Fiche conseil

publicité
n°41
Les informations santé de votre pharmacien
FICHE PRATIQUE
La trousse de secours
DOSSIER
L’ostéoporose
Revue offerte par
votre pharmacien
Santé
Prévention
Pédiatrie
Véto
LE MAL DE DOS
LE MOUSTIQUE TIGRE
LA POUSSÉE DENTAIRE
ADOPTER UN ANIMAL
V0807-140
L’avenir aura
toujours besoin
de pionniers
ratiopharm :
le laboratoire pionnier du médicament générique
S'il existe aujourd'hui des médicaments sûrs et plus
économiques, c'est grâce à des pionniers. En 1973,
ratiopharm a été le premier laboratoire en Europe à
proposer une démarche visionnaire et engagée, avec le
médicament générique. Une innovation essentielle pour
la pérennité économique de notre système de santé.
Un choix que toutes les équipes ratiopharm s’engagent
à élargir. Pour que nous soyons toujours plus nombreux
à mieux vivre demain.
EDITO
SPoréph
noiemVe
Nna
omnt-, LViolloes
En Mai, fais ce qu’il te plaît !
Dans ce nouveau numéro de Cali infos, il y aura forcément un sujet qui vous séduira, vous
interpellera, vous concernera …
Les membres du groupement de pharmaciens Cali Pharma l’ont pensé et écrit pour vous qui
poussez chaque jour la porte de nos officines. La variété des thèmes s’étend de l’ostéoporose
jusqu’à la recette de notre région en passant par le kite surf.
Alors à tous, très bonne lecture
et à bientôt !
Les pharmacies
Pharmacie DES GLACIS - DUNKERQUE
Pharmacie BECART - BOURBOURG
Pharmacie BOUTON - ARMENTIERES
Pharmacie BRASSELET - AVELIN
Pharmacie CACHEUX-FICHELLE - LOMME
Pharmacie DANTOING - CYSOING
Pharmacie DOLLE - AIRE SUR LA LYS
Pharmacie DRESZER - SAINT-SAULVE
Pharmacie FLAMANDE - LILLE
Pharmacie HAYE - WATTRELOS
Pharmacie HENNEVIN - LA MADELEINE
Pharmacie LE BARON - HELLEMMES
Pharmacie de l’HOTEL DE VILLE - LINSELLES
Pharmacie LEULLIETTE - GRANDE SYNTHE
Pharmacie MARQUIS - HALLENNES les HAUBOURDIN
Pharmacie de la MAIRIE - LOOS
Pharmacie D’ENNEQUIN - LOOS
Pharmacie Chasse Royale - VALENCIENNES
Pharmacie DU BOURG - LAMBERSART
Pharmacie SAINT GEORGES - CAMBRAI
Pharmacie PLESSIET - AULNOY
Pharmacie THOMAS - CALAIS
Pharmacie ULRICH - LA MADELEINE
Pharmacie DEHAUT-VANHEEMS - VIEUX CONDÉ
Pharmacie de la frontière - CRESPIN
Pharmacie SAINT LEGER - TRITH SAINT LEGER
Pharmacie de l’HOTEL DE VILLE - BRUAY LA BUISSIERE
Pharmacie VERSCHAVE - CASSEL
Pharmacie DE FLEURBAIX - FLEURBAIX
n°41
3
* Votre vie - Crédit photo : Christian Duchet - Mylan - DBG Studios 7961e
Mylan, votre nouvelle référence santé
Mylan, 3 ème laboratoire pharmaceutique en France (1), offre la plus large gamme (2) de
médicaments afin de soulager, soigner ou guérir le plus grand nombre de patients.
Vous connaissiez le nom de votre médecin et celui de votre pharmacien, découvrez celui
de vos médicaments.
Mylan, votre nouvelle référence santé.
(1) En nombre de médicaments délivrés.
Source GERS, données ville en cumul mobile en novembre 2010.
(2) En nombre de présentations commercialisées - Source CIP au 31/12/2010.
SOMMAIRE
ACTUALITÉ
6 Lu pour vous
9 Le parcours de soins
SANTÉ
10
DOSSIER
L’ostéoporose
13
18
21
23
29
31
32
Santé Le mal de dos
Santé Troubles de la thyroïde et grossesse
Prévention Le moustique tigre
Pédiatrie La poussée dentaire
Santé La constipation
Phytothérapie La digestion
Homéopathie Préparer un examen
FICHES PRATIQUES
25 La trousse de secours
27 Régime pour éviter les récidives de lithiase urinaire
BEAUTÉ et SPORT
CALIPHARMA : Société anonyme coopérative
de commerçants détaillants à capital variable.
Siège social : Centre d’Affaires de l’Horlogerie
48, rue des Canonniers - 59000 Lille
RCS 381209642 RCS Lille
34 Beauté La cellulite
38 Sport Le kite surf
VETO
Responsable de la publication :
C. Leulliette
Responsable publicité : C. Leulliette
Archives : C. Leulliette
Comité de rédaction : S. Venant, M-E. Peyronnet,
R. Alcaïde, F. Vekemans, A. Le Baron,
F. Bécart, S. Verschave, C. Leulliette,
A.Dollé, V. Fichelle, I. Plessiet, C. Bouton,
M.C. Vuillermet, A.S. Vanheems, P. Thomas,
B. Ulrich, H. Mormentyn
40 Adopter un animal
PRES DE CHEZ VOUS
42
Notre invitée Evelyne De Wildeman
et le réseau Passerelles
Rattes en rosette.
44
Notre région St Jacques à l’infusion d’Arleux, Numéro 41 - MAI 2011
Ce magazine a été écrit et réalisé par l’équipe
des pharmaciens Cali Pharma
Numéro tiré à 10 500 exemplaires.
Réalisation :
DIDIER Conception Graphique
03 21 20 39 96
www.didier-concept.com
CALI-MINI, CALI-MALIN
46 La digestion
LE MAL DE DOS
13
LE MOUSTIQUE
TIGRE
LA POUSSÉE
DENTAIRE
ADOPTER
UN ANIMAL
21
23
40
n°41
5
Lu pour vous
Hervé Mormentyn - Valenciennes
La
forme
en
« S »
de l’hippocampe
lui est vitale
Si l’hippocampe a une forme si surprenante, c’est pour mieux
chasser ! L’équipe du biologiste Sam Van Wassembergh de
l’université d’Anvers, en Belgique, a comparé son profil en «S» à
celui de son proche cousin l’anguille de mer, droit comme un «I», à
l’image de leur ancêtre commun.
Et elle a découvert, analyses mathématiques et vidéo à l’appui, que
l’hippocampe tend son coup arqué pour croquer plus avant petits crustacés
et larves de poisson. Ce qui lui offre une zone de pêche 20% plus vaste !
Sa forme, sélectionnée par l’évolution, est ainsi vitale pour ce piètre nageur
qui attaque ses proies la queue agrippée à une algue.
Science et vie – avril 2011
Tchernobyl :
des experts
trop exposés…
De 1986 à 1991, des scientifiques
soviétiques s’aventurent dans les
entrailles du réacteur. A l’automne
1986, ils découvrent, stupéfaits,
une première coulée de lave de
combustible en forme de pied
d’éléphant.
Des concrétions si irradiantes
que, pour en récupérer des
échantillons, il a parfois fallu tirer
de loin à la kalachnikov et courir
ramasser les éclats avant de
s’enfuir…
Science et vie – Avril 2011
Les huîtres sauvages
ont presque disparu
n°41
Près de 85% des récifs naturels d’huîtres ont été détruits dans le monde :
c’est une estimation de Michael Beck (Université de Californie, Etats-Unis),
qui a retracé l’évolution de ces écosystèmes sauvages au cours des siècles.
Dans 70% des 140 baies étudiées, l’abondance en huîtres a été réduite
de 90% et dans plus d’un tiers des sites, les populations sont considérées
comme éteintes. C’est le cas en Europe, en Australie et en Amérique du
Nord.
Sont mises en cause les récoltes excessives, la
dégradation du milieu et les maladies.
Or, la préservation des huîtres devrait être une
priorité : outre leur importance économique,
elles jouent un rôle fondamental pour
l’écosystème en filtrant l’eau et en luttant
contre l’érosion des côtes.
Science et vie – avril 2011
Le vaisseau sanguin prêt à l’emploi et universel
vient d’être mis au point
Disposer en permanence de vaisseaux sanguins prêts à l’emploi pour n’importe quel malade ?
(…) En collaboration avec des chercheurs universitaires, la société américaine Humacyte a cultivé
des cellules de muscle lisse, celles-là mêmes qui constituent les vaisseaux sanguins. Les cellules
produisent une structure en collagène de même forme que le support. Elles sont ensuite éliminées
grâce à un détergent biologique pour empêcher le greffon d’induire une réaction du système
immunitaire du receveur. Après avoir été conservés pendant six mois au frais, ces vaisseaux,
toujours perméables et élastiques, ont été greffés chez le chien et le babouin avec succès.
Science et vie – avril 2011
6
Allégés :
ouvrez l’œil !
Dopamine et
Frisson musical
Le plaisir très intense que peut procurer
une musique libère de la dopamine dans
le cerveau, selon l’équipe du Canadien
Robert Zatorre.
L’activité de ce neuro-transmetteur,
que l’on sait liée à la réception de
« récompenses » telles que la nourriture
ou l’argent, s’observe non seulement lors
de l’écoute, mais aussi par anticipation,
dans l’attente de la musique.
Science et vie – avril 2011
Les produits allégés se multiplient
de façon impressionnante. Pas
nécessairement dans la plus
grande clarté pour le consommateur. Du côté des édulcorants,
on distingue des édulcorants
nutritifs (sorbitol, mannitol…) des
non nutritifs comme la saccharine
ou l’aspartame, qui ne sont pas
caloriques. La situation n’est pas
plus claire du côté des boissons
allégées, qui peuvent avoir entre
25 et 100% de sucre en moins.
La mention « sans sucre ajouté »
ouvre sur le plus grand flou artistique. Enfin, « allégé en alcool »
ne veut pas dire allégé en sucre.
Le smartphone :
nouvelle mallette
du docteur ?
Le smartphone fait aussi tensiomètre !
Placé sur la poitrine du patient et relié à un
brassard gonflable, l’iPhone® (ou l’iPad®)
mesure la tension artérielle, analyse les
données et les compare aux précédentes.
Seules les boissons sans sucre
et sans alcool sont véritablement
sans calories…..
Question Santé Mai 2011
C’est quoi…
La maladie
des griffes de chat ?
Assez rare, elle est due à une bactérie (« Bartonella
henselae ») transmise, le plus souvent, par une
griffure (ou une morsure) de chat. On traite cette
maladie bénigne avec des antibiotiques.
Top santé – avril 2011
Top santé – Avril 2011
C’est quoi…
» ?
« fantôme
e
r
b
m
e
m
un
s influx nerveux
e de
tation, il arrive qu
nt
Après une ampu
du moignon soie
au
ve
ni
atrice au
cic
la
e
de
br
t
em
an
m
en
ov
du
pr
venant
cerveau comme
le
r
pa
s
té
»
ré
e rp
inte
bre fantôm
nsation de « mem
retiré. D’où cette se
nté – Avril 2011
Top sa
Les plantes
sont-elles sans danger ?
Souvent, mais pas forcement. Ces dernières années, plusieurs accidents sont
survenus avec des plantes (…) En outre, certaines plantes en provenance de
pays à faible coût de main-d’œuvre peuvent être de mauvaise qualité (…) Depuis
2008, sur les 200 plantes référencées à la Pharmacopée européenne, 148 ont
été « libérées » et peuvent être vendues sans contrôle, en tant que complément
alimentaire. Or, certains présentent un dosage très proche de celui du médicament
contenant la même plante.
Top santé – Avril 2011
n°41
7
LES PHARMACIENS
CALI
OFFI
vous proposent
tout
le
matériel
médical
Vous proposent
haute qualité
tout le matériel médical
haute qualité
VENTE ET
LOCATION
RIEL
DE MATÉ
MÉDICAL
MVD
MÉDICAL
Mieux Vivre à Domicile
www.mvd-medical.com
31
Actualités
Sophie Venant - Loos
Le parcours de soins coordonné
Parce qu’il suit ses patients
sur la durée, le médecin
traitant est le mieux placé
pour vous conseiller les
examens ou traitements les
plus adaptés à votre état
de santé. Il coordonne vos
soins et vous oriente dans
le parcours de soins coordonné. Ce suivi peut vous
éviter des consultations inutiles, des examens à refaire
ou des mélanges dangereux
de médicaments.
Vous avez 16 ans ou plus ?
Vous devez choisir et déclarer à
l’assurance maladie votre médecin
traitant.
A noter : les mineurs de 16 et 17
ans doivent avoir l’accord d’un des
2 parents ou du titulaire de l’autorité
parentale.
Les enfants de moins de seize
ans ne sont pas concernés par ce
dispositif.
Vous suivez le
parcours de soins
coordonnés :
En déclarant votre médecin
traitant et en le consultant en
priorité, vous bénéficiez d’un taux
de remboursement de 70 % du tarif
conventionnel de 23 € (moins 1 €
au titre de la participation forfaitaire
due sur les consultations, analyses,
examens…) soit 15,90 €.
Ce taux de remboursement est
maintenu si vous êtes amené à
consulter son remplaçant ou un
autre médecin, en cas d’éloignement de votre résidence habituelle
ou en cas d’urgence.
Selon votre situation (affection
longue durée, grossesse de plus
de six mois, couverture maladie
universelle par exemple), vos
consultations chez les médecins
conventionnés peuvent être prises
en charge à 100 %.
Le formulaire de déclaration du
médecin traitant (S 3704) est
téléchargeable sur le site de
l’assurance maladie. Remplissez le
ensuite avec le médecin que vous
avez choisi.
Le médecin conventionné de
secteur 1 applique le tarif conventionnel. Un dépassement d’honoraires n’est autorisé qu’en cas de
demande particulière. (exemple:
visite hors des horaires habituels
d’ouverture du cabinet)
Le médecin de secteur 2 pratique
des honoraires libres. Le montant
du dépassement n’est pas remboursé par l’assurance maladie.
Votre médecin traitant peut, avec
votre accord, vous orienter vers un
autre médecin (rhumatologue, cardiologue…) appelé alors médecin
correspondant. En le consultant,
vous bénéficiez d’un suivi médical
coordonné. Tous les éléments nécessaires à la bonne coordination
de vos soins (résultats d’examens
complémentaires, compte rendus
opératoires…) seront transmis à
votre médecin traitant.
Votre taux de remboursement habituel est maintenu à 70 % du tarif de
base.
Vous êtes hors du
parcours de soins
coordonnés :
Vous n’avez pas déclaré de médecin traitant ou vous consultez un
autre médecin sans être orienté
par votre médecin traitant : vous
serez moins bien remboursé par
l’assurance maladie (30% au lieu
de 70% du tarif forfaitaire).
A noter : certains médecins spécialistes peuvent être consultés en
accès spécifique direct :
--gynécologue
--ophtalmologue
--psychiatre ou neuropsychiatre si
vous avez entre 16 et 25 ans
--stomatologue sauf actes de
chirurgie lourds.
Pour consulter un spécialiste en
accès direct autorisé, vous devez
avoir déclaré un médecin traitant
sinon vous serez considéré comme
étant hors du parcours de soins
coordonnés et vous serez moins
bien remboursé.
Certains actes ou soins ne
s’intègrent pas au dispositif du
parcours de soins coordonnés
(soins à l’étranger, actes anatomopathologistes).
C’est le cas également pour certaines spécialités (chirurgie dentaire, auxiliaires médicaux, transport
sanitaire, pharmacien…)
Vous trouverez la liste complète de
ces exceptions et toutes informations utiles sur le site de l’assurance
maladie : www.ameli.fr.
n°41
9
Santé
Marie-Estelle Peyronnet - Lambersart
L’OSTEOPOROSE
L’ostéoporose est un problème de santé
publique de plus en plus préoccupant :
après 50 ans, le nombre de femmes atteintes augmente nettement. 45% des
femmes ménopausées souffriront d’une
fracture ostéoporotique d’ici la fin de
leur vie. En France, 60 000 fractures
vertébrales, 50 000 fractures du col du
fémur et 35 000 fractures du poignet
sont dénombrées chaque année.
Définition de l’ostéoporose
L’ostéoporose est une maladie osseuse caractérisée
par une diminution de la densité des os du squelette associée à des altérations de leur architecture
interne. Cette fragilité osseuse est responsable de
fractures.
Qu’est ce que l’ostéoporose?
•L’os est un tissu vivant en constant renouvellement : c’est le remodelage osseux.
Deux types de cellules interviennent : les ostéoclastes qui détruisent l’os ancien et les ostéoblastes
qui reconstruisent un nouvel os.
- La phase de résorption : les ostéoclastes creusent
des « trous » appelés lacunes dans l’os.
- La phase de formation : les ostéoblastes comblent
10
n°41
avec des protéines les lacunes creusées précédemment.
- La phase de minéralisation : le tissu jeune va se
calcifier grâce à un cristal de calcium.
Le remodelage osseux permet à l’os d’être solide
et résistant. La perte osseuse est liée à un déséquilibre entre la formation et la résorption (destruction)
osseuses.
Le renouvellement global du squelette est plus ou
moins rapide selon le type d’os. Ainsi les vertèbres,
riches en os spongieux, seront atteintes les premières par les fractures. D’autres os comme le col
du fémur, riches en os compact, se fractureront plus
tardivement.
•Evolution de la masse osseuse au cours de la vie :
Vers l’âge de 20 ans, le capital
osseux est constitué et la masse
osseuse est maximale. L’acquisition et le maintien du capital
osseux dépendent de facteurs
génétiques mais aussi environnementaux (alimentation, activité physique...).
A partir de 50 ans, la perte
osseuse débute pour les 2
sexes. Elle est plus rapide chez
la femme ménopausée du fait de
la carence œstrogénique.
Chez les personnes de plus de 70
ans, des apports souvent réduits
en calcium et en vitamine D
aggravent la perte osseuse.
•Survenue
d’une ostéoporose :
Le premier mécanisme provoquant l’ostéoporose est la baisse
de formation d’os nouveau due
à une diminution de l’activité des
ostéoblastes. Les ostéoblastes
ne parviennent plus à compenser les cavités creusées par les
ostéoclastes.
Le second mécanisme résulte
de l’emballement de l’activité
des ostéoclastes. La résorption
(ou destruction) s’accélère.
Ces phénomènes entraînent
un amincissement des travées
osseuses, siège de perforations,
l’architecture et les qualités
mécaniques de l’os sont altérés,
sa résistance diminue.
Signes cliniques:
L’ostéoporose passe longtemps
inaperçue car elle est non
douloureuse. Environ la moitié
des femmes reçoivent leur diagnostic d’ostéoporose après une
fracture. On parle de fracture de
fragilité. Le radius, les vertèbres
et le col du fémur sont souvent,
par ordre chronologique, les os
les plus atteints.
--La fracture du poignet survient environ 10 ans après la
ménopause.
--La fracture vertébrale apparaît
10 à 20 ans après la ménopause.
Les tassements vertébraux surviennent suite à une contrainte
rachidienne (jardinage, port
d’une charge...). Les deux tiers
de ces fractures ne sont pas
diagnostiqués en raison du
caractère peu spécifique des
douleurs. C’est une perte de
taille qui oriente vers le diagnostic de fracture vertébrale.
--La fracture du col du fémur
est plus tardive (après 70
ans). Elle est grave du fait des
risques opératoires (décès,
perte d’autonomie). Une majorité des patients en garde des
séquelles fonctionnelles.
Facteurs de risque:
L’âge, le sexe féminin, l’hérédité,
le déficit en oestrogènes (ménopause), un poids corporel faible,
une carence vitamino-calcique,
le tabac, l’alcool, certaines pathologies (diabète, insuffisance
respiratoire chronique, rhumatisme inflammatoire), certains
traitements, sont les principaux
facteurs de risque d’ostéoporose.
Comment prévenir
l’ostéoporose?
--Les mesures
hygiéno-diététiques
Les apports en calcium et en vitamine D doivent être suffisants.
Les habitudes alimentaires
actuelles vont vers une réduction
de la consommation de produits
laitiers, or ils sont indispensables
à la constitution du capital osseux
(à l’adolescence) et au maintien
de ce capital ensuite. Un produit
laitier à chaque repas comble les
apports calciques recommandés
(1000 à 1200 mg par jour).
--Le traitement hormonal
de la ménopause (THM)
Il n’est indiqué qu’en seconde
intention car les recommandations actuelles limitent la
prescription du THM au traitement des troubles climatériques
(bouffées de chaleur, difficultés
de sommeil...) sévères.
Chez le médecin: le
diagnostic:
Lors de la consultation, le médecin recherchera des antécédents
de fractures et évaluera le risque
futur. Une vigilance particulière
sera apportée aux personnes
présentant un profil à risque (voir
ci-dessus).
L’examen complémentaire clé est
l’ostéodensitométrie remboursée
sous certaines conditions depuis
2006. Cette technique permet
de mesurer la DMO (Densité
Minérale Osseuse). Son résultat
exprimé en T-score reflète la
différence de DMO du patient
avec celle théorique d’un adulte
jeune du même sexe au niveau
du même site osseux :
•T-score > -1: densité normale
•-2,5 < T-score < -1: ostéopénie
•T-score < -2,5: ostéoporose
La mesure des marqueurs
osseux (CTX sériques...) est
également très utile: une valeur
élevée indique une résorption
augmentée.
Une exposition solaire suffisante
(pour fixer la vitamine D) et
l’exercice physique doivent être
encouragés. Ce dernier améliore
la musculature et l’équilibre pour
limiter le risque de chute.
Le tabac et l’alcool sont responsables d’une diminution de
la DMO (Densité Minérale Osseuse) et doivent être évités. Des
apports nutritionnels corrects
sont nécessaires pour éviter les
carences et la maigreur. Les
troubles de la vue majorent le
risque de chute et sont à corriger.
n°41
11
Les traitements:
Le traitement médicamenteux n’est prescrit
qu’après correction du déficit en vitamine D et/ou
calcium s’il existe.
Les inhibiteurs de la résorption osseuse comprennent les bisphosphonates et le raloxifène.
Le tériparatide est stimulant de la formation
osseuse.
Le ranélate de strontium a une action mixte, à la
fois sur la formation et la résorption.
Dans le traitement de l’ostéoporose, beaucoup de
progrès sont souhaitables. En effet, les personnes
à haut risque de fracture ne sont pas souvent
dépistées et 8 femmes sur 10 ne reçoivent pas de
traitement après une première fracture.
Pourtant, on dispose actuellement de traitements
efficaces. Les bénéfices ne sont perceptibles
qu’au long terme et une bonne observance est
indispensable. Il ne faut pas perdre de vue que
l’ostéoporose est une maladie chronique...
LES MEDICAMENTS DE L’OSTEOPOROSE
Principe actif
Alendronate
(bisphosphonate)
Spécialité
Forme
Fosamax, Adrovance, Voie orale
Fosavance
Posologie
10 mg/jour
70 mg/semaine
Etidronate
(bisphosphonate)
Didronel
Voie orale
Ibandronate
(bisphosphonate)
Bonviva
1 cp/mois
Voie orale
Voie injectable 1 injection
tous les 3 mois
Risédronate
(bisphosphonate)
Actonel
Actonel combi
Voie orale
1 cp pendant 14 jours
puis relais avec cure de
calcium pendant 2 mois
et demi
Le didronel (cas particulier):
prise 2H avant ou après un
repas
5mg/jour ou 35mg/
semaine ou 75mg
2 jours de suite par mois
Acide zolédronique Aclasta
Voie injectable 1 perfusion par an
Raloxifène
Tériparatide
Ranélate de
strontium
Voie orale
1 cp/jour
Stylo prérempli 1 injection par jour
Sachets
1 sachet/jour
Evista, Optruma
Forsteo
Protelos
Remarques
Formes orales: prendre les
comprimés au lever, une demiheure avant le petit déjeuner ou
la prise d’un autre médicament,
en position assise ou debout.
Les avaler avec un grand verre
d’eau du robinet. Ne pas se
coucher après la prise.
Prise au repas ou non
A conserver au réfrigérateur
A prendre le soir deux heures
après le repas
Où trouver des informations ?
Livre: « ostéoporose en 100 questions » Assistance publique des hôpitaux de Paris. Ed NHA communication.
Site Internet: http://www.grio.org
12
n°41
Santé
Raphaëlle Alcaïde - Dunkerque
Le mal de dos
9 français sur 10 seront concernés au soigner rapidement et médicalement le lumbago pour
moins une fois dans leur vie par des dou- qu’il n’évolue pas vers la chronicité.
L’âge est un grand pourvoyeur de mal de dos. Le
leurs de dos.
vieillissement de la colonne vertébrale et la fonte
Les lombalgies motivent plus de 6 mil- musculaire sont responsables de déviations, d’usure
lions de consultations par an chez le et de désagrégation des disques intervertébraux.
médecin et sont à l’origine de 30 % des
arrêts de travail. Pour apprivoiser ce
« mal du siècle » et comprendre comment fonctionne le dos, apprenons les
bons gestes pour prévenir et soulager
cette fabuleuse charpente qui permet à
l’homme de se tenir debout.
Pourquoi
j’ai mal au dos ?
Lumbago, torticolis, sciatique, scoliose, hernie…
autant de mots qui font mal. Les lombalgies (littéralement : douleurs aux lombaires) que nous rebaptisons souvent de « mal de reins » ne sont pas une
maladie mais plutôt un symptôme. Si la douleur est
aiguë il s’agira sans doute d’un lumbago. A contrario,
lorsqu’elles durent plusieurs mois, elles sont dites
chroniques. Ces douleurs liées au squelette se produisent généralement à la suite d’un faux mouvement
ou d’une mauvaise posture. Il est très important de
n°41
13
L’arthrose siège très tôt dans le rachis, d’autant plus
que divers traumatismes et excès de posture ont
eu lieu dans la jeunesse. Le disque s’affinant et se
déshydratant, les vertèbres tendent à se rapprocher,
de petites saillies ou becs de perroquets se forment
puis se soudent. Les vertèbres perdent leur mobilité
et la raideur s’installe. Les douleurs inflammatoires
de la poussée disparaissent ensuite. Une colonne
arthrosique est en général indolore.
Il existe de nombreux facteurs environnementaux et
comportementaux qui favorisent le mal de dos.
La sédentarité prive la colonne vertébrale d’un
soutien musculaire de qualité. Le manque d’activité
physique et la faible oxygénation des tissus freinent
la régénération de l’os.
Chez la femme, la composante hormonale joue
un rôle important. La contraception orale, par un
apport d’hormone, peut provoquer une distension
ligamentaire conduisant parfois à diverses lombalgies. Enceinte, la prise de poids et les modifications posturales préparatoires à l’accouchement
(cambrure, déplacement du centre de gravité …)
peuvent conduire à de véritables sciatiques. Puis
l’ostéoporose qui fragilise le squelette suite à la
baisse hormonale de la ménopause augmente le
risque de fractures.
Le surpoids aggrave indirectement le mal de dos.
Il augmente le travail des articulations, en particulier du bassin. La défaillance de la barrière abdominale, fréquente lors de kilos en trop, accentue la
cambrure et provoque les lombalgies.
Le stress et le non-dit développent les contractures musculaires. En « avoir plein le dos » est un
adage qui dépeint une réalité. Plutôt que de s’exprimer verbalement, le corps se contracte de façon
chronique et involontaire. Cette tension excessive
fatigue, le seuil de la douleur est abaissé, le travail
de la colonne vertébrale augmente sans cesse.
Les conditions de travail, les gestes répétitifs,
le poids de lourdes charges, la sédentarité,
les secousses et les vibrations se répercutent
directement sur le dos. Secrétaires, chauffeurs
de taxi, déménageurs… autant de métiers à risque
pour le dos. « Etre en mauvaise posture » n’est
pas une locution sans fondement ! Il faut répartir
les pressions sur l’ensemble des acteurs du dos :
qu’il s’agisse des muscles, des ligaments, des
vertèbres ou des articulations, les mouvements
doivent s’effectuer sans contrainte et la colonne
doit rapidement être détendue.
Que faire
en cas de douleur ?
La priorité est de soulager. Que la douleur soit
aiguë ou chronique, il n’y a jamais d’intérêt à
souffrir. Les antalgiques calment la douleur,
quelle qu’en soit la cause. Ils ne sont pas
spécifiques. Selon les cas, le médecin
peut adjoindre un décontracturant
musculaire sur une courte
période et si besoin
14
n°41
un anti-inflammatoire. L’amélioration doit être
rapide. Si la douleur ne cesse pas, une nouvelle
consultation s’impose… Le traitement doit être
scrupuleusement respecté. L’automédication n’est
pas recommandée : ne jamais reprendre un ancien
traitement qui « avait fonctionné».
Le bon usage des anti-inflammatoires : Le traitement doit être court. Respectez les doses prescrites
et les moments de prises (toujours en mangeant).
N’associez jamais 2 anti-inflammatoires. Pour
combattre leur mauvaise tolérance digestive, votre
médecin vous prescrira peut-être un protecteur
gastrique. Ce traitement complémentaire est à
associer dès les premières prises, n’attendez pas
d’avoir mal à l’estomac pour le prendre. Respectez les précautions d’usage, évitez alcool et café
durant quelques jours.
La phytothérapie s’avère également très utile.
Harpadol® Arkopharma, spécialité titrée d’Harpagophytum possède une efficacité comparable
aux anti-inflammatoires sans effets secondaires.
Associé à la Prèle®Arkopharma pour son action
reminéralisante ou au Cassis®Arkopharma pour
son action drainante, cette cure naturelle permet
de soulager les douleurs aiguës et chroniques.
Le Bamboosil®Arkopharma aidera à retrouver la
souplesse vertébrale.
En complément, l’homéopathie trouvera toute sa
place dans le traitement de terrain lors des douleurs
chroniques. Rhus toxicodendron, Ruta graveolens,
Bryonia et/ou Arnica montana en 9 CH soulagent
la gêne. Hypericum 9 CH calme les douleurs
neurologiques liées au pincement du nerf sciatique
ou crural. On prendra ces remèdes à raison de 3
granules 3 fois par jour.
Le repos est obligatoire en cas de douleur aiguë.
De courte durée, il peut se prolonger un peu en cas
de sciatique associée à une hernie discale. Pour
toutes les douleurs chroniques, le mouvement
doux et régulier est, au contraire, à favoriser.
Le port d’une ceinture de maintien lombaire
permet de stabiliser la colonne, d’amortir les vibrations et les chocs et de pallier une faiblesse musculaire. La ceinture possède également une action
chauffante. Peu contraignante, elle ne gêne pas les
mouvements quotidiens mais oblige à respecter
des postures protectrices pour le dos. Prescrite ou
non, votre pharmacien vous aidera dans le choix
du meilleur modèle en fonction de votre morphologie et de l’utilisation que vous en ferez.
La chaleur est décontracturante. Elle active la circulation sanguine et accélère la régénération des
tissus. Les bains chauds, bouillottes, pommades
chauffantes, patchs chauffants (Thermacare®,
Syntholkiné®) sont de précieux alliés en cas
d’arthrose, de contractures, de courbatures et de
lumbago.
Les bienfaits d’un bain aux huiles essentielles
sont rapides. Versez un mélange d’une quinzaine
de gouttes d’huile essentielle de Rosmarinus officinalis camphora et d’Eucalyptus citriodora dans
une base dispersante, et plongez dans le bain une
dizaine de minutes. L’action décontracturante et
anti-inflammatoire est très rapide.
L’utilisation du froid est à réserver aux traumatismes, aux douleurs aiguës et inflammatoires et
en cas de chocs.
Le choix de faire pratiquer des séances de kinésithérapie ou de manipulation revient à votre médecin traitant. Le massage permet de dénouer le dos,
d’éviter la récidive et le passage à la chronicité. La
séance de kinésithérapie est rarement indiquée
lors d’une douleur aiguë. Le recours à l’ostéopathie
peut se révéler fort utile dès le début des signes
douloureux. Dans tous les cas, les manipulations
doivent être effectuées par des professionnels
aguerris aux mains expertes.
Comment prendre
soin de mon dos ?
Protéger son dos est un acte de tous
les instants. Dans le moindre mouvement du quotidien il faut acquérir le
réflexe postural qui protègera le dos.
Que l’on soit assis ou debout, il
faut être détendu mais dynamique.
Les épaules baissées, la nuque
dégagée, le dos droit, il est important de contracter les abdominaux
pour ne pas accentuer la cambrure
lombaire.
n°41
15
Je dois porter un objet lourd ?
Lentement… Plus le mouvement est lent, moins le dos
souffre. Il se contracte progressivement sans traumatisme. Il
faut plier les genoux, contracter
les abdominaux maintenir le
dos bien droit et se rapprocher
le plus possible de la charge.
Je dois changer de lit ? Un
bon lit doit épouser les courbes
de la colonne vertébrale et soutenir les points d’appui, depuis
les talons jusqu’au crâne. Il doit
être ferme mais pas trop, dormir
sur une planche n’est d’aucune
utilité. L’oreiller doit maintenir
la nuque sans la surélever, il
est possible de dormir à plat à
condition que cela ne crée pas
de tensions. L’utilisation d’un
oreiller anatomique est parfois
d’un grand secours. Evitez de
dormir sur le ventre.
Je peux faire du sport ?
Bien sûr ! Le renforcement
musculaire des abdominaux,
des cuisses et du dos est la
base de la bonne santé vertébrale. Il faut cependant rester
modéré. L’échauffement est
indispensable, les étirements
après l’effort, essentiels pour
éviter courbatures et raideurs
articulaires. Il ne faut jamais
entreprendre une activité lors
d’une phase douloureuse. De
même, toute lombalgie doit faire
cesser l’activité.
Les sports « asymétriques »
sont à éviter : le tennis, le
squash, le golf par exemple. Ne
faisant travailler qu’un côté du
corps ils vrillent la colonne.
D’autres sports sont déconseillés : l’équitation qui entraine de
nombreux petits tassements,
les sports collectifs qui génèrent
de brusques changements
de direction et des collisions,
les sports extrêmes comme le
parachutisme.
La natation et le vélo sont des
activités amies pour le dos :
basés sur la régularité et l’endurance, ils permettent de muscler
progressivement
l’organisme
sans souffrance.
Quelques exercices pour le dos
à faire tous les jours… si possible !
Debout, sur la pointe des pieds,
levez les bras vers le ciel et
essayez de vous grandir au
maximum, gardez la position
environ 30 secondes, baissez
les bras puis reposez les talons
au sol.
Attrapez le haut d’une porte
ou une barre fixée en travers
d’une porte et suspendez-vous
quelques secondes de façon
à relâcher tous les muscles de
votre colonne.
Debout, les jambes légèrement écartées, enroulez votre
colonne, en commençant par le
cou et laissez pendre vos bras
en avant. Laissez faire la pesanteur, vous allez sentir votre dos
s’étirer vers le bas. Ne cherchez
pas à toucher le sol et restez
ainsi environ 30 secondes.
Redressez-vous lentement en
laissant à chaque vertèbre le
temps de se repositionner.
Ces exercices sont à faire 2 à 3
fois chacun.
Bien vivre avec son dos, en
toute quiétude et sans douleurs,
c’est avant tout bien le
comprendre. Quand on connait
son fonctionnement, on sait dès
lors quels sont les gestes qui
le traumatisent et ceux qui au
contraire le protègent. On peut
rester ami avec son dos sans
pour autant être contraint de
céder à la liberté de mouvement,
sans se priver de plaisirs
sportifs ou d’habitudes de vie. Il
suffit juste de prendre de bonnes
habitudes ! Et il n’est jamais trop
tard pour commencer.
16
n°41
www.DJOglobal.fr
Immolomb II,
Testez la différence
Nouveau système de laçage dorsal
Double sangle de rappel
Textile micro-aéré élastique
Pour tout renseignement,
contactez votre pharmacien.
Santé
Frédéric Vekemans - Trith Saint Léger
Troubles de la thyroïde
et grossesse
La grossesse est une
période délicate pour le
corps de la future maman
qui doit s’adapter aux
besoins du fœtus. En particulier, la glande thyroïde
maternelle doit fournir un
surplus d’hormones pour
le bon développement du
futur bébé.
Quel est le rôle de la
thyroïde pendant la
grossesse?
Située à la base du cou, la thyroïde est une glande qui régule
l’ensemble du métabolisme de
notre corps par le biais d’hormones. Elle agit en effet sur la
18
n°41
consommation d’énergie de
notre organisme, la peau, le tube
digestif, la température, le rythme
du cœur, le système nerveux,
l’appareil génital…
C’est en quelque sorte un
véritable « chef d’orchestre » de
notre corps.
Pendant la grossesse, la thyroïde
est mise à rude épreuve. Elle doit
notamment assurer les besoins
de la maman mais aussi ceux
du futur bébé en contribuant à sa
croissance et à son développement cérébral.
Pour fabriquer cette grande
quantité d’hormones, les besoins
en iode de la thyroïde vont être
augmentés. Un manque d’iode
est fréquent lors de cette période
car une partie est éliminée par
les reins de façon plus importante
qu’en temps normal et une fraction passe par voie placentaire
chez le fœtus. Dans certains cas,
ceci peut conduire à l’augmentation du volume de la thyroïde
maternelle et à l’apparition d’un
goitre (phénomène toutefois
réversible). Cet apport iodé étant
essentiel au bon développement
du fœtus, la future maman peut
prévenir les carences en iode en
consommant certains aliments
comme les crustacés, le poisson, le sel iodé et les laitages.
Dans certaines régions où l’on
observe des carences en iode,
une supplémentation peut être
nécessaire.
Quelles précautions
prendre pendant la
grossesse ?
Il est important pour la future
maman de communiquer à son
obstétricien tous les antécédents
thyroïdiens familiaux. Même
si ces informations paraissent
insignifiantes en temps normal,
elles peuvent prendre toute leur
importance pendant la grossesse où la glande thyroïde est
fortement sollicitée. Dans les cas
à risque, un bilan thyroïdien sera
prescrit et une surveillance sera
mise en place tout au long de la
grossesse.
Maladies thyroïdiennes
et grossesse :
Le système immunitaire maternel
est affaibli pendant la grossesse.
En effet, ceci permet de protéger
le fœtus considéré comme corps
étranger dans le ventre de sa
maman. Le système immunitaire
jouant un rôle prépondérant dans
les affections thyroïdiennes,
celles-ci sont peu fréquentes
pendant la grossesse. Toutefois,
suite à l’accouchement, certaines
femmes à risque déclarent une
maladie thyroïdienne. La thyroïdite auto-immune silencieuse est
la plus courante, elle disparaît
généralement en quelques
semaines. Dans certains cas,
elle peut récidiver au cours de
prochaines grossesses et même
évoluer vers une hypothyroïdie*
permanente qui nécessitera un
traitement chronique.
Hypothyroïdie
maternelle
et grossesse :
La thyroïde fœtale ne devient
fonctionnelle qu’à la 12ème semaine de grossesse et ce n’est
que progressivement qu’elle va
prendre le relais de la thyroïde
maternelle. Pendant ce premier
trimestre, il existe de graves
complications potentielles en
cas d’hypothyroïdie. Pour la
mère, il existe un risque accru de
fausse couche, d’hypertension
gravidique** et plus rarement de
ruptures placentaires et hémorragies du post-partum.
Pour le fœtus, les risques sont un
retard de développement neuropsychique, une augmentation
* état où la thyroïde fonctionne au ralenti
du taux de mortalité périnatale
et une hypothyroïdie fœtale et
néonatale.
Le dépistage de l’hypothyroïdie
chez la femme enceinte n’est
toutefois pas systématique,
mais un interrogatoire complet
permet de déceler les femmes
à risque. Un dosage des hormones thyroïdiennes pour la
maman sera prescrit en cas de
manifestation de signes d’hypothyroïdie (fatigue physique, psychique et intellectuelle, frilosité,
constipation, perte de cheveux,
peau sèche et prise de poids),
d’antécédents
personnels
(goitre, contexte de pathologie
auto-immune tel que le diabète
de type 1…) ou d’antécédents
familiaux.
Maladies thyroïdiennes
et fertilité :
Les patientes atteintes d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie
ont tendance à être infertiles
ou à rencontrer des problèmes
d’avortements spontanés. Il est
toutefois possible de mener à
bien une grossesse en décelant
ces maladies et en les prenant
en charge.
L’anomalie de développement
de la glande thyroïde durant la
phase fœtale est rare. Depuis
1978, un dépistage systématique
est fait chez le nouveau né par
piqûre au talon au 3ème jour
de vie et permet de le traiter
rapidement.
Quant à la femme enceinte souffrant d’hypothyroïdie déclarée,
elle ne fait courir aucun risque à
son bébé si elle continue à se
soigner correctement (prise
de lévothyroxine). Sa fonction thyroïdienne devra
être surveillée pour ne
pas provoquer un déficit
préjudiciable au bon
développement du fœtus.
Comme il est établi que
les besoins en thyroxine augmentent pendant la grossesse,
la dose devra être ajustée à
chaque trimestre.
Hyperthyroïdie
et grossesse :
L’hyperthyroïdie maternelle
non contrôlée pendant la
grossesse expose le fœtus à
des risques graves pouvant
aller jusqu’à la mort in utéro.
Dans la maladie de
Basedow-Graves (hyperthyroïdie), les anticorps
responsables peuvent
passer la barrière placentaire et provoquer
une hyperthyroïdie chez
le bébé. Dans ce cas des
traitements
adaptés
seront prescrits.
** qui dépend de la grossesse.
n°41
19
Prévention
Anne Le Baron - Hellemmes
Le moustique tigre
L’Aedes albopictus, alias «moustique tigre» s’est
rendu célèbre aux Antilles en transmettant par ses
piqûres douloureuses le virus de la dengue* et
du chikungunya*. Pour être contaminant, l’Aedes
doit lui-même être contaminé. Il doit ingérer du
sang humain porteur du virus et à son tour piquer
une autre victime. Il a envahi l’Europe depuis
peu, notamment la Corse et le sud de la France
où le premier cas de dengue autochtone** a été
déclaré en septembre 2010.
L’Aedes albopictus a une silhouette
noire mouchetée de blanc sur l’abdomen et les pattes. Il doit son nom
de «moustique tigre» à son agressivité et à ses piqûres douloureuses. Il
pique le jour.
Après l’accouplement la femelle a
besoin de sang humain pour la maturation de ses œufs. Elle pond ceux-ci
à la surface de l’eau. Ils passeront de
l’état de larve à celui de nymphe pour
atteindre la forme adulte en quelques
jours. Cette transformation nécessite
de l’eau stagnante et de la chaleur. Les
zones urbaines et périurbaines sont
ses lieux de prédilection.
Que craignons nous
dans le Nord?
La dengue* est une maladie à déclaration obligatoire. Plusieurs cas de
dengue importée*** ont été signalés en France,
et aussi un cas autochtone**, ce qui inquiète les
autorités sanitaires. Cependant une épidémie est
liée à une population élevée de moustiques. Le
risque zéro n’existe pas, mais l’Aedes n’aime pas
le froid, et son cycle larvaire non plus. Il y a peu de
chance qu’il s’acclimate chez nous. Si vous partez
en vacances dans le sud ou dans des zones à
risque, suivez les recommandations émises par
l’ARS (Agence Régionale de Santé). De retour
de vacances en cas de symptômes grippaux avec
fortes douleurs, consulter votre médecin.
Un plan de lutte est mis en place dans les régions
infestées par le moustique tigre:
Eradication des sites larvaires en supprimant les
points d’eau stagnante (cache-pots, décharge de
pneus, gouttières engorgées, friches humides etc).
Port de vêtements couvrants imprégnés de perméthrine (insect écran®vêtement).
Utilisation de répulsifs cutanés: le DEET à 50%
(insect écran®) est le mieux évalué mais contreindiqué chez les femmes enceintes et les enfants.
On préférera le repellent 35/35 à 20% (mousticologne®). Pour les moins de trente mois la
moustiquaire imprégnée de perméthrine (insecte
écran®trempage tissu) reste à privilégier.
*Dengue et chikungunya procurent une fièvre élevée accompagnée de douleurs
musculaires ou articulaires intenses.
**Cas autochtone: il s’agit d’une personne atteinte n’ayant pas voyagé récemment hors du pays.
***Cas importé: il s’agit d’un voyageur contaminé lors d’un voyage et qui déclare
la maladie à son retour.
n°41
21
NOUVEAUTÉ ANTI-POUX
PUBLI-COMMUNIQUÉ
Guerre des poux :
enfin l’arme absolue !
Pouxit, le N°1(1) des anti-poux lance Pouxit
,
la nouvelle formule qui élimine 100% des poux et des lentes
en une seule application de 15 minutes !
L’INNOVATION MAJEURE DU MARCHE
STOPPER TOUT DE SUITE LA CONTAMINATION
Les lentes sont souvent responsables de l’échec des traitements antipoux. Pour pallier à cette difficulté, les traitements actuels demandent
souvent plusieurs applications ou une nuit complète de pose. Enfin,
après plusieurs années de recherche, Pouxit lance l’arme absolue,
Pouxit XF. Avec une nouvelle formule renforcée au Penetrol® qui suractive son action contre les lentes, Pouxit XF tue 100% des poux et des
lentes en 15 minutes(2). Plus besoin de deuxième application ou d’une
nuit complète de pose !
Les poux sont très contagieux par contact direct. Un pou femelle pond
jusqu’à 10 œufs par jour, et ce pendant 3 à 5 semaines, c’est autant
de risques de contamination. Pouxit XF traite la pédiculose de façon
radicale dès la 1ère application. Plus de contamination possible après
seulement 15 minutes de traitement !
Comment ça marche ?
Formule :
Diméticone + Penetrol®
Diméticone :
Dérivé du silicone, il bloque les
orifices respiratoires et excrétoires
et entraîne la mort des poux et
des lentes.
Penetrol®
Penetrol :
Il neutralise la couche protectrice
des orifices de la lente et permet
au Dimeticone de les boucher
plus facilement.
®
Résultat :
100% des poux et des lentes
éliminés en 15 minutes.
100% D’EFFICACITÉ EN SEULEMENT 15MN, TESTEE
CLINIQUEMENT
Une étude clinique(2) a été menée et prouve l’efficacité de Pouxit XF
en situation réelle. En effet, après une pose de 15 minutes, aucun pou
et aucune lente vivants ne survivent sur aucun des sujets participant
au test. Plus la peine de surveiller jour après jour, tous les poux et les
lentes sont tués d’un seul coup !
On choisit POUXIT XF pour :
• Son efficacité à 100% sur poux
et lentes prouvée cliniquement
• Sa rapidité de traitement en
1 seule application de 15mn
• Sa formule douce qui respecte
le cuir chevelu et qui peut
s’utiliser dès l’âge de 6 mois
• Son confort : une nuit de
tranquillité sans lotion anti-poux
sur la tête
• Son absence d’odeur
(1) IMS – La marque Pouxit est N°1 des ventes du marché des anti-poux pharmacie – CM08-10
(2) Etude de l’activité pédiculicide et lenticide in vivo après un temps de pose
de 15 minutes, au Centre Médical d’Entomologie de Cambridge (en cours de publication).
Pour plus d’informations : 0 810 760 726 (prix d’un appel local) ou www.pouxit.fr
Pouxit XF lotion 100ml
Disponible en pharmacie.
Prix public constaté 15-17 €
Alice Bécart - Bourbourg
Pédiatrie
Françoise Bécart - Bourbourg
La poussée dentaire
L’apparition des premières
dents de lait s’accompagne parfois de petits
désagréments voire de
douleurs importantes.
Les premiers bourgeonnements
peuvent apparaître dès l’âge de
2 ou 3 mois. Les premières dents,
les incisives centrales inférieures,
sortent généralement vers l’âge
de 6 mois. Les quatre incisives
supérieures et les deux incisives
latérales inférieures vont suivre.
Quelques mois plus tard, quatre
premières molaires apparaîtront.
Les canines sortent vers l’âge de
16/18 mois et les dernières molaires vers 20/24 mois. Dans tous
les cas, Bébé aura ses vingt dents
de lait entre 2 et 3 ans. Pour faire
surface, une dent
doit
d’abord
percer le sac
de chair dans
lequel elle s’est
constituée,
puis traverser la muqueuse de
la gencive, très résistante. Cette
poussée provoque en général
une irritation locale plus ou moins
douloureuse.
Les signes de l’arrivée
des premières dents :
Un bébé qui ne cesse de baver
et porte à la bouche tout ce qu’il
trouve, peut « faire » une dent.
Ces deux signes peuvent être
présents plusieurs semaines
avant l’apparition de ladite dent.
Les joues deviennent rouges,
les gencives gonflent. Votre bébé
peut être grognon, avoir du mal à
dormir, ou se réveiller la nuit, refuser de manger, tousser, avoir un
rhume ou de la diarrhée. Dans ces
deux derniers cas, il est important
que le médecin confirme que
l’origine est la poussée dentaire et
non un autre problème de santé.
Comment
apaiser votre bébé ?
Pendant les poussées dentaires,
vous pouvez lui donner un anneau
de dentition homologué, éventuellement réfrigéré car le froid
apaise la douleur. Ces anneaux
aident la dent à sortir et peuvent
aussi attirer l’attention d’un
bébé grincheux. De plus, pensez à masser les gencives
douloureuses de votre bébé avec
un gel, type Pansoral® premières
dents, à base d’actifs végétaux, ou
Dolodent® pour un effet anesthésique léger.
En cas de fièvre, d’irritabilité,
d’inflammation gingivale et de douleur, le paracétamol le soulagera.
Un traitement homéopathique
peut également prévenir cet état
et diminuer les symptômes. Nous
vous conseillons: Arnica montana
9CH et Belladonna 9CH, quand
il y a inflammation, douleur et
rougeur ou une fièvre isolée ;
Chamomilla 15CH si l’enfant a une
joue rouge et si la douleur entraîne
de la colère qui semble améliorée
par le bercement ; Borax 5CH si
des aphtes apparaissent lors de
la poussée. Donnez ces remèdes
à raison de 10 granules à faire
fondre dans un biberon d’eau à
répartir tout au long de la journée.
La spécialité Camilla® renferme
un ensemble de souches caractéristiques de la poussée dentaire.
Elle se présente sous forme de
doses buvables, à verser dans la
bouche de l’enfant assis, à raison
de 2 à 3 par jour. Le traitement
homéopathique doit être suivi
pendant au moins 48 heures, et
les prises seront espacées dès
l’amélioration des symptômes.
n°41
23
Phytothérapie
Véronique Fichelle - Lomme
PHYTOTHERAPIE
et pathologie digestive
Avec les beaux jours, l’organisme a besoin de retrouver
son équilibre et d’éliminer les toxines accumulées pendant l’hiver.
La phytothérapie peut être une solution.
Pour une cure
dépurative :
Plusieurs plantes peuvent être
utilisées pour favoriser l’élimination des déchets et purifier
l’organisme :
au Radis noir et à l’Artichaut,
deux détoxiquants hépatiques
qui sont les bienvenus après les
repas trop riches en graisses. Ils
améliorent la lenteur digestive ou
la pesanteur post prandiale.
Le Pissenlit (racine) : dépuratif,
il permet de nettoyer l’ensemble
de l’organisme. Il peut être utilisé
seul ou en association avec le
Radis noir qui favorise l’élimination des toxines.
Attention : Du fait de leur action
sur la vésicule, toutes ces plantes
ne doivent pas être prises en cas
de calculs biliaires.
Pour faciliter la
digestion :
On peut soulager le foie à
l’aide de la Fumeterre (parties
aériennes fleuries).
Cette plante est amphocholérétique, c’est-à-dire qu’elle
augmente la sécrétion biliaire
uniquement lorsque celle-ci est
insuffisante. Elle agit également
sur la bonne évacuation de la bile
(effet cholagogue) et possède de
plus une action spasmolytique.
La Fumeterre peut être associée
24
n°41
Pour traiter les
ballonnements :
Le Charbon végétal possède une
grande capacité d’absorption.
Parfaitement toléré, il reste après
l’ingestion dans le tube digestif et
va fixer les gaz produits par la fermentation de certains aliments. Il
neutralise aussi les bactéries qui
produisent ces gaz. Le charbon
végétal s’utilise lorsque des
ballonnements accompagnent
des digestions difficiles. Il peut
être conseillé également en
cas de diarrhée. Il doit être pris
à distance des repas et des
médicaments (2h) car il diminue
l’absorption intestinale. Il donne
une coloration noire aux selles.
Beaucoup d’autres
plantes agissent sur
la digestion :
La Mélisse appréciée pour son
action antispasmodique et calmante et son effet protecteur sur
la muqueuse gastrique peut être
associée à la Réglisse, antiulcéreux gastrique aux propriétés
cicatrisantes et anti-inflammatoires.
L’Angélique : toute la plante est
utilisée pour faciliter la digestion
et soulager les spasmes et les
ballonnements.
Pour une efficacité optimale,
ces plantes doivent être associées à une bonne hygiène
alimentaire :
--Diète pendant quelques jours
en consommant moins de
graisses et de sucres.
--Boire beaucoup d’eau, de
tisanes, de bouillons.
--Supprimer l’alcool, le café, le
tabac.
--Prendre ses repas à heures
régulières au calme, en
mangeant lentement.
Fiche conseil
trousse de seCours
Trousse
de secours
Pour la maison, la voiture ou en voyage, son contenu doit être
adapté suivant les risques des activités.
Premiers soins
Contre les insectes
• Une paire de gants stériles.
• Répulsifs pour la peau et les
vêtements.
• Une solution hydroalcoolique
pour l’hygiène des mains.
• Un antiseptique en dosettes
ou sous forme de compresses
imprégnées (chlorhexidine ou
betadine®).
• Compresses stériles.
• Sparadrap, bande extensible.
• Ciseaux, pince à échardes.
• Sérum physiologique en dosettes.
• Pansements prêts à l’emploi.
• Tampons hémostatiques type
Bloxang®.
• Une couverture de survie.
• Crème calmante et éventuellement un aspivenin®.
Protection solaire
• Produits à fort indice de protection, lait après soleil et stick
solaire.
Pour les randonneurs
hydrocolloïdes
• Pansements
pour les ampoules.
• Bande pour faire un strapping
de cheville (Coheban® Adhéban®).
• Comprimés pour la désinfection
de l’eau.
Fiche préparée par Sabine VERSCHAVE - Cassel
Fiche conseil
médicaments indispensables
• Antalgique, antipyrétique : le paracétamol supporte bien la chaleur (privilégier les formes
non effervescentes).
• Crème à l’arnica pour
les petits traumatismes.
• Collyre en unidoses.
• Antispasmodique
pour les douleurs
viscérales (Spasmocalm®).
• Anti diarrhéique (Loperamide®) et antiseptique intestinal (Nifuroxazide®).
• Pastilles à sucer contre les brûlures d’estomac pour les pays à
nourriture épicée (Maalox®).
trousse de seCours
en homéopathie
• Arnica contre les ecchymoses,
courbatures ou douleurs musculaires.
• Apis pour résorber l’œdème
lié aux coups de soleil ou aux
piqûres d’insectes.
• Belladona en cas d’inflammation ou de fièvre.
• Ledum palustre en traitement
préventif ou curatif des piqûres
d’insectes.
• Cocculine® contre le mal des
transports.
Chaque année vérifiez les
dates de péremption des
médicaments et des antiseptiques, veillez à mettre
les blisters entiers des comprimés pour pouvoir vérifier
la date.
Fiche conseil
Conseils diététiques après une lithiase
urinaire pour éviter les réCidives
Conseils diététiques
après une lithiase urinaire
pour éviter
les récidives
Pour éviter la formation de
calculs, calciques ou oxaliques, adoptez deux règles :
Buvez beaucoup.
Adaptez votre alimentation.
Consignes Communes Pour
TouTes les liThiases
boire beauCouP D’eau pour
uriner plus : vous devez uriner au
minimum 2 litres par jour.
• Quelle quantité ?
Pour obtenir une diurèse (élimination urinaire) de 2 litres, vous devez
boire entre 2.5 et 3 litres d’eau par
jour, répartis sur la journée. Boire
au coucher ou en cas de réveil nocturne (verre sur la table de chevet)
pour diluer les urines.
• Que devez vous boire ?
Comptabilisez toutes vos boissons :
eau pure, thé, café, tisanes, jus de
fruits, soupe…
Il est recommandé de boire 2 verres
de jus d’orange ou de citron : ils
diminuent la formation de cristaux.
alimenTaTion
• N’ajoutez jamais de sel dans
votre assiette. Evitez les charcuteries, les conserves, la restauration rapide, chinoise, mexicaine
(contiennent beaucoup de sel,
agent de conservation).
• Limitez votre ration de protéines à
100g de viande, poisson, volaille
ou 2 à 3 œufs.
• Evitez les sucres d’absorption
rapide (confiserie, sucre blanc,
pâtisserie, boissons sucrées). Privilégiez les sucres d’absorption
lente (pâtes, riz).
• Augmentez l’apport en fibres alimentaires (fruits et légumes frais) :
ils réduisent l’absorption intestinale d’oxalates.
• Bougez, marchez…
liThiase CalCique
Il ne faut ni trop ni trop peu de
calcium : 800mg à 1g par jour, en
tenant compte du calcium contenu
dans les eaux de boisson (voir tableau 1).
Produits laitiers : 2 à 3 par jour.
1 verre de lait = 1 yaourt = 100g de
fromage blanc (voir tableau 2).
liThiase oxalique
le chocolat représente la plus
grande source d’oxalates.
La vitamine C doit être limitée à
moins d’1g par jour.
Vous pouvez boire du thé très léger,
mais supprimez le thé longuement
infusé.
Préférez les aliments pauvres en
oxalates (voir tableau 3).
Fiche préparée par Christine LEULLIETTE - Grande-Synthe
moyennes
Calcium (mg/l)
Eau de source
des montagnes d’Auvergne
Volvic
lait de vache
1
4
10
laiTages
Eau minérale Mont Roucous
Eau minérale gazeuse
des Pynénées OGEU
Eau du robinet
(sauf cas particuliers)
yaourt
crème glacée
lait de brebis
48
petits suisses
60 à 100
fromage blanc frais
Valvert
68
Vichy Saint Yorre
78
Coulommiers
Thonon
108
Carré de l’Est
Perrier
147
Brie
Eau minérale gazeuse Arvie
170
Evian
Vichy Célestins
Eau de Source Beaumont
Eau Saint Amand
Badoit
Vittel
Eau gazeuse San Pellegrino
Eau gazeuse Salvetat
Eau minérale La Française
Contrexeville
Eau minérale Courmayeur
Hépar
alimenTs Pauvres
en oxalaTes
100
120
Saint Marcellin
165
Pont l’Evêque
400 à 500
Bleu de Bresse
500
176
200
202
208
253
354
467
517
555
Gorgonzola
Mozzarella
Fromage Bel
Roquefort
Cantal
betteraves cuites, figues, persil, fruits secs
200
250
250 à 300
300
300
400
600
600
600
660
700
Gouda
800
Comté
900
Gruyère
900 à 1000
Emmental
1000
Parmesan
1200
oxalates (mg/100g)
1à10
pain
asperges
100
119
fruits, légumes
chocolat noir, cacao
180
Munster
produits laitiers
oseille, thé
130 à 160
90
<2
épinards, céleri, poivre
127
120 à 150
chèvre sec
viandes, poissons,volailles, oeufs
rhubarbe
120
78
Tableau 3
Teneur en oxalates de certains aliments
haricots verts
Calcium (mg/100ml)
lait de chèvre
chèvre frais
Eau de source Chantereine
riChes
Tableau 2
Teneur en calcium
des produits laitiers
Fromages
Pauvres
eaux commercialisées
alimenTs riChes
en oxalaTes
Fiche conseil
Conseils diététiques après une lithiase
urinaire pour éviter les réCidives
Tableau 1
Teneur en calcium
des eaux de boisson
<2
20
30
200
460
600
750
500 à 900
2 à 10 mg par portion
Santé
Anne Dollé - Aire-sur-la-Lys
LA CONSTIPATION
La constipation est le plus
fréquent des troubles
digestifs. Elle toucherait
environ un français sur
quatre.
Il s’agit d’un symptôme souvent
considéré comme banal, qui
peut rester stable durant toute la
vie ou dans certains cas être à
l’origine de dangers :
•soit par transformation en une
véritable maladie chronique,
•soit par création d’une maladie
induite par des médicaments
mal utilisés : la maladie des
laxatifs.
Pourquoi
est-on constipé ?
•On mange mal : l’alimentation
n’apporte pas assez de fibres
car on consomme peu de
légumes et de fruits. Le tube
se contracte peu ou mal et les
selles progressent lentement.
En cas d’hydratation irrégulière
et insuffisante, la réabsorption
d’eau par le gros intestin peut
aboutir à la formation de selles
dures et sèches, dont l’élimination est difficile.
•On est stressé : le système
nerveux sympathique, stimulé
dans les périodes de stress,
ralentit les mouvements de
l’intestin.
turels ou artificiels. Les laxatifs
drastiques et irritants, tels que
le séné et la bourdaine, sont à
proscrire en usage régulier.
Comment prévenir
la constipation ?
•Boire entre 1,5 et 2 litres de
liquide (eau, thé, jus de fruits…)
par jour, encore plus (2 à 3 litres
en 24 heures) en atmosphère
climatisée et sèche, comme
•On manque de tonus musculaire ce qui favorise la ptôse.
•On est surmené : notre mode
de vie perturbe les rythmes
biologiques et les éliminations.
•On abuse de laxatifs : la
maladie des laxatifs est due à
l’irritation et à l’inflammation
de la muqueuse intestinale qui
réagit de moins en moins aux
sollicitations des purgatifs, nan°41
29
dans un avion. L’eau doit être
fraîche le matin pour déclencher l’exonération, chargée en
magnésium et à un moindre
degré de calcium. Par ailleurs,
l’assiette doit être colorée, c’est
à dire riche en fibres, haricots
verts, fruits, son de blé, à doses
progressivement croissantes. A
l’inverse, le riz, les pâtes, le fromage et autres produits lactés
ne sont pas conseillés parce
que pauvres en résidus.
•Lutter contre l’inactivité, en
favorisant la marche et les
D’où l’intérêt de bien connaître
leurs indications, leurs modes
d’emploi et leurs effets secondaires. L’effet laxatif se traduit par
l’émission de selles molles mais
encore moulées, alors que l’effet
purgatif aboutit à l’émission de
selles liquides. En général, la
différence entre les deux effets
est une question de dose. Ainsi
un laxatif peut devenir purgatif s’il
est employé à forte dose. Il faut
donc bien respecter la posologie
de chaque produit. Il existe différents types de laxatifs que l’on a
l’habitude de classer suivant leur
composition chimique et leur
mode d’action.
•Les laxatifs hydratants : en
se gonflant d’eau, ils forment
un gel visqueux hydratant les
selles. Ils augmentent ainsi le
volume du bol fécal, stimulant
l’évacuation intestinale. Ce
sont ceux qui présentent le
moins d’inconvénients : fibres
alimentaires, mucilages extraits
d’algues marines, de gommes
naturelles et de graines.
•Les laxatifs lubrifiants : ils ne
sont pas absorbés par le tube
digestif et agissent en lubrifiant
le bol fécal et en favorisant
sa progression. On les utilise
par voie orale mais aussi en
suppositoires et en lavements.
L’utilisation continue d’huiles
laxatives peut gêner l’absorption intestinale de lipides et
de certaines vitamines liposolubles.
exercices stimulant la ceinture
abdominale.
•Manger à des horaires réguliers.
•Ne jamais se retenir, aller à la
selle dès que le besoin s’en fait
sentir ; du moins quand c’est
possible.
Les médicaments
laxatifs.
Bien qu’apparemment inoffensifs,
les produits laxatifs peuvent
parfois nuire à la santé s’ils sont
utilisés de manière excessive.
30
n°41
•Les laxatifs dits «osmotiques» :
ce sont des substances qui
ont le pouvoir de retenir l’eau
dans l’intestin. Il faut toujours
respecter la dose indiquée afin
de ne pas réaliser une trop
forte purge.
•Les laxatifs irritants : leur mode
d’action se situe à plusieurs
niveaux. La plupart stimulent
la motricité intestinale et entraînent des selles abondantes
et liquides. Ce soulagement
n’est que provisoire car le
transit peut être interrompu de
manière réflexe, d’où le danger
d’une utilisation continue et
d’une certaine accoutumance.
La maladie des laxatifs
L’utilisation
quotidienne
de
laxatifs irritants peut entraîner
un certain nombre de troubles
que l’on englobe sous le nom
de maladie des laxatifs. En
effet, la plupart de ces produits
ne soignent pas la constipation,
mais ont simplement pour but de
vider brutalement l’intestin. Le
colon étant alors complètement
vide, le transit intestinal se trouve
de nouveau interrompu. Il s’établit une sorte de constipation
réflexe qui entraîne le sujet dans
un cycle constipation-laxatifsconstipation, véritable cercle
vicieux. Il est amené à augmenter les doses et à changer
fréquemment de médicaments.
La fonction physiologique d’exonération disparaît petit à petit et
l’irritation intestinale s’aggrave :
fausses diarrhées (élimination
de glaires et de mucus), crises
de colite…
L’emploi abusif de laxatifs irritants
peut être à l’origine de troubles
encore plus importants, dus à
l’élimination excessive de sels
minéraux, ainsi que de graves
maladies intestinales.
Ne devenez pas « prisonnier »
des laxatifs. Les symptômes
de la maladie des laxatifs dis-
paraissent généralement avec
l’arrêt de la médication, un traitement approprié et une bonne
hygiène de vie.
Soignez votre flore
intestinale, vous
améliorerez votre
transit.
Herbesan Transiphyt®combine 6
plantes spécifiques traditionnellement reconnues pour favoriser
le transit et le confort intestinal
ainsi que des ferments lactiques
et de la levure de bière.
La flore intestinale est l’ensemble
des bactéries qui vivent dans
le tube digestif avec lesquelles
nous cohabitons toute notre vie.
Chaque individu héberge cent
mille milliards de bactéries dans
son intestin, qui se répartissent
de façon non homogène tout
le long du tube digestif. Leur
fonction principale est de nous
protéger en permanence contre
les toxines, microbes, virus et
germes pathogènes nocifs présents dans l’environnement mais
également digérer nos aliments.
Indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, la flore
intestinale est responsable de
l’immunité de la sphère ORL et
son équilibre favorise une meilleure résistance aux infections.
La recette en Aromathérapie :
HE Bois de rose : 4 gouttes
HE Pin de Patagonie : 2 gouttes
HE Gingembre : 1 goutte
Essence de Mandarine : 2 gouttes
Huile Végétale de noisette : 21 gouttes
En usage externe : 3 à 4 gouttes du mélange dans le bas de la
colonne vertébrale 1 à 2 fois par jour pendant 1 semaine.
Un déséquilibre de la flore
intestinale se manifeste par
différents inconforts : inconfort
abdominal, crampes, gaz,
ballonnements, transit trop
fréquent ou ralenti. En stimulant
le système immunitaire, les
probiotiques peuvent s’avérer
être un allié important.
Probiotic7® est un complément alimentaire à base
de probiotiques et de fibres
bifidogènes, qui contribue
à régénérer et renforcer la
flore intestinale.
En cas de constipation
passagère, surtout en
cas devoyage, il faudra
prévoir des suppositoires
à la glycérine ou un
laxatif à base de séné ou
de bourdaine qu’il faudra
surtout utiliser sur une très
courte période.
n°41
31
Homéopathie
Isabelle Plessiet - Valenciennes
Préparer un examen
avec l’homéopathie
Avec le printemps arrive
la période tant redoutée des révisions pour
de nombreux lycéens et
étudiants. Stress, surmenage, difficultés de
concentration, troubles
de la mémoire, sont
autant de maux que
l’homéopathie peut vous
aider à surmonter.
Ces remèdes sont également
faciles à adapter pour le plus
grand nombre : travailleur surmené, entretien d’embauche,
présentation à l’examen du
permis de conduire…
STRESS
A l’approche de la date des examens, l’anxiété peut se manifester
de diverses manières.
Si vous éprouvez une oppression
thoracique et/ou une impression
de « boule dans la gorge » prenez
Ignatia amara 9CH, 5 granules à
32
n°41
répéter aussi souvent que nécessaire.
Ce remède convient particulièrement aux individus hypersensibles
qui se tracassent pour le moindre
souci et dont la perspective de
l’épreuve prend l’aspect d’un
obstacle insurmontable.
Si vous ressentez une diminution
de vos moyens, accompagnée
d’envies pressantes d’uriner ou
de diarrhées, préférez Gelsemium
sempervirens 9CH à la même
posologie. C’est le remède des
sujets qui restent muets et tremblants devant un examinateur, ou
qui remettent une copie blanche.
Si vous êtes agité, nerveux,
toujours pressé, si vous voulez
avoir fini avant même d’avoir
commencé, Argentum niticum
9CH, 3 granules 3 fois par jour est
conseillé. Ce traitement s’adresse
aux personnes qui ont peur de ne
pas avoir fini à temps, qui écrivent
et parlent sans ordre logique de
peur de ne pas exprimer toutes
leurs idées.
De manière pratique, commencez
votre traitement homéopathique
1 mois avant le début des
examens. Le matin de chaque
épreuve associez une dose de
Gelsemium sempervirens 30CH,
et lors d’un examen oral prenez
5 granules d’Ignatia amara 9CH
1 heure avant pour vous dénouer
la « boule œsophagienne ».
Si vous manquez de confiance
et que cela se traduit par un
caractère difficile, une dose par
semaine de Lycopodium clavatum 15CH est indiqué.
Si ce manque de confiance est
la conséquence d’une timidité,
que l’examen est toujours craint
malgré une suite de réussites
antérieures, préférez Silicea
15CH à la même posologie.
Pour gérer votre stress, vous
pouvez aussi faire appel à des
spécialités comme Homéogène
46®, Sédatif PC®, Zénalia® et
Biomag®.
SOMMEIL
Lors des révisions, il faut avoir un
sommeil réparateur pour garder
les idées claires.
Cependant, au fur et à mesure
que la date fatidique approche,
les troubles du sommeil apparaissent.
Tous les remèdes suivants pourront être pris de manière répétée
jusqu’à l’endormissement ou en
cas de réveil.
En cas d’idéation intense (impossibilité de s’arrêter de penser)
empêchant l’endormissement,
prenez 5 granules de Coffea
tosta 9CH au coucher.
Dans un contexte d’anxiété lié
à l’examen qui trouble votre
sommeil, préférez Gelsemium
sempervirens 7CH à raison de 5
granules au coucher.
Si cette anxiété provoque une
sensation d’impossibilité de respirer à fond Ignatia amara 9CH à
la même posologie est conseillé.
En cas de réveils nocturnes avec
palpitations et sensation d’avoir
chaud, prenez 5 granules d’Aconitum napellus 15CH.
et que le désordre s’installe
Argentum nitricum 9CH à raison
de 3 granules 3 fois par jour est
indiqué.
Si ces troubles sont associés à
des diarrhées fréquentes et une
chute de cheveux : Phosphoricum acidum 30CH, 1 dose par
semaine pendant 2 mois.
La spécialité Acidum phosphoricum composé® est le remède
homéopathique classiquement
utilisé en cas de surmenage.
Prenez 20 gouttes diluées dans
un peu d’eau pendant un mois.
Sédatif PC® est aussi indiqué.
ALIMENTATION
CONCENTRATION
ET MEMOIRE
Une mauvaise alimentation peut
avoir des répercussions sur
les révisions. Il faut garder une
alimentation équilibrée, à heure
fixe, et éviter le grignotage.
En cas de surmenage intellectuel
pouvant aboutir à une migraine,
de difficultés de compréhension,
de baisse de mémoire avec oubli
de mots et/ou de lettres, prenez
5 granules 2 fois par jour de
Kalium phosphoricum 15CH. Ce
remède peut être classiquement
conseillé en prévention, lors
de la préparation d’examens
nécessitant une grosse charge
de travail.
Si vous avez tendance à grignoter tout le temps Anacardium
orientale 9CH 5 granules 2
fois par jour est conseillé. Si
le grignotage est lié au stress
préférez Antimonium crudum
9CH à raison de 3 granules au
moment des envies.
L’homéopathie peut vous aider
à passer la période de révision
dans les meilleures conditions
possibles. Sans effets indésirables, ni contre-indications ces
médicaments sont idéaux pour
vous accompagner jusqu’aux
examens.
N’hésitez pas à demander
conseil à votre pharmacien
.
En cas de manque d’appétit, prenez 5 granules par
jour de Lycopodium
clavatum 5CH.
Anacardium orientale 9CH à la
même posologie sera préféré si
l’envie de grignoter est associée.
Si vous paniquez, que vous
vous dispersez dans votre travail
n°41
33
Beauté
Claude Bouton - Armentières
La cellulite
en 10 questions
Hantise de la quasi-totalité des femmes
à partir de l’adolescence, la cellulite est
l’objet de nombreuses conversations
et préoccupations, voire cauchemars.
Il s’agit essentiellement d’un souci
esthétique, même si elle est parfois douloureuse.
1
La rétention d’eau et la dégénérescence des fibres
de collagène donnent alors un aspect capitonné à
l’épiderme, cette fameuse « peau d’orange ». Ce
phénomène se développe le plus souvent dans les
cuisses, les fesses, à la face interne des genoux
mais aussi sur le ventre.
La cellulite,
qu’est ce que c’est ?
Il s’agit d’une accumulation de graisses. Le stockage
des graisses s’effectue sous la peau, dans des
lobules graisseux : les adipocytes. Si le stockage des
graisses est trop important par rapport à la consommation, les adipocytes s’hypertrophient, comprimant
les vaisseaux sanguins et lymphatiques.
Cette compression entraîne un mauvais drainage
de l’eau et des toxines. Les adipocytes devenus
trop gros traversent les cloisons de tissu conjonctif
34
et poussent la peau vers le haut, formant de petites
protubérances.
n°41
2
Est-ce une maladie ?
Cette « peau d’orange » est certes disgracieuse
mais n’est pas dangereuse pour la santé. Ce n’est
pas une maladie, c’est un phénomène naturel.
3
Pourquoi les femmes sont-elles
les seules concernées ?
Effectivement 90% des femmes sont victimes de
la cellulite à divers degrés contre 2% des hommes.
Pourquoi une telle inégalité ?
Plusieurs facteurs sont en cause : les lobules graisseux sont naturellement plus gros chez la femme et
la peau des femmes étant plus mince, les protubérances sont plus visibles. Mais les principaux responsables sont les œstrogènes (hormones féminines).
4
Quand voit-on
apparaître la cellulite ?
En lien direct avec les fluctuations hormonales,
la cellulite apparaît préférentiellement à la puberté,
pendant la grossesse et au moment de la ménopause, période à laquelle les graisses ont plus tendance à être stockées qu’à être consommées.
• La cellulite « installée », donnant à la peau un
aspect peau d’orange, irrégulier, visible clairement
sans avoir besoin de pincer la peau. Dans le cas
de cette cellulite adipeuse, la peau est molle et
souple à la palpation.
• La cellulite «fibreuse», indurée, très inesthétique et
douloureuse. Cette fois, on a du mal à pincer la peau.
6
La cellulite est-elle
liée à un problème de poids ?
Non. Même si 9 femmes sur 10 souffrent de ce
phénomène disgracieux, elles n’ont pas toutes une
surcharge pondérale. Les femmes minces, et même
très minces, peuvent avoir de la cellulite. Certaines
femmes ont plus de mal que d’autres à éliminer les
graisses : le déséquilibre entre la consommation
et le stockage est à l’origine des développements
inesthétiques tant redoutés.
Sous l’influence des œstrogènes, des phénomènes
de gonflement et de rétention d’eau peuvent survenir également avant le cycle. Nombreuses sont les
femmes qui prennent, à cette période, de 1 à 3 kg
et les perdent de moins en moins facilement. Résultat, des amas de graisses et de cellules du tissu
conjonctif s’accumulent : c’est la cellulite.
Mais aussi au cours de prise de poids importante, les hormones sont en excès et contribuent à
l’apparition de cellulite. Une alimentation déséquilibrée, le manque d’exercice physique et une prédisposition héréditaire peuvent aggraver le risque de
développer une cellulite et accélérer son évolution
vers des stades où il devient plus compliqué de s’en
débarrasser.
Enfin, avec l’âge, les tissus cutanés et sous-cutanés perdent de leur souplesse et de leur élasticité,
deux phénomènes qui vont amplifier la cellulite.
5
Y a t’il différents
types de cellulite ?
Il en existe 3 formes :
• La cellulite « naissante », encore ferme au toucher. Elle n’est visible que
lorsqu’on pince la peau
entre le pouce et l’index.
Cette cellulite est encore
facile à résorber.
7
Peut-on prévenir
l’apparition de LA cellulite ?
La prévention repose essentiellement sur l’hygiène
de vie. Il est important de se maintenir, dès l’enfance,
dans une fourchette de poids normal théorique,
de façon à ne pas voir s’installer des « îlots cellulitiques » bien difficiles à déloger. Pour conserver
ce « poids idéal » et éviter les variations de poids,
il suffit d’avoir une alimentation équilibrée : évitez
les plats trop riches, gras et sucrés, et préférez
les légumes, fruits, céréales, viandes et poissons
maigres, laitages écrémés ou demi-écrémés. Buvez
suffisamment (à raison d’1,5 à 2 l d’eau par jour).
L’activité physique régulière, la pratique de sports
d’endurance tels que le jogging ou la natation aident
à diminuer la masse graisseuse et à combattre le
stress.
Enfin, la prise de produits drainants à base de
plantes contribue à éviter son apparition.
n°41
35
« Activ’ Massage Minceur®, méthode de massage
qui favorise visiblement la réduction des capitons et
améliore le drainage. Ainsi, le corps s’affine, il est
plus tonique et se raffermit. Chez Nuxe, 2 nouveaux
soins : l’Huile Minceur Cellulite Infiltrée®, et le
Sérum Minceur Cellulite Incrustée®. Ce sérum offre
une triple action minceur : déstockage, évacuation
des graisses et action remodelante.
10
Quels sont
les « trucs » qui marchent ?
N’attendez pas que la cellulite soit installée pour agir.
Les soins anti-cellulite sont d’autant plus efficaces
que celle-ci est récente.
8
Les crèmes
anti-cellulite sont-elles utiles ?
Outre les règles hygiéno-diététiques, le traitement
local est recommandé. La cellulite est l’objet de
nombreuses attentions de la part des laboratoires
cosmétiques qui ont élaboré des produits efficaces.
Le massage des zones touchées par la cellulite est
indispensable pour faire pénétrer les principes actifs.
Il permet également le drainage, favorise la diminution de la rétention d’eau et l’élimination des toxines.
Beaucoup de crèmes amincissantes sont à base de
caféine dont l’action liporéductrice est extrêmement
puissante (ex : Percutaféïne®, Offensive Cellulite®,
des laboratoires Elancyl, Sérum Minceur Cellulite
Incrustée®,* des laboratoires Nuxe…).
9
Comment et quand utiliser
ces traitements locaux ?
Tout d’abord, nous conseillons vivement d’exfolier
la peau pour la débarrasser de ses cellules mortes
et forcer le renouvellement cellulaire. Une peau
exfoliée permet une meilleure efficacité des soins
anti-cellulite.
Ensuite le massage est certainement la meilleure
manière de stimuler la circulation lymphatique
et sanguine. Il dynamise la structure cutanée et
regalbe les fesses et les cuisses. Le soin s’applique
en massages circulaires sur les zones à traiter et
toujours de bas en haut, par pressions régulières.
Certaines crèmes s’appliquent le soir, c’est le cas
de Somatoline®. Ce soin procure, à l’application,
une sensation de chaleur qui est provoquée pour
une optimisation des actifs (en favorisant la microcirculation).
Dans la gamme Elancyl, le nouveau soin minceur
Offensive Cellulite® agit visiblement sur la cellulite
incrustée dès 14 jours (à raison d’1 application par
jour tous les matins) par un triple impact : il lisse
les capitons, resculpte et limite la récidive. Pour
combattre la cellulite infiltrée, Elancyl propose
36
n°41
Si possible, pratiquez votre activité physique à jeun
pour optimiser vos efforts : les cellules sont en effet
plus disposées à déstocker rapidement pour fournir
de l’énergie, à condition bien sûr de vous offrir un
petit-déjeuner équilibré après.
Pour améliorer la circulation veineuse et lymphatique et éviter ainsi la formation de cellulite, évitez de
porter des pantalons moulant trop les jambes, sciant
la taille ou gainant les cuisses de manière excessive.
Exit également les chaussettes ou les bas qui, en
formant un garrot, entravent le retour veineux, ainsi
que les chaussures à trop hauts talons.
Seul un entretien régulier de votre corps vous permettra d’obtenir un équilibre à long terme.
Une fois le traitement effectué, il vous faudra
continuer à surveiller votre alimentation et à
entretenir votre forme. La lutte contre la cellulite
est une guerre de tous les instants !
Sport
Marie-Claude Vuillermet - Fleurbaix
Le kitesurf
Le kitesurf est un sport
nautique, parfois appelé
fly-surf ou seulement kite.
Il consiste à glisser sur une
planche de surf de taille réduite
ou une planche twi-tip (avant
et arrière identique) en étant
tracté par un cerf-volant (kite
en anglais) appelé aile. C’est un
sport de traction et de glisse.
On pilote, à l’aide d’une barre,
une aile distante de vingt à trente
mètres. Deux à cinq lignes relient
la barre à l’aile. Les ailes les plus
courantes sont gonflables et
comportent 4 lignes, et quelques
ailes sont aujourd’hui équipées
d’une 5ème ligne qui apporte
un supplément de confort et de
sécurité.
La pratique du kitesurf exige des
sites très adaptés, notamment
en terme de place, permettant
de dérouler les lignes au sol
sans risque pour les autres. Toutefois de nombreux accidents,
parfois mortels, et la difficulté
de cohabitation avec les autres
sports historiquement dominants
(comme le surf, la planche à
voile, etc.…) ont conduit à son
38
n°41
interdiction pure et simple sur
certaines plages.
Le matériel :
L’aile : elle est dirigée par une
barre sur laquelle les lignes
arrière sont fixées. Grâce à
l’aile, les pratiquants de ce sport
peuvent faire des sauts allant
parfois jusqu’à 20 mètres audessus de l’eau. Sa surface se
situe généralement entre 5 m² et
15 m².
Trois grands types d’ailes sont
utilisés :
ailes à caissons : ses profils
souples sont inspirés du para-
pente. Les caissons de l’aile se
gonflent naturellement, sous
l’action du vent. Les dernières
évolutions, équipées de clapets,
autorisent le redécollage sur
l’eau. Elles sont alors appelées
ailes à caissons marines. A traction équivalente, elles peuvent
être plus petites. Ce type d’aile
ne nécessite pas de gonflage.
• aile à boudin : le principe
consiste en une structure gonflable à l’aide d’une pompe.
• les ailes plates ou hybrides :
nommées ainsi en raison de
leur allure. Elles permettent
notamment une plus grande
sécurité, grâce à une possibilité
très importante de réduction de
la puissance.
La barre : C’est la partie par
laquelle on contrôle les mouvements de l’aile. Elle est plus ou
moins grande en fonction de la
taille de l’aile. On y attache 2 ou
4 lignes pour contrôler l’aile et
gérer la puissance.
La planche : A l’origine du sport,
les premiers utilisateurs étaient
souvent issus du monde du
windsurf. Naturellement, les premières planches utilisées pour le
kitesurf furent donc des planches
de windsurf. Mais rapidement
la taille des planches s’est
raccourcie jusqu’à atteindre une
longueur de 1m40 en moyenne.
Leur forme a ensuite évolué
pour se rapprocher davantage
de celle des planches de wakeboard, dites bidirectionnelles.
Contrairement à la planche à
voile, le harnais est un élément
indispensable en kitesurf. En
effet, si le kite surfer lâche la
barre sans être rattaché à l’aile
par un moyen quelconque, l’aile
va s’envoler parfois très loin et,
sans parler de la perte du matériel, risquer ainsi de blesser des
personnes qui la recevraient.
Il existe deux types de harnais
en kitesurf :
• Ceinture, ou dorsal : comme
son nom l’indique, ce harnais
ne passe qu’autour du bassin.
• Culotte : à la manière d’un
baudrier d’escalade, celui-ci
passe sous les fesses et évite
ainsi souvent les maux de dos.
On le recommande généralement aux débutants pour cette
raison.
Dans ce sport la sécurité est
primordiale. Il est fortement
recommandé à toute personne
qui désire débuter le kitesurf de
le faire par l’intermédiaire d’une
école. Des écoles françaises de
kite sont présentes à Dunkerque,
Gravelines, Wimereux, Camiers.
Les règles de sécurité essentielles, comme l’anticipation,
doivent être respectées pour
éviter des accidents graves,
voire mortels. En effet, une utilisation inadéquate du matériel
de kitesurf peut rendre ce sport
extrêmement dangereux, autant
pour l’utilisateur que pour son
environnement.
Le kitesurf est l’occasion pour
ses adeptes de partir dans des
lieux très ensoleillés : l’Egypte
et ses plages de la Mer Rouge
sont très connues de ces sportifs
ainsi que l’île de Fuerteventura
aux Canaries. Leurs plages sont
très longues et venteuses, deux
conditions nécessaires à la pratique de ce sport.
Notre région du Nord, avec
son vent fréquent, ses longues
vagues, ses plages à perte de
vue, est prisée par les adeptes
du Kite. Hardelot, Wissant font
partie des meilleurs spots de
vagues de l’Europe du Nord.
Comme vous le voyez il n’est pas nécessaire d’aller bien loin
pour s’adonner à ce sport. La sécurité du matériel et la prise en
compte des conditions météorologiques éviteront de transformer
ces moments de glisse intense en cauchemar…
n°41
39
Véto
Anne-Sophie Vanheems - Vieux Condé
Mélanie Lefebvre - Vieux Condé
Adopter un animal de compagnie :
que faut-il savoir ?
L’acquisition d’un premier animal de
compagnie : chat, chien, lapin… est une
décision importante qui vous engage
sur du long terme. Celle-ci engendre
souvent une multitude de questions,
notamment en ce qui concerne la vaccination, l’alimentation, la contraception…
Lorsque vous rentrez chez vous avec votre nouveau
compagnon, quelques démarches sont à entreprendre.
La première visite chez le vétérinaire
Elle doit avoir lieu la première semaine de l’acquisition de l’animal, au cours de laquelle le vétérinaire
procédera à un examen clinique pour s’assurer de sa
bonne santé. Cette visite est l’occasion idéale pour
demander des conseils d’éducation, de propreté et
d’obéissance. Le vétérinaire procèdera également
au tatouage ou à l’insertion d’une puce électronique.
Cette identification est d’ailleurs devenue obligatoire
pour les chiens.
La vaccination
Tout au long de leur vie, les chiens et les chats
peuvent attraper des maladies contagieuses affectant gravement leur santé. Pour prévenir certaines
pathologies graves, la vaccination reste la seule
protection.
Il faut attendre l’âge de deux mois pour commencer.
Généralement, il s’agit de deux à trois injections
réalisées à un mois d’intervalle, puis un rappel sera
effectué tous les 1 à 2 ans.
40
n°41
L’alimentation
Il est important de suivre quelques règles de base :
• Ne pas lui donner à manger lorsqu’on est à table,
pour éviter les problèmes de surpoids. Pour qu’il
ait une alimentation équilibrée, le nourrir avec des
croquettes et non avec les restes de vos repas.
• Répartir les repas dans la journée : trois repas
par jour pour un chiot de moins de six mois, deux
seulement pour un adulte, à donner au calme et à
heure fixe.
• Laisser de l’eau propre et fraîche à disposition en
permanence.
• Eviter les changements brutaux d’alimentation.
• Adapter les quantités en fonction de la race, de
l’âge et du poids de l’animal.
Les traitements antiparasitaires
Pour prévenir et traiter les infections dues aux
parasites externes tels que les puces, les tiques,
les aoûtats… de nombreuses gammes de produits
existent. Les poudres et les sprays sont généralement
Contre quelles maladies faire vacciner son chien ?
Maladie
Maladie de Carré
Hépatite infectieuse canine
= Maladie de Rubarth
Parvovirose
Leptospirose
Piroplasmose
Rage
Vaccination
Dès 2 mois
Rappel
Tous les 2 ans
Dès 2mois
Dès 3 mois
Tous les ans
utilisés pour les chiots/chatons,
tandis que les shampooings
conviennent aux animaux plus
âgés. En ce qui concerne les
spot-on, il en existe de deux
types : l’un est actif uniquement
sur les parasites adultes ; le
second, plus cher, permet
l’élimination des puces et des
tiques mais bloque également
le développement des œufs et
des larves (Frontline Combo®
Spot On). Dans les deux cas, on
applique le produit directement
au niveau de la nuque. Tous les
deux ont une efficacité insecticide, préventive et curative,
qui persiste 4 semaines pour
les puces et 2 semaines pour
les tiques. Certains sprays sont
indiqués pour les animaux âgés
de moins de 2 mois (Fiproline®
spray qui peut être utilisé chez
les chiots de 2 jours). En effet,
il faut être d’autant plus vigilant
avec les jeunes animaux car
toute infection peut nuire à leur
croissance.
Les puces peuvent induire des
lésions cutanées sérieuses
chez l’animal comme chez
l’homme (prurit intense, plaies,
croûtes…). Pour se débarrasser
complètement des puces, il est
toujours conseillé d’associer
au traitement de l’animal
un spray aérosol afin de
désinfecter
l’environnement (Insecticide Habitat
Quand vermifuger son chien/chat ?
Jeune
- de 15 jours à 2 mois : tous les 15 jours
- de 2 à 4 mois : 1 fois par mois
Adulte
- après l’âge de 6 mois :
2 fois par an minimum
Femelle
reproductrice
- 2 à 3 jours avant la saillie
- 15 jours avant la mise bas
- 15 jours après la mise bas
Spray et Fogger Thekan®). On
inspectera régulièrement et
scrupuleusement le pelage de
l’animal pour détecter la présence de tiques.
Les vers, comme les ankylostomes et les ténias, provoquent
des troubles digestifs (diarrhée,
vomissements, des douleurs
abdominales). Il est important de
vermifuger votre animal régulièrement, notamment s’il est ballonné ou s’il doit être vacciné, en
lui donnant un vermifuge adapté
à son poids et à son âge, sous
forme de comprimés (Scanil® et
Telkan®), de sirop (Opovermifuge®) ou encore de pâte
orale (Gelminthe®).
La contraception
Deux possibilités s’offrent à
vous : soit la stérilisation définitive par intervention chirurgicale,
soit la contraception par administration d’un contraceptif.
Il faut toujours laisser passer les
premières chaleurs avant d’utiliser un contraceptif. Si les chaleurs ont déjà commencé, il vaut
mieux ne pas les interrompre. A
l’issue de 18 mois consécutifs
d’utilisation d’un contraceptif, il
est conseillé de laisser passer
un cycle sexuel puis de recommencer pendant 18 mois.
Pour la chienne : débuter 7 jours
avant la date présumée des chaleurs pour les reporter, dans les
3 jours suivant l’apparition des
chaleurs pour les interrompre.
(Controlestril®)
Pour la chatte : débuter le
traitement dans une période
hors des chaleurs. Administrer
le contraceptif tous les 15
jours (Mégépil®) ou toutes les
semaines (Hebdo’pil®).
Prenez bien soin de votre petit
compagnon : de belles années de
vie commune vous attendent !
Contre quelles maladies faire vacciner son chat ?
Maladie
Typhus (Panleucopénie)
Coryza
Rage
Leucose
Vaccination
Dès 2 mois
Dès 2 mois
Dès 3 mois
Dès 3 mois
Rappel
Tous les 2 ans
Tous les ans
n°41
41
Notre Invitée
Philippe Thomas - Calais
M Evelyne De Wildeman,
me
infirmière, fondatrice et directrice du réseau Passerelles, situé à Calais.
Elle nous explique ce que sont les soins
palliatifs, le rôle de son réseau et son
fonctionnement.
Pouvez-vous nous définir les soins
palliatifs ?
Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus,
délivrés par une équipe interdisciplinaire, dans une
approche globale de la personne atteinte d’une
maladie grave, évolutive ou terminale. L’objectif de
ces soins est de soulager les douleurs physiques
et les autres symptômes, mais aussi de prendre
en compte la souffrance psychologique, sociale et
spirituelle.
Les soins palliatifs s’adressent au malade en tant
que personne, à sa famille et à ses proches, à domicile ou en institution.
La formation et le soutien des soignants et des
bénévoles font partie de cette démarche.
Quels sont le rôle et les missions
de votre réseau ?
Passerelle est un réseau composé de professionnels
médicaux, para médicaux, sociaux et de bénévoles
formés à l’accompagnement du malade et de ses
proches.
Son rôle est d’optimiser la prise en charge et l’accompagnement des personnes gravement malades
et d’assurer le soutien de leur famille.
Le réseau est indépendant de tout mouvement
idéologique, religieux ou politique.
L’équipe du réseau se met également à la disposition
des soignants habituels à domicile, dans un rôle de
42
n°41
coordination et de soutien.
Passerelles organise régulièrement des formations
interdisciplinaires ou spécifiques afin d’optimiser les
pratiques professionnelles et de créer du lien entre
les différents soignants.
Pouvez- vous nous décrire
votre structure ?
Passerelles est un réseau de coordination de soins
continus et d’accompagnement créé en 2001.
Nous sommes aujourd’hui 7 salariés : une secrétaire,
4 coordinatrices, un médecin à temps partiel et une
directrice.
Notre budget, 400 000€, est financé par l’Agence
Régionale de Santé (ARS).
Notre conseil d’administration est composé de la
réunion de trois partenaires : le centre hospitalier de
Calais, l’association de bénévoles accompagnants
« La main tendue » et l’association de professionnels
de santé « Présence » qui est à l’origine du réseau
Passerelles.
Notre territoire d’intervention s’étend sur 8 cantons
et 89 communes.
En 2010, 236 patients ont été pris en charge par le
réseau.
Que faites- vous exactement ?
Toute entrée dans le réseau nécessite l’accord du
médecin traitant, du patient ou de son référent. Puis
en collaboration avec le médecin, le pharmacien et
tous les soignants habituels, nous proposons:
• Une aide logistique pour l’organisation du retour à
domicile lors d’une sortie d’hôpital.
• Une évaluation et une mise
en place des aides matérielles
et humaines nécessaires à
l’état de santé de la personne
malade.
• Un suivi permanent de la situation médico-psycho-sociale du
patient.
• Une prise en charge de la
douleur et de ses symptômes.
• Une coordination des intervenants.
• Un accompagnement par des
bénévoles formés.
• Une continuité entre les soins
de ville et les institutions.
Combien coûte cette
prise en charge du
malade ?
C’est entièrement gratuit pour
les familles puisque nous
sommes subventionnés par
l’Agence Régionale de Santé.
A qui sont destinés les
soins palliatifs ?
Le but des soins palliatifs est de
réserver la meilleure qualité de
vie aux malades, de l’annonce
du diagnostic jusqu’à la fin de
vie, qui n’est ni hâtée ni retardée.
En d’autres termes, les soins
palliatifs concernent :
• Les personnes dont la maladie
grave et évolutive nécessite
des soins de confort consécutifs à une perte d’autonomie
importante ou à des douleurs
rebelles aux traitements classiques (Par exemple les personnes victimes d’un accident
vasculaire cérébral ou atteinte
d’un cancer). Dans ce cas les
soins curatifs sont toujours en
cours, on parle plutôt de soins
continus.
• Les personnes en fin de vie,
dont le décès est imminent.
Dans ce cas les malades ont
une perte d’autonomie presque
totale et les traitements curatifs
sont sans résultat contre la
maladie.
Qui vous appelle ?
Le signalement est fait par la
famille, l’hôpital, les cliniques
et les acteurs de ville : médecins, infirmiers, pharmaciens,
kinésithérapeutes, assistantes
sociales, associations d’aides à
domicile…
Quels sont vos
projets d’avenir ?
Nous travaillons en ce moment à
l’écriture d’un projet de structure
appelée « Espace Ressources
Cancers ». Appel à projet conjoint
de l’ARS et du conseil régional.
Un Espace Ressource Cancer
est un lieu convivial permettant
d’accueillir, d’informer et d’écouter toute personne atteinte d’un
cancer, ses proches ou tout
individu sensibilisé par la thématique cancer.
La maladie isole, entraînant
progressivement une désocialisation. Les entretiens psychologiques, les groupes de parole,
les ateliers d’expression, de diététique, de socio esthétique proposés par l’Espace Ressources
Cancers auront pour objectif
l’accompagnement des patients
vers une réinsertion dans la
société. Ce sera aussi un lieu
d’information et de ressources
pour tous les professionnels
médico-sociaux.
Les réseaux de soins palliatifs
en Nord Pas-de-calais
Région de Calais : PASSERELLES......................... 03 21 19 32 60
Région de Dunkerque : AMAVI................................ 03 28 63 69 04
Région Flandres :
TREFLES PLATE FORME SANTE........................... 03 20 38 83 06
Région de Béthune :
PREVENTION ARTOIS EMERAUDE........................ 03 21 57 99 12
Région de Lens : CESAME...................................... 03 21 42 78 44
Région de Douai :
PLATEFORME SANTE DU DOUAISIS..................... 03 27 97 97 97
Région de Valenciennes : EMERA.......................... 03 27 27 59 52
Région de Lille : ROSALIE....................................... 03 20 22 38 92
Région de Roubaix : DIAMANT............................... 03 20 70 14 72
Région de Cambrai : RESCOM............................... 03 27 37 76 51
n°41
43
Notre région
Bernard Ulrich - La Madeleine
St Jacques à l’infusion d’Arleux,
Rattes en rosette.
Pour 6 personnes
• 24 Noix de St Jacques
avec leur corail.
• 2 têtes d’ail fumé
d’Arleux.
• 40 cl de crème fraîche
épaisse.
• Beurre.
• Huile d’olive
ou de tournesol.
• 18 pommes de terre Ratte
du Touquet.
• Quelques pousses
d’épinard.
Rincez rapidement les pousses
d’épinard et réservez-les.
Nettoyez délicatement les noix
de St jacques et gardez les
coraux à part.
Prélevez sur une tresse d’ail
fumé d’Arleux deux têtes avec
2 centimètres de tige. Rincez
le tout rapidement sous l’eau
courante. Coupez les têtes en
deux, posez les dans le fond d’une belle casserole en fonte, couvrez
de 40 cl de crème fraîche épaisse et faites infuser à feux doux pendant
20 minutes.
Epluchez les pommes de terre, faites les cuire à la vapeur.
Filtrez la crème à travers une passoire fine, assaisonnez de poivre blanc
du moulin et éventuellement de sel.
Quand les pommes de terre sont cuites, lancez la cuisson à feu vif des
noix de St Jacques dans une poêle anti adhésive dans laquelle vous
aurez fait fondre un mélange de beurre et d’huile. Ajoutez les coraux en
seconde partie de cuisson seulement.
Taillez les pommes de terre en grosses rondelles et intercalez entre
chaque rondelle une feuille de pousse d’épinard. Dressez cette composition sur des assiettes chaudes avec les noix de St Jacques et leurs
coraux ; ajoutez un cordon de sauce. Servez chaud avec le reste de
sauce en saucière.
Bon appétit !
44
n°41
n°41
45
Cali-mini Cali-malin
La digestion
Marie-Claude Vuillermet - Fleurbaix
Tu manges pour nourrir ton corps, pour lui apporter l’énergie dont il a besoin. Mais
les aliments que tu avales sont bien trop gros, il faut les découper et les rendre
utilisables par ton organisme : c’est la digestion. De nombreux organes participent
au travail de la digestion. Ensemble ils constituent un trajet de 8m de long qui
occupe presque toute la place dans ton ventre. L’entrée c’est la bouche, la sortie
c’est l’anus.
Le voyage de ton petit déjeuner :
Top départ :
La porte d’entrée c’est la bouche. Ta langue, ta salive s’activent déjà.
Ton petit pain au chocolat est broyé par tes dents, pour en faire des petits morceaux…Miam !
Ensuite tu avales les mini morceaux de ton petit pain et c’est le pharynx qui le dirige dans
l’œsophage, puis il descend dans ton estomac.
Plouf, il va y rester presque 4 heures, le temps d’être transformé en bouillie, c’est le mixeur.
L’intestin grêle transforme cette bouillie en minuscules morceaux : les nutriments qui
passent dans le sang. Le foie et le pancréas aident l’intestin grêle en distribuant les
nutriments aux organes.
Le reste, inutile, est poussé vers le gros intestin qui récupère les déchets pour les transformer en selles : autrement dit, c’est le caca !
A l’extrémité de l’intestin : le rectum est la salle d’attente des selles.
L’anus c’est la porte de sortie.
Avec ton petit pain, tu auras bu un jus de fruit, un bol de lait ou de chocolat. Ces boissons
sont indispensables car ton corps est constitué de 75% d’eau.
Les reins sont une passoire qui retient les déchets du sang. On ne peut pas vivre sans
reins mais un seul peut suffire…
Le pipi sort des reins et s’écoule par 2 tuyaux, les uretères, jusqu’à la vessie : c’est la
salle d’attente des urines.
A la fin de la digestion, tu élimines tout ce qui est inutile pour le corps :
ne pas trop te retenir pour aller aux toilettes
pour faire pipi ou caca !
Certaines expressions
ont un rapport avec la digestion, peut-être
en connais-tu la définition… et peut être
même en connais-tu d’autres…
«Avoir l’ estomac dans lestalons» c’est avoir très faim. Si tu dis que tu as «l’ estomac embarbouillé»
c’est que tu as envie de vomir. «Tourner 7 fois la langue dans sa bouche » c’est bien réfléchir avant
de dire quelque chose et « Avoir l’ eau à la bouche » c’est avoir très envie de quelque chose.
46
n°41
5
6
Mots croisés
8
2
7
1
4
9
9
6
4
V E S S I E
B
1
5 P R O U T
E
E
L
E
U
S
L
T
C
8
T
E
H
2 O E S O P H A G E
M
N
A 3 R E C T U M
C
S
7
1 : c’est le mixeur.
2 : un long tuyau qui arrive à l’estomac.
3 : salle d’attente du «caca».
4 et 5 : ils ne sentent pas bon.
6 : porte d’entrée du tube digestif.
7 : autre nom pour désigner le «caca».
8 : porte de sortie des selles.
9 : salle d’attente des urines.
3
L e s c o n s e il s
de t o n c a li-ph a r m ac ie n :
- Lave -to i so uven t les ma
ins : ce la em pêche les micro
be s se trou va nt à la su rf
de ta pe au de pénétrer à
ac e
l’in tér ieu r de to n co rp s.
- Ne te ba igne pa s ap rès
un rep as co pie ux , su rto ut
si l’e au es t froide. Le co nt
avec l’e au pe ut inter romp
ac t
re ta diges tio n et prov oq
ue r un ma lai se .
- Si tu n’e s pa s allé au x to
ile tte s de pu is plusie urs jou
rs, tu es co ns tipé. Il faut
prév ien ne s un adulte afin
que tu
de pren dre un médic amen
t, ca r plus tu at ten dras mo
bie n tu se ra s…
ins
- Si tu se ns de s brûlu re s
qu an d tu va s fa ire pip i, pa
rle s-e n auss i, ce la pe ut êtr
pe tite inf ec tio n.
e une
Pourquoi
a-t-on parfois du mal à faire caca ?
Quand tu ne manges pas assez de fruits et légumes,
ou si tu ne fais pas d’exercice, tes intestins travaillent
au ralenti. Le caca reste trop longtemps dans le gros
intestin et devient tout dur : tu es constipé.
Le prout !Dans l’intestin certains aliments
produisent des gaz qui ne sentent pas très bon, ce sont
les pets.
Le rot :
Si tu bois un coca trop vite, tu avales
de l’air, ton estomac se contracte. Les bulles d’air
remontent dans l’œsophage pour trouver la sortie.
Les vomissements : Si tu ne
digères pas un aliment, ton estomac le renvoie dans
l’œsophage et tu vomis.
Incroyable !Dans une vie on rejette jusqu’à
10 tonnes de caca et 40 000 litres de pipi.
Le sais-tu ?Un enfant consomme en
moyenne 5OO kg de nourriture par an : c’est le poids
d’une petite voiture.
n°41
47
LES PHARMACIES CALIPHARMA
Pharmacie BECART - BOURBOURG
Pharmacie BOUTON - ARMENTIERES
Pharmacie BRASSELET - AVELIN
Pharmacie CACHEUX-FICHELLE - LOMME
Pharmacie DANTOING - CYSOING
Pharmacie de FLEURBAIX - FLEURBAIX
Pharmacie de la FRONTIERE - CRESPIN
Pharmacie de la MAIRIE - LOOS
Pharmacie de l’HOTEL DE VILLE - BRUAY LA BUISSIERE
Pharmacie de l’HOTEL DE VILLE - LINSELLES
Pharmacie DEHAUT et VANHEEMS - VIEUX CONDE
Pharmacie D’ENNEQUIN - LOOS
Pharmacie DES GLACIS - DUNKERQUE
Pharmacie DOLLE - AIRE SUR LA LYS
Pharmacie DRESZER - SAINT-SAULVE
Pharmacie DU BOURG - LAMBERSART
Pharmacie FLAMANDE - LILLE
Pharmacie HAYE - WATTRELOS
Pharmacie HENNEVIN - LA MADELEINE
Pharmacie LE BARON - HELLEMMES
Pharmacie LEULLIETTE - GRANDE SYNTHE
Pharmacie MARQUIS - HALLENNES les Haubourdin
Pharmacie MORMENTYN - VALENCIENNES
Pharmacie PLESSIET - AULNOY
Pharmacie SAINT GEORGES - CAMBRAI
Pharmacie THOMAS - CALAIS
Pharmacie ULRICH - LA MADELEINE
Pharmacie VEKEMANS - TRITH SAINT LEGER
Pharmacie VERSCHAVE - CASSEL
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire