LES MUTATIONS CHEZ LES BECS CROCHUS

publicité
LES MUTATIONS CHEZ LES BECS CROCHUS
Le mâle ZZ
La femelle ZW
Les mutations se transmettent essentiellement
par trois modes différents :
-
mutation d'hérédité récessive
-
mutation d'hérédité liée au sexe
-
mutation d'hérédité dominante
Les
-
mutations se transmettent essentiellement par trois modes différents qui sont :
mutation d'hérédité récessive
mutation d'hérédité liée au sexe
mutation d'hérédité dominante
Mutation d’hérédité récessive:
sauvage
sauvage
porteur
*
*
*
porteur
_______
porteur
sauvage
mutant
*
*
mutant
*
mutant
_______
_______
sauvage
100% sauvages
50% sauvages
50% porteurs
1 seul gène porteur ne donne que des porteurs
25% mutants
50% porteurs
25% sauvages
100% porteurs
porteur
_______
_______
mutant
_______
100% mutants
2 gènes porteurs peuvent donner des mutants
50% mutants
50% porteurs
Mutation d’hérédité liée au sexe:
Une femelle ne peut être porteuse d’une mutation liée au sexe. Elle sera donc soit de couleur sauvage, soit mutante.
Le mâle quand à lui, peut être porteur.
male mutant
*
femelle sauvage
_______
50 % males porteurs
50 % femelles mutantes
male sauvage
*
femelle mutante
_______
50 % males porteurs
50 % femelles sauvages
male porteur
*
femelle mutante
_______
25% males mutants
25% males porteurs
25% femelles mutantes
25% femelles sauvages
male porteur
*
femelle sauvage
_______
25% males porteurs
25% males sauvages
25% femelles mutantes
25% femelles sauvages
Mutation d’hérédité dominante:
(Contrairement à la couleur récessive, il n’existe pas de porteur d’une couleur dominante;
il suffit d’un seul parent dominant pour obtenir des jeunes mutants.
sauvage
*
dominant SF
sauvage
*
*
dominant DF
dominant SF
______
_______
dominant SF
______
SF: SIMPLE FACTEUR
DF : DOUBLE FACTEUR
50% sauvages
50% dominants SF
100% dominants SF
(SF: cela signifie qu'un seul de ses parents avait cette mutation)
25% sauvages
50% dominants DF
25% dominants SF
(DF: cela signifie que les deux parents avaient cette mutation)
dominant SF
*
dominant DF
______
50% dominants DF
50% dominants SF
dominant DF
*
dominant DF
______
100% dominants DF
(visuellement, pas de distinction entre SF et DF.)
et bien sur pour simplifier, il y a toutes les possibilités d'accouplement entre
les mutations recessives, liées au sexe et dominante.
la règle reste la même.
Exemple :
Explication :
*
mutant récessif
dominant sf
______
50% dominant SF/ récessif ( / = porteur)
50% sauvages/ récessif
Dans cet exemple nous avons accouplé une couleur récessive avec une couleur dominante.
_____
_______
Un seul gène recessif
ne donne que des porteurs de la mutation récessive
Un gène dominant
donne déjà en première génération un oiseau avec la mutation dominante
et porteur de la mutation récéssive
En ce qui concerne le résultat male-femelle, ( demander à la chance) sauf mutation liée au sexe.
Roseicollis
Série verte
Série bleue
Vert foncé
dominante SF
Cobalt
dominante SF
Vert olive
dominante DF
Mauve
dominante DF
Panaché vert
dominante
Panaché bleu
dominante
Panaché vert foncé
dominante SF
Panaché cobalt
dominante SF
Panaché vert olive
dominante DF
Panaché mauve dominante Df
Lutino
liée au sexe
Crémino
liée au sexe
Cinnamon vert
liée au sexe
Cinnamon bleu
liée au sexe
Isabelle vert
liée au sexe
Isabelle bleu
liée au sexe
Masque orange
récessive
Violet
dominante SF ou DF
Ailes grises
récessive
Ailes grises
récessive
Fallow
récessive
Fallow
récessive
Opaline
liée au sexe
Masque blanc
récessive
opaline
personnatas et fischers
Série verte
Série bleue
Vert foncé
dominante SF
Cobalt
dominante SF
Vert olive
dominante DF
Mauve
dominante DF
Vert dilué
récessive
Bleu dilué
récessive
Lutino
récessive
Albino
bleu + lutino
Violet
dominante SF ou DF
Croupions Rouges
Turquoisines
Pastel
liée au sexe
Ventre rouge
sélection
Lutino
liée au sexe
Poitrine et ventre rouge
sélection
Lutino
récessive
Jaune
récessive
Opaline
liée au sexe
Opaline
liée au sexe
Panaché
récessive
Opaline-jaune
(opaline + jaune)
Rubino
(lutino + opaline)
Cinnamon
liée au sexe
Bleu de mer
récessive
Isabelle
récessive
Bleu australien
récessive
Gris-vert
dominante
Cinnamon
liée au sexe
Vert SF foncé (vert foncé)
dominante SF
Albino
(bleu + lutino
Vert DF foncé (vert olive)
dominante DF
Panaché
récessive
Splendides
Elégantes
Ventre rouge
par sélection
Lutino
récessive
Bleu de mer
récessive
Cinnamon
liée au sexe
Bleu pastel
récessive
Cinnamon-lutino (lacewing) (lutino +cinnamon)
Bleu poitrine blanche récessive
Fallow
récessive
Cinnamon
liée au sexe
Panachée
récessive
Argenté
(bleu + cinnamon)
Isabelle
récessive
Bleu ciel
(bleu + isabelle)
Pastel
récessive
Lutino
liée au sexe
Albino
(lutino +bleu)
Crémino
(lutino +bleu pastel)
Isabelle
liée au sexe
Gris vert
dominante
Fallow
récessive
Bleue
Récessive
Panaché
dominante
Fallow
récessive
Cinnamon
liée au sexe
Panaché
récessive
Pastel
récessive
Orange
dominante
Lutino
récessive
Argenté
(bleu + jaune)
Jaune
récessive
Albino
liée au sexe
pennants
MUTATION RECESSIVE
Les mutations récessives chez le roseicollis sont l'aqua, le masque orange,
le turquoise, l'edged dilute, le fallow, le dilute et le panaché récessif.
chaque oiseau apporte deux gènes.
oiseau type
oiseau porteur
oiseau
sauvage
mutation
mutant
les Exemples sont pris içi avec la mutation masque orange (récessive)
1er accouplement : deux oiseaux de type sauvage (sans mutation, non porteur)
Lors de la fécondation,
- le mâle apporte un gène normal ou... un gène normal
- la femelle apporte un gène normal ou ... un gène normal.
Leurs petits reçoivent donc deux gènes normaux.
Résultat :
Ils seront tous verts, nous obtenons 100% de verts.
2eme accouplement : un oiseau de type sauvage avec un porteur mutation.
Le mâle apporte soit un gène masque orange ou soit un gène vert.
La femelle apporte soit un gène vert ou... soit un gène vert.
On voit bien ici que même s'ils sont tous verts, s'ils ont donc le même phénotype,
la même apparence, les petits n'ont pas le même génotype.
Certains sont de type sauvages, d'autres porteurs masque orange.
Résultat :
Nous obtenons ici 50% de verts et 50 % de verts / masque orange.
3eme accouplement : un oiseau de type sauvage avec un oiseau mutant
Lors de la fécondation,
Le mâle (ç'aurait pu être l'inverse...) apporte :
un gène masque orange ou... un gène masque orange
La femelle (ç'aurait pu être l'inverse) apporte :
- un gène normal ou... un gène normal.
On constate donc que les petits reçoivent un gène masque orange et un gène vert.
Or, ils sont tous d'apparence verte.
On dit alors que le gène masque orange est récessif par rapport au gène sauvage.
Bien que ce gène soit présent et fasse partie du patrimoine génétique, il ne s'exprime pas visuellement
On dit que les petits sont verts porteurs masque orange. Ceci sera noté vert / masque orange
Résultat : Nous obtenons donc ici 100 % de porteurs masque orange.
4eme accouplement : les deux oiseaux sont porteur de la mutation
Le mâle apporte soit un gène masque orange ou soit un gène vert.
La femelle apporte soit un gène masque orange ou soit un gène vert.
Certains jeunes reçoivent deux gènes verts. Ils sont verts pour 25%.
Certains jeunes reçoivent un gène vert et un gène masque orange.
Ils sont verts / masque orange pour 50 %.
Certains jeunes reçoivent deux gènes masque orange. Ils sont masque orange pour 25%.
Et voilà notre premier petit masque orange...
Le gène masque orange étant présent en deux exemplaires, il s'exprime visuellement...
Résultat :
25% couleur sauvage + 50 % porteur de la mutation + 25 % mutants
Voici donc la première possibilité pour obtenir un masque orange: l'accouplement porteur x porteur.
5eme accouplement : un oiseau est porteur de la mutation et l'autre est mutant
Lè père apporte soit un gène masque orange... soit un gène masque orange...
La mère apporte soit un gène vert soit un gène masque orange...
Résultat :
On aura ici 50 % de verts / masque orange et 50 % de masque orange.
Deuxième possibilité donc pour obtenir des masque orange : l'accouplement porteur x mutant.
6eme accouplement : les deux oiseaux sont mutants
Résultat :
Et oui... Masque orange x masque orange = 100 % de petits masque orange...
Troisième possibilité pour obtenir des masque orange : l'accouplement mutant x mutant.
MUTATION DOMINANTE
Mutations autosomales dominantes
Autosomales parce qu'elles concernent un des douze chromosomes non sexuels.
Dominantes parce que la présence d'un seul gène mutant va suffir pour que la mutation soit visible,
contrairement à la mutation récessive.
Ici comme pour les mutations autosomiques récessives, le sexe de l’oiseau n’a pas d’importance.
Par contre et à la différence de la mutation autosomique récessive,
ni le mâle ni les femelles ne peuvent être porteurs de la mutation. L'oiseau est mutant ou ne l'est pas.
Il suffit que l’un des parents soit mutant pour voir apparaître la mutation dans leurs jeunes.
Pour la mutation récessive, un seul gène ne suffit pas à la rendre apparente,
pour la mutation dominante, cela suffit.
Dominance
Prenons un sujet vert de type sauvage et un sujet de mutation dominante comme le panaché.
Lors de la fécondation,
le mâle (ç'aurait pu être l'inverse...) apporte soit :
- un gène mutant ou... un gène normal
La femelle (ç'aurait pu être l'inverse) apporte soit :
- un gène normal ou... un gène normal.
On constate donc que la moitié des petits ont reçu un gène mutant.
Contrairement à la mutation récessive vu précédemment,
la seule présence de ce gène mutant suffit pour que la mutation s'exprime :
Nous obtenons 50 % de verts, 50% de panachés.
On dit alors que le gène panaché est dominant par rapport au gène sauvage.
Simple Facteur et Double Facteur
Prenons maintenant deux sujets panachés.
Nous allons voir qu'il y a deux types de dominance : une simple facteur(SF) et une double facteur (DF).
Lors de la fécondation,
le mâle (ç'aurait pu être l'inverse...) apporte soit :
- un gène mutant... soit un gène normal.
La femelle (ç'aurait pu être l'inverse) apporte soit :
- un gène mutant ... soit un gène normal.
Pour les petits on obtient :
25 % d'oiseaux ayant reçu deux gènes mutants. Ceux sont les double facteur DF
50 % d'oiseaux ayant reçu un gène mutant. Ceux sont les simple facteur SF
25 % d'oiseaux n'ayant reçu aucun gène mutant.
Visuellement, il est impossible de différencier simple facteur et double facteur.
Quelle différence alors entre ces deux oiseaux ? SF et DF ?
Le double facteur
Pour cela prenons un sujet DF avec un sujet vert.
Contrairement au premier cas où nous avions finalement pris un sujet SF avec un vert.
Tous les petits reçoivent un gène mutant.
Ce gène seul, puisque dominant, suffit à rendre la mutation visible.
100 % des jeunes sont des panachés. Des panachés SF.
On peut comparer avec le 1er accouplement où nous obtenions 50 % de panachés et 50 % de verts.
Un oiseau SF donnera 50 % d'oiseaux panachés.
Un oiseau DF donnera 100 % d'oiseaux panachés.
SF ou DF ?
Prenons maintenant un sujet SF et un sujet DF...
Nous obtenons 50 % de panachés SF et 50 %de panachés DF.
Ceux sont visuellement les mêmes. Ce n'est que par accouplement que l'on pourra les différencier...
Puisque rappellez vous un SF donnera 50 % de panachés, un DF donnera 100% de panachés.
Ainsi si vous obtenez des oiseaux non panachés avec un sujet panaché,
vous pourrez déduire que celui-ci n'est que simple facteur.
DF x DF
Enfin, si nous prenons deux sujets DF, nous obtiendrons bien sûr 100 % de panachés DF.
Dominante et co-dominance
Le panaché est une mutation dominante complète.
Il existe aussi des mutations dominantes incomplétes ou à co-dominance :
Pour ces mutations, les principes de transmission que nous venons de voir restent les mêmes.
La seule différence réside dans le fait que pour ces mutations
on peut différencier oiseau simple facteur et oiseau double facteur visuellement.
Un oiseau sans facteur foncé est vert.
Un oiseau avec un facteur foncé est vert foncé.
Un oiseau avec deux facteurs foncés est vert foncé, olive.
Les accouplements restent les mêmes :
Mutations dominantes
1
2
Normal
Normal
x
x
Mutant SF
Mutant DF
donne
donne
3
4
Mutant SF
Mutant DF
x
x
Mutant SF
Mutant DF
donne
donne
5
Mutant DF
x
Mutant SF
donne
50% mutants SF
50% normaux
100% mutants SF
50% mutants SF
25% mutants DF
25% normaux
100% mutants DF
50% mutants DF
50% mutants SF
r (DF).
QUELQUES EXEMPLES DE MUTATION LIEE AU SEXE
PARENTS
Male
Mutation
vert
vert/mutation
vert/mutation
Mutation
JEUNES
Femelle
vert
Mutation
vert
Mutation
Mutation
Male
vert/mutation
vert/mutation
vert & vert/mutation
vert/mutation & mutation
mutation
MUTATIONS LIEES AU SEXE
La mutation liées au sexe est une mutation récéssive qui se trouve sur le X-chromosome
(chromosome du sexe). Le mâle a deux X-chromosomes et peut être porteur de cette
mutation. Si la mutation veut être visible, les deux gènes doivent être muté sur la paire de
chromosomes.
Une femelle n' a q'un X-chromosome et la mutation est déjà visible, si la mutation est muté
sur ce chromosome. De ce fait, une femelle ne peut être porteur de cette mutation.
Prenons une exemple avec un mâle lutino et une femelle vert.
Femelle
mutation
vert
vert & mutation
vert & mutation
mutation
mâle lutino

X X
1 2




femelle vert

X Y
3 4
1+3 = XX (mâle) vert/lutino
1+4 = XY (femelle) lutino
2+3 = XX (mâle) vert/lutino
2+4 = XY (femelle) lutino
De cette combinaison nous aurons 50% de male vert/lutino et 50% de femelles lutino. De
nouveau, le facteur chance à son rôle a joué.
Les combinaisons de mutations chez les roseicollis
Quelles mutations peut on associer ? Lesquelles sont à proscrire ?
Le principe est relativement simple :
On peut associer deux mutations qui affectent des types de pigments différents, mélanines et psittacines par exemple mais pas deux mutations qui affectent le même type de pigment : psittacine et psittacine par exemple.
On peut ainsi croiser masque orange (psittacines) et ino (mélanines) mais pas masque orange (psittacines) et turquoise (psittacines).
On note bien sûr quelques exceptions...
- les mutations dominantes comme le panaché, le pale-headed, les facteurs foncés et violets car c'est l'association d'un ou de deux de ces oiseaux qui donnera des oiseaux simple facteur SF ou double facteur DF.
- le cinnamon-ino puisqu'il s'agit d'un crossing-over (les deux génes sont alors liés). Cette association est aujourd'hui reconnue, notamment en classe concours.
- l' opaline puisqu'il s'agit d'une restructuration des deux types pigmentaires.
Partant du principe que l'on travaille sur porteur, on évitera égalment l'association de deux oiseaux de mutations similaires par exemple masque orange x masque orange.
Ce tableau n'est qu'une indication, respectueuse des classes concours. Il est sûr que si vous voulez obtenir un cinnamon panaché...
Mélanines
Psittacines
Structure
masque pale
Facteur Facteur
Type
Mutations cinnamon dilute marbled fallow ino pallid panaché aqua orange headed turquoise Foncé Violet
cinnamon
x
o
o
o
o
o
o
dilute
x
o
o
o
o
o
o
marbled
x
o
o
o
o
o
o
fallow
x
o
o
o
o
o
o
ino
x
o
o
o
o
o
o
pallid
x
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
Mélanines panaché
aqua
o
o
o
o
o
o
o
x
o
o
masque
orange
o
o
o
o
o
o
o
x
o
o
paleheaded
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
x
o
o
Psittacines turquoise
Facteur
Foncé
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
Facteur
Violet
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
Structure
Mélanines
Psittacines
opaline
Légende :
o : Compatible
- : Incompatible
x : A éviter
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
Mélanines
&
Psittacine
s
opaline
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
x
LES ACCOUPLEMENTS CHEZ LES ROSEICOLLIS ?
Mélanines
Type
Mutations
cinnamon
dilute
marbled
fallow
ino
pallid
Mélanines panaché
aqua
masque
orange
paleheaded
Psittacines turquoise
Facteur
Foncé
Facteur
Violet
Structure
Mélanines
Psittacines
opaline
Légende :
o : Compatible
- : Incompatible
x : A éviter
Psittacines
masque
pale
orange
headed
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
-
turquoise
o
o
o
o
o
o
o
-
Structure
Facteur
Facteur
Foncé
Violet
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
Mélanines
&
Psittacines
cinnamon
x
o
dilute
x
o
marbled
x
o
fallow
x
o
ino
x
o
pallid
x
o
panaché
o
o
aqua
o
o
o
o
o
o
o
x
opaline
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
-
x
-
-
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
-
-
o
-
x
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
x
Mutation Récessive Autosomique
Turquoise (bleu incomplet) Photo
Mutation Récessive Liée au sexe
Lutino Photo
Pallid
Pour en savoir beaucoup plus Photo
Combinaison de mutations (addition des gènes turquoise et ino)
Turquoise ino (= Crème ino) Photo
Mutation Autosomique Dominante Incomplète
1) facteur foncé
Vert simple facteur foncé (= D Vert) Photo
Vert double facteur foncé (= DD Vert) Photo
Turquoise simple facteur foncé (= D turquoise) Photo Photo
Turquoise double facteur foncé (= DD turquoise) Photo
Lutino simple et double facteur foncé : invisible à l'oeil nu
Turquoise ino simple et double facteur foncé : invisible à l'oeil nu
2) facteur Violet
Exemple turquoise simple facteur foncé, double facteur violet Photo
Nouvelle Mutation :
Mutation liée au sexe Dominante Incomplète Pour en savoir beaucoup plus
Série verte Photo
Série turquoise Photo
Séries verte et turquoise
LA VOLIERE
Un oiseau placé dans une nouvelle volière doit pouvoir trouver facilement les
emplacements de l'eau et de la nourriture. L'eau doit être toujours au sol, dans un
récipient large et peu profond, placé sous un nid, de façon à être a l'abri des fientes. Les
mangeoires ne doivent pas être sous des perchoirs afin d'éviter la contamination.
Les oiseaux se querellent pour l'accès à la nourriture, pour cela il est préférable
d'utiliser de larges plateaux plutôt que des mangeoires étroites et profondes et
éventuellement d'en mettre plusieurs. Ils doivent pouvoir trouver également leur propre
espace et leur territoire s'ils sont plusieurs. Il faut savoir adapter les effectifs des
oiseaux avec l'espace disponible. La surpopulation en captivité augmentent
considérablement les risques d'épidémies.
La taille de la volière, sa forme et son emplacement doivent être mûrement réfléchi. Il
est préférable d'avoir un toit solide en plastique transparent et ou un ou deux murs, afin
que les courants d'air soient évités. Il faut que la volière ne soit pas vue de la route,
surtout que les phares des voitures ne l'éclairent pas la nuit, ce qui sèmerait la panique.
Mettre du grillage en 25 x 25, diamètre 2 mm même des Padda ou des Catherines ne
passent pas à travers et plus le grillage est large mieux on voit les oiseaux. La longueur
doit être d'environ trois mètres sur un minimum de un mètre de large. Les branches
naturelles sont préférables aux perchoirs, par la diversité de leur diamètre et de
l'essence des bois .
LE SOL DE LA VOLIERE
ASTUCES DE SEXAGE
Chez les oiseaux n’ayant pas de dimorphisme sexuel, c’est-à-dire n’ayant pas de
critères morphologiques apparent permettant la différenciation des sexes , seul une
première reproduction permet de différencier surement les sexes. Les méthodes du
genre, palpation pour vérifier l’écartement pelvien ne servent à rien sur des jeunes
sujets. Cela ne peut être possible que sur de vielles femelles. Par contre, dans le cas de
certaines espèces, l’attitude des sujets est révélatrice.
Chez les croupions rouges à mutation panachée, le dimorphisme sexuel est inexistant.
Ces oiseaux n'étant pas très cher, le coup d’un sexage ADN n’est pas rentable.
Il existe cependant une astuce qui permet de faire la différence à coup sûr : il suffit
d’être en possession, dans une volière, d’un couple type sauvage ou de sujets que l’on
peut différencier. On met alors le sujet à sexer dans une petite cage et on le rentre dans
la volière du couple. S'il se fait attaquer à travers les barreaux par le mâle il s’agit d’un
male et c’est l’inverse pour les femelles. De cette façon, en quelque minute et pour pas
un centime on peut être sûr du sexe de l’oiseau.
En effet il ne faut pas oublier que si nous ne faisons pas la différence eux la font
immédiatement. Cette méthode est sans aucun doute applicable pour les espèces ayant
le même caractère, comme les perruches à oreillons jaunes ou autre platycerques.
L'émission de phéromones sexuelles étant sans doute ce qui leur permet d’identifier le
sexe de leurs congénères rapidement
On peut constater que pour certaines espèces d’oiseaux, la proportion de mâles et de
femelles n’est pas équilibrée. Par exemple, pour les perruches à têtes prunes originaires
de l’Himalaya, il y a plus de mâles que de femelles, par contre pour les pyrrhuras
molinea qui proviennent de l’Amérique du sud c’est le contraire. De nombreux éleveurs
constatent que certaines années l’équilibre ne se fait pas. On pourrait penser que la
température extérieure influence sur le sexe des nouveaux nés tous comme chez les
tortues, phénomène bien connue des hérpetologues. En effet, en couvant, une femelle
réchauffe les œufs à environ 37°C. Dans les régions froides, la température est sans
doute plus basse habituellement et dans les régions chaudes, son corps au contraire
maintient les oeufs à l’abri d’une trop forte chaleur, mais celle-ci sans doute supérieur à
37°C. Bien que scientifiquement rien n’ai jamais été démontré à ce sujet sur les oiseaux,
on peut en déduire que si on fait nicher les oiseaux originaires de régions froides à
l’abri de la chaleur et ceux des zones chaudes au contraire dans des locaux plus
chauds, on pourrait rééquilibrer le sexe des nouveaux nés.
L’observation de l’accouplement de deux sujets ne signifie pas forcement qu’ils sont de
sexe différent, en effet s’ils n’ont pas de partenaire du sexe opposé, il est fréquent qu’ils
copulent entre eux. Il faut savoir que les psittacidés s'apparient sans pénétration mais
seulement par contact des cloaques l’un contre l’autre. Il n’y a pas de coït comme
lorsque les oies jargaudent par exemple. Du fait qu'il n’y a pas de pénétration sexuelle,
il est très important que la juxtaposition des cloaques soit parfaite pour avoir une
bonne fécondation. Si les perchoirs ne sont pas stables, ce qui est fréquent, cela ne
sera pas possible.
ALIMENTATION
Les produits céréaliers, comme les graines ou les granulés, ont besoins, pour équilibrer
leurs qualités organoleptiques ou nutritionnelles, d’êtres associés avec des produits
complémentaires type fruits, légumes, herbes, branches. Cela est nécessaire pour
disposer d’une panoplie de phytomicronutriments, lesquels sont beaucoup moins
abondants dans les produits amylacés que dans les produits végétaux.
Les fibres des fruits et des branches, très fermentescibles, assurent un bon transit
digestif. Les fibres alimentaires ne se limitent pas aux glucides des paroies végétales,
elles regroupent l’ensemble des composés non digérés dans l'intestin grêle : par
exemple les oligo-saccharidés, les gommes végétales, la cellulose, la pectine… Elles
sont indispensables au bon fonctionnement du système digestif. Elles ont également
une répercussion sur l’absorption et le métabolisme des nutriments, elles entretiennent
une flore symbiotique en équilibre avec l’organisme.
Le rôle des protéines animales dans la physiologie des oiseaux est également
important, même si en théorie ils ne sont pas carnivores. Les protéines animales ont
une composition très équilibrée pour assurer la synthèse et le renouvellement des
protéines corporelles, alors que les protéines végétales ne bénéficient pas du même
équilibre en acides aminés essentiels.
Il a été observé que de nombreuses espèces de perroquets mangeaient à l’occasion des
insectes et autres petits vertébrés. En fait, la plupart des animaux sont en réalité
omnivores, de ce fait, leur donner de temps à autre des os à finir de racler leur est
bénéfique.
Les apports en protéines sont particulièrement importants durant la croissance, pour
l’élaboration de nouveaux tissus, ainsi qu’un apport optimal d’acides aminés, pour les
synthèses protéiques (comme la lysine), d’où le besoin en pâtée à l’œuf pour les jeunes,
qui est composée de levure de bière, de graines germés de blé et de maïs (riches en
lysine) et de légumineuses (soja, pois, lupin …) qui ont des protéines de composition
complémentaire.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les mélanges de graines ne sont pas basés
sur ce qui convient le mieux aux oiseaux, car les firmes font varier le pourcentage de
leurs mélanges de graines en fonction du cours mondial de ces dernières.
Graines
Alpiste
Avoine
(gruau)
Blé
Cacahuète
Cardy
Chènevis
Colza
Lentille
Protéines
16
Lipides
5
Glucides
49
13
12
27
14
23
10
30
8
2
44
27
30
60
2
68
61
24
16
21
10
60
Lin
Maïs
Millet
Niger
Riz complet
(paddy)
Sarrasin
Soja
Tounesol
23
10
11
20
33
2
4
42
25
70
70
13
7
11
35
25
2
2,4
18
30
64
58
39
19
ASTUCES DE CAPTURE
Pour attraper un oiseau qui s’est sauvé : inutile de lui courir après pour lui mettre du sel
sur la queue mais utiliser plutôt le tuyau d’arrosage que l’on aura réglé en pluie fine et
arroser l’oiseau en restant à distance. Une fois bien détrempé, il ne peut plus voler et
peut être facilement saisi.
ASTUCES POUR LES SOLS DES VOLIERES
Il faudra éviter de cimenter la totalité du sol des volières, en effet, la terre contient des
oligo-éléments, de l’argile et autres substances, qui ont des vertus médicinales
importantes pour garder les oiseaux en bonne santé et faciliter leur métabolisme.
L’argile a la propriété de diminuer les effets des toxines sur les oiseaux, il fait partit des
produits qui, comme les alicaments, servent pour l’automédication des oiseaux. Quant
aux risques de parasites intestinaux consécutifs au contact de la terre avec les oiseaux,
il suffit de vermifuger deux fois par ans (automne et printemps) et cela avec des
produits bio comme l'ail, que l'on fait préalablement macérer dans l'eau avant de la
distribuer.
En Amérique centrale, la consommation d'argile chez les perroquets, notamment sur les falaises argileuses, est très
fréquente. Outre les bienfaits sur la digestion et l'apport de certains minéraux, il semblerait que la principale raison
soit l'effet détoxifiant de l'argile qui soit recherché par les perroquets. En effet, de nombreux fruits verts et graines
qu'ils consomment dans ces régions contiennent des toxines, parfois à des doses élevées. Les bords de nos
rivières et fleuves peuvent fournir du bel argile. Si la terre colle aux chaussures au détour des chemins on
reconnaîtra l’argile. On pourra en prélever dans les flaques, dans lesquelles l’eau reste longtemps après la pluie.
L'argile a un effet anti-diarrhéïque, détoxifiant, anti-parasitaire et protège des moisissures.
BAGUAGE AVEC BAGUE OUVERTE
A l’origine, le baguage avec une bague fermée inamovible avait pour but principalement
de prouver que l’oiseau était bien né en captivité, ce qui d’ailleurs ne prouve rien, car il
suffit de baguer des oiseaux sauvages encore au nid.
Cette obligation n’est pas sans contrainte. En effet, de nombreux sujets abandonnent
leurs petits après que l’on ai bagué, et le risque par la suite que les oiseaux bagués
s’accrochent les pattes à cause de ces dernières et très fréquent. Il peut en résulter des
mutilations, doigts, pattes…voir la mort de l’oiseau. Cela m’est arrivé à plusieurs
reprises.
De plus, il est presque indispensable d’être deux personnes pour baguer un oiseau car
il est difficile de tenir l’animal en contention et de glisser la bague avec une seule main.
L’avantage de la bague ouverte c’est qu’elle peut être mise à l’oisillon par une seule
personne après qu’il ai été sevré et, si ce dernier s’accroche, il est plus facile d’enlever
la bague pour le libérer rapidement et de lui remettre après, ci celle-ci est encore lisible.
En effet, de nombreux psittacidés les rendent rapidement illisible avec leur bec
puissant.
Contrairement à ce que l’on entend souvent dire, le baguage n’est pas obligatoire pour
tous les oiseaux, si l’on ne désire pas faire d’exposition. En effet le baguage n’est pas
une obligation pour les oiseaux en annexe II/B, ainsi que pour ceux classés en espèces
domestiques et pour diverses mutations.
Par exemple calopsite, collier d’asie, roseicolis, ondulées, personata bleu, toui
catherine ou céleste jaune ou bleu etc.….
RETENTION D'OEUFS
Préventions : Les carences en calcium sont la principale cause de rétention, il faut
donner aux oiseaux, outre les os de seiche et les coquilles d’œufs, des noisettes,
amandes, soja, chou (occasionnellement) ainsi que des fruits qui contiennent des
substances comme les polyphénoles et des minéraux qui permettent à l’organisme de
conserver le calcium. De plus, la vitamine D3, pour laquelle l'ensoleillement est très
important et nécessaire pour l'absorption du calcium par l'organisme. L’excès de
phosphore favorise la déficience en calcium, d’où l’avantage des coquilles d’œufs
(bouillies) qui n'en contiennent pas.
Il est également important qu’ils aient suffisamment de place pour voler. Outre la
rétention d’œufs, l'hypocalcémie entraîne des troubles divers : agressivité, faiblesse,
risque de fractures dues à des chutes, difficulté à voler etc.…
L’absorption directe de calcium n’est pas la seule source : comme l’a démontré Louis
Kervran, l’auteur de « à la découverte des transmutations biologiques » et de «
transmutations naturelles non radioactives ».
Le calcium a trois origines chez les animaux, il peut venir du :
- potassium K+H : Ca
- magnésium Mg+O : Ca
- silicium Si+C : Ca
Les organismes réalisent plus facilement les réactions nucléiques avec les isotopes
lourds, qui sont plus fréquents dans les éléments d’origine organique.
Si on donne du calcaire minéral à un être vivant, il le rejette tel quel. Il peut même
excréter plus de calcium qu’il n’en a ingéré, ou bien il se fixe dans l’appendice qui
procure les anticorps, ce qui rend les oiseaux plus sensibles aux maladies et de plus, il
freine l’action des hormones de croissance.
Un oiseau n’a jamais deux œufs à coquille calcaire en même temps dans l’oviducte. Le
calcaire est fabriqué tous les jours, d’où l’importance d’une ration alimentaire
quotidienne riche en oligo-éléments notamment : potassium (K), magnésium (Mg) ;
silicium (Si)
.
La silice organique se trouve dans les plantes seulement au moment de la poussée
printanière (époque de ponte). Le potassium ne ce stock pas dans l’organisme, il
s’élimine rapidement. La teneur en magnésium de l’organisme diminue lorsque la
température baisse, d’où l’explication des rétentions d’œufs liées à des coups de froid
en période de ponte.
La vitamine D favorise l’absorption et la fixation du calcium, or une exposition au soleil
insuffisante pour la synthèse cutanée de cette vitamine a des répercussions négatives
sur sa fixation. Un oiseau qui est rarement exposé à l’ensoleillement risque des
carences en calcium.
Les aliments doivent avoir une proportion calcium / phosphore qui ne soit pas
inferieure en calcium, pour éviter que l’excès de phosphore fasse que le calcium ne se
retrouve dans les urines
On privilégiera pour cela les fruits ci-dessous :
- Argousier 4,6
- Aubépine 8,1
- Berbéris 1,1
- Figue 2,8
- Merise 1,15
- Mure de morus nigra 1,45
- Myrte 3
- Oponce 2,14
- Ronce 1
- Sureau 1,3
- Sorbier des oiseleurs 1,2
- Airelle rouge 1,4
- Canneberge 1,5
- Orange épluché 2,4
DRESSAGE PAR REFLEXES CONDITIONNES
C’est grâce aux travaux du physiologiste russe Ivan Petrovitch Pavlov, qui découvrit les
réflexes conditionnels en pratiquant une méthode qui consistait à donner à manger à un
chien en utilisant divers stimulus sonores en même temps, que l’on s’aperçut qu’après
quelque temps le chien salivait rien qu’en entendant le son, sans même voir la
nourriture.
Méthode qui, depuis, a été reprise par les publicistes en nous montrant une pin-up en
string devant une voiture pendant plusieurs semaines en spot télévisé afin d’espérer
que l’on "salive" par la suite rien qu’en voyant la voiture.
Méthode appelée par les intello : la publicité connotative ou le miroir aux alouettes,
pour ceux qui s’occupent des pigeons et non pas des perroquets.
Pour en revenir aux oiseaux, ceux-ci, tous comme les chiens ou les hommes, ont eux
aussi des réflexes conditionnels. C’est sur ce principe que l’on pourra les dresser à
parler ou à adopter certains comportements en associant avec ce que l’on désire leur
faire accomplir, une récompense gustative de préférence. Pour cela, il faut pratiquer
quotidiennement, pendant plusieurs mois, et après cela vous finirez par avoir des
perroquets qui vous dirons ce que vous souhaitez entendre quand ils vous verrons
arriver grâce à ces nombreux stimuli.
Rémi Chauvin a également rappelé les travaux de Todt (1975) sur les échanges vocaux
conditionnés, basés sur le principe du chant antiphonal (principe de duo : les oiseaux
se répondent l’un l’autre) qui montre que s’il y a deux personnes qui prononcent une
phrase, cette dernière sera plus vite apprise. De plus, de ce fait l’oiseau fait la différence
entre le présentateur et l’objet dont il prononce le nom.
VOLIERE PLANTEE
Avec les psittacidés ce n’est pas facile, ils détruisent en générale très vite les plantes.
Cela oblige à planter des végétaux à croissance rapide, se multipliant facilement et
supportant bien la taille de plus non toxique (évidemment), à feuillage persistant (de
préférence), les bourgeons au printemps étant très appréciés des oiseaux.
A mettre en place par exemple : élaeagnus ebbingei, pungens ; mahonia divers….
Le mieux étant les plantes grimpantes que l’on plantera au pied du grillage extérieur de
la volière coté nord pour qu’elles protèges du froid sans cacher le soleil comme par
exemple les passiflores, le lierre arborescent, la vigne, les ronces sans épine, la
salsepareille dans le midi.
Certaines espèces d’oiseaux sont plus destructrices que d’autres, les plus
dévastatrices sont les ondulées, calopsittes, inséparables, colliers d’asie.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les gabons, les tètes prunes, youyou
n’abîment pas la végétation. Les princesses, catherines, conures à tête bleue quant à
eux ne font pas trop de dégâts.
LONGEVITE
En règles générales, les espèces à psychisme très développé et de grande taille vivent
plus longtemps que les oiseaux de petites tailles au psychisme plus ordinaire.
L’utilisation de la patte pour porter la nourriture au bec est révélatrice du niveau
psychique de l’oiseau : comme le dit la vielle assertion «le cerveau de l’homme ne serait
pas ce qu’il est sans la main ». Il en est de même pour les oiseaux avec leurs pattes.
STRESS
Pour les oiseaux nouvellement acquis ; toujours les vermifuger dés le premier jour, puis 7
jours après. En effet, le stress dû au transport et au changement d’environnement favorise la
montée des vers, laquelle peut occasionner la mort de l’oiseau entre une à deux semaines
après son changement de domicile, cela est malheureusement très fréquent. On procédera
de la même manière en cas d’expositions avicoles ou à toutes autre sources de stress. En
effet, les oiseaux stressés perdent leurs défenses immunitaires. Voir le lien
VERMIFUGER EN PREVENTIF
« Il vaut mieux prévenir que guérir ». Il existe de nombreuses espèces naturelles qui ont
la propriété de prévenir des parasites intestinaux.
Bien entendu cela n’exclue pas l’utilisation de produits pharmaceutiques à base de
pipérazine en cas de problème, comme dans le cas du stress mentionné ci-dessus.
ATTENTION : Il faut veiller à bien respecter le dosage, car l’utilisation de ces
substances n’est pas anodine pour l’organisme des oiseaux.
La veille de l’administration du vermifuge, retirer l’eau des volières et ne pas donner de
fruits pendant les 2 ou 3 jours pendant lesquels on laissera le vermifuge dans l’eau des
abreuvoirs (5 mL/Litre)
Apres une vermifugation il conviendra d’administrer de la vitamine D (huile de foie de
morue, œuf, blé germé).
Les différents types d’endoparasites intestinaux des oiseaux :
- Les ascaris, dans l’intestin grêle (longueur 3 cm, diamètre 1,5 mm).
- Les heterakis gallinarum, ensemble du tractus digestif (longueur de 7 a 15 mm)
- Les capillarias, dans l’intestin grêle, gésier, jabot (très petit vers)
- Les cestodes = ténias (vers plats)
- 95 % des parasitoses chez les psittacidés sont des nématodes (ascaris)
Symptômes :
L’oiseau maigrit (pas facile a voir), il est asthénique (fatigué, en boule) il a de la
diarrhée.
L 'utilisation de vermifuge naturel permet d’éviter une montée de vers entre les deux
traitements chimique de l’automne et du printemps, qu’il est conseillé de faire.
A utiliser en prévention :
- Plantes acaricides : Ail, thym, tanaisie, absinthe, estragon, santoline, serpolet,
sarriette, radis
- Plantes ténifuge : Graines de potirons et autres cucurbitacées, fougère (à faible dose)
- Plante nématicide : phacélie
- Feuilles de laurier sauce, de pécher, de grenadier
- Branches fraîches de noisetier contre les ascaris, ainsi que de lilas, prunier
- Branches de sapin et autres conifères, notamment de genévrier commun, boule de
cyprès
- Jeune pousse de sureau et de frêne
- Romarin, sauge, armoise,
- Fruit d’argousier, cynorhodon, figue, oponce
- Levure de bière
LES NUISIBLES
Les rongeurs : Rats, souris, surmulots, campagnols, lérots etc.
Utilisation de rodenticides (mort aux rats) à l’extérieur des volières.
Les anticoagulants sont les plus fréquents, à mettre sous forme de blocs dans des
boites conçues pour cela, afin d’éviter la propagation des résidus. Ne pas utiliser le blé
empoisonné, qui est très facilement répandu et que l’on retrouve à l’intérieur des
volières. Rajouter des tronçons de ronces coupés à proximité des volières pour activer
les hémorragies, cela diminue la consommation de poison. En effet, les souris peuvent
survivre jusqu'à huit jours après absorption.
Poison maison :
Dans un récipient, mélanger moitié de farine et moitié de plâtre, rajouter un peu de
sucre, mettre à proximité de l’eau. Méthode efficace, utilisée par les boulangers car
sans poison, elle tue les rongeurs par occlusion intestinale lorsqu’ils boivent l’eau
après avoir absorbé le mélange qui contient du plâtre.
Les pièges, à mettre à l’extérieur des volières :
Ils ne servent pas très longtemps, il faut avoir plusieurs models différents (tapettes,
nasses…) que l’on remplace régulièrement pour éviter que les rongeurs n’apprennent à
les éviter. Pour les lérots, appâter avec des fruits.
Piège artisanal :
Enterrer une bouteille plastique au raz du sol après avoir coupé le goulot, mettre un peu
d’eau au fond, les souris qui tombent ne peuvent remonter.
Penser empêcher les souris de rentrer dans une volière est utopique, elles peuvent
pénétrer dans une cage à canaris en passant à travers les barreaux.
Les plantes répulsives :
A l’extérieur des volières pour éloigner les souris : euphorbia lathyris, jonquille, scille
campanulé.
A l’intérieure : menthe, lavande myrte.
Pour le poulailler : sureau, lavande
Même si l’effet répulsif est loin d’être efficace à 100 %, cela revient moins cher que
l’arnaque des appareils à ultrasons qui ne sont d’aucune efficacité.
Les prédateurs : Belettes, fouines, renards
Placer à côté des volières des lampes basses de type par chargement photovoltaïque, la
lumière prés du sol éloigne les prédateurs.
Pour les renards et les fouines, une méthode dissuasive et écologique pour les
messieurs, uriner quotidiennement contre les volières.
Contre les belettes, protéger le bas des volières par des plaques métalliques de tôles
galvanisées, de Plexiglas ou rajouter du grillage à mailles très fines.
PRODUITS A EVITER
Toutes les solutions vitaminées que ce soit :
Pour la mue
Elles contiennent des acides aminés essentielles comme la méthionine que l’on
retrouvera dans les légumineuses, les œufs, le soja, les lentilles.
La cystéine et la lysine qui constituent les protéines et que l’on retrouve dans toutes les
protéines.
La vitamine B12 qui est produite par des bactéries contenues dans les intestins des
êtres vivants et qui est stockée de 3 à 6 ans dans le foie.
La vitamine B que l’on trouvera dans la levure de bière.
Pour la reproduction
A base de VE (tocophérols) que l’on retrouve dans le soja, les germes de blé, les
noisettes, les noix.
Actuellement l’industrie pharmaceutique dépense plus d’argent pour le marketing que
pour la recherche, ils cherchent avant tout à constituer un besoin afin de créer une
demande chez les prescripteurs.
On peut dire que les enfants du docteur Knock de Jules Romain se sont reconvertis
dans le lobby des laboratoires.
Copyright (c)
2006
oiseaux.de.vo
lieres.free.fr
Tous droits
réservés.
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire