Poison Lot Vekemans

publicité
©Cécile Marc
Poison Lot Vekemans
Mise en scène Dag Jeanneret
Production Cie In situ
Coproduction sortieOuest / Printemps des Comédiens
Poison
Lot Vekemans
Traduit du néerlandais par Alain van Crugten
Le texte est édité aux Editions Espaces 34
Mise en scène Dag Jeanneret
Avec Sophie Rodrigues et Christophe Reymond
Scénographie Cécile Marc
Lumières Christian Pinaud
Régie générale Christophe Robin
©Marie Clauzade
La Cie In situ est conventionnée par la DRAC Languedoc-Roussillon et associée à sortieOuest/Béziers,
Domaine départemental d’art et de culture de Bayssan, scène conventionnée pour les écritures contemporaines.
Poison
Un homme et une femme qui sont séparés et qui ne se sont pas revus depuis plusieurs années, se
retrouvent dans la salle d’attente d’un cimetière en passe d’être déplacé, dans la campagne des
Flandres. L’un des deux a décidé qu’il le fallait. Pour tenter -peut-être- de vivre un peu moins mal à
l’avenir. Ils ont en commun un poids terrible, un souvenir lancinant qui a brisé le cours de leur vie.
Reprenant contact avec beaucoup de pudeur et de difficulté, ils arrivent pourtant, peu à peu, à
aborder leur passé douloureux. Ce qui les a unis, ce qui les a séparés, cet enfant qu’ils ont eu
ensemble, puis perdu. Comment tenter de construire un nouvel avenir ou au moins continuer à
vivre. Leurs paroles creusent ce qui n’a jamais pu être dit au moment du drame ou même après. A
l’issue de cette retrouvaille-confrontation ils repartiront chacun de leur côté, un peu apaisés, peutêtre.
Poison, extrait
LUI : Si tu ne ressens que du chagrin quand tu penses à quelqu'un
Quand tu penses à quelqu'un que tu as tellement…
Incroyablement aimé
Et si après ce chagrin rien de nouveau n’arrive
Est-ce qu’il n’y pas quelque part… une grande erreur ?
ELLE : Je suis triste j’ai du chagrin !
C’est mon droit
LUI : Ah oui ?
ELLE : J’ai perdu un enfant
Nous avons perdu un enfant
Alors on a le droit d’avoir du chagrin
Je trouve qu’on a le droit d’avoir du chagrin
LUI : Et suppose que tu aies un autre enfant
ELLE : Je n’en ai pas
LUI : Mais suppose
Est-ce qu’il n’aurait droit qu’à une mère triste, lui ?
Ou à un père triste,
ELLE : Je n’ai pas envie de tes hypothèses
LUI : Ce n’est pas une hypothèse
ELLE : Tu te souviens que quelqu’un nous a conseillé d’en prendre un autre ?
En « prendre » un autre ! Comme s’il s’agissait d’un chat
LUI : Nous aurions peut-être dû le faire
ELLE : Tu n’es pas sérieux ?
LUI : Si, je suis sérieux
ELLE : Tu aurais…
LUI : Pourquoi pas?
Est-ce que ce poids diminue si tu ne continues pas à vivre ?
Non
Est-ce que ça diminue si tu continues à vivre ?
Peut-être pas
Mais ça vaut la peine d’essayer
…
A propos de Poison
« Il faut vivre… un peu de temps encore, et nous saurons pourquoi cette vie, pourquoi ces
souffrances… »
Olga, dernière réplique des Trois sœurs de Tchekhov
Il y a des œuvres qui, par leur puissance d’évocation, leur liberté formelle, leur profonde
inscription dans l’époque et en même temps leur capacité à continuer à parler du monde quelques
siècles ou quelques décennies après le temps de l’écriture, nous font rêver et nous tirent l’oreille.
En vrac et me concernant, L’Orestie, les Œdipe, Le Roi Lear, Nathan le Sage, Le Misanthrope, et
plus près de nous les pièces de jeunesse de Brecht, Tête d’Or, Victor ou les enfants au pouvoir, Le
Retour au désert, les pièces de Pasolini, celles de Gabily, Le Pays lointain de Lagarce.
Et puis il y a d’autres œuvres, toutes aussi importantes et fondatrices mais moins détonantes
quant à leur forme. Tout au moins aujourd’hui. Des œuvres du 19ème siècle ou du tout début du
20ème, Ibsen, Strindberg, Tchekhov pour ne parler que des plus grands. C’est, je crois, de cette
illustre lignée que vient Lot Vekemans, auteure néerlandaise encore très peu jouée en France.
Poison parle magnifiquement du monde, des gens, de nous, de nos petits bonheurs, de nos
profondes difficultés à exister, du travail acharné sur la résilience, du «métier de vivre » comme
disait Cesare Pavese.
Poison dont j’ai fait une première lecture publique au Printemps des Comédiens en 2011 puis un
chantier de création à sortieOuest/Béziers en novembre 2014, est une pièce en apparence simple,
limpide même. Presque trop compréhensible de prime abord. En tous cas de facture classique et
c’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai hésité un moment avant de me décider à la monter. Et
pourtant la pièce est d’une intensité dramatique peu commune, digne de Bergman. Alors
pourquoi ? Sûrement à cause d’une construction imparable, d’un art du dialogue consommé et
surtout de cette très ancienne chose du théâtre, née au début du siècle passé, à savoir qu’il y a les
mots inventés par l’auteur et attribués aux personnages et… tout ce qu’il y a dessous les mots et
qui est au moins aussi important que les paroles entendues. Vieilles lunes ? Je ne crois pas. Il ne
s’agit pas ici de psychologie à la française mais de vérité et du mystère des êtres. D’aller chercher
très profondément en soi pour faire remonter à la surface les existences cachées des personnages,
les ressorts inavoués, les peurs ancestrales et les douleurs tues. C’est pour cette raison qu’il était
indispensable de proposer la pièce à des comédiens certes accomplis et virtuoses mais travailleurs
et humbles, Sophie Rodrigues et Christophe Reymond.
Nous avons, lors du chantier de création, déjà vérifié dans les corps cette nécessité de profondeur
et d’abandon, cette descente vertigineuse dans les sinuosités de l’âme. Il nous reste maintenant
lors de la reprise des répétitions à continuer ce mouvement pour que -paradoxalement- la légèreté
apparaisse, la légèreté du désespoir.
Dag Jeanneret
©Marie Clauzade
©Marie Clauzade
Interview de Lot Vekemans pour la brochure de saison du
Nouveau Théâtre de Gand 2010
« Lorsque Elsie de Brauw interprétait de Sœur de, la pièce précédente de Lot Vekemans, elle et moi
nous sommes posés la question d’une future collaboration. J’ai demandé à Elsie ce que pourrait
être le thème d’une prochaine pièce, à quoi elle a répondu tout à trac : « Un homme et une femme
qui ont perdu en enfant. » Tous ceux qui étaient autour de nous en sont restés baba. C’était un
sujet terrible, chacun peut se rendre compte que la perte d’un enfant est l’une des choses les plus
affreuses qui puissent arriver dans une vie humaine. De plus j’avais pu observer dans mon propre
entourage l’impact d’un semblable drame.
J’ai d’abord hésité, mais l’idée ne m’a pas lâchée. La nuit suivante, je n’en ai pas dormi, la question
tournait dans ma tête : « Qu’est-ce que je pourrais bien faire de ce thème ? » J’ai trouvé l’ouverture
le lendemain, en écrivant déjà les premières lignes, en me posant aussi la question : que peut-on
faire quand le destin fait disparaître d’un seul coup tout ce à quoi vous tenez ? Je suis arrivée assez
vite à la conclusion qu’il n’y a pas une seule manière de réagir à une telle catastrophe. Même sans
tenir compte de tous les avis et conseils bien intentionnés que les gens de votre entourage vous
donnent en un tel moment. La manière d’assimiler et éventuellement surmonter une telle douleur
est essentiellement une affaire individuelle et c’est précisément cela qui peut donner une
intéressante tension dramatique.
C’est ce qui m’a fait choisir de présenter un dialogue entre un père et une mère, deux personnes
qui ont vécu ensemble et sont maintenant séparées, tout en portant ensemble tout le poids de
leur passé, de la perte de leur enfant.
Je n’avais pas l’intention de manipuler des archétypes : pour moi, le rôle de l‘homme n’est pas un
symbole de l’homme en général, de même pour le rôle de la femme. Cependant il y a des
différences auxquelles vous ne pouvez pas échapper, même si vous le désirez : la distinction entre
« typiquement masculin » et « typiquement féminin ». Nous avons tous tendance à faire de ces
généralisations. Mais la chose est loin d’être nette : par exemple, en écrivant le rôle de l’homme
j’ai eu longtemps l’impression que je lui faisais dire des choses « typiquement féminines », jusqu’à
ce que, après une première lecture, plusieurs personnes m’aient dit qu’elles trouvaient son
attitude typiquement masculine.
L’écriture de la pièce s’est faite en plusieurs phases. J’ai d’abord beaucoup avancé dans
l’élaboration du rôle de la femme, ce qui était évidemment en rapport avec le fait que j’écrivais ce
rôle et cette pièce avant tout pour Elsie de Brauwer. J’entendais sa voix tandis que j’écrivais et cela
m’aidait énormément.
La différence la plus importante entre l’homme et la femme dans la pièce est que l’une est tournée
vers le passé et l’autre veut regarder vers l’avant, mais n’ose pas encore vraiment le faire. L’homme
voudrait entamer un nouveau chapitre, tout en hésitant, en se demandant si c’est bien possible. Si
c’est permis ! Il a une nouvelle relation avec une femme, celle-ci attend même un enfant. Mais en
même temps, il semble encore en demander l’autorisation à son ex-femme, alors que celle-ci est
encore entièrement plongée dans le passé. Elle ne peut et ne veut pas se détacher du drame de la
perte de l’enfant. Les deux sont en quelque sorte dos à dos, chacun regardant d’un autre côté.
C’est pourquoi on peut aussi considérer leur dialogue comme deux récits existants côte à côte. Ils
tentent bien de se rapprocher mais cela ne réussit que dans une certaine mesure. »
Supposons que je n’aie jamais vu une de vos pièces ? A quoi pourrais-je la reconnaître ?
« Il est très difficile de dire de son propre travail comment et pourquoi on peut le reconnaître. Ce
que je peux dire, c’est qu’il est très important pour moi de savoir comment ce que j’écris sonne. En
écrivant, j’entends mon texte. C’est une question de rythme, de musicalité.
J’écris de façon assez dépouillée. Si je peux omettre un mot, je le fais. Donc, à première vue, cela
paraît très ordinaire, très simple, très accessible, mais ce ne l’est pas toujours. C’est comme une
partition dont les notes sont claires, mais dont la profondeur ne se perçoit que si l’on s’y plonge
entièrement.
Lors de la répétition d’une de mes pièces, j’ai pour la première fois entendu un acteur formuler
cela. Il disait : On est à la table pour la première lecture et on pense : chouette, c’est facile ; le
rythme, la légèreté, l’humour, tout s’y trouve déjà. Mais si on pense cela, on reste à la surface des
mots, qui ne sont ancrés dans rien. C’est quand on commence à travailler le texte qu’on tombe
très profondément dans la psychologie, qui est sous les mots. Mais c’est un piège que d’y rester. Il
faut s’enfoncer dans ce marécage, mais pour pouvoir ensuite ressortir à la surface des mots. C’est
une chose que j’ai aussi entendue à propos de « Poison », ce doit donc être vrai.
Cela vient aussi de ce que je joue avec le paradoxe. On dit bien des choses avec les mots, mais les
mots cachent aussi bien des choses. Et la manière dont vous faites cela en dit long également.
C’est surtout sur la scène que cela marche magnifiquement, c’est cela, le miracle du théâtre. Il y a
aussi une constante dans ma thématique. Mes textes parlent, en réalité, toujours de gens qui
doivent affronter le destin, quelque chose de plus grand qu’eux, quelque chose qu’ils n’ont pas
choisi. Il s’agit souvent de la mort, mais pas seulement. L’histoire prend un nouveau tour et le
personnage doit y trouver un nouveau chemin. Et pour ce faire, il n’y a pas de manière unique,
c’est ce que je montre souvent. Il n’y a pas de recette pour adapter le destin à votre volonté. Le
destin est précisément là pour vous faire voir une autre face de la vie. »
©Marie Clauzade
L’auteure
Lot Vekemans, née en 1965, a fait des études de géographie sociale à l’Université de Utrecht puis
a suivi les cours de l’école professionnelle d’écriture « ‘t Colofon ». Depuis 1997, elle écrit des
textes de théâtre pour la jeunesse et pour adultes.
Elle crée pour le théâtre Artemis Geen gewoon meisje (Pas une fille ordinaire), Hé payo pour Het
lab van de Berenkuil, Truckstop pour le MUZtheater, Vreemde vogels (Etranges volatiles) pour le
Theatergroep Kwatta, Licht ! (Lumière !) pour Barra, les monologues Zus van (Sœur de) et Judas
étaient destinés à sa propre compagnie MAM ; enfin Sommige Mensen (Certaines personnes) pour
Platform Theater auteurs et Le dacourt pour le Zuidelijk Toneel. Elle a reçu en 2005 le prix « Van
derVies » (décerné tous les trois ans au meilleur texte théâtral de la période écoulée) pour
Truckstop et Zus van. Ces pièces ont été publiées aux Editions Espaces 34 sous les titres Truckstop
et Sœur de en 2010.
Les Editions Espaces 34 poursuivent l'accompagnement de cette auteure par la publication d'une
troisième pièce Poison en 2011. Celle-ci, dans sa langue originale, a reçu le Prix d’écriture théâtrale
de la Taalunie, qui réunit Pays-Bas et Flandre, en 2010.
Ses œuvres sont traduites et jouées dans plus de 15 pays. Elle a fait en 2012 ses débuts de
romancière avec Une robe de mariée de Varsovie.
Truckstop va être créé par Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Etienne au
prochain Festival IN d’Avignon.
Le metteur en scène
Comédien puis metteur en scène, Dag Jeanneret a joué dans une trentaine de spectacles
notamment avec Bérangère Bonvoisin et Philippe Clévenot, Philippe Delaigue, Olivier Maurin,
Patrick Haggiag, Christian Esnay, Christian Rist, Alain Béhar, Jean-Marc Bourg, Jean-Louis Jacopin,
Carlos Wittig, Louis-Guy Paquette, Denis Lanoy, Stéphane Laudier…
En janvier 2002, il rejoint le collectif de direction de la Cie In situ, conventionnée par la DRAC
Languedoc-Roussillon depuis 2002, en résidence au Théâtre de La Cigalière à Sérignan entre 2003
et 2005, et dès 2007 associée étroitement à la direction de sortieOuest, domaine départemental
d’art et de culture de Bayssan, à Béziers.
Il met en scène une vingtaine de spectacles dont Le Pain dur de Paul Claudel, Monsieur de
Pourceaugnac de Molière et FUCK YOU Eu.ro.Pa ! de Nicoleta Esinencu, tous trois coproduits par
le Théâtre des Treize Vents CDN de Montpellier, La Dernière Balade de Lucy Jordan de Fabrice
Melquiot, Cendres de cailloux de Daniel Danis, Partition de Jean-Yves Picq, Au bout du comptoir la
mer ! de Serge Valletti, Les secrets d’une nuit d’Yves Rouquette, Une nuit au jardin d’Emmanuel
Darley, Stabat mater furiosa de Jean-Pierre Siméon.
Occident de Rémi De Vos, créé à l’automne 2008 à sortieOuest/Béziers, a tourné nationalement
jusqu’au printemps 2011 (60 représentations dont une série au TGP de Saint-Denis). Repris avec
succès au Théâtre des Halles pendant le Festival d’Avignon 2012, il tourna à nouveau en France sur
les saisons 13-14 et 14-15 et 15-16 et s’arrêta un mois au Théâtre du Rond-Point en mars 2014. Le
spectacle s’arrêtera définitivement en mars 2016 à Marseille après 133 représentations.
Radio clandestine, mémoire des Fosses Ardéatines d’Ascanio Celestini, 1ère en France, a été créé
en novembre 2010 à sortieOuest/Béziers. Exploité sur deux saisons, il y aura eu 56 représentations
dont une série à Vidy-Lausanne au printemps 2012.
En 2013, il a mis en scène avec la Cie In situ Tambours dans la nuit de Bertolt Brecht, dans une
nouvelle traduction commandée à Hélène Mauler et René Zahnd. Création à sortieOuest/Béziers le
9 novembre 2013 puis tournée nationale. 20 représentations.
En novembre 2014, il a dirigé un chantier de création à sortieOuest/Béziers sur Poison de Lot
Vekemans, pièce néerlandaise inédite, avec Hervé Briaux et Sophie Rodrigues. Ce spectacle a été
recréé au Printemps des Comédiens 2016 avec Sophie Rodrigues et Christophe Reymond.
A l’été 2015, au Festival del Catet, il a mis en scène Souvenirs assassins de Serge Valletti, qui sera
exploité sur la saison 16-17.
En janvier 2016, il dirigera un chantier de création à sortieOuest/Béziers sur La Brebis galeuse
d’Ascanio Celestini.
Il a été membre du comité de lecture des Editions Théâtrales de 1989 à 1992.
Il a été membre du « Comité d'experts » de la DRAC Languedoc-Roussillon de 2006 à 2012.
Il est conseiller artistique du Printemps des Comédiens depuis 2011 et de sortieOuest depuis 2006.
Il est intervenu à deux reprises à l’ENSAD de Montpellier et a fait partie du jury d'entrée de l’avantdernière promotion en 2013.
Sophie Rodrigues
FORMATION : École du Théâtre National de Strasbourg, Conservatoire national de région de
Montpellier.
Au Théâtre, elle a été l’interprète d’Alain Françon (Ivanov), de Jean-Louis Martinelli (L’Avare,
Phèdre, J’aurais voulu être égyptien, Les Fiancés de Loches, Kliniken, Détails), de Lars Nören
(Guerre), de Bernard Sobel (Le Pain dur), de Gildas Milin (Anthropozoo, Le Premier et le dernier),
de Sylvain Maurice (Dealing with Clair), de Richard Mitou (Les Histrions), de Wladimir Yordanoff
(Droit de retour), de Chantal de la Coste (Judith), de Laurent Gutmann (Légendes de la forêt
viennoise), de Nicolas Bigards (Traité des passions de l’âme, Nothing hurts), de Véronique
Bellegarde (Petites formes autour d’Abel Neves), de Guillaume Delaveau (Peer Gynt), de Gilles
Lefeuvre (Ball-Trapp), de Vincent Roumagnac (Kostia), d’Alfred Lot (Alinéa rose), du Groupe
Incognito (Le cabaret des Utopies).
Elle a joué le répertoire : Racine, Molière, Claudel, Ibsen, Feydeau, Tchekhov, Von Horvath et les
contemporains : Lars Nören à plusieurs reprises, Howard Barker, Martin Crimp, Falk Richter,
Marion Aubert, Gildas Milin, Alaa Al Aswany, Antonio Lobo-Antunes, Xavier Durringer, Wladimir
Yordanoff, Alfred Lot…
Au cinéma, elle a tourné dans des long-métrages de Jeanne Herry, Solveig Anspach et Claire Simon,
et dans des courts de Benjamin Serrero, Jean-François Buiré, Sophie Kovess Brun et Erwann
Augoyard.
Christophe Reymond
FORMATION : Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris (promotion 1994).
Durant sa dernière année d’étude, Georges Lavaudant l’engage pour jouer dans Hamlet à la
Comédie Française puis au Théâtre Mogador. A sa sortie du conservatoire en 1994, Stanislas
Nordey lui propose de faire partie de la troupe des comédiens permanents du Théâtre des
Amandiers de Nanterre que dirige alors Jean-Pierre Vincent pour jouer dans Splendid’s, Ciment
d’Heiner Muller et Le songe d’une nuit d’été de W. Shakeaspeare.
Il quitte la troupe en 1996 pour aller jouer sous la direction de Philippe Adrien : En attendant
Godot, L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer, Doux oiseau de Jeunesse…
Il a également joué sous la direction de : Catherine Marnas : L’Héritage (création) de BernardMarie Koltès au Théâtre de la Ville et Femmes, guerre de Thomas Brasch, Daisy Amias : Les Quatre
Jumelles, Claudia Stavisky : Cairn, Dag Jeanneret : Tambours dans la nuit…
Il a également mis en scène : La nuit juste avant les forêts de B.M Koltés et La Tour de la défense
de Copi au Théâtre de la Tempête.
Depuis une quinzaine d’années, il a tourné dans une soixantaine de films pour le cinéma et la
télévision sous la direction de : Bent Hamer, Luc Besson, Cédric Klapisch, Pierre Shoendoerffer, José
Giovanni, Alain Tasma, Bourlem Guerdjou, Jacques Santamaria, Denys Granier-Deferre, Marc
Rivière, Claude Goretta, Gérard Pires, Jean-Marc Moutout, Daniel Janneau, Grégory Robin,
Bertrand Van Effenterre, Christophe Barraud, Illiana Lolic, Eric Barbier, Daisy Lamothe, Olivier Py,
Frédéric Guelaff, Muriel Breton, Matthieu Taponier, Yves Thomas, Christian Bonnet, Dominique
Tabuteau, Benoit D’Aubert, Stéphane Kurc, Christian De Chalonge, Alexandre Pidoux, Dominique
Tabuteau, Marc Angelo, Akihiro Hata…
Il vient de finir le tournage, comme personnage principal, du premier long métrage de Frédéric
Guelaff, Royaume, sortie prévue en 2017.
La Cie In situ
La Cie In situ est une compagnie de théâtre fondée fin 1999 par Jean Varela, comédien et Christian
Pinaud, éclairagiste. Ils sont rejoints quelques mois plus tard par Véronique Do, administratrice
puis en 2002 et par Dag Jeanneret, comédien et metteur en scène. Début 2015, Véronique Do les
quitte pour entamer d’autres aventures.
Auparavant, dès le milieu des années 80, ils avaient déjà participé ensemble ou séparément, en
Languedoc et à Paris, à la création de nombreux spectacles et à la fondation de plusieurs
compagnies qui inscrivaient, chacune à sa manière, leur pratique dans un théâtre d’art et de
service public.
Désormais, ces trois personnes dirigent collectivement la Cie In situ, conventionnée par la DRAC
Languedoc-Roussillon pour son projet artistique dès 2002 et renouvelée en 2005, 2008, 2011 et
2014.
En seize ans d’existence, la Cie In situ a créé 24 spectacles et en a mis un 25ème au répertoire, créé
en 1995, à l’époque de la Cie Abattoir (codirigée par Jean Varela et Jean-Marc Bourg) à Sigean
dans l’Aude.
Dès sa création, la Cie In situ a régulièrement suscité des projets et fait appel à des metteurs en
scène extérieurs pour les mettre en œuvre. Cependant, depuis l’arrivée de Dag Jeanneret à la
codirection de la Cie, elle privilégie naturellement ses projets de mise en scène. Mais elle continue
pour autant à inviter d’autres metteurs en scène qui lui permettent de découvrir de nouvelles
manières de travailler, d’aborder d’autres pans du répertoire ou, ponctuellement, de répondre à
des commandes. Après Christian Esnay en 2001 et François Macherey en 2003, Jacques Allaire en
2007, Patrick Haggiag a été invité en 2007, 2010 et 2014.
Elle est ainsi en accord avec son projet fondateur: ne pas confier à un seul metteur en scène
omnipotent la destinée artistique de la Cie mais plutôt l’ouvrir à des esthétiques différentes,
souvent cousines mais se distinguant dans leur fabrication et dans leur mode de représentation au
public. Se rêver comme une petite fabrique de théâtre, un creuset d’où pourrait émerger des
projets singuliers, des compagnonnages éphémères ou durables mais toujours éclairants.
Cet éclectisme revendiqué poursuit un seul but : réunir le public, l’élargir, lui permettre de se
divertir au sens brechtien du terme. L’inciter, par tous les moyens artistiques, à découvrir des
moments de théâtre rares, exigeants, avec la volonté farouche de ne jamais l’exclure mais d’ouvrir
des brèches, de déplacer des points de vue, de faire entendre des mondes ignorés et des langues
inconnues.
Les derniers spectacles de la Cie In situ
- Chantier de création sur La Brebis Galeuse d’Ascanio Celestini, direction du chantier : Dag
Jeanneret. SortieOuest/Béziers en janvier 2016 - 4 représentations.
- Souvenirs assassins de Serge Valletti, mise en scène de Dag Jeanneret. Création au Festival Les
Nuits de la Terrasse et del Catet à l’Instant T à Thézan-les- Béziers en juillet 2015. Reprise aux
Atypiques des ATP d’Alès en novembre 2015. Exploitation prévue sur la saison 16-17.
- Tout passe de Vassili Grossman, mise en scène et adaptation de Patrick Haggiag. Création à
sortieOuest/Béziers en janvier 2015. Tournée au Domaine d’O Montpellier. Reprise en tournée
nationale en février-mars 2017 (TGP de Saint-Denis, Théâtre des Bernardines, Théâtre royal de
Namur).
- Chantier de création sur Poison de Lot Vekemans, direction du chantier : Dag Jeanneret.
SortieOuest/Béziers en novembre 2014 - 4 représentations. Création le 10 juin 2016 au Printemps
des Comédiens.
- Tambours dans la Nuit de Bertolt Brecht, mise en scène de Dag Jeanneret. Création à
sortieOuest/Béziers en novembre 2013. Co-production : sortieOuest, Treize Vents Montpellier, SN
Albi, SN Narbonne, SN Chambéry. Tournée nationale sur la saison 13-14 (Montpellier, Narbonne,
Chambéry, Albi, Foix, Alès, Perpignan) - 20 représentations.
- Radio clandestine, mémoire des Fosses Ardéatines d’Ascanio Celestini, mise en scène de Dag
Jeanneret. Création française à sortieOuest/Béziers en novembre 2010. Tournée nationale et
régionale sur les saisons 10-11 et 11-12. (Chambéry, Neuchâtel (Suisse), Auch, Foix, Bagneux,
Vienne, Toulouse, Albi, Narbonne, Alès, Montpellier, Ganges, Cornèze, Villeneuve les Maguelone,
Uzès, Vidy-Lausanne) - 56 représentations.
- Occident de Rémi De Vos, mise en scène de Dag Jeanneret. Création à sortieOuest/Béziers en
octobre 2008 - 18 représentations en région sur la saison 2008-2009. Tournée nationale sur la
saison 2009-2010 dont une série au TGP de Saint-Denis. Tournée nationale saison 20102011.Reprise au festival Off d’Avignon 2012 au Théâtre des Halles. Reprise en tournée française
sur les saisons 12-13, 13-14, 14-15 et 15-16, dont une série longue au Théâtre du Rond-Point en
mars-avril 2014 - 130 représentations à ce jour.
- Le Barbier de Séville de Beaumarchais, mise en scène de Patrick Haggiag. Création au Festival
des Nuits de la Terrasse et del Catet à Thézan-lès-Béziers en juillet 2010. Reprise à sortieOuest puis
dans le Grand Tour et en tournée régionale en janvier-février 2011 - 25 représentations.
- Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon, mise en scène de Dag Jeanneret pour le Lycéen
tours avec la Scène Nationale de Sète en 2009. Festival des Nuits de la terrasse et del Catet en
2009. Recréation à sortieOuest à l’automne 2010.Tournée à la Scène Nationale de Narbonne en
novembre 2011 - 19 représentations.
- La Trilogie de la Villégiature de Carlo Goldoni, mise en scène de Patrick Haggiag. Création au
Théâtre de Vidy-Lausanne en septembre 2007. Coproduction avec le Théâtre de Vidy-Lausanne, le
Cratère Scène Nationale d’Alès, Nuithonie à Fribourg et deux Cie suisses, le Théâtre de l’Ecrou et la
Cie des Barbares. Tournée nationale, en Suisse et en région - 38 représentations dont 17 à
Lausanne.
Presse
13 juin 2016
« Ce Printemps-là fait bien des étincelles
Poison, de l’auteure néerlandaise Lot Vekemans et mis en scène par Dag Jeanneret. Un face-à-face
terrible, prégnant et poignant, entre un couple séparé après la mort de son enfant. Un théâtre
sans effets de manches, centré sur les mots échangés, avec force et douceur, qui dit la douleur, la
folie, la vie. Sophie Rodrigues et Christophe Reymond s’aiment et se déchirent dans une économie
de gestes qui rend plus perceptibles les non-dits enfouis, s’affrontent, se querellent, rient,
tanguent dans ce pas de deux vertigineux. »
14 juin 2016
15 juin 2016
Printemps des Comédiens à Montpellier : le bilan (acte 2)
Le 11 juin :
Retour au Théâtre d’O à 18 h pour Poison****, de Lot Vekemans, mise en scène par Dag
Jeanneret. Un texte difficile et douloureux. Un homme et une femme se retrouvent cinq
années après la mort accidentelle de leur enfant.
Ce drame a provoqué la rupture du couple. La pièce pointe la façon différente dont
réagissent deux personnes devant un évènement tragique qui les frappent dans leur chair.
Le risque, avec un tel sujet, est de tomber dans le mélo, dans le pathos. La pièce de Lot
Vekemans évite ces pièges. Son écriture minimaliste, intimiste, très contemporaine dans
sa simplicité ne laisse pas de place aux dérives. Elle passe au scalpel les émotions pour
tenter de débusquer les mystères des réactions de l’âme. Sa composition presque
classique en trois parties en souligne la dramaturgie.
Comme à son habitude, avec beaucoup d’humilité, Dag Jeanneret signe une mise en scène
complétement au service du texte, sans fioriture, aussi efficace et juste que celle
d’Occident, une de ses plus grandes réussites. Cécile Marc, pour la scénographique a elle
aussi opté pour la simplicité : quatre chaises et des panneaux translucides qui figurent une
salle d’attente.
Dag Jeanneret communique à ses comédiens son humilité. Christophe Reymond et Sophie
Rodrigues jouent magnifiquement les personnages, donnant toutes nuances : tendresse,
colère, fragilité. Ils se déchirent, se rapprochent pour mieux s’éloigner apaisés ? Sans
doute. Du théâtre nectar. Du théâtre essentiel. Un sans-faute à qui on souhaite une très
longue vie.
Marie-Christine Harant, L’Art Vues
14 juin 2016
Poison : une mise en scène intimiste pertinente sur la résilience
Pays-Bas. Une salle d'attente impersonnelle pour un rendez-vous éprouvant. Un homme, une
femme. Un passé. Ils se sont aimés, ont eu un fils, Jacob, fauché par un camion et enseveli non loin
de là. Lui est parti un soir de veillée de nouvel an. Un 31 décembre 1999 à 19h10 exactement. Elle
ne l'a pas retenu. 30 secondes avant qu'il ne démarre. Une éternité.
Six ans plus tard, ils sont là, réunis par un malheureux hasard et la fébrilité les domine. Que se dire
après tant d'années ? Comment dépasser l'agressivité et la rancune ? Qu'attend-on de l'autre sinon
une délivrance qui est impossible ? Y-a-t-il des recettes-miracle pour se reconstruire ? Peut-on
laisser les choses derrière soi ? Est-ce que la souffrance apprend forcément quelque chose ? Est-ce
indécent de l'exposer à d'autres ? de tenter de l'exorciser ? Est-ce que le poids d'un drame diminue
si l'on continue à vivre ? Est-ce qu'un jour ça peut être comme "avant" ? Autant de questions que
soulèvent les deux protagonistes, le cul entre deux chaises - vous nous excuserez l'expression.
Dans la feuille de salle, on peut lire cette confidence de l'auteure de la pièce : " Je n'avais pas
l'intention de manipuler des archétypes : pour moi, le rôle de l'homme n'est pas un symbole de
l'homme en général, de même pour le rôle de la femme.". Reste que le " typiquement masculin" et
le "typiquement féminin" se manifestent ici avec acuité... Elle, est tournée vers le passé, lui, vers un
futur dont il semble réclamer la validation auprès de son ex-femme. Elle voit en lui "l'imperfection",
"une histoire ratée"...Lui retrouve avec émotion la fossette qui l'avait émue lors de leur première
rencontre. Il cherche à se libérer des souvenirs trop lourds, elle se fait un point d'honneur à les
conserver vivaces. Il se débat, trouve le bonheur dans les situations simples, "sans rien attendre de
plus", elle s'est résignée à une vie sans saveur parce qu'elle espère retrouver ce qui n'existe plus,
elle aspire à ce que quelqu'un la sauve. L'Idéalisme face au Pragmatisme.
Pourtant, ces postures vis à vis de la résilience pourraient être interchangées. C'est en cela que le
texte de Lot Vekemans est extrêmement intéressant. Le "typiquement masculin" et le "typiquement
féminin" ne sont catégorisés comme tels qu'à cause de nos représentations sociales, nos préjugés et
la réalité d'un monde qui épargne moins les femmes et les contraint malgré elles à se cantonner à
ce rôle. Un texte troublant et juste, donc, pour celui qui fera l'effort de l'entendre, comprenez,
poussera la réflexion plus loin et s'interrogera sur les raisons profondes de nos agissements et
comportements.
Oui, davantage encore que les retrouvailles d'un couple séparé qui a vécu un drame terrible et
n'arrive plus à communiquer, se dessine ici un portrait complexe et juste des relations humaines.
Dag Jeanneret a tissé une belle complicité entre ses comédiens. Rien de trop, ils nous apparaissent
immédiatement comme des êtres auxquels on peut s'identifier aisément. Pétri de paradoxes,
d'incertitudes, de remords, de regrets et de culpabilité. Vivants mais abîmés. D'une fragilité
désarmante.
Poison est un texte délicat, composé dans une prose fluide et naturelle, qui séduira les amateurs de
tranches de vie sans fioriture où l'humanité se dévoile avec pudeur et sincérité. Monter cette pièce
est une démarche louable de Dag Jeanneret qui révèle une fois de plus sa capacité à nous parler
intimement de ce que nous sommes et à mettre des comédiens à nu, sans artifice autre que leur
présence sensible.
La Grande Parade, Julie Cadilhac
10 juin 2016
Poison, spectacle galvanisant vu au Printemps de Comédiens à
Montpellier
Poison salvateur
© Marie Clauzade
Ils se retrouvent après six ans. « Non, cinq ans », corrige l’homme. Cela fait six ans qu’il est parti,
« cinq ans », parti sans même s’en rendre compte. La veille du Jour de l’An, il a pris une valise, il a
fermé la porte en se disant qu’il allait revenir, qu’il n’allait pas faire ça, qu’il n’y pensait pas, et il
n’est jamais revenu.
Aujourd’hui ils se retrouvent, le père et la mère, pour savoir ce qu’il adviendra de la sépulture de
leur petit garçon enterré là, dans une terre soupçonnée d’être envahie par un poison indéterminé.
Comment sont-ils parvenus à vivre, encore, depuis le drame de la mort de leur enfant ? Lui, donc,
est parti. Tenter de trouver un autre souffle. Elle, est là, elle a apporté des bulbes à planter sur la
tombe -quand la pluie se sera calmée.
Il faut apprendre à se reparler, peut-être à se toucher, à accepter d’entendre souffrir l’autre,
admettre qu’on puisse intégrer l’inconcevable pour continuer le chemin parmi les vivants.
Une heure dix d’un texte sobre de l’auteure hollandaise Lot Vekemans (créé en 2009) nous
emmène dans une parenthèse temporelle -rattraper le temps de ces six (ou cinq) ans- qui emporte
par la justesse des mots, des (re)sentiments, et dégage une vitalité qui nous attrape presque par
surprise.
Les deux acteurs, Sophie Rodrigues et Christophe Reymond inventent un jeu retenu qui laisse
toute sa place à la vie qui s’écoule, malgré tout. Dag Jeanneret, metteur en scène et directeur de la
compagnie biterroise In Situ, maintient le dialogue dans une quotidienneté qui nous permet de
nous approcher au plus près de ce couple qui, bien plus que de régler des comptes, semble être
venu se retrouver là pour prouver qu’ils sont toujours vivants. « Qu’est-ce que tu vois quand tu me
regardes ? » Réponse sans détours assurée.
On ressort étrangement galvanisés de ce spectacle, où les choses sont tout simplement dites,
comme d’un moment de vérité rare.
Zibeline, Anna Zisman
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire