accélérations sur 30 à 40 mètres.
Il vit en moyenne 3 ans.
Attention, cet animal est une espèce protégée !
28
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Écureuil roux
Nom scientifique : Sciurus vulgaris
Classification
Amniotes – module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Il est présent dans toute la France et aussi dans une grande partie de
l’Europe (sauf en Corse et sur les îles de l’Atlantique).
Crédit photo : pixabay – public domain
Description
Il mesure 18 à 25 centimètres et pèse 200 à 480 grammes.
Le pelage estival est roux et le pelage hivernal est brun-foncé mais le dessous est toujours blanc.
En hiver, le bout des oreilles porte des longs pinceaux de poils.
La queue, longue et touffue, a plusieurs rôles : elle sert de balancier quand l’écureuil se déplace, de parachute
en ralentissant sa chute quand il bondit d’arbres en arbres, de bouée quand il nage et sert de parapluie quand
il pleut.
Il possède des moustaches.
Les pattes possèdent des doigts allongés qui sont munis de griffes. Celles à l’avant sont utilisées comme des
mains.
Milieu de vie
Bois, forêts de feuillus ou de résineux et parcs.
Il est présent jusqu’à 2 000 mètres d’altitude dans les Alpes et les Pyrénées.
Il vit dans un nid sphérique qui est construit au sommet des arbres. Il est fabriqué avec des branches feuillues
à l’intérieur, il est garni de mousses et d’herbes.
Alimentation
Rongeur.
Glands, rameaux, fleurs, noix, racines et céréales. Consomme parfois des insectes et des œufs d’oiseaux.
Il écorce les arbres, ronge l’aubier qui est riche en sève et cache des noix, des cônes de résineux, des glands
entre 2 et 5 centimètres de profondeur ou dans un trou d’arbre.
Reproduction
De janvier jusqu’à mars.
Il a 1 à 2 portées composées de 3 à 5 jeunes. Seule la femelle s’occupe des jeunes.
Caractéristiques
C’est un mammifère qui est diurne.
Il n’hiberne pas mais reste dans son nid lorsqu’il fait mauvais temps.
Il a une vue excellente et c’est un bon grimpeur et un bon nageur.
Il vit 6 à 7 ans au maximum.
29
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Blaireau européen
Nom scientifique : Meles meles
Classification
Amniotes – module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Il est présent dans toute la France.
On le retrouve de l'Europe occidentale jusqu'à l'est de l'Asie, toujours
au sud du cercle polaire.
Crédit photo : pixabay – public domain
Description
Il mesure 67 à 80 centimètres et pèse de 8 000 à 12 500 grammes.
Le dessus est gris, le dessous et les pattes sont noirs.
La silhouette est massive, les pattes et la queue sont courtes. Les pattes possèdent des griffes qui vont servir
à creuser la terre.
La petite tête est blanche avec une bande noire de chaque côté.
Le museau est allongé.
Milieu de vie
Champs, prairies, grands jardins et parcs.
Il vit dans un terrier qui se trouve dans les bois, les broussailles, les haies ou les carrières.
Les galeries du terrier font 10 à 20 mètres de long.
Alimentation
Omnivore.
Lombrics, insectes, nids de guêpes et d’abeilles, œufs, campagnols, taupes, cadavres (en hiver), lapins et
crapauds. Il consomme aussi des végétaux comme les bulbes, myrtilles, framboises, avoine, blé et maïs.
Il est carnivore au printemps et au début de l’été et végétarien à la fin de l’été et à l’automne.
C’est en automne qu’il passe le plus de temps à se nourrir.
Reproduction
De janvier jusqu’à mars.
Il a 1 portée composée de 2 à 4 jeunes.
Caractéristiques
C’est un mammifère qui est nocturne et crépusculaire.
Il peut courir jusqu’à 25 km/heure.
Il vit en clan composé de 5 à 8 adultes, en majorité des femelles pendant 10 à 12 ans en moyenne.
Pendant l’hiver, il reste au fond de son terrier mais il n’hiberne pas.
Son grand ennemi est le renard. Il essaye de s’installer dans le terrier du blaireau car il est trop paresseux
pour se creuser son propre abri.
30
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Hamster
Nom scientifique : Cricetus cricetus
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Afrique du Nord, Europe, Moyen-Orient, à l'Est de la Sibérie et
en Chine.
Crédit photo : pixabay – public domain
Description
Les pattes sont courtes et larges et lui servent à apporter la nourriture à la bouche. Sa queue est épaisse et
courte.
Les oreilles, petites et velues, sont protégées par la fourrure en cas de frottement contre les parois.
Il possède 16 dents, les incisives sont grande, courbées et tranchantes. Le hamster a des poches extensibles
à l'intérieur des joues : abajoues.
Ses moustaches lui servent comme organe de touché, elles sont très développées.
Taille et couleur du pelage variable selon les espèces.
Milieux de vie
C'est un animal nocturne, il vit dans les terriers dans les endroits chauds par exemple le désert, steppes,
champs, zones rocheuses.
Alimentation
Ce sont des granivores et des omnivores.
Il mange des fruits, légumes, tiges, feuilles ou racines et des carottes.
Reproduction
Reproduction possible à partir de 1 mois et demi pour les femelles et de 2 mois pour les mâles. Durée de la
gestation : 15 à 18 jours.
Après la naissance des petits, le mâle doit être éloigné des petits car il peut les dévorés.
Période de reproduction : Avril à Août.
Caractéristique(s)
Les hamsters sont des animaux nocturnes, ils vivent la nuit. Leurs abajoues leur servent à emmagasiner de la
nourriture.
31
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Chauve-souris
Nom scientifique : Chiroptera sp.
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'arbre du
vivant.
Zone géographique
Régions chaudes d'Asie, d'Afrique et d'Australie.
Source photo : wikipédia - domain public (Corynorhinus townsendii)
Description
Les chauves-souris ont le corps recouvert de poils. Les ailes sont formées par des plis de
l'épiderme soutenant les os. Elles ont 4 pattes possédant 5 doigts chacune.
Grandes oreilles, les pavillons sont presque transparents, leurs yeux sont minuscules mais
elles ont une très bonne vue.
Milieu de vie
Les chauves-souris vivent dans les creux des arbres, les grottes, les greniers, et les
bâtiments abandonnés.
Alimentation
Insectivore
Elles mangent des petits insectes.
Les chauves-souris localisent leurs proies par écholocation (émettent des ondes sonores
pour repérer les objets qui sont sur leurs chemins). Elles peuvent consommer jusqu'à un
tiers de leurs poids par jour.
Reproduction
La portée est d'un ou deux petits, rarement plus. L'accouplement a lieu en automne.
L'ovulation a lieu quand les femelles sortent de l'hibernation au printemps.
Caractéristique(s)
Les chauves-souris ne sont pas des oiseaux, ce sont des mammifères qui volent. Elles se
déplacent par le principe du radar car elles voient très mal.
Elles volent la bouche ouverte pour pouvoir attraper les insectes.
Elles dorment la tête en bas.
Attention, cet animal est une espèce protégée !
32
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Rat des moissons
Nom scientifique : Micromys sp.
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Asie, Europe et Amérique. Notamment au Brésil, au Sud de
l'Angleterre et au Japon
crédit photo : Zwergmaus (Micromys minutus), fotografiert 9/2005 von Hendrik Osadnik (source wikipédia)
Description
Ils sont de petites tailles. Il change de couleur selon la saison. Le corps et la queue préhensile (qui a la faculté
de saisir) sont à peu près de la même taille.
Couleur : brun rougeâtre et blanc au-dessous, en hiver leur couleur est plus foncée.
Milieu de vie
Ils sont actifs aussi bien la nuit que le jour. Ils vivent dans de grandes herbes ou dans les blés, les haies, les
ronciers.
Alimentation : granivore et frugivore.
Graines, insectes (papillon, sauterelle...), nectar, fruits.
Reproduction
L'accouplement a lieu entre mai et octobre. La femelle est très agressive avant l'accouplement. La gestation
dure trois semaines. Les petits atteignent leur maturité sexuelle en un mois.
Caractéristique(s)
La queue préhensile est comme une cinquième patte pour eux. Le rat des moissons est le plus petit rongeur
d'Europe.
33
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Souris
Nom scientifique : Mus musculus
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
Les souris vivent dans à peu près tous les pays.
crédit photo : Roger McLassus (source wikipédia)
Description
La souris a des couleurs très variées.
Elle possède un long museau, ses oreilles sont plutôt larges et petites.
Sa queue est de la même longueur que son corps.
Elle a souvent les yeux noirs.
Milieu de vie
La souris vit dans tous les milieux fréquentés par l'homme. Elle vie dans un terrier quand elle est en pleine
nature. On l'a trouve aussi dans les champs, prés, boisés.
Alimentation
plutôt omnivore.
Quand elles sont apprivoisées, les souris mangent des fruits, légumes, granulés et du fromage et parfois
même du papier…
Dans la nature, elles mangent aussi des racines, graines, tiges et des feuilles.
Reproduction
Les souris se reproduisent toute l'année. La durée de gestation est entre 19 et 21 jours. Elles peuvent avoir 6
à 12 bébés par portée.
Caractéristique(s)
Très grande activité surtout durant la nuit. Les souriceaux naissent sourds et aveugles.
34
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Kangourou
Nom scientifique : Macropus sp.
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
On trouve les kangourous dans les régions orientales de l'Australie, en
Tasmanie et en Nouvelle-Guinée.
Crédit photo : pixabay – public domain
Description
Ses couleurs varient en fonction de l'espèce.
Il a de forts membres postérieurs et une queue qui lui sert de balancier. Ses oreilles sont mobiles.
Il possède des membres antérieurs courts à cinq doigts alors que ses pattes postérieures ont quatre orteils.
Sa dentition n'est constituée que d'incisives et de molaires. Leur taille peut dépasser les deux mètres.
Milieu de vie
Il vit en troupeaux dans les plaines, les forêts et dans les zones montagneuses.
Alimentation
Herbivore, il se nourrit de feuilles, de pousses d'arbre et d'herbes.
Reproduction
La femelle a un seul petit par an. La gestation dure entre 29 et 38 jours . La mère porte le petit dans sa poche
dite marsupial, il n'en ressort que 8 mois plus tard. Après ces 8 mois, le petit profite de la poche pour se faire
transporter.
Caractéristique(s)
C'est un animal nocturne.
35
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Anguille
Nom scientifique : Anguilla anguilla
Classification
Actinoptérygiens - module XI de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
On la trouve dans nos cours d'eau (France), en Atlantique, en
mer du Nord, ainsi qu'en Méditerranée.
Crédit photo : Ron Offermans (source wikipedia image)
Description
Elle fait penser à un serpent du fait de sa longue taille.
Son corps allongé est recouvert d'une peau épaisse renfermant des écailles. Sa mâchoire
est doté de nombreuses et petites dents. Elle a un très bon odorat. Elle possède une
nageoire caudale, annale et dorsale mais n'est pas dotée de nageoire pelvienne.
Milieu de vie
Elle vit dans l'eau à l'abri de la lumière. On la trouve dans les rochers, à proximité d'un
fond vaseux. Elle vit aussi bien dans les remous que dans les eaux calmes.
Alimentation
L'anguille se nourrit de crustacés, mollusques, insectes, vers, écrevisses, grenouilles. Elle
se nourrit aussi bien de poissons vivants que morts.
Reproduction
La reproduction a lieu au printemps. La ponte se fait dans des eaux de 16 à 17°. Les
petites « aiguillettes » migrent toutes seules. Elles n'ont pas besoin des parents pour vivre.
Caractéristique(s)
Elle a la capacité à se déplacer hors de l'eau durant les périodes humides et pendant la
nuit.
36
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Phoque
Crédit photo : OT Cayeux-sur-Mer
http://www.flickr.com/photos/cayeux-sur-mer/
Nom scientifique : Hydrurga leptonyx
Classification
Amniotes - module VIII de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
On le rencontre dans les eaux de l'Antarctique. Sa présence est maximale au niveau des
pôles, cependant on peut en trouver dans les zones tempérées.
Description
Il a une ouïe très sensible. Il possède des moustaches
Ses yeux possèdent une pupille capable de se dilater en fonction de la luminosité, comme
les chats. Au dessus de ses yeux, il y a 3 sourcils.
Il possède deux narines capables de se fermer durant la plongée pour éviter la noyade.
Son museau lui permet de détecter des proies.
Ses membres antérieurs sont munis de griffes pour pouvoir monter sur les rochers ou bien
sur la banquise. Ses membres postérieurs ne se plient pas.
Milieu de vie
Il vit dans les milieux marins froids, sur la banquise, les rochers.
Alimentation
Piscivore, il se nourrit de poissons, crustacés et de mollusques. Parfois il peut s'attaquer à
d'autres phoques, des manchots ou bien encore aux dauphins. Il chasse souvent dans
l'obscurité.
Reproduction
Gestation de 9 mois environ. Les phoques mâles n'élèvent pas les petits. Les femelles
s'accouplent très peu de temps après la naissance. Au moment de la reproduction, leur
comportement change considérablement.
Caractéristique(s)
Il est aussi appelé le léopard des mers.
37
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Baliste
Nom scientifique : Baliste capriscus
Classification : Actinoptérygiens - Module XI de la salle de
l'arbre du vivant.
Crédit photo : Max Ryazanov (source wikipédia)
Zone géographique
Originaire des côtes nord-américaines, il est présent en Méditerranée, en Atlantique Est de
l'Irlande jusqu'en Angola, en Atlantique Ouest de la Nouvelle-Écosse (Canada), des
Bermudes en Argentine. Il est possible d'en rencontrer en Manche et en Mer du Nord.
Description
Le Baliste en forme d'ovale aplatie est de couleur gris-vert, sa couleur change suivant les
espèces, l'âge et l'état de l'animal. Sa peau est couverte de grandes écailles rugueuses.
Il possède une ou deux nageoires dorsales : une possède 1 à 3 épines et l'autre, lui
permet de nager. Il a également une nageoire caudale, deux nageoires pectorales
(servant à l'orientation dans la nage), une nageoire anale et deux nageoires pelviennes
(ou ventrales).
Sa bouche est de petite taille avec de grosses lèvres avec au total 32 dents qui lui servent
à déchiqueter la nourriture. Les yeux sont placés très haut.
Milieu de vie
Dans les mers chaudes, il vit prés des côtes rocheuses entre 5 et 30 mètres de
profondeur, près des épaves, ainsi que dans les récifs. Il peut aller jusqu'à 100 mètres de
profondeur.
Alimentation
Mollusques (moules), Crustacés (Balanes, crabes...), Coquillages, Oursins,
Reproduction
Ovipare
La femelle creuse un trou dans le fond sableux pour déposer ses œufs, elle les ventile. Le
mâle, lui, protège le nid jusqu'à éclosion.
Ils se reproduisent de juin à août.
Caractéristique(s)
C'est un carnassier.
38
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Tortue des marais
Nom scientifique : Emys orbicularis
Autres noms
Cistude, Cistude d'Europe, ou Tortue de Brenne.
Classification
Sauropside – module IX de la salle de l'arbre du vivant.
Crédit photo : wikipédia – public domain
Zone géographique
Elle est présente au sud-ouest de la France.
Description
La carapace est de couleur brun-sombre, mesure 20 à 30 centimètres de longueur. Elle est plate et arrondie,
en forme de galet. Chaque écaille présente une bordure noire ou jaune.
La peau du cou et des membres est très fine avec de très petites écailles.
La queue est longue et fine, les orteils sont palmés.
Elle a des points jaunes sur le cou, sur la carapace et parfois sur les pattes.
Milieu de vie
Les eaux douces stagnantes ou lentes à végétation abondante et avec des branches surplombantes.
Elle vit dans les étangs, les marais et les lacs.
Alimentation
Carnivore.
Poissons, amphibiens, insectes, charognes et végétaux.
Reproduction
La ponte a lieu au printemps, à la tombée de la nuit, dans des milieux ouverts et secs, en lisière de forêt, dans
des pelouses sèches et à une grande distance d’un plan d’eau.
Elle pond 10 œufs au maximum qui éclosent après 2 à 4 mois ou l’été suivant.
Les jeunes ont une vie aquatique.
Caractéristiques
C’est un reptile qui est essentiellement diurne.
On appelle cet animal « tortue boueuse » pour sa manière de se dissimuler dans les fonds vaseux.
C’est la tortue qui supporte les eaux les plus froides.
Elle est principalement aquatique mais doit sortir de l’eau pour respirer et pour maintenir sa température
corporelle.
A l’automne, elle s’enfouit dans la vase qui la protège du gel et elle redevient active au printemps.
Elle est très discrète, on la voit rarement et elle plonge aux moindres bruits.
Elle est menacée d’extinction et vit de 10 à 20 ans environ.
39
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Orvet
Crédit photo : pixabay – public domain
Nom scientifique : Anguis fragilis
Classification
Sauropsidés - module IX de la salle de l'arbre du vivant.
Zone géographique
On le rencontre de l'Europe à la Russie. Il est aussi présent dans quelques pays du sud comme l'Iran, la
Turquie, ou bien encore l'Algérie.
Description
Ce n'est ni un ver ni un serpent, c'est un lézard mais sans pattes.
Son corps est long et est recouvert d'écailles lisses, il ne possède pas de pattes, il rampe pour se déplacer. Le
corps femelle est plus long que le corps mâle. Son ventre est de couleur noir, il a également une ligne
vertébral noir.
L'orvet possède un petit œil, recouvert par des paupières mobiles.
Milieu de vie
On peut le trouver dans des endroits ombragés et humides, dans les bois, les prairies, en bordure de chemins,
ou encore sous les pierres et feuilles mortes.
Alimentation
Carnivore
Il mange des mollusques, cloportes, limaces, escargots, vers de terre, petits insectes, jeunes lézards et
araignées.
Reproduction
ovovivipare. La reproduction n'a lieu que tous les deux ans.
L'orvet s'accouple en sortant d'hibernation (d'avril à juin), la femelle fait des œufs sans coquilles, les œufs
éclosent à l'intérieur de son corps, les bébés naissent en août ou septembre.
Caractéristique(s)
L'orvet n'arrive pas à réguler la température interne de son corps.
Il est capable d'abandonner sa queue en cas d'attaque, elle repoussera mais sera plus courte qu'à l'origine.
40
© conception muséum Henri-Lecoq - Service des publics - 2015 - Clermont-Ferrand
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire