Présentation TAC 28 novembre 2013 - Final v-2013-11-26

publicité
Le trouble d’acquisition
de la coordination (TAC)
Préparé par Josée Delambre et Karine Gagnon,
ergothérapeutes
CHU Sainte-Justine
Novembre 2013
Objectifs de la présentation
Définir ce qu’est un TAC
Situer le rôle du médecin dans la
démarche diagnostique et la prise en
charge d’un enfant présentant un TAC
Comprendre la contribution de
l’ergothérapeute dans l’établissement du
diagnostic de TAC
Se familiariser avec la prise en charge et
les ressources disponibles pour l’enfant
présentant un TAC
ASPECTS THÉORIQUES
Terminologie : Quel terme utiliser dyspraxie ou
trouble d’acquisition de la coordination?
Différentes terminologies influencées par les
différents champs de pratique :
Neuropsychologue : Dyspraxie et autres Dys : Utilisé
beaucoup en Europe par Micheline Mazeau et Alain
Pouhet. Réfère beaucoup à la partie cognitive de la
dyspraxie (Dyspraxie idéomotrice, dyspraxie
visuospatale et de construction). Le trouble moteur
n’est pas le symptôme dominant.
Ergothérapeute : Trouble d’intégration sensorielle,
Dyspraxie, Trouble d’acquisition de la coordination.
Terminologie : Quel terme utiliser ?
Le terme trouble d’acquisition de la coordination
(TAC) ou DCD en anglais doit être privilégié.
L’accent est mis sur l’aspect moteur du trouble et cela
décrit très bien les difficultés de la personne atteinte.
Terme choisi internationalement en 1994 et toujours
recommandé par le guide de pratique de l’European
Academy for Childhood Disability (EACD) (2011).
Terme utilisé au Canada anglais, aux ÉU, au Paysbas, Allemagne…
Auparavant appelé « clumsy kids »
Définition du trouble d’acquisition
de la coordination (DSM-V) (315.4)
A. L’acquisition ou l’exécution de la coordination motrice est
nettement en-dessous du niveau escompté compte tenu de
l’âge chronologique et des opportunités pour l’apprentissage et
la mise en pratique de nouvelles habiletés. Les difficultés se
manifestent par de la maladresse (ex. échapper les objets ou se
cogner sur ceux-ci), vitesse d’exécution lente ou mauvaise
performance dans les habiletés motrices (ex. attraper un objet,
utiliser des ciseaux ou les ustensiles, écriture, faire du vélo,
performances sportives).
B. La perturbation décrite dans le critère A interfère de façon
significative et persistante avec la performance dans les
activités de la vie courante appropriées pour l’âge
chronologique (ex. hygiène personnelle) et a un impact sur la
réussite scolaire/académique, dans les activités ‘’préprofessionnelles’’ et professionnelles, sur les loisirs et les jeux.
Définition du trouble d’acquisition
de la coordination (DSM-V)(315.4)
C. Les premiers symptômes apparaissent tôt dans
le développement de l’enfant.
D. Les difficultés motrices ne sont pas mieux
expliquées par une déficience intellectuelle ou
un problème visuel et ne sont pas attribuables à
une condition neurologique (ex. paralysie
cérébrale, dystrophie musculaire, trouble
dégénératif).
Connaissance de la problématique
au Canada
Seulement 9% des médecins de famille et 23% des
pédiatres canadiens avaient déjà posé ce diagnostic
94% des pédiatres et 89% des médecins de famille
sentent le besoin d’avoir plus d’informations sur le
TAC
Seulement 36% des pédiatres et 39% des médecins
de famille croient que le DSM-IV contient assez
d’informations pour faire un diagnostic précis
Seulement 24% des pédiatres et 37% des médecins
de familles pensent que le TAC est facile à
diagnostiquer.
(Sondage Reid, 2011)
Prévalence
Actuellement, la prévalence varie d’une étude à
l’autre allant de 5 à 20% de la population générale.
La prévalence citée le plus fréquemment dans la
littérature est de 5 à 6% de la population générale
avec un ratio de 2:1 (garçon : fille). (Blank et al. 2011)
Le DSM-V mentionne un ratio garçon fille entre 2:1 et
7:1
Comorbidités
TDAH
50% des TAC présenteraient un TDAH (Blank et al., 2011)
16% des TDAH seraient à risque d’avoir aussi un TAC (Léger,
2011)
Troubles apprentissages
Pour le TAC, la composante motrice doit prédominer sur la
composante d’apprentissage.
Dysgraphie vs problème écriture (langage écrit)
Trouble de langage
La prévalence du TAC chez les enfants présentant un
trouble du langage pourrait aller jusqu’à 70%. (Blank et al., 2011)
Trouble du spectre autistique
Selon une étude, 8 % des enfants ayant un TAC sévère
présenteraient aussi un TSA. Et 4% des enfants ayant un
TAC modéré présenteraient aussi un TSA. (Blank et al., 2011)
Étiologie
Étiologie précise inconnue
Hypothèse d’un dysfonctionnement du cervelet a été
soulevée
Prévalence plus grande chez les prématurés,
naissance de petit poids et exposition à l’alcool en
cours de grossesse (DSM-V)
50% des enfants ont eu une naissance difficile:
anoxie de courte durée, Apgar 1er chiffre bas (Pannetier,
2007)
Existence possible de causes génétiques (présence
de problèmes développementaux dans la famille:
trouble de langage, dyslexie…).
Importance du diagnostic de
TAC
Possibilité d’obtenir une intervention précoce:
à l’école, en CR.
Études ont démontré qu’il n’y a pas
d’amélioration sans interventions.
Permet de mieux comprendre le
fonctionnement de l’enfant et évite qu’il soit
étiqueté comme paresseux.
Réduit l’impact émotionnel (estime de soi,
isolation, victimisation) et comportemental.
DÉMARCHE DIAGNOSTIQUE
Bref rappel
Le diagnostic est un acte réservé au médecin. Il peut être
difficile pour un médecin d’évaluer seul les 4 critères du DSM-V
correspondant au trouble d’acquisition de la coordination.
Une demande à une équipe multidisciplinaire, à un
ergothérapeute ou un physiothérapeute permet de documenter
les difficultés.
Préoccupations des parents
L’ergothérapeute contribue grandement au processus
diagnostic. De part sa formation, ce professionnel évalue la
coordination motrice et le rendement dans les habitudes de vie:
autonomie personnelle (repas, habillement, soins personnels),
loisirs et scolaire.
Contribution du médecin
Dépistage des difficultés de coordination et
documentation du fonctionnement global de
l’enfant dans son quotidien
Tableau de développement des
habitudes de vie (p1 de 3)
Signes d’appel d’un TAC
Entrevue dirigée auprès des parents (Grille
« Signes d’appel d’un TAC »)
Dépistage clinique (Tableau développemental des
habitudes de vie)
Questionnaire sur le trouble d’acquisition de la
coordination (QTAC)
Tableau de développement des
habitudes de vie (p2 de 3)
Tableau de développement des
habitudes de vie (p3 de 3)
Questionnaire sur le trouble
d’acquisition de la coordination (QTAC)
Questionnaire conçu pour les parents afin d’aider à
l’identification du TAC chez les enfants.
Les parents doivent comparer le rendement moteur à
celui d’autres enfants du même âge selon une
échelle de 5 points.
Selon une étude publiée en 2001, la cohérence
interne du QTAC est élevée et les résultats des
analyses discriminantes sont convenablement élevés
pour un outil de dépistage.
QTAC
Traduit et validé en français
Le pointage individuel de chacune des catégories ne
fournit pas d’indication sur la présence ou non d’un
TAC.
Cependant, lorsque ces pointages sont examinés entre
eux et par la suite comparés avec des résultats
d’évaluation formelle et informelle, ils aident à
l’identification d’une force motrice particulière et des
défis expérimentés par un enfant.
15 questions regroupées en 3 catégories:
QTAC
QTAC
Contrôle lors du mouvement
Motricité fine et écriture
Coordination globale
Contribution du médecin
Critère C : Moment d’apparition des
symptômes, en bas âge ou subit?
Collecte de données au dossier médical
Histoire périnatale et du développement
Contribution du médecin
Critère D : Présence d’autres troubles
pouvant entraîner des difficultés de
coordination?
Collecte de données au dossier médical
Évaluation médicale complémentaire si jugée
pertinente.
Demande d’évaluation en
ergothérapie
Motif de la consultation:
« Évaluer les habiletés de coordination
motrice et le fonctionnement dans les
habitudes de vie: Hypothèse de TAC. »
Référer: CSSS si possible ou en Centre
Hospitalier
Contribution de l’ergothérapeute
à l’évaluation diagnostique
Critère A : Évaluation des habiletés de
coordination motrice
Utilisation de tests standardisés recommandés par
l’EADC afin d’évaluer le fonctionnement moteur.
Certains de ces tests peuvent prédire ce que seront les
habiletés d’écriture à l’âge scolaire, donc prédire
certaines difficultés.
Contribution de l’ergothérapeute
à l’évaluation diagnostique
Critère A : Évaluation des habiletés de
coordination motrice
Évaluation de la motricité fine: coordination des
mouvements globaux et raffinés, planification de
nouveaux mouvements moteurs, force et endurance
des membres supérieurs, préhension et contrôle des
outils tels que le crayon et les ciseaux, dextérité.
Évaluation de la motricité globale: l’équilibre statique et
dynamique, la coordination dans les sauts, contrôle
postural, contrôle des lancers et de la capacité
d’attraper, la planification des mouvements dans
différents types d’environnements.
Contribution de l’ergothérapeute
à l’évaluation diagnostique
Critère B : Évaluation du rendement de
l’enfant dans les habitudes de vie.
Questionnaires aux parents
Analyse d’activités de la vie quotidienne
adaptée à l’âge de l’enfant
Échanges avec l’éducateur de la garderie ou
avec le professeur
Évaluation d’activités pré-scolaires et scolaires
(bricolage, écriture…)
Conclusion de l’ergothérapeute
Légalement, l’ergothérapeute ne peut donner
le diagnostic du TAC.
Doit rester dans son champs d’expertise, soit
le rendement occupationnel:
« Les difficultés de coordination motrice de l’enfant ont un
impact significatif et persistant dans la réalisation de ses
habitudes de vie. Ce profil de fonctionnement pourrait
correspondre à un trouble d’acquisition de la coordination
(dyspraxie motrice), ce qui demeure à être confirmé par le
médecin de l’enfant. »
Émission du diagnostic par le
médecin
Considérer les divers avis professionnels.
Évaluer si l’enfant répond aux 4 critères
diagnostiques.
Considérer les recommandations de
l’Association Européenne (EACD).
Recommandations de l’EACD
Il est fortement recommandé de NE PAS poser le
diagnostic AVANT l’âge de 5 ans.
L’EACD recommande que le diagnostic ne soit pas fait
trop tôt pour éviter de confondre TAC et retard léger du
développement qui pourrait se normaliser dans les
années à venir.
Autonomie dans les AVQ (critère B) difficile à évaluer
avant l’âge de 5 ans.
La collaboration et la motivation chez ces enfants est
plus variable.
Recommandations de l’EACD
Pour les enfants âgés de 3 à 5 ans, si le diagnostic
est nécessaire (ex. pour recevoir des services), il
faut absolument utiliser le 5e percentile comme
seuil. Une étude de suivi a démontré que dans la
population diagnostiquée à l’âge préscolaire, le
trouble est stable après 2 à 3 ans seulement pour les
cas sévères (<5e percentile). (Pless et al. 2002 dans Blank et
al., 2011)
Recommandations de l’EACD
et du DSM-V
Il peut y avoir double diagnostic si, et
seulement si, les difficultés de coordination
motrice sont supérieures à ce que l’on peut
s’attendre en présence d’un autre diagnostic
(ex: DI, TDAH ).
Sinon, on parlera de troubles praxiques (ex.
trouble praxique associé à un trouble primaire
du langage (dysphasie).
Recommandations de l’EACD
Chez les enfants présentant une comorbidité
TDA(H)/TAC : la médication peut être efficace
pour améliorer la performance. Il n’y a cependant
pas de médication efficace pour améliorer les
symptômes du TAC.
Les enfants présentant un TDAH en comorbidité
devraient recevoir de la médication
psychostimulante, si la condition clinique l’indique:
En effet, il est démontré que cela améliore les
symptômes de motricité fine (ex. écriture).
Contribution de l’
l’ergothé
ergothérapeute à la dé
démarche diagnostique
d’un trouble d’
d’acquisition de la coordination (TAC)
Le parent décrit son enfant comme présentant une maladresse motrice ou une lenteur d’exécution
Dépistage des difficultés de coordination motrice qui interfèrent avec la réalisation des habitudes de vie
• Grille d’évaluation des indicateurs d’un TAC
• Questionnaire sur le trouble d’acquisition de la coordination (QTAC)
Difficultés présentes
Oui
Hypothèse de TAC
à rejeter
Non
Oui
Critè
Critère C: Apparition des difficultés durant les première années de vie ?
•Histoire périnatale et histoire du développement
Non
Oui
Critè
Critère D: Présence d’un autre trouble pouvant entraîner des difficultés de coordination motrice ?
• Évaluation médicale complémentaire au besoin
Non
Présence d’un diagnostic
dont les difficultés de
coordination sont
inhérentes:
Présence d’un diagnostic
en comorbidité avec un
TAC:
• Neurofibromatose
• Syndrome de Sotos
• DMC
• Troubles neurologiques
• Etc
•TDA/H
•Trouble d’apprentissage
•Trouble du spectre de
l’autisme
•Trouble de langage
•Déficience intellectuelle
Présence de troubles
praxiques sans TAC
Évaluation en ergothé
ergothérapie
• Centre hospitalier
• Clinique privée
Critè
Critè
Critère A:
Critère B:
L’acquisition ou l’exécution des tâches de Les difficultés de coordination motrice
coord in ation motric e est notablement interfèrent avec les habitudes de vie ?
inférieure à ce à quoi on s’attendrait compte
tenu de l’âge et de la stimulation reçue ?
Émission d’une opinion professionnelle sur la présence ou l’absence des critè
critères A et B
Transfert d’information au médecin
Émission du diagnostic de TAC
si les 4 critè
critères sont présents
Médecin
Ergothérapeute
•Critères tirés de «American Psychiatric Association (2013), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th Edition:DSM-5, American Psychiatric Press, Washington D.C. ».
•Document préparé par Josée Delambre et Karine Gagnon, ergothérapeutes au CHU Sainte-Justine, 2013.
DÉMARCHES POST-DIAGNOSTIC
Prise en charge d’
d’un enfant pré
présentant
un trouble d’
d’acquisition de la coordination (TAC)
Rôles du mé
médecin
Référer
Centre de ré
réadaptation en dé
déficience physique (CRDP)
Documents exigé
exigés pour l’
l’admissibilité
admissibilité:
• Rapport médical confirmant le diagnostic de TAC en conformité avec
les critères du DSM-5
• Rapport de l’ergoth
ergothé
érapeute incluant :
• Résultats aux tests moteurs standardisés
• Une description de l’impact des difficultés motrices sur la
réalisation des habitudes de vie
• Les difficultés motrices doivent être significatives et persistantes
Surveiller les conditions associées
•
•
•
•
•
•
•
Trouble d’apprentissage
TDAH
Obésité
Trouble de langage
TSA
Trouble de comportement
Trouble émotionnel (dépression,
anxiété, estime de soi)
Prise en charge par une équipe multidisciplinaire
• Intervention individuelle ou de groupe en ergothérapie, physiothérapie
et au besoin orthophonie
• Formation/soutien aux parents et au milieu scolaire
• Adaptation au besoin (ex: ordinateur)
• Évaluation complémentaire en neuro-psychologie
Communication de l’évolution du fonctionnement
de l’enfant au médecin traitant
Médecin
CRDP
•Document préparé par Josée Delambre et Karine Gagnon, ergothérapeutes au CHU Sainte-Justine, 2013.
Informer les parents des
ressources disponibles
• Livres aux parents
• Livres aux enfants
• Association Québécoise pour
les enfants Dyspraxiques
(AQED)
Demande de soutien dans le
milieu scolaire
Cote 33: Aide financière pour les élèves.
Soutient: 1h/semaine d’un professeur itinérant.
Ressource NETTEMENT insuffisante. Aide variable
d’une école à l’autre.
Parfois présence d’une éducatrice quelques heures
semaines pour accompagner l’élève.
Voir exemples de lettre pour obtenir la cote 33
Lettre type cote 33
Pronostic (Zwicker et al. 2012)
Difficultés motrices peuvent persister jusqu’à
l’adolescence et l’âge adulte.
Les manifestations du TAC peuvent évoluer avec le
temps vers des troubles de santé mentale, troubles
émotionnels et des troubles du comportement.
Une évolution développementale des symptômes
peut être notée:
Petite enfance: préoccupations de la motricité et
des habiletés de jeux.
Enfance: défis sur le plan de l’autonomie, du
rendement scolaire et de la socialisation.
Adolescence: défis sur le plan de l’estime de soi et
de la gestion des émotions.
Pronostic (Zwicker et al. 2012)
Plus grand risque:
Obésité
Maladies coronariennes
Anxiété
Dépression
Diminution de leurs condition physique et de
leurs capacités cardiorespiratoire
comparativement à leurs pairs.
Écart du niveau de la condition physique
avec l’âge.
Ressources pour les parents
Livres suggérés pour les parents
Breton S., F. Léger. Mon cerveau ne m’écoute pas. Éditions du CHU
Sainte-Justine 2007, 178 p.
Huron, C. L'enfant dyspraxique: mieux l'aider à la maison et à
l'école. Odile Jacob, Octobre 2011, 198 p.
Léger, F. et P. Dalcourt. La Dyspraxie de l'Enfant: vos grandes
questions, nos meilleures réponses. Février 2012, 162 p.
(Disponible à partir du site www.sosdyspraxie.com)
Livres suggérés pour les enfants
Carrier, I. La petite casserole d’Anatole, Éditions Bilboquet, 2009, 40p.
De Saint Mars, D. Max est maladroit. Friboug :Calligram, 1996, 45p.
Legendre, G. L’histoire de Manou le singe dyspraxique, Éditions
Francophonie, 2012
Teruel, C. et J. Eugène. Et encore à l’envers! Prayssas : Arphilvolis,
2008
Sites internets
Sites internet
Informations
SOS DYSRPAXIE
www.sosdyspraxie.com
CanChild-Center for Childhood Disability Research
www.canchild.ca
Associations
Association Québécoise pour les Enfants
Dyspraxiques (AQED)
www.dyspraxie-aqed.ca
Références
American Psychiatric Association, & American Psychiatric Association.
(2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders: DSM-V.
Amer Psychiatric Pub Inc.
Blank, R., Smits-Engelsman, B., Polatajko, H., & Wilson, P. (2012).
European Academy for Childhood Disability (EACD):
Recommendations on the definition, diagnosis and intervention of
developmental coordination disorder (long version)*. Developmental
Medicine & Child Neurology, 54(1), 54-93.
Breton, S., & Léger, F. (2007). Mon cerveau ne m'écoute pas: comprendre
et aider l'enfant dyspraxique. Éditions du CHU Sainte-Justine.
Léger, F. & Dalcourt, P. (2012) La Dyspraxie de l’Enfant : vos Grandes
Questions, nos Meilleures réponses. Sherbrooke.
Zwicker, J. G., Missiuna, C., Harris, S. R., & Boyd, L. A. (2012).
Developmental coordination disorder: a review and update. European
Journal of Paediatric Neurology, 16(6), 573-581.
Missiuna C, Gaines R, Soucie H. Why every office needs a tennis ball: a
new approach to assessing the clumsy child. CMAJ 2006; 175 (5): 471-3
Coordonnées
Josée Delambre, ergothérapeute
Centre de réadaptation Marie Enfant (CRME) du CHU Sainte-Justine
Téléphone : (514) 374-1710 poste: 8628
Courriel: josee.delambre.hsj@ssss.gouv.qc.ca
Karine Gagnon, ergothérapeute
CHU Sainte-Justine
Téléphone : (514) 345-4931 poste: 6698
Courriel: karine.gagnon.hsj@ssss.gouv.qc.ca
Merci à tous !
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire