Tumeurs de la tête et du cou

publicité
Pharynx :
oropharynx, nasopharynx, hypopharynx . . . . 19
Larynx :
supraglottique, glottique, sous-glottique . . . 33
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal 45
Glandes salivaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Glande thyroïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Note préliminaire
Les carcinomes apparaissant dans les petites glandes salivaires de
la portion supérieure des appareils respiratoire et digestif sont
classés conformément aux règles concernant les tumeurs de leur
site anatomique d’origine, p. ex. la cavité buccale.
Tumeurs de la tête et du cou
Lèvres et cavité buccale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
Ganglions lymphatiques régionaux
(Fig. 4)
Les ganglions lymphatiques régionaux sont les ganglions cervicaux. Ils comprennent :
1. Les ganglions sous-mentaux
2. Les ganglions sous-mandibulaires
3. Les ganglions jugulaires crâniaux (cervicaux profonds)
4. Les ganglions jugulaires moyens (cervicaux profonds)
5. Les ganglions jugulaires codaux (cervicaux profonds)
6. Les ganglions cervicaux dorsaux (cervicaux superficiels) le long du nerf accessoire
7. Les ganglions sus-claviculaires
8. Les ganglions prélaryngés*, prétrachéaux et paratrachéaux
9. Les ganglions rétropharyngiens
10. Les ganglions parotidiens
11. Les ganglions buccaux
12. Les ganglions rétro-auriculaires et occipitaux
Classification N/pN - Adénopathies régionales
Les définitions des catégories N pour les tumeurs de la tête et du cou, à l'exception
de la glande thyroïde, sont les suivantes :
NX/pNX Les adénopathies régionales ne peuvent être évaluées
N/pNX Les adénopathies régionales ne peuvent être évaluées
N/pN0 Pas d’adénopathie régionale métastatique
pN0
L'examen histologique d’un curage cervical sélectif porte habituellement sur
six ganglions ou plus. L'examen histologique d’un curage cervical radical
ou radical modifié porte habituellement sur dix ganglions ou plus. Si les
ganglions sont négatifs mais que leur nombre habituel n’a pas été atteint,
classer en pN0. Quand la taille fait partie des critères de classification pN,
il ne faut mesurer que la métastase et non le ganglion entier
Note :
* Les ganglions prétrachéaux sont parfois appelés «Delphian nodes» par les Anglo-Saxons.
4
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
Fig. 4 a - c
5
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
N1/pN1 Adénopathie métastatique unique unilatérale, ≤ 3 cm dans sa plus grande
dimension (Fig. 5)
Homolatérale
Tumeur primitive de la tête ou du cou à l'exception de la glande thyroïde et du nasopharynx
Fig. 5
6
N2/pN2 Adénopathie métastatique unique unilatérale, > 3 cm mais ≤ 6 cm dans
sa plus grande dimension ; ou adénopathies métastatiques homolatérales
multiples, ≤ 6 cm dans leur plus grande dimension; ou adénopathies
métastatiques bilatérales ou controlatérales, ≤ 6 cm dans leur plus grande
dimension
N2a/pN2a Adénopathie métastatique unique unilatérale, > 3 cm mais
≤ 6 cm dans sa plus grande dimension (Fig. 6)
Homolatérale
Tumeur primitive de la tête ou du cou à l'exception de la glande thyroïde et du nasopharynx
Fig. 6
7
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
N2b/pN2b Adénopathies métastatiques multiples homolatérales, ≤ 6 cm dans leur
plus grande dimension (Fig. 7)
Homolatérale
Tumeur primitive de la tête ou du cou à l'exception de la glande thyroïde et du nasopharynx
Fig. 7
8
N2c/pN2c Adénopathies métastatiques bilatérales ou controlatérales, ≤ 6 cm dans
leur plus grande dimension (Fig. 8)
Tumeur primitive de la tête ou du cou à l'exception de la glande thyroïde et du nasopharynx
Fig. 8
9
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
TÊTE
COU
Tumeurs de la tête et du cou
N3/pN3 Adénopathie métastatique, > 6 cm dans sa plus grande dimension (Fig. 9)
Note :
Les ganglions situés sur la ligne médiane sont considérés comme homolatéraux.
Tumeur primitive de la tête ou du cou à l'exception de la glande thyroïde et du nasopharynx
Fig. 9
10
Lèvres et cavité buccale
(ICD-O C00, C02-C06)
Règles de classification
Cette classification s'applique uniquement aux carcinomes spino-cellulaires du bord
libre des lèvres et aux carcinomes de la cavité buccale incluant les glandes salivaires
accessoires. Une confirmation histologique de la maladie est indispensable.
Régions et sites anatomiques
Lèvres (Fig. 10)
1. Bord libre de la lèvre supérieure (C00.0)
2. Bord libre de la lèvre inférieure (C00.1)
3. Commissures (C00.6)
Fig. 10
11
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
Cavité buccale (Figs. 11-13)
1. Muqueuse buccale
I)
Muqueuse des lèvres supérieures et inférieures (C00.3,4)
II) Muqueuse jugale (C06.0)
III) Régions rétromolaires (C06.2)
IV) Sillon alvéolo-buccal, supérieur et inférieur (vestibule de la bouche)
(C06.1)
2. Rebord alvéolaire supérieur et gencive supérieure (C03.0)
3. Rebord alvéolaire inférieur et gencive inférieure (C03.1)
4. Voûte palatine (C05.0)
5. Langue
I)
Face dorsale et bords latéraux en avant des papilles gustatives (deux tiers
antérieurs) (C02.0,1)
II) Face inférieure (ventrale) (C02.2)
6. Plancher buccal (C04)
Oropharynx
(voir p. 19)
Fig. 11
12
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
Fig. 12
Fig. 13
Ganglions lymphatiques régionaux
Voir p. 4.
13
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
Classification clinique TN
T – Tumeur primaire
TX
T0
Tis
La tumeur primitive ne peut être évaluée
Pas de tumeur primitive décelable
Carcinome in situ
T1
T2
T3
T ≤ 2 cm dans sa plus grande dimension (Figs. 14, 15)
2 cm ≤ T ≤ 4 cm dans sa plus grande dimension (Figs. 16, 17)
T > 4 cm dans sa plus grande dimension (Figs. 18, 19)
Fig. 14
Fig. 15
Fig. 16
14
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
Fig. 17
Fig. 18
Fig. 19
15
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
T4a
T4a
Lèvre : tumeur envahissant la corticale osseuse, le nerf dentaire inférieur, le
plancher buccal ou la peau (menton ou nez) (Figs. 20, 21)
Cavité buccale : tumeur envahissant la corticale osseuse, les muscles profonds/
extrinsèques de la langue (génioglosse, hyoglosse, palato-glosse et stylo-glosse), le
sinus maxillaire ou la peau du visage (Figs. 22-24)
Note :
Une simple érosion superficielle de l’os ou de l’alvéole dentaire par une tumeur gingivale est insuffisante
pour classer la tumeur en T4a ou T4b.
T4a
pT4a
T4a
Fig. 20
pT4a
Fig. 21
T4a
pT4a
Fig. 22
16
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
+
a
b
Fig. 23 a, b
a Images radiologiques faisant soupçonner un envahissement de la corticale osseuse
sans pouvoir l'affirmer : la tumeur ne peut être classée en T4 et sera classée selon les
cas en T1,T2 ou T3.
b Envahissement évident de la corticale osseuse, qui correspond à la zone suspecte
dans la région prémolaire de la radiographie reproduite en a. Le résultat de cette
scintigraphie doit faire classer la tumeur en T4a.
T4a
T4a
a
b
Fig. 24 a, b
a Envahissement évident de la corticale de la mandibule.
b Coupe TDM du cas présenté en a. Le carcinome du plancher de la bouche envahit
la corticale osseuse et la musculature extrinsèque de la langue (m. hyoglosse).
17
TÊTE
COU
Lèvres et cavité buccale
T4b Lèvre et cavité buccale : tumeur envahissant l’espace masticateur, l’aile interne
de l’apophyse ptérygoïde, la base du crâne ou englobant l’artère carotide
interne (Fig. 25)
Artère carotide interne
Fig. 25
N – Adénopathies régionales
Voir p. 4.
Classification histopathologique pTN
Les catégories pT et pN correspondent aux catégories T et N.
18
Pharynx (ICD-O C01, C05.1, 2, C09, C10.0, 2, 3, C11-13)
Règles de classification
Cette classification s'applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation
histologique est indispensable.
Régions et sites anatomiques
Oropharynx (C01, C05.1, 2, C09.0, 1, 9, C10.0, 2, 3) (Figs. 26, 27)
1. Paroi antérieure (région glosso-épiglottique)
I) Portion de la langue située en arrière du V lingual (base de la langue,
ou tiers postérieur) (C01)
II) Vallécule (C10.0)
2. Paroi latérale (C10.2)
I) Amygdale palatine (C09.9)
II) Fosse amygdalienne (C09.0) et piliers du voile (C09.1)
III) Sillon glosso-amygdalien (C09.1)
3. Paroi postérieure (C10.3)
4. Paroi supérieure
I) Face inférieure du voile du palais (C05.1)
II) Luette (C05.2)
Note :
La face antérieure (linguale) de l'épiglotte (C10.1)
est classée avec le larynx, épiglotte suprahyoïdienne
(voir p. 33).
Fig. 26
Fig. 27
19
TÊTE
COU
Pharynx
TÊTE
COU
Pharynx
Nasopharynx (C11) (Fig. 28)
1.
2.
3.
Paroi postéro-supérieure : elle s'étend de la limite entre voile du palais et
voute palatine à la base du crâne (C11.0,1)
Paroi latérale : elle comprend la fossette de Rosenmüller (C11.2)
Paroi inférieure : c'est la face supérieure du voile du palais (C11.3)
Note :
Le pourtour des choanes comprenant le bord postérieur du septum nasal est classé avec les cavités
nasales.
Hypopharynx (C12, C13) (Fig. 28)
1.
2.
3.
Jonction pharyngo-œsophagienne (zone postcricoïdienne) (C13.0) : elle
s'étend du niveau des cartilages aryténoïdes et des replis voisins au bord
inférieur du cartilage cricoïde.
Sinus piriforme (C12.9) : il s'étend du repli pharyngo-épiglottique à
l'extrémité supérieure de l'œsophage. Il est limité latéralement par le cartilage
thyroïde. Les limites internes sont le repli aryépiglottique (C13.1) et les cartilages
aryténoïde et cricoïde.
Paroi postérieure du pharynx (C13.2) : elle s'étend de la limite supérieure de
l’os hyoïde au bord inférieur du cartilage cricoïde et du sommet d’un sinus
piriforme à l’autre.
Ganglions lymphatiques régionaux
Le creux sus-claviculaire (pour la classification du carcinome nasopharyngien) est la
région triangulaire définie par les trois points suivants (voir p. 4-5) :
1. le bord supérieur de l’extrémité sternale de la clavicule ;
2. le bord supérieur de l’extrémité externe de la clavicule ;
3. la jonction du cou et de l’épaule ;
Il comprend les portions terminales des niveaux IV et V
(Classification selon Robbins et al.*)
* Robbins KT, Median JE, Wolfe GT, Levine PA, Sesions RB, Pruet CW (1991) Standardizing neck
dissection terminology. Official report of the Academy’s Committee for Head and Neck Surgery and
Oncology; Arch Otolaryngol Head Neck Surg 117:601-605.
20
TÊTE
COU
Pharynx
Nasopharynx
C11
Oropharynx
C10
Hypopharynx
C13
Œsophage
C15
Fig. 28
21
TÊTE
COU
Pharynx
Classification clinique TN
T - Tumeur primitive
TX
La tumeur primitive ne peut être évaluée
T0
Pas de tumeur primitive décelable
Tis
Carcinome in situ
Oropharynx
T ≤ 2 cm dans sa plus grande dimension (Fig. 29)
2 cm ≤ T ≤ 4 cm dans sa plus grande dimension (Fig. 30)
T > 4 cm dans sa plus grande dimension (Fig. 31)
Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : larynx, muscles profonds/
extrinsèques de la langue (génioglosse, hyoglosse, palato-glosse et stylo-glosse),
ptérygoïdien interne, palais dur et maxillaire (Fig. 32)
T4b Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : muscle ptérygoïdien
externe, aile interne de l’apophyse ptérygoïde, portion externe du nasopharynx,
base du crâne, fascia prévertébral ou englobant l’artère carotide (Fig. 33)
T1
T2
T3
T4a
Fig. 29
Fig. 30
22
TÊTE
COU
Pharynx
Fig. 31
Artère carotide
Base
du crâne
Oropharynx
Fig. 32
Fig. 33
23
TÊTE
COU
Pharynx
Nasopharynx
T1
T2
T3
T4
Tumeur localisée à un seul site du nasopharynx (Fig. 34)
Tumeur étendue aux parties molles de l’oropharynx et/ou aux fosses nasales
(Fig. 34)
T2a
sans extension parapharyngée* (Fig. 35)
T2b
avec extension parapharyngée* (Fig. 36)
Tumeur envahissant les structures osseuses ou les sinus maxillaires (Fig. 37)
Tumeur avec extension intracrânienne et/ou atteinte des nerfs crâniens, de la
fosse sous-temporale, de l’hypopharynx, de l’orbite ou de l’espace masticateur
(Fig. 38)
Note :
* L’extension parapharyngée traduit une infiltration postéro-latérale de la tumeur au-delà du fascia de
la base du pharynx.
Fig. 34
Fig. 35
24
TÊTE
COU
Pharynx
Extension
parapharyngée
Fig. 36
Extension
au sinus maxillaire
Fig. 37
Fig. 38
25
TÊTE
COU
Pharynx
Hypopharynx
T1
T2
Tumeur limitée à un des sites de l'hypopharynx (voir p. 20) ≤ 2 cm dans sa
plus grande dimension (Figs. 39-41)
Tumeur envahissant plus d’un site de l’hypopharynx, ou des sites adjacents,
ou 2 cm ≤ T ≤ 4 cm dans sa plus grande dimension « sans » fixation de
l'hémilarynx (Figs. 42-46)
Fig. 39
Envahissement du sinus piriforme
(C12.9)
Fig. 40
Fig. 41
Envahissement de la paroi
postérieure (C13.2)
Envahissement de la zone
postcricoïdienne (C13.0)
26
TÊTE
COU
Pharynx
Fig. 42
Fig. 43
Envahissement de la paroi
postérieure de l’hypopharynx (C13.2)
Envahissement de la zone
postcricoïdienne (C13.0)
Fig. 44
Fig. 45
Envahissement du sinus piriforme (C12.9)
et du repli aryépiglottique (C13.1)
Envahissement du sinus piriforme (C12.9)
et de la paroi postérieure (C13.2)
Fig. 46
Envahissement du sinus piriforme (C12.9) et de la zone postcricoïdienne (C13.0)
27
TÊTE
COU
Pharynx
T3
T > 4 cm dans sa plus grande dimension ou avec fixation de l'hémilarynx
(Figs. 47-49)
T4a Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : cartilages thyroïde/cricoïde,
os hyoïde, glande thyroïde, œsophage, parties molles du cou (Figs. 50, 51)
T4b Tumeur envahissant le fascia prévertébral (Fig. 52), englobant l’artère carotide
ou envahissant des structures médiastinales
Note :
* Les tissus du compartiment central comprennent la sangle musculaire pré-laryngienne de soutien et
la graisse sous-cutanée
Fig. 47
Envahissement de la paroi
postérieure (C13.2)
Fig. 48
Fig. 49
Envahissement du sinus
piriforme (C12.9), du repli
aryépiglottique (C13.1) et
de la paroi postérieure (C13.2)
avec fixation de l’hémilarynx
Envahissement du sinus
piriforme (C12.9) et de la zone
postcricoïdienne (C13.0) avec
fixation de l’hémilarynx
28
TÊTE
COU
Pharynx
Fig. 51
Envahissement de la zone
postcricoïdienne avec extension
à l'œsophage cervical (atteignant
non seulement la muqueuse, mais
aussi les couches profondes)
Fig. 50
Envahissement du sinus piriforme
avec extension à la thyroïde
et au cartilage cricoïde
Espace prévertébral
Fig. 52
29
TÊTE
COU
Pharynx
N – Adénopathies régionales
Oropharynx et hypopharynx
Voir p. 4, 5.
Nasopharynx
NX Les adénopathies régionales ne peuvent être évaluées
N0 Pas d’adénopathie régionale métastatique
N1 Adénopathie(s) métastatique(s) unilatérale(s), ≤ 6 cm dans la plus grande
dimension, au-dessus du creux sus-claviculaire (Fig. 53)
Note :
Les ganglions situés sur la ligne médiane sont considérés comme homolatéraux.
Homolatérale
Fig. 53
30
N2
Adénopathie(s) métastatique(s) bilatérale(s), ≤ 6 cm dans la plus grande
dimension au-dessus du creux sus-claviculaire (Fig. 54)
Homolatérale
Controlatérale
Fig. 54
31
TÊTE
COU
Pharynx
TÊTE
COU
Pharynx
N3
Adénopathie(s) métastatique(s) (Fig. 55)
N3a > 6 cm
N3b au niveau du creux sus-claviculaire
Homolatérale
Fig. 55
Classification histopathologique pTN
Les catégories pT et pN correspondent aux catégories T et N.
32
Larynx
TÊTE
COU
Larynx (ICD-O C32.0,1,2, C10.1)
Règles de classification
Cette classification s’applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation
histologique est indispensable.
Régions et sites anatomiques (Figs. 26, 27-voir p. 34, Figs. 56, 57)
1. Cavité supraglottique (C32.1)
I)
Épiglotte suprahyoïdienne
(comportant son extrémité
et ses faces linguale (C10.1) et laryngée)
II)
Repli aryépiglottique, versant laryngé
III) Aryténoïde
IV) Épiglotte infrahyoïdienne
V)
Bandes ventriculaires (fausses cordes vocales)
2. Glotte (C32.0)
I)
Cordes vocales
II)
Commissure antérieure
III) Commissure postérieure
3. Cavité sous-glottique (C32.2)
Ganglions lymphathiques régionaux
Voir p. 4.
33
Épilarynx
(comportant
la zone marginale)
Région supraglottique
à l'exclusion de l'épilarynx
TÊTE
COU
Larynx
Cavité supraglottique
Glotte
Cavité sous-glottique
Fig. 56
Fig. 57
Classification clinique TN
T – Tumeur primitive
TX
La tumeur primitive ne peut être évaluée
T0
Pas de tumeur primitive décelable
Tis
Carcinome in situ
34
Cavité supraglottique
T1
Tumeur limitée à l’un des sites anatomiques de la cavité supraglottique avec
une mobilité normale des cordes vocales (Figs. 58, 59)
Fig. 58 a, b
Envahissement de l’épiglotte
Fig. 59 a, b
Envahissement de la fausse corde vocale
35
TÊTE
COU
Larynx
TÊTE
COU
Larynx
T2
Tumeur étendue à la muqueuse de la cavité supraglottique ou de la glotte (ex. :
muqueuse de la base de la langue, vallécule, ou paroi médiane d’un sinus
piriforme) sans fixation du larynx (Figs. 60, 61)
Fig. 60 a, b
Envahissement de l’épiglotte suprahyoïdienne et de l’épiglotte infrahyoïdienne
Fig. 61 a, b
Envahissement de la fausse corde vocale et de l’épiglotte
36
T3
Tumeur limitée au larynx avec fixation d’une corde vocale, et/ou envahissement
des structures suivantes : zone postcricoïdienne, tissus préépiglottiques, espace
paraglottique, et/ou érosion minime du cartilage thyroïde (p. ex. cortex interne)
(Figs. 62, 63)
Fig. 62 a, b
Envahissement de la région supraglottique et de la corde vocale avec fixation
Fig. 63 a, b
Envahissement des tissus préépiglottiques avec fixation d’une corde vocale
37
TÊTE
COU
Larynx
TÊTE
COU
Larynx
T4a
Tumeur traversant le cartilage thyroïde, et/ou envahissant les tissus situés
au-delà du larynx, p. ex., la trachée, les parties molles du cou y compris les
muscles profonds/extrinsèques de la langue (génioglosse, hyoglosse, palatoglosse et stylo-glosse), les muscles du cou, la thyroïde, l’œsophage (Fig. 64)
T4b Tumeur envahissant l’espace prévertébral, les structures médiastinales ou
englobant l’artère carotide (Fig. 52)
Fig. 64 a, b
Envahissement extralaryngé :
oropharynx (vallécule et base de la langue) et parties molles du cou
(prélaryngées)
38
Glotte
T1
Tumeur limitée à une (aux) corde(s) vocale(s) (pouvant envahir les commissures
antérieure ou postérieure) avec une mobilité normale (Fig. 65a)
T1a Tumeur limitée à une corde vocale (Fig. 65b)
T1b Tumeur envahissant les deux cordes vocales (Fig. 65c)
Fig. 65 a-c
a, b Tumeur limitée à une corde vocale
c Tumeur limitée aux cordes vocales avec envahissement
de la commissure antérieure
39
TÊTE
COU
Larynx
TÊTE
COU
Larynx
T2
T3
Tumeur étendue à la cavité supraglottique et/ou la cavité sous-glottique, et/ou
avec diminution de la mobilité de la corde vocale (Fig. 66)
Tumeur limitée au larynx avec fixation d’une corde vocale et/ou envahissement
de l’espace paraglottique et/ou érosion minime du cartilage thyroïde
(p. ex. cortex interne) (Fig. 67)
Fig. 66 a, b
Tumeur étendue à la cavité supraglottique avec diminution de la mobilité
d’une corde vocale par envahissement superficiel
Fig. 67 a, b
Tumeur avec fixation d’une corde vocale
40
T4a
Tumeur traversant le cartilage thyroïde ou envahissant d’autres tissus situés
au-delà du larynx, p. ex., la trachée, les parties molles du cou y compris les
muscles profonds/extrinsèques de la langue (génioglosse, hyoglosse, palatoglosse et stylo-glosse), les muscles du cou, la thyroïde, l’œsophage (Fig. 68)
T4b Tumeur envahissant l’espace prévertébral, les structures médiastinales ou
englobant l’artère carotide (Fig. 69)
Fig. 68 a, b
Tumeur envahissant des tissus situés au-delà du larynx a et le cartilage thyroïde b
Fascia prévertébral
Fig. 69
Tumeur envahissant l’espace prévertébral
41
TÊTE
COU
Larynx
TÊTE
COU
Larynx
Cavité sous-glottique
T1
T2
Tumeur limitée à la cavité sous-glottique (Fig. 70)
Tumeur étendue à une (aux) corde (s) vocale (s) avec une mobilité normale
ou altérée (Fig. 71)
Fig. 70 a, b
Fig. 71 a, b
42
T3
T4a
Tumeur limitée au larynx avec fixation d’une corde vocale (Fig. 72)
Tumeur traversant les cartilages cricoïde ou thyroïde et/ou envahissant d’autres
tissus situés au-delà du larynx, p. ex. la trachée, les parties molles du cou
y compris les muscles profonds/extrinsèques de la langue (génioglosse,
hyoglosse, palato-glosse et stylo-glosse), les muscles du cou, la thyroïde,
l’œsophage (Fig. 73)
Fig. 72 a, b
Tumeur avec fixation d’une corde vocale
Fig. 73 a, b
Tumeur traversant le cartilage thyroïde
43
TÊTE
COU
Larynx
TÊTE
COU
Larynx
T4b Tumeur envahissant l’espace prévertébral, les structures médiastinales ou
englobant l’artère carotide (Fig. 74)
Fascia prévertébral
Fig. 74
Tumeur envahissant l’espace prévertébral
N – Adénopathies régionales
Voir p. 4.
Classification histopathologique pTN
Les catégories pT et pN correspondent aux catégories T et N.
44
Fosses nasales, sinus maxillaire
et ethmoïdal (ICD-O, C30.0, C31.0, 1)
Règles de classification
Cette classification s’applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation histologique est indispensable.
Régions et sites anatomiques (C30.0) (Fig. 75)
1. Fosses nasales
- Septum
- Plancher
- Paroi externe
- Vestibule
Sinus ethmoïdal
Sinus maxillaire
Fosse nasale
Fig. 75
45
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
2. Sinus maxillaire (C31.0) (Fig. 76)
3. Sinus ethmoïdal (C31.1) (Fig. 76)
- Gauche
- Droit
Adénopathies régionales
Voir p. 4.
Sinus ethmoïdal
Sinus maxillaire
Fig. 76
46
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
TÊTE
COU
Classification clinique TN
T – Tumeur primitive
TX
La tumeur primitive ne peut être évaluée
T0
La tumeur primitive n’est pas décelable
Tis
Carcinome in situ
Sinus maxillaire
T1 Tumeur limitée à la muqueuse sans ulcération ou destruction osseuse (Fig. 77)
T2 Tumeur avec érosion ou destruction osseuse, excepté pour la paroi postérieure
de la cavité, mais incluant la voûte palatine et/ou le méat nasal moyen (Fig. 78)
Fig. 77
Fig. 78
47
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
T3
Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : paroi osseuse postérieure
du sinus maxillaire, tissus sous-cutanés, plancher ou paroi interne de l’orbite,
fosse ptérygoïde, sinus ethmoïdal (Figs. 79, 80)
Fig. 79
Fig. 80
Tumeur du sinus maxillaire envahissant la paroi interne de l’orbite
et du sinus ethmoïdal
48
T4a
Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : contenu de la région antérieure de l’orbite, peau de la joue, aile interne de l’apophyse ptérygoïde, fosse
sous-temporale, fascia cribriformis, sinus sphénoïdal ou frontal (Figs. 81, 82)
Fig. 81
Fig. 82
49
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
T4b Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : sommet de l’orbite, duremère, cerveau, fosse cérébrale moyenne, nerfs crâniens autres que la branche
maxillaire supérieure du nerf trijumeau (V2), nasopharynx, clivus (Fig. 83)
Fig. 83
Fosses nasales et sinus ethmoïdal
T1
Tumeur limitée à l’un des sites des fosses nasales ou du sinus ethmoïdal, avec
ou sans envahissement osseux (Figs. 84, 85)
50
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
Cavité nasale
Fig. 84
Fig. 85
51
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
T2
T3
Tumeur envahissant deux portions d’un même site ou s’étendant à un site
adjacent situé dans le complexe naso-ethmoïdal, avec ou sans envahissement
osseux (Fig. 86)
Tumeur envahissant la paroi interne ou le plancher de l’orbite, le sinus
maxillaire, le palais ou le fascia cribriformis (Fig. 87)
Cavité nasale
Fig. 86
Tumeur ethmoïdal
envahissant le plancher
de l’orbite et
le fascia cribriformis
Orbite
Sinus
maxillaire
Fig. 87
52
T4a
Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : contenu de la région
antérieure de l’orbite, peau du nez ou de la joue, extension minime à la fosse
cérébrale antérieure, à l’aile interne de l’apophyse ptérygoïde, au sinus
sphénoïdal ou frontal (Fig. 88)
Fig. 88
Tumeur du sinus ethmoïdal avec envahissement des sinus frontaux
et de la fosse cérébrale antérieure
53
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
TÊTE
COU
Fosses nasales, sinus maxillaire et ethmoïdal
T4b Tumeur envahissant l’une des structures suivantes : sommet de l’orbite, duremère, cerveau, fosse cérébrale moyenne, nerfs crâniens autres que V2, nasopharynx, clivus (Fig. 89)
Fig. 89
Tumeur du sinus ethmoïdal avec envahissement
de la fosse cérébrale moyenne et du cerveau
N – Adénopathies régionales
Voir p. 4.
Classification histopathologique pTN
Les catégories pT et pN correspondent aux catégories T et N.
54
Glandes salivaires (ICD-O C07, C08)
Règles de classification
Cette classification s’applique uniquement aux carcinomes des glandes salivaires
majeures : glandes parotides (C07.9), sous-mandibulaires (sous-maxillaires) (C08.0)
et sous-linguales (C08.1). Les tumeurs des glandes salivaires mineures (glandes
muco-sécrétantes de la muqueuse du tractus aérodigestif supérieur) ne sont pas
comprises dans cette classification. Il est nécessaire d’avoir une confirmation histologique de la lésion.
Ganglions lymphatiques régionaux
Les ganglions lymphatiques régionaux sont les ganglions cervicaux (voir p. 4, 5).
Classification clinique TNM
T – Tumeur primitive
TX
La tumeur primitive ne peut être évaluée
T0
La tumeur primitive n’est pas décelable
T1
Tumeur ≤ à 2 cm dans sa plus grande dimension sans extension extraglandulaire (Fig. 90)
2 cm ≤ T ≤ 4 cm dans sa plus grande dimension sans extension extraglandulaire* (Fig. 91)
T2
Note :
* L’extension locale est clinique ou macroscopiquement évidente : envahissement de la peau, des parties
molles, des os ou des structures nerveuses. Un envahissement microscopique isolé n’est pas considéré
comme une extension locale.
55
TÊTE
COU
Glandes salivaires
TÊTE
COU
Glandes salivaires
Nerf lingual
Nerf hypoglosse
Fig. 90
Classification clinique fondée sur l’absence de paralysie ou l’absence d’extension
extraglandulaire locale macroscopique. Coupe frontale passant par la région
prémolaire
Mastoïde
Nerf facial
Isthme de
la glande parotide
Nerf facial
Fig. 91
Coupe horizontale passant par la glande parotide
entre les lobes superficiel et profond
56
T3
Tumeur de plus de 4 cm et/ou avec extension extraparenchymateuse* (Figs. 92, 93)
Note :
* Voir p. 55.
Fig. 92 a, b.
Tumeur de plus de 4 cm sans extension extraparenchymateuse
Fig. 93 a, b.
Tumeur de plus de 4 cm avec extension extraparenchymateuse
57
TÊTE
COU
Glandes salivaires
TÊTE
COU
Glandes salivaires
T4a Tumeur envahissant la peau, le maxillaire, le conduit auditif ou le nerf facial (Fig. 94)
T4b Tumeur envahissant la base du crâne, l’aile interne de l’apophyse ptérygoïde ou
englobant l’artère carotide (Fig. 95)
Fig. 94
Tumeur de plus de 4 cm sans extension extraparenchymateuse
Base du crâne
Fig. 95
N – Adénopathies régionales
Voir p. 4.
Classification histopathologique pTN
Les catégories pT et pN correspondent aux catégories T et N.
58
Glande thyroïde
TÊTE
COU
Glande thyroïde (ICD-O C73) (Fig. 96)
Règles de classification
Cette classification s’applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation
histologique est indispensable pour permettre une sous-division selon le type
histologique.
Ganglions lymphatiques régionaux (Fig. 97)
Les ganglions lymphatiques régionaux sont cervicaux (1) et médiastinaux
supérieurs (2).
Étage
cervical (1)
Étage
médiastinal
supérieur (2)
Fig. 96
Fig. 97
59
TÊTE
COU
Glande thyroïde
Classification clinique TN
T – Tumeur primitive
TX
La tumeur primitive ne peut être évaluée
T0
La tumeur primitive n’est pas décelable
Tous les types histologiques, excepté le carcinome indifférencié
T1 Tumeur de 2 cm ou moins dans sa plus grande dimension, limitée à la
thyroïde (Fig. 98)
T2 Tumeur de plus de 2 cm, ne dépassant pas 4 cm dans sa plus grande dimension,
limitée à la thyroïde (Fig. 99)
T3 Tumeur de plus de 4 cm dans sa plus grande dimension, limitée à la thyroïde
ou tumeur avec extension extrathyroïdienne minime (p. ex. extension au
muscle sterno-thyroïdien ou aux tissus mous périthyroïdiens) (Figs. 100, 101)
T4a Tumeur s’étendant au-delà de la capsule thyroïdienne et envahissant l’une des
structures suivantes : tissus mous sous-cutanés, larynx, trachée, œsophage,
nerf récurrent (Fig. 102)
T4b Tumeur envahissant le fascia prévertébral, les vaisseaux médiastinaux ou
englobant l’artère carotide (Fig. 103)
Note :
Les tumeurs multifocales doivent être codées (m) (la plus grosse détermine la classification), p. ex. T2(m).
Fig. 98
Fig. 99
60
TÊTE
COU
Glande thyroïde
Extension
minimale
Fig. 100
Fig. 101
Carcinome indifférencié (tous sont classés en T4)
T4a Tumeur (de toute taille) limitée à la thyroïde, considérée comme chirurgicalement résécable
T4b Tumeur (de toute taille) s’étendant au-delà de la capsule thyroïdienne, considérée comme chirurgicalement non résécable
Trachée
Vaisseaux
médiastinaux
Fig. 102
Fig. 103
61
TÊTE
COU
Glande thyroïde
N – Adénopathies régionales
NX Les adénopathies régionales ne peuvent être évaluées
N0 Pas d’adénopathie régionale métastatique
N1a Métastase au niveau VI (ganglions prétrachéaux et paratrachéaux, y compris
prélaryngés) (Fig. 104)
N1b Autres métastases ganglionnaires cervicales unilatérales, bilatérales ou
controlatérales ou médiastinales supérieures/inférieures (Fig. 105)
Fig. 104
62
TÊTE
COU
Glande thyroïde
Fig. 105
Classification histopathologique pTNM
Les catégories pT, pN et pM correspondent aux catégories T, N et M.
pN0 L’examen histologique du curage cervical sélectif doit porter sur six ou plus
ganglions. Si les ganglions lymphatiques examinés sont négatifs, mais que le
nombre habituellement réséqué n’est pas atteint, classer en pN0.
63
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire