Duperie Historique 76

publicité
76
Duperie Historique
6
Amenhotep et
Salomon
Généralités
Trente-deux ans après la mort du roi-guerrier Twthmosis III,
son arrière-petit-fils, Amenhotep III, monte sur le trône d’Égypte.
Roi
Durée de Règne
Twthmosis III (David)
54
Amenhotep II
23
Twthomosis IV
8
Amenhotep III (Salomon)
38
Dates (A.C.)
1490-1436
1436-1413
1413-1405
1405-1367
L’Égypte est alors le leader incontestable du monde connu.
Amenhotep III fut reconnu, plus tard, comme « le roi des rois, le chef
des chefs ».
Les détails de sa vie et ses accomplissements coïncident
étroitement avec ceux du personnage de Salomon dans la Bible. Le
nom Salomon signifie « sécurité » ou « paix ». Le règne d’Amenhotep
III est lui aussi presque entièrement marqué par la paix, si ce n’est
78
Duperie Historique
une opération militaire mineure menée au nord du Soudan, en l’an
5 de son pouvoir. Plus habile en politique que dans les armes, il
multiplie les alliances et liens diplomatiques avec les autres
souverains de son temps, afin de créer un climat de paix international.
Le Biblique Salomon
✡ Selon l’Ancien Testament, Salomon succède à David sur le
trône, à Jérusalem. Les biblistes ayant fixé les dates du règne de
quarante ans de Salomon de 965 à 925 A.C., son hypothétique accession au pouvoir aurait donc eu lieu à l’époque du roi égyptien
Siamon (976-956 A.C.).
Or, il n’existe aucune trace historique d’un dirigeant nommé
Salomon à quelque époque que se soit. De plus, l’Ancien Testament, comme le Talmud, reconnaissent que Salomon n’était pas le
nom originel du roi. Selon le deuxième livre de Samuel (verset
12.25), le prophète Nathan donna à Salomon au moment de sa
naissance le nom de Jedidja (ou Yedidya), signifiant « à cause du
Seigneur » ou « par la parole du Seigneur ».
Comme le montre les développements qui suivent, il y a de
fortes raisons de croire qu’Amenhotep III est la figure historique
identifiée dans l’Ancien Testament comme étant Salomon.
Le Couronnement du Roi
✡ À l’origine étrangère aux Hébreux, la notion de royauté a été
introduite dans la théologie israélite à l’époque de David : comme
6 - Amenhotep et Salomon
79
dans la tradition égyptienne, ils vont considérer le roi comme le fils
du dieu suprême. Jéhovah dit au roi David dans Les Psaumes 2.7,
« Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui. » Il dit aussi de
Salomon, « Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils. » (II
Samuel 7.14) Le Seigneur israélite se réfère également à son fils
royal comme « son oint » (Psaumes 2.2, 18.50, 20.6).
Regarder le roi comme le fils du dieu suprême est un concept
purement égyptien qui fait son apparition dans la Bible en même
temps que le personnage de David.
✡ D’après les écrits bibliques, David ordonne que Salomon soit
oint « roi sur Israël » (I Rois 1.34). Mais consacrer le roi par l’onction
d’huile était une coutume égyptienne, non pas hébraïque.
Le mot hébreu « MeSHeH », qui signifie « celui oint », est
emprunté au mot égyptien « Meseh ».
✡ Après qu’il soit oint, David dit que Salomon viendrait « s’asseoir
sur mon trône » (I Rois 1.35). Le spécialiste allemand de la Bible,
Otto Eissfeldt, a justement écrit :
« Il est relativement aisé d’imaginer le trône d’or et d’ivoire
aux six degrés qui se tenait dans la chambre d’audience, tel
qu’il est décrit dans I Rois (10.18-20) [...] L’utilisation
prodigue de l’or peut y être comparée sans hésitation au siège
merveilleusement préservé de Twtankhamen. »
Twtankhamen était le petit-fils d’Amenhotep III.
La similarité frappante entre la description biblique du trône
de Salomon et le trône réel de Twtankhamen ne peut être fortuite.
De même, plusieurs détails du récit du couronnement de
Salomon dans le premier livre des Rois - les sonneries de trompettes,
l’acclamation « Que Dieu protège le Roi Salomon ! » et le cortège royal
- ne font que décrire d’anciennes coutumes égyptiennes.
Duperie Historique
80
La Femme Égyptienne du Roi
Amenhotep III
Comme la lignée de la descendance royale se transmettait par
la fille aînée, il épousa sa petite sœur Sitamun (une égyptienne)
afin d’hériter du trône.
Salomon
✡
Selon la Bible, Salomon
« s’allia par mariage avec Pharaon, roi d’Égypte, et prit pour
femme la fille du Pharaon, et l’amena dans la cité de David
[…]. »
(I Rois 3.1)
Certains points du récit biblique sont dignes d’intérêt :
1.
La référence faite à la fille du pharaon comme la première et
principale épouse de Salomon indique, comme dans le cas
d’Amenhotep III, qu’elle était une femme de même nationalité.
Si Salomon était roi d’Israël, il aurait dû prendre pour épouse
une Israélite afin d’engendrer son successeur, puisque de par
la tradition israélite, la lignée de la descendance se transmettait
par la mère.
Mais Salomon n’a épousé que des femmes étrangères, à commencer par la fille du pharaon. On dit même que le prince
héritier, Roboam, était le fils d’une Ammonite (I Rois 14.21).
2.
Le pharaon dont la fille épousa Salomon n’a jamais été nommé.
Il est dit, toutefois, que le pharaon en question
« s’était mis en campagne et s’était emparé de Guézer, y avait
mis le feu, et avait tué les Cananéens qui habitaient dans la
ville, et l’avait donnée en cadeau à sa fille, la femme de
6 - Amenhotep et Salomon
81
Salomon […]. » (I Rois 9.16)
Il n’existe aucune preuve historique à l’appui de ce verset
biblique.
Aucun des rois égyptiens ayant vécu durant le prétendu règne
de Salomon n’a été impliqué dans des campagnes militaires en Asie
occidentale. Les rois de cette période appartenaient en effet à la
XXIème dynastie au pouvoir très affaibli.
Le Roi et les Femmes Étrangères
✡ On dit que Salomon aurait eu sept cents femmes et trois cents
concubines (I Rois 11.3) qui étaient toutes étrangères :
« Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre
la fille de Pharaon, des Moabites, des Ammonites, des
Édomites, des Sidoniennes et des Hittites. »
(I Rois 11.1)
Cette passion pour les femmes étrangères est reflétée dans la
vie d’Amenhotep III qui, après avoir épousé Sitamun pour hériter
du trône, épousa Tiy (ou Tiyi), la fille de Youya (Joseph), un
Israélite. En commémoration de ce mariage, Amenhotep III fit
sculpter un scarabée dont des copies furent envoyées aux princes
étrangers. Il y était notamment inscrit :
« [...] la Grande Épouse Royale, Tiy, puisse-t-elle vivre ! Son père
se nomme Youya, et sa mère se nomme Touya [...] ».
Ce scarabée a permis d’élucider l’identité de Tiy que l’on pensait
tout d’abord être une princesse mésopotamienne du Mitanni
envoyée en Égypte pour épouser le roi.
Ce dernier épousa également deux femmes du Mitanni, deux
de Babylonie ainsi qu’une princesse d’Arzawa, contrée située en
Asie Mineure du sud-ouest.
Duperie Historique
82
Troubles dans l’Empire
✡ Selon la Bible, l’empire dont hérita Salomon s’affaiblit, dans
une certaine mesure, durant son règne. À sa mort, il laissa ainsi un
royaume moins vaste que celui dont il avait hérité.
Les archives diplomatiques d’Amarna témoignent de
problèmes et de révoltes similaires marquant le règne d’Amenhotep
III. Les correspondances des rois palestiniens, et particulièrement
celles d’Abdi-Kheba de Jérusalem, évoquent les troubles continus
dans la région.
Frederick J. Giles, l’égyptologue canadien qui a étudié les lettres
d’Amarna, a écrit que :
« À la mort de Twthmosis III [l’Empire] était, sans aucun
doute, plus grand que celui laissé à la mort d’Amenhotep
III. Cette réduction apparente aurait été, au demeurant,
une conséquence de la politique menée plutôt que de
défaites militaires. »
Ainsi, le récit biblique du déclin de l’empire du roi
David à l’époque de Salomon concorde avec les
annales historiques durant le règne d’Amenhotep
III.
Le Gouvernement
Sous Amenhotep III
Le système administratif attribué à Salomon n’est pas propre
à l’Israël palestinien, mais est inhérent à l’Empire égyptien : une
telle structure de gouvernement est typiquement égyptienne et
existait déjà il y a plus de 5 000 ans.
6 - Amenhotep et Salomon
83
Au cours de l’Empire, et en particulier à l’époque de Twthmosis
III, le système politique fut réorganisé pour répondre aux exigences
posées par l’âge du roi, et fut ensuite plus amplement développé
par Amenhotep III. L’Empire était organisé en douze divisions
administratives, agencement que le narrateur biblique a emprunté
au profit du récit de l’histoire de Salomon.
Avant Salomon
✡ Durant la période qui s’étend de l’entrée en Canaan, au 13ème
siècle A.C., à l’époque de Saül, à la fin du 11ème siècle A.C., Israël
existait comme une confédération de douze tribus. Mais, si chaque
tribu vivait séparément sur son propre territoire et était gouvernée
par ses anciens, elles avaient toutes en commun un même centre
d’intérêt spirituel. Lorsque les Philistins tentèrent d’occuper les
mêmes territoires que ceux des douze tribus, les Israélites
ressentirent le besoin d’un chef unique capable de les unifier contre
leurs ennemis :
« Alors, tous les anciens d’Israël se rassemblèrent et vinrent
trouver Samuel à Rama. Ils lui dirent : ‘ Te voilà devenu vieux,
et tes fils ne marchent point sur tes traces. Maintenant donc,
donne-nous un roi pour nous juger, comme ont toutes les
nations.’ » (I Samuel 8.4-5)
C’est ainsi que Samuel choisit Saül et le proclama roi. Il fut
accepté par toutes les tribus, mais cela ne changea pas le système
politique du jour au lendemain, et chaque tribu continua à conduire
ses propres affaires comme avant.
De l’époque du personnage biblique de David, on ne trouve
trace d’aucun système politique propre à administrer un empire si
vaste, ni d’aucun système de taxation, ni d’aucune armée organisée
pour garder les frontières.
Sous Salomon
✡ Selon la Bible, Salomon élimina les divisions tribales et unifia
Israël ainsi que d’autres parties de l’empire.
Duperie Historique
84
La Bible voudrait nous faire croire que la société
tribale hébraïque a été intégrée, du jour au
lendemain, en un système politique sophistiqué sous
l’autorité de ce roi et de son gouvernement central.
En outre, elle nous dit que ce système politique
disparut à la fin de son règne de 40 ans tout aussi
brusquement et mystérieusement qu’il avait
commencé !
La Bureaucratie
Les postes gouvernementaux institués durant les règnes de
David et Salomon, tels que décrits dans le deuxième livre de Samuel
(versets 8.16-18, 20.23-26) et le premier livre des Rois (versets 4.26), sont semblables aux nominations auxquelles procédèrent
Twthmosis III et Amenhotep III.
La Taxation
Très tôt, l’Égypte a été dotée d’un système fiscal qui remonte
au début de son histoire.
Comme il a été auparavant mentionné, l’Empire durant le
règne de Twthmosis III, qui inclut l’Égypte, est divisé en 12 provinces. Chaque province doit contribuer suffisamment à l’impôt
de façon à couvrir les besoins du royaume pendant un mois de
l’année et est supervisée par un administrateur provincial.
✡ L’empire supposé de Salomon comporte également 12 régions,
dont chacune est requise de fournir des victuailles et autres
approvisionnements durant un mois de l’année. Ainsi, les deux
6 - Amenhotep et Salomon
85
impôts, celui égyptien comme celui israélite, sont levés pour des
besoins de ravitaillement :
« Salomon avait douze intendants sur tout Israël, qui
ravitaillaient le roi et sa maison ; chacun d’eux assurait le
ravitaillement un mois par an. » (I Rois 4.7)
« Chacun son mois, les intendants ravitaillaient le roi Salomon
et tous ceux qui s’approchaient de la table du roi Salomon
[…]. » (I Rois 4.27)
La plupart des spécialistes s’accordent à reconnaître
que le système fiscal que la Bible dit avoir été
introduit par Salomon coïncide étroitement avec
celui appliqué en Égypte à l’époque d’Amenhotep
III.
Un Grand Bâtisseur
Salomon est réputé avoir été un constructeur de maître : il
bâtit « la Maison du Seigneur et sa propre maison, le Millo, et la
muraille de Jérusalem, Hatsor, Megiddo et Guézer » (I Rois 9.15), ainsi
que de nombreux autres édifices dans tout l’Empire.
Passons en revue les travaux de construction entrepris sur les
sites mentionnés dans I Rois 9.15, dans le même ordre.
1. Les Temples
✡ La Bible nous dit que Salomon
fit édifier un temple sur le Mont
Moriah, au nord de Jérusalem. En
cet emplacement, s’élève à présent
le Dôme de la mosquée du Rocher,
et de ce fait aucune fouille ne peut
être effectuée à la recherche de ce
temple biblique.
86
Duperie Historique
Toutefois, il existe des similarités frappantes entre le temple
de la Bible et celui commémoratif d’Amenhotep III qui était situé à
l’ouest de Ta-Apet (Thèbes) et aujourd’hui disparu.
Si aucun vestige de cet édifice commémoratif n’a été retrouvé,
il subsiste toujours sur la rive occidentale de Ta-Apet (Thèbes) deux
statues monumentales du roi assis, d’un peu moins de 20 mètres
de haut, qui s’élevaient à l’origine à l’entrée du temple.
✡ Ces deux statues égyptiennes sont comparables aux deux piliers
du temple biblique de Salomon et, tout comme ces derniers, ont
des noms spécifiques.
Sur une stèle provenant de ce temple, se trouve une inscription d’Amenhotep III où il décrit le temple comme :
« une forteresse éternelle de grès, embellie d’or de part en part,
le sol brillant d’argent et toutes ses embrasures d’électrum.
Il est rehaussé de statues royales de granit, de quartzite et
de pierres précieuses, modelées pour demeurer à jamais. »
✡ De façon similaire, beaucoup de matériaux précieux furent
aussi employés dans la construction du temple de Salomon dépeint
dans la Bible.
Amenhotep III est également célèbre pour ses travaux de construction : il fit édifier un grand nombre de temples dans toute
l’Égypte ainsi que dans les villes cananéennes. Des preuves
archéologiques corroborent l’opinion selon laquelle plusieurs
temples salomoniques évoqués dans la Bible ont été construits en
Canaan durant le règne d’Amenhotep III. Le temple de type
salomonique comporte des caractéristiques purement égyptiennes,
telles que :
A.
Les deux piliers, ou représentations, à l’entrée du temple : ils
symbolisent le partage du Un spirituel en deux, ainsi que le
passage de tout un chacun à travers cet état en vue d’atteindre
le fort intérieur de l’être.
6 - Amenhotep et Salomon
B.
87
La coutume qui consiste à porter le dieu dans une arche et à
placer celle-ci dans une chambre sacrée, considérée comme le
sanctuaire le plus sacré du temple (appelé aussi le « Saint des
Saints » pour ce qui est du temple de Salomon).
2. La Maison Royale
✡ Cette demeure royale aurait été construite au nord de l’ancienne
cité de Jérusalem et au sud de l’emplacement du temple. Bien que
Jérusalem ait été considérablement fouillée, aucun vestige d’un
pareil édifice n’a été retrouvé. De plus, la Bible n’en fait plus aucune
mention après la mort de Salomon.
Si l’on compare la maison royale de Salomon telle que décrite
dans la Bible avec la résidence d’Amenhotep III à Ta-Apet (Thèbes),
on découvre une image identique.
Entre 1910 et 1920, l’emplacement de la résidence
d’Amenhotep III a fait l’objet de fouilles entreprises par l’Expédition
égyptienne du Musée d’Art Métropolitain de New York. Ces fouilles
ont révélé que son agencement répond précisément à la description biblique de l’habitation de Salomon dans le premier livre des
Rois (versets 7.2-12) en ce qu’elle distingue cinq parties : 1) la
maison du roi ; 2) la maison de la fille de Pharaon « qu’il avait prise
pour femme » ; 3) la salle du trône (ou du jugement) ; 4) la salle des
colonnes ; et 5) la maison de la Forêt du Liban.
3. Le Millo
En 1961, l’archéologue britannique Kathleen Kenyon a pu
mettre au jour les restes du Millo (remblai) qui fut construit pour
gagner du terrain en contre-bas de l’ancienne forteresse de
Jérusalem. Elle a pu faire remonter la première construction du
Millo au 14ème siècle A.C., c’est-à-dire à l’époque d’Amenhotep III.
88
Duperie Historique
✡ On n’a trouvé aucune preuve susceptible d’associer le Millo au
10ème siècle A.C., durant le prétendu règne de Salomon.
4. Les Sites de Fortifications
Des preuves archéologiques établissent l’existence de fortifications à Hatsor, Megiddo et Guézer. Les vestiges de ces fortifications révèlent qu’il y a eu deux cycles de destruction, chacun d’eux
suivi d’une opération de reconstruction.
L’enchaînement de ces phases successives est décrit ci-dessous.
Destruction - Elle intervient au milieu du 15 ème siècle A.C., au
temps des campagnes de Twthmosis III. Les noms des trois
villes susmentionnées figurent dans la liste des villes
occidentales asiatiques vaincues par Twthmosis III.
Reconstruction - Elle survient quelque cinquante ans plus tard,
durant le règne d’Amenhotep III. Des objets d’origine
égyptienne, dont un cartouche d’Amenhotep III, ont été
trouvés dans les strates provenant de cette époque.
Il existe également d’autres preuves témoignant de la richesse
et des activités de négoce dans la région durant cette période
prospère.
Destruction - Celle-ci a lieu au 12 ème siècle A.C. et résulte de
l’invasion des « Peuples de la Mer », dont les Philistins.
Reconstruction - Elle est entreprise au milieu du 10ème siècle
A.C. par les Philistins. Des pièces de poterie et des objets en
fer caractéristiques de ce peuple ont été découverts dans les
strates relevant de cette période.
Après l’analyse des trouvailles archéologiques datant de ces
derniers travaux de reconstruction, certains archéologues ont
6 - Amenhotep et Salomon
89
attribué les poteries et objets en fer notamment trouvés à Hatsor, à
Salomon, en se fondant sur une succession d’épisodes bibliques
historiques, et non sur des preuves matérielles crédibles. Aucun
des objets trouvés ne portait d’inscription identifiant un roi nommé
Salomon, ou tout autre chose ayant trait à son soi-disant royaume.
De plus, l’Ancien Testament ne donne aucune description
correspondant à ces trouvailles archéologiques.
Les constructions attribuées à Salomon étaient en fait l’œuvre
des Philistins qui reconstruisirent la ville d’Hatsor après l’avoir
tout d’abord détruite au 12ème siècle A.C.
90
Duperie Historique
En résumé, on peut dire qu’il existe des preuves
historiques et archéologiques de grands travaux de
construction entrepris durant le règne d’Amenhotep
III, lesquels concordent singulièrement avec ceux
attribués à Salomon. Cependant, aucun d’entre eux
ne remonte au 10ème siècle A.C., époque alléguée du
règne de Salomon.
Le Roi et les Dieux Étrangers
✡
La Bible nous dit que Salomon se tourna vers d’autres dieux :
« Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre
la fille de Pharaon, des Moabites, des Ammonites,
des Édomites, des Sidoniennes et des Hittites ; de nations dont
le Seigneur avait dit aux enfants d’Israël : ‘Vous n’irez point
chez elles, et elles ne viendront point chez vous, car elles
détourneraient certainement vos cœurs vers leurs dieux.’ Ce
fut à ces nations que s’attacha Salomon, entraîné par l’amour.»
(I Rois 11.1-2)
« À l’époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes
inclinèrent son cœur vers d’autres dieux ; et son cœur
ne fut plus tout entier au Seigneur, son Dieu, comme
l’avait été le cœur de David, son père. Salomon suivit
Astarté, divinité des Sidoniens, et Milcom,
l’abomination des Ammonites. »
(I Rois 11.4-5)
De façon similaire, Amenhotep III s’est également détourné
d’Amon pour se convertir au culte d’Aten (ou Aton), le Dieu des
rois amarniens, tout en continuant de croire aux autres dieux
(neteru) égyptiens.
6 - Amenhotep et Salomon
91
Des Époques Différentes
En dépit des efforts assidus des historiens, archéologues et
exégètes, pas la moindre trace de preuve à l’appui de la datation de
ladite monarchie unifiée de David et Salomon n’a été trouvée. Les
chercheurs ont été induits en erreur par la chronologie biblique,
laquelle présente David et Salomon comme ayant vécu durant la
période qui suivit l’Exode et l’installation en « Terre promise ».
Nombre de ces événements bibliques sont en fait survenus
quatre à cinq siècles plus tôt que ce que l’Ancien Testament voudrait
nous faire croire. Twthmosis III, le roi David historique, tout comme
son arrière-petit-fils Amenhotep III, le biblique Salomon,
appartenaient à la XVIIIème dynastie égyptienne.
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire